FICHE PAYS - ILE-DE-FRANCE INTERNATIONAL

iledefrance.international.fr

FICHE PAYS - ILE-DE-FRANCE INTERNATIONAL

FICHE PAYS

Source : «GEOATLAS.com

® 2009 © Graphi-Ogre »

Gabon

Données générales

Superficie : 267 667 km2

Capitale : Libreville

Monnaie : Francs CFA (XAF)

1 EUR 655,96 XAF (cours fixe)

Langue : Français

Source : «GEOATLAS.com ® 2009 © Graphi-Ogre »

Population : 1,79 million d’habitants en 2012. Croissance démographique à 1,9 % par an.

Taux d’urbanisation : 86 % principalement dans les villes de Libreville, Port-Gentil et Franceville.

Démographie : Age moyen (2012) = 18,6 ans

Population de moins de 15 ans : 42,2 % / Plus de 64 ans : 3,9 % (données 2011)

Espérance de vie à la naissance (2012) : 62 ans

Taux d’alphabétisation des adultes : 88,2 %

Infrastructures


Réseau routier : 10 000 km avec seulement 936 km asphaltés et 7600 km en latérite. Un programme de

réhabilitation des axes routiers est en cours de réalisation.


Aéroports : on dénombre au total 44 aéroports dont 3 aéroports internationaux situés à Libreville, Port-Gentil

et Franceville. Plusieurs vols directs par semaine sont assurés entre Paris et Libreville avec Air France, ainsi que

des vols indirects assurés par Ethiopian Airlines, Kenya Airways, Royal Air Maroc.




Voies ferrées : axe unique de Libreville à Franceville d’environ 700 km. Un nouveau projet est en cours pour

mettre en place une seconde ligne ferroviaire à destination du port de Mayumba.

Ports : celui de Libreville-Owendo se concentre principalement sur l’accueil des importations de marchandises

et exportations de manganèse alors que celui de Port-Gentil traite essentiellement les exportations (pétrole).

Télécommunications : secteur en forte croissance depuis près de 5 ans. On note un potentiel de

développement rapide avec de nombreuses mutations du secteur notamment avec la privatisation de Gabon

Télecom, enterinée en décembre 2010, et l’évolution croissante du marché de la téléphonie mobile.

- 1 - © 2013 – UBIFRANCE


FICHE PAYS

Données politiques

Type de régime

Le Gabon est un régime présidentiel.

Le Président, Ali BONGO ONDIMBA, est sous mandat depuis les élections du 30 août 2009 pour 7 ans (pas de

limitation du nombre de mandats présidentiels). Dès son arrivée au pouvoir il instaure un programme ambitieux, « le

Gabon émergent », qui vise à mettre en avant le potentiel en ressources naturelles, humaines et minières, entrainant

une diversification de l’économie gabonaise et l’ouverture du pays aux investissements étrangers.

Le Pouvoir législatif est composé du Sénat (91 membres élus pour 6 ans) et de l’Assemblée Nationale qui compte 120

députés élus pour 5 ans.

Les principaux partis politiques sont : Parti Démocratique Gabonais (PDG), Union du peuple Gabonais (UPG),

Mouvement de Redressement National (Morena), Parti Gabonais du Progrès (PGP), BDP-Gabon, PUP, ADER…

Les dernières et prochaines élections

Dernières élections législatives : 7 décembre 2011

Dernières élections présidentielles : 30 août 2009

Prochaines élections présidentielles : 2016

Les principaux dirigeants

Président de la République : Ali BONGO ONDIMBA (depuis octobre 2009)

Premier ministre : Raymond NDONG SIMA (nommé en février 2012)

Ministre de l'Economie, de l’emploi et du développement durable : Luc OYOUBI (nommé en février 2012)

Ministre des affaires étrangères : Emmanuel ISSOZE NGONDET (nommé en février 2012)

- 2 - © 2013 – UBIFRANCE


FICHE PAYS

Données économiques en 2011

Principaux indicateurs économiques par pays

Indicateurs Gabon France

PIB 16,2 Mds USD 1804,5 Mds EUR

Excédent public en % du PIB 7,4 % Déficit % PIB 5,5%

Dette publique en % du PIB 9,4 % 85,8%

PIB par habitant 10 800 USD 43088 USD

Taux de croissance 6,2 % 1,7%

Taux d’inflation (2012) 1,27 % 2,3%

Taux de chômage 16 % 9,8%

Sources : Banque Mondiale, DG trésor, INSEE, FMI.

