L'aromathérapie au service des soins esthétiques 1/2

memoiressences.pagesperso.orange.fr

L'aromathérapie au service des soins esthétiques 1/2

Faire savoir > Aromathérapie > Soins esthétiques

74

Photo : Claude Pipitone

L’aromathérapie au service

des soins esthétiques 1/2

Par Michèle Bérenguier

La thérapie, au sens étymologique, n’est pas vraiment « le soin » dans

le sens de guérir ; un thérapeute est « au service de » (des hommes, de la

nature, des dieux). La thérapie c’est « prendre soin », et l’aromathérapie,

c’est prendre soin avec des arômes, des parfums.

L’esthéticienne est une thérapeute. Elle prend soin des personnes, de leur

beauté, de leur jeunesse.

Il est unanimement reconnu aujourd’hui que le corps est indissociable de

l’esprit, le bien-être de l’un dépend intimement de celui de l’autre.

Soigner le corps, c’est aussi soigner l’esprit, embellir les êtres de l’extérieur,

c’est les embellir de l’intérieur.

cabines 228 | avril 2010


Nous verrons dans un premier

temps que l’aromathérapie

est une discipline ancestrale,

ensuite la raison pour laquelle elle a sa

place de nos jours dans les instituts de

beauté, et enfin, pourquoi les huiles

essentielles sont des outils puissants

pour accéder à la jeunesse, la beau

et la sérénité.

Histoire de l’aromathérapie

à travers les siècles

L’aromathérapie est une pratique

ancestrale, elle consiste à utiliser

les huiles essentielles extraites des

essences des végétaux aromatiques.

Les plantes aromatiques ont toujours

fait partie de l’environnement de

l’être humain. Leur usage multiple,

culinaire, pharmaceutique, esthétique

et sacré, est une constante retrouvée

dans toutes les ethnies, à toutes les

époques et sur tous les continents.

C’est l’avènement de la civilisation

industrielle qui entraîna un oubli

presque total de l’utilisation thérapeutique

des huiles essentielles,

médecine naturelle et scientifique à

part entière.

L’histoire de l’aromathérapie peut se

résumer en quatre époques.

La première, celle au cours de laquelle

les plantes aromatiques étaient utilisées

dans l’alimentation, puis sous

forme de macérât et d’infusions.

La deuxième, les végétaux sont associés

à des rituels sacrés, dans les fumigations

; on peut penser qu’à cette

période, on comprend la notion d’activité

liée à la substance odoriférante.

Durant la troisième époque, intervient

la recherche d’extraction de la substance

odorante ; c’est la naissance du

concept d’huile essentielle, qui aboutit

à la création et au développement de

la distillation.

Enfin, la période moderne, avec les

progrès de la chimie, dans laquelle on

prend connaissance des composants

des huiles essentielles, qui a permis

Photo : Claude Pipitone

d’expliquer leurs domaines d’activité

: physiques, chimiques et biochimiques.Dans

le domaine de la cosmétique

et de l’esthétique, les essences

végétales tiennent une place capitale.

Nous l’apprenons grâce à des textes

anciens comme le document intitulé

« Le Papyrus d’Eber » (5000 ans av.

J.-C.), qui répertorie 22 cosmétiques et

de nombreux remèdes pour la beauté,

le bien-être et la santé.

Un document postérieur, « Le Papyrus

chirurgical Smith », contient un chapitre

intitulé : « Transformation d’un vieil

homme en jeune homme ».

Dans les anciennes cultures, on écrivit

beaucoup sur les propriétés d’embellissement

qu’avaient les matières parfu-

Lavande

mées. Ces écrits que l’on a retrouvés

expliquent des recettes pour effacer

les rides, les taches pigmentaires, pour

fabriquer des parfums, des pommades,

des crèmes dépilatoires.

En 2201 av. J.-C., un ouvrage mésopotamien

« L’herbier d’Isin » détaille l’utilisation

de 250 plantes et donne des

recettes de parfums et de pommades.

Au VII e siècle avant J.-C., les Assyriens

aimaient également la parfumerie.

Leurs recettes pour fabriquer des

produits pour la peau et les cheveux

sont toujours d’actualité.

Il a été prouvé qu’une forme de distillation

des huiles essentielles existait déjà

2500 ans av. J.-C. en Mongolie chinoise,

au Pakistan, à Babylone, et en Grèce

Antique.

Les huiles

essentielles sont

des outils puissants

pour accéder à la

jeunesse, la beau

et la sérénité.

Photo : Claude Pipitone

75


Faire savoir > Aromathérapie > Soins esthétiques

Les traitements esthétiques qui

employaient les huiles essentielles

pures devinrent de plus en plus rares

et réservés à une clientèle fortunée.

En 1950, la Française Marguerite Maury,

qui possédait des instituts de beau

en Suisse et en Grande-Bretagne, à

Londres, s’est spécialisée dans la régénération

et la revitalisation des tissus

cutanés, en combinant ses techniques

76

Santoline

Romarin

L’usage multiple des huiles

essentielles, culinaire,

pharmaceutique, esthétique

et sacré, est une constante

retrouvée dans toutes les

ethnies, à toutes les époques

et sur tous les continents.

