Numéro 15 - Conseil général de l'Oise

oise.fr

Numéro 15 - Conseil général de l'Oise

Le magazine du département de l’Oise

n° 14 15

MARS

2006

Entreprendre, innover,

réussir dans l’Oise

Dossier > p. 10

oise.fr

Plus de services

plus d’infos

> p. 5

tourisme

De nouvelles

perspectives

> p. 16


Sommaire

> à la une - p.5

L’Oise en ligne

Avec « oise.fr », le nouveau

site web du Conseil général,

accédez d’un simple clic à

l’actualité dans l’Oise, aux

programmes de sorties et de

loisirs, à des informations sur

les services du Département.

> En bref - p.6

Loisirs : la réouverture du

parc Astérix, avec son lot

de surprises et d’émotions.

Logement : de nouvelles

compétences pour

le Conseil général.

Piscines : le point sur la

construction du centre

aquatique de Breteuil,

qui ouvrira début 2007.

Les congés payés soufflent

leurs 70 bougies : replongezvous

dans vos archives !

> L’Oise

en action - p.16

De nouvelles

ambitions pour

le tourisme

Au‐dede ses fleurons

architecturaux, l’Oise

regorge de richesses

culturelles et naturelles.

Un patrimoine à (re)découvrir.

Un potentiel économique

à exploiter.

> Du nord

au sud - p.19

Routes

Quand les routes nationales

deviennent départementales.

Nouvelles dénominations,

nouvelle organisation

des services d’entretien

et de sécurité, nouvelles

dépenses, pour un réseau

routier parfois dans un état

critique.

> L’Oise

en tête - p.22

L’intégration des personnes

handicapées dans la

société, une question au

cœur des problématiques

abordées lors de la Semaine

nationale du handicap

physique. Rencontre avec

Jean-Pierre Lesueur,

délégué départemental de

l’Association des paralysés

de France.

> Ils font

l’Oise - p.24

Une vie consacrée à la

poésie et à la politique,

Jean-Pierre Hanniet

concilie rimes, alexandrins

et engagement citoyen.

Des histoires de péniches,

de techniques et d’hommes,

une immersion dans la

mémoire des eaux, jalonnée

de rencontres insolites.

> Sports - p.28

Un club centenaire

À 100 ans, le Rugby-Club

de Compiègne rajeunit, en

organisant de plus en plus

de stages à destination des

jeunes.

> Culture /

bons plans - p.30

Tournée de jazz

façon créole,

avec la troupe de Salem

Tradition, à Montataire le

25 mars. Musique et rythmes

ensorcelants.

> Agenda - p.32

Comédie de Feydeau, salon

du chocolat, poètes en fête,

le Pérou sous toutes ses

facettes : plus de vingt idées

de sorties. Un programme

éclectique.

> Décisions - p.34

Les principales mesures

adoptées par l’Assemblée

départementale.

> Tribunes

libres - p.35

> Dossier - p.10

Quand l’Oise

entreprend

23900 entreprises

ont choisi l’Oise pour

s’implanter et relever le

défi de la compétitivité. De

la vente de fleurs en ligne

à la construction navale,

tour d’horizon des activités

économiques qui font vivre

le département.

> Itinéraires

loisirs - p.26

Plongée au cœur de

la Cité des bateliers

à Longueil-Annel

« 60 » est une publication du Conseil général de l’Oise • 1, rue Cambry - 60024 Beauvais Cedex • Directeur de la publication : Yves Rome

• Directeur de la rédaction : Xavier Mahé • Conception : EuroRSCG C&O • Rédaction et réalisation : Anatome / Benoît Mougne • Impression :

Houdeville - BP 410 - 60004 Beauvais Cedex • Tirage : 320 000 exemplaires • Diffusion : La Poste • ISSN : 1770-9768 • Dépôt légal à parution

• Photo de couverture : André Lejarre / Le bar Floréal • A aussi participé à ce numéro : Rouja Lazarova.


édito

L’Oise innovante

et entreprenante

e doter des outils les plus

efficaces pour faire du Conseil

général le premier partenaire de

votre réussite : cette ambition se

traduit chaque jour plus concrètement

dans votre quotidien. À l’heure

du développement grandissant des

nouvelles technologies, l’Oise se dote

en effet des moyens lui permettant de

renforcer les services à la population et

de rendre son territoire plus attractif.

www.oise.fr pour

plus de services

Dans sa recherche d’une plus grande

proximité, le Conseil général accorde

au numérique une place centrale.

La création d’un nouveau site internet

constitue une avancée importante

vers la « e-administration » pour vous

permettre d’accéder plus facilement

et plus rapidement aux services

départementaux. La fête de l’internet

est l’occasion de vous inviter toutes

et tous à découvrir ce nouvel espace

numérique convivial et pratique.

Le haut débit pour

plus de confort

L’Oise à l’heure du numérique, c’est

aussi l’installation du haut débit

sur l’ensemble du département.

Lutter contre la fracture numérique

témoigne d’une double ambition à

la fois démocratique et économique.

D’ici fin 2006, habitants, entreprises

et collectivités locales de tout le

département auront accès au haut

débit pour des télécommunications

plus rapides et moins chères. Cette

nouvelle offre vise également à réduire

les risques de délocalisations, en

permettant aux entreprises isariennes

de bénéficier des mêmes équipements

que dans les grandes agglomérations.

L’attractivité pour

plus de réussite

En prenant toute sa part dans

la société de l’information et

de la communication, le Conseil

général s’engage à valoriser les attraits

de notre territoire et à renforcer

ses capacités d’innovation. Ainsi,

en dépit des difficultés que peuvent

rencontrer nos entreprises locales dans

un contexte national et international

de libéralisme exacerbé, l’Oise

compte de nombreuses initiatives

économiques exemplaires illustrant

sa vitalité. Ce nouveau numéro

de votre magazine départemental

met précisément l’accent sur cette

dynamique accompagnée par

notre collectivité pour développer

durablement la réussite de l’Oise.

Président du conseil

général

60 - N°15 - Mars 2006

Un mois

à votre service

Beauvais, Le 31 janvier. Yves Rome, en présence

de Jean-Paul Douet, vice-président du Conseil

général chargé de la culture, et de Jean-Claude

Saint-Aubin, président de la chambre de métiers et

de l’artisanat de l’Oise, inaugure l’exposition sur

l’artisanat d’art.

DR

DR

DR

DR

Amblainville, le 10 février. Pose de la première

pierre de l’école maternelle et du centre de loisirs

(de g. à d.) : Alain Letellier, conseiller général de

Méru, président de la communauté de communes des

Sablons, Jœl Vasquez, maire d’Amblainville, Yves

Rome et Michel Françaix, député-maire de Chambly.

DR

Beauvais, le 16 février. Installation de la

commission « Maison départementale des personnes

handicapées ». Yves Rome, avec Henri Bonan,

président de la commission action sociale, et Jean-

Claude Villemain, vice-président chargé de l’action

sociale.

DR

Ermenonville, Yves Rome et Jean-Paul Douet

veillent à la mise en valeur du parc Jean-Jacques

Rousseau. Ici, ils plantent un hêtre à la place

d'un arbre détruit lors de la tempête de 1999, en

présence d’Olivier Topart (au centre), jardinier

en chef du parc.


à la une

Jean-Luc Cormier / Le bar Floréal


60 - N°15 - Mars 2006

Éric Facon / Le bar Floréal


Nouvelles technologies de l’information

oise.fr :

le site nouveau est arrivé

Le Conseil général se dote d’un nouvel espace internet ; www.oise.fr se veut

plus accessible, plus proche des Isariens et de leurs préoccupations. Il s’agit

de fournir plus d’informations pratiques, plus de services, et d’être davantage

à l’écoute des habitants.

ouveau nom,

nouveau

design : le site

internet du

Conseil général s’ouvre

davantage sur le territoire

et sur celles et ceux qui

font l’Oise. « oise.fr »

se veut le site de tout un

département. Il offre aux

Isariens la possibilité

de mieux s’approprier

leur territoire et permet

au Département de

consolider sa politique

de proximité.

Plusieurs thématiques

font leur apparition afin

d’améliorer la lisibilité

du site : « inventer une vie

meilleure » pour toutes

les questions liées à la

solidarité, « un projet

pour chaque jeune »,

preuve que le Conseil

général s’intéresse tout

particulièrement à la

jeunesse et à l’éducation,

« un Conseil général à

vos côtés » pour plus de

proximité. À ce propos,

les usagers pourront par

exemple accéder d’un

simple clic à un certain

nombre d’informations

concrètes relatives

à leur canton : liste

des communes, des

différentes associations

existantes, des

équipements sportifs

et culturels,

des collèges, etc.

Libre expression

Parmi les nouveautés :

la diffusion des séances

publiques de l’Assemblée

départementale pour

permettre aux Isariens

de suivre les débats

des élus, l’opportunité

pour chacun d’écrire

directement au président

du Conseil général, via

un formulaire disponible

sur chaque page web.

Et dans un souci de

démocratie participative,

la création d’un forum

où les citoyens pourront

s’exprimer et la possibilité

qu’ils s’informent

régulièrement, sur

demande, de l’avancée des

sujets qui les intéressent.

Enfin, des espaces de

travail privés seront entre

autres réservés au Conseil

général des jeunes et au

Conseil de développement

durable de l’Oise.

Nathalie Jallageas

> LE DÉPARTEMENT FÊTE INTERNET

Le Conseil général de l’Oise se mobilise à l’occasion

de la fête de l’internet qui se tient partout en France du

20 au 27 mars. Un certain nombre d’animations seront

proposées aux Isariens. Présentation du nouveau site

internet et point sur le développement des infrastructures

haut débit : le Conseil général souhaite partager avec les

habitants de l’Oise son engagement pour les nouvelles

technologies. Le Département organisera un concours

en ligne avec de nombreux lots à la clé et le jeu en réseau

Trackmanianations. À l’Hôtel du Département, à Beauvais,

et dans les Maisons du Conseil général qui lui sont dédiées

se tiendront des ateliers d’initiation et de formation au

multimédia ; et ce en fonction du niveau des visiteurs :

création d’une adresse e‐mail, d’un blog ou d’une page web,

retouche photographique, conférences, etc. Des ordinateurs

seront en libre accès avec des animateurs disponibles pour

répondre aux questions du public.

Pour plus d’infos : www.oise.fr

60 - N°15 - Mars 2006


En bref

LOGEMENT

Une nouvelle compétence

pour le Conseil général

Des secteurs prioritaires pour de nouvelles constructions ont été

identifiés : le Valois, le Vexin, le secteur de Chantilly-Senlis et le nord

de la RN 31.

n signant le 15 février une convention de

« délégation des aides à la pierre », le Conseil

général s’est vu confier par l’État une nouvelle

compétence en matière de logement. Les aides

publiques à la pierre concernent les constructions,

réhabilitations ou travaux d’amélioration du cadre de

vie ; elles sont destinées au parc locatif social public,

concours

1936-2006, l’Oise fête

les congés payés !

Oise prépare activement l’anniversaire de l’une

des conquêtes sociales les plus populaires de 1936 :

le 20 juin exactement, la loi sur les congés payés est

votée, c’est la naissance du temps libre et des loisirs

pour tous. Pour lui rendre hommage, le Conseil général

lance un « concours du plus beau témoignage des

congés payés ». Rouvrez donc vos albums de famille :

enfants en costume de bain, jeunes amoureux en route

sur un tandem… photos, cartes postales, lettres, films,

les documents reçus seront numérisés par les Archives

départementales puis rendus à leur propriétaire.

