Objectif en vue - Ile-de-France

iledefrance.fr

Objectif en vue - Ile-de-France

© Morgan Fache

en chiffres |

208000

focus |

TEMPS FORTS

| lieux en Îlede-France

formation continue vont

En 2011, 130 parcours de

215 végétales 500 |

EN en VUE vue 3

Je suis en BTS en

La région devient de plus

Croissy- Gennevilliers

alternance. “ Le fait d’être

en “ plus une terre d’accueil

sur-Seine 93

Neuilly-sur-Marne

78

92

en contact avec l’entreprise

des écrivains, comme en Seinem’apporte

plus que dans

Saint-Denis, alors qu’avant,

Ballancourt-

91 sur-Essonne

une formation initiale. Paris concentrait tout.

Anthony Faleyras, Neuilly-sur-Marne (93) ’’

Sylvie Gracia, Levallois-Perret (92) ’’

salariés sont sont protégées et pouvant accueillir des être proposés à des salariés

de très petites entre-

employés par les (ou) menacées de personnes en difficulté

37000 entreprises disparition en Îlede-France,

ont été répertoriés prises dans les métiers

La culture dans ses murs

franciliennes

comme par la préfecture et de la location de voiture,

de l’hôtellerie l’œillet superbe ou l’Observatoire régional du contrôle technique

et de la restauration. la laîche luisante. de la santé.

ou du nettoyage auto.

SEINE-SAINT-DENIS Lutte contre les violences conjugales

Des téléphones portables

pour aider les victimes

Un dispositif d’aide aux femmes victimes de violences

est expérimenen Seine-Saint-Denis : un

téléphone mobile est fourni aux victimes en grand

danger. Le dispositif va être renforcé.

femmes battues h Un téléphone portable

contre les violences conjugales… Le concept

vient d’Espagne, où Ernestine Ronai, la créatrice

de l’Observatoire des violences envers

les femmes en Seine-Saint-Denis, a constaté

son efficacité. Elle est parvenue à l’importer

à titre expérimental dans son département

en 2009. Réservé aux femmes en danger, par

exemple en raison de la sortie de prison de

leur agresseur, ce téléphone est doté d’un

bouton d’appel d’urgence préprogrammé

pour une mise en relation automatique avec

un conseiller de Mondial assistance pouvant

faire intervenir les forces de police. Ce téléphone

n’est donc que l’outil d’un large dispositif

impliquant associations, police, justice

et services sociaux divers. L’association SOS

Victimes 93 de Bobigny assure des permanences

dans 22 communes de Seine-Saint-

Denis, mais aussi au tribunal de grande

instance, aux urgences médico-judiciaires

et dans certains commissariats. Elle repère

les victimes, évalue le niveau de dangerosité

de la situation – en fonction de la vulnérabilité

et du ressenti de la victime ainsi que

du profil de l’agresseur (condamnations

antérieures, profil psychologique…) – et

transmet un dossier au procureur, qui attribue

alors le portable pour une durée de six

mois à un an. Grâce aux aides des partenaires

(conseil général de Seine-Saint-Denis,

Région…), et face à l’efficacité du dispositif,

le nombre de portables pourrait passer de

30 à 40 en 2011. • Julie védie

hh

SOS Victimes⁄93, 5, rue Carnot, 93000 Bobigny,

www.sosvictimes93.org,

hh

Observatoire départemental des violences

envers les femmes : 01 43 93 41 95.

© Jean-Lionel Dias/Le carton/Picturetank

© Pierre Morel

Ernestine Ronai, responsable

de l’Observatoire des violences

envers les femmes en Seine-Saint-Denis.

« Le dispositif a prouvé son efficacité !

Mieux orientées, enfin entendues, les

femmes victimes de violences conjugales

sortent du bois ! Il faudrait désormais

généraliser cette initiative à l’échelle

nationale, puisqu’elle n’existe

aujourd’hui qu’en Seine-Saint-Denis. »

Jérôme Jannic,

directeur

de SOS Victimes 93.

« Les femmes se

sentent soutenues :

certaines sortent

de nouveau

de chez elles,

voire trouvent

un emploi…

Et quand

elles rendent

ce téléphone

portable, elles

sont contentes :

cela signifie que

leur situation est

sécurisée ! »

« Le travail

d’évaluation est

le plus difficile :

à qui fournir

un portable sur

l’ensemble des

femmes victimes

qui viennent

nous voir Plus

nous aurons de

portables, plus

nous aurons de

possibilités d’aider

ces femmes. »

Julie Simiand,

juriste référente

pour SOS Victimes 93.

© Jean-Lionel Dias/Le carton/Picturetank

© Jean-Lionel Dias/Le carton/Picturetank

H

(94) Vitrysur-Seine

Chut ! L’élaboration

d’un plan

de prévention

du bruit est

lancée. Ce plan

permettra de

lutter contre

les nuisances

sonores dans

cette ville qui se

trouve au cœur

d’un important

réseau routier

et ferroviaire.

(77)

Longueville

Attention au départ

! La rotonde

des locomotives,

classée

à l’inventaire

des Monuments

historiques,

va faire l’objet

de travaux.

Elle abrite

une collection

exceptionnelle de

trains anciens.

(78)

Versailles

à L’aise…

La mission locale

intercommunale

bénéficie

de locaux

plus spacieux

afin de mieux

accompagner

les jeunes

à la recherche

d’un emploi.

(91) étampes

Splach ! La base

de loisirs aménage

un circuit

de découverte

des milieux humides.

Avec des

passerelles en

bois permettant

de parcourir

les marais.

(92)

Gennevilliers

Coup de jeune.

Les chercheurs

étrangers vont

bénéficier, après

réhabilitation,

de 80 logements

rue de Basly.

Dans la même

rue, un autre

bâtiment offrira

64 studios pour

les étudiants.

© Cyrus Cornut/Dolce vita/Picturetank © rafaël trapet/aleph/Picturetank

Deux vraies bonnes nouvelles pour les Franciliens

passionnés de spectacles en tous genres. Fermée

depuis plus de 20 ans, la Gaîté lyrique a réouvert

ses portes depuis le 2 mars. Plus qu’un lifting…

une nouvelle vocation, pour ce lieu parisien qui sera

dédié aux arts numériques. Autre lieu de création et

de diffusion inauguré trois jours plus tard : la Halle

Roublot (photo), à Fontenay-sous-Bois (94). Après

dix mois de travaux, le bâtiment joue désormais dans

la cour des grands. Les trois nefs métalliques abritent

une salle de concert – le Comptoir –, un espace arts

plastiques et un théâtre de marionnettes. •

RER D : premières

améliorations en ligne

Prolongement de deux trains jusqu’à Orry-la-Ville (60) et

d’un train en heures de pointe jusqu’à Melun (77), mise

en service d’un nouveau train entre la Gare de Lyon

et Melun, avec un départ à 18 h 48, prolongement de

cinq trains entre Corbeil-Essonnes (91) et Melun ou

encore du train qui part à 7 h 45 du terminus Malesherbes

jusqu’à Châtelet-les-Halles, pour améliorer

les possibilités de correspondances : le Syndicat des

transports d’Île-de-France (Stif) conforte le service

sur la ligne D du RER. Pouvant transporter jusqu’à

550 000 voyageurs chaque jour, le RER D connaît des

incidents fréquents et les usagers réclament depuis

longtemps des améliorations du service. •

îLE-DE-FRANCE | av r i l- m a i 2 0 1 1 | Nº 34

More magazines by this user
Similar magazines