L'appétit d'un géant - ccifc

ccifc.org

L'appétit d'un géant - ccifc

Connexions联

www.ccifc.org Le magazine de la Chambre de Commerce et d’Industrie Française en Chine

Numéro 39


DOSSIER

L’énergie en Chine

L’appétit d’un géant

中 国 巨 大 的 能 源 消 耗

+

La loi sur la propriété privée

Shandong : province dynamique


Éditorial

卷 首 语

L’ énergie en Chine, l’appétit d’un géant

Chers lecteurs,

L’énergie est en Chine un enjeu d’autant plus critique

que l’industrie mondiale y concentre chaque jour

davantage d’outils de production gourmands en kwh

et que la consommation individuelle, autrefois quasiinexistante,

croît au fur et à mesure de l’acquisition de

voitures et de climatiseurs.

Le gouvernement chinois ne doit pas seulement

satisfaire cette demande interne. Le contexte

international, marqué par une conscience de plus

en plus aigüe de l’enjeu stratégique de la sécurité

énergétique, la course à l’innovation technologique

pour la maîtrise des énergies « propres », la

mobilisation des opinions publiques sur la pollution

et son impact sur le changement climatique, contraint

la Chine à gérer de front des problématiques

transnationales que ses concurrents développés ont

eu l’avantage de traiter – parfois en l’ignorant - dans

la durée.

Ce numéro de Connexions livre un dossier complet

sur les enjeux de l’approvisionnement, le défi

environnemental et l’offre des entreprises françaises

en Chine.

Le lecteur en retiendra que la Chine a décidé de placer

le souci d’efficacité énergétique et environnementale

au cœur du processus de développement et

de modernisation de l’industrie. Cet engagement

public doit s’appuyer sur la prise de conscience des

opérateurs privés des coûts cachés du gaspillage et de

la pollution, comme il devra être accompagné d’une

politique difficile mais indispensable de tarification

des ressources non renouvelables. Des percées

technologiques majeures seront enfin indispensables

pour accéder à de nouvelles sources d’énergie.

La France, à l’instar de ses partenaires de l’Union

Européenne, se place résolument dans le camp de la

coopération. Nous n’avons pas le choix. La Chine non

plus. •

Nicolas Chapuis

Ministre Conseiller

Ambassade de France en Chine

中 国 巨 大 的 能 源 消 耗

随 着 世 界 工 业 在 中 国 不 断 聚 集 高 耗 能 的 生 产 机 器 , 以

及 个 人 购 买 汽 车 和 空 调 使 过 去 几 乎 不 存 在 的 能 源 消 费 不 断

增 加 , 中 国 的 能 源 问 题 日 益 严 峻 。

中 国 政 府 不 能 只 满 足 于 国 内 需 求 ; 能 源 安 全 战 略 意 识

日 益 突 出 的 国 际 背 景 , 为 掌 握 清 洁 能 源 而 展 开 的 技 术 革 新

竞 赛 , 关 于 污 染 问 题 的 舆 论 动 员 以 及 污 染 对 气 候 变 化 的 影

响 , 迫 使 中 国 要 正 面 处 理 作 为 其 竞 争 对 手 的 发 达 国 家 曾 处

理 过 的 一 系 列 跨 国 问 题 —— 有 时 因 时 间 问 题 而 被 忽 略 。

本 期 Connexions 的 专 栏 部 分 包 含 了 完 整 的 有 关 能 源

供 应 、 环 境 挑 战 以 及 介 绍 法 国 在 华 能 源 企 业 服 务 的 文 章 。

读 者 会 从 中 发 现 , 中 国 已 经 决 定 把 对 能 源 和 环 境 效 率

的 关 注 置 于 工 业 发 展 和 现 代 化 进 程 的 核 心 。 这 种 政 府 决

心 必 须 依 靠 私 营 业 主 对 浪 费 和 污 染 产 生 的 隐 蔽 成 本 的 觉

悟 , 因 为 它 必 须 伴 随 着 一 项 艰 难 但 又 必 要 的 不 可 再 生 资 源

定 价 政 策 。 为 了 开 发 出 新 的 能 源 , 一 些 重 大 的 技 术 突 破 也

势 在 必 行 。

就 像 欧 盟 的 其 他 合 作 伙 伴 一 样 , 法 国 坚 定 地 站 在 合

作 阵 营 中 ; 我 们 别 无 选 择 , 中 国 也 没 有 。•

郁 白

法 国 驻 华 使 馆 公 使 衔 参 赞

Connexions


Directrices de la publication

Florence Gomez - Juliette Yanitch

Responsable de la publication

Agathe Allain

Responsable du dossier

Mathieu Baratier

Relecture de la traduction chinoise

Patricia Ruan

Graphiste

Xie Bin

Comité éditorial :

Jacques de Boisseson, Alain Berger,

François Issard, Annick de Kermadec

Bentzmann, Matthieu Lebas, Rémi

Paul, Timothée Semelin, Alexis

Vannier

Ont collaboré à ce numéro :

Serge Abou, Laurent Ballouhey, Mathieu

Baratier, Alain Berger, Olivier

Blum, Nicolas Chapuis, Philippe

Charles, Julien Chol, Antonia Cimini,

Christian Constantin,Thierry Devillier,

Ronan Diot, Anne-Séverine Douard,

Julie Desné, François Godement,

Fabienne Goyeneche, Jessica Hu,

François Issard, Pan Jiahua, Kishan

Khoday, Matthieu Lebas, Sophie Lavergne,

Aurélie Manet, la Mission

Economique près l’Ambassade de

France en Chine, Quang-Do Pham,

Brice Pedroletti, Philippe Romanoz,

Bertrand de Rotalier, Serge Salat, Timothée

Semelin, Renaud de Spens,

Emilie Torgemen, Alexis Vannier, Joris

Zylberman

Photographie de couverture

Imagine China

Publicité

Pékin : Patricia Ruan

Tél. : (010) 6512 1740

Shanghai : Moukda Phanthalangsy

Tél. : (021) 6132 7100

Guangzhou : Hervé Lambelin

Tél. : (020) 8121 6818

Connexions est édité par la Chambre

de Commerce et d’Industrie Française

en Chine

www.ccifc.org

connexions@ccifc.org

Imprimé par

Versatra Graphics

Toute reproduction même partielle des textes et documents

parus dans ce numéro est soumise à l’autorisation préalable

de la rédaction. La CCIFC décline toute responsabilité quant

aux documents qui lui auraient été fournis, ou aux erreurs qui

auraient pu échapper à son attention. Les propos tenus dans

les articles n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Connexions


Connexions

Sommaire

Numéro 39

Entretien avec Pan Jiahua

« Il y a en Chine un fort potentiel

d’économie d’énergie »

10

28

Entretien avec Pan Jiahua

潘 家 华 先 生 专 访

Dossier Special Energie

L’appétit d’un géant

中 国 巨 大 的 能 源 消 耗

Actualité

Echos de la presse chinoise

14

8

Sur le Net

16

France - Chine

17

10

Entreprises

19

Juridique 26

© A. S. Douard

Dossier Special Energie

L’appétit d’un géant

Toujours plus !

Quand l’Etat tente de calmer la fringale du dragon

La Chine assume sa dépendance

28

Produire et consommer 30

31

36

38

Irremplaçable et irrespirable 40

Des centrales thermiques moins polluantes 41

La Saga des hydrocarbures 42

© Imagine China

42

Dossier

La Saga des hydrocarbures

© TOTAL

Produire autrement, consommer mieux

L’énergie, ennemie n o 1 de l’environnement 48

« La Chine est capable de relever le défi » 50

Les grands chantiers des économies d’énergie 52

Chaque watt compte 52

Réduire la facture énergétique des entreprises 53

CFFCME : l’école des économies d’énergie 54

Créer des bâtiments durables

Aider à moins polluer

FFEM : architecture et environnement

Dongtan paradis écologique sur les bords du

Yangtse

Le laboratoire des énergies vertes

Autant en emporte le vent

L’énergie de la poubelle

54

55

55

Chasser la pollution intérieure 55

58

60

61

62

Les moteurs chinois vont se mettre au vert 62

« La Chine ne doit pas répéter les erreurs des pays 63

occidentaux »

L’eldorado du crédit carbone 64

La mosaïque chinoise 65

France-Chine : atomes crochus 66

Le bel avenir de la houille blanche 68

China Clean Energy Fund 69


Connexions

Sommaire

Numéro 39

76

La Chine à la loupe

Le Shandong

Province de toutes les richesses

80 52

布 列 塔 尼 大 区 La Bretagne

94

Jacques Pourcel,

l’appétit d’un entrepreneur de

Shanghai

© Imagine China

© Agathe Allain

© Olivier Maynard

La Chine à la loupe

Le Shandong, province de toutes les richesses

Acome Xintai : uneJoint-Venture devenue WOFE

74

78

Le groupe SCE : de Nantes à Qingdao 79

Maf Roda se félicite d’avoir choisi Yantai 79

La France à la loupe

La Bretagne

Portrait d’entreprise

H!TANG injecte de l’art dans vos évènements

Culture

Les Gens

Jacques Pourcel, l’appétit d’un entrepreneur

Cinéma

Festival de Deauville 96

Chow Keung producteur indépendant 98

Lire

La sélection de Laurent Ballouhey

98

专 访 潘 家 华 先 生

80

92

94

Ñ“ 中 国 有 很 大 的 节 能 潜 力 ” 12

时 讯 公 司 简 讯

中 文 目 录

Ñ 欧 洲 航 空 业 的 背 后 18

Ñ 标 致 雪 铁 龙 集 团 为 在 中 国 道 路 安 全 领 域 的 新 举 措 : 为 19

在 中 国 开 展 业 务 的 企 业 员 工 提 供 道 路 安 全 知 识 的 培 训

Ñ 中 国 电 信 选 择 上 海 贝 尔 阿 尔 卡 特 在 上 海 提 供 20

精 品 IP 业 务

Ñ 模 西 新 店 在 LG 双 子 座 大 厦 购 物 中 心 隆 重 开 业 21

Ñ 莎 普 蒂 尔 - 埃 米 塔 日 之 至 尊 22

Ñ Bureau Veritas 法 国 国 际 检 验 局 在 中 国 :3600 员 工 24

竭 诚 为 您 服 务

专 栏 : 中 国 巨 大 的 能 源 消 耗

Ñ 总 是 更 多 ! 34

Ñ 大 型 节 能 工 程 56

Ñ 每 一 瓦 都 要 计 算 56

Ñ 帮 助 中 国 减 少 污 染 56

Ñ 设 计 持 久 耐 用 的 建 筑 57

Ñ 供 热 设 备 缩 减 企 业 能 源 开 支 57

Ñ 中 国 电 力 生 产 的 多 元 化 72

Ñ 法 国 与 中 国 : 良 好 的 合 作 72

Ñ 瀑 布 水 能 的 美 好 前 景 73

Ñ Environnement SA 污 染 测 量 计 73

聚 焦 法 国

Ñ 布 列 塔 尼 大 区 83

公 司 特 写

Ñ 海 棠 为 活 动 注 入 艺 术 气 息 93


Entretien avec Pan Jiahua

© A. S. Douard

Pan Jiahua, Directeur exécutif du Centre de

recherche pour le développement durable de

l’Académie Chinoise des Sciences Sociales

Pan Jiahua est économiste,

spécialiste de l’environnement

et de l’énergie. Après un

doctorat à l’Université de

Cambridge, il a travaillé pour

le Programme des Nations

Unies pour le Développement

(UNDP) et participé au groupe

intergouvernemental sur le

changement climatique (IPCC). Il

est aujourd’hui directeur exécutif

du Centre de recherche pour

le développement durable de

l’Académie Chinoise des Sciences

Sociales.

‘‘Il y a en Chine un fort potentiel

d’économie d’énergie’’

Connexions : La consommation énergétique

chinoise augmente très rapidement, depuis quand

observe-t-on ce phénomène ?

Pan Jiahua : C’est relativement récent. En 1980, la

consommation primaire d’énergie était de seulement 650

millions de tonnes équivalent charbon et en 2000, de 1,35

milliard de tonnes. Pendant ces vingt années l’augmentation

a été lente, 3% par an en moyenne, donc moins rapide

que celle du Produit Intérieur Brut. La raison en est que,

dans les années 80 et 90, l’économie chinoise s’appuyait

sur des industries de main-d’oeuvre, qui n’avaient pas

besoin de beaucoup d’énergie. En fait, la consommation

a explosé ces six dernières années. C’est allé très vite et sur

une échelle vraiment très grande. Entre 2001 et 2006, la

demande en énergie a augmenté de 1,1 milliard de tonnes

équivalent charbon. C’est donc plus que pendant les 20

années précédentes ! Cette accélération est tirée par les

productions qui demandent beaucoup d’énergie comme

l’acier par exemple. En 2000, la production sidérurgique en

Chine se chiffrait à 130 millions de tonnes et l’an dernier

le niveau avait atteint 475 millions de tonnes, un tiers de

la production mondiale ! Il faut toujours plus d’acier pour

les immeubles, les chemins de fer, le métro… Avant l’an

2000, en Chine, il n’y avait, pour ainsi dire, pas d’autoroutes,

les aéroports étaient petits et les immeubles n’étaient

pas si nombreux. Aujourd’hui, on construit chaque année

1,5 milliard de mètres carrés de logements, bureaux et

commerces...

10 Connexions


Entretien avec Pan Jiahua

C : La consommation énergétique va donc continuer

à augmenter…

PJ : Oui, c’est vrai. Car les moteurs fondamentaux de la demande

d’énergie sont l’industrialisation et l’urbanisation.

Chaque année, en Chine, 10 millions de personnes rejoignent

les villes. Imaginez en Europe, de telles migrations

‘‘ S’il y a de

réelles carences

énergétiques, elles

ne concernent que

le pétrole ’’

se sont étalées sur plusieurs siècles ! Il faut donc continuellement

construire des

infrastructures

urbaines.

Mais ça veut

dire également que

cette

augmentation

rapide des besoins

énergétiques est une

transition. Quand la

Chine aura achevé sa

transition, vers les années

2025 ou 2030, l’augmentation de la consommation

d’énergie va ralentir. A cette date, il n’y aura tout simplement

plus de place pour construire de nouvelles autoroutes

et plus besoin de nouveaux bâtiments. Pour la démographie,

nous estimons qu’en 2030, la population chinoise

va atteindre un pic et commencer à diminuer. C’est aussi

un facteur de ralentissement de la demande car ce sont

les personnes qui génèrent la consommation. La Chine est

donc comme un adolescent en phase de croissance, elle a

besoin de beaucoup manger ! Le monde ne doit pas s’inquiéter

de ce phénomène, c’est juste une transition.

C : Et à court terme, la politique d’économie d’énergie

du gouvernement peut-elle freiner la hausse de la

consommation ?

PJ :Je pense que oui. La consommation devrait augmenter

à un rythme un peu moins rapide. D’abord, en Chine, une

grande partie des industries consommatrices d’énergie

est archaïque et inefficace. Il y a donc un fort potentiel

d’économie d’énergie en fermant ces usines qui gaspillent

beaucoup. Le gouvernement chinois est déterminé à

maîtriser la croissance de la consommation, à améliorer

l’efficacité énergétique et aussi à encourager les énergies

renouvelables. Les nouvelles réglementations pour

empêcher les gaspillages dans le bâtiment par exemple •••

Connexions 11


Entretien avec Pan Jiahua

•••sont très sévères. Dans le secteur automobile également,

des normes anti-pollution drastiques ont été adoptées en

quelques années seulement. Aujourd’hui, on peut même

dire que l’efficacité énergétique des moteurs automobiles

en Chine est supérieure à celle des véhicules américains.

La volonté politique est donc très forte et les objectifs

ambitieux, mais il faut encore que les mesures soient

viables économiquement. Si on ferme les usines polluantes,

il y a des enjeux sociaux et économiques importants. Il

faut donc trouver des solutions, c’est un véritable défi,

mais je suis optimiste, l’être humain est créatif face aux

problèmes !

C : Si on compare la situation avec celle de l’Inde,

un autre grand pays en développement, la

consommation énergétique par habitant y est moins

importante qu’en Chine, comment expliquez-vous

cette différence ?

PJ : D’abord, en Inde, l’urbanisation est moins rapide

qu’en Chine, il y a moins de migrations internes. Mais

surtout, le modèle industriel y est différent. La Chine suit

le développement des pays occidentaux en passant d’une

économie reposant sur la main d’œuvre, puis sur le capital

et enfin sur la matière grise. Actuellement, la Chine en est

au stade d’une industrie consommatrice de capital, c’est le

modèle qui a le plus besoin d’énergie. L’Inde ne suit pas ce

schéma. Le pays possède une industrie de main d’œuvre

mais, en même temps, son produit intérieur brut provient

en partie du secteur des hautes technologies, il est donc

déjà au troisième stade, celui d’une économie de la matière

grise.

C : L’explosion de la demande à partir de 2001 a été

un défi pour l’approvisionnement. Le pays a connu

des coupures d’électricité ces dernières années.

Finalement, est-ce que la Chine est parvenue à

répondre aux besoins?

PJ : La production a elle aussi augmenté très rapidement

pour suivre la demande. Les coupures d’électricité,

elles, sont liées à des ruptures d’approvisionnement en

charbon. Il y a quelques années, quand le gouvernement

a décidé de fermer les petites mines trop dangereuses,

la production a baissé, provoquant des pénuries par

endroits. La seconde raison, c’est le transport du charbon.

Les réserves sont dans le nord et les consommateurs dans

le sud, il a donc un problème de transport qui peut, à

l’occasion, perturber la production d’électricité. S’il y a de

réelles carences énergétiques, elles ne concernent que le

pétrole. Pour toutes les autres ressources, la Chine possède

des réserves importantes. Aujourd’hui, l’augmentation de

la consommation de pétrole est liée au développement

du parc automobile. Les ventes ont fortement augmenté:

un million de véhicules en 2001, aujourd’hui 7 millions

par an. En 2010, ce sera 10 millions d’unités. Cela dit, les

importations chinoises de pétrole comparées à celles du

Japon, des Etats-Unis ou de l’Union Européenne, sont

encore modestes. •

Propos recueillis par Mathieu Baratier

潘 家 华 专 访

“ 中 国 有 很 大 的

节 能 潜 力 ”

潘 家 华 , 经 济 学 家 和 环 境 能 源 专

家 , 在 剑 桥 大 学 取 得 博 士 学 位 后 ,

在 联 合 国 开 发 计 划 署 工 作 , 并 参 加

了 政 府 间 气 候 变 化 工 作 小 组 , 现 任

中 国 社 科 院 可 持 续 发 展 研 究 中 心 副

主 任 。

中 国 的 能 源 消 耗 增 长 很 快 , 人 们 从 什 么 时 候 开 始 注 意 到 这

一 现 象 ?

潘 家 华 : 是 不 久 前 才 注 意 到 的 。1980 年 , 中 国 的 商 品 能 源

消 费 只 相 当 于 6.5 亿 吨 标 准 煤 , 到 2000 年 , 达 到 了 13.5 亿

吨 。 在 这 20 年 里 , 能 源 消 耗 增 长 缓 慢 , 年 均 3%, 只 有 国

内 生 产 总 值 增 长 率 的 一 半 。 其 原 因 在 于 ,80-90 年 代 , 中

国 经 济 以 劳 动 力 密 集 型 工 业 为 支 柱 , 不 需 要 很 多 能 源 。 能

源 消 耗 激 增 是 近 六 年 才 发 生 的 , 这 种 情 况 迅 速 且 大 规 模 地

蔓 延 开 来 。2001 年 到 2006 年 间 , 能 源 需 求 增 加 了 11 亿 吨

标 准 煤 , 比 1980-2000 二 十 年 增 长 的 总 量 还 多 ! 这 种 增 长

的 加 快 是 被 需 要 大 量 能 源 的 工 业 生 产 拉 动 的 , 例 如 钢 铁 。

2000 年 , 中 国 的 钢 材 生 产 总 量 为 1.3 亿 吨 , 去 年 则 达 到 了

4.75 亿 吨 , 为 世 界 总 产 量 的 1/3! 楼 房 、 铁 路 、 地 铁 …… 都

需 要 更 多 的 钢 材 。 在 2000 年 之 前 , 可 以 说 中 国 没 有 多 少 高

速 公 路 , 机 场 很 少 , 楼 房 没 有 这 么 多 。 如 今 , 我 们 每 年 建

12 Connexions


专 访 潘 家 华 先 生

短 期 来 看 , 政 府 的 节 能 政 策 能 够 阻 止 高 能 耗 吗 ?

潘 家 华 : 我 认 为 能 , 能 源 消 耗 增 长 的 速 度 会 慢 一 些 。 首

先 , 中 国 有 一 大 部 分 高 耗 能 工 业 已 经 过 时 , 而 且 没 有 效

率 。 因 此 , 关 闭 这 些 造 成 大 量 浪 费 的 企 业 , 可 以 有 很 大 的

节 能 潜 力 。 中 国 政 府 决 心 控 制 能 源 消 耗 的 增 长 , 提 高 能 源

利 用 率 , 并 鼓 励 可 再 生 资 源 的 利 用 。 阻 止 能 源 浪 费 ( 例 如

在 建 筑 物 中 的 能 源 浪 费 ) 的 新 法 规 是 非 常 严 厉 的 。 同 样 ,

在 汽 车 行 业 , 一 些 严 格 的 反 污 染 标 准 仅 在 几 年 内 就 被 采 纳

了 。 今 天 , 我 们 甚 至 可 以 说 中 国 机 动 车 的 能 源 利 用 率 比 美

国 车 辆 都 要 高 。 因 此 政 府 的 决 心 是 很 大 的 , 而 且 还 有 很 远

的 目 标 , 然 而 这 些 措 施 在 经 济 上 必 须 是 可 行 的 。 如 果 关 掉

污 染 企 业 , 就 会 产 生 一 些 重 要 的 社 会 和 经 济 问 题 。 因 此 必

须 找 到 解 决 的 途 径 , 这 是 一 个 真 正 的 挑 战 , 但 我 本 人 很 乐

观 , 面 对 问 题 人 们 是 有 创 造 性 的 。

潘 家 华 先 生

造 15 亿 平 方 米 的 住 宅 、 办 公 和 商 住 用 房 。

© A. S. Douard

然 而 , 如 果 与 印 度 —— 另 一 个 发 展 中 大 国 的 情 况 相 比 ,

那 里 的 人 均 能 源 消 耗 要 比 中 国 少 , 您 如 何 解 释 这 种 差 异

呢 ?

潘 家 华 : 首 先 , 印 度 的 城 市 化 进 程 比 中 国 慢 , 国 内 人 口 流

动 比 中 国 少 。 尤 其 是 , 他 们 的 工 业 模 式 和 我 们 不 同 。 中 国

走 的 是 西 方 国 家 的 发 展 道 路 , 从 劳 动 力 密 集 型 经 济 到 资 本

密 集 型 经 济 , 再 到 知 识 型 经 济 。 目 前 , 中 国 正 处 于 资 本 密

集 型 工 业 化 阶 段 , 这 是 一 种 需 要 更 多 能 源 的 经 济 模 式 。 印

度 没 有 走 这 条 路 , 他 们 拥 有 劳 动 力 密 集 型 工 业 , 同 时 国 内

生 产 总 值 的 一 部 分 来 自 高 科 技 行 业 , 因 此 他 们 已 经 部 分 处

于 第 三 阶 段 , 即 知 识 型 经 济 阶 段 。

因 此 能 源 消 耗 将 继 续 增 长 ……

潘 家 华 : 是 的 , 的 确 如 此 , 因 为 能 源 需 求 的 动 力 是 工 业 化

和 城 市 化 。 在 中 国 每 年 有 1000 万 人 口 加 入 到 城 市 中 来 。 在

欧 洲 , 这 样 的 人 口 流 动 是 分 好 几 个 世 纪 才 完 成 的 ! 因 此 我

们 需 要 继 续 建 造 城 市 基 础 设 施 , 但 这 也 说 明 能 源 需 求 的 快

速 增 长 只 是 一 个 过 渡 。 当 中 国 在 2025 年 至 2030 年 结 束 这 段

过 渡 的 时 候 , 能 源 消 耗 的 增 长 将 会 放 慢 。 到 那 时 , 将 不 再

有 修 建 高 速 公 路 的 地 方 , 也 不 再 需 要 新 的 楼 房 。 关 于 人

口 , 我 们 估 计 到 2030 年 中 国 人 口 数 量 将 达 到 顶 峰 , 然 后 开

始 下 降 。 这 也 是 能 源 需 求 放 慢 的 一 个 因 素 , 因 为 是 人 在 消

费 。 所 以 中 国 就 像 一 个 处 于 成 长 期 的 青 少 年 , 需 要 多 吃 !

世 界 不 用 为 这 种 现 象 担 忧 , 这 只 是 一 个 过 渡 。

始 于 2001 年 的 能 源 需 求 激 增 对 能 源 供 应 是 一 个 挑 战 。 中 国

在 最 近 几 年 经 历 过 数 次 断 电 。 请 问 , 中 国 是 否 能 满 足 自 己

的 能 源 需 求 ?

潘 家 华 : 为 了 跟 上 需 求 , 能 源 生 产 也 在 迅 速 增 长 。 断 电 是

由 于 煤 炭 供 应 中 断 造 成 的 。 几 年 前 当 政 府 决 定 关 闭 那 些 危

险 的 小 煤 矿 时 , 生 产 量 下 降 导 致 了 一 些 地 区 煤 炭 供 应 短

缺 。 第 二 个 原 因 是 煤 炭 运 输 问 题 。 煤 炭 储 备 在 北 方 , 而 消

费 者 在 南 方 , 因 此 运 输 问 题 有 时 会 干 扰 电 力 生 产 。 如 果 说

到 中 国 真 正 匮 乏 的 能 源 , 那 只 能 是 石 油 , 因 为 中 国 在 各 种

资 源 上 都 拥 有 丰 富 的 储 量 。 现 在 , 石 油 消 耗 的 增 长 与 汽 车

数 量 的 发 展 紧 密 联 系 。 汽 车 销 售 大 量 增 加 :2001 年 为 每 年

100 万 辆 , 现 在 是 700 万 辆 。 到 2010 年 , 将 是 1000 万 辆 。 这

说 明 , 中 国 的 石 油 进 口 量 与 日 本 、 美 国 或 欧 盟 相 比 , 还 不

算 多 。•

Connexions 13


Actualité échos de la presse chinoise

L’élection présidentielle

© DR

Depuis plusieurs années déjà, les élections dans le monde

et la personnalité des chefs d’Etat étrangers font l’objet

d’une attention soutenue des médias et du public chinois.

L’élection présidentielle française de 2007 a témoigné à

la fois de cette attention et d’un intérêt pour la France

extrêmement vif qui a culminé aux résultats du second

tour.

Premier tour : une mise en perspective presque complète

Les candidats à l’élection présidentielle française, et notamment Nicolas Sarkozy et

Ségolène Royal, ont été très tôt scrutés par les médias chinois. Au cours des mois qui ont

précédé le scrutin, les quatre principaux concurrents ont tous fait l’objet d’interviews et

d’articles en chinois.

Les résultats du premier tour et les débats qui les ont précédés et suivis ont été

diversement mis en valeur. La plupart des grands sites et le portail internet Sina les ont

relégués en pages intérieures. Toutefois, Sohu, son principal concurrent a affiché les

résultats parmi les nouvelles de sa “Une” le lundi 23 avril. Il a consacré par ailleurs tout un

dossier aux élections françaises. Avant le premier tour, on pouvait y voir une présentation

des 12 candidats, et notamment des 4 principaux. Ce n’était cependant qu’une petite mise

en bouche avant la déferlante d’informations sur le deuxième tour.

© DR

Deuxième tour : une médiatisation inédite

Lundi 7 mai, dès 6h du matin, les résultats de l’élection présidentielle française étaient déjà

en première ligne de la “Une” de Sina.

L’intérêt des internautes pour cette information était manifeste, puisque de 6h à 7h, la

Chine qui se lève tôt avait déjà posté une trentaine de commentaires sur l’article présenté

par Sina. Un peu plus tard dans la matinée, Sohu passait les élections françaises en

première ligne, et Sina renchérissait en ajoutant une deuxième ligne consacrée à Nicolas

Sarkozy, “premier président français d’origine étrangère” (article repris du Quotidien de la

Jeunesse Chinoise).

Simultanément, à partir de l’après-midi du 7 mai, la télévision relayait massivement

l’information, en diffusant notamment les félicitations du président Hu Jintao.

Les grands quotidiens du matin se sont emparés du sujet dans leur édition du 8 mai.

Du Xinjing Bao (Beijing News) au Huangqiu Shibao (Global Times), en passant par le

Quotidien du Peuple, le Quotidien de la Jeunesse de Pékin, le China Daily, etc… la plupart des

titres de presse ont annoncé la nouvelle en première page, souvent agrémentée de la

photographie du vainqueur. Les jours suivants, une floraison d’articles sur Nicolas Sarkozy

a continué à occuper les pages des journaux.

Il faut souligner que c’est la première fois en Chine qu’un dirigeant étranger fait l’objet

14 Connexions


française vue de Chine

© DR

d’autant d’attention médiatique en un espace de temps si restreint. Même les Chinois peu

intéressés par la politique ou l’international, même ceux qui étaient incapables de citer le

nom du président français sortant, n’ont pu échapper à l’information.

Des articles laissant passer quelques idées entre les lignes...

Un des premiers articles à circuler fut une analyse des correspondants à Paris de l’agence

Chine Nouvelle, repris un peu partout comme dans le Wenhui Bao. Sous le titre “Sarkozy fait

le serment de rompre avec le passé’’, il cite la phrase “ceux qui peuvent travailler mais ne

le veulent pas, la France ne peut pas continuer à les entretenir”. Il insiste particulièrement

sur le volet économique du programme du candidat élu, plus orienté vers le marché et

la concurrence, attaché à maintenir la place de la France dans le monde et à relancer la

construction européenne, proposant une ligne plus pro-américaine qu’avant, tout en

restant critique.

La plupart des papiers suivants ont brodé sur les mêmes thèmes. Beaucoup insistent en

outre sur le côté atypique du nouveau président, qui est perçu comme plus audacieux

que ses prédécesseurs. Il est décrit comme un homme déterminé et “battant”, et son

caractère “fort” est expliqué par son enfance, où il était moqué à l’école car enfant

d’immigrés, ce qui l’aurait obligé à devoir “faire mieux que les autres”.

De nombreux journalistes affirment la nécessité de la réforme d’une France

économiquement en déclin, et s’étendent avec complaisance sur les 35h.

Les spéculations sur l’évolution de la politique étrangère font naturellement l’objet

d’une attention particulière. L’Allemagne est dite “soulagée” du résultat de l’élection, car

la promesse de Nicolas Sarkozy de faire passer une version simplifiée de la constitution

européenne devant les députés permettrait à la construction européenne de reprendre.

La position plus pro-américaine du nouveau président est également soulignée partout,

sans véritablement de commentaire, mais de nombreux articles comme celui-ci du

Wenhui Bao soulignent que cela ne devrait pas affecter la position de la France sur la

question de Taiwan.

La question des relations avec la Chine est traitée avec nuance. Beaucoup n’hésitent pas

à postuler que le “réalisme” et le “pragmatisme” de la vision internationale du nouveau

président pourrait améliorer la position de la France en Chine, notamment sur le plan

économique. Cette analyse coexiste singulièrement avec l’affirmation que Nicolas Sarkozy

serait réputé exigeant en matière de droits de l’homme. Le nouveau président est perçu

comme un ami des Chinois, ayant un français d’origine chinoise parmi ses proches

conseillers, et s’étant opposé au boycott des jeux olympiques de Pékin envisagé par

François Bayrou et Ségolène Royal (“La Chine est le premier partenaire diplomatique de la

France”).

Entre les deux tours, un article intitulé “Sarkozy remercie la Chine” avait d’ailleurs fait

beaucoup pour la popularité du candidat parmi les internautes, reprenant ses mots de

reconnaissance envers le pays qui l’avait invité alors que sa situation politique était au plus

mal, en 2004. •

Renaud de Spens

Connexions 15


Actualité sur le Net

Les blogs poussent comme des champignons sur la toile chinoise qui en

compte déjà plus de 30 millions. Etudiants, stars du show-business ou paysans,

la blogosphère chinoise élargit sans cesse ses frontières sociales et dans les

millions de débats de ce dédale virtuel, se mêlent les voix des anonymes et des

vedettes.

Sur le web chinois, la contrefaçon est bien souvent un

art. Pour preuve, le pastiche de Jin Yong publié sur

la toile au printemps. L’apparition d’un site enregistré

au nom de cet écrivain à succès a surpris tous ses fans.

Soudain, après plus de 30 ans de silence littéraire, Jin Yong

publiait sur le net deux nouveaux romans dans le

style picaresque dont il a le secret. Sur les forums,

les amateurs ont croisé le fer pour discuter de

l’authenticité de ces textes. C’est finalement Jin

Yong lui-même qui a dénoncé la supercherie,

précisant qu’a son âge, 84 ans, il ne savait

même pas se servir d’un ordinateur.

Le blog de Ding Kefei, lui, est bien réel. C’est

même le premier d’un genre nouveau : le

blog paysan. L’histoire a commencé en février,

quand Ding a découvert internet. Jusqu’alors

sa vie était entièrement consacrée à la confection

des petits pains qu’il vend dans son village du

Zhejiang. Poussé par la curiosité, Ding Kefei a ouvert un

site personnel pour présenter ses «mantous 1 ». Il y affiche

les photos de son atelier et toute sa famille,

la main à la pâte. Ce site très

simple a attiré l’attention

des chroniqueurs

du web.

Quelques liens

h y p e r te x te s

bien placés ont

suffi pour lancer

l’effet boule de

neige. Sur les pages

du blog, s’accumulent les

messages de soutien et les commentaires

admiratifs pour cet artisan

modeste et enthousiaste. Sans compter

les internautes alléchés par les clichés

qui veulent commander des «mantous».

En quelques mois, Ding Kefei a multiplié

sa production et surtout il est devenu

le pionnier d’une nouvelle communauté

virtuelle : les paysans bloggeurs.

Sur les conseils des internautes,

il a déposé le nom de sa

Ding Kefei

est devenu le

pionnier d’une

nouvelle communauté

virtuelle : les

paysans

bloggeurs

marque le « Kefei Mantou » et planté une grande pancarte

pour indiquer l’emplacement de sa boutique. Cette belle

réussite n’a pas échappé aux autorités locales qui ont crée

le « village des blogs de paysans» pour mettre en valeur

les productions agricoles locales. Piments, huîtres, mandarines…

une bonne douzaine de paysans se sont

mis au blog. Les photos sont floues, les textes

souvent limités au numéro de portable de

l’agriculteur et les visiteurs sont rares. Mais

les autorités du district veulent croire que

le développement des campagnes chinoises

passe aussi par internet.

En attendant l’arrivée des paysans, les

blogs les plus courus restent ceux des stars

du show business. D’ailleurs, le site personnel

le plus consulté du monde se trouve en

Chine, c’est celui de Xu Jinglei. Il a reçu plus de

86 millions de visiteurs depuis sa mise en ligne en

octobre 2005, un record absolu. Xu Jinglei y raconte

son quotidien d’actrice et de réalisatrice à succès. Certains

fans restent devant leur ordinateur très tard la nuit pour

être les premiers à réagir aux nouveaux textes. Ce succès

phénoménal en a déjà

engendré d’autres

pour Xu : un best

seller publié en

2006 et, depuis

le mois

d’avril de

cette année,

un webzine

dont elle est

rédactrice en chef. Cette expérience

de journalisme laisse

perplexe Wang Xiaofeng 2 qui explique

sur son site personnel que

ce magazine en ligne est voué à

l’échec car rien ne pourra remplacer

les bons vieux blogs. •

Mathieu Baratier

© Agathe Allain

1

pains chinois cuits à la vapeur

2

journaliste blogger très actif sur le net chinois

www.wangxiaofeng.net

16 Connexions


Actualité France - Chine

Les PME à l’assaut des marchés chinois et vietnamien

Qui a dit que les PME françaises hésitaient à aller en Asie ? Suite au succès des Forums

de Shanghai et de Hong Kong en novembre 2005 et 2006, UBIFRANCE organise

de nouvelles rencontres d’affaires en Chine qui se dérouleront à Pékin les 19 et 20

novembre. Les PME françaises pourront poursuivre leurs programmes de rencontres,

les 22 et 23 novembre, dans d’autres villes chinoises ou à Hanoï, dans le cadre du

8ème Forum ASEAN organisé en partenariat avec les Conseillers du Commerce

Extérieur de la France et le MEDEF International. 200 PME françaises sont attendues

en Asie autour des Forums Chine et Vietnam.

Les Forums d’UBIFRANCE, l’Agence de soutien aux

exportations, ont démontré leur efficacité pour

entraîner de nouvelles PME françaises sur des

marchés à fort potentiel. Il s’agit de conventions d’affaires

de grande envergure qui offrent aux participants l’occasion

de rencontrer des partenaires ou des clients potentiels de

leurs secteurs d’activités grâce à un programme de rendezvous

personnalisés avec des entreprises étrangères.

Le dernier en date, Med-Allia, organisé à Casablanca, avait

rassemblé, en février dernier, 428 entreprises dont 200 PME

françaises autour de 4800 rendez-vous individuels. Avant

lui, le Forum France-India, organisé en Inde en décembre

2006, avait permis à 180 sociétés françaises de rencontrer

1100 sociétés indiennes autour de 4200 rendez-vous. En

2005, c’est 289 entreprises et organismes français qui

avaient rencontré 700 entreprises chinoises autour de

plus de 5200 rendez-vous à Shanghai et à Hong Kong.

Chaque fois, les participants dans leur grande majorité

prospectaient ces marchés pour la première fois.

Lors du prochain Forum Chine, les PME françaises

participeront pendant deux jours à Pékin à des rendezvous

ciblés avec des partenaires potentiels, sélectionnés

selon leurs projets. Cette opération collective est d’autant

plus attractive pour les PME qu’elle permettra aussi de

rencontrer des professionnels spécialisés dans l’approche

du marché chinois. Les participants pourront les consulter

au sein du « village experts » organisé à cette occasion.

Ces rencontres seront suivies d’extensions possibles les 22

et 23 à Shanghai, Canton-Shenzhen, Taipei, Hong Kong,

Chengdu mais également à Hanoi au Vietnam dans le

cadre du 8ème Forum ASEAN.

Le Forum Vietnam / ASEAN repose sur un partenariat

entre UBIFRANCE, la Mission Économique de Hanoï, les

CCEF (Conseillers du Commerce Extérieur de la France)

Louis Michel Morris, directeur général d’Ubifrance

lors du forum PME 2005 à Shanghai

et le MEDEF International. Il sera organisé les 22 et 23

novembre à Hanoï dans le sillage du 8ème Forum ASEAN.

Cet espace d’échanges et de découvertes sera l’occasion

de mieux comprendre les 10 pays de l’ASEAN* et donnera

lieu à des rendez vous BtoB avec des chefs d’entreprises

vietnamiens.

*L’ASEAN se compose des pays suivants : Birmanie,

Brunei, Cambodge, Indonésie, Laos, Malaisie, Philippines,

Singapour, Thaïlande, Vietnam

Forums Chine et Vietnam

Contact inscription : Marc-Antoine Lopez, UBIFRANCE.

Tél. 01 40 73 33 50 - mail : marc-antoine.lopez@ubifrance.fr

www.ubifrance.fr/blogforums2007 •

© UBIFRANCE

Connexions 17


Actualité France - Chine

China Europa en 2007

La seconde édition de la convention

d’affaires industrielle China Europa est

annoncée du 11 au 13 décembre 2007

au Havre.

Expo photo

« Coulisses de l’aéronautique européenne»

Dans le cadre des « Journées Scientifiques »,

l’Ambassade de France en Chine, présente en juin

2007 l’exposition MAE/EADS « Les coulisses de

l’aéronautique européenne » réalisée par Antoine

Gonin. Né en 1951, ce photographe de talent se

spécialise dans l’image industrielle et publicitaire.

