Janvier-fevrier-2014

taraluzdanse

Janvier-fevrier-2014

Volume 36 • Numéro 3 janvier - février 2014 L’Informel est numérique! ccfkingston@gmail.com

Tout en légéreté pour

débuter l’année!

> Agathe Boisset, coordonnatrice artistique

Au Théâtre l’Octave

13 FÉVRIER 2014

19h30

25$ en prévente

30$ à la porte

5$ Jvais

ACHETEZ EN LIGNE

Www.centreculturelfrontenac.com

INFOS: 613.546.1331

C

’est par hasard que les parcours

d’Andrea Lindsay et Luc De Larochellière

se croisent. Il en résulte un

réel coup de cœur artistique. Ils s’échangent

quelques textes et musiques, collaborent

ensemble sur l’écriture de nouvelles chansons,

et tranquillement naissent de véritables

petits bijoux et le désir de faire un projet commun

: C’est d’l’amour ou c’est comme (2012).

Tout au long du processus de création, les auteurs-compositeurs

se sont relancés et inspirés

mutuellement, leurs univers musicaux se

conjuguant sans jamais perdre de leur singularité.

C’est d’l’amour ou c’est comme, un album

qui réunit des pièces où l’interprétation se fait

parfois en solo, parfois en duo, tantôt sur la

musique de l’un, tantôt avec les mots de l’autre.

Essentiellement acoustique, ce disque pop-folk

fait ici et là de jolis clins d’œil aux sixties. La

richesse des mélodies envoûte, tout comme les

interprétations justes et sensibles d’Andrea

Lindsay et de Luc De Larochellière, dont les

voix s’harmonisent à merveille. Les arrangements

recherchés confèrent une couleur unique

à chacune des pièces grâce à l’apport judicieux

de cuivres, de cordes et de claviers.

Une rencontre de deux univers qui se fondent à

merveille, sans jamais perdre leurs couleurs

distinctives: une écriture fine, des textes touchants,

parfois teintés d’un brin d’humour ou

de dérision, sur des mélodies accrocheuses et

juste assez pop.

Luc De Larochellière s’est imposé comme l’un

des auteurs-compositeurs les plus prolifiques et

respectés de sa génération. Ma génération, Six

pieds sur terre et, surtout, Cash City et Si fragile

deviennent des classiques de la chanson

québécoise.

Depuis 2008, Andréa Lindsay a présenté des

spectacles à travers le Québec, en France et en

Suisse, et a même chanté pour Sa Majesté la

Reine Elizabeth II lors de sa dernière visite au

Canada ! Elle reçoit en 2010 beaucoup de prix

comme celui prestigieux de « l’album francophone

de l’année » au gala Trille d’or

(Ontario). Elle a adopté le Québec et la langue

française il y a à peine dix ans.

Le duo est déjà fait escale dans plusieurs villes

du Québec, de l’Ontario et de l’ouest canadien

au cours de 2013. Ils se rendent chez nous en

2014 et dans tous les lieux culturels francophones

de l’Ontario puisqu’ils ont été le coup de

foudre des diffuseurs de Réseau Ontario.

Un photo booth sera present, pour garder un

souvenir de cette belle soirée, entre amoureux,

entre amis ou en solo!


Page 2 • Volume 36 • Numéro 3 • janvier février 2014 • ccfkingston@gmail.com

L’Afrique au seuil de votre porte!

L

e Centre culturel Frontenac est

fier de soutenir AfricVille dans

la venue de Zal Idrissa Sissokho

et ses musiciens, à Kingston.

BIOGRAPHIE

N'est pas griot tout musicien qui vient

d'Afrique. Ces porteurs de

traditions orales sont

de castes Kouyaté,

Diabaté ou

Sissokho ;

les trois

seules

grandes

familles

qui colportent

la mémoire

du peuple

mandingue.

Zal Idrissa Sissokho

n'a pas que le nom, il a le

bagage et cette incroyable faculté d'improvisation.

Zal joue de la kora et chante en

malinké et en wolof des mélodies inspirées

ou empruntées aux traditions de l'Afrique

de l'Ouest. Arrivé à Montréal en 1999 et

boursier des Conseils des arts du Canada et

du Québec à plusieurs reprises depuis

2001, Zal Idrissa Sissokho a vite pris sa

place dans le paysage sonore montréalais.

