08.06.2015 Views

LG 177

You also want an ePaper? Increase the reach of your titles

YUMPU automatically turns print PDFs into web optimized ePapers that Google loves.

JUIN 2015 N°<strong>177</strong><br />

WWW.GEMENGEN.LU<br />

GILLES HEMPEL<br />

DIRECTEUR<br />

AGENCE IMMOBILIÈRE SOCIALE<br />

ORDRE DES ARCHITECTES ET DES INGÉNIEURS-CONSEILS<br />

RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE,<br />

PAS AU DÉTRIMENT DE L'ARCHITECTURE<br />

LUC BRUCHER<br />

ÀVOTRE ESANTÉ!<br />

LYDIA MUTSCH<br />

«VOULOIR FAIRE<br />

BOUGER LES CHOSES!»


DANS UN MONDE QUI CHANGE,<br />

DIVERSIFIERSESINVESTISSEMENTS<br />

C’ESTLEURREDONNERDESCOULEURS.<br />

INVESTISSEMENTSMULTIPLES<br />

Découvrez notre palette de solutions d’épargne et de placement,<br />

et bénéficiez de nos conseils en investissement.<br />

Enagence,au4242-2000etsurbgl.lu<br />

BGL BNP PARIBAS S.A. (50, avenue J.F. Kennedy, L-2951 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg : B 6481) Communication Marketing Mai 2015<br />

La banque<br />

d’un monde<br />

qui change


Agence Immobilière Sociale 68<br />

LETZEBUERGER GEMENGEN<br />

Publication éditée par Euro-Editions S.A.<br />

www.gemengen.lu<br />

Société éditrice<br />

Euro-Editions S.A.<br />

24, rue Michel Rodange • L-4660 Differdange<br />

EDITO<br />

Président de la Comission Européenne,<br />

une fonction à laquelle on ne peut plus rire?<br />

CEO<br />

Armand D’Antonio<br />

armand@euroeditions.lu<br />

Directeur de publication<br />

Frédéric Liégeois<br />

frederic@euroeditions.lu<br />

Administration<br />

Lucia Ori<br />

lucia@euroeditions.lu<br />

Tél. 58 45 46-29 • Fax 58 49 19<br />

Liliana Gomes<br />

admin@euroeditions.lu<br />

Conception et réalisation graphique<br />

Sophie Glibert<br />

sophie@euroeditions.lu • Tél. 58 45 46-25<br />

Rédaction<br />

Sophie Marenne<br />

sophiem@euroeditions.lu • Tél. 621 391 322<br />

Julien Brun<br />

Cynthia Deschamps<br />

Marc Alison<br />

Philippe Roseren<br />

Photographie<br />

Marlene Soares<br />

Fanny Krackenberger<br />

Régie publicitaire<br />

Picto Communication Partner Sàrl<br />

Tél. 58 45 46-24<br />

Impression<br />

Imprimerie Centrale<br />

©Euro-Editions<br />

Tous droits de reproduction réservés pour tous pays.<br />

Tous manuscrits, photos et documents envoyés à la rédaction ne<br />

peuvent être exploités qu’avec l’accord de leurs auteurs. Publiés ou<br />

non, ils ne seront pas restitués. Les reportages signés n’engagent que<br />

leurs auteurs. Les prix figurant dans cette revue sont indicatifs et<br />

peuvent être sujets à des variations dont l’éditeur ne pourrait<br />

nullement être tenu pour responsable.<br />

Nos voisins belges et français ont été surpris<br />

par la conduite de Jean-Claude Juncker lors<br />

du sommet de Riga, le 22 mai dernier.<br />

Son comportement désinvolte et facétieux<br />

a fait le bonheur de l’émission satirique<br />

“Le Petit Journal de Canal+”. Relayée sur la<br />

toile, la vidéo compilant les gestes du politicien<br />

a vite atteint plusieurs milliers de vues.<br />

On y voit Jean-Claude Juncker saluer des<br />

personnalités politiques, aux côtés du président<br />

du Conseil européen, Donald Tusk<br />

et de la Première ministre lettonne,<br />

Laimdota Straujuma. Le moins que l’on<br />

puisse dire, c’est que son comportement<br />

contraste avec son sobre mais néanmoins<br />

souriant prédécesseur, José Manuel<br />

Barroso. Outre les nombreuses comparaisons<br />

de cravates -dont l’une très longue<br />

avec le premier de Grèce, Alexis Tsiprasle<br />

Luxembourgeois s’emploie à tapotter<br />

gentiment les politiciens sur les épaules et<br />

le dos. Jean Asselborn, notre ministre des<br />

Affaires étrangères, a lui été gratifié d’une<br />

tape ferme sur la joue. Plus ridicule encore,<br />

le Belge Charles Michel s’est vu adoublé<br />

d’un bisou sur son crâne dégarni.<br />

Après avoir maintes fois déploré à haute<br />

voix la perte de temps de cette obligation<br />

protocolaire, la saga se termine en apothéose<br />

par l’accueil du Premier ministre<br />

hongrois, Viktor Orban: le président de la<br />

Commission européenne lui adresse un<br />

joyeux «salut dictateur».<br />

Le comportement de celui qui fut pendant<br />

19 ans Premier ministre du Grand-Duché<br />

était-il déplacé? Quelle impression cela vat-il<br />

donner aux européens, alors que le<br />

Luxembourg se trouve aux portes de la présidence<br />

du Conseil de l’Union européenne?<br />

Margaritis Schinas, son porte-parole, a<br />

signalé en réponse à ce “buzz” que Jean-<br />

Claude Juncker était bien connu pour son<br />

style très informel et détendu, mais non<br />

dénué d’efficacité. En effet, la conduite adoptée<br />

durant une longue et ennuyeuse cérémonie<br />

d'accueil ne doit pas porter ombrage aux<br />

35 années que le soixantenaire a passées en<br />

politique. Le tenor luxembourgeois nous l’a<br />

rappellé d’ailleurs dans sa dernière intervention<br />

face aux menaces hongroises. «Un pays<br />

qui rétablit la peine de mort n'a pas sa place<br />

au sein de l'Union européenne» a-t-il déclaré<br />

dans une interview donnée au journal allemand<br />

Süddeutsche Zeitung. Le président de<br />

la Commission met en garde celui qu’il a<br />

appelé quelques jours plus tôt «dictateur»<br />

quant aux dérives de sa politique populiste,<br />

qui voudrait remettre la peine de mort àl’ordre<br />

du jour.<br />

SoM


Source photo: LFF<br />

©2014 SIP /Yves Kortum<br />

Source photo: DELAWARE<br />

Yves Maas 14 Francine Closener 24 Philippe Dendievel 36<br />

SOMMAIRE<br />

BANQUE & FINANCE<br />

eSANTÉ<br />

12 Marc Saluzzi – ALFI<br />

Digérer la déferlante réglementaire<br />

38 Karine Pontet et Luc Brucher – Deloitte<br />

Àvotre eSanté!<br />

14 Yves Maas – ABBL<br />

Why international banking groups<br />

SANTÉ<br />

choose Luxembourg<br />

50 Paul Junck – FHL<br />

18 Romain Girst – BGL BNP Paribas<br />

Le nouveau visage des agences BGL BNP Paribas<br />

La FHL, entre accomplissements du passé<br />

et perspectives pour le futur<br />

54 Marc Fischbach – COPAS<br />

IT SOLUTIONS<br />

Maintenir la qualité des aides et des soins<br />

24 Francine Closener – Secrétaire d'État à l'Économie<br />

Guichet.lu: les formalités administratives en un clic<br />

ECONOMIE<br />

30 Marie-Adélaïde Gervis et Annabelle Buffart<br />

Girls in Tech Luxembourg<br />

Les femmes dans l’IT et l’IT pour les femmes<br />

62 Marc Lamesch et Joëlle Lyaudet<br />

BDO Tax & Accounting<br />

La technologie au service du calcul des salaires<br />

36 Philippe Dendievel – Delaware Consulting<br />

«Grâce aux plates-formes de Big Data, la prise<br />

de décision sera facilitée et le risque, réduit»<br />

66 Edith Stein – Chambre de commerce<br />

«Made in Luxembourg» souffle<br />

sa trente-et-unième bougie


Paul Junck 50 Marc Fischbach 54 Lydia Mutsch 104<br />

SOMMAIRE<br />

COVERSTORY<br />

PORTRAIT DU MOIS<br />

68 Gilles Hempel – Agence Immobilière Sociale<br />

Une agence immobilière pour les plus démunis<br />

104 Lydia Mutsch<br />

«Vouloir faire bouger les choses!»<br />

ARCHITECTURE & CONSTRUCTION<br />

PARTENAIRES COMMERCIAUX<br />

72 Jos Dell, Andera De Cillia et Pierre Hurt<br />

Ordre des Architectes et des Ingénieurs-Conseils<br />

Réduire la consommation énergétique,<br />

pas au détriment de l’architecture<br />

COMMUNES<br />

86 Paul Denzle – Eltrona<br />

Eltrona, un réseau câblé performant<br />

94 Alain Jacob – LAMESCH Exploitation S.A.<br />

«Prêts pour la révolution de la ressource»<br />

Agence Immobilière Sociale, BGL BNP Paribas, BCEE,<br />

BDO Luxembourg, EY Luxembourg, Fonds du<br />

Logement, PWC Luxembourg, Buderus, Fujitsu<br />

Technology Solutions, LIST, Sales-Lentz Participations,<br />

IFSB, Itrust Consulting, Minusines, SNCI, Lamesch,<br />

KPMG Luxembourg, ImmoDA, Solarwood<br />

Folkendange, Intech, Atlas Copco, Thyssenkrupp<br />

Ascenseurs Luxembourg, Delaware Consulting,<br />

Weprint, Verkéiersverbond, Rickes & Petrich, CVCE,<br />

M-PLIFY S.A., Eltrona, Sodexo, CK.<br />

Avec l’aimable collaboration d’Accentaigu.<br />

Nouveaux partenaires www.gemengen.lu<br />

96 Christophe Reffay – Sales-Lentz<br />

Sales-Lentz: une politique sociétale écologique


Et si nous<br />

prenions une<br />

longueur<br />

d’avance?<br />

© 2015 EYGM Limited. All Rights Reserved.<br />

Aujourd’hui, plus qu’hier, mettre le cap<br />

sur la transparence et la performance<br />

est devenu une priorité, pour préserver<br />

la compétitivité et l’attractivité de<br />

notre pays. Découvrez comment EY, en<br />

capitalisant sur les meilleurs talents et<br />

une méthodologie d’innovation, s’engage<br />

aux côtés du secteur public, à relever les<br />

grands défis de demain.<br />

ey.com/lu/public-sector


Index - Décideurs politiques & économiques<br />

Marc<br />

Saluzzi 12<br />

Chairman<br />

ALFI<br />

Tel: 22 30 26 1<br />

info@alfi.lu<br />

12, rue Erasme<br />

L-1468 Luxembourg<br />

Romain<br />

Girst 18<br />

Directeur de la Banque de Détail<br />

BGL BNP Paribas S.A.<br />

Tél. 42 42 - 1<br />

50, avenue J.F. Kennedy<br />

L-2951 Luxembourg<br />

Marie-Adélaïde<br />

Gervis 30<br />

Co-Managing Director<br />

Girls in Tech Luxembourg ASBL<br />

Annabelle<br />

Buffart 30<br />

IT Manager<br />

Girls in Tech Luxembourg ASBL<br />

Source photo: DELAWARE<br />

Izidor<br />

Ciglar 32<br />

Administrateur délégué<br />

M-PLIFY S.A.<br />

Tél. 26 18 46 1<br />

contact@alarmtilt.com<br />

68, avenue de la Liberté<br />

L-1930 Luxembourg<br />

Philippe<br />

Dendievel 36<br />

Associé<br />

Delaware Consulting<br />

Tel. 20 88 18 92<br />

info.lux@delawareconsulting.com<br />

2, rue de Joncs<br />

L-1818 Howald<br />

Luc<br />

Brucher 38<br />

Partner Audit et Healthcare<br />

and Life Sciences Leader<br />

Deloitte Luxembourg<br />

Tél. 45145 4704<br />

560, rue de Neudorf<br />

L-2220 Luxembourg<br />

Karine<br />

Pontet 38<br />

Director Human Capital Advisory Services<br />

et Healthcare and Life Sciences Coordinator<br />

Deloitte Luxembourg<br />

Tél. 45145 2535<br />

560, rue de Neudorf<br />

L-2220 Luxembourg<br />

Guy<br />

Brandenbourger 42<br />

Associé et Healthcare Leader<br />

PWC Luxembourg<br />

Thierry<br />

Barré 42<br />

Senior Manager<br />

PWC Luxembourg<br />

Yves<br />

Reding 46<br />

General Manager<br />

EBRC<br />

Reinhard<br />

Schneider 48<br />

Head of Bioinformatics Core Facility<br />

LCSB<br />

Tél. 49 48 48-1<br />

2, rue Gerhard Mercator<br />

L-2182 Luxembourg<br />

Tél. +352 49 48 48-1<br />

2, rue Gerhard Mercator<br />

L-2182 Luxembourg<br />

Tél. 26 06 1<br />

5, rue Eugène Ruppert<br />

L-2453 Luxembourg<br />

Université du Luxembourg<br />

6, avenue du Swing<br />

L-4366 Belvaux<br />

Paul<br />

Junck 50<br />

Président<br />

FHL<br />

Marc<br />

Fischbach 54<br />

Président<br />

Fédération COPAS ASBL<br />

Joëlle<br />

Lyaudet 64<br />

Partner<br />

BDO Tax & Accounting S.A.<br />

Marc<br />

Lamesch 64<br />

Partner<br />

BDO Tax & Accounting S.A.<br />

Tél. 42 41 42 11<br />

5, rue des Mérovingiens<br />

Zone d'Activité Bourmicht<br />

L-8070 Bertrange<br />

Tél. 27 17 22<br />

Rue de Turi<br />

L-3378 Livange<br />

Tél. 45 123 1<br />

“Le Dôme” Espace Pétrusse<br />

2, avenue Charles de Gaulle<br />

L-1653 Luxembourg<br />

Tél. 45 123 1<br />

“Le Dôme” Espace Pétrusse<br />

2, avenue Charles de Gaulle<br />

L-1653 Luxembourg


Nous finançons votre avenir<br />

CRÉATION<br />

DÉVELOPPEMENT<br />

INVESTISSEMENT<br />

INNOVATION<br />

TRANSMISSION<br />

© SNCI / Photo Patrick Muller / rosedeclaire<br />

LA SNCI EST UN PARTENAIRE DE CONFIANCE<br />

DES ENTREPRISES LUXEMBOURGEOISES<br />

WWW.SNCI.LU


Index - Décideurs politiques & économiques<br />

Photo ©Eric Chenal<br />

Source photo: OAI<br />

Jos<br />

Dell 72<br />

Président<br />

OAI<br />

Tél. 42 24 06<br />

oai@oai.lu<br />

6, boulevard Grande-Duchesse Charlotte<br />

L-1330 Luxembourg<br />

Pierre<br />

Hurt 72<br />

Directeur<br />

OAI<br />

Jim<br />

Clemes 74<br />

Directeur Général<br />

Atelier d'Architecture &de Design Jim Clemes<br />

Ingbert<br />

Schilz 74<br />

Administrateur<br />

Atelier d'Architecture &de Design Jim Clemes<br />

Benoît<br />

Martin 76<br />

Ingénieur Projet<br />

Cocert S.A.<br />

Tél. 42 24 06<br />

oai@oai.lu<br />

6, boulevard Grande-Duchesse Charlotte<br />

L-1330 Luxembourg<br />

Tél. 55 32 19 1<br />

8, rue de Luxembourg<br />

L-4221 Esch-sur-Alzette<br />

Tél. 55 32 19 1<br />

8, rue de Luxembourg<br />

L-4221 Esch-sur-Alzette<br />

Tél. 26 59 56 42<br />

info@cocert.lu<br />

5Zone d'Activités Economiques Krakelshaff<br />

L-3290 Bettembourg<br />

Source photos: Solarwood Folkendange S.A.<br />

Photo ©Boshua<br />

Edith<br />

Stein 66<br />

Service des Affaires Internationales<br />

Chambre de commerce<br />

Gilles<br />

Hempel 68<br />

Directeur<br />

Agence Immobilière Sociale<br />

Andrea<br />

De Cillia 72<br />

Vice-président<br />

OAI<br />

Tél. 42 39 39 1<br />

label@cc.lu<br />

7rue Alcide de Gasperi<br />

L-2981 Kirchberg<br />

Tél. 26 48 39 52<br />

info@ais.lu<br />

202b, rue de Hamm<br />

L-1713 Luxembourg<br />

Tél. 42 24 06<br />

oai@oai.lu<br />

6, boulevard Grande-Duchesse Charlotte<br />

L-1330 Luxembourg<br />

Myriam<br />

Bellion 80<br />

CEO<br />

Solarwood Folkendange S.A.<br />

Paul<br />

Denzel 86<br />

Administrateur Délégué<br />

Eltrona<br />

Alain<br />

Jacob 94<br />

Administrateur directeur général<br />

Lamesch Exploitation S.A.<br />

Christophe<br />

Reffay 96<br />

Directeur Marketing & Business Development<br />

Sales-Lentz Autocars S.A.<br />

Maison 1<br />

L-9368 Folkendange<br />

Tél. 499 466 888<br />

4-8, rue de l’Aciérie<br />

L-1112 Luxembourg<br />

Tél. 52 27 27 1<br />

lamesch@lamesch.lu<br />

12 ZI Wolser 2,<br />

L-3225 Bettembourg<br />

Tel. 2 36 26 - 1<br />

ZAE Robert Steichen<br />

4, rue Laangwiss<br />

L-4940 Bascharage<br />

Etienne<br />

Schneider 98<br />

Ministre de l'Économie<br />

An<br />

de Pauw 98<br />

Country Manager Benelux<br />

Tesla Motors<br />

Patrice<br />

Van der Linden 100<br />

Ingénieur de vente Oil Free Air<br />

Atlas Copco Belgium<br />

Lydia<br />

Mutsch 104<br />

Ministre de la Santé<br />

Tél. 247-84137<br />

info@eco.public.lu<br />

19-21, Boulevard Royal<br />

L-2449 Luxembourg<br />

Tél. +31 20 258 3916<br />

122, Burgemeester Stramanweg<br />

1101 EN, Amsterdam<br />

Pays-Bas<br />

Tél. 31 61 68<br />

bga.info@be.atlascopco.com<br />

Compressed Air Center Bertrange<br />

13, rue du Chemin de fer L-8067 Bertrange<br />

Tél. 247-85500<br />

info@ms.public.lu<br />

allée Marconi - Villa Louvigny<br />

L-2120 Luxembourg


Faisons<br />

de la<br />

recherche<br />

notre<br />

force<br />

Référence luxembourgeoise en matière de recherche<br />

et d’innovation, le Luxembourg Institute of Science<br />

and Technology (LIST) travaille dans les domaines des<br />

matériaux, de l’environnement et de l’IT.<br />

Plus d’informations sur notre site LIST.lu


Banque & finance<br />

Digérer la déferlante réglementaire<br />

Les fonds d’investissement luxembourgeois ont le vent en poupe, avec un volume total<br />

dépassant désormais les 3.000 milliards de dollars. Ces bons résultats s’inscrivent dans un<br />

contexte général de baisse des taux d’intérêts, mais pas uniquement. Interview de Marc<br />

Saluzzi, président de l’association luxembourgeoise des fonds d’investissement (ALFI).<br />

L’année 2014 a non seulement été une<br />

année historique pour le centre luxembourgeois<br />

des fonds d’investissement,<br />

dont le volume total dépasse désormais<br />

les 3.000 milliards d’euros, mais<br />

les placements effectués dans les<br />

fonds de droit luxembourgeois ont<br />

également été deux fois plus élevés<br />

que ceux attirés par le centre de fonds<br />

d’investissement suivant. Comment<br />

expliquer ces bons résultats?<br />

Ces bons résultats s’inscrivent dans un<br />

contexte général. Aujourd’hui, les fonds<br />

déposés sur des comptes bancaires ne rapportent<br />

rien, ce qui a poussé beaucoup d’investisseurs<br />

de par le monde à réinvestir à<br />

tout le moins une partie de leurs ressources<br />

financières dans des fonds d’investissement.<br />

En outre, lorsque nous créons un fonds au<br />

Luxembourg, nous sommes à même de le<br />

vendre dans 70 pays autour du globe.<br />

Un cercle vertueux se dessine, dès lors que<br />

cette plate-forme de distribution globale<br />

efficace a pour mérite d’attirer les meilleurs<br />

asset managers, ce qui rend possible l’ouverture<br />

de nouveaux marchés en termes de<br />

distribution, et ainsi de suite.<br />

Par ailleurs, le Luxembourg aréussi à créer<br />

une boîte à outils permettant à n’importe quel<br />

investisseur de «trouver chaussure à son<br />

pied», ce qui a séduit la clientèle institutionnelle,<br />

désormais grande consommatrice de<br />

UCITS et nous l’espérons d’AIFs.<br />

Grâce à la masse critique que nous sommes<br />

parvenus à atteindre, nous avons pu investir<br />

dans notre infrastructure de marché.<br />

La Directive sur les gestionnaires de fonds<br />

d'investissement alternatifs (AIFM) de<br />

2011 a été transposée en droit luxembourgeois<br />

en 2013. Que prévoit cette directive<br />

et quelles ont été les répercussions sur l’activité<br />

des fonds au Luxembourg?<br />

Tout d’abord, soulignons que nous ne sommes<br />

qu’au début de l’aventureet qu’il est dès lors un<br />

peu tôt pour connaîtreles impacts de cette directive<br />

sur notre industrie.<br />

En ce qui concerne l’objectif, celui-ci consiste à<br />

aligner la réglementation de la gestion alternative<br />

sur la réglementation des produits retail,<br />

avec comme contrepartie la délivrance d’un passeport<br />

européen aux gestionnaires de produits<br />

alternatifs.<br />

Aujourd’hui, concrètement, suite à la mise en<br />

œuvre de la directive AIFM, tous les gestionnaires<br />

de fonds alternatifs ont dû s’enregistrer<br />

auprès de leur autorité de contrôle respective. Le<br />

Luxembourg a à l’heure actuelle à peu près 189<br />

gestionnaires de fonds alternatifs autorisés, ce qui<br />

le place en troisième position en Europe, et a pour<br />

objectif de doubler la taille des actifs gérés par ces<br />

AIFMs pour les porter à 500 milliards d’euros.<br />

Vous avez affirmé à l’occasion de la conférence<br />

de presse traditionnelle de début<br />

d’année qu’«après des années caractérisées<br />

par une multitude de nouvelles législations<br />

et réglementations – très coûteuses<br />

pour le secteur - il est temps maintenant<br />

que l’industrie de la gestion d’actifs puisse<br />

ànouveau porter toute son attention sur<br />

le service à ses clients. Trop de réglementation<br />

tue-t-elle la réglementation?<br />

Le client est-il réellement passé au<br />

second plan ces dernières années?<br />

Notre point de vue sur l’avalanche réglementaire<br />

est très clair depuis le départ. La sphère<br />

financière dans son ensemble a été impactée<br />

de différentes façons au cours de ces dix dernières<br />

années. Or compte tenu de la grande<br />

résistance de la sphère «gestion d’actifs» aux<br />

conséquences de la crise, nous sommes<br />

d’avis qu’il n’y avait pas lieu de modifier de<br />

fond en comble leur réglementation tout<br />

comme il n’y avait pas lieu non plus d’accumuler<br />

des «couches» de réglementation<br />

dont l’objectif était de traiter le secteur<br />

financier dans son ensemble, de façon transversale,<br />

sans tenir compte des spécificités de<br />

chaque secteur.<br />

Pour répondre à votre deuxième question,<br />

lorsqu’un asset manager consacre 80% de<br />

son temps en moyenne pour revoir les<br />

impacts réglementaires sur ses opérations, il<br />

paraît évident que cela se fait au détriment<br />

de la qualité de service au client.<br />

Vous attendez-vous à un répit en la<br />

matière, ou bien prévoyez-vous de<br />

nouvelles exigences internationales?<br />

Nous nous attendons à un répit, c’est du<br />

moins ce que laisse supposer la posture de la<br />

Commission Juncker à ce sujet. Tout nouveau<br />

développement réglementaire significatif<br />

se doit maintenant d’être validé à tous<br />

les niveaux au sein de la Commission et faire<br />

l’objet d’une analyse coûts-avantages systématique.<br />

12<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


“<br />

La démarche<br />

des politiques désireux<br />

d’instaurer une taxe sur<br />

les transactions financières<br />

repose sur des arguments<br />

mensongers<br />

”<br />

Ace propos, au niveau international, l’introduction<br />

d’une taxe sur les transactions<br />

financières (Financial Transaction Tax –<br />

FTT) a fait sa réapparition sur l’agenda.<br />

Sans surprise, l’ALFI reste strictement<br />

opposée à cette taxe. Pourtant, les raisons<br />

qui plaident en faveur d’une TTF sont de<br />

deux ordres… et semblent plus que légitimes:<br />

d’une part, réguler la globalisation<br />

financière et en particulier lutter contre la<br />

spéculation, et, d’autre part, financer les<br />

nouveaux besoins liés à la mondialisation<br />

et notamment les biens publics mondiaux.<br />

On retrouve bien les deux fonctions<br />

majeures de la fiscalité: réguler et collecter<br />

des ressources publiques. Qu’est-ce qui<br />

vous oppose à cette démarche?<br />

Marc Saluzzi<br />

La démarche des politiques désireux d’instaurer<br />

une taxe sur les transactions financières repose<br />

sur des arguments mensongers. Le premier<br />

mensonge consiste à arguer que ce sont les gestionnaires<br />

de fonds qui paieront cette taxe, ceci<br />

en guise de punition pour les errements de la<br />

sphère financière internationale, alors que ce<br />

sont les investisseurs de long terme qui devront<br />

mettre la main au porte-monnaie, c’est-à-dire<br />

Monsieur et Madame tout le monde.<br />

Le deuxième mensonge est de dire que des sommes<br />

très importantes seront récoltées par ce biais<br />

et allouées à de nobles causes. De fait, soit cette<br />

taxe est mise en œuvre à l’échelle mondiale, ce qui<br />

aura alors effectivement pour corollairede récolter<br />

des montants très importants, soit elle est instaurée<br />

àl’échelle européenne ou de la zone euro, ce qui<br />

aura pour conséquence un déplacement du business<br />

au-delà des frontière européennes et qui<br />

reviendrait à se tirer une balle dans le pied. PhR<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

13


Banque & finance<br />

Why international banking<br />

groups choose Luxembourg<br />

Mr Maas is the Chairman of the Luxembourg Bankers’ Association (ABBL) and a Board<br />

Member of the European Banking Federation (EFB).<br />

As Chair of ABBL, the professional organisation representing the majority of banks and<br />

other financial intermediaries established in Luxembourg, he acts as the voice of the<br />

whole sector on various matters in both national and international organisations.<br />

Between 2013 and 2014, 10 new banks<br />

were established in Luxembourg, both from<br />

the “Old Continent” as well as from non-EU<br />

countries. The Grand Duchy today counts<br />

143 banks from 27 different countries.<br />

While certain doomsayers predicted that the<br />

introduction of the automatic exchange of<br />

information would spell the end of<br />

Luxembourg as a banking centre, reality has<br />

proven them wrong. There are several reasons<br />

why such a decline did not take place.<br />

First of all, and contrary to popular believe,<br />

Luxembourg’s success in private banking is<br />

not built on banking secrecy, but on the quality<br />

of its services and the high level of crossborder<br />

expertise on offer. Moreover, the<br />

Luxembourg private banking industry was<br />

well prepared for the introduction of automatic<br />

exchange of information. Over the<br />

past 4 years, assets under management have<br />

remained stable thanks to the inflow of new<br />

UNHWIS and internationally mobile clients.<br />

Tax transparency has been an opportunity<br />

for Luxembourg private banks and wealth<br />

managers to expand into new markets and<br />

attract new clients, some of whom may have<br />

previously shied away because of the stigma<br />

of banking secrecy. This new clientele requires<br />

expert wealth and succession planning<br />

services for their businesses and their family,<br />

more often than not on a multijurisdictional<br />

scale. This is what they find in Luxembourg.<br />

An increasing number of international banks<br />

establish their Luxembourg entity as a<br />

wealth management competence centre for<br />

international clients. Luxembourg’s eurozone<br />

location and EU membership offer a high<br />

degree of complementarity, as well as a<br />

number of competitive advantages, vis-à-vis<br />

other major European private banking centres<br />

such as London or Switzerland. And<br />

Luxembourg’s AAA status and political, fiscal<br />

and financial stability is not only a key argument<br />

for banks themselves, but also for their<br />

clients and their investors.<br />

Importantly, however, there is much more to<br />

Luxembourg as a banking centre than<br />

wealth management, even if the latter<br />

remains an important and dynamic pillar of<br />

activity. Indeed, the diversity of<br />

Luxembourg’s banking sector contributes<br />

significantly to its stability and attractiveness<br />

for international groups.<br />

The vast majority of banks in Luxembourg<br />

have a universal banking license. While some<br />

banks have specialised in one particular activity,<br />

many make full use of their universal<br />

license to offer a broad range of services to<br />

private and corporate clients.<br />

More than half of the banks present on the<br />

financial centre play a central role in<br />

Luxembourg’sthriving fund industry. Leveraging<br />

on the country’s position as the world’s leading<br />

cross-border investment fund platform, banks in<br />

Luxembourg have specialised in global custody,<br />

fund administration and offer a full range of<br />

fund services from product creation, management<br />

companies services to custody.<br />

Beyond the universal banking license,<br />

Luxembourg regulation also foresees a special<br />

license for banks issuing covered bonds. The<br />

Luxembourg covered bond regime offers the<br />

highest levels of investor protection, a broad<br />

scope of eligible countries (all OECD countries<br />

are included) as well as the possibility to use<br />

movable assets such as ships or planes.<br />

Luxembourg has become a key location for<br />

corporate finance services. Many banks in<br />

Luxembourg have specialised in organising and<br />

structuring syndicated loans to finance international,<br />

cross-border projects. Luxembourg’s<br />

expertise in the international credit business<br />

already dates back to the 1960s, when the<br />

country played a central role in the<br />

Euromarkets. Moreover, Luxembourg is generally<br />

regarded as having one of the world’s best<br />

laws on financial collateral due to full protection<br />

against insolvency risk as well as an efficient<br />

and safe enforcement process.<br />

Non-EU banks, in particular, are using<br />

Luxembourg as their hub to support the Euro<br />

liquidity needs of their corporate clients in the<br />

Eurozone. Having such a hub allows banks to<br />

provide loans in Euro to their corporate banks<br />

14<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


“<br />

believe,<br />

Contrary to popular<br />

Luxembourg’s<br />

success in private banking<br />

is not built on banking<br />

secrecy, but on the quality<br />

of its services and the<br />

high level of cross-border<br />

expertise on offer<br />

”<br />

Yves Maas<br />

clients. For instance, Luxembourg is today home<br />

to the major Chinese banks who have set up<br />

their European headquarters in Luxembourg.<br />

Locating in the Grand Duchy enables them to<br />

leverage the EU passportin order to branch out<br />

and accompany their corporate clients throughout<br />

the single European market.<br />

Many non-EU banks, including Swiss banks,<br />

also consolidate their cash pooling and euro<br />

treasury in Luxembourg. They can thus leverage<br />

their Luxembourg entity as an interface<br />

into the European Central Bank system.<br />

Finally, banks in Luxembourg have access to<br />

the services of a comprehensive financial<br />

centre ecosystem that includes essential market<br />

infrastructures, such as the Luxembourg<br />

Stock Exchange and post-trade service providers<br />

such as Clearstream, family offices,<br />

insurance companies, lawyers, tax experts,<br />

consultants, auditors, accountants as well as<br />

aunique regulatory framework that allows<br />

banks to outsource IT and operational processes<br />

to service providers that are fully<br />

regulated by the financial sector supervisor.<br />

Whether in private banking, fund services or<br />

corporate finance, Luxembourg is the ideal<br />

location for banks to set up a pan-European<br />

hub to offer financial products and services<br />

on a cross-border basis. By Yves Maas<br />

Communiqué par Luxembourg for Finance<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

15


Banque & finance<br />

More than 30 years of welcoming<br />

Islamic finance to Luxembourg<br />

During recent decades, Luxembourg has clearly demonstrated its ambition to become the<br />

Eurozone hub for Islamic finance and has put the right wheels in motion to encourage<br />

institutional investors who wish to serve Europe’s Muslim community.<br />

Global trends in Islamic Finance<br />

Islamic finance has grown into a global industry,<br />

with total assets of around USD 1.9 trillion. The<br />

Economist estimates that nearly 80% is entrusted<br />

either to Islamic banks or to the Islamic units<br />

of conventional banks, 15% to sukuks, 4% to<br />

Islamic investment funds and 1% to takaful, the<br />

Islamic version of insurance.<br />

Jean-Michel Pacaud, Partner at EY<br />

Luxembourg, explains: “We have not yet received<br />

the final figures of 2014, but in 2013 the<br />

global Islamic banking assets were at USD 1.7<br />

trillion. The estimate is that by the end of 2014<br />

the figure should be close to USD 1.9 trillion,<br />

representing an annual growth of 16 % since<br />

2008.”<br />

Islamic banks serve about 40 million clients globally,<br />

with the highest concentration in Saudi<br />

Arabia, Malaysia, Turkey and Indonesia.<br />

When asked about the driving factors behind<br />

this growth, Jean-Michel Pacaud explains that<br />

the authorities in high-growth emerging markets<br />

consider Islamic finance an effective way to<br />

build an inclusive financial system and to replace<br />

the shadow economy.<br />

S&P recently warned that global sukuk issuance<br />

could be hampered in 2015 by a slowdown in<br />

emerging markets as reduced confidence and<br />

low oil prices may hit investor demand.<br />

“It is still too early to analyse the consequences<br />

of the lower oil price. The countries that are<br />

strongly dependent on oil and gas might need<br />

to issue debt. This debt could be conventional<br />

or shariah compliant”, he says.<br />

Demand for sovereign sukuks is strong. “In<br />

today’senvironment of low interest rates, sukuks<br />

offerabetter return based on the type of assets.<br />

For example, in Luxembourgthe return is based<br />

on three government properties, the two towers<br />

of the Gate of Europe in Kirchberg and the<br />

Gutenberg building in Strassen. The rental<br />

income of the European Commission provides a<br />

stable and predictable return”, he adds. “Also,<br />

the majority of the state issuers from the region<br />

are in a much better financial situation than<br />

Western European countries. In other words, the<br />

credit risk to the issuers is perceived to be lower.”<br />

One financial centre, thousands of experts<br />

Islamic finance remains a fast growing industry<br />

that offers immense opportunities in need of a<br />

growing number of finance professionals that<br />

are acquainted with the specific services and<br />

products. Relying on its expertise in international<br />

finance, Luxembourg is well placed to further<br />

develop the platform of knowledge sharing for<br />

conventional and Islamic finance.<br />

“Luxembourg is the largest domicile for Islamic<br />

funds in Europe, and the third largest domicile for<br />

Islamic funds worldwide, after Malaysia and Saudi-<br />

Arabia”, explains Germain Birgen, Head of<br />

Business Development at Banque de Luxembourg.<br />

“Leveraging on the infrastructure and expertise in<br />

conventional finance, many service providers in<br />

Luxembourg started over ten years ago to add<br />

Islamic finance to their offering. More than 40<br />

Islamic investment funds have been created and<br />

are currently serviced by Luxembourg banks, fund<br />

administrators, legal and tax advisors and audited<br />

by international audit firms”, he continues.<br />

Adedicated committee within the fund administration<br />

body, ALFI, was created in 2007 to focus<br />

on the specific needs and expectations of Middle<br />

Eastern clients as well as fund managers active in<br />

Islamic finance. Representatives of various service<br />

providers based in the region second this<br />

committee.<br />

“ALFI is planning to publish an updated version<br />

of its ‘Collection of best practices in setting-up<br />

and servicing Islamic funds’. The intention is to<br />

continue attracting specialised fund managers to<br />

use the Luxembourg experience and existing<br />

market infrastructure to set-up and manage<br />

funds that can be distributed globally to both<br />

Muslim and non-Muslim investors”, points out<br />

Germain Birgen.<br />

2014: Luxemburg issues the first sovereign<br />

Euro-denominated sukuk<br />

For the third consecutive year, global sukuk<br />

issuance has exceeded the USD 100 billion threshold.<br />

2014 also saw new jurisdictions issuing<br />

sukuk,among which countries such as the United<br />

Kingdom, Hong Kong, South Africa, Senegal and<br />

Luxembourgwith its debut sovereign sukuk.<br />

The 200 million issue by Luxembour gwas the<br />

first sovereign sukuk issued in Euro and was<br />

more than twice over-subscribed.<br />

“The Luxembourg Stock Exchange listed 3 important<br />

sukuk issues in 2014, the Luxembourg and<br />

South African sovereign sukuks as well as the<br />

Goldman Sachs sukuk”, explains Germain Birgen.<br />

16<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


“Assets held by Luxembourg domiciled<br />

regulated and unregulated investment structures<br />

are estimated at approximately USD 5<br />

billion. One of the largest regulated Islamic<br />

funds – SEDCO Capital Global Funds- is<br />

managing in excess of US D 1.6 billion in a<br />

Luxembourg Specialised Investment Fund<br />

(SIF) since 2012.”<br />

others will follow suit. Europe is an attractive<br />

and promising market and Luxembourg is<br />

best placed to serve it. Also, for corporate<br />

customers, we are missing an Islamic bank<br />

that can make the local connections in<br />

Europe and help investors to diversify”,<br />

concludes Marco Lichtfous.<br />

Luxembourg<br />

is the largest domicile for<br />

Islamic funds in Europe<br />

Jean-Michel Pacaud<br />

“<br />

”<br />

Forecasts for 2015<br />

Takaful: life insurance for highly mobile<br />

champions<br />

2015 is likely to see the opening of the first<br />

Islamic bank in Luxembourg.<br />

Marco Lichtfous, Partner at Deloitte<br />

Luxembourg is the main advisor handling the<br />

bank’s application file.<br />

“The application of Eurisbank is currently with<br />

the CSSF, Luxembourg’s Supervisory Authority,<br />

and in the final approval stage”, he says.<br />

Eurisbank will have its headquarters in<br />

Luxembourg and will be the first shariah compliant<br />

bank in continental Europe.<br />

“The bank will serve an untapped customer<br />

base of more than 20 million Muslims.<br />

Conventional banks do not always appropriately<br />

address their needs. Eurisbank will supply much<br />

needed products and services”, explains Marco<br />

Lichtfous.<br />

“The second market that the bank is trying to<br />

attract are ethical investors. After the financial<br />

crisis, these clients have been disillusioned with<br />

traditional banking practices and are seeking<br />

more ethically sound banks.”<br />

The bank will start off as a private bank. At a<br />

later stage, the bank might add a commercial<br />

arm and engage in retail banking, while branching<br />

out in other countries such as the<br />

Netherlands, Germany, France and Belgium.<br />

“Thereis still a lot of room for others to come in.<br />

Competition is good as it drives innovation<br />

and choice for the customers. We hope that<br />

According to EY, the global takaful market is estimated<br />

to continue its double-digit growth<br />

momentum of about 14% in 2014. By 2017,<br />

the global industry may reach over USD 20 billion.<br />

Luxembourg was the destination of the first<br />

European shariah compliant insurance company<br />

in 1983. Takaful products took a long time to<br />

gain traction but are now growing in line with<br />

the market.<br />

Today, Luxembourg takaful products are being<br />

sold cross border into Germany and France, linked<br />

to a range of investment funds and asset<br />

management tools.<br />

At the end of 2013, Vitis Life introduced its first<br />

shariah compliant product for the French market,<br />

in cooperation with the Independent Islamic<br />

Finance Committee in Europe (CIFIE).<br />

“The takaful products are of interest to ethical<br />

investors and to wealthy Muslim clientele. They<br />

answer to the needs of highly mobile clients like<br />

athletes or top executives. The advantages of a<br />

takaful life insurance contract subscribed in<br />

Luxembourg is its portability associated with the<br />

high level of international expertise of<br />

Luxembourg life insurance companies”, concludes<br />

Nicolas Limbourg, CEO of Vitis Life. LR<br />

Communiqué par Luxembourg for Finance<br />

Germain Birgen<br />

Marco Lichtfous<br />

Nicolas Limbourg<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

17


Banque & finance<br />

Le nouveau visage<br />

des agences BGL BNP Paribas<br />

Membre du Groupe BNP Paribas depuis 2009, BGL BNP Paribas est l’une des plus grandes<br />

banques du pays. Elle occupe notamment la première place auprès des professionnels et<br />

