Août 2003 - Héma-Québec

hema.quebec.qc.ca
  • No tags were found...

Août 2003 - Héma-Québec

BULLETIN D’INFORMATION DESTINÉ AUX PARTENAIRES, BÉNÉVOLES ET DONNEURS D’HÉMA-QUÉBEC Vol. 6 N o 1 – Août 2003UN MOT DE LA DIRECTRICE GÉNÉRALEVous aurez sans doute remarqué la nouvelle facturede ce bulletin produit à votre intention. Nous avonspensé que le cinquième anniversaire d’Héma-Québecconstituait une belle occasion de rajeunirl’image de cet outil de communication.Eh oui, cinq ans déjà qu’Héma-Québec adébuté ses activités. Le 28 septembre 1998n’est pas si lointain et, pourtant ils’en est passé des choses au cours deces années. Je ne saurais (ni n’oserais)identifier un événement plus marquantou une réalisation plus importanteque les autres. Mais il est clair quetoutes les nouvelles mesures que nousavons mises en place pour assurer lasécurité de l’approvisionnement en sang ont étéextrêmement significatives tant pour l’entrepriseque pour les donneurs et les receveurs. La dernièreen date est le test de dépistage du virus du Niloccidental dont nous traitons dans le présentbulletin.Si nous avons toutes les raisons d’être fiersdu chemin parcouru, nous savons que la routeest encore plus longue devant nous. Aujourd’hui,je veux souligner de façon particulière le travaileffectué par le personnel d’Héma-Québec, ces quelque1 300 employés dévoués. Ensemble, nous avonsfranchi les étapes de démarraged’une jeune entreprise. Nous y avonsmis notre professionnalisme, notrerigueur, notre enthousiasme. Nousavons développé notre savoir-faireen bénéficiant de nos expertisesrespectives et conjointes. Aussi,nous avons aplani les difficultés etsurmonté les problèmes. C’était undéfi, et ce l’est toujours.Notre engagement est celui d’unegrande équipe pour une grandemission. Chaque jour, nous savons que les donneurset les receveurs comptent sur nous. Leur confianceainsi que celle de nos décideurs, de nos partenaireset de nos bénévoles nous sont nécessaires pourpoursuivre notre travail. Et cet anniversaire est uneoccasion donnée pour remercier du fond du cœurtous ceux et celles qui nous accompagnent danscette belle et grande aventure.Dr Francine DécaryUne première à surveiller à compter du 8 septembre prochain...La nouvelle campagne de sensibilisation au don de sang d’Héma-Québec mettra en vedette des donneurs et des receveurs. Il s’agit d’unepremière puisque les campagnes précédentes étaient centrées sur les receveurs. Coïncidant avec le cinquième anniversaire d’Héma-Québec,cette campagne maintiendra l’idée des témoignages authentiques et touchants qui contribueront à sensibiliser la population au don desang, au don de vie.Cette campagne de sensibilisation sera présente à la télévision et à la radio ainsi que sur des panneaux publicitaires un peu partout à traversla province. Elle vise à inciter les donneurs potentiels à faire un premier don et à augmenter la fréquence de don des donneurs actifs.C’est à ne pas manquer !


