Trouver des partenaires pour son projet - INJEP - (CRIJ) Limousin

yij78.org
  • No tags were found...

Trouver des partenaires pour son projet - INJEP - (CRIJ) Limousin

LES MÉMOGUIDES DU PORTEUR DE PROJETTrouver des partenairespour son projetMélina GasziÉtablissement public du ministère de la Jeunesse des Sportset de la Vie associative


SOMMAIRETrouver des partenairespour son projetChapitre 1 8Vos besoins et les attentes de vos partenaires ?Quels sont vos besoins ? 8Quelles sont les attentes de vos partenaires ? 20Chapitre 2 24De l’idée au dossierChoisir un angle 25Témoignages et soutiens 26Que mettre dans son dossier ? 27Chapitre 3 36À la recherche de vos partenairesDe l’organisation avant tout 36À quelles portes frapper ? 42Vous avez réussi à monter votre projet ? Et après ? 48AnnexesQuelques dispositifs généralistes 54 - Les dispositifs spécifiques 57- Aides individuelles à la création 60 - Informations générales 64- Index thématique 71


Chapitre 1Vos besoinset les attentesde vos partenaires ?Combien de projets doivent leur existence à l’habilitédes personnes qui ont su nouer les partenariatsnécessaires ? Dans ce registre, un bon porteur de projet,c’est avant tout quelqu’un qui sait se poser les bonnesquestions et agit avec méthode. Quelques pistes.QuQUELS SONTVOS BESOINS ?elle que soit la nature devotre projet, vous devreznouer des partenariats pour luidonner vie. Pour conserver toutesvos chances, agissez avecméthode. Et surtout, posezvousles bonnes questions : unpartenariat pour couvrir quelsbesoins ? Pour quel projet ?Quelles compensations offrir auxpartenaires éventuels ?Établir une liste de vos besoins,avant de partir à la recherchede partenaires, peut paraîtresimpliste. Mais cette méthodepermet de faire l’inventaire desressources dont vous disposezdéjà. Par exemple, vous souhaiteztourner un court-métrage, vousavez peut-être déjà une caméra,donc inutile d’en chercher une !Vous avez des compétencestechniques en la matière, plusbesoin de chercher les mêmesailleurs ? Ensuite, écrire noirsur blanc vos besoins est uneexcellente façon de diversifiervos demandes d’aide et d’élargirvotre potentiel de partenaires.Vous avez sans doute un réelbesoin de financements extérieurs,mais une aide en natureest souvent très précieuse et plusfacile à obtenir. Pourquoi ne pas8


Quels sont vos besoins ? Et pour quellesraisons des par tenaires vous aideraient-ilsà construire votre projet ? »Zoomdemander à un laboratoire devous prêter locaux et matériel? Ou de vous accorder destarifs préférentiels sur le traitementtechnique de votre film ?Échanger la diffusion de votrecourt-métrage sur une chaînelocale ou un site Internet professionnelen échange de la mise àdisposition d’un véhicule, d’uneéquipe… ?Vous pouvez également négocierun partenariat médiatiquesous la forme d’un reportageou un article exclusif sur votreprojet. Ne sous-estimez pas nonplus la mine d’or que vous alleztrouver dans les rencontres. Ellesvous aideront à tisser un réseauVotre projet enune phraseAu tout début, vous avez déjà rédigésur une ou deux pages la synthèse devotre projet ? Puis, vous avez donnéun nom à votre initiative ? Maintenantallez à l’essentiel : formulez votreprojet en une seule phrase, puis encoremieux en un slogan… Plus votremessage sera clair, plus il sera reçucinq sur cinq par vos interlocuteurs.de relations. Très utiles pourtester votre projet, gagner dela crédibilité et créer une vraiesynergie autour de votre initiative.Toutes ces relations professionnellesseront une source derenseignements et de documentationsur le domainequi vous intéresse.Elles peuvent de plusvous guider vers desnouvelles pistes etvous « tuyauter » sur desfournisseurs meilleur marché.Voici les diverses formes deparrainage que vous pouvezenvisager. Et pour vous aiderà y voir plus clair, quelquesconseils.Savez-vous racontervotre idée ?Votre projet correspond-il à unbesoin ? Vous vient-il d’une expériencepersonnelle ? Vous a-t-il été soufflépar un autre ? Vous y pensez depuislongtemps ? Apprenez à raconter votreparcours, de l’idée à la maturationde votre initiative. Plus vous vousimpliquerez personnellement de façonsincère, plus vous aurez de chancesde séduire et de convaincre…Conseil9


Conseil« Avant toutechose »Vous avez un projet ? Tout vous paraîtclair. Vous êtes prêt à foncer. Attention,commencez par mettre vos idéessur le papier et décrivez de manièreconcise et précise en quoi il consiste.Deux pages maximum suffisent,dans lesquelles vous répondrez auxquestions de base : Quoi ? Pourquoi ?Qui ? où ? Quand ? Et comment. Si vousn’y arrivez pas, c’est que vous devezencore travailler sur votre projet.OBTENIR UN SOUTIEN FINANCIERUn chèque, c’est le nec plusultra. Encore faut-il bien faire sescalculs. Prenez donc votre tempspour peaufiner le plan de financement.Et renseignez-vous surce que coûtent réellement toutesles opérations nécessaires à laréalisation de votre projet. C’estlà-dessus que l’on jugera sa solidité.Votre capacité à le finaliserpasse par l’aptitude à le gérerefficacement. À partir de la listedes besoins que vous avez établie,construisez un budget prévisionnelà deux colonnes : dépenses etrecettes. Cela vous paraît simple ?En réalité, c’est sans doute l’étapela plus difficile.Premier écueil à éviter : ne sousestimezpas les dépenses. Etn’oubliez aucun poste. Pour lacréation d’une sculpture, prévoyezles fluctuations du prixde l’acier ou de toute autreOriginal : uneformationRémi a besoin d’unecertaine quantité dematériel scénique(lumières, spots, rampes,projecteurs..) pour montersa comédie musicale àVauréal (95, Val-d’Oise).« La société spécialiséeMartin France SA à quije me suis adressé, ne m’apas prêté pas de matériel.En revanche, elle a fourniaux dix membres de monassociation « Art’monie »,deux jours de formationsur les pupitres decontrôle des lumièreset la maintenance ».contrôle des lumières etla maintenance ».matière première. Dans le casd’une création d’entreprise, lecoût des salaires et des chargessociales. Les frais de post-productionpour un court-métrage,le prix d’une location d’une sallede cinéma pour la projectionde votre film. Savez-vous que lemontage d’un film coûte souventpas moins de 4 000 € ! D’autresfrais ne sont pas à négliger : lesdéplacements pour monter ouTémoignage10


Ce qu’un partenairepeut vous apporter- Un soutien financier,- une aide en nature,- un parrainage médiatique,- des conseils,- un réseau de contacts,- un soutien moral.assurer la promotion de votreprojet, les communications téléphoniques,la réalisation et l’envoides dossiers de presse, la misesous film d’un CD dans le journalque vous avez créé, les coûtsde la diffusion d’un produit, lesinvestissements en matériel informatique,câbles, etc.Bref, pensez à tout ! Et tirez partide l’expérience de Caroline :« Mon projet de réalisationd’un livre pour« J’ai obtenula somme de6 860 € pour acheterun ordinateur, uneimprimante et un appareilphoto numérique, mais jen’avais pas pensé auprix des cartouchesd’encre »enfant, mélangeait photos, dessinset 3D, j’avais donc besoind’un matériel informatique debon niveau, explique t-elle. J’aiobtenu la somme de 6 860 €pour acheter un ordinateur, uneimprimante et un appareil photonumérique, mais j’avais pensé àtout, sauf au prix des cartouchesd’encre ». Vous serez toujoursplus crédible en réservant unepartie « panne et dépannage »,dans votre budget si vous souhaiteztraverser l’Atlantique surun petit canot à moteur.Renseignez-vous précisémentsur le coût d’un dépôt de brevet,car le prix varie selon qu’il protègevotre invention à l’échelleinternationale ou non. Uneétude de marché peut être utile,mais elle n’est pas gratuite, et ilfaudra bien analyser les coûtspar rapport à vos besoins et vosattentes.Ne gonflez pas non plus votrebudget et ne demandez pasd’aide pour du matériel que vouspouvez vous procurer facilement.Sachez que les professionnelsque vous allez rencontrer sontdes experts dans leur domaine.Enfin, pensez à casser votre tirelirepersonnelle. En effet, Il n’estpas inutile, surtout dans le casd’une création d’entreprise des’appuyer sur des fonds propres,11


comme Sandra, qui a montéune boutique de prêt-à-porter :« Avoir un apport personnel ajoué en ma faveur, car l’investissementinitial que j’apportaisdonnait de la crédibilité à monprojet et prouvait qu’il étaitviable et professionnel. Celalaisse à penser aux partenairesque je me mouillais, et donc queje croyais à mon projet ».À QUI DEMANDER UNSOUTIEN FINANCIER ?Les organismes privés (grandesentreprises, commerces, journaux,radios…) peuvent vousaider par différentes formes desoutien financier :- le parrainage ou sponsoring :une entreprise ou un commercevous donne une sommed’argent. En contrepartie, vousfaites figurer son nom ou sonlogo au générique de votrefilm, sur les cartes d’invitationdu spectacle que vous avezmonté, sur les vélos de votreexpédition franco-chinoise…- le mécénat vous attribue unebourse ou un prix. Les grandesentreprises possèdent leurspropres fondations dédiéesle plus souvent à un secteuren particulier (art, culture,recherche, édition, concert…).Mais, de plus en plus, cesL’art, le plusdur d créneauxAncienne élève d’uneécole d’infographie,Caroline avait un projetde livre pour enfants. Aumoment de chercher unfinancement, elle s’estadressée aux grandesentreprises, en particulieraux banques, espérantobtenir une aidefinancière.«On a galéré, car on s’estaperçu que nous n’étions pasvraiment les seuls à avoirdes idées et à demanderde l’argent... et surtout pasles seuls à porter un projetartistique. Je pense que lesentreprises se montrent plusréticentes sur les projetsqui touchent au domainede l’art que sur les projetssportifs, par exemple»explique-t-elle. Les projetsartistiques sont en effettrès nombreux. Donc, vousavez intérêt à cibler votreprojet et les entreprises quevous approchez et à trouverla meilleure adéquationpossible entre les deux...Témoignage12


fondations associent leurdomaine de prédilection à unecause sociale, environnementaleou humanitaire. Pensez-yquand vous montez votre projet,afin de le relier, si possible,à une préoccupation sociétale.Cela pourra être un « plus »pour retenir l’intérêt de vosfuturs partenaires.- un prêt : comparez les tauxdes prêts proposés par lesorganismes bancaires. Osezdemander un prêt sans intérêt.Par exemple, vous devez acheterun bateau, un véhicule ouun certain volume de matériel,etc. Vous pouvez prévoir derembourser l’argent prêté avecla vente du matériel, une foisvotre projet réalisé. Ou dès quevotre entreprise créée engrangerases premiers bénéfices.Les organisme publics (ministères,Conseils généraux, Conseilsrégionaux, mairies, services etagences publiques…) pourrontvous attribuer selon les cas, unesubvention, une bourse ou unprix.Sollicitez votre entourage, encréant une newsletter expliquantvotre projet à vos parents et amis,amis de vos parents, parents devos amis, etc. Demandez-leurde participer à votre projet.Proposez de leur donner desnouvelles régulièrement parInternet, une sorte de tableaude bord de votre « aventure».Une action médico-éducativeau Brésil ? Pourquoi ne pas fairecomme ce groupe d’infirmières ?Elles ont fait imprimer plus de500 tee-shirts avec un dessinillustrant leur mission. À raisonde moins de 10 € le tee-shirt etde 7 € de marge à l’unité, ellesont gagné plus de 3 500 € !Autre possibilité : organiser unesoirée au profit de votre projet.À vous d’être inventif… etd’oser. Toutefois, cela ne vousempêche pas de recourir à desmoyens plus simples, comme l’afait Stéphanie. « Au début, jen’ai pas cherché midi à quatorzeheures, j’ai présenté mon projetd’entreprise de jeux de société àmon coiffeur, mon restaurateurfavori et d’autres commerçantsde mon quartier. Ils ont remplima tirelire, sans contrepartie ».Avantage : petites ou grandes,ces opérations font connaîtrevotre projet et élargissent votreréseau de contacts.Ce soutien financier doit fairedémarrer votre projet et correspondreaux dépenses quevous avez énumérées dansvotre plan de financement.Mais soyez vigilants dans lespremières dépenses, car vous13


aurez aussi besoin decet argent dans l’attentedes recettes. Si votreprojet présente un voletcommercial (vente deproduits, de billets…), vous nepercevrez rien avant l’aboutissementde votre initiative. Enrevanche, vous devrez payer lesfactures et couvrir tous vos frais.Il faut donc prévoir des fonds deroulement afin de pouvoir tenirjusqu’à ce que les recettes arriventdans votre escarcelle.C’est encore plus valable dans lecas d’une création d’entrepriseoù l’on paie les factures desfournisseurs, le loyer du local,avant de recevoir les premierschèques des clients. Sans oublierqu’avant de vous réjouir du premierclient, vous aurez à faireface aux frais de la prospectioncommerciale et aux salaires devos éventuels employés.RECEVOIR UNE AIDE EN NATUREUne entreprise peut vous offrirdu matériel, une aide logistique,des services ou la mise à dispositiond’un local. Elle peut aussivous proposer des réductions surses produits. Il est d’ailleurs souventjudicieux de commencer àmonter votre projet à partir de cetype de partenariats. Plus facileà obtenir qu’une aide financière,le parrainage en nature amorce« Il faut le savoir, unsoutien en amène souvent unautre. C’est l’effet boule de neigeou l’effet coup de pouce »14la phase de démarrage de votreprojet et vous encourage à allerde l’avant.Cette forme de partenariat présented’autres avantages. Lesdons ou les prêts de marchandisespeuvent réduire considérablementla colonne « coûtsfinanciers» de votre projet. Ilslui donnent également une plusvalue non négligeable. Vous avezobtenu un premier partenariatmarchandisesavec telle ou telleentreprise ? N’hésitez pas à vousen prévaloir dans les contactsque vous aurez avec d’autrespartenaires. Cela peut les inciterà vous rejoindre. Voire, à déciderde vous aider financièrement.Car, il faut le savoir, un soutienen amène souvent un autre.C’est l’effet boule de neige oul’effet coup de pouce.Obtenir un soutien moral suffitparfois pour attirer d’autres partenaires.c’est ce qui s’est passépour Jordy, porteur d’un projetde serres hors-gel alimentéespar l’énergie solaire : « Le soutienmoral de Nature et Progrès,un label écologique de grandenotoriété, a été un formidablecoup de pouce. Grâce à cela,


