métiers & développement durable métiers ... - Inffolor

inffolor.org

métiers & développement durable métiers ... - Inffolor

N° 52 - SEPT. 2010

métiers

& développement

durable

ÉvÈnement

1 er portail lorrain d'information

sur la formation et l'orientation

tout au long de la vie

expérimentation

Action qualifiante

expérimentale vers

un public peu lettré

zoom

VAE en Lorraine :

les chiffres-clés


é d i t o )

C

à y est ! Finies les vacances, place à la rentrée !

Toujours attendue avec curiosité, impatience et parfois crainte, la rentrée qu'elle

soit scolaire, sociale ou politique annonce toujours une ou plusieurs nouveautés.

Pour l’équipe d’INFFOLOR, cette rentrée 2010 sonne comme le

début d’une nouvelle page qui s’écrit avec vous pour les années

à venir. Animés par le souci permanent d’assurer au mieux notre

mission d’information sur la formation en Lorraine, nous avons fait

le choix de revoir et d’adapter les outils nécessaires à la réalisation

de cette dernière.

Cette rentrée 2010 correspond donc pour INFFOLOR au lancement

d’un nouveau portail internet, le «Portail lorrain d’information sur

la formation et l’orientation tout au long de la vie».

Ce nouvel outil dépassera le champ de la simple collecte et diffusion

d’informations. Tourné autour du triptyque «métiers–emploiformation»,

il traitera aussi de l’orientation, abordant ainsi de façon

complète la formation tout au long de la vie.

Ce nouveau portail est le résultat d’une collaboration avec les

principaux partenaires lorrains de l’accueil, de l’information et de

l’orientation, que je tiens ici à remercier, avec une mention particulière

pour nos financeurs que sont l’État et la Région Lorraine.

J’ai pu constater depuis quelques années maintenant, que chaque

projet porté par INFFOLOR a été une réussite parce qu’il a toujours

été réalisé avec le concours et l’implication forte des acteurs de

l’emploi, de l’insertion et de la formation.

C’est d’ailleurs du fait de cette mobilisation collective, que nous

pouvons encore cette année réaliser la 4 ème édition du Village de

la Formation, des Métiers et de l’Emploi qui aura lieu les 15 et 16

octobre prochains au Parc des Expositions de Nancy et à laquelle

j’aurai plaisir à vous retrouver nombreux.

En attendant,

Bonne rentrée à toutes et à tous !

Paola ZANETTI

Présidente d'INFFOLOR )

Vice-Présidente de la Région Lorraine en charge des actions régionales relevant de l'équipement des territoires )


N° 52

septembre 2010

DIRECTRICE DE PUBLICATION

Paola ZANETTI

RÉDACTEUR EN CHEF

Émile REYTER

Ont collaboré à la rédaction de ce

numéro :

Philippe ALIBERT

Julienne ANGELINI

Karine CATHELAIN

Francis CLAUSSE

Geneviève COUSINOU

Stéphane CREUSOT

Christine ETIENNE

Laetitia GIACON

Lionel HANNEVALD

Murielle JEANTO

Laurent LAGUERRE

Vanessa MAZOYER

Patrick MESSEMBOURG

Ekaterina MINTCHEVA

Christelle SIBILLE

Christian SODOYER

Philippe VATEL

Marie-Odile VAUTRIN

Aline WAGNER

Alice WYPYSZYNSKI

Objectif Formation en Lorraine

est une publication éditée

par l’Association Inffolor,

Inffolor - Carif Lorraine

(Siège social) - 6, Place du Roi George

57000 METZ

Tél. : 03 87 68 10 10

Fax : 03 87 68 10 11

Inffolor - Antenne

Place de Paris

54500 VANDœUVRE-LÈS-NANCY

Tél. : 03 83 54 20 00

Fax : 03 83 54 13 13

Réalisation technique INFFOLOR :

Estelle MARKOVIC

Marie-Christine SINDT

N° de dépôt légal deuxième trimestre

1994

ISSN 1254 - 8502

Trimestriel

Retrouvez le magazine en ligne sur

http://www.inffolor.org,

Espace Professionnels/Entreprises

-> Rubrique Documentation

> En formation continue

> OBJECTIF Formation

r u b r i q u e s

a c t u a 5 , 9 , 1 1 , 2 4 , 2 6 , 3 1

s o m m a i r e )

Évènement 6/7

Premier portail lorrain d'information sur la formation

et l'orientation tout au long de la vie

Zoom 8/9

VAE en Lorraine : les chiffres-clés

Région 10

Action territoriale d'insertion :

CAMAÏEU - Groupe CCI Formation 54

Droit 12/13

Salariés en CDD, en interim :

comment mobiliser le congé formation

Dossier 15/23

Métiers & développement durable :

peu de nouveaux métiers mais beaucoup d'emplois «verts»

Projecteur 25

Cap vers l'entreprise : un accompagnement de tous les instants

Tribune 27

Démarrage du dispositif Compétences Clés 2010 en Lorraine

Expérimentation 28

Action qualifiante employée familiale à visée linguistique

Regard 29

Développeurs de l'apprentissage

Kiosque 30


A c t u a )

Les rendez-vous des acteurs de la formation, de l'insertion

et de l'accompagnement 1

Les acteurs de la formation, de l’insertion et de l’accompagnement, exercent leur

métier dans un paysage professionnel sans cesse en mouvement, ce qui demande

une adaptation permanente de leurs compétences et entraîne une évolution constante

de leurs pratiques professionnelles.

5 rendez-vous sont proposés avec pour objectifs de contribuer :

- à la professionnalisation des acteurs de la formation et de l’insertion en Lorraine,

- au développement des réseaux de professionnels en Lorraine.

Programme des rendez-vous :

- 15 juin La construction, la reconnaissance et la validation des

compétences et des acquis de l’expérience.

- 28 septembre L’insertion sociale et professionnelle.

- 9 novembre L’engagement en formation pour développer les compétences .

de base.

- 14 décembre Les partenariats dans les territoires pour la formation et l’insertion.

- 1 er février 2011 La question de la professionnalisation en général et en particulier celle des acteurs de la formation,

de l’insertion et de l’accompagnement.

Public concerné

Formateurs, conseillers, accompagnateurs, professionnels de la formation continue et de la professionnalisation, …

Lieux

Ces cinq rendez-vous se dérouleront dans toute la Lorraine : Nancy, Metz, Épinal, Bar-le-Duc.

Inscriptions :

Rendez-vous des acteurs : 03 83 68 28 40

50 € par participant et par journée (déjeuner compris)

................................................................................................................................................................

1

Comité scientifique : Nancy-Université Formation Continue, Université Nancy 2/LISEC, GIP «Formation tout au long de la vie», Fédération

de la Formation Professionnelle, INFFOLOR, CCI 54, CRCI de Lorraine.

Plus d’informations :

www.formation-insertion-fc.nancy-universite.fr

un jeu de cartes au service des métiers de l'entreprise

Ce jeu de cartes, à la fois drôle et instructif, porte sur les 7 grandes familles de métiers dans l'entreprise :

- Famille Direction générale,

- Famille Ressources humaines,

- Famille Vente,

- Famille Marketing et communication,

- Famille Finance et droit,

- Famille Recherche et développement,

- Famille Production et opération.

Objectifs :

Rendre accessible aux jeunes les métiers et les fonctions de l'entreprise, favoriser les échanges intergénérationnels

sur le monde de l'entreprise et susciter des vocations.

Contact :

CRCI de Lorraine

Marie-Odile VAUTRIN - 03 83 90 88 73

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

5


É v è n e m e n t )

1 er portail lorrain d'information

sur la formation et l'orientation

tout au long de la vie

Objectif : donner la possibilité à chaque lorrain d'avoir accès à une première information efficace sur le

triptyque «MÉTIERS-FORMATION-EMPLOI». Ceci afin de l'aider à se repérer dans son environnement socioéconomique

et de faciliter un choix quant à son orientation dans son parcours professionnel tout au long de

la vie.

Plus de renseignements :

portail au service de tous les lorrains

Que vous soyez élève, étudiant, apprenti, parent d’élève, demandeur

d’emploi, salarié du privé ou du public ou encore non salarié (profession

libérale, travailleur indépendant, artisan...) ou bien employeur, vous trouverez

sur ce portail toute l’information nécessaire sur la formation et l’orientation

tout au long de la vie !

Un accès est réservé aux professionnels de l'accueil, de l'information et de

l'orientation ainsi qu'aux entreprises, diffusant une vraie mine d'informations

utiles au quotidien !

architecture du portail

Aujourd’hui, chacun est convaincu qu’il sera conduit à s’orienter ou se

réorienter plusieurs fois durant son déroulement de carrière.

À partir de ce constat, ce portail propose une information sur la formation

dite scolaire (primaire, secondaire et supérieure) et sur la formation continue

(une fois entré dans la vie active) directement reliée à une information

sur les métiers et sur des points de repères sur le marché de l’emploi en

Lorraine.

atouts du portail

Ont participé à l’élaboration de ce portail :

AMILOR, CESR, CRAL, CRCI, le Conseil Régional

de Lorraine, la DAET, la DIRECCTE Lorraine, FCPE,

ONISEP, OREFQ, Pôle emploi, le réseau lorrain AIO,

les Universités Lorraines.

Peuvent participer à l’amélioration du contenu de ce

portail : toutes structures, branches professionnelles,

entreprises, organismes disposant d’une information

utile aux Lorrains autour du triptyque «Métiers-

Formation-Emploi».

• Pour le grand public

- Toute la formation en Lorraine (formation scolaire, formation continue,

formation en alternance).

- Une information sur les métiers en lien avec les formations qui y conduisent

et avec la situation de l’emploi.

- Des points de repères sur le marché de l’emploi en Lorraine et une identification

des entreprises lorraines.

- Une information socio-économique territorialisée.

- Une information par statut sur le droit à la formation.

- Une information exhaustive sur les lieux d’Accueil, d’information et d’orientation

(AIO) en Lorraine.

- Une information détaillée sur la Validation des acquis de l’expérience (VAE).

- Une liaison directe avec LORFOLIO : portefeuille numérique individuel de

compétences.

- Des actualités et un agenda.

- Et bien plus encore…

6 Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


www.inffolor.org

• Pour les professionnels

- Une information détaillée sur les formations, les métiers et l’emploi.

- Une information juridique constamment mise à jour.

- Une documentation et des ressources adaptées.

- Un espace spécifique pour le réseau d’Accueil, d’information et d’orientation (AIO).

- Un espace dédié à la VAE.

- Un espace sur les compétences de base et l’Illettrisme.

- Des sites collaboratifs et des outils de liaison (forum, espace de mutualisation...).

- Les mesures et dispositifs pour les employeurs.

- Les fiches pratiques, les formulaires et les actualités pour les organismes de

formation.

- Des actualités et un agenda spécifiques.

- Un accès direct à LORFOLIO.

- Et bien plus encore...

portail évolutif : une démarche partenariale

Unique en Lorraine, ce portail porté par Inffolor Carif Lorraine, financé par l’État,

le FSE et la Région Lorraine, ne se veut ni exhaustif, ni hégémonique. Sa réalisation

n’a été possible que grâce aux apports et contributions des différents partenaires

de l’information, de l’orientation, de l’emploi et des partenaires socio-économiques.