UNE FEMME DE MÉRITE !Générosité, dynamisme, gentillesse… Voilà les mots quiviennent à l’esprit en pensant à M me Croteau-Quenneville.Bénévole de longue date du réseau des collectes mobiles,elle effectue un nombre impressionnant d’appels autélérecrutement (environ 35 000 appels en 2002, soit prèsde 4 % de tous les appels annuels).Femme travaillante qui n’a pas peur d’en faire toujours plus,M me Croteau-Quenneville œuvre aussi sur les sites decollecte où tous apprécient son dynamisme et sa charmantepersonnalité. Selon les besoins du moment, elle agit à titre dechef de groupe lors des collectes mobiles en dirigeant unevingtaine de bénévoles. Infatigable, elle donne également sontemps au centre des donneurs de sang Globule du boulevardCôte-Vertu à Ville Saint-Laurent et n’hésite pas à demander dutravail supplémentaire pour « meubler les temps morts ».S’investissant sans compter dans lebénévolat, cette dame âgée de78 ans est un exemple exceptionnelde dévouement. Héma-Québec tient à rendre hommage à lagrande générosité de M me Croteau-Quenneville.LE BÉNÉVOLATCHEZ HÉMA-QUÉBECLe bénévolat représente une valeur inestimablepour la société. Chaque jour, des milliers defemmes et d’hommes aident leurs semblableset, par leur contribution, améliorent leur qualitéde vie. À elle seule, Héma-Québec bénéficie del’aide généreuse de plus de 25 000 bénévoles(organisateurs, bénévoles sur les collectes et autélérecrutement), soit plus d'un million d'heuresdédiées au don de sang chaque année.À ce nombre déjà impressionnant, on ajouteprès de 300 000 personnes qui donnentbénévolement leur sang.M me Doris Croteau-Quenneville, bénévole émérite d’Héma-Québecet récipiendaire du prix Hommage bénévolat-Québec 2003 dans lacatégorie Bénévole en action.INFO-COLLECTEPour connaître les collectes pour la région de Montréalet l’Ouest du Québec(514) 832-0873 ou 1 800 343-SANGPour connaître les collectes pour la région de Québecet l’Est du Québec(418) 650-7230 ou 1 800 761-6610Service à la clientèle (information aux donneurs)1 800 847-2525Les collectes et leurs résultats paraissent également surnotre site Internet : www.hema-quebec.qc.caSi le bénévolat vous intéresse, vous pouveztéléphoner au 1 888 666-HEMA, poste 133.COMPATIBILITÉ SANGUINESi vous êtes un donneuret que votre groupesanguin est de type Onégatif, vous êtes undonneur universel. Tousles groupes sanguinspeuvent recevoir votresang. Toutefois, en tantque receveur, vous nepouvez recevoir quedu sang de type Onégatif. Généralement,les patients reçoiventdu sang des donneursde leur groupe sanguin.2Vol. 6 N o 1 – Août 2003


BANQUE PUBLIQUE DE SANG DE CORDONSAUVER UNE VIE… EN DONNANT LA VIE !Depuis le début de l’année 2003,Héma-Québec travaille en partenariatavec l’hôpital Sainte-Justine etl’hôpital St. Mary au développementd’un programme québécois de banquepublique de sang de cordon.La Banque publique de sang de cordon permettra d’améliorerles traitements offerts aux personnes souffrant d’un mauvaisfonctionnement des cellules responsables de la fabrication descellules sanguines : globules rouges, globules blancs et plaquettes.Cette situation peut entraîner certaines maladies telles quela leucémie (cancer du sang), l’anémie falciforme, l’aplasiemédullaire (absence de fonction de la moelle osseuse) et autresmaladies.Le sang de cordon sera prélevé à l’hôpital Sainte-Justine et àl’hôpital St. Mary sur autorisation des mères qui y accouchent. Àtitre de gestionnaire de la Banque publique de sang de cordon,le rôle d’Héma-Québec sera de s’assurer de la qualité du sangprélevé en effectuant des analyses sanguines et des typagestissulaires. Héma-Québec sera également responsable de lacongélation et de la conservation des dons de sang de cordonqui répondront aux critères de sélection. Parallèlement,elle maintiendra des liens de collaboration et d’échanged’informations avec les intervenants des centres hospitaliersquébécois et canadiens ainsi qu’avec les registresinternationaux, de manière à ce que chacun puisse bénéficier del’autre et que la sécurité de l’approvisionnement soit assurée.Pour en savoir plusN’hésitez pas à communiquer avecM me Linda Peltier, chef de projet dudéveloppement de la Banque publiquede sang de cordon à Héma-Québec,en téléphonant au 1 888 666-HEMA,poste 336, ou en écrivant àsangdecordon@hema-quebec.qc.caUne fiche technique ainsi qu’uneproduction vidéo sur le sang decordon et son mode de prélèvementsont disponibles sur le site Internetd’Héma-Québec à l’adresse suivante :www.hema-quebec.qc.caPériode d’essaiUne période d’essai, visant à vérifier laprocédure de conservation des dons desang de cordon et à choisir les appareils etéquipements appropriés, débutera enseptembre 2003 pour une duréeapproximative de six mois. Au cours decette période, Héma-Québec et sespartenaires comptent recruter de 1 500 à2 000 participantes âgées de 18 ans et plusplanifiant accoucher à l’hôpital Sainte-Justineou au centre hospitalier de St. Mary. Aucunepoche de sang de cordon prélevée aucours de cette phase ne sera conservée.Cette phase d’essai permettra d’assurer laqualité du sang de cordon lorsque la banquepublique commencera ses activités auprintemps 2004. Héma-Québec travailleégalement à obtenir l’accréditation de laFoundation for the Accreditation of CellularTherapy (FACT). Celle-ci garantira la sécuritéet la qualité du sang de cordon et permettrades échanges au niveau international.La greffe de sang de cordon est une optionthérapeutique novatrice et avantageuse,particulièrement pour les jeunes patientspour qui un donneur de moelle osseuse nepeut être identifié. De plus, les propriétésbiologiques du sang de cordon devraientpermettre de réaliser plus de greffes nonapparentées, et ce, en raison de l’immaturitéde ses cellules qui requièrent un degrémoindre de compatibilité entre ledonneur et le receveur. Il existe40 banques publiques de sangde cordon dans le monde et àce jour, près de 3 000 greffesde sang de cordon ont étéréalisées chez des enfants.Vol. 6 N o 1 – Août 20033