DR

mais aussi privé. Cette délégation, acquise pour une

période de six ans, va permettre au Département

d’engager un programme de travaux qui va toucher

10 500 logements d’ici 2012. Pour un budget total

de plus de 80 millions d’euros, assumé par l’État

et le Conseil général. Cette nouvelle compétence

vient ainsi conforter la politique impulsée

depuis l’installation, en octobre 2004, du Fonds

départemental d’intervention en faveur du

logement. La création du FDIL, cofinancé par

le Conseil général et la région Picardie à hauteur

de 5 millions d’euros par an chacun, a déjà permis

la construction de 612 logements neufs et

la réalisation de 3 311 chantiers d’amélioration du

cadre de vie. Quelque 700 nouveaux logements et

4 000 réhabilitations supplémentaires sont prévus

en 2006. Lors du vote du budget départemental sur

le logement et l’habitat, adopté à l’unanimité, le

groupe d’opposition UPMD a jugé : « En période

de crise, ce qui est le cas en ce moment (…), on

reconnaît parfaitement que les petites opérations,

en particulier le logement social (…), débloquent

les situations des villages. » ■

Si vous souhaitez être régulièrement informé

sur le sujet, rendez-vous sur www.oise.fr

Les meilleurs seront exposés, à partir du 9 juin, et

des prix seront remis le 11 juin dans le parc de l’Hôtel

du Département, à Beauvais. Participation jusqu’au

28 avril. ■

> CONTACT 03 44 12 14 80 / archives-dep@cg60.fr

DR


60 - N°15 - Mars 2006


télex

> PRODUIRE AUTREMENT

Les saveurs picardes

près de chez vous

Réunir chaque semaine une cinquantaine

de consommateurs autour d’un maraîcher

pour la vente directe d’un panier de légumes

juste cueillis, de fruits et de produits cuisinés,

c’est la vocation des Associations pour le

maintien de l’agriculture paysanne (Amap).

Un commerce équitable et convivial, une

agriculture bio et durable qu’Alliance paysans

consom’acteurs développe en Picardie :

trois exploitations existent déjà à Beauvais,

Compiègne et Creil, et six autres ouvriront

en 2006. Consommateurs et agriculteurs,

rejoignez-les.

CONTACT 06 16 93 85 37

> JEUNES

En vacances

avec les sapeurs

Semaines actives que ces congés d’hiver

pour la dizaine de garçons âgés de 15-16 ans,

venant des maisons de quartier de Noyon,

qui ont pris part à la vie et aux manœuvres

du centre de secours de leur commune.

L’occasion de découvrir un métier mythique,

mais aussi une valeur forte comme l’entraide,

et de préparer l’attestation des gestes de

premiers secours. Une action éducative

du Service départemental d’incendie et de

secours, menée dans le cadre de l’opération

nationale Ville vie vacances.

> EN MILIEU RURAL

L’insertion au féminin

« Moi – Jeu », c’est une nouvelle action

d’insertion en faveur de femmes bénéficiaires

du RMI, inventée et mise en place

par le centre social rural du canton du

Coudray-Saint-Germer. L’objectif est de

rompre l’isolement, retrouver confiance et

autonomie à travers une expérimentation

ludique de situations du quotidien : s’exprimer,

travailler en équipe, se déplacer,

faire des démarches de santé ou gérer un

budget. Bref, vivre en société. Douze participantes

sont accueillies ce printemps.

les saisons du cinéma

II e édition : « L’Usage

du monde »

« Code 68 ». Le 29 mars à Clermont, le réalisateur

Jean-Henri Roger viendra débattre avec le public

de son héroïne (Judith Cahen), en quête de Mai 68.

u 24 mars au

4 avril, après

l’hommage rendu

aux femmes fatales,

une nouvelle « Saison

du cinéma » est

à l’affiche. Dans

le sillage de Nicolas

Bouvier, écrivain

voyageur, auteur de cet

« usage du monde »,

la programmation part

à la découverte des peuples et des continents, du souvenir aussi,

au gré d’une trentaine de films éclectiques : du Cuirassé

Potemkine, Russie 1926, à Pour un seul de mes deux yeux,

Israël 2006, via Jiburo, Corée 2002. En marge des projections,

rencontres avec le public, échanges et débats cinéphiles. ■

Dans les 13 salles participantes, la 1 re entrée est à 6 euros,

les suivantes à 4 euros.

Programme des films et rencontres en ligne sur www.cg60.fr

LE 8 AVRIL

Les Vikings accostent

chez Astérix

ttention, ce 8 avril et

jusqu’au 15 octobre,

Grossebaf et sa troupe

viking amarrent leur

drakkar géant au parc

Astérix, en lisière de

forêt d’Ermenonville, et

révolutionnent le village

gaulois au rythme du

Monkix. Chez Abraracourcix ils vous défient à « Fais-moi peur »,

chez Olaf Tépaf vous font goûter leurs spécialités culinaires, et sur

scène vous content une intrépide saga amoureuse.

Et toujours, des artisans « pour de vrai », les dauphins et les

attractions : montagne russe et grand huit qui vous met sept fois

la tête à l’envers… Une bulle de détente et de fou rire – qui

nécessite bien des bras, les recrutements sont encore ouverts. ■

> Contact 0826 30 10 40 / www.parcasterix.fr


60 - N°15 - Mars 2006

Agat Films & Cie

D

EAR 2006


En bref

C’est à la demande des

associations, à l’occasion

des forums consultatifs les

réunissant en 2005, qu’un

logiciel de gestion spécifique a

été mis en place par le Conseil

général.

André Lejarre / Le bar Floréal

AU SERVICE DES ASSOCIATIONS

Un logiciel d’aide aux bénévoles

évoilé en novembre

dernier lors de la

première Rencontre

départementale des

associations, le logiciel

administratif et comptable

mis à disposition des clubs

sportifs, des amicales

de quartier, comités des

fêtes ou d’entraide, etc.,

par le Conseil général,

connaît un vrai succès.

Déjà 324 commandes

ont été honorées, et deux

sessions de formation

ont été organisées.

Simple d’installation,

facile d’utilisation

(une présentation de

deux heures aide à

s’y familiariser), cet

outil informatique

permet la gestion des

recettes et des dépenses

sans connaissances

comptables, le suivi des

activités et des adhérents,

l’édition du courrier et

la réalisation de bilans.

Il peut en outre être

complété par des logiciels

de paie et de comptabilité.

Vous pouvez obtenir cette

aide précieuse auprès des

services du Département,

et elle vous fera gagner

bien du temps à investir

dans vos activités et

passions. Une façon de

soutenir les bénévoles qui

font vivre au quotidien les

associations de l’Oise. ■

> CONTACT 03 44 13 13 28

contact-sport@cg60.fr

3 81249 020

interventions des sapeurs-pompiers, réalisées en 2005

dans le cadre de la téléalarme, qui a reçu cette même année

appels.


CHIKUNGUNYA

Deux Isariens sur le terrain

e Service

départemental

d’incendie et de secours

de l’Oise a dépêché

deux sapeurs-pompiers

isariens sur l’île de La

Réunion, afin d’apporter

renfort et soutien aux

habitants touchés par le

virus chikungunya, dont

le principal vecteur de

propagation est la piqûre

du moustique Aedes. Le

lieutenant Éric Chatelon,

du centre de secours

principal de Beauvais, et

le major Joël Vervel, basé

au centre de secours de

Thourotte, resteront sur

place durant un mois.

Le lieutenant Chatelon a

été affecté en qualité de

renfort Drass (Direction

régionale des affaires

sanitaires et sociales),

alors que le major Vervel

a été sollicité au poste

de commandement

d’arrondissement de

Saint-Benoît.

Les 70 sapeurs-pompiers

français déjà envoyés

en renfort, le 15 février

dernier, participent aux

côtés des militaires à la

démoustication de l’île et

à la lutte antivectorielle,

qui s’attaque aux larves. ■

Le lieutenant Chatelon.

60 - N°15 - Mars 2006

Le major Vervel.

DR


télex

> LUDIQUE ET INSTRUCTIF

Un parcours de

sensibilisation au handicap

Qui n’a un jour, enfant, joué à marcher les yeux

fermés, comme un aveugle ? Ou joué à clopiner ?

Parce que seule l’expérimentation permet

d’appréhender la vie de la personne handicapée,

le Conseil général met en place un parcours

qui offre à chacun de vivre le quotidien d’une

personne en fauteuil, d’un malvoyant ou d’un

mal-entendant, pour mieux comprendre son

handicap. Rencontre publique prévue avec les

associations, le samedi 18 mars, dans le parc

de l’Hôtel du Département, à Beauvais.

contact 03 44 06 60 60

> SEMAINE DU MICROCRÉDIT

À votre emploi !

Savez-vous que chaque année, un tiers des

200 000 entreprises créées en France l’est par

des chômeurs ? L’Association pour le droit à

l’initiative économique (Adie), implantée en

Picardie depuis 1997, soutient et accompagne

ces projets d’activité indépendante, quels

qu’ils soient, à l’aide de microcrédits ouverts

à toutes les personnes exclues de l’emploi et/

ou du système bancaire classique. Pour plus

d’information, rendez-vous au forum qui se

tiendra les 28 et 29 mars au centre Georges-

Brassens de Creil.

contact 0 800 800 566 (numéro vert)

www.adie.org

INTERNET

Haut débit concurrentiel

Le haut débit continue de tisser sa toile

sur le territoire isarien et de plus en plus

de lignes sont ouvertes à la concurrence ;

230 000 lignes sur tout le département. Soit

13 800 lignes supplémentaires, par rapport au

mois dernier. Elles concernent les communes

de Auchy-la-Montagne, Beauvoir, Bienville,

Breteuil, Choqueuse-les-Bénards, Clairoix,

Coudun, Crèvecœur-le-Grand, Esquennoy,

Fléchy, Francastel, Giraumont, Hardivilliers,

Hétomesnil, Janville, Jaux, Le Gallet, Lihus,

Margny-lès-Compiègne, Ourcel-Maison,

Paillart, Rotangy, Vendeuil-Caply, Venette,

Viefvillers, Villers-Vicomte.

UN NOUVEAU COMPLEXE AQUATIQUE

À quelques mois

du grand plongeon !

DR

60 - N°15 - Mars 2006

ous aimez nager,

barboter, glisser

à toute vitesse sur un

toboggan géant ? Vous

préférez au contraire le

farniente, le sauna et les

solariums ? À Breteuil-sur-

Noye, il y en aura pour

tous les goûts !

Le complexe aquatique,

financé à 40 % par le

Conseil général, ouvrira

ses portes en début

d’année prochaine. Il a

été conçu pour répondre

aux attentes des publics

les plus divers : les sportifs

pourront arpenter les

cinq couloirs de natation

de la grande piscine

rectangulaire (312,5 m 2 ) ;

pour les activités

ludiques, un bassin moins

géométrique et moins

profond est prévu (200 m 2 ) ; enfin, une pataugeoire couverte de 300 m 2

accueillera les plus petits. Parmi les attractions les plus attendues, un

toboggan de 70 mètres de long, un système de production de vagues

et un espace relaxation ! Familles, scolaires et clubs sportifs seront les

bienvenus. Ce complexe aquatique, avec tous ses espaces thématiques,

pourra accueillir cinq cents personnes. Un projet ambitieux qui dote le

secteur d’un équipement qui lui faisait défaut. Le coût total des travaux

s’élève à 5 262 091 euros. La

participation du Conseil

général devrait atteindre

2 820 000 euros. Le reste

de l’opération est réparti

entre la région Picardie et la

communauté de communes

de la Vallée de la Brêche et

de la Noye, qui a porté le

projet. Dans quelques mois,

sport, détente et émotion

seront donc au rendez-vous

pour les habitants du canton

de Breteuil et leurs voisins. n

DR

Le 22 février, Yves Rome et Jean Cauwel,

conseiller général du canton, s’assurent avec

les élus locaux du bon déroulement des travaux.

DR


Dossier > Développement économique

Entreprendre,

innover,

réussir dans

l’Oise

Un héritage industriel, une

situation géographique

exceptionnelle : l’Oise du

XXI e siècle a appris à concilier

savoir-faire et modernité. Terre

d’accueil d’entreprises innovantes,

elle s’attache à conserver son

industrie traditionnelle et à

rendre son territoire plus attractif,

pour développer son potentiel

économique. Plongée dans un

univers dominé par l’exigence

de compétitivité.

Dossier rédigé par Nathalie Jallageas

La société aquarelle.com, spécialiste de la vente de

fleurs en ligne, prévoit de composer 500 000 bouquets

en 2006.

Éric Facon / Le bar Floréal


L’Oise, résolument

tournée vers l’avenir

Véritable cocktail d’activités économiques, notre

département bénéficie d’une situation géographique

stratégique sur le marché européen. Du coup, l’Oise

est devenue une réelle terre d’opportunités pour

ses 23 900 entreprises.

istoriquement, l’Oise est un département marqué par

l’industrie. Aujourd’hui encore, l’emploi industriel

y dépasse 30 % du total de l’emploi salarié privé.

« Le socle industriel dans l’Oise est tout à fait

intéressant », souligne Philippe Estebe, qui a réalisé pour

le compte du Conseil général un diagnostic territorial.