Il joue en solo et avec de nombreux artistes

et formations tels Les frères Diouf, Celso

Machado, Fakhass Sico, Lilison di Kinara,

Richard Séguin, Takadja et Muna Mingole.

Il a contribué aux albums de Corneille,

IKS, Hart Rouge, Lousnak, Sara Rénélik,

Les frères Diouf et Musa Dieng Kala. Zal

Idrissa Sissokho a aussi participé au spectacle

« Ô » du Cirque du soleil à Las Vegas

et à la musique du film « Un dimanche à

Kigali » de Robert Favreau. Tout récemment,

Zal fut choisi, avec 12 autres musiciens,

pour le documentaire « La symphonie

du nouveau monde » de Luc Boivin,

diffusée sur les ondes d’ARTV et de Radio

-Canada et invité l’émission Belle et Bum

en 2009 et 2011.

En 2004, Zal forme le groupe afromandingue

Buntalo, dont le nom fait référence

au son cristallin de la kora qui séduit

l’auditeur dès la première note. Cette harpe

africaine à 21 cordes se marie merveilleusement

bien à la musique

occidentale contemporaine;

c’est

pourquoi

Buntalo,

dont le

répertoire

inclut des

compositions

originales

et

des classiques

mandingues,

modernise les

sons tout en préservant l’identité

de ces compositions plusieurs fois

centenaires. Il est accompagné de Manu

Pelé à la basse, David Mobio au clavier,

Thomas Niamke Ehui à la batterie et Tapa

Diarra au chant et à la danse.

En janvier 2012, Zal Idrissa Sissokho a fait

paraître son second album intitulé Le Partage.

Bien reçu tant par la critique que le

public, Zal continue faire connaître sa musique

ici ou à l’étranger. Il avait obtenu une

subvention du Conseil des Arts du Canada

pour l’enregistrement de son premier album

Silaba, paru en février 2008. Le groupe

Buntalo, a été sélectionné dans le cadre

du programme Le Conseil des Arts de

Montréal en tournée, pour une série de 10

prestations entre septembre 2007 et juin

2008.

Il a été le lauréat du prix OQAJ-Rideau lors

de la vitrine officielle à la Bourse Rideau, à

Québec. Par le biais de ce prix, octroyé par

l’Office Québec-Amériques pour la Jeunesse

et Rideau, Zal a pu visiter le Mexique en

octobre 2008.

L’INFORMEL

LES MUSICIENS

Zal Idrissa Sissokho a réuni autour de lui

quelques-uns des meilleurs musiciens montréalais

en provenance d’Afrique de

l’Ouest :

David Mobio, claviériste et arrangeur hors

pair, s’est produit avec Mélanie Renaud,

Sékouba Bambino, King Mensah, Annie

Ébène et Jean Leloup. Il a contribué à la

réalisation de plusieurs projets musicaux;

Manu Pelé, bassiste et compositeur, a tourné

avec Les Frères Diouf, Muna Mingole,

Awana, Harold Faustin et Derek Falls;

Thomas Niamke Ehui, batteur et arrangeur,

qui joue entre autres avec Alpha Yaya

Diallo, Lorraine Klaasen, Muna Mingole et

Annie Ébène, a aussi tourné avec les Go de

Koteba en Côte d’Ivoire.

Tapa Diarra, artiste invitée et soeur africaine

de Zal. Originaire du Mali et issue d’une

grande famille de griots. Sa mère Kandia

Kouyaté est l’une des divas les plus connue

de l’Afrique de l’ouest.

Date de tombée du prochain numéro: le 15 février 2014 - parution Mars Avril 2014 (sortie le 3 mars 2014)


L’INFORMEL ccfkingston@gmail.com • janvier - février 2014 • Volume 36 • Numéro 3• Page 3

Quelques expressions de l’Afrique francophone, illustrées

> TV5 Monde

F

aire palabre, chercher palabre

- Côte d'Ivoire

Palabre a le sens de discussion,

oui mais aussi celui de querelle :

« Ne te fâche pas,

c’est pas palabre

! » En effet, à

t r o p d u r e r ,

une palabre peut

s’envenimer et

tourner à la dispute.

Il faut alors aller chercher des amis

pour régler la palabre (mettre fin au

conflit).

Partout en Afrique, on palabre (on discute

longuement). Il existe même des arbres à

palabres, sous lesquels on s’installe, dans

les villages, pour discuter des questions

importantes. Palabre vient de l’espagnol

palabra qui veut dire « parole ».

