Views
3 years ago

Rapport annuel 2008 - Pointe-à-Callière

Rapport annuel 2008 - Pointe-à-Callière

CONSERVATION ET

CONSERVATION ET RECHERCHE Les vestiges fondateurs de Montréal : la mise au jour progresse Les sept périodes d’occupation du site 1. Avant 1642 : Occupations préhistoriques et historiques initiales 2. 1642-1688 : Fort de Ville-Marie et période ayant immédiatement suivi son abandon 3. 1688-1765 : Château du gouverneur Louis-Hector de Callière 4. 1765-1805 : Occupation du domaine Callière 5. 1805-1842 : Démembrement du domaine et premiers bâtiments commerciaux (Dunlop) 6. 1842-1879 : Deuxième génération de bâtiments commerciaux (Gillespie) 7. 1879 à aujourd’hui : Troisième génération de bâtiments commerciaux (H. B. Smith et Townsend) Le fort de Ville-Marie continue de se révéler grâce aux recherches menées au 214, place D’Youville par l’École de fouilles archéologiques de Pointe-à-Callière, en partenariat avec l’Université de Montréal. Des pans entiers du passé sont ainsi en train de se reconstituer, très peu d’archives témoignant des débuts du Régime français à Montréal. En 2007, les archéologues avaient pu attester l’authenticité du fort et, même, entrevoir que des Français se seraient installés sur la pointe dès les années 1600. Dans la foulée de cette découverte exceptionnelle, la septième saison de fouilles a apporté de nouvelles précisions sur les sept périodes d’occupation du site (encadré). Deux ententes essentielles à la poursuite des travaux ont aussi été renouvelées : le soutien accordé dans le cadre de l’Entente sur le développement culturel de Montréal entre le ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec (MCCCFQ) et la Ville de Montréal, et l’entente de partenariat avec l’Université de Montréal. Du 5 mai au 6 juin, les étudiants du 1 er cycle du département d’anthropologie de l’Université de Montréal, sous la supervision des archéologues Brad Loewen et Christian Bélanger, ont fouillé trois aires contiguës à d’autres dégagées lors de stages antérieurs, mettant au jour de nouveaux vestiges et des milliers d’artefacts qui se sont ajoutés aux collections archéologiques du Musée. Un artefact fascinant a aussi pu être reconstitué : un cadran solaire datant du 17 e siècle (encadré). Reculant dans le passé, les stagiaires ont dégagé des fondations du bâtiment de 1879, les composantes d’un plancher et les restes d’une plateforme. Puis, dans des sols associés à la deuxième génération de bâtiments commerciaux, divers fragments. Au niveau suivant, des rehaussements ont été observés, liés selon toute vraisemblance à ceux de la place D’Youville et du port dans les années 1830. La fouille des niveaux du domaine et du château de Callière a ensuite révélé leur grande continuité avec les sols déjà étudiés de ces périodes. Des fragments de charbon de bois, probablement dus à l’incendie ayant détruit le château, ont été trouvés. Au niveau du fort de Ville-Marie, la fouille d’une grande fosse s’est poursuivie, faisant constater, comme pour une autre précédemment fouillée, que les constructions qui s’y trouvaient étaient faites de bois, fondations comprises – et qu’une fois ces constructions détruites ou abandonnées dans les années 1660 ou 1670, leurs fosses furent laissées à ciel ouvert jusqu’au remblaiement pour la construction du château. Enfin, dans deux des aires fouillées, les étudiants ont atteint le sol naturel d’avant 1642. Des fragments d’ossements animaux ont été recueillis mais peu d’artefacts : le sol fut peut-être décapé sur quelques centimètres lors de la construction du fort. Des mandats de recherche et d’analyse ont été accordés pour mieux comprendre les périodes antérieures à 1642. Le site est plus que jamais sous la loupe des chercheurs. Partager les découvertes Le 1 er juin, la journée « L’École de fouilles archéologiques se découvre » a permis au public de voir les vestiges du fort de Ville-Marie, avec les étudiants stagiaires pour guides. De nouvelles pages ont été ajoutées au site Web du Musée (www.pacmusee.qc.ca) afin de présenter le bilan de la saison 2008. 6 r a p p o r t a n n u e l 2 0 0 8