PME. Une vague de changements, dont les maîtres-mots sont proximité, disponibilité,<br />

convivialité et technologie, déferle sur ses agences actuellement.<br />

Interview de Romain Girst, directeur de la Banque de Détail.<br />

Décrivez-nous le réaménagement de<br />

votre réseau d’agences.<br />

D’une part, nous étoffons notre réseau.<br />

Nous avons déjà ouvert trois nouvelles agences:<br />

Esch-Belval, Merl-Jardins de Luxembourg, et<br />

finalement Pétange en avril de cette année.<br />

D’un autre côté, nous rénovons la structure<br />

existante. Une vingtaine d’agences sur les 41<br />

ont déjà été transformées. D’ici fin 2016, nous<br />

espérons en avoir "relooké" 30. Nous investissons<br />

cinq millions par an dans la revitalisation<br />

de la Banque de Détail afin de refléter au<br />

mieux notre nouvelle approche clientèle.<br />

La clientèle, justement, est l’angle principal de<br />

notre nouvelle approche. L’accueil optimal du<br />

public est au cœur du concept de l’aménagement<br />

intérieur. Nous avons arrangé différents<br />

espaces: une zone d’accueil d’abord qui gère<br />

l’afflux de clients; un espace self-banking<br />

ensuite; des salons discrets également, dans lesquels<br />

le client peut discuter de ses projets avec<br />

un conseiller; et enfin un salon minute où le<br />

client peut réaliser des opérations plus compliquées<br />

ou exceptionnelles. Il est donc capable de<br />

faire beaucoup d’opérations par lui-même, mais<br />

est toujours pris en charge. Une personne habituée<br />

gère ses actions à sa guise, alors qu’un<br />

client moins à l’aise est orienté et conseillé. Nous<br />

misons sur l’accompagnement et la disponibilité.<br />

Un second aspect de la rénovation de notre<br />

concept d’agences est l’accent placé sur les<br />

nouvelles technologies. Vous y trouvez iPads,<br />

Wi-Fi gratuit, possibilité de vidéoconférences,...<br />

De plus, les nouvelles agences sont cashless:<br />

on y découvre des "murs d’argent", c'est-àdire<br />

plusieurs bancomats, et non des guichets.<br />

Ces machines proposent par ailleurs nombre<br />

de nouvelles fonctionnalités: prélèvement,<br />

versement, prise de rendez-vous, virement,...<br />

Cela rend la banque plus humaine, puisque<br />

l’on y entre comme dans un magasin, et le<br />

personnel n’est plus coincé derrière un guichet:<br />

il vient à la rencontre de la clientèle.<br />

Nous proposons donc un type d’agence chaleureux<br />

et décontracté, qui se différencie par la qualité<br />

de son accueil et sa technologie. Le cadre<br />

design est étudié pour que le client y passe un<br />

moment convivial, dans un environnement<br />

confortable. La flexibilité est aussi un atout car<br />

deux d’entre elles sont ouvertes le samedi, et<br />

certaines agences sont accessibles jusque 18h30.<br />

Quelle a été votre source d’inspiration?<br />

Nous avons eu la chance de pouvoir regarder à<br />

l’extérieur, au-delà de notre pays, et à l’intérieur,<br />

au sein de notre groupe. BNP Paribas dispose de<br />

filiales en France, en Italie, en Belgique notamment:<br />

quelques 5.000 agences dans les pays<br />

directement environnants. Il y a quatre ans,<br />

l’agence Paris Opéra notamment fut une sorte de<br />

premier laboratoire du nouveau modèle, au<br />

niveau de l’intégration des nouvelles technologies.<br />

Nous avons donc premièrement observé ce qui<br />

marchait chez nos voisins, et deuxièmement nous<br />

l’avons adapté aux spécificités luxembourgeoises.<br />

Quelle est la réaction des clients?<br />

Et celle de votre personnel?<br />

Dans les deux cas, elle a été très positive car<br />

nous les avons accompagnés tout au long<br />

de la transition. Au niveau des clients, personne<br />

n’a quitté une agence transformée<br />

pour se rendre vers l’une disposant encore<br />

de l’ancien modèle. Au contraire, nous<br />

avons vu des personnes curieuses migrer<br />

vers une agence nouvelle génération. Le<br />

passage vers la technologie s’est également<br />

effectué sans difficulté, chaque personne<br />

suivant son propre rythme, avec plus ou<br />

moins d’accompagnement en fonction de<br />

l’habitude de chacun. Une transition réussie<br />

pour nos employés également: ils sont globalement<br />

heureux du nouvel aspect plus<br />

relationnel et actif de leur travail. Par ailleurs,<br />

les employés ont suivi environ 20 heures<br />

de workshop afin d’être préparés au<br />

mieux à ce changement. Leur rôle devient<br />

plus proactif. C’est une valorisation de leurs<br />

tâches et fonctions.<br />

A l’heure où de plus en plus de<br />

transactions passent par Internet,<br />

pourquoi investir dans vos agences<br />

locales?<br />

Nous assistons à une forte croissance de<br />

l’utilisation de la banque à distance<br />

c’est vrai, surtout en ce qui concerne les<br />

transactions. Nos versions web banking sont<br />

18<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


“<br />

Les agences restent<br />

le pivot de notre relation<br />

avec le client<br />

”<br />

disponibles sur divers supports et leurs opérations<br />

offrent un niveau très élevé de sécurité.<br />

C’est très apprécié du public. Nous mettons<br />

d’ailleurs en ligne de plus en plus de produits,<br />

l’orientation étant de digitaliser la<br />

majeure partie de notre gamme à terme.<br />

Nous sommes cependant convaincus que la<br />

proximité des agences est un atout. Bien que<br />

les solutions en ligne soient de plus en plus<br />

utilisées, nos clients aiment toujours disposer<br />

d’un ancrage proche d’eux. Nous offrons par<br />

conséquent un service local, adapté en fonction<br />

de leurs besoins. En outre, pour des opérations<br />

plus complexes ou plus rares, tels que<br />

le crédit immobilier typiquement, notre clientèle<br />

veut être accompagnée. Les agences<br />

restent donc le pivot de notre relation avec le<br />

client.<br />

Notre stratégie est double: nous développons<br />

le nouveau concept d’agences et en<br />

parallèle notre offre digitale, parce que<br />

nous désirons que le client ait le choix. Le<br />

but étant de proposer au client un accès à<br />

nos services simple, rapide et irréprochable.<br />

BGL BNP Paribas S.A.<br />

50, avenue J.F Kenney<br />

L-2951 Luxemourg<br />

Tél.: 42 42 - 1<br />

Fax: 42 42 – 25 79<br />

www.bgl.lu<br />

Romain Girst


-<br />

-<br />

-<br />

Brèves finance<br />

Excellents résultats<br />

pour Cardif Lux Vie<br />

Deloitte élargit<br />

son comité de direction<br />

Assurances:<br />

recul général des primes<br />

Cardif Lux Vie annonce des résultats 2014,<br />

Deloitte Luxembourg élargit son comité de<br />

L’Association des Compagnies d'Assurances et de<br />

qualifiés d’excellents. La filiale d’assurance<br />

direction et intègre trois nouveaux membres:<br />

réassurances (ACA) annonce pour le 1 er trimestre<br />

du groupe BGL-BNP Paribas — spécialisée<br />

Benjamin Collette (Advisory & Consulting<br />

2015 un recul général des encaissements du sec-<br />

dans les activités de Wealth Management,<br />

Partner), Bernard David (Tax Partner) et John<br />

teur, toutes branches d’assurances confondues,<br />

d’Employee Benefits et de Retail — a réalisé<br />

Psaila (Audit Partner). Le comité de direction<br />

un résultat qui contraste avec les chiffres positifs<br />

un chiffre d’affaires de 2,9 milliards d’euros.<br />

compte désormais neuf Partners, actifs dans<br />

enregistrés en 2014. Ce retournement de ten-<br />

Elle compte près de 18 milliards d’euros d’ac-<br />

différents domaines de responsabilité de<br />

dance est marqué par une diminution des primes<br />

tifs sous gestion avec un résultat net de 44,1<br />

l’entreprise.<br />

dans les branches non vie (-2,01%) et vie<br />

millions d’euros. Elle enregistre ainsi une pro-<br />

(-2,33%) par rapport au 1er trimestre 2014. Le<br />

gression de 30 % de sa collecte, de 19 % de<br />

total des provisions techniques des assureurs vie<br />

ses encours gérés et de 11 % de son résultat<br />

s’établit à 146,09 milliards d’euros à la fin mars<br />

par rapport à 2013.<br />

2015 — en progression de 20,88% par rapport<br />

________________________________________<br />

àla fin mars 2014 — et de 7,20% par rapport à<br />

Luxembourg<br />

les banques portées<br />

par les commissions<br />

En poste depuis 2006 chez Deloitte, Benjamin<br />

Collette est spécialisé dans la mise en place de<br />

la fin décembre 2014. L’année 2014 avait été<br />

marquée par une augmentation des primes internationales<br />

d’assurance vie (+17,8%) et d’assurance<br />

non-vie (+7,31%).<br />

Selon le dernier pointage de la Commission<br />

la stratégie et des opérations et des missions<br />

________________________________________<br />

de Surveillance du Secteur Financier (CSSF),<br />

le secteur bancaire luxembourgeois a enregistré<br />

un résultat de 1,587 millions d’euros<br />

d’efficience. Il intègre le comité de direction<br />

en tant que Talent & Innovation Leader.<br />

________________________________________<br />

KBL epb<br />

Résultats 2014 en baisse<br />

au premier trimestre 2015, en hausse de<br />

La branche privée du belge KBL publie un résul-<br />

14,9`% par rapport à l’année passée.<br />

tat net pour le Groupe de 67 millions d’euros,<br />

Avec une augmentation des revenus de com-<br />

dû à «un niveau élevé de revenus, en particulier<br />

missions (+8,1%) due en partie à une crois-<br />

àLuxembourg, des contributions importantes<br />

sance de la valeur des actifs déposés en ban-<br />

de la part des filiales, une réduction des correc-<br />

que, à la bonne performance des marchés<br />

tions de valeur et la capacité de la banque à tirer<br />

financiers et des commissions de gestion. Sur<br />

profit des conditions de marché», affirme-t-elle<br />

la période, la marge sur les taux d’intérêt<br />

Bernard David, qui a rejoint Deloitte en<br />

dans un communiqué. Ce même résultat était<br />

baisse elle de 0,8%, dans un contexte de<br />

1999, dirige l’International Tax group: il<br />

de 84,5% en 2013, une baisse que l’institution<br />

taux d’intérêt bas. Par ailleurs, les frais géné-<br />

conseille les entreprises en matière de struc-<br />

du groupe qatari justifie par la hausse des inves-<br />

raux augmentent de 4,2% alors que ceux de<br />

turation, de migration et d’inversion fiscale.<br />

tissements effectués l’année passée.<br />

personnels baissent de 1,1%, précise la CSSF.<br />

Il devient International Tax Promotion<br />

________________________________________<br />

________________________________________<br />

Deloitte Luxembourg<br />

Christophe De Sutter<br />

(nouveau) tax partner<br />

Leader au sein du comité de direction.<br />

________________________________________<br />

Vague de promotions<br />

chez Linklaters<br />

Intronisation de sept juristes au poste de<br />

Managing Associate chez Linklaters LLP<br />

Christophe De Sutter réintègre le départe-<br />

Luxembourg: Manfred Müller (Partner in the<br />

ment Tax de Deloitte Luxembourg, en tant<br />

Corporate/M&A Practice), Silke Bernard<br />

que Partner au sein de l’équipe Cross-Border<br />

(Counsel in the Investment Management<br />

Tax, après un intermède de trois ans chez EY.<br />

Practice), Danièle Buchler (Tax Practice), Caroline<br />

Expert-comptable agréé au Luxembourg, il est<br />

Entré chez Deloitte en 1995, John Psaila est<br />

Pimpaud et Fabian Piron (Corporate/M&A<br />

spécialisé dans le développement des entreprises<br />

internationales, principalement basées<br />

aux États-Unis et investissant en Europe.<br />

spécialisé dans l’audit des entreprises des<br />

secteurs de la fabrication et des télécommunications.<br />

Il devient Quality & Risk Leader.<br />

Practice), Claire Prospert (Investment<br />

Management Practice) et Bart Vermaat (Capital<br />

Markets and Banking Practice).<br />

Photos de presse


www.pwc-publicsector.lu<br />

Public Sector<br />

Your partner of<br />

choice<br />

For more than 30 years, PwC has stood<br />

by international organisations, public<br />

administrations and local authorities in<br />

realising their projects and ambitions. Today,<br />

challenges facing the public sector are larger<br />

and more complex than ever, but finding<br />

the right solution can bring forward new<br />

opportunities for development.<br />

In this context, our public sector team is<br />

planning a series of regular conferences<br />

entitled “Public Sector Seminars”. These<br />

Save the date!<br />

How to detect and prevent public sector<br />

fraud? The role of forensic technology and<br />

data analytics<br />

Thursday 2 July 2015<br />

More information on www.pwc-publicsector.lu<br />

quarterly seminars are designed as a forum of exchange focussing not only on new trends, but also on<br />

specific challenges and opportunities facing public institutions.<br />

Contact<br />

Philippe Pierre<br />

Public Sector & EU Institutions Leader<br />

+352 49 48 48 5822<br />

philippe.pierre@lu.pwc.com<br />

Follow us on<br />

© 2015 PricewaterhouseCoopers, Société coopérative. All rights reserved. In this document, “PwC Luxembourg” refers to PricewaterhouseCoopers, Société coopérative<br />

(Luxembourg) which is a member firm of PricewaterhouseCoopers International Limited (“PwC IL”), each member firm of which is a separate and independent legal entity.<br />

PwC IL cannot be held liable in any way for the acts or omissions of its member firms.


-<br />

-<br />

Brèves finance<br />

KBL epb: Jan Maarten de<br />

Jong président du conseil<br />

d’administration<br />

Changement à la tête du conseil d’administration<br />

de la banque privée luxembourgeoise<br />

détenue par la famille qatarie: Jan<br />

Maarten de Jong, déjà membre du CA, en<br />

devient le président et remplace Ernst<br />

Wilhelm Contzen, parti pour raisons personnelles<br />

et professionnelles. Diplômé<br />

d’économie et titulaire d’un MBA de<br />

l’INSEAD, il a débuté sa carrière en 1970<br />

auprès d’ABN Amro, devenant tour à tour<br />

Senior Executive Vice President et membre<br />

du Comité de Direction du groupe bancaire<br />

néerlandais.<br />

________________________________________<br />

BIL quitte Singapour<br />

Banque Internationale à Luxembourg SA<br />

(BIL) annonce l’arrêt de ses activités à<br />

Singapour. La décision «s'inscrit dans le<br />

cadre de la nouvelle vision stratégique<br />

BIL2020» précise l’institution financière, qui<br />

consolide ses métiers de banque privée vers<br />

des marchés cibles prioritaires, notamment<br />

en Europe et au Moyen-Orient. Dans ce<br />

contexte, elle a récemment inauguré une<br />

succursale à Dubaï et renforcé sa présence en<br />

Suisse avec l'acquisition de KBL Switzerland.<br />

Ouvert en 1982, le bureau singapourien<br />

compte 23 employés.<br />

Photos de presse<br />

PwC - Luxembourg 2020:<br />

Marché immobilier prospère<br />

D’ici cinq ans le paysage immobilier luxembourgeois<br />

devrait connaître de profondes<br />

évolutions, selon l’étude “Luxembourg Real<br />

Estate 2020: Les fondations du succès” de<br />

PwC Luxembourg, qui prévoit notamment<br />

une croissance de l’immobilier de bureau<br />

(+60 %) et de l’immobilier résidentiel<br />

(+50%) ainsi que l’arrivée de nouveaux<br />

investisseurs privés et institutionnels (fonds<br />

de pension et particuliers fortunés). Les<br />

acteurs du secteur devront adapter leur stratégie<br />

en conséquence, «et également prendre<br />

en compte les évolutions sociales et<br />

démographiques, les besoins des nouveaux<br />

arrivants, l’impact des nouvelles technologies<br />

et la hausse soutenue des prix de l’immobilier»,<br />

précise le document. «Le marché immobilier<br />

luxembourgeois peine à attirer de nouveaux<br />

investisseurs institutionnels et privés<br />

bien qu’il réunisse tous les critères. Les professionnels<br />

devront ainsi s’adapter aux attentes<br />

des nouveaux investisseurs pour rendre le<br />

Luxembourg encore plus attractif», conclut-il.<br />

________________________________________<br />

L’économie circulaire<br />

au programme<br />

Dans son Discours de la Nation, le Premier<br />

Ministre Xavie Bettel a rappelé les efforts<br />

réalisés par le pays dans le domaine de l’économie<br />

circulaire: «à une époque caractérisée<br />

par la raréfaction et le renchérissement des<br />

matières premières et dans un pays plutôt<br />

pauvre en ressources naturelles, ce secteur<br />

revêt un intérêt particulier. Il s’agit d’isoler<br />

des éléments précieux de produits qui ne<br />

sont plus utilisés afin de les intégrer à nouveau<br />

dans un processus de production. C’est<br />

là un bel exemple montrant comment on<br />

peut combiner opportunités économiques et<br />

intérêts écologiques. Il existe un certain<br />

nombre d’entreprises qui ont compris le<br />

potentiel que présente ce type de modèle<br />

commercial et nous sommes en train de créer<br />

les conditions qui leur permettront de se<br />

développer au Luxembourg», a-t-il expliqué.<br />

Fondation de<br />

Luxembourg: 100 millions<br />

Selon le rapport annuel de la Fondation de<br />

Luxembourg, dix nouvelles fondations ont<br />

vu le jour en 2014, portant à 55 le nombre<br />

de d’organismes philanthropiques sous son<br />

égide. «Ces fondations représentent un<br />

engagement cumulé de 100 millions d’euros<br />

destiné à de nombreux projets d’intérêt<br />

général allant du secteur social à celui de<br />

l’éducation, de la culture à la protection de<br />

l’environnement. Géographiquement, les<br />

projets se partagent entre le Grand-Duché<br />

de Luxembourg, d’autres pays européens et<br />

des pays émergents», indique la Fondation<br />

de Luxembourg dans un communiqué.<br />

________________________________________<br />

30 ans pour Swiss Life<br />

Luxembourg<br />

Swiss Life Luxembourg a fêté ses 30 ans de<br />

présence au Grand-Duché. Fondée en 1985,<br />

la filiale du groupe suisse d’assurance-vie et<br />

de gestion d’actifs dédiées aux personnes<br />

privées fortunées et aux multinationales suisses,<br />

compte aujourd'hui 125 collaborateurs.<br />

________________________________________<br />

PwC Luxembourg<br />

Loek de Preter<br />

Transfer Pricing Leader<br />

Loek de Preter devient Transfer Pricing<br />

Leader au sein de PwC Luxembourg.<br />

Spécialisé dans la fiscalité internationale et le<br />

transfer pricing, il a tout d’abord travaillé au<br />

Pays-Bas (ministère des Finances PwC), dans<br />

l’industrie durant huit ans, puis en<br />

Allemagne (PwC) en tant que Transfer<br />

Pricing and Value Chain Transformation<br />

Partner.


-<br />

Institutions financières<br />

Bilans haussiers<br />

Hausse de 2,5% de la somme des bilans des<br />

institutions financières monétaires, qui passe<br />

de 1.018.679 millions d’euros au 28 février<br />

2015 à 1.043.772 millions d’euros au 31<br />

mars 2015 (+2,5%), selon le dernier rapport<br />

de la Banque Centrale européenne (BCL):<br />

«entre les mois de mars 2014 et mars 2015,<br />

la somme des bilans était en hausse de<br />

13,9%», précise cette dernière. Au premier<br />

trimestre 2015, la place financière comptait<br />

143 banques. Côté OPC monétaires, la<br />

somme des bilans provisoires s’est élevée à<br />

245.849 millions d’euros au 31 mars 2015,<br />

contre 237.733 millions d’euros fin février<br />

2015 (+3,4%), soit une hausse de 24,8% sur<br />

un an. Le secteur compte 174 compartiments.<br />

________________________________________<br />

Bureaux<br />

Vers une année record?<br />

Jones Lang LaSalle prévoit pour 2015 une<br />

année record sur le marché du bureau<br />

luxembourgeois. Sur les trois premiers mois<br />

de l’année, la prise en occupation s’établit à<br />

33.873 m_, soit +7% par rapport à 2014,<br />

indique l’agent immobilier. Ce sont 72 transactions<br />

qui ont été signées, quatre de plus<br />

qu’au 1er trimestre 2014, notamment par les<br />

institutions financières: à l’exemple de la<br />

location par Brown Brothers & Harriman de<br />

4.908 m_ dans l’immeuble “Aire” développé<br />

par Allfin et propriété d’AXA. La disponibilité<br />

est en léger recul à 4,41% contre 4,68% il y<br />

a3mois. Avec les transactions attendues par<br />

la Commission européenne et la Banque<br />

Européenne d’Investissement, elle pourrait<br />

bien passer sous la barre des 3% d’ici la fin<br />

de l’année, une première depuis 2008 estime<br />

JLL. Le marché de l’investissement enregistre<br />

un volume de 296 millions d’euros, soit 88%<br />

de plus qu’il y a un an. «La transaction par<br />

Codic de cession du projet Royal Hamilius à<br />

un fond souverain dans le cadre du bouclage<br />

du financement avec un pool bancaire y est<br />

pour beaucoup. D’autres transactions de<br />

grandes tailles étant attendues dans le courant<br />

de l’année», indique JLL, avec un<br />

volume total pour l’année 2015 qui devrait<br />

atteindre le milliard d’euros, le plus haut<br />

niveau depuis 2007.<br />

________________________________________<br />

Accord financier entre la<br />

Chine et le Luxembourg<br />

Banque Populaire de Chine, la banque centrale<br />

de la République populaire de Chine,<br />

débloque 50 milliards de yuans (7,3 milliards<br />

d’euros) pour le Luxembourg; un apport de<br />

liquidités en devise chinoise destiné aux<br />

acteurs institutionnels luxembourgeois souhaitant<br />

investir directement sur le marché<br />

des capitaux chinois. En mars 2015, le<br />

Grand-Duché est devenu la première place<br />

financière de l’Union européenne en termes<br />

de paiements, de dépôts et de prêts dans<br />

cette devise. Six banques chinoises y sont<br />

déjà présentes: China Merchants Bank,<br />

China Construction Bank, Industrial and<br />

Commercial Bank of China, Bank of China,<br />

Shanghai Pudong Development Bank et<br />

Agricultural Bank of China.<br />

MINUSINES S.A.<br />

übernimmt den Vertrieb<br />

der Beghelli PRÄZISA GmbH<br />

in Luxemburg<br />

(v.r. Mirko Ammermann (Beghelli PRÄZISA GmbH), Jesse<br />

Kauffmann, Jean-Luc Kuhlmann (MINUSINES S.A.))<br />

mehr Licht -<br />

weniger Kosten<br />

Dezentrale Versorgung<br />

SicuroLED<br />

zum Betrieb von Rettungszeichen-,<br />

separaten und kombinierten<br />

Sicherheitsleuchten in einem Brandabschnitt.<br />

Zentrale Steuerung<br />

LogicaFM Control<br />

zum Schalten und Dimmen von Leuchten<br />

mit Wireless-Kommunikation zwischen<br />

Controler und Leuchten, Aktoren/Sensoren.


IT Solutions<br />

Guichet.lu: les formalités<br />

administratives en un clic<br />

Ce portail web facilite la vie de tous ceux qui vivent et travaillent dans notre pays.<br />

Entreprises ou particuliers peuvent y trouver les informations administratives désirées,<br />

simplifiées pour une meilleure compréhension du grand public. Clair, précis et<br />

complet, cet outil propose même une partie interactive, “MyGuichet” pour accomplir<br />

des formalités en ligne.<br />

Ayant pour vocation de rassembler en un<br />

endroit unique toutes les formalités pour<br />

vivre, travailler et entreprendre au<br />

Luxembourg, le portail www.guichet.lu<br />

offre à l’utilisateur un descriptif des procédures<br />

administratives les plus importantes.<br />

Chaque démarche fait l’objet d’une<br />

fiche descriptive standardisée, avec les<br />

formulaires associés, les coordonnées des<br />

organismes publics à contacter et la possibilité<br />

de faire l’une ou l’autre démarche<br />

par Internet. Cette base d’informations<br />

est à considérer comme référence en<br />

matière de renseignement sur les services<br />

publics.<br />

Francine Closener, secrétaire d’État à l’Économie,<br />

souligne la convivialité de l'ensemble des<br />

informations offertes sur guichet.lu:<br />

«Le contenu est organisé afin de donner un<br />

accès simplifié et transparent aux informations<br />

vulgarisées suivant la logique de l’utilisateur,<br />

sans êtrele simple reflet des structures organisationnelles<br />

et des répartitions de compétences<br />

existantes au sein de l’appareil étatique.<br />

L’objectif est que tout professionnel puisse accéder<br />

via un seul site aux informations nécessaires<br />

pour aborder les événements qui se présentent<br />

pour chacune des étapes de la vie de son entreprise,<br />

de la création, en passant par la gestion<br />

courante, jusqu’à la cessation des activités».<br />

S’adressant à la fois aux citoyens et aux<br />

entreprises, guichet.lu est en ligne depuis fin<br />

novembre 2004 et connaît depuis un franc<br />

succès auprès de son public cible avec près<br />

de 11.000 visiteurs uniques par jour ouvrable.<br />

Cette plate-forme gouvernementale est<br />

gérée par le Centre des technologies de l’information<br />

de l’État, ainsi que par le ministère<br />

de l’Économie. Ce dernier est en charge de<br />

la gestion, de l’actualisation et du développement<br />

des contenus éditoriaux publiés à<br />

destination des entreprises (www.entreprises.lu).<br />

En réponse à une forte attente des utilisateurs,<br />

toujours plus nombreux à se servir de<br />

leur téléphone mobile ou de leur tablette<br />

pour accéder à Internet, guichet.lu est offert<br />

sur le web en recourant à la technique du<br />

“responsive web design”. Afin de satisfaire<br />

au mieux les besoins des entreprises locales<br />

et de la Grande Région, le volet “entreprises”<br />

de guichet.lu est disponible en trois langues:<br />

le français, l’allemand et l’anglais. Les<br />

actualités et mises à jour du contenu sont<br />

également diffusées sur Facebook, Twitter et<br />

même via flux RSS.<br />

24<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


“<br />

Le contenu est organisé<br />

afin de donner un accès<br />

simplifié et transparent aux<br />

informations vulgarisées<br />

suivant la logique de<br />

l’utilisateur<br />

”<br />

Francine Closener, secrétaire d’État à l’Économie<br />

Assurant déjà un accueil physique des<br />

entrepreneurs et proposant un conseil<br />

individuel, la Chambre de Commerce et la<br />

Chambre des Métiers assurent aussi la<br />

prise en charge des questions administratives<br />

relatives aux démarches détaillées sur<br />

le volet “entreprises” et introduites via le<br />

site.<br />

Le site www.guichet.lu dispose aussi<br />

d'une plate-forme interactive, dénommée<br />

“MyGuichet”, qui permet aux utilisateurs<br />

munis d'un certificat d'authentification<br />

de la société LuxTrust d’accomplir<br />

certaines formalités administratives en<br />

ligne. L’utilisateur remplit son formulaire<br />

en ligne, le signe de manière électronique,<br />

y joint ses pièces justificatives puis<br />

le transmet via MyGuichet à l’administration<br />

compétente. Les formulaires complétés<br />

et les données personnelles sont<br />

rassemblés dans un espace dédié sécurisé<br />

et peuvent être exploités lors d’une prochaine<br />

démarche. A titre d’exemple, les<br />

employeurs souhaitant recruter du personnel<br />

peuvent déclarer leurs postes<br />

vacants auprès de l’Agence pour le développement<br />

de l’emploi (ADEM) en ligne<br />

via “MyGuichet”.<br />

©2014 SIP /Yves Kortum<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

25


IT Solutions<br />

L’ICT Spring,<br />

succès dans le milieu<br />

Fintech au Luxembourg<br />

Les 19 et 20 mai 2015 a eu lieu dans le Nouveau Centre de Conférence au Kirchberg la<br />

sixième édition de l’ICT Spring Europe. Deux ministres luxembourgeois, des grands du<br />

secteur ICT local et mondial, six entreprises coréennes et quatre japonaises, ainsi que<br />

de multiples start-up locales et internationales formaient le corps de l’exposition. Se<br />

rajoutait une centaine de conférenciers de renommée locale et internationale dont les<br />

interventions étaient accentuées en particulier sur la Fintech.<br />

“<br />

Le Luxembourg est<br />

devenu une plate-forme<br />

de Fintech au coeur de<br />

l'Europe continentale<br />

Agauche, Pierre Gramegna, ministre<br />

Jean-François Hugon et Yves Reding<br />

”<br />

Le sujet majeur du congrès fut le développement<br />

de la technique financière. La grande<br />

question à l’ordre du jour: quel est le traitement<br />

des transactions bancaires et avec quelle<br />

sécurité va-t-on travailler demain dans la<br />

finance? Le Ministre des Finances du<br />

Luxembourg, Pierre Gramegna a commenté<br />

lors de sa présentation intitulée “The Fintech<br />

Revolution: what it means for Luxembourg”:<br />

«la rapidité et la sécurité des transactions vont<br />

déterminer les affaires bancaires de demain».<br />

Gramegna présentait le Luxembourg comme<br />

futur centre de la Fintech. Il soulignait également<br />

que le nombre de personnes dans le<br />

monde ayant un compte bancaire avait augmenté<br />

de 51 à 62% depuis 2011 et que cette<br />

nette croissance est une conséquence directe<br />

du développement du Fintech et de la communication<br />

mobile.<br />

Tom Theobald, directeur général adjoint de<br />

Luxembourg For Finance a commenté: «l’innovation<br />

technologique est essentielle pour<br />

le développement futur de l’industrie financière.<br />

Le Luxembourg est devenu une plateforme<br />

de Fintech au coeur de l'Europe continentale<br />

avec un nombre croissant d’entreprises<br />

qui se sont établies dans le Grand-Duché,<br />

soit pour cibler le secteur financier local et<br />

établir une base clients, soit pour développer<br />

leurs activités internationales à partir d’ici.<br />

Le nombre impressionnant de visiteurs lors<br />

de l’ICT Spring 2015 est preuve de l’attractivité<br />

croissante du Luxembourg en tant que<br />

plaque tournante de la Fintech. L’ICT Spring<br />

présente une opportunité idéale pour écouter<br />

les discours d’importantes personnalités<br />

de l’industrie et de s’échanger avec des innovateurs<br />

de partout dans le monde».<br />

Pascal Steichen<br />

Son collègue le Ministre de l’Education<br />

Nationale, Claude Meisch le soutenait dans<br />

ses propos en soulignant que le système éducatif<br />

du Luxembourg allait se transformer<br />

dans les deux ans à venir et serait en train<br />

d’établir un système de “Digital4Education”.<br />

Ceci assurerait la modernité de futures générations<br />

de luxembourgeois dans l’ère digitale.<br />

Jean-Louis Schiltz, avocat et membre de la<br />

commission des Nations Unies sur le haut<br />

débit pour le développement numérique, a<br />

constaté: «il s’agit certainement de l’événement<br />

le plus important dans le domaine des<br />

technologies d’information au Luxembourg<br />

avec une forte présence internationale.<br />

Un vrai spectacle avec un focus sur la Fintech».<br />

26<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Where there’s<br />

collaboration,<br />

there’s<br />

empowerment<br />

As a global ICT company, we understand the importance of collaboration.<br />

Collaboration based on encouraging people’s unique talents. It’s how we are empowering our people -<br />

and our customers - to build a better, more connected society.<br />

Find out more at fujitsu.com/lu or www.fujitsu-solutions.lu/


Microtis simplifie<br />

la formation continue<br />

La formation continue des employés est une question très actuelle. Comment gérer les contraintes techniques<br />

et administratives de telles activités est aussi un sujet qui pose des soucis aux entreprises. La société<br />

Microtis, en partenariat avec l’INFPC, l’Institut National pour le développement de la Formation<br />

Professionnelle Continue, a présenté ses outils et solutions RH dont le but est d’optimiser la gestion de ces<br />

formations. Le 30 avril dernier, au NH Hôtel de Luxembourg, les divers responsables de la compagnie de<br />

conception et distribution de logiciels ont pris la parole devant un peu plus de 40 clients et curieux afin de<br />

démontrer l’efficacité de leurs produits lors d’une conférence.<br />

1<br />

2<br />

3<br />

4<br />

1. Pascal Robert, administrateur-directeur; Marcel Dostert, INFPC; David Stevens, consultant;<br />

Frédéric Robert, administrateur; Guy Tescher, administrateur-délégué et Claude Betzen, responsable INFPC<br />