« Ce n’est pas de la petite industrie, poursuit-il, de grands

groupes français et étrangers sont sérieusement implantés

dans le département. Les grands fleurons de l’industrie

française sont ici. »

Une industrie diversifiée – métallurgie, fonderie, construction

d’automobiles, d’engins agricoles, travaux publics,

usinage, industrie chimique – qui résiste plutôt bien, alors

que presque partout en France, elle est en déclin.

L’agriculture est également une composante importante

de l’activité du département avec de grandes exploitations

céréalières (120 hectares en moyenne). Et même si l’emploi

agricole recule ces dernières années, ce n’est pas un signe de

dépérissement, mais un phénomène lié à la concentration

de l’activité dans ce secteur.

En outre, la tendance ces dix dernières années est à l’explosion

de tout ce qui touche à la logistique : plus de 9 000 emplois

y sont liés.

des centres de décision, pas loin des grands aéroports, l’A 1

et l’A 16 traversent le territoire, ce qui le rend accessible de

l’Europe du Nord, et l’Oise est une voie d’eau importante.

Et puis, poursuit celui qui est également maire de Liancourt,

nous avons fait le bon choix en construisant notre propre

réseau de communication haut débit qui relie toutes les

zones d’activités économiques. C’est un plus, le département

a un équipement puissant dans ce domaine. »

Les entreprises peuvent également s’appuyer sur des centres

de recherche importants : l’Institut supérieur d’agriculture

de Beauvais (Isab), le Centre technique des industries

mécaniques de Senlis (Cetim), l’université de technologie

de Compiègne, ou encore l’Ineris, l’Institut national de

l’environnement industriel et des risques. « Nous avons

de vraies compétences en matière de recherche et d’innovation

», souligne Roger Menn, lui-même docteur en

physique des matériaux.

« Nous avons tout pour séduire, conclut l’élu. Le défi à

relever pour être encore plus attractif, c’est de réussir à

développer davantage nos services aux entreprises. C’est

un gisement d’emplois considérable. » ■

De nombreux atouts

« L’Oise a un passé, un présent, et surtout un avenir, explique

Roger Menn, vice-président du Conseil général, chargé

du développement économique, c’est un département qui

bouge, agréable à vivre. » Premier atout de l’Oise, son

rapport privilégié à l’Île-de-France où vivent 10 millions

de personnes. Un véritable moteur du développement

économique. « De nombreuses entreprises de la région

parisienne sont attirées par les prix de vente ou les loyers »,

avance Philippe Estebe.

« C’est vrai que le département est idéalement placé, renchérit

Roger Menn, nous sommes tout près de Paris et donc

60 - N°15 - Mars 2006

DR

Roger Menn

vice-président du conseil

général, chargé du

développement économique

« Pour conserver nos

industries, il nous faut

trouver les emplois

industriels de demain,

nous repositionner.

C’est un véritable

challenge pour le

département. »

11


Dossier > Développement économique

Entreprendre, innover, réussir

Le monde de l’entreprise

dans toute sa diversité

Nous nous sommes intéressés à cinq entreprises implantées dans le

département. Cinq parcours très différents qui mettent en avant la réussite

et le savoir-faire de celles et ceux qui font l’Oise. Galerie de portraits.

Menuiserie de la marine

La passion du bois

est une petite entreprise installée sur les bords de

C’ l’Oise, à Longueil-Annel. Les frères Delhay y travaillent

le bois selon les méthodes traditionnelles. Leur

spécialité : l’agencement de bateaux, leur aménagement

intérieur et extérieur. Avec des parents mariniers, les

deux frères ne pouvaient pas rêver plus beau métier.

Le chantier naval Delhay a aujourd’hui quinze ans

d’existence. Menuisier ébéniste de formation, c’est Éric

qui dirige l’atelier. « Nous faisons du sur-mesure, ditil,

les clients arrivent chez nous

avec des idées, c’est à nous de

les conseiller et de les aiguiller.

Nous prenons un réel plaisir à

aménager, à décorer et à optimiser

ces espaces. Notre force, c’est

notre savoir-faire. Aujourd’hui,

on nous fait confiance. »

En 2003, les deux frères ont

conçu leur premier catamaran.

Aujourd’hui, ils ne souhaitent

pas s’arrêter en si bon chemin et

envisagent même de créer une

autre société entièrement dédiée

à cette nouvelle activité.

L’an passé, la Menuiserie de la

marine a compté une cinquantaine

de clients. Éric Delhay ne se plaint pas, les affaires marchent

bien : la concurrence en France est plutôt timide.

Alors que le projet de canal Seine-Nord devrait voir le

jour en 2012, les dirigeants de la menuiserie Delhay

espèrent trouver les moyens d’adapter leur activité à cette

nouvelle donne. « Nous risquons de nous retrouver sur

un bras réservé au tourisme et à la plaisance, explique

Éric Delhay, quand on sait que ce sont les professionnels

qui nous font vivre. » ■

Hervé Dez / Le bar Floréal

12

60 - N°15 - Mars 2006


Unilever France

La logistique, un secteur porteur

U

Beauvaisienne de confection

Rester compétitif

est une entreprise textile comme il en existe de moins

C’ en moins en France. Installée à Grandvilliers, au nord

du département, la Beauvaisienne de confection, créée en

1968, vend de la main-d’œuvre. Ses principaux clients :

Damart, Décathlon, Monoprix ou La Redoute. Laurent

Monge-Cadet a repris l’entreprise il y a treize mois. « Nous

André Lejarre / Le bar Floréal

60 - N°15 - Mars 2006

ne plate-forme logistique est en train de voir le jour

dans la zone industrielle de Bresles. Ce sont des

produits de la société Unilever France – produits d’entretien

de la maison et d’hygiène corporelle – qui vont y

être stockés. Déjà basée à Le Meux, près de Compiègne,

Unilever France, avec cette nouvelle construction, renforce

sa présence dans l’Oise. « L’idée est de pouvoir

centraliser dans un seul et même dépôt l’ensemble des

produits pour la grande distribution française, explique

Albert Vautier, directeur logistique, ici on s’occupera

de la réception, du stockage, de la préparation des

commandes et de leur expédition. » La mise en service

de cette plate-forme est prévue pour novembre 2006 ;

55 000 palettes y seront stockées soit 20 000 tonnes de

produits en moyenne. Une centaine de personnes travailleront

sur le site. « Nous avons choisi un endroit

qui nous permettait d’optimiser les coûts d’approvisionnement

des produits et les coûts de transport en

amont et en aval, note Albert Vautier, ce département

est facilement accessible et surtout proche des grands

axes européens. » ■

sommes des façonniers, dit-il, nous vendons un savoirfaire,

c’est notre spécificité. Notre point fort aujourd’hui,

c’est notre réactivité ; 83 personnes – à 95 % des femmes

– travaillent sur le site. On fait de la petite ou de la grosse

série. Nous pouvons traiter 500 pièces comme 5 000. » Le

patron de la Beauvaisienne reconnaît que les temps sont

plutôt difficiles : la concurrence étrangère, venue d’Asie,

d’Inde ou bien d’Europe de l’Est, est rude. « Si on veut se

démarquer, il faut faire la course au rendement et apporter

encore plus aux clients, souligne Laurent Monge-Cadet,

pour nous en sortir, nous sommes obligés de sous-traiter

des productions dans les pays de l’Est et au Maghreb. »

« L’entreprise est stable depuis 30 ans – les personnels ont

en moyenne 22 ans d’ancienneté –, nous avons très peu

d’encadrement, ce qui nous permet d’être compétitif. Les

ouvrières sont polyvalentes, c’est également un plus. En

résumé, nous sommes toujours là mais pour combien de

temps ? » se demande le patron de la Beauvaisienne, avant

de conclure : « Nous sommes une entreprise dynamique

qui subit des assauts de partout ! » ■

Hervé Dez / Le bar Floréal

13


Dossier > Développement économique

Aquarelle.com

Des fleurs en ligne

Éric Facon / Le bar Floréal

de 40 % par an, poursuit-il,

selon nos prévisions, cette

année nous allons composer

environ 500 000 bouquets. »

Aujourd’hui, aquarelle.com

diversifie son offre de petits

plaisirs en ligne : « Nous

donnons aux gens la possibilité

de faire un geste simple

et sans prétention, que ce

soit à travers l’envoi d’un

bouquet de fleurs, d’une

boîte de chocolats – plutôt

à destination de la clientèle

masculine – ou de pâtes de

fruits, conclut le patron de

l’entreprise, tout le monde y

trouve son compte. » ■

est dans les locaux d’une ancienne distillerie désaffectée,

à Brasseuse (entre Senlis et Compiègne), que s’est

C’

installée il y a maintenant six ans la société de vente de fleurs

en ligne, « aquarelle.com ». L’entreprise familiale créée en

1997 par deux frères, Henri et François de Maublanc, est

aujourd’hui leader du marché des commandes de fleurs par

internet. Aquarelle.com compte une centaine de salariés,

jusqu’à 140 lors d’événements particuliers comme la fête

des Mères ! La plupart d’entre eux habitent à proximité de

la manufacture. Brasseuse est l’unique site de production

des bouquets. « Nous avons décidé de nous implanter

dans l’Oise parce qu’il valait mieux pour nous être au

nord de la France, précise François de Maublanc, PDG de

l’entreprise. Beaucoup de fleurs viennent de Hollande et

puis on voulait être en zone rurale sans être trop loin de

Paris. Ici, nous avons trouvé la bonne équation. »

L’entreprise se porte plutôt bien : le nombre de clients

réguliers d’aquarelle.com s’élève aujourd’hui à 200000.

« Avec un site internet, vous avez potentiellement la France

entière comme client et même plus ! » lance François de

Maublanc. « Nous augmentons notre chiffre d’affaires

14

60 - N°15 - Mars 2006

Aides départementales

Soutenir la filière

industrielle

L’Oise compte quelque 7 000 entreprises industrielles.

Le Département propose trois types d’aides économiques

à ces établissements pour une enveloppe globale de

720 000 euros. Tout d’abord, le Conseil général donne de

l’argent aux communautés de communes, ou toute autre

collectivité, afin de leur permettre de baisser, pour

les entreprises, le prix de vente de leurs terrains. Ensuite,

le Département accorde des subventions pour la prise en

charge de loyers dans le cadre d’un crédit bail. Enfin, le

Conseil général réserve aux entreprises industrielles une

aide axée sur l’emploi et l’innovation. Il s’agit d’un soutien

financier aux industries qui recrutent des cadres pour

travailler sur des projets de recherche.


Seremat

Réduire le volume

des déchets

Seremat est une entreprise qui compte. Installée à

Fleury dans le Vexin français, cette société fabrique

du matériel destiné au traitement des déchets recyclables

– essentiellement des presses verticales et des compacteurs.

Et c’est un secteur particulièrement porteur depuis une

dizaine d’années. Bernard Buquet, le PDG, est satisfait :

5 millions d’euros de chiffre d’affaires, un capital qui

est passé de 20000 francs en 1982 à 1 million d’euros

aujourd’hui et une entreprise qui capte 25 à 30 % du

marché national. « Toutes les sociétés ont désormais

l’obligation légale de traiter et de trier leurs déchets,

explique-t-il, c’est une aubaine pour nous. Nous sommes

là pour leur proposer des solutions, pour les aider à

optimiser leurs coûts. » Sur les quinze dernières années,

Seremat a fourni 3000 machines. Ses principaux clients :

la grande distribution – Auchan, Carrefour, Champion,

Super U –, partout en France, et quelques sociétés à

l’international. L’entreprise compte aujourd’hui une

quarantaine de salariés.

Depuis peu, Seremat souffre de la concurrence étrangère,

venue principalement d’Espagne et des pays de l’Est. « Ils

sont 20 % en dessous des prix que nous pratiquons, note

Bernard Buquet, alors nous devons faire la différence en

misant sur un service après-vente efficace. Aujourd’hui,

poursuit le patron de Seremat, on s’est modernisé pour

essayer d’être le plus performant possible et de continuer

à tirer notre épingle du jeu. » ■

André Lejarre / Le bar Floréal

60 - N°15 - Mars 2006

23 900

entreprises dans l’Oise,

dont 7 000 entreprises

industrielles

André Lejarre / Le bar Floréal

15


L’Oise en action

Tourisme

L’Oise mérite plus qu’

Le nouveau

Schéma de

développement

du tourisme et

des loisirs de

l’Oise vient d’être

adopté : il prévoit

pour la période

2006-2010 de

renforcer l’offre

touristique dans

le département,

de la répartir

de façon plus

équilibrée sur

l’ensemble du

territoire et de

permettre aux

habitants de

s’impliquer dans

cette activité

économique.