Il a parcouru l’Europe pour la réalisation de ces

photographies représentant les principaux secteurs

d’activités d’EADS. Au fil des ans il a su capturer des

images spectaculaires, qu’il s’agisse du plus gros

avion de passagers au monde, de supraconducteurs

ou d’avions en soufflerie. Il sait mettre en valeur les

aspects incroyables de la technologie grâce à un sens

parfait de la composition et un talent rare pour jouer

avec les éclairages. A Pékin, à l’Alliance Française du

lundi 4 juin 2007 au samedi 30 juin 2007. A Shanghai

du samedi 14 juillet 2007 au vendredi 27 juillet 2007

au Centre Franco-chinois de l’Université Tongji.

《 欧 洲 航 空 业 的 背 后 》

安 托 尼 ・ 戈 楠 摄 影 展

安 托 尼 ・ 戈 楠 生 于 1951 年 , 自 学 习 摄 影 专 业

后 , 专 门 从 事 工 业 及 广 告 图 片 影 像 创 作 。 他

走 遍 欧 洲 , 拍 摄 了 这 些 代 表 欧 洲 航 空 防 务 及

航 天 公 司 主 要 领 域 的 照 片 。

这 些 年 中 , 他 逐 渐 懂 得 了 如 何 捕 捉 到 令 人 震

撼 的 影 像 , 如 关 于 世 界 最 大 的 客 运 飞 机 , 超

导 电 体 等 图 像 。 并 且 凭 借 自 己 完 美 的 构 图 感

和 对 光 线 把 握 的 过 人 之 技 , 让 我 们 充 分 领 略

到 科 技 令 人 惊 叹 的 一 面 。

© Antoine Gonin

Principal critère de réussite d’une convention

d’affaires, le taux de réinscriptions de China Europa

a atteint près de 85%. Quelque 300 entreprises

présentes, 3 000 rendez-vous d’affaires, la venue de

Christine Lagarde, Ministre déléguée au Commerce

extérieur et de Shi Guangsheng, représentant de

Bo Xilai, Ministre du Commerce de la République

Populaire de Chine : China Europa 2006 s’est avéré un

véritable succès.

Cette année, le Ministère du Commerce de

la République Populaire de Chine renouvelle

son partenariat et le renforce en devenant coorganisateur

officiel de l’événement. Côté exposition,

les participants bénéficieront de la création de 4

villages sectoriels et d’un village « Invest In » - dédié

aux territoires et aux services - qui fournira une

information complète sur l’accompagnement des

projets de coopération. www.china-europa.org

Mieux connaître le

marché chinois

Journée Débat à Hong Kong

le 22 octobre 2007

La Chambre de Commerce française à Hong Kong,

la Mission Economique et les CCE organisent le

22 octobre prochain une journée débat avec les

meilleurs spécialistes de la Chine pour connaître

l’actualité et l’état du Monde chinois. Une rencontre

spécialement réservée aux chefs d’entreprises et

aux PME qui souhaitent travailler avec la Chine :

une réelle opportunité pour s’informer, prendre des

contacts et échanger avec d’autres entreprises sur

les opportunités de ce vaste marché. Pour recevoir

plus d’informations sur ‘Le Monde chinois’ contactez:

La Chambre de Commerce Française de Hong Kong

Nathalie Robert au +852 21 16 50 39 ou 25 23 68 18

project@fccihk.com

18 Connexions


Actualité entreprises

PSA Peugeot Citroën : nouvelle initiative en faveur de

la sécurité routière en Chine

Partenaire historique du développement durable

de l’industrie automobile chinoise, PSA Peugeot

Citroën accorde une importance primordiale aux

questions de sécurité routière en Chine. A l’occasion de la

semaine mondiale de la Sécurité Routière organisée par

l’Organisation Mondiale de la Santé, le Groupe propose

une nouvelle initiative : offrir des formations à la sécurité

routière aux employés des grandes entreprises en Chine.

Cette formation, d’une durée de deux heures environ, est

ouverte non seulement aux chauffeurs professionnels

mais également à l’ensemble des employés titulaires

d’un permis de conduire. Elle permet de comprendre

les différents aspects de cette question (humains,

technologiques, médicaux, sociétaux) tout en offrant, en

s’appuyant sur des exemples concrets et des mises en

situation, des conseils pratiques permettant d’améliorer

la sécurité (port de la ceinture de sécurité, réduction de

la vitesse, rester courtois au volant, ne pas boire d’alcool

avant de conduire…). Les accidents de la route, qui

causent la mort de près de 300 personnes par jour en

Chine, représentent un drame humain mais également

un coût économique très important pour la société, la

Les accidents de la route représentent un coût humain

très élevé pour la Chine et un fardeau économique très

lourd, estimé à 12,5 milliards de dollars par an, par

l’OMS.

majorité des victimes des accidents étant des personnes

en âge de travailler. Pour une entreprise, les accidents

de la circulation représentent une part importante

des accidents du travail. Améliorer la sécurité routière

participe à l’amélioration de la sécurité au travail et donc

de la performance économique de l’entreprise. Pour plus

d’information sur ces actions : www.psa.net.cn •

© PSA

标 致 雪 铁 龙 集 团 为 在 中 国 道 路 安 全 领 域 的 新 举 措 :

为 在 中 国 开 展 业 务 的 企 业 员 工 提 供 道 路 安 全 知 识 的 培 训


致 雪 铁 龙 集 团 作 为 中 国 汽 车 工 业 发 展 的 历 史 祸 的 受 害 者 年 龄 在 25 到 55 岁 之 间 , 即 劳 动 力 年 龄 。 对 于 企

性 伙 伴 , 特 别 关 注 中 国 的 道 路 安 全 问 题 , 多 业 来 说 , 道 路 交 通 事 故 是 工 伤 事 故 的 一 个 重 要 原 因 。 改 善

年 来 于 该 领 域 一 直 不 遗 余 力 地 积 极 努 力 。 道 路 安 全 状 况 是 劳 动 安 全 改 善 的 因 素 之 一 , 也 是 企 业 提 高

在 世 界 卫 生 组 织 举 办 国 际 道 路 安 全 周 之 际 , 标 致 雪 铁 业 绩 的 一 个 重 要 组 成 部 分 。

龙 集 团 高 兴 地 宣 布 其 在 道 路 安 全 宣 传 领 域 的 又 一 创 新 举 这 一 新 举 措 是 标 致 雪 铁 龙 集 团 开 展 的 其 他 行 动 的 补

措 : 即 为 在 中 国 开 展 业 务 的 大 型 公 司 举 办 道 路 安 全 知 识 培 充 , 而 标 致 雪 铁 龙 集 团 在 中 国 道 路 安 全 知 识 的 传 播 领 域 处

训 。

于 领 先 地 位 。 自 2004 年 以 来 , 集 团 在 中 国 8 个 城 市 创 办 了

这 样 的 主 题 培 训 大 约 需 要 用 时 2 个 小 时 左 右 , 不 仅 是 道 路 安 全 媒 体 俱 乐 部 , 俱 乐 部 把 媒 体 , 道 路 安 全 领 域 的 专

针 对 职 业 驾 驶 员 , 也 适 合 所 有 拥 有 驾 驶 执 照 的 普 通 驾 驶 家 及 相 关 政 府 部 门 汇 集 在 一 起 。 另 外 , 集 团 还 资 助 了 3 个

员 。 这 样 的 培 训 能 帮 助 大 家 更 好 地 领 会 该 领 域 的 各 个 不 同 由 中 国 知 名 科 研 机 构 开 展 的 于 道 路 安 全 领 域 的 科 研 课 题 的

的 侧 面 ( 人 文 , 技 术 , 医 疗 , 社 会 等 ), 同 时 在 对 具 体 示 研 发 。 去 年 , 标 致 雪 铁 龙 集 团 与 中 国 疾 病 预 防 控 制 中 心

例 及 场 景 的 解 说 过 程 中 提 供 实 用 性 建 议 , 目 的 是 改 善 道 路 (CDC),《 父 母 》 杂 志 社 共 同 举 办 了 以 儿 童 乘 车 安 全 为

安 全 现 状 。( 佩 戴 安 全 带 , 减 速 , 文 明 驾 驶 , 禁 止 酒 后 驾 主 题 的 大 型 宣 传 活 动 。 今 年 年 初 , 标 致 雪 铁 龙 集 团 与 北 京

车 ......)。

汽 车 报 共 同 举 办 了 “ 文 明 驾 驶 ” 主 题 摄 影 展 活 动 。•

中 国 每 天 因 道 路 交 通 事 故 死 亡 的 人 数 接 近 300 人 , 这 不 预 知 更 多 详 情 , 请 登 陆 集 团 中 文 官 方 网 站 :

仅 是 人 类 的 悲 剧 也 给 社 会 经 济 带 来 巨 大 的 损 失 , 大 多 数 车 www.psa.net.cn

Connexions 19


Actualité entreprises

China Telecom choisit Alcatel-Lucent pour distribuer

des services IP de haute qualité

Shanghai Telecom, une filiale de China Telecom, a

choisi la solution IP/MPLS d’Alcatel-Lucent pour

optimiser et étendre son réseau métropolitain à

Shanghai. À l’issue de ce projet, les abonnés de Shanghai

Telecom pourront bénéficier d’une meilleure qualité et

d’une plus grande flexibilité. Ce contrat a été remporté

par Alcatel Shanghai Bell, la filiale d’Alcatel-Lucent en

Chine.

Shanghai Telecom compte environ neuf millions

d’abonnés qui génèrent une immense demande de

services avancés pour la transmission de données. Afin

de faire face à ces exigences et anticiper la croissance

future, Alcatel-Lucent fournira à Shanghai Telecom une

solution IP/MPLS à la pointe de l’innovation comprenant

son routeur de services 7750 SR et son commutateur

de services Ethernet 7450 ESS. Ce déploiement, qui sera

achevé en milieu d’année 2007, permettra à Shanghai

Telecom de proposer des services IP avec le niveau de

qualité requis pour les services VPLS (Virtual Private LAN

Services) de Couche 2 et VPN IP de Couche 3, ainsi que les

futurs services réseau de nouvelle génération.

Aujourd’hui, les grands opérateurs chinois ont choisi

Alcatel-Lucent pour optimiser leurs réseaux et fournir à

leurs clients des services voix, données et vidéo à haute

performance et de classe opérateur. Shanghai Telecom

Centre R&D de Alcatel à Shanghai

rejoint plus de 160 fournisseurs de services de soixante

pays qui ont déjà choisi l’offre IP d’Alcatel-Lucent. Selon

Ovum-RHK, institut d”études de marché et de conseils

en télécom, au quatrième trimestre 2006, Alcatel-Lucent

était le numéro deux du marché IP/MPLS Edge, avec 19 %

de parts de marché. http://www.alcatel-bell.com.cn •

© Imagine China

中 国 电 信 选 择 上 海 贝 尔 阿 尔 卡 特 在 上 海 提 供 精 品 IP 业 务


海 贝 尔 阿 尔 卡 特 今 天 宣 布 中 国 电 信 下 属 的 上

海 电 信 选 择 了 阿 尔 卡 特 朗 讯 的 IP/MPLS 解 决

方 案 扩 容 并 优 化 其 IP 城 域 网 。 项 目 完 成 后 ,

上 海 电 信 的 用 户 将 能 够 享 受 到 一 系 列 高 质 量 、 高 灵 活 度 的

基 于 IP 的 精 品 业 务 。

上 海 电 信 拥 有 将 近 9 百 万 用 户 , 对 于 先 进 数 据 业 务 有

巨 大 需 求 。 上 海 贝 尔 阿 尔 卡 特 为 上 海 电 信 提 供 的 先 进 的

IP/MPLS 解 决 方 案 将 能 够 满 足 用 户 对 数 据 业 务 的 需 求 并 为

上 海 电 信 提 供 了 未 来 业 务 拓 展 的 空 间 。 上 海 贝 尔 阿 尔 卡 特

IP/MPLS 解 决 方 案 包 括 7750 业 务 路 由 器 (SR) 以 及 7450 以

太 网 业 务 交 换 机 (ESS)。 项 目 预 计 于 2007 年 中 完 成 , 届 时

上 海 电 信 将 能 够 提 供 具 备 QoS( 服 务 质 量 )、 基 于 SLA( 服

务 水 平 协 议 ) 的 IP 业 务 , 包 括 Layer 2 VPLS, Layer 3 IP VPN 业

务 , 以 及 未 来 的 下 一 代 网 络 业 务 。

目 前 , 包 括 中 国 电 信 、 中 国 联 通 、 中 国 网 通 以 及 中 国

移 动 在 内 的 国 内 主 要 运 营 商 都 选 择 了 阿 尔 卡 特 朗 讯 7750 业

务 路 由 器 来 优 化 其 数 据 、 声 音 和 视 频 的 传 输 服 务 。 在 中

国 的 34 个 省 、 市 、 自 治 区 中 , 阿 尔 卡 特 朗 讯 的 IP/MPLS 解

决 方 案 正 服 务 于 其 中 33 个 省 、 市 、 自 治 区 的 网 络 。 在 全

球 有 60 多 个 国 家 的 160 多 家 服 务 供 应 商 都 选 择 了 阿 尔 卡 特

朗 讯 的 IP 解 决 方 案 。 根 据 Ovum-RHK 的 研 究 结 果 ,2006 年

第 四 季 度 , 阿 尔 卡 特 朗 讯 以 超 过 19% 的 市 场 份 额 跃 居 全 球

IP/MPLS 边 缘 市 场 第 二 位 。

http://www.alcatel-bell.com.cn •

20 Connexions


公 司 时 讯

Mushi s’installe dans les tours L.G. à Pékin

Située dans les « Twins Mall», la

nouvelle boutique Mushi est

un véritable écrin reflétant le

raffinement et l’élégance des créations

de la styliste Caroline Deléens.

L’alliance du blanc et du noir, la

noblesse des matériaux utilisés

subliment les vêtements tout en

créant une atmosphère pure et

équilibrée. Le décor intérieur, intime

et sobre permet à la clientèle initiée

d’y retrouver le style avant–gardiste et

sophistiqué de Mushi.

Ce nouvel espace, conçu par le

Cabinet Spoon, est le fruit de la

rencontre entre la styliste Caroline

Deléens et l’architecte d’intérieur

Eric Prigent, ambassadeurs de « la

Création Française » ayant choisi de

s’installer en Chine pour y exprimer

et développer leurs talents. Lors de l’inauguration officielle

par S.E.M. Hervé Ladsous, Ambassadeur de France en

Chine et Monsieur Yuhn Sihk Pahk, Président des tours

L.G. le 8 mai dernier, les quelques 200 invités présents ont

pu découvrir la collection Printemps Eté 2007 « Souvenirs

d’Enfance », présentée de manière insolite par les belles

mannequins Mushi dans des boites à poupées géantes!


计 考 究 的 模 西 新 店 , 巧 妙 的 映 射 出 设 计 师 卡

洛 琳 德 林 斯 的 服 装 设 计 精 巧 、 考 究 且 优 雅

的 特 点 。

其 装 潢 也 巧 妙 地 融 合 了 黑 与 白 两 种 元 素 , 贵 族 原 料 和

高 级 成 衣 更 能 衬 托 出 纯 净 而 和 谐 的 气 氛 。 当 您 推 开 模 西 的

门 , 一 种 强 烈 应 邀 的 感 觉 带 您 进 入 了 一 个 独 特 的 世 界 。 内

部 的 装 潢 让 您 感 觉 立 刻 与 外 部 世 界 隔 离 , 充 分 享 受 到 前

卫 、 讲 究 和 永 恒 的 模 西 风 格 。

这 一 新 的 模 西 空 间 , 由 法 国 SPOON 设 计 工 作 室 构 思 ,

是 模 西 设 计 师 卡 洛 琳 和 SPOON 的 设 计 总 监 Eric 共 同 商 议 的

结 果 , 十 足 的 “ 法 国 制 造 ” 在 中 国 充 分 地 展 示 了 他 们 的 才

华 。

新 店 开 业 典 礼 于 2007 年 5 月 8 日 , 由 尊 敬 的 法 国 驻 华

大 使 Hervé Ladsous 先 生 和 LG 双 子 大 厦 总 经 理 Yuhn Sihk

La collection Printemps-Eté de Mushi Souvenirs d’enfance

模 西 新 店 在 LG 双 子 座 大 厦 购 物 中 心 隆 重 开 业

Parmi les invités, de nombreux clients, beaucoup de

journalistes, des personnalités et la présence amicale de

l’actrice Yu Nan (Ours d’Or au Festival du Cinéma de Berlin

2007 pour le film Le Mariage de Tu Ya), fidèle ambassadrice

de la marque Mushi et le chanteur Bobby Tailor, véritable

mythe de la Rock & Soul américaine qui découvrit et

produisit Michael Jackson il y a quelques années. •

Pahk 先 生 与 模 西 时 装 设 计 师 卡 洛 琳 小 姐 剪 彩 , 并 由 法 国 大

使 先 生 发 表 讲 话 宣 布 模 西 新 店 隆 重 开 业 。 对 于 模 西 而 言 ,

5 月 8 日 也 是 个 特 殊 的 日 子 —— 设 计 师 兼 总 经 理 卡 洛 琳 小 姐

三 十 岁 的 生 日 。

当 晚 , 身 着 模 西 服 装 打 扮 成 娃 娃 站 在 方 盒 子 里 的 模

特 , 营 造 出 的 独 特 气 氛 引 起 了 全 场 嘉 宾 的 注 意 , 由 此 揭 开

了 模 西 2007 春 夏 新 款 的 主 题 “ 童 年 的 回 忆 ”。

到 场 嘉 宾 超 过 200 人 , 包 括 影 视 明 星 , 歌 星 , 艺 术 家

和 一 些 忠 实 顾 客 , 尤 其 是 前 不 久 以 电 影 “ 图 雅 的 婚 礼 ” 在

柏 林 电 影 节 获 得 金 熊 奖 的 著 名 女 演 员 余 男 的 到 场 , 更 为

模 西 增 添 了 一 些 光 芒 , 余 男 本 人 也 对 模 西 女 装 情 有 独 钟 。

同 时 , 著 名 歌 星 Michael Jackson 的 导 师 , 美 国 著 名 音 乐 人

Bobby Taylor 的 来 临 , 也 为 当 晚 的 开 业 酒 会 增 色 不 少 。•

© Mushi

Connexions 21


Actualité entreprises

Michel Chapoutier : « vin et biodynamie »

Le nom Chapoutier est connu en Vallée du Rhône

depuis 1808. La famille Chapoutier a toujours cultivé

l’esprit d’aventure dans les vins et leur commercialisation.

Sept générations plus tard, Michel Chapoutier

développe cette philosophie en produisant des vins

uniques tant rouges que blancs. La légende M. Chapoutier

vient de sa volonté de combiner l’audace à la créativité. Ses

plus grands vins ont été régulièrement notés 100/100 ces

quatre dernières années, par Mr. Robert Parker (un des plus

influents critiques de vin au monde).

La passion de la vigne et du vin, la conscience de la nécessité

de respecter la terre et son terroir ont conduit la

maison M. Chapoutier a adopté la culture biodynamique.

Cette rigoureuse méthode a pour ambition de s’assurer

que les sols vivent et expriment leurs plus grands potentiels.

Proposer une “appellation d’origine contrôlée”, c’est

mettre en avant d’abord l’expression du terroir. Cette expression,

transformation du minéral en végétal, ne peut

exister que par un terroir en bon état, un terroir en vie. Le

terroir est le lien entre la vigne et la signature du vigneron.

Michel Chapoutier appose le Braille sur l’ensemble de ses

étiquettes à partir de 1996. Au-delà de ce vibrant hommage

à Maurice Monnier de la Sizeranne 1 c’est également

l’ouverture et tolérance envers tous les malvoyants,

amateurs de bons vins qui est soulignée. M. Chapoutier se

distingue a nouveau en étant la seule maison à utiliser de

telles étiquettes. •

© Torres China

1

propriétaire de la parcelle de l’Hermitage la Sizeranne, et également inventeur de la première version de

braille abrégé

莎 普 蒂 尔 - 埃 米 塔 日 之 至 尊


普 蒂 尔 家 族 以 生 产 优 质 红 葡 萄 酒 和 一 些 最 高 端 的 法 国 白 葡 萄 酒 而 闻 名 于 世 。 米 歇 尔 · 莎 普 蒂 尔 成 功 地 将 胆 识 与 创 新 完

美 结 合 , 谱 写 了 莎 普 蒂 尔 家 族 新 的 传 奇 篇 章 。

出 自 于 对 葡 萄 园 和 葡 萄 酒 的 无 限 热 爱 以 及 对 土 地 和 环 境 的 尊 重 , 米 歇 尔 · 莎 普 蒂 尔 在 酒 园 里 采 用 了 生 物 动 力 耕 种 法 。

这 种 纯 生 态 的 耕 种 方 法 目 的 是 使 土 壤 充 满 生 机 和 活 力 , 其 宗 旨 与 法 国 优 良 葡 萄 酒 法 定 产 区 等 级 体 系 (AOC) 不 谋 而 合 。

而 当 1996 年 将 盲 文 印 制 在 莎 普 蒂 尔 所 有 系 列 的 葡 萄 酒 酒 标 上 时 , 使 其 卓 尔 不 凡 的 自 信 更 是 显 露 无 遗 。 这 些 盲 文 的 内 容 显 现 了 埃 米 塔 日

酒 园 的 悠 久 历 史 , 也 是 莎 普 蒂 尔 葡 萄 酒 的 标 志 之 一 。 这 也 是 有 历 史 记 载 以 来 葡 萄 酒 生 产 商 首 次 将 盲 文 印 制 在 酒 标 上 。 莎 普 蒂 尔 葡 萄 酒

已 经 成 为 法 国 罗 纳 河 谷 最 著 名 的 品 牌 之 一 。•

22 Connexions


Actualité entreprises

Bureau Veritas (BV) s’investit pour le développement

durable en Chine

L

eader mondial de la certification (ISO 9000

en autres) et de la supervision technique des

constructions, Bureau Veritas (BV) a lancé

une campagne de communication mondiale accompagnant

sa nouvelle signature « Move Forward with

Confidence ». Cela se traduit par un nouveau site web

www.bureauveritas.com très apprécié grâce à l’accès aux

50 films de 2 minutes chacun expliquant comment sont

réalisés nos services et 30 études de cas clients.

En Chine, avec 35 bureaux et laboratoires, BV connaît

une croissance organique moyenne en 2007 de 30% par

rapport à 2006 et a engagé un processus de croissance

externe. BV prévoit le recrutement de près de 1,000

personnes en 2007. L‘inauguration du nouveau siège

social de BV (3,500 m 2 de bureaux) à Shanghai est prévue

en septembre 2007.

Leader mondial de l’inspection et du contrôle des

installations nucléaires, BV est sponsor du séminaire

«nucléaire» organisé à Pékin en juin 2007 entre les autorités

chinoises et françaises.

Dans l’énergie hydraulique, BV est connu pour avoir

réalisé l’inspection des 14 unités de turbo génération du

barrage des Trois Gorges. Egalement dans les énergies

renouvelables, BV travaille pour les plus grands fabricants

d’éoliennes en Chine, tels que Gamesa Eolica S.A., GE Wind

et Suzlon. Toujours dans le domaine du développement

durable, BV offre des services de validation et de vérification

liés à la réduction des gaz à effet de serre.

Enfin, dans les services liés à la construction (plus de 150

projets réalisés en Chine), BV réalise en Chine des audits

ayant pour but l’économie d’énergie. •

© Bureau Vertitas

Bureau Veritas 法 国 国 际 检 验 局 在 中 国 :3600 员 工 竭 诚 为 您 服 务


为 世 界 级 的 认 证 (ISO 9000, 14000,......) 检 验 机 构 ,Bureau Veritas 法 国 国 际 检 验 局 最 近 发 布 了 公 司 最 新 标 语 « Move

Forward with Confidence », 并 进 行 了 相 关 公 关 活 动 。 公 司 的 官 方 网 站 www.bureauveritas.com 也 推 出 了 介 绍 公 司 业 务

的 系 列 短 片 。 短 片 共 有 58 个 , 每 个 持 续 2 分 钟 , 介 绍 了 BV 的 服 务 内 容 ; 更 有 30 个 案 例 分 析 帮 助 大 家 了 解 BV 是 如 果 向

客 户 提 供 高 附 加 值 服 务 的 。

在 中 国 , 法 国 国 际 检 验 局 的 35 个 办 公 室 和 实 验 室 的 全 体 员 工 在 质 量 , 健 康 , 安 全 , 环 境 (QHSE) 以 及 社 会 责 任 等 众 多 领 域 向 广 大

客 户 提 供 多 方 位 服 务 。 公 司 2007 年 有 机 增 长 比 2006 年 提 高 了 30%, 并 且 在 外 延 增 长 上 也 逐 步 走 上 正 轨 。 公 司 计 划 本 年 度 招 收 近 千 名 职

员 ; 在 上 海 的 总 部 也 将 在 9 月 份 迁 址 (3500 平 方 米 办 公 区 ) 以 适 应 如 此 迅 猛 的 发 展 。

公 司 在 核 电 方 面 的 丰 富 经 验 帮 助 其 成 为 6 月 中 法 政 府 间 核 电 高 峰 论 坛 的 主 要 赞 助 商 。

在 举 世 闻 名 的 三 峡 水 电 项 目 中 , 法 国 国 际 检 验 局 负 责 左 岸 14 台 水 轮 机 和 发 电 机 组 的 全 球 制 造 监 理 。 在 可 再 生 能 源 领 域 , 公 司 还 为

大 型 风 力 设 备 制 造 商 如 Gamesa Eolica S.A., GE 风 能 和 Suzlon 提 供 复 杂 设 备 监 造 和 现 场 安 装 监 理 等 服 务 。 法 国 国 际 检 验 局 坚 持 在 可 持

续 发 展 以 及 与 《 京 都 议 定 书 》 相 关 的 领 域 提 供 二 氧 化 碳 减 排 的 确 认 与 验 证 服 务 。

法 国 国 际 检 验 局 还 凭 借 其 在 建 筑 业 的 丰 富 经 验 , 向 在 中 国 开 发 工 业 , 商 业 以 及 民 用 建 筑 的 建 筑 商 提 供 能 效 评 估 和 节 能 等 方 面 的

服 务 , 到 目 前 为 止 已 经 在 中 国 完 成 了 超 过 150 个 项 目 。•

24 Connexions


Actualité juridique

Ouverture du secteur des services bancaires aux

particuliers pour les banques étrangères

Par Virginie Deslandres, Avocat associé, cabinet Norton Rose

Le nouveau règlement sur le fonctionnement des banques étrangères en Chine est entré

en vigueur le 11 décembre 2006.

Conformément aux engagements pris par la Chine à la suite

de son entrée à l’OMC, la fourniture de services bancaires aux

particuliers, en RMB 1 et en devises, est désormais ouverte aux

institutions bancaires étrangères établies en accord avec la

nouvelle règlementation. Des conditions de solvabilité et de

sérieux doivent cependant être remplies par ces institutions :

• au moins 10 milliards de dollars de fonds propres ;

• une présence sur le territoire chinois depuis plus de trois ans ;

• 1 milliard de yuans de capital social ; et

• 100 millions de yuans de fonds de roulement pour chacune

des succursales.

Les banques étrangères souhaitant s’installer en Chine ont deux

formes d’implantation à leur disposition : banque à capitaux

entièrement étrangers ou joint venture bancaire avec un

partenaire chinois. A l’instar des autres secteurs, c’est sans doute

la première forme qui sera retenue par la majorité des banques

étrangères, afin d’obtenir une plus grande autonomie d’action.

• services de coffre-fort ; et

• recherche et conseil en matière de crédit.

Pour offrir ces services à leurs clients, les banques étrangères

doivent obtenir une approbation spéciale de la China Banking

Regulatory Commission, l’autorité de tutelle du marché

bancaire. Pour l’obtenir, elles devront avoir une activité en Chine

depuis au moins trois ans et avoir été profitables pendant les

deux années précédant la demande. Si la nouvelle structure est

issue d’une succursale créée sous l’ancien régime, l’historique

de cette succursale sera pris en compte.

Il reste possible de maintenir une activité en Chine sous forme

de succursale (créée dans le cadre de l’ancien régime, sans

personnalité juridique), cependant elles ne pourront proposer à

leurs clients chinois que des dépôts à terme pour des montants

supérieur à 1 million de yuans, d’où l’intérêt crucial pour

les banques étrangères de filialiser leurs succursales si elles

souhaitent toucher un plus large éventail de clients.

Sous le nouveau régime, les banques étrangères et leurs

succursales pourront offrir à leurs clients chinois et étrangers les

services bancaires suivants, aussi bien en yuans qu’en devises

étrangères :

• dépôts à court terme ;

• prêts à court, moyen et long terme ;

• gestion de compte d’instruments négociables ;

• achat et vente d’obligations et de bons du trésor ;

• achat et vente de titres en devises (hors actions) ;

• services de crédit documentaire et garanties ;

• achat et vente de devises sur le marché des changes ;

• assurance (en tant qu’agent d’assurances) ;

• prêts interbancaires ;

• services de carte de crédit ;

Suite à l’adoption du nouveau règlement, les activités des

banques étrangères en Chine devraient très certainement

s’étoffer, et leurs réseaux d’agences se densifier. Les nombreuses

prises de participation dans les grandes banques chinoises

laissent toutefois penser que la stratégie prioritaire des banques

étrangères pour accéder à la clientèle chinoise demeure

l’intégration au sein d’un acteur local, à travers l’apport

d’expertise en matière de gestion de patrimoine, de services de

cartes de crédit, de prêts immobiliers, etc.

A ce jour, quatre banques étrangères ont déjà adopté

ce nouveau régime et fournissent ces nouveaux services à

leurs clients chinois et étrangers (Standard Chartered, HSBC,

Citigroup, et Bank of East Asia). •

1

un euro = 10,28 RMB

26 Connexions


Actualité juridique

La première loi chinoise sur la propriété privée

Par Aurélie Manet, Avocat à la Cour, cabinet DS Avocats

La Chine s’est dotée le 16 mars 2007 (entrée en vigueur le 1er octobre 2007) d’une loi visant à

mettre en œuvre le droit à la propriété privée, inscrite en 2004 dans la Constitution chinoise.

Cette loi était en gestation depuis 1993.

Les droits de propriété privée détenus par les citoyens chinois

ou étrangers sont désormais placés sur un pied d’égalité avec

ceux appartenant à l’Etat et la loi garantit leur protection.

Toutefois, la propriété publique continue à jouer un rôle

prépondérant dans le système économique chinois et on

constate une survivance de cette notion floue de propriété

collective.

La loi établit que le terme « droit réel » renvoie aux droits

suivants : droit de propriété, droit d’usage, sûretés réelles,

possession.

1. Droit de propriété – Le détenteur d’un bien immeuble

ou meuble a le droit de posséder, utiliser, tirer des profits/

bénéfices et de disposer de l’immeuble ou meuble.

En conséquence, toute expropriation doit faire l’objet d’une

indemnisation permettant un relogement dans les mêmes

conditions.

Il est, par ailleurs, possible d’être plusieurs à détenir un droit de

propriété sur un bien (co-propriété, indivision).

2. Droit d’usage – Le détenteur d’un droit d’usage sur un bien

immeuble ou meuble a le droit de posséder, utiliser, tirer des

profits/ bénéfices du bien propriété de quelqu’un d’autre. Le

droit d’usage est susceptible d’être consenti dans différentes

situations et notamment le droit attaché à l’utilisation d’un

terrain constructible et en cas d’existence de servitudes réelles

(elles peuvent être transférées en même temps que le droit

d’usage du terrain sur lequel elles s’exercent).

Le sol est toujours insusceptible d’appropriation ; seul un

droit d’usage peut être consenti. Toutefois, il convient de noter

une évolution d’importance du droit chinois : désormais, les

propriétaires de maison d’habitation bénéficient d’un droit

automatique au renouvellement du droit d’usage du terrain où

est construit leur maison. La loi ne précise malheureusement

pas les conditions d’application de ce droit. Cette disposition

vise sans nul doute à renforcer le sentiment de sécurité juridique

des propriétaires de bien immeuble et à freiner la spéculation

immobilière.

3. Sûretés réelles – Une sûreté réelle est une garantie

consentie par un débiteur à un créancier sur un bien propriété

du débiteur.

La loi détaille trois types de sûretés - hypothèque,

nantissement et privilège – permettant à leur détenteur de

recevoir en priorité le paiement de leur dette. La mise en œuvre

de ces sûretés réelles suppose l’existence d’un contrat écrit avec

un certain nombre de mentions obligatoires précisées dans la

loi.

Hypothèque – Tout bien immeuble est susceptible d’être

hypothéqué dans les conditions décrites par la Loi, et le

droit d’usage du terrain où est situé l’immeuble hypothéqué,

est hypothéqué en même temps. L’immeuble, objet de

l’hypothèque, ne peut alors être transféré.

Nantissement – On peut tout à la fois nantir des biens

meubles ou des droits. Dans l’hypothèse d’un nantissement

de meubles, ces derniers sont transférés et le titulaire du

nantissement peut récolter les fruits du bien nanti.

4. Conclusion – Si la nouvelle loi a le mérite de poser les bases

du droit immobilier à l’occidentale, elle reste malgré tout une

ébauche de cadre juridique pour la propriété privée.

De nombreux sujets sont « évoqués » sans précisions (elles

doivent être apportées par décret mais quand…) tel le droit

automatique au renouvellement du droit d’usage du terrain

sur lequel est construit une maison d’habitation. Enfin, les

agriculteurs sont les grands oubliés de cette loi : leurs droits

resteront donc encore, pour longtemps sans doute, régis par la

coutume et la tolérance.

On peut en tout cas espérer que sa mise en œuvre contribuera

à éviter des situations comme le « clou de Chongqing ». •

Le « clou de Chongqing »

© Imagine China

Connexions 27


DOSSIER : SPECIAL ENERGIE

L’appétit

中 国 巨 大 的 能 源 消 耗

© Imagine China


d’un géant


La Chine est déjà le

deuxième consommateur

d’énergie au monde et ce

n’est qu’un début car il faut

alimenter une croissance

économique toujours aussi

vigoureuse. Cet appétit de

la Chine pour les ressources

énergétiques pèse sur les

équilibres économiques,

géopolitiques et

écologiques de la

planète. Aujourd’hui, la

volonté de rationaliser

la consommation

d’énergie et de préserver

l’environnement doit

composer avec les

pesanteurs de l’appareil

industriel. Le défi de

l’énergie en Chine est

donc celui d’un pays géant

condamné à inventer

un nouveau modèle de

développement.


L’appétit d’un géant

Produire

et consommer

© imagine China

Pour nourrir la croissance

spectaculaire de son

économie, la Chine a

besoin de toujours plus

d’énergie. Le pays a pu

compter sur ses propres

ressources qui lui assurent

une autosuffisance à 94%.

Mais depuis une décennie,

la Chine doit se tourner vers

les marchés internationaux

pour compléter ses

approvisionnements.

Désormais, ce nouvel acteur

pèse plus qu’aucun autre

sur les prix mondiaux de

l’énergie et rivalise avec les

occidentaux pour l’accès aux

ressources.

30 Connexions


Le défi de l’énergie

L’équation énergétique chinoise

Toujours plus !

La Chine est aujourd’hui le deuxième consommateur d’énergie au monde après les

Etats-Unis. Elle est aussi le premier producteur mondial de charbon et le deuxième

en puissance électrique installée. Depuis le début des années 2000, elle doit

affronter un bouleversement de sa demande énergétique. Un tournant à l’origine

de nouvelles pressions sur l’environnement, de pénuries à répétition et d’une

remise en cause de la réforme menée depuis 30 ans.

Le changement fut radical. Il a

surpris autant la Chine que le

reste du monde. En 2001, le

pays représentait 10 % de la demande

énergétique mondiale, tout en satisfaisant

94 % de ses besoins avec ses

ressources domestiques. Aujourd’hui,

la part chinoise s’élève à 15 % de la

consommation mondiale et Pékin doit

se fournir sur les marchés internationaux

pour son approvisionnement en

pétrole, en gaz et même en charbon.

Cette évolution a obligé la Chine et le

monde à réévaluer la future demande

énergétique globale. Selon le nouveau

scénario de l’Agence Internationale

de l’Energie publié en 2006, la Chine

représenterait plus de 20 % de cette

demande en 2030, soit les besoins

combinés de l’Europe et du Japon, et

détronerait les Etats-Unis dans le classement

mondial des pays consommateurs

d’énergie.

Une demande bouleversée

Que s’est-il produit en si peu de temps?

Entre 1978 et 2000, la Chine a connu

une croissance économique annuelle

de 9 % en moyenne et une hausse de

sa consommation énergétique située

entre 3 et 4%. Après 2001, alors que

la croissance a continué sur le même

rythme, la demande a augmenté de 13

% par an. Jusqu’alors, la réforme avait

pourtant conduit à une autosuffisance

énergétique. En desserrant l’étau sur

le monde rural, Deng Xiaoping avait

permis l’émergence d’entreprises villageoises

fondées sur la manufacture

légère. Peu à peu, l’économie cessait

de reposer sur l’industrie lourde, grande

consommatrice d’énergie. Dans le

même temps, avec l’autorisation de

faire du profit et l’introduction limitée

de la concurrence dans les Entreprises

d’Etat mais aussi dans le secteur privé

émergeant, cette même industrie

lourde avait dû apprendre à maîtriser

ses coûts énergétiques. Résultat : La

production d’une unité de PIB exigeait

60% d’énergie en moins en 2000 qu’en

1978. Pékin était bien loin d’imaginer

une surcroissance de sa demande

énergétique.

Pourquoi un tel tournant ? Première

explication : le boom de l’investissement

dans l’industrie lourde dû à l’ac-

célération du développement urbain

au début des années 2000. Ce secteur

représente plus de 60 % de la consommation

énergétique de la Chine. Le

pays fabrique désormais pour son marché

intérieur davantage de produits

fortement consommateurs d’énergie

comme l’aluminium, le ciment ou

l’acier utilisés pour la construction des

routes et des immeubles. Enfin, les

foyers chinois atteignent des niveaux

de revenus leur donnant largement •••

© Agathe Allain

Connexions 31


L’appétit d’un géant

••• accès aux biens de consommation

très gourmands en énergie, comme

les climatiseurs et les voitures.

Le moteur de la demande devrait donc

se déplacer. Si fabriquer de l’acier et du

verre pour la construction des gratteciels

et des galeries commerciales

constitue l’un des défis énergétiques

actuels de la Chine, illuminer, chauffer

et climatiser ces espaces sera le

défi de l’avenir. De même, le ciment et

l’asphalte pour les autoroutes tirent la

demande en énergie vers le haut. Mais

ces infrastructures préparent le terrain

pour une demande générée demain,

par la consommation des particuliers.

Le nombre de véhicules de tourisme

sur les routes a doublé depuis 2002

dépassant les 25 millions, avec plus

de 6 millions de voitures vendues rien

qu’en 2006.

Un défi pour l’avenir

Cinquième producteur de pétrole

– mais avec seulement 2 % des réserves

mondiales –, la Chine n’est plus

autosuffisante depuis 1993. Consommant

aujourd’hui 8 % du brut mondial

(deuxième derrière les Etats-Unis), elle

doit chaque année importer un tiers

de ses besoins, et l’augmentation des

prix du pétrole en 2005 a provoqué

de graves pénuries de carburant. Pour

sécuriser ses approvisionnements, le

gouvernement chinois soutient résolument

l’internationalisation des

grandes compagnies pétrolières nationales

: PetroChina, Sinopec, China

Off Oil Company (CNOOC). Pour les

diversifier, elle achète 25 % de ses importations

en Afrique et 60 % dans les

pays du Golfe. Sa production domestique

de gaz étant insuffisante, la Chine

aménage un réseau de 50000 kilomètres

de gazoducs reliant l’Asie centrale

et la Russie aux grandes cités de la

côte orientale.

