Juin 2007 - Association du refuge des tortues

lerefugedestortues.fr

Juin 2007 - Association du refuge des tortues

N° 2JUIN 20 0 7LA GAZ ETTELe journald’inform ation de l’Association du Refuge des TortuesEDITO RIALDu pain sur la planch eNotre association vient de souffler sa prem ièrebougie. Pendant l’année qui vient de s’écouler, le bureauentouré de bénévoles passionnés s’est fortem ent m obilisépour structurer et faire fonctionner l’association durefuge des tortues. Le fait m arquant de l’année 20 0 7 aété sans nuldoute l’assem blée générale qui s’est tenue le18 m ars : quatre vingt personnes étaient présentespendant cette journée placée sous le signe de laconvivialité et de l’éch ange. Cette réunion nous a perm isaussi de présenter aux adh érents venus nom breux le pland’action 20 0 7 qui com prend trois axes principaux : leprem ier concerne la réalisation d’expositions etd’anim ations pédagogiques, le second se réfère à larécupération des tortues et enfin le troisièm e est lié à lam édiatisation de l’association.L’association a été présente dans de nom breusesm anifestations naturalistes notam m ent à Bordeaux et à labase de loisirs de la forêt de Bouconne. Les anim ationsdans les écoles ont débuté en juin et se poursuivront àpartir de la rentrée proch aine.Com m e vous pourrez le constater, on assiste à uneaugm entation significative du recueil des tortues : eneffet, seuls 30 anim aux ont été récupérés sur toutel’année 20 0 6 alors qu’en l’espace de deux m ois et dem i(entre le 28/0 3/20 0 7 et le 18/0 6/20 0 7) 61 tortues ontété accuei lies. Nous som m es dorénavant en contact avecde nom breux centres de sauvegarde pour la faunesauvage, avec des associations locales qui sontrégulièrem ent confrontées à l’abandon des tortues m aiségalem ent avec des particuliers désireux d’agir en leurfaveur. Ce réseau que nous tissons peu à peu nousperm ettra d’atteindre tous les objectifs fixés.Concernant la m édiatisation de notre association, nousavons fait un grand pas en m ettant en ligne notre siteinternet. En l’espace d’une sem aine plus de 80 0 visiteurss’y sont connectés.La sortie du livre sur l’élevage des tortues terrestresm éditerranéennes perm et aussi de m ieux faire connaîtreLa tortue rayonnée (Astroch e lys radiata) se rencontreuniquem ent dans le sud de Madagascar.l’association du refuge des tortues : deux pages depublicité y sont entièrem ent consacrées. Je profite del’occasion pour inviter tous les adh érents à ach eter lelivre et à le diffuser le plus largem ent possible.Com m e vous le constatez , nous avons beaucoup progresséau cours de ces derniers m ois m ais il reste encorebeaucoup à faire. Vos idées, rem arques et suggestionsseront toujours les bienvenues de m anière à am éliorer lecontenu de nos projets et la qualité de nos services.De m on côté, je pars à la fin du m ois de juin au CongoBraz z avi le pour y poursuivre l’étude des tortues de cetterégion peu connue. Mon retour est fixé au 0 1 septem bre.Pendant m on absence, l’association n’arrête pas sonactivité. Ily aura toujours un bénévole pour répondre autéléph one ou aux courriels.Je vous souh aite une exce lente lecture et n’oubliez pasque notre association a besoin de vous pour exister etperdurer.Jérôm e MaranLA GAZ ETTE 1 (2), Juin - 20 0 7-1