Situation économique et financière

Avec un PIB par habitant de 10 800 USD, le Gabon se place bien au-dessus de la moyenne des pays voisins ; il est

classé comme un pays à revenu intermédiaire par les institutions internationales.

L’économie gabonaise est une des moins diversifiées d’Afrique Centrale. Elle se caractérise par sa dépendance à la

demande mondiale en pétrole, manganèse et bois ; l’essentiel de ses exportations repose sur la rente pétrolière

(83 %).

Des efforts de diversification de l’économie sont mis en exergue au travers de trois composantes :

Le Gabon industriel : développement du secteur secondaire

Le Gabon vert : développement durable et écotourisme

Le Gabon des services : économie du savoir

Malgré cela la dépendance au pétrole reste trop élevée.

En 2011, le Gabon a enregistré une croissance exponentielle dans de nombreux secteurs d’activités. L’augmentation

de la balance des opérations courantes (10,5 % du PIB en 2010 à 14,8 % en 2011) ainsi que la hausse des recettes

pétrolières ont contribué à soutenir la situation économique du pays. Cette forte croissance est également liée à

l’investissement massif du Gabon dans de nouvelles infrastructures et à la mise en place de nombreux programmes de

diversification économique, en vue notamment de préparer la Coupe d’Afrique des Nations de Football 2012 (CAN).

Politiques fiscale et économique

Le Gabon a su rebondir de la crise de 2008 et réduire sa dette publique. Le Gabon est aujourd’hui l’Etat de la zone

CEMAC (avec la Guinée- Equatoriale) dont le niveau de dette publique est le plus faible : 9,4% du PIB en 2011, et 7,7%

en 2012 (prévisions BEAC, mars 2012). L’augmentation de l’inflation de l’ordre de 2,1 % en 2011 (1,5 % selon les

autorités gabonaises) s’explique par l’augmentation de la demande intérieure soutenue par les différents

investissements liés à la CAN.

Le budget du Gabon en 2012 a été augmenté par rapport à l’année précédente. La dernière loi de finances

rectificative pour 2012 établit le budget à 2 453 Mds XAF (soit 3,7 Mds d’EUR).

- 3 - © 2013 – UBIFRANCE


FICHE PAYS

Le Gabon souffre d’une diversification trop limitée de son économie, fortement tributaire du pétrole. C’est pourquoi

le budget d’investissements 2012 a été maintenu à 700 Mds XAF pour permettre la réalisation de plusieurs grands

projets afin de dynamiser l’économie (construction de nouvelles routes, de stades, d’infrastructures hôtelières,

sanitaires, rénovation du Transgabonais, des aéroports et des ports…).

Accords politiques, juridiques et multilatéraux

La République du Gabon est membre de plusieurs organisations régionales et internationales.


D’un point de vue international

Le Gabon est membre de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), de l’Office international de la francophonie et

de l’Organisation des Nations-Unies (ONU). Par ailleurs, le Gabon a inauguré depuis le début 2011 un bureau régional

des Nations-Unies pour l’Afrique Centrale à Libreville.

Depuis septembre 2010, le pays négocie dans le cadre de la CEMAC un Accord de Partenariat Volontaire avec l’Union

Européenne (APE) afin d’aboutir à la légalisation de l’exportation du bois du Gabon vers l’UE.

Depuis janvier 2012, le Gabon est membre de l’Organisation Internationale de Normalisation (ISO) ce qui permettra

au pays de bénéficier de plusieurs avantages, notamment un soutien administratif et technique.