2. Frédéric Robert, Guy Tescher et David Stevens<br />

3. Guy Tescher<br />

4. Claude Betzen


-<br />

-<br />

-<br />

Brèves IT<br />

Trois nominations<br />

chez Systemat<br />

France. En Belgique, elle est également responsable<br />

de la Business Unit “Digital Hub”. Elle est<br />

Le Luxembourg: le mobile<br />

banking bien ancré<br />

également membre du Comité Exécutif de<br />

Selon une étude d’ING International Survey,<br />

Systemat. Son master en mathématiques en<br />

39% des résidents luxembourgeois, contre 56%<br />

poche, elle débute sa carrière chez Olivetti, puis<br />

pour la moyenne européenne, déclarent utiliser<br />

rejoint Diebold où elle occupe diverses fonctions<br />

ou vouloir utiliser le mobile banking pour leurs<br />

de direction à l’échelle locale puis européenne.<br />

opérations bancaires. En outre, 71% d’entre eux<br />

Elle passe ensuite chez Contraste Europe, en<br />

estiment que le mobile banking a changé leur<br />

qualité de Chief Operations Officer et Chief<br />

manière de gérer leurs finances, contre 85 %<br />

Executive Officer de la filiale française EXIS.<br />

pour la moyenne européenne. «Ce positionne-<br />

________________________________________<br />

ment du Luxembourg peut s’expliquer par<br />

l’adoption, plus tôt que ses voisins, du mobile<br />

banking: en effet, 36% des utilisateurs de ce<br />

canal ont commencé à l’utiliser déjà en 2012 ou<br />

avant. Ainsi, ils y sont familiers et pour eux, le<br />

mobile constitue une habitude bien plus qu’un<br />

changement», indique l’enquête. Par ailleurs,<br />

85% des résidents luxembourgeois affirment<br />

détenir un smartphone (contre 75% pour la<br />

Stéphane Coteur rejoint Systemat en tant que<br />

moyenne européenne) et 77% possèdent une<br />

Business Unit Director de l’activité “Sourcing<br />

tablette (49% en Europe). Avec un taux de péné-<br />

Centre”. Il prend en charge la gestion des départe-<br />

tration de 92%, le pays arrive en tête des États<br />

ments commerciaux, le delivery ainsi que les rela-<br />

européens pour la possession d’appareils mobiles.<br />

tions avec les principaux fournisseurs. Titulaire d’un<br />

________________________________________<br />

Master en Sciences Commerciales et Financières<br />

(ICHEC), il a précédemment travaillé comme<br />

Managing Director chez Econocom Products &<br />

Roger Wagner devient General Manager de<br />

Systemat Luxembourg PSF S.A, et par la même<br />

Internet – De nombreux<br />

accédants et absents<br />

Solutions Belux et Country Manager Industry<br />

responsable de la gestion opérationnelle et de la<br />

Selon un récent Bulletin du Statec, 96 % des<br />

Standard Servers chez Hewlett Packard Belgium.<br />

stratégie commerciale. Auparavant Country<br />

ménages ont un accès à Internet (+6% par rap-<br />

________________________________________<br />

Manager de Sun Microsystems Luxembourg,<br />

port à 2010 et +26% par rapport à 2006). Le<br />

General Manager de Brokat Benelux (Solutions<br />

Luxembourg se positionne désormais en tête en<br />

de banque en ligne) et Directeur Général de l’im-<br />

Europe, aux côtés des Pays-Bas. En 2014, parmi<br />

primerie Faber, il compte plus de 20 années d’ex-<br />

les ménages disposant d’un accès Internet, 97%<br />

périence dans diverses fonctions à responsabilité.<br />

ont une connexion à large bande (contre quel-<br />

________________________________________<br />

que 80% quatre ans plus tôt). 37% des rési-<br />

Objectifs prudents pour SES<br />

dents de 16 à 74 ans ayant utilisé Internet au<br />

cours du 1er trimestre 2014, ont eu recours à un<br />

L'opérateur de satellites a annoncé un bénéfice<br />

espace de stockage en ligne pour archiver des<br />

net en baisse de 12,7%, à 131 millions d'euros,<br />

fichiers à des fins privées. Le Luxembourg se<br />

au premier trimestre2015. Sur la même période<br />

place ainsi en 3 e position à égalité avec la Suède,<br />

l’an dernier,celui-ci avait progressé de 6%.<br />

derrièrele Danemark (44%) et le Royaume-Uni<br />

Son excédent brut d'exploitation (Ebitda) clôture<br />

(42%). Près de la moitié des 16 à 24 ans utilise<br />

en hausse de 3,2%, à 356,1 millions d'euros (-<br />

le cloud. Autreconstatation: parmi les personnes<br />

4,6% à taux de change constants), et son chif-<br />

qui n’accèdent jamais ou n’ont jamais utilisé<br />

fre d'affaires a augmenté de 2,6%, à 447,8 mil-<br />

Internet figurent les particuliers à faible niveau<br />

Chantal Devriendt entre au service du groupe<br />

Systemat comme General Manager. Elle gère<br />

l’activité de la société au Luxembourg et en<br />

lions d'euros (-4,9% à taux de change<br />

constants). Il a confirmé ses objectifs prudents<br />

pour l'exercice en cours.<br />

d’instruction, les personnes âgées de plus de 55<br />

ans et les personnes inactives. 8% des travailleurs<br />

manuels n’ont jamais accédé à la toile.<br />

Photos de presse


IT Solutions<br />

Les femmes dans l’IT<br />

et l’IT pour les femmes<br />

Des femmes dans le milieu de la technologie, de l’IT ou du digital, il y en a.<br />

Mais ne nous voilons pas la face: cela reste une minorité. Pourtant le Luxembourg<br />

atout intérêt à attirer les femmes vers ces domaines afin de combler le manque<br />

d’individus qualifiés sur le marché du travail.<br />

Rencontre avec deux fondatrices de Girls in Tech, Marie-Adélaïde Gervis, co-Managing<br />

Director et Annabelle Buffart, IT Manager, pour un petit panorama du sujet et une<br />

présentation de leur ASBL.<br />

“<br />

Certaines sociétés sont<br />

même carrément venues<br />

nous dire: aidez-nous à<br />

engager des femmes<br />

”<br />

«Le pays ne peut tout simplement pas se<br />

passer de la moitié de la population» explique<br />

Annabelle Buffart. «C’est simple: l’IT est<br />

la deuxième vie au Grand-Duché. Avant,<br />

tout était tourné vers la finance, qui reste un<br />

domaine florissant. Mais la technologie, le<br />

Big Data, le digital… Tous ces sujets prennent<br />

peu à peu de l’importance. Or, il y a<br />

beaucoup trop de postes non pourvus dans<br />

ces secteurs. Des métiers très spécialisés en<br />

développement, en conception technologique,<br />

en communication digitale émergent.<br />

Les offres d’emplois en ce sens se multiplient.<br />

Elles ne peuvent pas rester sans réponse.<br />

Attirer les femmes vers la technologie est<br />

une solution pour combler le manque d’individus<br />

qualifiés sur ce marché du travail très<br />

demandeur.»<br />

Les jeunes femmes de Girls in Tech<br />

Luxembourg, ou GiT, ont raison. Pour<br />

preuve, l’intérêt que tous portent à leur<br />

jeune ASBL: «après avoir lancé notre association,<br />

nous avons vite réalisé que nous<br />

n’étions pas seules. Les femmes se tournaient<br />

vers nous évidemment, mais pas seulement.<br />

Les hommes étaient aussi intéressés,<br />

ainsi que les entreprises. Certaines sociétés<br />

sont même carrément venues nous dire:<br />

aidez-nous à engager des femmes» ajoute<br />

Annabelle. GiT a notamment des partenariats<br />

avec des firmes telle que Microsoft ou<br />

Amazon, qui les aident à organiser leurs<br />

conférences et cours. Au niveau politique<br />

ensuite, leur association entreen parfait écho<br />

avec l’initiative Digital Lëtzebuerg du<br />

gouvernement de Xavier Bettel. Les ministères<br />

de l’Egalité des chances, ainsi que celui<br />

des Communications la sponsorisent.<br />

«Nous nous sommes créées alors qu’il n’y<br />

avait rien pour pousser les femmes vers la<br />

technologie» explique Marie-Adélaïde Gervis.<br />

«Nous avons tout de suite comblé un vide.<br />

Nous avons agi comme un aimant, rassemblant<br />

tous ceux séduits par notre objectif.<br />

Nous touchons à un enjeu économique, gouvernemental,<br />

mais également d’éducation».<br />

30<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Marie-Adélaïde Gervis<br />

Annabelle Buffart<br />

Al’origine, Marie-Adélaïde Gervis participait<br />

aux actions de Girls in Tech Paris, une filiale du<br />

réseau mondial qui existe depuis 2007. Déçue<br />

de ne pas retrouver cette structure lorsqu’elle<br />

aemménagé au Luxembourg, elle décide de<br />

lancer l’association suite à sa rencontre avec<br />

Annabelle Buffart, une développeuse assez<br />

isolée en tant que femme dans son métier, et<br />

Marina Thiriet, une RH sensibilisée au fait que<br />

des centaines de jobs à pourvoir n’attendent<br />

que des femmes connaisseuses en IT.<br />

GiT Luxembourg organise donc conférences,<br />

workshops et ateliers depuis 19 mois. Le but<br />

est de promouvoir les femmes dans l’IT, mais<br />

aussi l’IT auprès des femmes. «Nous voulons<br />

augmenter la visibilité et la représentativité<br />

des femmes au sein de ces domaines. Mais<br />

nous désirons également démystifier des mots<br />

comme technologie ou IT, qui font souvent<br />

peur par méconnaissance» développe Marie-<br />

Adélaïde. «Nous avons trois angles d’attaque.<br />

D’abord nous aimerions faire tomber les barrières<br />

psychologiques. Nous promulguons des<br />

modèles de femmes qui ont réussi, auxquelles<br />

les jeunes peuvent s’identifier. Cela leur donne<br />

la confiance nécessaire pour se lancer dans ce<br />

type de carrière. Ensuite le volet networking<br />

permet aux femmes qui bossent dans l’IT de<br />

se rencontrer. Vu qu’elles sont peu nombreuses,<br />

et que lors d’évènements IT classiques<br />

elles sont peu représentées, nous organisons<br />

des conférences et cours durant lesquelles, à<br />

l’inverse, elles sont clairement majoritaires.<br />

Attention les hommes sont tout de même<br />

bienvenus. Nous ne désirons pas que la présence<br />

des femmes en technologie se fasse au<br />

détriment de celle des hommes.<br />

Dernièrement nous apportons des compétences.<br />

Nous trouvons des coachs bénévoles<br />

qui acceptent de donner des formations,<br />

telles que des cours de code, de machine<br />

learning, d’IoT, de web design, de cloud<br />

computing, d’entreprenariat, et bien d’autres<br />

choses. Le but est de donner une base; de<br />

montrer que ces termes qui semblent si mystérieux<br />

et complexes, ne sont pas si difficiles<br />

àappréhender.<br />

«Notre plus grande fierté est de voir que certaines<br />

filles reviennent d’activités en activités»<br />

explique Annabelle. «Elles nous disent<br />

qu’elles ont moins peur, ou qu’elles sont plus<br />

àl’aise grâce à nos actions. Ces retours positifs<br />

nous donnent l’envie d’organiser encore<br />

plus de choses». Marie-Adélaïde complète:<br />

«évidemment, nous devons toute composer<br />

avec nos temps pleins respectifs. Mais vu le<br />

succès, le nombre d’évènements augmente,<br />

c’est sûr».<br />

Vous pourrez rencontrer les GiT Luxembourg<br />

aux GR Business Days les 17 et 18 juin.<br />

Elles programment également le samedi<br />

27 juin une visite du Hackerspace avec diverses<br />

démonstrations et ateliers. En juillet, en<br />

collaboration avec Amazon, aura lieu une<br />

conférence sur Agile Methods; et en<br />

septembre, elles feront la visite du datacenter<br />

TLPO – Luxconnect.<br />

Pour se tenir au courant de leurs activités,<br />

un site web: luxembourg.girlsintech.org.<br />

SoM<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

31


IT Solutions<br />

L’urgence maîtrisée<br />

L’entreprise M-PLIFY S.A., qui a développé son propre système d’automatisation de procédures<br />

d’urgence, AlarmTILT ® ,seprépare après presque 15 ans d’expérience à sortir des frontières<br />

grand-ducales pour sécuriser d’autres horizons. Izidor Ciglar, administrateur délégué de<br />

M-PLIFY S.A. depuis maintenant trois ans nous dresse le panorama de la compagnie dans cette<br />

interview.<br />

Avant toute autre chose, pouvez-vous<br />

nous expliquer en quoi consiste le système<br />

AlarmTILT ® ?<br />

Imaginez qu’un feu se déclare dans une banque.<br />

Face au problème, il faut appliquer un<br />

plan BCP, c’est-à-dire un plan de continuité<br />

qui permet à un groupe de poursuivre ses<br />

affaires, même en cas de crise ou de désastre.<br />

Visualisez un manuel écrit, avec un nombre<br />

de pages dépendant de la taille de l’entreprise.<br />

En situation de stress intense, on<br />

devrait s’attendre àce que quelqu’un analyse<br />

la situation et prenne ce manuel pour y<br />

chercher le comportement adéquat à adopter.<br />

Il faut se poser des questions: est-ce un<br />

feu de grande envergure? Un petit feu? Estil<br />

sous contrôle? Qui doit-on contacter en<br />

premier? Quelles personnes doit-on informer<br />

ensuite? Le manuel nous indiquerait les décisions<br />

à prendre, adaptées au niveau de gravité<br />

du problème.<br />

Vous comprenez bien qu’un tel exercice est<br />

très difficile à appliquer en situation d’urgence.<br />

Nous proposons donc d’automatiser<br />

ce qui se trouve sur papier dans un outil<br />

informatisé. AlarmTILT ®<br />

est une solution<br />

d’automatisation et de modélisation des procédures<br />

d’urgence, développée dans sa totalité<br />

par notre société. Il suffit simplement de<br />

renseigner les informations de base: est-ce<br />

un feu, une alerte à bombe, quelle en est la<br />

sévérité,... Les paramètres rentrés, le système<br />

estime quelles sont les réactions à avoir, et<br />

s’assure également que la communication<br />

nécessaire entre les acteurs concernés se<br />

fasse correctement.<br />

Accessoirement, vu notre expérience dans le<br />

domaine, nous conseillons également nos<br />

clients. Des comportements dressés sur papier<br />

fonctionnent bien en théorie mais ne sont souvent<br />

pas appliqués correctement en pratique.<br />

Par exemple, avertir les 1.500 employés d’une<br />

compagnie est toujours plus lent sur le terrain<br />

que ce qui est prévu par le manuel. Nous<br />

offrons donc un service de conseil, en vue de<br />

l’amélioration des procédures d’urgence.<br />

Quelles sont les plus grandes réalisations<br />

de M-PLIFY S.A.?<br />

Notre entreprise existe depuis bientôt 15<br />

ans. Lancée fin de l’année 2000, son premier<br />

accomplissement était sa survie. Elle est née<br />

d’un objectif très ambitieux: nous voulions<br />

créer un système complexe, performant et<br />

fiable. Cela nécessitait de gros investissements<br />

dans un contexte économique très<br />

peu propice aux nouvelles technologies.<br />

Notre fierté ensuite est d’avoir réussi à nous<br />

développer grâce à un outil que nous avons<br />

conçu nous-mêmes, et qui est utilisé par de<br />

nombreuses compagnies importantes.<br />

GRTgaz par exemple, filiale du groupe GDF<br />

SUEZ, emploie notre système dans toute la<br />

France. Ou encore les aéroports de Paris et<br />

de Bruxelles-Charleroi se reposent sur<br />

AlarmTILT ® pour leur gestion journalière des<br />

incidents, du bagage abandonné suspect, au<br />

malaise, en passant par le crash. L’immense<br />

confiance que ces sociétés placent dans<br />

notre produit est sans doute notre plus<br />

grande réussite.<br />

Qui sont vos clients et quelle est votre<br />

relation avec eux?<br />

AlarmTILT ®<br />

peut être utilisé partout où il y a<br />

besoin d’une gestion de l’information et des<br />

procédures en cas d’urgence. Notre clientèle<br />

est composée majoritairement d’entreprises, à<br />

80% du secteur privé. Nous nous concentrons<br />

principalement sur les secteurs aérien et financier.<br />

Ce dernier va de soi vu le nombre d’instituts<br />

bancaires que compte le pays. Nous avons<br />

également des clients dans le milieu de l’industrie,<br />

de la santé et de l’ICT. Le gouvernement<br />

luxembourgeois a par ailleurs défini un contrat<br />

cadre avec M-PLIFY S.A.: plus d’une vingtaine<br />

d’administrations et services utilisent<br />

AlarmTILT ® ,notamment en cas de problème<br />

dans un tunnel ou d’accident nucléaire.<br />

Le Luxembourg et en particulier le milieu financier<br />

sont réceptifs à ce que nous proposons. La<br />

cybersécurité dont on ne parlait pas il y a huit<br />

ans, entre de plus en plus dans le cadre des<br />

plans BCP. Certains de nos clients se sont même<br />

tournés vers nous poussés par cette nécessité. Et<br />

pour cause, notre système AlarmTILT ® est indépendant<br />

de la structure informatique et électrique<br />

de l’entreprise: il peut fonctionner en cas de<br />

panne ou de hackage.<br />

De notrepoint de vue, il est impératif que notre<br />

centaine de clients échangent sur leur expérience<br />

réciproque. Nous avons organisé notre<br />

troisième conférence “AlarmTILT ®<br />

Experience<br />

Day” le 19 mai dernier dans ce but. Une soixantaine<br />

de participants y sont venus écouter nos<br />

conférences et se rencontrer. Vu la réussite,<br />

nous renouvellerons l’évènement l’an prochain.<br />

32<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


“<br />

La cybersécurité<br />

dont on ne parlait pas il y<br />

ahuit ans, entre de plus<br />

en plus dans le cadre des<br />

plans BCP<br />

”<br />

Nous avons également reçu ce printemps le<br />

label “Made in Luxembourg”. Cela souligne<br />

incontestablement notre volonté d’être proche<br />

de nos clients. Nous sommes une société<br />

luxembourgeoise et nous désirons être au<br />

plus près d’eux; d’abord pour être capable<br />

de leur répondre au mieux en cas de besoin,<br />

et non via un call center à l’étranger; ensuite<br />

pour récolter leurs avis et opinions. Ces<br />

retours nous aident à améliorer régulièrement<br />

notre produit, en tenant compte des<br />

besoins réels de notre clientèle.<br />

Quels sont les défis futurs de M-PLIFY S.A.?<br />

Vu la taille du Luxembourg, il est clair pour<br />

nous que le marché y a ses limites. Si nous<br />

voulons garder notre croissance, nous devons<br />

sortir de ses frontières. Notre grand projet<br />

futur est de nous établir dans les pays voisins<br />

dans une première phase, puis de couvrir<br />

l’Europe, et ensuite peut-être l’Asie. Bien sûr,<br />

nous avons déjà quelques clients dans des<br />

pays limitrophes, mais cela reste limité. Notre<br />

attention est actuellement principalement<br />

luxembourgeoise. Nous prendrons bien plus<br />

ces marchés étrangers en considération lorsque<br />

nos extensions seront réalisées.<br />

M-PLIFY S.A.<br />

68, avenue de la Liberté<br />

L-1930 Luxembourg<br />

Tél.: 26 18 46 1<br />

contact@alarmtilt.com<br />

www.alarmtilt.com<br />

Izidor Ciglar<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

33


Un séminaire sur la gestion d’urgence<br />

Le 19 mai dernier a eu lieu la 3 e édition de l’AlarmTILT ® Experience Day, organisée par la société<br />

M-PLIFY S.A., spécialisée dans l’automatisation et de modélisation de procédures d’urgence.<br />

Cette matinée, à laquelle assistaient une soixantaine de participants, fut l’occasion d’échanges entre<br />

clients, ainsi qu’avec les membres de l’entreprise, au sujet de la sécurité et de l’optimisation des<br />

procédures. Deux intervenants ont également pris la parole dans les locaux du chocolatier Namur à<br />

Hamm; Carine Dufrasne, de la BCEE, a souligné l’importance des tests de procédures, et Pierre Halleux,<br />

de l’aéroport Charleroi Bruxelles Sud, a insisté sur la pertinence et la fiabilité des informations distribuées<br />

aux différents acteurs participants à la gestion d’urgence.<br />

1<br />

2<br />

3<br />

4<br />

5<br />

1. Carine Dufrasne, chef de la division organisation - service organisation,<br />

Banque et Caisse d’Epargne de l’Etat Luxembourg (BCEE)<br />

2. Izidor Ciglar, CEO, M-PLIFY S.A.<br />

3. Pierre Halleux, adjoint de direction - département Safety,<br />

Brussels South Charleroi Airport S.A.<br />

4. Renaud Vanderhagen, Head of Operations and Support, M-PLIFY S.A.<br />

5. Romain Genson, Project Manager, M-PLIFY S.A.


From data to decision-making<br />

Big Data is introducing a new era! The era where your competitors will improve their<br />

decision-making capabilities to boost their performance and increase their profitability.<br />

The most successful companies of the future will be those who master and understand their<br />

big data the best and use it to create advanced business insights, take data-driven decisions<br />

and define stronger disruptive strategies.<br />

Bringing all possible data sources in relation with one another, analyzing the underlying dynamics<br />

and predicting customer behavior to take proactive action is what will separate the<br />

leading companies from the lagging companies.<br />

Delaware Consulting helps you turn your data into undiscovered business insights and<br />

create a true competitive advantage.<br />

http://business-insights.delawareconsulting.com


IT Solutions<br />

«Grâce aux plates-formes de Big Data,<br />

la prise de décision sera facilitée<br />

et le risque, réduit»<br />

Début mai, le prix de Belgian Company Award for Excellence vient couronner les efforts de<br />

Delaware Consulting en matière de Big Data lors du gala des Data News Awards for Excellence<br />

àBruxelles. «Nous ne nous y attendions pas du tout, nous en sommes très fiers» dit Philippe<br />

Dendievel, un grand sourire aux lèvres. Rencontre avec l’associé de Delaware Consulting.<br />

Philippe Dendievel travaille depuis une<br />

dizaine d’années pour Delaware Consulting,<br />

l’un des fournisseurs majeur de services de<br />

conseil aux entreprises. Il vient de rentrer de<br />

Dubaï où il est en pleine négociation pour y<br />

installer un bureau. Celui-ci s’ajouterait à<br />

ceux ouverts il y a peu: un à Budapest, en<br />

Hongrie, et l’autre à Kuala Lumpur, en<br />

Malaisie. Ces agrandissements sont réfléchis:<br />

le premier bureau a été créé dans le but de<br />

suivre l’un des clients les plus importants de<br />

Delaware Consulting. Le second est une<br />

extension de Delaware Asie Pacifique.<br />

Ils viennent grossir les rangs des 17 bureaux<br />

régionaux déjà existants en Belgique, aux<br />

Pays-Bas, au Luxembourg, en France, en<br />

Chine, à Singapour, aux Philippines et aux<br />

États-Unis. L’associé belge suit ainsi la stratégie<br />

Delaware 4.0, mise en route l’année passée.<br />

Delaware est présent sur de nombreux<br />

fronts, que ce soit l’ERP, les magasins en<br />

ligne, l’expérience du consommateur, etc.<br />

Cette volonté d’offrir des solutions «end-toend»<br />

contribue au succès de l’entreprise.<br />

«Aujourd’hui, Delaware emploie plus de<br />

1.000 personnes. Mais nous voulons continuer<br />

à grandir internationalement. Nous<br />

comptons ouvrir cinq nouveaux bureaux et<br />

nous espérons passer à 2.500 employés dans<br />

les cinq ans».<br />

Le Big Data<br />

Comme ses partenaires principaux Microsoft,<br />

OpenText et SAP, Delaware Consulting investit<br />

beaucoup dans les nouvelles technologies.<br />

L’une d’entre-elles est le Big Data, aussi<br />

appelé volumes massifs de données en français.<br />

«C’est un sujet très chaud pour le<br />

moment. Chacun veut réaliser des mesures et<br />

créer des données à partir de tout et n’importe<br />

quoi», commente Philippe Dendievel.<br />

Àla question «comment traiter autant de données<br />

efficacement?», l’ancien responsable des<br />

activités Business Intelligence et Performance<br />

Management répond: «SAP a développé il y a<br />

quatre ans une plate-forme qui s’appelle<br />

HANA. Elle permet la construction d’applications<br />

de Big Data. HANA est tellement performante<br />

que l’on peut facilement intégrer dans<br />

la même base de données toutes les transactions<br />

des clients d’une entreprise». Elle offre<br />

aussi l’avantage de gagner du temps puisque<br />

la plate-forme permet de chercher très rapidement<br />

à travers des billions de dossiers.<br />

Delaware Consulting articule ses activités<br />

autour de trois piliers: Operational Excellence,<br />

Business Insights et Customer Experience.<br />

Le Big Data concerne tout particulièrement<br />

cette dernière. Philippe Dendievel pense que<br />

grâce aux plates-formes de Big Data, la prise de<br />

décision sera facilitée et le risque, réduit. Elles<br />

permettent d’intégrer les habitudes et le comportement<br />

des clients: qui sont-ils, quelle est<br />

leur identité? «On peut répondre enpartie à<br />

ces questions grâce aux cartes de fidélité, qui<br />

donnent des informations sur le genre, l’âge,<br />

les études, etc. du client. Plus les informations<br />

sont nombreuses, mieux l’on pourra orienter la<br />

personne et lui faire des recommandations».<br />

C’est ce que l’on appelle de l’analyse prédictive.<br />

Elle rend l’expérience client plus personnalisée.<br />

Repenser la législation concernant les<br />

données privées<br />

«De nouvelles législations à propos des données<br />

privées doivent être mises en place au<br />

niveau européen», pense Philippe Dendievel.<br />

«Ce n’est pas très bien gouverné pour le<br />

moment». Dès que l’on autorise par exemple<br />

la géolocalisation sur un smartphone, les<br />

développeurs de l’application savent exactement<br />

où l’on se trouve. Le citoyen ne se rend<br />

pas toujours compte de toutes les données<br />

disponibles sur lui pour une entreprise. «Par<br />

exemple, si vous achetez une nouvelle télévision<br />

connectée à Internet, celle-ci enregistrera<br />

certainement vos habitudes télévisuelles.<br />

Ces données seront ensuite vendues à<br />

une entreprise qui pourra s’en servir commercialement».<br />

36<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


“<br />

De nouvelles<br />

législations à propos des<br />

données privées doivent<br />

être mises en place au<br />

niveau européen<br />

”<br />

Les entreprises commencent à se rendre<br />

compte que les données composant le Big<br />

Data représentent beaucoup d’argent. Cela<br />

leur donne la chance de créer de nouvelles<br />

opportunités de vente de services d’information.<br />

Delaware a mis en place une équipe<br />

d’une centaine de personnes et désire<br />

l’agrandir. La compagnie engagera donc cinq<br />

nouveaux mathématiciens en septembre.<br />

«Ils ne sont pas faciles à trouver, nous<br />

devons aller les chercher dans les universités.<br />

Mais en ce qui concerne la plupart de nos<br />

employés, nous leur proposons des formations<br />

au sein de l’entreprise». Ceux-ci font ce<br />

que Philippe Dendievel appelle du «business<br />

insights», c’est-à-dire qu’ils réalisent un rapport<br />

sur l’entreprise à partir des informations<br />

disponibles sur celle-ci. «Nous espérons<br />

qu’avec cette technique, nous pourrons<br />

prendre de meilleures décisions», ajoute-t-il<br />

sur un ton enthousiaste. «La qualité est notre<br />

priorité».<br />

Delaware Consulting<br />

2, rue de Joncs<br />

L-1818 Howald<br />

Luxembourg<br />

Tel: +352 20 88 18 92<br />

info.lux@delawareconsulting.com<br />

www.delawareconsulting.com<br />

Philippe Dendievel<br />

Source photo: DELAWARE


eSanté<br />

Àvotre eSanté!<br />

Santé et technologie, a priori ces deux mots ne sont pas très assortis. Pourtant, déjà<br />

aujourd’hui l’ICT et le digital modifient la façon de pratiquer les soins, et toutes les prévisions<br />

s’accordent à dire que cette tendance se renforcera dans le futur. Nous avons interviewé<br />

deux experts de l’entreprise Deloitte Luxembourg sur les enjeux de l’eSanté pour notre<br />

pays: Luc Brucher, Partner Audit et Healthcare and Life Sciences Leader, ainsi que Karine<br />

Pontet Director Human Capital Advisory Services et Healthcare and Life Sciences coordinator.<br />

“<br />

Le développement<br />

de la médecine numérique<br />

et connectée va permettre<br />

de suivre le patient partout<br />

et à toute heure<br />

”<br />

Quel est votre rôle chez Deloitte<br />

Luxembourg?<br />

LB: L’industrie Healthcare and Life Sciences de<br />

Deloitte est très active et compte une équipe<br />

dédiée qui a comme mission de coordonner<br />

les offres de services de Deloitte, à destination<br />

des acteurs du secteur de la santé, des soins et<br />

des sciences de la vie. Nous sommes surtout<br />

chargés d’identifier les besoins qui pourraient<br />

émaner du milieu de la santé, et de les rediriger<br />

vers les services pertinents de notre entreprise,<br />

à savoir Audit, Fiscalité Tax ou Conseil.<br />

Les missions que nous coordonnons sont très<br />

variées, par exemple: l’audit et le conseil stratégique<br />

auprès d’organismes de recherche<br />

publique et d’établissements hospitaliers, l’audit<br />

informatique de sécurité, le conseil en<br />

organisation et en ressources humaines.<br />

Les acteurs du monde de la santé nous accordent<br />

une grande confiance et communiquent<br />

naturellement avec nous. La FHL notamment<br />

est un partenaire privilégié avec lequel nous<br />

organisons notre conférence annuelle sur l’industrie<br />

Healthcare and Life Sciences.<br />

Quelles étaient les principales conclusions<br />

de la récente étude "Deloitte<br />

2014 Healthcare Survey"?<br />

KP: En 2011 et 2013, nous avions déjà réalisé<br />

une étude auprès des patients. En 2014,<br />

nous nous sommes cette fois tournés vers les<br />

professionnels du secteur de la santé.<br />

Les thématiques abordées étaient semblables:<br />

la perception du système de santé<br />

national, les offres proposées, les comportements<br />

préventifs et enfin les technologies de<br />

la santé.<br />

La conclusion principale est que les perceptions<br />

des professionnels et des patients sont<br />

alignées: on ne constate pas d’écart significatif<br />

entre ces deux catégories de sondés.<br />

Globalement ils jugent le système de santé<br />

grand-ducal bon et performant. Le thème de<br />

la technologie au sein du secteur de la santé<br />

interpelle patients et professionnels.<br />

Actuellement, la qualité de cette technologie<br />

est vue comme satisfaisante.<br />

Quelles sont vos prédictions par<br />

rapport à l’utilisation de cette technologie?<br />

LB: Une deuxième étude réalisée par<br />

Deloitte Global “Healthcare and Life<br />

Sciences Predictions 2020 – A bold future?"<br />

présente les évolutions probables auxquelles<br />

on peut s’attendre au niveau des soins de<br />

santé. Les nouvelles technologies ont évidemment<br />

un impact fort sur ces pronostics.<br />

La premièretendance d’ici cinq ans est la transformation<br />

du patient en un consommateur de<br />

soins éclairé. Les technologies de l’information<br />

et de la communication poussent les individus<br />

àpartager leurs expériences et à s’informer.<br />

38<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Luc Brucher<br />

Les patients deviennent progressivement<br />

mieux éduqués et plus exigeants face au<br />

monde médical.<br />

Ensuite, le développement de la médecine<br />

numérique et connectée va permettre de suivre<br />

le patient partout et à toute heure. Le<br />

parcours des soins sera plus intégré, et la<br />

coordination entre les différents prestataires<br />

et le patient sera optimisée. D’ailleurs Le DSP,<br />

ou Dossier des Soins Partagé, qui sera instauré<br />

sous peu dans notre pays sera un des<br />

éléments clés de cette meilleure coordination.<br />

Troisième évolution, l’utilisation des capteurs<br />

de données va fortement croître. Les applications<br />

de santé ou de fitness par exemple collectent<br />

les informations et génèrent des données<br />

que le patient consulte afin de surveiller<br />

son état de santé, et de réagir directement<br />

en cas de problème.<br />

En outre, la masse de données à traiter<br />

devient de plus en plus volumineuse et<br />

nécessite une gestion efficace afin d’être<br />

exploitées et analysées au mieux. Le Big<br />

Data est donc un enjeu essentiel pour le<br />

futur du domaine de la santé et des soins.<br />

La protection de ces données est le dernier<br />

grand challenge de l’évolution du système.<br />

Les informations doivent circuler à l’avantage<br />

des patients et des institutions de santé,<br />

et non à leur détriment. Il faudra créer un<br />

cadre réglementaire intelligent, pour garantir<br />

une protection maximale des consommateurs<br />

et prestataires de soins.<br />

Enfin, les lois et réglementations devront<br />

s’adapter pour faire face à l’évolution rapide des<br />

technologies ainsi qu’aux demandes des<br />

consommateurs de soins qui souhaiteront bénéficier<br />

des avantages offerts par ces technologies.<br />

«Il faudra créer un cadre réglementaire intelligent,<br />

pour garantir une protection maximale<br />

des données de santé et in fine des patients »<br />

Quelles sont les opinions sur le DSP?<br />

LB: Selon les résultats de nos trois enquêtes,<br />

le DSP est désiré par les patients et les professionnels.<br />

Ils réclament ce système aux<br />

nombreux avantages, comme une meilleure<br />

coordination entre médecins et hôpitaux,<br />

une gestion plus efficace des informations<br />

médicales et de leur accessibilité, et également<br />

une réduction du coût des soins.<br />

Quelques inquiétudes subsistent cependant.<br />

D’abord, la sécurité dans le déploiement du<br />

DSP est primordiale. L’agence eSanté et ses<br />

partenaires ont d’ailleurs comme objectif<br />

principal d’assurer un niveau de sécurité le<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