Jérôm e a exposé ensuite en s’appuyant sur un diaporam ales différents faits m arquants de l’année écoulée etnotam m ent les voyages en Roum anie et en République deCentrafrique. Il a m is un accent sur les anim ationsdonnées à la base de loisir de la forêt de Bouconne et aexposé aux récents adh érents le rôle et les objectifs del’association. En 20 0 7, les actions de sensibilisation àl’environnem ent dans les écoles seront poursuivies.Jérôm e nous a égalem ent présenté le site deBessières où sera im planté le futur centre derécupération des tortues aquatiques et terrestres.Enfin, l’assem blée générale, a adopté à l’unanim itél’élection des m em bres du bureau du com ité de direction:Présidente :Secrétaire :Trésorier :Joh anna DO NVEZJacques CUILLIERÉtienne DESPO UYNous nous som m es quittés en fin de journée avec la netteim pression d’avoir passé un agréable m om ent. Nous avonsd’ores et déjà prévu de renouveler ce genre de réunionindispensable à la bonne coh ésion de notre association.Rendez - vous est pris pour l’année proch aine sur le sitem êm e de Bessières.Depuis le 28 m ars 20 0 7, notre association arécupéré 42 tortues aquatiques et 19 tortues terrestres.Les tortues nous ont été apportées soit par desparticuliers soit par des centres de Sauvegarde pour laFaune Sauvage. La m ise en ligne du site internetperm ettra de m ieux faire connaître notreassociation.Ilest fort probable que les so licitations pourplacer des tortues augm entent de m anière significative.Signalons l’arrivée d’une fem e le tortue rayonnée(Astroch e lys radiata) ram enée de Madagascar par unetoulousaine en 19 70 (lire la rubrique « L’h istoire du jour»).E le m esure 34 cm pour un poids de 9 k g.fig.1- Récupération des tortues entre le 28 m ars et le 18 juin 20 0 7LA GAZ ETTE 1 (2), Juin - 20 0 7-4


L'h istoire du jourDe Tana à Toulouse...Soph ie, que le drôle d’idée, ce n’est pas un prénomde ch ez nous.Enfin, je l’ai reçu ily a 37 ans à Tananarive.J’arrivais toute petite de la région de Tuléar dans le sudde Madagascar (côté canal Moz am bique). Aucunprédateur ne m ’avait m angée, m êm e pas les h um ains,pourtant ilparaît que la soupe que l’on concocte est fortbonne et les touristes trouvent très be les nos m aisonsd’écai les.Enfin, la ch ance.A Tana, je m e suis retrouvée dans un appartem ent trèslum ineux avec une vue fantastique, m ais j’étais te lem entpetite que je n’y voyais rien pourtant je regardais versl’ouest, ch ez m oi.J’y suis restée près de trois ans.Et puis un jour branle bas de com bat, réel,( ily avait uncoup d’état et les fusils tiraient) et dom estique, onem ba lait.Une petite soubique (petit panier local) a servi à m etransporter insta lée sur le dessus d’un sac et vogue lagalère pour 15 jours de voyage. M’aérer, m e cach er avecun gilet, essayer de trouver à m e nourrir, cela n’a pas étéfacile. L’île de la Réunion je ne suis pas sortie de lach am bre ; l’île Maurice, danger : ils brûlentsystém atiquem ent tout anim al vivant, vacciné ou pas.L’arm e fatale d’un passeport spécialm ’a perm is de ne pasêtre découverte au fond du sac. Pourtant là j’ai pum anger de l’h erbe fraîch e à satiété ; que c’était bon.H eureusem ent que m on petit panier était capitonné deplastique et d’h erbe, sinon bonjour les dégats.Je ne peuxpas m e retenir quand je dois faire m es besoins.Après départ vers Naïrobi, puis Dar elSalam , puis AddisAbeba, là pas question de sortir, trop dangereux, m êm epour les personnes le soir. Mais m algré tout nous avonscontinué dans une m ach ine qui prétendait s’appeler avionvers Asm ara en Eritrée, là j’ai eu droit à l’h erbe du jardinde l’h ôtel.Vous ne pouvez pas savoir com bien c’est bon unrepas frais en liberté.Toujours en jouant à cach e - cach e, j’ai continué surRom e, là rien vu, pas plus qu’à Genève. Passée au nez et àla barbe des suisses ; eux ils m ’auraient m ise enquarantaine, vous vous rendez com pte, avec des gensinconnus.La grosse ém otion a été dans le voyage Genève- Paris :bien cach ée dans une poch e de m anteau avec un m ouch oirpar- dessus, je m e suis retrouvée dans le com partim ent àbagage. O uf, j’avais besoin d’air ; je suis sortie, dans lenoir, sur une pente glissante et j’ai effectivem ent glissésans fin, un paquet m ’a bloquée et la pente s’est rem ise àplat.Je com m ençais à m e rem ettre de m a peur m ais nousavions dû arriver en h aut de la m ontagne et je m e suisretrouvée la tête en bas, puis enfin à plat.J’entendais degrands fracas de portes que l’on ouvre et que l’on ferm eet enfin j’ai revu le jour ; retour dans la poch e pourpasser ce que les h um ains appe lent la police et la douane,m ais pas de problèm e, je suis restée bien sage.Mais cen’était pas encore fini, de nouveau insta lée dans cettem ach ine jusqu’à Toulouse dans le sud de la France. Vousrendez - vous com pte un périple de 15 0 0 0 k m avec unediz aine d’escales, épuisant.Mais là, fini les tribulations j’ai trouvé une fam i le qui m ’aaccuei lie avec des fruits : m elons, pèch es, abricots,salades fraîch es, de l’eau à volonté, de l’air. Ilfaisaitpresque aussi ch aud que ch ez m oi, donc pas du toutdépaysée. Taquin, jeune ch ien venait m e flairer, nousavons bien joué tous les deux. Dès que je sortais la tête,il sautait en arrière et aboyait, c’était drôle ; m oncom pagnon de jeux est m ort et iln’a pas été rem placé,dom m age.Ily avait un papy qui m esurait m a vitesse de déplacem entsur quelques m ètres, je m e prêtais de bonne grâce au jeu; m ais le papy a aussi disparu.Ilfaut dire que je suis dans ce jardin depuis 19 72.Mon ryth m e de vie est tout sim ple : en h iver bien auch aud dans l’appartem ent (ilfa lait survei ler que je nem a cach e pas sous les radiateurs quand j’étais petite,pour que je ne brûle pas) ; dès les prem iers rayons desoleil, vive le jardin. Ilparaît que je suis un exce lentbarom ètre pour indiquer la venue de l’été.Mais voilà la m am y à qui je tenais com pagnie ne pouvaitplus s’occuper de m oi, en particulier m ’em pêch er dem ’éch apper vers la rue ou de m anger les fleurs et j’ai dula quitter un jour de pluie et de froidure, 1er m ai 20 0 7après 35 années passées dans cette fam i le d’h um ains àm anger tout ce qui m e faisait plaisir, à jouer avec lech ien, les enfants et à faire l’adm iration des visiteurs.Ilparaît que dans m a nouve le vie je vais avoir encorebeaucoup de visiteurs et d’enfants pour venir m ’adm irer.Toutes m es copines nées en m êm e tem ps que m oi ily aplus de 40 ans n’ont pas du avoir m a ch ance de survie ; lesgens ont faim à Madagascar.Soph ieLA GAZ ETTE 1 (2), Juin - 20 0 7-5