Son évolutivité, sa mise à jour, la veille permanente sur le triptyque «Métiers-

Formation-Emploi» en font un outil fiable au service de l’ensemble des Lorrains.

portail au service des professionnels

L’information sur le triptyque «Métiers-

Formation-Emploi» est en constante

évolution ; c’est pourquoi, il est impératif

que ce portail soit l’outil régional d’information

mais aussi de liaison, que l’on

soit conseiller, enseignant, formateur,

responsable d’entreprise, ou d’une

toute autre fonction dans les différents

domaines traités.

Ce portail se veut être un lien entre les professionnels notamment dans les

cadres suivants : réseaux, démarche pédagogique, rapprochement école/

entreprise.

lorfolio en interaction avec le portail

L’interaction entre le Portail et LORFOLIO,

le portefeuille numérique de compétences

développé par la Région Lorraine est une

innovation particulièrement remarquable.

Cette liaison entre les deux outils permet au

porteur du LORFOLIO de se renseigner et

de mettre à jour son portefeuille de compétences

; de réfléchir à des projets et bâtir

des plans d'actions ; d'informer, de stocker,

d'organiser les informations et documents

utiles dans le cadre de son parcours professionnel et de sa formation tout au long

de sa vie.

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

7


Z o o m )

vae en lorraine : les chiffres-clés

Depuis la mise en place de la loi de 2002 instituant la Validation de Acquis de l’Expérience, 9 500 lorrains ont

bénéficié de la VAE par une validation totale ou partielle de leur expérience. L'état des lieux chiffré fin 2009

en Lorraine ne prend pas en compte les VAE réalisées hors-région ou celles concernant des certifications

pour lesquelles nous n'avons pas de données, en particulier le Ministère de la Culture et les qualifications de

branches (CQP).

Contact :

Centre de Ressources VAE-INFFOLOR

03 87 68 10 21/30

www.inffolor.org

(menu "Évoluer/changer")

les chiffres vae en lorraine

- 2 500 conseils par an en PRC.

- Surtout des femmes et des salariés.

- 2 700 candidats par an.

- 90% des dossiers recevables.

- 300 diplômes différents demandés.

- 10 500 candidats vus en jury en 7 ans.

- 9 500 ont validé tout ou partie de leur

expérience.

- 6 000 diplômés par VAE,

1 000 tous les ans.

- 57% de validations totales.

14 700 personnes ont bénéficié depuis 2003 d’un entretien conseil dans un

des Points relais conseil (PRC), en amont de leur candidature à la VAE, afin

de les aider à analyser la pertinence et la faisabilité de leur projet et de déterminer

le diplôme adapté.

Plus de 50 conseillers assurent ce service dans les 8 PRC et leurs 25

antennes territoriales, conventionnés par la Région Lorraine. En 2009,

100 réunions d’information grand public ont été animées, et 2 500 conseils

réalisés. Les candidats les plus nombreux sont les femmes (61%), et les personnes

ayant une activité (70%).

18 500 candidatures à la VAE ont été enregistrées en Lorraine par les

organismes certificateurs depuis 2003. La demande semble stabilisée à hauteur

de 2 700 candidatures par an. Ces demandes sont recevables dans plus

de 90% des cas, pour partie en raison des conseils apportés en amont.

La forte diversité des certifications demandées (plus de 300) traduit la

possibilité pour un candidat de rechercher dans le grand nombre de diplômes

ou titres inscrits au Répertoire National des Certifications Professionnelles

(plus de 6 000 fiches répertoriées à fin 2009) celui qui sera le plus adapté

à son expérience.

En 7 ans, 10 500 candidats ont été présentés en jury. 9 500 d’entre eux,

soit 90%, ont obtenu une validation totale ou partielle de leur expérience.

Plus de 1 000 personnes (6 064 depuis 2003) accèdent tous les ans à un

diplôme ou à un titre par la voie de la VAE, et peuvent se servir de cette reconnaissance

de leurs compétences dans leurs projets d’évolution, d’insertion, ou

de mobilité. Les jurys ont prononcé une validation totale dans 57% des cas,

avec de fortes variations selon les diplômes (90% à l’université, 20% pour le

diplôme d’aide soignant).

Environ un candidat sur cinq a fait l’objet d’une évaluation par mise en situation

(titres du Ministère de l’Emploi), les autres ont été évalués sur la base d’un

dossier présentant leur expérience.

Un nombre trop important de candidats ne sollicitent pas un accompagnement

(50% pour certains certificateurs). Bien que facultatif, l’accompagnement

est un facteur essentiel de réussite, et contribue à réduire les

abandons. Des solutions de financement existent pourtant pour la majorité

des demandes. Les candidats en validation partielle (500 à 600 tous les ans)

disposent de cinq ans pour obtenir la certification, en élargissant leur expérience,

ou en complétant leurs acquis par formation.

97% des diplômes ont été délivrés par quatre certificateurs, depuis 2003 :

Éducation nationale secondaire (45%), Emploi (31%), Sanitaires et sociales

DRASS (17%), Universités (4%).

8

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


50% des diplômes délivrés au niveau

CAP.

La moitié des diplômes délivrés sont de niveau CAP (niveau V), confirmant la place

de la VAE dans l’accès à la qualification des publics peu ou pas diplômés.

10 diplômes phare :

50% des diplômes attribués

Top 10 des certifications les plus délivrées de 2004 à 2009 :

- Titre professionnel (TP) Assistant de vie aux familles : 727

- Diplôme d’État d’Auxiliaire de vie sociale : 629

- CAP Petite enfance : 297

- BTS Assistant de manager (ex Assistant de direction) : 269

- Diplôme d'État d'Éducateur spécialisé : 255

- TP Conducteur d'installations et de machines automatisés : 157

- BAC pro Secrétariat : 139

- Diplôme d’État d'Aide soignant : 121

- TP Agent de fabrication industrielle : 117

- BTS Management des unités commerciales (ex Action commerciale) : 108

PV - AW

A c t u a )

réunion d'information grand public sur la vae : CALENDRIER 2010 (2 nd semestre)

Ces réunions, organisées par les Points relais conseil (PRC), sont ouvertes à tous publics. La participation est libre.

Il n’est pas nécessaire de s’inscrire. La durée de la réunion et des échanges est d'environ 1h30.

Pour toute information, contactez votre Point Relais Conseil ou le Centre de Ressources VAE.

Dpt Date et heure Ville Lieu de la réunion Point Relais Conseil (PRC)

54 15/10 - 14h00 Nancy NUFC - 32 rue de Saurupt

19/11 - 14h00 Pompey Communauté de communes NUFC > 03 83 68 28 00

10/12 - 14h00 Nancy NUFC - 32 rue de Saurupt

20/09 - 17h30 Longwy GRETA - Espace J. Monnet - Longlaville

04/11 - 17h30 Homécourt APP d'Homécourt - Hôtel des ouvriers CIBC 54 Nord > 03 82 25 24 36

26/11 - 17h30 Longwy GRETA - Espace J. Monnet - Longlaville

55 23/09 - 18h00 Verdun GRETA - Rue F. Braudel

19/10 - 17h30 Bar-le-Duc AMIFOP - 8 parc Bradfer CIBC 55 > 03 29 76 20 52

04/11 - 18h00 Verdun GRETA - Rue F. Braudel

57 25/09 - 10h30

26/10 - 17h30 Metz CCI Formation - 5 rue JA Chaptal CCI Formation > 03 87 39 46 00

27/11 - 10h30

24/09 - 17h30 Forbach Eurodev Center - 4 rue J. Verne

25/09 - 9h30 Thionville IRIS - 10 rue du Maréchal Joffre

16/10 - 10h00 Forbach Eurodev Center - 4 rue J. Verne

22/10 - 17h00 Sarrebourg SYNERGIE - ZA Terrasses de la Sarre IRIS > 03 82 25 10 22

23/10 - 10h00 Thionville IRIS - 10 rue du Maréchal Joffre

20/11 - 9h30 Thionville IRIS - 10 rue du Maréchal Joffre

03/12 - 17h00 Sarrebourg SYNERGIE - ZA Terrasses de la Sarre

88 24/09 - 14h00 Neufchâteau CAGIP - 52 avenue du Pdt Kennedy

22/10 - 14h00 Vittel Maison Ressources - 29 rue F. Richard CIBC 88 Ouest > 03 29 64 18 34

05/11 - 14h00 Épinal CAGIP - 52 avenue du Pdt Kennedy

10/12 - 14h00 Épinal CAGIP - 52 avenue du Pdt Kennedy

22/10 - 14h30 Remiremont Pôle emploi - 8b, place J. Méline CIBC 88 Est > 03 29 42 23 43

10/11 - 14h00 Saint-Dié CCI des Vosges - 44 rue des 3 villes

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

9


R é g i o n )

action territoriale d'insertion :

camAÏeu - groupe cci formation 54

Concilier efficacité économique par un meilleur ajustement aux besoins de qualification et efficacité sociale

par un droit d’accès à la qualification pour tous, tels sont les enjeux de la politique de formation du Conseil

Régional de Lorraine.

Les priorités et orientations précisées dans le Plan régional

de développement des formations professionnelles (PRDF),

et déclinées en actions de formation doivent favoriser l’accès

de tous les Lorrains à la formation tout au long de la vie.

C’est dans cet esprit qu’un travail partenarial a été engagé

début 2010 avec :

- Pôle emploi équipe Commerce Vente de Nancy-Gentilly,

- les Missions Locales (Grand Nancy, Val de Lorraine & de

Laxou, Lunéville, Toul),

- le Groupe CCI Formation 54,

suite à la sollicitation de l’entreprise CAMAÏEU pour la

mise en œuvre d’une action de formation qualifiante à

destination de dix demandeurs d’emploi.

Cette action, d’une durée de 210 heures au sein du Groupe

CCI Formation 54 et 238 heures au sein de différents

magasins CAMAIEU de la région, s’est déroulée du 24 mars

au 25 juin 2010.

Elle a permis à dix demandeurs d’emploi d’accéder à un

poste de Conseillères de vente au sein de l’entreprise

CAMAÏEU.

Le 25 juin dernier, en présence d'Alain MARCHAL, Directeur

régional de CAMAÏEU, de Jean-Christophe KLEIN, Directeur

du Groupe CCI Formation 54, de l’équipe pédagogique,

de l’ensemble des tutrices, responsables de magasins

CAMAÏEU, des stagiaires ayant suivi cette action et

des partenaires de l’emploi et de la formation (Conseil

Régional de Lorraine, Pôle emploi, Missions locales), s’est

déroulée la clôture de ce stage qui a permis à ces jeunes

femmes de s’inscrire dans un parcours d’insertion

professionnelle pérenne.

Les stagiaires, les responsables de magasin CAMAÏEU

et l'équipe pédagogique Groupe CCI Formation 54.

Cette mobilisation collective répond aux objectifs que le

Conseil Régional de Lorraine se fixe en matière de sécurisation

des parcours professionnels des Lorrains en visant

une parfaite adéquation entre les besoins en compétences

repérés par l’entreprise et la mise en œuvre d’une action de

formation qualifiante à destination de demandeurs d’emploi.

Bon à savoir

Objectif des Actions Territoriales d'Insertion (ATI)

Par le biais des ATI, la Région Lorraine entend soutenir la

mise en œuvre d'actions d'insertion en lien direct avec des

besoins d'entreprises, de branches professionnels identifiés.

