Etudes de cas pour les gymnases et les écoles secondaires, ainsi ...

bernetverlag

Etudes de cas pour les gymnases et les écoles secondaires, ainsi ...

Etudes de cas pour les gymnases et les

écoles secondaires, ainsi que pour les

écoles professionnelles comprenant des

apprentis travaillant dans des professions

à émission de bruit faible

Risques

pour l’ouïe


Travail avec une

étude de cas

Méthode

Une étude de cas permet d’aborder une problématique concrète.

Elle vous incite à vous poser des questions par rapport aux informations

à disposition (journaux, revues, magazine, internet, etc.) afin de forger votre

propre opinion sur le thème donné.

Ainsi, vous apprenez à parcourir une étape d’une méthode scientifique.

Le matériel est constitué de documents originaux copiés tels quels (ou de passages choisis).

Objectifs

L’étude critique et attentive du matériel vous permet de vous faire votre propre

idée sur les sujets suivants:

Influence de la musique et du bruit sur notre vie, notre quotidien

Fonctions de l’ouïe et effets des problèmes d’ouïe

Risques pour l’ouïe

Comportement à adopter dans des situations sonores critiques

Matériel

Des informations préliminaires, ainsi que la liste des tâches de l’étude de cas sont inscrites au recto. Le dossier

contient tous les documents utiles pour effectuer les exercices. Au verso figure une liste de documents à disposition

et d’adresses internet.

Procédure

Formez des groupes de travail de quatre personnes au

maximum.

Répartissez-vous lesles suivants: animateur (animatrice),

personne chargée de faire respecter le temps à disposition et

de régler les problèmes, rédacteur (rédactrice) du

procès-verbal, rapporteur (rapporteuse) sur la méthode

de travail.

Etudiez les informations figurant sur ce dossier et clarifiez

les questions.

Feuilletez le matériel à disposition. Faites-vous une idée.

Etablissez un plan de travail en fonction du temps à disposition.

Attribuez les responsabilités:

- Qui lit quoi?

- Quel matériel utiliser?

- Quel temps consacrer à quelle tâche?

- Comment consigner les résultats?

- Comment les présenter?

- Planifiez le résumé et la présentation de vos résultats

pour le débat en classe selon les indications de votre

enseignant(e).


Sujet de cette étude de cas

Bruno Gerber va à une soirée avec un copain. La

musique est très forte. Le lendemain, Bruno se

plaint d’un sifflement dans les oreilles. Il a

l’impression d’entendre moins bien. Par chance, le

surlendemain, il se sent mieux. Mais son expérience

le préoccupe. Il fait une recherche sur internet

et tombe sur un arrêt judiciaire intéressant (en

allemand seulement)

(www.ra-kotz.de/hoerschaden.htm):

Un dédommagement pour des troubles auditifs suite

à un concert pop!

Exposé des faits:

La plaignante a assisté en 1997 à un concert du

boy’s band N’sanc à Trèves (en allemand Trier, dans

le Land de Rhénanie-Palatinat en Allemagne). Elle

s’est mise devant, près de la scène, à côté d’un

des haut-parleurs latéraux. Le juge a estimé qu’elle

avait été soumise pendant plus de 90 minutes à

un niveau sonore de 104 dB. Même à une moyenne

sonore de 90 dB, une exposition de cette durée

aurait déjà eu des répercussions sur son ouïe. Un

ORL consulté après le concert a diagnostiqué des

«lésions graves à l’oreille interne, dues à un traumatisme

sonore, avec acouphènes des deux côtés» et

un «symptôme de vertige». Au moment du procès,

la plaignante continuait à souffrir de déficience auditive

et de sifflements dans les deux oreilles.

Motifs: considérant les graves lésions subies, le tribunal

a estimé comme établi que la plaignante avait été soumise

à un niveau de bruit nocif pour sa santé pendant

le concert incriminé, fait qui constituait une violation de

l’obligation de prévention assumée par l’organisateur

du concert. Le tribunal a estimé qu’aucune faute concomitante

ne pouvait être attribuée à la plaignante. En

tant que spectateur d’un concert, on n’est pas censé,

d’après le tribunal, imaginer pouvoir y subir des atteintes

à sa santé.

Le tribunal a estimé que la place de la plaignante à proximité

d’un haut-parleur ne change rien à la question. Il

a attribué 9’000 deutsche marks à la plaignante (soit

7’200 francs suisses environ) au titre d’indemnisation

et de dommages et intérêts pour les frais encourus,

notamment en raison du traitement stationnaire qu’elle

a dû suivre pour ses troubles auditifs.

Exercices

1. Extraire les principales informations du texte. Eclaircir

ensemble les points peu clairs ou poser des questions

à l’enseignant(e).

