lyon people janvier 2015

featured.apple

Malheureusement, ceux qui réagissent sont traités de réactionnaires
par le progressisme triomphant loué par les médias bien-pensants.
Des médias alimentés par une AFP omniprésente. Quand vous lisez
sur votre tablette, les applications du Monde ou du Figaro, du Parisien ou
de Libération ou encore du Progrès, regardez bien, vous vous apercevrez
que plus de la moitié des infos sont signées AFP. Une Agence France Presse
dont les journalistes sont, pour la plupart, de vieux militants trotskistes ou leurs
enfants. Des trots-kystes malheureusement cancéreux dont les métastases se
diffusent insidieusement dans l’ensemble de la presse avec les conséquences
que l’on imagine sur l’opinion publique et sur notre société qu’ils haïssent et
ont décidé de détruire.
Et si nous réagissions ! Méfions-nous cependant des démagogues populistes
qui, par réaction justement, pourraient nous entraîner vers pire encore.
Bonne année, quand même !

15

ans

LES 13

RENDEZ-VOUS

qu’il ne fallait

pas rater

N°148 - Janvier 2015

MEGÈVE

Le luxe discret

de Julien Distel

DOSSIER SPECIAL

MARIAGE

HAUTE COUTURE

MAX CHAOUL - THIBAUT LAUVERGNE

NICOLAS FAFIOTTE


7 RUE SERVIENT (angle Cours de la Liberté) LYON 3

Ouvert le lundi de 14h à 19h • du mardi au vendredi de 9h30 à 12h30

OUVERT

DIMANCHE 11 & DIMANCHE 18 JANVIER

2015

P A R I S

LIQUIDATION

REMISE EXCEPTIONNELLE

TOTALE

DE -20 * , -30 * , -40 *

JUSQU’À -50% *

AVANT TRAVAUX

*

facebook.com/COT.Contemporain


P A R I S

LIQUIDATION

LIQUIDATION

TOTALE

TOTALE

AVANT TRAVAUX

*


Édito

Janvier 2015

« Un lieu d’exception pour votre événement »

« Le Château de Sans Souci

est le lieu incontournable pour organiser

votre réception de Mariage :

à seulement 10mn du centre de Lyon,

découvrez un écrin de verdure

et des arbres centenaires.

Réussir votre Mariage c’est notre Métier ! »

À défaut de rugir,

Rien n’empêche de réagir

Malheureusement, ceux qui réagissent sont traités de réactionnaires

par le progressisme triomphant loué par les médias bien-pensants.

Des médias alimentés par une AFP omniprésente. Quand vous lisez

sur votre tablette, les applications du Monde ou du Figaro, du Parisien ou

de Libération ou encore du Progrès, regardez bien, vous vous apercevrez

que plus de la moitié des infos sont signées AFP. Une Agence France Presse

dont les journalistes sont, pour la plupart, de vieux militants trotskistes ou leurs

enfants. Des trots-kystes malheureusement cancéreux dont les métastases se

diffusent insidieusement dans l’ensemble de la presse avec les conséquences

que l’on imagine sur l’opinion publique et sur notre société qu’ils haïssent et

ont décidé de détruire.

Et si nous réagissions ! Méfions-nous cependant des démagogues populistes

qui, par réaction justement, pourraient nous entraîner vers pire encore.

Bonne année, quand même !

Justin Calixte

Lyonpeople.com n°148 - Janvier 2015

Sur une idée originale de Marc Engelhard et Nicolas Winckler

Couverture : Jean-Philippe Darbois

Directeur de la publication Nicolas Winckler nicolas@lyonpeople.com

Rédacteur en chef Marc Polisson marco@lyonpeople.com

Journaliste Benjamin Solly benjamin@lyonpeople.com

Conseillère éditoriale Françoise Petit francoise.petit@lyonpeople.com

Graphiste Maquettiste Valérie Barranco valerie@lyonpeople.com

Photographe webmaster Fabrice Schiff fab@lyonpeople.com

Ont collaboré à ce numéro Jean-Marc Requien, Yves Espaignet, Jean-Alain Fonlupt, Christian Mure,

Sophie Guivarch et Laurette.

Photographe Saby Maviel

Chef de Publicité Axelle Lamiche axelle@lyonpeople.com 06 11 19 04 43

Comptable Valérie Vacher valerievacher@lyonpeople.com

Agence Coyote Pub Bruce Mathieu bruce@lyonpeople.com 06 15 55 20 52

Supplément gratuit du www.lyonpeople.com. Impression Chirat. Ne peut être vendu.

Ne pas jeter sur la voie publique. La reproduction des textes, dessins et photographies publiés dans

ce numéro sont la propriété exclusive de Lyonpeople, une marque de Jetpeople.com SARL au capital de

178 030 €. RCS Lyon 493 132 252. Elle se réserve tous droits de reproduction dans le monde entier.

Dépôt légal à parution. ISSN : 1952-7772. Abonnement pour 1 an = 49€.

100 000 lecteurs tous les mois

Etude Médiamétrie - 05/2005

Lyonpeople est certifié par l’OJD

BP 6171 - 69469 Lyon Cedex 06

Tél. : 04.72.82.97.78

Fax : 04.72.43.92.05

Pour plus d’informations,

visitez notre site entièrement dédié au mariage :

www.mariage.chateausanssouci.fr

260 Allée des cyprès – 69760 LIMONEST

Votre contact : Vanessa - Tél : 04 37 59 80 62

Mail : contact@chateausanssouci.fr

Ce magazine comporte un encartage Casino le Lyon Vert


Sommaire

Janvier 2015

Page 16

NEWS

8

10

12

14

16

La vie lyonnaise

La vie économique

La vie politique

La vie culturelle

Brèves de comptoir

STORY

20

48

54

56

Julien Distel

Floriot Immobilier Prestige

LOU Rugby - Montpellier

Le Barthologue

Page 20

DOSSIER SPÉCIAL

MARIAGE

HAUTE COUTURE

~ 28 à 46 ~

VU !

59

Les 13 soirées

qu’il ne fallait pas

manquer

Page 70

ET AUSSI...

78

Carnet Mondain

+ d’infos sur www.lyonpeople.com


NEWS

LA VIE LYONNAISE / Par Marc Polisson

SCANDALE ANNONCÉ

L’aéroport Saint Exupéry vendu aux Chinois

A

près l’émoi suscité par la vente de

l’aéroport de Toulouse-Blagnac à un

consortium chinois, pour 308 millions

d’euros, tous les regards se posent

sur Saint-Exupéry qui pourrait être la

prochaine cible de la plus grande dictature du monde.

Les édiles ont déjà abdiqué : Gérard Collomb s’est

dit favorable à la vente aux Chinois. Une hypothèse

qui ne fait pas trembler non plus Richard Brumm. Et

l’adjoint aux Finances de renchérir : « Dans le monde

entier, des entreprises françaises rachètent des aéroports.

Où est le problème » Jean-Jack Queyranne qui

a rencontré le patron de la China Eastern Airlines (la

3 ème compagnie chinoise en nombre de passagers) est

sur la même ligne : « Si on veut donner une vocation

internationale à Saint-Exupéry, on ne peut refuser l’arrivée

de capitaux internationaux » justifie-t-il à Lyon People.

Tout en souhaitant que l’Etat actionnaire conserve au

moins 10% des actions, afin d’éviter que le nouvel

opérateur ne soit majoritaire. Le président de la Région

milite pour l’ouverture d’une liaison trihebdomadaire

entre Lyon et Shanghai. Est-ce la dot dont les Chinois

devront s’acquitter pour emporter notre plateforme

aéroportuaire après celle de Toulouse Car la mariée

– qui a engagé les travaux d’agrandissement de son

terminal 1 - est belle et suscite des convoitises, alors

même que l’Etat socialiste en faillite est contraint de

céder ses bijoux de famille. Villepin et Chirac qui

ont bradé les autoroutes françaises sont à mettre dans

le même sac. Quid de l’option locale Philippe

Grillot indique étudier la réalisation d’un tour de table

régional pour réunir les 90 millions d’euros nécessaires

à l’acquisition des 11% d’actions qui permettront à la

CCI et aux institutions régionales de rester majoritaires.

L’opinion publique est quant à elle largement

défavorable à la cession à ses opérateurs chinois

FÊTE DES LUMIÈRES OU

FÊTE DU 8 DÉCEMBRE

Alors que la municipalité a rendu publics les chiffres de la

fréquentation, plusieurs élus de l’UMP et du Front National appellent

à dissocier les deux évènements. Dans une tribune parue sur son

blog, le jeune conseiller du 6 ème arrondissement Jérémie Breaud

évoque avec nostalgie le 8 décembre de son enfance : « Enfant, je

me souviens de cette impatience qui m’envahissait dès les premiers

jours de décembre pour vivre cette soirée féérique du 8. En ce tempslà,

les lumignons inondaient les fenêtres des immeubles et il régnait en

ville une ambiance intimiste et de joie qui m’émerveillait et me rendait

tout simplement heureux. » Il est en effet fort dommage que la municipalité n’encourage pas plus la tradition des lampions (avec pour résultat

des façades d’immeubles aujourd’hui bien tristes, le soir du 8 décembre) comme il est regrettable que pour des raisons politiciennes,

aucune animation d’envergue n’ait lieu dans le 6 ème (sur la façade de la gare des Brotteaux, par exemple). Organisée avec des bouts

de ficelle, faute de budget, la parade des enfants du 6 a rencontré un grand succès et donné des couleurs au cours Franklin Roosevelt.

Photos : Fabrice Schiff & JF Marin

de cet équipement stratégique. Tous les sondages en

ligne l’indiquent clairement que ce soit sur lyonpeople.

com (21% pour – 79% contre) ou encore sur le

figaro.fr (76% contre – 24% pour). Parmi les

commentaires relevés à ce sujet sur le site du quotidien,

et en guise de conclusion – à défaut de happy end –

je vous livre cette perle signée link 78 : « Je regrette

que nous ne puissions pas leur vendre l’incapacité et

l’imbécilité de notre gouvernement ! Notre dette serait

payée en totalité ! ».

LES ACTIONNAIRES DE L’AÉROPORT

Etat 60 %

CCI 25 %

Grand Lyon 5 %

Département 5 %

Région 5 %

HÔTEL MÉTROPOLE - LYON PLAGE

Une nouvelle plainte contre Constant Giorgi

La bataille judiciaire contre les

constructions illégales obstruant la vue

sur Saône des résidences Lyon plage est

toujours d’actualité. Après avoir obtenu en

première instance l’annulation du permis

de construire de la nouvelle résidence,

42 copropriétaires viennent d’ouvrir un second front en réclamant

devant le tribunal de grande instance 4,3 millions d’euros de

dommages et intérêts au promoteur genevois Constant Giorgi,

rapporte Sophie Majou dans le Progrès du 11 décembre. « Les

voisins n’excluent pas d’exiger la démolition d’un ou deux des trois

immeubles » poursuit notre consœur. Qui du pot de fer ou du pot de

terre l’emportera dans cette affaire C’est à la Justice de trancher.

8

Lyonpeople / Janvier 2015


NEWS LA VIE ÉCONOMIQUE / par Yves Espaignet

www.lyon-actueco.com

CHRISTIAN BOIRON

L’éternelle passion de l’infinitésimal

D

ans une discrétion toute lyonnaise, le

groupe Boiron affirme sa bonne santé

en surmontant les effets de la crise

générale que nous subissons depuis

2008. Cette évolution correspond

au retour de Christian Boiron à la direction du

laboratoire d’homéopathie en 2011. Les chiffres attirent

l’attention avec en 2013 une progression d’activité de

9% et des bénéfices qui suivent une courbe ascendante

(1)

. A 67 ans, le capitaine tient fermement le gouvernail

d’un groupe dont les

produits sont exportés

dans 58 pays et qui

revendique d’être

présenté par toutes

les pharmacies de

l’Hexagone (pas moins

de 22.400 officines).

Dans son nouveau

« village » de

Messimy (ci-contre),

occupant désormais

une quinzaine d’hectares, il mène une profonde

transformation de l’entreprise. Depuis 1995, le site

ne cesse de s’étendre pour répondre à « la démarche

de diversification des productions réalisées à Sainte-Foy-

Lès-Lyon. » Le laboratoire fidésien, figure emblématique

du groupe ouvert en 1974 devrait y être totalement

transféré comme vient de l’être le siège social. En

2017, le nouveau site de Messimy rassemblera alors

1200 des 3720 collaborateurs du groupe (filiales

internationales comprises). Et Christian Boiron de

préciser : « Je barre le bateau avec prudence mais il

était indispensable de répondre aux exigences de

production des préparations magistrales et dans le même

temps d’améliorer la rentabilité de l’entreprise ». Les

clés de cette réussite qui a fait du Laboratoire Central

Homéopathique de France, créé en 1932 par Jean

et Henri Boiron, le leader mondial de la discipline

peut se comprendre dans ses propos définissant l’esprit

de son action : « Il ne faut jamais se chercher dans le

regard des concurrents.

Nous avons une vision

de l’homéopathie ». Il

reste toujours fidèle

également à ses

principes, défendus

dès son arrivée à la

direction (lorsqu’il

n’avait pas encore

30 ans), visant à

responsabiliser les

équipes pour « mener

une politique de développement de l’entreprise »

et si un « frein » est perçu : « on accélère avec une

politique sociale ». L’acquisition du laboratoire français

Dolisos en 2005 est considérée comme une étape

déterminante pour son groupe : « cela a marqué la fin

d’une guerre commerciale et permis une amélioration de

la rentabilité. » Il s’éloigne alors des responsabilités

pour s’occuper de la branche d’activité italienne. Un

moment important pour comprendre sa démarche

Photos : Fabrice Schiff & DR

présente car: « le fait

d’aller en Italie m’a

donné une nouvelle

vision, une meilleure

compréhension de

ce qu’il fallait faire

dans la façon de

communiquer, de

s’appuyer sur des

responsables ». Il tient

à saluer son actuelle

équipe de direction

Valérie Poinsot et Philippe Gouret : « une équipe

qui marche vraiment très bien ». A ses yeux, l’atout majeur

réside dans « le plaisir de travailler dans le détail car, en

effet, on a vocation à être parfait ». Une démonstration

effectuée avec toute la passion d’un chercheur décrivant

sur un tableau les multiples aspects de la question:

« le principe actif se trouve dans la dilution elle-même ».

Et de préciser: « j’ai repris la recherche sur la question

de l’infinitésimal ». Aujourd’hui, 3000 souches sont

identifiées par les équipes des laboratoires Boiron

mais l’effort stratégique du groupe pour les années

à venir est de faire progresser l’homéopathie :

« avec ces mêmes éléments par la manière dont ils sont

utilisés et par la façon dont ils sont préparés. »

(1)

Le chiffre d’affaires 2013 s’établit à 617,7 millions d’euros (les

données 2014 seront publiées le 22/01/15). Les marchés français

et européen sont les deux plus importants.

10

Lyonpeople / Janvier 2015


NEWS

LA VIE POLITIQUE / par Benjamin Solly

MUSÉE DES CONFLUENCES

Les papys flingueurs de CANOL sortent la sulfateuse

E

n détricotant l’ubuesque opération du

Musée des Confluences, inauguré le

20 décembre dernier, l’association

citoyenne des Contribuables actifs du

Lyonnais (CANOL) ne correctionne plus.

Les papys flingueurs dynamitent, dispersent, ventilent…

Façon puzzle !

Ils ne se sont pas déplacés pour beurrer les

sandwiches. Car ils en ont passé des nuits blanches

depuis 2005. Frôlés des “nervous breakdown.” « La

pertinence de l’outil ou l’aspect extérieur décrié du Musée

des Confluences ne nous intéressent pas », préviennent

Jean-Claude Serrant et Michel Vergnault.

A quelques jours de l’inauguration du mastodonte

culturel de la Confluence, les duettistes de CANOL

ont rendu leur ordonnance. Chiffrée et sévère !

« Nous considérons que le Musée des Confluences est

une dérive inadmissible de dépense d’argent public. »

Attablés au Club de la Presse de Lyon, les papys

flingueurs préparent des réveils difficiles aux élus

départementaux. Dont l’ancien président du Conseil

général Michel Mercier, renvoyé au terminus des

prétentieux. « Il n’y a pas que les rois qui aient des

idées de grandeur », allument-il. Faut r’connaître, c’est

du brutal ! Surtout pour les contribuables lyonnais.

D’un coût initial estimé à 61 millions d’euros en

2000, le Musée des Confluences aura coûté plus de

328 millions d’euros, construction et aménagements

compris, en 2014.