Le m onstre du Lot NessC’est par ce titre qu’un journaliste de la Dépêch e duMidi relatait l’h istoire invraisem blable de la capture d’unetrès grosse tortue à carapace m o le dans le Lot. Nousavons été prévenu le 17 m ai. Trois jours plus tard,Jérôm e s’est rendu au centre régionalde sauvegarde dela faune sauvage (L’ESSO R) à Tonneins (47). Alain DalMolin, directeur du centre, nous a confié la tortue.Mais revenons sur l’h istorique de cette pêch e pascom m e les autres. Le 12 m ai m arque l’ouverture de lapêch e aux carnassiers et René Massias, un h abitant deLabastide- Castel- Am ouroux, est venu taquiner le sandreen bordure du Lot, plus précisém ent à Aigui lon. Maisque le ne fut pas sa surprise de sortir des eaux troublesdu Lot une tortue aquatique de 50 cm de long pour unpoids de 7,4 k g. Ils’agit d’un Trionyx épineux [Apalonespinife ra (Lesueur, 1827)] dont l’aire de répartitionenglobe le Q uébec, le Canada (O ntario), la Floride et leMexique.Cette espèce a la particularité de posséder unea perm is de localiser non pas un h am eçon m ais deux,carapace m o le qui lui perm et de s’enfouir dans les fondspreuve que cette tortue avait déjà connu parei lesablo- lim oneux des cours d’eau (fleuves, rivières et lacs)aventure dans un passé sans doute récent.où e le vit h abitue lem ent. E le se nourrit de poissons etE le a été opérée le 18 m ai dans la soirée. Jérôm ede divers invertébrés aquatiques sans dédaigner pourl’a ram enée au refuge le lendem ain. E le a été insta léeautant les cadavres de m am m ifères ou d’oiseaux trouvésdans un grand aquarium d’eau ch auffée à 26°C. Uneopportuném ent.Ch ez cette espèce, la fem e le atteint uneinjection quotidienne d‘antibiotique pendant h uit jours alongueur record de 54 cm et un poids de 11,7 k g.Le m âle,été nécessaire. La tortue a ensuite été placée dans unplus petit, m esure jusqu’à 21,6 cm de long.grand bassin extérieur. Pour l’h eure, e le se porte àDe retour à Toulouse, la tortue a été apportée à lam ervei le.clinique vétérinaire des docteurs Breuilet Fex.Une radioDes nouve les de BessièresEntre les m ois de février et m ars 20 0 7, nousavons consacré trois sem aines à débroussai ler lesabords du plan d’eau de Lagrange. Les arbres ont étéélagués et l’ancienne clôture enlevée. L’entrepriseSANTO S ch argée de placer la nouve le clôture acom m encé son travailà la fin du m ois d’avril. Malgré levold’une soixantaine de piquets de clôture dans la nuitdu m ercredi 18 au jeudi 19 avril, les travaux avancent etdevraient s’ach ever d’ici la fin du m ois de juin.Au final, la clôture d’une h auteur de 2,60 m (2m ètres h ors solet 60 cm enterrés) fera 2,3 k m de longet com ptera plus de 70 0 piquets. Cette prem ièretranch e de travaux concerne uniquem ent la sécurisationdu plan d’eau.Le terrain qui abritera le futur refuge destortues n’est pas encore clôturé. Les travauxd’am énagem ent du refuge des tortues devraient si toutse passe com m e prévu com m encer dans le courant del’h iver 20 0 7- 20 0 8. Notre objectif dem eure toujoursd’accuei lir les prem ières tortues aquatiques d’ici à l’été20 0 8.Par ai leurs, nous avons signé un partenariat avecl’association « Arbres et Paysages d’Autan ». Cetteassociation basée à Ayguesvives (apa31@ free.fr) estch argé d’effectuer un inventaire floristique desterrains de Bessières et de nous proposer un pland’am énagem ent de l’espace paysager de l’ensem ble duprojet (plan d’eau + refuge des tortues). Ainsi, lesplantes, les arbustes et les arbres qui seront plantésappartiendront tous à des essences locales adaptées à lanature du sol. L’im plantation de nom breuses h aiesch am pêtres favorisera la présence d’une biodiversitéim portante.L’am énagem ent paysager de notre projet deBessières se fera en privilégiant des essences duterroir et sans utilisation de produits ch im iques(h erbicide, pesticide).A suivre....LA GAZ ETTE 1 (2), Juin - 20 0 7-6