LG

10

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


A c t u a )

JOURNÉES DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE : 2 ème édition

Après le succès des premières journées de la sécurité routière organisées en 2009 sur le circuit de Chambley, le

Conseil Régional de Lorraine réédite cette opération au profit des lycéens, apprentis, publics d’insertion et demandeurs

d’emploi.

L’information sera dispensée par l’ensemble des professionnels œuvrant pour la sécurité routière (gendarmerie

nationale, police nationale, SDIS…) confrontés dans le cadre de leurs activités professionnelles aux dangers de la route

et soucieux de sensibiliser le public à cette thématique.

De nombreux ateliers pratiques permettront au public de se confronter à tous les aspects de la sécurité routière.

Ainsi à titre d’exemples, on peut noter que :

- la police nationale organisera une conférence interactive sur les drogues et les risques liés à leur usage ;

- la gendarmerie nationale animera un atelier sur les effets de l’alcool, sur la présentation des radars et des

éthylotests et un stand moto permettra de mieux appréhender les dangers des deux roues.

Des lycéens lorrains seront accueillis le 30 septembre, avant la venue le 1 er octobre d’apprentis et de stagiaires des

Écoles de la 2 ème Chance.

La dernière journée, samedi 2 octobre sera ouverte au grand public et aux demandeurs d’emploi entrés sur des

actions de formation financées par le Conseil Régional de Lorraine dans le secteur du transport et de la logistique.

Un grand jeu quizz permettra de gagner un stage à l’École de conduite Francis MAILLET.

Un stand sur le ‘’recrutement et la promotion des Métiers de la Police Nationale’’ permettra de susciter des vocations.

Une bonne occasion aussi pour préparer son permis de conduire et retrouver les informations nécessaires pour

bénéficier d’une prise en charge du permis à hauteur de 500 euros par le Conseil Régional de Lorraine.

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

11


D r o i t )

salariés en cdd, en intérim :

comment mobiliser le congé formation

Le congé individuel de formation permet à un salarié de se former, en dehors du plan de formation de son

entreprise, dans le cadre d’une action qu’il a librement choisie en pouvant bénéficier d’une rémunération.

Les salariés ayant signé des contrats de travail précaires, soit sous forme de contrat à durée déterminée, soit

sous forme de mission d’intérim, bénéficient à leur initiative de congé individuel de formation spécifique.

quelques repères pour le congé individuel de formation

des salariés titulaires de contrat à durée déterminée (cif-cdd)

Contacts :

FONGECIF Lorraine

0 800 328 337 ou 03 83 30 82 80

www.fongecif-lorraine.org

FAF-TT (intérim)

www.faftt.fr

• Conditions

Le salarié en CDD doit avoir travaillé d’une part 24 mois, consécutifs ou non

en tant que salarié au cours des 5 dernières années et d’autre part, il doit

également justifier de 4 mois sous CDD, consécutifs ou non, au cours des 12

derniers mois.

NB : Sont exclus du calcul des 4 mois, les CDD issus du contrat d’apprentissage,

du contrat de professionnalisation, du contrat unique d’insertion.

À l’issue du CDD, l’employeur doit transmettre au salarié un Bordereau individuel

d’accès à la formation (BIAF) destiné à l’informer sur les conditions d’exercice

de ce droit.

Et au terme de son CDD, le salarié a 12 mois pour entreprendre une formation,

de préférence à temps plein. En effet, la rémunération n’est versée que

pour les heures effectives de formation et les périodes de vacances scolaires

ne donnent donc pas lieu à versement.

En général, le CIF-CDD se déroule au terme du CDD : il n'est donc pas nécessaire

de demander une autorisation d’absence à l’employeur. Le plus souvent,

l’ex-titulaire de CDD est déjà inscrit à Pôle emploi.

• Procédure

Le salarié en CDD va s’adresser directement à l’OPACIF (organisme paritaire

agréé chargé de la gestion du CIF) afin de demander le financement de son

CIF ; l’OPACIF compétent est celui dont relève la dernière entreprise dans

laquelle a été exécuté le dernier CDD (son nom figure sur le BIAF).

Pour consulter la liste des OPACIF : www.inffolor.org

> menu M'orienter (rubrique "Être informé(e), conseillé(e), accompagné(e)).

Après avoir rempli un dossier complété par une lettre de motivation, la commission

paritaire de l’OPCACIF, qui se réunit selon un calendrier précis, statue

sur la prise en charge financière en fonction des priorités qu’elle a définies.

• Financement

En cas d’acceptation de la prise en charge, l’ex-titulaire du CDD est considéré

comme stagiaire de la formation professionnelle. Il pourra recevoir une rémunération

calculée sur la base de la moyenne des salaires perçus au cours des

4 derniers mois sous CDD.

12 Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


Si le montant trouvé est inférieur ou égal à deux fois le SMIC, ce salaire sera maintenu

le temps de la formation (sur la base d’un temps plein).

Si la formation est à temps partiel, la rémunération sera proratisée.

La loi limite en effet la durée de prise en charge financière à 52 semaines pour une

formation à temps plein ou 1 200 heures pour une formation à temps partiel.

Les frais liés à la formation (frais pédagogiques, frais de transport...) peuvent, selon les

règles de l’OPACIF, être pris en charge.

À noter : le taux d’acceptation des CIF-CDD est sensiblement supérieur à celui du

CIF-CDI.

La période en CIF est considérée comme étant une période de travail, aussi le salarié

acquiert-il des droits en matière d’indemnisation chômage et de retraite. Le dernier

jour de formation est assimilé à une fin de contrat de travail.

quelques repères pour le congé individuel de formation

des salariés intérimaires (cif-tt)

• Conditions

Pour pouvoir mobiliser le congé individuel de formation, le salarié intérimaire doit

totaliser 1 600 heures dans le travail temporaire au cours des 18 derniers mois, dont

600 heures dans l'Entreprise de travail temporaire (ETT) qui signe son autorisation

d'absence.

La demande d’autorisation d’absence à l’agence d’emploi (entreprise de travail temporaire)

doit être déposée en cours de mission ou dans un délai maximum de 3 mois

après le dernier jour de mission. La formation quant à elle doit démarrer au plus tard

dans les 12 mois après la remise de la demande d'autorisation d'absence.

bon à savoir :

Pour affiner leur projet de formation,

les salariés en CDD et en intérim

peuvent également mobiliser le congé

bilan de compétences.

• Procédure

Le salarié intérimaire s’adresse obligatoirement à l’OPACIF du secteur : le FAF-TT

pour retirer un dossier de prise en charge. Il doit le remplir accompagné d’une lettre

de motivation et le déposer en respectant impérativement le calendrier élaboré par

le FAF-TT en fonction des dates d’entrée en formation. Le budget du FAF-TT consacré

au CIF ne permet pas de financer toutes les demandes : globalement, un dossier sur

deux est accepté.

Les partenaires sociaux ont donc mis en place une série de critères de classement

et de priorités relatifs à l’évaluation du projet professionnel, à l’âge et à l’ancienneté

dans l’intérim, au type de certification à l’issue de la formation…

En cas de maladie professionnelle ou d’accident du travail, ou en cas d’ancienneté

professionnelle importante dans l’intérim (4 500 heures de missions au cours des

trois dernières années), des priorités sont appliquées aux publics concernés.

• Financement

Si le dossier est accepté par la commission paritaire du FAF-TT, le travailleur intérimaire

est considéré comme étant salarié de l’agence d’emploi qui lui a délivré l’autorisation

d’absence et il est alors titulaire d’un contrat de mission-formation.

La rémunération en CIF-TT est calculée sur la base du salaire effectué au cours de la

mission à l’occasion de laquelle a été déposée l’autorisation d’absence.

Les frais liés à la formation (frais pédagogiques, de transport...) peuvent, selon les

règles du FAF-TT, être pris en charge.

MJ

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

13


Dossier )

métiers & développement durable :

peu de nouveaux métiers mais beaucoup d'emplois «verts»

Si les emplois liés au développement durable connaissent depuis quelques années une forte progression, c’est

parce que la quasi-totalité des secteurs d’activités est concernée par les enjeux économiques et sociétaux qui

en découlent.

En effet, avec le développement des politiques publiques, les modifications des réglementations et la

demande accrue des consommateurs, la plupart des métiers se transforment. Aussi, contrairement à ce que

l’on peut penser, l’essentiel des métiers dits «verts» correspondent à des emplois existants pour lesquels des

adaptations sont nécessaires notamment en termes de formation.

Certes, des besoins spécifiques se font sentir au sein des entreprises et l’on assiste à l’émergence, toute relative,

de nouveaux métiers : responsable développement durable, technicien en énergies renouvelables, conseiller en

économie d’énergie, ...

C’est pourquoi, après un rapide tour d’horizon sur les notions de croissance verte, métiers et emplois, ce nouveau

dossier d’Objectif Formation met davantage en exergue les métiers existants «recyclés» à la sauce développement

durable que l’émergence de nouveaux métiers.

En témoignent les actions et les expérimentations mises en place dans différents secteurs d’activités en Lorraine

et présentées dans ce dossier.

PANORAMA

Aujourd’hui, les concepts d’environnement et d’écologie ne se limitent plus à la simple protection de la nature. La question

environnementale a rejoint celle de développement, et on parle désormais de développement durable.

Mais que recouvrent ces termes Conciliant l’économie, l’écologie et le progrès social, le développement durable est un

mode économique qui prend en compte les ressources naturelles et les écosystèmes sans perdre de vue les finalités

sociales du développement (lutte contre la pauvreté, recherche de l’équité). Tous les secteurs de l’activité économique

sont concernés et notamment dix filières : l’agriculture et les forêts, l’automobile, le bâtiment, les carburants et la chimie

verte, la filière eau – assainissement – traitement des déchets - air, l’électromécanique-construction électrique et réseaux

électriques, les énergies renouvelables, les métiers de la mer, le tourisme et enfin les transports.

Selon un rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi (COE) intitulé «Croissance verte et emploi», paru en janvier 2010,

toutes ces filières indiquent que, dans les dix ans qui viennent, il n’y aura que très peu de nouveaux métiers liés à la «croissance

verte». Pour la plupart des filières, notamment les plus polluantes, les préoccupations environnementales ne sont

pas nouvelles et les secteurs ont souvent déjà su développer les compétences nécessaires.

En revanche, toutes ces filières s’accordent pour affirmer que le développement durable nécessitera de former les personnes

pour qu’elles adaptent leurs pratiques professionnelles ou qu’elles acquièrent des compétences complémentaires,

ou de réviser l’organisation du travail sans changer fondamentalement le métier de chacun.

Sur l’effort de formation à accomplir, toutes les filières s’entendent aussi pour dire qu’il est de grande ampleur, avec

toutefois des difficultés pour parvenir à une estimation fiable des besoins dans le temps. Il s’agit à minima de sensibiliser

les salariés au développement durable et le plus souvent de les former à de nouvelles compétences et de leur apprendre

de nouveaux savoir-faire.

Aussi, la prévision de 600 000 créations d’emplois «verts» à l’horizon 2020 (cf. Grenelle Environnement), selon le COE,

semble très optimiste d’autant qu’elle ne prendrait pas en compte les emplois détruits dans les secteurs de l’automobile ou

de la sidérurgie par exemple.

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

15


universités de lorraine : se former au développement durable n'est pas un effet de mode

Au niveau de l’enseignement supérieur et des 4 universités de Lorraine en particulier, l’appropriation de la problématique

du développement durable est faite depuis de nombreuses années et nombre de formations, mais également de thématiques

d’études de laboratoires de recherche, l’ont intégrée.