Faire la beauté - Afrique centrale

Ici et là, en Afrique,

on est fort

coquet et l’on passe

du temps à se

faire beau. Au

Tchad, on fait la

beauté ; au Bénin

et au Togo, on fait la galanterie ; en Côte

d’Ivoire, on fait le galant. « Avec son costume

cravaté, il fait le galant » : cela ne

signifie pas que celui-là fait le joli cœur,

mais qu’il est élégant. En France, nous

ignorons ce sens de galant, il a pourtant été

imaginé à partir de gala (grande fête où les

participants se doivent d’être élégants).

« Un boubou de soie, c’est bien plus galant,

mais c’est très cher. »

C’est caillou - Burkina Faso

C’est dur ! Sur le chemin de la vie, il y a

des cailloux et l’on peut trébucher.

Motamoter, motamoteur - Cameroun

« C’est du mot à

mot » disent, en

France, les professeurs

quand un

élève aligne les

mots, de manière

mécanique, sans

chercher à comprendre ce qu’il lit. Au

Cameroun, matomoter c’est apprendre ses

leçons mot à mot et le motamoteur est un

véritable… moteur à paroles.

Faire caïman, caïmanter, caïman, caïmanteur

- Côte d’Ivoire

Connaissez-vous

les mœurs du caïman

Ce crocodile,

qui vit dans les

rivières d’Afrique,

attend le départ

des chasseurs pour

revenir à la surface. Alors, faire caïman

ou caïmanter, qu’est-ce que cela

v e u t d i r e

Se lever la nuit, après le passage du surveillant,

pour étudier dans le dortoir. Autrement

dit, travailler beaucoup. « Pas

question d’aller gazer ce soir, faut caïmanter

! » Un caïman ou un caïmanteur,

c’est donc, dans l’argot des étudiants, un

sacré bûcheur.

Ambiancer- Afrique de l’Ouest

C’est s’amuser,

faire la fête ou mettre

de l’animation

dans une soirée :

« Ca va ambiancer

ce soir ! »

Un ambianceur…

c’est un joyeux luron, qui aime fréquenter

les endroits où l’on fait la fête et y créer

une atmosphère de gaieté : « Distribution

de cadeaux aux ambianceurs. »

Une ambiance… c’est une fête joyeuse,

où l’on danse : « je vais à une ambiance

demain chez Koffi. Tu viens ».

En Côte d’Ivoire, sortir, faire la fête, s’éclater,

c’est gazer : « Je vais gazer ce

soir… » Les gazeurs, se sont ceux qui

aiment ça : « Elle décale trop bien, c’est

une vraie gazeuse ! » Décaler C’est danser…

Un gazoil Un endroit branché pour

faire la fête : « Je connais tous les gazoils

d’Abidjan. » Jolie série imaginée à partir

de gazer, verbe que le français familier

utilise : « Ça gaze » .

Être amouré - Mali

Un garçon (ou une fille) vous a tapé dans

l’œil, ça y est, vous avez le béguin. Comment

lui dire A Yaoundé (Cameroun),

vous avouerez : « Je glisse pour toi » ; à

Bamako (Mali),

vous murmurerez à

son oreille : « Je

suis amouré(e). »

A Ouagadougou

(Burkina Faso), si

certains sont kaoté (complètement KO),

c’est qu’ils sont victimes d’un coup de

foudre. A Kinshasa (Congo), une fille peut

vous mettre chaos (sens dessus dessous).

Quand, dans les rues d’Abidjan, un garçon

croise une jolie fille, il la complimente

ainsi : " Bellesse, tu m’enjailles trop ! » Ce

qui veut dire « Beauté, tu me plais grave

! » A qui peut s’adresser pareille douceur

A une fresnie (jolie fille aux rondeurs

fraîches), à un petit modèle (une

jeune fille mince au look moderne), à une

fille bien culottée (qui a de grosses fesses).

A c h a c u n s e s g o û t s .

Cadonner - Tchad

Joli mot inventé pour dire « offrir » à part

i r d u m o t c a d e a u .

L e s t c h a d i e n s o n t f a b r i -

qué cadonner (donner un cadeau), les

S é n é g a l a i s o n t b r i c o -

lé cadoter ou cadeauter : « Mon chéricoco

m’a cadeauté un boubou. »

Et voilà je viens de

vous cadonner ces

belles expressions!