ZoomLe mécénatLe mécénat en EuropeVous surprendrez vos interlocuteurs parvotre curiosité et vos connaissances. Ilsseront épatés si vous faites référenceà des études sur le mécénat… Et ellesexistent ! Sur onze pays où une étudestatistique a été menée au cours des troisdernières années, l’Allemagne est en têteavec un investissement dans le mécénatculturel estimé à 255 millions d’euros enl’an 2000, suivie par le Royaume-Uni,avec 226 millions, puis par l’Italie avec205 millions, juste avant la France.Le mécénat en FranceCulture ? Solidarité ? Développement ?Collectez le plus d’informations surl’état du mécénat en France. Parexemple, selon l’Association pour ledéveloppement du mécénat industrielet commercial (Admical), 37 % desentreprises qui mènent une action desolidarité interviennent également dansla domaine de la culture. Pour NathalieSauvanet, chargée des questionseuropéennes au sein de l’association,« beaucoup d’actions sont socioculturelles.On mêle de plus en plus lemécénat culturel et le développementdurable. Avec la montée de lathématique de la responsabilité sociale,le mécénat culturel se rapproche dumécénat de proximité, en décentralisantles actions et en portant une attentionparticulière à la mobilisation des salariéset aux retombées dans le tissu social ».Le mécénat des entreprisesAfin d’inciter à l’acquisition d’œuvresd’art ou de trésors nationaux, lesentreprises se voient exonérées de lataxe professionnelle. Elles peuventbénéficier d’une réduction d’ impôtsde 60 % du montant des dons dans lalimite de 5/1000 du chiffre d’affairesavec possibilité de report sur cinqexercices en cas de situation déficitaire.La réduction est également accordéepour les versements faits à des festivalsorganisés par des associations oudes personnes de droit public.Réductions fiscalesSoyez imbattable sur l’exonérationfiscale… Surtout si vous pouvez tirerparti de ce critère dans vos arguments.Rassurez le partenaire que voussollicitez, en lui indiquant que c’està lui seul que revient la décision depratiquer la déduction. En effet ellerelève de la gestion de l’entreprise etn’est subordonnée à aucune autorisationpréalable de l’administration.L’entreprise qui décide de pratiquer cettedéduction doit uniquement joindre à sadéclaration de résultats un documentconforme au modèle administratif.j’ai obtenu une aide en naturede Phébus Ariège, un centred’énergies renouvelables. Et j’aireçu une foule d’informationssur les projets existants et desconseils pratiques pour monprojet. »Les possibilités d’utiliser cetteforme de soutien sont multiples.Par exemple, votre projetnécessite des déplacements, entrain, en bateau ou en avion.Contactez la compagnie françaiseou la société nationale du15


pays où vous allez. Négociez lagratuité du transport et de l’envoide bagages ou une réductionsubstantielle. Si les déplacementsrisquent d’être fréquents,proposez aux partenaires quevous allez solliciter de vousréserver un abonnement privilégié.Fabrice a ainsi obtenu unbon tarif pour ses billets d’avion.« Il fallait faire venir six enfantsdu Burkina Faso, afin qu’ilsassistent à l’arrivée du tour deFrance. Et évidemment, le coûtd’un tel voyage constituait legros du budget de mon projet,explique-t-il. J’ai donc contactéla compagnie Point-Afrique, quia consenti à une réduction de30 % par billet. »Autre exemple : vous avezbesoin d’un matériel performant.Prenez contact directementavec le fabricant et négociez unpartenariat ou une réductionsubstantielle en échange deretombées médiatiques… Il vousfaut un local pour commencerles cours de danse indienne oudémarrer un atelier de tissage ?Prenez rendez-vous avec le serviceJeunesse de votre mairie.Pensez aussi à relier votredomaine d’activité avec un lieuoù elle se pratique traditionnellement(le tissage dans la régionlyonnaise, la poterie en Dordogneoù a lieu un rendez-vous annuelCommentdevient-oninventeur ?Stéphanie a fait desétudes de finances. Lasséedes jeux de stratégieexistant dans lesentreprises, elle a cherchéà inventer quelque chosede personnel, avec Cyril,un de ses amis. C’estainsi qu’est née l’idéed’un jeu de société, « LeMaître du monde »,un jeu d’actualitéinternationale, à stratégiegéopolitique. « Nous avonsconçu le projet sur papier,puis l’avons peaufiné surordinateur avant de faireune première maquette etla première boîte de jeu.Le jeu a été présenté dansdivers concours, ce quinous a menés au salon dujouet de Villepinte. Puis auconcours Lépine, où nousavons remporté la médailled’or. Cette récompensenous a ouvert les portesdes médias et nous apermis de démarcher desmagasins de jouets »Témoignage16


des potiers, etc.).Ainsi, Mariona eu raison decontacter lecentre socioculturelde sacommune pourréaliser son projetthéâtral : « J’ainon seulement reçuune aide financière, maisaussi la mise à disposition de lasalle de concert pendant troisjours. De plus, c’est par l’intermédiairede la commune quej’ai pu entrer en relation avec lasociété de location de matérieltechnique, qui m’a accordée uneréduction de 50 %. »Votre projet implique des dépensesimportantes en communicationstéléphoniques, ? Sollicitezune compagnie de téléphoniequi pourra vous offrir des réductionsou des heures gratuites.Vous avez absolument besoind’une étude de marché ? Pensezaux étudiants des écoles decommerce. Vous souhaitez réaliserdes villages artisanaux dansdes pays en voie de développement? Proposez à des agencesou aux services financiers degrands groupes de la distributionde prendre en charge lapartie « Études ».« Sachez qu’un projetassociant les employés etl’entreprise dans une dynamiqueautour de valeurs éthiques serapresque toujours regardée d’unbon œil par la direction desressources humaines »17Vouspouvez égalementsolliciter des partenariats ciblés àdes entreprises qui exercent leuractivité dans un domaine procheou identique à celui de votreprojet. Par exemple, si vous vouslancez dans un projet de microcréditen Inde, vous pouvezessayer d’impliquer les établissementsfinanciers (coopératives,mutuelles…) qui présentent unvrai savoir-faire dans le domainede l’économie solidaire.Sachez qu’un projet associantles employés et l’entreprise dansune dynamique autour de valeurséthiques sera presque toujoursregardée d’un bon œil par la directiondes ressources humaines.Enfin, n’oubliez pas que le matérielinformatique et bureautique estfréquemment renouvelé dans lesgrands groupes. Telle entreprisevous prêtera un appareil numérique,telle autre peut vous fournirun ordinateur, des portables,voire, du mobilier de bureau.


MONTER UN PARRAINAGEMÉDIATIQUEVotre initiative peut attirerl’attention d’un journaliste, fairel’objet d’un reportage, d’unarticle ou d’encarts publicitaires.La notoriété de vos partenairespeut vous faciliter les entréesdans la presse écrite, radio, télévisionet chaînes câblées. Plusvos contacts presse seront ciblés,plus vous aurez de chancesd’obtenir des retombées médiatiques.Et qui dit retombéesmédiatiques pour votre projets,dit retombées médiatiques pourvos partenaires. En mentionnantleurs noms et leurs logos dansvos documents de communication(dossiers, communiquésde presse) vous participez àl’amélioration de leur image,ce qui constitue le meilleur« retour d’ascenseur » que vouspuissiez leur proposer.Mettez en avant ce qui fait lanouveauté, l’originalité, ou lecaractère innovant de votreprojet. Insistez sur le domainede votre initiative, surtout sivotre sujet se rapporte à unsecteur dont on parle beaucoup(discrimination, développementdurable, éthique,tolérance, Union européenne,connaissance des territoires,création d’activités, etc.).Parrainage etmécénatIl existe certainement unecohérence stratégique dumécénat, qui peut en effetaccompagner la pénétrationcommerciale d’un marchéétranger. Comme c’est le casde L’Oréal en Chine, de LVMHà New-York, et de BNP-Paribasen Amérique latine, avec sonprogramme « les chemins dubaroque en Amérique latine »,qui vise à faire revivre unpatrimoine musical datant dela colonisation, notammentpar la création d’écoles demusique et d’ateliers defabrication d’instruments.Mais le mécénat reste,rappelle Nathalie Sauvanet,de l’Association pour ledéveloppement du mécénatindustriel et commercial(Admical), une action d’intérêtgénérale, qui, contrairement auparrainage, ne doit pas servirl’intérêt direct de l’entreprise.Autrement dit :« Une contrepartieindirecte en terme d’imageest autorisée, mais elledoit être marquée par unedisproportion importanteentre l’investissementeffectué est ses retombées. »Témoignage18


Renseignez-vous aussi sur toutesles manifestations qui sedéroulent autour de la thématiquede votre projet. Et allez-y.De cette façon, vous serez aucœur de l’actualité et vous rencontrerezdes décideurs locaux, despatrons d’entreprise ou commeGuillaume, des journalistes.Explorez les médias régionaux.Ils ouvrent largement leurscolonnes et leurs antennes auxinitiatives locales ou aux projetsqui évoquent l’histoire, le développementéconomique de leurrégion, et sont très ouverts auxinitiatives. Avant de partir pourune expédition au Groenland,Rémi avait pris contact avec lapresse régionale. Une bonnedémarche, même si le résultata été mitigé : « J’ai envoyé undossier au Dauphiné libéré et àFrance Bleue avant de partir. Àmon retour je les ai rappelés.Le Dauphiné a fait un articlesur nous, mais la radio n’a pasdonné suite ».N’hésitez pas à contacter lesmédias étrangers si votre projetconcerne l’international, ou sivos partenaires ont des filialesdans le monde. De même, rapprochez-vousdes associationsétrangères, des antennes économiquesou culturelles despays concernés.PRENDRE CONSEILDemander des informationsauprès des professionnels estessentiel, pour vous documenter,comparer les avis et les devis.Certains seront ravis de vousapporter un soutien technique.Un partenaire sollicité ne peutpas vous aider financièrement ?Il peut être source de conseilsjudicieux, y compris en matièrejuridique. En échange, prévoyez,dans vos documents, unerubrique « remerciements à ».Avec sa sitcom « 7 rue de laBelle France », Éric veut « casserles clichés sur les banlieues »,mais ne connaît rien à la comptabilité,ni au montage financier.Des lacunes qu’il lui faut comblers’il veut vraiment être performantet relativement autonome.« Je me suis mis en relationavec l’association Skillz, basée àMontreuil (93), spécialisée dansl’aide aux projets artistiques. Là,on m’a tout appris, du calcul dela TVA à la fabrication d’un plancomptable », se souvient Éric.De nombreuses fondations,associations, dispositifs d’aideaux projets ou de création d’entrepriseorganisent formations,rencontres, séminaires qui vousmettent en relation avec desexperts. Reportez vous à la listepubliée en annexe.19


DÉVELOPPER UN RÉSEAUDE CONTACTSGardez à l’esprit que rien ne seperd. Et que tout sert à quelquechose. Ainsi, si un partenairene répond pas favorablementà votre demande de soutienfinancier, demandez-lui de vousrecommander, de vous orientervers une autre piste.En créant un réseau, on gagnela crédibilité et la confiance desfuturs interlocuteurs. Vous serezd’autant mieux reçus et écoutés,si vous pouvez faire valoirque d’autres vous ont déjà faitconfiance.LE SOUTIEN MORALAu début, un projet peut susciterde la méfiance, une idéepeut faire sourire. Rien de telpour émousser votre confiance.Pour créer sa ligne de vêtementsféminins, François avoue : « Sij’avais écouté tous les gens,j’aurai abandonné ».La foi soulève des montagnes,soit ! Mais recevoir de réelstémoignages d’encouragementdonne un coup d’accélérateuret remonte le moral. Le réseaufamilial, amical et celui quevous allez créer, même s’ils nedébouchent pas sur des espècessonnantes et trébuchantes, nedoit pas être négligé.QUELLES SONT LESATTENTES DE VOSPARTENAIRES ?Vous avez défini votre projet etil ne reste plus qu’à… Eh biennon, avant de prendre votretéléphone, il faut encore vousdonner le temps de réfléchir surles motivations des partenaires.D’accord, votre idée est géniale.Mais, il faut vous y préparer dès ledépart : les personnes que vousallez approcher sont forcémentmoins enthousiastes que vous.De plus, très sollicitées, elles sonttoujours un peu méfiantes audépart. Mieux vaut donc avant devous précipiter, pouvoir répondreà la question : pourquoi ce partenaireme suivrait-il ? Voici quelquesraisons et arguments.Conseil n°1 : faites une liste despartenaires potentiels, que vousmettrez à jour régulièrement. Enface de chacun, notez l’argumentaireque vous allez développer.Documentez-vous sur les actionsqu’il a déjà parrainées. Privilégiezles partenaires dont l’image correspondaux valeurs véhiculéespar votre projet. Faites-vousenvoyer le journal de communicationexterne et interne et visitezle site Internet de l’entreprise.Renseignez-vous sur ses liensavec d’autres secteurs.20