En 2004, sans marge de manœuvre, le Département

provisionne la somme en vendant ses « bijoux de

famille » : biens immobiliers (17 millions d’euros),

vente d’actions dans les sociétés ASF et APRR (4,87

millions d’euros) mais surtout la cession d’actions de

la CNR (estimées aujourd’hui à 460 millions d’euros)

pour un montant de 63,7 millions d’euros. Une manne

de 85,5 millions d’euros, toutefois insuffisante pour

couvrir l’ensemble de l’investissement. En effet, du

Cabinet Coop Himmelb(l)au désigné maître d’œuvre

au marché de travaux signé avec Bec Frères, le coût

du projet passe à 152,9 millions d’euros. Le Conseil

général souscrit des emprunts dits structurés pour

environ 450 millions d’euros. Si ces prêts toxiques

ont été renégociés pour moitié, « avec le versement

de pénalités très importantes », l’association estime

qu’il reste environ « 200 millions d’euros à très haut

risque. » Perte en capital, dividendes non-perçus après

la cession du patrimoine physique et financier (300

millions d’euros pour CANOL) et coût de construction

exponentiel… Entre le manque à gagner et l’explosion

des factures, l’association jauge l’opération à un

Photos : Fabrice Schiff

milliard d’euros. Pendant ce temps, le Conseil général

augmentait son taux de taxe foncière de 18% pour

2014, justifiant cette hausse par des recettes de droits

de mutation opportunément sous-estimés dans son

budget prévisionnel. Un financement « calamiteux »

doublé d’une gestion politique ubuesque. En 2009,

quand le constructeur Bec Frères jette l’éponge, le

Conseil général approuve à l’unanimité la résiliation

du contrat. « Bec Frères aurait dû continuer, c’est du côté

du maître d’œuvre Coop Himmelb(l)au, qui n’a jamais su

collaborer efficacement avec le constructeur, qu’il fallait

se montrer intraitable », juge CANOL. Vinci récupère le

grisbi en 2011, le Conseil général vote une enveloppe

globale de 239,7 millions d’euros. Trois ans plus

tard, le coût global des travaux, ajusté à l’avenant

dans un écheveau de marchés inextricables, passe à

328,5 millions d’euros. « Qu’a fait le préfet du Rhône

L’obligation de transparence figure dans les principes de

l’article 1 er du code des marchés publics, le contrôle de

légalité des actes concernant les marchés et les avenants

lui incombe pourtant », s’interroge Jean-Claude Serrant.

Cerise sur le gâteau Un coût de fonctionnement

annuel qui pourrait exploser, bien loin des 18 millions

d’euros annoncés. «Le budget de fonctionnement annuel

d’un investissement immobilier tourne généralement

autour de 10 % du coût de construction. Le coût de

ce musée s’élevant à 328 millions d’euros, le coût de

fonctionnement s’élèverait alors à environ 30 millions

d’euros.» Cadeau empoisonné, l’ouvrage est revenu

dans le giron de la Métropole de Lyon au 1 er janvier

2015. Alors, le prix s’oublie, la qualité reste L’avenir

le dira.

12

Lyonpeople / Janvier 2015


NEWS

LA VIE CULTURELLE / Par Jean-Alain Fonlupt

«NUITS GIVRÉES»

Festival de musiques fraîches

D

es mots qui frissonnent dans la

nuit de janvier, des musiques qui

scintillent sous les étoiles, des voix à

faire fondre la rigueur de saison, des

douceurs de flocons pour caresser

l’oreille, des rages et des espoirs pour gommer les

frimas... C’est le programme à la fois poétique et

barré de ce festival qui invite à partager la vivifiante

fraîcheur de la «nouvelle» scène française... Quatre

chanteurs pour une 4 e édition qui ne perd pas le Nord

même si elle montre les quatre points cardinaux de la

création musicale actuelle. Dès la première soirée, pas

besoin de «faire battre tambour» (comme elle le chante

sur son album «Pays sauvage») pour annoncer Emily

Loizeau et son univers si reconnaissable. Mélange

subtil de textes joliment sophistiqués et de mélodies

douces-amères pour des histoires âpres et joyeuses

qui parlent d’amour bien sûr mais aussi de l’autre et

nous entraînent, comme dans l’une de ses chansons, à

«L’autre bout du monde»... Les doigts sur le piano, elle

joue sa vie en revisitant son répertoire façon formation

de chambre, en connivence avec le violoncelle

d’Olivier Koundouno. Avant Emily Loizeau, c’est

l’étonnant Valérian Renault qui imposera sa poésie

faite pour le corps à corps avec une voix qui ne manque

pourtant pas de câliner dans le fracas du verbe. Le

tout transporté sur des accords de guitare acoustique

ou électrique qui ajoutent encore de la force aux

textes. Des mots qui tapent dans le mille, tournent en

dérision et servent la virtuosité de son interprétation...

C’est brillant sans être distant, émouvant sans être

larmoyant... Valérian Renault est indéniablement un

artiste complet et la «grande» Juliette ne s’y est pas

trompée en l’invitant à son spectacle du Casino de

Paris... Un concert partageur, «Oui mais la nuit» (un

de ses titres), surtout si elle est givrée, est propice aux

confidences les plus inattendues. Pour la 2 e soirée,

le festival réserve également deux belles rencontres.

Celle de Nicolas Jules, quadra décoiffé, gentiment

déjanté, qui, sourire et pertinence en bandoulière, fait

un parcours singulier dans le paysage très convenu de

la chanson française... Avec ses huit albums et de très

nombreuses scènes il a su dessiner un monde bien à lui

où l’humour, parfois noir, le dispute à une folie douce

et rêveuse teintée d’une jolie nuance d’originalité et de

loufoquerie comme le révèle (et je n’invente rien) le titre

d’un de ses opus «La nuit était douce comme la queue

rousse du diable au sortir du bain». Le public auquel

il se raconte beaucoup en concert, le découvrira donc

«Par le trou des voyelles» (un autre de ses titres) avant

d’applaudir Oldelaf, l’ineffable inventeur du célèbre

tube et pourtant improbable «Tristitude» beaucoup

entendue chez Michel Drucker. Oldelaf est un vrai

pianiste de formation classique passé par le pianobar

et la musicologie qui le mèneront vers l’écriture

de... chansons humoristiques ! «Raoul mon pitbull»,

«Nathalie» (mon amour des JMJ) ou encore «Le Café»,

vont lui assurer une solide renommée de chanteurrigolo.

Image qu’il va contourner en composant pour

«Dimanche», son 2 e album, des chansons certes

drôles mais aussi subversives, incisives et tendres. Une

autre façon de partager, comme il le chante, «La belle

histoire», la sienne évidemment et celle qu’il noue avec

un public enthousiaste ! Deux «Nuits Givrées» pour se

rafraîchir les oreilles dans la belle salle de l’Aqueduc

de Dardilly les 30 et 31 janv.

Photos : Diane Sagnier, Franck Bohbot, Catherine Cabrol

NEWS/02

«MADE IN CHOLLET» Le syndrome de la Vache qui Rit

On l’a applaudie complètement «empiafée» dans son premier one-woman- show. Une incursion

iconoclaste dans le répertoire de La Môme qu’elle revisitait à la sauce rap, blues, variétoche... Une

véritable performance vocale, drôle et sexy (Ah le petit short en jean). On l’a suivie ensuite dans «Le

Nouveau Spectacle» où elle changeait... de short mais dézinguait les mecs avec gourmandise. La

voilà de retour avec «Made in Chollet» comédie musicale inspirée du syndrome de La Vache qui Rit :

le trop blonde, trop rebelle, trop déjantée, trop décolletée, trop ceci, trop cela, trop souvent entendu

dans ses tentatives d’auditions. Eh bien, comme elle en a sous le pied, qu’elle lève très haut, et dans la

voix qu’elle a fort belle, comme elle sait bouger son corps et danser un peu tout, elle a décidé de faire

comme elle veut, notre Christelle, et elle a bien raison ! Résultat c’est sa propre comédie musicale,

entièrement «Made in Chollet», qu’elle nous a concoctée. Un show dans lequel elle s’assume très

blonde, très rebelle, très déjantée, très décolletée, très ceci et très cela et surtout très drôle et que nous

avons tous très, très envie de découvrir ! Comédie Odéon du 11 au 13 janv.

NEWS/03

PIANO À LYON Un virtuose et une légende

Ce sont deux immenses interprètes que «Piano à Lyon» programme

à la Salle Rameau en ce début d’année. Nicholas

Angelich remporte prix et concours internationaux, joue sous

la baguette des plus grands chefs, enregistre Ravel, Liszt,

Bach, Beethoven, Brahms... Du Maître de Bonn il jouera la

sonate «Waldstein» ainsi que des œuvres de Brahms et Haydn,

le 9 janv. Pour fêter les 70 ans du brésilien Nelson Freire,

une légende du piano, Decca a édité un magnifique CD hommage

réunissant, entre autres, Beethoven et Chopin. A Lyon il

choisit de partager un programme romantique avec Brahms,

Schumann et Chopin... Un concert événement ! le 23 janv.

14

Lyonpeople / Janvier 2015


NEWS

BRÈVES DE COMPTOIR / par Marc Polisson

HIDEYYUKI KAWAMURA

Champion du Monde de pâté-croute

A

près la demi-finale organisée à Paris par Gilles Demange et Arnaud

Bernollin, en partenariat avec les Toques blanches lyonnaises, ils étaient

douze à concourir en finale pour le titre de champion du Monde de pâtécroute.

Frappé du drapeau de l’empire du soleil levant cette année.

おめでとうございます Monsieur Kawamura ! Col roulé tricolore et sourire aux

lèvres, Daniel Léron est formel : « Il n’y a pas eu photo ! » Placé sous la présidence du chef

MOF Benoit Violier (trois macarons à Lausanne), le jury s’est accordé à reconnaître que

le chef japonais de Lameloise avait survolé les débats de cette sixième édition dont la finale

a été suivie par plusieurs centaines de gourmets réunis dans l’antre de Michel Chapoutier

à Tain l’Hermitage. Deux Lyonnais (Yannick Decelle et Jérémy Ravier) sont également

distingués. L’honneur de la capitale de la gastronomie est sauf !

Le palmarès 2014

Médaille d’or

Hideyuki KAWAMURA

MAISON LAMELOISE *** - CHAGNY (71)

Médaille d’argent

Jeremy RAVIER

LES TROIS DOMES * - LYON

Médaille de bronze

Nicolas PERDRISET

MAISON DU DANEMARK - PARIS

Prix Mumm de la Confrérie

Yannick DECELLE

LE CARO DE LYON - LYON

Prix de l’élégance

Ludovic NARDOZZA

DOMAINE DE CLAIREFONTAINE*

CHONAS L’AMBALLAN (38)

Photos : Fabrice Schiff & DR

1ère table de La confrérie du Pâté-Croute 2ème table de La confrérie du Pâté-Croute 3ème table de La confrérie du Pâté-Croute

Alain Dinc (La Tour Rose), Michel Neyret

et Geneviève Watine

Sylvie Maniglier, Karine Fontaine,

Françoise Petit et Nathalie Cot

Claude Mahé, l’horloger Jean-Louis Maier

et Jean-Pierre Cot (Groupe Cot)

Elie Cunat, DG du Groupe Gauduel,

Nicolas Winckler (Lyon People),

Marie Roussille et Marco (Lyon People)

16

Lyonpeople / Janvier 2015


Le jury

Les lauréats et les organisateurs

Hideyyuki Kawamura (Maison Lameloise)

Jérémy Ravier (Les 3 Dômes Sofitel)

Nicolas Perdriset (Maison du Danemark)

Yannick Decelle (Le Caro de Lyon)

Olivier Sauzon (L’Argenson)

Sébastien Lericolais (Brasserie Diplomatico)

Lyonpeople / Janvier 2015 17


NEWS

BRÈVES DE COMPTOIR / par Marc Polisson et Christian Mure

SIRHA 2015 Le programme des festivités

1500 démonstrations par jour, 18 concours

culinaires de tous les métiers de bouche,

de la caféterie et de toutes les restaurations,

de la collective à la gastronomique,

9 espaces d’animations, des tables

rondes, des espaces de recherche, d’échanges d’idées

et de savoir-faire...

Le Sirha fait son show à Eurexpo du 24 au 28 janvier

2015.

INTERNATIONAL CATERING CUP

12 équipes internationales de traiteurs sont en lice

pour décrocher le prestigieux titre de Meilleur Traiteur

de réception du Monde décerné au terme de 2 jours

d’épreuves. Buffets spectaculaires et précision dans

les assiettes ont fait la réputation de ce concours qui

s’impose désormais comme La référence.

Samedi 24 janvier 2015 (De 9h00 à 18h00)

Remise des prix : Samedi 24 janvier, 17h30

COUPE DU MONDE DE LA PÂTISSERIE

21 équipes originaires du monde entier - composées

d’un pâtissier, d’un chocolatier et d’un glacier – devront

faire preuve d’audace, de technique, de créativité

et d’innovation pour espérer remporter la victoire.

Le règlement évolue en 2015 et imposera aux

candidats de nouveaux challenges techniques pour les

pièces artistiques en chocolat et en glace sculptée.

Dimanche 25 et lundi 26 janvier 2015

(De 9h00 à 16h30)

BOCUSE D’OR

Devant plus de 2500 supporters et sous le regard des

chefs les plus renommés au monde, 24 jeunes chefs des

5 continents rivaliseront de précision et de créativité

lors d’un show époustouflant, mettant un terme à

dix-huit mois de sélections nationales et continentales

à travers le monde.

Mardi 27 et mercredi 28 janvier 2015

CARNET DE BAL

Samedi 24 janvier

11h à 13h : Inauguration

18h à 23h : BIG : Tunnel du goût sous le tunnel de la

Croix-Rousse

Lundi 26 janvier

18h à 19h : Remise des Prix de la Coupe du Monde

de la Pâtisserie

20h à minuit : Dîner «De la bouche aux oreilles» au

Sucre

Mardi 27 janvier

18h à 19h : Remise des Prix du concours de l’Ecaille

d’or et de l’Empereur

Mercredi 28 janvier

15h30 à 16h30 : Remise des prix du concours du

Meilleur Vigneron Cuisinier

18h30 à 19h30 : Remise des Prix du Bocuse d’Or

SAUF IMPRÉVU

Félix Gagnaire en toute simplicité

Félix Gagnaire (36 ans) qui n’est autre que le fils du célèbre

chef Pierre Gagnaire vient d’ouvrir «Sauf Imprévu» à la

place de la «Table des Mômes». Il ne se la joue vraiment pas,

affichant tout de suite la couleur car il ouvre seulement à midi.

Il veut préserver ses soirées pour sa famille et pour le groupe

de rock dans lequel il joue comme batteur... Son père étant

parti en 1994 à Paris, il est resté à Saint-Etienne avec sa mère.

Son grand-père tenait le «Clos Fleuri» à Saint Priest en Jarez

(42) où son père a débuté. Félix a passé son CAP de pâtissier,

chocolatier, glacier, confiseur. Il a rencontré son chef lithuanien

Vytantas Jankunas lors de ses deux ans au «Passage»

à l’époque de Vincent Carteron. Ambiance de place du

village dans son restaurant de 40-45 places avec un petit salon

à la lyonnaise de cinq couverts où il propose des formules du

jour. Son pâté de viande Marguerite suivie d’une pièce de

bœuf accompagnée de haricots verts ou d’une andouillette

rôtie, sauce diable, oignons confits nous ont été servis en toute

simplicité par le fils de l’un des plus célèbres chefs du monde...

Fourme de Montbrison et tarte aux figues (sirop de vin rosé) en

conclusion. «Expose yourself to art» au mur est un clin d’œil au

premier restaurant de son père où il était accroché. CM

SAUF IMPRÉVU

40, rue Pierre Corneille - Lyon 6 - tél. 04 78 52 16 35

Ouvert du lundi au vendredi à midi seulement

Entrée+plat : 18 euros. Entrée+plat+dessert : 22 euros

87 ème Marché aux vins

d’Ampuis - Côte-Rôtie

Le marché aux Vins d’Ampuis - Côte-Rôtie revient pour le

plus grand plaisir des amateurs des vins de la vallée du

Rhône septentrional. Les appellations stars se réunissent aux

côtés de produits régionaux et ravissent les papilles. Avec

200 vins de 60 domaines, chacun y trouve son bonheur et

l’occasion de monter la cave de ses rêves !

