La carte d'achat - apeca

association.apeca.org

La carte d'achat - apeca

News

Spécial conférence annuelle 2007

Association des Professionnels Européens de la Carte d’Achat

SPECIAL CONFERENCE ANNUELLE 2007

Quelles cartes pour quels achats

L’utilisation des cartes de

paiements est une des clefs de la

modernisation des achats. Outils

de gestion comptable et financière,

elles simplifient le mode

d’engagement des dépenses et

permettent, notamment par le

reporting, de mieux contrôler et

d’optimiser les achats.

Cartes d’achat, cartes d’affaires ou

cartes logées : comment les

utiliser Ces choix sont

stratégiques pour les organisations,

confrontées dans les prochains

mois à de profondes

réorganisations pour répondre aux

exigences européennes de

l’évolution des moyens de

paiement.

Cette news spéciale est consacrée à

l’ensemble des interventions

présentées le 6 décembre 2007.

Echanger

Former

Informer

Accompagner

sur www.association-apeca.org

Sommaire

Sommaire

Les cartes entreprises au cœur de l’évolution des moyens de paiement en Europe P. 2

La carte d’achat : un des outils de la modernisation de la fonction achat P. 2

Commercial cards in the UK P. 3

Présentation de l’enquête 2007 : Rôle de la carte d’achat dans le processus de la “commande au règlement” P. 3

Table ronde : “Les cartes au service de l’entreprise” P. 4

Welsh Purchasing Card : un programme national P. 4

Du pilote au déploiement : les clés de succès P. 4

Mettre en place ou accepter la Carte d’Achat : les principales interrogations P. 6

Le Club Fournisseurs APECA P. 6

Table ronde : “Paroles de Fournisseurs” P. 7/8/9


Actualités Actualités

Les cartes entreprises au cœur de l’évolution

des moyens de paiement en Europe

Jean Pierre Buthion, Groupement des Cartes Bancaires “CB”

L

e SEPA, Single

European Payment

Area, organise

une nouvelle donne

pour les instruments de

paiement à l’échelle pan

européenne. Elle concerne

à la fois les prélèvements,

les virements et les cartes.

Le SEPA va avoir pour

conséquence d’élargir le

champ de la concurrence en

matière d’offre carte.

American Express, Master-

Card et Visa pourraient

ne plus être seules sur le

marché. Cette petite révolution

aurait également des

incidences en terme de

coûts avec des cartes et

des systèmes d’information

moins chers.

Le SEPA offre également

de nouveaux défis.

Au-delà d’une concurrence

entre moyens de paiement

qui s’annonce favorable à

la carte, il doit permettre le

développement d’innovations

dynamiques et diversifiées.

Sur le plan marketing,

le cobranding et le

multi-aplicatif devraient

La carte d’achat : un des outils de

la modernisation de la fonction achat

Thierry Papillon, Direction Générale de la Modernisation – Mission Interministérielle

France Achat.

E

n France, si la

sphère publique

fait encore pâle

figure face au programme

britannique, après de

nombreux changements

de code des marchés

publics, l’administration

se met à parler d’achats

avec une ambition : la professionnalisation

de la

fonction et sa modernisation.

Mais il faudra encore

un peu de temps. On ne

peut réussir à avoir des

achats efficaces que si

chaque ministère est bien

organisé. Cela nécessite

des changements profonds

de mentalité et 10 ans sont

nécessaires.

L’objectif est de réduire

les dépenses de fonctionnement

de l’Etat de 10%,

soit 1,3 milliard d’euros

en 3 ans, en professionna-

Plus d’infos :

http://www.sepafrance.fr/

http://www.banque-france.fr/fr/sys_mone_fin/sepa/sepa.htm

Télécharger la présentation :

http://www.association-apeca.org/apeca/racine/default.aspid=727

prendre leur essor. Du

point de vue technologique,

l’authentification,

l’identité ou encore le sans

contact pourront être supportés

sur la carte. Le

calendrier de mise en

œuvre des travaux SEPA

prévoit l’élaboration d’un

socle minimum d’intéropérabilité

dans les deux ans à

venir. Au-delà de 2010, un

programme de standardisation

des interfaces communautaires

de la chaîne de

paiement par carte devrait

voir le jour. L’APECA, lieu

de discussion et de lobbying

a un rôle à jouer dans

ce contexte. Avant même

l’achèvement des travaux

du SEPA, certaines innovations

pourraient dèjà voir le

jour comme des cartes prépayées

comarquées pour

les entreprises.

lisant et en mutualisant.