2. Répondre aux principales questions suivantes:

Quelle est la place de la musique dans la société?

Qu’est-ce qui influence mon comportement quand

j’écoute ou quand je fais de la musique, quand je

vais à un concert ou à une disco?

Comment en arrive-t-on à écouter de la musique si

fort qu’il en découle des troubles auditifs?

Quelles sont les sources de bruit quotidiennes

ou professionnelles qui correspondent au niveau

sonore (104 db) jugé dangereux par le tribunal (voir

ci-dessus)?

Quelles conclusions peut-on en tirer?

Quels changement un trouble auditif entraîne-t-il

dans l’oreille même? Quels sont les symptômes

dont souffrent les personnes ayant des lésions

auditives?

Comment puis-je me protéger pendant mes loisirs

ou au travail contre les troubles auditifs?

3. Discuter de votre comportement dans des situations

critiques en matière de bruit.

4. Evaluer votre risque au moyen du test sur

www.earrisk.ch.

5. Faire un petit rapport (1-2 pages) sur les principaux

événements et le présenter dans sa forme d’origine.

Proposer aussi des mesures ou des conclusions sur

le comportement à avoir en cas de bruit.


A. Aspects socio-psychologiques

Fan des Beatles, Jürgen Naeve écrit à la Chaîne Arte: p.1

La musique: toute une vie p.2

Blogue omo-erectus p.3

B. Aspects sociaux et culturels

Importance de la musique, détente, énergie... p.4

Exemples visant le soulagement sur le CD acoustique

morceau 34

Etude sur les agents de socialisation, p.5

E. Internet

Etude de cas

Matériel

C. Aspects biologiques

Comme nous entendons- un voyage par l’oreille p.6

Bruit, musique et audition p.7-8

Que sont les acouphènes? p.9

L’utillisation de lecteurs MP3 peut mettre votre ouïe en

danger p.10

D. Aspects physiques et techniques

Mesure de bruit dans le quotidien p.11

Mesures de volume des instruments de musique p.12

Les problèmes dus au local p.13

Ecouter de la musique - articles pour protéger

l’ouïe p.14

www.earrisk.ch: Estimation de risque - analyse et évaluation de l’excès de bruit

dans les loisirs et au travail.

www.doktor.ch/tests/test-höertest-menue.html ou

www.kind-hz.ch/hoertest_hz_ch.html: sites permettant de faire des tests d’audition


Mesure de bruit dans le quotidien

Volume et niveau sonore

Si la membrane du haut-parleur

n’oscille que faiblement, elle

n’engendrera que de petites variations

de pression dans l’air. Si, au

contraire, elle vibre beaucoup, il en

résulte des variations plus fortes,

donc une pression sonore plus

importante. La pression sonore

subie par la membrane du tympan

lors d’une conversation banale est

inférieure au millionième de la pression

atmosphérique normale. Même

au seuil de la douleur, la pression

sonore n’atteint pas le millième de

la pression atmosphérique. Cela

démontre la grande sensibilité de

l’oreille et la vaste gamme de

pressions sonores qu’elle peut

traiter. On utilise pour la pression

sonore une échelle de mesure

logarithmique qui correspond mieux

à la perception du volume sonore: il

s’agit du niveau (de pression)

sonore, exprimé en décibels

(abréviation dB). Le son audible le

plus faible (seuil de l’audition) a un

niveau sonore d’environ 0 dB; le

seuil de la douleur se situe à

environ 125 dB. Une hausse de 3

dB correspond déjà à un

doublement de l’énergie sonore.

Pour doubler le volume sonore, il

faut une augmentation de 10 dB,

soit un décuplement de l’énergie

sonore. L’oreille est par nature

moins sensible aux sons graves

qu’aux sons aigus.

Lors de mesures de sons relatives

à l’ouïe, on compense cela en

utilisant un fi ltre A normalisé qui

atténue les basses fréquences. Le

niveau sonore est alors exprimé en

dB.

L’illustration montre les niveaux

sonores rencontrés au quotidien

Source: Musik und Hörschäden, suvaliv,

Sichere Freizeit, 2005

Aspects physiques et techniques

���

�� �����

���

���

�� �����

���

170

dB(A)

160

150

140

130

120

110

100

90

80

70

60

50

40

30

20

10

0

Fusil d’assaut *

Pistolet 9 mm *

Pistolet de scellement *

Banc d’essai

de réacteurs

Seuil de la douleur

Foreuse pneumatique

Tronçonneuse

à chaîne

Discothèque

Fraiseuse

Circulation

routière

Conversation

Bureau

Salle de séjour

Salle de lecture

Chambre

Studio de radio

Seuil de l’audition

Etude de cas

* Valeur de crête instantanée

Risques

pour l’ouïe 14

More magazines by this user
Similar magazines