Philippe Lobgeois

Le Comité départemental du tourisme a édité des guides, comme le « cyclo-guide » pour les randonneurs à vélo.

acilement associée

à quelques-uns

de ses joyaux

architecturaux –

la cathédrale de Beauvais,

le château de Chantilly

ou encore les parcs

d’attractions –, l’Oise

n’est pas identifiée comme

un département à visiter

dans sa globalité. « Les

gens viennent pour un

16

site en particulier, ou

une activité précise,

comme l’équitation ou

le golf, mais pas dans

l’Oise en tant que telle »,

explique Jean-Louis

Aubry, vice-président

du Conseil général et

président du CDTO

(Comité départemental

du tourisme de l’Oise).

Résultat : le tourisme

est « excursionniste »,

les visites ne se faisant

que sur la journée, sans

besoin d’hébergement.

Pour pallier ce manque

de notoriété et retenir les

voyageurs, le CDTO, les

professionnels du secteur

et des habitants se sont,

ensemble, demandé,

comment donner une

nouvelle impulsion au

60 - N°15 - Mars 2006

tourisme dans l’Oise.

Leurs réponses ont

nourri le nouveau

Schéma départemental

de développement du

tourisme et des loisirs. Ce

travail commun a permis

de définir les axes d’une

nouvelle impulsion en

faveur du développement

touristique. « Ce travail a

été reconnu et approuvé,


un détour

puisque le Schéma a

été voté à l’unanimité

par l’Assemblée

départementale », se

félicite Jean-Louis Aubry.

Culture,

nature et jeu

Première ambition de

ce nouveau Schéma

de développement :

promouvoir la diversité

des richesses de l’Oise.

« Les patrimoines

culturel et naturel

sont connus au-de

des frontières du

département, l’offre

festive et ludique est

aussi très riche. Ce

sont là nos principaux

atouts à développer »,

explique Jean-Louis

Aubry. Exceptionnel

mélange de culture

et de nature, l’Oise a

en effet les moyens de

séduire des Franciliens

en mal d’oxygène et de

dépaysement. Et même

au-delà, un public

national et international,

grâce au réseau routier et

aux aéroports de Beauvais

et de Roissy.

Courts séjours

Deuxième objectif

affiché : développer

les courts séjours.

Avec pour cela, une

politique d’hébergement

énergique qui passe par

la création d’un nouveau

pôle dans le nordouest

du département

et la consolidation des

partenariats : « avec mon

collègue Thierry Maugez,

président de l’association

des Gîtes de l’Oise, nous

avons à cœur de soutenir

et développer encore plus

l’offre d’hébergement

dans les espaces ruraux,

notamment au nord du

département » indique

Jean-Louis Aubry.

Mieux organiser l’offre

d’activités constitue

un autre levier du

développement

touristique : le CDTO a

ainsi entrepris de baliser

les itinéraires pour les

randonneurs, les cyclistes

et les cavaliers; il a aussi

mis en place des labels

qualité pour mieux

répondre à la demande

touristique. Avec le label

« tourisme équestre »,

le Département entend

mettre en adéquation

l’offre des centres

équestres et les attentes

du grand public,

notamment celles des

cavaliers de passage.

Le label « tourisme et

handicap » doit permettre

d’assurer une plus

grande égalité d’accès

des sites touristiques,

pour les personnes qui

ont un handicap moteur,

mental, auditif ou visuel.

100 000 euros seront

investis en 2006 pour

ces aménagements.

Enfin, des événements

phares vont donner

du piment à la saison

touristique : les Nuits

de feu, qui avaient attiré

120 000 spectateurs en

2004, se dérouleront

cette année sur trois

jours (15, 16 et 17 juin)

au château de Chantilly.

Nouveau rendez-vous, la

Journée de l’Oise verte

et bleue, les 13 et 14 mai,

offrira des promenades

à pied ou à cheval et des

randonnées-concerts.

Une occasion pour les

Isariens de (re)découvrir

les trésors de l’Oise.

Isabelle Friedmann

Contacts

www.oisetourisme.com

www.nuitsdefeu.com

www.oise.fr

DR

Jean-Louis Aubry,

VIce-président du conseil général,

président du cddto

Les habitants,

ambassadeurs

de l’Oise

Les Isariens sont

directement concernés

par le développement

touristique de leur

département : c’est eux,

tout d’abord, qui assurent

60 % de l’hébergement

touristique, en accueillant

leurs proches ; le

développement du

secteur peut générer des

créations d’emplois ; enfin,

en tant que citoyens,

ils manifestent l’envie

de mieux connaître

les richesses de leur

département. À moyen

terme, la création

d’un « pass loisirs

et tourisme » leur

assurera de nombreux

avantages pour partir

à la découverte de leur

environnement. « Nous

avons pris en compte les

attentes des habitants,

résume Jean-Louis

Aubry, car ils sont à la

fois des consommateurs

de tourisme, des

entrepreneurs dans ce

secteur et les meilleurs

ambassadeurs

du département. »

« Les Isariens seront les

premiers bénéficiaires

de ce nouveau

Schéma touristique :

il entraînera une

amélioration de leur

cadre de vie, un

développement de

l’offre et des créations

d’emplois. »

60 - N°15 - Mars 2006

17

DR


Du nord au sud

Conséquences du transfert des routes nationales

Adieu RN 1,

bonjour RD 1001 !

256 kilomètres de routes nationales sont récemment passés sous le contrôle

du Conseil général de l’Oise. D’un point de vue pratique, ces voies vont être

renommées. Les services du Département font tout pour ne pas perturber

les usagers.

e service des routes est à pied d’œuvre. Les unités

du Conseil général sont en train de recenser

le nombre exact de panneaux de signalisation

à modifier. Il s’agit en fait de changer les

cartouches qui se trouvent au-dessus de chaque panneau

et qui indiquent sur quel type de route vous vous trouvez.

Les travaux seront a priori menés durant les deux

mois d’été. Il faudra également s’occuper des quelque

Hervé Dez / Le bar Floréal

256 bornes kilométriques qui jalonnent ces voies : quand

elles indiquent une route nationale, elles sont blanc

et rouge et lorsqu’elles se trouvent au bord d’une

route départementale, elles sont blanc et jaune.

La nouvelle dénomination de ces routes transférées au

Département via la deuxième loi de décentralisation

a été récemment votée. La RN 1, qui relie Chambly à

Breteuil, devient la RD 1001 ; la RN 16, qui va du Vald’Oise

à Clermont, se transforme en RD 1016 ; la RN 17,

du Val-d’Oise à la Somme, en RD 1017 ; la RN 32, entre

Compiègne et l’Aisne, s’appelle dorénavant la RD 1032 ;

la RN 324, entre Senlis et Crépy-en-Valois, sera la

RD 1324 ; enfin la RN 330, qui relie Creil et Senlis,

devient la RD 1330.

Les automobilistes munis d’un GPS devront être

particulièrement vigilants. Il leur faudra maintenant

attendre 2007 pour que l’IGN (l’Institut géographique

national) – qui sert la plupart du temps de base de

données aux systèmes de guidage – modifie ses cartes.

L’État a prévu d’allouer chaque année 2,7 millions

d’euros au Conseil général de l’Oise pour l’entretien de

ces 256 kilomètres de nationales qui viennent s’ajouter

aux 3 800 kilomètres de voies départementales. Une

somme très insuffisante puisque le Département estime

à 75 millions le montant total des travaux nécessaires

à la rénovation du réseau. Certaines routes transférées

par l’État, comme les RN 330, RN 17 et RN 1, sont

parfois dans un état critique comme l’ont signalé par

écrit au président du Conseil général plusieurs élus, et

notamment de nombreux maires.

Nathalie Jallageas

18

60 - N°15 - Mars 2006

Six routes nationales deviennent départementales,

soit 256 kilomètres à ajouter au réseau isarien.

Si vous souhaitez être régulièrement informé

sur le sujet, rendez-vous sur www.oise.fr


Nouvelle organisation

pour l’entretien des routes

À compter du 1 er janvier 2007, date du transfert des moyens

humains et matériels, quelque 73 agents vont rejoindre les

effectifs départementaux actuels. Le Conseil général est cependant

en négociation avec l’État pour obtenir plus de personnels,

estimant qu’il faudrait 110 personnes pour être efficace. À revoir

notamment, pour l’hiver, l’organisation des circuits de déneigement

et de salage. « Ce serait mentir aux habitants de prétendre

que nous pourrons répondre à toutes les demandes d’amélioration

du réseau dans de bonnes conditions », prévient Patrice

Carvalho, vice-président du Conseil général.

DR

Patrice Carvalho

vice-président du conseil général,

chargé des routes et infrastructures

« J’appelle

à continuer

d’intervenir

pour que le budget

national nous

donne les moyens

nécessaires pour

l’entretien de ces

routes, parfois en

piteux état. »

60 - N°15 - Mars 2006

19


Du nord au sud

ENVIRONNEMENT

Avenir public pour

les marais de Sacy

Propriétaire depuis 2002 d’une partie des marais de Sacy, le Conseil général

travaille à la valorisation de ce site. Classé pour la richesse de sa faune et de

sa flore, il est destiné à être ouvert au public.

Faire paître des animaux contribue à la préservation des marais.

Ce troupeau de chevaux camarguais sera acquis prochainement

par le Conseil général qui a recruté en janvier un agent

d’entretien d’espace naturel.

aire en sorte que les marais de Sacy soient

préservés, tout en les aménageant pour le grand

public. Telle est la principale préoccupation

du Conseil général, qui a fait l’acquisition en

mai 2002 d’une partie des marais, soit une zone de

230 hectares sur un total d’environ 1000 hectares.

« Depuis un an maintenant, nous travaillons à la mise

en valeur de cet espace naturel sensible, en étroite

collaboration avec l’ensemble des acteurs des marais,

notamment les communes concernées, le Syndicat

intercommunal des marais de Sacy et le Conservatoire

des sites naturels de Picardie, explique André

Vantomme, premier vice-président du Conseil général.

Nous souhaitons que la concertation soit la plus large

possible, en associant à nos réflexions les chasseurs et

les pêcheurs, qui ont leur mot à dire dans la régulation

des espèces. » Déjà impliqué dans l’aide à la gestion

d’espaces naturels sensibles par les collectivités locales,

20

DR

DR

60 - N°15 - Mars 2006

le Conseil général, en faisant l’acquisition des marais

de Sacy, a consolidé son engagement en matière de

protection de l’environnement.

Un support à l’écocitoyenneté

Cet engagement implique notamment le maintien,

sur 120 hectares de pâturage extensif, d’un troupeau

de bovins et de chevaux camarguais qui assurent

l’entretien du milieu ! En piétinant les sols et en

broutant l’herbe, ils freinent le boisement

et permettent la préservation du milieu humide.

Par ailleurs, une Maison départementale de

l’environnement devrait ouvrir ses portes d’ici deux

ans, à proximité du site. Elle permettra, entre autres,

d’accueillir les jeunes afin de les sensibiliser aux

richesses du site et à l’écocitoyenneté. « Une étude en

cours permettra également d’aborder les questions

relatives à la gestion et à l’organisation du site »

indique Roger Menn, vice-président du Conseil général

chargé du développement économique. En attendant

ses conclusions, une première découverte des marais

aura lieu à l’occasion de la Journée de l’Oise verte et

bleue, les 13 et 14 mai prochains.

Brune Mauger

Si vous souhaitez être régulièrement informé

sur le sujet, rendez-vous sur www.oise.fr

« Nous voulons faire

de ce projet la vitrine

des espaces naturels

sensibles de l’Oise, en

conciliant la protection

d’un site environnemental

de grande qualité

et le développement

économique lié à son

ouverture au public. »

André Vantomme,

1 er vice-président du Conseil général

DR


Visites cantonales

Ribécourt

e 8 février dernier, le

président du Conseil

général, Yves Rome,

a fait le tour du canton

de Ribécourt. À cette

occasion, il a pu confirmer

à la population que la

RN 32, reliant Ribécourt

à Noyon sur deux fois

deux voies, verrait le

Breteuil

est dans le canton

de Breteuil que le

président du Conseil

général a poursuivi sa

série de visites, initiée

depuis près d’un an.