Charbon et électricité

Bien que le pétrole et le gaz retiennent

davantage l’attention internationale, le

charbon et l’électricité restent le pivot

de la sécurité énergétique chinoise.

Le charbon représente encore les

deux tiers de la demande. Avec 13%

des réserves mondiales, la Chine

est de loin le principal marché au

monde, deux fois plus grand que les

Etats-Unis. La production électrique

est assurée à 71 % par des centrales

thermiques au charbon, 26 % par des

complexes hydro-électriques, 2 % par

des centrales nucléaires et 1 % par

des énergies renouvelables (solaire et

éolienne). La part du nucléaire (deux

centrales actuellement en service












et cinq en cours de construction) va

connaître un bond dans les quinze

prochaines années : le gouvernement

projette de construire quinze nouvelles

centrales. Bien qu’un foyer chinois

consomme en moyenne treize fois

moins d’énergie qu’un foyer américain,

la production annuelle d’électricité

(440.000 mégawatts, quatre fois la

production française) est insuffisante

face à la croissance continue de la

demande intérieure (14% par an).

Lorsque la demande a bondi à partir

de 2002, le pays a connu des pénuries

de charbon et des coupures de

courant. Ce qui a créé un sentiment

d’insécurité énergétique, qui inquiète

bien davantage que la dépendance

aux importations de pétrole.

Extraction du pétrole sur le gisement de Tuha, province du Xinjiang

© Imagine China

Un environnement sacrifié

Les prix de l’énergie en Chine, autrefois

largement subventionnés, ont convergé

avec les prix internationaux durant

les trente dernières années. Mais cette

convergence apparente est fondée

sur l’externalisation des coûts environnementaux.

Seuls 15 % des sites de

production de charbon sont équipés

d’un système de désulfuration des gaz

de combustion (DGC), destiné à éliminer

le dioxyde de soufre généré par la

combustion de gaz fossiles employés

dans les centrales. La mise en place du

DGC réduit de 4 à 8 % l’efficacité de la

32 Connexions


Le défi de l’énergie

© Imagine China

Un foyer chinois

consomme en

moyenne treize fois

moins d’énergie qu’un

foyer américain

production. Si la Chine généralisait ce

système, les tarifs augmenteraient de

15 à 20 %. Depuis 2000, les émissions

annuelles de dioxyde de soufre, principal

responsable des pluies acides,

ont augmenté de 30 %. Le SO2 aurait

causé plus de 60 milliards de dollars

de dommages économiques directs

en 2005. Sans oublier les dommages

plus difficiles à quantifier : problèmes

respiratoires, mortalité prématurée,

déclin de la qualité de l’eau et de l’air.

Plus grave, aucun système n’existe en

Chine pour les autres polluants créés

par les centrales au charbon : rien

n’est fait pour atténuer les émissions

de dioxyde d’azote, de mercure et

surtout de dioxyde de carbone, dont

la Chine est en passe de devenir le

premier émetteur mondial devant les

Etats-Unis.Le passage du charbon

aux énergies propres reste encore

une gageure. Les nouveaux projets

hydroélectriques rencontrent à la

fois des résistances politiques sur le

déplacement de population (plus

de 23 millions de personnes déplacées

déjà) et sur le déclin des ressources

en eau. Au regard des prix

de l’électricité, le gaz naturel n’est

pas encore une source de carburant

concurrentielle, en l’absence de pénalités

anti-pollution plus sévères ou

d’une demande accrue des consommateurs,

particuliers et entreprises.

L’énergie éolienne est certes devenue

compétitive, grâce en particulier à la

«Loi sur l’énergie renouvelable » en vigueur

depuis janvier 2006. La Chine est

l’un des plus gros marchés au monde

pour les turbines éoliennes. Mais avec

moins de 1 % du total des installations

électriques, l’éolien demeure marginal.

Les fumées et la poussière issues de l’activité industrielle locale posent

de graves problèmes de pollution. Urumqi, province du Xinjiang

Oléoduc dans l’est de la province du

Zhejiang

Les pénuries chroniques compliquent

encore la situation. Les compagnies

chinoises s’en remettent alors à la

technologie qui leur permettra de distribuer

le maximum d’électricité dans

le réseau dans le temps le plus court.

Autrement dit, le charbon. L’équation

est implacable: dans la perspective

d’une croissance économique reposant

sur une énergie abondante et

peu chère, le charbon restera la principale

ressource énergétique du pays.

A l’avenir, l’impact de la consommation

chinoise sur le reste du monde

dépend donc de la transition vers

un modèle énergétique moins gourmand

et surtout mieux géré. Cette

évolution, tout juste entamée par la

Chine, suppose des réformes audacieuses,

en particulier une politique

de réalité des prix de l’électricité pour

intégrer l’ensemble des coûts de production,

notamment environnementaux.

Elle suppose également une

prise de conscience de la population

chinoise et une mobilisation des

consommateurs. Un défi pour la Chine

qui est aussi un enjeu pour le monde

entier. • Joris Zylberman

© Imagine China

Connexions 33


L’appétit d’un géant

中 国 的 能 源 方 程 式

总 是 更 多 !

中 国 是 目 前 继 美 国 之 后 的 世 界 第 二 大 能 源 消 费 国 , 也 是 世 界 第 一 大 产 煤 国

和 第 二 大 电 力 生 产 国 。2000 年 初 以 来 , 中 国 政 府 不 得 不 面 对 能 源 需 求 带 来

的 震 动 。 一 个 源 于 环 境 压 力 , 能 源 短 缺 以 及 对 30 年 来 改 革 重 新 审 视 的 转 折

点 出 现 了 。


化 是 根 本 性 的 , 不 仅 让

中 国 感 到 吃 惊 , 也 让 世

界 感 到 吃 惊 。2001 年 ,

中 国 能 源 需 求 占 世 界 总 需 求 量 的 10%,

利 用 国 内 资 源 就 可 以 满 足 本 国 需 求 的

94%。 如 今 , 中 国 能 源 需 求 比 重 上 升 到

15%, 中 国 需 要 依 靠 国 际 市 场 来 满 足 石

油 、 天 然 气 , 甚 至 煤 炭 供 应 。 这 一 变

化 迫 使 中 国 和 世 界 重 新 估 算 未 来 全 球

能 源 需 求 量 。 根 据 国 际 能 源 署 2006 年

发 布 的 最 新 数 据 , 到 2030 年 , 中 国 能

源 需 求 将 占 到 世 界 总 需 求 量 的 20% 以

上 , 相 当 于 欧 洲 和 日 本 需 求 量 的 总

和 ; 中 国 无 疑 会 取 代 美 国 而 成 为 世 界

第 一 大 能 源 消 费 国 。

令 人 震 惊 的 需 求 量

这 么 短 的 时 间 里 到 底 发 生 了 什

么 ?1978 年 至 2000 年 之 间 , 中 国 每 年

的 经 济 增 长 率 是 9%, 能 源 消 耗 的 增 长

率 则 为 4%。2001 年 之 后 , 经 济 增 长 继

续 保 持 相 同 的 节 奏 , 但 是 能 源 消 耗 却

每 年 增 长 13%。 直 到 那 时 , 改 革 的 导 向

依 旧 是 能 源 的 自 给 自 足 。 邓 小 平 放 开

了 对 农 村 的 钳 制 , 允 许 建 立 以 轻 工 业

为 基 础 的 乡 镇 企 业 。 渐 渐 地 , 中 国 经

济 停 止 了 对 能 源 消 耗 大 户 — 重 工 业 的

依 赖 ; 同 时 , 由 于 允 许 创 造 利 润 , 加

之 在 国 有 企 业 及 新 兴 私 有 领 域 很 少 被

引 入 竞 争 机 制 , 中 国 的 重 工 业 本 应 学

习 控 制 自 己 的 能 源 成 本 , 但 是 没 有 。

直 到 2000 年 , 在 实 现 同 样 生 产 量 的 情

况 下 , 所 需 能 源 是 1978 年 的 1/3。 中 国

政 府 远 没 有 想 到 中 国 的 能 源 需 求 后 来

会 过 量 增 长 。

为 什 么 会 出 现 上 述 转 折 点 呢 ? 第

一 个 原 因 :2000 年 初 , 由 于 城 市 发 展

加 快 , 重 工 业 投 资 剧 增 。 这 一 产 业 占

据 了 中 国 能 源 消 耗 总 量 的 60% 以 上 。 中

国 要 为 其 国 内 市 场 生 产 更 多 的 高 能 耗

产 品 , 例 如 铝 或 者 钢 , 用 以 建 造 道 路

和 楼 房 。 另 一 个 原 因 是 : 中 国 家 庭 收

入 达 到 了 一 定 水 平 , 使 他 们 能 够 购 买

高 耗 能 的 消 费 品 , 例 如 空 调 和 汽 车 。

能 源 需 求 的 动 力 因 此 发 生 了 转 移 。 如

果 说 生 产 建 造 高 楼 商 厦 所 需 的 钢 材 和

玻 璃 构 成 了 中 国 目 前 的 能 源 挑 战 , 那

么 为 这 些 商 厦 和 摩 天 大 楼 提 供 照 明 、

供 暖 和 空 调 则 是 中 国 未 来 要 面 临 的 能

源 挑 战 。 同 样 , 高 速 公 路 所 需 的 水 泥

和 沥 青 拉 动 了 目 前 依 赖 投 资 的 能 源 需

求 。 然 而 这 些 基 础 设 施 为 个 人 消 费 催

生 能 源 需 求 准 备 了 一 片 土 壤 。2002 年

以 来 , 公 路 上 行 驶 的 旅 游 汽 车 的 数 量

增 加 了 一 倍 , 超 过 了 2500 万 辆 ; 仅 在

2006 年 一 年 , 全 国 就 销 售 了 500 多 万 辆

汽 车 。

未 来 的 挑 战

石 油 和 天 然 气

中 国 是 世 界 第 六 大 产 油 国 , —

— 然 而 储 量 只 占 世 界 总 储 量 的 2%,

1993 年 以 来 , 中 国 已 经 不 能 实 现 自 给

自 足 。 如 今 中 国 消 费 着 世 界 上 8% 的 原

油 ( 在 美 国 之 后 位 居 第 二 ), 每 年 必

须 进 口 所 需 石 油 的 1/3;2005 年 , 石

油 价 格 上 涨 引 发 了 严 重 的 燃 料 短 缺 。

为 了 稳 定 石 油 供 应 , 中 国 政 府 坚 决 支

持 大 型 国 有 石 油 公 司 —— 中 石 油 、

中 石 化 和 中 海 油 的 国 际 化 道 路 。 为 了

使 石 油 供 应 渠 道 多 元 化 , 中 国 进 口 石

油 的 25% 从 非 洲 购 入 ,60% 向 海 湾 国 家

购 买 。 由 于 国 内 天 然 气 生 产 不 足 , 中

国 铺 设 了 5 万 公 里 的 天 然 气 管 道 , 将 中

亚 和 俄 罗 斯 与 其 东 部 沿 海 大 城 市 连 接

起 来 。

煤 炭 和 电 力

虽 然 石 油 和 天 然 气 能 源 吸 引 了 更

多 的 国 际 关 注 , 但 煤 炭 和 电 力 依 旧 是

中 国 能 源 安 全 的 支 柱 。 煤 炭 仍 能 满 足

中 国 能 源 需 求 的 2/3。 中 国 煤 炭 储 量 占

世 界 总 储 量 的 13%, 很 久 以 来 就 是 世 界

主 要 的 煤 炭 市 场 , 比 美 国 大 两 倍 。 电

力 生 产 的 71% 来 自 煤 炭 热 电 厂 ,26% 来

自 水 电 站 ,2% 来 自 核 电 站 ,1% 来 自 可

再 生 能 源 ( 太 阳 能 和 风 能 )。 核 电 的

34 Connexions


Le défi de l’énergie

比 重 ( 目 前 有 两 座 核 电 站 在 役 , 有 五

座 在 建 ) 在 未 来 15 年 将 会 获 得 跳 跃 式

增 长 : 中 国 政 府 计 划 再 建 设 15 座 新 核

电 站 。 即 使 中 国 家 庭 平 均 能 源 消 费 是

美 国 家 庭 的 1/14, 然 而 面 对 持 续 增 长

的 国 内 需 求 , 中 国 年 发 电 量 (44 亿 千

瓦 , 是 法 国 的 4 倍 ) 还 是 不 够 。 由 于

2002 年 以 来 能 源 需 求 猛 增 , 中 国 遭 遇

了 煤 炭 供 应 匮 乏 和 断 电 , 这 种 情 况 造

成 了 能 源 不 安 全 感 , 比 起 石 油 依 赖 进

口 的 状 况 更 令 人 担 忧 。

被 牺 牲 的 环 境

曾 经 得 到 大 量 政 府 补 贴 的 中 国 能

源 价 格 , 在 过 去 的 30 年 里 已 经 与 国 际

能 源 价 格 接 轨 了 。 然 而 这 种 外 表 上 的

接 轨 是 建 立 在 环 境 成 本 外 在 化 之 上

的 : 只 有 15% 的 煤 电 站 装 备 了 燃 气 脱 硫

系 统 (DGC), 用 以 消 除 矿 物 气 体 燃

烧 所 产 生 的 有 毒 二 氧 化 物 。 燃 气 脱 硫

系 统 的 使 用 会 降 低 4-8% 的 生 产 率 。 如

果 中 国 推 广 使 用 这 种 系 统 , 能 源 价 格

会 上 涨 15-20%。2000 年 以 来 , 酸 雨 的

元 凶 —— 有 毒 二 氧 化 物 的 年 排 放 量 增

加 了 30%。2005 年 , 二 氧 化 硫 造 成 的 直

接 经 济 损 失 为 600 亿 美 元 , 还 有 那 些 难

以 计 量 的 损 失 : 呼 吸 系 统 疾 病 , 提 前

死 亡 , 水 和 空 气 质 量 下 降 。 更 为 严 重

的 是 , 在 中 国 没 有 任 何 设 施 防 止 煤 电

厂 产 生 的 其 他 可 污 染 物 : 没 有 任 何 措

施 用 以 减 少 二 氧 化 氮 、 汞 , 尤 其 是 二

氧 化 碳 的 排 放 , 中 国 最 近 已 超 过 美 国

成 为 第 一 大 二 氧 化 碳 排 放 国 。

从 煤 炭 向 清 洁 能 源 的 过 渡 仍 旧 是

个 未 知 数 。 水 电 站 新 建 计 划 在 移 民 (

已 经 迁 移 了 2300 多 万 人 口 ) 和 水 质 量

下 降 方 面 皆 遇 到 了 政 治 阻 力 。 在 缺 乏

更 严 厉 的 反 污 染 惩 罚 手 段 或 者 消 费

者 、 个 人 及 企 业 需 求 量 未 增 长 的 情 况

下 , 与 电 价 相 比 , 天 然 气 还 算 不 上 一

种 具 有 竞 争 力 的 燃 料 。 得 益 于 2006 年

1 月 生 效 的 《 可 再 生 能 源 法 》, 风 能 显

然 具 备 了 竞 争 力 。 中 国 是 世 界 上 最 大

的 风 力 涡 轮 机 市 场 之 一 , 然 而 占 总 电

力 设 施 不 到 1% 的 风 力 发 电 机 , 依 然 是

无 足 轻 重 的 。 持 续 的 能 源 匮 乏 让 形 势

更 加 复 杂 化 。 中 国 人 于 是 信 赖 能 够 在

最 短 的 时 间 里 为 电 网 带 来 最 多 的 电 能

的 技 术 , 换 而 言 之 : 煤 炭 。 该 方 程 式

是 不 可 回 避 的 : 从 把 经 济 增 长 的 前 景

建 立 在 一 种 丰 富 而 廉 价 的 能 源 基 础 上

看 , 煤 炭 将 仍 旧 是 中 国 的 主 要 能 源 。

今 后 , 中 国 能 源 消 耗 对 世 界 的 影 响 将

有 赖 于 向 节 能 尤 其 是 更 好 地 使 用 能 源

转 变 。 中 国 刚 刚 启 动 的 这 一 变 化 , 势

必 要 进 行 大 胆 的 改 革 , 尤 其 是 将 全 部

生 产 成 本 特 别 是 环 境 成 本 计 入 电 价 成

本 的 务 实 政 策 , 同 时 还 需 要 中 国 民 众

的 觉 悟 以 及 对 消 费 者 的 动 员 。 这 对 中

国 是 一 个 挑 战 ; 对 全 世 界 也 至 关 重

要 。•

Connexions 35


L’appétit d’un géant

Gestion du secteur énergétique

Quand l’Etat tente de

calmer la fringale du dragon

Par François Godement et Michal Meidan ( Asia Centre )

© DR

François Godement

Pour accompagner l’augmentation des besoins énergétiques

du pays, les autorités chinoises ont dû redéployer les

mécanismes de pilotage du secteur. Même si le contrôle de

l’Etat s’est relâché, le nouveau modèle de gestion a réussi,

jusqu’à présent, à éviter les pénuries. Il lui reste à prouver sa

capacité à améliorer l’efficacité énergétique du pays.

En moins de deux décennies, le

secteur de l’énergie est passé

d’un modèle planifié, dont a

hérité la Commission nationale pour le

développement et la réforme (NDRC),

à une déconcentration forte dans les

années 1980 ; puis à une évolution

beaucoup plus diversifiée,

avec une

séparation croissante

de la gestion par rapport

au contrôle ou à

la régulation. Parfois

critiquée pour la perte

de contrôle qu’elle

entraînait, cette politique

a été pourtant

approfondie en plusieurs

étapes : essor

des sociétés d’Etat

qui héritent des ressources

jusque-là gérées

en direct par les

ministères, d’abord

pour le pétrole, puis

pour le charbon et

l’électricité. Le Ministère

de l’énergie luimême

est aboli en 1993, une décision

dont le bien-fondé est aujourd’hui

discuté.

En 1998, le gouvernement lance une

restructuration supplémentaire, toujours

destinée à mieux séparer les

fonctions, et à résoudre les conflits

d’intérêts: notamment en séparant les

acteurs commerciaux des décideurs

publics et des régulateurs. La situation

actuelle est donc le résultat de cette

dernière réforme : des commissions et

ministères gèrent et régulent le secteur

énergétique, et les compagnies

nationales (en partie mises sur le marché)

servent, en théorie, d’opérateurs

commerciaux. Cependant, tout en

réduisant le nombre d’acteurs, cette

réorganisation n’a pas mis fin aux

conflits d’intérêts et à l’incertitude sur

les mécanismes de

décision, non plus

qu’à la lourdeur

bureaucratique de

la gestion dans ce

secteur.

Actuellement, le

secteur énergétique

est donc régi

par une dizaine de

ministères, dont

l’autorité et les

responsabilités se

recoupent, sans

toutefois porter atteinte

à l’autonomie

interne à chaque

branche (pétrole

et gaz, charbon,

nucléaire etc.), qui

est dotée d’une

gestion verticale indépendante des

autres. Afin de remédier à cette situation,

en 2004, le gouvernement recrée

© DR

36 Connexions


Le défi de l’énergie

une nouvelle instance régulatrice avec

l’ambition d’arriver à une coordination

horizontale entre les différents acteurs

et même de recentraliser certaines décisions.

La re-création du Ministère de

l’énergie fait l’objet d’un débat fébrile.

Deux institutions se partagent les décisions

au sommet: le Groupe dirigeant

pour les questions énergétiques, présidé

par le Premier ministre Wen Jiabao,

et assisté dans son fonctionnement

quotidien par une structure administrative

réduite; et le Bureau de l’énergie,

subordonné à la NDRC. Ce dernier

est devenu une instance régulatrice,

autonome par rapport au Groupe dirigeant.

Mais ce n’est pas pour autant

que la politique énergétique a été unifiée,

ni même centralisée. Les décisions

de principe qui sont prises au sommet

souffrent parfois de ne pas être appliquées

par des canaux très efficaces. La

pratique, très ancienne, de la consultation

itérative demeure. Les textes sont

ainsi transmis à tous les départements

et bureaux concernés pour relecture,

commentaires et modifications, la décision

qui est enfin adoptée étant le

résultat d’un consensus entre ces différents

acteurs. Mais de ce fait, le temps

d’approbation des textes est souvent

très long, les résultats sont, par leur

nature consensuelle, assez vagues et

risquent, en outre, d’être vite dépassés

par la réalité.

Cette lourdeur institutionnelle et l’absence

de véritable autorité politique

ont parfois affaibli le contrôle du gouvernement

sur le secteur énergétique.

Les secteurs de production se développent

avec leurs propres ressources

et sans que ce développement ne suive

les rythmes prévus – tout comme

la consommation, qui a explosé dans

divers domaines, mais avant tout dans

les transports. A défaut de mécanismes

juridiques ou fiscaux perfectionnés,

un outil important pour la mise

en œuvre des politiques reste la cooptation

politique des responsables. Cet

outil pèse-t-il vraiment au quotidien,

face à la croissance économique effrénée

du pays et aux impératifs qui guident

les gouvernements locaux dans

leurs choix d’investissements ?

Pour peu contrôlé qu’il soit, le secteur

a pourtant fait face aux besoins : alors

que tout le monde prédisait un goulot

d’étranglement énergétique au début

des années 1980, la production pétrolière

et gazière a beaucoup augmenté

– et surtout de puissants groupes

chinois sont capables d’aller chercher

les ressources

sur le marché

et dans les zones

de production,

fût-ce à un

coût élevé. Le

gouvernement

est capable de

développer divers

secteurs

de production,

et par là-même

« d’échantilloner

» les technologies

étrangères.

Le développement

économique,

la motorisation

croissante du pays ainsi que la

hausse des niveaux de vie provoquent

une hausse considérable de l’énergie

consommée par le secteur résidentiel

et les transports, hausse qui devrait se

maintenir. Le grand défi du pays reste

toutefois d’abaisser la consommation

énergétique par unité de production

industrielle (60% de la consommation

énergétique chinoise), dans la métallurgie

et les industries extractives.

De ce fait, l’auto-suffisance énergétique

est un objectif impossible à atteindre,

si on met de côté l’immense production

charbonnière, qui comporte des

inconvénients environnementaux : si

bien que dans le domaine du charbon

propre, les progrès deviennent une

cause non seulement nationale, mais

même internationale.

Mais dans le domaine pétrolier, l’évolution

de la consommation chinoise n’est

pas loin de celle des pays industrialisés

les plus individualistes. Le maintien de

prix artificiellement bas afin de protéger

la population rurale ne permet

pas encore de refléter les coûts de la

consommation des différentes ressources

énergétiques, ni d’encourager

de façon efficace la transition vers des

modes de consommation plus économes

et plus « verts ». Si l’environnement

est désormais inscrit parmi les

Prévisions de la demande en énergie

en millions de tonnes équivalent pétrole

Source : BP Yearbook 2006 IEA WEO 2006.

Excludes biomasse and waste

objectifs du « développement scientifique

» du pays, la mise en application

de ses objectifs reste subordonnée

aux impératifs de la croissance économique

et de la stabilité sociale qui en

découle.

La politique énergétique chinoise se

heurte donc à la fois à la politique

industrielle et à la politique sociale

du gouvernement. Il existe certes de

chauds partisans d’une libéralisation

et d’une régulation par le marché :

mais pour améliorer l’efficience énergétique,

il faut aussi une forte politique

incitative – et donc des outils

administratifs et fiscaux très affinés,

ce qui contredit une libéralisation

irréfléchie. •

François Godement

Asia Centre/Sciences Po

Michal Meidan

Asia Centre/Inalco

Connexions 37


L’appétit d’un géant

Géopolitique

La Chine assume sa dépendance

En dix ans, la Chine est devenue le deuxième importateur de pétrole. Cette nouvelle

situation a conduit le pays à élaborer une stratégie pour ses approvisionnements

internationaux.

Explications avec Christian Constantin, chercheur affilié au centre de relations

internationales de l’Université de Colombie-Britannique. Il étudie les décisions des

dirigeants chinois en matière de politique énergétique.

Depuis quand parle-t on de sécurité

énergétique en Chine ?

Le premier qui a évoqué la question

de la sécurité énergétique, c’est Li

Peng, en 1993. A l’époque on se demandait

quelles étaient les menaces

qui pesaient sur l’accès aux ressources.

Quand le pays est devenu importateur

net de pétrole cette année là, c’était un

choc car l’autosuffisance énergétique

était alors un dogme pour la Chine.

Ce thème est donc devenu central au

cours des années 90 et notamment

au début des années 2000 avec l’augmentation

des prix du brut et la guerre

en Irak.

Aujourd’hui, est-ce une priorité ?

Depuis 2006, la question est moins

sensible que deux ou trois ans auparavant.

Il ne faut pas oublier que la sécurité

énergétique ne concerne que le

pétrole. Dans l’ensemble, la Chine est

autosuffisante à 94% pour ses besoins

énergétiques. Pour son électricité, par















exemple, elle peut s’appuyer sur le

charbon. Pour le gaz, elle peut compter

sur sa production nationale. Mais

la question de la sécurité des approvisionnements

en pétrole ne va pas

disparaître car les importations sont

tirées par le développement du parc

automobile. D’ailleurs, la politique de

soutien à l’automobile est en contradiction

avec les impératifs de sécurité

énergétique.

La dépendance énergétique de la

Chine devrait donc s’aggraver?

Les importations de brut vont continuer

à augmenter. Dans une vingtaine

d’années, la dépendance chinoise vis à

vis des marchés internationaux devrait

être comparable à celle des Américains

aujourd’hui, c’est-à-dire environ

60% des besoins en pétrole. Mais le

gouvernement chinois semble avoir

accepté son statut d’importateur, ce

n’est plus perçu comme une menace

à la sécurité de l’Etat comme c’était le






cas dans les années 90.

Ce n’est donc plus un

sujet de préoccupation

pour les autorités

?

Dernièrement, j’ai senti

à Pékin qu’on était plus

serein par rapport à la

géopolitique de l’énergie.

La Chine a réussi à

traverser le pic des prix

du brut en 2005, et finalement

elle trouve

même un intérêt à utiliser les routes

d’approvisionnement contrôlés par

les Américains, comme le détroit de

Malacca. Au moins, ils n’ont pas à en

assurer la surveillance eux-mêmes. En

même temps, la question énergétique

ne se pose plus uniquement en termes

d’accès aux ressources. La Chine

réfléchit à des alternatives pour réduire

sa dépendance (il y a par exemple

des projets de liquéfaction du charbon

pour remplacer le pétrole). Et de

toute façon, dans le cas d’un conflit

militaire, donc d’un isolement total, la

Chine pourrait subvenir aux besoins

énergétiques de son armée.

L’accès au pétrole est quand

même un des axes de la diplomatie

chinoise ?

Oui, c’est vrai, mais l’objectif n’est pas

seulement d’avoir un accès à la ressource,

c’est aussi une stratégie de

développement pour les entreprises

pétrolières chinoises. Les autorités

veulent former des groupes capables

de rivaliser avec leurs concurrents

occidentaux. Une partie importante

du pétrole produit par Sinopec grâce

à ses investissements au Soudan, au

Venezuela ou même au Canada, est

revendue sur les marchés internationaux.

Il n’est pas rapatrié en Chine. Les

groupes chinois se comportent donc

comme les autres grandes firmes du

secteur. Même si la diplomatie pétrolière

chinoise est marquée par la volonté

de contrôler le cycle du pétrole,

de la source jusqu’au produit fini, il y a

38 Connexions


Le défi de l’énergie

aussi ce projet économique de renforcer

les entreprises chinoises, de créer

des acteurs concurrentiels.

Quelle est la stratégie géographique

des entreprises chinoises ?

En fait, tout dépend de ce qui est accessible.

Pour le Moyen-Orient, les

champs les plus intéressants sont déjà

sous contrôle, comme en Arabie Saoudite

ou au Koweït, sinon ils sont inaccessibles

comme en Irak. Il y a donc

peu d’espace de développement pour

les Chinois. Il y a du potentiel en Iran

mais c’est surtout pour le gaz. En Afrique,

la concurrence est très forte et le

problème pour la Chine, c’est que les

ressources africaines les plus intéressantes

se trouvent en eaux profondes.

Ce n’est pas la spécialité des entreprises

pétrolières chinoises qui ont un retard

technologique dans ce créneau. Il

reste donc peu de zones. En Amérique

Latine, des portes s’ouvrent avec des

gouvernements comme celui d’Hugo

Chavez au Venezuela. D’ailleurs, dans

ce pays, les puits de pétrole ont été

abandonnés par les entreprises américaines

qui les jugent peu productifs et

peu rentables. Les entreprises chinoises

ont une carte à jouer car elles savent

exploiter ces champs matures

jusqu’à la dernière goutte. Elles ont

acquis de l’expérience avec les vieux

gisements de Daqing, de Shengli ou

Liaohe. C’est une des niches dans lesquelles

les firmes chinoises sont très

compétitives à l’étranger.

Est-ce que la Chine maîtrise le

transport de ses approvisionnements

en énergie ?

Pour l’instant, il n’y a qu’un seul oléoduc

transfrontalier, sur la frontière

sino-kazakhe et il est seulement aux

deux tiers construit. Il y a aussi le projet

d’oléoduc en Sibérie orientale qui est

discuté depuis une dizaine d’années.

Les négociations sont très lentes entre

Moscou, Pékin et Tokyo, la Russie

joue sur la concurrence Chine-Japon

pour faire monter les enchères. Pour

La sécurité énergétique

ne concerne que

le pétrole. Dans

l’ensemble, la Chine est

autosuffisante à 94%

l’instant, le pétrole russe livré à la

Chine arrive par chemin de fer. Avec la

construction d’un oléoduc, la sécurité

est meilleure, mais c’est un gros investissement.

D’une manière générale, la

Chine pour l’instant préfère le transport

maritime, d’autant que les marchés de

consommateurs sont situés sur la côte,

loin des frontières terrestres. Les armateurs

chinois se sont d’ailleurs lancés

dans un programme de construction

et d’acquisitions d’une soixantaine de

supertankers. Ils veulent mieux maîtriser

le transport de brut car pour

l’instant seulement 20% des importations

sont transportés par des bateaux

chinois. • Propos recueillis par M.B

Connexions 39


L’appétit d’un géant

breux patrons de mines malins sont

devenus millionnaires. Ils ont surfé sur

la réforme du secteur minier, synonyme

de privatisation des puits et surtout

de libéralisation des prix, à partir

de 2002. Depuis, la tonne de charbon

s’est envolée. Tiré par les besoins de la

sidérurgie et la consommation d’électricité,

son prix a été multiplié par trois

entre 2001 et 2005. A l’autre bout de la

chaîne, dans les grandes villes, le charbon

alimente des millions de climatiseurs

en été et autant de chauffages

en hiver. Car en Chine, 71% de l’électricité

vient de la houille. Et comme la

demande ne faiblit pas, la production

continue à afficher une croissance supérieure

à celle du PIB chinois. En 2005,

les 2 milliards de tonnes sorties des

mines ont été entièrement avalées.

La Chine consomme plus de charbon

que les Etats-Unis, l’Europe et le Japon

réunis. Et le pays a beau être le premier

producteur mondial, il est, en plus, devenu

importateur.

La Chine cumule les records mondiaux de

production et de consommation de charbon.

Mais cette dépendance a de lourdes implications

sociales et écologiques, c’est pourquoi le

gouvernement commence à mettre de l’ordre

dans un secteur qui a connu ces dernières années

un développement brutal et anarchique.

Tout n’est pas noir dans le charbon,

il y a aussi des histoires

qui font rêver. Celle de Zhang

Xinming par exemple. Ce paysan de

la province du Shanxi a commencé au

fond de la mine dans les années 80.

Après avoir longtemps creusé pour

les autres, il s’est lancé dans le commerce

du charbon, au bon moment.

Aujourd’hui, son empire produit plus

de 3 millions de tonnes de houille par

an et il figure parmi les personnes les

plus riches de Chine avec une fortune

évaluée à 3 milliards de RMB par le

magazine Forbes. L’histoire de Zhang

Xinming n’est pas unique. Comme lui,

au tournant des années 2000, de nom-

40 Connexions

Le Charbon

Mineur dans la province du Guizhou

Irremplaçable

et irrespirable

© Imagine China

As good as gold

Cette fièvre du charbon a commencé

dans les années 90, à cette époque les

petites mines privées ou semi-privées

ont poussé comme des champignons.

Il y en aurait aujourd’hui environ 30000

avec, parmi elles, quelques rares entreprises

de grande taille comme celle de

Zhang Xinming. Ce nouvel eldorado a

attiré les aventuriers, les paysans désoeuvrés

et aussi les fonctionnaires

corrompus. Souvent, les responsables

politiques locaux sont associés à la

gestion des mines quand ils n’en sont

pas tout simplement les patrons. Ce

mélange des genres explique le laxisme

de l’administration sur le respect

des règles de sécurité ou de protection

de l’environnement. Le charbon

a donc engendré un univers avec ses

soutiers et ses notables, une véritable

galaxie dont le centre de gravité se

situe dans le nord du pays, dans trois

provinces : la Mongolie Intérieure, le

Shaanxi et le Shanxi (ce dernier représente

à lui seul 4 000 puits et 25% de la

production nationale). Rien ne semble

pouvoir menacer la suprématie de la

houille car, pour la Chine, le choix du

charbon s’impose comme une évidence

: le pays possède 13% des réserves

mondiales, les puits sont relativement

profonds mais la main d’œuvre

pour les exploiter est aussi abondante

que bon marché. Aucune autre source

d’énergie ne peut afficher les mêmes

avantages. Le charbon s’est donc naturellement

taillé la part du lion dans

le bilan énergétique chinois. Et la situation

ne va pas changer de sitôt. La

construction de centrales thermiques

continue au rythme d’une nouvelle

tous les dix jours. En 2010, selon les

estimations de la Commission pour


Le défi de l’énergie

© Imagine China

Mine de charbon, province du Xinjiang

la Réforme et le Développement, le

charbon représentera encore 66% de

l’énergie consommée en Chine.
















Le revers de la médaille

Pourtant, la Chine paie déjà au prix fort

son choix énergétique. Il est d’abord

humain avec, chaque année, des milliers

de mineurs dont la vie est soufflée

par un coup de grisou. L’hiver est

particulièrement meurtrier, quand les

citadins allument leur chauffage, les

prix grimpent, et les patrons agitent

des primes mirobolantes pour obtenir

des cadences maximales. Au mépris

des règles de sécurité et des quotas

de production. À côté des accidents,

il faut ajouter les maladies respiratoires

qui tuent plus lentement mais sur

une plus grande échelle. Depuis l’effroyable

bilan des années 2003-2004,

le gouvernement a ordonné la fermeture

de milliers de

mines illégales, qui

échappaient aux

contrôles de sécurité.

Cette campagne

se heurte à de fortes

résistances locales

mais affiche ses

premiers résultats

avec une baisse du

nombre de morts

dans les mines en

2006. L’autre victime

du charbon,

c’est l’environnement.

La houille

est souvent brûlée dans les centrales

électriques sans être lavée, d’où le

dégagement de dioxyde de soufre et

de particules de carbone. Là aussi, les

autorités centrales ont réagi et imposé

des taxes environnementales pour les

entreprises du secteur. Cette mesure

a eu pour premier effet de pousser

encore les prix à la hausse. A l’avenir,

le gouvernement aimerait créer des

grands groupes miniers, modernes,

compétitifs, et plus respectueux des

réglementations. Les fusions sont

donc encouragées et les petites mines

fermées : d’ici la fin de cette année les

puits produisant moins de 30 000 tonnes

par an devraient tous être fermés.

Pékin espère aussi créer 5 à 7 groupes

géants capables de fournir plus de 100

millions de tonnes par an.

L’autre chantier concerne les centrales

à chaudières, souvent trop polluantes



et peu performantes. Elles

aussi échappent aux réglementations.

Et comme le

prix de l’électricité est plafonné,

neuf centrales sur

dix seraient en situation de

déficit. Les patrons n’ont

donc ni l’envie ni les moyens

d’investir pour se mettre aux

normes. L’Etat a commencé

à relacher son emprise sur le

tarif du watt, mais avec prudence.

En attendant, le charbon

reste irremplaçable. •

Mathieu Baratier

Vallourec

Des centrales

thermiques

moins polluantes

Si les centrales thermiques au

charbon chinoises rejettent

beaucoup de CO2, certaines sont

néanmoins plus écologiques que

d’autres : les centrales à vapeur

supercritiques ou ultrasupercritiques.

A production d’électricité

constante, elles permettent

de réduire de 25% les émissions

de CO2, car elles consomment

moins de charbon. Mais pour

fonctionner à des pressions de

200 à 300 bar et à plus de 500°C,

ces centrales ont besoin de matériaux

résistants. C’est là qu’intervient

Vallourec, une entreprise

française qui commercialise des

tubes en acier inoxydable. « Ces

tubes hautement alliés sont spécialement

conçus pour les environnements

sévères », explique

Christophe Jasnot, directeur marketing

du groupe pour la Chine.

Un marché qui est amené à se

développer, puisque la Chine a

décidé cette année de ne plus

construire que des centrales

nouvelle génération pour produire

de l’électricité. Pour extraire

du gaz et du pétrole dans des

endroits difficiles d’accès tout en

évitant les fuites, Vallourec commercialise

également des tubes

en acier pour les puits.

Philippe Charles

© Vallourec

Connexions 41


L’appétit d’un géant

Pétrole et Gaz

La saga des hydrocarbures

Par François Issard, Représentant Exploration et Production, Total Chine

Si la Chine défraye aujourd’hui la chronique sur la scène internationale de l’énergie

par son appétit pour le brut et sa recherche tous azimuts de nouvelles ressources

d’hydrocarbures, c’est sans doute trop vite oublier que ce pays est avant tout le

5ème producteur mondial de brut juste après l’Iran et possède une très ancienne

tradition pétrolière.

Autant qu’on puisse en juger à

travers des manuscrits anciens,

les premières indications d’utilisation

du pétrole semblent en effet

remonter à plus de 2000 ans, dans la

province actuelle du Shanxi, où celui-ci

est « écrémé » à la surface d’une rivière

où il s’écoule naturellement. Il faut

attendre le 19ème siècle pour observer

une exploitation mécanisée avec

le « battage au câble », à Taiwan tout

d’abord (1878) puis en Chine continentale

(1907, Shanxi) grâce à l’apport de

technologies allemande, japonaise et

…américaine.

Quant à l’exploitation du gaz naturel,

plus « fugitif » que le pétrole liquide,

il en est fait mention au 13ème siècle

dans une autre province intérieure

chinoise, celle du Sichuan, près de

Zigong, où cet hydrocarbure, fortuitement

découvert lors de l’exploitation

de mines de sel, donnera lieu a une

production semi-industrielle liée aux

méthodes locales d’exploitation de

ces gîtes salifères.

voir-faire de leurs géologues, l’exploration

des ressources pétrolières prend

une nouvelle dimension, plus systématique,

notamment dans les provinces

de l’Ouest qui sont alors perçues

comme un possible « Moyen-Orient

chinois » . Ces méthodes héritées de

l’économie planifiée vont influencer

durablement les processus d’exploration

et d’exploitation dans le pays.

Même si elles sont aujourd’hui en voie

d’active « internationalisation », certaines

de ces pratiques restent en effet

encore très présentes dans le système

pétrolier chinois qui demeure très

planifié.La grande date de l’histoire

pétrolière chinoise, celle que tous les

pétroliers chinois, y compris les cadres

actuels, gardent dans leur mémoire

collective, c’est le 26 septembre 1959.

Ce jour-là, le puits Songji-3 « découvre»

le champ géant de Daqing. C’est

le début d’une épopée, jalonnée par

Historique de la production de brut : 1945 à 2006

une longue série de succès : Jilin en

1959, Shengli en 1961, Dagang en 1963,

Liaohe en 1965, Changqing en 1970.

Toutefois, en raison de la fermeture du

pays au monde occidental pendant

L’exploitation du

gaz remonte au

13ème siècle dans

les gîtes salifères

cette période agitée de la République

Populaire de Chine, ces succès

vont rester relativement méconnus en

Occident.