Soyons fiers de

notre francophonie

mondiale!


Page 4• Volume 36 • Numéro 3 • janvier février 2014 • ccfkingston@gmail.com

La danse et vous. Dis moi qui tu es et je te dirais

le contraire!

> Agathe Boisset, coordonnatrice artistique

S

elon votre profil, lisez la partie

qui vous correspond ! Je vous

épargne le test pour arriver à ce

résultat, vous vous connaissez

plus qu’il ne faut pour savoir quel rapport

vous avez à la danse.

RÉFRACTAIRE

Vous déplacez votre masse corporelle

tous les jours. Et ce déplacement est très

personnel. Vous venez donc de passer une

étape puisque vous connaissez le mouvement

! Ensuite, il s’agit de voir de quels

mouvements nous souhaitons parler. Ce

travail se réalise très naturellement. La

danse vient souvent sans qu’on le remarque.

On bouge, on circule, on saute, on

regarde et on écoute. La danse c’est tous

ces facteurs. Les danseuses de Tara Luz

danse vous aideront à passer les étapes.

Elles ne paraitront même pas dures puisque

c’est à votre rythme que cela se passe.

Vous pouvez y gagner de la confiance en

soi et de la communication plus accentuée

avec l’environnement qui vous entoure.

est très amusant. Un chef dicte en gestes

comment tout le monde doit bouger. En

deux heures, votre corps aura compris

quelques codes, votre esprit se sera amusé

et vous aurez profité d’un atelier très peu

cher avec des danseuses professionnelles.

Quoi de mieux pour un dimanche

DANSEUR DU DIMANCHE

Justement l’atelier de danse avec les 6

danseuses professionnelles sera un dimanche.

C’est le moment pour vous de mettre

à profit vos connaissances rythmiques et

gestuelles. Je vais vous surprendre ou

vous n’allez peut-être pas me croire mais

vous découvrirez sûrement une autre façon

de danser. L’expérience s’est montrée

marquante pour plus d’un participant de

leur atelier. Notre directrice générale au

Centre culturel Frontenac en a fait les

frais. En y allant sans trop savoir à quoi

s’en tenir, elle en est sortie transformée.

Elle danse la salsa et aujourd’hui sait que

la danse contemporaine n’est pas une

montagne à franchir mais un jeu.

DANSEUR PROFESSIONNEL

C’est dimanche, vous avez dansé toute la

semaine et vous rêvez de votre canapé

Je vous assure que d’aller rencontrer d’autres

professionnelles et d’apprendre d’autres

exercices vous aura sauvé d’un épisode

des feux de l’Amour. Tout en douceur,

votre corps découvrira d’autres chemins

et d’un coup la révélation apparaitra :

vous avez un corps qui bouge, un esprit

ouvert au groupe et de sensations nouvelles.

Non, ce n’est pas une secte je vous

assure. C’est d’autres technique et pour

un dimanche c’est chouette d’apprendre

davantage.

Ainsi, les six danseuses professionnelles

de Tara Luz Danse vous accueilleront le

dimanche 9 mars pour vous rencontrer.

L’INFORMEL

PEUREUX

Vous regardez et n’osez pas entrer dans la

danse Mais je sens que l’envie est déjà

là. Pour vous mettre dans le bain, les 6

chorégraphes professionnels de Tara Luz

Danse vous présentent des extraits de

leurs œuvres. Ensuite, vous serez accompagné

pour bouger et explorer le mouvement.

Vous n’êtes pas lancé dans la nature,

des exercices simples sont proposés.

En groupe, l’exercice du chef d’orchestre

Au Centre culturel Frontenac,

711 Dalton Ave. Kingston,

dimanche 9 mars 2014,

8$ - 12$ à la porte (Achat en ligne sur

www.centreculturelfrontenac.com)

Programmation CCF 2013 - 2014

Annulé


L’INFORMEL ccfkingston@gmail.com • janvier - février 2014 • Volume 36 • Numéro 3• • Page 5

Kingston Canadian Film Festival 2014

D

u 27 février au 2 mars 2014, le

Film Canadien de Kingston

prend sa place dans la ville. La

mission du festival est de célébrer

dans son ensemble la culture du pays.

Plusieurs films présentés sont québécois.