Ainsi, à côté de formations telles que la licence professionnelle «Gestion des Ressources Énergétiques et Énergies

Nouvelles» (Upv-m) ou le master «Ingénierie Durable de l’Environnement» (Nancy-Université), des spécialités plus «classiques»

s’emparent de la question, apportant ainsi une dimension supplémentaire au CV des étudiants ; c’est le cas

du master nancéien «Génie Civil – Constructions et Ouvrages durables» et «Géosciences : planètes, ressources et environnement»,

ou de la licence professionnelle messine Plasturgie et Matériaux Composites qui offre une spécialité en

Éco-produits en Plasturgie.

Alors, effet de mode ou prise en compte «durable»

La réponse nous vient des entreprises qui confirment la nécessité de prendre en compte la problématique du développement

durable sur le long terme.

Ceci se traduit par des embauches fermes sur des spécialités dites «développement durable» : 67% des étudiants de

la licence pro 2007 «Métrologue de la qualité de l’air» sont en emploi 6 mois après la fin de leur formation, et 100% à

18 mois dans des métiers tels que Technicien de la qualité de l’air, Responsable d’usine de dépollution, Technicien Mesure

de l’environnement et hygiène du travail, ...].

Mais cette prise en compte ne touche pas que les formations diplômantes, car nombre d’entreprises intègrent cette

thématique dans leur plan de formation, dans une logique de formation tout au long de la vie des salariés. Les universités

de Lorraine y apportent une réponse par le biais de formations adaptées inter ou intra-entreprise visant à élargir les

compétences de salariés en poste, répondant ainsi à la nécessaire sécurisation des parcours professionnels des individus

dans un environnement qui évolue constamment.

Plus d’informations :

www.univ-metz.fr ou www.fc.nancy-universite.fr

DES MÉTIERS ET DES EMPLOIS QUI VERDISSENT

i. dans le bâtiment

• Le Grenelle Environnement & les métiers verts du bâtiment

Comment les objectifs du Grenelle Environnement se traduisent-ils

en termes de marchés, d’emploi, de formation

Quelles sont sur les territoires, les filières les plus concernées

Comment les métiers et les compétences dans le

secteur du bâtiment vont-ils évoluer C’est à partir de ces

interrogations que l’Agence de l'environnement et de la

maîtrise de l'énergie (ADEME) et l’Alliance Villes Emploi ont

piloté une expérimentation nationale autour des métiers du

bâtiment liés au Grenelle Environnement.

L’action de la Maison de l’Emploi du Grand Nancy s’est

appuyée sur les travaux d’un cabinet d’études indépendant,

le BIPE. Il s’agissait d’abord d’évaluer, métier par métier et

pour le bassin d’emploi de Nancy, les créations d’emplois à

l’horizon 2012 liées directement aux chantiers exigeants du

Grenelle Environnement. Ainsi, pour ce seul bassin d’emploi,

les interventions sur le bâti devraient atteindre les 370 ETP

(équivalent temps plein) par an en 2012, soit une croissance

attendue de près de 70% en 5 ans.

le projet

maisons de l'emploi et développement durable

Trois maisons de l’emploi dont celle du Grand Nancy ont

conduit, en 2008 et 2009, un diagnostic partagé de l’évolution

des emplois et des compétences de deux filières du

Grenelle Environnement : l’efficacité énergétique (isolation

thermique, rénovation…) et les énergies renouvelables.

Ce diagnostic a mobilisé tous les acteurs concernés pour

établir des plans d’actions en faveur du développement

des emplois et de la formation liés au Grenelle Environnement.

En 2010, le projet a été étendu à 30 nouvelles Maisons

de l’Emploi, dont en Lorraine, la Maison de l’emploi meusienne

(Bar-le-Duc) et la Maison de l’emploi de la Déodatie

(Saint-Dié-des-Vosges).

16 Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


Dossier )

Évolution des métiers «verts» du bâtiment sur le bassin d'emploi de Nancy (en ETP, 2007-2012)

Les menuisiers, les maçons, les peintres et les électriciens

seront particulièrement recherchés par les entreprises.

Ainsi, pour pouvoir répondre aux nouveaux marchés suscités

par le Grenelle Environnement mais aussi pour remplacer

des départs à la retraite, les entreprises du bassin de Nancy

recruteront près de 1 000 personnes chaque année.

..................................................................................

ETP : équivalent temps plein

Source : Étude BIPE 2009 – Maison de l’Emploi du Grand Nancy

Une autre dimension du Grenelle Environnement est à

prendre en compte, au-delà de l’impact quantitatif sur

l’emploi : celle de l’évolution des compétences de tous les

professionnels du bâtiment. Les entreprises du bâtiment «se

verdissent» progressivement, les compétences des professionnels

aussi.

Les entreprises, poussées par une demande publique et

privée de plus en plus soutenue, s’orientent vers des activités

«vertes» : l’éco-construction, mais aussi la rénovation

thermique du bâti, l’installation et la maintenance de capteurs

photovoltaïques, de capteurs solaires thermiques,

d’appareils de chauffage au bois, de pompes à chaleur…

Construire ou rénover en respectant les normes environnementales

signifie former dans les années à venir des

centaines de maçons, menuisiers, charpentiers, couvreurs,

chauffagistes, peintres et électriciens aux nouvelles techniques

«vertes». Des métiers existants donc, et qui voient

leur contexte professionnel se transformer.

Les facteurs de ce changement sont multiples : les

normes réglementaires et techniques sont de plus en plus

contraignantes ; des matériaux innovants – plus économes

en énergie et moins polluants – remplacent progressivement

les matériaux classiques de la construction. Enfin, sur les

chantiers du développement durable, les corps de métiers

sont amenés à travailler ensemble et non plus à intervenir

successivement, l’un après l’autre.

En conclusion, les innovations réglementaires et technologiques

introduites par le Grenelle Environnement auront un

impact positif sur l’emploi mais ne donneront pas forcément

naissance à de «nouveaux métiers».

En revanche, en se tournant vers une activité liée au développement

durable, de nombreuses filières du Bâtiment évolueront,

entraînant ainsi une mutation des compétences et des

qualifications.

Les chantiers du Grenelle Environnement en France

- Rupture technologique dans le bâtiment neuf (généralisation de la norme BBC, «bâtiments basse consommation») ;

- Rénovation thermique dans le bâtiment ancien (réduction d’au moins 38% des consommations d’énergie du parc

existant ; 400 000 logements rénovés chaque année à partir de 2013) ;

- Rénovation thermique de l’ensemble des logements sociaux ;

- Développement des énergies renouvelables (porter la part des énergies renouvelables à au moins 20% de la consommation

d’énergie finale d’ici à 2020).

Plus d'informations : www.mde-nancy.org

Rendez-vous au Village de la formation, des métiers et de l'emploi des 15 et 16 octobre 2010

Parc des Expositions de Nancy - Quartier "Carrefour Information-Conseil-Orientation"

> espace Maison de l’Emploi du Grand Nancy (vertBatim).

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

17


• Un exemple à suivre : les chalets POIROT dans les Vosges

L’entreprise «Chalets Poirot» située sur la commune de

La Bresse dans les Vosges a développé cette année une

nouvelle unité récemment installée aux Planches.

Objectif : utiliser les bois vosgiens afin de les préparer

sur place dans le cadre de leur propre production mais

également pour le négoce.

Ce nouvel outil de travail a nécessité la construction d’un

bâtiment de 170 m de long afin d’y installer une machine

entièrement automatisée qui permet d’obtenir, par aboutage

de pièces de bois de longueur variable, des pièces atteignant

13 m de long.

Celles-ci, rabotées et stockées sont revendues ou servent

aux besoins de l’entreprise pour la construction des chalets

(150 prévus en 2010). Les chutes de bois et les copeaux

sont transformés en granulés combustibles.

Reste à concrétiser la partie séchage des bois, qui sera fait

cet automne.

Pour l’ensemble de ce projet, l’entreprise avait annoncé la

création de 53 emplois à l’horizon 2011.

Le recrutement se fait en partenariat avec Pôle emploi

Remiremont dans le cadre d’un contrat service qualité.

Un exemple de chalet POIROT.

Après écoute des besoins, Pôle emploi aide les dirigeants

à trouver le personnel répondant à l’offre d’embauche, mais

également à soutenir financièrement les formations nécessaires.

22 personnes ont déjà intégré l’entreprise avec une perspective

d’emploi d’au moins six mois et possibilité de déboucher

sur des CDI.

• Le projet Praxis Ecobat : la Lorraine région pionnière

Ce projet a pour objectif de déployer à l’échelon régional des

pôles de compétences permettant de former tout type d’apprenants

aux évolutions des métiers du bâtiment découlant

des nouvelles exigences en matière de réglementation thermique

renforcées par le Grenelle Environnement.

Il consiste à installer dans chaque pôle de compétences

des matériels et outils pédagogiques innovants dans sept

domaines prioritaires : isolation des parois opaques,

renouvellement de l’air, éclairage économe et performant,

bois-énergie, solaire thermique, solaire photovoltaïque et

pompes à chaleur.

Ce projet est la résultante d’un partenariat entre l’ADEME

et les services de la Région Lorraine en tant que financeurs

ainsi que les responsables des établissements concernés.

Courant 2011-2012, les apprenants en formation initiale

et continue bénéficieront au sein de ces pôles de compétences

d'une formation de première qualité au plan régional

et national dans un secteur porteur d’emplois.

La future plate-forme Praxis EcoBat traduit de manière

concrète l’orientation stratégique de la Région Lorraine en

matière de développement durable et de formation tout au

long de la vie.

18 Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


Dossier )

ii. dans l'agriculture

• Une formation verte au service du tourisme rural

Les travaux de l’Observatoire Interrégional du marché de

l’emploi ont cité le tourisme comme l’un des secteurs les

plus porteurs d’avenir en Grande-Région.

Ce constat, allié à la nécessaire diversification des activités

agricoles, a amené la Région Lorraine à mettre en place une

formation transfrontalière de Chargé de développement de

projets agritouristiques dont la mission est de promouvoir

le monde agricole en proposant une offre «tourisme vert».

À l’origine créée pour des conjoints d’exploitants qui souhaitaient

mettre en place un atelier de diversification, cette

formation, portée par le Centre ALPA (Association Lorraine

pour la Promotion en Agriculture) avec l’IS4a, s’est

finalement étendue à des personnes, non issues du milieu

agricole, motivées pour valoriser les terroirs régionaux et

transfrontaliers.

Les stagiaires, leurs formateurs et les partenaires wallons.

En complément de ces apprentissages théoriques en

France, les stagiaires ont participé à un «Agritour» de

formation interrégional sous la forme d’une immersion de

5 semaines chez des agriculteurs wallons et luxembourgeois

qui ont fait le choix de développer le tourisme vert dans leur

exploitation.

6 stagiaires ont consolidé leur projet professionnel, notamment

par l’acquisition de connaissances des filières tourisme,

tourisme vert et des notions de gestion, visant à réunir

les conditions économiques et financières nécessaires à la

réussite de projets agritouristiques.