ConseilDES RAISONS MOINS OBJECTIVESLe partenaire a un coup decœur pour votre projet. Vousavez peut-être des qualités, descompétences et des acquis qu’iladmire. Vous avez peut-êtredéjà un parcours qui en impose.Vous l’avez séduit par votreenthousiasme…. Bref, il est sousle charme. Comme tout ce quirelève du subjectif cette situationreste imprévisible. Donc, neChoisir desthèmes porteursThèmes universels ou thèmesd’actualité, certains sont plussusceptibles que d’autres d’attirerl’attention. Morceaux choisis.- L’Europe : les questions culturelles,l’environnement économique,- laïcité et religion,- la paix au Moyen-Orient,- la francophonie dans le monde,- la défense de l’environnement,- l’action humanitaire,- le développement durable,- le commerce équitable,- la mondialisation,- la création d’emploi,- l’insertion sociale et professionnelle,- la lutte contre les discriminations,- la solidarité internationaleet nationale,- la vie dans les quartierspériurbains de la ville,- l’illettrisme,- l’innovation,- les challenges sportifs,- l’animation culturelle pour etavec des publics ciblés.comptez pas sur cette éventualité.Mais comme cela arrive, gardezcette possibilité en mémoire.Quand Nicolas a monté son dossierpour un spectacle de magieet hip-hop, on peut même direque les partenaires ont eu unvéritable coup de foudre. « Tousles parrains ont craqué pour monprojet. Un constructeur d’illusionnous a aidé ainsi que l’organisateurdes championnats dumonde de hip-hop. Non seulement,le jury de DÉFi jeunes nousa attribué une subvention importante,mais il a parlé de nous auministère de la Jeunesse et desSports et de la Vie associative, cequi nous a valu d’être invités à laGarden Party de l’Élysée ! »Le facteur géographique.Vous êtes de la même régionque le partenaire ? Votre projetprend forme dans un territoirequ’il affectionne ou proche deses racines ? Votre initiative meten valeur le patrimoine ou ledéveloppement de sa région… ?Dans tous ces cas de figures, ilaura un regard plus attentif.Il vous manque si peu dechoses pour réussir que lepartenaire accepte de bouclervotre budget. Les organismesbancaires de l’économie solidairejouent souvent le rôle de derniersfinanceurs. N’hésitez pas à lessolliciter quand vous serez arrivésà ce stade-là.23


Chapitre 2De l’idée au dossierVotre projet est clair ? Vous avez identifié vosbesoins pour le réaliser ? La liste des premierspartenaires que vous allez solliciter est établie.Il vous faut maintenant passer de l’idée au dossieret mettre en forme vos idées. Rédiger et construireun dossier est une étape importante. Soignez-la !Ledossier, c’est capital. Toutd’abord, c’est votre outilde travail. Au fur et à mesurede votre réflexion, il va évoluer.Quand il sera terminé, il seravotre outil de communication,le porte-parole de votre projet.C’est pourquoi il doit être pensé,écrit et construit avec une grandeminutie et autour de quelquesprincipes rigoureux. Mais audelàde la description de votreinitiative, le dossier va portervotre marque, et donnera desindications sur votre motivation,votre personnalité. Ainsi, si votredossier doit être explicatif, il fautaussi qu’il laisse transparaîtrece qui fait de vous un être unique,ce qui fait de votre projet,un projet unique. Ne craignezpas d’y mêlerrigueur etsincérité,professionnalismeetémotion.N’oubliezpas quec’est cedossier quevous allezlaisser à votreinterlocuteur après« Mieuxvaut un dossierépais mais aéréet agréable à lireplutôt que quatrepages tropdenses »votre premier rendez-vous.C’est encore plus important sivous l’envoyez par la poste carvotre interlocuteur n’aura alorsque ce document pour se faireune idée du projet et de soncréateur.24


« Il est toujoursplus facile pour unpar tenaire de donner sonappui à un projet quandquelqu’un d’influent a déjàpris ce pari »Un « bon » dossier, c’est undossier dans lequel le projetdécrit est aussi clair que s’il étaitdéjà monté. Facile à dire ! Moinsfacile à faire ! « Nous n’avionsau départ pour présenter notreprojet que des prototypes assezéloignés du résultat final », souligneSéverine. En faisant réaliserpar une étudiante en designdes dessins et des croquis avecl’effet 3 D, « chacun a comprispourquoi et comment l’embouten silicone que nous voulionslancer allait protéger les piedsdes danseuses ».Faire et refaire, c’est toujourstravailler… Mieux vaut le savoir :la rédaction de votre dossierva prendre du temps et nécessitermoult versions. Ne vousimpatientez pas. Ce n’est pasdu temps perdu ! Bien au contraire.Cette phase de rédactionsera d’autant plus fructueuseque vous la menerez parallèlementà vos premières prises decontacts.25CHOISIR UN ANGLELa phase d’ élaborationdu projet vousobligera à en analyserles différentsaspects. Vous endégagerez quelquesunsque vous mettrez enlumière et qui donneront durelief à votre initiative. En clair,vous adopterez unangle, celui del’humanitaire,du culturel,de l’innovationou vouschoisirez decentrer votredossier sur l’aspectsocial.C’est sur cetaspect social,plus que surla dimensionculturelle, queEric a monté son projet de sitcomNoa et Amar. « Évidemment, ils’agissait de casser les clichés surla banlieue et la nouvelle générationurbaine et métissée ».Choisir l’angle de son projet estparfois moins évident. Il faudradonc y réfléchir et porter sonchoix sur un angle, à la fois porteuret significatif, de « l’âme »de votre projet.


TÉMOIGNAGESET SOUTIENSFaire valider votre projet consisteà obtenir des cautions, des lettresde soutiens et des témoignagesde la part d’organismes ou depersonnalités qui font autoritédans la spécialité où se situevotre initiative. En voici quelquesexemples non exhaustifs : desorganismes officiels (ministères,chambres de commerce, MJC…),des spécialistes (professeursd’université, écrivains, chercheurs,journalistes, hommes etfemmes politiques…), des associationshumanitaires, socialeset médicales telles que AmnestyInternational, Emmaüs, ATD-Quart-Monde, Act-Up, solidaritéSida, l’Unicef, HandicapInternational… Ou des associationsculturelles… Pour unprojet interculturel, sachez qu’ilexiste de nombreuses structuresayant pour vocation de resserrerles liens entre la France et lesautres pays du globe…Pour son projet de spectacle quimêle magie et hip-hop, Nicolasa demandé au magicien FrançoisNormag s’il acceptait de le soutenir.Ce dernier a accepté.« Je savais qu’il serait sensibleau fait que je mélange la magieavec d’autres formes artistiqueset que son nom m’ouvrirait plusfacilement l’accès des scènesoù je désirais me produire, faitvaloir Nicolas. François Normagm’a fait une très belle lettre. Unbeau sésame ».Ces contacts peuvent parfoisdéboucher sur des appuis financiersou en nature. L’association« Les Artistes aveugles »contactée par Najib lui a fourniplus qu’une simple lettre de soutien.« Pour monter Compuzik,une création d’enregistrementsmusicaux pour déficients visuels,explique Najib, l’association m’afourni des contacts, m’a aidé àdévelopper le produit et à organiserdes démonstrations ».Ajoutez toutes ces lettres de soutiendans les annexes, en fin devotre dossier. Elles apportent unincontestable supplément d’âmeà votre projet et renforce votrecrédibilité auprès des partenairesque vous irez démarcher. Deplus, les spécialistes rencontrésdans cette phase sont autantde sources d’informations, deconseils et de critiques utiles quivous guideront dans la conduitede votre projet. Ensuite, il esttoujours plus facile pour un partenairede donner son appui àun projet quand quelqu’un d’influenta déjà pris ce pari.26


Qui ne demande rien n’a rien etla foi déplace des montagnes.Vous n’avez rien à perdre àsolliciter des témoignages envotre faveur. Et si vous envie decontacter la plus grande personnalitédu secteur dans lequelvous vous situez, n’ayez doncpas peur d’user de votre culot.Toutefois, ce n’est pas la peinenon plus d’en solliciter des tonnes.Pour son spectacle de magieet de hip-hop, Nicolas a été trèssélectif, parce que « quelquesbons parrains suffisent et ontplus d’impact que beaucoupde témoignages divers et peuciblés ».QUE METTRE DANSSON DOSSIER ?Quelques recommandationsd’ordre général :CÔTÉ CONTENUTout d’abord, le dossier doitaller à l’essentiel. C’est-à-dire,parler du projet. Ainsi, si c’estune association qui le pilote, nevous étendez pas sur le dynamismeou la bonne santé de lastructure. Contentez-vous deciter l’équipe et de brosser lesgrandes lignes de son expérience.Il doit être clair et précis.Rappelez-vous : le lecteur pratiquela lecture en diagonale, eten général, les partenaires quevous aurez à convaincre n’accorderontau départ que fort peude temps et d’attention à votredossier. Exercice difficile, car ils’agit de rendre immédiatementévidente votre initiative sans entronquer l’esprit, convaincre sansfaire « trop communication ». Ledossier doit rendre parfaitementidentifiables les « problématiques» de votre projet.Partant du principe qu’un dossiern’est pas un roman, abandonneztoute envie de faire dela littérature. Utilisez plutôt unstyle direct en appliquant larègle des « 3C » : « clair, concret,concis », avec des phrasescourtes et factuelles.Tentez de suivre l’adage « unepage, une idée », ou bien « unparagraphe, une idée ». Celavous paraît exagéré, mais c’estde cette façon que vous parviendrezà conjuguer cohérenceet simplicité. À partir de là, vouspourrez ajouter le supplémentde souffle et d’émotion. Et votredossier sera fait et bien fait.Dernière recommandation :Le texte du dossier va évoluerpour s’adapter à l’interlocuteur,néanmoins, dès la rédaction,il faut avoir à l’esprit que27


le vocabulaire, les argumentset les atouts de séduction doiventêtre différents, selon quevous vous adressez à un financeurprivé ou public, à un média,etc. « Après chaque entretientéléphonique, contact avec unfournisseur ou partenaire potentiel,et plus encore après chaquerendez-vous, le dossier subit desmodifications, alors que l’oncroit avoir tout prévu », expliqueGuillaume. Tous les anciens lauréatsDÉFi jeunes s’accordent surce point : un dossier est toujoursperfectible.ET LA FORME ?Lisibilité, avant tout. Pas la peinede choisir une petite police decaractères pour le faire tenir dansquatre pages. Si votre projetnécessite 10 pages, qu’à cela netienne ! Mieux vaut un dossierépais mais aéré et agréable àlire plutôt que quatre pages tropdenses et à la lecture rébarbative.Il faut donc absolument aérer ledocument, laisser des marges,choisir un grand interlignage(espace entre les lignes).Bâtissez un argumentaire enparties bien séparées, agrémentéau besoin par des illustrations,avec des paragraphescourts et soulignés par dessous-titres « parlants ». Quantaux « idées forces » de votreprojet, mettez-les en valeurpar le jeu des titres, intertitreset ce petit texte « en gras »qui résume l’article, le fameux« chapô » dans le jargon desjournalistes.Évitez les mises en pages tapeà-l’œil,mais misez néanmoinssur une présentation de qualitéet orginale. Car c’est la mise enpage qui va d’abord attirer leregard, faire la différence entrevotre dossier et un autre.Voici, à titre indicatif, lecontenu-type d’un dossier :- Une lettre d’introduction personnalisée,à mettre à part.- Une couverture originale portantle titre de votre initiative et lescoordonnées des participants.- La présentation du projet enplusieurs parties, 6 à 13 pagesaérées :1 - l’objet et la synthèse duprojet (2 à 4 p. aérées),2 - une présentation del’association, le caséchéant (1 p.),3 - le calendrier duprojet (1 p.),4 - la stratégie decommunication (1 à 2 p.),5 - l’intérêt du partenaire(facultatif, 1 page),6 - le plan de financement(1 à 2 p.).28


« Ne faites pas trop dansle genre papier glacé, le sponsorpourrait trouver que vous commencezdéjà à gaspiller l’argent que vouslui demandez ! »7- CV des porteurs duprojet (1 à 2 p.),8 - annexes et articles depresse vous concernant,lettres de soutien et aspectstechniques du projet,9 - au dos, une couverturevierge où vous ferez apparaîtreà nouveau vos coordonnéesen bas de page.Ce dossier-type n’est qu’uneindication. Vous pouvez et devezle personnaliser en fonction desparticularités de votre initiative.Toutefois, sachez que le dossierne doit pas être trop épais, afinde ne pas trop décourager le lecteur-futurpartenaire. C’est pourquoi,la pagination ne doit pasexcéder en principe 13 pages,hors annexes et couverture. Rienne vous empêche de faire parveniraux partenaires intéressés undossier plus complet. D’ailleurs,il est judicieux dans la lettre deprésentation de lui indiquer qu’àsa demande, un dossier détaillélui sera adressé, etc.LA LETTRE DEPRÉSENTATIONSoignez-la ! Elledoit être percutantepour convaincre lespartenaires démarchésd’aller plus loin et de lirevotre dossier. Y inscrire lenom du destinataire personnalisela lettre et ne donne pas l‘impressiondésagréable qu’il s’agit d’unenvoi en nombre.Elle résume en quelques lignesvotre projet et fait référence àune rencontre ou à un entretientéléphonique préalable, quevous auriez eu directement avecle décideur ou son assistant.Ou bien elle rappelle que vousvenez de la part d’un ami commun,d’un membre de l’entreprise,d’une relation… Exemple :« Cher Monsieur, sur les conseilsde …, que j’ai rencontré au colloquede…, je vous adresse ledossier de présentation de l’initiative« Rêves de cimes » que jemène… Il s’agit de… »La lettre de présentation exprimebrièvement les raisons pour lesquellesce partenaire en particulierdevrait s’intéresser à vous.Elle expose clairement votreproposition. Et oui !… une participationne peut- être obtenueque si elle est demandée !29