Yves Rome a rencontré

les maires du canton à

la mairie d’Ansauvilliers

et s’est notamment

rendu dans les locaux

des entreprises

Europ’Mécanique

(47 salariés) et Nexans

(245 salariés), puis au

centre de secours de

Breteuil, qui doit être

agrandi cette année.

Avec 759 sorties en 2005,

son activité a augmenté

de 27 % en un an.

jour, comme prévu, d’ici

fin 2010. Le calendrier

fixé pour la construction

de cet axe majeur prévoit

un démarrage des travaux

d’ouvrage d’art avant

fin 2007. Les premiers

crédits ont été prévus

par le Conseil général

dès 2004.

> Le canton

17 communes

25 197 habitants

2 collèges

321 entreprises,

dont 6 comptent plus

de 100 personnes

et 1 regroupe plus

de 1 000 salariés

Sur le chantier de construction

de la piscine intercommunale de

Breteuil, dont les travaux ont

démarré en juillet 2005.

DR

rencontre avec les maires du canton

à la mairie de Ribécourt-Dreslincourt.

De g. à d. : Patrice Carvalho, élu du

canton, Jean-Guy Letoffe, maire de la

commune.

> Le canton

23 communes

4 120 habitants

2 collèges

162 entreprises,

dont 25 industrielles

60 - N°15 - Mars 2006

DR

DR

Lors de la réunion publique organisée

au cinéma de Thourotte, les habitants

du canton ont pu échanger avec

le président du Conseil général.

DR

Yves Rome avec Jean Cauwel, conseiller

général du canton, Jacques Cotel,

maire de Breteuil (à g.), et Alain

Hasson, pdg de Europ’Mécanique (à d.).

Visite du centre de secours de

Thourotte. De g. à d. : Jean-Guy

Letoffe, maire de Ribécourt-

Dreslincourt, le capitaine Denis

Monte, chef du centre de secours,

Daniel Beurdeley, maire de Longueil-

Annel et vice-président du Conseil

régional de picardie, et le colonel

Grégoire, directeur du SDIS.

Visite de l’entreprise de chimie Bostik

Findley en présence de son directeur,

Jean-Michel Loup.

Visite du chantier d’extension de la

mairie de Paillart en présence du maire,

René Leuwers.

L’entreprise de câbles Nexans :

visite en présence de son directeur,

Olivier Salvy.

DR

DR

DR

DR

21


L’ Oise en tête

Jean-Marie Lesueur

Acteur de

la lutte

contre le

handicap

André Lejarre / Le bar Floréal

À l’occasion de la Semaine

nationale du handicap

physique, du 19 au 24 mars,

Jean-Marie Lesueur, délégué

départemental de l’Association

des paralysés de France,

dresse un bilan de la situaion

des personnes handicapées en

France : « peut mieux faire ! »

certifie cet homme, « valide »,

qui, depuis tout petit,

se consacre aux personnes

à mobilité réduite.

> Jean-Marie Lesueur En 5 dates

1946 Naissance à Beauvais

1958 Première expérience de bénévolat auprès de personnes

handicapées à Lourdes

1987 Président de l’association départementale

Hospitalité Notre-Dame de Lourdes

1989 Délégué départemental de l’Association des paralysés de France

1998 Réorganisation et réaménagement des locaux de l’APF

à Beauvais, grâce aux dons des personnes handicapées


60. Comment

décririez-vous

la situation

des personnes

handicapées

physiques

aujourd’hui

en France ?

JML. Bien meilleure

qu’avant, mais il y a

encore du chemin à faire.

L’aspect positif, c’est

le changement de regard

que la société porte sur les

personnes handicapées.

Ce n’est plus une honte

aujourd’hui d’être en

fauteuil roulant comme

ça l’était il y a 35 ans.

Comment a évolué

la situation

des personnes

handicapées, ces

dernières années,

en France ?

Leur situation a changé

grâce, notamment, à

notre comportement

vis-à-vis d’eux. Avant,

on cachait les personnes

handicapées, aujourd’hui

elles sont davantage

acceptées parce qu’on

les voit, notamment

dans les lieux publics.

Elles attisent moins

la curiosité. Regardez

les places de parking

réservées aux personnes

handicapées, elles

sont de plus en plus

respectées. Ça, c’est une

réelle évolution ! Cette

visibilité des personnes

à mobilité réduite a

été rendue possible

grâce aux campagnes

de communication

de l’Association des

paralysés de France

et aux lois, votées ces

dernières années, qui

facilitent l’accessibilité

des personnes

handicapées aux lieux

publics : transports

en commun, certains

bâtiments et la circulation

en ville. La loi du

13 décembre 2000

prévoit que les

aménagements

publics soient plus

accessibles ; elle a été

renforcée par celle du

11 février 2005 qui fait

de cette accessibilité une

obligation, et qui œuvre

aussi en faveur de la

scolarisation des jeunes

handicapés.

Les progrès sontils

aussi notables

au niveau de

leur insertion

professionnelle ?

C’est sûrement l’un des

secteurs qui a le moins

évolué. Les entreprises

sont souvent frileuses

pour embaucher des

personnes handicapées,

elles préfèrent payer

des amendes. Il faut dire

aussi que les personnes

handicapées ne sont pas

toujours aptes à toutes

les tâches. C’est difficile

pour elles. Elles ont le

niveau de qualification,

mais les locaux ne sont

pas toujours adaptés.

Parmi nos 700 adhérents,

très peu ont un travail. Je

me souviens notamment

d’un jeune homme devenu

paraplégique à la suite

d’un accident de voiture.

Après avoir fini ses études

d’horlogerie, il s’est

rendu compte qu’aucune

« Les entreprises sont souvent frileuses

pour embaucher des personnes handicapées,

elles préfèrent payer des amendes. »

horlogerie, dans laquelle

il voulait faire un stage,

ne lui était accessible : soit

il y avait des marches soit

les boutiques étaient trop

étroites.

Quels progrès restet-il

encore à faire

pour une meilleure

intégration

des personnes

handicapées ?

Au niveau logistique, il

faudrait que les transports

publics leur soient

davantage accessibles.

Je pense, entre autres,

aux trains et aux cars.

La société aussi doit

faire un effort dans ses

gestes quotidiens : il faut

par exemple éviter de se

garer à cheval sur la rue

et le trottoir et gêner la

circulation des fauteuils,

s’abstenir aussi de

stationner sa voiture sur

les passages piétons, ce

60 - N°15 - Mars 2006

qui empêche les personnes

en fauteuil roulant de

descendre du trottoir.

Enfin, les efforts les plus

importants concernent

les commerces, ceux

que l’on appelle la

« 5 e catégorie » :

la plupart d’entre eux

sont inaccessibles aux

personnes handicapées.

Acheter une baguette

de pain, un geste

simple, peut rapidement

devenir le parcours du

combattant pour une

personne handicapée.

Pour quelles

raisons vous

êtes-vous investi

dans l’Association

des paralysés de

France ?

Pour moi, c’est presque

une seconde nature

d’aider les personnes

à mobilité réduite.

Pourtant il n’y en avait

pas dans ma famille.

Petit, je suivais mon

père qui était l’un des

bénévoles de l’association

Hospitalité Notre‐Dame

de Lourdes dans l’Oise.

À mon tour j’ai intégré

l’association. Tout

naturellement, aider

les autres est devenu

mon métier.

Propos recueillis par

Alice Serrano

Contact

www.apf.asso.fr

034415 3009

23


Ils font l’Oise

Kelly Closse

Jeune athlète

prometteuse

Éric Facon / Le bar Floréal

À 17 ans, Kelly Closse a déjà quelques titres à son actif.

Vice‐championne de France cadette en lancer de poids, détentrice

du record de Picardie juniors, elle s’est qualifiée pour les

championnats de France élite. Née à Compiègne, Kelly Closse a

commencé à faire du sport dans le club de Verberie. Encouragée

par ses proches, elle a rallié le club de Nogent, auquel elle reste

encore très attachée. Aujourd’hui en internat à Amiens, elle

pense avec nostalgie à ses copines, à la salle nogentaise Marie-

Curie : « C’est difficile à Amiens, je ne connais pas grand monde.

Et il fait très froid ! » Elle s’entraîne deux heures par jour : course,

musculation, techniques de lancer. Le week-end, elle retrouve

famille et amis à Nogent. L’année prochaine, elle pourrait

rejoindre l’Institut national du sport et de l’éducation physique

à Paris. « Je m’y prépare psychologiquement », avoue-t-elle. Ses

rêves ? Se qualifier pour les championnats du monde, cet été à

Pékin. Et pourquoi pas devenir championne.

Jean-Pierre Hanniet

Entre poétique

et politique

Instituteur par vocation, poète par passion, homme politique

par conviction. Jean-Pierre Hanniet a longtemps porté ces trois

casquettes. Après avoir été maire de Nanteuil pendant 18 ans et

conseiller général pendant un quart de siècle, il reste aujourd’hui,

à 69 ans, un citoyen actif. Retraité de l’éducation nationale, il

garde le contact avec les jeunes, qu’il sensibilise à la poésie, via

les Adex, une association d’ateliers d’expression, créée en 1996.

Ses objectifs : « Éditer des créations poétiques et permettre à leurs

auteurs de se confronter au public. » Publications et rencontres sont

conçues de façon à désacraliser la poésie et élargir le cercle des

poètes inconnus. En ce Printemps des poètes (du 4 au 12 mars),

Jean-Pierre Hanniet ne chôme pas : il organise, avec le soutien du

Conseil général, dans 45 communes de l’Oise, une exposition

de 100 poèmes émanant de 100 auteurs contemporains différents.

L’opération Jeunes poètes de l’Oise est, elle, réservée aux

collégiens et lycéens. « C’est la poésie du grand public, explique Jean-

Pierre Hanniet, l’occasion de donner la parole aux émotions plus qu’à la

forme dans laquelle elles sont retranscrites. »

Contact www.lesadex.com

Éric Facon / Le bar Floréal

24

60 - N°15 - Mars 2006


Hugard

Sculpteur dérangeant

« Sculpteur Hugard. » Jamais de prénom, rarement une photo,

l’artiste qui se cache derrière ce patronyme ne tient pas à se

révéler. Et entretient la confusion sur son sexe : « C’est plus

facile de se présenter en tant qu’homme que femme, j’ai un impact

plus fort. » Diplômée des Beaux-Arts de Reims, le sculpteur

Hugard n’a jamais cherché le consensus, ni craint le scandale.

Sa première exposition, en 1981, donne le « la » : « C’était osé,

des pièces sensuelles, des hommes nus… » Le sexe, le pouvoir, les

guerres sont autant de thèmes qui l’inspirent : « Je fais des choses

dures, j’ai besoin de ça, je ne peux pas faire des choses faciles. » Un

tempérament fort, l’habitude de traiter avec une matière qui ne se

laisse pas facilement attendrir, le sculpteur Hugard s’impose

les règles de vie d’un sportif de haut niveau. Installée à Rousseloy

depuis 14 ans, elle a ouvert deux chambres d’hôtes, organise

des stages de taille et, surtout, cultive sa « propension au rêve ».

Éric Facon / Le bar Floréal

Lise Murré

Consommatrice

citoyenne

« Le quinoa est une céréale des Andes qui

a sauvé de la faim tout un peuple lors des

conquêtes espagnoles. Nous l’avons trouvée

représentative de la solidarité et du commerce

équitable », explique Lise Murré, présidente

de l’association La Quinoa, née à Creil

en mai 2004. Militante dans l’âme, cette

institutrice a choisi le commerce équitable

pour promouvoir un développement

économique durable et juste. Avec

ses 31 membres La Quinoa sensibilise le public sur les marchés :

« On est touché par les dégâts environnementaux et sociaux que provoque cette

mondialisation, mais en tant que consommateur, on soutient ce système.

Le commerce équitable offre une alternative. » Lise Murré a réussi à changer

ses habitudes et boude les supermarchés. La Quinoa multiplie aussi les

contacts avec le monde scolaire : les citoyens de demain à qui on lègue

la planète.

Contact assolaquinoa@aol.com

Éric Facon / Le bar Floréal

Christine François

À votre service !

