Views
3 years ago

télécharger (pdf, 962ko) - Bibliothèque nationale de France

télécharger (pdf, 962ko) - Bibliothèque nationale de France

télécharger (pdf, 962ko) - Bibliothèque nationale de

Stéphane Pillorget Ingénieur informatique, directeur de projet informatique au département des Systèmes d’information Le rayonnement de la BnF Stéphane Pillorget fait partie du groupe des dix « compagnons » ingénieurs en informatique débutants, recrutés par la BnF en 1995 pour développer le système d’information avec les équipes de Cap Gemini, titulaire du marché de réalisation du SI. Leur mission : acquérir une connaissance des applications devant leur permettre de constituer les équipes qui assureront la maintenance du système au sein du département des Systèmes d’information. Stéphane Pillorget travaille sur le « socle applicatif commun » et sur l’accès à distance de la consultation du catalogue. Il se voit confier en 1999 la rédaction et le suivi de marchés portant sur les corrections et compléments applicatifs, sur les postes publics notamment. L’encadrement devient dès lors une composante de son métier. D’autres marchés vont suivre. Et d’autres projets, notamment la refonte des applications mises à disposition du public, lancée dès 2002, livrée à la réouverture annuelle de la Bibliothèque en septembre 2004, et qui lui valut la plus cauchemardesque semaine de sa jeune vie d’informaticien, le système ayant tenu deux minutes et « explosé en charge » ! Heureusement, toutes les équipes – informaticiens, bibliothécaires – qui étaient prévues « sur le terrain » pour l’accompagnement des lecteurs sur ces nouvelles applications se sont très vite mobilisées pendant le court laps de temps nécessaire à la remise en état du système. Stéphane Pillorget participera ensuite à la mise en place du Système d’information numérique de la Bibliothèque : avec ses équipes de conception & développement, il prépare le magasin virtuel qui stockera et distribuera les données numériques de la BnF (Gallica, numérisation de masse, documents audiovisuels et graphiques, dépôt légal du web, etc.). Il pilote avec fermeté et brio l’équipe qui a conçu et réalisé le prototype Europeana, étape indispensable dans l’évolution de Gallica vers la Bibliothèque numérique européenne. “Pour un informaticien, c’est très motivant de travailler avec des utilisateurs exigeants et passionnés ; le métier des bibliothèques évolue, et c’est stimulant de se trouver là au bon moment pour prendre ensemble le virage du numérique.” © Gérard Plénacoste La contribution française à la Bibliothèque numérique européenne Un objectif ambitieux, des réalisations concrètes Pour le projet de Bibliothèque numérique européenne, l’année 2005 avait été celle de la prise de conscience et de la réflexion. La réaction du président de la BnF – d’abord sous la forme d’un article, puis d’un livre – aux déclarations fracassantes de Google annonçant son intention de numériser quinze millions d’ouvrages avait, au début de l’année 2005, ouvert un débat qui a suscité de multiples réactions des médias, des internautes et du grand public, et, traduites par plusieurs déclarations au plus haut niveau, de l’État français et de l’Union européenne. La création, par décret, à l’été 2005, du Comité français de pilotage «pour la création d’une Bibliothèque numérique européenne» avait permis de dresser un état des lieux, de confronter des points de vue, de dégager des orientations et d’énoncer quelques propositions consensuelles regroupées dans un Livre blanc: la BnuE mettra à la disposition d’un large public, et d’abord des étudiants et des chercheurs, les textes fondateurs de l’identité européenne, organisés en corpus, choisis en fonction d’une charte documentaire conçue par les Bibliothèques nationales; elle valorisera la richesse linguistique de l’Europe; elle proposera dans un premier temps des livres, des revues et des journaux et s’élargira peu à peu à d’autres media; elle mettra en ligne des ouvrages libres de droit mais aussi, sous réserve d’accords exprès avec les éditeurs européens, des ouvrages sous droits; elle s’appuiera sur des financements publics, nationaux et communautaires, mais recherchera également d’autres types de ressources, selon un modèle économique à définir. L’objectif fixé est ambitieux: mettre en ligne, à l’horizon des cinq prochaines années, plusieurs millions d’ouvrages représentatifs de la richesse culturelle de notre continent. L’année 2006 a été celle des premières décisions et réalisations concrètes. Le 2 mai, le gouvernement a confié explicitement à la BnF la responsabilité opérationnelle du projet pour la France et l’a dotée, à cet effet, d’un budget spécifique de 3,5 millions d’euros. En quelques mois, plusieurs chantiers ont été ouverts et ont permis de progresser vigoureusement dans plusieurs directions. La dimension européenne La dimension européenne du projet était, dès le départ, essentielle: dans l’esprit des responsables politiques, il constituait l’un des éléments permettant de remobiliser l’Union autour d’un enjeu culturel fort. Cette démarche était évidemment compatible avec une ouverture spécifique vers la francophonie et un réseau des bibliothèques patrimoniales francophones pour la numérisation a été créé qui regroupe actuellement la Belgique, le Canada, le Luxembourg, la Suisse, l’Égypte et la France, et qui s’est élargi au début de 2007 à d’autres pays, notamment du Sud. Dès le départ, l’appui des autres bibliothèques nationales au projet de BnuE avait été sans faille: 23 sur 25 avaient signé en avril 2005 la motion de soutien au projet que la BnF leur avait soumise. À un niveau plus institutionnel, les contacts se sont renforcés, en 2006, au sein de la CENL, association qui regroupe les 46 bibliothèques nationales des pays membres du Conseil de l’Europe, ainsi que dans le cadre du projet TEL, complémentaire du projet de BnuE. La BnF a intensifié ses relations avec les institutions de l’Union européenne, notamment avec la commissaire européenne en charge de ce domaine pour la convaincre de renforcer son soutien à ce projet. La Commission a publié, le 24 août 2006, une recommandation sur la numérisation et l’accessibilité en ligne du matériel culturel et la conservation numérique qui a été approuvée par le Conseil des ministres du 13 novembre 2006. Elle finance des projets de recherche autour du thème des bibliothèques numériques. La coopération avec les autres partenaires de la chaîne du Livre Le contenu de la future Bibliothèque numérique a évolué dans deux directions complémentaires. Les grandes bibliothèques françaises universitaires ou territoriales, notamment le réseau des pôles associés de la BnF, ont été sollicitées pour contribuer à la réflexion autour des priorités documentaires guidant la numérisation. À l’instar de l’expérience vécue avec Gallica, il est indispensable de commencer par numériser des ouvrages hors droit. Mais une bibliothèque qui ne donnerait pas à lire des ouvrages contemporains, protégés par le droit d’auteur, serait déséquilibrée et insuffisamment représentative de la richesse culturelle européenne. C’est pourquoi la BnF a constitué, avec le SNE et quelques grands éditeurs, un groupe de travail, qui a pour mission de définir les conditions équilibrées d’une mise en ligne d’ouvrages couverts par le droit d’auteur. Une étude a été confiée à la société Numilog sur le modèle économique qui pourrait être mis en œuvre à cette fin. © David Paul Carr / BnF I Image créée pour illustrer les réseaux de la Bibliothèque numérique européenne 47