39


eSanté<br />

Karine Pontet<br />

plus élevé possible pour que les patients fassent<br />

confiance à cette nouveauté. Une autre<br />

inquiétude mentionnée était celle de l’implication<br />

des médecins. Ceux-ci doivent s’habituer<br />

à cet outil et se l’approprier. Sans eux,<br />

l’implémentation ne se fera pas d’une<br />

manière optimale.<br />

KP: Aussi bien les patients que les professionnels<br />

sont disposés à recourir aux technologies.<br />

Mais les patients tiennent à la présence<br />

physique de leur soignant et semblent<br />

ne pas encore être prêts à recourir, même<br />

ponctuellement, à une consultation médicale<br />

virtuelle. Bien que la présence du digital dans<br />

la consultation sera plus forte dans le futur,le<br />

face-à-face avec le médecin reste un contact<br />

rassurant.<br />

Le lancement du DSP ayant obtenu l’accord<br />

de la Commission Nationale pour la Protection<br />

des Données, sa mise en route est donc<br />

imminente.<br />

Dans ce domaine, quels sont les enjeux<br />

des technologies ICT et notamment du<br />

Big Data pour notre pays?<br />

LB: L’analyse et l’exploitation intelligente des<br />

données de masse (Big Data), pourra offrir<br />

des avantages importants aux patients et<br />

aux professionnels de santé et de soins. Au<br />

niveau de la recherche, en ce qui concerne<br />

des maladies neurodégénératives par exemple,<br />

c’est un enjeu critique. Autour du<br />

domaine de la recherche pourrait graviter un<br />

secteur biotechnologique important, dont le<br />

développement pourrait représenter un<br />

grand potentiel économique pour le<br />

Luxembourg.<br />

Notre pays peut se positionner sur ce terrain.<br />

Le Grand-Duché est tout de même bien servi<br />

d’une part en termes d’infrastructures et<br />

bénéficie d’autrepart d’une expertise de longue<br />

date dans le domaine de la protection<br />

des données et du traitement des données<br />

sensibles. Cette conception de la sécurité et<br />

de la protection des données est inscrite dans<br />

l’ADN du pays ce qui peut permettre au<br />

Luxembourg de tenir une place importante<br />

dans le domaine de l’eSanté au niveau international<br />

et d’être reconnu comme un centre<br />

d’expertise et de référence.<br />

SoM<br />

40<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


-<br />

-<br />

Brèves IT<br />

GECAMed conforme IHE<br />

Lors du dernier IHE-Europe Connectathon en<br />

avril 2015, le logiciel de gestion de cabinets<br />

médicaux GECAMed a passé avec succès les<br />

tests de conformité aux profils IHE, a<br />

annoncé le Luxembourg Institute of Science<br />

and Technology (LIST) qui a développé l’application.<br />

De type “open source”, cette dernière<br />

est compatible avec les autres systèmes<br />

proposés aux professionnels du secteur,<br />

conformément aux critères d’interopérabilité<br />

stricts en termes de sécurité et d’échange de<br />

données à un niveau de standard international.<br />

________________________________________<br />

Résultats record<br />

pour LuxTrust<br />

Le prestataire de services informatiques<br />

publie un chiffre d’affaires 2014 de 8 millions<br />

d’euros en croissance de 25% par rapport<br />

à 2013. Son bénéfice net augmente de<br />

50% à 1,754 million d’euros. Avec pour<br />

mission de garantir l’identité digitale et la<br />

sécurité des données électroniques des<br />

entreprises et des citoyens, LuxTrust emploie<br />

30 personnes et compte plus 300.000<br />

clients avec une prévision de 400.000 d’ici<br />

un an. Après une première phase de<br />

construction centrée sur l’équipement du<br />

marché domestique, LuxTrust prépare<br />

actuellement la deuxième étape de son<br />

développement, axée sur l’internationalisation<br />

de ses activités. LuxTrust est une société<br />

anonyme, prestataire de services informatiques,<br />

créée et soutenue par des partenaires<br />

étatiques, institutionnels et privés. Sa mission<br />

est de garantir l’identité digitale et la<br />

sécurité des données électroniques des<br />

entreprises et des citoyens.<br />

Croissance continue pour<br />

EBRC<br />

Le spécialiste des services intégrés ICT enregistre<br />

un chiffre d’affaires 2014 de 48,2 millions<br />

d’euros et réalise une croissance de 58%<br />

sur quatre ans, «soutenue par le développement<br />

et le déploiement de services innovants<br />

àforte valeur ajoutée: services d’externalisation<br />

IT, de conseil et de sécurité ICT avec l’offre<br />

Trusted Security Europe», précise EBRC<br />

dans son communiqué. Le groupe compte<br />

plus de 250 clients dans la Grand-Région, en<br />

Europe, aux États-Unis et au Moyen-Orient.<br />

________________________________________<br />

Thierry Seignert affiche les<br />

objectifs de L’APSFS<br />

Nomination de Thierry Seignert (directeur d’IBM<br />

Services Financial Sector), à la tête de l’association<br />

des PSF de support (APSFS), pour un 3 e mandat<br />

annuel. L’organisme regroupe les opérateurs spécialisés<br />

dans la sous-traitance de fonctions opérationnelles<br />

(agents administratifs du secteur financier,<br />

agents de communication à la clientèle, opérateurs<br />

de systèmes informatiques primaires du<br />

secteur financier, opérateurs de systèmes informatiques<br />

secondaires et de réseaux de communication<br />

du secteur financier) pour le compte de<br />

professionnels financiers proprement dits. Parmi<br />

ses principaux objectifs, une réflexion et des préconisations<br />

sur l’avenir du statut de PSF de support<br />

et sur le développement et la diversification<br />

de l’activité, au Luxembourg et à l’étranger.<br />

Carte bleue<br />

européenne<br />

Déclaration du Conseil de gouvernement<br />

en faveur d’une procédure facilitée de<br />

demande de titre de séjour pour les travailleurs<br />

hautement qualifiés. Celle-ci inclut<br />

une diminution du seuil salarial requis pour<br />

l’obtention d’une carte bleue européenne<br />

destinée aux professions de l’informatique<br />

et de la communication. L’objectif est de<br />

subvenir aux besoins du secteur luxembourgeois<br />

des technologies de l’information<br />

et de la communication en personnel<br />

qualifié (développeurs, analystes-programmeurs<br />

ou superviseurs de projets<br />

informatiques notamment), suite à la stratégie<br />

du pays pour attirer les grands<br />

acteurs ITC.<br />

________________________________________<br />

Coopération POST<br />

Luxembourg - Spotify,<br />

Signature d’un partenariat exclusif entre<br />

POST Luxembourg et Spotify, le service leader<br />

du streaming musical. Depuis le 7 mai<br />

dernier, les clients mobiles de POST peuvent<br />

bénéficier d'un accès instantané au service<br />

Spotify Premium et à un large catalogue de<br />

musique provenant du monde entier. Spotify<br />

est le plus grand service de streaming musical<br />

au monde, avec plus de 60 millions d'utilisateurs<br />

actifs dans 58 pays. Il propose un<br />

accès à plus de 30 millions de titres locaux et<br />

internationaux.<br />

________________________________________<br />

Belgique - Luxembourg:<br />

fini le roaming<br />

Les deux régulateurs nationaux, l'Institut<br />

luxembourgeois de régulation (ILR) et<br />

l'Institut belge des services postaux et des<br />

télécommunications (IBPT) mettent fin aux<br />

frais d’itinérance entre les deux pays.<br />

Désormais, le numéro étranger sera considéré<br />

comme national et bénéficiera des<br />

mêmes tarifs pour les appels téléphoniques,<br />

les envois de sms et la navigation sur le<br />

réseau 3G/4G.


eSanté<br />

«Le Luxembourg a une carte<br />

àjouer au niveau de l’eSanté»<br />

Pour Guy Brandenbourger, associé et Healthcare Leader et Thierry Barré, Senior<br />

Manager, PwC Luxembourg, le domaine de la santé luxembourgeois est certes atypique.<br />

Le pays est cependant déjà bien présent en Europe, en termes d’expertise et de recherche<br />

notamment. Et il peut continuer à y jouer un rôle de premier plan, grâce à son secteur ICT.<br />

“<br />

Le big data offre<br />

un véritable bénéfice, au<br />

sens positif du terme, pour<br />

la communauté humaine<br />

dans son ensemble, avant<br />

tout dans le domaine de<br />

la recherche<br />

”<br />

Début 2014, PwC publiait une étude<br />

(European Hospital Survey: Benchmarking<br />

Deployment of eHealth services) menée<br />

de 2012 à 2013. Quelles en étaient les<br />

principales conclusions?<br />

L’étude effectuée auprès de 1.753 hôpitaux<br />

de type d’urgence de 30 pays européens (les<br />

27 membres de l’UE, la Norvège, l’Islande et<br />

la Croatie) reposait sur un questionnaire très<br />

structuré portant notamment sur le déploiement<br />

du dossier médical électronique, de la<br />

bande passante, sur la connectivité, sur la<br />

sécurisation des systèmes d’informations…<br />

Elle permettait de comparer l’état de maturité et<br />

d’avancées du déploiement de l’eSanté au sein<br />

des hôpitaux d’urgence en Europe. Commanditée<br />

par la Commission européenne elle a été réalisée<br />

par PwC Luxembourg. Par rapport à<br />

l’enquête précédente sur le sujet publiée en<br />

2011, on a pu constater une légère hausse de<br />

l’adoption des services d’eSanté, avec toutefois<br />

des disparités encoreimportantes entre les<br />

pays de l’Europe de l’Ouest et de l’Est. Pour sa<br />

part, le Luxembourg est très en avance dans<br />

certains domaines, comme les systèmes de<br />

Picture Archiving Communication Systems<br />

(PACS), et sur le déploiement de l’eSanté.<br />

Le secteur de la santé luxembourgeois est atypique.<br />

À titre d’exemple, l’ensemble des hôpitaux<br />

du pays équivaut, en nombre de lits, à un<br />

établissement régional comme celui de Metz-<br />

Thionville. Le Luxembourg se caractérise donc<br />

par un secteur hospitalier de petite taille, avec<br />

cependant toutes les contraintes d’un grand<br />

pays, en termes de prise en charge, d’expertises<br />

sur les différentes pathologies, de recherche<br />

et d’investigations cliniques, de contraintes<br />

budgétaires ou encore de répartition géographique<br />

des moyens hospitaliers.<br />

Quelles seront les suites concrètes de<br />

cette étude?<br />

Les résultats sont désormais utilisés par la<br />

Commission pour définir au niveau européen<br />

une stratégie et une politique globales dans<br />

les domaines du digital et de l’eSanté à l’horizon<br />

2020. Si pour l’instant aucun programme<br />

spécifique n’a été énoncé, il n’en<br />

n’est pas de même au niveau de l’économie<br />

digitale qui compte déjà un volet eSanté.<br />

Dans cette optique, quels sont les principaux<br />

enjeux du Luxembourg?<br />

Quelles sont les caractéristiques du<br />

secteur hospitalier luxembourgeois?<br />

Le pays a une carte à jouer en Europe, en termes<br />

d’expertise et de recherche notamment:<br />

avec le Luxembourg Centre for Systems<br />

42<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Biomedicine (LCSB) et l’Integrated BioBank<br />

of Luxembourg (IBBL), des établissements<br />

déjà largement reconnus à l’étranger; pour<br />

ce qui est de la formation également, des<br />

réflexions sont actuellement en cours sur la<br />

Luxembourg Medical School, pour doter le<br />

Grand-Duché d’un axe universitaire avec<br />

une filière de formation des internes.<br />

Le Luxembourg est déjà bien présent au<br />

niveau européen; il peut continuer à jouer un<br />

rôle dans ce domaine; d’autant qu’à travers<br />

son secteur ICT, la santé peut constituer une<br />

niche de développement économique importante.<br />

Concrètement, le Grand-Duché a une<br />

grande carte à jouer au niveau de l’eSanté et<br />

avec le Dossier de Soins Partagé (DSP): c’est<br />

la première fois en effet qu’un pays arrive à<br />

mettre en place une telle plate-forme en dixhuit<br />

mois seulement, et à fédérer tous les<br />

acteurs autour de son utilisation future.<br />

Quels sont les bénéfices du big data<br />

pour le secteur de la santé?<br />

Le big data offre un véritable bénéfice, au<br />

sens positif du terme, pour la communauté<br />

humaine dans son ensemble, avant tout<br />

dans le domaine de la recherche. Désormais<br />

la puissance informatique permet de stocker,<br />

de séquencer et d’analyser très rapidement<br />

des millions d’informations. Et une fois proprement<br />

anonymisées ou pseudonymisées,<br />

données médicales peuvent en effet être<br />

reprises et utilisées par les chercheurs, les<br />

laboratoires publics et privés, notamment<br />

pour mieux soigner les maladies d’Alzheimer<br />

ou de Parkinson ou encore la démence.<br />

Les acteurs ICT luxembourgeois sontils<br />

prêts pour répondre àtous ces défis<br />

digitaux et santé qui émergent?<br />

Au niveau structure, architecture, stockage et<br />

redondance des données, le secteur ICT est<br />

très professionnel et solide. Il a été tiré vers le<br />

haut par le système bancaire, qui a très rapi-<br />

Guy Brandenbourger<br />

dement imposé une maturité forte des systèmes<br />

d’hébergement du pays. Il s’agit maintenant<br />

de savoir comment ces infrastructures et<br />

expertises seront utilisées au mieux par le secteur<br />

de la santé au sens large. Cependant, il<br />

manque une certaine masse critique, pour<br />

attirer par exemple des éditeurs de logiciels<br />

spécialisés dans la santé. Les branches des<br />

grandes sociétés informatiques internationales<br />

ont des représentations en Belgique, en<br />

France ou en Allemagne. Le Luxembourg est<br />

trop petit pour inciter ces dernières à venir s’y<br />

installer. Dans ce domaine, les besoins des<br />

hôpitaux doivent donc s’adapter à l’existant,<br />

plutôt que de l’influencer.<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

43


“<br />

L’information médicale<br />

devient de plus en plus<br />

mobile<br />

”<br />

Il s’agit donc d’une question-clé, qui est liée<br />

au secret de l’information appartenant au<br />

patient; on s’engage dans une direction qui<br />

peut être dangereuse en termes de maîtrise<br />

de l’information et de sécurité, avec des<br />

dérapages à prévoir. Aussi, le législateur<br />

devra édicter des règles de conduite, pour<br />

réguler ces questions.<br />

Comment les CIO des établissements<br />

de santé font-ils face à cette nouvelle<br />

donne digitale?<br />

Thierry Barré<br />

Sur le terrain, comment se concrétisent<br />

ces interactions entre la santé et l’ICT?<br />

L’interpénétration s’accroît chaque jour,<br />

entre les besoins des médecins/thérapeutes/soignants<br />

et les réponses que peut leur<br />

apporter l’ICT; avec un impact fort sur la pratique<br />

médicale même: on parle aujourd’hui<br />

de télémédecine, de digital doctor, de dossier<br />

électronique du patient. L’information médicale<br />

devient en outre de plus en plus mobile.<br />

Mais on oublie que cette information-là<br />

appartient au patient, et qu’elle a de la<br />

valeur pour ceux qui l’utilisent. Ceci entraîne<br />

de nouveaux défis déontologiques: aussi, il<br />

faudra bien un jour se poser la question de<br />

savoir à qui et à quoi servent ces informations.<br />

Et quels sont la valeur et le prix de ces<br />

dernières pour ceux qui l’utilisent (l’environnement<br />

hospitalier, les services administratifs<br />

de la CNS et leurs propriétaires).<br />

Sans oublier l’émergence croissante des entreprises<br />

privées dans ce domaine, telles Apple<br />

notamment, qui offrent des applications de<br />

mesures de données biologiques ou de dossier<br />

médical téléchargeables sur un téléphone ou<br />

un ordinateur. Les informations médicales<br />

désormais stockées et envoyées à partir d’appareils<br />

mobiles, peuvent également être piratées,<br />

vendues ou abusivement utilisées.<br />

Un CIO s’occupe essentiellement des volets<br />

architecture, infrastructure et sécurité de l’information<br />

et de la communication. Et non du<br />

contenu même qui transite dans ses systèmes<br />

d’informations, à savoir les données. Il<br />

doit certes en comprendre l’enjeu. Mais tout<br />

ce qui touche à la maîtrise de l’utilisation des<br />

données, à la mise en place d’un modèle de<br />

données (avec un glossaire et une terminologie<br />

à employer), relève désormais de la compétence<br />

du Chief Digital Officer (CDO).<br />

Celui-ci doit en effet veiller à ce que l’information<br />

saisie dans un système informatique<br />

soit cohérente du début jusqu’à la fin. On<br />

touche ici à la documentation médicale<br />

même, et à un service qui assure la continuité<br />

des données mises à la disposition du<br />

corps médical et du soignant, jusqu’à son<br />

utilisation et sa facturation. Au Luxembourg,<br />

si l’arrivée des CDO se généralise peu à peu<br />

dans un certain nombre d’entreprises financières,<br />

industrielles ou du marketing, ce n’est<br />

pas encore le cas dans les établissements<br />

hospitaliers et médicaux. Ce virage n’a pas<br />

encore été pris; aussi il doit l’être très rapidement.<br />

MA<br />

44<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


eSanté<br />

«Pour EBRC, le domaine médical<br />

est hautement stratégique»<br />

Yves Reding, CEO d’EBRC revient sur le projet de Dossier de Soins Partagé (DSP) et sur les<br />

défis du digital et de la sécurisation des données pour le secteur de la santé.<br />

Jusqu’à présent, quelles ont été pour<br />

vous les grandes étapes du lancement<br />

du projet de DSP?<br />

En juin 2013, notre consortium a été sélectionné<br />

par l’Agence nationale eSanté parmi<br />

quatorze candidatures de sept pays différents.<br />

Après avoir démontré la faisabilité au<br />

travers d’un Proof of Concept (POC), en juillet<br />

2013, nous avons signé le contrat du DSP.<br />

Six mois plus tard, notre consortium livrait à<br />

l’Agence la plate-forme de production du DSP,<br />

conformément au cahier des charges.<br />

Concrètement, les premiers services tels le portail<br />

d’information de l’Agence ou les annuaires des<br />

professionnels de santé étaient opérationnels.<br />

Tout au long de 2014, la plate-forme a permis<br />

d’activer la participation des professionnels de<br />

santé, par l’intégration des différents automatismes<br />

d’injection de données. La messagerie sécurisée<br />

a offert à l’ensemble des acteurs de la santé<br />

un système permettant des échanges sécurisés<br />

et identifiés, conformément au cahier des charges<br />

et aux attentes de la Commission Nationale<br />

pour la Protection des Données (CNPD).<br />

Ce fut donc un planning très challenging, compte<br />

tenu des délais impartis très courts, de la haute<br />

criticité et de la grande visibilité de ce projet. La<br />

qualité plus élevée qu’à l’habitude, attendue en<br />

termes de sécurité devait être garantie tout en<br />

assurant des délais compressés au maximum.<br />

Qui participe à ce consortium?<br />

SQLI en tant qu’éditeur de software et intégrateur<br />

de solution métier avec EBRC pour le<br />

côté «architecture et opérations», et<br />

Accenture pour le volet “gestion de projet”.<br />

Nous embarquions avec nous une série de<br />

sous-traitants, dont LuxTrust, pour la partie<br />

authentification forte, et le centre de recherche<br />

LIST (ex-Tudor), pour la partie “solution<br />

de gestion de cabinet médical”.<br />

Que représente le secteur de la santé<br />

pour EBRC?<br />

Pour nous, le domaine médical est hautement<br />

stratégique. Nous sommes reconnus<br />

pour notre compétence appliquée aux industries<br />

bancaire et financière. Il faut cependant<br />

reconnaître que le secteur de la santé est<br />

encore plus critique, notamment en termes<br />

de confidentialité et de disponibilité. Ici, les<br />

données peuvent sauver des vies.<br />

Il s’agit donc pour nous d’un secteur avec<br />

des projets très importants. Directement en<br />

lien avec notre vision de centre d’excellence<br />

en Europe dans la gestion de l’information<br />

sensible, le secteur de la santé s’inscrit dans<br />

la continuité par rapport à nos expertises<br />

acquises précédemment dans des domaines<br />

comme la banque ou la finance.<br />

EBRC est une société luxembourgeoise reconnue,<br />

avec un capital 100% luxembourgeois, et avec<br />

POST Luxembourg comme actionnaire unique.<br />

Nos data centers sont tous basés à Luxembourg.<br />

Trois d’entreeux sont certifiés Tier IV,et offrent ce<br />

qui se fait actuellement de mieux dans le monde.<br />

En termes de sécurisation des données,<br />

quels sont les principaux défis auxquels<br />

une telle plate-forme doit répondre?<br />

Sur ce point, il existe quatre critères: la confidentialité<br />

tout d’abord, à savoir un accès restreint<br />

aux seules personnes autorisées. Pour y<br />

répondre, la plate-forme utilise les certificats<br />

LuxTrust, qui garantissent une authentification<br />

forte et les matrices d’habilitation portées par<br />

les applications. Ensuite, la haute disponibilité,<br />

c’est-à-dire la mise à disposition de l’information<br />

le plus rapidement possible, 24h/24 et<br />

sans interruption. Dans le cas du DSP, le médecin<br />

qui traite un patient doit en effet avoir<br />

accès aux données de ce dernier au plus vite.<br />

Notre rôle ici est de mettre en place une série<br />

de systèmes qui assurent la redondance et la<br />

disponibilité nécessaires. Troisièmement, l’intégrité<br />

des données. La mission du consortium ici<br />

est de prévenir toute altération de l’information<br />

et de faire en sorte qu’elle reste inchangée<br />

durant tout son cycle de vie; l’auditabilité,<br />

enfin, c’est-à-dire la capacité de retracer exactement<br />

le cheminement de l’information et les<br />

intervenants qui y ont eu accès.<br />

Ces quatre critères couvrent toute la chaîne<br />

de sécurité. Les infrastructures que nous<br />

avons mises en place répondent à ces quatre<br />

défis, et en font une plate-forme hautement<br />

sécurisée.<br />

Concrètement, comment se déroulera<br />

pour vous cette phase pilote?<br />

Dans ce projet, nous sommes véritablement<br />

au-delà d’une relation client-fournisseur.<br />

Nous sommes devenus un véritable partenaire,<br />

à l’écoute des besoins et des demandes,<br />

et poursuivant les mêmes objectifs de<br />

réussite et de succès.<br />

46<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


“<br />

Ce fut donc un planning<br />

très challenging, compte<br />

tenu des délais impartis<br />

très courts, de la haute<br />

criticité et de la grande<br />

visibilité de ce projet<br />

”<br />

Concrètement, nous agissons à deux niveaux:<br />

l’un, hautement urgent en termes de disponibilité<br />

et de sécurité, lorsqu’il s’agit par exemple<br />

de défaillances qui doivent êtresolutionnées au<br />

plus vite. Notre seconde zone d’intervention<br />

concerne plutôt l’expérimentation et l’adaptation<br />

du DSP à proprement parler: il s’agit de<br />

prendre en compte très rapidement les demandes<br />

et les besoins des uns et des autres et de les<br />

intégrer au sein de la plateforme.<br />

Yves Reding<br />

Quel premier bilan tirez-vous à ce<br />

stade du projet?<br />

C’est pour nous une très grande réussite, en<br />

termes d’agilité et de vitesse d’exécution.<br />

Là où certains pays ont mis plusieurs années<br />

pour réaliser leur projet, et où d’autres ne<br />

l’ont pas mené à terme, nous avons réussi à<br />

déployer cette plate-forme en cinq mois seulement<br />

grâce à un consortium regroupant les<br />

bonnes compétences.<br />

En 2011, nous avions déjà acquis une première<br />

expérience réussie lors du lancement<br />

pour le compte de l’IBBL (Integrated BioBank<br />

of Luxembourg), d’une solution ouverte,<br />

facile et sécurisée d’hébergement et de gestion<br />

des données.<br />

Au Luxembourg, les acteurs sont par ailleurs<br />

relativement proches, ce qui constitue une<br />

grande force et un avantage.<br />

Aussi, ce projet de DSP luxembourgeois peut<br />

constituer une belle vitrine internationale<br />

pour notre pays, qui, avec les mêmes<br />

contraintes que les autres États, a pu réussir<br />

un projet encore plus complexe de par son<br />

caractère transfrontalier.<br />

Si ce chantier s’avère positif, ce DSP pourrait<br />

devenir un prototype que l’Europe pourrait<br />

utiliser à grande échelle, en tant que pilote.<br />

Peut-on s’imaginer, à l’image des PSF,<br />

avoir pour les sociétés un statut de<br />

«Professionnel de la Santé»?<br />

En 2004, nous avons été parmi les premiers à<br />

obtenir le statut de PSF. Celui-ci répond à des<br />

contraintes toujours plus strictes. Toutefois, la<br />

santé touche tout le monde: en Europe, la<br />

moyenne d’âge augmente; aussi, la problématique<br />

de santé va devenir de plus en plus<br />

importante. En termes ICT, le secteur de la<br />

santé est en train de se consolider lentement.<br />

Et c’est là un véritable challenge que d’amener<br />

le monde de la santé vers une ère digitale.<br />

Je pense que ce statut serait un superbe<br />

atout pour le Luxembourg; peut-être que le<br />

modèle PSF peut servir de base, et éventuellement<br />

être adapté au domaine de la santé;<br />

cela apporterait en tout cas une belle visibilité<br />

pour le Luxembourg et ferait du pays un<br />

précurseur en la matière.<br />

MA<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

47


Facing the biomedical<br />

and data challenges<br />

Reinhard Schneider<br />

Reinhard Schneider, the Head of Bioinformatics Core Facility at LCSB, explains why and<br />

how biology has become a science based on high levels of data integration and on<br />

high-performance computing.<br />

The amount<br />

of data doubles every<br />

eighteen months. And we<br />

now deal with Petabytes<br />

of data<br />

”<br />

“<br />

What is bioinformatics and what is the<br />

Bioinformatics Core Facility responsible<br />

for?<br />

Bioinformatics is an interdisciplinary field that<br />

develops methods and software tools for<br />

understanding biological data. It combines<br />

computer science, statistics, mathematics,<br />

and engineering to study and process biological<br />

data.<br />

The Bioinformatics CoreFacility is a unit of the<br />

Luxembourg Centre for Systems Biomedicine<br />

(LCSB), an interdisciplinary research center of<br />

the University of Luxembourg, based in Esch-<br />

Belval and which aims to accelerate biomedical<br />

research, by linking systems biology and<br />

medical research, in order to understand the<br />

principal mechanisms of disease pathogenesis<br />

and to develop new diagnostics and therapy<br />

tools on diseases such as Parkinson’s disease.<br />

At the Bioinformatics Core we are responsible<br />

for the efficient data flow between the<br />

experimental groups and the theoretical and<br />

medical oriented groups at the LCSB. We<br />

develop new algorithms in various fields to<br />

help to understand and interpret the data.<br />

48<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Why has big data become a key challenge<br />

in sciences such as biology?<br />

In the last 20-30 years there has been a<br />

shift of paradigm in biology. Biologists do<br />

not study one or two proteins or genes<br />

but the whole network these are part of.<br />

This leads to a large amount of complex<br />

data, which is referred to “Big Data”.<br />

These data we receive from the experimental<br />

groups are often very diverse and<br />

have to be handled, stored and categorized.<br />

At this point, biology has become a<br />

science based on high levels of data integration<br />

and on high-performance computing.<br />

What does this amount of data concretely<br />

represent in terms of volume?<br />

The amount of data doubles every eighteen<br />

months. And we now deal with Petabytes of<br />

data; One Petabyte is the equivalent of 500<br />

billion pages of standard printed text.<br />

Therefore, we have to setup and run large<br />

computer and storage facilities with thousands<br />

of processors and an ever-increasing<br />

number of hard disks. For this reason, a<br />

significant part of the budget of a modern<br />

Life Science Institute is now spent for information<br />

technology. Therefore also, the LCSB<br />

hosts the largest hardware installation in the<br />

Luxembourg academic landscape.<br />

How do you exploit all these data?<br />

After we manage to physically handle the<br />

huge amount of data, the next challenge is<br />

to deploy and develop techniques to run a<br />

cost and time efficient data analysis pipeline.<br />

Automatic workflows need to be implemented.<br />

This applies a range of prediction and filtering<br />

steps in order to focus on the usable<br />

data and avoid wasting time with the rest.<br />

We develop completely new tools and techniques<br />

to allow a better interpretation of the<br />

data, to provide new insights and to generate<br />

new hypothesis regarding the functioning<br />

of complex biological systems.<br />

New challenges on either the biology or<br />

computer side are constantly arising. In the<br />

coming years we will be able to understand<br />

easy and simple disease networks, where the<br />

disease is caused by gene defects.<br />

However, it will be much more challenging<br />

to understand complicated diseases which<br />

are not caused by one or two genes but<br />

which are caused by multiple perturbations<br />

in the network, possibly by environmental<br />

factors. And these are much harder to apprehend<br />

and to understand. It is definitely a<br />

challenge for at least the next twenty years.<br />

Luxembourg Centre for Systems<br />

Biomedicine<br />

Université du Luxembourg<br />

6, avenue du Swing<br />

L-4366 Belvaux<br />

About LCSB<br />

Founded in September 2009, the Luxembourg<br />

Centre for Systems Biomedicine is an interdisciplinary<br />

research center of the University of<br />

Luxembourg, based in Esch Belval since 2011.<br />

It counts circa 230 employees and 15<br />

research groups specialized in experimental<br />

neurobiology, cell metabolism, computational<br />

biology, bioinformatics, eco-systems biology<br />

and in translational medicine.<br />

Its aim is to accelerate biomedical research,<br />

by linking systems biology and medical<br />

research, in order to understand the principal<br />

mechanisms of disease pathogenesis<br />

and to develop new diagnostics and therapy<br />

tools. Its research mainly focuses on<br />

neurodegenerative diseases such as<br />

Parkinson’s disease. Indeed, biologists,<br />

medical doctors, computer scientists,<br />

physicists and mathematicians are closely<br />

collaborating in order to bring new insights<br />

in complex systems such as cells, organs,<br />

and organisms.<br />

Its vision is to understand the mechanisms of<br />

complex biological systems and disease processes<br />

and as well to enable new ways to<br />

cure and prevent human diseases.<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

49


Santé<br />

La FHL, entre accomplissements<br />

du passé et perspectives pour le futur<br />

En 1965 a été créée ce que l’on appelait à l’époque l’Entente des Hôpitaux Luxembourgeois,<br />

pour rassembler les nombreux établissements hospitaliers du pays. Le secteur s’est donc<br />

doté d’une structure représentative de ses intérêts il y a maintenant 50 ans. Cet anniversaire<br />

est l’occasion pour la FHL de faire le point sur ce que l’organisme a accompli, et sur les<br />

défis qu’il lui reste à affronter. Rencontre avec Paul Junck, président de la FHL.<br />

“<br />

Le rôle de la FHL<br />

est d’être celui d’une<br />

plate-forme d’échange<br />

et de concertation entre<br />

les entités du monde<br />

hospitalier<br />

”<br />

Depuis six ans, Paul Junck est le président du<br />

conseil d’administration de la FHL. Juriste et<br />

conseiller économique, il a d’abord travaillé<br />

dans le monde bancaire et industriel.<br />

Administrateur de plusieurs hôpitaux, il a été<br />

contacté pour le poste car il avait d’une part,<br />

des connaissances sur le secteur hospitalier,et<br />

d’autre part une expérience du secteur privé.<br />

«Mon ambition, c’est de faire avancer les<br />

choses. C’est de renforcer le dialogue entre<br />

les hôpitaux, pour trouver des solutions communes<br />

face à nos défis» explique-t-il.<br />

La FHL regroupe l’ensemble des établissements<br />

hospitaliers du pays. Son rôle est de les<br />

représenter, mais aussi de défendre leurs intérêts<br />

professionnels, ainsi que de pousser à la<br />

réalisation du progrès hospitalier, pour améliorer<br />

notamment le bien-être du patient.<br />

En tant qu’association patronale, la FHL négocie<br />

également la convention collective de travail<br />

pour les quelques 8.000 salariés des hôpitaux.<br />

Elle offre une plate-forme de discussion<br />

et de concertation aux directions hospitalières<br />

pour résoudre leurs difficultés communes.<br />

Le grand avantage d’une telle structure: la<br />

communication. «Le but, c’est que les gens du<br />

secteur se parlent, échangent. Les hôpitaux<br />

rencontrent les mêmes problèmes, et grâce à<br />

la FHL, ils peuvent en discuter. Ils créent entre<br />

eux une relation de confiance réciproque, et<br />

ainsi cherchent des solutions communes à des<br />

défis communs» explique Paul Junck.<br />

50 ans d’évolution<br />

En janvier 1965, les directeurs des hôpitaux du<br />

pays ont constitué une structure juridique: l’ASBL<br />

Entente des Hôpitaux Luxembourgeois. Le but:<br />

échanger et discuter sur des problèmes communs.<br />

A travers les années, l’Entente a fait face<br />

aux nombreuses transformations du secteur.<br />

L’organisme a su prendre les initiatives requises<br />

pour s’adapter à l’environnement ambiant et aux<br />

grandes évolutions du milieu hospitalier.<br />

D’abord, le paysage hospitalier s’est transformé<br />

au Grand-Duché. A l’origine existait<br />

une multitude d’acteurs, petits et moyens.<br />

Al’heure actuelle, suite à un fort mouvement<br />

de concentration, il ne reste que quatre<br />

grands centres hospitaliers régionaux, et cinq<br />

établissements spécialisés. Ces diverses<br />

fusions répondaient à des nécessités économiques<br />

et organisationnelles.<br />

Le second grand changement qui a eu lieu<br />

au cours de ces années est la réglementation.<br />

De plus en plus de lois, ainsi que de directives<br />

européennes se sont appliquées aux<br />

hôpitaux, et forment désormais un cadre<br />

juridique fort pour le secteur.<br />

La troisième transformation massive dans<br />

l’historique des soins de santé, c’est le progrès<br />

médical. La révolution scientifique a<br />

complètement changé le milieu et redéfini ce<br />

qu’est un hôpital moderne.<br />

Un autre changement majeur durant ces 50<br />

années, concerne le renforcement du rôle des<br />

50<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


pouvoirs publics à l’intérieur du secteur hospitalier.<br />

Les gros investissements, en équipement<br />

et infrastructure notamment, sont pris<br />

en charge par le budget de l’Etat. Ce dernier<br />

apris une ampleur croissante au fil des ans au<br />

sein du milieu hospitalier.<br />

Ensuite, la population résidente a fortement<br />

augmenté au sein du Grand-Duché, grâce à<br />

l’immigration notamment. Le taux de personnes<br />

âgées parmi cette population augmente<br />

également, et parallèlement le recours aux<br />

soins et les coûts engendrés par ces soins.<br />

En sixième évolution, on constate aujourd’hui<br />

que le contexte économique et financier du<br />

pays s’est légèrement assombri. La situation<br />

globale est plus précaire et cela a un impact<br />

sur les dépenses sociales de l’Etat. Il faut donc<br />

savoir, au sein même des hôpitaux, gérer au<br />

plus près les euros qui sont attribués.<br />

L’ouverture à la concurrence européenne est<br />

une dernière grande évolution avec laquelle<br />

il leur faut composer. Le patient est plus<br />

mobile qu’auparavant, il peut aller plus facilement<br />

se faire soigner à l’étranger.<br />

Ces défis, rencontrés au cours de ses 50<br />

années d’existence, ont appris à l’ASBL à<br />

savoir se remettre en cause. L’Entente s’est<br />

toujours adaptée, en faisant évoluer ses<br />

structures de fonctionnement. La dernière<br />

grande adaptation de l’organisme s’est réalisée<br />

il y a quatre ans, lorsque l’Entente est<br />

devenue la FHL, la Fédération des Hôpitaux<br />

Luxembourgeois. Le changement de nom<br />

n’était que le point d’aboutissement d’une<br />

réforme en profondeur de la gouvernance et<br />

du mode de fonctionnement de la FHL. Le<br />

conseil d’administration a été repensé afin de<br />

Paul Junck<br />

représenter au mieux tous les acteurs du secteur.<br />

Tous les hôpitaux luxembourgeois y<br />

sont représentés, ainsi que tous les domaines<br />

composant ces hôpitaux: les directeurs médicaux,<br />

les directeurs administratifs et financiers,<br />

et enfin les directeurs des soins, ceci via<br />

des plates-formes dédiées.<br />

«Face au défis passés et futurs, le rôle de la<br />

FHL est d’être celui d’un catalyseur. C’est à<br />

dire d’être une plate-forme d’échange entre<br />

les entités. Chaque hôpital est une entité<br />

juridique autonome, avec son indépendance.<br />

Parfois ça coince entre eux» développe Paul<br />

Junck. «Le rôle de la fédération est de trouver<br />

des points d’accord et compromis, pour<br />

définir une stratégie commune globale. Il est<br />

dans l'intérêt de tout le secteur de collaborer<br />

ensemble».<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015 51


Santé<br />

Mutualisation et “core business”, les<br />

grands défis actuels<br />

Ce rôle de catalyseur, la FHL le met en oeuvre<br />

pour de grands dossiers dans les mois et<br />

années à venir. En 2010, une nouvelle loi est<br />

entrée en vigueur. Elle vise à réformer le système<br />

de santé et implique des changements<br />

au niveau des mutualisations et de l’activité<br />

médicale.<br />

«La loi de 2010 demande aux hôpitaux de<br />

mutualiser leurs activités dans trois segments<br />

bien précis» explique Paul Junck.<br />

«Premièrement dans le secteur des achats:<br />

les hôpitaux devraient acquérir de plus en<br />

plus certains de leurs consommables en commun,<br />

que ce soit des médicaments, des<br />

seringues, des implants... Ensemble nous<br />

sommes plus puissants pour négocier un prix<br />

d’achat face à un fournisseur. Cela se fait<br />

déjà partiellement, et cela permet de faire<br />

des économies. Mais il y a encore de la<br />

marge, et nous devons renforcer ces achats<br />

en commun». La deuxième activité à mutualiser<br />

est l’activité informatique. «Nous avons<br />

déjà rassemblé les réseaux haut débit, les<br />

logiciels de gestion des ressources humaines,<br />

et les volets facturation au sein d’une structurejuridique<br />

dédiée à laquelle adhèrent tous<br />

les hôpitaux. Un dernier axe de regroupement<br />

concerne les laboratoires hospitaliers.<br />

«Actuellement il y a cinq laboratoires hospitaliers<br />

dans le pays. Avec les experts de la clinique<br />

Charité de Berlin, reconnue mondialement,<br />

nous avons lancé le projet d’un laboratoire<br />

hospitalier central. Chaque institution<br />

pourrait garder un laboratoire satellite pour<br />

les urgences, mais pour le reste, les activités<br />

d’analyse se feront en commun, sur un seul<br />

site sous l’égide d’une structure dédiée»<br />

décrit Paul Junck.<br />

Second volet des évolutions à mettre en place<br />

dans le futur: la création de centres de compétences.<br />

Cette nouveauté touche au core<br />

business de l’activité médicale. Aujourd’hui,<br />

les quatre centres régionaux luxembourgeois<br />

offrent les mêmes services. «L’idée du gouvernement<br />

est de tourner le dos au «Tout<br />

partout» et donc de ne pas proposer les<br />

mêmes spectres de traitement pathologique<br />

dans ces quatre centres. Il faut que sur un<br />

certain nombre de pathologies définies dans<br />

le projet de plan hospitalier actuellement en<br />

discussion, les hôpitaux se spécialisent et<br />

créent ainsi des centres de compétences. Par<br />

exemple, un tel hôpital se spécialisera dans<br />

les accidents vasculaires cérébraux, d’autres<br />

se perfectionneront dans le diabète, ou l’obésité<br />

morbide, et ainsi de suite» explique Paul<br />

Junck. Cette façon de procéder aura un<br />

impact positif notable non seulement sur le<br />

coût des soins, mais également sur la qualité<br />

de ceux-ci. A la FHL maintenant d’asseoir les<br />

différents acteurs autour d’une table pour<br />

répartir les centres de compétences entre les<br />

acteurs hospitaliers.<br />

Cela représente un défi énorme pour l’ASBL.<br />

Les négociations entre hôpitaux promettent<br />

d’être animées. «Même si cela sera compliqué,<br />

il est plus intéressant de la part du gouvernement<br />

de nous laisser nous, acteurs du<br />

terrain, proposer cette répartition, plutôt que<br />

de nous imposer un projet. Je crois que ce<br />

sera un défi difficile, mais intéressant et passionnant»<br />

conclut Paul Junck. La FHL a donc<br />

de nombreux challenges pour l’avenir, et<br />

même cinquantenaire, toujours beaucoup<br />

d’énergie pour les aborder.<br />

SoM<br />

52<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Maison de soins<br />

an de wisen<br />

Maison de soins<br />

Op Lamp<br />

Centre Intégré pour<br />

Personnes Âgées<br />

Gréngewald<br />

Logement encadré<br />

Résidence Centre Riedgen<br />

Logement encadré<br />

Konviktsgaart<br />

Résidence Service<br />

Le Parc Laval<br />

Club Senior<br />

Stroossen<br />

Repas sur roues<br />

All d'Ariichtungen a Servicer f ir den 3ten a 4ten<br />

Alter déi vu Sodexo geréiert ginn, fannt Dir op:<br />

www.sodexoseniors.lu


Santé<br />

Maintenir la qualité<br />

des aides et soins<br />

La future réforme de l’assurance dépendance? Pas question que cela ne se fasse au détriment<br />

des personnes malades, âgées ou handicapées: voilà ce qu’affirme Marc Fischbach,<br />

le président de la COPAS, la Fédération des organismes prestataires d'aides et de soins.<br />