À l’issue des 6 mois de formation, des projets variés ont

émergé : commercialisation de confitures à la bergamote, la

création d’une asinerie (élevage d’ânes) avec promenade pour

enfants en difficultés, fabrication de glaces, vente de produits

fermiers ou biologiques, animation d’un musée rural…

Le développement durable au sein de l'enseignement agricole

L’éducation au développement durable révèle des enjeux fondamentaux pour l‘enseignement agricole : la formation d’un

citoyen qui peut prendre en compte la complexité, ayant tout à la fois une conscience d’acteur systémique et professionnelle.

Dans ce cadre, les établissements ont un statut d’acteur du monde rural et péri-urbain. C’est aussi dans cette

perspective que le développement durable est intégré dans la formation des futurs agriculteurs afin de les préparer à

être confrontés à une diversité d’agricultures, de leur donner les outils pour en faire l’analyse, de se repérer dans cette

diversité et de raisonner leurs choix techniques.

Dans le cadre de la rénovation de la voie professionnelle qui a démarré lors de la rentrée scolaire 2009/2010, les

nouveaux référentiels des secondes, première année du baccalauréat professionnel en trois ans, tiennent compte des

enjeux de l’éducation au développement durable d’une part, dans les modules de formation des disciplines générales et

professionnelles d’autre part, dans le cadre d’un stage collectif d’une semaine d’éducation ayant pour thème : l’éducation

à la santé et au développement durable. Ces dispositions seront étendues aux modules professionnels au fur et à

mesure des rénovations dans cet objectif.

L’accompagnement des équipes pédagogiques a été initiée afin de favoriser les enseignements concernant le développement

durable et de proposer des situations pédagogiques qui permettent l’apprentissage des techniques et la compréhension

de l’environnement.

Mettre en cohérence les valeurs et objectifs du développement durable n’est pas sans conséquence sur les modes de

fonctionnement d’un établissement. Utiliser celui-ci pour expérimenter, apprendre et mettre en pratique est un gage

d’application des principes de l‘Éducation au Développement Durable.

Sous l’impulsion du Conseil Régional de Lorraine, deux établissements publics agricoles sont engagés depuis 2009 dans

la démarche de l’Agenda 21 1 et deux autres devraient les rejoindre prochainement.

...................................................................................................................................................................

1

L'Agenda

21 (ou Action 21) est un plan d'action pour le XXIe siècle adopté par 173 chefs d'État lors du sommet de la Terre, à Rio, en 1992.

Ce plan d'action décrit les secteurs où le développement durable doit s’appliquer dans le cadre des collectivités territoriales.

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

19


Le développement durable au sein de l'enseignement agricole (suite)

Au cours de l’année 2009, ont été conduits le bilan CARBONE des établissements agricoles et en leur sein le bilan

planète au niveau des exploitations. Ce diagnostic qui évolue s’appellera DIATER et l'un de ses experts travaille au sein

d'un établissement lorrain. De même, une étude, conduite par une étudiante en licence pro au printemps 2010, a permis

de dresser un diagnostic des contraintes et des perspectives pour une utilisation des produits régionaux dans les

cantines des établissements dans le cadre des circuits courts.

Il s’agit aujourd’hui, aux échelles nationales, régionales et locales d’utiliser les expériences d’établissements engagés

pour : reconnaître et valoriser les démarches engagées ; évaluer les actions et projets selon les indicateurs en EDD ;

décliner un projet d’établissement en développement durable et donner un horizon intégrant de nouveaux modes de

gouvernance des établissements en accords avec les valeurs et objectifs du développement durable.

Cette appréhension permet aux établissements et aux communautés de s’inscrire dans une démarche d’innovation qui

soit en phase avec les nouvelles attentes sociétales.

• Une nouvelle certification : certiphyto

Face aux attentes toujours plus fortes des consommateurs Une expérimentation est menée en France et notamment

vis-à-vis du monde agricole concernant la qualité des denrées en Lorraine via les Chambres d’Agriculture, le réseau des

alimentaires, les pouvoirs publics encadrent de plus en plus CFPPA, Roville aux Chênes et l’ALPA pour tester ce dispositif,

d’une ampleur sans précédent car il touche près de

les pratiques des professionnels du secteur.

950 000 personnes, dans des conditions avantageuses

pour le candidat en proposant une formation gratuite et un

Une étape est en passe d’être franchie avec la mise en place,

diplôme validé pour 10 ans au lieu de 5 à partir de 2014.

à échéance 2015, d’un certificat obligatoire qui conditionnera

l’utilisation des produits phytosanitaires : le Certiphyto. Plus d’informations :

www.alpa-is4a.fr

iii. dans le commerce

• Un métier qui se spécialise : commercial en énergies

renouvelables

Avec une hausse des prix du gaz (4,7%) en juillet, des prix du

fioul et des tensions sur le marché des matières premières,

le recours aux énergies renouvelables reste d’actualité.

Ainsi, un chauffe-eau solaire peut diviser par deux une facture

d’eau chaude.

Une installation photovoltaïque peut apporter une moyenne

de revenu de l’ordre de 1 500 € par an. D’ailleurs, selon

Électricité Réseau Distribution, la France comptait 45 000

panneaux photovoltaïques raccordés au réseau à la fin 2009,

75 000 attendus pour 2010, 120 000 pour 2011.

En outre, le consommateur est de plus en plus sensible aux

arguments du développement durable : énergies fossiles

dangereuses pour la santé et l’environnement, incitations

fiscales et financières nombreuses de la part des pouvoirs

publics pour le recours aux énergies renouvelables (État,

Région, EDF).

Aussi, les métiers de commercialisation des produits de

chauffage, chauffe-eau et d’énergies sont en pleine mutation.

Ces nouveaux commerciaux doivent appréhender plusieurs

métiers qui passent par l’installation du matériel (choix du

lieu, contrainte d’attache, d’étanchéité) et par le calcul de la

rentabilité sans oublier les démarches administratives nécessaires

à l’obtention des contrats (EDF), des subventions.

Sur le marché lorrain, il existe deux types d’entreprises

commercialisant ces produits : l’entreprise traditionnelle de

chauffage et les nouvelles qui se spécialisent uniquement sur

un produit (exemple des panneaux photovoltaïques).

Ce marché est également la cible d’entreprises allemandes

qui recherchent un axe fort de développement.

CCI Formation Metz a donc mis en place une action transfrontalière

avec RAG Bildung pour former des commerciaux

spécialisés en énergies renouvelables maitrisant la langue

allemande et capables de travailler pour une entreprise

française ou allemande.

Plus d’informations :

www.cciformation.org

20 Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


Dossier )

emplois «verts» : pôle emploi se mobilise

... En faisant découvrir aux demandeurs d'emploi les opportunités offertes par la croissance verte...

Une rubrique consacrée aux emplois de la croissance verte a été mise en ligne sur

le site de Pôle emploi depuis le 1 er avril 2010 à l’occasion de la semaine du développement

durable. Les demandeurs d’emploi peuvent y trouver les métiers et les offres

d’emplois liés à la croissance verte. Au total, ce sont plus de 330 métiers, 30

vidéos de découverte des métiers, et plusieurs milliers d’offres d’emplois qui sont

aujourd’hui proposés.

Des dépliants sont proposés aux demandeurs d’emploi en agence pour leur faire

découvrir les opportunités offertes par les filières de la croissance verte.

Une campagne d’information et de sensibilisation est en cours pour développer les

connaissances des conseillers sur les emplois de la croissance verte.

Des actions d’Évaluation en milieu de travail (EMT), ou des Évaluations des compétences

et des capacités professionnelles (ECCP) sont proposées pour les métiers de

la croissance verte.

Pôle emploi accompagne sur le volet emploi de nombreux événements :

• «une semaine un emploi» du 27 septembre au 1 er octobre 2010,

• «le village de la formation, des métiers et de l’emploi» les 15 et 16 octobre 2010

au Parc des Expositions de Nancy.

... En proposant une offre de service qui permet d'identifier et de faire acquérir les compétences et les habilités

attendues par les entreprises...

Pôle emploi est prescripteur et acheteur de formation. En 2010, c’est plus de 5% du budget d’achat de formation qui

sera consacré aux métiers de la croissance verte. Ainsi, des financements seront proposés aux demandeurs d’emploi

qui souhaitent acquérir de nouvelles compétences liées à la croissance verte. Pôle emploi Lorraine travaille actuellement

sur deux projets de formation : «électricien bâtiment solaire photovoltaïque» et «façadier en isolation thermique par

l’extérieur».

La Méthode de recrutement par simulation (MRS) est une nouvelle méthode de recrutement qui permet d’élargir

la recherche de candidats en privilégiant le repérage des habilités au curriculum vitae. De nouveaux exercices sont

développés sur les métiers de la croissance verte. Aujourd’hui, il est par exemple possible de recruter par cette méthode

des installateurs de panneaux solaires.

Le Répertoire opérationnel des métiers et des emplois (ROME) propose plus de 60 fiches métiers se rapportant à des

catégories de métiers en lien avec la croissance verte.

Au niveau des appellations, ce sont aujourd’hui plus de 300 métiers directement en lien avec l’environnement qui sont

proposés aux demandeurs d’emploi.

De nombreux métiers dont le cœur reste inchangé, mais intégrant de nouvelles compétences liées à la croissance verte,

comme l’architecte du BTP, le chauffagiste ou encore le couvreur sont également proposés aux demandeurs d’emploi

qui souhaitent devenir acteurs du développement durable.

Plus d’informations :

www.pole-emploi.fr

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

21


ÉMERGENCE DE NOUVEAUX MÉTIERS

Les nouveaux métiers, directement créés par la prise de conscience publique et politique du développement durable, sont

pour la plupart liés au domaine énergétique. Prenons l'exemple de l'éolien ou du solaire. La France, terre du nucléaire, n'a

pas misé tôt sur ces énergies nouvelles par rapport à certains de ses voisins européens comme les pays scandinaves,

l'Allemagne ou l'Espagne.

Les filières solaires et éoliennes représentent près de 13 000 emplois en France alors qu'en Allemagne ou en Espagne,

le chiffre peut être multiplié par dix. Les perspectives sont en conséquence favorables. On trouve également de nouveaux

métiers, propices aux profils de techniciens, d’ingénieurs mais aussi aux personnes possédant des CAP ou BEP adaptés

dans des domaines tels que l’énergie, l’énergie nouvelle, les déchets, l’eau, l’isolation des bâtiments, ...

Pour exemples, deux nouveaux métiers qui devraient avoir le vent en poupe.

i. technicien en énergies renouvelables

Pour répondre aux nouveaux besoins en compétences des

professionnels du bâtiment dans le domaine énergétique et

tenir compte des évolutions liées au Grenelle Environnement,

un nouveau diplôme de l’Éducation nationale est proposé à

partir de septembre 2010 : il s’agit de la Mention Complémentaire

«Technicien en énergies renouvelables».

Le titulaire de ce diplôme est un électricien ou un climaticien

spécialisé dans la mise en œuvre d’équipements

fonctionnant avec des énergies renouvelables (solaire photovoltaïque,

solaire thermique, petit éolien, transfert d’énergie,

biomasse notamment le bois énergie, pompes à chaleur

aérothermique et géothermique, ventilation mécanique)

et permettant d’améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments.