LA COUVERTUREC’est l’accroche indispensable.Pour illustrer au plus près le titrede votre initiative, choisissez unephoto, un dessin, qui se rapporteà votre projet. Mieux encore, unlogo que vous aurez créé exprès.Vous pouvez oser la couleur.Mais ne faites pas trop dans legenre papier glacé, le sponsorpourrait trouver que vous commencezdéjà à gaspiller l’argentque vous lui demandez !LA PRÉSENTATION DU PROJET1 - La synthèseElle répond à quelques questionsessentielles, d’abord surle projet lui-même : quel est leconcept ? Et pourquoi ? En quoicorrespond-il à une demande,un besoin ? À qui s’adresse-t-il,quelle est sa singularité par rapportà d’autres projets du mêmetype ? Puis, sur l’intérêt de votreinterlocuteur : en quoi, votreprojet peut-il l’intéresser, enquoi s’adresse-t-il à son publicde référence (clients, administrés,cible d’âge, etc.), quel peutêtre son intérêt à soutenir votreprojet, valorise-t-il l’image ou lapolitique que l’interlocuteur veuttransmettre ou conduire, etc.?2- La présentation desporteurs de projet et/ou del’association qui les accueilleCette présentation décrit lesexpériences, les compétencesdes personnes impliquées dansle projet. À joindre, dans le casd’une présentation de l’association,les statuts, la compositionde ses instances et les comptesde résultats des derniers exercices.Au besoin, fournissez quelqueséléments déterminants devotre CV ou de ceux qui vousaccompagnent dans l’aventure.3 - Le calendrier du projetListez les moments forts avecdes prévisions de dates, de lapréparation à la réalisation, enpassant par la stratégie de communication.Faites coïncider les différentesétapes de votre initiative avecdes dates-clés de l’actualité,voire, de l’actualité des entrepriseset des partenaires sollicités,quand cela est possible. C’est un« plus ». Pensez-y.4 - La campagne médiaLes retombées dans les médias.Voilà le véritable sésame. La cléqui vous ouvrira les portes et feraadhérer à votre projet les partenairessollicités. Guillaume en saitquelque chose : « Je n’ai pas eu dedifficultés à trouver des sponsorspour mon expédition dans les cordillèresboliviennes, je pense quele reportage de dix pages achetépar un magazine a été porteur. »30


Que l’on parle de votre projetdans la presse est essentiel pourle partenaire. Pour cela, vousallez vous transformer en attachéde presse modèle : il vousfaudra lister tous les médias lesplus porteurs et les plus susceptiblesde parler de vous, leurenvoyer un dossier et obtenirdes promesses de reportage.Le nec plus ultra est d’obtenirdes lettres d’intention que vousjoindrez aux annexes de votredossier.Dans la partie « médias » devotre dossier, il faudra mettre enévidence les moyens que vouscomptez employer pour médiatiservotre action : campagned’affichage, relations presse, diffusionau public et perspectivesà plus long terme. Associez lesponsor à la couverture média enimaginant par exemple un logo,un titre, un slogan qui réuniraitles noms de votre initiative et dupartenaire. Au-delà de la presseproprement dite, évoquez toutesles manifestations dans lesquellesvotre projet pourrait figurer :salons, forums, concours, conférences,écoles, etc.Et cerise sur le gâteau pour le sponsor,créez l’événement ! Le projetde deux jeunes étudiantes decréer un embout en silicone pourprotéger les pieds des danseuses,cela devait intéresser certainementles décideurs dans le domaine del’innovation et de l’industrie, maiscomme le constate Séverine, «deux filles dans le milieu industriel,où les hommes sont majoritaires,ça plaît aussi aux médias… Et aumonde politique, puisque grâceà notre initiative, nous avons étéconviées à la garden-party del’Élysée, le 14 juillet ».5 - L’intérêt du partenaire àvous soutenirCette page est dédiée à unpartenaire. Si vous en sollicitezplusieurs, vous rédigerez unepage pour chaque partenaire ettransmettrez ainsi à chacun undossier avec une page personnalisée.Cela suppose que vousconnaissiez bien le secteur dessponsors à qui vous écrivez etque vous soyez capables d’expliquercomment et pourquoivotre action s’intègre à leursdomaines, leurs préoccupationset à leurs stratégies de communicationrespectives.À titre d’exemple, dans le casoù votre projet a de grandesretombées auprès du jeunepublic, et que cette cible estcelle de votre sponsor, vous luidétaillerez les actions prévuesdans les médias généralistes etspécialisés, les écoles, etc. Autreexemple : vous développez uneaction en Amérique latine oùvotre sponsor a des usines,exporte ses marchandises ou31


est sur le point de s’installer…,proposez-lui un partenariatspécifique susceptible d’avoirdes retombées sur sa clientèle.Si vous n’avez pas d’idéetrès précise sur les partenairesdémarchés, supprimez cettepage de votre dossier.6 – Le plan de financementSoyez vigilants. Le plan de financement,c’est l’élément clé surlequel vous serez jugé. Un plan definancement imprécis, irréaliste ouincomplet, et c’est votre projet quitombe à l’eau. Il est donc indispensableque votre budget soitéquilibré, réaliste et rigoureux.Le plan de financement prévisionnelprésente deux colonnes :dépenses et recettes. Il mentionnetoutes les charges et tousles produits envisagés, indiqueles partenariats attendus et ceuxqui ont déjà été obtenus, financièrementou en nature. Vousdevrez alors indiquer quel est lefinancement que vous attendezdes partenaires concernés etpour quel poste de dépenseN’oubliez aucun poste. Craignezcomme la peste les estimations aufeeling ou à l’à-peu-près. Vousavez besoin de matériel ?Renseignez-vous auprès des fournisseurs,faites établir des devis,rendez-vous chez les fabricants etles détaillants et notez les prix horstaxe et le montant de la TVA. PourAttirer l’attentiondes journalistes,c’est tout un artLes journalistes ne parlent que dece que font les autres…Ils sont donc toujours à l’affûtd’informations originales, deportraits à croquer et de reportagesinédits. Mais, ils sont aussi envahispar toutes sortes de messages. Il fautdonc les accrocher. Quelques trucs…1 - Un communiquéde presse efficaceLes relations presse ce n’est passimplement transmettre auxjournalistes ce que l’on veut qu’ilsdisent. C’est avant tout, calibrerson message et le travaillerpour le rendre attractif.Choisissez le meilleur angle deprésentation de votre projet,puis rédiger un texte court,précis et accrocheur.Là tout est affaire de style etd’écriture. Et sortir du lot ne suffit pas.Trop de communiqués ressemblentà des messages publicitaires.Grosse erreur, car les journalistesne sont pas des consommateurs, ilsattendent une information et non pasde la publicité. Un communiqué depresse réussi, c’est un subtil cocktaild’information et de communication :pas trop « pub » mais suffisammentaccrocheur pour retenir l’attention.Soignez donc le titre, c est ici quetout se joue, dès les premiers mots.Respectez la fameuse règle anglosaxonnedes 5 W : qui, quoi, où,32


Conseilquand, pourquoi ( en anglais, who,what, where, when, why). Si vousrépondez à ces cinq questions dansvotre texte, vous mâchez la moitié dutravail au journaliste, toujours pressé.N’en dites pas trop pour faire court etpour laisser au journaliste l’impressionqu’il n’est pas trop guidé… Pour lesdétails, vous prendrez le téléphoneet proposerez au journaliste undossier de presse. Et bien sûr, maisça va mieux en le disant, un textepropre, sans faute d’orthographe,bien organisé, agréable à lire.2 - Un fichier de presse cibléVous trouverez les adresses,les téléphones et les noms desjournalistes dans de nombreuxannuaires spécialisés. Vous pouvezles consulter dans les bibliothèques.La référence en la matière reste sansconteste le MédiaSig, avec plus de5 000 noms de la communication,journaux, radio et télévisions ( éditépar le Service d’information et dediffusion du premier, 500 pages,40 €) – À consulter égalementle Guide des relations presseEdinove 2004 (13 000 contacts,1 048 pages, 82,65 €).Repérez les rubriques les plussusceptibles de correspondre à votreprojet dans les média choisis ( société,consommation, économie, social,environnement…), puis appelez lejournal pour vérifier que le journalisteest toujours présent dans la rédactionet dans le même service. Tentezun premier contact téléphoniqueavec lui. Sinon, envoyez-lui votrecommuniqué par courrier ou par fax,éventuellement couplé avec un email.Rappelez-le quelques jours aprèspour vous assurer qu’il l’a bien reçu3-Les médias locaux, une mine d’orLes médias nationaux jouent souventles abonnés absents ou les stars.Privilégiez donc les médias régionaux(presse quotidienne et radios) quiouvrent largement leurs pages etleurs antennes aux initiatives locales.Vincent et ses acolytes ont ainsi lancéleur show de gymnastique grâce àFrance 3 à Antibes. « La rédactionnous a proposé de faire un sujet surnotre première démonstration lors d’unfestival à Nice. Et nous avons même puutiliser la bande-vidéo du reportagepour réaliser un CD que nous avonsinstallé sur notre site Internet »4 - Affichez vos référencesSi vous avez remporté une médaillecomme Stéphanie pour son jeu desociété, si vous avez déjà obtenuune bourse ou un soutien d’unefondation ou d’une personnalité,ou si la presse a déjà évoquévotre projet, n’oubliez pasde le mentionner.33


ConseilOsez leperfectionnismePour monter son dossier, Nicolas aété très loin : « On a cherché une vraiecohérence. On a réfléchi aux mots,aux phrases, à la façon d’argumenteret on s’est demandé comment lesgens réagiraient. On a étudié chaquepoint en détail, en se renseignantauprès d’un grand nombre defournisseurs, d’anciens lauréats DÉFijeunes, de comptables et d’agencesde communication. Quand nousavons présenté le spectacle, on avaitmême répété nos interventions orales,poussant le perfectionnisme à sefilmer pour vérifier que nous étionsparfaitement clairs et convaincants ».Des efforts qui ont payé, puisquele projet de Nicolas a conquis lejury DÉFi jeunes et de nombreusespersonnalités du spectacle.chacune de vos dépenses, indiquezl’origine du prix mentionné.Attention : Vous aurez du mal àconvaincre un partenaire si votrebudget repose sur 3/4 de financementsextérieurs. Prenez soind’indiquer dans la colonne « recettes» les sommes dont vous disposezdéjà, à savoir celles quiviennent de parrainages, bourses,d’un apport personnel, amical oude votre entourage familial.LES ANNEXESRéunies en fin de dossier, ellescomportent en général les lettresde soutien, de caution ou lespromesses de reportage ou decouverture presse. Vous ajouterezéventuellement les copies desarticles de journaux ou de magazinesqui ont déjà parlé de votreprojet ou qui font état d’un autreprojet que vous auriez déjà réalisédans le même domaine.DERNIERS CONSEILSCela va sans dire, utilisez unordinateur pour taper votredossier. Ne laissez aucune fauted’orthographe. Vérifiez que letout soit bien aéré, agréable àlire et relativement sobre, y comprisdans le choix des polices decaractères. Et reliez le dossier dela façon la plus confortable pourla consultation et la lecture.Si possible sur la page de couverture,mentionnez le nom dudestinataire et votre nom.Prenez votre temps pour bienidentifier les projets et les attentesde votre sponsor. Pour cela,lisez la presse, documentez-voussur les domaines qui tournentautour de votre initiative, rassemblezles plaquettes d’entreprise,surfez sur Internet, étudiez lessites Web de l’entreprise visée etde la concurrence. Ne négligezpas les publicités des entreprises,très révélatrices de leur stratégieet du choix de leur philosophie :certaines sont axées sur l’environnement,d’autres sur le commerceéquitable, ou sur le sport,ou encore, l’innovation. Si votreidée est en adéquation, elle a34


plus de chances de retenir l’attention.Cela demande du tempset d’avoir l’esprit constammenten éveil, à la recherche d’infos.Mais cela vaut le coup, car c’estla seule façon de prouver quevous vous intéressez réellementau secteur et à l’entreprise.Les grandes entreprises reçoiventchaque année des centaines dedemandes de sponsoring. Deuxatouts pour vous distinguer dela masse : personnalisation etoriginalité. Vérifier bien que votreprojet en lui-même est original.Ou que vous avez développé unefaçon originale de mobiliser lapresse. Ou que votre dossier nerisque pas de passer inaperçu, parsa créativité, par exemple : papierrecyclé pour un projet concernantl’environnement, images 3D pourun projet design innovant, ajoutd’un CD, d’un CD-rom , d’unebande sonore, présentation d’unecourte biographie avec photode celui qui vous a inspiré le projet,personnalité d’aujourd’huiou d’hier, connu, inconnu ouméconnu…Ou encore, un parentqui vous a insufflé le goût… Àvous de trouver ce petit « plus »qui vous fera sortir du lot.Une fois votre dossier bouclé,faites-le relire par de nombreusespersonnes dont certaines ignorenttout de votre projet. Essayezde tirer parti de toutes les critiques! Votre dossier est bouclé,mais vous devrez le faire évoluerconstamment. À chaque entretienavec un décideur, sponsorou spécialiste,vous serez amenéà l’actualiser. N’en imprimezdonc pas trop à l’avance.ET EN GUISE DE CONCLUSION,QUELQUES PETITES IDÉESDernier petit conseil : avant d’envoyervotre dossier, ne négligezpas d’appeler le destinataire.Ainsi vous vous assurerez qu’ilne manque aucune pièce, certainssponsors demandent desdocuments particuliers, parexemple des pièces juridiques oucomptables, etc. Vous pourrez demême vérifier que vous adressezle dossier à la bonne personne, laplus à même de le traiter, et nonpas à la personne que vous avezeue au téléphone quelques moisauparavant, et qui vient d’êtremutée dans un autre service ouqui a quitté l’entreprise.Enfin, rédiger un dossier, lemettre en page, etc., sont autantd’exercices qui peuvent nécessiterune formation préalable.Rien ne vous empêche de nouerun partenariat avec une petiteagence de communication quivous donnera des conseils et desheures de formation. Ou avec unprestataire informatique qui vousguidera pour une utilisation optimaledu matériel et vous permettrad’utiliser ses ordinateurs.35


