Raltegravir (IsentressMD) - Portail VIH / sida du Québec

pvsq.org

Raltegravir (IsentressMD) - Portail VIH / sida du Québec

12

Didanosine entérosoluble (ddI) | Videx EC MC

Pharmacocinétique

Grossesse et allaitement

BIODISPONIBILITÉ ORALE

À jeun : 42 %

T½ VIE PLASMATIQUE

1,5 heures

T½ VIE INTRACELLULAIRE

> 20 heures

ÉLIMINATION

Excrétion rénale : 50 %

PÉNÉTRATION DANS LE LCR*

Faible

*LCR : liquide céphalorachidien

• Catégorie selon la FDA : B

• Transférée à ~ 50 % dans le placenta. Aucun effet tératogénique chez

l’animal.

• Utiliser les doses habituelles chez l’adulte.

• Des cas d’acidose lactique fatale ont été rapportés chez la femme enceinte

ayant pris la Didanosine en association avec la Stavudine. À éviter.

• La Didanosine est sécrétée dans le lait maternel chez les rats.

• Afin d’éviter la transmission du VIH après l’accouchement, l’allaitement

n’est pas recommandé chez la femme infectée par le VIH.

• Registre d’exposition aux antirétroviraux pendant la grossesse :

1 800 258-4263 ou www.APRegistry.com

Effets indésirables

EFFETS NEUROLOGIQUES : neuropathie périphérique 3

(≈ 25 %), cas rapportés de névrite optique (< 1 %). Le

risque de neuropathie périphérique est plus important

lorsque la Didanosine est associée à un autre

médicament à risque de neuropathie périphérique. Cet

effet se présente de 2 à 6 mois après le début de la prise

de Didanosine. Après l’arrêt de la Didanosine, la

diminution et la résolution des symptômes de neuropathie

périphérique peuvent prendre de 1 à 9 semaines. La

neuropathie peut également être irréversible si les

symptômes ne sont pas signalés rapidement.

EFFETS PANCRÉATIQUES : augmentation de l’amylase

et de la lipase, pancréatite 2 (1-10 %). Une pancréatite

peut survenir durant la thérapie avec la Didanosine.

Arrêter la Didanosine chez les patients avec des signes

ou des symptômes de pancréatite. On observe une

résolution des symptômes et une normalisation des

tests de la fonction pancréatique environ 2 semaines

après l’arrêt de la Didanosine. Le risque de pancréatite

est plus important lorsque la Didanosine est associée

à un autre médicament à risque de pancréatite tel que

la Stavudine. De plus, l’exposition à la Didanosine

augmente quand elle est administrée avec le Ténofovir.

L’exposition accrue peut causer ou aggraver la toxicité

de la Didanosine.

EFFETS GASTRO-INTESTINAUX : diarrhée, douleurs

abdominales, xérostomie (sécheresse de la bouche),

nausées/vomissements, dysgueusie (altération du goût).

Les patients devraient présenter moins d’effets gastrointestinaux

avec cette formulation de Didanosine

puisqu’elle ne contient pas d’antiacide.

EFFETS HÉPATIQUES : altération des tests de la fonction

hépatique et rares cas d’hépatite 5 rapportés.

EFFETS GÉNÉRAUX : céphalées, asthénie, cas d’alopécie

rapportés.

EFFETS OPHTALMIQUES : possibilité de névrite optique

(vision embrouillée ou changement de la perception des

couleurs).

HYPERURICÉMIE : la Didanosine est métabolisée en

acide urique (par la voie métabolique des purines).

EFFETS DERMATOLOGIQUES : éruptions cutanées

avec ou sans prurit.

EFFETS MÉTABOLIQUES : acidose lactique avec

hépatomégalie et stéatose (toxicité mitochondriale) 1 .

Administrer avec précaution en présence d’une

maladie hépatique. Cesser le traitement lors de

l'apparition de symptômes cliniques ou résultats de

laboratoire anormaux.

More magazines by this user
Similar magazines