Les activités de ce technicien sont les suivantes : il identifie

les besoins du client, il vérifie les faisabilités de l’installation

dimensionnée par le bureau d’étude, il répartit les

activités au sein d’une équipe et assure l’interface avec les

autres corps d’état, il installe les équipements, il raccorde

l’installation aux réseaux, il fait les réglages, les tests nécessaires

et la mise en service de l’installation, il présente le

fonctionnement et l’utilisation de l’installation au client, il assure

la maintenance préventive et corrective de l’installation.

Ce diplôme de niveau IV (BAC) est accessible aux personnes

titulaires d’un BAC PRO (ou brevet professionnel) du domaine

du génie électrique ou du génie climatique/thermique/énergétique

et aux personnes ayant 3 années d’expérience dans

ces secteurs d’activités.

En Lorraine, plusieurs Greta des quatre départements se

préparent à proposer cette formation continue dès la rentrée

2010 à différents publics : demandeurs d’emploi, salariés.

La durée minimum de cette formation est de 400 heures en

centre et 16 semaines de stage en entreprise.

Plus d’informations :

www.greta-lorraine.fr

ii. conseiller en économie d'énergie

Spécialisé dans l’efficacité énergétique des bâtiments, le

conseiller en économie d’énergie évalue les besoins et

propose des solutions d’optimisation des consommations

auprès des particuliers, des professionnels ou des collectivités

locales.

Dans un premier temps, le conseiller réalise un audit énergétique

du bien, c’est-à-dire qu’il évalue, simule et analyse les

consommations énergétiques des bâtiments.

Puis, il conseille ses clients pour définir les travaux à effectuer,

fournir des simulations budgétaires, aider à prioriser

les travaux, accompagner les clients pour monter leur dossier

de financement. Concrètement, il doit être capable de

répondre à des questions très simples (quelles sont les aides

financières auxquelles j’ai droit Si je change d’énergie, la

solution sera-t-elle plus économique

Près de chez moi, quels sont les artisans

qui maîtrisent les économies d’énergie ).

Outre ses connaissances dans le

bâtiment, les matériaux de construction

et les systèmes de production d’énergie,

le conseiller est doté d’un bon sens du relationnel et d’aptitudes

à la communication et à la négociation.

Le métier de conseiller en économie d’énergie est accessible

à plusieurs profils : technicien, technico-commercial,

ingénieur, cadre commercial.

Plus d’informations :

www.itga.fr

22 Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


Dossier )

Former les ingénieurs d'aujourd'hui et de demain

Pour répondre aux enjeux du développement durable, le Cnam en Lorraine, et plus particulièrement son École

d’ingénieurs (EICnam), ont mobilisé les entreprises pour créer, en 2009, l’Institut européen pour le développement de

formations en efficience énergétique (IF3E).

La première Formation d’ingénieur en partenariat (FIP) en efficience énergétique au niveau national, habilitée par la Commission

des titres de l’ingénieur (CTI), a été ouverte par la voie de l’apprentissage, dès la rentrée 2009.

Une formation répondant aux demandes du marché

Le titre d’ingénieur en efficience énergétique a pour objectif de former des ingénieurs de terrain polyvalents qui seront

aussi bien capables de piloter des projets, d’encadrer des équipes opérationnelles, que d’accompagner la démarche

globale d’un projet énergétique (conception, réalisation et exploitation).

Cette formation est accessible aux personnes de moins de 26 ans, titulaires d’un DUT ou d’un BTS technique.

Les élèves-ingénieurs sont formés pendant trois ans aux réalités du marché actuel et futur. Ils alternent ainsi les

cours en centre d’enseignement et les séquences en entreprise. À l’issue de la formation, les candidats obtiennent

le titre d’ingénieur diplômé du Conservatoire national des arts et métiers, spécialité «Energétique». Ils exercent des

fonctions de chargé d’affaires, chef de projet, conducteur d’opération, ...

Plus d’informations :

www.cnam-lorraine.fr

Les métiers verts se présentent comme une manne qui permettrait

de conjuguer développement durable, croissance

économique et emploi. Mais la réalité est finalement quelque

peu différente.

Comme précisé dans ce dossier, le Conseil d’Orientation

pour l’Emploi voit un potentiel incertain dans la création

d’emplois issue de la croissance verte. Il propose donc de

s’orienter vers les formations dans un premier temps avec la

création de nouvelles formations mais aussi la certification de

ces dernières.

L’adaptation des formations aux enjeux du développement durable apparaît comme essentielle pour la compétitivité et

l’emploi en France et plus spécialement en Lorraine. Cette adaptation doit aussi se faire selon le niveau d’études des

salariés ainsi que la taille de leur entreprise. Par exemple, des solutions doivent être trouvées pour que les salariés des

PME aient accès plus facilement aux formations.

Reste l’apparition de certaines activités, notamment liées aux énergies renouvelables ou à la mesure de la performance

énergétique des bâtiments, qui seront potentiellement créatrices d’emplois nets, à condition que les formations pour

y accéder se développent.

OF

Plus d’informations :

www.inffolor.org

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

23


A c t u a )

QUAND INSERTION RIME AVEC ESPRIT D'ENTREPRENDRE

C'est un tout nouveau projet pédagogique qui a vu le jour en octobre

2009 à l'Ecole de la 2 ème Chance de Meurthe-et-Moselle Sud à Nancy :

la création d'une mini-entreprise.

Accompagnés par deux formatrices de l'équipe pédagogique, des

stagiaires se sont lancés dans cette belle aventure de la création

d'une mini-entreprise et ses différentes étapes :

- choix de l'idée,

- études de marché,

- étude de la concurrence,

- la vente d'actions,

- la constitution d'un capital social,

- le choix des statuts,

- la fabrication, la commercialisation du produit,

- le recrutement de leurs équipes, la gestion du budget, l'ouverture d'un compte en banque...

C'est ainsi que la mini-entreprise Suerterenza (contraction de bonheur et de chance en espagnol) est née !

Les mini-entrepreneurs ont fabriqué puis commercialisé des poupées porte-clés nommées Haïloas.

La concrétisation de ce projet a été marquée par la participation au championnat régional (en mai) puis national (en

juin) où ils ont remporté respectivement les prix de champion régional dans la catégorie insertion et de vice-champion

au niveau national. La clôture de ce projet en juillet dernier a permis aux jeunes de dégager des bénéfices qu'ils se sont

partagés afin de financer leur permis de conduire ou leurs projets personnels ou professionnels.

C'est dans un bel esprit d'entreprise que les jeunes ont mobilisé et développé des compétences professionnelles et

un certain nombre de qualités telles que l'autonomie, la prise de responsabilités, la communication, l'organisation de

l'entreprise, la planification, la gestion du stress et des priorités.

Cette initiative a remporté un franc succès et se renouvelle à la rentrée prochaine avec la participation de tous les

sites des Ecoles de la 2 ème Chance de Lorraine.

Dates clés :

12 octobre 2009 1 ère séance pédagogique de la mini-entreprise au sein de l'École de la 2 ème Chance de Nancy.

15 février 2010 Assemblée générale constitutive – naissance de Suerterenza.

Mars 2010

Lancement de la production des poupées Haïloas.

6 mai 2010 Championnat régional des mini-entreprises - ENSAM à Metz.

- Premier prix catégorie insertion 2009/10 attribué par la CRCI de Lorraine.

- Prix "en avant les filles" récompensant la prise de responsabilité d'une Pédégère, prix attribué

par la Délégation Régionale aux Droits des Femmes et à l'Égalité.

5 juin 2010 Championnat National des mini-entreprises - Palais des Congrès d'Issy les Moulineaux.

Vice-champion national en catégorie Insertion.

5 juillet 2010 Assemblée générale de clôture de Suerterenza

Qu'est-ce-qu'une Mini-Entreprise

Portée par Entreprendre pour Apprendre en Lorraine -une émanation du MEDEF Lorraine-, la mini-entreprise est

un projet pédagogique. Elle permet à des jeunes en formation de découvrir l’entreprise et son fonctionnement,

d'acquérir des capacités et des compétences nouvelles qui sont autant de savoir être utiles au monde du travail et à

la société dans son ensemble.

Elle permet également de développer des connaissances, des aptitudes et des attitudes face à des réalités professionnelles,

de découvrir des filières de métiers, d'acquérir des clés de lecture pour comprendre le monde des affaires…

24 Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


Projecteur )

cap vers l'entreprise :

un accompagnement de tous les instants

Vous pariez sur l’avenir Votre conseiller parie sur vous ! Voici l’accroche du dispositif de Pôle Emploi : Cap

vers l’entreprise (CVE). Cette offre de services pour aider les demandeurs à retrouver un emploi est avant tout

un accompagnement renforcé et individualisé, soit en fait un véritable coaching.

L’orientation vers ce dispositif se fait en agence par les

conseillers. Le conseiller référent CVE et l’adhérent signent

une charte et s’engagent mutuellement à accomplir une

série d’actes et de démarches.

En Lorraine, 8 personnes (3 à Metz, 2 à Épinal, 1 à Toul

et 2 à Nancy) accompagnent les demandeurs dans le cadre

de CVE.

Les résultats sont particulièrement bons et confirment, si

besoin est, la pertinence de l’accompagnement Pôle emploi.

Un renforcement du dispositif est à l’étude.

sa durée

L’accompagnement vers et dans l’emploi est d’une durée de

6 mois. Il peut être renouvelé exceptionnellement pour 3

mois.

son rythme

Deux rencontres physiques par mois. Les conseillers CVE

communiquent systématiquement leurs coordonnées (téléphone

portable et courriel) aux bénéficiaires, ce qui leur

permet d’être facilement joignables.

les avantages

Tout demandeur qui bénéficie du dispositif est aidé dans

ses recherches par son conseiller, qui effectue la promotion

du profil du demandeur d’emploi en ciblant les entreprises

correspondantes sur toute la Lorraine.

De son côté, le demandeur d’emploi s’engage à :

- être disponible et actif dans sa recherche d’emploi,

- adhérer à la démarche d’accompagnement dans sa globalité,

- participer à l’ensemble des réunions, prestations et entretiens

proposés,

- se présenter à tous les entretiens de recrutement,

- accepter que Pôle emploi communique son CV à des entreprises

susceptibles de le recruter,

- réaliser toutes les actions convenues avec le conseiller,

- rester en contact avec le conseiller pendant les périodes

de reprise d’emploi,

- participer à chaque bilan mensuel.

Du côté de l’entreprise, CVE apporte les avantages

suivants :

- des candidats dont les compétences sont dûment validées

par le conseiller,

- des demandeurs sélectionnés par le conseiller et «préparés»

avant présentation,

- des demandeurs motivés pour accéder à l’emploi,

- le conseiller assure l’interface entre le demandeur et l’entreprise.

- le conseiller garantit un suivi dans l’emploi.

FC

Ainsi la candidature est-elle mise en avant et accompagnée.

Il est possible de recourir, si besoin, à l’ensemble des prestations

(évaluations de compétences, ateliers, mesures pour

l’emploi et services de Pôle emploi…).

Quelques éléments sur le taux de placement

(CDI et CDD de plus de 6 mois exclusivement)

2008 : 51% placement

2009 : 54% placement

À fin juillet 2010 : 49% placement

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

25


A c t u a )

REGARD SUR LE SPECTACLE VIVANT...

L'entrepreneur de spectacle : une profession réglementée

L’ordonnance du 13 octobre 1945 a mis en place la licence d’entrepreneur de spectacle, attribuée après consultation

d’une commission consultative (différents textes réglementaires sont venus compléter cette ordonnance).