Michèle Bérenguier, aromathérapeute, a exercé quinze

années dans le milieu social et médical. Passionnée de

Sciences Humaines, sa recherche est axée depuis plus

de trente années sur la relation d’aide à la personne, la

santé, le bien-être et l’épanouissement personnel.

L’aromathérapie est son domaine d’action privilégié,

science médicale issue de la sagesse de la nature, au

service de l’homme d’aujourd’hui.

Elle est conférencière, formatrice, et praticienne en aromathérapie

; son but est de partager ses connaissances

et d’être à l’écoute du bien-être des personnes.

DR DR

La distillation des huiles essentielles

permettait de mieux tirer profit des

vertus médicinales et cosmétiques

des plantes.

Ce procédé d’extraction des huiles

essentielles prit vraiment son essor, à

peu près, entre 50 av. J.-C. et l’an 300

de notre ère.

La plupart des peuples, à toutes les

époques, ont toujours tenté d’acquérir

les précieux parfums qui pouvaient

améliorer leur qualité de vie.

De tout temps, l’Homme a cherché à

être plus beau et à rester jeune.

C’est entre le XIX e et le XX e siècle que les

ingrédients naturels d’origine animale,

par exemple l’ambre blanc extrait

des cachalots, et végétale furent

remplacés par des inventions issues

d’une nouvelle profession, la chimie

cosmétique.

de soins avec des huiles essentielles.

Elle a écrit un livre sur le secret de la

vie et de la jeunesse, sa notoriété fut

très grande en Angleterre, et Londres

a longtemps gardé une réputation

européenne pour les traitements

aromatiques esthétiques.

En ce qui concerne la France, à la même

époque, les recherches se développaient

plutôt sur le plan thérapeutique.

L’école française a toujours privilégié

les principes actifs des huiles essentielles,

à savoir leurs propriétés bactéricides,

virucides, anti-inflammatoires,

antalgiques… jusqu’à l’arrivée des antibiotiques,

après les années 50.

Le domaine de l’aromathérapie est

très vaste, et il a toujours existé

plusieurs écoles ; celles issues du

monde anglo-saxon sont moins

rigoureuses sur le plan scientifique, et

basent davantage leurs recherches sur

les qualités spirituelles, énergétiques

et vibratoires des huiles essentielles.

Elles considèrent avant tout l’aromathérapie

comme une thérapie énergétique

et elles emploient davantage les

huiles essentielles en les associant aux

sens olfactif et tactile.

Pour ces écoles, les corps physique,

mental et spirituel sont étroitement liés.

Au regard de l’histoire de l’aromathérapie

et de toutes les recherches sur

ces essences végétales, passées et en

cours, on comprend mieux cet engouement

actuel pour les huiles essentielles,

qui entrent à nouveau dans la

composition de nombreux produits,

cosmétiques, pharmaceutiques et

aussi ménagers.

cabines 228 | avril 2010


La place de l’aromathérapie

aujourd’hui

Nous l’avons vu à travers l’histoire, les

nouvelles technologies, les progrès

scientifiques, nous ont éloignés du

cadre naturel.

Que ce soit dans le domaine de l’esthétique,

de la pharmacie ou de l’alimentaire,

les progrès de la chimie ont

permis de synthétiser de plus en plus de

molécules (qui existent à l’état naturel)

et ont ainsi développé une industrie, qui

à la longue peut nuire à l’Homme.

Nos organismes pollués manifestent

de plus en plus d’allergies, de

L’école française résistances aux médicaments,

a toujours

d’intolérances à certaines

privilégié les

nourritures. Le stress pourrait

principes actifs aussi avoir pour origine ce type

des huiles

d’intoxication.

essentielles,

La place que nous donnons

à savoir leurs

aujourd’hui aux produits

propriétés

naturels, et l’intérêt que nous

bactéricides,

virucides, antiinflammatoires,

nature, relèvent d’une prise de

portons à la sauvegarde de la

antalgiques… conscience majeure, et non d’un

phénomène de mode, même

si les lobbies industriels s’engouffrent

dans cette mouvance et proposent de

plus en plus de produits contenant des

huiles essentielles, à des doses bien

souvent infinitésimales.

La littérature sur le sujet est abondante,

et égare le public au gré d’auteurs

plus ou moins sérieux qui ne font que

compiler des bases de données.

Notre objectif est de redonner à l’aromathérapie

ses lettres de noblesse,

en considérant les huiles essentielles

dans toutes leurs dimensions, sacrées

et thérapeutiques, et ainsi de retrouver

l’enseignement de cette sagesse ancestrale,

propre à une nature bienveillante

pour l’homme depuis la nuit des temps.

Jour après jour,

votre visage renaît.

Corrige les

rides profondes

Réactive les

fonctions cellulaires

Lutte efficacement

contre le

vieillissement

Sans paraben

BEAUTÉ

Les vertus des huiles essentielles et

les voies sensorielles qu’elles utilisent

feront l’objet de la seconde partie de ce

texte sur l’aromathérapie. l

Devenez partenaire

Contactez-nous au 01 45 23 36 03

ou sur www.cyralydo.com

More magazines by this user
Similar magazines