Au terme de sa grossesse, Christine François a découvert deux univers : celui

de la maternité, grâce au petit Killian, et celui de l’entreprise, via la création,

en novembre dernier, de sa société A Too Service. Étonnamment, les deux

événements sont liés : « À la fin de ma grossesse, j’avais vraiment besoin de

quelqu’un pour me faire le ménage et des courses. Mais impossible de trouver ! »

D’où l’idée de monter, avec son frère Cédric, une entreprise de services à la

personne : ménage, repassage, courses, jardinage, entretien des voitures…

« Nous avions pensé que les personnes âgées seraient notre cible principale mais

nous avons aussi beaucoup de demandes de couples qui travaillent et qui veulent

se ménager des temps de loisirs en nous confiant leur ménage. » Christine a

bénéficié de la procédure de microcrédit proposée par l’Adie (Association

pour le droit à l’initiative économique), Cédric du dispositif Éden pour

les chômeurs, soit un total de 4000 euros. Le démarrage est prometteur,

ils ont déjà dû embaucher une salariée.

Contact christine.francois19@wanadoo.fr ou 03 44 48 50 36

60 - N°15 - Mars 2006

André Lejarre / Le bar Floréal

25


Itinéraires loisirs

au fil de l’eau

À la Cité des bateliers, sui

La batellerie, c’est l’industrie

du transport fluvial, autrement

dit la marine des canaux et rivières.

À Longueil-Annel, un musée

grandeur nature vous embarque dans

l’aventure…

Il y a un air de Maigret dans ce coin de campagne

au nord-est de Compiègne, comme un décor à la

Mac Orlan aussi, autour de ce canal, construit en

1826-1831 pour déjouer le cours sinueux de l’Oise

et faciliter la navigation. C’est alors que le village

de Longueil-Annel devient l’un des hauts lieux de la

batellerie française : à la jonction canal-fleuve, les

mariniers y font tous halte pour se ravitailler, trouver du

fret à la bourse, discuter au café. Avant de repartir, tirés

par des chevaux, un tracteur ou un remorqueur, vers le

Nord ou le Bassin parisien.

Quand les gens de l’eau mettent

le pied à terre

Aujourd’hui, certes, les péniches, toutes « automoteur »

vous dira Jacques Broutin, président de l’Amicale du

musée de la voie d’eau, ne stoppent plus ici ; les céréales,

hydrocarbures, et autres graviers – affrétés par des

entreprises comme Saint-Gobain, Eurovia ou Nova

Chemical –, ont succédé au charbon, mais le cœur de

Longueil continue de battre au rythme de la batellerie, au

rythme d’un bateau toutes les vingt minutes, et de quatre

cents ex-mariniers installés le long des quais.

Regardez bien, un vieux mât, un macaron (c’est, chez

eux, le nom du gouvernail) vous indique que derrière

cette façade de brique vit un marinier, tout prêt à vous

parler, si vous le croisez sur les berges, de l’Oise « facile

à naviguer », des « petits matins à ouvrir les yeux sans

savoir où on est amarré », confie Jacques Broutin, arrièrepetit-fils

de batelier, soixante-dix ans cette année dont

vingt à bord du Noël.

La Cité des bateliers vous contera cette histoire, mais

prenez aussi le temps d’une balade bucolique, le long

du chemin de halage, au-dede l’écluse, en fredonnant

avec Gabin : « Un seul dimanche au bord de l’eau, aux

trémolos des p’tits oiseaux, suffit pour que tous les jours

semblent beaux, quand on s’promène au bord de l’eau. »

Marie lecoustey

26

60 - N°15 - Mars 2006

> Première étape : la

Maison des bateliers

raconte les grandes

inventions mécaniques, les

luttes sociales, la vie des

mariniers par les mariniers.

> Traversez le quai, la

péniche « Freycinet »

vous ouvre ses cales.

Ravitaillement, chargement,

déchargement des

marchandises, c’est le

quotidien à bord.

> Remettez le pied sur le

sol. Le long du canal, cinq

kiosques sonores et illustrés

décrivent les occasions

d’échanges entre « gens

de l’eau » et « gens d’à

terre » : le café, l’écluse,

les fêtes…


vez le canal

> L’aventure au coin

du canal

Créée en 2000 à l’initiative d’une amicale d’anciens

mariniers et de la Communauté de communes

des deux vallées, la Cité des bateliers est un lieu

de patrimoine et de mémoire, vivant, interactif,

ludique. Qui évoque l’histoire et le présent, le

quotidien, les valeurs fortes, la poésie aussi de ces

« gens d’eau douce ». En 5 étapes, la visite vous

fera monter sur une péniche et marcher au fil de

l’eau…

En pratique

Deux saisons pour les visites

(fermeture en janvier) :

15 octobre-14 avril : 13 h-18 h du mardi

au vendredi, 10 h-18 h le week-end ;

15 avril-14 octobre : 10 h-19 h tous

les jours sauf lundi.

Tarifs :

• 5,30 euros adultes ;

• 3,80 euros étudiants et chômeurs ;

• 3,10 euros pour les 5-12 ans ;

• gratuit pour les personnes handicapées.

Installations extérieures en accès libre,

visite guidée sur réservation pour les

groupes.

Contact > 03 44 96 05 55

www.citedesbateliers.com

CC2V Communication

> Enfin, laissez derrière

vous le « Freycinet » et

poursuivez la promenade

sur les berges, vos pas

seront rythmés par les dix

commandements du marinier.

Les deux premiers : « regarde

toujours à tes pieds » et

« salue le bateau qui passe ».

> Étape 4 : l’écluse de

Janville. Peut-être aurezvous

la chance de voir

se croiser une péniche

« avalante » et un autre

bateau « montant ».

> Des rendez-vous

à ne pas manquer

Dimanche 14 mai, la chasse

au trésor.

Dimanche 2 juillet, le Pardon

de la batellerie.

Les 22 et 23 juillet, le festival

Ches Wèpes Eud la Batellerie.


Sports

un club centenaire

Au-delà du sport :

l’esprit rugby

Le Rugby-Club de Compiègne,

100 ans en 2006, est un des plus

anciens clubs de France. Réputé,

le RCC diversifie ses activités

et propose aux jeunes des stages

pendant les vacances.

Compiègne, le rugby a cent ans. Avec une école

aux effectifs en hausse et une équipe encadrante

dynamique, le centenaire se porte plutôt bien.

« Plus de 220 jeunes passent chaque semaine

sur le terrain. Nous sommes 330 personnes dont une

bonne dizaine d’éducateurs diplômés et des dirigeants »,

explique, satisfait, Jean Ponlevé, président du RCC, qui

vient de lancer cette année des stages cadets, minimes

et juniors pendant les vacances scolaires. Des moments

privilégiés aux vertus multiples : « C’est très efficace. À cet

âge, les gamins sont prêts à apprendre. Nous travaillons à

Parole de capitaine


Nicolas Godeman,

16 ans – capitaine de l’équipe des cadets

Quel

28

Éric Facon / Le bar Floréal

60 - N°15 - Mars 2006

est votre parcours

au sein du RCC ?

C’est ma sixième année de

rugby. Je suis capitaine

depuis septembre. Le premier

jour de match, les entraîneurs

m’ont proposé ce rôle.

J’ai dû faire en sorte que

les joueurs acceptent mon

autorité pendant les matchs

mais aussi pendant les


la fois l’éducatif et le technique. Faire la vaisselle, ranger

la table entre deux matchs sont par exemple des règles à

suivre dans la vie comme sur le terrain. »

Des stages très complets

Côté sportif, les jeunes bénéficient d’une vraie formation.

À l’instar des grands du top 14, l’élite du rugby, les

entraîneurs ont fait appel à l’outil vidéo. Le visionnage de

séquences de matchs pros et de matchs du club a permis

d’analyser des situations de jeu. « Il n’y a rien de tel que

l’image pour faire la différence entre ce qu’on pense faire

et ce qu’on se voit faire », estime l’entraîneur Youssef

Mourtafi. Avec un arbitre national, les jeunes ont aussi

« décortiqué les règles du jeu ». Enfin, un médecin est

venu faire de la prévention sur le dopage et les drogues

en général.

« Ce stage doit permettre aussi de préparer la saison

prochaine pour faire jouer sur un même terrain des

jeunes d’équipes proches comme minimes et cadets »,

poursuit un président optimiste sur les résultats à venir.

À juste titre. Des mini-poussins aux seniors, les différentes

équipes obtiennent de bons résultats ; l’objectif affiché

pour les seniors, dès cette année, accéder à la fédérale 1

(plus haut niveau amateur) en 2010. De quoi se rapprocher

des résultats du RCC au début du siècle dernier. Il existait

encore peu de clubs en France et les joueurs de Compiègne

se frottaient alors aux plus grands noms du rugby.

Brune Mauger

Contact

rc-compiegne.com ou 03 44 40 47 44

entraînements. Il faut être un

peu autoritaire mais pas trop.

Je n’ai eu aucun problème

pour l’instant.

Que pensez-vous des stages

organisés pour les jeunes ?

C’est plus intense. On apprend

en une semaine de stage ce

qu’on fait en un mois ou deux

habituellement avec quelques

entraînements. Le premier

stage par exemple nous a

permis de refaire la défense.

Résultat : la défense est

aujourd’hui un de nos points

forts. Mais pour progresser, il

faut que tout le monde soit là.

Avec l’équipe au complet,

on travaille encore plus.

Au-dedes progrès

techniques, qu’apportent

ces stages ?

Nous apprenons à nous

connaître. Quand on joue, on

n’a pas le temps de se parler

alors qu’en stage, on discute

le matin en arrivant, le midi

à l’heure du déjeuner. Cadets

et minimes sont mélangés

mais je pense qu’il n’y a pas

un joueur plus fort que l’autre,

l’essentiel pour gagner est

d’être tous soudés.

en bref

> Grandvilliers

À vos marques !

Après le succès de la première édition, un nouveau

départ est prévu, dimanche 2 avril, pour la course

de Grandvilliers. Rendez-vous place de l’Espace

socioculturel : les randos VTT (18, 37 ou 50 km)

démarrent à 9 h, la rando pédestre (8 ou 12 km)

à 9 h 15. Le long du parcours fléché, ravitaillement

et motos de sécurité sont prévus.

Inscriptions aux courses sur place, par mail

(grandvilloise2@free.com) ou par téléphone (pour

la course pédestre au 06 13 38 88 05, pour la course

VTT au 03 44 13 43 07 ou 06 60 59 15 10).

Frais de participation de 5 euros.

> Beauvais

Le rugby du cœur

Les 7 et 8 avril auront lieu les 12 e rencontres

Ovalies. Premier tournoi européen de rugby

universitaire à but humanitaire, les Ovalies sont

organisées par l’Institut supérieur d’agriculture

de Beauvais (Isab). Venus de toute la France

et des pays européens voisins, 900 joueurs

et joueuses participent cette année au tournoi.

Les bénéfices de ces rencontres (20 000 euros en

2005) seront reversés à Médecins sans frontières,

qui compte les affecter à la lutte contre le sida

au Malawi. Les matchs seront ouverts au public,

ainsi que le « village Ovalies » qui proposera des

jeux aux enfants.

Stade Marcel-Communeau ;

entrée gratuite.

> Apremont

Gymnastique au féminin

Le championnat régional de gymnastique rythmique

et sportive (GRS) aura lieu le 9 avril à la salle des

sports d’Apremont. Soutenue par la Fédération

sportive et culturelle de France, la manifestation de

l’association « Ardente de Vineuil-Saint-Firmin et

Apremont » accueillera une soixantaine de jeunes

filles de Picardie. En individuel, duo ou équipe, les

gymnastes des catégories jeunesse (10-14 ans)

ou aînées (15 ans et plus) présenteront leurs

programmes entre 9 h et 12 h, puis de 13 h 30 à 17 h.

Entrée gratuite, possibilité

de restauration sur place.