D’un point de vue régional

Le Gabon est membre de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA), qui vise à

unifier le droit des affaires de 16 pays d’influence principalement francophone ainsi que de la Communauté

Economique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC), qui institue une zone monétaire et de libre-échange avec la

Centrafrique, le Congo, le Cameroun, la Guinée Équatoriale et le Tchad. Les pays de la zone CEMAC partagent tous une

monnaie commune, le franc CFA (XAF), qui affiche un taux de change fixe avec l’euro. La politique monétaire est

conduite par la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). Le Trésor français assure une garantie de convertibilité

externe illimitée.

Il fait parti de la Communauté Economique des États d’Afrique Centrale (CEEAC), qui promeut le développement

économique, social et culturel de l’Afrique en vue d’aboutir à un marché commun. Il est aussi membre du Nouveau

partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD).

Le Gabon est aussi membre de l’ASECNA (Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à

Madagascar), dont le nouveau siège a été inauguré en janvier 2012 à Libreville.

Enfin, le pays est membre de l’Organisation Africaine du Bois (OAB) qui rassemble 15 autres pays producteurs de bois

africains. Le siège est établi à Libreville.

- 4 - © 2013 – UBIFRANCE


FICHE PAYS

Commerce extérieur

Importations en 2011 : 2,14 Mds EUR

Exportations en 2011 : 7,42 Mds EUR

Poids de la France dans les importations du Gabon : 35 % des importations du Gabon

Etat des lieux du commerce extérieur

Le commerce extérieur gabonais se définit par une balance commerciale excédentaire avec un solde qui avoisine

3 468 Mds XAF soit environ 5,28 Mds d’EUR. En 2011, le Gabon exporte pour 4 872,6 Mds XAF (7,42 Mds d’EUR) et

importe pour 1 404,6 Mds XAF (2,14 Mds d’EUR). Les exportations du Gabon sont principalement composées de

pétrole (83 %), de manganèse et de bois.

Les Etats-Unis demeurent le premier client du Gabon même si l’on constate que la Chine augmente régulièrement ses

achats.

La France conserve sa place de premier fournisseur du Gabon, avec une part de marché de 35 % en 2011,

représentant le chiffre record de 780 millions d’euros.

Commerce bilatéral France- Gabon

En 2011, les échanges commerciaux entre la France et le Gabon s’élèvent à 895 Mds d’EUR.

Les exportations françaises au Gabon (780 M d’EUR) , qui touchent tous les secteurs de l’économie avec une

prédominance des équipements professionnels, marquent une progression de + 37% par rapport à 2010 (566,8 M

d’EUR). Elles atteignet 386,5 M d’EUR au premier semestre 2012, en hausse de près de 25% en glissement annuel.

Les importations s’élèvent à 115 M d’EUR (- 46 % par rapport à 2010).

Les échanges franco-gabonais dégagent un excédent commercial en faveur de la France de 665 M d’EUR.

Principales exportations françaises vers le Gabon

Données 2011

Source : Bureau Ubifrance Cameroun d’après Douanes françaises

- 5 - © 2013 – UBIFRANCE


FICHE PAYS

Les principales exportations françaises vers le Gabon sont les produits industriels (263 M d’EUR), les équipements

mécaniques, électriques et électroniques (245 M d’EUR), le matériel de transports (121 M d’EUR) et les produits agroalimentaires

(92 M d’EUR).

Principales importations françaises depuis le Gabon

Données 2011

Source : Bureau Ubifrance Cameroun d’après Douanes françaises

Les importations de la France sont très peu diversifiées. En effet 80 % des importations concernent les matières premières

(brutes ou transformées).

De par l’augmentation considérable des exportations, le Gabon est devenu en 2011 le 4 ème client de la France en Afrique

subsaharienne (après l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Sénégal), et le troisième solde commercial positif de la zone (après

l’Afrique du Sud et le Sénégal).

Les secteurs porteurs et la présence française

Le Gabon est un marché dynamique en plein essor depuis près de deux ans. On enregistre une croissance

économique record dans divers secteurs d’activités notamment dans le bois, le secteur minier et pétrolier.