La carte d’achat est perçue

comme un outil de modernisation

; un moyen de

paiement qui va s’intégrer

dans un processus totalement

dématérialisé de la

prise de commande au

paiement du fournisseur.

La DGME a initié un projet

interministériel qui

vise à la mise en place

d’un programme de carte

d’achat avec un seul

opérateur bancaire pour

tous à l’horizon 2009. Un

groupe de travail a été

constitué. Il est piloté

par le Ministère de la

Défense.

Plus d’infos :

http://www.thematiques.modernisation.gouv.fr/chantiers/61_17.html

Télécharger la présentation :

http://www.association-apeca.org/apeca/racine/default.aspid=727

APECA News - Spécial conférence annuelle 2007

2


Actualités Actualités

Commercial cards in the UK

Ian Makgill, Ticon

D

epuis 1997, le gouvernement

britannique

a mis en

place un programme de

carte d’achat baptisé

Government Procurement

Card (GPC). Ce programme

peut être utilisé par n’importe

quelle entité publique

gratuitement. Un contrat a

été conclu entre la centrale

d’achats publics britannique

(Office of Government

Commerce – OGC) et un

consortium de cinq banques

émettrices de Visa Purchasing

Card. L’essor et le succès

de la carte d’achat

publique en Angleterre ne se

dément pas. En 2006, GPC

recensait 790 programmes,

ccenture s’est à

nouveau associé à

American Express

pour mettre à jour son

étude 2003 sur le rôle des

cartes d’achat. Le cabinet

d’études a constaté que

leur utilisation, entre 2003

et 2007, s’est accrue. La

part des dépenses indirectes

réglées par cartes

d’achat est passée de 6%

à 28%. Dans le même

temps, le pourcentage

de transactions payées par

cartes d’achat atteint

et environ 94 000 cartes en

circulation pour près d’un

milliard d’euros de dépense.

Depuis 1997,13 millions de

transactions ont été enregistrés,

avec près de 4 millions

pour le seul exercice 2006

(un million de plus qu’en

2005). Les économies réalisées

s’élèvent à 156

millions d’euros.

Les entités publiques utilisatrices

ont enregistré des

économies de 30 à 75 euros

sur le traitement des factures

et de 5 à 15 euros sur le paiement.

La carte d’achat nous

permet de collecter une multitude

de données détaillées

pour savoir qui dépense quoi

où et quand. Ces statistiques

sont analysées par l’OGC et

servent de base pour d’autres

projets. Un phénomène

se développe sous la forme

de cartes incluses. Toutes les

données de la commande

sont inscrites dans un email

sécurisé et sont reprises par

l’informatique dans les ERP.

Présentation de l’enquête 2007 : Rôle de la carte

d’achat dans le processus de la “commande

au règlement”

Cyrille Witjas, Accenture

A

57% contre 16% auparavant.

Cette nouvelle étude

a été réalisée sur un

panel représentatif de

33 sociétés. Elle confirme

que la carte d’achat

demeure le mode de

transaction le moins onéreux,

avec un coût moyen

de 9 euros par transaction.

La passation d’un processus

manuel à un processus

par carte d’achat

apporte une réduction

de 85% des coûts de

transaction. La carte

d’achat permet également

de mieux faire respecter

la politique achat et

participe à la réalisation

Ce dispositif permet d’effectuer

des transactions avec

des fournisseurs occasionnels

comme des cabinets

conseils ou d’avocats par

exemple.