CONTACT

Henri Galpin au 06 13 84 40 33

60 - N°15 - Mars 2006

29


Culture / bons plans

TROIS ARTISTES À BEAUVAIS

Poussons la porte de la résidence…

aison des artistes du Département,

1, rue Cambry à Beauvais :

derrière cette adresse, où se cachaient

les appartements de l’ancien président

du Conseil général, vivent maintenant,

au quotidien, les artistes en résidence :

Nicolas Juillard a fait du salon télé

son laboratoire sonore, Agnès Caffier

projette ses paysages sur les murs,

tandis qu’Emmanuel Adely écrit,

de pièce en pièce. Surtout, ce lieu

est devenu leur port d’attache pour

partir à la rencontre des Isariens, dans les collèges,

médiathèques, ou encore à la Maison d’arrêt de

Beauvais, où Emmanuel Adely compose avec

quelques détenus des exercices de style. Et bientôt

une nouvelle sonnerie retentira au collège Louis-

Pasteur de Noyon, fruit d’un atelier de création

audio avec Nicolas Juillard. Une trace maligne parmi

bien d’autres de leur passage dans l’Oise ! ■

DES COULEURS

Maurice Mazo s’expose

usqu’au 15 mai, le

Musée départemental

accueille sur ses cimaises

un peintre venu de

Méditerranée : Maurice

Mazo, né en 1901 en

Algérie, débarqué à Paris

en 1919, le soleil du Sud

J.-L. Bouché / Musée départemental de l’Oise

dans les yeux, et décédé

en 1989. Nus, figures

quasi allégoriques, natures

mortes et paysages, son

œuvre riche dévoile

des couleurs ocre et

des lignes sculpturales.

Tour à tour classiques,

baroques, fauves parfois,

virtuoses et voluptueuses,

éminemment

mythologiques, elles

portent en elles l’esprit

des maîtres, Rubens,

Véronèse, Delacroix, ses

« vieilles connaissances »,

et la lumière d’une antique

civilisation latine. ■

Tous les jours sauf mardi,

10 h-12 h et 14 h-18 h.

CONTACT

03 44 11 43 83

Hervé Dez / Le bar Floréal

en bref

> DÉCOUVRIR

Artconsommart-e

Au 7 passage des Gloriettes,

dans le cœur historique

de Clermont qui lui sert

d’écrin, s’est ouvert en

septembre 2005 un espace

d’art contemporain…

qui accueille toutes les

tendances : toiles abstraites

ou portraits photo aux

couleurs d’Inde du Nord s’y

sont déjà croisés. Du 20 mars

au 20 avril, la graphiste

picarde Christel Delahaye

y présentera ses clichéscollages

autobiographiques.

Derrière ces expositionsventes,

la passion d’un

homme, assureur de métier,

collectionneur de cœur,

qui vous attend, curieux et

artistes. Ouvert sur rendezvous.

CONTACT

03 44 50 04 41

> PARTICIPER

Appel à talents

musicaux

RVM, Radio Valois Multien,

émet un appel aux musiciens

picards : seuls, en groupe,

amateur ou pro, tendance

acoustique ou amplifiée,

style hard, world, rock,

reggae, chanson, faites-vous

connaître en adressant CV,

CD (deux titres minimum),

fiche technique et votre

photo. À la clé, une scène

avec cachet (première

le 7 juillet à Nanteuil-le-

Haudouin), une diffusion

sur les ondes régionales et

la possibilité d’intégrer un

réseau régional de concerts !

Des talents à écouter sur

93.7 FM.

CONTACT

03 44 59 30 30

www.rvmfm.com

30

60 - N°15 - Mars 2006


DES SONS

Du jazz et du créole

DES MOTS

reilles grandes

ouvertes et

certitudes rangées au fond

du tiroir », selon le mot de

son directeur artistique,

le festival d’Amiens lance

sa « caravane de jazz et

d’ailleurs » sur les routes

de Picardie. Arrêt le

25 mars à 20 h 30 au Palace

de Montataire pour une

prestation ensorcelante

de Salem Tradition :

venues de Saint-Denis

de La Réunion, Christine

Salem et sa troupe

chantent le maloya,

cadence mystique née dans

les plantations, mâtinée

ici de blues, soul, séga.

Un vent d’océan Indien en

prélude au printemps. ■

CONTACT 03 44 25 07 93

www.amiensjazzfestival.com

DR

UNE AMÉRICAINE DANS L’OISE

Impressions Mary

Cassatt

On la sait née à Pittsburgh, USA, en 1844, on la

croit souvent parisienne auprès de son ami Degas,

de Mallarmé aussi. Ses portraits intimement

sensibles de femmes à l’enfant sont accrochés sur

les plus prestigieuses cimaises de par le monde.

Pourtant, la peintre impressionniste Mary Cassatt

repose depuis 1926 au Mesnil-Théribus, village du

Vexin-Thelle où elle acquit dès 1893 une propriété,

le château de Beaufresne et installa son atelier de

gravure dans un moulin. Hommage lui est rendu

sur le site www.marystevensoncassatt.org

DR

« Elf, la pompe Afrique ». Tour à tour accusés et président du tribunal,

Nicolas Lambert joue le procès Elf, un documentaire théâtral en deux actes

et quatre audiences.

« Théâtrale Horloge »

e deuxième week-end

d’avril, les pendules

de Saint-Léger-aux-

Bois, forêt de Laigue,

battront au rythme

de l’art de Molière et

de ses pairs, le temps

d’un festival théâtral

monté par l’association

Traces & Cie, qui œuvre

à faire reverdir la culture

pour tous en cette

région. Professionnels

et amateurs, troupes

régionales et comique

parisien, enfants

apprentis acteurs

aussi, franchiront la

rampe, tandis que des

personnages si divers que

Calamity Jane, une veuve

et ses trois soupirants,

Alfred Sirven et Loïc

Le Floch-Prigent – les

protagonistes de l’affaire

Elf – se croiseront en

coulisses. À l’affiche,

donc : Calamity Jane,

lettres à sa fille par le

théâtre de la Ramée;

Brelan de valets par les

élèves de l’atelier théâtre ;

Lettres à des morts, des

témoignages sur une

guerre mondiale ; Elf,

la pompe Afrique. ■

Les 7, 8 et 9 avril, salle

Lucien-Turbin de Saint-

Léger-aux-Bois. Plein tarif :

5 euros ; réduit :

3 euros – « Il est prudent

de réserver ! »

CONTACT 03 44 75 38 39

www.tracesetcie.org

60 - N°15 - Mars 2006

31


Agenda

DR

Chantilly

L’île au

cacao

Le chocolat ? « Une harmonie

gourmande de couleurs,

d’odeurs et de sens qui

s’emmêlent, s’ajoutent et

créent le plaisir » chuchotait

le gourmet Brillat-Savarin,

et La Rochefoucauld

de rétorquer : « Aimez

le chocolat à fond, sans

complexe ni fausse honte, car rappelez-vous,

sans un grain de folie, il n’est point d’homme raisonnable. »

Vous avez l’appétit à vérifier ces pensées ? Rendez-vous au

5 e salon des chocolats et des gourmandises les plus exquises,

pour petits et grands !

1 er et 2 avril, 10 h-19 h, tribunes de l’hippodrome de Chantilly.

> CONTACT 03 44 67 37 37

> musiques

À l’Ouvre-Boîte

En mars : David Walters fait

le world le 24, Pauline Croze

et Zef la chanson le 25, Gojira

et DSK du métal le 31.

À 21 h, Beauvais.

> CONTACT

03 44 10 30 80

asca-asso.com

Mayra

Sa voix rayonne la sensualité

de Cabo Verde, le Cap-Vert, île

qui vogue au large du Sénégal.

4 avril 20 h 30, Le Palace

à Montataire.

> CONTACT

03 44 24 69 97

Atout chœurs

Les jeunes voix des collèges

et lycées de l’Oise, aux côtés

d’instrumentistes, tenteront

l’accord parfait. Un festival

choral tous styles.

4 avril 20 h , Théâtre impérial

de Compiègne.

> CONTACT

0 825 000 674

theatre-imperial.com

> théâtre / danse /

spectacles

Poètes en fête

Des rimes, une flûte, un violon,

un violoncelle, et Patrick Villain,

baladin prompt à chanter

les poètes des Adex, ou Ateliers

d’expression en Valois.

18 mars 14 h, Archives

départementales à Beauvais.

> CONTACT

03 44 87 54 43

Amateurs

de théâtre

Scène ouverte aux troupes

amateurs du département, en

bonne compagnie de Feydeau,

Tennessee Williams, Ionesco...

30 mars au 2 avril,

La Manekine, Pont-Sainte-

Maxence.

> CONTACT

03 44 72 03 38

Le Ruban

Vanité des vanités, la Légion

d’honneur est ici sujet à

quiproquos, rires et satire,

du meilleur Feydeau.

31 mars 20 h 30, théâtre

du Chevalet à Noyon.

> CONTACT

03 44 93 28 20

Trace

DR

DR

Nil’1, Nil’ôtr

Ça swingue quand ils chantent :

« Nous on avait peur, derrière le

rideau, De se r’trouver tout nus.

Heureusement, cette fois

encore, Vous êtes tous venus. »

18 mars 21 h, théâtre

des Poissons à Frocourt.

> CONTACT

03 44 02 35 77

theatredespoissons.com

32

60 - N°15 - Mars 2006

Mr Melon

Chapeau melon sans bottes de

cuir, airs tziganes, chanson, jazz

manouche, une sacrée touche.

25 mars 20 h, La Forge

à Broyes.

> CONTACT

03 44 51 00 52

DR

La Saint-Patrick

À la harpe celte, Françoise

Cornwell introduira une soirée

de chants, danses et saveurs,

bénie par le patron des Irlandais.

18 mars 20 h, à Warluis.

> CONTACT

03 44 89 24 95

Au-devant de la

Un à cinq danseurs sur les

trente-deux « Variations

Goldberg », du maître Bach.

21 mars 20 h 30, Ressonssur-Matz.

> CONTACT

03 44 43 19 80

DR

Celle que dessine, burlesque et

douce dans les yeux des petits

et des parents, un danseur

de la compagnie Pál Frenak.

1 er avril 18 h, théâtre du

Beauvaisis à Beauvais.

> CONTACT

03 44 06 08 20


Touche

Une comédie qui « shoote »

plein cadre business, paillettes,

salades du foot, et fait touche.

1 er avril 20 h 30,

Pont-l’Évêque.

> CONTACT

03 44 43 19 80

13 avril 20 h 45, espace Jean-

Legendre à Compiègne.

> CONTACT

03 44 92 76 76

Tais-toi et jongle !

Sur une piste rouge, acrobaties,

humour et jonglerie,

en huit langues, par Dirk,

de la compagnie D’Irque.

7 avril 18 h 30, à Clermont.

> CONTACT

03 44 50 40 25

Gulliver

Quand trois scientifiques

dissertent sur le grand

et le petit, pour les lilliputiens.

12 avril 15 h 30, centre Jules-

Verne à Breteuil.

> CONTACT

03 44 80 90 25

DR

DR

Tenir debout

Un spectacle d’équilibre,

tout en jeu, mouvement

et manipulation. Par la

comédienne Cécile Briand.

14 avril 20 h 50, théâtre

des Poissons à Frocourt.

> CONTACT

03 44 02 35 77

> exposition /

CONFérence

Les origines de

Crépy-en-Valois

La fondation de l’abbaye de

Saint-Arnoult par les chanoines,

qui cultivaient ici la vigne.

19 mars 15 h, abbaye de Saint-

Arnoult, Crépy-en-Valois.

> CONTACT

03 44 59 03 97

DR

Daniel Dumonstier

« Noble homme, peintre et valet

de la chambre du roi », que ce

portraitiste aux crayons du XVII e .

22 mars-26 juin (sauf mardi),

musée Condé à Chantilly.

> CONTACT

03 44 62 62 64

chateaudechantilly.com

Arthéna

> fêtes / salons

Foire aux artisans

Épices, gourmandises

fermières, vitraux et déco...

Plus une expo sur les arbres.

18 mars 10 h-18 h, institut

Charles-Quentin, Pierrefonds.

> CONTACT

06 20 12 12 94

Salon des œufs

décorés

De poule, autruche, nandou,

des milliers de coquilles

gravées, brodées, perlées...

Pour le coup d’œil et la vente.

25-26 mars, à Compiègne.

> CONTACT

03 44 40 01 00

Des livres et vous

« Mon livre, miroir, ô miroir »,

une semaine d’expo, animations

et pages imprimées, pour tous.

29 mars-5 avril, Crépy-en-

Valois.

> CONTACT

03 44 87 92 53

Les étoiles

Le soleil, la lune, Pluton...

seront au rendez-vous de ces

7 es rencontres d’astronomie.

8-9 avril, à Lassigny.

> CONTACT

03 44 76 05 35

Pérou magique

Photos, vidéos, bijoux, tapis,

artisanat, théâtre (le 13 avril) :

un mois andin, inca, nazca.

1 er au 29 avril, médiathèque

de Margny-lès-Compiègne.