Le secteur du bois : le pays est le 2 ème producteur de bois africain et le 1 er employeur du pays. Après l’interdiction de

l’export des grumes en mai 2010 par le gouvernement, le Gabon a vu son secteur du bois se développer et attirer de

nouveaux acteurs économiques ainsi que de nouveaux partenaires. Malgré une présence chinoise de plus en plus marquée,

on constate le maintien d’une forte présence française dans le domaine de l'exploitation forestière et de la transformation

du bois avec notamment les groupes Rougier, CBG (groupe Fénart), et Thébault Transbois. Les exportations de bois

transformés ont représenté 700 748 m3 en 2011 (583 123 m3 en 2010), pour un nombre d’unités de transformation passé de

87 en 2010 à 110 fin 2011.

Le secteur minier : repose essentiellement sur la production de manganèse qui constitue le principal moteur de croissance

du PIB du pays, hors pétrole (10% du PIB du pays et 6% des exportations du pays). En 2011, le Gabon est propulsé au second

rang mondial (réserve de 200 M de tonnes) enregistrant une production de 3,6 M de Tonnes de manganèse (+11% par

rapport à 2010) par la société COMILOG (filiale du Groupe Eramet). Ce secteur attire beaucoup d’investisseurs étrangers.

- 6 - © 2013 – UBIFRANCE


FICHE PAYS

Le secteur pétrolier : Cette activité représente 48 % du PIB et 83 % des recettes d’exportation. Les recettes pétrolières en

2011 sont de 8,8 Mds USD. Le Gabon se situe au 6 ème rang des producteurs pétroliers en Afrique Sub-saharienne, derrière

notamment le Nigéria, l’Angola et la Guinée Equatoriale. Les trois principaux producteurs sont Shell, Total et Perenco (groupe

franco-britanique) qui réalisent 70 % de la prodution. Il convient également de signaler la présence de Maurel et Prom,

présent au Gabon depuis 2004, qui développe son activité.

Après avoir atteint un plancher en 2006, la production pétrolière du Gabon s’est stabilisée (240 000 b/j environ) grâce aux

investissements réalisés sur les champs marginaux, rendus possibles par le cours élevé du baril.

En aval, la SOGARA (filiale de Total raffinage à 42 %), unique raffinerie du pays, livre ses dérivés à Total Marketing

Distribution, premier distributeur de produits pétroliers du pays.

Le secteur agricole : contribue seulement à 5 % du PIB. Les principales productions vivrières sont le manioc, la banane

plantain, l’arachide, le taro, l’igname, la patate douce et le maïs. En ce qui concerne les cultures de rente, pour regénérer

l’industrie du cacao et du café, le pays a mis en place une politique agricole nationale qui devrait engendrer une production

de 2 500 tonnes par an d’ici 2013.

Le secteur des télécommunications : est en plein développement notamment grâce à la connexion du pays au réseau de

fibre optique ACE (Africa Coast to Europe) dont l’installation est en cours dans la ville de Libreville. L’Etat et la Banque

Mondiale ont signé un accord de prêt de 58 M USD afin d’étendre cette connexion de la fibre optique à travers tout le pays et

également pour diminuer le coût des services de communications.

A côté de certains secteurs emblématiques comme le bois, le pétrole et le secteur minier, d’autres filières sont en plein

développement, soit :





Les services

Les transports

L’industrie

Le tourisme…

Les investissements

IDE français au Gabon

IDE gabonais en France

En millions EUR ou USD

2011 776 416

Source : Ubifrance d’après GTI

Les investissements

Dans le cadre d’un politique économique libérale, le Gabon est très ouvert aux investisseurs étrangers et reçoit 170 M USD

d’investissements directs étrangers.