Découverte de cette organisation de représentation d’un secteur en ébullition.<br />

“<br />

Une prévention<br />

bien ciblée amènerait,<br />

àmoyenne échéance, des<br />

économies budgétaires<br />

substantielles<br />

”<br />

«La COPAS a été créée en 1998, suite aux travaux<br />

préparatoires sur l'introduction de l’assurance<br />

dépendance. Les acteurs du domaine ont<br />

désiré se regrouper et se positionner par rapport<br />

àcette nouvelle branche de la sécurité<br />

sociale» décrit Marc Fischbach, qui assure la<br />

présidence de la Fédération des organismes<br />

prestataires d’aides et de soins depuis 2012. La<br />

COPAS est la fédération de tous les organismes<br />

d’aides et de soins, c'est-à-dire de toutes les<br />

institutions au service des personnes âgées,<br />

souffrant de troubles mentaux, handicapées ou<br />

malades, et qui ont besoin de l’assistance d’une<br />

tierce personne professionnelle. Elle compte 51<br />

membres aujourd’hui, de secteurs divers: maisons<br />

de soins, centres intégrés, foyers de jour,<br />

réseaux d’aide à domicile, tout le secteur handicap,<br />

et enfin la psychiatrie extrahospitalière.<br />

Le champ d’action de la COPAS est scindé en<br />

deux volets. D’un côté, elle assure une fonction<br />

de représentation. Elle est l’interlocuteur auprès<br />

des institutions et ministères. Elle défend les<br />

intérêts des acteurs du secteur qu’elle regroupe<br />

en son sein. De l’autre, elle agit comme une<br />

fédération patronale pour les prestataires<br />

auprès desquels travaillent 11.000 salariés. Elle<br />

négocie en lieu et place de ses membres avec<br />

les syndicats pour réaliser les conventions collectives<br />

de travail, ainsi qu’avec la CNS pour les<br />

tarifs, valeurs monétaires et nomenclatures.<br />

Sur un autre plan, nous définissons "les bonnes<br />

pratiques" des prestataires d’aides et de<br />

soins. Notre Charte Qualité est un guide<br />

comprenant les règles minimums à respecter.<br />

Les professionnels se réfèrent également à<br />

une Charte Ethique qui propose un questionnement<br />

éthique, des "aides à la réflexion"<br />

par rapport aux dilemmes auxquels ils sont<br />

confrontés dans leurs tâches quotidiennes.<br />

Par exemple: a-t-on le droit d’attacher une<br />

personne agitée à un fauteuil? Peut-on lui<br />

administrer un médicament pour calmer son<br />

agitation?» ajoute le président de la COPAS.<br />

Appréhensions face au monde politique<br />

Lors de l’assemblée générale de l’association<br />

fin avril dernier, l’institution a exposé ses<br />

préoccupations pour l’avenir du secteur, en<br />

présence de Corinne Cahen, ministre de la<br />

Famille, de l’Intégration et à la Grande Région.<br />

«Nous avons abordé des thématiques à propos<br />

desquelles les engagements pris par le gouvernement<br />

nous inquiètent» explique Marc<br />

Fischbach. «Par exemple, une question se réfère<br />

àla révision de la loi dite ASFT, qui définit les<br />

relations entre l'Etat et les organismes œuvrant<br />

dans le domaine social, familial et thérapeutique.<br />

54<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Ou encore, nous nous interrogeons sur l’état<br />

actuel de la planification des infrastructures dans<br />

le secteur des personnes âgées et handicapées.<br />

Un autre sujet qui nous importe est de savoir en<br />

quoi consiste le nouveau concept de "logement<br />

encadré", annoncé dans la déclaration gouvernementale.<br />

En outre, la réforme de la fonction<br />

publique a mené nos discussions vers la question<br />

salariale. Nous sommes préoccupés par<br />

l’impact que pourrait avoir cette réforme».<br />

Malheureusement, ces interrogations ne trouvent<br />

actuellement aucune réponse précise et<br />

concrète auprès du gouvernement. La ministre<br />

a cependant pris note des doléances de la<br />

COPAS.<br />

«Nous avons également discuté de la<br />

réforme de l’assurance dépendance, qui<br />

prend en charge les frais des aides et soins<br />

nécessaires aux personnes dépendantes.<br />

Nous sommes très préoccupés par les possibles<br />

répercussions en cas de mesures d’économie<br />

strictes, qui mèneraient à des évaluations<br />

plus restrictives par la cellule d’évaluation<br />

et d’orientation, quant aux bénéficiaires<br />

potentiels. Depuis quelques mois déjà, les<br />

activités dans le domaine diminuent sensiblement:<br />

d’environ 8% en maison de soins et<br />

de retraite, et d’à peu près 11% dans le secteur<br />

ambulatoire. De plus, ces mesures ne<br />

sont pas incluses dans une approche globale<br />

concrète. Nous aurions souhaité recevoir initialement<br />

des suggestions complètes de<br />

redéfinition de l’assurance dépendance.<br />

Or le gouvernement n’est pas encore prêt à<br />

nous dévoiler un avant-projet de loi. Mais,<br />

Romain Schneider, ministre de la Sécurité<br />

sociale, s’est engagé à nous soumettre une<br />

proposition avant la fin du mois» conclut le<br />

président de la COPAS.<br />

«Finalement nous avons demandé à<br />

Madame Cahen si l’Etat était toujours disposé<br />

à participer au financement des investissements<br />

dans le secteur social et le secteur<br />

des aides et des soins. Sur ce point, elle s’est<br />

engagée à rester conforme aux accords précédents,<br />

c'est-à-dire à nous subsidier jusqu’à<br />

un maximum de 70% des dépenses».<br />

La prévention comme enjeu<br />

Marc Fischbach affirme que le Luxembourg<br />

se situe en haut de l’échelle de la qualité des<br />

prestations, par rapportaux pays voisins possédant<br />

un système d’assurance dépendance.<br />

«Notre personnel est généralement très qualifié.<br />

Sur les 11.000 travailleurs du secteur,<br />

7.800 soignants, possèdent une qualification<br />

Marc Fischbach<br />

d’aide-soignant, d’infirmier, d’éducateur,<br />

d’auxiliaire de vie; de psychologue ou ergothérapeute.<br />

À la question «quels sont les<br />

défis du secteur?», il répond que les améliorations<br />

importent peu. L’enjeu est de maintenir<br />

la qualité actuelle: «nous espérons que le<br />

gouvernement sera disposé à ne pas faire<br />

d’économie là où la qualité pourrait être<br />

directement remise en cause. C’est cela le<br />

challenge en matière de réforme de l’assurance<br />

dépendance».<br />

«Ce que nous préconisons pour améliorer la<br />

qualité des prestations est une meilleure prévention:<br />

une prévention bien ciblée amènerait,<br />

à moyenne échéance, des économies<br />

budgétaires substantielles. Qui dit prévention,<br />

dit également soutien et conseil avant que la<br />

personne concernée ne soit dépendante.<br />

Il faut donc intervenir le plus tôt possible en<br />

amont, pour éviter qu’en aval la dépendance<br />

ne s’aggrave jusqu’à la perte d’autonomie.<br />

Un certain nombre d’activités stimulatrices<br />

sont organisées au sein des maisons de retraites,<br />

maisons de soins, foyers de jour et à domicile.<br />

Fairedes exercices adaptés à la situation et<br />

àl’état général entretient la santé mentale,<br />

physique et psychique des personnes concernées.<br />

La prévention est donc un enjeu vital<br />

dans lequel il faut investir plus. SoM<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

55


Achaque client sa solution<br />

Une gamme de produits qui va bien plus loin que les seuls ascenseurs. Des ascenseurs<br />

qui s’adaptent à l’architecture d’un bâtiment et aux besoins des usagers sans limite à la<br />

fantaisie, le tout assorti de services sur-mesure, c’est toute la flexibilité qu’offre<br />

ThyssenKrupp Ascenseurs Luxembourg.<br />

Avec plus de 800 bureaux répartis dans une<br />

soixantaine de pays, ThyssenKrupp est l’un<br />

des plus grands ascensoristes mondiaux.<br />

L’excellence des produits et des prestations<br />

qu’il délivre, basés sur le concept Next Level<br />

qui ouvre de nouveaux horizons aux architectes<br />

et aux ingénieurs-conseils comme aux<br />

usagers, se traduit par un accroissement<br />

constant de ses activités, partout dans le<br />

monde et au Luxembourg où une filiale, qui<br />

est aujourd’hui dirigée par Clément<br />

Wampach, est présente depuis une trentaine<br />

d’années déjà.<br />

Parmi sa clientèle, ThyssenKrupp Ascenseurs<br />

Luxembourg compte de nombreux particuliers,<br />

propriétaires de leur maison, mais aussi<br />

des promoteurs actifs aussi bien dans le secteur<br />

résidentiel que dans l’immobilier de<br />

bureau, des acteurs publics, des entreprises<br />

industrielles et des professionnels de la restauration.<br />

Chacun de ces clients a des<br />

besoins très spécifiques. La force de<br />

ThyssenKrupp est de pouvoir y répondre à<br />

travers une palette variée de produits qui se<br />

compose d’ascenseurs, bien sûr, mais aussi<br />

de monte-escaliers Monolift, d’ascenseurs de<br />

maison, de plates-formes élévatrices, d’escalators,<br />

de tapis roulants, de monte-charges,<br />

de monte-plats et de solutions innovantes de<br />

parking.<br />

ThyssenKrupp aide ses clients à relever les<br />

défis de demain en développant des produits<br />

de qualité, efficaces et durables.<br />

La gamme TWIN, dont le principe est de<br />

regrouper, dans une seule et même gaine,<br />

deux ascenseurs coordonnés par un système<br />

intelligent nommé “Destination Selection<br />

Control”, permet de gagner en place et en<br />

rapidité dans les bâtiments à haute fréquentation.<br />

Les ascenseurs SYNERGY BLUE ® et EVOLU-<br />

TION BLUE ® ,quant à eux, combinent plusieurs<br />

technologies avant-gardistes -affi-<br />

56<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


ThyssenKrupp<br />

aide ses clients à relever<br />

les défis de demain en<br />

développant des produits<br />

de qualité, efficaces et<br />

durables<br />

“<br />

”<br />

chage LCD, éclairage LED, système de mise<br />

en veille automatique, moteur à haut rendement<br />

et variateur de fréquence à régénération<br />

de courant- pour économiser aussi<br />

bien de l’énergie que de l’argent.<br />

Ne nécessitant pas de salle des machines,<br />

ils ouvrent également de nouvelles perspectives<br />

d’installation pour les bâtiments<br />

existants disposant d’un espace restreint<br />

avec un sous-dalle et une cuvette réduits<br />

de respectivement 30 % et 70 %.<br />

Les ascenseurs ThyssenKrupp sont personnalisables<br />

grâce à un vaste choix de matériaux,<br />

de systèmes d’éclairage et d’éléments<br />

de décoration, afin de créer pour vous le<br />

produit qui s’intègre le plus harmonieusement<br />

à l’esthétique de chaque bâtiment.<br />

SYNERGY BLUE ® et EVOLUTION ® BLUE<br />

offrent, par exemple, plus de 7.000 combinaisons<br />

possibles de couleurs et de matières.<br />

Il en va de même pour les équipements<br />

techniques. Pouvant être dotés de<br />

manoeuvres adaptées aux personnes handicapées,<br />

de systèmes de badges et de<br />

digicodes, de différentes options de<br />

contrôle et de commande intelligente<br />

selon les besoins des usagers, les produits<br />

ThyssenKrupp allient confort, fiabilité et<br />

sécurité.<br />

En matière de parkings mécaniques et<br />

automatisées, ThyssenKrupp Ascenseurs<br />

Luxembourg asigné un partenariat avec la<br />

firme allemande Wöhr qui est, depuis plus<br />

de 50 ans, le numéro un dans ce domaine<br />

au niveau international, avec quelque<br />

370.000 stationnements plus innovants les<br />

uns que les autres réalisés dans plusieurs<br />

pays. plates-formes tournantes ou coulissantes,<br />

ascenseurs pour voitures, ces systèmes<br />

sont tout à fait dans les cordes de<br />

ThyssenKrupp, à qui cette association a<br />

permis à d’élargir l’offre de services et de<br />

proposer des réponses efficaces pour les<br />

bâtiments existants où il n’est plus possible<br />

de creuser des sous-sols.<br />

Le service est, lui aussi, “Tailor Made”. Qu’il<br />

s’agisse de la modernisation d’une installation<br />

existante ou de l’installation d’un nouveau<br />

produit, chaque client bénéficie des<br />

compétences et du savoir-faire de<br />

ThyssenKrupp Ascenseurs dès la phase de<br />

planification afin que le produit final soit en<br />

parfaite adéquation avec leurs besoins particuliers.<br />

ThyssenKrupp Ascenseurs vise un<br />

seul objectif: la satisfaction du client. Pour ce<br />

qui est du dépannage et de la maintenance,<br />

les techniciens qualifiés de ThyssenKrupp<br />

Ascenseurs interviennent dans les délais les<br />

plus courts, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.<br />

ThyssenKrupp Ascenseurs Luxembourg<br />

Z.A. Weiergewan<br />

22, rue Edmond Reuter • L-5326 Contern<br />

Tél.: 40 08 96 • Fax: 40 08 99<br />

e-mail: luxembourg@thyssenkrupp.com<br />

www.thyssenkrupp-elevator.com<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015 57


Indicateurs économiques<br />

Revenus des télécommunications<br />

au Luxembourg<br />

Baisse des revenus de communications électroniques<br />

en 2014, selon le dernier rapport de<br />

l’Institut Luxembourgeois de Régulation<br />

(ILR). Le revenu global s’élève à 534,7 millions<br />

d’euros (- 5,2% par rapport à 2013),<br />

marqué essentiellement par une diminution<br />

dans les segments services mobiles au marché<br />

de gros (- 50,80%), téléphonie fixe (abonnements<br />

et communications, -6,26%) et<br />

Internet haut débit (- 6,15%).<br />

«Comme en 2013, les seuls vecteurs de croissance<br />

de revenu sont l’Internet très haut<br />

débit (+ 54,0%) et l’Internet mobile (+<br />

57,82%)», note l’ILR. Si les revenus de ces<br />

deux activités progressent, ils représentent<br />

cependant seulement 6% des résultats<br />

totaux, tempère ce dernier.<br />

Les services aux entreprises affichent également<br />

un bon bilan (68,5 millions d’euros, +<br />

14,2%), une résultante de la volonté politique<br />

de positionner le Luxembourg comme<br />

centre de compétence ICT sur la carte européenne,<br />

estime le régulateur luxembourgeois.<br />

De leur côté, les opérateurs investissent en<br />

moyenne plus de 30% de leurs revenus dans<br />

leur infrastructure, un taux élevé en forte<br />

augmentation, qui concerne les investissements<br />

lourds dans les infrastructures fixes,<br />

constate l’ILR. Ils ont ainsi investi 215 millions<br />

d’euros en 2014, soit une progression<br />

de 41,7% par rapport à 2013.<br />

Services financiers -<br />

Les échanges<br />

internationaux<br />

Tirées par l’industrie des fonds d’investissement,<br />

les prestations de services financiers à<br />

l’étranger représentent le poste le plus<br />

important des services dans le compte courant<br />

de la balance des paiements nationale.<br />

Selon le Statec en effet, leur croissance flirte<br />

en moyenne à 10% par an depuis 2002. Si<br />

avant la crise elle plafonnait à environ<br />

13,1%, elle est depuis tombée à 6,4% entre<br />

2008-2014.<br />

En 2014, les exportations de services financiers<br />

ont engrangé près de 42 milliards d’euros<br />

de revenus, en hausse d’environ 13% par<br />

rapport à2013.<br />

Au sein de l’Union européenne, plus des<br />

deux tiers des exportations enregistrées en<br />

2014 concernaient principalement<br />

l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et la<br />

France. Hors UE, la Suisse, les États-Unis, le<br />

Japon, Hong Kong, Taïwan et Singapour<br />

figurent parmi les destinations majeures de<br />

ces services financiers.<br />

De leur côté, les importations ont diminué,<br />

passant de 15,1% sur la période 2002-2008<br />

à 8,7% depuis 2008. 56,9% émanent de<br />

l’Union européenne. Hors UE, 93% des<br />

importations proviennent des États-Unis, de<br />

la Suisse (8,6%), de Singapour (8,4%), des<br />

Bermudes (5,1%) et de Hong Kong (3,3%).<br />

«Avec 13.057 milliards d’euros d’actifs nets<br />

sous gestion des OPCVM à la fin de l’année<br />

2014 et une part de marché de 50,5%, les<br />

États-Unis occupent la position incontestée<br />

de leader mondial», estime le Statec. «Le<br />

Luxembourg arrive en deuxième place, avec<br />

une part de marché de 10,2% (correspondant<br />

à 2.643 milliards d’euros), suivi de<br />

l’Australie avec 5,1%, de l’Irlande (4,9%) et<br />

de la France (4,4%)».<br />

Taux d’emploi en Europe<br />

Selon Eurostat, le taux d’emploi des 20-64<br />

ans dans l’Union européenne s’est accru en<br />

2014, à 69,2%, contre 68,4% en 2013.<br />

Il n’a cependant pas encore renoué avec<br />

son pic de 2008 (70,3%), note l’organisme<br />

statistique de l’UE.<br />

Dans le cadre de sa stratégie de croissance<br />

pour les dix années à venir, la Commission<br />

européenne s’est donné comme objectif un<br />

taux d’emploi total des 20-64 ans d’au<br />

moins 75% dans l’UE d’ici à 2020.<br />

«Par rapport à 2013, le taux d’emploi des<br />

20-64 ans est en hausse dans presque tous<br />

les États membres en 2014, plus particulièrement<br />

en Hongrie, au Portugal, en Croatie et<br />

en Lituanie», note Eurostat. La Suède<br />

(80,0%), l’Allemagne (77,7%), le Royaume-<br />

Uni (76,2%), les Pays-Bas (76,1%) et le<br />

Danemark (75,9%) ont déjà réalisé leur<br />

objectif respectif. Au Luxembourg, le nombre<br />

de personnes occupant un emploi en<br />

pourcentage de la population du même<br />

groupe d’âge s’élève à 72,1% (contre<br />

71,1% en 2013) et devrait bientôt passer la<br />

barre des 73% assignée par l’UE.<br />

Bonne nouvelle pour les seniors également:<br />

l’UE enregistre une hausse continue du<br />

taux d’emploi des 55-64 ans, à 51,8% en<br />

2014, contre 38,4% en 2002.<br />

«En 2014, au moins la moitié des 55-64<br />

ans avait un emploi dans douze États membres<br />

de l’UE. Le taux d’emploi le plus élevé<br />

pour ce groupe d’âge a été observé en<br />

Suède (74,0%), suivie par l’Allemagne<br />

(65,6%), l’Estonie (64,0%), le Danemark<br />

(63,2%), le Royaume-Uni (61,0%) et les<br />

Pays-Bas (60,8%)», relève Eurostat.<br />

Le Luxembourg quant à lui est loin derrière,<br />

à42,5%, en hausse toutefois de 2% par<br />

rapport à 2013.


Résidence Alizée<br />

Rue de la Montagne à Differdange<br />

9appartements / duplex et penthouses<br />

De 1 à 2 chambres avec terrasse<br />

Garages intérieurs<br />

Livraison “clés en main”<br />

CLASSE ENERGETIQUE BB<br />

ACTE SUR TERRAIN / TVA 3%<br />

Cabinet d’architecture: AREATECH SÀRL<br />

Renseignements & vente<br />

IMMODA<br />

Tél. 58 49 17<br />

secretariat@immoda.lu<br />

www.immoda.lu


Die neue Logatherm WPT270<br />

Trinkwasser-Wärmepumpe<br />

Indicateurs économiques<br />

Mit der Buderus Trinkwasser-Wärmepumpe<br />

Logatherm WPT270 wird die Warmwasserbereitung<br />

effizient und flexibel. Da Sie für jede Einheit eingesetzten<br />

Strom mehr als vier Einheiten<br />

Umweltenergie gewinnen, erwärmen Sie Ihr<br />

Trinkwasser bis zu 75% kostenlos. Die<br />

Trinkwasser-Wärmepumpe lässt sich unabhängig<br />

vom bestehenden Heizsystem oder in Verbindung<br />

mit einer Solaranlage nutzen. Und in Kombination<br />

mit einer Photovoltaik-Anlage können Sie den<br />

Energieverbrauch gewinnbringend steigern.<br />

Vielseitig nutzbar - Dank ausgefeilter Technik<br />

wird sowohl in der Innenluft- als auch in der<br />

Außenluftvariante die Wärme der angesaugten<br />

Luft aktiv zur Erzeugung von Warmwasser mit<br />

60°C genutzt. Der serienmäßig integrierte<br />

Elektro-Heizstab ermöglicht auch höhere<br />

Warmwassertemperaturen zur thermischen<br />

Desinfektion oder den Betrieb bei unzureichend<br />

hohen Lufttemperaturen. Eine Thermoglasur<br />

schützt den 270-Liter Speicherbehälter optimal<br />

vor Korrosion und ein Hartschaum-<br />

Speicherwärmeschutz beugt Wärmeverlusten vor.<br />

Universell einsetzbar – Für die Innenluftvariante<br />

der Logatherm WPT270 ist z.B. Ihr Vorratskeller<br />

ein idealer Aufstellungsort mit doppeltem<br />

Nutzen: Sie werden mit warmen Wasser versorgt<br />

und Ihre Lebensmittel profitieren von der kühlenden<br />

Wirkung des Pumpenbetriebs.<br />

Die Vielseitigkeit der Luftführungen bietet außerdem<br />

praktische Zusatzfunktionen wie z.B. die<br />

Kellerentfeuchtung und Luftkühlung – und das<br />

sogar kostenlos.<br />

Les bâtiments de logement<br />

au Luxembourg<br />

Selon le Registre des Bâtiments et des<br />

Logements (RBL), le Luxembourg comptait<br />

au 1er mars 2015 140.172 bâtiments résidentiels<br />

et semi-résidentiels, ainsi que<br />

227.326 logements. 82,9% de ces objets<br />

immobiliers sont des maisons unifamiliales,<br />

10,9% des immeubles à appartements et<br />

6,1% des immeubles semi-résidentiels. Un<br />

peu plus de la moitié des logements se situe<br />

dans des maisons unifamiliales, le reste se<br />

répartit entre les bâtiments résidentiels et<br />

semi-résidentiels. Près de la moitié des logements<br />

ont été achevés avant les années<br />

1970, tandis que 17,8% ont été terminés<br />

après 2000. Le nord du pays compte le plus<br />

de maisons, et le centre le plus d’appartements.<br />

Les surfaces habitables ont par ailleurs<br />

augmenté avec le temps, constate le<br />

RBL: les maisons construites avant 1919 ont<br />

une surface moyenne de 158,5 m_ contre<br />

192,9 m_ pour celles bâties 2011. Les maisons<br />

unifamiliales comptent 6,8 pièces d’habitation<br />

et les appartements 3,9 pièces.<br />

56,2% des logements sont chauffés au gaz<br />

et 37,8% au mazout.<br />

Emergence du renminbi<br />

En 2013, les paiements mondiaux en renminbi<br />

(RMB) ont progressé de 102%, ce qui<br />

le place parmi les cinq devises les plus<br />

utilisées en valeur pour les paiements<br />

mondiaux, derrière le dollar, l’euro, la livre<br />

sterling et le yen. Il occupait encore la 20 e<br />

place quatre ans plus tôt. Selon l’étude<br />

“Generation ¥ - RMB: the new global currency”<br />

d’Allen & Overy, plus de 50% des<br />

multinationales utilisent le RMB pour leurs<br />

paiements en dehors de la Grande Chine: à<br />

Singapour (74 %), en Corée du Sud<br />

(59,2%), dans la zone Euro (58,0%), au<br />

Royaume-Uni (57,1%) et en Amérique du<br />

Nord (53,7%). Pour 62% d’entre elles, le<br />

volume des opérations en RMB devrait plus<br />

que doubler au cours des cinq prochaines<br />

années. «Luxembourg fait figure de proue<br />

en matière d’internationalisation du RMB et<br />

nous prévoyons sa convertibilité totale d’ici<br />

2020. L’internationalisation du RMB pourrait<br />

bien être l’une des principales évolutions<br />

de la finance mondiale au cours de la<br />

décennie à venir», prévoit Henri Wagner,<br />

Managing Partner d’Allen & Overy<br />

Luxembourg.<br />

www.buderus.lu<br />

Illustrations fournies par Buderus<br />

Illustration: IMMODA


RECEVEZ TOUS LES VENDREDIS<br />

TOUTE L'ACTUALITÉ<br />

DE L'ÉCONOMIE ET DES ENTREPRISES<br />

DANS VOTRE BOÎTE MAIL.<br />

ABONNEZ-VOUS SUR<br />

WWW.CC.LU/AUTRES-SERVICES/NEWSLETTER


Economie<br />

Un salon business<br />

qui vise les PME et start-up<br />

La 4 e édition du salon GR Business Days se déroulera dans les locaux de Luxexpo, les<br />

17 et 18 juin prochain. Initié et organisé par la Chambre de Commerce du Grand-Duché<br />

du Luxembourg, ce salon professionnel à destination des PME et des start-ups innovantes<br />

aréussi, en seulement trois ans à devenir un rendez-vous incontournable du milieu<br />

économique de la Grande Région.<br />

Un lieu d’échange<br />

Avec 3.000 participants l’année dernière et<br />

237 exposants répartis dans 9.000 mètres<br />

carré du Luxexpo, ce n’est pas moins de<br />

4.000 rendez-vous d’affaires individuels<br />

entre entreprises de 20 pays différents qui<br />

ont pu être menés. Cette année encore la<br />

Chambre de Commerce proposera un salon<br />

multisectoriel de qualité, construit autour<br />

d’un dispositif moderne et interactif de business<br />

"networking" avec une multitude de<br />

services à valeur ajoutée et de manifestations<br />

thématiques touchant différents secteursphare<br />

des régions limitrophes associées.<br />

Entre expositions, forums, tables rondes et<br />

rencontres bilatérales, ce carrefour d’affaires<br />

exclusif en son genre englobe en un seul et<br />

même lieu une panoplie d’évènements et<br />

d’activités et propose ainsi aux exposants et<br />

visiteurs un véritable salon à la carte, adaptable<br />

en fonction de leurs besoins.<br />

Un accompagnement des entreprises<br />

De nombreuses réunions préparatoires sont<br />

prévues en amont du salon afin de guider<br />

les entreprises participantes. Sous l’enseigne<br />

GR Business Academy, se regroupent<br />

un “GR Open Day”, un “média-training”<br />

pour assurer un enregistrement qualitatif<br />

des sessions de "pitching", des formations<br />

exposants, des formations post-salon sur<br />

l’utilisation du salon virtuel 3D, une assistance<br />

sur mesure ainsi que des entrevues<br />

individualisées avec les membres de<br />

l’équipe.<br />

Ce programme de formation propose des<br />

sessions formatives et informatives dans le<br />

but d’optimiser la participation des entreprises<br />

au salon et «nous permet en tant<br />

qu’organisateur d’entretenir un contact<br />

direct et personnalisé avec notre clientèle»,<br />

assure Sabrina Sagramola, Coordinatrice<br />

générale du salon.<br />

62<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Sabrina Sagramola<br />

Photo de presse<br />

Une plus grande ouverture à l’international<br />

L’une des nouveautés de cette 4 e édition est<br />

la mise à l’honneur d’une région. Pour cette<br />

première, c’est la Province turque de Kocaeli,<br />

située au fond du Golfe d’Izmit dans laquelle<br />

plusieurs missions économiques ont déjà été<br />

menées par le Luxemboug et qui se caractérise<br />

par une activité industrielle remarquable.<br />

Près de 2.200 groupes industriels importants,<br />

dont 225 investisseurs étrangers sont<br />

implantés à Kocaeli qui compte également<br />

26 des 100 plus grandes entreprises de<br />

Turquie. La présence de PME industrielles<br />

turques de cette région devrait favoriser le<br />

développement des relations d’affaires avec<br />

la province.<br />

Le salon accueillera également, à côté des<br />

délégations régionales, des collectivités<br />

nationales en provenance d’Autriche, de<br />

Hongrie, de Pologne, des Pays-Bas et<br />

d’Italie. La participation d’entreprises asiatiques<br />

est également attendue.<br />

Vitrine du dynamisme économique de la<br />

Grande Région à l’international, le salon<br />

noue et renforce les liens des entreprises<br />

locales afin de stimuler leur développement<br />

économique. Durant la conférence de<br />

presse, la Chambre de commerce a tenu à<br />

rappeler que les GR Business Days ont été<br />

créés en temps de crise afin de soutenir les<br />

PME; «ces journées ont été faites pour les<br />

PME, elles sont moins nécessaires aux grandes<br />

entreprises qui sont déjà bien connues à<br />

l’international, qu’aux PME qui peuvent<br />

bénéficier de leurs implantations» conclut<br />

Jeannot Erpelding, directeur des affaires<br />

internationales de la Chambre de<br />

Commerce.<br />

JuB<br />

“<br />

Ces journées<br />

ont été faites pour les<br />

PME; elles sont moins<br />

nécessaires aux grandes<br />

entreprises qui sont déjà<br />

bien connues à l’international,<br />

qu’aux PME qui<br />

peuvent bénéficier de<br />

leurs implantations<br />

”<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

63


Joëlle Lyaudet<br />

La technologie au service<br />

du calcul des salaires<br />

Le Secrétariat Social de BDO occupe une position de leader sur le marché, avec 20.000<br />

salaires calculés tous les mois. Une position de numéro un qu’il veut conserver avec<br />

notamment le lancement tout proche d’une solution intégrée RH.<br />

Rencontre avec Marc Lamesch et Joëlle Lyaudet, Partners au Secrétariat Social de BDO.<br />

“<br />

Les connaissances<br />

pour effectuer le calcul des<br />

rémunérations sont peu<br />

répandues, et difficiles à<br />

acquérir<br />

”<br />

Avant toute chose autrechose, pouvezvous<br />

expliquer ce qu’est BDO?<br />

JL: BDO est un cabinet d’experts-comptables,<br />

réviseurs d’entreprises et conseillers.<br />

Bien qu’indépendant à Luxembourg, il s’appuie<br />

sur le 5 e<br />

réseau international des cabinets<br />

d’audit, bénéficiant d’une présence<br />

dans 152 pays. Les cinq activités principales<br />

de BDO au Grand-Duché sont l’audit, l’expertise<br />

comptable, la fiscalité, l’ingénierie<br />

financière et le secrétariat social, le domaine<br />

dans lequel nous intervenons.<br />

Marc Lamesch, vous êtes réviseur<br />

d’entreprises et expert comptable.<br />

Après 25 ans d’audit, vous êtes depuis<br />

3ans responsable du Secrétariat Social.<br />

Quelles sont ses activités?<br />

ML: La mission principale des 60 collaborateurs<br />

du département est le calcul des salaires.<br />

Pour ce faire, nous considérons à la fois<br />

les besoins de nos clients ainsi que les dispositions<br />

légales. Nous gérons également tous<br />

les travaux administratifs qui y sont liés.<br />

Nous nous occupons notamment de l’établissement<br />

des fiches de paie, des virements<br />

bancaires, de l’impôt sur les salaires, des<br />

cotisations de sécurité sociale, des certificats<br />

de rémunération, et de bien d’autres choses.<br />

Nos clients sont principalement des banques,<br />

des assureurs, des professionnels du<br />

secteur financier, mais nous servons également<br />

des PME/PMI, des commerces, des<br />

industries ou encore des entreprises de<br />

construction.<br />

64<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Le Secrétariat Social utilise les nouvelles<br />

technologies pour fournir les meilleurs<br />

services possibles à ses clients. Pouvezvous<br />

m’en dire plus?<br />

ML: Pour nous soutenir dans nos tâches, nous<br />

pouvons compter sur notredépartement IT. Grâce<br />

aux informaticiens de notre filiale Datagest et en<br />

collaboration avec les Process Managers du<br />

Secrétariat Social, nous utilisons notre propre logiciel<br />

de calcul: PayEase.net. À la différence de nos<br />

concurrents, nous sommes les seuls à développer<br />

en interne un logiciel de calcul des salaires. Résultat:<br />

nous sommes capables de proposer des développements<br />

spécifiques et sur-mesure à nos clients.<br />

En accompagnement de notre programme<br />

PayEase.net, nous proposons également un outil<br />

Internet: PayEase Web. Grâce à ce service, le<br />

client accède directement à ses données, soit<br />

pour les consulter, soit pour les mettre à jour.<br />

Ainsi il peut faire ses modifications mensuelles à<br />

distance, et ces changements sont automatiquement<br />

intégrés dans le logiciel PayEase.net. Il ne<br />

doit plus nous contacter par fax ou par mail pour<br />

nous donner ses instructions de calcul.<br />

Nous proposons également des solutions innovantes<br />

de transmission: les fiches de paie électroniques.<br />

Nos clients ont de très hautes exigences<br />

en matière de sécurité. Nous y répondons de<br />

deux façons différentes. D’un côté, un coffre-fort<br />

individuel virtuel permet le dépôt de façon cryptée<br />

et hautement sécurisée des fiches de paie des<br />

salariés. De l’autre, les fiches de paie peuvent être<br />

transmises par e-mail certifié et confidentiel.<br />

Actuellement nous nous lançons dans un tout<br />

nouveau projet et nous sommes particulièrement<br />

fiers de vous parler de notre partenariat<br />

avec HRWEB Solutions, société spécialisée<br />

dans l’informatisation et l’automatisation des<br />

processus RH. Par l’intermédiaire de ce partenaire,<br />

nous arriverons à proposer à nos clients<br />

et prospects une application RH complètement<br />

intégrée interfacée avec notre solution<br />

PayEase.net et couvrant des domaines tels que<br />

la gestion des absences, du recrutement, des<br />

formations, des performances et des talents.<br />

Joëlle Lyaudet, vous êtes juriste de formation<br />

avec plus de 20 ans d’expérience en<br />

fiscalité personnelle et vous dirigez depuis<br />

plus d’un an une équipe bien spécifique<br />

du Secrétariat Social. De quoi s’agit-il?<br />

JL: Le calcul de la paie est la traduction en<br />

chiffres d’un ensemble de lois. Or, les législations<br />

en vigueur sont très complexes, et souvent<br />

certains cas particuliers viennent encore<br />

compliquer la donne, le cas des travailleurs<br />

frontaliers par exemple. Les connaissances<br />

pour effectuer le calcul des rémunérations<br />

sont peu répandues, et difficiles à acquérir.<br />

Les entreprises, pour des raisons de confidentialité,<br />

de compétence ou de ressources, veulent<br />

donc externaliser cette tâche, et nous<br />

proposons une expertise face à ce besoin.<br />

Mon équipe, dénommée Employment Advisory<br />

and Compliance Services, ou EACS, et spécialisée<br />

Marc Lamesch<br />

dans le domaine juridique, comprend et interprète<br />

les législations en amont, pour les appliquer<br />

ensuite. C’est une activité de conseil, liée<br />

au calcul des salaires, mais également de façon<br />

plus large aux ressources humaines. Nous couvrons<br />

des sujets comme la législation sociale, la<br />

fiscalité, la sécurité sociale, à la fois sur le plan<br />

local mais également au-delà des frontières.<br />

Notre assistance couvre également la préparation<br />

de déclarations fiscales personnelles ainsi<br />

que d’autres services spécifiques telles que les<br />

demandes de permis de travail.<br />

Qu’est ce qui, pour vous, est la preuve de<br />

votre leadership sur le secteur?<br />

ML: Afin de certifier à nos clients le bon fonctionnement<br />

de nos processus de calcul et de<br />

nos procédures, nous faisons appel chaque<br />

année à un réviseur d’entreprises indépendant.<br />

Il réalise un audit selon la norme internationale<br />

ISAE 3402, qui garantit à nos clients un niveau<br />

élevé de sécurité et de qualité de nos services.<br />

Anotre connaissance, nous sommes les seuls à<br />

Luxembourg dans le domaine du calcul des<br />

salaires à avoir obtenu cette certification.<br />

BDO Tax & Accounting, Société Anonyme<br />

"Le Dôme" Espace Pétrusse<br />

2, avenue Charles de Gaulle B.P. 351<br />

L-2013 Luxembourg<br />

Tél 45 123 1 • Fax 26 48 30 71 • www.bdo.lu<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