Ces découvertes font rapidement de

la Chine un des premiers producteurs

mondiaux, puisque dès la fin des années

1970 la production atteint 2 millions

de barils par jour, satisfaisant ainsi

Industrialisation

Les perturbations sociales et politiques

qui affectent le monde chinois

au début du 20ème siècle empêchent

le développement continu d’une industrie

pétrolière à partir de ces premiers

signes pourtant prometteurs.Ce

n’est qu’avec les années 1940-60 que

commencent une véritable recherche

et production industrielle du pétrole.

Sous l’impulsion des Soviétiques qui

apportent leurs technologies et le sa-

Source : Total Chine

42 Connexions


Le défi de l’énergie

Exploitation d’un gisement off-shore par Total

© TOTAL

Nombre de véhicules en Chine - évolution 1995 à 2006

la demande intérieure mais faisant

également du pays un exportateur de

brut et même de produits raffinés. Ce

n’est qu’en 1993 que la Chine, poussée

par sa croissance, et en particulier par

le développement de l’automobile,

Source : National Bureau of Statistics of China

Historique des importations de brut 1993 à 2006

Source : China Statistic Yearbook

Les entreprises

étrangères ne

représentent que 4%

de la production de

pétrole

deviendra un importateur de brut, son

poids sur les marchés internationaux

ne se faisant sentir significativement

qu’au début de la présente décennie.

En 2006 les importations de brut ont

atteint 145 Mt et représenteraient

47% de la consommation selon des

statistiques non encore publiées. Le

temps de l’indépendance pétrolière

de la Chine est donc désormais loin

derrière elle.

Pétrole

En 2006 la production domestique

de brut est de 183 Mt, son plus haut•••

Connexions 43


L’appétit d’un géant

•••historique en augmentation faible

sur les dernières années mais cependant

croissante et ceci malgré le

déclin amorcé des champs géants

historiques auxquels se substituent

16% de la production

chinoise provient de

gisements off-shore

et essentiellement on shore, 63% de la

production du pays), Sinopec (le raffineur

historique chinois, présent à la

fois on shore et offshore, 22%), CNOOC

(le “petit”, offshore exclusivement, et

surtout un producteur, n’ayant que

récemment élargi son activité au raffinage

et au gaz naturel liquéfié, 15%).

Témoin de la relative fermeture du

pays aux compagnies étrangères, la

faible contribution de celles-ci dans

la production nationale: environ 4%

(inclus dans les 15% de CNOOC) essentiellement

offshore, en partenariat

avec CNOOC.






désormais les nouvelles zones productrices

de l’Ouest (bassin de l’Ordos

dans le Centre-Ouest du pays, et plus

loin, aux confins occidentaux, les bassins

du Xinjiang : Tarim et Junggar).

L’essentiel de la production du pays est

terrestre, à peine 16% provenant des

zones maritimes. L’immense majorité

de cette production provient de trois

grandes entreprises contrôlées par

l’Etat : CNPC/PetroChina (« intégrée »














44 Connexions


Le défi de l’énergie

Gaz

A contrario, la production de gaz naturel

est en pleine expansion, mais

encore faible, 59 milliards de mètres

cube en 2006. C’est une ressource

naissante.

Ceci pour des raisons à la fois liées à

l’habitat particulier de cet hydrocarbure

en Chine (plus profond, il n‘a été

découvert que plus récemment) et

aussi aux difficultés liées à son transport

qui en ont longtemps confiné

l’usage aux zones proches de production

(c’est le cas du Sichuan). Depuis

quelques années cependant, les

compagnies chinoises avec le soutien

de l’Etat investissent lourdement dans

la construction de gazoducs régionaux

qui vont bientôt permettre de

distribuer cette source d’énergie aux

grandes zones de consommation de

l’Est à partir des zones de production

plutôt situées dans l’Ouest du pays.

On peut donc prévoir un brillant futur

à l’industrie du gaz en Chine, en proie

aujourd’hui aux difficultés d’ordre réglementaire

et structurel qui accompagnent

tout nouveau développement

industriel complexe.

Gazoduc dans la province du Henan

Historique de la production de gaz : 1949 à 2006

© Imagine China

Source : Total Chine

Futur

A priori les compagnies chinoises qui

contrôlent l’immense majorité des

ressources du pays ont en portefeuille

des réserves substantielles (14 ans de

production de brut pour PetroChina)

même si leur taux de renouvellement

n’est pas facile à établir en raison des

spécificités des méthodes comptables

chinoises (le mode de classification

des réserves reste différent de ce qu’il

est dans les compagnies internationales).

De plus, il y a tout lieu de croire

que l’apport de nouvelles technologies

permettant de mettre en valeur

les hydrocarbures moins ou nonconventionnels

(réservoirs complexes,

huiles lourdes, gaz très acides, gaz de

charbon) permettra de poursuivre la

croissance des productions encore

longtemps, en particulier celle du gaz

naturel. Le défi pour la Chine est autant

de créer les conditions –par ses politiques

tarifaires en particulier – pour

que les différentes sources d’énergie

(charbon, pétrole brut, gaz, nucléaire…)

puissent rapidement trouver une

répartition plus équilibrée que celle

du ‘mix’ énergétique actuel, que d’accélérer

l’exploitation des ressources

pétrolières et gazières existant sur son

territoire et accessibles à l’étranger.

Aujourd’hui le charbon représente

une part prépondérante (≈70%) et

toujours croissante de la consommation

énergétique. Hors, les récentes

mesures n’ont pas permis d’inverser

cette tendance, et le gaz naturel, importé

(GNL) ou domestique, n’a pas

encore dans le pays le rôle que cette

énergie propre joue ailleurs dans le

monde, alors qu’une conscience environnementale

apparaît. C’est donc

dans une véritable course contre la

montre que se trouvent aujourd’hui

engagés les pourvoyeurs d’énergie

en Chine, dont les ‘pétroliers’ comme

Total ! •

François Issard

Représentant Exploration

et Production TOTAL Chine

Connexions 45


Le défi de l’énergie

Dégradation de

l’environnement, pollution

de l’air, gaspillages : les

autorités ont pris la mesure

des effets pervers d’une

consommation énergétique

sans garde-fou. L’équilibre

écologique de la planète

et la croissance chinoise

sont menacés par ces excès.

La Chine tente donc de

rationaliser l’utilisation

de ses ressources et de

faire évoluer les modes de

consommation. Un défi de

plus pour un géant lancé à

corps perdu dans la course

au développement.

Produire autrement,

consommer mieux

© TOTAL

Connexions 47


L’appétit d’un géant

Pollution

L’énergie, ennemie n o 1

de l’environnement

© Imagine China

La pollution atmosphérique pose des problèmes environnementaux et

sanitaires graves. Vue sur le 3ème périphérique Est de Pékin

En passe de ravir

la première place

d’émetteur de CO2 aux

Etats-Unis, la Chine est

confrontée à un défi

environnemental de

premier ordre.

En cause : la combustion

du charbon qui alimente

le pays en électricité

et l’augmentation

des émissions de

gaz d’échappement

automobile.

Premier émetteur d’oxydes

d’azote et de dioxyde de

soufre, responsable des pluies

acides, la Chine arrive au second rang

- bientôt au premier, selon l’Agence

internationale de l’énergie (AIE) - pour

les émissions de CO2, juste derrière

les Etats-Unis. Et pour cause: entre

1990 et 2004, les émissions de SO2

sont passées de 14,95 à 22,55 millions

de tonnes, ce qui représente une

hausse de 51%, selon le rapport

20 0 6 de l’Obser vatoire de la

viabilité énergétique 1 . Les émissions

1

Réseau international d’analystes qui étudient les politiques

énergétiques et leur contribution au développement durable.

de particules en suspension ont

augmenté de 51% durant la même

période, et les émissions de CO2 par

habitant issues de la combustion

d’énergie de 45,3%. Rien d’étonnant,

avec de tels chiffres, à ce que la Chine

compte vingt des trente villes les plus

polluées au monde. En 2004, près de

59% des 319 villes faisant l’objet d’une

surveillance sont de classe III, ce qui

correspond à la plus mauvaise qualité

de l’air, selon le SEPA (l’agence chinoise

de protection de l’environnement).

Conséquence dramatique sur la

santé : la Banque mondiale estime à

400 000 le nombre de personnes qui

meurent chaque année en Chine de

maladies cardiaques ou pulmonaires

liées à la pollution atmosphérique.

Outre les retombées sur la qualité de

l’air, les émissions de SO2 génèrent

des pluies acides, en particulier dans

le Sud Est du pays. Selon le SEPA, 40%

des terres chinoises sont touchées par

les pluies acides.

Charbon et voitures

Certes, la Chine a augmenté son

efficacité énergétique entre 1990

et 20 0 4, c’est-à- dire réduit la

quantité d’énergie nécessaire pour

générer une unité de PIB. Mais la

48 Connexions


Le défi de l’énergie

demande énergétique de la Chine

devrait progresser à un rythme de

2,6% par an selon l’AIE, du fait de la

structure de son PIB, dominé à 52%

par le secteur industriel (en 2003),

fort consommateur en énergie,

et des prévisions de croissance de

l’économie de 5% par an entre 2002

et 2030.

C’est problématique quand on sait que

la pollution résulte essentiellement du

mode de consommation de l’énergie

de la Chine, premier producteur et

consommateur de charbon au monde.

En 2003, le charbon représentait ainsi

plus de 67% de la consommation

Emissions de CO2 par an en millions de tonnes métriques

(prévisions 2030)

La Chine compte

vingt des trente

villes les plus

polluées au monde

énergétique primaire du pays, servant

à la production d’électricité, contre

26,5% en moyenne dans le monde.

Or, plus de 90% des émissions de

SO2 en Chine, et plus de 70% des

particules en suspension proviennent

de la combustion du charbon.

Les émissions de gaz carbonique

proviennent aussi de la combustion

du carburant automobile. Deuxième

consommateur de p étrole au

monde, la Chine consomme deux

fois plus qu’il y a dix ans en raison

de l’augmentation rapide de son

parc de véhicules. S’il n’y avait que

16 millions de véhicules en 2000,

leur nombre pourrait atteindre 176

millions en 2020, selon le chercheur

américain Lee Schipper (2002). Les

gaz d’échappement automobile,

principale source de pollution de

l’air en zone urbaine, génèrent des

oxydes d’azote et du monoxyde

de carbone, et sont à l’origine de la

pollution à l’ozone. Bien que la Chine

applique depuis 2000 les normes

d’émissions européennes pour les

véhicules produits localement, les

objectifs de réduction des émissions

ne sont, selon l’OCDE, pas suffisants

pour satisfaire aux normes de qualité

de l’air. L’organisation recommande

des objectifs plus ambitieux qui

prendraient en compte un éventail

p lus imp o r t ant d e p o lluant s

atmosphériques, ainsi que l’utilisation

de carburants plus propres, moins

chargés en soufre. •

Philippe Charles

Environnement SA

Le thermomètre de la pollution

Dès la fin des années 80, Environnement SA a senti que la Chine serait un marché important pour la mesure

de la pollution. Le pays représente aujourd’hui 10% de son chiffre d’affaires et, signe des temps, la société

qui gérait ses commandes asiatiques depuis la France, a ouvert cette année un bureau à Pékin. Depuis 1978,

elle conçoit, fabrique et commercialise des appareils de mesure de la qualité de l’air, de surveillance de

la qualité de l’eau et de contrôle des émissions industrielles. En Chine, ses appareils équipent les stations de

surveillance de la pollution dans plusieurs grandes villes (Pékin, Shanghai, Chongqing) et provinces. Dans le

secteur énergétique, Environnement SA contrôle les émissions de gaz des centrales thermiques chinoises.

« Nos appareils sont installés sur les cheminées d’usines dans le Sichuan, le Liaoning, le Guangdong et la ville de

Macao», explique Quang Do Pham, responsable de la zone Asie. L’entreprise propose également des solutions

pour les constructeurs automobiles avec des instruments de mesure de l’efficacité de la combustion et donc

de la consommation du véhicule. Pour l’heure, Quang Do Pham prospecte les constructeurs automobiles

chinois. Avec le développement de cette industrie en Chine, le produit d’Environnement SA devrait facilement

trouver preneur.

Emilie Torgemen

Connexions 49


L’appétit d’un géant

Extraction de pétrole de la China National Petroleum Corporation (CNPC-Petrochina) sur le gisement de Tarim,

province du Xinjiang

© Imagine China

Energie et environnement

‘‘ La Chine est capable

de relever le défi ’’

Trouver un modèle de développement respectueux

de l’environnement sans pénaliser la croissance

économique, c’est un enjeu majeur de la politique

énergétique chinoise. Le Programme des Nations

Unies pour le Développement est un des partenaires

du gouvernement pour réaliser ce projet ambitieux.

M. Kishan Khoday, responsable de l’équipe énergie et

environnement, explique pourquoi il est optimiste.

Kishan Khoday est confiant :

«Concilier croissance économique

et consommation énergétique

efficace est un défi que la

Chine est capable de relever». Depuis

un an et demi, ce fonctionnaire de

l’agence onusienne est aux premières

loges pour suivre l’évolution de

la politique et des moyens mis en

œuvre par la Chine pour limiter l’im-

50 Connexions


Le défi de l’énergie

pact de la consommation d’énergie

sur l’environnement. La Chine est déjà

le deuxième émetteur de gaz à effet

de serre au monde et devrait souffler

la première place aux Etats Unis d’ici

2010, selon l’ONU. « Le gouvernement

central a pris conscience de la

nécessité de rationaliser la consommation

d’énergie. La convergence de

deux facteurs majeurs a joué dans

cette évolution: d’une part, l’impact

des gaz à effet de serre sur l’environnement,

chinois et planétaire, et de

l’autre, les préoccupations liées à la

sécurité énergétique du pays”, explique

M. Khoday.

Disparition des glaciers

Lors de la dernière conférence sur

le changement climatique, début

mai à Bangkok, les responsables

environnementaux du monde

entier l’ont d’ailleurs reconnu: il est

désormais certain à 90% que l’homme

est responsable des modifications du

climat. Cette évolution menace non

seulement la production agricole mais

pourrait aussi produire, d’ici 2050, un

ralentissement voire une inversion

du processus de développement

Kishan Khoday, responsable de

l’équipe énergie et environnement

au bureau des Nations Unis de Pékin

© DR

dans certains pays comme la Chine.

Les signes annonciateurs d’une telle

évolution sont déjà visibles, comme

le souligne M. Khoday : «La Chine a

tiré la sonnette d’alarme concernant

la fonte des glaciers himalayens

qui alimentent les plus grands

Les énergies

renouvelables

progressent de 30 à

40% par an

cours d’eau du pays, dont le fleuve

Yangtze. Leur disparition quasitotale

est possible d’ici 2050, ce qui

pourrait entraîner de gros problèmes

de sécheresse, accompagnés de la

destruction d’écosystèmes variés

et de la disparition d’espèces qui

subissent déjà les conséquences des

activités humaines. L’homme n’est pas

épargné dans ce scénario avec un

impact grandissant de la pollution sur

sa santé et notamment sur la santé

des populations les plus vulnérables

comme les enfants ».

Avancées juridiques

Si cette prise de conscience est déjà

en elle-même un premier pas, le souci

économique et stratégique d’assurer

l’approvisionnement énergétique du

pays joue aussi un rôle décisif. Face à

la flambée des prix du pétrole sur les

marchés mondiaux, la Chine se tourne

aujourd’hui vers d’autres moyens pour

diversifier ses sources d’énergie tout

en développant un secteur national

centré sur les énergies renouvelables

qui progressent de 30 à 40% par an.

Pas étonnant dans ces conditions que

le gouvernement chinois affiche des

prévisions optimistes et des objectifs

très ambitieux. Les autorités mobilisent

des moyens importants pour offrir

un cadre légal à ces projets, constate

Kishan Khoday. «La Chine avait déjà

signé la Convention mondiale sur

le changement climatique en 1992,

mais c’est seulement aujourd’hui

que la réduction des gaz à effet de

serre est devenue urgente. Dans cette

optique, le pays va favoriser deux axes

principaux : l’efficience énergétique

et le développement d’énergies

renouvelables ».

Pour M. Khoday, « la publication, en

janvier dernier, d’un premier rapport

sur le changement climatique et

l’attention portée à ce sujet lors de

la session de l’Assemblée Nationale

Populaire au mois de mars, ainsi que

la révision en cours de la loi sur la

conservation de l’énergie de 1997,

sont des mesures concrètes. Le 11e

Plan quinquennal (2006-2010) prévoit

d’augmenter l’efficacité énergétique

de 20% par unité de PIB. Comme ce

sont les entreprises qui génèrent le PIB

d’un pays, c’est donc la responsabilité

des entreprises chinoises de mettre

en pratique ce qui a été décidé au

niveau politique. D’autant plus que

la rationalisation et la réduction de la

consommation d’énergie se réalisent

au niveau du consommateur final ».

Changer la consommation

Le bureau onusien travaille en

coordination avec le gouvernement,

les entreprises locales et les

multinationales étrangères pour

a m é l i o r e r l a c o n s o m m a t i o n

d’énergie. « Notre travail concerne

L’application des

règles demeure

encore chaotique

et peu efficace

essentiellement le transfer t de

technologie, le management et

la formation qui se font à partir du

modèle de grandes multinationales.

C’est le cas, par exemple, d’Arcelor,

géant de l’acier, avec lequel nous

avons entamé en 2006 un projet

sur trois ans. L’expérience se base

sur la stratégie de réduction de la

consommation d’énergie d’Arcelor•••

Connexions 51


L’appétit d’un géant

•••qui est ensuite adaptée aux

entreprises chinoises de l’acier. C’est

un des secteurs qui affiche la plus

haute intensité énergétique. Financé

par la multinationale (à hauteur de 5

millions de dollars) le projet est mené

en coopération avec la Commission

chinoise pour le Développement et

la Réforme (NDRC). Sur ce modèle, on

est actuellement en train de négocier

un projet de la même ampleur avec

Total, pour le secteur de la production

d’énergie ».

Application chaotique

Malgré cet optimisme, des obstacles

importants demeurent. «L’entrave

majeure est la dimension du

problème: La Chine enregistre

aujourd’hui une croissance supérieure

à 10% qui ne semble pas prête à

s’arrêter ou à diminuer sensiblement.

A cela, il faut ajouter la nature de la

consommation d’énergie, encore

trop liée au charbon, une ressource

polluante et à faible rendement,

qu’il faudrait rendre plus efficace.

Mais pour assurer la transition d’un

modèle de consommation à l’autre,

le secteur industriel chinois aura

besoin de financements qui ne

pourront pas venir uniquement du

secteur public. C’est pour cela que

nous sommes en train de mobiliser

les banques pour qu’elles investissent

dans l e s e c teur énerg étique

et des énergies renouvelables.

Nous avons déjà réussi à mettre

en place un projet avec la Banque

Agricole de Chine pour financer les

changements technologiques dans

les entreprises rurales » explique

M. Khoday. Dernier paramètre

– fondamental – l’application des

règles demeure encore chaotique et

peu efficace. C’est, selon M. Khoday,

le défi le plus urgent à relever pour

le pays s’il veut pouvoir mettre en

place effectivement un modèle de

développement responsable. •

Propos recueillis

par Antonia Cimini

Consommer mieux

Les grands chantiers

La Chine consomme trop d’énergie et surtout de façon

irréfléchie. Pour améliorer l’efficacité énergétique et limiter

les gaspillages dans l’industrie, le commerce et

chez les particuliers, le gouvernement chinois incite à

consommer mieux. Cet objectif de rationalisation est

clairement inscrit dans le 11e plan quinquennal (2006-

2010) adopté par les autorités. Pour les entreprises et les

institutions françaises, cette orientation ouvre des perspectives

de coopération et de nouveaux débouchés.

Quelques exemples du savoir faire français au service

des économies d’énergie chinoises.

Schneider Electric

Chaque watt compte

Tablant sur les objectifs du

11 e plan quinquennal, qui

prévoient de réduire de

20% la consommation d’énergie par

unité de PIB, Schneider adapte son

offre commerciale aux exigences

d’ef ficacité énergétique de ses

clients chinois. « Le gouvernement

chinois accentue la pression pour

réduire la facture énergétique des

bâtiments nouvellement construits,

e n p a r t i c u l i e r l e s b âtiment s

gouvernementaux », e xplique

Olivier Blum, directeur marketing

de Schneider Chine. Alors que le

potentiel de croissance du marché

des économies d’énergie est estimé

entre 15 à 20% par an en France,

il est de 30 et 40% en Chine. Pour

répondre à cette nouvelle demande,

Schneider cible les trois secteurs

les plus gourmands en énergie : le

bâtiment, qui consomme plus de 40%

de l’énergie totale, les installations

électriques dans l’industrie, et le

résidentiel, qui représente 20 à 25%

de l’énergie consommée. En Chine,

priorité est donnée à l’équipement

des bâtiments (hôtels, complexes

sportifs, hypermarchés), qui peuvent

être dotés de systèmes de gestion de

l’électricité comme des détecteurs de

présence pour optimiser l’éclairage ou

encore des thermostats d’ambiance

programmables. « La rénovation

des bâtiments peut générer jusqu’à

30% d’économies d’énergie », estime

Olivier Blum. Dans un bâtiment déjà

construit, la climatisation représente

jusqu’à 40% de la consommation

d’énergie globale. Pour éviter les

déperditions, Schneider propose

des systèmes capables de gérer la

climatisation en temps réel : « Dans

52 Connexions


Le défi de l’énergie

des économies d’énergie

Solutions Schneider Electric dans le bâtiment

les hypermarchés, on peut imaginer

par exemple que la température

baisse en cas d’affluence et augmente

dans le cas contraire ». L’optimisation

aussi de mieux gérer les f lux

d’approvisionnement en énergie,

élément crucial au moment des

JO, lorsque les besoins en énergie

de la facture énergétique permet exploseront. • P. C

Séminaires

Economies d’énergie dans le BTP

Lors du séminaire organisé au mois de juillet 2007 par les Missions

Économiques de Shanghai et de Canton, avec l’appui d’UBIFRANCE,

les participants pourront rencontrer les autorités de la Commission de

la Construction Urbaine, des instituts de design, des responsables de

l’urbanisme, des cabinets d’architecte, des représentants des éco-industries

et de l’industrie des matériaux de construction, des importateurs et

distributeurs. Ces rencontres se feront à l’occasion de conférences francochinoises

organisées par les ME en partenariat avec les autorités locales et

des visites de sites programmées dans chacune des villes étape. Des dîners,

déjeuners et cocktails permettront de nouer des relations avec les acteurs

locaux des secteurs concernés. Rendez vous les 2 et 3 juillet à Shanghai, les 4

et 5 juillet à Shenzhen, et les 6 et 7 juillet à Canton. Pour plus d’informations:

Alain Berder : alain.berder@missioneco.org

© Schneider Electric

Solaronics

Réduire la facture

énergétique

des entreprises

Pourquoi chauffer trop et mal

quand on peut chauffer suffisamment

et efficacement ? Conçus

pour éviter les déperditions d’énergie

dans les grands volumes – ateliers

d’usine, gymnases, halls d’exposition-,

les tubes radiants à gaz

de Solaronics ciblent les endroits

à chauffer, et offrent des rendements

moyens supérieurs à 85%.

« Contrairement aux chaudières

classiques, le chauffage au gaz à

infrarouge ne nécessite pas de

réchauffer la masse d’air. Comme

le soleil, un tube réchauffe directement

l’atmosphère », explique

Christophe Ozenne, responsable

export de la PME. Une technique

qui permet d’économiser à la

fois les pertes de chaleur par les

tuyauteries mais aussi les déperditions

dans l’atmosphère. Au total,

les économies de consommation

peuvent atteindre 25 à 30% sur

un bâtiment de 10 à 15 mètres

de haut. Si le faible raccordement

des villes chinoises au gaz naturel

constitue un obstacle pour Solaronics,

le marché des économies

d’énergie reste très porteur. Cette

année, la PME envisage d’ouvrir

une filiale de commercialisation

en Chine, puis une filiale de production.

http://www.solaronics.fr

Philippe Charles

Connexions 53


L’appétit d’un géant

CFFCME 1 : L’école des économies d’énergie

© CFFCME

Les autorités chinoises ont pris

conscience de la nécessité de réduire

la consommation d’énergie

dans le bâtiment. Mais si des lois

ont été adoptées, il reste beaucoup

à faire pour que celles-ci

soient appliquées et qu’économiser l’énergie devienne

la préoccupation de chacun. Il faut, par exemple, informer

et former les promoteurs immobiliers, les bureaux

d’études, les constructeurs, les installateurs de matériels

de chauffage et de climatisation ainsi que les personnes

chargées d’assurer la maintenance de ces installations.

Il est même nécessaire d’éduquer l’ensemble de

la population pour qu’éteindre la lumière, fermer une

porte ou une fenêtre quand on sort d’un lieu climatisé

ou chauffé devienne un réflexe. Il faut, dès maintenant,

organiser des séminaires permettant de trouver des solutions

pratiques, adaptées aux besoins du secteur, peu

coûteuses et facilement réplicables. Il faut aussi mettre

en place des formations pour les formateurs et les techniciens

du bâtiment au cours desquelles les professionnels

prendront l’habitude de travailler sur des matériels

européens. C’est ce que le Centre de Formation Franco-

Chinois aux Métiers de l’Energie (CFFCME) fait depuis

sept ans, en partenariat avec des entreprises et des organismes

publics européens. Enfin, les entreprises françaises

doivent, comme le font déjà celles d’autres pays

européens, s’impliquer davantage dans la formation

professionnelle, dans le domaine de l’énergie, comme

dans les autres domaines. Cela permettra d’économiser

de l’énergie, de diminuer les émissions de gaz à effet

de serre et de valoriser les technologies et le savoir-faire

européens. Thierry Devillier Directeur du CFFCME

1

Centre de Coopération Educative entre les ministères français et chinois de l’éducation installé à Pékin

www.cffcme.com.cn

CSTB 1

Créer des bâtiments durables

20 ans, deux milliards

de personnes habiteront

D’ici

les villes. Parmi elles, 40%

de Chinois qui vivront pour la plupart

dans des mégalopoles de 15 à 30 millions

d’habitants. Pour rendre les bâtiments

plus efficaces, dans le futur,

sur le plan énergétique, le Centre

scientifique et technique du bâtiment

a édité, sous la direction de l’architecte

et urbaniste Serge Salat, un «

Traité de conception durable », qui

présente une méthode d’action pour

le gouvernement chinois. « En Chine,

l’habitat représente 30% de la facture

énergétique, observe Serge Salat. Or

si les logements étaient mieux isolés

et plus adaptés au climat, on pourrait

éviter de surchauffer l’hiver, ce

qui réduirait cette facture de 50%. »

Mais ce n’est pas tout. En Chine,

les logements, de même que les

bureaux, sont insuffisamment éclairés

à la lumière naturelle, ce qui oblige

souvent à consommer, y compris en

plein jour, de l’électricité. Au final, la

consommation des logements chinois

serait, selon Serge Salat, deux à trois

fois supérieure à celle des logements

européens, et seuls 8 % des logements

construits sont énergétiquement

optimaux. Pourtant, les Chinois

ne font pas de l’efficacité énergétique

un critère important lors du choix

de leur appartement. Pour que cette

thématique entre davantage en ligne

de compte du côté des acheteurs,

peu influents du fait de la faiblesse

de leur pouvoir d’achat, comme des

promoteurs, Serge Salat propose que

des incitations fiscales soient mises

en place. Cela permettrait, dès la

construction, de mieux isoler les bâtiments,

d’installer des chaudières plus

performantes, mais aussi de travailler

sur la forme urbaine des logements à

construire, c’est-à-dire sur une échelle

plus vaste que le simple bâtiment,

prenant en compte les déplacements

des habitants. « D’ailleurs, explique

Serge Salat, notre manuel de conception

durable décrit les meilleures stratégies

pour construire des villes plus

compactes. » La forme urbaine relativement

compacte de l’Europe permet,

selon lui, de consommer deux

fois moins d’énergie qu’aux Etats-

Unis. Utile quand on sait qu’à l’avenir,

le pouvoir d’achat augmentant, les

Chinois vont s’orienter vers des critères

de confort occidentaux, donc

consommer plus. •

Philippe Charles

1

Centre scientifique et technique du bâtiment : établissement public

créé en 1947 et placé sous la tutelle du Ministère du Logement. Ses

études et ses recherches portent sur le bien-être et la sécurité dans les

bâtiments.

54 Connexions


Le défi de l’énergie

Mandatée en Chine par le

gouvernement français en

2003, l’Agence Française de

Développement finance des projets, sous

forme de prêts, à hauteur de 307 millions

d’euros pour la période 2003-2006. Son

objectif : contribuer à améliorer l’efficacité

énergétique de la croissance chinoise en

aidant à produire des énergies à faible

émission de CO2, en soutenant des

projets d’électrification ferroviaire et en

améliorant les systèmes de construction

du bâti. « Les projets sont sélectionnés

sur deux critères : l’efficacité énergétique

et la localisation, car nous privilégions

les provinces les plus défavorisées, dans

le sud-ouest et le centre-sud du pays»

souligne Olivier Richard, directeur de

l’AFD à Pékin. Depuis 2004, six projets en

Chine reçoivent des financements, sans

compter ceux soutenus par les filiales de

l’AFD. L’agence encourage par exemple

l’utilisation du gaz dans la production

d’électricité en prêtant 40 millions

d’euros pour la construction d’une

centrale de cogénération à gaz et à cycle

© FFEM

L’Agence Française de Développement

Aider à moins polluer

combiné. Mais un obstacle retarde le

projet : le coût de la vente au réseau

de l’électricité produite à partir de

gaz. De plus, la qualité du charbon, en

Chine, n’est pas toujours très bonne, et

l’industrie chinoise a besoin de sept fois

plus d’énergie que l’industrie japonaise

pour produire autant. D’où la nécessité

de limiter l’impact de la croissance sur

la production de gaz à effet de serre en

jouant sur plusieurs leviers. Un projet

d’électrification de 925 km de ligne

de chemin de fer Luoyang-Zhangjiajie,

dans les provinces du Henan, du Hubei

et du Hunan est par ailleurs en cours. A

Chongqing, six petites centrales hydroélectriques

associées à deux barrages

vont également être construites. Mais

attention : malgré l’impact sur leur

environnement, toutes les provinces,

en particulier les provinces intérieures

qui veulent rattraper leur retard

économique par rapport à celles de

l’Est, n’ont pas le même intérêt à jouer

la carte du développement durable. •

Philippe Charles

FFEM 1 : architecture et environnement

Très ouvert aux concepts « économies d’énergie »

et « qualité environnementale » qui sont par ailleurs

des arguments de vente, le promoteur du projet immobilier

Sun Star City (dans le quartier de Chaoyang

à Pékin) joue la carte de la coopération avec le Fonds

Français pour l’Environnement Mondial. Le FFEM a

proposé des solutions architecturales concrètes, sur

l’isolation thermique du bâti et sur le système de chauffage et d’eau chaude sanitaire.

Résultat, un gain de 50% sur la consommation de chauffage par rapport à

des bâtiments identiques non isolés, pour un surcoût de travaux de 8% par rapport

aux prestations habituelles du promoteur.

1

Fonds public français bilatéral qui a pour objectif de favoriser la protection de l’environnement mondial dans des projets de développement durable

dans les pays en développement et en transition.

Air à la source

Chasser la pollution

intérieure

Profiter de la vie pékinoise sans

respirer un trop grand nombre

de particules nocives. Tel est le

pari de Julien Chol, 25 ans et

diplômé de l’Ecole Centrale, qui

a décidé en octobre 2006 de

monter sa propre entreprise, L’air

à la source, pour commercialiser

en Chine des purificateurs d’air.

« Les gens pensent beaucoup

à la pollution extérieure, mais

peu à celle de l’air intérieur,

qui contient pourtant une liste

impressionnante de polluants

et d’éléments allergisants. » En

Chine, la pollution intérieure

causerait près de 100 000

morts par an, selon les chiffres

du SEPA, l’agence chinoise de

protection de l’environnement.

Adapté à des pièces de 30 à

40 m 2 , comme une chambre

ou un bureau, le purificateur

détruit les molécules chimiques

polluantes contenues dans

l’air en les soumettant à un

rayonnement UV et en utilisant

le principe de la photocatalyse.

La clientèle visée?

« Des Chinois sensibles à leur

santé et à celle de leurs enfants,

ainsi que la communauté

des expatriés, qui ressentent

beaucoup les désagréments de

la pollution. »

www.pollution-china.com

Philippe Charles

Connexions 55


L’appétit d’un géant

节 约 消 费

大 型 节 能 工 程

中 国 以 不 经 思 考 的 方 式 消 费 了 很 多 能 源 。 为 了 改 善 能 源 利 用 率 , 限 制 工 业 、 商 业 和 个 人

的 能 源 浪 费 , 中 国 政 府 鼓 励 节 约 消 费 。 该 合 理 化 目 标 被 明 确 写 入 了 政 府 通 过 的 十 一 五

计 划 (2006-2010)。 这 项 方 针 为 法 国 企 业 及 机 构 开 辟 了 合 作 前 景 和 新 的 市 场 。 举 三 个

法 国 能 源 专 家 为 中 国 节 能 服 务 的 例 证 。

施 耐 德 电 气

每 一 瓦 都 要 计 算


赖 中 国 十 一 五 计 划 制 定 的 将 国 内 生

产 总 值 的 单 位 能 耗 降 低 20% 的 目 标 ,

施 耐 德 调 整 其 提 供 的 服 务 以 满 足 中

国 客 户 节 能 增 效 的 要 求 。“ 中 国 政 府 要 求 降 低 新

建 筑 的 耗 电 量 , 尤 其 是 政 府 建 筑 。” 施 耐 德 中 国

投 资 有 限 公 司 市 场 总 监 Olivier Blum 解 释 道 。 法 国

节 能 市 场 的 年 增 长 潜 力 为 15-20%, 而 中 国 则 为 30-

40%。 为 了 满 足 这 一 新 需 求 , 施 耐 德 瞄 准 了 三 大 耗

能 领 域 : 建 筑 —— 占 用 总 耗 电 量 的 40% 以 上 , 工 业

电 力 设 施 , 住 宅 —— 占 用 总 耗 电 量 的 20-25%。 在

中 国 , 公 用 建 筑 ( 宾 馆 、 体 育 场 馆 和 超 市 ) 设 备

享 有 优 先 ( 用 电 ) 权 , 因 为 它 们 可 以 配 备 像 监 控

器 一 样 的 电 力 管 理 系 统 , 以 便 优 化 照 明 或 者 装 配

可 编 程 温 控 器 。Olivier Blum 认 为 :“ 经 过 改 造 的

建 筑 物 可 以 节 能 30%。” 在 一 座 投 入 使 用 的 建 筑 物

里 面 , 空 调 的 耗 电 量 占 总 耗 电 量 的 40%。 为 避 免 消

耗 , 施 耐 德 建 议 使 用 空 调 实 时 调 节 系 统 :“ 例 如

在 超 市 , 我 们 可 以 想 象 , 气 温 在 高 峰 时 间 升 高 ,

而 在 人 少 的 时 候 降 低 。” 用 电 量 的 优 化 也 可 以 更

好 地 管 理 电 流 供 应 量 , 这 将 是 奥 运 会 期 间 的 关 键

因 素 , 因 为 届 时 用 电 需 求 将 会 激 增 。 •

法 国 开 发 署

帮 助 中 国 减 少 污 染

© Schneider Electric

2003 年 受 法 国 政 府 委 托 来 到 中 国

后 , 法 国 开 发 署 在 2004-2006 年

间 以 贷 款 形 式 为 一 些 项 目 提 供 了

高 达 2.205 亿 欧 元 的 资 金 。 其 目 标 是 :

通 过 帮 助 中 国 生 产 二 氧 化 碳 排 放 量 低

的 能 源 , 支 持 铁 路 电 气 化 及 改 善 建 筑

物 的 建 造 系 统 来 提 高 中 国 经 济 增 长 的

能 源 利 用 率 。“ 我 们 根 据 两 个 标 准 挑

选 项 目 : 能 源 利 用 率 和 项 目 位 置 , 因

为 我 们 要 照 顾 西 南 部 和 中 部 发 展 比 较

滞 后 的 省 份 。” 法 国 开 发 署 驻 华 代 表

处 首 席 代 表 欧 阳 励 文 强 调 道 。2004 年

以 来 , 不 算 其 子 公 司 援 助 的 项 目 , 中

国 有 6 个 项 目 获 得 了 法 国 开 发 署 的 资

助 。 例 如 , 开 发 署 鼓 励 使 用 天 然 气 发

56 Connexions


Le défi de l’énergie

电 , 它 贷 款 4000 万 欧 元 建 造 了 一 座 天

然 气 组 合 循 环 废 热 发 电 站 。 唯 一 的 困

难 是 : 由 于 该 设 施 生 产 电 能 的 成 本

高 , 所 以 很 少 被 接 入 电 网 。 然 而 中 国

煤 炭 的 质 量 不 总 是 好 的 , 为 生 产 同 量

的 电 能 , 中 国 需 要 使 用 比 日 本 多 出 7 倍

的 煤 炭 。 另 外 , 所 有 使 用 煤 炭 的 工 厂

还 没 有 装 备 烟 雾 净 化 系 统 , 因 此 有 必

要 借 助 多 种 手 段 来 限 制 温 室 气 体 排 放

增 加 所 造 成 的 影 响 。 另 一 个 从 洛 阳 至

张 家 界 全 长 925 公 里 的 电 气 化 铁 路 项

目 正 在 进 行 中 , 这 条 铁 路 途 径 河 南 、

湖 北 和 湖 南 。 在 重 庆 , 连 接 两 座 大 坝

的 六 处 小 型 水 电 站 也 将 被 建 。 然 而 值

得 注 意 的 是 : 所 有 省 份 , 尤 其 是 那 些

希 望 缩 短 与 东 部 省 份 经 济 差 距 的 内 陆

省 , 不 太 重 视 对 环 境 的 影 响 , 对 于 可

持 续 发 展 不 感 兴 趣 。 •

建 筑 科 技 中 心

设 计 持 久 耐 用 的 建 筑


现 在 起 的 20 年 中 , 将 会 有

20 亿 人 居 住 在 城 市 。 在 这

些 人 当 中 ,40% 的 中 国 人

将 大 部 分 生 活 在 拥 有 1500 万 —3000 万

居 民 的 特 大 城 市 中 。 为 了 将 来 提 高 建

筑 物 在 能 源 方 面 的 效 能 , 建 筑 科 技 中

心 在 建 筑 师 兼 城 市 规 划 师 Serge Salat 的

带 领 下 , 出 版 了 一 本 《 可 持 续 发 展 设

计 指 南 》, 为 中 国 政 府 介 绍 了 一 种 行

动 方 案 。Serge Salat 指 出 : “ 在 中 国 ,

住 宅 能 耗 占 据 了 总 耗 能 的 30%, 但 是

如 果 房 屋 能 够 更 好 地 隔 热 , 更 好 地 适

应 气 候 , 可 以 避 免 在 冬 天 过 度 供 暖 ,

这 样 就 可 以 降 低 50% 的 能 耗 。” 不 仅

如 此 , 中 国 的 房 屋 , 包 括 办 公 室 , 依

靠 自 然 光 得 不 到 充 足 的 照 明 , 经 常 需

要 在 大 白 天 消 耗 电 能 。 总 之 ,Serge

Salat 认 为 中 国 住 宅 的 能 耗 比 欧 洲 住 宅

高 出 2-3 倍 , 其 中 只 有 8% 的 住 宅 在 能

耗 方 面 达 到 了 最 佳 状 态 。 然 而 中 国 人

在 选 择 房 屋 时 并 没 有 把 能 源 利 用 率 作

为 一 项 重 要 指 标 。 为 了 使 该 主 题 能 更

多 地 进 入 因 购 买 力 微 弱 而 处 于 弱 势 的

购 买 者 的 考 虑 范 围 之 内 , 像 一 些 倡 导

者 一 样 ,Serge Salat, 建 议 制 定 税 收

鼓 励 办 法 。 这 将 在 建 设 之 初 就 考 虑 到

为 住 宅 更 好 地 隔 热 , 安 装 性 能 更 好 的

锅 炉 , 并 积 极 关 注 住 宅 的 城 市 形 象 ,

即 更 宽 广 的 的 层 面 , 而 不 仅 仅 是 一 座

简 单 的 建 筑 , 像 居 民 的 出 行 。 “ 此

外 , 我 们 的 《 可 持 续 发 展 设 计 指 南 》

为 构 建 更 紧 凑 的 城 市 描 绘 出 最 好 的 蓝

图 。” Serge Salat 解 释 道 。 他 认 为 ,

欧 洲 相 对 紧 凑 的 城 市 模 式 使 他 们 的 能

源 消 费 比 美 国 少 两 倍 。 这 种 模 式 是 有

益 的 —— 当 我 们 知 道 将 来 随 着 购 买 力

的 增 长 , 中 国 人 会 迈 向 欧 洲 的 生 活 舒

适 标 准 , 从 而 将 消 费 更 多 的 能 源 。•

供 热 设 备

缩 减 企 业 能 源 开 支

为 什 么 当 我 们 能 够 充 分 有 效 供 热

时 却 会 供 热 过 度 或 不 当 ? 为 避 免

工 厂 车 间 , 体 育 馆 , 展 厅 中 大 量 的

能 源 消 耗 ,Solaronics 公 司 设 计 的

燃 气 辐 射 管 针 对 这 些 需 要 供 热 的

场 所 , 提 供 的 平 均 燃 烧 功 率 高 于

85%。“ 与 传 统 的 锅 炉 不 同 , 红 外

线 燃 气 供 热 设 备 不 需 要 重 新 加 热

大 面 积 空 气 。 像 太 阳 一 样 , 辐 射 管

直 接 加 热 大 气 ”。 该 公 司 出 口 部 负

责 人 Christophe Ozenne 解 释 道 。

这 项 技 术 通 过 管 道 系 统 不 仅 可 以

节 约 热 量 损 失 而 且 能 够 减 少 在 大

气 中 的 能 量 消 耗 。 总 的 来 说 , 在

一 幢 10 到 15 米 高 的 建 筑 中 , 节 能

可 达 到 25% 到 30%。 如 果 说 中 国 的

城 市 极 少 连 接 天 然 气 管 道 限 制 了

Solaronics 的 发 展 , 那 么 节 能 市 场 的

前 景 却 非 常 广 阔 。 今 年 , 该 公 司 计

划 在 中 国 先 后 成 立 销 售 分 公 司 与 生

产 分 公 司 。 欲 了 解 公 司 详 情 ,

请 登 陆 :http://www.solaronics.fr

© AFD

© DR

Connexions 57


L’appétit d’un géant

Dongtan

paradis écologique

sur les bords du Yangtse

Maquette du projet pilote mené par la ville de Shanghai, dans le district de Dongtan .