INCH'ALLAH

Réalisateur: Anaïs Barbeau-

Lavalette

Ven. 1 er mars, 21h40, The

Baby Grand

Ce deuxième long métrage

saisissant et provocateur

réalisé par la québécoise

Anaïs Barbeau-Lavalette est le plus récent

drame par les producteurs D'INCENDIES

(KCFF’11) et MONSIEUR LAZHAR

(KCFF’12). Tandis que ces célèbres prédécesseurs

racontaient les histoires d'exils au

Canada qui se battent contre les effets des

traumatismes qu'ils aient subi dans leurs

anciennes patries, INCH'ALLAH nous

oblige a imaginer les dangers physiques et

les défis éthiques dont les Canadiens qui

travaillent dans les zones de conflit font

face.

LAUREN CE A NY-

WAYS

Réalisateur: Xavier Dolan

Dim. 3 mars, 19h, pavillon

Dunning Hall

Un enfant acteur devenu

cinéaste célèbre au jeune

âge de 20 ans, Xavier Dolan a bouleversé

la scène cinématographique canadienne

quand son premier long métrage J'AI TUÉ

MA MÈRE (KCFF’10) est devenu la coqueluche

de Cannes.

Laurence, un écrivain dans la
trentaine

décide de recommencer sa vie en femme au

grand désarrois de sa petite amie avec qui

il/elle vie toujours. Tant que la passion soit

au coeur de cette histoire d'amour, LAU-

RENCE ANYWAYS pose des questions

provocantes sur l'identité sexuelle pour

créer un roman d'amour très différent et

avec style.

TOUT CE QUE TU POS-

SÈDES

Réalisateur: Bernard

Émond

Sam. 2 mars, 16h10, The

Baby Grand

Dans ce dernier drame par

Bernard Émond, un des

maitres cinéastes du Canada, nominé dans

la catégorie du meilleur réalisateur aux Prix

Écrans canadiens – un homme

mélancolique se met en retrait du monde

et se rend compte que certains liens se

brisent moins facilement.

Enseignant à l'Université de Montréal, Pierre

Leduc (Patrick Drolet) abandonne tout

pour se consacrer à la traduction des oeuvres

d'Edward Stachura, un poète Polonais

et source d'inspiration pour la tristesse de

Pierre. L'intrusion de deux personnes dans

> Agathe Boisset, coordonnatrice de bénévoles

son existence cloîtrée – le père absent de

Pierre ainsi que sa fille dont il ignorait

l'existence - oblige le personnage maussade

et le film d'Émond à s'ouvrir de façons

inattendu. Le résultat est un des plus

nuancé et émouvant long métrage par

Émond à ce jour.

WAVEMAKERS

Réalisateur: Caroline Martel

Dim.3 mars, 15h, Screening

Room 1

Un vaste monde du son se

réserve aux spectateurs du

nouveau documentaire captivant

par Caroline Martel, une

cinéaste montréalaise qui se spécialise en

recherches inhabituelles. Dans le cas de

WAVEMAKERS, c'est une plongée au

coeur de l’histoire d'un des instruments

musicaux les plus fascinants du 20e

siècle, un précurseur au synthétiseur, les

ondes Martenot.

Pouvant produire des sons à la fois intrigants

et magnifiques, cette invention

particulière d'un ancien télégraphiste

de la Première Guerre Mondiale continue a

attiré un groupe divers de passionnés, incluant

Jonny Greenwood, de Radiohead

(l'un des nombreux musiciens à apparaître

dans le film). La rareté et la fragilité de

l'instrument le rendent particulièrement

précieux à ceux qui le jouent et à ses protecteurs

tel que Jean-Louis Martenot, le fils

âgé de l'inventeur. Grâce à leurs efforts,

l'onde Martenot maintient sa place sur une

planète de plus en plus bruyante, un exploit

que WAVEMAKERS a raison de célébrer.

CAMION

Réalisateur: Rafaël Ouellet

Sam. 2 mars, 21h40, Screening

Room 2

Un accident tragique amène

trois membres d'une famille

aux liens distendus à renouer

dans ce drame émouvant par

un des plus talentueux jeunes cinéastes du

Québec. Réalisé par l'auteur-réalisateur

Rafaël Ouellet – qui a remporté le prix du

meilleur réalisateur au festival Karlovy

Vavy pour cet oeuvre – CAMION met en

vedette l'acteur vétéran Julien Poulin dans

le rôle de Germain, un camionneur veuf

dont les récents malheurs incitent ses fils à

se retrouver dans leur ville natale du Québec

rural.