Du vendredi 23 au lundi 26 janvier 2015

Salle polyvalente, Avenue du château - 69420 Ampuis

Horaires : Vendredi 23 de 11h à 19h /Samedi 24,

dimanche 25 et lundi 26 de 9h à 19h

Droit d’entrée : 8 € avec un verre dégustation

18

Lyonpeople / Janvier 2015


NEWS

MEGÈVE PEOPLE

20

Lyonpeople / Janvier 2015


JULIEN DISTEL

ne marche pas dans

les pas de Sacha

Quand on tape le nom de Julien Distel

sur Google, la seconde image qui apparaît

sur le moteur de recherche est un cliché publié

sur le site internet lyonpeople.com en septembre

2002 ! Douze ans plus tard, nous l’avons

retrouvé dans son chalet mégevan. Musique !

Par Marc Polisson - Photos : Saby Maviel

Julien sur le balcon du chalet construit par ses parents

Sacha et Francine Distel en 1964

J

e ne vous garantis rien. Avec cette neige, je ne sais pas si nous

allons pouvoir monter ! » Les premiers flocons sont tombés dans

la nuit sur les hauteurs de Megève. Une couverture immaculée

qui s’avère finalement encore trop évanescente pour entraver

la progression de notre 4x4. Au volant, Julien Distel

escalade le petit sentier escarpé qui mène au lac de Javen. Quelques

minutes plus tard, le véhicule stoppe au milieu de nulle part. Au loin,

une demi-douzaine de bovins en plein champ, tout autour le silence

absolu. Que se cache-il derrière ce portail coulissant d’apparence

anodine Extrêmement bien intégré à son environnement, le chalet

qu’il va nous faire visiter. « Cette adresse est confidentielle, mais sachez

que c’est ce qui se fait de plus atypique ici » assure-t-il en guettant nos

réactions. Scotchés ! A la vue de nos regards, un immense sourire

barre le visage du fils de Sacha. Qui entreprend de jouer les guides

à travers ce chalet hors norme dont l’immense plateau sous charpente

apparente, dessert une kyrielle de chambres, une piscine intérieure,

un garage sous-terrain et un studio pour le personnel de maison. Une

déco chaleureuse et raffinée, loin du bling-bling de certaines demeures

mégevannes que Julien Distel connaît bien. Il en détient quelques

dizaines en portefeuille. Depuis 2008, il dirige sa propre agence de

location et de management de chalets de luxe. « Voici le type de biens

que je propose à mes clients, avec tous les services qui vont autour ! »

Conciergerie, réceptif, évènementiel… alors que son père occupait le

devant de la scène, son benjamin excelle dans le back office. Et ça

fait 7 ans que ça dure.

Lyonpeople / Janvier 2015

21


NEWS

MEGÈVE PEOPLE

JULIEN DISTEL

« La belle vie »

pour l’enfant du pays

Né à Paris le 9 octobre 1967, trois ans après son

frère Laurent, Julien a passé un tiers de son

enfance à Megève. Deux mois après sa naissance,

il emménage dans le mazot « Anais » construit par

ses parents en 1964, au Mont d’Arbois. Et dès son

entrée à l’école publique, connait le régime de

l’alternance : le premier trimestre à Paris, le second à

Megève et retour à Paris pour la fin de l’année ! Une vie

au cordeau et tous les hivers dans la neige. « Je suis tombé

dedans tout petit mais maman ne m’a jamais poussé à la

compét’ ». Ne pas faire reproduire son propre parcours

à ses enfants, une faute de quart qu’on ne pourra

reprocher à Francine Distel. C’est pour prendre le

grand air « à la montagne » en raison d’un voile au

poumon que ses parents l’ont emmenée à Megève

pendant la guerre. La petite Parisienne ne met pas

longtemps à s’acclimater. Tous les hivers, tandis que

son père Jean Bréaud élève des immeubles, elle

dévale les pentes du domaine skiable du village hautsavoyard.

Décrochant en 1954 une médaille d’or en

slalom géant aux Championnats de France, au nez et

à la barbe des gens du pays… et un peu plus tard le

cœur du célibataire le plus en vue de son époque, un

certain Sacha Distel. C’est sur les pistes de Rochebrune

qu’elle croise le regard du chanteur. Leur love story fait

les gros titres de la presse magazine. Les tourtereaux

souhaitaient officialiser leur union devant le maire

de Megève en janvier 1963 dans la plus grande

simplicité, mais à leur sortie, un tunnel de bâtons de

ski les attendait sous le crépitement des flashes. Un an

plus tard, sur une parcelle de terrain en contrebas des

immeubles Bréaud, Sacha et Francine font construire

leur chalet, délicat assemblage d’anciens mazots

qui lui donnent un aspect intemporel. Les Sibuet

industrialiseront le procédé 30 ans plus tard avec les

Fermes de Marie. « C’est un peu prétentieux ! » s’amuse

Julien, secrètement flatté de notre hardie comparaison.

Si son parcours estudiantin et professionnel le ramène

à Paris, il n’aura de cesse de revenir dans la station

haut-savoyarde chaque hiver. Sa maitrise de marketing

décrochée sur les bancs de l’ESIAE, Julien effectue son

stage de fin d’études chez Quarterback, l’agence

de Pierre Barthès et Denis Naegelen. Les deux

champions de tennis reconvertis dans le sport business

l’embauchent en 1992 et lui confient l’opérationnel

de plusieurs évènements dont la Coupe d’Havas.

Quand deux ans plus tard Jean-Claude Darmon

lui propose d’intégrer son team, Julien saisit la balle

au bond. A la clé, la gestion des partenariats de

l’Equipe de France de Football, du PSG et de l’OL. Il

a gardé un souvenir impérissable de la soirée de non

qualification des Bleus pour la Coupe du Monde 1994

mais conserve un excellent souvenir de Bernard

Lacombe et de Jean-Michel Aulas, côtoyés durant

cette période. Un an après avoir traversé l’Atlantique

en compagnie des principaux sponsors de l’Equipe de

France pour assister à la finale remportée par le Brésil

aux tirs au but contre l’Italie, il délaisse les terrains

de foot pour le karting indoor. Son ami Stéphane

Choisy-Bourgade lui propose de s’associer avec lui,

son frère et l’ancien champion de F1 René Arnoux.

Leur concept : amener le kart dans Paris avec un

produit haut de gamme tourné vers l’évènementiel

d’entreprise. « On a plongé dans l’inconnu ! » se

souvient Julien. Deux circuits sortent de terre Porte de

la Villette et à Thiais (Orly), puis Aix en Provence dont

Laurent Distel prendra la direction, et Lyon-Vénissieux

(avec le rachat de Planète Karting à Pierre-Yves

Chevallier). Douze ans à pleine gomme, avant de

décider d’abaisser le drapeau à damier.

Balles neuves

Ras-le-bol de Paris. Sentant l’essoufflement du concept,

Julien Distel rapatrie son épouse mauricienne Ludmilla

et leurs enfants Ylan et Maé (respectivement 9 et 6

ans aujourd’hui) à Megève. Nous sommes en 2007,

et l’aventure de l’agence MCM (Megève Chalet

Management) peut commencer. Julien entame cet

hiver sa 5 ème saison en solo et joue les nounous pour

une clientèle française et internationale fortunée. Il ne

connaît pas la chanson, mais son patronyme est

Son objet fétiche trône dans son bureau

« Cette harpe de la fin du XVIII e a

appartenu à ma grand-mère maternelle, Marcelle Bréaud.

J’adore la musique mais je ne suis pas musicien »

Hook. Son siamois

de deux ans.

De grands yeux bleus

et une patience infinie

L’inauguration

de Kart’in Lyon en 2002

Voilà ce que nous

en disions dans Lyon

People à l’époque :

« René Arnoux a fait

le déplacement en

compagnie de Laurent

et Julien Distel. Les fils

de Sacha sont en effet

actionnaires des circuits

indoor aux côtés du pilote

de F1. De joyeux lurons

en vérité ! »

Laurent, Julien Distel et René Arnoux

Julien et ses deux enfants

Ylan et Maé

22

Lyonpeople / Janvier 2015


NEWS

MEGÈVE PEOPLE

JULIEN DISTEL

un gage de sérieux pour les propriétaires et ses

clients qui n’hésitent pas à investir plusieurs dizaines

de milliers d’euros dans une semaine de vacances.

« Les produits d’exception ne subissent pas la crise ! »

assure-t-il. Pas le droit à l’erreur. Durant toute la

saison, Julien Distel est sur le pont.

Son sourire en bandoulière et

sa parfaite connaissance du

terrain sont ses meilleures atouts.

Un sourire reconnaissable entre

tous. Bon sang ne pourrait mentir.

Au mur du chalet qu’il loue au

Jaillet, peu de photos de son père

starisé. « Je n’en ai pas besoin, il est

dans mon cœur ! Je pense tous les jours

à lui » glisse-t-il sans fausse pudeur.

« Tendre et affectueux », ce père

aimant disparu des suites d’un cancer à l’âge de

71 ans repose depuis 2004 dans la crypte de la

propriété familiale du Rayol-Canadel, baptisée

« Thalassa », face aux îles du Levant et de Port-Cros.

Sa maman qui vient de se séparer de leur maison du

XVI eme arrondissement de Paris – « c’est une page qui

« IL N’Y A PAS DE FORTUNE FAMILIALE,

ça m’emmerderait de ne pas travailler !

JE NE SUIS PAS UN FILS DE ! »

se tourne » - traboule désormais entre la Côte d’Azur

et la Haute Savoie. Cette année, elle a organisé un

slalom géant pour son 80 ème anniversaire. « J’en suis

assez fière. Comme je suis née le 7 juin, et qu’il n’y

a plus de neige à cette date, je l’ai planifié le weekend

du 8 mars, au Mont d’Arbois, avec l’école de ski.

J’ai réuni trente amis skieurs, mes deux fils et mes

petits-enfants. Je porte la croix de Savoie stylisée

en or que mes invités et mes fils m’ont offerte. Laurent

et Julien ont fait graver «On t’aime », a-t-elle raconté

l’été dernier à nos confrères de France Dimanche.

Depuis 8 ans, c’est son fils ainé qui s’occupe de

Prosadis, la société d’édition de Sacha. Julien ne vit

quant à lui pas avec un casque vissé sur les oreilles :

« La musique actuelle On fait beaucoup de jetable ! »

analyse-t-il sans complaisance. « Les gens consomment

des artistes comme ils consomment des

meubles. On est plus dans le marketing

que dans la musique ! » Rangé du

circuit et des mondanités parisiennes,

il a reformé autour de lui sa garde

rapprochée composée de Pierre

Cellier, Astrid Maillet-Contoz,

Régina et Marc Sibuet. Avec ce

dernier, il a récemment escaladé le

Mont Joly. 1000 mètres de dénivelé

en pleine nature, une excellente

échappatoire pour décompresser de

ses journées bien remplies. « Mais avez-vous besoin

de travailler » A l’heure de le quitter, notre question

volontairement provocatrice le fait bondir : « Il n’y a

pas de fortune familiale, ça m’emmerderait de ne pas

travailler ! Je ne suis pas un fils de ! »

LE CHALET DE JAVEN

A l’écart de toute agitation, ce chalet d’exception figure au catalogue de MCM. Il n’est accessible l’hiver qu’à pied ou en motoneige. D’une surface de 700 m 2 ,

il peut accueillir 14 personnes et dispose d’une piscine intérieure et d’un jacuzzi. Un chef, un intendant et une femme de chambre complètent le dispositif.

24

Lyonpeople / Janvier 2015


NEWS

MEGÈVE PEOPLE

JULIEN DISTEL

Sacha et Francine Distel en compagnie de Laurent et Julien

sur le balcon-terrasse du chalet Anaïs dans les années 80

SES BONS PLANS

À MEGÈVE

Le Refuge

« Pour son propriétaire Franck et son excellent rapport qualité-prix. »

La Sauvageonne

« Un endroit super festif dirigé par mon pote Nano. »

Le Tigrr

« Pour la qualité des mets et la gentillesse de Christophe. A deux

ou en bande, c’est super sympa. »

Le Vieux Megève

« Même si je n’aime pas le fromage, j’y vais pour son cadre

authentique et sa brazzerade que j’adore ! »

L’Alpage des Moliettes

« Le repaire de mon ami Marc Sibuet. Accessible à pied, en Land

Rover ou en hélico, c’est génial pour déjeuner le dimanche en été. »

Le bar du Lodge Park

« Pour l’apéro »

Le Café 2 la Poste

« Pour son bœuf basilic – riz blanc » préparé en toute simplicité

par l’équipe de Christophe.

1

1+2+3. Le slalom organisé par Francine

au Mont d’Arbois pour ses 80 ans

1. Francine

2. Julien

3. Laurent

4. Sacha et Julien en couverture

de La Vie en novembre 1968

2

Le jour de leur mariage à la mairie de Megève

4 3

26

Lyonpeople / Janvier 2015


EN•COUVERTURE SPECIAL MARIAGE

28

Lyonpeople / Janvier 2015


Salon du mariage

LES NOCES

DE PORCELAINE

DE LAURENT

CHABBAT

Aux manettes du salon du mariage depuis 1995,

Laurent Chabbat fête sa 20 e année à la tête de

l’événement et retrace pour Lyon People son

parcours de noceur professionnel. Just married.

Propos recueillis par Benjamin Solly

Photos : Fabrice Schiff & Benjamin Cherasse

L

yon People : Comment est né le salon du

mariage à Lyon

Laurent Chabbat : Le salon du mariage de Lyon a

été créé par le photographe Georges Colomban

avec quatre commerçants en 1987. Au départ, le salon

ne compte qu’une dizaine d’exposants, dans l’ancien palais des

Congrès. C’est Daniel Pérez qui a proposé à Georges Colomban

de booster la commercialisation du salon. Danièle Requien s’en

est occupé pendant un an avant que Daniel Perez ne me confie les

rênes du salon l’année suivante. Nous sommes en 1995 et je suis

commercial chez Radio Scoop. J’ai 29 ans et je tape dedans ! (rires)

J’ai commencé à rechercher de nouveaux exposants car, au même

moment, nous subissions la concurrence d’autres salons dans la ville

ou dans le département. Mais nous avions Radio Scoop, avec un

système de communication ultra-efficace. Nous étions partout en ville.

Aujourd’hui, il n’en reste plus qu’un salon consacré au mariage à

Lyon. C’est le nôtre.

En tenue de combat dans la boutique

Smart des Brotteaux

Comment expliquer ce succès pérenne

Le succès, ce n’est pas celui du salon mais celui de nos exposants.

Nous avons entre 80 et 90 exposants chaque année. Cela représente

un chiffre d’affaire de 350 000 à 400 000 euros. La commercialisation

des stands commence chaque année au mois de juin. Les exposants

des années précédentes sont prioritaires pour renouveler leurs stands

et nous fidélisons à hauteur de 85%. Chaque année, je n’ai que 15 à

20 espaces disponibles. Aussi, nous avons toujours privilégié l’entrée

payante. Nous envoyons des invitations au compte-gouttes. C’est une

façon d’assurer à nos exposants une certaine motivation des visiteurs.

Pas de badauds, mais des prospects. Nos visiteurs savent pourquoi

ils viennent au salon du mariage et nos exposants savent pourquoi ils

reviennent chaque année (sourire). Pour chaque édition, nous avons

entre 7.000 et 8.000 visiteurs. Cette année, j’aimerai attirer entre

10.000 et 12.000 visiteurs.

Lyonpeople / Janvier 2015

29


EN•COUVERTURE SPECIAL MARIAGE

Quels seront les temps forts de cette édition

2015

Nous retrouvons les marques incontournables comme

Le Printemps, 1001 listes, L’Alliancier, Tati Mariage,

Smart, Kenzo… Un métier explose autour du mariage,

c’est celui de wedding planner. Il y en a une petite

dizaine cette année, mais je n’en prendrai pas plus.

Car toute l’alchimie réside dans l’équilibre entre les

différents secteurs d’activités liés au mariage. Si

je prends vingt bijoutiers, ils se tireront la bourre et

personne ne va vendre. Aussi, tous nos exposants

textiles défilent au salon du mariage. Cette année

encore, nous aurons trois défilés le vendredi, quatre le

samedi et quatre le dimanche. Nous offrons également

trois heures de parking gratuit à nos visiteurs.

En 20 ans, le profil des jeunes couples qui

fréquentent le salon a-t-il changé

Il y a encore vingt ans, les couples restaient dans le

classique. La liste de mariage telle qu’on la composait

dans les années 90, avec l’incontournable ménagère,

c’est terminé. Car la plupart des couples qui vont se

marier sont déjà installés, certains ont déjà des enfants.

Aujourd’hui, les couples viennent plus chercher des

alliances, des dragées ou des idées de faire-part, un

joli voyage de noces. Nous avons vu également arriver

plus de couples homosexuels mais c’est une clientèle

qui existait déjà. Un mariage gay ou un mariage

hétéro, c’est clairement la même chose. Le budget des

clients du salon se situe entre 7.000 et 15.000 euros

pour l’ensemble de la prestation.