Chapitre 3À la recherchede vos partenairesVous entrez dans la recherche active de partenaires.Comment les choisir ? À qui envoyer en priorité votredossier ? Et comment allez-vous trouver les bonsarguments pour les convaincre ? Pas de précipitation.Mais de l’organisation et de la patience.VoDE L’ORGANISATIONAVANT TOUTtre dossier est bouclé ?C’est l’heure H, l’heurede l’épreuve. Mais attention,ne vous précipitez pas sur votretéléphone et n’envoyez pas votredossier tous azimuts. Avez–vousdéjà choisi les partenaires à quivous allez proposer de soutenirvotre projet ? Avez-vous établiune liste claire de vos interlocuteurs,avec toutes leurs coordonnées? Avez-vous réalisé desfiches avec colonnes et tableauxde bords pour y noter les datesde contacts, l’évolution de votredémarche, les demandes qui vousseront faites… ? Vous l’aurezcompris : avant d’entrer dans laphase opérationnelle, il vous fautune organisation « béton ».Vous devez privilégier certainspartenaires, en placer d’autressur une liste « d’attente », aucas où… Et surtout vous armerde patience. Obtenir un partenariatou une subvention, c’estune affaire au long cours. Nevous attendez pas à recevoir uneréponse dans les 15 jours. Celapeut prendre entre six mois à unan. Alors, économisez vos forceset votre enthousiasme. Soyezdéterminés, mais patients.LA CONSTITUTION D’UN FICHIERIl s’agit de sélectionner soigneusementles éventuels partenairesà qui vous allez envoyer un dossieret de préparer un tableau de36


ord. Pourquoiconstituer untel fichier ?D’abord, parceque vous n’aurezpas les moyensd’envoyer desdossiers en nombreet au hasard. Cela vous coûteratrès cher en frais d’expédition. Ilvous faudra compter entre 3 et4 € par dossier envoyé. Si vousajoutez le téléphone – la prised’information et la relance – sachezque chaque partenairesollicité vous reviendra environ à6 €. Résultat : pas loin de 600 €pour une recherche type (environune centaine de dossiersenvoyés).Au surplus, cela ne sert à rien d’envoyervotre dossier à 500 entrepriseset organismes avec l’espoirhypothétique que l’on vousrépondra favorablement.Ensuite, parce que la constitutiond’un fichier permet aussi desavoir où vous allez et de gagnerbeaucoup de temps. Autant detemps que vous pourrez consacrerà personnaliser votre dossieren fonction du partenaire. Enfin,parce qu’avec un fichier bienorganisé, le travail de suivi estgrandement facilité. Plus vousciblerez vos partenaires, plus vousaugmenterez vos chances de« Prenez un classeur etétablissez une fiche par par tenaire,avec, en tête, les informationsgénérales (nom du ou des responsables,sa ligne téléphonique directe, le nomde l’assistant(e), son adresse,son courriel…) »37succès. Pour les cibler au mieux,mettez-vous à la place de chacunet demandez-vous encore : enquoi mon projetcorrespondà leurs politiques,leurspublics et leurssecteurs d’activité ?En quoi cela peutdonc les intéresser?Vous aurezdonc besoinde consulter desfichiers d’entreprises.Bien sûr, inutile de les acheter,vous vous ruinerez. Voiciquelques noms d’annuaires etdes endroits où vous pourrez lesconsulter et faire votre choix.La bible : le Kompass, un annuairehyper complet et d’accès facile,avec un classement par régionet secteur d’activité. À consulterdans les bibliothèques et dansles chambres de commerce etd’industrie (CCI).


ne nous répondaient pas. Jepense que ça marche mieux parle relationnel, en allant frapperaux portes, fait-elle valoir. Je mesuis donc rendue sur des salonsprofessionnels et c’est là, quej’ai pu participer à une remise deprix où j’ai d’ailleurs été primée,que j’ai rencontré des personnesintéressées par mon projet ».Enfin, pour être efficace, votrefichier doit être parfaitement enordre. Prenez un classeur et établissezune fiche par partenaire,avec, en tête, les informationsgénérales (nom du ou des responsables,sa ligne téléphoniquedirecte, le nom de l’assistant(e),son adresse, son courriel…)ainsi que les notions les plusimportantes sur l’entrepriseelle-même — ses dates clés, sespoints forts, ses engagementspassés ainsi que les orientationsde sa politique de mécénat oude communication.LA PRISE DE CONTACT, LEMAILING ET LA RELANCEVotre fichier est au point ? Avantde l’envoyer aux entreprisessélectionnées, téléphonez-leurpour connaître le nom du responsabledu sponsoring ou dumécénat, ou du nom du responsablede la communication.Si, au cours de vos recherches,vous avez collecté des noms,prenez quand même soin detéléphoner pour vous assurerque ces personnes sont toujoursau même poste. S’il s’agit depetites entreprises, demandez lenom du gérant ou du directeurgénéral. Et dans tous les cas,notez soigneusement l’orthographedu nom et l’intitulé exactde sa fonction.Votre dossier envoyé, n’attendezpas que votre interlocuteur vousappelle et vous propose le partenariatdu siècle. Laissez passerune petite semaine et prenezl’initiative. Vous l’appellerez pourlui demander :- s’il a bien reçu votre dossier ?- si oui, s’il a eu le temps de leconsulter ?- si non, quand pouvez-vousl’appeler ?Dans l’attente d’une décision,patientez. Mais si elle traîne,envoyez une lettre en rappelantque vous avez adressé un dossierconcernant un projet… : « Nousfaisons suite à nos entretienstéléphoniques relatifs à notre initiativede… Vous avez peut-êtred’ores et déjà besoin d’informationscomplémentaires pourétudier notre proposition departenariat. Vous trouverez sousce pli une plaquette, des documents,etc… ». Ainsi, vous pourrezle rappeler plus facilement,lui demandant s’il a bien reçu lesdocuments complémentaires.39


« En quoi mon projetcorrespond à leurs politiques,leurs publics et leurs secteursd’activité ? En quoi cela peutdonc les intéresser ? »Le maître mot dans la relance,c’est garder le contact. Et, sipossible avec de bonnes raisons.Il en sera peut-être agacé, mais ille sera moins que si vous appelezsimplement pour obtenirune réponse plus rapidement…D’autre part, ces documentscomplémentaires lui montrentque votre initiative avance, quevous ne restez pas les pieds dansle même sabot, dans l’attente desa réponse. Plus encore, n’hésitezpas à lui faire part de toutesles avancées de votre projet etde lui expliquer en quoi, éventuellement,son entreprise peuten tirer profit. L’objectif, c’est dedécrocher un rendez-vous. Le caséchéant, vous pouvez aussi avoirrecours à l’e-mail, moins directqu’un coup de téléphone, maisplus personnel qu’une lettre.Un conseil d’importance : duranttoutes vos relances vous aurezaffaire à la (ou au) secrétaire,à l’assistant(e), voire, à la personnechargée de l’accueil. Ayezavec cette personne le meilleurcontact et tentez même decréer un lien de sympathie. C’est40primordial. Elle lui communiqueravos messages avecsoin, lui fera peut-être descommentaires, et n’hésiterapas à vous aider à obtenirun contact plus direct, si ellele peut.Pour réaliser son expéditiondans les cordillères boliviennes,Guillaume est allé au-devantdes décideurs, en se rendantaux salons professionnels.Idéal pour rencontrer des partenaires.« On peut ainsi parleren direct avec des directeurs demarketing, rencontrer des journalistes,toutes personnes quisont difficilement accessibles.Dans ces circonstances, on estimmédiatement dans le bainet au cœur du sujet », estimeGuillaume. Pour qui : « L’écouteest bien plus facile. On repartavec des cartes de visite avec lescoordonnées des décideurs etdes recommandations. Ensuite,quand on rappelle, on se sentplus à l’aise ».Enfin, tenez à jour les relances,en les notant sur les fiches quevous avez établies par partenaire.Sinon, vous allez rapidementêtre dépassé. Vous y indiquereztoutes les dates de rappels,d’envois complémentaires etdans une colonne spécifique, lescommentaires et le résultat devos différentes démarches.


LE RENDEZ-VOUSVous avez obtenu un rendezvous? Voilà le premier objectifrempli : vous avez déjà réussi àretenir l’attention du partenaire.Et c’est plutôt bon signe. Maisla victoire n’est pas acquise. Unentretien, cela se prépare.Voici quelques conseils pour leréussir :- Soyez concis et clair en brossantl’essentiel de votre projet. Bref,dans la présentation, n’en faitespas trop. En revanche, montrezvotre enthousiasme. Ce qui nedoit pas vous empêcher d’êtreattentif à votre interlocuteur.Valorisez les aspects qui le concernenttout particulièrementet l’intéressent. Évitez de l’interrompreet de monopoliser laparole.- Adaptez-vous au style de celuiqui vous reçoit en gardantvotre naturel. Ce n’est pas lachose la plus facile. Car plusvous aurez d’entretiens, plusvous vous apercevrez qu’il n’ya pas de règles et que les réactionsdiffèrent d’une personneà l’autre.- Faites-en assez mais pas trop.Si vous êtes trop directif sur lespossibilités d’intervention devotre partenaire, vous risquezde fermer la porte aux suggestionsqu’il pourrait vous faire.- Évitez d’adopter l’attitude dudemandeur, toujours un peunégative. Assortissez votredemande en pointant les avantagesqu’il aurait à vous soutenir.Ne perdez pas de vue quevous négociez un partenariatsur le mode gagnant/gagnant.Un entretien, c’est toujours uneépreuve à passer, d’autant plus sivous n’en avez pas l’expérience.Une bonne manière de se testeret de corriger ses fautes peutconsister à simuler un entretien,et, pourquoi pas, à s’enregistrer.« On a même répété nosinterventions orales, poussant leperfectionnisme à se filmer pourvérifier que nous étions parfaitementclairs et convaincants », sesouvient Nicolas qui a su se donnertoutes les chances lorsqu’il aprésenté son projet.Quand le projet rassembleune équipe, comment allerà un entretien ? Pour réaliserson court-métrage Comme undimanche, sur la famille, l’équipede Bénédicte a réparti les rendez-vousselon les disponibilitésde chacun. Julien, lui a préféréprésenter son initiative de développementculturel et sportifau Maroc avec son associé :« Durant les entretiens, on estintervenu chacun sur des pointsdifférents, c’est important aussid’aller défendre ensemble notreprojet. Cela a bien fonctionné ».41


Comment s’habiller ? Là, pas derecettes, ni de principes. Celadépend en grande partie devotre interlocuteur. Toutefois, cen’est pas parce que vous irez tiréà quatre épingles que vous vousen sortirez mieux. Et si vous neportez jamais de cravates ni detailleur, ce n’est peut-être pas lapeine de vous « déguiser », souspeine de ne pas « être bien dansvos baskets ».À l’opposé, évitez la barbe detrois jours, les jeans troués traînantpar terre, les minijupesultra courtes… Bref, optez pourune tenue sobre. Afin que votreapparence ne nuise en rien avecvotre propos et n’accapare pastrop l’attention.À la fin de l’entretien, sachezconclure positivement. Si le partenaireréserve sa réponse ouémet des doutes, ouvrez-vousmême les perspectives possibles :proposez-lui de lui soumettre ànouveau le projet quand il auraavancé. Demandez-lui sur quelleautre base, il serait intéressé àcommuniquer avec vous autourde votre projet… Si le partenairese dit intéressé, n’hésitez pas àlui faire préciser quand il compteprendre sa décision et envisagezde le rappeler à la date qu’il auraindiquée en la notant au besoindevant lui sur votre agenda.Quand vous obtiendrez, enfin,une réponse définitive, ditesque vous êtes prêt à préparerun accord de partenariat qu’iln’aura plus qu’à valider et signer.Seule une confirmation écrite desa part l’engage.À QUELLESPORTES FRAPPER ?Règle numéro un dans la recherchede partenaires : commencezpar les plus évidents, les plus prochesde votre projet, ceux qui ontles intérêts les plus grands à soutenirvotre projet. Les partenairespour votre projet ne sont pasforcément les plus prestigieux !Dans les partenaires potentiels,commencez par cibler votreentourage et votre réseau :famille, amis, voisinage, connaissanceset relations plus ou moinslointaines. Explorez toutes lesadresses de votre région : petitesentreprises, associations, fondationsde grandes entreprises, etc.- Listez toutes les collectivitésterritoriales : Conseils régionaux,Conseils généraux, communes…- Étudiez attentivement tous lesdispositifs publics d’aide à l’initiativeet prenez contact avecleurs antennes régionales etlocales (voir annexes).42