A

la sor tie du ferr y, une gramme se décline sur des airs d’utopie

verte : l’eau de pluie sera recyclée

petite ville paisible s’agite

légèrement au bruit de grâce à des systèmes de récupération

quelques klaxons. Il ne faut pas dix sur les toits des maisons, qui seront

minutes pour sortir de ce bourg eux-mêmes recouver

ts de gazon

et découvrir la quiétude de l’île de

Chongming, deuxième île de Chine, pour allier nature

située à l’embouchure du Yangtse. et isolation des

C’est sur ce bout de terre presque bâtiments. Dans

marine que la municipalité de cette grande banlieue

shanghaien-

Shanghai a décidé d’installer son

projet pilote de ville écologique, dans ne, chaque maison

le district de Dongtan.

devrait consommer

70 % d’énergie en moins que les

Mis au point conjointement par les

urbanistes d’Arup, agence britannique, tours du centre ville. Les habitants

et les experts de la Shanghai Industrial seront au régime bio avec la vente

Investment Corporation (SIIC), le pro-

de produits uniquement issus de

l’agriculture biologique des fermiers

locaux.

Au total, 40 % de l’espace aménagé

sera construit et les 60 % restant

consacrés

aux cultures

et à la

r é s e r v e

naturelle

d’oiseaux.

« Il y aura

des corridors

pour

animaux sauvages », précise Dong

Shanfeng, directeur du projet pour

Arup à Shanghai, qui souhaite «encourager

les déplacements à pied, à vélo

Toits de gazon,

eau de pluie recyclée,

agriculture biologique

et voitures électriques

58 Connexions


Le défi de l’énergie

© Arup

et décourager au maximum l’utilisation

de la voiture ». Seuls les véhicules

utilisant l’électricité ou les biocarburants

seront autorisés à circuler.

Aujourd’hui située à presque deux

heures du centre ville, Dongtan sera

reliée dès 2009 à la terre par un tunnel,

un pont et une ligne de métro qui

permettront de rapprocher ce district

des lieux de travail de ses futurs

habitants. Aux quelques milliers de

pêcheurs et paysans qui peuplent l’île,

le gouvernement local rêve d’ajouter

un demi million d’habitants en 25 ans.

De préférence des yuppies en mal de

verdure et des employés d’entreprises

garanties vertes, qui éliront domicile

sur place. Des laboratoires de

recherche et développement seront

notamment encouragés à s’installer,

pour garantir 50 000 emplois d’ici

2020 sur ce bout d’île. Les prix des

logements n’ont pas encore été fixés,

mais « notre programme prévoit 20%

de logements à loyers modérés »,

assure M. Dong.

Un projet critiqué

Le budget initial du projet s’élève à

1,3 milliard de dollars, mais l’addition

pourrait se révéler bien plus salée.

Certains experts accueillent avec

scepticisme ce projet réalisé ex nihilo.

« J’ai toujours été contre ce projet,

explique ainsi le professeur Zhao Min,

directeur de l’Institut d’Urbanisme de

l’Université de Tongji à Shanghai, car

Chongming est une île écologique

de façon naturelle. Elle n’a pas

besoin d’intervention humaine et de

développement ».

Réaliste ou pas, le projet de Dongtan

fascine par son ambition. Le maire

de Londres, Ken Livings tone,

a d’ailleurs déjà fait savoir qu’il

envisageait d’en faire un modèle

pour l’aménagement des bords de la

Tamise dans la banlieue de la capitale

britannique. •

Julie Desné

Connexions 59


L’appétit d’un géant

la municipalité requiert pour tout

immeuble de 12 étages ou plus des

chauffe-eau solaires sur le toit, espérant

équiper un cinquième des buildings

pour 2010. Cet activisme cache

pourtant mal la réalité : le solaire reste

en marge de la stratégie nationale

pour les énergies renouvelables, avec

seulement 2 gigawatts de production

électrique prévus pour 2020.

Pour l’instant, le gouvernement opère

des investissements de petite taille

dans des zones rurales sans électricité

(Tibet, Qinghai, Xinjiang). Les principales

compagnies chinoises, elles, ne

sont pas en reste. Solarfun, coté à Wall

Street, et JA Solar prévoient d’augmenter

l’an prochain leur capacité en

cellules photovoltaïques respective-

Le laboratoire des

énergies vertes

Face à la gravité de ses problèmes écologiques, mais aussi pour accroître son

indépendance énergétique, la Chine s’est fixé des objectifs ambitieux : que les

énergies renouvelables représentent 16% de sa consommation globale d’énergie

en 2020 contre 7,5% aujourd’hui. Les projets se multiplient dans le domaine

des biocarburants, de la biomasse, de l’énergie solaire et surtout dans l’éolien.

Cependant, malgré l’impulsion des pouvoirs publics, le modèle économique et la

pesanteur d’un système dominé par le charbon freinent le développement de ces

énergies alternatives, qui en sont encore au stade expérimental.

© Imagine China

Solaire

Point de salut sans l’Etat

Une avalanche de projets phares.

Le gouvernement chinois

installera 3 mégawatts (MW)

d’énergie solaire à Pékin d’ici 2008,

dont 1100 panneaux couvrant le stade

national olympique. A Shenzhen,

Le solaire, une énergie adaptée aux

habitations isolées. Ici, dans la province

du Xinjiang en 2007

ment de 120 à 240 MW et de 75 à

100 MW. Autant d’ambitions d’abord

tournées vers les marchés étrangers

(Etats-Unis, Europe et Japon). Plus de

150 compagnies chinoises fabriquent

un tiers de la production mondiale

de cellules. En 2006, elles ont exporté

plus de 90% de leurs produits et

importé 95% du silicium polycristallin,

principale matière première dont la

Chine ne maîtrise pas encore la technologie.

D’où des coûts d’approvisionnement

rendant le solaire dix fois

plus cher que le charbon. Sans grands

espoirs à court terme, les firmes font

pression pour obtenir une tarification

spéciale : incitées par des aides publiques,

les compagnies d’électricité

seraient alors obligées d’acheter de

l’électricité « solaire ». •

Joris Zylberman

60 Connexions


Le défi de l’énergie

Eolien

Autant en emporte le vent

La production d’énergie par le vent dépasse les estimations du gouvernement

chinois. Pékin se retrouve obligé d’ajuster sa politique à la hauteur d’une capacité

potentielle d’un millier de gigawatts (GW). En particulier pour les installations au

large des côtes.

Un vent nouveau soufflerait-il

sur l’énergie en

Chine ? Septième producteur

mondial d’énergie éolienne,

le pays est en mesure de dépasser

l’Allemagne et les Etats-Unis, d’ici

2020. Les chiffres parlent. La capacité

chinoise pourrait atteindre 5

GW dès 2008, soit trois ans avant

les prévisions du gouvernement.

La production a augmenté en

moyenne de 30 % par an de 2000

à 2005, grimpant de 0,34 à 1,26

GW. « La croissance impressionnante

reste pâle en comparaison

du potentiel du pays», souligne

Shi Pengfei de China Hydropower

Consultants. Depuis sa première

ferme éolienne construite en 1986,

le géant asiatique a bâti 62 sites

sur son sol. Aujourd’hui, ils sont

concentrés dans les provinces du

Xinjiang, de Mongolie Intérieure

et du Guangdong. D’ici 2010, environ

30 projets seront mis en place

dans les régions riches en ressources

éoliennes, notamment celles

qui sont propices à des plateformes

off-shore comme le Fujian,

le Zhejiang, le Shandong et le

Liaoning. A Shanghai, le gouvernement

a investi près de 800 millions

de RMB (80 millions d’euros) dans

des installations côtières en Mer de

Chine de l’Est pour une capacité

de 151,5 mégawatts. Favorisés par

des vents plus stables et plus forts,

les sites au large des côtes possèdent

une capacité de 700 gigawatts,

contre 250 pour les fermes terrestres.

Si bien que les nouveaux

objectifs affichés par Pékin d’atteindre

30 GW en 2020 paraissent peu

ambitieux.

Equipements trop chers

Pour être à la hauteur de ce potentiel,

une série d’obstacles doit être

levée. « Construire des fermes

éoliennes en Chine coûte beaucoup

plus qu’ailleurs à cause des

prix exorbitants à l’importation, indique

Chen Yicong, expert au cabinet

Southwest Securities. D’où un

prix élevé par rapport aux centrales

hydroélectriques et aux énergies

tirées du charbon et du gaz.

Ce qui rend les investisseurs peu

enclins à se risquer sur ce marché.»

Cette cherté de l’éolien n’est pas

étrangère aux carences des politiques

publiques. Des politiques

qui souffrent d’abord « du laxisme

dans la mise en œuvre des régulations,

à l’image de la « Loi sur les

énergies renouvelables » entrée en

vigueur en 2006 sans être correctement

appliquée», déplore Chen

Yicong. L’analyste ajoute : « Il faut

développer une industrie domestique

produisant des équipements

pour l’énergie éolienne. » Cette

industrie demeure, pour l’instant,

dominée par les acteurs étrangers,

avec en tête le Danois Vestas et

l’Espagnol Gamesa. L’an dernier, la

Chine a importé 77% de ses équipements

éoliens, alors qu’en 2005,

la Commission pour la Réforme et

le Développement préconisait que

70 % de ces équipements soient

fournis par l’industrie chinoise.

Malgré son potentiel, il reste aussi

à la Chine à donner une vraie place

à l’éolien. En 2006, il ne représentait

que 0,5 % de sa production énergétique

totale. Loin des 20 % du

Danemark, le pays le plus avancé.

Mais aussi des 3% de l’Inde. •

Joris Zylberman

© Imagine China

Connexions 61


L’appétit d’un géant

Biomasse

L’énergie de la poubelle

La biomasse est aujourd’hui en

Chine en phase de développement

industriel. Ce mode

de production d’énergie s’appuie

sur l’utilisation des déchets agricoles

et domestiques ou encore du bois,

des ressources très abondantes. Ces

matières sont gazéifiées, liquéfiées

ou directement brûlées pour produire

de la chaleur et/ou de l’électricité.

L’application dans les biocarburants

mise à part, l’énergie produite par la

biomasse contribue à la réduction des

émissions de gaz à effet de serre et

s’adapte parfaitement aux contraintes

des zones rurales isolées. La capacité

actuelle chinoise est de 2 gigawatts

(GW), elle devrait être portée à 5,5

GW en 2010, puis 30 GW à l’horizon

2020. Pour ce faire, des sociétés telles

qu’Areva vont participer à l’implantation

de technologies fiables, fournissant

des chaudières performantes et

assurant, si besoin, une aide pour la

conception de l’ensemble de la centrale.

Le gouvernement chinois, par

ailleurs, accompagne le développement

de la biomasse au travers de

mesures fiscales et tarifaires. •

Ludovic Vandendriesche,

Responsable Stratégie et

Développement Areva Chine

Biocarburant

Les moteurs chinois vont se mettre au vert

© PSA

Confrontée à la montée en

f lèche des émissions de

diox yde de carbone, la

Chine a compris l’enjeu des biocarburants

: à la fois écologique – lutter

contre l’effet de serre en absorbant

le CO2 grâce à la photosynthèse – et

économique avec de nouveaux

débouchés offerts à l’agriculture. Les

carburants verts sont également une

alternative aux achats de brut sur les

marchés internationaux. Démarrée en

2002, la production d’éthanol pourrait

cette année avoisiner 5 millions de

tonnes, et 10 millions d’ici 2010. En un

rien de temps, la Chine est devenue le

troisième producteur et consommateur

mondial de bioéthanol derrière

le Brésil et les Etats-Unis. Au point de

menacer la production céréalière et la

sécurité alimentaire, contraignant les

autorités à ralentir sa fabrication. La

Chine s’engage aussi dans le biocarburant

diesel tiré des huiles résiduelles

des restaurants et des plantes oléagineuses.

Trois entreprises locales totalisent

une capacité globale de 50000

tonnes par an. Par ailleurs, la loi de

janvier 2006 sur les énergies renouvelables

oblige les compagnies pétrolières

à intégrer les biocarburants liquides.

CNPC va notamment construire

un site dans le Sichuan pour produire

chaque année 100000 tonnes de biodiesel

et 600000 tonnes d’éthanol

d’ici 2010. Côté français, PSA Peugeot

Citroën a lancé en 2005 un programme

sur les biodiesels avec le China

Automotive Technical and Research

Center. Fondée sur un mélange à 30%

de biocarburant et 70 % de gasoil

fossile, l’étude servira de référence

aux autorités chinoises pour développer

la filière. D’ici 2020, Le gouvernement

souhaite que les biodiesels

représentent 10 % des carburants

automobiles. •

Joris Zylberman

Picasso HDi 110: Citroën Xsara

Picasso équipée d’un moteur diesel

HDi fonctionnant avec du biocarburant.

Dans le cadre de son partenariat

avec CATARC, PSA Peugeot

Citroën a fourni deux véhicules de

ce type pour l’étude des carburants

biodiesel en Chine.

62 Connexions


Le défi de l’énergie

Ecologie et croissance

“ La Chine ne doit pas répéter

les erreurs des pays occidentaux ”

Par Serge Abou, chef de la Délégation de la Commission Européenne à Pékin

La récente réunion du Groupe Intergouvernemental

des experts sur le Changement Climatique (GIEC)

tenue en janvier 2007 à Paris a confirmé le rôle de

l’activité humaine et l’urgence de prendre des mesures

adéquates. La dernière réunion tenue début mai à

Bangkok a mis en exergue les différents points de vue

entre l’Europe d’une part, et la Chine de l’autre quant

au coût et au financement des mesures nécessaires.

Historiquement, l’Europe s’est

imposée comme un acteur

incontournable, un catalyseur

d’idées pour répondre au

défi du changement climatique. La

Commission Européenne a proposé

en janvier 2007 une nouvelle politique

de l’énergie pour l’Union, plus

ambitieuse, plus cohérente et adaptée

aux défis du changement climatique.

Les Chefs d’Etats, lors du Conseil

européen du 9 mars 2007, ont entièrement

endossé la proposition de la

Commission Européenne de réduire

unilatéralement d’au moins 20% les

émissions de gaz à effet de serre de

l’Union Européenne d’ici 2020, par

rapport aux niveaux de 1990, réduction

qui pourra être portée à 30% si

les autres pays développés les accompagnaient

dans leurs efforts.

En effet, il ne faut pas tenter d’échapper

à ses responsabilités : c’est aux

pays développés qu’il appartient de

montrer l’exemple et de prendre la

tête du combat contre le réchauffement

climatique. Selon les experts,

seule une réduction de 30% de nos

émissions permettra de ne pas dépasser

un réchauffement de « seulement »

deux degrés Celsius.

Responsabilité partagée

Si l’Union Européenne est en faveur

d’un outil dit « post-Kyoto » c’est bel

et bien pour déterminer les règles

du jeu sur le long terme et impliquer

les principaux émetteurs, à savoir les

Les pays développés

portent la

responsabilité

historique, majeure

dans la situation

présente

pays développés mais aussi les pays

en développement. En effet, même

si les pays développés portent la responsabilité

historique, majeure dans

la situation présente, il n’en reste pas

moins que certains pays en développement

à l’image de la Chine doi-

Serge Abou, chef de la Délégation de

la Commission Européenne

vent désormais prendre eux aussi des

engagements. La Chine est en passe

de devenir le premier émetteur de

gaz à effet de serre, devant les Etats-

Unis. Or, elle dispose d’un potentiel

de réduction de ses émissions considérable

sans pour autant freiner son

développement.

En effet, agir sur l’efficacité énergétique

des entreprises ou des bâtiments

permettrait des gains énergétiques

considérables, et donc des économies

d’énergie. Par ailleurs, rationaliser

l’usage du charbon et développer des

technologies dites « propres » représenterait

un bond qualitatif précieux.

Il est évident que la Chine, pays à économie

émergente, ne peut absorber

seule ces coûts sous peine de faire•••

© DR

Connexions 63


L’appétit d’un géant

•••face à des problèmes sociaux

importants. Relever le prix de l’essence

ou du chauffage entraîne des

conséquences économiques et sociales

substantielles et s’en ressent sur

la motivation de ce pays à s’engager

dans ce défi.

Partenariats nécessaires

Les pays développés doivent accompagner

la Chine dans cette nouvelle

révolution industrielle et doivent

opérer les nécessaires transferts de

technologies, là où la technologie est

disponible. A ce titre, la Commission

Européenne, ainsi que les Etats membres,

ont développé des programmes

ambitieux

de coopération

dans le domaine

« énergie-environnement

».

A titre d’exemple,

la Commission

e u r o p é e n n e a

lancé un programme

de coopération

intitulé « Near

Zero Emission coal

– NZEC » consistant à développer,

notamment en Chine, les nouvelles

technologies de capture et stockage

du gaz carbonique.

A travers son programme « Energie-

Environnement » (EEP), la Commission

affecte 20 millions d’euros dans des

projets relatifs à l’amélioration de la

sécurité énergétique et le développement

d’énergies durables. Ce programme

couvre principalement les

domaines suivants : (1) politique horizontale

de gestion des ressources, (2)

efficacité énergétique, (3) énergies

renouvelables et (4) gaz naturel.

Dans le cadre du 7e programme cadre

de recherche, la Chine a participé à 19

projets de recherche couvrant des

domaines variés tels que l’hydrogène,

les biofuels de seconde génération, le

photovoltaïque ou l’énergie éolienne

et bénéficie à cet égard d’un soutien

direct de 3 millions d’euros.

Au total, la Commission européenne

Les pays

développés doivent

accompagner la

Chine dans cette

nouvelle révolution

industrielle

et les Etats membres (principalement

la France, l’Allemagne, l’Italie et la

Grande-Bretagne) ont injecté 430 millions

d’euros dans 65 projets de coopération

dans le domaine de l’énergie

et du changement climatique. La

Banque Européenne d’Investissement

a quant à elle décidé de lancer un

programme de prêt pour des mesures

permettant de lutter contre le

réchauffement climatique en Chine

pour un total de 500 million d’euros.

Intégrer le coût de la pollution

L’union Européenne est donc aux

côtés de la Chine, tant d’un point

de vue politique que financier, pour

soutenir sa transformation

vers un

développ ement

durable. Cela étant,

cela ne doit nullement

empêcher la

Chine de prendre

des mesures simples

pour opérer

cette transformation.

A ce titre, elle

a déjà entrepris de

nombreuses réformes, notamment

fermer les centrales à charbon les

plus anciennes, qui portent peu à peu

leurs fruits. Au-delà de ces initiatives,

il est essentiel que la Chine s’appuie

pleinement sur le marché pour financer

la révolution énergétique qui l’attend.

En effet, à ce stade, l’économie chinoise

fonctionne sans avoir intégré un

minimum les coûts externes (c’est-àdire

les coûts générés par une activité

sur l’environnement). Si la Chine donnait

un prix à ces coûts mais aussi tout

simplement au charbon (en respectant

son niveau de développement),

alors des mesures plus ambitieuses

pourraient être instaurées. Donner un

prix au charbon renforcerait aussi la

compétitivité de la Chine sur le marché

des CDM (Clean Development

Mecanism) dans le cadre du Protocole

de Kyoto.

En guise de conclusion, il est important

de souligner que des solutions

existent - tout comme les financements

- face au coût de l’inaction, il

est désormais crucial de s’interroger

sur la volonté politique des uns et des

autres, mais surtout sur les alliances

stratégiques qui peuvent être formées

dans le cadre de ce défi. L’Europe a

clairement pris position aux côtés de

la Chine pour l’aider à ne pas prendre

les mauvaises pistes qu’ont empruntées

les pays développés dans les

années 60 alors que l’information

et la technologie sont disponibles.

L’engagement de l’Europe ne doit

pas permettre à la Chine de polluer

plus mais de produire plus efficacement:

c’est l’engagement qu’ont pris

les Chefs d’Etat lors du Sommet du 9

mars dernier. •

Serge Abou

Chef de la Délégation de la

Commission Européenne à Pékin

L’eldorado

Le Mécanisme de Développement

Propre (MDP) est un des

instruments clé du Protocole

de Kyoto, visant à réduire les

émissions de gaz à effet de serre.

Il permet aux 35 pays signataires

de réaliser leurs obligations de

réductions d’émissions dans les

pays, comme la Chine, qui n’ont

pas de tels engagements. Les

investisseurs obtiennent des

crédits de réduction d’émissions en

contrepartie de leur participation

à un projet « propre » (turbine

éolienne, panneaux solaires).

Pour le pays hôte, les projets MDP

apportent des financements et

des transferts de technologie. Le

MDP a connu un développement

très rapide depuis 2005. La Chine

64 Connexions


Le défi de l’énergie

Electricité

La mosaïque chinoise

Trois questions à Bonnie Wu, directrice du développement et des investissements

chez EDF-Chine. Depuis la réforme du secteur en 2002 et la libéralisation de la production,

les électriciens tentent de suivre un marché en pleine explosion. Fin 2006,

en Chine, la capacité électrique installée atteignait 622 gigawatts (contre 116 GW en

France), elle sera multipliée par deux d’ici 2020.

D’où vient l’électricité chinoise

et comment le groupe EDF se

positionne-t-il sur ses différents

segments ?

B.W. : Les centrales thermiques au

charbon fournissent l’essentiel de

l’électricité en Chine. Elles représentent

75% de la production annuelle,

contre une moyenne mondiale de

du crédit carbone

a fortement accéléré

son activité en 2006

pour mettre en place les

procédures d’accueil de

ces projets. L’an dernier,

le pays représentait 70%

des volumes de ventes

à terme de crédits, soit

environ 350 millions de

tonnes équivalent CO2

ou encore 3 milliards

26%. L’objectif du gouvernement de

doubler la production d’électricité

d’ici 2020, tout en imposant des

objectifs de développement durable,

devrait légèrement modifier cette

répartition. La part de l’électricité

thermique devrait donc baisser au

profit du nucléaire et de l’éolien. La

part de l’énergie hydraulique devrait,

Panneaux solaires installés à Dunhuang,

province du Gansu

d’euros potentiels (qui seront payés à la livraison des crédits).

La Chine devrait concentrer la moitié des projets MDP prévus sur la période

2008-2012 (soit 2 milliards de tonnes) et 38% des projets en cours.

Le MDP est, pour la Chine, un des outils principaux du développement

des énergies renouvelables. Etant donné les fantastiques besoins du pays

en énergie, il serait cependant illusoire de penser que les mécanismes de

Kyoto pourront à eux seuls apporter les financements nécessaires pour assurer

une croissance « verte ».

Emmanuel Fages

Société Générale Corporate & Investment Banking

© Imagine China

elle, rester stable. Le groupe EDF est

engagé dans tous les segments de

la production électrique. Dans le

thermique, EDF se positionne comme

investisseur et exploitant. La centrale

au charbon de Laibin B a été la

première unité thermique détenue

à 100% par des étrangers. Le groupe

EDF s’est chargé de sa conception, de

sa construction, des investissements

et en assurera l’exploitation pendant

15 ans avant de transférer l’outil au

gouvernement local.

Le groupe EDF est présent en

Chine depuis 20 ans. Son rôle

dans le secteur de l’énergie a-t-il

évolué ?

B .W. : Au d ébut, ED F av ait

principalement un rôle de consultant.

Son activité consistait à apporter son

savoir-faire. Avec l’ouverture de la

production d’électricité aux étrangers

dans les années 90, le groupe français

a ajouté à ses rôles de concepteur et

maître d’œuvre, ceux d’investisseur

et d’exploitant. EDF est le premier

investisseur étranger en termes de

chiffres d’affaires dans la production

d’électricité avec des participations

dans des centrales thermiques qui

représentent une puissance installée

de 3 720 mégawatts. •••

Connexions 65


L’appétit d’un géant

•••Le transport est un défi majeur

pour l’électricité: en quoi le

groupe EDF peut-il apporter son

savoir-faire?

B .W. : L a p ro b lématique du

transport de l’électricité est liée

à l’éloignement des principaux

centres de production (hydraulique

à l’Ouest et charbon au Nord) des

grands pôles de consommation

situés eux dans les régions côtières,

à l’Est et au Sud. La Chine compte

actuellement six réseaux régionaux.

Les pénuries sont encore une réalité

dans certaines provinces aux périodes

de pointe, mais elles sont de moins

en moins fréquentes. La filiale d’EDF,

Réseau Transpor t d’Elec tricité,

collabore avec les deux grandes

entreprises chargées depuis 2002 du

transport et de la distribution. RTE

participe au développement et à

l’entretien du réseau et apporte son

expertise en matière de sécurité

et de qualité de l’approvisionnement.

• Propos recueillis par S.L

Nucléaire

France-Chine :

atomes crochus

Trois questions à Arnaud de Bourayne, Président

d’Areva Chine. Depuis 20 ans, la Chine cherche à se

doter d’une industrie nucléaire autonome grâce aux

transferts de technologies.

Quelle est la stratégie chinoise en

matière de nucléaire ?

Arnaud de Bourayne : Dès les années

80, la Chine avait l’ambition stratégique

de se lancer dans le nucléaire.

D’ailleurs, les Chinois ont construit,

seuls, un premier réacteur prototype

de 300 mégawatts (MW), qui est

toujours en activité. Avec la France,

le pays a trouvé un partenaire pour

développer pleinement son industrie

avec, toujours, la volonté de maîtriser

ce secteur dans sa totalité. Dès les premiers

accords franco-chinois de 1985,

le transfert de technologie fait partie

du contrat : le dossier technique est remis

aux Chinois qui peuvent l’exploiter

librement à l’intérieur de leurs frontières.

Le projet Daya Bay en 1985

(deux réacteurs de 2e génération de

1000 MW chacun) était de conception

et de fourniture 100% françaises. Mais

La centrale nucléaire de Dayawan (Daya Bay) dans la province du Guangdong

© Imagine China

66 Connexions


Le défi de l’énergie

© Areva

Areva participe à la construction des deux réacteurs CPR1000 sur le site de la centrale de Ling’Ao

dans la province du Guangdong

en 1995, pour les deux réacteurs de

Ling Ao I, une partie importante des

équipements a été conçue en Chine.

Pour Ling Ao II, dont la mise en service

est prévue en 2010, les Chinois sont

maître d’œuvre avec un consortium

de fournisseurs, dont Areva.

Quelle place occupera le nucléaire

dans l’équilibre énergétique

de la Chine dans les prochaines

années ?

AdB : Aujourd’hui, la Chine compte

11 centrales en activité (contre 58 en

France, 56 au Japon et 104 aux USA),

soit un parc de taille très réduite à

l’échelle du pays. L’énergie nucléaire

ne représente que 2% du bilan énergétique.

Le programme nucléaire

chinois prévoit la construction rapide

de 30 réacteurs, pour atteindre 4%

d’électricité nucléaire d’ici 2020. CGN-

PC, une des compagnies en charge de

ce programme, construit aujourd’hui

six nouveaux réacteurs de 1000 MW,

et va ensuite continuer au rythme de

deux par an. À moyen terme, la Chine

se prépare, comme en France, à effectuer

le traitement et le recyclage

des combustibles usés pour alimenter

ses réacteurs en uranium de retraitement

et en combustible mixte uranium/plutonium,

et disposer ainsi

de 30% de ressources énergétiques

supplémentaires. AREVA négocie

actuellement la vente de deux réacteurs

EPR de 3èmegénération, alors

que les Américains vont développer

en Chine quatre réacteurs, encore au

stade conceptuel. D’ici 15 ans, la Chine

souhaite ainsi maîtriser la technologie

des réacteurs de 3e génération. Elle

s’intéresse aussi à la 4e génération

(type Phénix et Superphénix) qui multipliera

par 50, au milieu du siècle, le

niveau d’utilisation du combustible.

Pour le gouvernement chinois,

quels avantages et inconvénients

présente le nucléaire ? La Chine

pourrait-elle faire le choix du

« tout nucléaire » ?

AdB : L’avantage majeur tient à la

matière première elle-même. Équitablement

réparti dans le monde, y

compris en Chine, l’uranium est facilement

exploitable et transportable et les

quantités de matière pour alimenter

un réacteur sont extrêmement faibles.

Avec 30 tonnes, un réacteur à eau

pressurisée de 1000MW peut tourner

pendant un an. La technologie nucléaire

est capitalistique, mais son coût

d’exploitation est imbattable. Inversement

au pétrole, l’énergie électrique

produite est insensible aux variations

des cours mondiaux de l’uranium et la

durée de vie des centrales est considérable

(40 à 60 ans). L’indépendance

énergétique a donc un sens avec

le nucléaire. Cependant, l’idée qu’il

n’y a pas moins cher que le charbon

est toujours d’actualité en Chine et

le choix du nucléaire repose sur un

facteur inquantifiable : la confiance. •

Propos recueillis par

Sophie Lavergne

Connexions 67


L’appétit d’un géant

L’Hydroélectricité

Le bel avenir de la houille blanche

Trois questions à Alain Berger, Président d’Alstom Chine.

Avec 25% du marché chinois - le plus important du monde - Alstom

est le premier fournisseur d’infrastructures de production d’hydroélectricité.

Aujourd’hui, 20% de l’électricité chinoise est d’origine

hydraulique, une part sans doute amenée à croître, tant cette source

d’énergie répond à la fois à la croissance vertigineuse des besoins du

pays, à la nécessité de produire une énergie « propre » .

Le barrage des 3 gorges dans la province du Hubei

© Imagine China

Le potentiel hydraulique chinois

est considérable : représente-t-il

une alternative crédible aux énergies

fossiles ?

A.B : C’est évidemment un des axes

de développement de production

d’énergie non polluante. C’est tout

d’abord, la source la plus rentable de

production d’électricité. Si l’installation

de départ nécessite des investissements

importants, le coût de la

matière première est proche de zéro,

les équipements ont une durée de

vie très longue (70 ans), nécessitent

peu de maintenance et engendrent

de faibles coûts d’opération. En outre

la Chine a la chance de posséder un

potentiel de bassins hydrauliques non

encore exploités, surtout dans l’Ouest

du pays. En amont du barrage des

Trois Gorges, largement équipé par

Alstom, deux grands projets hydrauliques

sont actuellement en cours de

développement dans le Sichuan. Mais,

même si le gouvernement chinois

diversifie les sources de production

d’électricité et participe activement

au développement de l’hydroélectricité,

le charbon constituera encore très

longtemps la première source d’électricité

en Chine. Combustible abondant

mais polluant, le charbon représente

un défi majeur pour la Chine.

Répondant aux exigences règlementaires

chinoises, Alstom équipe les

nouvelles centrales thermiques avec

les dernières technologies « charbon

propre » (récupération des poussières

et limitation des émissions de gaz à

effet de serre) et améliore l’efficacité

énergétique du parc existant, particulièrement

vétuste et polluant, en

participant à sa rénovation.

Quelles sont les limites de l’hydraulique

?

A.B. : La première des limites au

développement de l’électricité d’origine

hydraulique est naturellement

l’épuisement de la ressource, surtout

sur un territoire où les réserves en

eau sont très inégalement réparties

et où l’approvisionnement de certaines

régions demeure difficile. Les sites

68 Connexions


Le défi de l’énergie

hydrauliques naturels sont pour la

plupart situés au Sud et à l’Ouest du

pays, dans les régions de montagnes,

difficiles d’accès et loin des grands

pôles de consommation. Leur mise

en exploitation implique l’installation

d’un important réseau de distribution.

Enfin, la prise en compte des

conséquences humaines et environnementales

non négligeables liées à

la construction de grands barrages

pourrait, à la longue, freiner son développement.

Les « 3 Gorges » : cet ouvrage de

prestige a-t-il une véritable rationalité

dans la politique énergétique

chinoise ?

A.B. : Le barrage des Trois Gorges

répond aux besoins croissants du

développement économique chinois.

Il est aujourd’hui en exploitation

partielle, l’exploitation complète étant

prévue pour 2008/2009. Lorsque la

totalité des 26 turbines tourneront

à plein régime, l’ouvrage pourra

fournir 10% de la consommation

chinoise en électricité. Il aurait fallu

brûler plusieurs millions de tonnes de

charbon par an pour produire autant

d’électricité, on peut donc parler de

gain en énergie propre. Ce projet a

fait l’objet de nombreuses critiques et

on ne peut nier ni les problèmes liés

au déplacement de plus d’un million

de personnes ni ceux touchant au

bouleversement des écosystèmes.

Mais face à la demande actuelle et

future en électricité de la Chine et

face à la nécessaire réduction des

émissions de gaz à effet de serre,

construire la plus grande centrale

hydraulique du monde n’a rien

d’irrationnel. •

Propos recueillis par

Sophie Lavergne

China Clean Energy Fund

Un fonds franco-chinois dédié à la lutte contre

l’émission des gaz à effet de serre

Par Thierry Dana, Henri Mura, Cyril Zhang : General Partners China Clean

Energy Fund

La lutte contre les émissions de

gaz à effet de serre était perçue

comme une menace diffuse il y

a encore quelque temps. Elle apparaît

aujourd’hui aux yeux de tous comme

une nécessité. Le Protocole de Kyoto a

institué un mécanisme de developpement

propre ou Clean Development

Mechanism (CDM) d’une simplicité

et d’une efficacité remarquables pour

encourager cet effort.

Pour résumer de manière schématique

ce mécanisme, on rappellera que

les pays industrialisés

sont soumis à des

plafonds

d’émission

qu’ils ne peuvent dépasser

qu’en utilisant

des « droits à polluer

» (CER) fournis par les

pays en développement.

Ces droits sont

eux-mêmes octroyés,

projet par projet, en

proportion des économies

d’énergie réalisées par rapport

à un scénario de base approuvé par le

CDM Executive Board basé à Bonn en

Allemagne. Il s’agit pour ces pays de

développer des projets éligibles au titre

du Protocole de Kyoto suivant une

procédure bien établie (récupération

des gaz des mines de charbon, énergie

éolienne, conversion de la biomasse

en énergie, énergie solaire, etc.).

Le système est ainsi autofinancé en

créant une double incitation à réduire

la pollution : pour les pays industrialisés

qui doivent respecter leurs plafonds

; pour les pays en développement

qui sont incités financièrement

à réduire leurs propres émissions.

De nombreux fonds d’investissements

ont déjà été constitués pour gérer la

masse considérable des CER générés

par les pays en développement, au

premier rang desquels la Chine. Ces

« fonds carbone » achètent massivement

les CER découlant des projets

CDM pour les revendre aux industriels

L’approche de « China Clean

Energy Fund » est d’investir

en priorité dans des projets

de récupération des gaz

piégés dans les mines de

charbon (grisou), afin de les

recycler en énergie

consommateurs dans les pays industrialisés.

En réalité, ces transactions

sont rarement directes et répondent

de plus en plus à une logique de marché

boursier, à l’instar des marchés de

matières premières. Ces fonds carbone

sont ainsi des fonds de « trading »

qui permettent la fluidité du marché

et la meilleure allocation des ressources

et des CER en fonction des besoins

du moment.

Pour autant, ils ne traitent pas l e • • •

Connexions 69


L’appétit d’un géant

•••besoin initial de financement des

projets CDM dans les pays en développement

puisqu’ils se situent en aval

de ceux-ci. On pourrait estimer que la

vente des CER découlant de ces projets

constitue une incitation suffisante

pour mobiliser les capitaux nécessaires

au financement de ces projets,

mais le fait est que les mécanismes et

les acteurs spécifiquement dédiés à

ces financements sont encore limités.

De fait, de nombreux projets, surtout

s’ils sont de taille petite ou moyenne,

ont du mal à lever les capitaux dont

ils ont besoin pour se lancer. Il y a là

un besoin en même temps qu’une

opportunité d’investissement.

Tel est l’objet de « China Clean Energy

Fund » qui a pour mission d’investir

en capital dans des projets CDM en

Chine. A ce titre, « China Clean Energy

Fund » se distingue non seulement

des fonds de « trading » carbone mais

également des nombreux fonds qui

existent dans le domaine de l’environnement

car il présente la spécificité

d’investir exclusivement dans des projets

CDM. L’autre originalité concerne

la spécialisation géographique : la

plupart des « fonds énergie » et des

«fonds carbone » sont des fonds sans

spécificité géographique, alors que

«China Clean Energy Fund » a pour

vocation de n’investir que dans des

projets localisés en Chine.

Le retour sur investissement est attendu

de deux sources différentes : la

vente d’énergie résultant des projets

eux-mêmes ; et la vente des CER en

découlant puisque seront sélectionnés

les seuls projets CDM.

Plus précisément, l’approche de

«China Clean Energy Fund » est d’investir

en priorité dans des projets de

récupération des gaz piégés (grisou)

dans les mines de charbon, les projets

« Coal Bed Methane » (CBM) et « Coal

Mine Methane » (CMM) afin de les recycler

en énergie. L’idée est d’investir,

à travers une société holding intermédiaire,

dans 5 à 6 projets « greenfield »

ou « greyfield » afin de parvenir à l’horizon

de trois ou quatre ans à constituer

un portefeuille de projets à différents

stades de développement avec une

masse critique suffisante pour envisager

une mise sur le marché de la société

holding regroupant l’ensemble

des projets CBM et CMM.

La raison du choix des projets CBM et

CMM vient tout d’abord de l’importance

du secteur charbonnier en Chine,

ce qui permet de choisir les meilleurs

projets parmi un très grand nombre

d’opportunités. Ensuite, les projets

CBM et CMM présentent les caractéristiques

suivantes : ils demandent

en général moins de capitaux que les

autres projets CDM (énergie éolienne

ou hydroélectrique) et peuvent être

facilement structurés en plusieurs

tranches de développement. Enfin, ils

offrent une forte rentabilité.