Le gouvernement revoit

régulièrement les performances

des ministères et

des collectivités locales.

Le GPC est englobé dans

une stratégie du gouvernement

britannique qui a

pour mot d’ordre “être plus

efficace”.

Plus d’infos :

http://www.ogcbuyingsolutions.gov.uk/payment_cards/gpc/gpc_statistics.asp

http://www.ogc.gov.uk/tools___services_government_procurement_card.asp

Télécharger la présentation :

http://www.association-apeca.org/apeca/racine/default.aspid=727

Plus d’infos :

http://www.accenture.com/Countries/France/

cyrille.witjas@accenture.com

Télécharger la présentation :

http://www.association-apeca.org/apeca/racine/default.aspid=727

d’économies sur les

achats. Elle s’avère

être un des modes de

transaction les plus économiques

à mettre en

œuvre : en effet, 80%

des entreprises interrogées

déclarent avoir

atteint leurs objectifs en

un an.

APECA News - Spécial conférence annuelle 2007

3


Actualités Actualités

Table ronde : “Les cartes au service de l’entreprise”

Intervenants : François de Yrigoyen, American Express - Claire Dupasquier, BNP Paribas -

Bernard Sheikboudhou, Caisse d’Epargne - Maryse Collin, Dexia - Philippe Muller,

Société Générale.

Table ronde animée par Jean-Pierre Buthion, Groupement des Cartes Bancaires “CB”.

L

a table ronde, qui

réunissait l’ensemble

des établissements

financiers

membres de l’APECA proposant

une carte d’achat,

a permis de dresser un

panorama de leurs offres et

de leurs stratégies.

Ainsi, la Société Générale

entend répondre aux

attentes de sa clientèle avec

pragmatisme, en s’adaptant

à chaque situation. Deux

cartes, logées ou non disposant

de différents niveaux

de reporting. BNP Paribas a

adopté une démarche similaire

et pense que son offre

est bien comprise de sa

clientèle ; pour la première

banque française, chaque

carte correspond à un

besoin spécifique. De son

côté, Dexia a simplifié son

offre en ne s’adressant qu’à

la sphère publique dans le

cadre de son partenariat

avec American Express.

Les Caisses d’Epargne ont

elles aussi conçu une offre

plus particulièrement

dédiée aux collectivités

locales. Quant à American

Express, il affiche sa différence

en proposant une

offre globale. Un contrat

unique qui permet de gérer

différentes fonctionnalités.

Tous ces établissements

disent réfléchir à de nouveaux

produits fondés sur

une offre carte. Certains

Welsh Purchasing Card : un programme national

Alan Oram, Value Wales

A

l’instar du programme

développé

en Angleterre,

le Pays de Galles a

généralisé la carte d’achat

dans de nombreuses administrations

et collectivités

locales. Instauré fin 2004,

l’objectif cible à réaliser est

de 600 millions de livres

sterling (plus de 800

millions d’euros) d’ici

2010. A la différence de

leurs voisins anglais qui ont

majoritairement choisi la

solution proposée par Visa,

c’est l’offre conçue par

MasterCard qui a été retenue

principalement, avec

sur la carte le dragon,

emblème du Pays de Galles,

tenant la puce dans sa

patte. Comme en Angleterre,

le programme est

entièrement gratuit pour les

entités qui souhaitent le

mettre en place. Il est négocié

et managé de façon

centrale autour d’un

contrat cadre. Les entités

publiques bénéficient également

gratuitement d’aide

Plus d’infos :

http://corp.americanexpress.com/gcs/cards/us/pc/

http://entreprise.bnpparibas.fr/carte_bancaire_entreprise

http://www.secteurlocal.caisse-epargne.fr/asp/DCIL_modele1.aspx

http://www.dexia.fr

http://www.socgen.com

et de soutien à la mise en

place ; il en est de même

pour le recrutement des

fournisseurs. Un mécanisme

de remise arrière

encourage l’utilisation de

la carte d’achat et Master-

Card Smart Data OnLine

offre un reporting précis

pour le suivi des dépenses.