télécharger (pdf, 591ko) - Bibliothèque nationale de France
télécharger (pdf, 1282ko) - Bibliothèque nationale de France
télécharger (pdf, 613ko) - Bibliothèque nationale de France
télécharger (pdf, 511ko) - Bibliothèque nationale de France
télécharger (pdf, 733ko) - Bibliothèque nationale de France
télécharger (pdf, 891ko) - Bibliothèque nationale de France
télécharger (pdf, 730ko) - Bibliothèque nationale de France
un extrait - Éditions de la Bibliothèque nationale de France
Télécharger le pdf - Fugues
Eugène Ionesco - BnF - Bibliothèque nationale de France
Télécharger le PDF - Chambre Syndicale Nationale de la Confiserie
télécharger le pdf - Théâtre National Populaire
Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France
Mémoires de la Société nationale des antiquaires de France
Télécharger la version PDF - Minatec
Rapport d'activité 2007 - Bibliothèque nationale et universitaire de ...
Programme [pdf] - iter france
Télécharger (pdf) - Tour de France
Télécharger le document pdf - Conseil Général de Haute-Savoie
Voici votre Grande Bibliothèque - Bibliothèque et Archives ...
Télécharger le pdf - Fugues
Télécharger l'état des lieux 2012_BRETAGNE - Agence Nationale ...
ensaplv ra 2012 def .pdf - Ecole Nationale Supérieure d'Architecture ...
Télécharger le pdf - Fugues
Télécharger le pdf - Fugues
Télécharger le pdf - Fugues
Télécharger PDF - Zone Campus
Télécharger le pdf - Fugues