65


Economie<br />

«Made in Luxembourg»<br />

souffle sa trente-et-unième bougie<br />

«Nos produits connaissent du succès à l’étranger car le pays est vu comme politiquement<br />

et socialement stable» explique Edith Stein du Service des Affaires Internationales de la<br />

Chambre de commerce.<br />

Depuis la mise en place du label, c’est presque<br />

500 entreprises qui se sont vues remettre<br />

le certificat officiel mentionnant l’origine<br />

de leurs produits et services labélisés. Dans<br />

une majorité des cas le logo est apposé sur<br />

des biens produits au Luxembourg mais il<br />

peut également concerner des prestations de<br />

services. En réalité, les activités des entreprises<br />

bénéficiant de l’appellation sont très<br />

variées allant de l’artisanat agroalimentaire à<br />

l’industrie, en passant par les agences de<br />

communications et les fiduciaires qui offrent<br />

leurs services au Luxembourg.<br />

Mme Stein, vous pourriez peut-être<br />

commencer par nous rappeler le<br />

contexte dans lequel s’est créé le label?<br />

Le label existe depuis maintenant 31 ans et a<br />

été créé en 1984 à l’initiative de la Chambre<br />

de commerce, de la Chambre des métiers et<br />

avec la section du commerce extérieur du<br />

Ministère des affaires étrangères, Paul<br />

Emringer était alors secrétaire d’Etat.<br />

L’idée de base était de mettre le tampon<br />

“made in” sur les produits exportés vers<br />

l’étranger. À l’époque, le Luxembourg faisait<br />

beaucoup de missions communes avec la<br />

Belgique et voulait se différencier pour montrer<br />

à la communauté étrangère qu’il existe<br />

des produits purement luxembourgeois.<br />

L’une des premières entreprises à avoir pu<br />

bénéficier du label a été l’ARBED. C’était<br />

alors un outil pour favoriser l’exportation.<br />

Quel rôle joue le label aujourd’hui?<br />

La Chambre de commerce travaille conjointement<br />

avec la Chambre des métiers afin de<br />

souligner l’origine des produits labélisés et<br />

non leur qualité. Nous avons tenu à uniformiser<br />

notre communication autour d’une<br />

identité graphique commune et d’un site<br />

web entièrement dédié au label.<br />

Tout au début on labélisait 20 entreprises par<br />

an; mais avec l’ouverture de notre plateforme<br />

en ligne les démarches à suivre ont été<br />

facilitées et les demandes ont augmenté. En<br />

effet www.made-in-luxembourg.lu sert d’interface<br />

aussi bien aux entreprises qu’aux<br />

consommateurs souhaitant s’informer sur le<br />

label, les entreprises déjà labélisées ainsi que<br />

sur notre règlement. De 2014 à 2015, on a<br />

eu 100 octrois qui se sont ajoutés. Les deux<br />

chambres ensemble représentent actuellement<br />

500 entreprises labélisées.<br />

Les résidents grand-ducaux sont<br />

demandeurs de produits du terroir<br />

mais qu’en est-il au niveau international;<br />

nos produits connaissent-ils un<br />

succès à l’étranger?<br />

Oui, nos produits connaissent du succès à<br />

l’étranger car le pays est vu comme politiquement<br />

et socialement stable dans lequel la<br />

main-d’œuvre est qualifiée, bien formée et<br />

polyglotte. Les acquis sociaux comme les<br />

conditions de travail ou le salaire minimum<br />

relativement élevé comparé à nos voisins<br />

permettent alors de consolider le secteur en<br />

rendant la production des biens et services<br />

plus sûre. La position géographique du<br />

Luxembourg est également un atout considérable<br />

puisqu’il se situe au centre de<br />

l’Europe et aux frontières de trois pays.<br />

Consommer local semble être une<br />

préoccupation européenne, cela s’inscrit<br />

plus largement dans le souci d’une<br />

meilleure traçabilité des produits au<br />

sein d’un monde globalisé. Le label<br />

peut-il répondre à cette demande?<br />

Garantir l’origine permet aux entreprises de<br />

souligner l’origine de leur savoir-faire et ainsi<br />

se distinguer de leurs concurrents mais cela<br />

peut également rassurer le consommateur sur<br />

la qualité des services et des produits. Dans<br />

nos grandes surfaces on retrouve beaucoup<br />

de denrées alimentaires sur lesquelles est<br />

apposé le label car il est vrai que le consommateur<br />

luxembourgeois et plus largement<br />

européen favorise les produits locaux. Cela<br />

répond aussi à une préoccupation écologique<br />

et de ce fait, le consommateur va favoriser les<br />

productions locales aux importations étrangères.<br />

Nous n’avons entrepris aucune étude<br />

là-dessus mais la grande distribution nous dit<br />

que leurs clients préfèrent favoriser les produits<br />

du terroir.<br />

JuB<br />

www.made-in-luxembourg.lu<br />

66<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Edith Stein


Coverstory<br />

Une agence immobilière<br />

pour les plus démunis<br />

«Notre activité principale est de prendre en bail des logements pour les mettre à<br />

disposition de personnes à revenus modestes», explique Gilles Hempel, directeur de<br />

l’Agence Immobilière Sociale. Cet instrument de lutte contre le mal-logement est à la<br />

fois une main tendue vers ceux qui recherchent un toit mais offre également de réelles<br />

garanties aux propriétaires. Le savoir-faire de l’AIS profite actuellement à 650 personnes<br />

réparties dans un parc immobilier de 180 habitations.<br />

Pouvez-vous nous rappeler brièvement<br />

les missions de l’AIS?<br />

L’AIS n’est pas une agence immobilière<br />

comme les autres puisque c’est nous qui prenons<br />

un bail auprès des propriétaires. Nous<br />

garantissons ainsi le paiement des loyers tous<br />

les mois puisque l’argent part de nos comptes.<br />

Étant donné que nous sommes les locataires,<br />

il est de notre responsabilité de garantir<br />

l’état irréprochable du bien; nous avons<br />

des équipes de rénovations qui œuvrent<br />

dans ce sens.<br />

En contrepartie, les propriétaires s’engagent à<br />

nous les louer à des prix inférieurs au marché.<br />

Les habitations sont alors proposées à des<br />

personnes en détresse avec qui nous passons<br />

un contrat de mise à disposition. Ces personnes<br />

nécessiteuses paient au maximum un<br />

tiers de leurs revenus mais la grande majorité<br />

s’acquitte de la totalité du loyer. Ils peuvent y<br />

rester pour un maximum de trois ans.<br />

Notre mission est de faire de l’inclusion<br />

sociale par le logement, c’est-à-dire que<br />

nous faisons toujours un projet avec nos<br />

bénéficiaires pour qu’ils retrouvent une autonomie.<br />

Le taux de réussite est de 80%. Cela veut<br />

dire que 80% des gens qui sortent de l’AIS<br />

peuvent se loger dans des conditions convenables<br />

et 8% d’entre eux deviennent propriétaires.<br />

Et dans les cas de non-paiement?<br />

Les mauvais payeurs sont très minoritaires au vu<br />

des 96% de la masse locative que nous arrivons<br />

àrécupérer auprès de nos bénéficiaires. La perte<br />

sur les impayés, le vide locatif et le secours financiers<br />

ne représentent que 4%; ce qui est très<br />

peu. Ceux qui font de la gestion locative dans le<br />

secteur privé rêvent de nos chiffres qui sont dus<br />

àl’accompagnement social que nous mettons<br />

en œuvre. Il faut bien évidemment tenir une<br />

comptabilité à jour et repérer les impayés. Nous<br />

intervenons alors au plus vite auprès du bénéficiaire<br />

pour comprendre les raisons et ainsi y<br />

remédier. Nous essayons toujours de sauver la<br />

situation tant que notre interlocuteur est de<br />

bonne foi mais dans certains cas, il est parfois<br />

inévitable de devoir clôturer des dossiers et de les<br />

transférer ànotre conseil juridique qui s’occupe<br />

des résiliations. Il serait en effet injuste de laisser<br />

des impayés ou des dégradations volontaires se<br />

produire, non seulement au regard des autres<br />

bénéficiaires qui respectent leurs contrats mais<br />

également à celui du contribuable. Ce ne sont<br />

toutefois que de rares exceptions.<br />

D’où provient votre financement?<br />

Nous avons une convention avec le Ministère du<br />

logement qui prend en charge les frais juridiques,<br />

l’entretient des logements et notre déficit pour<br />

les impayés. Nos frais de fonctionnement relèvent<br />

du Ministère de la famille. La nouveauté,<br />

c’est que les communes participent depuis deux<br />

ans à notre financement. Grâce à leur aide, nous<br />

avons pu engager plus de personnel et déménager<br />

dans de plus grands locaux.<br />

Quel rôle ont-elles à jouer dans cette<br />

mission?<br />

Les communes ont découvert qu’il y avait sur<br />

leur territoirede nombreux logements inoccupés<br />

et qu’en même temps, il y avait de plus en plus<br />

de personnes qui poussaient les portes de leurs<br />

offices sociaux à cause de problèmes de logement.<br />

En soi, il y a là un problème et sa solution.<br />

Lorsqu’une commune participe au financement<br />

de nos ressources humaines nous nous engageons<br />

en contrepartie à prendreplus de personnes<br />

en charge sur leur territoire; une personne<br />

logée convenablement est une charge en moins<br />

pour l’office social.<br />

Quels sont les moyens mis en œuvre afin<br />

de lutter contre l’exclusion sociale par le<br />

logement?<br />

L’un des facteurs essentiel dans l’accès au logement<br />

est le travail. Ceux qui sont au chômage, en<br />

intérim ou qui n’ont qu’un CDD ont peu ou<br />

68<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


“<br />

Depuis deux ans les<br />

communes participent à<br />

notre financement<br />

”<br />

Gilles Hempel<br />

presqu’aucune chance de trouver un propriétaire<br />

qui prendra le risque de leur louer son bien. Le permis<br />

de conduire, les langues ou le manque de formations<br />

sont autant de paramètres qui nous astreignent<br />

à collaborer avec les autres services sociaux.<br />

Nous faisons également des actions publicitaires<br />

dans les guides communaux sans pour autant<br />

entreprendre de recherches directes étant donné<br />

que ce sont toujours les propriétaires qui nous<br />

contactent. C’est d’ailleurs l’un des rôles des<br />

communes qui nous mettent en relation.<br />

En outrel’Etat nous met à disposition les anciens<br />

logements de service qui étaient réservés jadis<br />

aux fonctionnaires des douanes et de la police<br />

que nous modernisons afin d’augmenter nos<br />

capacités d’accueil.<br />

Êtes-vous favorable à la taxation des logements<br />

inoccupés qui est appliquée dans<br />

certaines communes du Grand-Duché?<br />

Cette taxe peut être bénéfique même au niveau<br />

national mais uniquement si l’on propose en<br />

amont une autre solution aux propriétaires.<br />

Lorsque l’on parle des tarifs élevés pratiqués<br />

dans le secteur de l’immobilier nous pensons<br />

toujours aux spéculateurs et aux promoteurs,<br />

pourtant derrière les logements vides, se trouvent<br />

bien souvent des particuliers qui n’osent pas<br />

mettre leurs biens sur le marché. L’AIS est alors<br />

un autre moyen pour les inciter à les louer.<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

69


Coverstory<br />

“<br />

ÀVienne,<br />

un logement sur trois est<br />

un logement communal et<br />

cela fait considérablement<br />

baisser les prix<br />

”<br />

Depuis vos débuts en 2009, vous vous<br />

êtes beaucoup développés et avez multiplié<br />

vos activités. L’une d’elles est un<br />

projet de construction de deuxième<br />

phase, pouvez-vous nous le présenter?<br />

En cinq ans, nous avons su développer un parc<br />

immobilier de 180 habitations. Prendre en bail<br />

ces lieux pour les mettreàdisposition de personnes<br />

à revenus modestes, c’est là notre activité<br />

principale. On s’est ainsi professionnalisé dans le<br />

secteur. Aujourd’hui nous franchissons une<br />

étape supplémentaire en entreprenant un projet<br />

de construction de logements de deuxième<br />

phase à Niederkorn. Même si la majorité de nos<br />

bénéficiaires retrouvent une autonomie au bout<br />

des trois ans, certains n’y arrivent pas à cause de<br />

l’état actuel du marché immobilier.Avec ces sept<br />

nouveaux logements, nous voulons leur proposer<br />

un cadre dans lequel un délai supplémentaire<br />

leur permettra de retrouver une autonomie plus<br />

solide. Nous sommes actuellement spécialisés<br />

dans des dossiers à moyen terme mais dorénavant<br />

nous voulons aussi accompagner ceux qui<br />

en ont besoin dans le long terme.<br />

Quelles sont les ambitions de l’AIS et<br />

avez-vous des réflexions pour améliorer le<br />

secteur de l’immobilier au Luxembourg?<br />

Àmoyen terme, nous espérons augmenter<br />

notre parc locatif à 500 logements et devenir<br />

via la construction d’ensembles le troisième<br />

promoteur public aux côtés du Fonds du<br />

Logement et de la SNHBM.<br />

Puis nous avons plusieurs pistes comme par<br />

exemple promouvoir les coopératives d’habitations;<br />

un phénomène qui n’existe pas encore au<br />

Luxembourg. On pourrait également envisager<br />

une limitation des prix de l’immobilier aussi bien<br />

pour les ventes que pour les locations. Déjà<br />

appliquée en Allemagne, cette réflexion semble<br />

inévitable pour notre pays. Actuellement les<br />

propriétaires peuvent augmenter les loyers à<br />

chaque changement de locataires et ce sans<br />

aucune limite ni encadrement législatif.<br />

Il faudrait également faire un effort considérable<br />

afin de construire plus de logements.<br />

Actuellement l’offre n’arrive pas à suivre la<br />

demande et c’est ce phénomène d’augmentation<br />

des prix qu’il faut réussir à inverser.<br />

Enfin, il n’y a malheureusement pas assez de<br />

logements sociaux; au Luxembourg cela ne<br />

représente que 1,5 % du parc immobilier<br />

alors qu’en France la législation a permis<br />

d’atteindre les 17%. À Vienne, un logement<br />

sur trois est un logement communal et cela<br />

fait considérablement baisser les prix.<br />

Agence Immobilière Sociale<br />

202b, rue de Hamm<br />

L-1713 Luxembourg<br />

Tél.: (+352) 26 48 39 52<br />

Fax: (+352) 26 48 39 53<br />

info@ais.lu<br />

www.ais.lu<br />

70<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Efficacité<br />

cOnseiL<br />

Cadastres<br />

énergétiques<br />

L’ENERGIE QU’IL VOUS FAUT<br />

solutions techniques<br />

AssistAnce à MAîtrise d’OuvrAge<br />

technologies<br />

innovantes<br />

Cocert propose de nombreux services<br />

dans le domaine de l’énergie, notamment en matière<br />

d’efficacité énergétique et énergies renouvelables,<br />

à destination des entreprises,<br />

des administrations publiques et des particuliers.<br />

COCERT S.A.<br />

5, Zone d’Activités Economiques Krakelshaff,<br />

L-3290 BETTEMBOURG<br />

T (+352) 26 59 56 42<br />

E info@cocert.lu<br />

www.cadastre-solaire.eu<br />

www.cocert.lu<br />

FORMATIONS CONSTRUIRE AVEC DES MATERIAUX NATURELS<br />

orientées sur le savoir-faire<br />

OBJECTIF : AMELIORER SES CONNAISSANCES SUR LES MATERIAUX NATURELS<br />

La construction en bois / 26 juin 2015<br />

Isoler un bâtiment avec des matériaux naturels / 07 juillet 2015<br />

Pour plus d’informations,<br />

contactez Christophe MELON<br />

par mail c.melon@ifsb.lu ou<br />

par tél au (+352)26 59 56 462<br />

Enduit intérieur chaux-argile / 14 juillet 2015<br />

Confort et santé /<br />

17 juillet 2015<br />

Acoustique / 20 juillet 2015<br />

Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment S.A.<br />

5, Zone d’Activités Economiques Krakelshaff,<br />

L-3290 BETTEMBOURG<br />

T (+352) 26 59 56 - 1 F (+352) 26 59 07 44<br />

E formation@ifsb.lu W www.ifsb.lu


Architecture & construction<br />

Réduire la consommation énergétique,<br />

pas au détriment de l’architecture<br />

L’OAI promeut une architecture de qualité, alors que le monde de la construction et de<br />

la rénovation est en ébullition. Les représentants de l’Ordre des Architectes et des<br />

Ingénieurs-Conseils, Jos Dell, Président; Andrea De Cillia, Vice-président et Pierre Hurt,<br />

Directeur, présentent leur association dans cette interview croisée.<br />

Jos Dell<br />

Andrea De Cillia<br />

Pierre Hurt<br />

Source photo: OAI<br />

Photo ©Boshua<br />

Photo ©Eric Chenal<br />

Votre organisation a 25 ans. Pouvez-vous<br />

faire un bref bilan de ce que vous avez<br />

accompli depuis votre lancement en<br />

1990? Comment fêtez-vous cet anniversaire?<br />

PH: Quelle vaste question! Citons, entre autres,<br />

nos efforts déployés pour favoriser une prise de<br />

conscience de la culture du bâti de manière<br />

transversale (maîtres d’ouvrage avertis, décideurs<br />

publics, concepteurs, entreprises). Cela a<br />

abouti, en juin 2004, à l’adoption par le Conseil<br />

de Gouvernement du Programme de Politique<br />

Architecturale. Comme autre réalisation<br />

majeure, on trouve l’intensification des services<br />

ciblés proposés aux membres OAI. Nous avons<br />

notamment mis en place un cadre juridique et<br />

contractuel approprié, la formation continue<br />

volontaire, une veille législative, ainsi que la<br />

publication sur le site www.oai.lu d’une documentation<br />

répondant aux défis posés dans leur<br />

pratique quotidienne. Enfin, je dirai que nos professions<br />

disposent d’une meilleure visibilité vers<br />

le grand public grâce aux initiatives de sensibilisation<br />

de l’OAI.<br />

JD: Dans le cadre de son 25 e anniversaire, l’OAI<br />

amis en place l’exposition "BAU - ZEICHEN,<br />

Unsere gebaute Umwelt lesen" au Musée<br />

d’Histoire de la Ville de Luxembourg, du 13 mai<br />

2015 au 3 janvier 2016. Cette année sera aussi<br />

marquée par la publication du livre "25 ans<br />

OAI", suite aux festivités du 15 juin prochain et<br />

de la 11 e édition du Guide OAI Références en<br />

octobre.<br />

Qui représentez-vous, et quelles sont vos<br />

missions?<br />

ADC: Les membres individuels inscrits au tableau<br />

de l’Ordre sont au nombre de 1.600. Les effectifs<br />

des bureaux membres de l’OAI ayant leur siège<br />

au Luxembourg s’élève à plus de 4.200 personnes.<br />

Ce secteur a donc un impact significatif sur<br />

notre économie. En 25 ans, le nombre de<br />

bureaux au Luxembourg a presque triplé pour les<br />

architectes (476 en 2015) et presque quadruplé<br />

pour les ingénieurs-conseils (192 en 2015).<br />

Nos missions se situent à trois niveaux.<br />

Premièrement au niveau légal, outre les attributions<br />

classiques d’un ordre, l’expertise pratique<br />

dont bénéficient l’OAI et ses membres a été<br />

valorisée par une participation plus poussée au<br />

processus législatif. Ensuite, concernant l’organisation<br />

professionnelle, l’accent a été mis sur le<br />

façonnage d’un cadre de travail équitable pour<br />

les membres, tel que des contrats-types ou des<br />

polices d’assurance type,… La mise en place de<br />

formations continues innovantes participe<br />

notamment de cette volonté de répondre aux<br />

évolutions constantes du cadre légal et technique.<br />

Enfin, nos tâches sont aussi du domaine<br />

culturel et de l’intérêt public: l’OAI a lancé de<br />

nombreuses initiatives destinées à renforcer la<br />

culture du bâti en valorisant la véritable dimension<br />

du travail de ses membres, comme par<br />

exemple ses actions régulières vers le grand<br />

public: Guides Références OAI, Bauhärepräis,<br />

Architectour.lu, et plus particulièrement vers les<br />

jeunes: Festival des Cabanes, sensibilisation dans<br />

les lycées, www.unplanpourtonavenir.lu.<br />

72<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


En novembre 2014, vous avez lancé un<br />

nouveau site web, www.guide-urbanisme.lu.<br />

Ce nouvel outil de communication<br />

permet de se renseigner par rapport<br />

aux règles et autorisation en vigueur en<br />

matière d’urbanisme et d’environnement.<br />

Que peut-on trouver sur ce site?<br />

PH: Ce nouvel outil du Ministère de la<br />

Fonction Publique et de la Réforme administrative<br />

(MFPRA) a été conçu en collaboration<br />

avec l'OAI. Le Guide Urbanisme s’adresse<br />

aux particuliers et aux professionnels qui<br />

désirent s’informer sur les régimes d’autorisation<br />

propres à l’urbanisme et aux secteurs<br />

connexes. La collaboration entre le MFPRA<br />

et l’OAI se poursuit afin que cet outil soit mis<br />

à jour en temps réel. Les statistiques de<br />

consultation de ce site montrent qu’il répond<br />

àun véritable besoin.<br />

Il propose deux accès différenciés. D’une part,<br />

le mode "consultation libre" permet d’identifier<br />

et de comprendre les différentes situations<br />

qui exigent des autorisations. D’autre part, le<br />

mode "consultation par projet" donne la possibilité<br />

de s’inscrire gratuitement et d’encoder<br />

ses projets d’aménagement pour bénéficier<br />

d’une analyse particulière.<br />

A l’horizon de 2017, les nouvelles<br />

directives impliqueront que les<br />

constructions se fassent toutes en<br />

classe énergétique AAA, sur un mode<br />

passif. Quel impact cela a-t-il sur votre<br />

organisation et vos membres?<br />

JD: Nous précisons d’emblée que cette obligation<br />

ne concerne que les constructions résidentielles.<br />

Le secteur des constructions fonctionnelles<br />

n’est actuellement pas concerné.<br />

Bien que nous approuvions l’objectif de<br />

réduire les consommations énergétiques des<br />

bâtiments, nous insistons sur le fait que ces<br />

mesures soient vues dans un contexte plus<br />

global et plus transversal. Le type de matériaux<br />

à mettre en œuvre a notamment une<br />

importance primordiale (cycle de vie complet<br />

de la production au recyclage).<br />

ADC: Les conséquences sur nos métiers<br />

sont nombreuses. La conception de bâtiments<br />

de type passif demande une plus<br />

grande interaction entre les architectes et<br />

les ingénieurs, du fait que deux éléments<br />

conditionnent la classe énergétique, à<br />

savoir l’enveloppe et la technique du bâtiment.<br />

L’OAI a depuis de nombreuses<br />

années mis en place des procédures permettant<br />

d’améliorer la planification intégrée.<br />

En ce qui concerne l’exécution des<br />

travaux, nous nous sommes engagés à instaurer<br />

des processus permettant d’améliorer<br />

la collaboration des concepteurs et des<br />

entreprises exécutantes. En effet, un bâtiment<br />

passif ne peut être réalisé que si une<br />

parfaite symbiose existe entre concepteurs<br />

et exécutants. Et enfin, les différents éléments<br />

à prendre en compte pour la<br />

conception de bâtiments passifs et le suivi<br />

sur chantier font partie intégrante de nos<br />

cycles de formations.<br />

“<br />

La stratégie<br />

de la construction et de la<br />

rénovation énergétique ne<br />

doit pas négliger la prise<br />

en compte de la qualité<br />

architecturale<br />

”<br />

Quelles sont les tendances dominantes<br />

de ces habitats durables en<br />

"green building"?<br />

ADC: Actuellement les tendances green<br />

building se trouvent essentiellement dans<br />

le secteur du tertiaire.<br />

Les maîtres d’ouvrage demandent qu’au<br />

moins une certification environnementale<br />

soit prise en compte lors de nouveaux projets.<br />

Un projet de certification pour les<br />

bâtiments résidentiels, le LENOZ, est<br />

actuellement en cours d’élaboration.<br />

Nous restons d’avis que le green building<br />

ne doit pas consister en une couche<br />

supplémentaire à appliquer sur les bâtiments<br />

à basse consommation d’énergie,<br />

mais que ces éléments devront faire partie<br />

intégrante de toute nouvelle conception.<br />

Les prix dans le secteur de la<br />

construction étaient déjà élevés dans<br />

notre pays. Pensez-vous que les prix<br />

augmenteront fortement face à ces<br />

exigences?<br />

JD: Il est vrai que les prix risquent d’augmenter<br />

encore suite à ces nouvelles exigences.<br />

Le but est bien sûr que le maître<br />

d’ouvrage parvienne à récupérer les<br />

dépenses supplémentaires en investissement<br />

par des frais énergétiques nettement<br />

moins élevés. Il est à espérer que l’augmentation<br />

des prix de construction se stabilisera<br />

dans un délai raisonnable étant<br />

donné que le passif devient le standard.<br />

Les membres de l’OAI peuvent, en dialogue<br />

avec le client, définir et concevoir le<br />

logement qui correspond le mieux à ses<br />

aspirations en termes de fonction, de qualité<br />

de vie et de budget.<br />

La stratégie de la construction et de la<br />

rénovation énergétique ne doit pas négliger<br />

la prise en compte de la qualité architecturale.<br />

Quels sont les défis futurs de l’OAI?<br />

PH: Nous désirons promouvoir une architecture<br />

de qualité dans un environnement<br />

changeant par un apport positif à notre<br />

société, aider nos membres à exporter<br />

leurs services, ainsi que positionner le<br />

Luxembourg à l’international par son<br />

architecture, son ingénierie et son urbanisme.<br />

Nous devons mettre tout en œuvre<br />

pour que nos professions libérales puissent<br />

pleinement jouer un rôle déterminant dans<br />

la qualité de notre cadre de vie.<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

73


Architecture & construction<br />

La qualité architecturale<br />

est un élément déterminant<br />

Les deux architectes Jim Clemes et Ingbert Schilz (Atelier d’Architecture et de Design Jim<br />

Clemes) reviennent sur l’évolution, les projets et la vision du cabinet d’Esch-sur-Alzette,<br />

qui a récemment fêté son 30 e anniversaire.<br />

“<br />

Le plus beau<br />

compliment qu’on puisse<br />

nous faire: ne pas avoir<br />

remarqué que nous sommes<br />

passés par là<br />

”<br />

Quel bilan tirez-vous de vos 30 ans<br />

d’activités?<br />

En trente ans, le monde a drôlement évolué<br />

et la donne a profondément changé. Non<br />

sans impact sur notre métier, sur la façon de<br />

travailler, ou sur les outils, avec notamment<br />

l’arrivée de l’informatique. Les méthodes de<br />

gestion des projets ont elles aussi changé;<br />

tout comme les coûts, la relation avec le<br />

client, dans ses demandes et dans ses exigences…<br />

La législation est devenue plus<br />

claire, et les normes sont aujourd’hui mieux<br />

définies.<br />

Pour ce qui concerne notre cabinet, nous<br />

sommes aujourd’hui 65 personnes. Notre<br />

équipe est jeune, internationale, très motivée.<br />

Et elle arrive assez bien à couvrir tous les<br />

aspects de notre métier: de la conception<br />

jusqu’à la réalisation, en passant par toutes<br />

les phases de dessin et de représentation<br />

graphique…<br />

Qui sont vos clients?<br />

Nous comptons bien sûr les communes, qui<br />

sont pour nous des clients importants, et<br />

avec lesquelles nous travaillons beaucoup.<br />

Actuellement, nous finalisons la construction<br />

d'une structure pour personnes âgées à<br />

Mondercange. Nous avons conçu le campus<br />

scolaire à Capellen, qui ouvrira ses portes en<br />

septembre prochain.<br />

Parmi nos projets avec les entreprises, nous<br />

venons de terminer le siège d’Enovos, nous<br />

avons réalisé ceux de La Luxembourgeoise à<br />

Leudelange, et de la Bourse à Luxembourg…<br />

Chacun de ces groupes a des exigences spécifiques<br />

dont il faut tenir compte. Nous<br />

avons aussi quelques clients privés et biensûr<br />

l’État. À ce titre, nous pouvons apporter<br />

des qualifications et des références approfondies<br />

dans plusieurs domaines: espaces de<br />

travail, secteurs scolaire, hospitalier, de la<br />

santé, des assurances… Depuis plusieurs<br />

années, nous intervenons donc sur des segments<br />

assez spécifiques, et en cela nous<br />

sommes plus recherchés.<br />

Par ailleurs, notre cabinet est né et a grandi<br />

àEsch; c’est une ville en devenir qui nous<br />

intéresse donc plus particulièrement. Nous<br />

avons eu la chance de participer à certains<br />

grands moments de son développement. La<br />

cité était encerclée par l’industrie. Avec le<br />

déclin de cette dernière, il y a des champs<br />

d’actions et d’extensions qui deviennent disponibles<br />

et qu’il faut essayer d’utiliser intelligemment<br />

pour mener à bien cette restructuration<br />

urbaine.<br />

74<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Jim Clemes et Ingbert Schilz<br />

Plus généralement, quel est le rôle de<br />

l’architecte dans toutes ces transformations?<br />

Je déplore souvent le peu de soin et de qualité<br />

mis dans la construction de logements.<br />

Ces 20 dernières années, nous avons vu un<br />

accroissement de la qualité architecturale au<br />

Luxembourg. Malheureusement, celle-ci fait<br />

défaut sur beaucoup de projets de logements.<br />

Il y a un besoin de qualité architecturale,<br />

qui n’est malheureusement pas partagé<br />

par tout le monde.<br />

Y-a-t-il une marque de fabrique Jim<br />

Clemes?<br />

Nous essayons de faire une architecture de<br />

qualité en écoutant toujours les intérêts du<br />

client. Tout bâtiment pour nous est une solution<br />

spécifique adaptée aux problèmes<br />

posés. Aussi, développer un projet, c’est<br />

pour nous mener une analyse approfondie<br />

du lieu et des besoins. Ce sont des discussions,<br />

de longue haleine avec les clients et les<br />

futurs utilisateurs. Tout projet est donc une<br />

réponse spécifique à un lieu, à des exigences<br />

et à des besoins, surtout ceux du client. Nous<br />

ne présentons donc pas un catalogue de projets<br />

prédéfinis et clés en main. Et pour nous,<br />

la qualité architecturale est un élément<br />

déterminant.<br />

Sur quels projets travaillez-vous<br />

actuellement?<br />

Nous travaillons actuellement sur un très<br />

beau projet qui nous fascine, celui de l’ancien<br />

bâtiment de l’Arbed (avenue de la Liberté à<br />

Luxembourg-Ville), racheté par la BCEE.<br />

C’est un véritable lieu de mémoire, iconique,<br />

qui est fortement lié à l’essor économique du<br />

pays et qui marque le pouvoir industriel de<br />

l’époque. C’est par ailleurs, une sorte d’hôtel<br />

particulier, dans le style haussmannien, avec<br />

des pierres de taille, et que l’on retrouve<br />

dans de nombreux bâtiments de cette même<br />

avenue.<br />

Notre mission est de le restaurer en partie.<br />

Il s’agit là d’un travail de conservation. C’est<br />

aussi un travail d’adaptation à certaines<br />

technologies modernes, qui répond aux exigences<br />

spécifiques primaires d’une banque,<br />

en termes de confidentialité, de restriction<br />

des accès… C’est avant tout un travail de<br />

l’intérieur, avec aussi une part importante de<br />

restauration des façades et des toitures.<br />

Si c’est bien réalisé, vous ne verrez pas le travail<br />

effectué. Et le plus beau compliment<br />

qu’on puisse nous faire, sera de ne pas avoir<br />

remarqué que nous sommes passés par là.<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015 75