En septembre 2007, près

de 3 000 cartes étaient en

circulation générant plus

Plus d’infos :

http://www.buy4wales.co.uk

http://www.sell2wales.co.uk

Télécharger la présentation :

http://www.association-apeca.org/apeca/racine/default.aspid=727

attendent également un

signal fort de la part de

l’Etat pour promouvoir la

carte d’achat. Le secteur

public est promoteur. Il est

en train de donner une

leçon au privé qui attend

peut-être ce petit coup de

pouce de l’Etat pour se

réveiller et tirer définitivement

le marché.

de 12 000 transactions, et le

volume des dépenses atteignait

plus de 2 milliards de

libres sterling (3 milliards

d’euros).

APECA News - Spécial conférence annuelle 2007

4


Actualités Actualités

Du pilote au déploiement :

les clés de succès

Olivier Viallon, Ministère de la Défense – Délégation Générale pour l’Armement

A

près une phase

pilote, la Délégation

Générale

pour l’Armement (DGA)

a entrepris le déploiement

de son programme. La

conduite du changement,

de type constructif, a été

facilitée par les enseignements

acquis lors de

l’expérimentation. La

mise en œuvre a été

progressive par cercles

d’utilisateurs en s’appuyant

sur la participation

et la responsabilisation

de tous les acteurs et

la présence forte de

l’équipe projet. La DGA

a identifié les processus

et les familles d’achat

pouvant être concernés.

Grâce à la carte d’achat,

les délais d’approvisionnement

ont été réduits de

3 semaines à 2 jours et les

50 à 60 factures mensuelles

se sont transformées

en un seul relevé d’opérations.

La communication

constitue le vecteur

essentiel de la réussite du

projet. Une communication

en interne à l’intention

des responsables et

des porteurs. Une communication

externe à destination

du comptable, de

la banque ou encore des

fournisseurs.

Cette réussite passe

également par une

Plus d’infos :

http://www.defense.gouv.fr/dga/

Télécharger la présentation :

http://www.association-apeca.org/apeca/racine/default.aspid=727

volonté conjointe de tous

les acteurs d’évoluer vers

un nouveau mode d’achat

et cette volonté conjointe

doit se manifester par une

communication adaptée

et permanente.

APECA News - Spécial conférence annuelle 2007

5


Actualités Actualités

Mettre en place ou accepter la Carte d’Achat :

les principales interrogations

Philippe Morin, HBCC Partners

D

epuis de nombreux

mois,

HBCC Partners

accompagne acheteurs et

fournisseurs dans leurs

démarches de mise en

place de programmes de

carte d’achat. Côté acheteur,

de l’analyse des

méthodes d’achat, comptables

et financières

jusqu’à l’interfaçage entre

les systèmes bancaires et

comptables en passant par

les études d’impacts organisationnels

et humains,

tout est pris en compte. Il

en est de même du côté

des fournisseurs où tous

les domaines sur lesquels

l’adoption de la carte

d’achat interagit sont

analysés.

La réussite de la mise

en place d’un programme,

tant pour le fournisseur

que pour l’acheteur,

passe nécessairement par

Le Club Fournisseurs APECA

Evelyne Crochet, Radiospares et Eric Duverger, Manutan, animateurs

E

changer, informer,

accompagner,

former font

partie des principes fondateurs

de l’APECA.

C’est dans cette optique

qu’il est apparu opportun

de rassembler des utilisateurs

afin qu’ils échangent

sur leurs attentes et

problématiques communes

et fassent entendre

leurs voix.

La carte d’achat présente

de nombreux points

positifs (délais d’encaissement

réduit, réduction

des litiges, suppression

des relance...), d’autres

sont cependant à améliorer

(réduction des coûts

globaux, qualité de présentation

du projet par

l’acheteur, accompagnement

par les établissements

financiers...).

Par ailleurs, force est

de constater un manque

de fournisseurs pour le

développement de la

carte. Or leur adhésion

en constitue le levier

principal. Ils doivent

donc être entraînés pour

une dynamique du

marché.