Comment va évoluer le salon du mariage

J’aimerais que le salon conserve le même calibre car

c’est le plus équilibré. Si je présentais demain des

créateurs haut de gamme, que nous avons parfois

présentés sur le salon, je ne suis plus dans la jauge

de dépense des clients. C’est un salon populaire qui

fonctionne ainsi et c’est tant mieux. Une seule chose

m’interpelle, c’est le

développement du

virtuel, et notamment

de l’offre sur internet

autour des alliances,

faire-part ou encore

des costumes. Mais un

mariage, c’est aussi la

joie des préparatifs

qui n’ont rien de

virtuel !

SALON DU MARIAGE

Du 23 au 25 janvier 2015

Centre des Congrès – Cité Internationale

Quai Charles de gaulle – Lyon 6e

Vendredi 25 janvier de 14h à 22h

(défilés à 16h, 17h30, 19h30)

Samedi 26 janvier de 10h à 19h

(défilés à 11h30, 13h30, 15h30, 17h30)

Dimanche 27 janvier de 10h à 19h

(défilés à 11h30, 13h30, 15h30, 17h30)

Temps fort du salon, le traditionnel défilé programmé 11 fois durant trois jours

30

Lyonpeople / Janvier 2015


Lieu unique pour écrire l’une des plus belles pages de votre histoire !

Le Château de Pizay est heureux de vous faire découvrir son Domaine pour votre soirée de Mariage.

Dans le parc, la charmille, le jardin à la Française ou dans l’une de nos salles Prestigieuses...

Votre Mariage ne peut être que sublimé !

L’hôtel : votre nuit de noces vous est offerte. Jusqu’à 12 chambres disponibles pour vos invités.

La Charmille : pour vos apéritifs, brunchs ou cocktails extérieurs

cette belle allée ombragée s’ouvre sur le jardin à la française

Le Cuvage : prestigieux espace de plain pied de 560 m², autonome et équipé, pour que votre mariage soit un succès

Le Caveau : pour vos apéritifs ou cocktails à l’intérieur, décoré de foudres et tonneaux séculaires

Le Spa : le lieu rêvé pour vous détendre après le brunch du lendemain

L’hélisurface : En contre-bas du jardin à la française si vous souhaitez une belle arrivée par les airs !

Vous avez également la possibilité de tirer un feu d’artifice en cours de soirée.

La qualité des services : une équipe commerciale à votre service de la conception à la réalisation

Le Parking : 250 places sécurisées.

PROMOTION 2015

Pour votre mariage en 2015, profitez de

-30% sur la location de salle les vendredis

-15% sur la location de salle les samedis

CHÂTEAU DE PIZAY ****

Hôtel - Meetings - Vineyard & Spa Resort

443, route du Château 69220 St Jean d’Ardières

Votre Contact : Carole Fauvette – dircom@chateau-pizay.com / tél : 04.74.66.69.08

www.chateau-pizay.com


EN•COUVERTURE SPECIAL MARIAGE

32

Lyonpeople / Janvier 2015


MAX

CHAOUL

« Non, je ne suis

pas mort ! »

Après sa descente aux enfers, Max Chaoul

entame un nouveau départ. Tel un Phénix qui

renaît de se cendres, le créateur lyonnais n’a

pas dit son dernier mot et entend bien continuer

à nous faire rêver.

Par Sophie Guivarch - Photos : Saby Maviel

N

on je ne suis pas mort et je tiens à le faire savoir ! » Il est

libre Max et n’a rien perdu de sa verve légendaire.

C’est dans son fief de la rue François Dauphin, là

où tout a commencé, que je retrouve un homme

attachant et combatif qui revient, non sans émotion,

sur ses heures de gloire et son effondrement il y a tout juste un an.

La fin d’une histoire, un cauchemar dont il se relève avec amertume

et quelques kilos en trop ! Visionnaire dans les années 70 avec ses

collections réalisées pour Christian Josse, le créateur de la marque

Clémentine, véritable institution lyonnaise durant de nombreuses

années, lance sa propre griffe éponyme en 1995. Il s’installe derrière

la place Bellecour au 7 de la rue François Dauphin et dessine des

premiers modèles estampillés Max Chaoul. Le succès est au rendezvous,

plébiscité pour ses robes de mariées couture au style affirmé,

créatif et inspiré. Audace et élégance se marient. Le corset se lace

dans le dos, le bustier sublime la femme tandis que fleurs, plumes,

dentelle et papillons ornent les créations dans la plus grande tradition

de la haute couture. Les grandes familles lyonnaises (Mérieux,

Bocuse…), les personnalités du show-biz (Kylie Minogue ou encore

Mélissa Theuriau) confient au créateur lyonnais la réalisation de

leur robes de mariées. Une renommée qui dépasse les frontières.

« Je me rappelle encore de ce prince saoudien qui me fit venir en jet

privé à Dubaï pour habiller sa fille. » Et des anecdotes, Max Chaoul

n’en manque pas, de la robe de mariée réalisée en filet tricoté pour

un mariage sur un îlot à la cliente dont il a confectionné les robes de

ses cinq noces ! Des années de gloire et de faste qui ne laissaient pas

présager une lente descente aux enfers.

« JE ME SUIS RETROUVÉ

TOTALEMENT SEUL

et peux compter sur les doigts de la main

CEUX QUI M’ONT SOUTENU. »

Lyonpeople / Janvier 2015

33


EN•COUVERTURE SPECIAL MARIAGE

En 2013, les difficultés le contraignent à s’entourer

d’un partenaire financier. Mais à peine quelques

mois plus tard celui-ci annonce le dépôt de bilan de

la société. Après 19 ans passés sur le devant de la

scène, le couturier est évincé, démuni. Suivront 9 mois

de cauchemar. « Je me suis retrouvé totalement seul et je

peux compter sur les doigts de la main ceux qui m’ont

soutenu. Je n’avais plus rien » confie-t-il. Mais c’est sans

compter sur la combativité d’un homme convaincu de

pouvoir encore faire rêver les femmes et nullement

résigné à revendre son nom. In extremis, aidé par

des amis et son frère Alain Chaoul, il récupère son

nom, sa boutique et ses stocks. « Sans eux je pense que

j’aurais donné une ultime conférence de presse avant de

me jeter par la fenêtre ! » Une confidence non dénuée de

gravité. « Mais je crois en ma bonne étoile. Et finalement

sur le fil du rasoir, il finit toujours par se passer quelque

chose. » C’est donc avec un bonheur non dissimulé

qu’il réinvestit son show-room. Nouveau départ dans

un lieu revu et corrigé, symbole du renouveau. « Il était

important que je montre que je n’étais pas mort ! » Aussi

le noir laisse place au blanc immaculé. De la façade à

la décoration intérieure, la couleur virginale s’impose.

Tandis qu’il surveille d’un œil attentif la bonne santé de

ses orchidées, il se tourne vers la photographie d’Yves

Saint Laurent qui trône sur la commode du salon

d’essayage « mon mentor ne me quitte jamais ! C’est un

peu grâce à lui si j’ai choisi de faire ce métier. Avant lui

il était impensable pour un homme de devenir couturier.

Il a ouvert la voie. » Au milieu de ses clichés chargés

d’affect, de ses fleurs et de ses objets d’Antiquité, Max

Chaoul se donne de nouveau carte blanche avec la

ferme intention d’honorer tous ceux qui l’ont aidé à

sortir la tête de l’eau. « Je me dois de réussir, ne serait-ce

que pour eux. »

French touch

Et il croit plus que jamais en la « French Touch » qui fait

toujours rêver. « Ma griffe a toujours sa place, j’en suis

convaincu » ajoute-t-il toute en évoquant la montée des

marches d’Isabelle Adjani au Festival de Cannes

portant l’une de ses créations ou encore l’émeute

provoquée par la visite de Beyoncé dans sa boutique

parisienne. Une nouvelle page qui s’accompagne du

lancement de sa collection Re Née Sens. « Re comme

Retour, Née comme Naissance et Sens comme 6ème

Sens ». Sa renaissance racontée au travers d’une

collection à la fois authentique et moderne. « J’ai voulu

frapper fort en affirmant ma différence, mon ADN. »

Dentelles françaises, tulle, fausse transparence, dos

nus et incrustations de cristal… Max Chaoul est bien

vivant !! Preuve en est son défilé sur le tapis rouge

de la rue Auguste Comte qui crée l’évènement en

octobre dernier tandis que le 7 ème art met le créateur

sous les feux de la rampe avec la présence remarquée

de sa robe en mikado de soie dans le film « Qu’estce

qu’on a fait au bon Dieu » de Philippe de

Chaveron. Max Chaoul participe également au

défilé du 20 ème anniversaire du Salon du chocolat de

Paris, en créant des robes en chocolat avec le pâtissier

lyonnais Philippe Bernachon, des créations portées

notamment par Adeline Blondieau. On ne peut que

se réjouir de ce retour en force.

34

Lyonpeople / Janvier 2015


Au cœur du Beaujolais, à 30 km de Lyon, à 1h30 de Paris par TGV

via la gare TGV Mâcon Loché à 10 mn, transferts possibles de la gare.

Location du cuvage de 300 m 2 pour mariage, séminaires, événements de prestige.

Accès possible en hélicoptère dans le parc.

Possibilité de règlement

en 10 fois sans frais

pour les lecteurs de Lyon People

www.chateau-beauchamp.com

CHATEAU DE BEAUCHAMP.indd 1 24/12/14 12:05


EN•COUVERTURE SPECIAL MARIAGE

36

Lyonpeople / Janvier 2015


NICOLAS

FAFIOTTE

Le Guy Degrenne

de la couture

Dans son précieux show-room de la rue du Plat,

nul portant de robes alignées. Seules quelques

silhouettes de rouge vêtues, ornées de dentelles

et paillettes nous rappellent que nous sommes

dans l’antre du couturier.

Par Sophie Guivarch - Photos : Saby Maviel

D

errière de blanches tentures, se cache le bureau de

Nicolas Fafiotte, tout aussi dénudé. « Je ne crée pas

de collection et expose donc très peu de modèles. Tout

est dans mes tiroirs : crayons, papier et tissus… A partir

de là tout est possible. Sur-mesure, à la carte, je réalise

la robe qui vous ressemble ». Et rien ne lui échappe. Au premier coup

d’œil, le créateur lyonnais décrypte la personnalité, définit d’emblée

le style, et son intuition est parfois déroutante et partagée sans détour.

« Je suis très franc, simple et direct dans mes relations c’est peut-être aussi

ce qu’apprécie ma clientèle. » Une clientèle qu’il affectionne pour sa

diversité et la richesse des rencontres. « Dans une même journée je peux

voir entrer dans ma boutique une jeune fille bohème hippie-chic décalée

puis une catholique ancrée dans les traditions, une bimbo ou une celle

qui se remarie pour la 3 ème fois ! » Nicolas les accompagne du choix

de la robe à la coiffure, toujours présent lors des essayages. « Même

si j’aime les hommes (mais ça tout le monde le sait!), j’adore mettre les

femmes en valeur, sublimer leurs formes et surtout créer la robe qui collera

le mieux à leurs personnalités. » Le « Guy Degrenne » de la couture,

comme il se surnomme lui-même, éternel dernier de la classe, peut se

féliciter d’habiller aujourd’hui Miss France ou encore Amel Bent.

« Je détestais l’école et séchais pour aller dessiner. Lorsque je me suis

retrouvé en BEP à Oyonnax, j’ai vite réalisé qu’il fallait que je fasse autre

chose ! »

« CHEZ UNGARO,

on m’appelait

LE PERROQUET DE L’AVENUE

MONTAIGNE ! »

Lyonpeople / Janvier 2015

37


EN•COUVERTURE SPECIAL MARIAGE

A l’occasion de la soirée de fin d’études, il organise

un défilé de mode avec des créations imaginées

à partir de rideaux, de bouts de tissus récupérés et

de strass issus de vieilles montures de lunettes. Du

« bricolage » qui lui vaut tout de même une page dans

la presse locale et le convainc de poursuivre dans cette

voie. Il décide de postuler à l’école Esmod de Lyon.

« C’est là que j’ai rencontré ma marraine la fée,

Isabelle Gleize ! J’ai débarqué dans son bureau tel

un ovni pour lui faire part de ma motivation. Elle s’en

souvient encore ! » Elle lui permet d’intégrer l’école

en cours d’année et il remporte le 1 er prix en style.

Nicolas poursuit la spécialité Haute Couture à Esmod

Paris et sort avec le 1 er prix en 1996. Sa marraine la

fée ne s’était pas trompée !

Après un passage éclair chez le couturier Max

Chaoul, il rejoint la maison Ungaro à Paris. Embauché

au studio Haute Couture de l’avenue Montaigne,

il se rappelle avec un enthousiasme non dissimulé

les frasques, la démesure de trois années « de

dingue ! » Le gamin d’Oyonnax en prend alors plein

les yeux. « C’était l’époque des défilés avec Claudia

Schiffer, Naomie Campbell, Carla Bruni. J’étais invité

à l’anniversaire de Cathy Guetta aux Bains Douches et

croisais Lady Diana ou encore Sharon Stone lors des

essayages. » Pris sous l’aile d’Emmanuel Ungaro,

Nicolas Fafiotte adopte un look très excentrique

à la Galiano. « On m’appelait le perroquet de

l’avenue Montaigne, je portais des tenues de toutes

les couleurs. » Une merveilleuse école pour le jeune

couturier qui apprend notamment auprès de son

maître la coupe et le tombé du vêtement. « Ungaro

était un génie, un vrai tailleur. Et c’était une époque

extrêmement libre et créative. Les Maisons n’étaient pas

tenues par des financiers comme c’est le cas aujourd’hui.

On se lâchait davantage. » Suivront des collaborations

ponctuelles avec Yves Saint Laurent et Christian

Lacroix jusqu’à son retour à Lyon chez Max Chaoul.

Une embauche rapidement suivie d’un licenciement.

« Je lui en ai beaucoup voulu car je suis revenu pour

lui et me suis retrouvé du jour au lendemain sans rien. »

Souvenir amer qui s’efface peu à peu avec le temps,

reconnaît-il.

Miss Lyon pour muse

Il commence à réaliser des robes de mariées dans son

appartement à la demande de ses amies. C’est alors

qu’il fait la rencontre en 2000 de celle qui deviendra

sa muse, Sylvie Tellier. Miss Lyon, elle, lui demande

de réaliser dans l’urgence la robe de sa présélection

à l’élection de Miss France. Le début d’une longue

histoire. « Lorsque j’ai assisté à son élection, j’ai compris

que quelque chose d’important était en train de se passer.

L’équipe de « 50 minutes inside » me contacte pour

m’interviewer et je n’ai même pas encore d’atelier. Ma

machine à coudre est dans ma salle de bains ! C’était

hallucinant ! » Fidèle à Nicolas Fafiotte, Sylvie Tellier

concourera pour Miss Univers et rendra son titre à Lyon

dans de nouvelles robes signées du créateur. Pour Miss

France 2015, nouvelle édition placée sous le signe de la

« Red Carpet », Nicolas Fafiotte a monté les marches…

La société Miss France s’est tournée une nouvelle fois

vers le styliste lyonnais, afin de réinterpréter les robes

des cinq finalistes à l’élection. Pour la première fois,

elles se sont dévoilées toutes sous des jours différents,

dans une profusion de lignes, de formes, de matières,

de broderies, mettant en honneur la précision et

la technicité du couturier lyonnais. Taffetas, satin,

mousseline et dentelle. Nicolas nous donne également

rendez-vous en février au Life Show d’Etam en

ouverture de la Fashion Week. Un début d’année qui

s’accompagnera du lancement d’accessoires pour

hommes et de gants, pochettes bougies, chapeaux en

partenariat avec un grand chapelier mais nous n’en

saurons pas plus…

38

Lyonpeople / Janvier 2015


« Je reçois les mariés uniquement sur rendez-vous

afin que mon temps leur soit exclusivement dédié»

Jérémy Spinelli

Le Salon Des Futurs Mariés

Les 21 & 22 mars 2015

A la Plateforme 4, quai Victor Augagneur - Lyon

#veuxtumepouser #unsalondumariagetendance #love #just for you

Organisé par {A&A} aat-Traiteur

Votre Organisateur de Bonheur

contact@youanmepourlavie.com

06.65.31.34.24 - Billetterie en ligne


MOBILIER CONTEMPORAIN

SOLDES

SOLDES

SUR MOBILIER

D’EXPOSITION

24, rue Jarente - 69002 LYON

Tél. 04 72 41 17 77 - métro Ampère

40

Lyonpeople / Janvier 2015


SAMEDI 17 - DIMANCHE 18 - LUNDI 19 JANVIER

2015

(Ouverture sans interruption de 10h00 à 19h00)

REMISE EXCEPTIONNELLE

DE 20%

SUR LA TOTALITÉ DES COLLECTIONS :

CASSINA

DE SEDE

KNOLL

POLTRONA FRAU

ZANOTTA

Sur mobilier neuf, en stock ou sur commande,

modèles et coloris au choix

DE NOMBREUSES PROMOTIONS SURPRISES

VOUS ATTENDENT SUR PLACE

24, rue Jarente - 69002 LYON

Tél. 04 72 41 17 77 - métro Ampère

Lyonpeople / Janvier 2015

41


EN•COUVERTURE SPECIAL MARIAGE

42

Lyonpeople / Janvier 2015


THIBAUT

LAUVERGNE

Talents aiguilles

Il est en train de se faire un nom dans le milieu

lyonnais de la haute couture. Thibaut Lauvergne

est un créateur qui aime se démarquer avec

des collections qui subliment une femme sexy,

dominatrice et libérée. Rencontre en aparté.