Aujourd’hui nous pensons avoir à la

fois réuni les compétences et l’expertise

nécessaires à la conduite de ce projet

et identifié les premières opportunités

d’investissement. Notre fonds

a en outre établi un partenariat avec

Ecotec Asia qui est une des sociétés

leader en Chine dans le développement

et la conduite de projets CDM.

Ce partenariat avec Ecotec Asia, qui a

un « track record » bien établi, nous assure

en outre le savoir faire nécessaire

à la gestion opérationnelle des projets

dans lesquels nous envisageons d’investir.

Nous sommes également honorés que

François Roussely, président du Crédit

Suisse France, ait accepté de présider

notre comité d’investissement.

La constitution de ce fonds est

aujourd’hui dans sa phase de montée

en puissance et nous sommes heureux

que cette initiative puisse apporter

une contribution concrète au

partenariat souhaité entre la France et

la Chine dans la lutte contre les émissions

de gaz à effet de serre. La mobilisation

de fonds français au profit du

financement de projets CDM en Chine

sera une belle illustration de la possibilité

de servir une juste cause tout

en réalisant un investissement hautement

profitable. •

Thierry Dana, Henri Mura, Cyril

Zhang : General Partners China Clean

Energy Fund

© DR

70 Connexions


L’appétit d’un géant

电 力

中 国 电 力 生 产 的 多 元 化

自 从 2002 年 电 力 领 域 进 行 改 革 和 电 力 生 产 自 由 化 以 来 , 电 力 专 家 试 图 跟 上 全 速 增

长 的 市 场 。2006 年 底 , 中 国 的 电 力 生 产 能 力 达 到 了 6220 亿 瓦 ( 法 国 为 1160 亿 瓦 ), 到

2020 年 , 其 生 产 能 力 将 翻 番 。 下 面 是 向 法 国 电 力 中 国 发 展 投 资 总 监 Bonnie Wu 提 出 的

三 个 问 题 。

中 国 的 电 力 生 产 从 哪 儿 来 , 法 国 电 力

是 如 何 在 不 同 环 节 为 自 己 定 位 的 ?

BW : 煤 炭 热 电 站 为 中 国 提 供 基 本 电 能 , 占

年 发 电 量 的 75%, 而 世 界 平 均 比 重 为 26%。

政 府 在 树 立 可 持 续 发 展 目 标 的 同 时 , 要 在

2020 年 使 电 力 生 产 翻 番 , 该 目 标 将 稍 微 改

变 一 下 现 有 的 比 重 。 中 国 因 此 会 降 低 热 电

的 比 例 , 而 鼓 励 核 电 和 风 电 的 发 展 。 水 电

的 比 重 则 会 保 持 稳 定 。 法 国 电 力 参 与 到 电

力 生 产 的 各 个 环 节 。 在 热 电 领 域 , 法 国 电

力 的 自 我 定 位 是 投 资 商 和 开 发 商 。 来 宾 煤

炭 发 电 B 厂 是 第 一 家 由 外 资 100% 控 股 的

企 业 。 法 国 电 力 公 司 负 责 设 计 、 建 造 和 投

资 并 在 电 厂 全 部 转 让 给 当 地 政 府 之 前 的

15 年 内 负 责 其 运 行 。

法 国 电 力 进 入 中 国 已 有 20 年 了 。 它 在 能

源 领 域 的 角 色 有 所 变 化 吗 ?

BW : 起 初 法 国 电 力 主 要 是 扮 演 顾 问 的 角

色 , 其 业 务 是 提 供 专 业 技 术 。90 年 代 中

国 电 力 生 产 向 外 国 开 放 之 后 , 法 国 电 力 在

其 角 色 中 增 加 了 设 计 师 、 建 造 师 以 及 投 资

人 和 运 行 商 的 角 色 。 就 营 业 额 来 讲 , 法 国

电 力 在 电 力 生 产 领 域 是 第 一 大 外 国 投 资

商 , 它 在 各 热 电 站 参 与 生 产 的 电 量 达 到

37.2 亿 瓦 。

交 通 运 输 对 电 力 来 说 是 一 个 巨 大 的 挑

战 : 法 国 电 力 是 如 何 提 供 其 专 业 技 术

的 ?

BW : 电 力 运 输 的 问 题 在 于 , 主 要 发 电 站 (

水 电 站 在 西 部 , 煤 电 站 在 北 部 ) 皆 远 离 位

于 东 南 沿 海 的 电 力 集 中 消 费 区 。 中 国 目 前

有 六 个 电 网 , 用 电 高 峰 期 的 电 力 短 缺 在 某

些 省 份 依 旧 存 在 的 , 但 是 这 种 情 况 已 经 越

来 越 少 了 。 法 国 电 力 的 子 公 司 , 电 力 运 输

网 公 司 ,2002 年 以 来 与 负 责 电 力 输 送 的 两

大 企 业 保 持 合 作 。 电 力 运 输 网 参 与 电 网 的

发 展 和 维 护 , 并 在 供 电 安 全 和 质 量 方 面 提

供 其 专 业 技 能 。•

核 电

法 国 与 中 国 : 良 好 的 合 作

20 年 来 , 中 国 试 图 通 过 技 术 转 让 拥 有 自 己 的 核 电 工 业 。 下 面 是 向 Areva 中 国 区 总 裁 戴 博

仁 提 出 的 三 个 问 题 。

中 国 的 核 电 战 略 是 什 么 ?

80 年 代 以 来 , 中 国 就 有 进 入 核 能 领 域 的 战

略 决 心 。 而 且 , 中 国 自 己 建 造 了 首 座 3 亿 瓦

原 型 反 应 堆 , 现 在 一 直 在 使 用 。 中 国 一 直

希 望 全 面 掌 握 核 电 领 域 ; 与 法 国 合 作 , 中

国 找 到 了 合 作 伙 伴 以 全 面 发 展 自 己 的 核 工

业 。1985 年 , 法 中 第 一 批 协 议 签 署 后 , 技

术 转 让 成 为 合 同 的 组 成 部 分 : 技 术 资 料

交 给 了 中 国 , 中 国 可 以 在 其 境 内 自 由 地 开

发 核 技 术 。1985 年 , 大 亚 湾 核 电 站 项 目 (

两 座 第 二 代 10 亿 瓦 核 反 应 堆 )100% 是 由

法 国 设 计 和 提 供 的 。 但 在 1995 年 , 岭 澳 一

期 的 两 个 反 应 堆 , 一 大 部 分 设 备 是 在 中 国

设 计 的 。 预 计 在 2010 年 投 入 使 用 的 岭 澳

二 期 , 是 由 中 国 人 自 己 建 设 的 , 供 货 商 中

就 有 Areva。

核 电 未 来 几 年 在 中 国 能 源 平 衡 中 占 据

什 么 地 位 ?

中 国 现 有 11 座 正 在 运 行 的 核 电 站 ( 法 国 有

58 座 , 日 本 有 56 座 , 美 国 有 104 座 ), 就 全

国 范 围 来 看 数 量 很 少 , 核 能 只 占 能 源 总 量

的 2%。 中 国 计 划 很 快 建 设 30 个 核 反 应 堆 ,

以 使 核 电 比 例 在 2020 年 达 到 4%。 中 国 广

东 核 电 集 团 , 负 责 这 一 计 划 的 公 司 之 一 ,

正 在 修 建 六 座 10 亿 瓦 的 反 应 堆 , 今 后 将 以

每 年 两 座 的 速 度 继 续 修 建 。 从 中 期 来 看 ,

与 在 法 国 一 样 , 中 国 准 备 进 行 废 料 处 理 和

回 收 , 为 铀 处 理 反 应 堆 提 供 铀 / 钚 混 合 燃

料 , 因 此 可 拥 有 30% 的 附 加 能 源 。Areva 目

前 正 在 与 中 国 进 行 出 售 两 座 第 三 代 EPR 反

应 堆 的 谈 判 , 而 美 国 要 在 中 国 开 发 四 座 反

应 堆 , 这 些 反 应 堆 还 处 在 设 计 阶 段 。 从

现 在 起 15 年 内 , 中 国 希 望 掌 握 第 三 代 反 应

堆 技 术 , 还 对 第 四 代 反 应 堆 (Phénix 和

Superphénix 型 ) 十 分 感 兴 趣 , 到 本 世 纪

中 叶 , 这 项 技 术 将 会 使 燃 料 的 利 用 水 平 增

加 50 倍 。•

72 Connexions


Le défi de l’énergie

在 中 国 政 府 看 来 , 核 电 的 优 点 和 缺 点

是 什 么 ? 中 国 能 够 完 全 选 择 核 电 吗 ?

核 电 的 重 要 优 势 在 于 原 材 料 本 身 铀 。 它 平

衡 地 分 布 于 全 世 界 , 包 括 中 国 , 铀 很 容 易

开 发 和 运 输 , 而 且 满 足 一 个 反 应 堆 所 需

的 原 料 也 是 极 少 的 。 利 用 30 吨 的 铀 , 一

座 10 亿 瓦 发 电 量 的 水 压 反 应 堆 可 以 运 转

1 年 。 核 技 术 需 要 大 量 资 本 投 入 , 而 开 发

成 本 低 的 优 势 却 是 无 可 比 拟 的 。 与 石 油

相 反 的 是 , 核 能 发 电 不 受 世 界 铀 价 走 势

的 影 响 , 核 电 站 的 使 用 寿 命 也 很 长 (40-

60 年 ), 因 此 核 能 对 于 能 源 独 立 具 有 一 定

意 义 。 然 而 , 在 中 国 认 为 没 有 比 煤 更 便 宜

的 能 源 这 一 看 法 总 是 存 在 的 , 而 且 选 择 核

能 有 赖 于 一 个 不 可 计 量 的 因 素 : 信 任 。•

水 电

瀑 布 水 能 的 美 好 前 景

阿 尔 斯 通 是 水 力 发 电 基 础 设 施 的 第 一 大 供 应 商 , 占 有 世

界 上 最 重 要 的 中 国 市 场 25% 的 份 额 。 如 今 , 中 国 20% 的 电

力 生 产 来 自 水 能 , 这 一 比 重 还 会 增 加 , 因 为 这 种 能 源 既

能 满 足 国 内 需 求 的 飞 速 增 长 , 又 符 合 生 产 清 洁 能 源 的 必

需 , 而 且 能 满 足 政 府 对 提 高 威 信 的 渴 望 。

Environnement SA

污 染 测 量 计

从 8 0 年 代 末 开 始 ,

Environnement S.A. 已 意 识 到 中

国 将 成 为 环 境 污 染 测 量 业 的 重 要

市 场 。 中 国 市 场 目 前 占 该 公 司 营 业

额 的 10%,Environnement S.A. 原

来 从 法 国 直 接 管 理 亚 洲 地 区 的 销

售 , 今 年 在 北 京 设 立 了 办 事 处 。 从

中 国 的 水 利 潜 力 是 巨 大 的 : 它 能 作 为

矿 物 能 源 的 可 靠 替 代 能 源 吗 ?

A.B. : 显 然 这 是 开 发 无 污 染 能 源 生 产 的

核 心 之 一 。 首 先 , 它 是 电 力 生 产 高 收 益 的 来

源 。 如 果 说 最 初 的 建 设 需 要 大 量 投 资 , 而

原 材 料 的 成 本 几 乎 为 零 , 设 备 的 使 用 期 也

很 长 (70 年 ), 极 少 需 要 维 护 , 运 营 成 本 也

不 高 。 此 外 , 中 国 有 幸 拥 有 尚 未 开 发 的 潜

力 巨 大 的 水 域 , 尤 其 是 在 西 部 地 区 。 在 阿

尔 斯 通 提 供 过 大 量 设 备 的 三 峡 大 坝 的 上

游 , 两 个 大 型 的 水 利 项 目 在 四 川 境 内 处 于

开 发 建 设 中 。 然 而 , 即 使 中 国 政 府 开 发 多

种 电 力 生 产 方 式 , 积 极 参 与 水 电 的 开 发 ,

煤 炭 在 很 长 时 间 内 仍 然 是 中 国 第 一 大 电 力

来 源 。 作 为 丰 富 但 污 染 型 的 燃 料 , 煤 炭 对

中 国 是 一 个 很 大 的 挑 战 。 阿 尔 斯 通 为 回 应

中 国 的 法 规 要 求 , 给 新 热 电 站 装 备 了 最 新

的 “ 净 煤 ” 技 术 ( 回 收 烟 尘 及 限 制 温 室 气

体 排 放 ), 并 参 与 已 有 的 热 电 站 , 尤 其 是

破 旧 污 染 型 热 电 站 的 技 术 革 新 , 以 提 高 其

能 源 利 用 率 。

水 力 发 电 的 局 限 有 哪 些 ?

A.B. : 水 力 发 电 的 首 要 局 限 当 然 是 资 源 的

枯 竭 , 尤 其 是 在 一 个 水 资 源 分 布 不 均 、 某

些 地 区 还 缺 水 的 国 家 。 其 次 , 中 国 天 然 的

水 域 大 部 分 位 于 南 部 和 西 部 山 区 , 远 离 电

力 消 费 集 中 区 域 , 交 通 不 便 ; 开 发 这 些 水

资 源 需 要 架 设 巨 大 的 输 电 网 。 最 后 , 要 考

虑 到 由 于 建 造 大 坝 而 导 致 的 人 类 和 环 境

后 果 都 是 不 可 忽 视 的 , 长 远 来 看 , 会 阻 碍

水 电 的 发 展 。

关 于 三 峡 电 站 : 这 项 备 受 瞩 目 的 工 程

在 中 国 的 能 源 政 策 方 面 具 备 真 正 的 合

理 性 吗 ?

A.B. : 三 峡 大 坝 满 足 了 中 国 经 济 发 展 不 断

增 长 的 需 求 , 目 前 正 处 于 部 分 运 行 状 态 ,

预 计 在 2008-2009 年 能 全 部 投 入 运 行 。 当

26 组 涡 轮 机 全 速 运 转 之 后 , 三 峡 水 电 站 能

够 提 供 中 国 10% 的 电 力 消 费 。 每 年 要 焚 烧

几 百 万 吨 的 煤 , 才 能 生 产 出 同 等 数 量 的 电

能 , 因 此 清 洁 能 源 的 好 处 是 值 得 一 提 的 。

然 而 , 这 个 项 目 也 曾 面 对 很 多 的 批 评 , 我

们 既 不 能 否 认 百 万 移 民 导 致 的 问 题 , 也 不

能 否 认 有 关 生 态 系 统 被 破 坏 的 问 题 。 然 而

面 对 中 国 目 前 和 未 来 的 电 力 需 求 , 面 对 减

少 温 室 气 体 排 放 的 必 需 , 建 造 世 界 上 最 大

的 水 电 站 没 有 什 么 不 合 理 的 。•

1978 年 开 始 ,Environnement S.A.

设 计 , 生 产 并 销 售 监 测 空 气 质 量 ,

水 质 量 以 及 工 业 污 染 排 放 的 装

置 。 在 中 国 , 这 些 装 置 被 安 装 在 各

大 城 市 ( 北 京 , 上 海 , 重 庆 ) 及 省

份 的 环 境 污 染 监 测 站 里 。 在 能 源

行 业 ,Environnement S.A. 监 测 中

国 热 电 厂 的 废 气 排 放 。 该 公 司 亚 洲

地 区 负 责 人 Quang Do Pham 说 :

“ 我 们 的 装 置 被 安 装 在 四 川 , 辽

宁 , 广 东 和 澳 门 的 工 厂 烟 囱 里 ”。

公 司 同 时 为 汽 车 制 造 商 提 供 燃

料 使 用 率 即 汽 车 耗 能 的 测 量 仪

器 。 目 前 ,Quang Do Pham 正 在

调 查 中 国 汽 车 制 造 商 的 市 场 潜

力 。 随 着 中 国 汽 车 行 业 的 发 展 ,

Environnement S.A. 的 产 品 应 该 很

容 易 找 到 买 家 。

Connexions 73


La Chine à la loupe : Le Shandong





Le square Wusi à Qingdao

© Imagine China

Le Shandong

Province de toutes les richesses

Le Shandong est une province très ouverte sur l’extérieur de par sa position géographique

stratégique. De nombreuses entreprises françaises s’y sont déjà implantées. Ses ressources

en pétrole combinées à un climat doux favorable à l’agriculture en fait la province de

toutes les richesses.

Avec sa presqu’île qui figure comme une tête de

pont en plein cœur du golfe de Bohai, le Shandong

est géographiquement ouvert sur l’extérieur. Côté

terre, le Shandong partage ses frontières avec le Hebei

(Nord-Ouest), le Henan (Sud-Ouest), l’Anhui et le Jiangsu

au sud, ce qui fait de la province le point d’intersection des

zones économiques du Huanghe et du Bohai, ainsi que le

point de jonction entre la Chine du Nord et la Chine de l’Est.

La province du Shandong recèle 140 minerais, soit plus de

80% des minerais découverts en Chine. Les réserves de 75

minerais sont vérifiées, dont 57 se classent parmi les dix

premières du pays. Les réserves de 8 minerais dont l’or,

le gypse, le soufre naturel, le grès à verre, le gabbro et le

granite d’ornement, l’argile à poterie et la terre rouge à

ciment se classent au premier rang national. Le Shandong

est également un important producteur agricole. La

production de céréales, de coton, d’arachides, de soja,

de fruits et légumes ainsi que de viandes et de produits

74 Connexions


aquatiques, se place depuis toujours parmi les premières du

pays. Le champ pétrolifère de Shengli, situé essentiellement

dans le delta du Huanghe, est la deuxième grande base

productrice de pétrole de Chine. La production en pétrole

brut du Shandong représente un tiers de la production

totale du pays. La surface des couches houillères totalise

50 000 km², et la mine de charbon de Yanteng est l’une

des dix plus grandes de Chine. La production d’électricité

se classe aux premiers rangs du pays.

Considérant les sciences et les techniques comme la

première force productive et l’éducation comme la base

même du pays, la province a mis en œuvre une stratégie

de développement dite de “redressement du Shandong

par les sciences et l’éducation”. Le Shandong possède

une cinquantaine d’établissements d’enseignement

supérieur dont l’université du Shandong, l’université

océanographique de Qingdao et l’université du pétrole.

La capitale de la province est Jinan avec 5,9 millions

d’habitants. Qingdao située sur la côte, est l’un des cinq

plus grands ports de Chine et est le lieu d’origine de la

bière mondialement connue : la Tsingtao. C’est également

le centre commercial et industriel de la province ainsi que

le siège de Haier, l’un des premiers fabricants de produits

blancs, d’électronique grand public. Le petit port de pêche

de Qingdao fut cédé en concession à l’Allemagne en 1898

pour 99 ans mais il fut rétrocédé à la Chine en 1945. La ville

de Qingdao est surnommée la “Suisse chinoise” pour son

architecture de style bavarois et son climat tempéré.

Un centre culturel

Le Fleuve Jaune qui déverse les eaux du Shandong dans la

mer du Bohai a amené tout à la fois prospérité et destruction

à la province. Celle-ci est l’un des berceaux de la civilisation

chinoise et des recherches prouvent que la province était

un important fournisseur de soieries à l’époque des Han

et des Tang et alimentait la route de la Soie. De nombreux

chinois célèbres sont originaires du Shandong. Confucius

(Kong Zi), grand penseur, pédagogue et politique, est

né à Qufu il y a 2 500 ans. Le confucianisme qu’il a fondé

sert de pilier à la culture traditionnelle chinoise et exerce

toujours une grande influence dans le monde. Sun Wu

(Sun Zi), “sage militaire” et célèbre stratège, est né dans le

delta du Huanghe. Son ouvrage, “l’art de la guerre de Sun

Zi” est toujours considéré comme un classique parmi les

militaires et businessmen chinois et étrangers. On pourrait

encore citer nombre de personnages importants natifs du

Shandong.

L’agriculture et industrie lourde : les secteurs clés

du Shandong

Le produit intérieur brut de la province est de 1 851 Mds

RMB ce qui contribue à hauteur de 9.36% à la création de

richesse nationale. Le PIB de la province se décompose

comme suit : 10,6% pour le secteur primaire, 57,4% pour le

Le Shandong en chiffres

Population totale :

92,48 millions d’habitants fin 2005

Population active : 51,11 millions

Densité : 604 hab. / Km²

Superficie : 153 000 Km²

secteur secondaire alors que le secteur tertiaire représente

32%.

Considérant l’agriculture comme le secteur fondamental

du développement économique, la province du Shandong

encourage énergiquement l’agriculture de qualité et de

haut rendement. La production céréalière, la sylviculture,

l’élevage et la pêche en sont les principaux piliers. Les

produits issus de l’industrie sont le charbon, le pétrole,

le ciment, les engrais, la soude, la soude caustique, le sel

brut, le papier mécanique, les boissons alcoolisées, le fil de

coton et le tissu.

Les Infrastructures sont plutôt bien développées dans la

province qui compte 3 262,5 km de chemins de fer, 3 033

km d’autoroutes, 9 aéroports avec plus de 700 lignes en

service et des aéroports internationaux à Jinan, Qingdao

et Yantai desservant le Japon, la République de Corée,

Singapour, la Thailande, Hong Kong et Macao. Le Shandong

a su mettre en avant sa façade maritime avec ses 26 ports :

le port de Qingdao est le plus important puisqu’ il a atteint

les 100 millions de tonnes et 2,6 millions de containers le

classant ainsi parmi les vingt plus grands ports du monde.

Une province ouverte sur l’extérieur en termes

d’import/export et d’IDE

Le commerce extérieur du Shandong représentait plus de

89,11 Mds USD fin 2005. Des relations avec quelques 180

pays ou régions ont été développées, notamment avec le

Japon, la République de Corée, les Etats-Unis, Hong Kong,

l’Allemagne, Singapour, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la

Russie et l’Italie. Les principaux produits d’exportation

sont les céréales, les denrées alimentaires, le tissu, les

vêtements, les médicaments, les produits de l’industrie

légère, la mécanique, l’électronique, les technologies et les

objets d’art.

Les investisseurs viennent de plus de 70 pays dont la

République de Corée, les Etats-Unis, le Japon, Singapour,

l’Allemagne, la France ainsi que Hong Kong et Taiwan. Un

grand nombre de sociétés mondialement connues telles

que Suzuki, Nestlé, Siemens, Samsung et Volvo ont déjà

investi dans le Shandong. Plus d’un quart des 100 plus

grandes multinationales ont investi dans le Shandong

et de nombreux organismes financiers s’y développent

également. Les sociétés à capitaux étrangers jouent un

rôle moteur dans le développement économique de

la province : les investissements directs étrangers, •••

Connexions 75


La Chine à la loupe : Le Shandong

- www.china-sd.com :

site d’informations générales sur le Shandong,

ses villes principales, les affaires et le tourisme.

- www.shandong.gov.cn/

- www.yantaifdi.gov.cn

Site très complet de Yantai Investment

Development Board

••• IDE, s’y élèvent à 79 Mds de dollars. En même temps, les

entreprises du Shandong investissent à l’étranger et ce sont

plus de 600 entreprises qui sont actuellement présentes à

l’extérieur des frontières nationales.

Le Shandong ,

province cible des entreprises françaises

Plus de 40 entreprises françaises ont élu domicile dans

la province dont les plus importantes : Alstom, Beaufour

Ipsen, EDF, Rhodia, Total, Carrefour, Air Liquide, Saint

Gobain, Sodexho, Lafarge, Véolia, etc. Les secteurs

porteurs pour les entreprises françaises sont l’électricité, la

transformation agro-alimentaire, l’agriculture intensive, et

l’environnement.

Le Shandong et la Bretagne entretiennent des relations

de jumelage depuis 1985. Jinan a signé un accord

de jumelage avec Rennes en même temps que se

développaient des contacts entre Yantai et Qimper. Un

partenariat économique et scientifique a vu le jour entre

la Communauté Urbaine de Brest et celle de Qingdao en

mai 2006. La Région Pays de Loire a ouvert un bureau à

Qingdao et a développé de nombreux jumelages entre

localités ligériennes et du Shandong (Zibo-La Roche sur

Yon, Nantes-Qingdao, Angers-Yantai) Autre jumelage :

Jining-Mulhouse (1996). •

Sabine HAGUENIER - Christian BENOIT

Mission économique de Pékin

Les entreprises françaises à

la conquête du Shandong

Les 23 et 24 mai, 14 entreprises françaises 1 ont

eu l’opportunité d’accompagner M. Hervé

Ladsous, Ambassadeur de France en Chine, lors

de son premier déplacement dans le Shandong.

La délégation a été reçue le 23 mai à Jinan par

M. Han Yuqun, gouverneur de la province du

Shandong, qui a rappelé, au cours de l’entretien,

que le Shandong, particulièrement bien doté en

ressources naturelles, est également le siège de

nombreuses grandes entreprises chinoises s’étant

développées à l’étranger, comme Haier ou la bière

Tsingtao. Lors du dîner offert à l’issue de l’entretien,

les entreprises ont pu nouer des contacts directs

avec les autorités provinciales.

Le lendemain, la délégation a rencontré à Qingdao

les représentants de la région des Pays de la Loire,

menés par son président, M. Jacques Auxiette.

Les Pays de la Loire ont en effet ouvert en 2006

un bureau de représentation, et entretiennent des

relations suivies avec la province du Shandong. Une

visite du site nautique olympique et une rencontre

avec le bureau du commerce extérieur (BOFTEC)

ont permis aux entreprises de mieux mesurer les

opportunités commerciales que présente la ville

de Qingdao, avant d’être reçues par M. Yan Qijun,

le secrétaire du parti de la ville, qui a convié la

délégation à dîner.

1

Acome, Areva, BNP Paribas, Bolenor, Bureau Veritas, Calyon Capital Markets, Calyon CIB,

Carrefour, China Link Equity (CEL), DS Avocats, EDF, Financière Centuria, Oriental Marketing

services et Sogreah.

Le site touristique de Penglai

© Imagine China

76 Connexions


La Chine à la loupe : Le Shandong

Acome Xintai :

Une Joint-Venture devenue WOFE

ACOME Xintai est une filiale 100% capital d’ACOME S.A. France, spécialisée dans la

production de câbles radio fréquence pour les stations d’antennes des réseaux de

téléphonie mobile. Paul Liu, directeur général d’ACOME Xintai, présente l’évolution

de son activité et les points forts de la province du Shandong.

ACOME Xintai a été créé avec le statut de Joint-Venture

selon les règlements chinois de l’époque. « Nous avons

multiplié notre CA par 7 en 6 ans, augmenté notre productivité

de plus de 400% et réalisé des bénéfices. Nous

sommes fiers d’avoir implanté un système de management

efficace et développé notre réseau commercial en

Chine» explique Paul liu.

En 2006, ACOME Xintai a racheté toutes les actions de

son partenaire chinois pour devenir une societé à 100%

capitaux étrangers -WOFE- qui permet d’offrir de belles

perspectives de développement. En 2007, Acome Xintai

prévoit de multiplier sa capacité de production par 3 pour

augmenter sa compétitivité en Asie.

«Nous nous sommes investis auprès de nos salariés recrutés

localement, tant pour améliorer leur compétence

via la formation continue que pour établir des plans de

carrière. Nous avons même créé notre propre E-Université

et financé une partie des frais d’étude MBA de certains

de nos cadres» comment Paul Liu. Résultat, ACOME Xintai

a aujourd’hui un taux de turnover relativement bas et la

plupart de ses cadres ont démarré en tant qu’ouvriers ou

techniciens.

«A mon sens, la province du Shandong possède de réels

atouts pour les investisseurs étrangers : ici, les PME peuvent

jouir d‘un réel support de la part des autorités locales.

Les entreprises dont l’import - export est au cœur

de l’activité peuvent profiter d’infrastructures efficaces

comme le réseau d’autoroutes et les ports. Pour les manufactures,

la situation géographique de la province et ses

ressources humaines en font un endroit idéal pour s’implanter

tout en réduisant les coûts de production. •

Pour plus d’informations : www.acome.fr

Paul Liu, Directeur Général d’ACOME Xintai

© Acome Xintai

78 Connexions


Le groupe SCE :

de Nantes à Qingdao

Depuis 2004, la filiale du groupe SCE, spécialisée dans le

conseil et l’ingénierie en aménagement du territoire et

gestion de l’environnement, a développé de nombreuses

activités en Chine. SCE travaille dans les domaines de

l’urbanisme (en association avec Groupe Huit), de l’eau

potable, de l’assainissement, de la gestion intégrée des

ressources en eau, de la protection contre les inondations

et gestion de déchets. 3 projets sont en cours sous financements

internationaux dans les provinces du Shandong,

du Yunnan mais aussi les municipalités de Ningbo et de

Chongqing. Dans le Shandong, le groupe SCE a participé

en 2005 et 2006 à la préparation d’un projet de plus de

300 millions USD co-financé par la Banque Mondiale. Le

groupe a fourni une prestation d’assistance technique,

financée par le Gouvernement Français, destinée à assister

la Banque Mondiale dans l’évaluation de propositions de

projets émises par plusieurs municipalités de la Province

quant à la construction et la réhabilitation de leurs infrastructures

en eau potable, assainissement, déchets et

protection contre les inondations. C’est suite à la réussite

de ce projet que le Groupe SCE, dont le siège se situe à

Nantes, a décidé en 2006 d’implanter son bureau de

représentation à Qingdao au sein du bureau ouvert par la

Région Pays de la Loire. •

Pour plus d’informations : www.groupe-sce.fr

Maf Roda se félicite d’avoir choisi Yantai

Maf Roda est une entreprise dont le siège se trouve à Montauban dans le Sud-Ouest

de la France. Elle est le leader mondial dans le domaine du calibrage automatique

des fruits et légumes frais depuis le début des années 90. Les premières ventes

en Chine datent de 1994 et c’est en 2001 que Maf Roda a décidé de développer

le marché chinois de manière à être prêt pour le jour où ce marché deviendrait

mature. Jean Christophe Gras revient sur ce choix.

«Dans un premier temps, nous avons ouvert un bureau

de représentation à Beijing et il y a deux ans nous avons

décidé de passer le pas et d’ouvrir une usine de fabrication.

Le choix de Yantai s’est imposé rapidement car l’environnement

industriel, la situation géographique, la qualité

des ressources humaines disponibles et le coût de la vie

rendent attractive cette province. Il faut surtout ne pas

oublier l’avantage réel de disposer sur place d’une structure

d’accueil efficace avec à sa tête un Français, Michel

Humbert, qui permet de faciliter toutes les procédures

nécessaires à l’implantation d’une nouvelle structure.

Notre nouvelle usine, qui fait aujourd’hui ses premiers pas,

a déjà apporté une nouvelle crédibilité dans nos rapports

avec notre clientèle chinoise. D’autre part dans le cadre de

notre activité, il est important de pouvoir fidéliser le personnel

expatrié qui vient encadrer nos employés locaux

et la qualité de vie à Yantai le permet grâce d’abord à sa

situation de bord de mer et ensuite à la facilité de liaison

avec le reste de la Chine par le biais de son aéroport

bien desservi par l’ensemble des compagnies aériennes.

En résumé le groupe Maf Roda ne peut que se féliciter

d’avoir choisi Yantai comme base pour la Chine et L’Asie »

conclut Jean Christophe Gras, Directeur Commercial Asie

Pacifique Groupe Maf Roda. •

Pour plus d’informations : www.maf-roda.com

Connexions 79


La France à la loupe

A proximité du village de Saint Pabu dans les côtes d’armor

© Agathe Allain

Bretagne

On peut avoir bien des raisons de

choisir la Bretagne comme destination

de vacances. Pour se détendre sur une

plage, découvrir les enclos paroissiaux

ou encore marcher le long d’un

sentier de douaniers et apprécier la

beauté d’une côte très déchiquetée,

incroyablement variée. Ou encore pour

découvrir la musique celte et bretonne

qui fait toujours danser ces irréductibles

Bretons dans les festou-noz (fêtes de

nuit) ! Fière de son identité, la Bretagne

cultive soigneusement ses traditions

vestimentaires, religieuses, linguistiques

et artistiques tant et si bien que rien

ne semble avoir de prise sur cette

région parfois surprenante, souvent

mystérieuse, mais toujours attachante.

La région en bref :

Nombre d’habitants : 2 973 000

Superficie : 27 208 km2

Site de l’office du tourisme :

www.tourismebretagne.com

(plusieurs langues dont le chinois)

Tous droits réservés. Toute reproduction de cet article, même partielle et quel qu’en soit le support, est interdite sans autorisation de MICHELIN

cartes & guides. Si vous souhaitez obtenir la permission d’utiliser ce contenu ou bien nous faire part de vos commentaires, veuillez nous contacter :

jennifer.kong@michelin.com.cn

80 Connexions


La France à la loupe

La Bretagne Nord

Vallée de la Rance

Sertie de joyaux tels que Dinan, Dinard et St-Malo, la vallée

de la Rance connaît une fin de parcours prestigieuse. Rien

de tel qu’une promenade en bateau sur les eaux de la rivière

pour admirer ses versants verdoyants qui étranglent

le cours jusqu’à transformer la Rance en canal.

St-Malo

En découvrant cette vieille cité resserrée dans ses remparts,

on peine à croire qu’elle a été presque entièrement

détruite en août 1944. Et pourtant ! Une balade sur les remparts

offre des vues magnifiques sur le rivage, l’île du Petit

Bé et celle du Grand Bé, où Chateaubriand est enterré.

Forêt de Paimpont

Cette forêt, qui s’appelait autrefois Brocéliande, n’est pas

une forêt comme toutes les autres… Merlin l’Enchanteur,

la fée Viviane, le chevalier Lancelot et d’autres figures de

la Table ronde y séjournèrent, et leurs esprits hantent encore

les lieux… On peut d’ailleurs aller se recueillir sur le

tombeau de Merlin : deux dalles de schistes signalées par

un pied de houx. Non loin de là, les murmures de la fontaine

de Jouvence semblent vouloir raconter les légendes

arthuriennes qui persistent sous les frondaisons.

lièrement dans l’agréable station balnéaire

de Ploumanach.

Le Finistère

Brest

Ville de marins, Brest est aussi une ville de

chercheurs océanographes. C’est donc tout

naturellement qu’Océanopolis s’est installé à

proximité du port de plaisance. Via des aquariums,

des films et des bornes interactives, ce musée dédié

aux océans permet de se familiariser avec la vie sous-marine

tout en montrant l’influence de l’homme sur ces milieux fragiles.

Les Abers

Au Nord-Ouest de Brest, le flot marin pénètre dans les abers,

ces sillons creusés peu profondément par une petite rivière

en amont. Résultat : le littoral est sauvage, brut, intact, idéal

pour une confrontation solitaire avec la nature. C’est dans cette

région que se trouve le menhir de Kerloas, le plus haut de

France (9,5 m), vieux de quelque 5 000 ans. Au 19e s., il arrivait

qu’on surprenne de jeunes époux à se frotter nus sur ses bosses

: selon une drôle de tradition, ce mode opératoire devait

aider les maris à concevoir des héritiers mâles et les femmes à

se faire respecter dans la maison. •••

Côte d’Emeraude

De la pointe du Grouin au Val-André, la Côte d’Emeraude

est une succession de délicieuses stations balnéaires, de

plages qui incitent à la détente et de points de vue merveilleux.

Ainsi du cap Fréhel, dont les falaises teintées de

rouge, de gris et de noir tombent à pic dans la mer, 70 m

plus bas. De là, on a tout le loisir de contempler ce rivage

très découpé, de la pointe du Grouin à l’Est à l’île de Bréhat

à l’Ouest. A droite du cap se dessine la silhouette féodale

du fort La Latte narguant la mer, 60 m plus haut.

Bréhat

Petit coin de paradis faisant face à la pointe de l’Arcouest,

« l’île aux fleurs » se pare de ses plus beaux atours au printemps.

Alors, ce sont les mimosas, les agapanthes et les

hortensias qui accueillent le visiteur. Ici, point d’automobiles,

juste des vélos ou des marcheurs qui viennent se prélasser

sur les rochers roses ou se confronter au côté plus

sauvage de l’île, au Nord.

La Côte de Granit rose

Chapeau de Napoléon, gnome, éléphant, tête de mort,

parapluie… Les formes étranges des rochers de granit

font travailler l’imagination ! Caractéristiques de cette partie

très érodée de la côte bretonne, ces rochers d’un rose

pastel s’illuminent sous la lumière du soleil couchant. Ce

spectacle surprenant, presque lunaire, s’apprécie particu-

Chalutiers mouillant le long de la jetée du port d’Erquy

© Michelin

Connexions 81


La France à la loupe

Ile d’Ouessant

Véritable « finistère », au sens propre du terme, l’île d’Ouessant

est le bout de terre le plus occidental de la Bretagne.

Mais l’inquiétant proverbe « Qui voit Ouessant voit son

sang » est là pour rappeler que l’île ne s’offre pas à qui veut:

encore faut-il s’attirer les bonnes grâces d’une mer souvent

menaçante… La côte sauvage est d’une beauté rare avec

ces rochers hostiles, en constant bras de fer avec la mer.

Vieilles Charrues

Petit village tranquille, perdu entre les monts d’Arrée et

les Montagnes Noires, Carhaix-Plouguer change radicalement

de rythme lors du troisième week-end de juillet,

quand les festivaliers débarquent par milliers pour assister

aux Vieilles Charrues. Stars de la scène musicale internationale

et jeunes talents se succèdent jour et nuit devant des

mélomanes attentifs, le tout dans un esprit bon enfant très

appréciable.

Presqu’île de Crozon

La beauté sévère de ce bout du monde tient aux rochers,

acérés comme des lames de rasoirs, sur lesquels les flots

viennent se fracasser. Des deux côtés de la pointe déchiquetée

de Penhir, la terre tombe à-pic dans la mer de manière

vertigineuse.

La Cornouaille

De larges baies séparées les unes des autres par des murs

de pierres sèches ; de nombreux ports dont l’activité frénétique

contraste avec le calme des hameaux de la campagne

intérieure, voici la Cornouaille, en quelques mots.

Plus belle encore que la pointe du Van, la pointe du Raz est

classée « Grand site national ».

Le Morbihan

Le golfe du Morbihan

Soixante îles dans le golfe du Morbihan, c’est autant d’occasions

de partir en excursion sur cette petite mer intérieure.

Fermant presque le golfe, Port-Navalo et Locmariaquer

forment un dangereux goulet d’un kilomètre à peine dans

lequel pénètrent les eaux de l’océan. La très charmante île

aux Moines est, avec l’île d’Arz, la seule commune du golfe.

Sur l’île de Gavrinis se trouve l’un des plus intéressants monuments

mégalithiques de Bretagne : il s’agit d’un cairn de

6 m de haut et 50 m de diamètre. Ses pierres ont été posées

là il y a environ cinq mille ans.

Presqu’île de Quiberon

Autrefois, Quiberon était une île. Mais les apports d’alluvions

l’ont rattachée à la terre ferme. Tandis que les plagistes

se ruent à l’Est de l’île pour se trouver une place sur le

sable fin, les promeneurs solitaires préfèrent la côte sauvage,

à l’Ouest.

Belle-Île

Le paysage y est tout simplement magnifique, à l’image

de Port-Donnant dont la plage de sable est encadrée de

hautes falaises que viennent lécher les rouleaux hardis.

Plus loin, Port Coton est appelé ainsi parce que la mer y

bouillonne et se gonfle comme un gros paquet d’ouate.

Préservées des frasques de la nature, les maisons blanchies

à la chaux de Belle-Île respirent au contraire la douceur de

vivre.

Gwenn ha du

Signe de ralliement, le Gwenn ha du (blanc et noir) est le

drapeau qui symbolise la Bretagne. Ses cinq bandes noires

rappellent les cinq anciens évêchés de haute Bretagne

et ses quatre bandes blanches ceux de basse Bretagne.