Du coté des partenairesLe 28 avrildernier, notre association a signé un partenariat avec le groupe Am az onie.À cette occasion Jérôm e a rencontré Monsieur H enri Barbaria, PDG de ce groupespécialisé dans la vente d’anim aux de com pagnie.Le groupe Am az onie est présent dansla région Midi- Pyrénées au travers de ses anim aleries basées à Labège, Montauban, Portet- sur- garonne et bientôtAlbi.Ch aque année de nom breux clients rapportent des tortues aquatiques et terrestres qu’ils ne peuvent plusgarder.Notre objectif est de récupérer ces anim aux et de consei ler les particuliers.Le groupe Am az onie s’engage à soutenir et à faire connaître les actions du refuge des tortues. Des affich es durefuge sont placées dans tous les m agasins et des prospectus sont distribués aux clients intéressés.Le refuge à travers la presse« En vue : Jérôm e Maran ».Article paru dans la Dépêch e du m idi du m ois de m ai 20 0 7.« Un m onstre de tortue dans les eaux du Lot ».Article paru dans la Dépêch e du Midi du m ardi 22 m ai 20 0 7.Anim ation et expositionsCe festival Nature sedéroule ch aque année auprintem ps dans la vi ledu H ai lan, à proxim itéde Bordeaux. Cettem anifestationnaturalisteestorganiséeparl’association CistudeNature qui s’est renduecélèbre en oeuvrant enfaveur de l’éradicationde la grenoui le taureau.Cet am ph ibien introduitvolontairem ent enAquitaines’estparfaitem ent acclim atéau point de devenir une m enace pour la faune locale etnotam m ent pour les autres am ph ibiens (grenoui les etrainettes) dont ilse nourrit volontiers.Cistude Nature s’est lancée aussi dans unegrande cam pagne d’étude et de protection de laCistude d’Europe, l’une des deux espèces de tortuesaquatiques présentes en France, et qui est com m uneen Aquitaine.L’ A.R.T a été invitée cette année à tenir unstand et à présenter aux visiteurs (grand public etscolaires) venus nom breux nos activités et nosprojets. Notre association était donc présente dudim anch e 0 1 avrilau jeudi 5 avril.Notre participationa été l’occasion de m ieux connaître les dirigeants deCistude Nature et de rencontrer d’autresassociations com m e la Ligue pour la Protection desO iseaux (LPO ) et l’association de protection desH érissons. De nouveaux contacts qui perm ettront,nous l’espérons, une plus grande efficacité dans larécupération et les soins des tortues. Les tortuesrécupérées par Cistude Nature nous sont confiées.Inform ations :www.cistude- aquitaine.netLA GAZ ETTE 1 (2), Juin - 20 0 7-7