En gagnant sa vie avec indifférence comme

concierge à Montréal, Samuel (Patrice Dubois)

est obligé de faire face aux ambitions

et désirs de sa jeunesse ce qui inclut revoir

son ex-femme. Tant que le séducteur Alain

(Stéphane Breton) semble avoir peu en

commun avec son jeune frère, ses plus profondes

insécurités le pousse à être volage,

tout comme la nature subtile du film par

Ouellet viens démentir la richesse des personnages

et du conte.


À vos écrans...


Page 6 • Volume 36 • Numéro 3 • janvier février 2014 • ccfkingston@gmail.com

Êtes-vous TINTINOLOGUE

>

J

Patrice Vermette

e salue le fidèle Tintin qui sommeille en vous!.

Nous restons sur ce continent pour découvrir : TINTIN EN

AMÉRIQUE. Je vous souhaite bon voyage aux États-Unis.

Comme à l’habitude, les réponses seront dans l’Informel. Je

tiens à remercier les Éditions CASTERMAN qui m’ont donné la

permission d’utiliser le livre ÊTES-VOUS TINTINOLOGUE.

Pour de plus amples informations sur notre ami:

http://www.tintin.com/

http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Aventures_de_Tintin

L’INFORMEL

Questions:

1. Lorsque Tintin arrive à Chicago, à quel hôtel descend-t-il

2. Nommez un des grands lacs américains, dans la région de Chicago

3. Quel nom donne-t-on aux enfants indiens

4. Quel est le nom du Grand Sachem

5. Quel nom donne-t-on aux tentes qu’habitent les indiens d’Amérique

du Nord

6. Quel est le nom du directeur de l’office des statistiques

7. Qu’est-ce qu’un mustang

8. Nommez cinq animaux qui fuient la prairie en feu

9. De quelle association très connue fait partie la personne qui a

fait arrêter le train

10.À quelle agence le chef de police de Chicago s’adresse-t-il pour

annoncer la capture de Bobby Smiles

11. Dans quelle direction le ravisseur de Milou s’est-il enfui

12. Lorsque Tintin traverse un cimetière d’autos, combien peut-on

en voir

13. Quel est le nom des deux produits publicitaires que l’on peut

voir dans le cimetière d’autos

14. Où Tintin réussit-il à se cacher pour assommer les ravisseurs de

Milou

15. Quel est le nom de l’usine que Tintin va visiter

Tintin en Amérique

Velouté de butternut squash et lentilles vertes.

> Anne Gutknecht, Directrice générale

PRÉPARATION:

C

ommencer

7).

INGREDIENTS:

1 Butternut Squash

1 cup de lentilles vertes

(ou French lentils)

3 échalottes

4 pommes de terre

1 carotte

2 gousses d’ail

4 tranches de bacon

Sel et Poivre

Crème fraîche liquide

Coriandre fraîche

Croûtons faits maison.

> Anne Gutknecht, Directrice générale

PRÉPARATION:

par préchauf- fer le four à 200°(thermostat 6 -

une assiette et presser

si souhaité ajouter les

tout avec une cuillère

possible. Laisser re-

uant

l'ail

goût.

tranches

décou-

la taille

sont meil-

Verser l'huile dans

l'ail au presse-ail,

herbes sèches. Mélanger le

en pressant l'ail le plus

poser un peu en continrégulièrement

de presser

pour en faire sortir le

Couper le pain en

pas trop épaisses. Ensuite

per des carrés de pain de

souhaité (les petits cubes

leurs...).

Passer le jus huile-ail à la pas-

soire fine en

pressant l'ail pour en faire ressor-

tir le goût au

maximum.

Mettre les cubes de pain sur une plaque

allant au four (type

plaque à tarte) et y verser l'huile par dessus, bien mélanger pour imbiber le pain.

Passer au four en baissant la température à 180° (thermostat 6). Surveiller la cuisson, les

sortir lorsqu'ils sont croustillants et les déposer sur du papier absorbant. Laisser refroidir et

déguster avec modération...

plucher les légumes et les couper en morceaux.

É

Couper les tranches de bacon en morceaux.

Mettre le tout à cuire en recouvrant d'eau, ajouter le sel et le

poivre.

Laisser cuire à feu fort et à couvert jusqu'à ce que les morceaux de butternut

soient tendres (environ 30 minutes).