Quant aux hermines, elles sont là pour signifier l’ancien duché

de Bretagne. En effet, les ducs de Bretagne adoptèrent

la fourrure blanche de ce petit animal comme symbole du

pouvoir.

Rennes

Culturellement dynamique, Rennes est une ville vivante

où les étudiants semblent couler des jours heureux. Une

promenade dans la romantique roseraie du jardin du

Thabor suffit pour apprécier la qualité de vie rennaise.

Le patrimoine architectural a certes pâti d’un incendie

ravageur, en 1720, mais le vieux Rennes a conservé ses plus

beaux atours, fort heureusement.

Le vieux Rennes

Tous les samedis matins, les halles de la place des Lices

s’animent joyeusement à l’occasion du marché, l’un des

plus beaux et des plus grands marchés de France. A deux

pas, la rue pavée St-Michel est mieux connue sous son petit

nom : « la rue de la Soif ». Et pour cause : elle est bordée de

vieilles maisons à pans de bois, dont la plupart abritent des

bars qui ne désemplissent pas. Autour de la cathédrale St-

Pierre, les ruelles médiévales telles que la rue du chapitre

plongent le visiteur dans un autre temps.

Palais du parlement de Bretagne

Le parlement de Bretagne est l’un des treize parlements

provinciaux que comptait le royaume de France. Il

siégea tantôt à Rennes, tantôt à Nantes, avant de se fixer

définitivement à Rennes en 1561. Cour suprême des 2 300

justices bretonnes, il jouait aussi un rôle législatif et politique.

Son installation hissa Rennes au rang de capitale régionale

et de cité aristocratique. La construction du bâtiment dura

un siècle : de 1618 à 1655 pour l’architecture, et jusqu’à

1706 pour le décor. Ce fut, en pays breton, l’arrivée d’un

art royal et parisien, marqué par l’alternance de matériaux

- granit au rez-de-chaussée et tuffeau à l’étage - et par la

belle unité de la toiture en façade.

82 Connexions


聚 焦 法 国

Ì Informations

Office de tourisme :

www.tourisme-rennes.com

Restauration

Brasserie Le Piccadilly – Pl.

de la Mairie – 02 99 78 17 17

– 12/35 E. Cette institution

rennaise accueille ses clients

sur les banquettes capitonnées

de sa belle salle habillée

de boiseries.

Le Gourmandin – 4 pl. de

Bretagne – 02 99 30 42 01

– 15/27,50 E. La convivialité du

lieu, entretenue par les tables

serrées, va de pair avec une

cuisine sympathique et bien

tournée.

Le Four à Ban – 4 r. St-Mélaine

– 02 99 38 72 85 – 25/46 E. Ce

restaurant sis dans une maison

du 17e s. propose une cuisine

actuelle soignée et des

menus attractifs qui lui valent

un franc succès.

Hébergement

Arvor Hôtel – 31 av. Louis-Barthou

– 02 99 30 36 47 – www.

arvorhotel.com – 16 ch. :

41,50/51 E. Les chambres de

cet hôtel proche de la gare

sont propres et fonctionnelles.

Hôtel de Nemours – 5 r. de

Nemours – 02 99 78 26 26 –

www.hotelnemours.com – 29

ch. : 52/65 E. Cet hôtel central

constitue un pied-à-terre pratique

pour découvrir la ville à

pied.

Garden Hôtel – 3 r. Duhamel

– 02 99 65 45 06 – gardenhotel@wanadoo.fr

– 25 ch. :

54,50/60 E. Certaines chambres

de cet hôtel familial au

confort simple ouvrent leurs

fenêtres sur un patio.

布 列 塔 尼 大 区

Bretagne

圣 马 洛

布 列 塔 尼 是 度 假 的 明 智 之 选 : 在 海 滩 上 尽 情 放 松 或 探 访

教 堂 围 地 , 沿 着 从 前 的 海 关 巡 逻 道 漫 步 或 欣 赏 礁 石 嶙 峋

的 俊 美 的 海 岸 。 总 之 , 变 化 多 样 的 景 致 绝 对 出 乎 你 的 意

料 。 此 外 , 你 还 有 机 会 聆 听 凯 尔 特 和 布 列 塔 尼 音 乐 , 在

festou-noz( 晚 间 舞 会 ) 上 只 要 乐 声 响 起 , 自 立 顽 强 的 布

列 塔 尼 人 便 开 始 翩 翩 起 舞 ! 布 列 塔 尼 精 心 地 维 护 着 自 己

独 特 的 服 饰 、 宗 教 、 语 言 和 艺 术 的 传 统 , 为 自 身 的 特 质 而

骄 傲 , 任 何 力 量 都 难 以 左 右 。 不 时 给 人 以 惊 喜 的 布 列 塔

尼 神 秘 莫 测 , 永 远 令 人 心 驰 向 往 。

热 情 率 真 的 布 列 塔 尼 , 我 为 你 举 杯 !

特 雷 戈 尔 (Trégor) 的 姑 娘 和 粗 犷 的 小 伙 ,

我 为 你 们 举 杯

同 他 们 一 道 , 我 要 向 这 高 贵 的 苹 果 酒 致 敬

不 知 不 觉 我 早 已 变 成 了 布 列 塔 尼 人

凯 立 安 (Quellien)

本 版 文 章 版 权 专 有 。 未 经 米 其 林 事 先 书 面 许 可 , 任 何 个 人 或 企 业 不 得 以 复 制 、 转 载 ( 包 括 网 上 转

载 ) 或 其 他 任 何 方 式 使 用 其 中 的 任 何 内 容 ( 包 括 文 字 和 图 片 )。 米 其 林 保 留 对 任 何 未 经 授 权 的 使 用 追

究 法 律 责 任 的 权 利 。 如 需 转 载 或 发 现 文 章 中 有 不 妥 之 处 或 有 任 何 意 见 和 建 议 , 请 发 电 子 邮 件 至 :

jennifer.kong@michelin.com.cn

© Michelin

Connexions 83


聚 焦 法 国

地 区 简 介 :

布 列 塔 尼 地 区 由 四 个 省 组 成 :

科 达 莫 尔 省 (Côtes-d’Armor)、

菲 尼 斯 太 尔 省 (Finistère)、 伊

勒 - 维 莱 讷 省 (Ille-et-Vilaine)、

莫 尔 比 昂 省 (Morbihan)。

人 口 : 约 300 万

面 积 :27 208 km 2

旅 游 局 网 址 :

www.tourismebretagne.com

( 多 种 语 言 , 包 括 中 文 )

北 布 列 塔 尼

(La Bretagne Nord)

雷 恩 (Rennes)

中 世 纪 城 邦

在 布 列 塔 尼 的 边 境 省 中 , 维 特 雷

(Vitré) 是 以 其 恢 宏 的 城 堡 为 中 心 进

行 布 局 的 , 至 今 依 然 保 留 着 中 世 纪 的

风 韵 。500 年 来 它 的 城 墙 和 街 巷 没 有 丝

毫 改 变 , 因 此 现 在 , 人 们 很 容 易 就 能

想 象 出 当 年 骑 士 们 高 坐 在 马 背 上 巡 逻

的 情 景 。 封 建 王 朝 时 期 修 建 的 富 热 尔

(Fougères) 城 堡 宏 伟 壮 丽 , 矗 立 于 高

城 下 方 的 岩 石 丘 陵 之 上 , 城 堡 的 13 座

塔 楼 和 围 墙 均 完 整 地 保 留 下 来 了 。 然

而 , 举 世 罕 见 、 结 构 复 杂 、 庞 大 庄 严

的 富 热 尔 城 堡 从 前 却 未 能 阻 挡 住 侵 略

者 们 进 攻 的 脚 步 。

潘 蓬 森 林 (Forêt de Paimpont)

这 片 曾 经 名 为 布 罗 塞 利 昂 德

(Brocéliande) 的 森 林 可 是 与 众 不 同

的 , 因 为 从 前 这 里 居 住 着 梅 兰 法 师

( M e r l i n ) 、 维 维 亚 娜 仙 女

(Viviane)、 朗 瑟 洛 骑 士 (Lancelot)

还 有 其 他 一 些 参 加 了 圆 桌 会 议 的 大 人

物 , 今 天 他 们 的 精 神 似 乎 依 然 存 在 ……

可 以 到 梅 兰 墓 (tombeau de Merlin)

前 静 思 片 刻 : 这 是 两 块 立 在 一 株 枸 骨

叶 冬 青 树 前 的 片 岩 板 。 不 远 处 的 青 春

之 泉 (fontaine de Jouvence) 在 呢 喃 ,

仿 佛 在 讲 述 阿 蒂 尔 的 传 说 , 这 些 传 说

躲 藏 在 婆 娑 的 绿 叶 中 , 永 世 流 传 。

Place Henri IV à Vannes

朗 斯 河 谷 (Vallée de la Rance)

迪 南 (Dinan)、 迪 纳 尔 (Dinard)、

圣 马 洛 ( St-Malo) 仿 佛 是 镶 嵌 在 朗

斯 河 谷 中 的 一 颗 颗 明 珠 。 没 有 什 么 比

泛 舟 于 水 上 更 惬 意 的 事 了 , 你 将 看 到

两 岸 青 葱 翠 绿 的 山 丘 如 何 将 河 谷 收

紧 , 最 终 将 朗 斯 河 变 成 一 条 水 渠 。

迪 南 (Dinan)

在 城 堡 和 城 墙 的 保 护 下 , 迪 南 老 城 完

美 地 保 存 了 中 世 纪 的 风 貌 。 这 座 秀 美

的 中 世 纪 小 城 中 的 那 些 石 板 小 巷 只 欢

迎 那 些 懂 得 欣 赏 古 韵 之 美 的 游 客 们 。

迪 纳 尔 (Dinard)

迪 纳 尔 蜿 蜒 在 景 色 旖 旎 的 朗 斯 河 河

口 , 这 是 一 处 极 佳 的 海 水 浴 疗 养 胜

地 。 当 游 人 在 小 村 庄 里 漫 步 看 见 这 些

优 雅 的 别 墅 时 , 一 定 会 十 分 渴 望 住 进

去 。 为 了 拯 救 建 筑 遗 产 , 迪 纳 尔 对 这

些 别 墅 进 行 了 分 类 管 理 。

圣 马 洛 (St-Malo)

探 访 这 座 城 墙 环 绕 的 古 城 时 , 很 难 想

© Michelin

84 Connexions


象 到 1944 年 8 月 它 几 乎 化 为 废 墟 。 是 修

缮 者 们 创 造 了 奇 迹 ! 走 进 城 中 , 仿 佛

回 到 了 海 盗 猖 獗 的 遥 远 时 代 。 漫 步 于

城 墙 之 上 , 令 人 心 旷 神 怡 的 美 景 尽 收

眼 底 : 河 岸 、 小 贝 岛 (Petit Bé)、 大

贝 岛 (Grand Bé), 大 文 豪 夏 多 布 里

昂 (Chateaubriand) 就 长 眠 于 大 贝 岛

上 。 从 城 堡 的 主 塔 放 眼 望 去 , 可 以 看

见 市 区 、 翡 翠 海 岸 及 翡 翠 港 美 丽 的 全

景 。 圣 马 洛 南 边 有 一 个 规 模 庞 大 的 水

族 馆 , 游 人 有 机 会 在 此 进 行 亲 身 体 验

大 海 的 生 命 特 质 , 比 如 触 摸 卷 曲 的 鳐

鱼 、 蝾 螺 、 猫 鲨 或 近 距 离 观 赏 鲨 鱼 。

此 外 也 可 以 登 上 四 个 座 的 水 上 巴 士 潜

水 艇 , 潜 入 深 水 来 到 热 带 鱼 群 中 , 看

被 淹 没 的 古 城 中 的 残 垣 断 壁 ……

望 见 新 大 陆 !

在 圣 马 洛 的 名 人 中 , 雅 克 · 卡 蒂 耶

(Jacques Cartier) 很 值 得 一 提 , 因 为

是 他 第 一 个 发 现 了 加 拿 大 。 随 后 , 他

取 道 圣 洛 朗 海 湾 (St-Laurent) 航 行 到

了 亚 洲 一 条 大 河 的 出 海 口 。

翡 翠 海 岸

(Côte d’Emeraude)

一 个 接 一 个 美 丽 的 海 水 浴 场 、 令 人 身

心 放 松 的 沙 滩 、 视 角 独 特 的 观 景 台 :

这 就 是 位 于 格 鲁 昂 海 角 (pointe du

Grouin) 和 安 德 烈 山 谷 (Val-André)

之 间 的 翡 翠 海 岸 。 弗 雷 埃 尔 岬 角

(cap Fréhel) 也 不 容 错 过 , 悬 崖 距 海

面 70 米 , 红 、 灰 、 黑 色 的 峭 岩 垂 直 扎

入 大 海 之 中 。 在 这 里 你 要 预 留 足 够 的

时 间 来 仔 细 欣 赏 从 东 边 的 格 鲁 昂 海 角

至 西 边 的 布 雷 亚 岛 (île de Bréhat) 一

带 锯 齿 状 的 海 岸 。 在 弗 雷 埃 尔 岬 角 的

右 边 , 修 筑 于 封 建 时 代 的 拉 拉 特 要 塞

(fort La Latte) 依 稀 可 见 , 它 矗 立 于

海 面 上 方 60 米 处 , 仿 佛 在 轻 蔑 地 俯 视

大 海 。

布 雷 亚 (Bréha)

与 阿 尔 库 厄 斯 特 海 角 ( p o i n t e d e

l’Arcouest) 隔 海 相 望 的 布 雷 亚 岛 是 一

处 袖 珍 的 人 间 仙 境 。 春 天 ,“ 鲜 花 之

岛 ” 布 雷 亚 披 上 了 盛 装 , 金 合 欢 花 、

绣 球 花 迎 接 着 八 方 来 客 。 丰 富 的 植 物

资 源 是 布 雷 亚 的 一 大 财 宝 , 视 觉 与 嗅

觉 的 愉 悦 使 得 游 客 们 即 使 只 走 几 步 路

也 感 到 其 乐 无 穷 。 这 里 几 乎 看 不 到 汽

车 的 踪 影 , 有 的 只 是 自 行 车 和 徒 步 旅

行 者 , 他 们 有 的 懒 洋 洋 地 躺 在 粉 色 的

礁 石 上 , 有 的 则 来 到 小 岛 北 部 亲 身 感

受 未 经 雕 琢 的 自 然 。

玫 瑰 岩 海 岸

(La Côte de Granit rose)

拿 破 仑 的 帽 子 、 矮 子 、 大 象 、 骷 髅 、

雨 伞 …… 形 状 千 奇 百 怪 的 花 岗 岩 可 以 让

你 充 分 发 挥 想 象 力 ! 在 布 列 塔 尼 的 海

岸 线 上 , 玫 瑰 岩 海 岸 的 岩 石 被 海 水 侵

蚀 得 最 为 严 重 , 成 为 它 的 一 大 特 色 。

柔 和 的 玫 瑰 色 岩 石 在 夕 阳 余 晖 的 照 耀

下 熠 熠 生 辉 。 在 这 幅 令 人 称 奇 、 颇 有

些 奇 幻 色 彩 的 画 卷 上 , 最 引 人 注 目 的

是 美 丽 的 普 鲁 马 纳 克 (Ploumanach)

海 水 浴 场 。

菲 尼 斯 太 尔 省

(Le Finistère)

教 堂 围 地 (Enclos paroissiaux)

在 下 布 列 塔 尼 地 区 , 教 堂 围 地 的 气 势

恢 宏 是 布 列 塔 尼 的 另 一 大 特 色 。 教 堂

围 地 是 包 括 教 堂 、 公 墓 、 停 尸 间 在 内

的 建 筑 群 , 见 证 了 布 列 塔 尼 人 对 宗 教

的 狂 热 及 他 们 希 望 与 亡 灵 紧 密 依 存 的

心 愿 。 规 模 最 壮 观 的 教 堂 围 地 在 圣 泰

戈 内 克 (St-Thégonnec) 和 吉 米 里 奥 (

Guimiliau), 这 两 个 地 方 都 有 用 花 岗 岩

制 作 的 耶 稣 受 难 像 , 人 物 雕 刻 得 栩 栩

如 生 , 令 人 赞 叹 不 已 。 在 朗 博 尔 - 吉 米

里 奥 (Lampaul-Guimiliau), 最 先 让 人

感 到 惊 讶 的 是 教 堂 的 钟 楼 ,2 世 纪 前 ,

一 个 惊 雷 削 去 了 它 的 尖 顶 。 除 了 教 堂

围 地 , 我 们 还 可 以 走 进 教 堂 参 观 。 教

堂 中 陈 列 了 一 只 圣 水 缸 , 上 面 画 的 是

两 个 魔 鬼 在 圣 水 中 打 斗 , 真 是 不 可 思

议 !

朝 圣 节 (Le grand pardon)

这 是 布 列 塔 尼 传 统 的 宗 教 节 日 。9 月

的 第 一 个 周 日 前 夕 , 在 美 轮 美 奂 的 •••

Connexions 85


• • • 弗 尔 戈 埃 圣 母 大 教 堂 ( basilique

Notre-Dame de Folgoët) 举 行 的 活 动

是 朝 圣 节 最 重 要 的 部 分 之 一 。 信 徒 们

借 此 机 会 为 自 己 的 过 错 忏 悔 , 祈 求

宽 恕 。 这 个 隆 重 热 闹 的 仪 式 中 有 队 列

行 进 环 节 , 参 加 行 进 的 人 们 挥 舞 着 会

旗 、 十 字 架 、 圣 器 复 制 品 和 小 雕 像 。

通 常 , 这 天 会 以 乡 村 舞 会 作 为 结 束 ,

舞 会 少 了 一 般 晚 会 的 几 分 喧 嚣 , 传 统

的 舞 蹈 和 音 乐 在 这 里 得 到 充 分 展 示 。

布 雷 斯 特 (Brest)

布 雷 斯 特 是 海 员 的 家 园 , 也 聚 集 了 不

少 海 洋 学 研 究 者 。 不 出 你 的 意 外 , 海

洋 馆 (Océanopolis) 就 坐 落 于 游 人 码

头 附 近 。 这 座 献 给 大 海 的 博 物 馆 通 过

水 族 箱 、 科 普 影 片 和 互 动 专 区 让 人 们

了 解 了 海 底 世 界 的 生 活 , 同 时 也 展 示

了 人 类 活 动 对 这 个 脆 弱 环 境 的 影 响 。

三 角 湾 (Les Abers)

在 布 雷 斯 特 西 北 , 海 浪 涌 入 一 个 个 三

角 湾 , 这 是 一 些 由 上 游 的 小 河 冲 刷

而 成 的 浅 浅 的 河 沟 。 你 将 看 到 海 滨 地

区 保 存 着 原 始 天 然 的 风 貌 , 没 有 留 下

人 类 活 动 的 痕 迹 , 是 独 行 者 感 受 大

自 然 的 理 想 之 地 。 这 一 地 区 约 5000 年

历 史 的 凯 尔 洛 阿 糙 石 巨 柱 ( menhir

de Kerloas) 是 法 国 最 高 的 巨 石 柱

(9.5 米 )。 因 为 石 柱 有 两 处 隆 起 , 因

此 外 号 为 “ 驼 子 ”。19 世 纪 时 , 人 们

时 不 时 会 惊 讶 地 看 到 一 丝 不 挂 的 年 轻

夫 妇 各 自 用 身 体 摩 擦 隆 起 的 地 方 : 根

据 一 个 可 笑 的 传 说 , 此 法 有 助 于 丈 夫

们 得 到 男 性 后 代 , 也 有 助 于 妻 子 们 得

到 家 人 的 尊 重 。

去 的 , 必 须 得 到 大 海 的 眷 顾 , 而 这 片

海 域 经 常 险 情 不 断 …… 原 始 海 岸 那 苍 茫

之 美 难 得 一 见 , 气 势 逼 人 的 石 崖 从 未

停 止 与 大 海 的 较 量 。

阿 雷 山 (Monts d’Arrée)

阿 雷 山 远 离 拥 有 热 闹 沙 滩 的 海 岸 线 ,

犹 如 一 块 巨 大 的 花 岗 岩 耸 立 在 崎 岖 的

土 地 上 。 特 维 泽 尔 峰 (roc Trévezel,

3 8 4 米 ) 和 梅 内 - 奥 姆 峰 ( M é n e z -

Hom,330 米 ) 是 布 列 塔 尼 最 高 的 两

座 “ 山 ”, 无 边 无 际 、 孤 独 寂 寞 的 荒

原 从 这 里 绵 延 开 来 , 给 布 列 塔 尼 的 内

陆 地 区 ( 阿 尔 戈 阿 [Argoat]) 涂 抹 上

忧 郁 的 色 彩 。 这 块 充 满 野 趣 的 荒 郊 原

处 于 阿 尔 莫 尼 克 地 区 (Armorique)

自 然 公 园 保 护 区 内 , 只 有 黄 灿 灿 的 荆

豆 和 绽 放 的 紫 色 欧 石 楠 花 才 会 在 属 于

它 们 的 季 节 将 它 唤 醒 。 在 于 埃 尔 戈 阿

(Huelgoat), 森 林 、 湖 泊 、 潺 潺 溪

流 、 花 岗 岩 丘 陵 相 约 聚 首 , 对 于 希 望

探 访 阿 尔 戈 阿 中 心 地 带 的 游 客 而 言 这

里 是 景 色 最 秀 丽 的 、 适 宜 散 步 的 地 区

之 一 。 在 充 满 神 秘 色 彩 的 石 林 中 , 有

一 块 “ 抖 石 ”(roche tremblante)—

— 一 块 重 达 100 吨 的 巨 石 , 只 要 你 的

背 恰 好 倚 在 那 一 点 上 它 就 会 摆 动 !

古 犁 节 (Vieilles Charrues)

嵌 在 阿 雷 山 和 黑 山 ( M o n t a g n e s

Noires) 之 间 的 卡 雷 - 普 鲁 盖 (Carhaix-

Plouguer) 是 一 个 偏 僻 的 小 村 庄 , 但

每 年 7 月 的 第 三 个 周 末 都 会 有 数 以 千

计 的 宾 客 前 来 观 看 古 犁 节 , 彻 底 改 变

这 里 的 生 活 节 奏 。 国 际 音 乐 舞 台 上 的

明 星 和 崭 露 头 角 的 新 星 们 从 早 到 晚 连

续 为 专 注 的 乐 迷 们 演 出 , 台 上 台 下

都 沉 浸 在 难 能 可 贵 的 真 挚 气 氛 中 。

克 罗 宗 半 岛 (Presqu’île de Crozon)

克 罗 宗 半 岛 呈 十 字 形 , 半 岛 的 海 湾

仿 佛 要 将 大 海 揽 入 怀 中 。 “ 天 之

尽 头 ” 克 罗 宗 的 原 始 之 美 在 于 它

那 如 同 剃 刀 刀 片 般 锋 利 的 岩 礁 ,

海 浪 打 在 礁 岩 上 立 刻 化 为 泡 沫 ,

四 处 飞 溅 。 犬 牙 相 错 的 佩 尼 尔 岬

角 (pointe de Penhir) 两 端 的 •••

韦 桑 岛 (Ile d’Ouessant)

正 如 “ 菲 尼 斯 太 尔 ” 的 本 义 , 韦 桑 岛

是 布 列 塔 尼 最 西 边 的 土 地 。 有 句 令 人

不 安 的 老 话 是 这 样 说 的 :“ 谁 看 到 了

韦 桑 岛 也 就 看 到 了 自 己 的 鲜 血 ”, 它

提 醒 人 们 这 座 小 岛 可 不 是 谁 想 去 就 能

Connexions 87


聚 焦 法 国

••• 陆 地 垂 直 扎 入 海 里 , 令 人 眩 目 。

科 努 瓦 耶 (La Cornouaille)

一 个 个 开 阔 的 港 湾 被 干 垒 石 墙 隔 开 ,

为 数 众 多 的 小 港 热 闹 非 凡 , 与 乡 下

静 谧 的 村 庄 形 成 鲜 明 反 差 : 这 就 是

科 努 瓦 耶 的 概 貌 。 激 流 海 角 (pointe

du Raz) 的 风 光 比 范 海 角 (pointe du

Van) 更 胜 一 筹 , 因 此 也 被 列 入 “ 国

家 重 点 景 区 ” 名 录 。 这 幅 变 幻 莫 测 的

大 自 然 壮 美 图 景 令 人 震 撼 , 尤 其 当 人

们 想 起 这 样 的 古 话 ——“ 不 经 历 恐 惧

与 痛 苦 谁 也 过 不 了 raz de Sein 航 道 ”。

坎 佩 尔 (Quimper)

科 努 瓦 耶 的 原 首 府 坎 佩 尔 一 直 处 于 圣

科 朗 坦 大 教 堂 (cathédrale St-Corentin)

的 庇 护 之 下 , 教 堂 精 美 绝 伦 的 彩 绘 玻

璃 令 人 赞 叹 不 已 。 一 条 条 小 巧 而 迷 人

的 步 行 街 蜿 蜒 在 教 堂 周 围 , 街 巷 两 旁

坐 落 着 木 筋 墙 屋 舍 。 最 漂 亮 的 小 街 的

要 数 克 勒 翁 街 (rue Kéréon), 也 称

鞋 匠 街 , 从 这 里 望 去 教 堂 格 外 美 丽 。

奥 代 河 (Odet) 位 于 布 列 塔 尼 内 陆 与

海 岸 线 之 间 , 你 也 不 妨 到 河 边 走 走 。

屿 同 样 多 的 出 游 机 会 。 纳 瓦 罗 港 (

Port-Navalo) 和 洛 克 玛 里 亚 凯 一 道 形

成 的 入 口 将 近 一 公 里 , 几 乎 将 海 湾 封

闭 , 海 水 正 是 通 过 这 一 狭 窄 而 险 峻 的

入 口 注 入 海 湾 的 。 舢 板 和 独 木 舟 - 帆

布 划 子 是 这 里 的 常 客 , 它 们 征 服 了 湍

流 , 自 如 地 穿 行 于 珠 串 般 的 小 岛 之

间 。 岛 上 树 木 成 荫 , 其 中 大 部 分 是 私

人 财 产 。 无 比 迷 人 的 僧 侣 岛 和 阿 尔 兹

岛 (île d’Arz) 是 海 湾 中 唯 一 的 市 镇 ,

也 是 面 积 最 大 、 人 口 最 多 的 地 区 。 加

夫 里 尼 岛 上 有 一 个 高 6 米 直 径 50 米 的

石 冢 , 是 布 列 塔 尼 最 有 趣 的 史 前 巨 石

阵 古 迹 之 一 。 这 些 石 头 如 此 堆 放 已 经

有 大 约 5000 年 的 历 史 了 。 洛 克 玛 里 亚

凯 也 拥 有 巨 石 阵 古 迹 , 其 中 包 括 糙 石

巨 柱 (Grand Menhi), 如 今 已 裂 为

四 块 。 从 前 它 被 称 为 “ 巫 婆 石 ” ,

与 其 他 的 巨 柱 一 起 呈 直 线 排 列 , 但

不 知 何 故 , 这 些 巨 柱 全 被 推 倒 了 。

吉 贝 隆 半 岛

(Presqu’île de Quiberon)

从 前 的 吉 贝 隆 是 一 座 小 岛 , 后 来 海 水

冲 击 带 来 的 泥 沙 将 它 与 陆 地 连 在 了

一 起 。 当 海 水 浴 场 的 经 营 者 们 为 了 寻

得 细 腻 的 沙 滩 而 纷 纷 涌 向 小 岛 的 东 面

时 , 孤 独 的 漫 步 者 们 则 更 偏 爱 西 面 尚

未 开 发 的 海 岸 。 这 个 荒 凉 的 海 岸 时 常

刮 起 大 风 , 大 风 卷 起 海 浪 撞 击 着 犬 牙

交 错 的 峭 壁 。

美 丽 岛 (Belle-Île)

这 是 布 列 塔 尼 群 岛 中 面 积 最 大 的 一

个 , 是 个 名 副 其 实 的 美 丽 岛 。 只 要 到

那 未 经 雕 饰 的 海 边 走 一 走 , 你 就 能 体

会 到 这 一 点 。 用 一 个 词 形 容 这 里 的 景

色 , 那 便 是 美 妙 绝 伦 。 多 南 港 (Port-

Donnant) 的 沙 滩 被 环 绕 在 高 大 的 礁 岩

之 中 , 涌 上 沙 滩 的 大 浪 拍 打 在 这 些 礁

石 上 。 稍 远 处 是 棉 花 港 。 大 海 在 这 里

翻 腾 , 溅 起 巨 大 的 海 浪 , 就 像 一 大 团

棉 花 , 因 此 得 名 “ 棉 花 港 ”。 棉 花 港

的 针 状 礁 石 (Aiguilles de Port-Coton)

似 乎 在 嘲 笑 海 岸 , 它 使 得 海 浪 翻 涌 ,

形 成 了 令 人 惊 叹 的 乱 花 飞 溅 的 图 景 。

普 兰 海 角 (pointe des Poulains) 独 立 于

滔 滔 大 浪 中 的 主 要 岛 屿 之 外 。 美 丽 岛

上 用 石 灰 粉 刷 的 屋 舍 并 不 屈 服 于 乖 张

的 自 然 , 相 反 却 折 射 出 生 活 的 甜 蜜 。

莫 尔 比 昂 (Le Morbihan)

瓦 讷 (Vannes)

瓦 讷 环 绕 在 莫 尔 比 昂 海 湾 的 最 内

侧 , 对 于 希 望 探 访 洛 克 玛 里 亚 凯

(Locmariaquer)、 僧 侣 岛 (île aux

M o i n e s ) 和 加 夫 里 尼 岛 ( î l e d e

Gavrinis) 的 游 客 而 言 , 从 这 里 启 程 是

最 佳 的 选 择 。 但 是 , 瓦 讷 同 时 也 知 道

该 怎 样 用 美 丽 的 中 世 纪 古 城 挽 留 参 观

者 。 以 圣 皮 埃 尔 大 教 堂 (cathédrale

St-Pierre) 为 中 心 修 建 的 古 城 现 在 已 经

变 成 了 步 行 城 , 环 城 的 城 墙 下 流 淌 着

一 条 小 溪 , 溪 边 是 一 座 座 法 式 花 园 。

莫 尔 比 昂 海 湾

(golfe du Morbihan)

莫 尔 比 昂 海 湾 有 60 余 座 小 岛 , 因 此

在 这 处 面 积 不 大 的 内 海 却 有 着 与 其 岛

88 Connexions


快 。 这 是 法 国 最 漂 亮 、 规 模 最 大 的 集

市 之 一 。 不 远 处 是 铺 着 石 子 路 的 圣 米

歇 尔 街 (St-Michel), 它 的 小 名 “ 渴

街 ”(la rue de la Soif) 则 更 是 远 近 闻

名 , 因 为 街 道 两 旁 古 老 的 木 筋 墙 房 屋

里 大 多 开 起 了 酒 吧 , 而 且 顾 客 盈 门 。

圣 皮 埃 尔 大 教 堂 周 围 的 中 世 纪 小 街 能

把 游 客 带 到 另 一 个 年 代 , 教 务 会 街

(rue du chapitre) 便 是 其 中 之 一 。

Presqu’ile de quiberon vue sur la baie de carnac

Gwenn ha du

Gwenn ha du ( 白 与 黑 ) 是 回 归 的 标

志 , 是 象 征 布 列 塔 尼 的 旗 帜 。 五 道 黑

杠 代 表 过 去 上 布 列 塔 尼 的 五 个 主 教 管

辖 区 , 而 四 道 白 杠 则 代 表 的 是 下 布

列 塔 尼 的 四 个 主 教 辖 区 。 至 于 白 鼬 花

斑 , 它 象 征 的 是 古 老 的 布 列 塔 尼 公

爵 领 地 , 因 为 布 列 塔 尼 的 公 爵 们 用

这 种 小 动 物 的 白 色 皮 毛 象 征 权 利 。

雷 恩 (Rennes)

雷 恩 是 一 座 充 满 活 力 的 文 化 城 市 , 这

里 的 大 学 生 们 似 乎 过 得 也 很 舒 心 。 只

要 到 塔 博 尔 花 园 (jardin du Thabor)

浪 漫 的 玫 瑰 园 里 走 走 , 你 就 会 对 雷

恩 的 生 活 质 量 赞 不 绝 口 。 虽 然 雷 恩

古 城 的 部 分 建 筑 遗 产 在 1720 年 的 毁

灭 性 的 火 灾 中 化 为 灰 烬 , 但 幸 运 的

是 最 精 华 的 部 分 还 是 保 留 下 来 了 。

雷 恩 古 城 (Le vieux Rennes)

在 雷 恩 古 城 漫 步 真 是 十 分 惬 意 : 不 论

沿 着 哪 条 弯 弯 曲 曲 的 小 巷 前 行 , 最 终

都 会 发 现 一 处 美 丽 的 广 场 。 每 周 六 上

午 开 市 的 时 候 , 丝 织 广 场 (place des

Lices) 上 的 集 市 便 热 闹 非 凡 , 气 氛 欢

© DR

© DR

布 列 塔 尼 议 会 宫 ( P a l a i s d u

parlement de Bretagne)

开 放 时 间 :7 月 至 8 月 及 学 校 放 假 期 间

不 定 时 开 放 ;

年 内 其 他 时 间 : 除 上 诉 法 院 的 办 公 时

间 之 外

1 月 1 日 、5 月 1 日 、12 月 25 日 不 开 放 。

门 票 : 6 . 1 0 €( 7 — 1 5 岁 : 3 . 0 5 €)

请 在 旅 游 咨 询 中 心 报 名 参 观

电 话 :02 99 67 11 66

布 列 塔 尼 议 会 是 法 兰 西 王 国 13 个 省 级

议 会 之 一 , 会 址 时 而 设 在 雷 恩 , 时 而

设 在 南 特 , 直 到 1561 年 才 最 终 定 在 雷

恩 。 高 等 法 院 管 辖 着 布 列 塔 尼 2300 个

法 庭 , 过 去 在 立 法 和 政 治 领 域 都 起 着

重 要 作 用 。 雷 恩 成 为 议 会 永 久 会 址

后 地 位 得 到 了 提 升 , 进 入 了 地 区 首 府

和 贵 族 城 邦 的 行 列 。 议 会 宫 的 修 建 历

时 一 个 世 纪 : 从 1618 年 至 1655 年 是 土

建 阶 段 ,1655 年 至 1706 年 则 是 装 修 阶

段 。 这 也 是 布 列 塔 尼 地 区 引 进 巴 黎 王

室 艺 术 的 典 范 , 材 料 的 多 样 性 是 其 一

大 特 点 : 宫 殿 一 层 为 花 岗 岩 结 构 , 楼

上 都 则 以 石 灰 华 为 主 材 , 此 外 , 绘

制 着 装 饰 画 的 屋 顶 也 很 有 特 色 。 大

法 庭 是 这 里 的 一 块 瑰 宝 , 它 那 镀 金

的 木 质 天 花 板 上 的 绘 画 出 自 夸 佩 尔

(Coypel) 和 埃 拉 尔 (Errard) 之 手 。

文 化 节

布 列 塔 尼 首 府 的 文 化 活 动 丰 富 多

彩 , 这 里 的 举 办 的 两 大 文 化 活 动 一

年 比 一 年 更 加 成 功 。 每 年 的 1 2 月

初 , 在 为 期 3 天 3 夜 的 多 元 音 乐 节 •••

Connexions 89


聚 焦 法 国

是 布 列 塔 尼 的 普 罗 旺 斯 鱼 汤 cotriade 常

用 的 底 料 。

•••(Transmusicales) 里 , 雷 恩 为 数 众 多

的 酒 吧 、 音 乐 厅 会 迎 来 各 种 不 同 门 类

的 音 乐 演 出 。 夜 幕 降 临

(Tombées de la Nuit) 节 里 你 将

欣 赏 到 街 头 表 演 、 戏 剧 、 音 乐

会 、 歌 剧 、 重 排 或 新 创 作 的 剧

目 。 仲 夏 之 夜 , 充 满 活 力 的 雷 恩

市 中 心 将 一 定 让 你 不 虚 此 行 。

Tudy)、 坎 卡 尔 (Cancal) 都 是 著 名 的

牡 蛎 产 区 。 人 们 通 常 生 吃 牡 蛎 , 同 时

佐 以 黑 麦 面 包 、 咸 黄 油 、 柠 檬 或 分 葱

醋 汁 儿 。

狼 鲈 、 火 鱼 、 鲷 鱼 、 沙 丁 鱼 、 鲑 鱼 、

鳟 鱼 : 无 论 是 摊 儿 上 、 市 场 中 还 是 拍

卖 场 内 的 鱼 都 是 活 蹦 乱 跳 的 , 此 外 还

有 海 鳗 、 青 鳕 、 牙 鳕 和 鲭 鱼 等 , 它 们

© XXXX

大 地 的 馈 赠

美 味 的 以 猪 肉 为 原 料 的 特 产 是 不 容 错

过 的 : 盖 梅 内 (Guéméné) 香 肠 、 布

列 塔 尼 腊 肠 、 坎 佩 累 (Quimperlé)

小 香 肠 、 莫 尔 列 (Morlaix) 火 腿 , 还

有 响 当 当 的 布 列 塔 尼 kig ha farz( 肉 加

蔬 菜 泥 ) 以 及 蔬 菜 牛 肉 浓 汤 。 在 禽 类

方 面 , 雷 恩 咕 咕 母 鸡 、 让 泽 (Janzé)

鸡 、 南 特 鸭 、 普 鲁 埃 (Plouay) 填 小 母

鸡 都 是 可 圈 可 点 的 。 此 外 , 当 地 的 优

质 的 本 地 农 产 品 还 包 括 雷 翁 (Léon)

洋 蓟 、 罗 斯 科 夫 (Roscoff) 粉 洋 葱 、

雷 东 (Redon) 栗 子 以 及 永 远 立 于 不 败

之 地 、 被 誉 为 布 列 塔 尼 之 王 的 花 菜 。

盖 兰 德 海 盐

当 地 最 有 特 色 莫 过 于 大 名 鼎 鼎 的 盖 兰

德 海 盐 (sel de Guérande), 无 论 是 精

盐 还 是 粗 盐 都 富 含 碘 镁 元 素 ! 直 接 向

盐 场 工 人 购 买 是 最 佳 选 择 。

布 列 塔 尼 的 美 食

朴 素 与 优 质 是 布 列 塔 尼 美 食 的 关 键

词 。 布 列 塔 尼 菜 向 来 被 看 作 是 家 常 菜

和 农 家 菜 的 代 名 词 , 然 而 今 天 它 已 今

非 昔 比 , 不 少 大 厨 师 重 返 故 里 , 把 家

安 在 这 里 。 他 们 一 点 都 没 错 : 家 乡 肥

沃 的 土 地 为 他 们 提 供 了 一 系 列 优 质 的

原 材 料 。

大 海 的 贡 献

各 种 海 鲜 竞 相 登 上 餐 桌 : 滨 海 维 维 埃

(Vivier-sur-Mer) 的 小 虾 、 对 虾 和 海

蚌 , 吉 尔 维 内 克 (Guilvinec) 的 螃 蟹 和

对 虾 , 洛 克 凯 莫 (Locquémeau) 的 帘

蛤 , 埃 尔 基 (Erquy) 的 圣 雅 克 扇 贝 ,

吉 贝 隆 海 湾 的 鲍 鱼 , 而 压 轴 的 还 要 数

龙 虾 。

牡 蛎 是 节 日 大 餐 永 远 的 明 星 。 贝 隆 河

(Belon)、 阿 尔 莫 尼 克 ( 孔 尔 卡 诺

Concarneau、 森 林 Forêt、 蒂 迪 岛 Ile-

90 Connexions


的 、 用 黑 麦 甚 至 是 海 水 酿 造 的 啤 酒 。

同 样 新 鲜 的 还 有 chouchen, 也 叫 蜂 蜜

酒 (hydromel), 这 种 用 蜂 蜜 酿 造 的

烧 酒 是 罗 斯 波 尔 当 (Rosporden) 的 骄

傲 。•

小 吃

这 自 然 是 小 麦 粉 鸡 蛋 薄 饼 (crêpe) 和

荞 麦 面 鸡 蛋 薄 饼 (galette) 了 ! 小 麦

粉 鸡 蛋 薄 饼 配 甜 食 吃 , 荞 麦 面 鸡 蛋 薄

饼 则 是 与 咸 的 食 物 搭 配 。 吃 薄 饼 时 候

可 以 简 单 地 蘸 些 黄 油 、 糖 或 果 酱 , 也

可 以 加 上 火 腿 、 奶 酪 、 香 肠 、 鸡 蛋 、

洋 葱 、 鲑 鱼 …… 布 列 塔 尼 薄 饼 师 充 满 了

想 象 力 。

“ 喜 爱 甜 食 的 美 食 家 们 ” 偏 爱 坎 贝

花 边 薄 饼 、 荞 麦 饼 、 阿 旺 桥 (Pont-

Aven)Traou Mads、 南 特 饼 干 、 圣 马 洛

脆 饼 干 、 迪 南 薄 脆 卷 饼 (gavottes) 和

特 洛 尔 (Trelor) 卷 形 面 包 。 同 时 , 雷

恩 糖 杏 仁 、 牛 奶 酱 、 咸 黄 油 焦 糖 、 著

名 的 吉 贝 隆 niniches( 各 种 香 型 的 大 麦

糖 ) 也 会 让 糖 果 爱 好 者 欣 喜 不 已 。

最 后 值 得 一 提 的 还 有 两 种 优 质 的

特 产 : 李 子 干 奶 油 蛋 糕 ( f a r a u x

pruneaux), 这 是 一 种 厚 厚 的 鸡 蛋 奶

油 蛋 糕 ;kouign amann, 这 是 一 种 以 焦

糖 黄 油 为 主 料 的 千 层 酥 , 用 烤 炉 加 热

后 食 用 更 加 美 味 可 口 。

饮 品

冠 军 非 苹 果 酒 ( cidre) 莫 属 。 最 优

质 的 苹 果 酒 产 自 朗 斯 河 畔 普 勒 迪 昂

(Pleudihen-sur-Rance)、 贝 格 - 梅 尔

(Beg-Meil) 和 富 埃 南 (Fouesnant)。

喝 苹 果 酒 人 们 通 常 用 碗 盛 , 荞 麦 饼 是

佐 酒 的 理 想 食 品 。 当 然 , 也 有 些 人 更

偏 爱 lait ribot( 脱 脂 发 酵 奶 )。

虽 然 高 卢 啤 酒 (cervoise) 已 被 啤 酒 所

取 代 , 但 是 仍 然 可 以 喝 到 。 布 列 塔 尼

既 有 口 味 传 统 的 啤 酒 , 也 有 标 新 立 异

旅 游 信 息 咨 询 中 心

地 址 :11 r. St-Yves 电 话 :02 99 67 11 11

网 址 :www.tourisme-rennes.com( 英 法 双 语 )

餐 饮

Brasserie Le Piccadilly

© XXXX

本 专 栏 内 容 由 米 其 林 旅 游 出 版 公 司 提 供

Ì 实 用 信 息

地 址 :Pl. de la Mairie 电 话 :02 99 78 17 17 价 格 :12—35 €

雷 恩 的 这 家 老 字 号 拥 有 漂 亮 的 餐 厅 , 餐 厅 内 镶 有 细 木 护 壁 板 , 摆

放 软 垫 长 椅 , 热 情 欢 迎 迎 八 方 来 客 。

Le Gourmandin

地 址 :4 pl. de Bretagne 电 话 :02 99 30 42 01 价 格 :15—27.50 €

这 家 餐 馆 的 餐 桌 都 很 小 巧 , 菜 肴 美 味 可 口 , 食 材 搭 配 考 究 , 期 待

你 的 光 临 。

Le Four à Ban

地 址 :4 r. St-Mélaine 电 话 :02 99 38 72 85 价 格 :25—46 €

这 家 饭 馆 开 在 一 所 建 于 17 世 纪 的 宅 子 里 , 烹 制 精 致 的 现 代 菜 肴 ,

每 道 菜 都 令 人 很 有 食 欲 , 它 也 因 此 大 获 成 功 。

住 宿

Arvor Hôtel

地 址 :31 av. Louis-Barthou 电 话 :02 99 30 36 47

网 址 :www.arvorhotel.com 房 间 :16 个 价 格 :41.50—51 €

这 家 旅 馆 位 于 火 车 站 附 近 , 客 房 干 净 整 洁 、 方 便 实 用 。

Hôtel de Nemours

地 址 :5 r. de Nemours 电 话 :02 99 78 26 26

网 址 :www.hotelnemours.com 房 间 :29 个 价 格 :52—65 €

如 果 你 想 步 行 参 观 雷 恩 , 那 么 这 家 坐 落 于 市 中 心 的 旅 馆 是 一 个 不

错 的 落 脚 点 。

Garden Hôtel

地 址 :3 r. Duhamel 电 话 :02 99 65 45 06

电 子 邮 箱 :gardenhotel@wanadoo.fr 房 间 :25 个 价 格 :54.50—60 €

这 个 家 庭 旅 馆 的 客 房 设 施 简 单 实 用 , 其 中 一 些 客 房 的 窗 户 朝 向 内

院 。

Connexions 91


Portrait entreprise

H!TANG injecte de l’art dans vos évènements

En deux ans, H!TANG s’est composé un catalogue d’artistes impressionnant. La PME

dirigée par Hortense Hallée s‘est installée à Pékin et orchestre des manifestations

d’exception pour les entreprises.