La France est très présente au Gabon avec plus de 150 filiales ou succursales d’entreprises françaises implantées

dans tous les secteurs d’activités de l’économie. On retrouve dans le secteur :






Pétrolier : Perenco, Maurel et Prom, Sodexo, Friedlander, Total, Ponticelli, Bouyghes Spie Oil &Gas

Minier : Comilog filiale d’Eramet

Agroalimentaire : Groupe Castel, Casino

Bois : Rougier, Groupe Fénart, Thébault Transbois

Electricité et eau : Véolia, Snef

- 7 - © 2013 – UBIFRANCE


FICHE PAYS





BTP : Sogea Satom implantation de Vinci Construction, Bouygues, Areva, ETDE, Colas

Transports - Logistique : Bolloré Africa Logistics, Air France, Ags, SNCF International

Banque et Assurances : BNP Paribas, Société Générale, Axa, Gras Savoye

Pharmaceutique : Sanofis Aventis, Ubipharm…

Un environnement des affaires qui s’améliore

Le pays n’est pas considéré comme un pays difficile au niveau des affaires. Il se place au 156 ème rang mondial sur 183

économies au classement Doing Business 2012. Il a progressé de 4 places par rapport à 2011. Bien que le Gabon se

positionne positivement par rapport à ses voisins et regorge de nombreuses ressources naturelles, les investisseurs éventuels

doivent faire face à des lenteurs administratives et à une politique d’incitation fiscale qui porte souvent à confusion.

Environnement des affaires et conseils pratiques

Les usages du pays

Formalités d’entrée dans le pays

Le passeport en cours de validité (6 mois minimum) est obligatoire pour l’entrée au Gabon.

Le visa est exigé pour les ressortissants français, d’un coût de 68 EUR environ (environ 45 000 XAF).

Le carnet international de vaccination doit être à jour et présenté lors de l’entrée au Gabon. La fièvre jaune, qui est

obligatoire, est la seule vaccination exigible aux contrôles sanitaires des frontières gabonaises.

Indicatifs téléphoniques du pays à partir de la France

Pour appeler le Gabon de l’international, il suffit de taper l’indicatif 00 241, suivi du numéro du contact.

Rendez-vous d’affaires

Comme pour tout autre pays, veillez à bien vous renseigner sur le marché gabonais et le secteur d’activité dans lequel vous

voulez investir. De plus, insistez sur le côté innovant de votre projet. Pour ce qui est de la tenue vestimentaire, le costume

léger est conseillé.

Pour les rendez-vous pris, n'hésitez pas à relancer de préférence par téléphone vos interlocuteurs, surtout les

administrations publiques où les rendez-vous même fermes peuvent être décalés voire annulés à la dernière minute.

Les pratiques commerciales

Mode de règlement

Le paiement des transactions commerciales internationales se fait en général en Euro. Pour payer les importations on

retrouve plusieurs modes de paiements :

Crédit documentaire irrévocable et confirmé

Encaissement documentaire

Lettre de change

Même si le système bancaire est parmi les meilleurs en Afrique Sub-saharienne, le paiement par chèque ou transfert bancaire

est vivement déconseillé.

- 8 - © 2013 – UBIFRANCE


FICHE PAYS

Règlementations des importations

La règlementation des marchandises importées et exportées est harmonisée dans le cadre de la CEEAC et de la CEMAC. Pour

ce qui est des exportations, les produits locaux sont exonérés de taxes.

Les marchandises qui peuvent être importées au Gabon sans encourir de droits de douane sont : 200 cigarettes, 50 cigares

ou 250 g de tabac ; 2 litres de boisson alcoolisée; 50 g de parfum; cadeaux d'une valeur maximale de 5 000 XAF (7,5 EUR).

Les marchandises importées faisant l'objet de restrictions sont les armes à feu et les munitions.

Relations commerciales

Les relations commerciales se nouent assez facilement au Gabon, avec un comportement des affaires qui est très proche de

celui des occidentaux. Soyez courtois et attentif. Soyez ponctuel pour les rendez-vous d’affaires, mais attendez-vous à ce que

vos interlocuteurs locaux ne soient pas toujours à l’heure. L’usage des cartes de visite est courant.

Gardez-vous d'aborder, durant les entretiens, des sujets d'ordre politiques surtout concernant la critique du pouvoir en

place. Dans les rapports contractuels (commerciaux, ressources humaines, …) une certaine vigilance n’est pas superflue.