Par Sophie Guivarch - Photos : Saby Maviel et Jean-Philippe Darbois

A

voir ses modèles audacieux, je m’imagine instinctivement

partir à la découverte d’un homme affirmé au caractère

bien trempé ! Et pourtant lorsqu’il se retrouve en tête

à tête avec moi, Thibaut Lauvergne se livre sous

d’autres « coutures », introverti, effacé derrière ses

créations qui, elles, affirment tout au contraire leur distinction !

Discret, il avoue dès nos premiers échanges ne pas être très enclin à

parler de lui et occuper le devant de la scène. L’exercice s’annonce

périlleux pour la journaliste avide de confidences ! Rendez-vous dans

son appartement du 1er arrondissement, conforme à son image.

Nulle vitrine ou enseigne tapageuse. C’est à l’abri des regards qu’il

choisit de travailler avec comme seul compagnon son chien fidèle «

l’amour de ma vie » me confie-t-il (enfin !)… Celui qui ne déçoit jamais,

pourrions-nous en conclure Dans un décor où l’opposition règne

en maître, le noir contraste avec un blanc virginal, la symbolique

obscure de la tête de morts avec la sérénité du bouddha. Tout est dit,

ou plutôt suggéré. Difficile en effet de lever le voile sur cet homme qui

reconnaît ne pas vouloir s’exposer de crainte de susciter une certaine

méchanceté. Comme un parfum de vécu… L’occasion de revenir sur

son parcours, d’Esmod Paris aux ateliers de créateurs lyonnais aux

côtés desquels il se fait les armes durant plusieurs années. Nulle envie

de les citer et encore moins de faire preuve de reconnaissance envers

eux… No comment.

Fort de ces expériences, il décide il y a trois ans de voler des ses

propres ailes en lançant sa ligne de « couture à porter ». Des tenues

de cocktail et de mariées créées uniquement sur-mesure. Ses défilés au

sein du restaurant le Ness de Christine Di Litta lui permettent très

vite de se faire un nom auprès d’une clientèle qui apprécie

« J’AIME LA FEMME

qui a du pouvoir et c’est l’homme

QUI DEVIENT OBJET »

Lyonpeople / Janvier 2015

43


EN•COUVERTURE SPECIAL MARIAGE

sa touche originale, une patte bien personnelle. « J’ai

toujours voulu me démarquer, faire différemment mais cela

était impossible tant que je j’exerçais sous la coupe d’un autre

couturier. Aujourd’hui je peux enfin laisser libre cours à toutes

mes envies. » Des envies décoiffantes, il est vrai ! Thibaut

Lauvergne ne manque pas de nous surprendre avec une

mariée totalement « dépoussiérée » qui s’affranchit de

toute son innocence. Il nous rappelle simplement qu’elle

est avant tout une femme libérée, sexuellement attirante

qui s’assume. « Le côté fleur bleue des traditionnelles

collections de robes de mariée ne correspond pas

à la réalité, c’est complètement dépassé. J’aime la femme

qui a du pouvoir et c’est l’homme qui devient objet. »

Illustration de ses propos sur son site internet. Les photos

sont éloquentes, empreintes d’érotisme. L’homme dénudé,

mis au second plan est à la merci d’une mariée qui joue

de sa séduction. Bien loin des classiques clichés ! Un

anticonformisme dont la finalité n’est pas de choquer si

l’on en croit les propos de Thibaut Dauvergne. « Je casse

les codes mais mon seul objectif est de sublimer la femme qui

doit rester chic et élégante. »

C’est ainsi que dans sa toute dernière collection dessinée

pour le défilé de cet automne, la femme s’expose sans

tabou. Le dos se dénude, le décolleté plongeant est

audacieux, et les fentes des robes et des jupes dévoilent

le haut des cuisses. Si les coloris jouent la carte de la

sobriété, la transparence invite à découvrir le corps

féminin mis judicieusement en valeur. Le smoking est

revisité avec un buste baleiné, la robe stricte s’ouvre

jusqu’à la hanche. Une sobriété trompeuse. Exercice

de prédilection pour Thibaut Lauvergne qui joue avec

les longueurs pour un effet trompe-l’œil. Le pantalon se

porte avec une robe par-dessus tandis que se glisse sous

la robe bustier une jupe longue tout en transparence.

Quintessence de la féminité

La dentelle pailletée apporte une touche très

lingerie à certains modèles. Fidèle à ses découpes

dans le tissu qui le caractérisent, il travaille

essentiellement le crêpe qu’il marie au vinyle pour

son côté futuriste. Un univers que l’on pourrait qualifier

de « glam chic », un brin provocateur qui n’est pas

sans nous rappeler une certaine madone qui porte

aussi bien la guêpière que la croix en vierge

effarouchée ! Une icône dont on retrouve le portrait au

mur de son bureau et suscite ma curiosité. « Je suis un

fan absolu de Madonna, de son style, ses films, ses

clips… » reconnaît-il, fier d’avoir pu dessiner une robe

pour son idole il y a 2 ans. Un souvenir inoubliable.

« Par le biais d’une relation commune, j’ai pu connaître son

petit ami français Brahim Zaibat. Un jour, il m’appelle

pour me commander un modèle pour Madonna. J’ai cru

tomber à la renverse ! Je lui ai réalisé une robe en crêpe

découpé et en voile qu’elle a porté lors d’une soirée

privée. » Mais à son grand regret il n’a pu obtenir aucune

photo immortalisant le moment fort de sa carrière. « Je

suis un inconditionnel de ce glamour affiché, de cette femme

libérée, dominatrice. » Alors s’il y a un endroit dans ce monde

où Thibaut Lauvergne aimerait ouvrir un show room pour

présenter ses modèles, ce serait sans la moindre hésitation

aux Etats-Unis, à Beverly Hills, précise-t-il. « Là-bas, les

femmes assument leur féminité, leur sexualité à l’image de

ces talons hauts qui foulent le bitume de Los Angeles ! » En

attendant le grand saut transatlantique, c’est sur-mesure

qu’il continue à imaginer et dessiner des modèles pour

des lyonnaises qui sont conquises par son style unique.

A nous de savoir le retenir !

44

Lyonpeople / Janvier 2015


EN•COUVERTURE SPECIAL MARIAGE

Photos : Eclat de rêves

WEDDING PLANNER

Les pièges à éviter

O

n les a d’abord vus débarquer sur

grand écran quand ils ont

progressivement remplacé l’incontournable

meilleur ami de la mariée

dans les comédies romantiques.

« C’est vrai que nous avons un rôle important dans le

conseil, parfois jusqu’à la confidence, ce qui est très

plaisant », explique Elsa Delhomme (photo). A la

tête de l’agence Eclat de Rêves depuis mai 2006,

la lyonnaise a essuyé les plâtres d’une profession

« qui n’existait quasiment pas en France ». Celle de

wedding planner. « Avant tout, l’organisateur est là

pour définir le besoin du couple, le définir au mieux

afin de répondre à ses envies mais surtout être force

de proposition. Nous ne devons pas nous contenter de

répondre aux attentes, nous devons lire entre les lignes

et surprendre nos mariés. Pour cela le wedding planner

doit avoir un réseau de qualité et de confiance qui ne

s’acquiert qu’avec l’expérience ». Maître d’œuvre de

votre mariage, le wedding planner est un prestataire

à part à choisir avec précaution. « Espérons que des

lois viennent rapidement encadrer ce métier », confirme

Elsa, qui donne ses bons tuyaux pour séparer le bon

grain de l’ivraie. « Vérifiez s’il y a un site Internet et si

la personne mentionne son cursus, que l’entreprise existe

vraiment où s’il s’agit d’une micro-entreprise, assurez-vous

que l’organisatrice ne fait pas ce métier en plus d’un

autre. Donnez priorité à l’expérience et sachez lire entre

les lignes. Etre membre d’une association de wedding

planner, c’est une simple cotisation à payer qui ne

garantit pas forcément la qualité au final ». Passionnée

par son activité, Elsa Delhomme aimerait « imaginer

un rapprochement des organisatrices afin de toutes aller

dans le même sens ». En attendant de porter ce projet

commun, Elsa Delhomme pratique son activité avec le

même professionnalisme « qu’il s’agisse d’un mariage

à 10 000 euros ou à 50 000 euros ». BS

COSTUMES

Le sur-mesure de Jérémy Spinelli

Jérémy Spinelli a ouvert sa boutique de costume sur mesure à la Croix-

Rousse en janvier 2014. Après avoir travaillé durant 12 ans dans des boutiques

de prestige de la région, il a décidé de se spécialiser dans ce vêtement qui le

passionne: le costume! Aux antipodes des très grosses boutiques, ici l’accueil

est très simple et décontracté avec un seul interlocuteur. Pour chaque client

la boutique est privatisée à raison de cinq rendez-vous maximum par jour.

« J’aime que mon client sente que je ne suis là que pour lui» assure-t-il. Il se dit

habilleur «d’agents secrets» pour le côté «confidentiel» de sa boutique loin du

centre névralgique. Certains de ses clients viennent de loin: Suisse, Belgique,

Luxembourg et de partout en France, futurs mariés ou hommes d’affaires. Le

premier prix démarre à 399 € et peut monter jusqu’à 5 000 € pour ses plus

belles étoffes avec l’une des meilleures fabrications d’Europe.

Jérémy commercialise aussi chaussures, chemises, gilets de cérémonie, ceintures

jusqu’aux boxers et chaussettes made in France!

Costumes Spinelli - 21 rue du Mail – Lyon 4 - www.costumesspinelli.fr

46

Lyonpeople / Janvier 2015


LES BONNES ADRESSES MARIAGE

Cet évènement vous tient à cœur !

Pour profi ter pleinement de ce jour KENZO vous propose

des tenues pour vous et vos invité(e)s.

Chics et créatives, venez retrouver nos collections au

10, rue de l’Ancienne Préfecture - Lyon 2

Boutique exclusive KENZO Femme & Homme

Avec ou sans RDV lundi 14h/19h30

Du mardi au samedi 10h/19h30 non-stop

La cabine photo

Tcheeze box

révèle tout le monde,

même les plus timides...

Au début on n’ose pas, on se cache derrière un masque,

on commence à sourire, on invite ses acolytes et puis, on n’en sort pas !

Coiffure mixte / spécialiste chignon

KENZO_JANVIER 2015.indd 1 22/12/14 11:40

Créa'tif

Créa’tif Loréna

Loréna

73 rue Tronchet - 69006 Lyon

personnalise votre coiffure ✆ 04 78 jusqu’à 89 43 la 28pointe de la séduction.

Et optimisez coiffure votre temps mixte pour / confier spécialiste à chignon

votre féminité jusqu’au bout des ongles.

Effet d’O

Toute une équipe à l’écoute

de votre moment vip.

73, rue Tronchet - Lyon 6 / Tél. 04 78 89 43 28

LORENA.indd 1 23/12/14 16:28

SONORISATION et ANIMATION DE SOIREES depuis 1991.

Spécialiste mariage, soirée privée, anniversaire, événement d’entreprise.

Sonorisation, show lumière, vidéoprojecteur,

mise en lumière d’espace, concert, spectacle.

WWW.TCHEEZEBOX . COM

Consultez-nous DEVIS GRATUIT.

Un Cadeau spécial mariage offert pour toute prestation réalisée

en indiquant le mot de passe : «I love Ma Events»

www.maeventsanimation.com


PEOPLE

ECO

FLORIOT IMMOBILIER PRESTIGE

Enseigne d’exception pour demeures de caractère

Constructeur et promoteur, le Groupe Floriot se développe avec sa nouvelle enseigne Floriot Immobilier Prestige,

spécialisée dans la recherche et la vente de biens d’exception et de caractère. Photos : Fabrice Schiff & DR

U

n bien d’exception n’est pas forcément

un bien cher, c’est un bien rare.»

Karine Fontaine le sait. Une

colonne en stuc n’a jamais fait un

palais. Ancienne négociatrice pour

Sotheby’s Realty, la Lyonnaise fait désormais parler

son expertise au sein du groupe Floriot. En effet, le

spécialiste de la construction et de la promotion

immobilière a développé Floriot Immobilier Prestige ; sa

nouvelle filiale sise dans le 6 e arrondissement de Lyon.

Au cœur du carré d’or lyonnais, le promoteur haut de

gamme vous accompagne dans la recherche ou la

vente de vos biens d’exception et de caractère. « Nos

conseillers réalisent pour vous l’estimation de votre bien,

compte tenu de son emplacement et ses caractéristiques

spécifiques », précise Karine Fontaine. Un préambule

à un process de commercialisation sur mesure. « La

personnalisation C’est adapter la mise en vente de

votre bien selon vos attentes. Discrétion, exclusivité ou

non, modes de communication souhaités, notre cahier

des charges est avant tout le vôtre.» Expert technique,

Floriot Immobilier Prestige intervient également sur la

valorisation de votre bien. Notamment avec la mise à

disposition de son équipe de homestagging, prête à

relooker votre intérieur pour le rendre plus attractif et

séduire les acheteurs potentiels. « La transaction réalisée,

notre partenaire Lord Nelson, conciergerie 5 étoiles à

Lyon, se met à votre disposition pour organiser votre

déménagement et gérer vos changements d’inscription

liée à votre nouvelle adresse. » Du cousu-main sur toute

la chaine de commercialisation.

Côté portefeuille, le terrain de jeu de Floriot Immobilier

Prestige s’étend à toute la région Rhône-Alpes. En

cœur de ville ou dans un cadre plus bucolique, les

biens proposés à la vente ont fait l’objet au préalable

d’une évaluation maison. « Le nombre de m 2 et le

prix de vente ne justifient pas la valeur exhaustive d’un

produit. Parfois, ce sont les détails qui font la différence

comme l’âme ou le cachet d’un bien rare », glisse

Karine Fontaine. Pour le sourcing, Floriot Immobilier

Prestige peut s’appuyer sur les réseaux du Groupe

Floriot. Mais le promoteur a également développé

un maillage de conseillers, jouant sur la proximité et

la réactivité. « Leur connaissance du territoire et leur

implantation locale est un accélérateur pour identifier les

biens d’exception », confirme Karine. Un coup d’oeil

au catalogue de Floriot Immobilier Prestige confirme

cette exigence qualitative. En témoignent cette superbe

maison à Caluire ou cet appartement mégevan

calibré pour le cocooning à la montagne (photos).

« Pour personnaliser votre nouveau bien ou pour rénover

un bien ancien, nos architectes partenaires sont à

votre disposition pour imaginer et suivre votre projet

de rénovation. » En attendant de franchir la porte de

l’agence de l’avenue de Saxe, rendez-vous sur le

site internet de Floriot Immobilier Prestige pour une

première prise de contact.

Investir à l’étranger avec

FLORIOT IMMOBILIER

PRESTIGE

Avec une liaison quotidienne Lyon-Lisbonne, le Portugal

attire de plus en plus de Lyonnais. 250 jours de soleil

par an, la 1 ère destination golfique en Europe présente un

double avantage : la qualité de ses biens et des avantages

fiscaux certains. Notamment à travers l’obtention du statut de

résident non habituel (RNH), sous certaines conditions d’acquisition

d’un bien, et la perspective d’une exonération complète

de votre impôt sur le revenu. Vous souhaitez en savoir plus

Floriot Immobilier Prestige propose écoute et conseil.

« En relation avec notre partenaire bancaire

portugais, nous sommes à votre disposition pour

vous trouver un bien de qualité ou de prestige au

Portugal, gérer votre installation sur place et les démarches

administratives.»