Le Club Fournisseurs

a donc pour objectif

de réunir le plus grand

nombre de fournisseurs

une action concertée

construite et réfléchie.

Elle implique des changements

et une dématérialisation

de certains processus.

Aller à leur encontre

constitue un frein à

l’adoption de la carte

d’achat et peut conduire à

l’échec.

Pour HBCCP, la carte

Plus d’infos :

http://www.hbccp.fr/

Télécharger la présentation :

http://www.association-apeca.org/apeca/racine/default.aspid=727

et de rédiger une charte.

Créée par les membres

du Club Fournisseurs

pour favoriser l’évolution

et dynamiser la

progression du marché

de la carte d’achat, elle

s’adresse à tous les

fournisseurs déjà engagés

dans son déploiement

ainsi qu’à ceux

qui ont une approche

prospective.

Support de travail pour

les acheteurs et levier

constructif pour les

établissements financiers

ou les prestataires

Télécharger la présentation :

http://www.association-apeca.org/apeca/racine/default.aspid=727

d’achat est avant tout

une affaire de bon sens

et l’APECA s’engage

aujourd’hui dans

l’accompagnement

métier. C’est aussi une

des solutions de l’amélioration

du service public et

une des portes vers la

dématérialisation des

documents’.

techniques, elle sera

progressivement diffusée

auprès de tous les fournisseurs

acceptant la

carte d’achat. Evelyne

Crochet et Eric Duverger

souhaitent les voir

nombreux à s’engager.

APECA News - Spécial conférence annuelle 2007

6


Actualités Actualités

Table ronde : “Paroles de Fournisseurs “

Intervenants : Lionel Martinez, Carlson Wagonlit - Pierre Quintin, Quintin - Florence Ascher, Rexel - Sonia Gruchot, Top Info -

Denis Varène,UGAP.

Réponses aux principales questions de Pascal Thuot, animateur.

Quintin SAS

Pierre Quintin, vous êtes à

la tête d’une entreprise de

25 salariés qui porte votre

nom : Quintin, créée en

1980. Vous réalisez un

chiffre d’affaires de

5 millions d’euro.

Quintin SAS a été créé sur

une idée : livrer des produits

alimentaires à des

collectivités d’enfants ;

c’est-à-dire des crèches.

Votre PME livre 2 à 3 fois

par semaine plus de 700

crèches. Son rayon d’action

: Paris et la Région

Parisienne. Vous offrez

une traçabilité totale de

l’ensemble des produits

alimentaires que vous

fournissez. Vous vous êtes

toujours appuyé sur les

nouvelles technologies et

vous disposez d’un certain

nombre d’outils permettant

de connaître la

géoposition de vos

camions de livraison, de

mesurer constamment

leur température et vous

possédez également un

outil d’optimisation des

tournées

Votre attrait pour les

nouvelles technologies

vous a-t-il poussé à

accepter la carte

d’achat Quels en ont

été les impacts sur votre

organisation et sur l’activité

de votre entreprise

J’ai accepté très rapidement

car la demande émanait

d’un client historique,

la Ville de Paris, et lorsqu’on

est dans le commerce

c’est pour satisfaire

les clients. Nous effectuons

une facturation à

chaque livraison, soit 200

par jour et 50 000 par an.

Le jour où nous pourrons

dématérialiser tout celà ce

sera vraiment bien. Nos

délais de règlement (entre

la livraison et le paiement)

sont actuellement

supérieurs à 90 jours. La

carte d’achat présente un

autre avantage : il n’y a

pas de frais de relance.

Nous avons un taux de

perte de factures de l’ordre

de 7%. La cuisinière

« Nous émettons une facture à chaque

livraison, soit 50 000 par an. Le jour où

nous pourrons dématérialiser tout celà, ce

sera vraiment bien », Pierre Quintin

de la crèche oublie de

transmettre la facture aux

services concernés par

exemple. Les impacts de

la carte d’achat sur notre

organisation et l’activité

de l’entreprise sont donc

bénéfiques. Ceci dit, le

pilote a été utile car nous

avons rencontré quelques

petites difficultés à présent

résolues. La ville de

Paris passe au déploiement

et nous démarrons

avec le Conseil Général

du Val-de-Marne.