Une découverte exceptionnelle pour le Québec Un cadran solaire du 17 e siècle Entre 1999 et 2007, des fragments d’ardoise portant des lignes incisées avaient été trouvés vis-à-vis la cour arrière du bâtiment occupant le 214, place D’Youville, dans un remblai datant de la construction du château de Callière (1685), voire antérieur. On supposa d’abord qu’il s’agissait des restes d’un rapporteur d’angle ayant pu servir lors de la construction du château mais après le remontage des fragments par le Centre de conservation du Québec, il fallut admettre que les angles incisés ne correspondaient à ceux d’aucun outil connu… En 2008, deux fragments supplémentaires inspirèrent une nouvelle hypothèse, bientôt confirmée de façon indépendante par Louie Bernstein, astronome au Planétarium de Montréal, et par Serge Mehl, mathématicien spécialiste de l’histoire des sciences. Casse-tête résolu : c’était un cadran solaire! Ce type d’artefact n’avait encore jamais été retrouvé au Québec pour le 17 e siècle. L’objet a été présenté en première dans l’exposition France, Nouvelle-France. Le cadran solaire compte 19 fragments. Afin de le « compléter » et d’en faciliter la lecture, de faux fragments ont été fabriqués en pâte époxy et un support en plexiglas a été réalisé. Il reste à déterminer si l’objet a été conçu pour une latitude montréalaise ou européenne et à préciser la période à laquelle il aurait été utilisé, à savoir celle du fort de Ville-Marie ou du château de Callière. Veiller sur les vestiges Pointe-à-Callière est un musée vivant : édifié près du fleuve et déposé juste au-dessus d’une nappe phréatique qui monte et descend au fil des saisons, ses vestiges in situ sont soumis en permanence à une cristallisation des sels minéraux du sol qui les fragilise – d’où la nécessité de surveiller minutieusement cette évolution et de mener des travaux de conservation préventifs. Le constat 2008 a fait constater l’efficacité des stratégies déjà appliquées, mais aussi, la nécessité de traiter un pavage de la première place du marché et les sols entourant les vestiges du premier cimetière catholique de Montréal. Par ailleurs, les travaux prévus au Plan de conservation 2008-2010 ont été exécutés. Un enrichissement des collections Le Comité des collections a analysé et accepté plusieurs dons d’artefacts, dont un bel ensemble de gravures sur Montréal. Des objets témoignant de divers secteurs et périodes de Montréal ont aussi fait leur entrée dans les collections ethnohistoriques, et leurs fiches descriptives ont été préparées. Les collections du Centre de documentation, pour leur part, ont été enrichies de centaines de publications. Notons que le Centre continue de répondre à de multiples demandes d’information du public comme de chercheurs en histoire, généalogie ou archéologie. Offrir les meilleures garanties de conservation Comme prévu au Plan des mesures d’urgence adopté en 2007, 25 employés du Musée – chargées de projets, archiviste de collection, technicien en archéologie, personnel du bâtiment et agents de sécurité – ont suivi une formation théorique et pratique afin d’être en mesure d’intervenir efficacement en cas d’urgence. Des aménagements ont aussi été apportés à la Maison-des-Marins afin de faciliter l’accès aux artefacts, et les livres rares ont été transférés au Centre des collections de Montréal. Diverses actions ont également été entreprises au Centre de documentation, dont le tri et le regroupement des archives prioritaires et des mesures visant à réduire la luminosité néfaste à la conservation du papier. L’embauche de deux stagiaires en archivistique a permis d’améliorer l’accès de certaines archives. Un spécialiste en restauration à l’œuvre.

Rapport annuel 2012 - Pointe-à-Callière
Rapport annuel 2010 - Pointe-à-Callière
Rapport annuel 2007 - Pointe-à-Callière
RappoRt annuel 2011 - Pointe-à-Callière
RappoRt annuel 2011 - Pointe-à-Callière
Rapport annuel 2012 - pour impression - Pointe-à-Callière
Rapport annuel 2005 - Pointe-à-Callière
eeyousociété en commandite rapport annuel 2007-2008
Recrue français printemps - Pointe-à-Callière
Klemurs Rapport annuel 2008
Rapport annuel 2008-2009 Musée des beaux-arts du Canada
Rapport annuel 2011 - Institut de recherche et débat sur la ...
Fondation Max Havelaar (Suisse) Rapport annuel 2008
livret du parcours - Pointe-à-Callière
Rapport annuel 2008
Rapport financier annuel 2008 - Klemurs
Rapport Annuel 2008 - MiningWatch Canada
rapport annuel 2007/2008 - Forum of Federations
RAPPORT ANNUEL 2008 - Info-financiere.fr
Rapport annuel 2008 - Vicat
Rapport Annuel 2008 - JRS