La licence permet de vérifier la régularité de la situation de l’entrepreneur de spectacles au regard du droit du travail,

de la sécurité sociale et de la propriété littéraire et artistique. La demande de licence s’effectue auprès de la Direction

régionale des affaires culturelles (DRAC) selon une procédure définie par le Ministère de la Culture et de la Communication.

Quelques définitions

- Le spectacle vivant est défini par la présence physique d'au moins un artiste du spectacle percevant une rémunération

lors de la représentation en public d'une œuvre de l'esprit (article L7122-1 du Code du Travail).

- Est entrepreneur de spectacles vivants toute personne qui exerce une activité d'exploitation de lieux de spectacles,

de production ou de diffusion de spectacles (article L7122-2 du Code du Travail). La définition de l'entrepreneur de

spectacles s'articule ainsi autour de trois métiers, qui ne sont pas incompatibles entre eux : les exploitants de lieux

de spectacles (licence 1 ère catégorie), les producteurs de spectacles (licence 2 ème catégorie), les diffuseurs de spectacles

(licence 3 ème catégorie).

Application du décret 2000-609 du 29 juin 2000 relatif aux spectacles

Les candidats à la licence d’entrepreneur du spectacle dans la catégorie d’exploitants de lieux (licence de 1 ère catégorie)

doivent avoir suivi une formation à la sécurité des spectacles adaptée à la nature du lieu de spectacle ou justifier de la

présence dans l’entreprise d’une personne qualifiée dans le domaine de la sécurité des spectacles.

L’association régionale Musique et Danse en Lorraine, basée à Pont-à-Mousson et soutenue par le Ministère de la

Culture et de la Communication – DRAC de Lorraine et le Conseil Régional de Lorraine, est agréée depuis 2006 pour

dispenser la formation à la sécurité des spectacles (renouvellement agrément pour 5 ans par arrêté du 29 juillet

2009).

Dans ce cadre, Musique et Danse en Lorraine organise chaque année plusieurs sessions de formation en partenariat

avec des structures culturelles de la Région (salle de musiques actuelles, théâtre, centre dramatique national, scène

nationale…). Ceci permet ainsi aux professionnels lorrains de suivre cette formation spécifique en région.

Cette formation se déroule sur 4,5 jours et se décline en quatre parties :

- le cadre juridique général relatif à l’organisation de spectacles vivants et les champs de responsabilités inhérentes à

cette activité,

- la réglementation incendie des Établissements recevant du public (ERP) spécifique aux lieux de spectacles,

- les règles du droit du travail en matière de santé et sécurité au travail,

- la gestion de la sécurité, avec notamment l’analyse des risques du spectacle.

Elle est validée par un certificat attestant du contrôle des connaissances (si réussite à l’évaluation QCM).

Une première session a eu lieu du 15 au 19 mars 2010 à Metz (Les Trinitaires – EPCC Metz en Scènes).

Et pour répondre aux nombreuses demandes, une seconde session est programmée du 18 au 22 octobre 2010 à

Nancy (L’Autre Canal – Scène de musiques actuelles).

Plus d'informations sur :

• la formation sur le site internet de Musique et Danse en Lorraine

www.musiquedanse-lorraine.com

• la réglementation portant sur la licence d'entrepreneur de spectacle

www.culture.gouv.fr

26 Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


Tribune )

démarrage du dispositif

compétences clés 2010 en lorraine

Dans le cadre des programmes publics de «formation professionnelle tout au long de la vie», le programme

Compétences Clés mis en œuvre par l’État se poursuit en 2010 en Lorraine. La formation a pour objectif de

sécuriser l’accès ou le maintien dans l’emploi des personnes vulnérables sur le marché de l’emploi du fait du

manque ou d’une obsolescence de leurs compétences.

présentation des formations compétences

clés 2010

Les formations «compétences clés» ont débuté en juin 2010

sur tout le territoire lorrain.

Elles visent à lutter contre l’illettrisme et à développer une ou

plusieurs des compétences clés suivantes : communication en

langue maternelle (compréhension et expression écrites

en français, en l’occurrence), communication en langues

étrangères (anglais, allemand, luxembourgeois), culture

mathématique et compétences de base en sciences et en

technologie, culture numérique (bureautique et internet),

apprendre à apprendre.

Mises en place et financées par la DIRECCTE 1 Lorraine, les

formations Compétences Clés sont personnalisées.

Après avoir été orientée par un professionnel, la personne

motivée est accueillie et positionnée par l’organisme porteur

du dispositif sur son bassin d’emploi.

C’est un changement dans l’organisation du dispositif 2010.

Précédemment, quatre plates-formes départementales 2

accueillaient, positionnaient et orientaient le public vers la

formation adaptée.

Dans le souci d’harmoniser le fonctionnement du dispositif

au plan national, la Délégation générale à l'emploi et à la

formation professionnelle (DGEFP) n’a pas autorisé les

régions organisées de la sorte, à poursuivre l’expérimentation

en 2010.

quelle est la durée de formation

Le parcours de formation est personnalisé et peut être au

minimum de 40 h et au maximum de 400 h de formation. Un

participant peut, en fonction de ses besoins et de son souhait,

bénéficier de 18 h de formation au maximum par semaine.

qui peut participer à ces formations

Toute personne âgée de 16 ans et plus, demandeur d’emploi

(inscrit ou non à Pôle emploi) ou salarié (notamment en

contrat aidé), souhaitant concrétiser un projet d’insertion

professionnelle et ayant besoin d’acquérir ou d’améliorer ses

compétences de base dans l’un ou plusieurs des domaines

figurant ci-dessus.

Le dispositif concerne prioritairement les personnes repérées

en situation d’illettrisme et les publics de niveau V,

V bis et VI, nécessitant une remise à niveau dans un ou

plusieurs domaines des compétences clés.

comment participer à ces formations

L’entrée en formation s’effectue obligatoirement par l’intermédiaire

d’un conseiller d’une agence Pôle emploi, d’une

PAIO/mission locale ou d’un Cap Emploi qui repère et propose

les entrées en formation. Il prescrit la formation à partir

d’un extranet nommé Réseau pour l’orientation et le suivi de

l’accès aux compétences clés et à l’Emploi (ROSACE).

quelle professionnalisation pour les acteurs

intervenant dans ce dispositif

Un programme de professionnalisation élaboré par le C2Ri 3

et financé par la DIRECCTE est proposé aux organismes

porteurs du Dispositif Compétences Clés en Lorraine.

Il vise à répondre aux besoins de formation des formateurs

intervenant auprès de publics en situation d’illettrisme ou de

faible niveau de qualification.

Depuis 2009, le C2Ri anime des actions de sensibilisation

auprès des différents partenaires afin de les aider à mieux

appréhender les situations d’illettrisme. Actuellement, des

séances de sensibilisation ont lieu sur tous les sites Pôle

emploi, conformément à l’accord cadre national signé entre

l’État, Pôle emploi et l’ANLCI 4 portant sur le renforcement

de la lutte contre l’illettrisme au profit des publics accueillis

par Pôle emploi.

AW

Plus d’informations :

www.c2rilorraine.org

..................................................................................

1

DIRECCTE : Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de

la Consommation, du Travail et de l’Emploi. Créée le 15 février 2010, la

DIRECCTE, est une nouvelle direction régionale qui regroupe les missions

exercées antérieurement par les structures suivantes : DRTEFP et DDTEFP,

DRCCRF, les services de développement économique et de métrologie des

DRIRE, DRCE, DRCA, DRT et CRIE.

2

Consulter Objectif Formation N°51 (Mars 2010) sur la présentation des

plates-formes départementales.

3

C2Ri : Centre Régional de Ressources illettrisme.

4

ANLCI : Agence Nationale de Lutte Contre l'Illettrisme.

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

27


E x p é r i m e n t a t i o n )

action qualifiante employée

familiale à visée linguistique

À la demande de la branche «des salariés du particulier employeur», l’Institut FEPEM de l’emploi familial (IFEF)

et son réseau d’organismes de compétences formation conduisent depuis septembre 2009 une rechercheaction

afin de répondre à la problématique de la prise en compte des besoins linguistiques des salariés

et futurs salariés de la branche. Ainsi, Alaji a été retenu en Lorraine pour mettre en œuvre une action

expérimentale qualifiante de niveau V : Certificat professionnel Employé Familial à visée linguistique.

l'expérimentation

Celle-ci doit permettre :

- d’intégrer des personnes rencontrant des difficultés langagières,

dans une action qualifiante alors que les expériences

de recrutement sur ces actions qualifiantes montrent

qu’elles en sont toujours exclues alors qu’elles possèdent

les aptitudes nécessaires pour les métiers du domicile,

- de mobiliser une démarche innovante avec un nouvel outil

de diagnostic et de positionnement qui permet d’engager

un travail pédagogique lié à un métier,

- d’amener ces personnes à obtenir un diplôme pour exercer

le métier souhaité.

l'action qualifiante

• Public concerné

Public majoritairement féminin rencontrant des difficultés

d’accès à la formation, à l’emploi et liées à une maîtrise insuffisante

de la langue française pour les métiers à domicile, et

correspondants aux critères définis par les financeurs tout

en répondant au profil défini à la procédure de recrutement

mise en place par l’IFEF.

• Objectifs de la formation :

- développer les capacités de communication (orale et écrite)

centrées sur des situations de l’environnement social et

professionnel,

- favoriser l’autonomie dans la vie quotidienne,

- acquérir toutes les compétences professionnelles nécessaires

pour travailler au domicile de particulier en tant

qu’employé familial,

- mettre en place la nouvelle certification pour les personnes

présentant des difficultés langagières ayant les aptitudes

et les qualités humaines permettant à terme d’exercer le

métier d’Employé Familial,

- obtenir une certification de niveau V et une reconnaissance

au regard des Particuliers Employeurs,

- faciliter l’intégration sociale et l’accès à l’emploi tout en

sécurisant les parcours professionnels.

• Méthode et moyens

- une progression pédagogique individualisée et adaptée aux

objectifs de chacun,

- des journées en centre de 6 h de manière à s’adapter aupublic

concerné,

- le référentiel de formation IFEF du diplôme visé, augmenté

pour s’élever à 684 h en centre au lieu de 406 h et 140 h

en entreprise au lieu de 105 h de manière à individualiser

et renforcer les apprentissages du métier, en mettant en

«avant» le travail sur les besoins langagiers,

- la mise en place d’épreuves blanches en situation d’examen,

- la formation réalisée dans un appartement pédagogique

équipé en matériels techniques, en outils pédagogiques et

en fonds documentaire,

- une équipe projet constituée pour la mise en place de cette

action,

- la mobilisation d’un outil à expérimenter de diagnostic et

de positionnement. Il représente avant tout une réelle

démarche et approche des besoins langagiers liés à une

situation professionnelle.

Les résultats des 8 expérimentations menées en France

dont celle en Lorraine feront l’objet d’une publication nationale

devant servir au plus grand nombre, pour ouvrir, à de

nouvelles méthodes, l’appréhension de ces publics, souvent

exclus des parcours qualifiants du fait de leurs difficultés,

notamment langagières.

AJ

Bon à savoir

Dans le cadre de l’action «Employée familiale à visée linguistique»

qui se déroulera sur Nancy du 11 octobre 2010 au

29 avril 2011 pour une durée totale centre/entreprise de

824 h, la Région Lorraine, contribue à sa mise en œuvre en

finançant cette action à hauteur de 18 554 €, ainsi que le

Fond Social Européen pour un montant de 21 054 € et la

branche professionnelle qui participe à hauteur de 2 500

euros.