Rexel

Florence Ascher, vous

êtes Credit Manager du

Groupe Rexel. numéro un

mondial de la distribution

de matériel électrique.

Votre groupe est un distributeur

au service de professionnels

de l’installation

de matériel électrique

basse tension et courants

faibles. Rexel détient une

part de marché mondial

estimé à 7% dans un secteur

très fragmenté à fort

potentiel de développement.

D’une vingtaine de

société en France, Rexel

est devenu un groupe

composé de 5 régions et

vous travaillez actuellement

encore à l’harmonisation

des process. En

2006 le groupe a réalisé

près de 11 milliards de

chiffre d’affaires, il

compte plus de 25 000

collaborateurs. Vous enregistrez

10 millions de

commandes par an et vous

disposez de 2 millions de

m 2 de surface commercial.

La carte d’achat n’est

pas une inconnue pour

Rexel. Que représente-telle

aujourd’hui

Pour Rexel la carte d’achat

représente essentiellement

un potentiel qui

touche une dizaine de

clients sur plus d’un

million dans le monde.

Elle concerne principalement

des grands comptes

privés en France et en

Belgique. La carte d’achat

offre un potentiel de développement

des ventes,

APECA News - Spécial conférence annuelle 2007

7


Actualités Actualités

Table ronde : “Paroles de Fournisseurs “ (Suite)

mais pour l’instant nous

faisons encore face à des

fusions. Les commandes

sont toujours ressaisies

manuellement même si

l’envoi des factures et le

paiement sont totalement

dématérialisés.

Top Info

Sonia Gruchot vous

représentez Top Info, présent

depuis 20 ans sur le

marché de la micro-informatique

et aujourd'hui

l'un des principaux intervenants

dans l’intégration

et la distribution de matériels

informatiques et de

services associés. Ces

20 années d'expérience,

vous ont permis de

connaître une croissance

continue et de devenir le

3 e distributeur français de

matériels et de solutions

micro-informatique :

Qu'il s'agisse de la maîtrise

d'œuvre complète

pour la gestion de vos

approvisionnements, le

déploiement de vos

matériels, l'intégration de

solutions sur site, vous

êtes un partenaire qui,

avec son haut niveau

d'expertise, sa réactivité et

sa logistique performante,

contribue pleinement à la

réussite de vos projets.

Depuis sa création en

1987, Top Info a fondé sa

stratégie de développement

sur l'exigence de la

qualité et la satisfaction

de ses clients.

Comment êtes-vous venu

à accepter la carte d’achat

et que représente-telle

aujourd’hui pour

Top Info

En 2001, un de nos clients

grand compte nous a sollicité

pour que nous acceptions

la carte d’achat, ce

que nous avons fait. Le

« Nous enregistrons 2 000 factures par mois

pour un chiffre d’affaires de 400 000 euros

hors taxe », Sonia Gruchot, Top Info

volume des transactions

par carte d’achat représentait

40 commandes par

mois. A l’époque nous

avons embauché une personne

pour la ressaisie

manuelle des commandes.

Si la ressaisie est toujours

d’actualité, le

volume a considérablement

augmenté. Avec

Sanofi Aventis, la communauté

urbaine de Lille

et Thalès notamment,

nous enregistrons 2 000

factures par mois pour un

chiffre d’affaires de

400 000 euros hors taxe.

Grâce à la carte d’achat,

les délais de règlement

ont été réduits, il n’y a

plus de relance et nous

allons bientôt remédier au

problème de ressaisie.

Carlson Wagonlit travel

Lionel Martinez, vous

représentez Carlson

Wagonlit Travel. Vous

êtes un leader mondial

spécialisé dans la gestion

des voyages d’affaires.