Conseil

Bonnes pratiques dans la prévention de la corruption

En matière de commerce international, le paiement de « faveurs » peut s’avérer une pratique courante afin de

favoriser la conclusion d’une affaire. Une quelconque facilité (matérielle ou pécuniaire) peut être attendue en

échange de services fournis par l’administration, ou par d’autres entreprises. Ainsi, certaines entreprises qui

travaillent régulièrement à l’international peuvent être invitées à payer des pots-de-vin en vue de gagner des

contrats, ou des « pourboires » afin d’obtenir un traitement prioritaire de leur dossier au sein des

administrations.

L’entreprise doit cependant être consciente que pratiquer la corruption peut être dangereux d’une part parce

que certains pays la condamnent fortement au travers de mesures anti-corruption, d’autre part parce que la

corruption peut avoir des implications directes sur la gestion de l’entreprise.

Le manager international doit être très attentif à tracer une ligne distincte entre « la voie raisonnable » pour

faire du commerce international, et des pratiques relevant directement de la corruption. Les pots-de-vin

ouvrent la voie à une performance de mauvaise qualité et à la perte de repères moraux parmi le personnel de

l’entreprise. La corruption mène à la propagation de pratiques commerciales contraires à l’éthique.

C’est pourquoi l’OCDE a adopté une convention, en décembre 1997, sur la lutte contre la corruption qui établit

des normes juridiquement contraignantes tendant à faire de la corruption d’agents publics étrangers dans les

transactions commerciales internationales une infraction pénale et prévoit un certain nombre de mesures

visant à mettre en œuvre efficacement cette infraction.

Notre Agence souscrit aux principes de cette convention et invite l’ensemble de ses clients à prendre

connaissance du décret n° 2000-948 du 28 septembre 2000 portant publication de cette convention et à en

mesurer les enjeux dans le cadre de leurs pratiques professionnelles.

- 9 - © 2013 – UBIFRANCE


FICHE PAYS

UBIFRANCE vous propose quatre gammes complètes de produits et services d’accompagnement pour vous aider à

identifier les opportunités des marchés et à concrétiser vos projets de développement international.

• Gamme Conseil : pour obtenir la bonne information sur les marchés étrangers et bénéficier de l’expertise

des spécialistes d’UBIFRANCE.

• Gamme Contact : pour identifier vos contacts d’affaires et vous faire bénéficier de centaines d’actions de

promotion à travers le monde.

• Gamme Communication : pour communiquer à l’étranger sur votre entreprise, vos produits et votre

actualité.

• Volontariat International en Entreprise (VIE) : pour optimiser votre budget ressources humaines à

l’international

Retrouver le détail de nos produits sur : www.ubifrance.fr

© 2013 – Ubifrance

Toute reproduction, représentation ou diffusion, intégrale ou partielle, par quelque

procédé que ce soit, sur quelque support que ce soit, papier ou électronique, effectuée

sans l’autorisation écrite expresse d’Ubifrance, est interdite et constitue un délit de

contrefaçon sanctionné par les articles L.335-2 et L.335-3 du code de la propriété

intellectuelle.

Clause de non-responsabilité :

Ubifrance ne peut en aucun cas être tenu pour responsable de l’utilisation et de

l’interprétation de l’information contenue dans cette publication dans un but autre que

celui qui est le sien, à savoir informer et non délivrer des conseils personnalisés.

Les coordonnées (nom des organismes, adresses, téléphones, télécopies et adresses

électroniques) indiquées ainsi que les informations et données contenues dans ce

document ont été vérifiées avec le plus grand soin. Toutefois, Ubifrance ne saurait en

aucun cas être tenu pour responsable d’éventuels changements.

Auteur : UBIFRANCE Cameroun – Bureau de Douala

Adresse : Immeuble Indigo

Bonapriso

BP 513 Douala

Rédigée par : Cathrine Roulet

Revue par : Gérald Petit

Version originelle du : 4 janvier 2013

Prestation réalisée sous système de management de la performance certifiée BVC ISO

9001 : 2008

- 10 - © 2013 – UBIFRANCE

More magazines by this user
Similar magazines