Mixer le tout jusqu'à l'obtention d'un joli velouté. Réajuster l'assaisonnement

en sel selon votre convenance.

Ajouter un filet de crème fraîche liquide.

Ciseler la coriandre fraîche et la rajouter dans la soupe (une belle poignée).

Servir la soupe dans des bols individuels.

INGRÉDIENTS

pour les croutons:

Pain (de préférence

un peu sec)

Beurre

Ail (Optionnel)


L’INFORMEL ccfkingston@gmail.com • janvier - février 2014 • Volume 36 • Numéro 3• Page 7

Une plateforme virtuelle pour les

services en français sur Kingston

> Morgane Navarot, Coordonnatrice Administrative du Réseau Régional de Langue Française du Sud-Est de l'Ontario (RRLFSE)

P

ouvoir

retrouver sur un même site,

tous les services et activités en

français sur Kingston et ses alentours,

ce sera bientôt possible…

Que vous recherchiez un service de garde,

une école, des services de soins ou vous

serez accueillis en français, mais aussi des

spectacles, des sorties en famille ou vous

pourrez parler la langue de Molière, ce site

répondra à vos besoins. Il constituera une

base de ressource importante pour les francophones

et francophiles de la région de

Kingston et plus largement du Sud-Est de

l’Ontario.

En effet, Le Réseau Régional de Langue

Française du Sud-est de l’Ontario

(RRLFSE) est actuellement en train de

créer un site web pour répertorier les services

et activités en français sur la ville de

Kingston et les alentours.

Le Réseau est à l’origine du site Messervicesenfrancais.org

qui représente déjà une

ressource importante pour les francophones

et francophiles de la région mais notre volonté

aujourd’hui est de produire un site

vivant et actif.

Une réunion de présentation de ce nouveau

projet a eu lieu le 18 Novembre au Centre

Culturel Frontenac pour tenter de mobiliser

tous les partenaires communautaires proposant

des services en langue française.

Ces partenaires ont répondu à l’appel puisque

francophones comme anglophones se

sont rassemblés afin de manifester leur

envie commune de voir naitre cette plateforme

virtuelle qui est une réponse à un

vrai besoin du territoire et à une réalité

majeure : Le manque de visibilité des services

en français sur Kingston malgré que

ceux-ci existent réellement.

Suite à cette réunion, un comité consultatif

a été créé et se compose de ces partenaires,

issus des champs de la santé, de l’éducation,

de la culture, du soutien à l’immigration

mais aussi représentants les parents et/

ou ayant des compétences particulières,

notamment dans le domaine des nouvelles

technologies. En plus de déterminer la forme

que prendra cette plateforme, ce comité

aura pour objectif de statuer sur le contenu

et sur les modalités de gestion du site.

Créer par et pour la communauté, cet outil

vous ait destiné ! Alors, que vous soyez

francophones ou francophiles, curieux de

découvrir cette nouvelle ressource internet,

rendez-vous en Avril pour le lancement du

site!

Vous voulez en savoir un peu plus sur ce

projet, n’hésitez pas à nous contacter…

En 2014,

dé-résolutionnez-vous!

> Samia McFee, coordonnatrice des bénévoles

S

i

vous êtes du genre à rédiger une

belle liste de résolutions en janvier

de chaque année, je vous

invite à reconsidérer cette

pratique en 2014. Non, en fait, je vous le

déconseille fortement. Parce qu’il faut bien

se l’avouer, la liste de bonnes résolutions

du nouvel an en général finit aux oubliettes.

Résultat: à la fin de l’année, vous

vous sentez coupable et hop, vous recommencez

à faire une liste – plus longue -

l’année suivante, pour rattraper ce que

vous n’avez pas fait l’année d’avant.

Comme une dette qui grossit à vue d’oeil,

de quoi vous rendre fou!

Cette fameuse ‘’liste d’épicerie comportementale’’

qui est sensée remettre votre vie

dans le droit chemin ne vous sert finalement

qu’à culpabiliser. Avez-vous vraiment

besoin de vous rajouter des fautes

que vous n’avez pas commises La vie est

assez compliquée comme ça, non Cette

année, voici ce que je vous propose: faites

une liste des choses positives dont vous

avez été témoin lors de l’année précédente.