COMMENT SOLLICITERVOTRE ENTOURAGEOn ne vous ne le répétera jamaisassez : parlez le plus possiblede votre projet autour de vous.À commencer par votre familleet vos amis. Ne craignez deles mettre au courant de vosrecherches et de leur évolution.C’est une bonne manière deleur prouver que votre projetn’est pas une toquade mais unevéritable « entreprise » quevous mènerez jusqu’au bout.Qui sait si vous ne trouverezpas dans dans votre immeuble,dans l’entourage d’un de vosamis, un chef d’entreprise, unresponsable d’un service culturel…susceptible d’être concernépar votre projet. Allez luiprésenter et demandez-lui à quivous pouvez vous adresser etsollicitez son avis et ses suggestions.Visitez vos commerçantshabituels. Ils sont peut-être despartenaires possibles. D’autrepart, parmi leurs clients, voustrouverez peut-être des contactsintéressants.LES ATOUTS DES PETITESENTREPRISESCertes, elles sont moins habituéesaux actions de sponsoring,moins en pointe sur le mécénat,et ne possèdent souvent niservice de communication nibudget de ce type. N’empêche !Les petites entreprises ont biendes atouts. D’abord, elles sontpeut-être moins sollicitées, doncmoins blasées et plus attentives.De plus, elles peuvent êtreréellement intéressées à partagerles fruits d’une opérationmédiatique dans la presse localeet professionnelle. Tandis que lesgrandes firmes qui font la une, sielles sont rompues aux actionsde mécénat, sont exigeantes etinvestissent de préférence surdes valeurs sûres ! Enfin, ellesne sont peut-être pas forcémentplus généreuses que les petitesentreprises. Sur ce sujet, évitezles clichés et osez !Quelles sont ces petites entreprisesque vous pouvez solliciter ?Encore une fois, les commerces,les artisans, les PME/PMI, dansla mesure où leur activité a unrapport évident avec votre projet.Mais pas seulement. Sur leplan régional ou à l’échelle d’unquartier, les commerces ditsde proximité soutiennent bonnombre de projets : n’oubliezdonc pas les bars, cafés et restaurants,voire les boulangerieset les pharmacies. Soutenir unprojet culturel est pour eux unebonne façon de s’impliquer dansla vie locale et artistique de leurlocalité ou de leur quartier. Votreprojet porte sur la solidarité,l’écologie, la culture biologique,la cohésion sociale ou sur des43


programmes d’aide humanitaire…? S’y associer leur permetde s’investir sur des terrains prochesde leur cœur de métier etleur donne une meilleure visibilité.La liste n’est pas exhaustive,mais au nombre des partenairesde proximité potentiels et souventcités par les lauréats, citonsles imprimeurs, les librairies, lesradios locales, les agences devoyages, les photographes, etc.Autre avantage des petites structures,entreprises, commerces ouassociations ; vous vous adressezdirectement à la personnequi prend les décisions. C’est ungain de temps et un allié pour lemoral. De plus, l’initiative, c’estleur terrain, et elles sont plus àmême d’apprécier les valeurs quivous animent : l’enthousiasme,le défi, la volonté…LES ASSOCIATIONS.Très nombreuses et toujours trèsdynamiques, les associationssont une mine d’or. Elles nedébloqueront pas des millions,mais pourront s’associer et faireassocier leurs partenaires à votreinitiative. Ne négligez pas le faitqu’elles disposent d’un réseauet d’un savoir faire. Ne vous enprivez pas ! La liste encore unefois n’est pas limitée : à coté desgrandes associations et fondations,il existe de nombreusesassociations culturelles et sportives,des maisons des jeunes etde la culture (MJC), des centreséducatifs et sociaux, des maisonspour tous, des maisons régionaleset de tourisme, des syndicatsd’initiative, des missionslocales, des théâtres, des cinémas,des clubs en tous genres,des fédérations, etc.ORGANISMES PUBLICS ETDISPOSITIFS PUBLICS NATIONAUXD’importants dispositifs d’aidesont mis en place par le gouvernementvia les ministères de laJeunesse, des Sports et de la Vieassociative, de la Culture et de laCommunication, de l’Éducationnationale, de l’Enseignementsupérieur, de la Recherche.DÉFi jeunes est l’un de ces dispositifs.Il s’adresse à des porteursde projets âgés de 18 à 30 ans.DÉFi jeunes repose sur réseau deprofessionnels de l’acccompagnement,présents dans chaquedirection départementale de laJeunesse et des Sports. Le dispositifse traduit également pardes bourses allant de 1600 à8500 €. Près de 800 projets sevoient ainsi encouragés chaqueannée. Tous les domaines sontcouverts : culture, solidaritéinternationale, action sociale,économie, sport, aventure,nature, sciences, technologies,création d’activité…44


ConseilCiblez votrerecherche departenairesPour rechercher des partenairessusceptibles de l’accompagnerdans son projet de création d’unatelier de design, Faouzi a étéméthodique : « J’ai fait une listed’une trentaine de personnes queje souhaitais démarcher. En premierlieu, il y avait celles que je connaissaispersonnellement, qui aiment le designet pouvaient potentiellement m’aiderpar le biais de leur entreprise. Ensuite,j’ai cherché par secteur, selon mesbesoins. Par exemple, comme j’avaisbesoin de cartes de visite, j’ai contactédes petites maisons d’édition souventplus généreuses que les grandes.Quelqu’un a été intéressé par monprojet et m’a proposé d’imprimer1 000 cartes de visite en couleur surpapier recyclé. Enfin, j’ai sollicité despartenaires potentiels selon l’attraitque pouvait avoir mon projet poureux. J’ai contacté des entreprises desoudure ou de sidérurgie, pensant quepour eux ce pourrait être un fairevaloird’assurer le mécènat d’un projetde design. Cela pouvait donner uneimage dynamique de leur entreprise. »Parmi les autres aides de l’État,citons le programme « Envied’agir ! » et, dans le domaine dela culture, les concours du FIACRE(Fonds d’incitation à la création)de la Délégation aux Arts plastiquesdu ministère de la Cultureet de la Communication quipermettent de financer un projetou d’exposer, sans oublier lesDrac (Directions régionales desAffaires culturelles) qui attribuentégalement des aides à la création.Renseignez-vous sur www.cnap.culture.gouv.fr. Le FIACREsoutient des projets à vocationartistique dans des domainesaussi variés que la bande dessinée,la photographie, le design,les arts plastiques, Toutefois,il ne s’adresse pas qu’au publicjeune, mais prioritairement auxprofessionnels.Côté innovation, l’ANVAR (Agencenationale pour la Valorisation dela Recherche) subventionne desprojets à haute valeur technologiqueet scientifique. Les étudiantspeuvent bénéficier de dispositifsparticuliers via le Crous(Centres régionaux des œuvresuniversitaires et scolaires).Les Caisses d’allocations familiales(Caf) sont également activesdans le soutien des initiativesmenées par les jeunes. Ainsi, lesBourses Challenges accordéespar la Caisse d’allocations familialesdes Vosges, sont destinéesaux jeunes vosgiens âgés de 13 à20 ans qui veulent œuvrer dansles domaines suivants : insertionsociale, loisirs, soutien scolaireet mobilité. Une aide financièrepeut leur être est accordée,entre 457 € et 3 049 €, selonqu’il s’agit d’un projet individuelou d’un projet de groupe.45


Les mutuelles s’investissent, pourleur part, dans la cohésion sociale(Mutualités régionales), dans lalutte contre les discriminationsou dans le développement del’économie sociale (la FondationMacif). Prenez contact avec leresponsable des activités de promotionsanté et action sociale.Dans chaque région, par exemple,vous trouverez une agencede la Mutualité.L’EUROPEDepuis 1989, le Programme européenjeunesse, (dont l’agencefrançaise est basée à l’Institutnational de la Jeunesse et del’Éducation populaire) s’adresse àtous les jeunes de 15 à 25 ans,sans condition de formation oude qualification. Riche en possibilités,il permet des échangesde groupes de jeunes à traversl’Europe, l’envoi et l’accueil dejeunes volontaires dans différentspays et aide les jeunes àréaliser leurs projets individuelsou collectifs.LES COLLECTIVITÉS TERRITORIALESDans la mesure où votre initiatives’inscrit dans une démarche d’intérêtpublic pour la collectivité,sachez que les mairies, lesconseils généraux et régionauxreprésentent des acteursmajeurs dans la constructionde projets. C’est le cas pour laville de Nancy qui considère quefavoriser l’initiative de ses habitantsfait partie de ses missions.En Bretagne, le Fond rennaisd’Initiatives Jeunes (FRIJ) ouvredeux fois par an un dépôt decandidatures pour tous types debourses y compris des « boursesquartiers ». La mission Jeunesdu Conseil général des Vosgesaide au montage et au suivi deprojets initiés par des jeunes,quand les projets concernent lepatrimoine, l’action sociale, l’environnementet l’humanitaire.GRANDES ENTREPRISESET FONDATIONSLe nec plus ultra ! La signaturequi en impose ! Oui, mais. Lesgrands noms ne sont pas facilesà convaincre, même si ellesdisposent chaque année d’unbudget mécénat ou sponsoring.Contrainte N° 1 : les grandesentreprises suivent de près leprogramme de leur politique decommunication. Vous avez doncvos chances si votre initiativecoïncide parfaitement avec leurstratégie. Renseignez-vous surles univers qu’elles parrainent ;certaines n’investissent que dansla musique classique, d’autresdans l’écologie ou la solidarité.D’autres encore ne soutiennentque des créations d’entreprise.Rares sont celles qui interviennentdans plusieurs domaines.46


ConseilAdresseutileFondation Auchan pour la Jeunesse40 avenue de Flandres - BP 13959964 CROIX CedexTél : 03 20 81 68 65E-mail : fondationauchan@auchan.frInternet : www.auchan.frSoutient les projets en octroyantdes subventions (en moyennede l’ordre de 10000 €).Concours « INITIATIVES »de la Fondation BMW10, rue Saint-Nicolas – 75012 PARISTél : 01 53 33 86 70Internet : www.bmw.frContrainte N°2 : extrêmementsollicités, elles sont très sélectives.Et très exigeantes. Sachezêtre clairvoyants sur votre projetet vos possibilités. En un mot,ne visez pas trop grand ni troppetit. Visez juste.Ayez le sens de la proximité etdu local. Avant de vous adresserà la maison Mère, siège social dela grande entreprise, renseignezvoussur leur antenne régionale etleur succursale locale. Elles aussisoutiennent des projets et développentdes missions à leur échelle(exemples : France Télécom,antenne EDF, agence locale d’unegrande banque nationale…).Certaines entreprises favorisentdes actions en direction depublics spécifiques. Ainsi, BMW,via le concours « Initiatives »de sa fondation sélectionneparmi 200 grandes écoles desétudiants de moins de 27 ansqui présentent un projet decréation d’entreprise en coursde réalisation pour le développementdurable. Pas moins decinq prix sont attribués en mai :prix de l’innovation, prix de lacréation de services, prix socialet humanitaire, prix de l’initiativeculturelle, prix de la protectionde l’environnement. Chaquesection est dotée de 6 000 €.Les plus grandes entreprises ontleurs fondations. C’est le cas deFrance Télécom, de la SNCF, duGan, d’Auchan, de GDF, etc.Cette dernière s’est notammentinvestie dans le sport, maisautour de ce domaine, sa fondationmène des actions de terrainsur l’insertion des jeunes par lesport et par des activités d’entraide,ou par des formationsaux métiers de la protection del’environnement.Autres exemples : la FondationAuchan pour la Jeunesse s’adresseà des personnes privées, associationsou collaborateurs Auchanayant un projet en faveur de laJeunesse (formation, créationd’activités et d’emploi, préventionet santé de jeunes, animation etinsertion dans les quartiers). Ellesubventionne des projets situésen France métropolitaine, et47


s’inscrivant dans le long terme.Priorité est donnée aux opérationssituées à proximité d’unhypermarché, ce qui permet laparticipation et l’implication dessalariés d’Auchan à leur réalisation.Créée en 1996 par lesBrasseries Kronenbourg, la fondationdes Entreprises Kronenbourgvalorisent les actions de solidaritéà travers toute la France, et enpriorité autour des sites des entreprises.avec l’objectif de relever ledéfi de la précarité et de l’aide àl’insertion en mettant à la dispositiondes porteurs de projets desmoyens financiers (subventions)et humains (parrains). Chaqueannée 15 projets sont soutenus,200 K€ de financements sontaccordés, et 20 nouveaux parrainss’engagent pour accompagner lesporteurs de projets.Il existe une telle profusion defondations et de dispositifs d’aideaux porteurs de projets qu’il estimpossible de les nommer dansleur intégralité. Consultez lessources d’informations citéesdans ce guide et toutes cellesqui pourraient être mises à votredisposition. Reportez-vous auxannexes en fin de guide.Enfin, de nombreuses fondationssont placées sous l’égidede la Fondation de France quipeut vous accorder directementun soutien financier à traversl’un de ses prêts d’honneur ouvos orienter vers une fondationla plus adaptée à votre projet.VOUS AVEZ RÉUSSIÀ MONTER VOTREPROJET ? ET APRÈS ?GARDEZ LE CONTACT AVECVOS PARTENAIRESCela peut paraître évident, maiscela va mieux en le disant : votreprojet monté, n’oubliez pas dereprendre contact avec tous ceuxqui vont fait confiance. Vous avezété soutenu par des partenairesqui ont cru en vous et votre projet,informez-les. Invitez-les à lasoirée que vous allez éventuellementorganiser autour de votreinitiative. Cela va de soi, si votreprojet consiste justement à organiserun événement. S’il s’agit dela création d’une ligne de vêtements,d’un objet de design oud’une production audiovisuelle,envoyez leur un exemplaire,avec un compte rendu de la réalisationet un calendrier de vosprochaines productions, surtoutsi le projet fait des petits ou sivotre initiative est appelée à sedévelopper ou à se renouveler.Au besoin, transmettez-lui unerevue de presse, etc. Bref, tenezlecourant de l’évolution de votre48


LireLe répertoire dumécenatL’Admical (association pour ledéveloppement du mécénat industrielet commercial) publie chaqueannée un répertoire qui recenseles noms des responsables dumécénat, les politiques de mécénatet le champ d’intervention de plus de1000 entreprises mécènes ainsi que lesfondations créées par les entreprises.Il est vendu par correspondance ouconsultable dans les bibliothèqueset les centres d’informations.Prix de vente : 72 € (+ 7 € de port)Admical : 16, rue Girardon 75018 ParisTél. : 01 42 55 20 01 - www.admical.orgprojet et de ses retombées. C’estla moindre des choses.FAITES FRUCTIFIERVOTRE EXPÉRIENCEDe plus, n’oubliez pas que votreinitiative est une expériencequi compte. Elle pourra vousservir dans le futur, y comprisdans votre vie professionnelle.Ne perdez pas les relations quevous avez nouées. Et qui sait sices relations et le dynamismedont vous avez fait preuve dansla conduite de ce projet ne vapas vous ouvrir des portes pourvotre entrée dans la vie active ?Et si elle n’est pas directement liéeà votre futur professionnel, ellevous aura sans doute transformé.Apprendre à monter un projet,à mettre en œuvre une idée, àrechercher des partenaires, à lesconvaincre est une des meilleuresformations. Avoir appris à contacterdes entreprises, des institutionset des administrationssur le mode de l’échange et dugagnant/gagnant ne peut quevous aider à aller plus loinSi vous avez mené votre initiativeavec brio, faites-en un dossieravec un compte-rendu que vousagrémenterez d’une éventuellerevue de presse. Sachez que celacompte autant qu’un diplôme eten dit long sur votre pugnacité.VERS UNE CRÉATION D’ENTREPRISE ?Et si votre projet débouchait surla création d’une entreprise ?Dans cette hypothèse, n’hésitezpas en à parler à vos partenaires.Car là, vous allez devoir encoreune fois multiplier les contactset les démarches, solliciter desappuis et des soutiens. Là, il nesaura plus question de financerun projet sur une courte durée,avec l’appui financier de quelquessponsors. Mais, il sera questionde monter une activité qui puissevivre, prospérer et vous fairevivre. Au-delà de la pugnacité,de l’enthousiasme et du goûtdu risque, vous allez devoir vousconfronter à la réalité économique,mettre en jeu vos savoirfairetechnique et professionnel,votre capacité à gérer, managerune équipe, assurer les relationsavec les administrations, etc.49