Floriot Immobilier Prestige

3, avenue de Saxe – 69 006 Lyon – (0)4 28 27 01 95

Pour tout renseignement, rendez-vous sur

www.floriotimmobilierprestige.com

48

Lyonpeople / Janvier 2015


Bousculez les codes et habillez-vous sur mesure

STORE BROTTEAUX 43, RUE JULIETTE RÉCAMIER - 69006 LYON

www.tailorcorner.fr


PEOPLE SPORT

LE HUB BUSINESS

du LOU Rugby

En novembre 2013, le mensuel Capital plaçait le LOU

Rugby parmi « les dix réseaux qui tiennent le business

Lyonnais ». Entre ascension sportive et hub business,

le vice-président du LOU Rugby Franck Isaac-Sibille

(Marketing, Communication et Partenariats) décrypte cette

montée en puissance. Photos : Fabrice Schiff & DR

MATMUT STADIUM

Au stade de la diversification

Outil poussé à 12.000 places pour le Top 14, le

Matmut Stadium a d’ores et déjà réussi son pari

sportif, affichant un taux de remplissage de 88%

lors de la saison 2013-14. Au-delà de la simple

enceinte sportive, le Matmut Stadium a effectué sa

mue commerciale et évènementielle.

Le LOUnge

Entièrement rénovée à l’été 2014, la brasserie du LOU

est un lieu ou règne convivialité et bonne humeur. Aux

manettes, l’ancien pilier lyonnais Xavier « Chouchou »

Fiard. Ouvert tous les midis du lundi au vendredi et les

soirs du match, le LOUnge voit passer le tout Lyon des

entrepreneurs. « Une table business qui compte à Lyon

et dans la métropole », confirme Franck Isaac-Sibille.

La boutique officielle du LOU Rugby

C’est l’antre des

supporters du club,

petits et grands !

« Pour afficher

fièrement les couleurs

du LOU partout dans la

ville, nous comptons sur

nos supporters », glisse

Franck Isaac-Sibille.

Une offre hommes, femmes et enfants côté vêtements,

des produits dérivés griffés LOU Rugby, la boutique est

ouverte non-stop du lundi au vendredi de 10h30 à 18h

et le samedi les jours de matchs à domicile (également

accessible sur www.boutique.lourugby.fr).

Visibilité & Evènementiel

Avec 12 000 spectateurs par

match, le Matmut Stadium est

un support de communication

calibré pour les partenaires

du LOU. Panneautique, écran

géant, tribunes, oriflammes…

« Nous avons également des

produits moins classiques

comme le logo sur le camion

porte tee jusqu’au naming de

nos quatre tribunes », précise

Franck Isaac-Sibille. Espace réceptif de 400 m 2 au

cœur du complexe sportif, l’Espace 15 est également

privatisable (sur devis) tout au long de l’année. La

prestation peut inclure le traiteur et la présence de

joueurs du LOU.

JOUR DE MATCH

La meute des VIP

Carrefour important de rencontres, de contacts

commerciaux et de développement économiques

pour ses 300 partenaires régionaux et nationaux,

le Matmut Stadium est « le lieu à Lyon où tout peut

se passer côté business. » Cinq packs à destination

des entreprises pour voir et être vu les jours de

matchs et des soirées Cocktails des Partenaires

tout au long de l’année dans des lieux d’exception,

le LOU a définitivement rejoint l’élite des réseaux

lyonnais et métropolitains.

Le Village des Partenaires

Espace évènementiel de 1.100 m 2 , le Village Segeco

est le terrain d’échauffement des partenaires. Leur

place de parking réservée, ils se retrouvent une heure

et demi avant le coup d’envoi pour partager un cocktail

d’avant-match. « Décontraction et ambiance amicale,

les hommes ont généralement tombé la cravate

quand les femmes ont délaissé le tailleur pour le jean

basket », s’amuse Franck Isaac-Sibille. Après la

rencontre, ce sont près de 1.200 acteurs économiques

de la région Rhône-Alpes qui reprennent d’assaut le

Village pour le dîner d’après-match avec les joueurs.

« Il n’y a pas un seul autre endroit à Lyon où l’on retrouve

deux fois par mois l’ensemble de l’entrepreneuriat

lyonnais et métropolitain ! »

LE LOU EN VILLE

et sur les réseaux

Hors de sa forteresse du Matmut Stadium, le LOU

est partout en ville et sur les réseaux. « Lyon est

une vieille terre de rugby qui ne demandait qu’à se

réveiller », se réjouit Franck Isaac-Sibille.

Les loges du Matmut

Sises en tribune Est, les 32 loges semi-ouvertes du

Matmut Stadium permettent aux partenaires d’accueillir

leurs invités dans des conditions privilégiés. A côté

du pool des entraîneurs, les loges du Matmut vous

permettent de vivre au plus près le sportif et le business

côté coulisses. « Etre au plus près des coachs est une

vraie rareté dans le milieu du rugby professionnel »,

rappelle Franck Isaac-Sibille. Un couloir transversal

relie les 32 loges, favorisant ainsi les rencontres entre

les différents partenaires. Un cocktail est servi à la mitemps.

Les LOUbars

Derrière l’appellation,

on retrouve

l’ensemble du

réseau des bars

et lieux de vie

qui diffusent les

matchs et vivent

LOU Rugby.

Le maillage a

désormais dépassé

les frontières de Lyon pour s’élargir à la métropole.

Ambiance de potes partagée autour des valeurs

rugbystiques, les LOUbars sont également un point

de covoiturage les jours de matchs et, pour certains,

une espace de vente des produits dérivés du LOU.

La cartographie des LOUbars est à retrouver sur le site

internet du LOU Rugby.

Le LOU digital

Avec le token,

monnaie officielle

du LOU Rugby

qui a fait son

apparition au

Matmut Stadium

cette saison, le

LOU n’en finit pas

d’innover. Le club

de rugby lyonnais avait déjà joué les pionniers, sur les

réseaux cette fois, avec la mise en place d’un véritable

« hub digital » baptisé LOU Social Club. Un support

web unique pour suivre l’actualité Facebook, Twitter,

Instagram du club et des joueurs du LOU.

Boutiques éphémères

Gagner en visibilité et apporter l’offre LOU Rugby en

cœur de ville, c’est toute l’idée des boutiques éphémères

mises en place par le club de rugby lyonnais. Une

initiative gagnant-gagnant avec un fort écho pour les

partenaires du LOU. Lors de la mise en place en novembre

dernier de sa boutique éphémère dans l’espace Crédit

Agricole de la place Bellecour, le LOU Rugby a proposé

des animations,

des concours et

une séance de

dédicaces avec les

joueurs.

52

Lyonpeople / Janvier 2015


Les tribunes VIP

LOU RUGBY -

MONTPELLIER

Le LOU ressort ses crocs ! A l’occasion de la 12 ème journée

de Top 14, les Lyonnais recevaient leurs homologues

montpelliérains devant 10 000 spectateurs. Chaud bouillant !

C’était la première rencontre pour le LOU au clair de lune et la

trêve a fait du bien aux deux équipes. Montpellier sortait d’une

série de quatre défaites consécutives et le LOU venait de perdre

un important derby face à Grenoble et les quatre points qui leur

tendaient les mains. Les lyonnais nous ont montré deux visages

au cours de cette rencontre, durant le premier quart d’heure

et le dernier les joueurs du LOU ont montré leurs dents.

Entre ces deux périodes, ce fut très dur pour les louveteaux.

Score final 23-20 ! Bravo !

Texte : Marc Polisson - Photos : Saby Maviel

Philippe Cohet (Arcomet), Jean-Yves Billon (Ascorel)

et Anthony Rémy (MDA)

Aurélien Berthelet (Cars Berthelet), Tony Goupil (Champagne

Pommery), Christophe Gerbaud (Assurances Paris Gerbaud)

et Frédéric Maraillet (Akesa)

Xavier Dutel (Clem Immo), César Dias (Noaho)

et Sébastien Meynet (Konex)

Olivier Ginon, président de GL Events et

Pierre Martinet, président du Groupe Martinet

Léandre Borbon (LOU Rugby) et le général

Pierre Chavancy, gouverneur militaire de Lyon

Yann Roubert, président du LOU Rugby

et Pierre Maillot (LOU Rugby)

Marco Polisson (Lyon People)

et Raphaël Saint André

Catherine Arbaud (LOU Rugby), Frédéric Beurq

(le Sousbock), Cécile Rivieccio (Orange), Pierre Calvel

(Orange), Aziz Hebbache (le Sousbock) et François Davoine

(Brennus Investissement)

Maxence Rissoan, chauffeur de stade

Franck et Geneviève Dussoge (Groupe Ofi)

et Franck Isaac-Sibille (LOU Rugby)

Albert Dray (Café du Pond)

entouré de ses fils Stéphane et Yannick

Valérie Fétaud et Thierry Bourgeron, DRH de GL Events

Fabienne Streichenberger-Bismuth

et Brigitte Honegger (TGV mag’)

Lyonpeople / Janvier 2015

53


PEOPLE SPORT

LE BARTH’

OLOGUE

de Corentin Tolisso

Chaque mois, un illustre représentant du monde sportif s’allonge sur le divan de

l’infirmier Barth, ancien interné des hôpitaux de Lyon qui délaisse caméras et micros

pour enfiler blouse blanche et stéthoscope. Le milieu offensif de Lyon, Corentin Tolisso

se prête au jeu ce mois-ci sur le divan d’Iceo. Photographe : Saby Maviel

54

Lyonpeople / Janvier 2015


ICEO

restaurant paquebot

147, avenue Jean Jaurès

Lyon 7 - 04 72 73 00 00

Que fais-tu quand tu ne fais rien

Généralement je joue à la Playstation ou je vais voir des potes.

Qu’aimerais-tu changer chez toi

On ne dirait pas, je sais, mais j’ai un très mauvais caractère

et le pire c’est que c’est très souvent avec ma famille ou ma

copine, je peux vite monter dans les tours.

Tu as 20 ans, tu es arrivé à l’OL il y a 7 ans et signé ton

premier contrat pro l’année passée. As-tu l’impression d’être

en plein rêve

Oui c’est vrai, c’est un rêve qui se réalise mais la vérité c’est

que ce n’est que le début ; quand on est professionnel, on a

toujours des choses à prouver et surtout dans le temps. Je vis un

rêve mais je me suis défoncé pour ça.

Qu’est-ce-qui a changé dans ta vie depuis que tu es pro

Les selfies ! (Il rigole) On m’en demande pas mal mais rassuretoi,

je ne suis pas encore au niveau de Lacazette ! (Rires)

Si tu n’avais pas joué au foot, que ferais-tu aujourd’hui

Oulàlà…. Sans doute des études. Vers 16 ans j’avais même

envisagé d’être agent immobilier mais j’ai très vite compris que

ce n’était pas pour moi.

Quel est le pire moment de ta vie

A 15 ans, on m’a dit qu’on ne me gardait pas au centre

de formation, tout en restant au club, donc plus d’internat à

l’Olympique lyonnais. Pendant trois ans, j’ai pris le train tous

les matins de Lozanne direction Part-Dieu et je faisais l’inverse

le soir, c’était deux heures de transport par jour.

Il y a une série ou une émission de télé que tu ne rates jamais

(Sans hésiter) J’adore le « Mentalist », le personnage m’éclate.

Qui est le joueur le plus merdier à l’OL

Alexandre Lacazette et Samuel Umtiti, ce sont des

phénomènes ! Ils charrient et se moquent de tout le monde

24h sur 24. (Sourire)

Ta dernière grosse bringue remonte à quand

Cet été pendant mes vacances avec mes potes.

Plus petit, tu avais des posters de foot dans ta chambre

Plein ! Mais les deux plus gros c’était Sonny Anderson et

Sidney Govou.

Qu’écoutais-tu dans ta voiture en arrivant à Iceo

(Il réfléchit) Ben là je n’ai rien écouté mais c’est rare

normalement j’écoute beaucoup de rap français.

Tu pourrais vivre en « coloc » avec un joueur de foot

Ah non je ne pense pas ! Tu imagines, nous nous voyons déjà

tous les jours et pendant plusieurs heures, si en plus quand

je rentre je n’ai pas un moment à moi, c’est impossible.

Si je te donne une baguette magique, tu fais quoi

Mais c’est quoi tes questions (Il sourit) Je nous mets 1 er du

championnat avec 10 points d’avance !

Qu’est-ce-que tu ne supportes pas chez les autres

Les gens qui se la racontent, les arrogants, c’est insupportable.

As-tu une phrase fétiche

Pour bien avancer dans la vie, avance masqué !

Quelle est la question qu’on t’a le plus posée

Il n’y a pas une question qui revienne vraiment souvent.

Il te faut combien de temps pour te préparer le matin

Je suis du genre à prendre mon temps, je ne sais pas, environ

45 minutes.

Ton match contre les verts cette saison, c’est ton pire souvenir

de foot

Bien sûr ! Maintenant c’est digéré mais pendant quelques jours,

ça a été vraiment très difficile.

Que vont dire les gens qui te connaissent en lisant cette

interview

J’espère qu’ils diront que j’ai été fidèle à moi-même pour mes

réponses.

Maintenant on change, c’est toi qui me poses une question…

Et toi Barth, qu’est-ce-que tu fais quand tu ne fais rien

Lyonpeople / Janvier 2015

55


STYLE

GASTRO

Luca Sangiuliano, Dominic Moreaud, Hubert Julien-Lafferière, Arnaud Languille, Jean Burdy, Arnaud Bernollin et Maurizio Bullano

LES CUISINES

BERNOLLIN

invitent Maurizio Bullano

Maestria sous Toques Blanches ! Pour le dernier déjeuner Bernollin de l’année 2014, Arnaud

a convié la crème des chefs lyonnais pour une dégustation d’exception aux couleurs de

l’Italie. Spécialiste des coopérations internationales, le maire du 9 e arrondissement Hubert

Julien-Laferrière en a profité pour réviser ses classiques transalpins. Un produit rare

et festif, la truffe blanche d’Alba, magnifié par le chef du Due Maurizio Bullano et

son comparse Luca Sangiuliano, chef de l’Atelier des 2 Rives. A la mandoline ou au

piano, les duettistes ont récité une partition parfaite sous l’oeil expert et admiratif des

chefs Dominic Moreaud et Arnaud Languille, accompagné de son fils Maxime qui

blanchit sous la toque au lycée hôtelier François Rabelais. Une agape de gourmets arrosée

d’un magnum de brut Mumm du cordon rouge Jean Burdy.

Photos © Saby Maviel - Mandrak Studio

Cuisines Bernollin - 198, allée Viadorée - Anse - Tél. 04 74 67 04 08

Cuisines Bernollin - 5, place Puvis de Chavannes - Lyon 6 - Tél. 04 78 93 00 61

Maurizio Bullano et Arnaud Bernollin

« La première fois que je suis arrivé en France, j’ai vu des chefs lier leur risotto au fouet à

pâtisserie », s’esclaffe Maurizio Bullano. Geste auguste pour savoir-faire séculaire, Luca

Sangiuliano illustre le fameux « mantecare » (lier en allégeant) qui donne à la préparation

sa consistance crémeuse. Quelques pétales de truffes blanches viennent sublimer le tout.

Préambule au patrimonial risotto, un carpaccio de pommes de terres rôties sur pesto de

câpres et crème acidulée à la truffe blanche. Entre nuances et finesse, les saveurs et les

textures de cette entrée saisissent le palais. Pour finir, le bonèt (flan à base d’oeufs, de sucre,

de lait, d’amaretti et de cacao) à la piémontaise, crème Giandiuotti et noisettes du Piémont.

Una délizia !

Restaurant Due – 8, rue Jouffroy d’Abbans – 69 009 Lyon - 04 72 38 26 43

Carpaccio de pommes de terre rôties sur pesto de câpres,

crème acidulée à la truffe blanche

Risotto de truffes blanches d’Alba

Bonèt à la piémontaise, crème Giandiuotti,

noisette du Piémont

56

Lyonpeople / Janvier 2015


PEOPLE•EVENTS

CHRONIQUE

par

Les jolies sorties & belles rencontres

de Françoise Petit

Photos : Françoise Petit

M ois

oi

L

01

yon, côté recherche, n’a pas à rougir de ses succès surtout quand

elle peaufine sa jeunesse ! En dermatologie, dans les années 50

le placenta humain fut l’objet de plusieurs études à l’Antiquaille.

Résultats visibles en 1959 avec la première crème « Placentor »

formulée par le Dr Guillot. Dans la foulée nait Sicabel. Ce laboratoire

eut pour vocation le traitement des grands brulés. Eureka ! En 1991

ce même docteur Guillot, érudit en botanique, s’intéresse au placenta

végétal issu de plantes spécifiques. C’est alors que naquit une palette

de soins pensée par les chercheurs du Laboratoire dermo-cosmétique

Sicobel, installé désormais à Dardilly. Avec Nicolas Fouchère son

directeur, j’ai pu découvrir l’univers de la gamme. « Placentor » C’est

beaucoup plus qu’un coup d’éclat !