Exposition de tortues à la forêt de Bouconne :Dans le cadre de la journée « Nature pour Tous »,l’A.R.T a organisé une exposition sur les tortues à labase de loisir de la Forêt de Bouconne.Cette expositions’est déroulée du jeudi 12 avrilau dim anch e 15 avril.Pendant la sem aine, de nom breux scolaires sontvenus observer les tortues présentées dans desterrarium s et des aquarium s : tortues d’H erm ann,tortues à tem pes rouges, tortues à ventre jaune,tortues peinte et tortues à grosse tête ont séduit tousles enfants ém ervei lés par la diversité des form es etdes couleurs de ces anim aux peu connus.Le grand public s’est déplacé pendant le week -end. Ce fût l’occasion de parler de l’association, derecruter quelques nouveaux adh érents et desensibiliser les gens sur la nécessité de préserver notreenvironnem ent. Un grand m erci à José Fernandez ,directeur de la base de loisir, à Frédéric Lavailet àYoann W yon venus soutenir l’association pendant cettesem aine d’exposition.Voyages et DécouvertesÀ l’h eure ou vous lisez ces lignes, Jérôm e Maransera probablem ent dans l’avion qui doit le m ener unefois de plus en Afrique équatoriale.Après la Républiquede Centrafrique cet h iver (voir La Gaz ette num éro 1,février 20 0 7),Notre aventurier s’est donné com m e objectifd’inventorier les différentes espèces de tortues quivivent au Congo Braz z avi le. Ce déplacem ent soutenupar notre partenaire CEMEX s'inscrit dans le cadre dela réalisation d’un livre sur les tortues d’Afriqueéquatoriale qui paraîtra d’ici deux à trois ans. Le CongoBraz z avi le a été très peu prospecté du point de vu del’h erpétologie (science qui étudie les reptiles et lesam ph ibiens). Les connaissances que nous avons sur ladiversité spécifique et sur la répartition des tortuessont m aigres et éparses.JERÔMEL’objectif de Jérôm e est deprospecter des régionsreculées en espérantrécolter des données iintéressantes sur la vie destortues et pourquoi pasdécouvrir une nouve leespèce. Mais cela est uneautre h istoire. Le retour deJérôm e est prévu au tout début du m ois de septem bre.Nous lui souh aitons du courage pour cettenouve le aventure en espérant qu’ilpuisse nous ram enerde be les ph otos et de passionnantes anecdotes.Les dernières parutionsArticles parus en 2007 :- LE GRATIET, G. & MARAN, J. 20 0 7. Note sur l’élevage et la reproduction encaptivité de la Trach ém yde de Santo Am aro Trach em ys adiutrix Vanz olini, 19 9 5(Reptilia, Ch elonii, Em ydidae).Ch éloniens 5, m ars 20 0 7, 26- 37.- MARAN, J., 20 0 7b.- Les tortues de Roum anie.La Tortue, n°76, pp.68- 77.LA GAZ ETTE 1 (2), Juin - 20 0 7-8

More magazines by this user
Similar magazines