Architecture & construction<br />

Cartographier l’efficacité<br />

énergétique des communes<br />

Au sein du groupe CDEC (Conseil pour le développement économique de la construction),<br />

l’agence sectorielle luxembourgeoise de l’efficacité énergétique des bâtiments,<br />

nommée Cocert, est spécialisée en ingénierie. Elle a également mis en chantier<br />

des outils cadastraux au bénéfice des communes, que nous détaille Benoît Martin,<br />

ingénieur projet.<br />

“<br />

Le cadastre solaire<br />

remporte un franc succès,<br />

avec environ 10% du territoire<br />

du Luxembourg<br />

qui a déjà été couvert<br />

”<br />

«L’efficacité énergétique c’est simplement<br />

rationaliser la consommation de l’énergie»<br />

explique Benoît Martin, «dans notre secteur,<br />

celui de la construction, cela implique<br />

de rendre les bâtiments très efficients.<br />

Pour cela, nous visons à réduire leurs<br />

besoins en énergie aux plus faibles possible.<br />

L’efficacité énergétique est recherchée<br />

autant au regard de l’enveloppe thermique<br />

-la composition des parois, la bonne gestion<br />

des apports solaires, l’étanchéité à<br />

l’air-, que par rapport aux installations<br />

techniques, tels que des équipements adéquats<br />

de production de chaleur ou de<br />

renouvellement d’air.<br />

L’agence Cocert guide ses clients sur leur<br />

projet de construction et rénovation, et<br />

définit les critères répondant à cette exigence<br />

environnementale.<br />

«Le but est de donner à notre clientèle les<br />

moyens d’atteindre et de garantir cette<br />

performance» décrit Benoît Martin: un<br />

véritable enjeu, puisque le milieu de la<br />

construction est un gros émetteur de CO 2,<br />

gaz à effet de serre nocif pour le climat. En<br />

effet, 30% de ces émissions au<br />

Luxembourg résultent du chauffage des<br />

bâtiments et de la mise à disposition d’eau<br />

chaude.<br />

Plusieurs prix pour des prestations vertes<br />

«Nous avons reçu le label "Made In<br />

Luxembourg" sur l’ensemble de nos services,<br />

fin 2014. Nos activités principales sont le conseil<br />

et la certification basse énergie et passif» décritil.<br />

L’agence Cocert accompagne les différents<br />

jalons d’un projet, selon une politique "clé en<br />

main en énergie": des recommandations lors de<br />

l’étude du projet, en passant par l’assistance à<br />

maîtrise d’ouvrage, aux contrôles de qualité,<br />

jusqu’à la certification énergétique finale. «Nous<br />

nous occupons notamment de l’élaboration des<br />

dossiers de subventions accordées par<br />

l’Administration de l'Environnement. La recevabilité<br />

de nos dossiers est supérieure à 90%, ce<br />

qui équivaut à, depuis notre création en 2009,<br />

un peu moins de 4 millions d’euros pour nos<br />

clients dans le secteur résidentiel, aussi bien<br />

pour une construction neuve, mais également<br />

pour le volet rénovation énergétique».<br />

A côté de ces domaines core business,<br />

Cocert propose d’autres services innovants:<br />

des cadastres énergétiques. Ces outils permettent<br />

aux administrations communales<br />

d’analyser directement l’efficacité énergétique<br />

de leur territoire, et ensuite de communiquer<br />

avec leurs citoyens sur les possibilités<br />

d’amélioration à mettre en œuvre.<br />

76<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


«Nous avons développé ces services avec le<br />

soutien du ministèrede l’Economie, de l’administration<br />

du Cadastre et de la Topographie,<br />

de Neobuild, ainsi que d’Enovos, notre partenaire<br />

pour la commercialisation. Nous proposons<br />

une cartographie aérienne, à l’échelle de<br />

la commune, qui permet de visualiser l’ensemble<br />

du territoire selon trois volets. Pour ces<br />

prestations, nous sommes fiers d’avoir reçu le<br />

prix "Green Innovation of the Year" en 2014»<br />

explique Benoît Martin.<br />

Premièrement, la partie cadastre solaire offre<br />

l’évaluation du potentiel solaire des différents<br />

pans de toiture d’une unité d’habitation. «En<br />

retour, nous pouvons analyser la pertinence<br />

d’une installation de panneaux solaires, thermiques<br />

ou photovoltaïques. Ce service remporte<br />

un franc succès, avec environ 10% du<br />

territoire du Luxembourg qui a déjà été couvert»<br />

se réjouit l’ingénieur projet.<br />

Il nous explique ensuite que le second cadastre<br />

est celui de la thermographie aérienne.<br />

Grâce à un survol de la ville ou du village, les<br />

points de déperdition de chaleur des différentes<br />

toitures sont repérés. «La thermographie<br />

permet, dans une première approche,<br />

au citoyen de visualiser et d’évaluer l’efficacité<br />

énergétique de son bâtiment».<br />

Enfin, le cadastre de l’éclairage public identifie<br />

les zones sur ou sous éclairées d’une<br />

agglomération. Cocert réunit les données qui<br />

en résultent et propose des pistes d’améliorations<br />

afin de mettre en place une gestion<br />

intelligente de l’éclairage public, en fonction<br />

de critères comme la sécurité routière, la<br />

sécurité des personnes, la pollution lumineuse,<br />

les nuisances aux riverains ou le gaspillage<br />

d’énergie. «De nouveau, cette étude<br />

est réalisée grâce à un survol en avion, nocturne<br />

cette fois» précise-t-il.<br />

Les communes, acteurs privilégiés<br />

Ala différence des activités de conseil et certification,<br />

plutôt destinées aux entreprises de<br />

construction, architectes, promoteurs et particuliers,<br />

ces trois volets cadastraux sont un service<br />

destiné aux communes. Enorme avantage pour<br />

elles: ces prestations rentrent parfaitement dans<br />

le cadre du Pacte Climat, mis en place par le<br />

ministère duDéveloppement Durable et des<br />

Infrastructures. En vigueur depuis 2013, ce programme<br />

pousse les administrations communales<br />

à veiller à la réduction de leur impact environnemental,<br />

ainsi qu’à surveiller leurs dépenses<br />

en énergie. Pour ce faire, elles bénéficient d’un<br />

soutien technique et financier de l’Etat.<br />

Benoît Martin<br />

«Nos services répondent à certaines mesures<br />

définies par le Pacte Climat» ajoute Benoît<br />

Martin, «d'autres produits de cadastre énergétique<br />

sont en cours de développement.<br />

Pour ce faire, nous développons des synergies<br />

avec le très réputé bureau en ingénierie<br />

Schroeder & Associés» conclut-il.<br />

Depuis sa création, Cocert acertifié près de<br />

2.000 unités d’habitation, toutes catégories<br />

confondues, dont 70% répondant aux critères<br />

«basse énergie» et «passif». Avec son<br />

équipe d’une dizaine de personnes, l’agence<br />

s’occupe d’environ 300 projets par an, allant<br />

de la mission ponctuelle, à la réalisation du<br />

passeport énergétique d’un bâtiment, en<br />

passant par une mission étendue de la<br />

conception à la réception définitive de l’ouvrage,<br />

"clé en main en énergie". Cocert a,<br />

de plus, certifié les premières résidences passives<br />

de Luxembourg, situées au Cents.<br />

Cocert S.A.<br />

5, Zone d'Activités Economiques Krakelshaff<br />

L-3290 Bettembourg<br />

Tél.: 26 59 56 42<br />

Email: info@cocert.lu<br />

www.cocert.lu<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

77


LA LAIDEUR<br />

L’énergie solaire ne se limite pas seulement à<br />

quelques modules solaires de qualité moyenne<br />

posés à la sauvette et sans élégance sur un<br />

toit existant en échange de quelque subvention<br />

étatique. Non seulement ces panneaux solaires<br />

sont disgracieux mais ils perturbent également<br />

tout l’équilibre de l’édifice. Par leur simple<br />

présence, ils transforment la maison de vos<br />

rêves en une horreur architecturale.<br />

LE SOLAIRE PEUT<br />

Des solutions intégrées de toiture de haute<br />

qualité comme les nôtres donnent ses lettres<br />

de noblesse au photovoltaïque et lui offrent<br />

de nouvelles perspectives, tant sur le plan<br />

fonctionnel qu’esthétique.<br />

La flexibilité des modules MegaSlate®<br />

de Meyer Burger S.A. autorise toutes les<br />

audaces architecturales et permet à l’architecte<br />

de laisser libre cours à son imagination<br />

et à sa créativité.<br />

Sur demande, des éléments sur mesure<br />

peuvent être fabriqués pour garantir une<br />

adaptation parfaite à la configuration de chaque<br />

toiture. Chaque année, de nombreux édifices<br />

équipés de systèmes solaires MegaSlate®<br />

obtiennent le Prix Solaire Suisse pour le<br />

mariage réussi de la qualité et de l’esthétique<br />

dans l’intégration de leurs installations.<br />

www.solarwood.lu<br />

SOLARWOOD FOLKENDANGE S.A. INTEGRATED SOLAR ROOFING SOLUTIONS


a|typical<br />

N’EST PAS UNE FATALITE.<br />

SE CONJUGUER AVEC LE BEAU.<br />

Grâce aux systèmes de toitures solaires MegaSlate®, 100% intégrés<br />

et aux services de Solarwood Folkendange S.A., nos clients s’assurent<br />

que le rayonnement solaire est transformé en énergie électrique de la<br />

manière la plus efficace et esthétique possible<br />

www.solarwood.lu<br />

MAISON 1 L-9368 FOLKENDANGE GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG | T: 24 55 99 11


Toitures solaires :<br />

performance ET esthétique !<br />

Poser quelques panneaux solaires par-dessus une toiture: un non-sens doublé d’une<br />

agression visuelle aux yeux de Myriam Bellion, CEO de Solarwood Folkendange, qui<br />

nous présente ses toitures solaires intégrées.<br />

“<br />

Nos toitures sont<br />

synonymes d’efficacité,<br />

de solidité, de simplicité, de<br />

beauté et de durabilité<br />

”<br />

Comment synthétiser l’activité de<br />

Solarwood Folkendange ?<br />

Nous commercialisons en exclusivité pour le<br />

BeNeLux et la Grande Région les solutions<br />

intégrées et sur-mesure de toitures solaires sans<br />

cadres du leader européen Meyer Burger Group<br />

(Suisse). En rénovation comme en construction.<br />

Au lieu de placer une toiture traditionnelle (tuiles,<br />

ardoises) avec des panneaux solaires «sur<br />

toiture», nos panneaux remplacent l’ensemble.<br />

Ils sont donc intégrés «en toiture», nos panneaux<br />

couvrant entièrement n’importe quelle forme de<br />

toit : rectangulaire, carré, triangulaire, etc.<br />

Nous disposons en effet de modules «aveugles»<br />

(dépourvus de capteurs solaires) pour combler un<br />

espace de manière esthétique et ainsi couvrir<br />

100% de la surface. La gamme comprend les<br />

modules MegaSlate ®<br />

(photovoltaïques pour<br />

produire l’électricité ; thermique pour chauffer<br />

l’eau ;et des fenêtres de toit), les modules hybrides<br />

pour toiture plate et les modules en façade.<br />

Vous estimez que votre avantage<br />

concurrentiel est la compatibilité avec<br />

une démarche architecturale…<br />

Tout à fait :en plus de leur excellente performance<br />

énergétique, nos panneaux solaires ont<br />

également une finalité esthétique. Il suffit de<br />

parcourir le Grand-Duché pour constater<br />

qu’en général le photovoltaïque enlaidit.<br />

D’où le rejet par les architectes : il gâche leur<br />

travail ! Leurs créations sont souvent<br />

détériorées par ces larges mosaïques qui<br />

déséquilibrent, ou même rompent, l’harmonie<br />

d’un bâtiment. Notre alternative joint l’utile à<br />

l’agréable : il prouve qu’il est possible de<br />

produire son énergie verte sans que la beauté<br />

du bâtiment n’en pâtisse. Tous nos types de<br />

modules sont intégrés sans que l’on puisse les<br />

distinguer les uns des autres, donc sans coupure<br />

ou contraste choquant. Le tout est posé à<br />

fleur de toit: rien n’en dépasse. Cela nécessite<br />

une grande précision dans la conception.<br />

80<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Myriam Bellion<br />

Comment expliquez-vous le succès des<br />

les autorisations de construction furent<br />

gratuitement (le soleil n’envoie pas de facture<br />

toitures MegaSlate ®<br />

àtravers l’Europe<br />

bloquées et retardées par certaines autorités.<br />

et rayonne même quand il n’est pas visible)<br />

et au-delà ?<br />

En parallèle, nous avons fondé Solarwood<br />

et durablement (Stephen Hawking, estime<br />

Technologies, qui fabriquait des modules de<br />

qu’il brillera encore 2,7 milliards d’années).<br />

Par le caractère haut de gamme de leur<br />

toiture intégrée, déjà à l’époque sous la<br />

Quelle différence face aux énergies fossiles,<br />

conception. Qui attire des clients sensibles à la<br />

licence MegaSlate ® de Meyer Burger Group.<br />

dont tout le monde s’accorde à dire que ses<br />

fois à leur inscription dans le développement<br />

En 2009, suite au décès de mon mari, j’ai été<br />

réserves seront épuisées au plus tard dans<br />

durable et à leur beauté qui autorise la réalisation<br />

contrainte de vendre cette société, qui restera<br />

80 ans, tout comme celles d’uranium qui<br />

de tous les rêves architecturaux tout en<br />

dans les annales pour avoir été la seule et unique<br />

sous-tendent le fonctionnement des (dange-<br />

respectant le cadre environnant. Produits en<br />

ligne de production de modules solaires un jour<br />

reuses) centrales nucléaires. Ensuite, fin avril,<br />

Suisse, ces modules sont garantis 10 ans entre<br />

présente sur le territoire luxembourgeois.<br />

le fabricant de véhicules électriques Tesla a<br />

autres au niveau de leur résistance au vent et<br />

En 2014, après 5 ans de recul, mon envie de<br />

mis sur le marché une batterie domestique,<br />

aux charges dues à la neige (400 voire 800 kg<br />

promouvoir l’énergie solaire était intacte et<br />

le PowerWall, qui stocke l’électricité fournie<br />

au m 2 )et à la glace (grêlons jusqu’à 5 cm de<br />

j’avais à nouveau… l’énergie de donner corps<br />

par les panneaux solaires. ( 3000 usd pour<br />

diamètre) et de 25 ans pour un rendement de<br />

à mon engagement. Notre responsabilité<br />

une capacité de 7 kw et 3500 usd pour une<br />

80%. Ils se posent bien plus rapidement<br />

commune, c’est de transmettre une planète<br />

capcité de 10 kw ) C’est une petite révolu-<br />

qu’une toiture traditionnelle, tel un jeu de<br />

plus saine, plus durable aux générations<br />

tion puisque cela signifie que, dès<br />

construction où s’emboîtent les modules et rails<br />

futures et j’entends bien y contribuer autant<br />

aujourd’hui, il est possible de consommer<br />

destinés à faire couler l’eau dans les gouttières.<br />

que je peux !<br />

l’électricité que l’on produit au moment<br />

Sans oublier que l’absence de cadre empêche<br />

Je me suis donc tout naturellement à nouveau<br />

où on en a besoin. Donc d’être totalement<br />

toute incrustation, rendant la toiture auto-<br />

tournée vers Meyer Burger Group, avec qui<br />

indépendant du réseau électrique traditionnel.<br />

nettoyante grâce à la pluie, et tout entretien<br />

nous avions tissé une relation de confiance.<br />

Grâce aux progrès des techniques durables,<br />

inutile.<br />

Aujourd’hui, plutôt que de produire leurs<br />

le monde est en ébullition. Nous y participons<br />

panneaux MegaSlate ® ,je les vends et distribue<br />

et nous sommes fiers de constater que<br />

en exclusivité au BeNeLux et dans la Grande<br />

l’intérêt continu suscité par les toitures<br />

Solarwood, pionnière lancée dès 2004,<br />

Région. Nous avons même des demandes pro-<br />

MegaSlate ® àl’international se confirme sur<br />

est revenue en 2014. Quels sont les<br />

venant d’autres pays, tels que l’Italie ou la Suède.<br />

notre propre marché !<br />

jalons de cette aventure ?<br />

En 2004, mon mari et moi avons commencé<br />

Que répondez-vous aux esprits chagrins<br />

à nous passionner pour les énergies<br />

renouvelables. Nous avons donc constitué<br />

l’entreprise Solarwood Folkendange, dont<br />

l’objectif était de concevoir le plus grand<br />

parc photovoltaïque de suiveurs solaires au<br />

Luxembourg. Ce projet est mis de côté car<br />

qui ne «croient pas» à l’utilisation de<br />

l’énergie solaire ?<br />

Les arguments sont légion !J’en citerai deux.<br />

D’abord, qu’une toiture solaire intégrée<br />

MegaSlate ® maximise la production d’électricité<br />

Solarwood Folkendange S.A.<br />

Maison 1<br />

L-9368 Folkendange<br />

www.solarwood.lu<br />

Source photos: Solarwood Folkendange S.A.<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

81


Architecture & construction<br />

Le Fonds du Logement<br />

procède à la vente de 6 appartements<br />

et de 4 maisons unifamiliales<br />

Le Fonds pour le développement du logement et de l’habitat propose 10 logements<br />

supplémentaires en vente dont 6 appartements à Oberkorn et 4 maisons unifamiliales<br />

àGrevenmacher.<br />

La résidence à appartements, en vente en<br />

l’état futur d’achèvement, prendra place rue<br />

Kondel/rue Pasteur à Oberkorn. L’ensemble<br />

sera construit sur 3 niveaux, avec 2 appartements<br />

de 3 chambres à coucher par étage.<br />

Chaque appartement, de 104 à 107 m 2 ,<br />

bénéficiera d’une double orientation, d’un<br />

balcon, d’un garage et d’une cave. Une<br />

petite aire de jeux sera aménagée du côté<br />

sud de la parcelle.<br />

Réservations: mai 2015<br />

Début /Fin des travaux: sept. 2015 / juillet 2017<br />

Classe énergétique: A/B<br />

Prix d’acquisition: de 301.600,- à 349.900,-<br />

(TVA 3%)<br />

Les maisons unifamiliales, en cours de<br />

construction, rue Syr à Grevenmacher, bénéficieront<br />

d’un environnement calme et<br />

agréable entre le ruisseau Gehaansbaach et<br />

une tour médiévale entièrement rénovée de<br />

l’ancienne enceinte de Grevenmacher.<br />

Construites sur 2 niveaux pour une surface<br />

habitable de +/- 115 m 2 ,elles disposeront de<br />

3chambres à coucher, d’une terrasse et d’un<br />

car-port.<br />

Réservations: mai 2015<br />

Fin des travaux: octobre 2015<br />

Classe énergétique: A/A<br />

Prix d’acquisition: de 348.800,- à 355.860,-<br />

(TVA 17%)<br />

Enfin, 8 maisons de 3 chambres à coucher<br />

ainsi que 3 appartements, dont 2 aménagés<br />

pour personnes à mobilité réduite, sont<br />

encore disponibles à l’achat dans le nouveau<br />

quartier «Wunnen am Park» à Esch-<br />

Nonnewisen.<br />

Plans et conditions d’acquisition:<br />

www.fondsdulogement.lu<br />

ou info@fondsdulogement.lu<br />

Fonds du Logement<br />

Relations Publiques<br />

Tél. 26 26 44 – 1<br />

82<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Rickes & Petrich<br />

s.à r.l.<br />

Ideen<br />

in Edelstahl


Der Spezialist für Metall<br />

und Edelstahlverarbeitung<br />

Der Meisterbetrieb Rickes & Petrich legt einen besondren Wert auf<br />

eine individuelle fachmänniche Beratung.<br />

Le spécialiste de la conception<br />

métallique sur mesure<br />

L'entreprise Rickes & Petrich a été créée en 1998 et porte le nom<br />

de ses associés fondateurs.<br />

Bei Ihnen vor Ort aber auch im neuen Firmensitz in Ellange -Mondorf<br />

zone Indutrielle du triangle Vert,beraten Sie die beiden Firmeninhaber<br />

gerne kompetent und unverbindlich.<br />

Berücksichtigt wird Kostenangebot und Planungsicherheit.<br />

Produkte<br />

Die Firma fertigt auf individuellen Wünschen aus Stahlprofil und aus<br />

Edelstahl, Tore, franz Balkongeländer, Balkongeländer, Treppen,<br />

Treppengeländer-Innen und Aussen,Vordächer und Uberdachungen.<br />

Referenzen<br />

Umfangreiche Arbeiten im kommunalen Bereich. Detaillierte<br />

Kostenangebote für Privatkunden sind für uns eine Selstverständlichkeit<br />

und wir legen einen besonderen Wert auf Beratung und Planung.<br />

Pour faire face à son développement, elle a emménagé en 2006 dans<br />

des locaux neufs, dans la zone duTriangleVert à Ellange-Mondorf, qui<br />

comportent 600 m 2 d'ateliers et 75 m 2 de bureaux. Cet emplacement,<br />

à proximité immédiate de l'autoroute, de la capitale et des<br />

frontières françaises et allemandes, est idéal aussi bien pour ses<br />

fournisseurs que pour ses clients.<br />

La spécialité de Rickes & Petrich? La construction métallique sur<br />

mesure: garde-corps en acier ou inox, escaliers métalliques avec bois<br />

et cailloutis (intérieur comme extérieur), portes, portails, passerelles,<br />

mobilier design, etc. La société propose ses services aussi bien<br />

aux architectes qu'aux particuliers ou aux entreprises du bâtiment.<br />

Son point fort? La qualité de ses réalisations, ce qui lui vaut une<br />

excellente réputation auprès de ses clients et partenaires.


Der Spezialist für Metall und Edelstahlverarbeitung<br />

Construction métallique, conception de meubles, atelier de fabrication<br />

Geländer Aussen und innen<br />

Barrière d’intérieur et d’extérieur<br />

Treppen<br />

Escalier<br />

Sonder-anfertigungen<br />

Auvent<br />

Vordächer<br />

Porte<br />

Möbel<br />

Mobilier<br />

ZERTIFIKAT<br />

Konformität der werkseigenen<br />

Produktionskontrolle<br />

2451-CPR-EN1090-2015.0457.001<br />

43 z.a.e.Triangle Vert -L-5691 Ellange (Mondorf) - Tél.: 75 99 10 - Fax: 75 99 11<br />

www.rickes-petrich.lu


Communes<br />

Eltrona,<br />

un réseau câblé performant<br />

Si les moines copistes des bibliothèques du Moyen Âge étaient les gardiens de notre<br />

mémoire actuelle, force est de constater que les Data Center sont les lieux d’archives<br />

où des milliards d’informations seront les souvenirs des générations futures.<br />

Eltrona revient sur les enjeux à venir en termes de capacités réseaux et d’infrastructures<br />

pour lesquelles «toute une conception technologique est mise en place» assurePaul Denzle,<br />

administrateur délégué.<br />

Pouvez-vous nous rappeler l’historique<br />

de votre réseau au Luxembourg?<br />

Dans les années 60, la télévision a connu un<br />

engouement incroyable auprès de la population.<br />

Les opérateurs étrangers émettaient<br />

depuis leurs territoires. La réception de ces<br />

chaînes était souvent difficile selon la localité<br />

où l’on habitait.<br />

Des grandes antennes ont été construites<br />

depuis des points élevés afin d’améliorer la<br />

réception de ces signaux TV et lesquels<br />

étaient redistribués aux maisons par l’infrastructure<br />

de l’antenne collective. C’est<br />

comme ça qu’au fil des années notre réseau<br />

s’est élaboré. Il y avait une telle demande<br />

que nos investissements devaient suivre.<br />

À l’époque, les communes délivraient des<br />

autorisations aux constructeurs de réseaux<br />

d’antennes. D’où le partage du marché et le<br />

fait que l’on offre nos services par une<br />

deuxième infrastructure physique, différente<br />

de celle de l’opérateur historique en télécommunication.<br />

C’est là où nos services se<br />

distinguent de ceux de notre concurrent.<br />

Lorsque celui-ci doit faire de nombreux<br />

chantiers pour proposer une connexion ultra<br />

rapide, nous n’avons pas besoin de rentrer<br />

avec de nouveaux câbles dans les maisons,<br />

ceux qui existent depuis plus de 40 ans sont<br />

tout à fait aptes à servir cet ultra haut débit.<br />

Participez-vous à l’ambition gouvernementale<br />

concernant le haut débit?<br />

Oui, l’ambition gouvernementale annoncée au<br />

printemps 2010 a pour but que le Luxembourg<br />

devienne l’un des pays du monde le plus<br />

connecté avec l’ultra haut débit. Partout où nous<br />

avons des infrastructures, nous sommes,<br />

aujourd’hui déjà à même d’offrir des services<br />

d’ultra haut débit. Chez Eltrona, il y a déjà<br />

100.000 ménages qui sont éligibles à 120 mégabits<br />

ce qui représente environ 50% du territoire.<br />

Les statistiques internet ainsi qu’une<br />

étude mandatée par la Commission<br />

Européenne montrent que contrairement<br />

aux infrastructures des fournisseurs<br />

télécoms historiques, il n’y a pas<br />

ou presque pas de différences de débit<br />

entre les valeurs affichées sur vos<br />

offres et la valeur réelle fournie chez<br />

vos clients, pourquoi?<br />

Il est vrai que la valeur réelle est souvent<br />

inférieure à la valeur théorique qui est indiquée<br />

dans les catalogues. Cette différence<br />

peut s’expliquer par de nombreux facteurs<br />

comme la qualité du réseau relié à la borne<br />

du réseau, même les capacités des serveurs<br />

peuvent jouer un rôle.<br />

Nos infrastructures sont plus efficaces car les<br />

câbles coaxiaux ont de meilleures performances<br />

physiques que l’infrastructure cuivre<br />

classique, souvent encore en place dans un<br />

grand nombre de foyer. On est moins susceptibles<br />

aux distances que le monde télécom<br />

classique où l’écart qui sépare le client<br />

du point de connexion joue un rôle important.<br />

L’autre avantage est que le client n’a<br />

pas besoin de transformer sa maison et de<br />

tirer de nouveaux câbles.<br />

Bien évidemment garantir ces performances,<br />

nous oblige à faire des investissements dans<br />

nos infrastructures pour assurer cette capacité.<br />

Toute une conception technologique est<br />

mise en place pour que cela fonctionne.<br />

Que deviendra le petit écran?<br />

Le poste de télévision tel que nos parents ou<br />

nos grands-parents l’ont connu est en pleine<br />

évolution. Si la programmation reste intrinsèquement<br />

liée aux différentes chaines, la télévision<br />

interactive et connectée offre un espace<br />

de liberté beaucoup plus étendu avec l’apparition<br />

de plates-formes en ligne qui proposent<br />

des contenus TV en flux continu. Cette évolution<br />

ne veut pas dire que les chaines de télévisions<br />

traditionnelles sont vouées à disparaitre<br />

mais qu’il y a des changements d’habitudes.<br />

86<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


<strong>LG</strong> - Juin 2015 87


Communes<br />

“<br />

Tout comme une autoroute,<br />

nous gérons un flux,<br />

àla différence que les bouchons<br />

ne sont pas permis<br />

sur nos infrastructures<br />

”<br />

Paul Denzle<br />

En Allemagne par exemple, Super RTL a<br />

annoncé aller dans cette direction en proposant<br />

des bouquets de programmes jeunesses<br />

via des bibliothèques sur internet.<br />

Le marché unique du numérique restera-t-il<br />

dans les tiroirs des utopies<br />

européennes?<br />

Si les frontières européennes ont disparu<br />

avec Schengen, force est de constater qu’elles<br />

sont encore en place pour le numérique.<br />

Beaucoup de contenus TV usent de leur<br />

police de géo-blocages et empêchent l’utilisateur<br />

luxembourgeois de voir leurs contenus.<br />

Bien évidemment cela ramène à des notions<br />

de droits d’auteurs et de propriété intellectuelle<br />

mais nous devons insister sur cette<br />

accessibilité afin d’éviter que le Luxembourg<br />

ne devienne une île aux niveaux des contenus<br />

sur la toile.<br />

Quels sont pour vous les enjeux à<br />

venir?<br />

La transition vers la télévision interactive va<br />

continuer et beaucoup de chaines proposent<br />

déjà des offres interactives sur la toile.<br />

L’enjeu résultera dans notre capacité à fournir<br />

de l’ultra haut débit.<br />

Nous avons vu qu’en quelques années seulement,<br />

les messages SMS ont laissé place à la<br />

communication sur les réseaux sociaux où<br />

l’image et plus particulièrement, la vidéo<br />

prend une place de plus en plus importante.<br />

On retrouve ces besoins en bande passante<br />

notamment dans l’environnement des jeux<br />

en ligne où là aussi l’ultra haut débit est<br />

indispensable.<br />

Tout comme une autoroute, nous gérons un<br />

flux à la différence que les bouchons ne sont<br />

pas permis sur nos infrastructures. JuB<br />

Eltrona<br />

4-8, rue de l’Aciérie<br />

L-1112 Luxembourg<br />

Tél. : 499 466 1<br />

www.eltrona.lu<br />

88<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


log.kpmg.lu<br />

Ëmmer een<br />

Schratt viraus<br />

Liest eisen Blog!<br />

blog.kpmg.lu<br />

39 Kennedy<br />

A V E N U E<br />

©2015 KPMG Luxembourg, Société coopérative, a Luxembourg entity and a member firm of the KPMG network of independent member firms affiliated with<br />

KPMG International Cooperative (“KPMG International”), a Swiss entity. All rights reserved.


-<br />

-<br />

-<br />

Brèves communales<br />

Début de la construction du<br />

nouveau Lycée Clervaux<br />

Mamer devra<br />

bien revoir son PAG<br />

5.000 participants<br />

àla Nuit du sport<br />

La décision est (re)tombée: la commune de<br />

Mamer devra effectivement revoir son plan<br />

d’aménagement général (PAG), annulé définitivement.<br />

Ce PAG, avait pourtant été approuvé<br />

en 2013 par le ministre de l’Intérieur de l’époque,<br />

Jean-Marie Halsdorf (CSV), mais la cour<br />

administrative l’avait mis de côté en décembre<br />

suite à un vice de forme, et confirme sa une déci-<br />

Le 11 mai dernier, François Bausch, ministre du<br />

sion de façon définitive.<br />

La 7 e édition de la Nuit du sport du 16 mai der-<br />

Développement durable et des Infrastructures<br />

________________________________________<br />

nier a attiré environ 5.000 participants, dans 21<br />

et Claude Meisch, ministre de l’Éducation nationale,<br />

de l’Enfance et de la Jeunesse, ont effectué<br />

les premiers coups de pelle pour démarrer<br />

Des zones piétonnes à<br />

Luxembourg-Ville<br />

communes participantes. Ce projet, initié par le<br />

Service national de la jeunesse et le ministère<br />

des Sports, a comme objectif de permettre aux<br />

les travaux du nouveau Lycée à Clervaux.<br />

L’ASBL Lëtzebuerger Vëlos-Initiativ (LVI) a<br />

jeunes et moins jeunes de découvrir de nouvel-<br />

________________________________________<br />

inauguré mi-mai son premier panneau géant<br />

les disciplines sportives, et ainsi pourquoi pas de<br />

Succès populaire mitigé<br />

pour la foirede printemps<br />

Luxexpo a accueilli ce dimanche 17 mai la tra-<br />

au croisement entre le boulevard Royal et<br />

l'avenue Amélie. Il affiche en photomontage<br />

un des rêves de LVI: un quartier sans voiture,<br />

peuplé de cyclistes, piétons et terrasses de<br />

prendre goût à une nouvelle activité physique.<br />

________________________________________<br />

Dudelange, capitale du jazz<br />

ditionnelle foire de printemps. Plus de 50.000<br />

café. Le projet "vision" programme l’installa-<br />

Dudelange a vibré durant quatre jours sur des<br />

visiteurs ont déambulés entre les stands des<br />

tion de ce type de pancarte jusqu’à la mi-juil-<br />

rythmes festifs pour la quatrième édition du<br />

quelques 300 exposants de cet événement<br />

let, afin de donner de quoi réfléchir aux habi-<br />

festival "Like A Jazz Machine", du 14 au 17<br />

dominical: un chiffre stable par rapport aux<br />

tants et aux politiciens.<br />

mai. En vedette, des stars du jazz américain,<br />

éditions précédentes, surtout compte tenu de<br />

________________________________________<br />

mais également tout le gratin de la scène<br />

la concurrence du beau temps extérieur et du<br />

programme culturel et événementiel chargé<br />

Wiltz en fête<br />

grand-ducale: Michel Reis Paris Quartet,<br />

Pascal Schumacher, Jeff Herr et Pit Dahm Trio.<br />

de ce week-end. Cependant on est loin du<br />

________________________________________<br />

succès populaire des années nonante, avec<br />

108.000 visiteurs en moyenne.<br />

Idéales pour les baignades<br />

________________________________________<br />

«D’excellente qualité» c’est ainsi qu’ont été<br />

Une nouvelle usine à<br />

Echternach<br />

qualifiés 100% des sites contrôlés de baignade<br />

de notre pays, selon un rapport de<br />

l'Union européenne. Avec Malte et Chypre,<br />

Étienne Schneider, le ministre de l’Economie, a<br />

le Luxembourg est l’un des uniques pays à<br />

participé à l’inauguration du site de production<br />

Durant le long week-end de Pentecôte, les<br />

atteindre un aussi bon chiffre.<br />

d’International CAN S.A. à Echternach en date<br />

festivités de la grande Fête du genêt ont<br />

________________________________________<br />

du 12 mai. Cette usine produira des boîtes en<br />

aluminium destinées à l’industrie cosmétique.<br />

Appartenant au groupe Maxim, spécialisé dans<br />

animé Wiltz, avec en apothéose, les rues<br />

recouvertes de pétales jaunes grâce au<br />

Corso. Pour la 67 e fois, la ville s’est parée de<br />

Romain Reitz<br />

àla tête de Junglinster<br />

la production de cosmétiques et implanté au<br />

ses plus belles couleurs pour accueillir le<br />

Suite à la démission inattendue de la bourg-<br />

Luxembourgdepuis 2001, l'usine de production<br />

défilé de groupes et chars, décorés sur le<br />

mestre, Francine Colling-Kahn, les partis à la<br />

répond aux normes environnementales les plus<br />

thème d’Hollywood pour cette édition 2015.<br />

tête de la coalition communale (LSAP et<br />

strictes. La société CAN S.A. vise la création de<br />

Depuis 1949, la Fête du genêt, arbuste<br />

CSV) se sont accordés: ils ont désigné<br />

200 emplois d’ici 2017, qui s’ajouteront au 125<br />

personnes que le groupe Maxim emploie déjà<br />

actuellement au Luxembourg.<br />

emblématique de l’Oesling, compte parmi<br />

les manifestations folkloriques les plus<br />

renommées de toute la région.<br />

Romain Reitz comme remplaçant. Echevin<br />

durant sept ans, Romain Reitz était arrivé en<br />

2 e position lors du dernier scrutin communal.<br />

Photos de presse


L’essentiel pour<br />

votre soirée<br />

53 communes luxembourgeoises proposent actuellement la Night Card à leurs habitants.<br />

nightrider.lu<br />

Hotline 900 71 010 (3 cts/min.)<br />

Service operated by Sales-Lentz


Brèves gouvernementales et ministérielles<br />

Nicolas Schmit aborde<br />

l’emploi des jeunes<br />

en Tunisie<br />

Coup de jeune<br />

pour le portail officiel<br />

du Grand-Duché<br />

Lydia Mutsch<br />

prend note des problèmes<br />

des transgenres<br />

©MTEESS<br />

A l’entrée de mai, une nouvelle version de<br />

www.luxembourg.lu a été mise en ligne. Plus<br />

Le 12 mai, des représentants de l’ASBL Intersex<br />

&Transgender Luxembourg (ITGL) se sont ren-<br />

intuitif, ce nouveau portail est de plus désor-<br />

dus au cabinet de la ministre de la Santé, Lydia<br />

mais présent sur différents réseaux sociaux, et<br />

Mutsch. Ils ont évoqué les problèmes auxquels<br />

consultable depuis divers supports: ordinateur,<br />

font face les personnes intersexes ou transgen-<br />

tablette ou smartphone. Trilingue, il est dispo-<br />

res, notamment celui de la psychiatrisation obli-<br />

nible en français, allemand et anglais, ce qui lui<br />

gatoire comme condition d’accès à des traite-<br />

confère une large portée internationale, pour<br />

ments hormonaux et chirurgicaux. Ces préoc-<br />

Mi-mai, le ministre du Travail, de l’Emploi et de<br />

améliorer la visibilité du pays<br />

cupations sont prises très au sérieux par Lydia<br />

l’Économie sociale et solidaire, s’est rendu à<br />

En 2014, le portail a attiré en moyenne<br />

Mutsch, qui désire discuter de ces matières de<br />

Tunis. En vue de la préparation de la<br />

115.000 visiteurs par mois, qui ont consulté<br />

façon interministérielle.<br />

Présidence luxembourgeoise, Nicolas Schmit,<br />

mensuellement près de 294.000 pages. Ses uti-<br />

________________________________________<br />

s’est penché sur une possible coopération<br />

entre la Tunisie et l’Union européenne dans le<br />

domaine de l’emploi des jeunes. «Le chômage,<br />

lisateurs se composent d’un tiers d’internautes<br />

habitant au Luxembourg et de deux tiers d’internautes<br />

étrangers.<br />

Réunion avec l’OTAN<br />

pour Jean Asselborn<br />

particulièrement le chômage des jeunes, est un<br />

défi tant pour les pays européens que pour nos<br />

voisins des pays du Maghreb. Il est de notre<br />

responsabilité de donner une perspective à la<br />

________________________________________<br />

Le marché unique<br />

numérique européen<br />

©MAEE<br />

jeunesse, notamment par le biais de formations<br />

adaptées aux besoins d’une économie en<br />

pleine mutation et un soutien efficace à la<br />

création d’entreprise» a-t-il déclaré sur place.<br />

©SIP/Charles Caratini<br />

________________________________________<br />

La réunion des ministres des Affaires étrangères<br />

Romain Schneider<br />

àune réunion de l'Agence<br />

mondiale antidopage<br />

de l’OTAN s’est déroulée les 13 et 14 mai derniers<br />

à Antalya. Jean Asselborn, en sa qualité de<br />

ministre des Affaires étrangères et européennes,<br />

s’est donc rendu en Turquie pour y prendre<br />

Le ministre des Sports, Romain Schneider, a<br />

Un vrai marché unique numérique, sans fron-<br />

part. Ensemble ils ont débattus de nombreuses<br />

participé à la réunion du conseil de fondation<br />

tières, qui permette aux citoyens et entreprises<br />

matières, entres autres, la concrétisation d’un<br />

de l'Agence mondiale antidopage (AMA) le<br />

d’accéder, d’acheter, et de vendre des biens et<br />

partenariat durable avec l’Afghanistan, ou<br />

13 mai. Celle-ci s’est tenue à Montréal et<br />

services en ligne n’importe où dans l’Union<br />

encore la situation en Ukraine.<br />

abordait des sujets tels que l’accréditation de<br />

européenne: voilà ce à quoi voudraient aboutir<br />

________________________________________<br />

laboratoires et la non-conformité de plusieurs<br />

pays au Code mondial antidopage de 2015.<br />

Le ministre, en préparation de la future<br />

Xavier Bettel et Andrus Ansip. Le Premier<br />

ministre et ministre des Communications et des<br />

Médias a rencontré le 12 mai dernier le vice-<br />

Mobilité douce:<br />

dans la roue des Pays-Bas<br />

Présidence luxembourgeoise du Conseil de<br />

président de la Commission européenne<br />

Al’entrée du mois de mai, vingt représentants<br />

l'Union européenne à partir du 1 er juillet 2015,<br />

chargé du marché unique numérique. La<br />

de l'État, de différentes communes, de bureaux<br />

aégalement fait un état des lieux de la législa-<br />

Commission européenne a déjà établi un plan<br />

d'études et d'ONG se sont rendus à Leiden,<br />

tion européenne sur la protection des données.<br />

d’action à ce sujet. De nombreuses initiatives<br />

aux Pays-Bas. Ces personnes, qui défendent la<br />

Ce projet de législation inquiète apparemment<br />

s’y rapportant auront d’ailleurs lieu pendant la<br />

vision d’une mobilité plus écologique, ont<br />

beaucoup l’AMA. Romain Schneider a cepen-<br />

future Présidence luxembourgeoise du Conseil<br />

exploré les réseaux cyclables communaux de la<br />

dant rassuré l’agence en affirmant que l'efficacité<br />

de la lutte antidopage ne serait pas menacée.<br />

de l’Union européenne. Xavier Bettel soutient<br />

totalement cette approche, et y contribue avec<br />

la stratégie Digital Lëtzebuerg.<br />

région. Ils ont pu constater la grande qualité de<br />

l’infrastructure cyclable de ce pays, et veulent<br />

s’en inspirer dans le futur.<br />

Photos de presse


prêts pour<br />

la révolution de<br />

la ressource<br />

toutes les entreprises de SUEZ environnement n’en font plus qu’une<br />

SITA, Degrémont, Ondeo Industrial Solutions, SAFEGE et 40 autres experts de l’eau<br />

et des déchets deviennent SUEZ environnement. Sur les 5 continents,<br />

SUEZ environnement accompagne les villes et les industries dans l’économie circulaire pour<br />

préserver, optimiser et sécuriser les ressources essentielles à notre avenir.<br />

ready-for-the-resource-revolution.com | lamesch.lu


«Prêts pour la révolution<br />

de la ressource»<br />

LAMESCH Exploitation s.a., entreprise de référence au Grand-Duché de Luxembourg, change<br />

le nom de sa marque SITA pour SUEZ environnement. L’idée est «d’unifier les métiers de l’eau<br />

et des déchets sous un seul nom», rencontre avec Alain Jacob, administrateur directeur général.<br />