I

l a mille anecdotes en tête, parfois il répète

la même à deux heures d’intervalles. Lol…

j’exagère ! L’ami Piot (qui a vécu à Lyon) est un

amour de bonhomme qui sait fichtrement bien écrire.

Dans son livre « Et on vous payait pour ça », l’ancien

chroniqueur gastronomique du Figaro exhume les

parfums de son enfance et raconte un chef, une

assiette, un repas, un vin, ses passions. Jacques

Maillot a préfacé ce petit bijou d’histoires singulières. Venu dans la capitale des gueules pour une conférence de

presse chez Brunet, puis une séance de dédicaces chez in Cuisine (sur la photo avec Marianne Vellieux,) mon

confrère en retraite, confesse qu’il a d’autres dadas dans la vie dont la peinture. Avant de retrouver sa Normandie,

Monsieur Paul himself avait reçu Michel Piot à Collonges, les deux compères se connaissent depuis 70 ans !!!!

(explication dans le livre, éditions Beaudelaire).

04

03

S

02

e désintoxiquer du contexte anxiogène dans lequel on baigne,

invite à plonger dans un Dubouillon ! Ce bienfaiteur de

« l’humorosité », dont les dessins font référence est lu comme un

éditorialiste. Dubouillon aussi identifiable qu’une chataîgne ardéchoise

(il vit au pays de Ferrat), est une AOC de l’illustration, un MOF du

trait ! Ses dessins, caustiques et rigolos à la fois, ont été compilés dans

quelques albums cultes dont le dernier vient de sortir (Editions Le Progrès).

La carrière de Dubouillon est impressionnante (www.dubouillon.fr).

Il fallait une piqûre de rappel autour d’un verre et des nappes à

carreaux, pour que ce grand enfant crayonne des dédicaces à

ses fans venus en nombre au Café Chavanne. Accoudés au zinc des

témoins privilégiés : Jacques le patron de l’établissement et Marc

Jean du Progrès.

COUP DE CŒUR DU MOIS

J

érémy Galvan a créé son patrimoine immatériel au cœur du Vieux Lyon. Sa cuisine est architecturée

d’arômes délicats ou produits bruts. Inspiré par les arts, les arbres ou la lumière, on retrouve dans

ses assiettes des univers harmonieux qui croisent divinement leurs saveurs. Une adresse à découvrir

d’urgence (29, rue Duboeuf dans le 5). Un dimanche de janvier (vérifier lequel sur le site de France 3), ne

ratez pas « Goûtez Voir ». Odile Mattei vous dira tout sur ce chef en devenir d’étoiles !

58

Lyonpeople / Janvier 2015


PEOPLE•EVENTS

VU !

+ de photos sur lyonpeople.com

Événements 13qu’il ne fallait pas manquer

Photos : Saby Maviel, Marco & DR

01

SPEED DATING DE LUXE Carlton Lyon

02

A l’invitation de Tendances Presqu’île et du Club Hôtelier Lyonnais, les animateurs des

boutiques de luxe du carré d’or se sont retrouvés au bar du Carlton pour rencontrer les hôteliers

du centre-ville. Une soirée au cours de laquelle tout le monde a pu faire connaissance par le

biais de rencontres de 5 minutes chrono. Objectif : mettre des visages sur chaque enseigne

(20 boutiques et 11 hôtels) afin de pouvoir répondre aux demandes de la clientèle haut de

gamme des grands hôtels, adepte de bons plans shopping et ravie de pouvoir bénéficier

de traitements de faveur comme l’ouverture tardive d’un magasin, par exemple. Encore faut-il

pour le concierge pouvoir identifier le responsable à contacter… Une opération concrète de

mutualisation et de promotion des compétences. Ça va dans le bon sens ! MP

Reportage complet sur lyonpeople.com – rubrique Les Fêtes

VERNISSAGE JEAN COUTY

Musée de Bourgoin-Jallieu

Tous ceux qui croyaient bien connaître l’œuvre du peintre Jean Couty, le plus célèbre des

artistes ayant vécu à Lyon au XX e siècle, seront « bluffés » par la qualité et la quantité des

études, dessins et toiles produites sur le thème des paysages de Nord-Isère. Le vernissage

de l’exposition consacrée aux paysages et paysans de ce territoire où il résidait durant l’été

a rassemblé deux cents afficionados autour de son épouse Simone et de son fils Charles,

accueillis par le maire Vincent Chriqui. AV

Du 17 décembre 2014 au 1er mars 2015

03

PREMIÈRE FÊTE DES LYONNAIS EN CALADE

Séquence émotion pour Pierre-Yves Gas qui inaugurait sa première fête des Lyonnais

délocalisée. Tous les gones de Villefranche sur Saône se sont retrouvés au restaurant Les

Coulisses pour essuyer les plâtres de ce nouveau concept que le patron de l’agence Proxi

Com compte bien dupliquer en 2015 à Megève, La Clusaz, Paris, Cannes, Saint-Tropez,

Cap Ferret, Biarritz, etc... Ouf ! MP

Lyonpeople / Janvier 2015

59


OL • PEOPLE

04

LES TRIBUNES VIP

OL - REIMS

Une fois encore, l’OL clôture la journée. Il connait donc les résultats

de ses principaux adversaires du haut de tableau. Un succès lui

permettrait de garder à même distance Rennes et St-Etienne tout en

reprenant des points à l’OM, le PSG et le FCNA. Ce match face au

Stade de Reims vient après la fessée lors du derby. Les coéquipiers

de Maxime Gonalons doivent montrer leur capacité de rachat

immédiat pour poursuivre ainsi leur belle série à Gerland où ils

ont enchainé 6 succès de rang. Un match très important, au cours

duquel l’OL a été longtemps en difficultés. Malgré du mieux et des

occasions après la pause, les hommes d’Hubert Fournier s’en

sortent in extremis dans le temps additionnel (2-1). Ils gardent à

distance leurs poursuivants et recollent un peu aux deux leaders

tenus en échec. Une bonne opération dans la douleur. RB -OL Web

Photos : Fabrice Schiff

Jacques Matagrin (OL) et Yann Cucherat, adjoint aux sports

Bernard Lacore, Denis Gasquet et Michel Coquet (Onet)

Jean-Pierre Gravier, son épouse Nadine et Anne Revillon

Le docteur Jean-Claude Linder, son épouse Stephanie (Pfizer)

et Jean-Paul Charbit (Solvimo Ecully)

Sophie et Michel Bielak (Champagne Duval-Leroy),

Florence Raphanel (Hôtel ici et la)

Christian Philip et son fils Marc

Sandra Eysseric

et Jean-Louis Joly (Medef Lyon Rhône)

Sébastien Leguillou (Moreteau)

et Virginie Adnet (OL Média)

Edith Galland (Mégaservice)

et Anne-Sophie Panseri (Maviflex)

Vaner Harutyunyan, vice-consul d’Arménie

et Jérôme Aguesse (Dalkia)

François Palluis et Hugo Beilliard

Jean-Michel Aulas, président de l’OL

et Elisabeth Coquet-Reinier (Onet)

Philippe Billon (Moreteau)

et Maitre Vincent Durand (Active Avocats)

Raymond Gaspart et Hubert Michaux

60

Lyonpeople / Janvier 2015


PEOPLE•EVENTS

05

Alain Sitbon (SRPS)

et Jean-Christophe Vincent (Groupe Serfim)

Marcel Demange (EDF) et Yvon Deschamp,

président de Grand Lyon Habitat

Armand Bahadourian et son petit-fils Dimitri

Sandra Tetard (saccomplirpourréussir)

et Alain Garcia (Gevil)

Michelle et Richard Nicolas (ERDF)

Jean-François At (EDF), Sébastien Logue (Lyon Basket Féminin),

Alain Loyer (GFC) et Marcel Demange (EDF)

Jean-Marc Roffat, président de l’association

« Donner la main-don de soi »

Véronique Frillici, son époux Pierre et Katia Picquet (Remi SA)

Fabrice Nocera, ostéopathe de l’équipe de France,

Margaux Galliou Loko, joueuse Basket n°11, Coline

Franchelin, cadette et le speaker Dominique Grégoire

Le cardinal Philippe Barbarin, Nicolas Forel, président

de Lyon Basket Féminin et Pierre Frillici (Remi SA)

LYON BASKET

FÉMININ

avec Remy SA

Match de gala au gymnase Mado Bonnet à

l’occasion de la rencontre LBF – Villeneuve d’Ascq

dont le lancement a été effectué par le cardinal

Philippe Barbarin et le docteur Michel

Corniglion. Objectif de la soirée : promouvoir

le don d’organes. « Cette opération entre dans le

cadre du message de Noël pour sauver des vies

en hommage à deux jeunes chirurgiens - dont

un lyonnais - morts dans un accident d’avion en

allant chercher un greffon... » a expliqué au micro

l’organisateur Jean-Marc Roffat. Message reçu

cinq sur cinq par les spectateurs et les partenaires

du club, au premier rang desquels l’entreprise

d’électricité Remi SA, présidée par Pierre Frillici.

Sur le terrain sportif, les 1500 spectateurs ont pu

assister à une rencontre pleine de suspense et de

rebond(issements), et ce n’est que dans le dernier

quart temps que nos Lyonnaises ont lâché prise. Les

Nordistes l’emportent sur le score de 83 à 74.

Photos : Saby Maviel

Le speaker Dominique Grégoire, Sébastien Logue

et Olivier Ribotta (Lyon Basket Féminin)

Gérald Bouchon (Lyon Première), Fathia Afarid et Serge Tonioni

Lyonpeople / Janvier 2015

61


PEOPLE•EVENTS

06

Fête des Lumières

CNR INVESTIT L’OPÉRA

Bonne pioche pour la Compagnie Nationale du Rhône ! Partenaire de la Fête des Lumières

depuis 9 ans, le 1 er producteur d’énergie 100% renouvelable en France, qui utlise entre autres

l’énergie hydraulique avec 19 centrales sur le Rhône, et présidé par Elisabeth Ayrault,

avait choisi de parrainer et de financer l’animation « Les Anooki s’invitent à l’Opéra » qui

a été plébiscitée par les visiteurs et les professionnels. L’installation de Moetu Battle et

David Passegand est montée sur la première marche du podium le 8 décembre lors de la

remise des Trophées des Lumières en remportant le Prix France 3 Rhône-Alpes. Ses créateurs

ont par ailleurs reçu les félicitations de Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et de

Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes, lors du cocktail donné par

la CNR dans la salle de répétition du dernier étage, avec vue imprenable sur Lyon illuminé.

Texte : Marc Polisson - Photos : Saby Maviel

L’animation financée par la CNR remporte un Trophée des Lumières 2014

Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, Elisabeth

Ayrault, présidente de la CNR et Michel Margnes

Michel Margnes, Jean-Jack Queyranne, président du Conseil régional,

Elisabeth Ayrault, présidente de la CNR et Serge Dorny, directeur de

l’Opéra de Lyon

Anne-Catherine Meynckens (CNR), Bruno

et Marie-Annick Depagneux, journaliste

Acteur de l’Economie et de la Tribune

Magali Courtial (Opéra de Lyon), Marie-Cécile Grisard (CNR),

Yves Masson et Raphaël Yon-Araud (Greenopie)

Sandra et Hervé Le Floc’h, trésorier payeur général, Geneviève

et Paul-Henri Watine, son prédécesseur

62

Lyonpeople / Janvier 2015


Stéphanie Chaussy et Christian Studer,

directeur de Bluely

Gilbert Bouchet, sénateur de la Drôme et

maire de Tain-L’Hermitage, son épouse Maryse

Sylvain Cusant (CNR) et Magali Courtial

(Opéra de Lyon)

Thomas San Marco (CNR), Olivier Bernardeau

(Olympique Lyonnais) et Thierry Ayrault

Le bâtonnier Pierre-Yves Joly,

et sa fille Alissa

Jean-François Pinton (Ecole Normale

Supérieure de Lyon) et son épouse Nathalie

Valérie Boudjelida

et son époux Nordine (Ademe)

Marc Polisson (Lyon People)

et Sylvain Colas (CNR)

David Passegand (Les Anooki), Jean-François Zurawik, Moetu Batlle

(Les Anooki) et Georges Kepenekian, premier adjoint

Le pianiste Stephane Vincenza,

fondateur de la Clef de Voûte

Gérard Collomb en compagnie de l’écailler Cédric Bejaoui,

et son épouse Lilly (Chez Cédric)

Pierre Achard, grand ami de la CNR, Catherine Anjou,

Philippe son époux (AD Conseil)

Le fromager Etienne Boissy, meilleur ouvrier de France

et Bénédicte Dartois (Fromagerie Mons)

Kathy Nétiffiot, Liliane Melocco (Meltour)

et Elisabeth Mahé (Sanofi)

Lyonpeople / Janvier 2015

63


PEOPLE•EVENTS

07

La première pierre de

VILLA MAIA

Capitaine d’entreprise alliant l’audace de l’innovation à

la prudence d’une gestion maîtrisée, Christophe Gruy,

PDG du groupe Maïa a convié le monde des responsables

lyonnais pour la pose de la première pierre de son projet

« Villa Maïa ». Gérard Collomb a répondu présent

tant cette construction d’un hôtel d’exception (5 étoiles)

va être la superbe conclusion d’une opération réussie : la

transformation urbanistique du site de l’ancien hôpital de

l’Antiquaille. Ce premier boutique-hôtel signé Jean-Michel

Wilmotte ne comprenant que 37 chambres et suites ouvrira

ses portes en avril 2016. Il offrira des services de grande

convivialité par son agencement, sa décoration confiée à

Jacques Grange mais également par l’accès à un vaste

espace de bien-être alliant spa et jardin intérieur, conçu par

Louis Benech. Sans oublier la restauration assurée par le

« voisin » Christian Têtedoie.

Texte : Yves Espaignet - Photos : Fabrice Schiff

L’hôtel d’exception « Villa Maia » dans son écrin de l’Antiquaille

ouvrira en 2016

Thomas Rudigoz, maire du 5 ème

et Maître Richard Brumm, adjoint au maire

délégué aux Finances

Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon

et Jean-François Carenco, préfet du Rhône

Elisabeth Thion (CCI de Lyon)

et la créatrice Marlène Weber

Le sénateur Jean Besson, président de Rhône-

Alpes Tourisme et Anne-Sophie Condemine,

adjointe à l’Emploi

Astrid Vetter (Séminaires Business)

et Anne Villard (Architecte Atelier Villard)

Jean-Louis Bal (Syndicat des énergies

Renouvelables) et Paul-Henri Watine

Dominique Delorme (Nuits de Fourvière)

et le père Emmanuel Payen

Dominique Seror (Ville de Lyon)

et Sévérine Maisonneuve (Maïa)

Les architectes Jacques Grange, Jean-Michel Wilmotte

et le paysagiste Louis Benech

Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon

et Christophe Gruy, président de Maïa

Bernard Bochard (SACVL), Didier Bruno (Caisse d’Epargne)

et Eric Lamoulen (SACVL)

François Turcas, Jo Reina et Franck Morize (CGPME)

Les architectes Albert Constantin, Jean-Michel Wilmotte, son fils William, Bertrand de Lagarde et Pierre Franceschini

66

Lyonpeople / Janvier 2015


Comme Restaurant

en Provence

Situé sur les bords de Saône

à Collonges au Mont d'or,

Comme en Provence, élégante bastide

du XIX e siècle, vous accueille

dans un cadre d'exception

7 jours sur 7 midi et soir

sauf le dimanche soir.

Vous retrouverez dans un lieu privilégié

et rare toutes les saveurs

de la Méditerranée grâce

à une cuisine simple, légère, fraîche

aux milles parfums du Sud.