Vous en avez déjà eu un avantgoûtavec la conduite de votreprojet : il vous faudra allerplus loin. Comme StéphanieLheureux et Cyril Golovtchan,lauréats DÉFi jeunes 2003, quiont créé Actugame, avec leurjeu Maître du Monde, l’une desnouvelles sociétés les plus prometteusesaujourd’hui dans ledomaine des jeux de société. Ouencore comme Bertrand Canavyqui, grâce à la bourse DÉFi jeuneset au concours de l’ANVAR,est entré dans un réseau d’entrepriseset d’institutions. « Lefait d’entrer dans l’incubateurm’a permis de les approcher, etils ont investi dans mon projetde prévention des risques bactérienset d’amélioration desconditions de travail du personnelhospitalier. C’est ainsi quej’ai pu créer mon entreprise »,résume le tout nouveau présidentde « Ceo Preventica ».Renseignez-vous autour devous : créer une entreprise estun parcours de sportif de hautniveau, voire de combattant. Laplupart des chefs d’entreprisene connaissent ni les 35 heures,ni les vacances, ni les week-endset n’ont pas le temps de profiterde la vie de famille… Surtout,dans les premières années. Sivous êtes partant, informez-vousauprès de tous les organismesqui sont là pour vous aider danstous les domaines : administration,formation, conseils, audits,subventions, bourses, prêts…Voici déjà une première liste desorganismes auprès de qui vousallez pouvoir vous informer :- chambre de commerceet d’industrie- chambre des métiers- direction départementaledu Travail et de l’Emploi- direction régionale del’Industrie, de la Rechercheet de l’environnement- les agences pour lacréation d’entreprise- les boutiques de gestion- les agences de développement- les pépinières d’entreprises- le conseil régional et leconseil général de votre régionet de votre département- les antennes del’économie coopérative- les clubs de jeunesdirigeants (comme le CJD),- les antennes européennesd’aide à la création d’entreprise.Vous trouverez toutes lescordonnées de ces organismesauprès de la chambre decommerce de votre région.50


• ANNEXES •


AnnexesQUELQUES DISPOSITIFS GÉNÉRALISTES-BOURSE DÉCLICS JEUNES-Fondation de FranceDomaines concernés : tous domaines.Montant de l’aide : 7 600 €Conditions et critères : avoir plus de 18 ans et moins de 30 ansl’année de la demande. Avoir une vocation dans une voie réellementoriginale. Avoir un projet personnel original et d’intérêt général.Prouver sa valeur par des témoignages et des travaux déjà réalisés.Ne concerne pas : les projet collectifs, le financement d’étudeset de stages, la création d’entreprise, les projets sportifs,les dépôts d’invention. Le dossier de candidature est àtélécharger sur le site internet de la Fondation de France.Où s’adresser :Fondation de France - Bourse déclics jeunes40, avenue Hoche 75008 ParisTél. : 01 44 21 31 00 - www.fdf.orgEnvie d’Agir !Le Programme « Envie d’agir ! », mis en place par le ministèrede la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative prime lesprojets des jenes de 11 à 30 ans dans quatre domaines :« engagement », « défi », « entreprenariat » et « volontariat »Où s’adresser :dans les directions départementales de la Jeunesse et des Sportswww.enviedagir.fr54


Dispositifs - AnnexesQUELQUES DISPOSITIFS GÉNÉRALISTES-BOURSES DE LA VOCATION-Fondation Marcel Bleustein-BlanchetDomaines concernés : art et culture, action sociale, environnementet patrimoine, sciences et techniques, enseignement-études.Montant de l’aide : 7 700 €Conditions et critères : Avoir de 18 à 30 ans, être français ou européen(UE) et vivre en France. Les bourses sont attribuées à des jeunes ayant unevocation dont ils ont fait la preuve par des débuts de réalisation quels quesoient leur niveau d’études, leur formation, la nature de leur vocation.Où s’adresser :Fondation Marcel Bleustein-Blanchet104, rue de Rennes 75006 ParisTél. : 01 53 63 25 90 - www.fondationvocation.org-PROGRAMME CULTURE ACTIONS-Centre régional des œuvres universitaires (CROUS)Domaines concernés : deux fonds d’aide, l’un consacré aux initiativeset actions étudiantes (projet Actions), l’autre réservé aux projetsculturels et artistiques (projets Culture). Sont également concernéstous les projets d’animation des structures du CROUS et des campus.Montant de l’aide : non communiquéConditions et critères : le projet doit être présenté par un étudiantinscrit dans un établissement d’enseignement supérieur, un grouped’étudiant ou une association étudiante et doit avoir des retombéessur le milieu étudiant. Le projet proposé doit être aidé par ailleurspar d’autres partenaires publics ou privés (aide matérielle chiffrableou financière). Les bénéficiaires s’engagent à faire apparaître lelogo du CROUS sur le projet ou tout outil de communication. Toutprojet non réalisé donnera lieu au remboursement de l’aide.Où s’adresser :au CROUS le plus proche de votre domicile ou au Centrenational des œuvres universitaires (CNOUS)8, rue Jean Calvin 75231 Paris Cedex 05Tél. : 02 44 18 53 00 - www.cnous.fr55


AnnexesQUELQUES DISPOSITIFS GÉNÉRALISTES-INITIATIVES JEUNES-Union européenne. L’Injep est l’agence chargée, enFrance, de mettre en œuvre le Programme européenJeunesse au nom de la Commission européenne.Domaines concernés : art, culture, social, environnement et protection dupatrimoine, sport, éducation, information des jeunes, économie solidaire.Montant de l’aide : subvention de 10 000 € maximumConditions et critères : être un groupe de minimum 4 personnes, avoir de15 à 25 ans et être ressortissant de l’Union européenne. Le projet doit sedérouler hors du cadre scolaire et universitaire et être mis en œuvre parles jeunes eux-mêmes. Il doit être un projet local tout en établissant unlien avec l’Europe voire être mis en réseau avec des partenaires européens.Où s’adresser :Agence française du programme européen jeunesse9-11, rue Paul Leplat 78160 Marly-le-RoiTél. : 01 39 17 27 70 - www.injep.fr (rubrique programme européen jeunesse)56


Dispositifs - AnnexesLES DISPOSITIFS SPÉCIFIQUES-ART ET CULTURE-Fondation GAN pour le cinémaDomaines concernés : Cinéma. Permettre à un cinéastede réaliser son premier long-métrage de fiction.Montant de l’aide : 67 600 € (60 000 € au producteur,7 600 € répartis entre scénariste et réalisateur).Conditions et critères : avoir déjà trouvé son producteuret présenter un projet écrit (pas d’aide à l’écriture).Où s’adresser :Fondation GAN pour le cinéma - Maria Lemoniz8-10 rue d’Astorg 75008 ParisTél. : 01 44 56 32 06 - www.fondation-gan.com - contact@fondation-gan.comSubvention GREC (Groupe de rechercheset d’essais cinématographiques)Domaines concernés : aide à la création depremiers films de court métrage.Montant de l’aide : 15 000 € maximum. Le GREC fait bénéficier seslauréats de ses partenariats avec les industries techniques (tarifspréférentiels), la région PACA (prêt de matériel de tournage et depostproduction), la SACEM (création de musique originale).Conditions et critères : projet de 5 à 15 minutes, tous genresacceptés. Le projet doit être présenté par le réalisateursans producteur et ne doit pas avoir été tourné.Où s’adresser :GREC14 rue Alexandre Parodi 75010 ParisTél. : 01 44 89 99 99 - info@grec-info.com57


AnnexesLES DISPOSITIFS SPÉCIFIQUESCentre national de la cinématographieDomaine concerné : production de films de court métrageMontant de l’aide : en moyenne 45 000 €Conditions et critères : être auteur réalisateur ou producteur etne pas avoir commencé la réalisation de votre court métrageOù s’adresser :Centre national de la cinématographie (CNC)Direction du cinéma, service des aides sélectives11, rue Galilée 75116 Paris.Tél. : 01 44 34 38 09 - www.cnc.frLe Fonds pour la création musicaleDomaines concernés : création de festivals de musique en FranceMontant de l’aide : jusqu’à 2 300 €Conditions et critères : présenter un dossier très complet devotre projet de festival, comprenant l’historique du projet,la présentation de l’équipe, la programmation, les extraitsreprésentatifs de la revue de presse et une lettre d’engagementdu demandeur ainsi qu’un budget prévisionnel et réaliste.Où s’adresser :Le Fonds pour la création musicale (FCM)141, rue la Fayette 75010 ParisTél. : 01 48 78 50 60 - www.lefcm.org58


Dispositifs - AnnexesLES DISPOSITIFS SPÉCIFIQUESLe FAIRDomaine concerné : musique (tous styles)Montant de l’aide : de 3 049 à 6 048 € ainsi qu’uneaide logistique, juridique et des conseils.Conditions : Avoir sorti un album (pas plus) distribué nationalement,il y a moins de 2 ans. Avoir effectué au moins 10 concertsl’année précédente, être inscrit à la SACEM, avoir un élémentd’encadrement externe au groupe (manager, tourneur, label).Où s’adresser :FAIR15, rue Henri Monnier 75009 ParisTél. : 01 48 78 46 10 - www.lefair.orgFondation Jean-Luc LagardèreDomaines concernés : écrit, audiovisuel,numérique, musique, photographie.Montant de l’aide : de 12 000 à 50 000 € selon le domaine.Conditions : différentes selon la bourse à laquelle on postule (ilexiste huit bourses : écrivain, scénariste TV, photographe, créateurnumérique, journaliste, libraire, producteur). cinéma, musicien.Où s’adresser :Fondation Jean-Luc Lagardère121, avenue de Malakoff 75216 Paris Cedex 16Tél. : 01 40 69 18 73 - www.fondationjeanluclagardere.orgfondhach@lagardere.fr59


AnnexesAIDES INDIVIDUELLES À LA CRÉATION-ACTION SOCIALE ET HUMANITAIRE-Fondation d’entreprise Gaz de FranceDomaines concernés : Insertion par le sport, lutte contre l’illettrisme,engagement de jeunes dans les actions de solidarité. (La fondationrécompense aussi les projets e faveur de l’environnement).Montant de l’aide : Selon le projetConditions : les projets doivent être concrets etutiles, qu’ils soient modestes ou ambitieux.Où s’adresser :Fondation d’entreprise Gaz de FranceContact : Madame Elisabeth Delorme37, rue du Général Foy - 75008 ParisTél. : 01 47 54 28 02 - www.gazdefrance.comFondation Caisse d’EpargneDomaines concernés : prévention de l’exclusion.Conditions : les projets doivent concerner- l’autonomie des personnes âgées malades ou handicapées- la lutte contre l’illettrismeOù s’adresser :Fondation Caisse d’Epargne27-29 rue de la Tombe-issoire 75014 ParisTél. : 01 58 40 31 4060


Aides - AnnexesAIDES INDIVIDUELLES À LA CRÉATION-ENVIRONNEMENT ET PATRIMOINE-Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’hommeDomaines concernés : développement durable, c’est-à-dire des initiativesd’intérêt général, de préférence novatrices, alliant la préservation del’environnement à une activité économique, sociale (ou culturelle).Montant de l’aide : 1 000 à 10 000 €Conditions : les aides sont accordées à des réalisations concrèteset durables en France et dans le monde. Les lauréats doiventpouvoir justifier à tout moment de l’avancée de leur projet.Où s’adresser :Fondation Nicolas Hulot pour la nature et l’homme52, Bd Malesherbes 75008 ParisTél. : 01 44 90 83 00 - www.fnh.orgPage « acteur nature », rubrique « agir en groupe »fnh@fnh.orgFondation Nature et DécouverteDomaines concernés : protection et connaissance dela nature en France et Afrique francophone.Montant de l’aide : 3 à 4 000 € en moyenne. 15 000 € maximum.L’aide n’est accordée qu’à des associations de loi 1901.Conditions : les projets financés concernent la sauvegarde de milieuxnaturels, de la faune et de la flore. Les projets peuvent être desactions de protection ou d’aménagement de sites, la réalisation deprogrammes éducatifs, la création de matériels pédagogiques.Où s’adresser :Dans les magasins Nature et Découverte ou auprès de laFondation Nature et découverte1, avenue de l’Europe 78117 Tousssus-le-NobleTél. : 01 39 56 01 47 - www.natureetdecouvertes.com61


AnnexesAIDES INDIVIDUELLES À LA CRÉATIONFondation d’entreprise Gaz de FranceDomaines concernés : environnement et patrimoine.(Voir Action Sociale et humanitaire)-SPORT, ÉVASION-Paris Jeunes aventures (PJA) - Mairie de ParisDomaines concernés : projets à but humanitaire, culturel,scientifique, sportif en France ou à l’étranger.Montant de l’aide : de 760 à 7 600 €. L’aide financière ne peutdépasser 75 % du budget prévisionnel de l’expédition.Conditions : Avoir de 16 à 28 ans habiter, travailler ou étudier àParis. Au retour du voyage, les lauréats doivent remettre un compterendud’expédition. Au moins 3 animations seront organisées pourfaire connaître l’aventure dans les structures de la mairie de Paris.Où s’adresser :Association ABM (Aventure du bout du monde)11, rue de Coulmiers 75014 ParisTél. : 01 45 45 29 29 - www.abm.frBourse de voyage ZellidjaDomaine concerné : voyageMontant de l’aide : 1 000 €Conditions : Avoir de 16 à 20 ans. Présenter un projet d’étudecomplet sur un pays et partir seul(e) pour une durée minimaled’un mois. Au retour, présenter à l’association un journalde route, un rapport d’étude et un carnet de compte.Où s’adresser :Bourses de voyage Zellidja5 bis, cité Popincourt 75011 ParisTél. : 01 40 21 75 32 - www.zellidja.com - info@zellidja.com62