> CONTACT

03 44 36 31 55

60 - N°15 - Mars 2006

DR

Coup de cœur

Cinémalice

Projections « privées »,

cinéconcerts, rencontres, pour

les seuls élèves. À réserver.

10 au 14 avril, Cinespace

de Beauvais.

> CONTACT

03 44 45 90 00

Ches Wèpes

Wèpes, en picard, ce sont des

guêpes, et des loustics, comme

ceux, célibataires et hommes

mariés, qui s’affronteront lors

de la choule. Un festival régional

avec jeux, chants, contes, etc.

10, 14 au 17 avril, Tricot,

Maignelay, Saint-Just...

> CONTACT

03 22 71 17 09

> SPORT

DR

Raid des 5 piliers

En duo, course à pied, VTT, tir à

l’arc, escalade, tyrolienne, water

cross, course souterraine ;

c’est parti pour 45 ou 90 km.

Inscription avant le 10 avril.

16 avril, Dreslincourt.

> CONTACT

06 15 11 23 36

http://5piliers.raid.free.fr

En famille

DR

33


Ça se décide

L’Assemblée départementale s’est réunie le 27 février dernier en commission

permanente. Voici une sélection des principales décisions adoptées.

Équipement

des communes

et de leurs

groupements

Une somme globale

de 1 652 744,56 € a été

individualisée.

> Aménagement

du territoire

40 000 € pour le réseau d’eau

potable du canton de Beauvais

Nord-Ouest ; 53 400 € pour la

pose de collecteurs au hameau

de Château-Rouge, dans le

canton de Noailles.

> Assainissement

18 880 € pour la station

d’épuration à Monchy-Saint-

Éloi ; 149 210 € pour la

construction d’une station

d’épuration à Hondainville.

> Constructions

publiques

123 330 € pour la rénovation

du gymnase de Maignelay-

Montigny ; 111 020 € pour

la rénovation de la piste

d’athlétisme de Clermont ;

99 150 € pour la construction

d’un bâtiment destiné à

accueillir le restaurant scolaire,

le centre de loisirs, l’accueil

périscolaire et la halte-garderie

dans le canton de Saint-Justen-Chaussée.

> Équipements et

aménagements divers

9 580 € pour l’équipement

de la bibliothèque municipale

de Canly ; 38 200 € pour les

aménagements de la base de

loisirs de Saint-Leu-d’Esserent ;

220 000 € pour la construction

d’un centre aquatique

intercommunal à Breteuil.

> Voiries

et réseaux divers

42 630 € pour la mise en

souterrain des réseaux France

Télécom et de l’éclairage public

dans le canton de Songeons ;

37 320 € pour l’aménagement

de sécurité en traverse

d’agglomération au hameau

de Flandres, dans le canton

de Ribécourt-Dreslincourt ;

31 230 € pour réalisation

d’une voie de retournement

pour les poids lourds dans la

zone industrielle de Brenouille,

dans le canton de Pont-Sainte-

Maxence.

Adoptée à l’unanimité.

Collèges

20 026 800 € pour les

travaux de constructionsréhabilitations

et le

renouvellement du matériel

informatique.

Adoptée à l’unanimité.

Maisons

du Conseil

Général

L’Assemblée départementale a

autorisé le Président à signer

un acte notarié pour l’achat

de locaux, 17 rue d’Amiens à

Grandvilliers, pour un montant

de 207 384 €. Cet espace

accueillera une nouvelle

Maison du Conseil général.

Adoptée. Vote contre du

groupe d’opposition, à

l’exception de Guy Bouvier.

Logement

177 500 € pour l’aide à la

construction de 49 logements

sur les communes de Verneuilen-Halatte,

Trie-Château,

Hénonville, Chevincourt,

Montataire et Rieux.

88 619 € pour l’aide à

l’amélioration du cadre de

vie de 91 logements sur les

communes de Saint-Just-en-

Chaussée, Méru et Clermont.

15 000 € pour l’aide à

l’élaboration du Programme

local de l’habitat de la

communauté d’agglomération

du Beauvaisis.

Adoptée à l’unanimité.

CULTURE

L’Assemblée départementale

a décidé, pour un montant de

2 637 000 €, la mise en œuvre

de six nouveaux contrats.

Adoptée à l’unanimité.

Sport

Le Conseil général a accordé

une subvention de 185 000 €

à l’ASBO pour la 2 e partie

de la saison. Et dans le cadre

de conventions : 170 000 €

au Centre départemental des

formations des cadres sportifs

et sociaux-éducatifs ; 36 600 €

à l’association Profession

sport et loisirs ; 30 000 €

au Boxing-Club olympique

de Pont-Sainte-Maxence ;

55 000 € à l’Union cycliste

Liancourt‐Rantigny‐Clermont.

Adoptée à l’unanimité.

Le jeudi 2 février, le budget 2006 du Conseil général a été

voté par 21 voix pour et 12 contre (8 élus d’opposition n’ont

pas participé au vote). Parmi les principales décisions adoptées :

Logement-Habitat : Programmation de 700 logements neufs et 4 000 rénovations. Adoptée à

l’unanimité.

Aide à l’équipement des communes et de leurs groupements : 45 000 000 €, soit une

augmentation de 12 % par rapport à 2005. Adoptée à la majorité, vote contre du groupe d’opposition.

Projet éducatif de Conseil général : 1 100 000 €. Adoptée à la majorité, vote contre du groupe

d’opposition.

Dépenses d’aide sociale-insertion : 25 478 596 €. Adoptée à l’unanimité,

abstention du groupe d’opposition.

Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) : Dotation de 24 000 000 €. Adoptée,

vote contre du groupe d’opposition.

RMI : Émission d’un titre de recettes à l’encontre de l’État pour un montant de 10 316 199 , soit l’équivalent

de la somme manquante pour le versement de l’allocation RMI. Adoptée, vote contre du groupe d’opposition.

34

60 - N°15 - Mars 2006


Tribunes libres

Espaces d’expression ouverts à chacun des groupes politiques

de l’Assemblée départementale en vertu de la loi sur la démocratie

de proximité adoptée en 2002.

Groupe UPMD

Impôts du

Département : + 20 %

en deux ans !

a gauche braque le contribuable. Avec le

glissement des bases, les impôts auront

augmenté de 20 % pour les particuliers

en deux ans, et de 30 % environ pour les

entreprises. C’est ce que vous constaterez en

comparant vos feuilles de taxe d’habitation

et de taxe foncière de 2006, quand elles

arriveront, avec celles de 2004. Vous

verrez que souvent la part de la colonne

« département » approche voire dépasse celle

de la colonne « commune ». Vous allez payer

plus pour le Département que pour votre ville

ou votre village !

La gauche bien sûr accuse la décentralisation :

c’est la faute de l’État. Ceci reste à prouver ;

il aurait été normal d’entendre le préfet de

l’Oise à ce sujet. Nous avions déjà demandé

sa venue. Apparemment le président

du Conseil général n’a pas envie de cette

discussion.

Mais même si c’était vrai, pourquoi

présenter la note au contribuable sans

faire le moindre effort ? Quand vous devez

changer de voiture alors que vous ne l’aviez

pas prévu dans le budget de votre ménage,

est-ce que vous allez braquer votre voisin ?

Mais non, vous faites des économies par

ailleurs. Le Conseil général aurait pu

faire de même ; on peut toujours différer

des dépenses : le Conseil général a déjà

embauché plus de 130 personnes (hors effets

de la décentralisation) en deux ans, et à

raison de trois personnes à chaque fois, les

« fameuses » Maisons du Conseil général

vont nécessiter encore plus de 100 personnes

supplémentaires ; on pouvait aussi tailler dans

le programme de communication, alors qu’on

nous promet tant de brochures nouvelles,

d’achat d’espaces publicitaires… En réalité, la

gauche de l’Oise ne regarde pas à la dépense

et elle se fiche des impôts. C’eût été autrement

brillant de dire : grâce à nos efforts nous

augmenterons les impôts de 2, 3 ou 4 % de

moins que ce qui nous paraissait inéluctable.

Mais le défi n’a pas été relevé. Alors c’est nous

qui allons devoir payer.

Groupe communiste

Éducation et formation :

l’avenir au présent

e Conseil général de l’Oise a décidé

d’amplifier sa politique en direction de

la jeunesse. Ainsi un nouvel effort de plus

de 73 millions d’euros va être fait

sur les collèges avec en perspective une

expérimentation pilote : le « collège

du III e millénaire ». Le projet éducatif du

Conseil général destiné à ouvrir les collèges

sur la vie, tout en laissant aux enseignants

et aux personnels d’administration leurs

responsabilités, devrait permettre de

meilleurs liens entre le collège, les élèves,

les familles. À notre demande, la concertation

se poursuit et se poursuivra au niveau des

conseils d’administration des collèges pour

affiner encore ce projet. Sur notre proposition

un premier effort va être consenti pour l’aide

aux sorties scolaires dans les collèges.

Il reste à mettre au point l’effort à consentir

pour que le maximum de collégiens puissent

bénéficier de la restauration scolaire.

De même une étude va être lancée pour

répondre aux besoins en équipements

sportifs des établissements.

À l’inverse le gouvernement de droite

multiplie les restrictions de postes

d’enseignants, baisse les moyens aux zones

d’éducation prioritaires sous prétexte de

les améliorer. Tant et si bien que le Comité

départemental de l’Éducation nationale de

l’Oise s’est prononcé à une très large majorité

contre ces mesures. Celles-ci préparent

d’ailleurs le terrain pour le contrat première

embauche, véritable machine à précariser

l’emploi, en particulier des jeunes, rejeté

par la majorité de ceux-ci et de l’opinion

publique ; des jeunes formés au rabais pour

un emploi au rabais, voilà la perspective de

la droite !

Un gouvernement qui traite la jeunesse

de cette manière ne prépare que désastres

sociaux pour l’avenir, à l’image du présent.

Nous sommes au contraire de ceux qui

agissent au présent pour dessiner un avenir

construit par un rassemblement majoritaire

de ceux qui bâtissent.

Groupe Oise à Gauche

Offrir les meilleures

chances de réussite

et d’épanouissement

aux jeunes

lors que les difficultés rencontrées par

les jeunes pour s’insérer dans la vie

active occupent depuis plusieurs semaines

la une des journaux, le constat le plus grave

est passé quasiment inaperçu : la majorité

des Français estiment à raison que leurs

enfants auront une vie plus difficile que la

leur. L’ascenseur social n’est plus seulement

en panne pour de nombreux jeunes, mais les

« Diafoirus » de l’ultra-libéralisme ont décidé

de le faire descendre.

Face à cette situation, que « propose »

le gouvernement de droite aux jeunes ? Il a

commencé par supprimer les emplois jeunes.

Il impose désormais le contrat première

embauche, un « remède » équivalent à la

« saignée ». Qui de bonne foi peut défendre

qu’institutionnaliser le licenciement sans

motif peut favoriser le développement

de l’emploi, le recul de la précarité, l’accès

au logement ? Et la même logique de la

« saignée » prévaut en matière d’éducation.

Autant de choix qui sapent les valeurs

républicaines et la confiance en l’avenir.

Dans l’Oise, nous avons choisi au contraire

d’agir, dans le cadre des moyens et des

compétences du Département, pour redonner

tout son sens à la notion d’égalité des

chances. Cette volonté se concrétise avec les

mesures du Projet éducatif territorial pour

offrir les meilleures conditions éducatives,

soutenir les initiatives des jeunes, renforcer

leur autonomie et l’accès à la citoyenneté.

De ce Projet éducatif territorial découle une

quarantaine d’actions, du développement

des nouvelles technologies au collège à la

création d’une aide au permis de conduire,

pour permettre aux jeunes de s’épanouir et

de réussir.

Car assurer l’égalité des chances, c’est avant

tout démontrer aux jeunes par des mesures

concrètes que leurs efforts ne sont pas vains et

qu’ils sont soutenus, à travers les institutions,

par l’ensemble de la société.

Le groupe d’opposition

UMP-UDF-Divers droite

> TÉL. : 03 44 06 60 16

Les conseillers généraux

communistes : Alain BLANCHARD, Patrice

CARVALHO, Gilles MASURE

> TÉL. : 03 44 06 64 98

cg60.groupepc@wanadoo.fr

ANDRÉ VANTOMME,

PRÉSIDENT DU GROUPE

OISE À GAUCHE

> TÉL. : 03 44 06 64 99

www.oiseagauche.org

60 - N°15 - Mars 2006

35

More magazines by this user
Similar magazines