NOUVEAU

RESTAURANT ITALIEN

LE MIDI : DU LUNDI AU SAMEDI

LE SOIR : DU MERCREDI AU SAMEDI

6, rue Bossuet

Lyon 6

Tél. 04 72 37 00 15

w w w . q u i r i n a l e . f r

du lundi au dimanche

12h/13h30 . 19h30/21h30 . Fermé le dimanche soir

Menu . Formule . à partir de 22 euros (hors boisson)

28, rue de la Plage

69660 Collonges au Mont D'Or

www.commeenprovence.com

Tél. 04 72 27 82 91

Lyonpeople / Janvier 2015

67


PEOPLE•EVENTS

08

Frédérique Mirato (Horizon Parrainage), Florence Merle

et Delphine Muth (EY)

Sabine Frenet, Bogenka Agou et Claudine Mamet (FERPP)

Jean-Michel Perrenot (Groupe IGS), son épouse Martine

et Jacques Lapree

Fabrice Lamy et son épouse Bernadette

Martine Ruiz (MRI Relocation)

et Carsten Hellmann (Mérial)

Jean-Pierre Goudard et son épouse Martine

Françoise Dussous et Nicolas Baronnier

ROTARY

CROIX-ROUSSE

Horizon Parrainage

Le Rotary Croix-Rousse et son président Claude Nétien

ont choisi le casino le Lyon Vert pour organiser une grande

soirée de prestige au profit d’Horizon Parrainage, mardi

25 novembre. Sous l’impulsion de sa présidente Nicole

Galy, l’association créée en 2005 vise à tisser des

parrainages de proximité entre un enfant (avec l’aval de

ses parents) et un adulte ayant choisi d’être parrain ou

marraine. Au cours de la soirée, les convives ont participé

à une tombola exceptionnelle, richement dotée par les

partenaires de l’évènement (Directours, Costa Croisières,

Olympique Lyonnais, Tony Parker, Pléthore& Balthazar,

Atelier des Soins). Photos : Fabrice Schiff

Noël Dussous, Claude Nettien (Rotary Club), Nicole Galy

et Frédérique Mirato (Horizon Parrainage)

Claude Nettien (Rotary Club)

et Bruno Dufour, consul de l’Equateur

Alain Tholon (Oddo), son épouse Chantal et André Sala

Olivier Kervella (Directours) et Corinne Merlin (Mauboussin)

La table présidentielle

Christophe Delabre et son épouse Sophie

(Costa Croisières)

Jean-François Guinamand

et Emmanuelle Joannard (Fourrure Joannard)

68

Lyonpeople / Janvier 2015


PEOPLE•EVENTS

09

Inauguration de la boutique

BONOBO À

CONFLUENCE

Fleuron du groupe Beaumanoir, la marque de jeans alternative renforce son

implantation lyonnaise. Au coeur du pôle de loisirs et de commerces de la Confluence,

les jeunes urbains « fashion addict » ont désormais leur spot privilégié. A l’invitation

de Sébastien Le Guillou, la boutique Bonobo, qui propose également les griffes

Cache-Cache et Bréal, a été inaugurée le 11 décembre dernier. Une soirée VIP autour

du meilleur de la mode avec la présence des joueuses de l’équipe féminine de l’OL.

Photos : Fabrice Schiff

Jean-Michel Aulas, président de l’OL et Sébastien Leguillou (Moreteau)

Gérard Precheur, entraîneur de l’équipe féminine de l’OL,

Stéphanie Perret (OL promotion) et Gabriel Vacher (OL TV)

Guillaume Targe (Targe Miroiterie), Marc Degrange (CCI)

et le chef Christophe Marguin

Nathalie Pradines (Comadequat)

et Laetitia Pepino (Pack Events)

Thierry Franc (Azium) et Pascal Leroy (Confluence)

Lionel Chapyts et son épouse Corinne (Yoyo roi du Carro)

70

Lyonpeople / Janvier 2015


Paul Sebag et Nathalie Amouyal (Moreteau)

Philippe Montanay (Maniac Média)

Wendie Renard et Makan Traore (OL Féminin)

Melissa Plaza, Corine Petit et Lotta Scheilin,

(OL Féminin)

Les So United Crew

Roland Beaumanoir (Groupe Beaumanoir),

Jean-Michel Aulas et Sébastien Leguillou (Moreteau)

Jean-Michel Aulas, président de l’OL

Maxime Baudrand (Provim) et Philippe Billon (Moreteau)

Virginie Coponat (Ventilo), la reflexologue Sophie Petitdidier

Sébastien Duc et son épouse Valérie (D’Protec)

Fabien Cerisola (Covertis)

et Emmanuel Cuilleret (Aviva assurances)

Hugo Toussaint (Crédit Copératif), Cindy Douillet (Groupe

SLG) et Sébastien Leguillou (Moreteau)

Yulie, Romain et Olga Ducroux

Philippe Florentin (Le Bieh) et Jeremy Desprets (Confluence)

Lyonpeople / Janvier 2015

71


PEOPLE•EVENTS

10

Michel Djordjalian, Coraline Nicolas, Jacky

Gackysuchail et Agnès Lebeaupain

Sylvain (Allo it) et Alexandra

Georges Chapuis, Anne Claire Boisson

et Eléonore Demey

Philippe Besseau (Cot Contemporain)

et Sophie Plattard

COT

CONTEMPORAIN

Vernissage de l’exposition

« Reflet Urbain »

Jean Mathy (Counseling Philosophie)

et Jean Michel (M-Road)

La rencontre du mobilier design et du 8 e Art. A l’invitation de

Pascal Cot et Philippe Besseau, l’artiste-photographe

Guillaume Bourdon a exposé ses œuvres dans le showroom

Cot Contemporain jusqu’au 20 décembre. Un regard authentique

et direct sur le monde à travers son « Reflet Urbain », thème de

l’exposition présentée au public. Autour d’un cocktail dînatoire,

les clients du spécialiste de l’aménagement d’intérieur haut de

gamme ont été conviés en avant-première au vernissage de

l’événement qui s’est déroulé le 25 novembre dernier.

Chantale Reveillé et Benedicte Pilat

Alain et Raphaëlle

Nathalie Cot, Marion Vondis, Laurence Celerien

et Sylvie Maniglier

Dominique Feunot, Guillaume Bourdon (l’artiste Drive

Design) et Pascal Garcin

Guillaume Bourdon (l’artiste Drive Design), Laurence Fournet

et Jean Philippe Livio

Monsieur et Madame Voiron

et Jean Pierre Cot (Cot Contemporain)

Alexandra et Philippe Terrier (FCVB) et Frédéric Vossey

72

Lyonpeople / Janvier 2015


PEOPLE•EVENTS

11

Jean-François Savoye (Ema Com) et Olivier

Delorme, président de Delorme Automobiles

Thierry Laurent, fondateur de Provifruits,

Benoit Galland (Provifruits) autour d’Eric Chetail

Caroline et Florence (Boutique Mexx)

Laurent Gérentes, créateur Fromage Gérentes,

Patricia, responsable du rayon et François Gérentes

Olivier Blanc, Serge Bex et Olivier Bernardeau (OL)

Emmanuelle et Cathy (Bpifrance)

Anne et Denis (Adgest RH)

et Jean-Pierre (Docteur Clown)

Sandrine, responsable de Cerise et Potiron

Tassin et Eric Chetail

CERISE ET POTIRON

Inauguration du 50 e magasin à Tassin

Cerise et Potiron a ouvert son 50 e magasin Promenade des Tuileries à Tassin la Demi-Lune, après 6 ans

d’efforts et de persévérance ! Spécialiste dans la vente au détail de fruits et légumes de qualité, cette entreprise

indépendante d’origine Lyonnaise, dirigée par Eric Chetail, fait maintenant partie intégrante du paysage de la

région. Proposant également des produits d’épicerie et de crèmerie, le magasin s’est associé avec la fromagerie

Gérentes pour proposer une sélection des meilleurs fromages. En favorisant les producteurs locaux et grâce à

de nombreuses actions de mécénat, Cerise et Potiron contribue au développement économique et social de son

environnement. Plus de 400 personnes présentes lors de cette soirée VIP organisée aux Halles 9, chez le chef

Philippe Gauvreau. Photos : DR

Fabrice, Valérie, Fred et Philippe (Halles 9)

Nadine et Aline Chetail, Franck Sciessere (Cour des Loges),

Patricia Chetail et Corentin Rémond

Eric Chetail (Cerise et Potiron)

et sa fille Laura

Marylise (Aladine)

et May (Non-stop Média)

Claire (Cerise et Potiron),

Frédéric et Virginie (Sô Design)

Céline, le chef Guy Lassausaie et Candice

Lyonpeople / Janvier 2015

73


PEOPLE•EVENTS

12

SOFITEL BELLECOUR

Le Cristal Bar au 8 ème ciel

A l’occasion des fêtes de fin d’année, le Melhor revêt ses habits de lumière.

Pour la 3 ème année consécutive, la boutique Baccarat et le Sofitel Lyon

Bellecour associent leur savoir-faire et transforment le bar du 8 ème étage en

Cristal Bar. Musique lounge et live dans vos oreilles et carte de cocktails sur

mesure. En cadeau bonus, une des plus belles vues de Lyon illuminé.

Photos : Fabrice Schiff

Jacques Bourguignon, directeur général Sofitel Lyon Bellecour, son épouse Leanne et Catherine Condamin (Baccarat)

Christian Lherm, chef des 3 Dômes

et la journaliste Christel Reynaud (Le Progrès)

Benjamin Chemoul, Camille Vautier (Sofitel Lyon Bellecour)

et Olivier Sauleron (Breitling)

Paul-Henri Watine et Leanne Bourguignon

Le journaliste Pascal Auclair (FMI) et Sylvie Bonhomme

(Baccarat)

Romain Meheut, chef de bar du Melhor,

ses barmen Marion et Romain

Jean-Pierre Basmadjian et son épouse Paola

(Les Monts d’Or Immobilier)

Laurent Pinon (Excelys’Tours)

et Yves Rioton (Séminaires Business)

Catherine Condamin (Baccarat)

et Mathieu Lepercq (Champagne Bollinger)

Geneviève Watine

et Camille Vautier (Sofitel Lyon Bellecour)

Nicolas Winckler (Lyon People)

et Romain Demellayer (Sofitel Lyon Bellecour)

Anouchka, Pavel Trush (Opéra de Lyon) et Roselyne Lavorel

La chanteuse de Jazz Marion

74

Lyonpeople / Janvier 2015


PEOPLE•EVENTS

13

Marc Chabert (F&K), Jean-François Savoye (Ema Com)

et Paulo Donjon (F&K)

Bruno Bluntzer (Sibilia), Catherine Ricard (CGPME)

et Philippe Bettant (Boutique Smart)

Hervé Brun, adjoint au maire du 6 ème , Catherine Ricard (CGPME),

Marc Chabert (F&K), Maurice Bettant (Smart), Nicole Graziani,

adjointe au maire du 6 ème et un ami

Bernard Constantin (Larivoire)

et son fils Camille

Philippe Florentin (Le Bieh), Nathalie Colliot

et Axel Chabert (F&K)

Jean-Pierre Cabusel (Le Boudoir)

et Axel Chabert (F&K)

Pascal Auclair (FMI) et son fils Amaury

Ignacio Rodriguez, directeur général du Hilton

et son épouse Olga

Sébastien Tournissoux (Rhône-Alpes Distribution)

et son épouse Delphine (Sport Liberté)

Sandrine Frih, adjointe au tourisme,

François Gaillard (Lyon Tourisme & Congrès) et son équipe

Les DJs Alexis et Jean-Michel

La violoniste Angie

Gare des Brotteaux

INAUGURATION

du F&K

Après un mois de rodage, l’établissement des amis

Chabert et Donjon a accueilli mardi 17 décembre

la presse et les institutionnels pour une présentation

très officielle de leur nouveau concept qui remplace la

discothèque le First. Et le lendemain l’équipe du F&K

organisait sa grande soirée de lancement, avec au

programme : Angie Violinist, des bons plats, du

gros son et une ambiance de folie pour mettre en orbite

le premier Bistroclub de Lyon! Lancement réussi.

Photos : Fabrice Schiff

76

Lyonpeople / Janvier 2015


Lyonpeople / Janvier 2015

77


CARNET

MONDAIN

Disparitions

Dans nos intentions de prière, Monsieur André Bourgogne, ancien maire

du 3 ème ; le docteur Jean-Pierre Rebattu, papa de la conseillère municipale

Blandine Reynaud ; Maître René Samson, notaire honoraire,

et papa de Maître Rémy Samson ; le chef Gérard Astic ; Maître

François-Régis Christophe, notaire honoraire et papa de Stéphanie-

Anne Pinet, directeur de cabinet du maire du 2 ème

Nominations

La secrétaire générale de la préfecture du Rhône, Isabelle David, a été

nommée le 3 décembre en conseil des ministres, préfet du département de

l’Orne. C’est elle qui a notamment mené à bien, en lien avec le préfet de la

région Rhône-Alpes et du Rhône, Jean-François Carenco, la réforme de

la Métropole. Ce dernier est annoncé sur le départ (une fois de plus). Il serait

remplacé par Thierry Lataste, ancien DGS de Jean-Jack Queyranne

et actuel directeur de cabinet du ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve.

Distinction

MAÎTRE CAROLINE COURTIADE

Chevalier de la Légion d’Honneur

La cérémonie a eu lieu mercredi 26 novembre

à la Chambre des Notaires. C’est Maître Benoit

Renaud, président de l’Association pour le

Développement du Service Notarial et président

honoraire du Conseil supérieur du Notariat, qui a

remis son insigne à la présidente de la Chambre

des Notaires du Rhône.

Florence Verney-Carron

Chevalier dans l’Ordre National du Mérite

Emue aux larmes. La présidente de l’agence Communiquez a reçu les insignes de Chevalier dans l’Ordre National

du Mérite, des mains d’Eric Brassart, directeur général de la Société d’Equipement du Rhône et de Lyon.

Charge à ce dernier de pointer le parcours de ce « beau bébé » dont le papa était directeur de l’Opéra de Lyon, et

qui fut en son temps, la benjamine du conseil municipal de Caluire et de la Courly. Nommée consul des Seychelles

en 1996, Florence et son époux Georges ont fait descendre l’art contemporain dans les parkings souterrains

de Lyon Parc Auto, propulsé leur agence vers les sommets avant de rejoindre le giron de GL events. S’attachant à

se distinguer à tout prix de ses consœurs, déjouant à merveille les complots d’alcôve, dont elle possède les clés

et les secrets, la patronne de l’agence Communiquez, dont le caractère impétueux n’est pas sans rappeler celui

d’Anna Wintour, la redoutable rédactrice en chef de l’édition américaine du magazine Vogue, est devenue au

fil des ans une icône de la com’ lyonnaise. Pas du genre à se laisser déboussoler ou à craquer devant le premier

compliment venu. Et pourtant... entre fous rires et larmes, celle qui se décrit comme « inconsolable et gaie »* ,

« follement éprise de liberté », a fendu l’armure ce soir-là devant sa famille et ses amis. Allégro, chère Flo !

Texte : Marc Polisson - Photos © Fabrice Schiff

* L’expression est de Jean d’Ormesson

Messes Louis XIV

Mercredi 21 janvier 2014 à 19h en l’église Saint

Denis de la Croix-Rousse, sous la présidence de

M. l’Abbé Jérôme Billioud. A l’appel de

l’Œillet Blanc et de l’Action Française.

4, rue Henon – Lyon 4

Samedi 24 janvier 2014 à 10h30 au sanctuaire

Saint Bonaventure sous la présidence de M. l’Abbé Luc Forestier,

recteur, et en présence de S.A.R. Le Prince Rémy de Bourbon

Parme avec la participation des trompes de la Diane Lyonnaise.

A l’appel de l’association Présence du Souvenir Bourbonien en Rhône-Alpes.

Place des Cordeliers – Lyon 2

Renseignements : www.psbenlyonnais.fr et 06 76 79 63 60

Fernand Galula (Immogal), Mathieu Viannay

(Mère Brazier) et Bernard Rivalta, président du Sytral

Elisabeth Queyranne et Marie-Thérèse Besson

Philippe François (Sogelim-Dixence)

et l’architecte Albert Constantin

Geneviève Watine, Georges Képénékian,

1 er adjoint au maire et Florence Verney-Carron

78

Centenaire du Lycée du Parc

Agenda des vœux

Lyonpeople / Janvier 2015

Bruno Benoît et notre collaborateur,

l’architecte-historien

Pierre Jourdan, co-auteur

de l’ouvrage édité à l’occasion

de cet anniversaire ont reçu des

mains de Pascal Blache,

maire du 6 ème , la médaille du 6 ème

arrondissement, en présence du

proviseur Pascal Charpentier.

Lundi 5 janvier à 19h – Sénateur-maire de Lyon

Mercredi 7 janvier à 19h – Gouverneur militaire de Lyon

Jeudi 8 janvier à 18h – Préfet du Rhône

Vendredi 9 janvier à 18h30 – Président du Conseil Régional

Lundi 12 janvier à 19h – Président du MEDEF

Lundi 26 janvier à 19h – Président de la CGPME

Nicole Chevassus et Pierre Masia

Olivier Ginon (GL Events) et Florence Verney-Carron.

Le mentor et sa muse

Eric Brassart, DG de la SERL et parrain de Florence

Jean-Luc da Passano, vice-président du conseil général,

son épouse Bernadette et Anne-Marie Baezner (GL Events)

Reportage complet sur www.lyonpeople.com – Rubrique Les Fêtes

More magazines by this user