Contact : www.alaji.fr

28

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


R e g a r d )

développeurs de l'apprentissage

Pour accompagner le plan d'urgence pour les jeunes présenté par le Président de la République en avril 2009,

les CCI de Lorraine, tout comme les CCI des autres régions françaises, ont mis en place des «développeurs

de l'apprentissage» : de véritables ambassadeurs de l'apprentissage, chargés de mission, recrutés spécifiquement

pour vendre les mesures pour les jeunes aux entreprises !

Le programme est ambitieux puisque, au niveau national,

cent développeurs ont été recrutés en juillet 2009 par les

CCI pour contacter 50 000 entreprises et décrocher au

minimum 5 000 nouveaux contrats d'apprentissage.

Parallèlement, plus de 1 000 salariés bénéficieront par

l'intermédiaire des CCI d'une formation de tuteurs et s'ils

le souhaitent d'un accompagnement à la certification CCE

(Certificat de Compétences en Entreprise délivré par AFAQ

Compétences).

qu'en est-il en lorraine

La Lorraine a bénéficié du financement de cinq Développeurs

de l'Apprentissage. Répartis sur tout le territoire, coordonnés

par la Chambre Régionale de Commerce et d'Industrie de

Lorraine, ces agents ont reçu une formation spécifique pour

atteindre les objectifs précis fixés par l'Assemblée des

Chambres Française de Commerce et d'Industrie :

- 2 500 entreprises contactées,

- 250 nouveaux contrats signés,

- 30 formations de 2 jours dispensées aux jeunes tuteurs,

- 20 certifications CCE décernées.

au 23 juillet 2010, où en sommes-nous

Le rapport intermédiaire laisse apparaître des résultats

encourageants bien que non définitifs étant donné la périodicité

des signatures de contrats : 1 607 entreprises contactées,

273 nouveaux contrats signés et 32 tuteurs formés.

En ce qui concerne la certification des tuteurs, il n'est pas

possible à ce jour de préciser les résultats, le parcours CCE

comportant six éléments à valider, aucun des tuteurs engagés

à ce jour n'a pu en atteindre la fin.

Parallèlement à cette démarche, tous les développeurs ont

enregistré sur une base nationale les contacts établis avec

les entreprises. Chaque contact a permis aux CCI d'approfondir

l'image de l'apprentissage dans les entreprises

lorraines, qu'elles soient utilisatrices ou pas de contrats

d'apprentissage : là encore, les premières extractions

effectuées à mi-parcours du dispositif apportent de

précieuses informations pour les opérateurs et les financeurs

de l'apprentissage.

Pour 77% des entreprises interrogées, les contrats

d'apprentissage sont une formule

efficace de pré-embauche, avant

même une voie de formation.

Pour la mise en place d'un contrat,

les entreprises ressortissantes

des CCI se tournent vers :

Entreprises

"utilisatrices"

Entreprises

"non utilisatrices"

de contrats au cours des

5 dernières années

La CCI 76% 63%

Un CFA 19% 28%

Autres

- Pôle emploi

- OPCA

- Mission Locale

2%

1%

-

7%

-

1%

Pour les entreprises non utilisatrices, les principales faiblesses

de l'apprentissage sont par ordre décroissant :

- formule trop contraignante pour l'entreprise,

- difficultés pour trouver des jeunes motivés et offre de formation

inadaptée,

- difficultés pour encadrer un apprenti,

- formule trop coûteuse pour l'entreprise.

40% des entreprises interrogées n'ont pas d'avis sur le dispositif.

Pour les entreprises utilisatrices, les deux principales forces

de l'apprentissage sont :

- une formule efficace de transmission (70% des entreprises

interrogées),

- un moyen d'insertion efficace (52%).

Ce dispositif est reconduit pour 2010/2011.

MOV

Tous les résultats de l'enquête sur :

www.lorraine.cci.fr (décembre 2010)

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

29


K i o s q u e )

DERNIères acquisitions

Tous ces ouvrages peuvent être empruntés au centre de ressources illettrisme INFFOLOR.

Contact : Laurent LAGUERRE - 03 87 68 11 23 - Llaguerre@inffolor.org

74 fiches d'activités en CAP

Ces fiches visent à faciliter la mise en œuvre de l’individualisation des apprentissages. Elles ont été conçues

dans le même esprit que le «Cahier d’évaluation à l’entrée en CAP (également disponible

au centre de ressources INFFOLOR)» : elles s’appuient sur des disciplines différentes, apprécient

et mesurent des compétences et tentent de placer l’élève dans une situation concrète.

Les fiches d’activités peuvent être utilisées dans n’importe quel ordre et tout au long de l’année

pendant les heures d’aide individualisée (horaire spécifique). Elles peuvent donner lieu à un travail

collectif dans le cadre de la classe. Ce recueil est composé d’exercices qui permettent d’évaluer

des compétences communes à toutes les disciplines. Ils exploitent une variété de supports :

textes informatifs, explicatifs, littéraires, cartes, tableaux de chiffres, schémas techniques, sites

Internet, photographies... Il ne s’agit pas de séquences d’enseignement mais plutôt d’activités

de «remédiation» ponctuelles. Chaque fiche peut avoir des prolongements dans toutes les disciplines

en liaison avec les programmes de CAP.

Collectif d'auteurs, SCEREN-CRDP de Basse-Normandie - 2006 (135 p.)

Français Remédiation

Ce dispositif de remédiation a pour vocation de combler les lacunes en écriture, lecture,

grammaire et orthographe. Ce coffret contient un CD-Rom proposant 400 exercices interactifs,

une pochette détachable et photocopiable de 90 fiches d'activités présentant trois axes (lecture,

écriture et orthographe - grammaire conjugaison), ainsi qu'un parcours de compétences

illustré. Le CD-Rom permet aux apprenants d'améliorer en autonomie leurs résultats dans 20

compétences de grammaire et de vocabulaire, chaque compétence donnant lieu à deux séries

de 5 ou 10 exercices interactifs variés (sélection d'un élément, texte à trous, QCM, ...). Chaque

série correspond à un objectif pédagogique précis (repérer un verbe conjugué, repérer le sujet

du verbe, accorder le verbe avec son sujet, ...). Ces séries d'exercices fonctionnent en mode

aléatoire : l'apprenant est donc confronté à des exercices toujours renouvelés. Pour chaque

exercice, il dispose d'un conseil en cas d'erreur à la première tentative. Une correction lui est

ensuite fournie, ce qui lui permet de bien identifier les éléments grammaticaux en jeu.

Les vingt entrées du CD-Rom peuvent être abordées dans n'importe quel ordre. À la fin de chaque série d'exercices,

un message adapté au score obtenu propose à l'apprenant de recommencer la série s'il n'a pas fait un sans-faute.

(Document à consulter sur place uniquement !)

Luc BIENCOURT, Cyril DOURNAUX - Éditions Nathan - 2006 (1 CD Rom, 90 fiches photocopiables)

Le travail des limites dans la relation éducative : Aide Guidage Accompagnement

Comment le professionnel peut-il identifier les limites de la relation éducative

À quoi peut-il se repérer pour savoir ce qu'il est en train de faire et prendre la posture qui lui

importe Ce livre s'adresse à tous ceux qui " font de l'éducation " parce que leur statut professionnel

le leur demande, les y oblige.

Les champs professionnels concernés sont la formation tout au long de la vie, le scolaire et

la formation d'adultes - la Santé - le Travail social et l'insertion - la Direction des ressources

humaines, le management - l'Intervention sociale (le travail dit de conseil, des experts ou des

consultants comme des "coachs")... tous les métiers de l'humain.

Collectifs d'auteurs - Éditions L'Harmattan - 2010 (294 p.)

Repenser la compétence

Depuis les années 1970, nombre d'entreprises et d'organisations se sont engagées dans la

mise en place de dispositifs de Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC).

De belles réussites ont eu lieu. Mais dans de trop nombreux cas, la distance est souvent

considérable entre l'intention initiale et la réalité : combien de "projets compétences" ont été

entrepris puis abandonnés Combien de référentiels de compétences n'ont eu aucune suite

Combien d'entreprises ont pu développer la compétence de leurs salariés grâce à ces dispositifs

Parmi les raisons de ce gaspillage, Guy Le Boterf pointe dans cet ouvrage celles qui

proviennent d'erreurs de raisonnement aboutissant à des instrumentations fragiles ou à des

dispositifs ingérables.

Plus qu'un diagnostic, cet ouvrage propose 15 alternatives de raisonnement pour concevoir de façon efficace les dispositifs

de GPEC et de professionnalisation. Chaque proposition est assortie de conseils pratiques pour faciliter la mise

en œuvre de ces nouvelles approches. Rien ne sert de se précipiter sur des outils ou des dispositifs, si ces derniers

ne s'inscrivent pas dans des raisonnements justes.

Guy LE BOTERF - Éditions d'Organisation - 2009 (140 p.)

30 Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010


A c t u a )

RENCONTRES PROFESSIONNELLES VAE (second semestre 2010)

Au second semestre 2010, des réunions d'information dont le thème est «VAE : l'essentiel pour bien informer et

orienter» sont proposées à tout professionnel amené à informer et orienter des publics vers la VAE.

Ces rencontres professionnelles ont pour objectifs de permettre aux personnels des structures AIO et d'organismes

de formation, conseillers emploi formation, conseillers bilan, nouveaux conseillers en Point Relais Conseil, responsables

de formation en entreprises de :

Connaître :

- les principes, les usages et les possibilités offertes par la VAE,

- l'organisation en Lorraine, les acteurs et leurs rôles, les points clés de chaque étape, les ressources.

Pour pouvoir :

- informer des publics et analyser l'opportunité d'une démarche,

- intégrer l'outil dans ses pratiques et les projets de son institution.

Différents points seront développés :

- les principes et cadre réglementaire de la VAE ; le paysage de la certification ; les intérêts et usages de la VAE, à

partir d'exemples ; les procédures, points clé et acteurs, pour chaque étape ; les coûts et sources de financement ;

le bilan en Lorraine.

Elles se dérouleront de 9h à 17h, les mardis :

- 9 novembre à la CCI Formation de Metz (salle 117),

- 30 novembre au Domaine de l'Asnée à Villers-lès-Nancy (salle Calcutta).

La participation est gratuite. Il suffit de retourner le bulletin d'inscription au plus tard trois semaines avant la date

prévue. Les effectifs sont limités à 25 personnes.

Contact :

Centre régional de ressources VAE - INFFOLOR

03 87 68 10 21/30

....................................................................................................................................................................

Bulletin

Abonnement

Retournez ce coupon complété

à l’adresse suivante :

INFFOLOR

Carif Lorraine

11, place de Paris

54500 Vandœuvre

Objectif Formation en Lorraine

est disponible gratuitement sur

abonnement

Je souhaite m’abonner à Objectif Formation.

Nom : ............................................................................

Prénom : .......................................................................

Entreprise : ....................................................................

Adresse : .......................................................................

.....................................................................................

.....................................................................................

Email : ..........................................................................

Pour tout renseignement,

téléphonez à INFFOLOR au 03 83 54 13 00

Édition INFFOLOR - OF n° 52 - SEPTEMBRE 2010

31

More magazines by this user
Similar magazines