Rappelez-vous des moments agréables

passés en bonne compagnie, souvenezvous

d’un mot doux glissé à votre oreille,

d’un bon plat que vous avez dégusté, d’un

film qui vous a fait rire ou pleurer, de cet

inconnu qui est venu vous aider quand

vous en aviez

besoin, du baiser

tendre de votre

amoureux…

Non, tout cela n’est pas un cliché. Les

choses les plus simples manquent cruellement

à ceux qui ne les ont pas. Alors en

2014, faites ce que vous pouvez pour vous

souvenir des belles choses de 2013.

Réponses:

1. À l’hôtel Osborne (p.1).

2. Le lac Michigan (p.12).

3. Les papooses (p.22).

4. La taupe-au-Regard-Perçant (p.22).

5. Des wigwams (p.26).

6. W.R. Law (p.36).

7. C’est un cheval d’Amérique à moitié

sauvage.

8. Un puma, un chevreuil, une tortue, un

lièvre, un renard, un écureuil, des oies et

une couleuvre (p.38).

9. De la Société Protectrice des Animaux

(p.41).

10. À l’agence Pressa(p.44).

11. Silvermount(p.49).

12. Six (p.49).

13. Wrigley’s et Coca Cola (p.49).

14. Dans une armure (p.50).

15. Slift(p.53).


Page 8 • Volume 36 • Numéro 3 • janvier février 2014 • ccfkingston@gmail.com

L’INFORMEL

Retour sur … L’Écho d’un peuple aux Mille-Isles

«

> Agathe Boisset, coordonnatrice artistique

Ils ne savaient pas que c’était impossible

alors ils l’ont fait » Mark Twain.

C’est avec cette phrase que je clôturerai

l’aventure artistique qui s’est déroulée dans

nos murs avec la merveilleuse équipe de l’écho d’un peuple.

Raconter en 70 minutes avec 200 comédiens l’histoire

des franco-ontariens de la région de Mille-Iles telle était

leur grande mission.

1 400 spectateurs ont savouré ce spectacle regroupant

chant, vidéo et théâtre.

Les photos seront

sur le facebook du

Centre culturel Frontenac

En première partie, la compagnie des Tréteaux a su redonner

vie à des textes franco-ontariens, tels que Sonia Lamontagne,

Michel Ouellette ou encore Jean-Marc Dalpé,

dans une mise en lecture. Par la suite, Christian Pilon a

témoigné de son histoire de métis et de voyageur.

Avec 200 comédiens qui présentaient sur scène les grandes

étapes de l’histoire franco-ontarienne, les spectateurs

ont traversé les temps pour arriver à nos temps modernes

et remercier nos héros d’aujourd’hui. Ces personnes ont

tenu le cap et ont su maintenir des organisations essentielles

comme les écoles et des structures de regroupement

comme l’ACFOMI. Nos héros contemporains qui étaient

dans l’ombre ont eu un moment de lumière et de reconnaissance

sur notre scène du théâtre l’Octave. Merci à eux

pour leur courage et leur travail de longue haleine. Ainsi,

ce fut un moment inoubliable au théâtre l’Octave d’un

côté de la scène comme de l’autre.

Je te tiens à remercier chaleureusement et féliciter l’équipe

entière de l’écho d’un peuple pour leur travail au sein

de la communauté franco-ontarienne depuis plus de 10

ans. Ils ont de l’idée, de la ressource et n’ont pas eu peur

du grand défi qui les attendait. Ces projets d’envergues

sont rare et ardus à mettre en place. Le Centre Culturel

Frontenac tiens à remercier le conseil des Ecoles Catholique

du Centre-Est et le conseil des Ecoles Publiques de

l’Est de l’Ontario pour la coordination du projet et l’implication

de leurs élèves dans ce spectacle.

Les retours des publics dans notre livre d’or :

« Bravo ! Excellent spectacle ! Très fière ! »

« Je suis très fière d’être franco-ontarienne avec vous tous »

« Beaux sentiments de fierté ! Il faudrait que tous les francophones voient

ça ! »

« Une des plus belles expériences de ma vie. Merci pour ce privilège !! »

« Wow !!! Bravo tout le monde!»

Dr. Elena Macleod Optométriste

Venez la voir dans ses nouveaux locaux chez

les Dr. Lam et Blanchette :

546 rue Bath (à côté du restaurant Red Lobster).

(613) 507-0077

Services offertes en français:

Examens de la vue adulte et enfant

Lunettes et verres de contact

Consultations pour chirurgie au laser

Photographie rétinienne

Similar magazines