Objectif en vue - Ile-de-France

iledefrance.fr

Objectif en vue - Ile-de-France

12

histoire

MéDIAS Il y a 30 ans, l’avènement des radios libres

Liberté pour les

ondes franciliennes !

1

les

dates

clés

1964

Création de Radio Caroline,

radio pirate anglaise, qui

diffuse depuis un bateau au

large des côtes britanniques.

Mai 1977

Débuts de Radio verte,

fondée par Antoine

Lefébure et Brice Lalonde.

Juin 1981

Création de NRJ

(Nouvelle Radio des Jeunes),

dans une chambre

de bonne, à Paris 20 e .

29 juillet 1982

La loi autorise les radios

libres, mais sans publicité,

attribuant des fréquences

à 17 radios parisiennes.

Certaines recalées

obtiendront plus tard

une fréquence…

2 4

8 décembre 1984

énorme manifestation

de jeunes à Paris pour

défendre NRJ, condamnée

à une suspension

d’émission d’un mois,

pour cause d’émetteur

trop puissant.

Quart d’heure historique

Une enfance impériale

au xix e siècle

Meubles d’apparat, linge de berceau,

linge de toilette, premiers jouets…

L’exposition brosse un portrait

émouvant de l’enfance de Napoléon II

(1811-1832), l’Aiglon, rendu célèbre

par Edmond Rostand.

h Jusqu’au 23 mai 2011.

Château de Fontainebleau, 77300 Fontainebleau

Renseignements : 01 60 71 50 70.

www.chateaudefontainebleau.fr.

Geoffroy Tory,

imprimeur de François I er

L’exposition met en lumière une

personnalité incontournable du livre

à la Renaissance : Geoffroy Tory

(vers 1480-1533). Précurseur des règles

et usages de la langue française,

il reçoit le soutien de François I er

et devient le premier imprimeur du roi.

h Jusqu’au 4 juillet 2011

Musée national de la Renaissance,

Château d’Ecouen, 95440 Ecouen

Renseignements : 01 34 38 38 50.

www.musee-renaissance.fr.

© Frilet/Sipa – Rebours/Sipa – Marquette/Sipa – Witt/Stevens/Sipa

Mai 1981 : la gauche annonce la fin du monopole d’état

sur la radio. Quelques mois plus tard, les radios pirates

deviendront légales, puis pour certaines, commerciales.

fréquences h 1981, l’année où tout a commencé pour

les radios libres… Car l’arrivée à l’élysée de François

Mitterrand ne marque pas la fin de la clandestinité

pour les radios pirates, créées dans les années 70,

mais plutôt le début de leur marche vers la liberté

des ondes. À l’époque, seule Radio France peut

émettre à partir du sol français, quelques radios

diffusant depuis l’étranger : RTL au Luxembourg,

RMC à Monaco, Europe 1 en Sarre, et Sud Radio en

Andorre. En 1977, Radio verte, fondée par Antoine

Lefébure et Brice Lalonde, émet depuis l’appartement

de Jean-Edern Hallier… Le 28 juin 1979,

Riposte, la radio des socialistes de Paris, diffuse une

émission sur le thème des libertés, avec en invité

François Mitterrand. La police investit le siège du

parti, saisit l’émetteur et interpelle plusieurs élus.

Mitterrand lui-même est inculpé. Comme Radio

Riposte, des dizaines de radios pirates, souvent

locales, donnent la parole à ceux qui ne l’ont pas

et diffusent de la musique pour les jeunes, en toute

3

(1) Le 5 mai 1977, Radio verte diffuse sa 1 re émission en direct chez Jean-Edern Hallier, à Paris. (2) Pierre Bellanger fonde La Voix du

lézard en 1983, devenue Skyrock en 1986. (3) Carbone 14 émet depuis les locaux de Fréquence Gaie, en 1983. (4) Le 8 décembre 1984,

des milliers de jeunes descendent dans les rues de Paris pour défendre NRJ, condamnée à une suspension d’émission d’un mois.

illégalité. En réponse, les autorités brouillent les

ondes ou saisissent le matériel. Les radios pirates

savent que si François Mitterrand est élu, il mettra

fin au monopole d’État, ce qu’annonce effectivement

Georges Fillioud, ministre de la Communication,

le 14 mai. Mais le brouillage persiste. Des

dizaines de radios libres décident d’émettre en

continu en Île-de-France : Carbone 14, Radio Nova,

Radio libertaire, depuis Paris ; RFM, depuis un

centre commercial de Vélizy (78), TSF, depuis Nanterre

(92), Radio OVNI, depuis Vincennes (94)…

Un destin national

En 1982, les radios FM obtiennent le droit d’émettre,

mais sans pub ! Certaines disparaissent, d’autres se

regroupent pour demander une fréquence auprès

de la nouvelle Haute Autorité de la communication

audiovisuelle, la plupart diffusent de la pub

déguisée. Celles qui achètent de gros émetteurs

se font mieux entendre que les autres. En 1984, la

publicité est autorisée. Elle permettra aux grosses

radios de se renforcer. Quelques indépendantes,

comme Radio Nova, résistent, tandis que NRJ, Skyrock

(ancienne Voix du lézard) ou RFM connaissent

un destin national. l

Julie Védie

H

En savoir plus

• La Bataille des

radios libres

(1977-1981), de

Thierry Lefebvre,

Nouveau Monde

éditions.

• http://100ans

deradio.free.fr/ :

toute l’histoire de

la radio française.

Une rubrique La

radio en région

donne accès

à une liste des

radios pirates

franciliennes.

• www.schoop.fr/

index.php :

la mémoire

de la FM,

toute l’histoire

des radios.

Combats pour l’égalité

Réalisée à partir de recherches et

d’entretiens menés auprès de services

d’archives, d’associations et

de féministes essonniennes,

cette exposition retrace l’histoire

des femmes et de leurs luttes

entre les xix e et xxi e siècles.

h Jusqu’au 20 avril 2011

Direction des archives et du patrimoine mobilier,

domaine départemental de Chamarande,

38, rue du Commandant-Arnoux, 91730 Chamarande

Renseignements : 01 69 27 14 14.

www.archives.essonne.fr.

Quand Daumier,

Gavarni, Rops

inventent la silhouette

Pour la première fois en France, une

exposition compare plus d’une centaine

de dessins, lithographies et peintures

de trois caricaturistes, Honoré Daumier,

Paul Gavarni et Félicien Rops, offrant

un panorama cynique de la société

du début du xix e siècle.

h Du 10 avril au 18 septembre 2011

Musée d’art et d’histoire Louis-Senlecq,

31, Grande-Rue, 95290 L’Isle-Adam.

Renseignements : 01 34 69 45 44

http://musee.ville-isle-adam.fr.

Félicien Rops, Passé minuit, 1878-1881.

© collection privée/dr

îLE-DE-FRANCE | av r i l- m a i 2 0 1 1 | Nº 34

More magazines by this user
Similar magazines