“<br />

SUEZ environnement<br />

est depuis plus d’un siècle<br />

synonyme d’innovation,<br />

d’entreprenariat et d’audace<br />

sur la scène internationale<br />

”<br />

SITA est devenu SUEZ environnement,<br />

pourquoi ce changement de nom?<br />

Notre groupe SUEZ environnement détenait<br />

un grand nombre de marques telles que Sita,<br />

Degrémont, United Water, Agbar et bien<br />

d’autres. Cette multitude de marques générait<br />

de la confusion sur les marchés et affectait<br />

l’efficacité du groupe tant au niveau de<br />

la visibilité internationale que dans l’offre de<br />

services globale. La démarche de marque<br />

unique a donc été pensée en vue d’unifier les<br />

métiers de l’eau et des déchets sous un seul<br />

nom avec une mission commune qui est de<br />

sécuriser ensemble les ressources essentielles<br />

ànotre avenir.<br />

Pouvez-vous préciser?<br />

Cette mission répond au défi majeur de la<br />

raréfaction des ressources. Aujourd’hui 4<br />

milliards de tonnes de déchets sont produits,<br />

demain 40% de la population mondiale<br />

vivra en zone de stress hydrique et<br />

d’ici quinze à vingt ans, les premières<br />

pénuries de minerais et de métaux se<br />

feront ressentir. Il faut donc agir dès<br />

aujourd’hui et ne plus puiser dans les ressources<br />

mais les générer et les régénérer<br />

pour répondre aux besoins croissants des<br />

activités humaines. SUEZ environnement<br />

tient à être un acteur majeur dans la révolution<br />

qui s’annonce.<br />

94<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Alain Jacob<br />

Que signifie votre nouveau logo?<br />

Il incarne parfaitement l’ambition du groupe.<br />

Les trois boucles qui trouvent leur source dans<br />

le mouvement de l’économie circulaire reflètent<br />

un monde où les ressources se renouvellent<br />

sans fin. Nous voulons regarder vers l’horizon<br />

en gardant trois notions à l’esprit. Tout<br />

d’abord, celle de l’économie circulaire qui permet<br />

de sécuriser, de valoriser et de rendre possible<br />

un monde où les ressources essentielles à<br />

notre avenir seraient illimitées. Cette ambition<br />

resterait dans les tiroirs des douces utopies<br />

sans une approche concrète qui est rendue<br />

possible au quotidien par la recherche et la<br />

mise en place de solutions et d’innovations<br />

dans le but d’optimiser la gestion de nos ressources<br />

en matière d’eau et de déchets. Enfin,<br />

nous devons maintenir et renforcer les collaborations<br />

avec tous ceux qui contribuent, chacun<br />

àleur échelle, à imaginer et concevoir le futur<br />

de la ressource.<br />

Plus encore, c’est une identité qui fait référence<br />

à la première lettre du nom de notre<br />

marque et à sa charge sémantique. En effet,<br />

SUEZ environnement est depuis plus d’un siècle<br />

synonyme d’innovation, d’entreprenariat et<br />

d’audace sur la scène internationale. Reconnu<br />

de ses clients et fort de sa réputation, c’est<br />

avec confiance que le groupe a déjà beaucoup<br />

investi sur ce nom. Quant à la signature «Prêts<br />

pour la révolution de la ressource»; elle nous<br />

projette avec force dans l’avenir en mettant en<br />

avant les défis majeurs de la raréfaction dans<br />

un monde en perpétuel développement.<br />

Quels sont les changements qui s’effectueront<br />

avec la mise en place de cette<br />

marque au Luxembourg?<br />

Notre société se nomme toujours LAMESCH<br />

Exploitation s.a. Progressivement, on retrouvera<br />

notre nouveau logo sur l’ensemble de nos<br />

véhicules, de nos vêtements de travail ou<br />

encore de nos papiers d’affaires. Le client est au<br />

cœur de nos préoccupations et nous nous<br />

engageons à lui offrir les meilleurs services avec<br />

le sérieux et le professionnalisme qui nous<br />

caractérise depuis maintenant plus de 50 ans.<br />

LAMESCH Exploitation s.a.<br />

12 ZI Wolser 2,<br />

L-3225 Bettembourg<br />

Tél.: 52 27 27 1 • Fax: 51 88 01<br />

Contact: lamesch@lamesch.lu<br />

www.lamesch.lu<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

95


Communes<br />

Sales-Lentz: une politique<br />

sociétale écologique<br />

Le leader du transport de personnes au Luxembourg a été reconnu plusieurs fois comme<br />

l’entreprise la plus respectueuse de l’environnement. Sales-Lentz a remporté le 7 mai<br />

dernier, un “Green Mobility Award” venant récompenser une stratégie RSE qui répond<br />

autant «aux besoins écologiques qu’à nos propres préoccupations et celles de nos usagers»,<br />

assure Christophe Reffay, nouveau directeur Marketing & Business Development.<br />

“<br />

Nous avons l’obligation<br />

morale d’innover afin de<br />

rendre nos véhicules plus<br />

propres<br />

”<br />

Pouvez-vous nous présenter votre parcours?<br />

J’ai fait des études de communication avec une<br />

spécialisation en publicité à Bruxelles où j’ai<br />

travaillé pendant deux ans dans le secteur<br />

financier. En revenant au pays, j’ai rejoint sept<br />

ans durant l’Automobile Club du Luxembourg.<br />

Avec mon supérieur hiérarchique de l’époque,<br />

nous y avons créé et développé le département<br />

marketing. J’ai par la suite occupé la<br />

fonction de responsable commercial pour un<br />

grand groupe pétrolier pour laquelle j’étais responsable<br />

des grands comptes à la fois pour le<br />

“fleet” et pour le transport international. La<br />

structure luxembourgeoise étant assez petite,<br />

j’y ai également rempli d’autres tâches très<br />

enrichissantes. Aujourd’hui, en tant que directeur<br />

Marketing & Business Development chez<br />

Sales-Lentz, j’effectue un retour aux sources<br />

en revenant vers la communication. Innover<br />

dans le but de faire aller la société de l’avant<br />

est un défi exaltant.<br />

Depuis 2007, Sales-Lentz a mis en place<br />

une politique RSE dans laquelle le bilan<br />

carbone occupe une place importante.<br />

Pouvez-vous nous en dire plus?<br />

Notre objectif en 2011 était de réduire<br />

notre empreinte carbone de 5% d’ici 2015,<br />

une visée dépassée en seulement trois ans<br />

pour atteindre plus de 7% malgré la hausse<br />

d’activités. Sachant que l’utilisation de carburant<br />

crée de la pollution, nous avons<br />

l’obligation morale d’innover afin de rendre<br />

nos véhicules plus propres. Mettre en<br />

œuvre des programmes qui visent à réduire<br />

les répercussions sur l’écologie fait de nous<br />

une société de transport responsable. Nous<br />

collaborons ainsi avec MyClimateLux en<br />

appliquant des principes directeurs qui sont<br />

d’éviter, de réduire ou encore de compenser<br />

les impacts environnementaux. Nous<br />

compensons les gaz à effet de serre nécessaires<br />

pour l’exécution de nos activités et<br />

soutenons un projet éco-responsable au<br />

Brésil qui vise à passer du diesel aux plaquettes<br />

de bois FSC pour la production<br />

d’électricité sur place. Le résultat permet<br />

ainsi d’épargner quinze millions de litres de<br />

diesel. Grâce à la centrale électrique, la<br />

population locale profite d’un prix pour<br />

l’énergie plus bas et d’un meilleur approvisionnement<br />

avec moins de défaillances et<br />

moins de pertes de transport. L’équivalence<br />

en diesel ainsi évitée équivaut à la consommation<br />

annuelle en électricité d’une ville de<br />

80.000 habitants. Ces excellents résultats<br />

nous poussent à continuer notre politique<br />

RSE et il faut reconnaître que nous atteignons<br />

aujourd’hui un seuil élevé de spécialisation<br />

en la matière.<br />

96<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Est-ce une responsabilité ou une image<br />

de marque?<br />

Ce sont les deux à la fois; si on s’investit tellement<br />

dans ce domaine-là, c’est autant<br />

pour répondre aux besoins écologiques qu’à<br />

nos propres préoccupations et celles de nos<br />

usagers. Lorsque nous avons lancé notre<br />

politique RSE en 2007, nous avons tenu à<br />

impliquer tous nos employés. Cette prise de<br />

conscience collective a largement dépassé le<br />

cadre de l’entreprise pour s’immiscer dans<br />

nos foyers.<br />

Que représente cette politique en termes<br />

d’investissement?<br />

Nous utilisons des véhicules hybrides depuis<br />

2009. Aujourd’hui, notre flotte hybride<br />

s’élève à 24 véhicules. Parallèlement, et<br />

depuis 2013, Sales-Lentz a fait des investissements<br />

conséquents dans les nouvelles technologies<br />

anti-pollution et nous comptons<br />

aujourd’hui une flotte importante de véhicules<br />

Euro 6, la dernière norme européenne en<br />

vigueur et qui a pour but de réduire les émissions<br />

de particules et d’oxyde d’azote.<br />

Le Luxembourg a la plus grande densité de<br />

bus hybrides au monde et répond à la<br />

volonté de faire changer les habitudes des<br />

usagers de la route, en délaissant la voiture<br />

au profit des transports publics.<br />

Peut-on dire que Sales-Lentz est<br />

«Made in Luxembourg»?<br />

Oui, le 11 mai dernier, la Chambre de<br />

Commerce a organisé dans le cadre de la<br />

Foire du Printemps, une cérémonie officielle<br />

de remise de certificats aux entreprises ayant<br />

récemment obtenu cette appellation. Le logo<br />

àla couronne va mettre en évidence l’origine<br />

de notre savoir-faire et permettre de nous<br />

différencier de la concurrence. Nous avons<br />

reçu ce label comme preuve de reconnaissance<br />

pour la mise en œuvre d’un concept<br />

global qui vise à respecter l’environnement.<br />

Àl’avenir, nous l’utiliserons dans notre communication<br />

et dans nos relations avec nos<br />

partenaires.<br />

Christophe Reffay<br />

Le 7 mai dernier,votre engagement écologique<br />

a été primé lors de la 5 e édition<br />

du Luxembourg "Green Business Summit".<br />

En êtes-vous fiers?<br />

Cette cérémonie vient couronner les sociétés<br />

qui s’investissent proactivement et qui disposent<br />

d’un programme de responsabilité<br />

sociétale. Parmi les trois catégories dans lesquelles<br />

nous étions nominés, nous avons<br />

remporté le “Green Mobility Award” qui<br />

récompense nos efforts d’innovation en<br />

matière de mobilité durable. Être le lauréat<br />

de cette catégorie est à nos yeux le plus<br />

important puisque le transport est notre activité<br />

principale.<br />

Sales-Lentz Autocars S.A.<br />

ZAE Robert Steichen<br />

4, rue Laangwiss<br />

L-4940 Bascharage<br />

Tel: 2 36 26 - 1<br />

Fax: 2 36 26 - 444<br />

www.sales-lentz.lu<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

97


Coup d’accélérateur<br />

vers la transition énergétique<br />

Faut-il encore la présenter? La compagnie Tesla Motors propose des véhicules de rêve et<br />

entièrement électriques; du luxe en vert qui se fait petit à petit un nid dans notre pays.<br />

Rencontre avec An De Pauw, Country Manager Benelux chez Tesla.<br />

Étienne Schneider<br />

An De Pauw<br />

Tesla Motors est une société qui ne laisse pas<br />

indifférent. Admiration, enthousiasme, critique,<br />

suspicion, les réactions face à cet ovni<br />

du monde automobile sont diverses. Mais<br />

l’engouement est réel. La preuve? Plus de 2<br />

millions de vues sur Youtube de la keynote<br />

exposant leur nouvelle invention: le<br />

Powerwall, ou batterie domestique qui permet<br />

de stocker l’énergie à moindre coût.<br />

Quand une entreprise pareille organise un<br />

évènement à Luxembourg, on ne reste pas<br />

de marbre. Nous avons donc sauté sur l’occasion<br />

de l’inauguration d’une station de<br />

superchargers à Munsbach pour rencontrer<br />

An de Pauw, Country Manager, et faire avec<br />

elle un état des lieux de la situation de la<br />

marque américaine au Luxembourg.<br />

Le Grand-Duché a du potentiel en<br />

énergie verte<br />

«Le Luxembourg est un marché que nous<br />

considérons comme très important» explique-t-elle.<br />

«Notre direction aux Etats-Unis<br />

est convaincue que pour développer la<br />

mobilité électrique en Europe, c’est même un<br />

marché primordial. D’abord, c’est un pays<br />

innovant et orienté business. Ensuite, votre<br />

pays investit beaucoup dans la mobilité<br />

verte, et nous voulons trouver un moyen de<br />

développer cet axe ensemble, avec le gouvernement.<br />

Nous avons d’ailleurs invité le<br />

ministre de l’Économie, Étienne Schneider,<br />

à notre inauguration dans ce sens. Il a<br />

déclaré que d’ici 2020, 850 bornes de charge<br />

publiques pour véhicules électriques seraient<br />

déployées à travers le pays. Et ce n’est que la<br />

première grande étape d’un travail commun<br />

que nous voulons poursuivre, et qui va sans<br />

doute aboutir prochainement par l’ouverture<br />

d’un magasin Tesla dans votre pays».<br />

La station ouverte ce 11 mai au Légère Hotel<br />

de Munsbach rejoint un réseau de 150<br />

superchargers en Europe. Cette couverture<br />

permet désormais aux propriétaires de véhicules<br />

Tesla de parcourir de longues distances,<br />

des Pays-Bas au Sud de la France notamment,<br />

et plus seulement de réaliser leur trajet<br />

quotidien. Après 30 minutes de charge<br />

seulement, la berline haut de gamme Model S<br />

peut parcourir 270 kilomètres. «Pas besoin<br />

de se tracasser pendant le voyage» ajoute<br />

An De Pauw «car le tableau de bord, relié à<br />

Internet, calcule lui-même l’optimisation du<br />

trajet en sélectionnant les superchargers sur<br />

la route. Il indique au conducteur où, quand,<br />

et combien de temps se brancher». La cerise<br />

sur cet immense gâteau? Ce voyage est gratuit<br />

puisque la compagnie d’Elon Musk met<br />

librement ses chargeurs à disposition.<br />

L’entreprise basée en Californie a déjà vendu<br />

plus de 70.000 véhicules dans le monde, dont<br />

beaucoup aux Etats-Unis, en Norvège et au<br />

Pays-Bas. Avec 35 voitures roulant aujourd’hui<br />

àLuxembourg, notre pays a tout d’un futur<br />

marché florissant pour la compagnie.<br />

98 <strong>LG</strong> - Juin 2015


Des voitures idylliques qui gomment<br />

leur défaut<br />

Ces voitures complètement électriques,<br />

sûres, confortables, rapides, effacent petit à<br />

petit tous les défauts qu’on pouvait leur<br />

trouver lors du lancement de la marque en<br />

2008. Le souci de l’autonomie d’abord se<br />

résolve lentement avec l’installation progressive<br />

de stations de charge partout en Europe.<br />

La compagnie s’atèle au problème du prix<br />

ensuite, un frein considérable pour les potentiels<br />

acheteurs, et qui bloquait l’entreprise à<br />

0,02% de parts du marché mondial en 2014.<br />

An de Pauw nous relève: «notre but principal<br />

est d’être plus abordable. D’ici 2017 ou<br />

2018, nous allons lancer Model 3, une berline<br />

compacte. Nous avons l’habitude de dire<br />

que cette automobile fera la moitié de la<br />

taille de la Model S, pour la moitié de son<br />

prix. Nous sommes entrés sur le marché avec<br />

des voitures de luxe, et nous voulons maintenant<br />

produire une affordable business<br />

car». A la question «qui achète vos voitures»,<br />

An De Pauw répond que le public est<br />

en majorité composés d’hommes d’affaires,<br />

d’indépendants, de chefs d’entreprises.<br />

«Mais nous espérons attirer une clientèle<br />

plus large avec la sortie ce modèle».<br />

Dernier obstacle, et non des moindres, pour<br />

Tesla Motors: faire comprendre au public que<br />

posséder une voiture électrique n’est pas une<br />

utopie. «Notre mission est d’expliquer au<br />

gens qu’il est possible de conduire une Tesla.<br />

Les économies en carburant sont énormes,<br />

vu qu’elles n’ont pas besoin d’essence ou de<br />

gazol. Recharger complètement sa voiture à<br />

la maison ne coûte qu’entre 12 et 18 euros,<br />

pour une autonomie de 502 kilomètres; de<br />

plus les superchargers offrent toujours la<br />

possibilité de recharger son véhicule gratuitement.<br />

Fondée par un génie gentleman<br />

Originaire du pays le plus pollueur au<br />

monde, Tesla Motors est une entreprise qui<br />

veut accélérer le mouvement des transports<br />

durables, et entraîner le public et les autres<br />

concepteurs automobiles vers la transition<br />

écologique. Elon Musk, grand inventeur et<br />

fondateur de l’entreprise, met d’ailleurs ses<br />

divers brevets, dont le dernier en date de la<br />

batterie Powerwall, à disposition de ses<br />

concurrents afin qu’ils s’en inspirent. «Il est<br />

brillant et inspirant» conclut la Country<br />

Manager, «il essaie vraiment d’avoir un<br />

impact positif sur le monde». SoM<br />

“<br />

Ce n’est que la première<br />

grande étape d’un travail<br />

commun qui va sans doute<br />

aboutir prochainement par<br />

l’ouverture d’un magasin<br />

Tesla dans votre pays<br />

”<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015<br />

99


Des solutions clé en main<br />

L’air comprimé est partout: dans l’industrie, bien sûr, où il est utilisé pour actionner des<br />

moteurs pneumatiques, vérins, foreuses et boulonneuses sur des chaînes de production<br />

ou de montage, dans le tertiaire où il peut servir à maintenir sous pression l’eau d’un<br />

dispositif anti-incendie ou faire fonctionner un système de renouvellement de l’air, mais<br />

aussi dans le secteur public et les communes. Il permet notamment d’aérer les bains<br />

dans les stations d’épuration.<br />

Rencontre avec Patrice Van der Linden, Ingénieur de vente Oil Free Air.<br />

“<br />

Atlas Copco est présent<br />

au Luxembourgdepuis plus<br />

de cinquante ans<br />

”<br />

Groupe international d’origine suédoise dont<br />

l’usine de production se trouve en Belgique,<br />

àproximité d’Anvers, Atlas Copco est présent<br />

au Luxembourg, plus précisément à<br />

Bertrange, depuis plus de cinquante ans<br />

(1962), où il est d’ailleurs le seul constructeur<br />

de compresseurs et fournisseur d’air comprimé<br />

à disposer d’un point d’attache.<br />

Avoir une telle antenne était une nécessité<br />

pour Atlas Copco car, au vu du parc machines<br />

important que la société possède au<br />

Grand-Duché, elle se devait d’être en mesure<br />

de répondre dans les délais les plus courts<br />

aux besoins de ses clients en matière de<br />

dépannage et de maintenance. Ainsi, la succursale<br />

locale regroupe une quinzaine de<br />

techniciens, ingénieurs et responsables techniques<br />

qui gravitent entre le Luxembourg et<br />

une partie de la Belgique.<br />

En effet, si le métier d’Atlas Copco consistait<br />

autrefois simplement à fabriquer et commercialiser<br />

des compresseurs, sa mission a évolué avec<br />

la demande grandissante en solutions globales,<br />

comme le souligne Patrice Van der Linden:<br />

«Aujourd’hui, la majeure partie des entreprises<br />

et des institutions font de l’outsourcing.<br />

On nous sollicite donc de plus en plus souvent<br />

pour des prestations ‘clé sur porte’,<br />

voire pour des contrats au m 3 .Nous avons<br />

spécialement créé une cellule ‘engineering’<br />

pour répondre àce besoin de solutions sur<br />

mesure. Dans les cas extrêmes, nos clients se<br />

limitent à mettre un local à notre disposition<br />

et il est de notre responsabilité que l’air comprimé<br />

dont ils ont besoin sorte du tuyau.<br />

Machines, maintenance, interventions en cas<br />

de panne, tout cela doit être réglé de<br />

manière automatisée, avec les moyens de<br />

télécommunication modernes, sans que nos<br />

clients soient impactés de quelque manière<br />

que ce soit par l’opération, de sorte qu’ils<br />

restent entièrement disponibles pour leurs<br />

outils de production, et non pour les ‘utilities’».<br />

L’amélioration de la performance énergétique<br />

est une préoccupation qui prend de<br />

l’ampleur au sein de la clientèle, d’où l’importance<br />

croissante que prend la consultance<br />

dans le métier d’Atlas Copco.<br />

«Plus aucun dossier ne peut aujourd’hui être<br />

traité sans aborder prioritairement la notion<br />

d’efficacité énergétique.<br />

100<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Patrice Van der Linden<br />

Pour remplacer une machine, un audit avec<br />

un équipement de pointe est devenu nécessaire,<br />

sur base duquel nous sommes de plus<br />

en plus souvent conduits à faire du conseil<br />

plus que de la simple vente d’équipement.<br />

Notre usine, et donc nos produits, sont<br />

d’ailleurs certifiés ISO 14001», indique<br />

Patrice Van der Linden.<br />

Les innovations technologiques comme les<br />

compresseurs à vitesse variable et les systèmes<br />

de récupération de la chaleur permettent<br />

d’obtenir des rendements de plus en<br />

plus élevés et d’éviter toute perte d’énergie.<br />

Si ces avancées en termes d’optimisation<br />

des performances énegétiques ont<br />

d’abord généré une belle croissance pour<br />

Atlas Copco, le groupe concentre désormais<br />

ses efforts dans l'extension de sa<br />

gamme de produits et services.<br />

«Nous ne fabriquons plus seulement des<br />

compresseurs, mais aussi tous les accessoires<br />

nécessaires au traitement de l’air comprimé<br />

et des condensats dans une centrale de production<br />

d’air: sécheurs, filtres, etc.<br />

Nous avons créé de nouvelles lignes au sein<br />

de notre usine de Wilrijk pour produire ces<br />

différents éléments. Nous travaillons également<br />

sur les différentes pressions. Alors<br />

qu’auparavant, le groupe Atlas Copco était<br />

surtout connu pour fournir de l’air comprimé<br />

àune pression industrielle standard comprise<br />

entre 7 et 13 bars, Atlas Copco est à présent<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015 101


“<br />

Notre usine,<br />

et donc nos produits,<br />

sont certifiés ISO 14001<br />

”<br />

capable d'offrir des solutions complètes tant<br />

pour la compression haute pression<br />

(> 200 bars) que la compression basse pression<br />

(< 1 bar) spécifiquement pour les stations<br />

d'épuration et le transport pneumatique<br />

industriel. «Nous sommes également<br />

présents sur le marché de la compression de<br />

gaz naturel, hydrogène et autres gaz industriels,<br />

notamment grâce à l'intégration de la<br />

société Greenfield au sein du groupe Atlas<br />

Copco», explique Patrice Van der Linden.<br />

Les activités d’Atlas Copco s’articulent<br />

autour de sept divisions: Industrial Air<br />

(compresseurs stationnaires jusqu’à 90 kW),<br />

Oil-Free Air (compresseurs stationnaires<br />

au-delà de 90kW), Quality Air (accessoires<br />

nécessaires au traitement de l’air), Portable<br />

Energy (compresseurs mobiles et groupes électrogènes),<br />

Conctruction Tools (outils pneumatiques<br />

et hydrauliques pour le génie civil),<br />

Aftermarket (maintenance) et enfin, Atlas<br />

Copco Rental Europe (location de machines).<br />

Dans le secteur public comme dans le secteur<br />

privé, l’offre est la même, même si les procédures<br />

sont un peu différentes: identification<br />

du besoin, étude, proposition… Atlas Copco<br />

intervient à tous les niveaux jusqu’à la maintenance<br />

et au suivi.<br />

Le dernier projet en date au Luxembourg<br />

déborde du cadre ‘business’. Atlas Copco a<br />

en effet eu l'opportunité de participer au<br />

projet ‘Learning Factory’, il s'agit d'un centre<br />

de formation, aujourd'hui installé à Foetz,<br />

avant d'intégrer dans quelque temps de nouveaux<br />

bâtiments sur l'ancien site sidérurgique<br />

d'Esch-Belval qui se positionne comme<br />

un pôle d’excellence énergétique au niveau<br />

des installations. Atlas Copco a fourni les installations<br />

à air comprimé pilotes sur lesquelles<br />

les employés des industries luxembourgeoises<br />

pourront se former aux bonnes pratiques<br />

en matière de performance énergétique.<br />

Atlas Copco Belgium<br />

Compressed Air Center Bertrange<br />

13, rue du Chemin de fer<br />

L-8067 Bertrange<br />

Tél.: 31 61 68<br />

Fax: 31 61 77<br />

e-mail: bga.info@be.atlascopco.com<br />

www.atlascopco.lu<br />

Source photos: Atlas Copco Belgium<br />

102<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


"Comptez sur moi pour être un bon<br />

ambassadeur de votre beau pays"<br />

Partons ce mois-ci à la rencontre de Giridhar Allem, plus communément appelé Giri.<br />

Installé à Luxembourg depuis plusieurs mois dans le cadre de ses études, découvrons<br />

donc comment se passe son immersion au pays.<br />

Nous avons déjà interviewé plusieurs<br />

de vos collègues étudiants. Quel a été<br />

pour vous la raison d’entreprendre des<br />

études à l’étranger et surtout dans un<br />

pays aussi peu connu en Inde qu’est le<br />

Luxembourg?<br />

En effet, peu des mes amis connaissaient le<br />

Luxembourg, mais c’est logique, les deux pays<br />

sont aux deux extrêmes d’un point de vue de<br />

la population, ce qui place de fait le<br />

Luxembourg dans une relative discrétion.<br />

Evidemment, la combinaison du stage et des<br />

études constitue le réel plus. Dans un monde<br />

comme celui dans lequel nous vivons, il est plus<br />

qu’intéressant de se confronter à des cultures<br />

différentes; je le sais et je le vis tous les jours.<br />

Et le choc des cultures avec vos camarades<br />

d’études?<br />

Avec plusieurs d’entre eux, nous partageons<br />

un logement, ce qui forcément nous donne à<br />

partager nos vies, nos cultures. Je crois, selon<br />

leur dire, qu’ils apprécient bien ma cuisine.<br />

Vous savez, j’ai commencé mes études dans<br />

le « Hospitality Management » et c’est pourquoi<br />

la cuisine fait réellement partie de mes<br />

passions. Nous nous régalons souvent autour<br />

de bons plats, encore une fois, c’est ce qu’ils<br />

me disent! Et comme la culture est une occasion<br />

de partage, j’ai pour ma part appris la<br />

cuisine italienne, pas mal pour un Indien<br />

non?<br />

Giridhar Allem<br />

Avez-vous des exemples de chocs des<br />

cultures?<br />

Bon, je ne parlerai pas de chocs ici mais j’ai<br />

quand même un exemple flagrant de ma vie<br />

luxembourgeoise. Une chose qui semble très<br />

anodine ici fut une réelle belle découverte:<br />

faire du sport sur l’heure de midi! Quelle<br />

belle expérience. Impensable en Inde quand<br />

nous souffrons de pressions multiples, surtout<br />

au travail. Quand j’étais en Inde en<br />

poste dans une entreprise mondiale du commerce<br />

électronique, nous n’avions pas cette<br />

possibilité de prendre ce temps pour finalement<br />

prendre soin de soi et se dépenser sur<br />

le temps de midi.<br />

Etes-vous en stage à l’heure actuelle?<br />

Bien entendu et c’est encore une fois ici une<br />

des plus grandes richesses du programme. Je<br />

travaille dans une entreprise internationale<br />

du secteur de l’industrie. J’y occupe un rôle<br />

de support dans le département Recherche<br />

et Développement, notamment en participant<br />

à l’amélioration du système IT. Ce stage<br />

constitue une expérience très enrichissante.<br />

Un dernier mot?<br />

Comptez sur moi pour être un bon ambassadeur<br />

de votre beau pays et de Sacred Heart<br />

University; deux très belles découvertes.<br />

“<br />

Je porte au moins<br />

2 casquettes tous les<br />

jours, celle de cuisinier et<br />

celle d’étudiant<br />

”<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015 103


Portrait du mois<br />

«Vouloir faire<br />

bouger les choses!»<br />

Appelée en 2013 au gouvernement, Lydia Mutsch revient<br />

sur son parcours politique en tant que députée, puis<br />

bourgmestre d’Esch-sur-Alzette. Désormais titulaire des<br />

portefeuilles de la Santé et de l’Egalité des Chances, elle<br />

compte bien poursuivre les changements sociétaux pour<br />

lesquels elle a toujours milité.<br />

Qu’est-ce qui a motivé votre entrée au<br />

Gouvernement Bettel en décembre<br />

2013?<br />

celui-ci n’aura en effet plus besoin de<br />

demander, tel un enfant, à consulter son<br />

dossier médical.<br />

Je suis contente et très fière d’avoir été<br />

bourgmestre d’Esch-sur-Alzette pendant<br />

presque quatorze ans. Lorsque mon groupe<br />

politique me l’a proposé, j’ai accepté de faire<br />

partie d’un gouvernement qui a entamé de<br />

très grands changements démocratiques,<br />

sociétaux et fondamentaux pour notre pays.<br />

J’ai donc relevé ce défi. Et jusqu’à présent, je<br />

ne le regrette pas.<br />

Une fois au gouvernement, imaginiezvous<br />

arriver aussi loin dans la réflexion<br />

et dans l’action?<br />

Il le faut car il est important de pousser très<br />

loin notre action. Pour ce qui est du dossier<br />

électronique, le dossier de soin partagé (DSP),<br />

nous avons le 11 mai dernier lancé une phase<br />

test (dite de «de préfiguration»), pour tous les<br />

patients qui ont déjà un médecin référent.<br />

Environ 30.000 patients y participent.<br />

Il s’agit là également d’un outil qui peut être<br />

extrêmement bénéfique pour le patient;<br />

Au-delà, il aura désormais le droit de maîtriser<br />

et de gérer lui-même son dossier médical;<br />

ce qui apportera une meilleure communication<br />

entre tous les intervenants, notamment<br />

quand il s’agit des examens déjà effectués,<br />

ou bien de prévenir les éventuelles complications<br />

de maladie par manque d’information<br />

sur les allergies ou sur les incompatibilités<br />

médicamenteuses. Le patient peut également<br />

y préciser s’il souhaite être donneur<br />

d’organes ou bien rédiger un testament de<br />

fin de vie.<br />

C’est donc un instrument très utile pour<br />

informer et protéger le patient, pour lui attribuer<br />

des droits; pour cela, il faut pousser très<br />

loin nos actions. À ce titre, nous avions en<br />

2010, déjà mis en place une réforme assez<br />

fondamentale de notre système de santé, qui<br />

plaçait à l’époque le patient au centre de<br />

tous nos intérêts. C’est une idée fédératrice<br />

des derniers gouvernements, en vue d’orienter<br />

et de maintenir notre système de santé et<br />

de soins autour du patient.


Lydia Mutsch


Portrait du mois<br />

“<br />

En tant qu’originaire<br />

de la Minett, j’ai mon francparler<br />

et une approche plus<br />

pragmatique pour trouver<br />

des solutions créatives,<br />

notamment quand l’argent<br />

fait défaut<br />

”<br />

Moi-même, en tant qu’originaire de la<br />

Minett, j’ai mon franc-parler et une approche<br />

plus pragmatique pour trouver des solutions<br />

créatives, notamment quand l’argent<br />

fait défaut ou quand le cadre budgétaire<br />

s’annonce difficile et compliqué.<br />

Un thème plus fédérateur que les<br />

questions soumises au référendum du<br />

7juin dernier…<br />

En effet. Je trouve le Gouvernement très<br />

courageux de procéder à cette consultation<br />

sur trois thématiques, qui sont pour moi des<br />

questions démocratiques et fondamentales.<br />

Je voterai trois fois «Oui».<br />

Le fait d’avoir le courage de poser de telles<br />

questions et de dire qu’indépendamment du<br />

résultat on acceptera le verdict du peuple.<br />

Je trouve cela extrêmement riche comme<br />

démarche. C’est bien sûr la base de la démocratie<br />

que d’accepter la réponse du peuple,<br />

mais il faut aussi avoir le courage de le dire et<br />

de le réaliser.<br />

Qu’est-ce qui vous a poussée vers la<br />

politique?<br />

Vouloir faire bouger les choses! J’ai toujours<br />

voulu faire bouger les choses, aussi en tant<br />

que bourgmestre de la Ville d’Esch. J’ai voulu<br />

remettre Esch sur la carte du Luxembourg et<br />

de la Grande-Région. J’ai voulu trouver une<br />

locomotive qui puisse redynamiser la 2 e ville<br />

du pays, pour avoir des perspectives et un<br />

nouveau pilier économique.<br />

J’ai réussi, avec mes équipes, à y faire venir<br />

l’Université du Luxembourg, qui s’est installée<br />

dans un quartier innovateur de la ville.<br />

Nous n’avons pas encore tout ce que nous<br />

ambitionnons; il nous faut encore une demigénération<br />

pour recueillir les fruits de cette nouvelle<br />

locomotive que représente l’Université.<br />

Mais, peu à peu, ce développement se<br />

confirme; grâce aussi à la population<br />

eschoise, qui a toujours été extrêmement<br />

débrouillarde, dynamique et tournée vers<br />

l’avenir.<br />

Lors des célébrations du centenaire de<br />

la ville d’Esch, de quoi étiez-vous le<br />

plus fière?<br />

De la richesse, au niveau humain, de ma ville<br />

et de ma région. Cette énorme richesse et la<br />

créativité sont en fait le fondement de tout<br />

ce que nous avons construit à Esch.<br />

Que bilan tirez-vous aujourd’hui de<br />

votre carrière?<br />

Je suis très reconnaissante envers les électeurs.<br />

Et fière d’avoir été élue à plusieurs<br />

reprises et de manière continue, malgré ma<br />

volonté permanente de changer les choses.<br />

Je pense que si on veut faire bouger les<br />

choses et changer un peu les mentalités sur<br />

certains sujets, il faut veiller à bien en informer<br />

les gens. Pour moi, en matière politique,<br />

la communication est plus orientée<br />

vers l’information et l’explication, que vers<br />

la publicité.<br />

MA<br />

106<br />

<strong>LG</strong> - Juin 2015


Nouvelle<br />

application<br />

S-net Mobile<br />

17:00 100%<br />

Jil SCHMIDT<br />

Dernière connexion: 11.01.2015<br />

Téléchargez l’application gratuite !<br />

Soldes des comptes<br />

Conçue pour une navigation intuitive,<br />

la nouvelle application S-net Mobile<br />

vous donne accès à vos comptes<br />

en un minimum de gestes et en un<br />

minimum de temps.<br />

Et cela de manière complètement<br />

sécurisée, comme pour votre version<br />

S-net habituelle, qui reste d’ailleurs<br />

inchangée.<br />

3<br />

Simulateurs<br />

Prêts<br />

Virements<br />

Eurotransferts<br />

Messages<br />

Inbox, Outbox, E-docs<br />

En savoir plus sur<br />

www.bcee.lu/mobile<br />

Vos opérations bancaires en un tour de main<br />

accès sécurisé<br />

navigation intuitive<br />

virement rapide<br />

Banque et Caisse d'Epargne de l'Etat, Luxembourg, établissement public autonome, 1, Place de Metz, L-2954 Luxembourg, R.C.S. Luxembourg B 30775<br />

www.bcee.lu tél. (+352) 4015-1


« Dès lundi matin, ils disposaient d’une solution »<br />

BDO – Exceptional Client Services<br />

Qu’il s’agisse de planifier les premières démarches ou de développer une stratégie existante,<br />

l’équipe BDO délivre ce que vous attendez, tout en restant à votre écoute.<br />

Nous avons la capacité de vous assister dans vos projets.<br />

Audit | Tax | Advisory | Accounting | Business Services Outsourcing<br />

www.bdo.lu<br />

BDO est le nom de marque pour le réseau BDO et pour chacune des entreprises membres BDO.

Hooray! Your file is uploaded and ready to be published.

Saved successfully!

Ooh no, something went wrong!