lire ce numéro - Conseil général de l'Oise

oise.fr

lire ce numéro - Conseil général de l'Oise


> Sports

FOOTBALL

Des filles

qui en imposent

André Lejarre / Le bar Floréal

En vingt ans, les footballeuses compiégnoises de l’USCCO ont grimpé les

échelons à force de courage et de motivation. Soutenues par un homme

rapidement convaincu par leurs efforts, elles ont emmené l’Oise en nationale

et entendent l’y maintenir.

L

orsqu’une

bande de jeunes filles le sollicite pour

créer une équipe féminine il y a vingt ans, le

responsable de l’école de football de Chevrières

n’y croit pas trop mais il accepte de tenter

l’expérience. «Je suis content d’avoir porté ce projet

avec elles et d’avoir réussi. L’équipe est vite montée en

puissance et nous nous sommes détachés de Chevrières

dès que nous sommes parvenus en nationale : c’était

il y a 10 ans et on y est resté depuis», témoigne Daniel

Hiberty. Avec une équipe qui atteint l’Elite en 2003,

l’ancien entraîneur devenu président de l’Union Sportive

Compiègne Club Oise est devenu un défenseur du

football féminin, et espère consolider cette successstory.

Redescendues en D2 la saison dernière, les

Compiégnoises retrouvent cette année la D1 après avoir

remporté un titre de championne de France. Un retour

à l’Elite qui a nécessité le recrutement d’internationales :

la Hongroise Angéla Smuczér en milieu de terrain et

l’attaquante américaine Esméralda Negron viennent

renforcer le potentiel de l’équipe. «Nous avons démarré

la saison avec une bonne performance, raconte Daniel

Hiberty, puisque nous avons fait match nul contre

Lyon, une des meilleures équipes de France. On espère

que ça va continuer. »

28

60 - N°10 - Octobre 2005

40 000 licenciées en France

Parallèlement à l’objectif du maintien de l’équipe en

nationale, le projet du club pour cette année est de

recruter des jeunes pour assurer l’avenir. Aux cinq

équipes existantes (trois séniors, une cadette et une

pour les 13-16 ans) s’ajoute une équipe moins de 13

ans ; conformément aussi au souhait de la fédération,

dont le développement du football féminin est devenu

une priorité. Parmi les 40 000 licenciées de la FFF,

60 % ont moins de 16 ans. Depuis la reconnaissance

officielle de la discipline en 1970, les femmes ont

prouvé l’intérêt qu’elles portent à cette pratique :

d’une cinquantaine de clubs en 1970, on est passé à

plus de mille aujourd’hui et le nombre de licenciées a

cru de 40 % en 10 ans.

Pour motiver les plus jeunes, Daniel Hiberty vise un

travail commun avec les écoles : «Dans un premier

temps, nous allons essayer d’établir des conventions

avec les instituteurs du Compiégnois. Cela devrait être

porteur pour intéresser des jeunes filles. »

MARIE PAIRE

Sources d’information

www.foot-feminin.org

www.fifa.com