Aides - AnnexesAIDES INDIVIDUELLES À LA CRÉATION-SCIENCES ET TECHNIQUES-Salon des jeunes créateurs de Monts (Touraine)Domaines concernés : invention dans tous les domaines.Le salon est un tremplin pour les jeunes inventeurs.Montant de l’aide : le gagnant aura un standgratuit au concours Lépine à Paris.Public : de 8 à 21 ans en groupe ou en individuelPas de droits d’inscriptionsConditions et critères : le candidat doit présenter son projetsous forme de dessin, de maquette, prototype…Où s’adresser :Mairie de Monts - Karine PilletRue Maurice Ravel 37260 MontsTél. : 02 47 34 11 98 - www.monts.org - culture.com@monts.orgConcours Lépine Association des inventeurset fabricants français (AIFF)Domaines concernés : invention et fabrication dans tous les domaines.Le concours Lépine International est organisé chaqueannée dans le cadre de la Foire de ParisConditions et critères : présenter un projet à caractère d’innovation, avoireffectué un dépôt de brevet, être adhérent à l’AIFF-Concours Lépine.Où s’adresser :Association des inventeurs et fabricants français - Concours Lépine12, rue Beccaria 75012 ParisTél. : 01 40 02 04 50 - www.concours-lepine.com63


AnnexesINFORMATIONS GÉNÉRALECIDJ (Centre d’information et de documentation jeunesse)101, quai Branly 75015 ParisTél. : 01 44 49 12 00 - www.cidj.asso.frADMICAL (Association pour le développementdu mécénat industriel et commercial)16, rue Girardon 75018 ParisTél. : 01 42 55 20 01 - www.admical.org - contact@admical.orgANVAR (Agence nationale pour la valorisation de la recherche)43, rue Caumartin 75009 ParisTél. : 01 40 17 83 00 - www.anvar.frAssemblée permanente des Chambres d’Agriculture9, avenue Georges-V 75008 ParisTél. : 01 53 57 10 10-RÉSEAU INFORMATION JEUNESSE--MÉCÉNAT--RECHERCHE--AGRICULTURE--ARTISANAT-APCM (Assemblée permanente des chambres des métiers)12, avenue Marceau 75008 ParisTél. : 01 47 20 34 4864


Informations générales - AnnexesINFORMATIONS GÉNÉRALESSEMA (Société d’encouragement aux métiers d’art)23, avenue Daumesnil 75012 ParisTél. : 01 55 78 85 85 - www.eurosema.com-INDUSTRIE-ACFCI (Assemblée des chambres françaisesde commerce et d’industrie)45, avenue d’Iéna 75116 ParisTél. : 01 40 69 37 00 - www.acfci.cci.fr-PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE-INPI (Institut national de la propriété industrielle)26 bis, rue de St-Pétersbourg 75008 ParisTél. : 01 53 04 53 04 - www.inpi.frCNCPI(Compagnie nationale de conseil en propriété industrielle)92, rue d’Amsterdam 75009 ParisTél. : 01 53 21 90 89 - www.cncpi.frFNAFI (Fédération nationale des associationsfrançaises d’inventeurs)12, rue Raymond Losserand 75014 ParisTél. : 01 43 21 39 32 - www.fnafi.com65


AnnexesINFORMATIONS GÉNÉRALES-PROPRIÉTÉ ARTISTIQUE-SACEM (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique)225, avenue Charles de Gaulle 92521 Neuilly-sur-Seine CedexTél. : 01 47 15 47 15 - www.sacem.frSACD (Société des auteurs et compositeurs dramatiques)11 bis, rue Ballu 75442 Paris Cedex 09Tel. : 01 40 23 44 44 / 01 01 40 23 44 95 (dépôt des textes) - www.sacd.frSCAM (Société civile des auteurs multimédia)5, avenue Vélasquez 75008 ParisTél. : 01 56 69 58 58 - www.scam.frADAGP (Société des auteurs dans lesarts graphiques et plastiques)11, rue Berryer 75008 ParisTél. : 01 43 59 09 79 - www.adagp.frAPP (Agence pour la protection des programmes informatiques)119, avenue de Flandre 75019 ParisTél. : 01 40 35 03 03 - www.app.asso.frADAMI (Association des artistes interprètes)14-16, rue Ballu 75311 Paris Cedex 09Tél. : 01 44 63 10 0066


Informations générales - AnnexesINFORMATIONS GÉNÉRALES-CRÉATION D’ENTREPRISE-APCE (Agence pour la création d’entreprise)14, rue Delambre 75014 ParisTél. : 01 42 18 58 58 - www.apce.comRéseau des boutiques de gestion (Aide à la création d’entreprise)14, rue Delambre 75014 ParisTél. : 01 43 20 54 87 www.boutiques-de-gestion.com-ART ET CULTURE-Délégation aux Arts plastiques - Bureau du FIACRE27, avenue de l’Opéra 75001 ParisTél. : 01 40 15 73 00Pépinière européenne pour jeunes artistesPierre Keryvin9-11 rue Paul Leplat BP 13 78164 Marly-le-Roi CedexTél. : 01 39 17 11 00 - www.art4eu.net - info@arteu.netLa maison des écrivains53, rue Verneuil 75007 ParisTél. : 01 49 54 68 80 - www.maison-des-ecrivains.asso.frAssociation Beaumarchais11 bis, rue Ballu 75009 ParisTél. : 01 40 23 45 46 - www.beaumarchais.asso.fr67


AnnexesINFORMATIONS GÉNÉRALESSociété des Gens de LettresHôtel de Massa38, rue du Faubourg St-Jacques 75014 ParisTél. : 01 53 10 12 00 - www.sgdl.orgCentre national du Livre53, rue Verneuil 75343 Paris cedex 07Tél. : 01 49 54 68 68 - www.centrenationaldulivre.frA.F.A.A (Association française d’action artistique)1 bis, avenue de Villares 75007 ParisTél. : 01 53 69 83 00IFCIC (Institut pour le financement du cinémaet des industries culturelles)46, avenue Victor Hugo 75116 ParisTél. : 01 53 64 55 55 - www.ifcic.fr-SOLIDARITÉ-Caisse des dépôts et consignations56 rue de Lille 75007 ParisTél. : 01 58 50 00 00 - www.caissedesdepots.frFondation UFCV (Union française descentres de vacances et de loisirs)10, quai de la Charente 75019 ParisTél. : 01 44 72 45 15 - www.ufcv.asso.fr68


Informations générales - AnnexesINFORMATIONS GÉNÉRALES-SCIENCES ET TECHNIQUES-Fondation George Besse (pour les élèves ingénieurs)27-29 rue Le Peletier 75433 Paris Cedex 09Tél. : 01 44 83 71 90 www.fondationbesse.com secretariat@fondationbesse.com-ENVIRONNEMENT ET PATRIMOINE-FNASSEM (Fédération nationale des associations desauvegarde des sites et des ensembles monumentaux)32, rue Victor Hugo 92800 PuteauxTél. : 01 41 18 50 70 - www.associations-patrimoine.org-SPORT, VOYAGES-Bourse Expé Jeunes - Club alpin français24, avenue Laumière 75019 ParisTél. : 01 53 72 87 08 - www.bourses-expe.comAssociation Rives Jeunes (Tourisme éducatifpour les collégiens et lycéens)Lydie Guillet - Belle-Vue44310 St-Philbert-de-Grand-LieuTél. : 02 40 78 80 3869


AnnexesINFORMATIONS GÉNÉRALESFondation d’entreprise Banque Populaire(Intervient dans les domaines de la musique, du handicapet du patrimoine de la mer et de l’eau douce)5, Rue Leblanc 75511 Paris Cedex 15Tél. : 01 40 39 63 38 - www.fondation.banquepopulaire.fr-DIVERS--BOURSE-Bourses aux projets UFC (Thème différent chaque année)10, Quai de la Charente 75019 ParisTél. : 01 44 72 45 15 - www.ufcv.asso.fr70


Index - AnnexesINDEX THÉMATIQUEAAdmical 15, 18, 38, 49, 64Aides 8, 11, 14, 15, 17, 19, 22,38, 42, 44, 45, 48, 50, 58, 61Associations 15, 19, 21, 26,42, 44, 47, 61, 65, 69BBourse 12, 13, 21, 33, 34,44, 46, 50, 55, 59, 69CCampagne média 30Chambre de Commerce etde l’Industrie (CCI) 37, 38Collectivités 22, 38, 42, 46Communiqué de presse 33Conseil général 50Contacts utiles 14CV 29, 30DDéduction fiscale 22DÉFi jeunes 23, 34, 44, 50Dossier 7, 19, 22, 23, 24, 25,26, 27, 28, 29, 31, 32, 33, 34,35, 36, 37, 39, 49, 54, 58Drac (Directions régionalesdes Affaires culturelles) 45Droit 15EEntourage 13, 34, 38, 42, 43Entreprise 10, 11, 12, 13, 14,15, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 29,34, 35, 38, 39, 40, 43, 45, 46,47, 49, 50, 54, 60, 62, 67, 70FFichier 32, 36, 37, 38, 39Financier (soutien) 10,11, 12, 13, 20, 48Fondation 21, 46, 47, 48, 54, 55,57, 59, 60, 61, 62, 68, 69, 70Fonds de roulement 14IInternet 9, 13, 20, 21,33, 34, 38, 47JJeune(s) 2Journaliste 18, 19, 21,26, 28, 32, 33, 40, 59Juridique 19, 35, 59KKompass 37LLettre de présentation 29MMailing 38, 39Mairies 13, 46, 62, 63Mécénat 12, 15, 18, 21, 22,38, 39, 43, 46, 49, 64OOrganismes public 2271


INDEX THÉMATIQUE (suite)PParrainage 9, 11, 12, 14, 18, 21Partenaire 11, 15, 19, 20,21, 22, 23, 25, 26, 28, 29,31, 34, 37, 39, 40, 41, 42Plan de financement10, 13, 28, 32Prix 10, 11, 12, 13, 32, 34, 39, 47RRecettes 10, 14, 32, 34, 42Relance 37, 39, 40Rendez-vous 16, 22, 24,28, 32, 38, 40, 41SSalons 16, 31, 39, 40, 63Synthèse 9, 28, 30TThèmes porteurs 23, 2572


L’institut national de la Jeunesse etde l’Éducation populaire, c’est...aUn centre de formation et de recherche.aUn établissement public du ministère de la Jeunesse desSports et de la Vie associative (MJSVA), situé au cœur duParc du Val-Flory, à Marly-le-Roi.aUn centre d’hébergement pour les professionnels du secteur jeunesse(élus locaux, animateurs, fonctionnaires, cadres associatifs...).aUn pôle d’activités européennes et internationales pour la jeunesse.aUn éditeur de publications sur la jeunesse et l’éducation populaire.aUn centre de développement des nouvelles technologies de l’information et de lacommunication (NTIC) pour les jeunes et les associations.Les «mémoguides du porteur de projet», une collection destinée aux jeunes et aux professionnelsde jeunesse... téléchargeable gratuitement sur le site de l’Injep : www.injep.frInstitut national de la Jeunesse et de l’Éducation populaire (Injep).11, rue Paul Leplat - 78 160. Marly-Le-Roi. Tél. : 01 39 17 27 27.L’Injep, un partenaire privilégié sur les questions deeunesse et d’éducation populaire.


» Trouver des partenaires pour son projet« Que leur apport soit financier, matériel, ou sous forme de conseils, peu de projets sontmenés à terme sans le soutien de partenaires. Condition sine qua non de tout bon démarchage: prendre le temps de se poser deux bonnes questions et (d’y répondre). Quels sont lesbesoins ? Et pour quelles raisons des partenaires aideraient-ils à construire ce projet ?En effet, la recherche des partenaires doit être envisagée moins comme un appel à lagénérosité que comme un échange de services sur le mode gagnant-gagnant. Une démarche,souvent mal vécue, car mal comprise par les porteurs de projets, mais qui s’avère au final trèsformatrice. Outre les retombées financières et matérielles attendues, le porteur de projetqui trouvent des partenaires, va se constituer un réseau, accroître sa capacité d’écoute etde conviction, apprendre ce qu’il y a de salutaire dans la remise en question. Autant debénéfices qu’il ne mesurera pas forcément à l’aune de son projet, mais qui lui seront précieuxdans l’avenir. »Melina Gaszi est journaliste.Les mémoguides du porteur de projet constituentune collection de plusieurs ouvrages pratiques,téléchargeables gratuitement dont l’objectif est d’aiderles jeunes dans la réalisation de leurs projets. Un partipris méthodologique, des textes clairs et accessibles,des iconographies pertinentes, des témoignages,des trucs, des astuces… Les mémoguides du porteurde projet, c’est surtout une gamme de réponses auxinnombrables questions que se posent les jeunes quine savent pas encore traduire leurs envies en actes.Les mémoguides du porteur de projet, du concretpour passer de l’idée au projet.Dans la même collection :■ Bien communiquer sur son projet,■ Gérer le budget de son projet,■ Créer et réussirson projet associatif,■ Monter et réussirson projet musical.ROJETInstitut national de la Jeunesse et de l’Éducation populaire.Les Memoguides du porteur de projetÉtablissement public du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative.11, rue Paul Leplat | 78 160 Marly-le-Roi.Tél : (33) 1 39 17 27 27 | Fax : (33) 1 39 17 27 90 | www.injep.fr

More magazines by this user
Similar magazines