Les inondations - Risques Majeurs et Environnement

rme.ac.rouen.fr

Les inondations - Risques Majeurs et Environnement

4

Au sens large, les inondations comprennent également les inondations

par rupture d’ouvrages de protection (brèches dans les digues)

et les inondations dans les estuaires. Ces dernières résultent de la

conjonction de la crue des fleuves, de fortes marées et de situations

dépressionnaires (régime de tempête).

Tempête

Crue

Un cas particulier : les laves torrentielles

Les laves torrentielles se forment dans le lit des torrents au cours

d’une crue liquide, lorsqu’une grande quantité de matériaux meubles

(éboulis, paquets de terre, etc.) y est mobilisable. Ces écoulements

sont composés d’un pourcentage de matériaux solides supérieur

à 50 %, de tailles variées, allant des matériaux fins jusqu’à de

très gros blocs.

La lave torrentielle se comporte comme un fluide visqueux très

dense, dans lequel les blocs paraissent flotter dans une pâte boueuse

(mélange d’eau et de fines). Elle a un pouvoir destructeur plus important

qu’une crue torrentielle de débit équivalent, en raison de sa

densité élevée, de la vitesse de déplacement (plusieurs km / h selon

la pente du torrent) et de la quantité de matériaux charriés. Les

blocs transportés peuvent atteindre plusieurs dizaines de tonnes.

Lorsque la lave torrentielle survient, l’écoulement liquide du torrent

s’arrête. Alternent alors des successions de bouchons (embâcles) et

de coulées boueuses (débâcles) qui déferlent dans le lit du torrent.

Par ailleurs, en raison des quantités de matériaux transportés, le

colmatage du lit du torrent peut s’accompagner de divagations dans

les zones urbanisées de fond de vallée, qui occupent les cônes de

déjection torrentiels.

Marée

Inondation

dans un estuaire

Queue

de la coulée

Corps

de la coulée

Bourrelet frontal

constitué des plus gros blocs

Structure d’une lave torrentielle

Le débit de la rivière

La crue

La crue correspond à l’augmentation de la quantité d’eau qui s’écoule

dans la rivière (débit) et peut concerner l’ensemble du lit majeur

de la rivière. L’importance de l’inondation dépend de trois paramètres

: la hauteur d’eau, la vitesse du courant et la durée de la crue.

Ces paramètres sont conditionnés par les précipitations, l’état

du bassin versant et les caractéristiques du cours d’eau

(profondeur, largeur de la vallée, etc.). Ces caractéristiques

naturelles peuvent être aggravées par

la présence d’activités humaines.

L’étiage

Le débit d’étiage est le débit minimum

d’un cours d’eau, observé sur un temps

donné en période de basses eaux.

Le débit (Q) d’un cours d’eau en un point donné est

le volume d’eau passant en ce point pendant une

unité de temps ; il s’exprime en m 3 / s ou en l / s.

Bassin versant

Exutoire

Le bassin versant d’une

rivière est son aire géo-

graphique d’alimentation

en eau.

L’exutoire est le point le

plus en aval du réseau hydrographique,

par lequel passent toutes

les eaux de ruissellement drainées

par le bassin versant.

More magazines by this user
Similar magazines