Vous assurez une présence

dans près de

150 pays et territoires et

comptez 22 000 employés

Vous détenez un portefeuille

de clients diversifié

et vous avez enregistré

20,5 milliards de dollars

US de ventes annuelles en

2006 par les filiales de

Carlson Wagonlit Travel et

les joint-ventures, ce qui

représente plus de

40 millions de transactions

par an (en ligne et traitées

par des agents). Deuxième

plus grande société mondiale

spécialisée dans la

gestion des voyages d’affaires,

Carlson Wagonlit

Travel est numéro un en

France, en Europe, en Asie

APECA News - Spécial conférence annuelle 2007

8


Actualités Actualités

Table ronde : “Paroles de Fournisseurs “ (Suite)

Pacifique et en Amérique

latine numéro deux en

Amérique du Nord.

Les cartes destinées aux

entreprises font depuis

longtemps partie des

moyens de paiement que

vous acceptez. Comment

la carte d’achat s’inscritelle

dans ce paysage

La carte d’achat se présente

sous la forme de

carte logée et concerne

principalement les entités

de la sphère publique,

même si certaines entreprises

du privé s’y intéressent.

Nous avons été sollicités

par le Ministère de

l’Economie et des Finances

pour être maître d’œuvre

de la solution construite

autour de notre

client. Le projet a démarré

en janvier 2007 et nous

avons travaillé avec le

Crédit Mutuel, ITS et

MasterCard, ainsi qu’avec

l’ensemble des directions

du Minefe. Le pilote

est en place depuis septembre

2007. Il se passe

bien et je pense que nous

avons su, jusqu’à présent,

éviter les écueils. Nous

souhaitons désormais

accompagner notre client

dans son développement

sur l’ensemble des comptes

de facturation.

UGAP

Denis Varène, vous représentez

l’UGAP (Union des

Groupements d’Achats

Publics) où vous êtes

Directeur du marketing, de

l’e-commerce et de la

communication. L’UGAP

est une centrale d’achats

publics généraliste. Ses

clients sont exclusivement

des personnes publiques et

des personnes privées

assurant une mission de

service public. Toute personne

publique a le libre

choix de recourir ou non à

l’UGAP.

Avec près de 200 000

commandes enregistrées

en 2006, l’UGAP démontre

sa capacité à répondre

aux attentes et besoins du

service public.

En 2006, vous avez enregistré

pour 979 millions

d’euros de commandes et

en 2007 vous avez

dépassé le milliard d’euro

L’UGAP est l’unique

centrale d’achat de la

sphère publique. Dans

le contexte actuel de fort

développement de la

carte d’achat publique,

« La carte d’achat n’est qu’un

ingrédient d’une chaîne complète

de dématérialisation »,

Denis Varène, UGAP

quels atouts représentent

cet outil de paiement

Quels impacts a-t-il eu

sur votre organisation

Nous avons développé la

carte d’achat sur un

volet fournisseur pour

permettre à tous les acheteurs

publics d’effectuer

des achats quel que soit

l’émetteur ou le format

de carte. Nous sommes

un outil du code des

marchés publics. La carte

d’achat représente encore

peu de chose ; nous

avons entendu le chiffre

de 1 000 cartes au niveau

de l’Etat. En même temps

tout peut aller très vite. La

mise en marche est peutêtre

plus lente que dans le

privé, mais elle est nécessaire.

Nous considérons

que la carte d’achat n’est

qu’un ingrédient d’une

chaîne complète de dématérialisation.

Nous sommes prêts

à accepter les trois types

de cartes présents sur le

marché (American Express,

MasterCard et Visa)

avec une intégration complète

dans SAP.

24, rue des Jeûneurs - 75002 PARIS

Tél. 33 1 53 40 42 00 - Fax 33 1 53 40 42 08

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Bernard Siouffi

RÉDACTEUR EN CHEF : Solange Ligeret

JOURNALISTE : Pascal Thuot

More magazines by this user
Similar magazines