Hortense est dotée d’un sens de l’organisation hors

du commun et d’une énergie débordante. Dans le

passé, attachée de presse puis directrice marketing

, chef de marque en France et en Chine, elle possède

aujourd’hui sa propre agence H!TANG et dirige une équipe

de huit employés : « Nous nous développons dans deux

directions, explique la chef d’entreprise, d’un côté la production

artistique, notre objectif est de promouvoir des talents

qu’il s’agisse de concerts, ou d’expositions, de l’autre

côté une activité corporate au sein de laquelle nous organisons

des évènements inoubliables pour nos clients. »

Production, coordination, logistique… H!TANG mise sur

l’inventivité. « A la différence des agences évènementielles

classiques notre cœur de métier est moins l’organisation

que la création, précise la jeune femme de 29 ans. Pour

la société Villeroy & Boch, par exemple, nous avons organisé

un défilé de mode reprenant les thèmes de leur ligne

d’Art de la table : matériaux précieux, soie peinte, perles,

etc. L’évènement a remporté un réel succès ! » Pari réussi,

H!TANG coopère de près avec les artistes pour donner une

vraie valeur ajoutée aux événements.

La PME a su fidéliser une vingtaine d’entreprises ; une jolie

réussite pour une société qui existe depuis moins de deux

ans. C’est la Sopexa qui la première a fait appel aux talents

de H!TANG. L’expert de l’alimentaire lui a fait confiance

pour organiser son traditionnel Apéritif à la Française, évènement

haut de gamme qui réunit tous les ans le gotta

chinois. Pour l’édition 2005, elle avait fait intervenir des

clowns - un numéro créé pour l’occasion - et mis à l’honneur

les arts du cirque.

Puis un client lui a commandé un dîner-spectacle pour des

hommes d’affaire de passage à Pékin, elle a reçu une troisième

demande, une autre et encore une autre… a contribué

à l’organisation des Transmusicales de Pékin, produit

un album de jazz, monté une exposition sur la disparition

programmée des Hutong … la jeune femme qui pensait

faire de l’organisation d’évènements une activité secondaire

se rend vite compte du potentiel de ce marché qui

Les bureaux de H!tang à Pékin

s’offre à elle. Elle installe ses bureaux au cœur d’une ravissante

cour carrée pékinoise et fidélise une myriade de free

lance.

Hortense Hallée détaille son offre corporate : «Nous proposons,

en plus des évènement sur mesure, la location d’une

partie de nos locaux pour des séminaires. Nous mettons

aussi notre catalogue d’artistes à la disposition des entreprises

et jouons les consultants et conseillers interculturels».

C’est par exemple elle qui a servi d’intermédiaire

entre Philippe Starck et la société de construction chinoise

chargée d’assurer la maîtrise d’ouvrage de son restaurant

South Beauty à Pékin l’été dernier. Autant dire de l’histoire

ancienne pour la créatrice de H!TANG qui a, depuis, monté

plusieurs autres projets. •

Emilie Torgemen

© H!tang

92 Connexions


海 棠 为 活 动 注 入 艺 术 气 息

两 年 内 , 海 棠 拥 有 了 令 人 印 象 深 刻 的 艺 术 家 队 伍 。 这 家 由 Hortense Hallée

领 导 的 中 小 企 业 在 北 京 落 户 , 为 企 业 策 划 颇 具 特 色 的 活 动 。。

海 棠 的 艺 术 家 团 队

© H!tang

Hortense Hallée 具 备 一 种 不 同 于 寻 常 的 组 织 意 识 和

充 沛 的 精 力 。 曾 经 在 中 国 和 法 国 担 任 媒 体 公 关 负

责 人 ,Hortense Hallée 现 在 拥 有 自 己 的 公 司 海 棠 ,

并 领 导 着 8 名 员 工 的 小 团 队 : “ 我 们 朝 两 个 方 向 发 展 , 她

解 释 道 , 在 艺 术 创 作 方 面 , 我 们 的 目 标 是 借 助 音 乐 会 和 展

览 会 推 荐 艺 术 家 来 北 京 ; 在 公 司 活 动 方 面 , 我 们 负 责 组 织

令 客 户 难 忘 的 活 动 !”

创 作 , 协 调 , 物 流 , 等 等 。 海 棠 依 靠 创 新 “ 与 传 统 活 动 策

划 公 司 的 不 同 之 处 在 于 我 们 更 注 重 创 造 而 非 组 织 ,” 这

位 28 岁 的 年 轻 女 士 解 释 说 , 比 如 , 在 为 Villeroy & Bosch 组

织 的 一 次 帽 子 展 示 会 上 , 我 们 把 他 们 帽 子 系 列 产 品 的 主 题

放 在 印 染 的 丝 绸 和 珍 珠 等 材 料 上 。 那 次 活 动 取 得 了 真 正 的

成 功 ”。 成 功 的 秘 诀 在 于 , 海 棠 公 司 把 自 己 置 于 艺 术 家 之

中 , 使 大 型 活 动 真 正 增 值 。

该 企 业 已 经 拥 有 20 多 家 忠 实 客 户 , 这 对 于 刚 成 立 不 到 两 年

的 企 业 来 说 是 一 个 不 小 的 成 就 。 法 国 食 品 协 会 是 海 棠 的 第

一 个 客 户 。 这 个 食 品 行 业 的 专 家 委 托 它 组 织 法 国 传 统 的

品 酒 会 , 这 是 一 年 一 次 聚 集 中 国 名 流 的 高 档 次 活 动 。 在

2005 年 度 的 品 酒 会 上 , 受 委 托 的 Hortense Hallée 还 有 客 人 们

脸 上 洋 溢 着 灿 烂 的 笑 容 。 她 请 来 了 一 些 小 丑 和 酒 吧 的 手 技

演 员 。 于 是 有 了 第 一 位 客 人 委 托 她 为 来 京 的 商 人 组 织 晚 餐

表 演 , 接 着 她 又 收 到 第 二 次 委 托 , 然 后 一 次 接 一 次 …… 她 在

北 京 组 织 过 音 乐 节 (transmusicales), 出 过 爵 士 乐 唱 片 , 举

办 过 关 于 胡 同 消 失 主 题 的 展 览 …… 这 位 年 轻 的 女 士 还 思 考 着

组 织 大 型 活 动 之 外 的 第 二 件 事 , 并 很 快 发 现 了 给 予 她 的 潜

在 机 遇 。 她 在 北 京 四 合 院 里 设 立 了 自 己 的 办 事 处 , 并 聘 用

了 8 名 不 久 后 将 是 10 名 员 工 , 还 有 无 数 为 海 棠 工 作 的 自 由

职 业 者 。

Hortense Hallée 详 述 了 她 的 公 司 为 企 业 提 供 的 服 务 :“ 除

了 量 身 定 做 的 大 型 活 动 , 我 们 还 为 学 术 研 讨 会 提 供 场 地 租

赁 , 组 织 题 材 广 泛 的 晚 餐 表 演 。 我 们 为 企 业 提 供 艺 术 家

队 伍 并 担 当 跨 文 化 的 咨 询 师 和 顾 问 ”。 顾 问 这 个 头 衔 也 许

大 了 点 , 但 这 位 女 士 能 够 让 文 化 名 人 信 服 。 例 如 , 去 年 夏

天 她 作 为 著 名 设 计 师 Philippe Starck 和 中 国 建 筑 公 司 的 中 间

人 , 参 与 了 北 京 俏 江 南 餐 厅 的 内 部 装 饰 。 自 那 时 起 , 海 棠

创 始 人 还 完 成 了 许 多 其 它 项 目 。•

Connexions 93


Culture les gens

Jacques Pourcel,

l’appétit d’un entrepreneur de Shanghai

Au 6e étage d’un des somptueux buildings années 20 du Bund, Jacques Pourcel

prépare sa journée. C’est presqu’une histoire de routine pour ce chef qui vient en

Chine tous les deux mois et demi pour suivre le développement du restaurant qu’il

a ouvert avec son frère jumeau Laurent et Olivier Château, leur associé, en 2004.

Une corde de plus à leur arc asiatique, car les chefs étoilés du Jardin des Sens à

Montpellier officient également à Tokyo et à Bangkok. Admirés pour l’envergure

internationale qu’ils ont donné à leur nom, ils sont aussi décriés pour leur dispersion,

qui leur a coûté l’an dernier une de leurs trois étoiles. Le plus voyageur des frères

jumeaux raconte leur aventure chinoise...

Comment vous est venue l’envie de vous installer ici ?

J’ai découvert Shanghai en 2002 et j’ai été impressionné.

On a donc pensé, avec mon frère, que s’il y avait un jour

une opportunité, il ne faudrait pas la laisser passer. Elle est

arrivée il y a quatre ans. Les propriétaires de Bund 18 (ndlr

l’immeuble où est installé Sens & Bund) nous ont parlé

de leur projet de réhabilitation de l’immeuble et de leur

volonté d’y installer un restaurant français.

Comment se justifiait ce choix ?

Les propriétaires sont originaires de Taiwan et connaissent

bien la gastronomie occidentale. Ils voulaient de

la gastronomie française, qui a une image pointue et

réputée en Chine. Ils ont été séduits par le dîner dans

notre restaurant à Tokyo. Quant à nous, l’incroyable

emplacement proposé à Shanghai et le bâtiment plein de

charme nous ont tout de suite fait craquer. On a ensuite

eu carte blanche pour faire le restaurant.

Cette envie de Chine était votre première envie d’Asie ?

Nous nous sommes d’abord installés à Tokyo en 2002.

L’envie de l’Asie nous est venue car ce sont des pays qui

sont très porteurs sur le plan économique, avec une

clientèle qui aime ce qui est français, que ce soit la mode,

le design, la gastronomie, le vin, etc...

De votre côté, puisez-vous de l’inspiration dans la

cuisine chinoise ?

Notre cuisine est méditerranéenne au départ, s’inspirant

beaucoup des bases de cuisine en Italie, au Maroc... depuis

dix ans nous y avons ajouté une influence asiatique, avec

des saveurs comme le salé-sucré. Cela dit, nous sommes

venus à Shanghai pour ouvrir un restaurant français et

nous restons sur une cuisine traditionnelle modernisée.

Laurent et Jacques Pourcel

Avez-vous ainsi réussi à conquérir la clientèle chinoise ?

Elle constitue, depuis le début, la moitié de notre clientèle.

Ce sont surtout des hommes d’affaires, beaucoup de

Chinois de Hong Kong, de Taiwan ou des Etats-Unis,

familiarisés avec ce type de cuisine. Il y a aussi une

clientèle chinoise qui n’a jamais quitté la Chine qui montre

un intérêt croissant pour la cuisine française. C’est une

vraie découverte quand ils sont en famille. Ils sont très

ouverts mais je pense qu’il ne faut pas faire de la cuisine

trop moderne, qui risquerait d’être réservée à une élite

qui a beaucoup voyagé.

© Olivier Maynard

94 Connexions


Vous faites partie des chefs français qui s’exportent le

plus, que cherchez-vous à l’international ?

Je crois que c’est avant tout une histoire d’entreprise.

Nous menons un développement économique avec la

création d’un groupe de restauration, à travers la marque

des Frères Pourcel. Notre positionnement est multiple :

haut-de-gamme avec les restaurants gastronomiques ;

milieu de gamme avec les brasseries ; et les bars. Dans la

restauration, comme dans beaucoup d’autres secteurs, le

marché est aujourd’hui mondial. Pendant trop longtemps

les restaurants français à l’étranger ont été menés par des

chefs qui ne venaient pas de France. La cuisine française a

une forte identité et il faut que les chefs français aillent la

développer sinon on va perdre cette notoriété.

Mais n’est-ce pas ce développement que vous

préconisez qui vous a coûté une étoile ?

Si, mais c’est un choix de vie. Pour être franc, après trois

ans de 3 étoiles – obtenues en 1998 –, je n’en pouvais

plus. Un 3 étoiles à tenir tous les jours vous fait entrer

dans une routine qui ne nous intéressait pas. Nous

avions créé, avec le Jardin des Sens, une formule très

jeune, très décontractée et on a eu 3 étoiles sans être au

« standard ».

Le fait d’être deux vous permet aussi de continuer

votre développement...

Ca nous permet de mieux suivre les dif férents

établissements. Ca ne sert à rien d’ouvrir pour ouvrir. Les

ouvertures nécessitent de l’humain derrière, c’est-à-dire

des équipes, des bons représentants sur place. De notre

côté, nous continuons à nous déplacer beaucoup : quatre

semaines par an au Japon, quatre semaines à Shanghai,

quatre semaines à Bangkok, et nos établissements au

Maroc, à l’île Maurice, à Paris...

Comment vous répartissez-vous les tâches ?

Ca s’est fait naturellement. C’est surtout moi qui voyage,

je m’occupe du développement à l’étranger. Mon frère

(Laurent) s’occupe de la création culinaire et assure tous

les déplacements au Japon. Quant à notre associé Olivier

Château, il est en charge du développement, sur le plan

financier.

Et vos prochains projets vous mèneront-ils en Asie ?

Nous venons d’ouvrir une brasserie à Tokyo, en plus de

notre restaurant gastronomique. Si cela fonctionne bien,

d’autres suivront. Pour le reste, nous prévoyons d’ouvrir un

boutique-hôtel à Genève en septembre et un restaurant

gastronomique à Casablanca. Rien sur la Chine pour le

moment, mais il y a encore un beau potentiel. •

Propos recueillis par Julie Desné

Connexions 95


Culture cinéma

Festival de Deauville

le rendez-vous des amoureux du cinéma asiatique

Le 9 ème Festival du Film Asiatique de Deauville a présenté en mars dernier devant

plus de 30 000 visiteurs, 47 films asiatiques dont 34 inédits. Hommages à Park

Chan-Wook et James Lee, ouverture sur le cinéma malaisien, action et cinéma

d’auteur en pleine effervescence, la cuvée 2007 fut passionnante.

Le cinéma asiatique est en plein essor. Won Karwai

président du festival de Cannes en 2006, l’ours d’or

de Berlin attribué au film « Le mariage du Tuya » de

Wang Quan’an et le lion d’Or de Venise à « Still life » de Jia

Zhangke, autant de preuves de cette vitalité que la ville de

Deauville a su anticiper en créant, dès 1999, le festival du

film asiatique, en parallèle du festival du cinéma américain

créé en 1974.

« Le festival du film asiatique a été mis en place par Alain

Patel, un chirurgien qui a beaucoup travaillé dans la zone,

puis il a été repris par le Centre international de Deauville

et l’entreprise Public system cinéma, explique Jacques Belin,

directeur du centre international de Deauville. L’idée est

d’allier « diplomatie » et cinéma et d’aider nos contemporains

à mieux connaître le monde asiatique. En 2006, nous

avons créé un village asiatique pour présenter l’Asie sous

toutes ses formes (littérature, artisanat, nourriture, arts

martiaux, bien-être). Les cultures asiatiques sont souvent

assimilées de façon inconsciente sous l’effet de la globalisation.

Nous voulons favoriser les échanges pour adoucir

la peur que peuvent éprouver certains de nos concitoyens

vis-à-vis de l’Asie. C’est aussi l’occasion de mettre en évidence

les flux commerciaux entre la Basse Normandie et

la Chine : 123 entreprises de la région exportent déjà vers

la Chine. »

Deauville cuvée 2007

Deauville 2007 fut une passionnante « cuvée ». Cette année,

outre le Japon, la Chine et la Corée du Sud, toujours bien

traités, les festivaliers ont eu le plaisir de découvrir plus en

96 Connexions


© Marie Christine de Lavergne

Pour combattre les

clichés sur l’Asie, il est

urgent de venir

se plonger dans son

cinéma d’auteur.

profondeur des réalisateurs malaisiens et thaïlandais. Deux

hommages ont été rendus à des cinéastes jeunes mais

déjà très féconds: le coréen Park Chan Wook, 43 ans, dont

le film « Joint Security Area » avait battu tous les records

d’audience en Corée en 2000. Il s’est fait mieux connaître

depuis par sa trilogie sur la vengeance (Sympathy for Mr

Vengeance, Old Boy et Lady Vengeance). Il présentait cette

fois une fable consacrée à l’amour « Je suis un cyborg».

L’autre hommage fut consacré au sino-malaisien, James

Lee, scénariste, réalisateur, producteur et chef opérateur

à seulement 36 ans et déjà une filmographie impressionnante

( Room to let, The beautiful washing machine, Before

we fall in love again…).

Dans les trois catégories, « Jury compétition », « Panorama»

et « Action Asie », les thématiques abordées ont été nombreuses.

Beaucoup de films d’action - d’époque ou situés

dans l’Asie urbaine d’aujourd’hui - mais aussi des films plus

lents qui observent de près la vie quotidienne, loin de tout

exotisme. Beaucoup de destins de femmes qui se battent

pour survivre comme la Mongole Tuya - « Le mariage de

Tuya » - menacée par l’alcoolisme de ses hommes dans

un décor immense, la Chinoise malaisienne Ah Ping entraînée

par l’amour vers la prostitution - « Love conquers

all», passionnant premier film de Tan Chui Mui (2006) - , la

Chinoise Qian Yehong, prise dans les mailles de l’histoire

chinoise entre 1977 et 1987 - « Teeth of love », premier

film de Zhuang Yuxin (2006)- ou encore la jeune japonaise

Eriko dans « route 225 » de Nakamura Yoshihiro, qui bascule

dans l’adolescence et ses errances. A noter que dans

ces films d’auteurs, les destins individuels sont toujours

placés dans un contexte social qui l’explique, sans le définir

entièrement. Parfois, même, comme dans l’excellent

«Syndromes and a century » du Thaïlandais Apichatpong

Weerasethakul (2006), la beauté formelle des images et

leur symbolisme permet de saisir de l’intérieur les mutations

d’un pays basculant d’une vie baignée dans une

douceur tropicale à une urbanisation déshumanisante. Ce

film a d’ailleurs remporté le « Lotus d’or 2007 », décerné

par le Jury présidé par Benoît Jacquot. Le « prix du Jury »

a été attribué à « King and the Clown » de Lee Jun-ik, un

film historique qui a attiré en Corée plus de 12 millions de

spectateurs. Cette superproduction située vers 1500 retrace

une histoire d’amour homosexuel dans le monde du

théâtre et de la cour impériale. « Ad-Lib Night » du Coréen

Lee Yoon-ki a reçu le « prix de la critique » et « Dog Bite

Dog », du cinéaste hongkongais Soi Cheang a remporté la

« compétition Action Asia » .

Des cinémas asiatiques

Pour Bruno Barde, directeur du festival, il est difficile de

parler en général du cinéma asiatique : « Il y autant de cinémas

asiatiques qu’il y a de pays, de régions voire de villes.».

Le festival va chercher les films qu’il présente sur les

grands marchés du cinéma mais aussi, de plus en plus, reçoit

des propositions spontanées et suit la carrière de jeunes

auteurs comme la Chinoise Li Yu, 33 ans, lauréate l’année

dernière avec « Dam street » et revenue cette année

avec l’execellent : « Lost in Beijing » . « Nous avons voulu

faire de Deauville une véritable capitale culturelle avec des

festivals consacrés aux deux plus importants cinémas du

monde aujourd’hui: le cinéma asiatique et américain, explique

Bruno Barde. Les Etats-Unis ont conquis le monde

avec leur culture. L’Asie a plutôt envie de se dénuder que

de conquérir.»

Aux yeux du cinéphile et de l’amoureux de l’Asie, la cuvée

2007 a montré la maturité d’un cinéma en plein essor

dans l’ensemble de la zone. Les films d’auteurs, en prise

directe avec les problématiques sociales et esthétiques de

leur temps, témoignent d’une grande subtilité d’analyse.

Pour combattre les clichés sur l’Asie, il est urgent de venir

se plonger dans son cinéma d’auteur. •

Anne Garrigue

Connexions 97


Culture cinéma

Chow Keung

producteur indépendant

Chow Keung est Hongkongais et président

de Xstream Pictures, la société

basée à Hongkong qu’il a fondée avec

Jia Zhangke et Yu Likwai. Il a produit

tous les films de Jia Zhangke depuis

Plateforme.

Est-ce qu’en tant que producteur indépendant, vous

profitez également du rapprochement des cinémas de

Chine et Hong Kong ?

Souvent pour les gros films commerciaux, les producteurs

de Hong Kong s’associent avec des grosses sociétés

chinoises, comme les studios ou des distributeurs. Nous,

nous devons recourir à des financements plus variés, qui

ne viennent pas seulement de Hongkong et de Chine mais

aussi de France, du Japon. Mais je considère Hong Kong et

la Chine comme un territoire commun, aussi bien pour la

distribution que pour la recherche de financements.

Cela fait deux ans seulement, depuis The World, que les

films de Jia Zhangke sont distribués en Chine. Qu’est-ce

que cela a changé ?

La Chine représente une part plus grosse des revenus,

même si ce n’est pas la principale qui reste les ventes internationales.

Mais je suis optimiste sur les perspectives

futures. Par exemple, on a obtenu pour Still life un très bon

© DR

montant pour les droits de diffusion sur Internet. C’est une

source de revenu complètement nouvelle, qui représente

2/3 de celle du DVD. Je crois que ça va beaucoup se développer.

Ensuite, nous avons eu de très bons résultats en

DVD. Près de 600 000 se sont vendus. C ‘est Warner Home

Video qui s’est occupé de la vente. Ils ont très bien compris

comment obtenir les meilleurs résultats dans le contexte

de piratage qui existe en Chine. Leur stratégie a été de sortir

le film et le documentaire qui va avec, en quatre packaging

différents. Les revenus ont été supérieurs à ceux des

cinémas. En salles, le film est sorti sur 48 copies fin 2006,

mais n’est resté qu’une semaine car il y avait la concurrence

du film de Zhang Yimou.

On parle beaucoup en Chine de soft money, d’investisseurs

qui sont hors du système traditionnel du cinéma.

Qu’en est-il pour Jia Zhangke ?

Le soft money est devenu une source de financement majeure

pour le cinéma en Chine. Ces investisseurs peuvent

être des sociétés immobilières, des gens des technologies

de l’information, des galeries d’art, et même des patrons

de mines. Nous avons eu deux fois recours à ce genre d’investisseurs.

Pour Still Life et Dong, c’est un collectionneur

d’art qui a apporté une partie du financement. Le prochain

film de Jia Zhangke à Chengdu est en partie financé par

un promoteur immobilier qui va redévelopper une zone

occupée par une ancienne usine d’aéronautique. L’endroit

s’appellera 24 cities, ce sera le nom du film. Jia Zhangke va

d’abord tourner un documentaire en mai. Il travaille avec

une poétesse locale, qui participe au processus créatif.

La fiction sera conçue sur place. Nous sommes complètement

libres de créer l’histoire qu’on veut. La seule obligation

pour l’investisseur, est que le film soit distribué en

Chine.

Le réalisateur ne craint-il pas d’avoir à édulcorer son

message ?

Ce n’est pas le contenu qui intéresse les investisseurs,

mais la renommée que peut avoir le film : ils espèrent

qu’il aura un prix. C’est assez original comme démarche,

car Jia Zhangke va s’intéresser à la manière dont la vie

des ouvriers, qui vivent sur place, va être affectée par la

démolition. On pourrait imaginer que c’est un thème sensible.

Mais l’initiative vient du promoteur. Plus le film se

fait connaître, plus l’investisseur gagne en valeur promotionnelle.

Le «f inal cut» nous appartient. C’est une solution

comme une autre. Quand on travaille avec un gros

producteur étranger, il a son avis sur la forme finale du film.

Bien sûr, on a affaire dans ce cas à des professionnels. Mais

il y a des cas de figure où le réalisateur n’est pas du même

avis que le producteur. C’est ce qui s’est passé sur Still Life,

où nous étions en désaccord avec le producteur étranger.•

Brice Pedroletti

98 Connexions


Culture lire

La sélection de Laurent Ballouhey

HISTOIRE

Les origines de la révolution

chinoise : 1915-1949.

Ed. Gallimard, Folio no 147, 525 p.

9,70 €

Nouvelle édition revue et augmentée.

Dès sa parution en 1967, cet ouvrage

fut perçu comme un moment « fondateur

» de l’histoire de la Chine moderne

et de la nouvelle sinologie française,

ayant su prendre le meilleur de l’école

américaine tout en dépassant les limites

de la micro-histoire. Après avoir

formé des générations d’étudiants et

d’historiens sur la Chine, il est devenu

avec trois rééditions successives (1987,

1997 et 2007) un classique contemporain.

Cette édition est tout d’abord une

mise à jour pour intégrer les multiples

travaux parus depuis lors. Elle maintient

le récit général de la révolution

chinoise qui conduit de Sun Yat-sen

à Mao Zedong en passant par l’intermède

nationaliste de Chiang Kai-shek.

Mais surtout il l’enrichit d’une postface

de 20 pages et d’un substantiel essai

d’interprétation de 80 pages, en particulier

sur le rôle de Mao ( la Chine

aurait-elle pu s’en passer ? , que seraitelle

devenue sans lui ? ....) qui font de

cette édition refondue un nouveau

livre à relire entièrement.

Les apports de la recherche la plus

récente n’altèrent cependant pas les

thèses majeures de l’auteur : les causes

sociales de la révolution, sans être négligeables,

s’effacent devant les explications

strictement nationales (guerre

civile, résistance aux Japonais) ;

- ce ne sont ni les paysans ni les

ouvriers qui ont été le moteur de la révolution,

ils auraient même traîné des

pieds, mais les idéologues rassemblés

autour du PCC ;

- les objectifs de révolution nationaliste

l’ont emporté sur ceux de la révolution

communiste, la volonté de

restaurer une Chine puissante et forte

a effacé derrière elle les idées de transformation

sociale.

Cette argumentation historique permet

sans doute de jeter un regard neuf

sur la situation contemporaine et de

mieux comprendre la phase actuelle,

marquée par un pragmatisme total et

un rejet de l’idéologie, que traverse le

pays.

SOCIETE

Comprendre la Chine

d’aujourd’hui

Par Jean-Luc Domenach

Ed. Perrin, collection Asies , 321 p. 20 €

Au cours d’un séjour de quatre ans en

Chine, le sinologue et professeur de

sciences politiques J-L Domenach a

tenté de se fondre « dans la masse »

des Chinois du quotidien. Il en a profité

pour regarder, écouter, discuter en

variant autant que possible les interlocuteurs

et en recueillant les points de

vue les plus divers. Pour mener à bien

cette exploration sociologique, il est

parti de trois intentions : regarder la

société chinoise comme une société

humaine intelligible et non radicalement

différente, orienter et interpréter

ce regard à l’aide d’un savoir, enfin

combiner l’empathie et l’exigence critique

envers ses interlocuteurs chinois.

Le résultat en est un récit captivant

d’un « journal de Chine » et le portrait,

en ethnologue, d’une société bien

moins exotique que nous le pensons,

oscillant sans cesse entre grandeur et

pesanteur, entre sagesse et délire.

La Chine et la démocratie

Ouvrage collectif sous la direction de

Pierre-Etienne Will, M. Delmas-Marty,

Stéphanie Balme, Michel Bonnin etc.

Ed Fayard , 750 p. 35 €

Ces études sur la Chine, signées des

meilleurs spécialistes de la Chine ou

du droit international, analysent la capacité

des institutions politiques du

pays, et les dispositions de la population,

à intégrer les valeurs démocratiques

modernes. Elles éclairent l’évolution

des mentalités, qui en est un

facteur majeur, rendent compte des

pratiques politiques nouvelles, même

imparfaites comme les élections locales

ou dans les campagnes. Elles retracent

aussi les débats d’idées autour

des enjeux de la démocratie et de ses

processus.

100 Connexions


EUROPE-ASIE

Histoires de rencontres

Textes réunis et présentés par Bernard

Dupaigne, édités par Société des études

euro-asiatiques , L’Harmattan, 209

p, 19 €

L’analyse des relations entre l’Europe

et l’Asie a déjà fait l’objet d’études détaillant

les étapes le long de la route

de la soie. Celle-ci a permis d’échanger

autant les marchandises que les idées,

les arts, les religions comme en témoignent

encore Dunhuang ou Xi’an. Les

civilisations ce la Chine ont fasciné

les Européens, mais aussi celles de la

Perse et du Tibet et les apports furent

le plus souvent réciproques. Ce livre-ci

est consacré aux étapes en Mongolie

que le lecteur traversera dans le temps

comme dans l’espace du XIIIe siècle au

XIXe siècle.

POLITIQUE

La Chine du 21e siècle :

une nouvelle superpuissance ?

Par Michel Aglietta, Yves Landry

Ed. Economica , 173 p, 15 €

Cet ouvrage spécialisé étudie les transformations

de l’économie réelle et

des réformes financières et monétaires

menées depuis quelques années

dans ce pays. Il analyse les modes de

croissance chinoise, qui privilégie l’accumulation

rapide du capital et favorise

les exportations au détriment de

la consommation intérieure, sauf à

travers des politiques volontaristes (investir

dans l’Ouest du pays). Il évalue

enfin les conséquences possibles de la

montée de la puissance économique

chinoise sur l’ensemble du système

monétaire international.

Chine : le nouveau centre

du monde ?

Par Catherine Colomb

Ed de l’Aube, collection le Monde en

cours, 640 p, 29,90

L’auteur donne une explication à la

fois culturelle et cosmologique à la

montée en puissance de la Chine. Elle

estime important de retisser les liens

existant entre le présent du pays et son

passé, en particulier à sa conception

du temps et de l’espace. Ces données

même bien réelles et utiles à prendre

en compte dans une explication globale

sont-elles suffisantes à expliquer

les métamorphoses et les transformations

de tous ordres que connaît la

Chine ?

de la Mayenne qui fait son service militaire

lorsqu’éclate à Pékin la révolte des

Boxers qui oppose la Chine aux puissances

occidentales coalisées avec le

Japon. Plus animé par la curiosité du

voyage que par le goût du combat,

il se porte volontaire pour partir en

Orient. Il tient son journal, pratique

assez fréquente alors, lequel sera retrouvé

par son arrière-petit-fils qui le

présente, l’analyse en s’appuyant sur

des documents d’époque.

ESSAI

RECIT DE VOYAGE

Le journal de Jules Bedeau : un artilleur

français dans la Chine des

Boxers (1900-1901)

Par François Pavé

Ed. Librairie You-Feng, 234 p. 18 €

Jules Bedeau est un jeune artisan rural

Chemin faisant, connaître la

Chine, relancer la philosophie

Par François Jullien

Ed. du Seuil, Collection Répliques à***

14 p. 10 €

La polémique engagée récemment

par le sinologue suisse Jean-François

Billeter dans un petit livre intitulé

« Contre François Jullien » chez Allia

a conduit ce dernier à répondre sur le

fond aux accusations portées contre

lui. Cela lui fournit l’occasion de revenir

sur sa « méthode » , laquelle était

justement en cause, et de récapituler

le chemin parcouru et les résultats acquis.

Il redéfinit son but qui dépasse le

cercle de la sinologie et s’élargit à l’élaboration

de concepts pour connaître

la Chine certes, mais aussi et surtout

à relancer la philosophie en l’interrogeant

du dehors chinois.•••

Connexions 101


Culture lire

Sagesse chinoise et méditation

chrétienne

Par Benoît Vermander

Ed. Arsis ,125 p. 12 € , collection Intériorité

La sagesse chinoise réside dans les

paraboles , dont certaines assez proches

des paraboles de l’Evangile. En

s’appuyant sur cette sagesse chinoise

antique, l’auteur, jésuite résidant à

Taiwan et dont la mission est de dialoguer

avec les intellectuels chinois sur

l’expérience spirituelle dans le monde

contemporain, nous propose des exercices

de méditation sur les thèmes de

la patience, de la danse , de la rencontre

.

ART

Rendez-vous avec l’art de la Chine

Par Christine Kontler

Ed. du Rouergue, 72 p. ill. couleurs,

17 € , collection RV avec…

Depuis le XVIIIe siècle, l’engouement

pour la Chine et la mode des chinoiseries,

la curiosité des européens pour

l’art et l’artisanat venus de Chine ne

s’est jamais démentie. Cet ouvrage

propose de partir à la découverte de

ces formes artistiques encore assez

méconnues mais aussi d’un territoire,

d’une histoire, d’une spiritualité et d’un

art de vivre qui les expliquent en grande

partie. C’est ainsi notamment que

l’auteur nous détaille l’art et les techniques

de la porcelaine, de la céramique,

de la laque et de la calligraphie.

Petit traité de peinture chinoise :

animaux et insectes

par Li Zhongyao et Li Xiaohong

Ed. Le Temps apprivoisé, 128 p. ill. noir

et couleurs, 23 €

Ce guide destiné aux débutants de

tous âges permet d’assimiler les éléments

fondamentaux de la peinture

chinoise, de connaître le matériel qu’il

faut employer, les supports, les gestes

et les façons d’utiliser le papier. Il prolonge

un premier traité de peinture sur

les fleurs et les plantes ; en expliquant

la signification philosophique de cette

pratique picturale des animaux et des

insectes très particulière à la Chine.

ROMANS

Qiu, comme l’automne

Par Feng Tang, traduit du chinois par

Sylvie gentil

Ed. de l’Olivier, 310p. 21 €

Premier volet d’une trilogie, ce roman

est une sorte d’éducation sentimentale

contemporaine à la chinoise. Il retrace

le quotidien de Qiu, brillant étudiant

en médecine, que tout amuse,

curieux de tout mais surtout des femmes

qui deviennent sa préoccupation

principale. Les regarder d’abord, les

caresser ensuite, est pour lui la seule

façon de grandir. Il passe ses soirées

à prendre des verres et raconter sa vie

au Car-Wash dans le parc du stade des

travailleurs, un des ces nombreux bars

de Sanlitun où se retrouve la jeunesse

aisée de Pékin. C’est une vie d’étudiant

d’aujourd’hui que raconte ce roman,

cru, tendre et plein d’humour, qui allie

liberté de ton et vitalité de la jeunesse

chinoise d’aujourd’hui.

Le malaise

Par Laoniu, traduit du chinois par Angel

Pinot et Isabelle Rabut

Ed. Bleu de Chine , nouvelle édition,

277 p. 19,50 €

A la sortie de l’université, le jeune Yitong

trouve un premier emploi d’interprète

d’anglais dans un ministère.

Il découvre les travers de la vie dans

un bureau et s’initie aux bassesses, à

la médiocrité et à l’hypocrisie de ses

collègues. L’auteur , qui utilise ici à

coup sûr un pseudonyme, nous livre

une satire sévère de la société et de

la mentalité bureaucratique chinoises

coincée entre le socialisme d’Etat et le

capitalisme sauvage . •

102 Connexions

More magazines by this user
Similar magazines