LE GÉNIEDU DON DE PLASMAMichel Thérien est le plus grand donneur de plasma auQuébec. Sa carrière de donneur a débuté alors qu’il était âgéde 18 ans. « J’ai fait mon premier don de sang en 1966, aucentre des donneurs de sang à Québec parce qu’il y avait unbesoin criant de plasma. Les photographies de grandsdonneurs sur les murs du centre m’ont alors inspiré », racontecet ingénieur du ministère de l’Environnement.Père d’un garçon de 20 ans, monsieur Thérien marchequotidiennement 5 à 10 kilomètres et surveille son alimentation,évitant les matières grasses. Il considère que le don de sangest un devoir. « Quand je donne, je pense surtout aux jeunesenfants malades qui ont besoin de composants sanguins, telsdes plaquettes, du plasma et des greffes de moelle osseuse »,relate-t-il. Comment se sent-il après avoir donné 715 fois ?« On attend le suivant ! », s’empresse de répondre M. Thérienqui donne son plasma 50 fois par année.Son engagement a d’ailleurs été récompensé. L’an dernier, laFédération internationale des organisations de donneurs desang lui a décerné l’Ordre du mérite international du sang pourl’ensemble de sa carrière de donneur. Un hommage plus quemérité !Pour en savoir plus sur le don de plasma, composez le1 800 267-9711, poste 232.CULTIVER L’IDÉEDU DON DE SANGLa première fois restera à jamais gravée dans la mémoire demadame Lauriette Houle-Gaumont. Il y a presque quaranteans, une collègue de travail lui propose d’aller à la collecte desang chez Eaton pendant son heure de dîner. C’est là qu’ellefait son premier don de sang.Passionnée du jardinage, cette grande donneuse a semé l’idéedu don de sang dans son entourage tout en parsemantsa bonne humeur lors de ses nombreuses participations auxcollectes mobiles de Saint-Sauveur, de Saint-Lin et du ClubOptimiste de Sainte-Sophie. Pendant des années, tous lesmercredis, M me Houle-Gaumont, résidente de Saint-Calixte,s’est rendue assidûment au centre des donneurs de Montréalafin d’y faire son don de vie. Sa volonté de donner ce liquide siprécieux lui vient de son père qui fut donneur une vingtained’années jusqu’à son 65 e anniversaire. Et puis, sous l’impulsionde M me Houle-Gaumont, son cousin, sa nièce et le fils de cettedernière sont aussi devenus des donneurs de sang.La grande carrière de M me Lauriette Houle-Gaumont a pris fin enjuin dernier, après avoir accumulé 544 dons, dont 225 deplasma. « Ça m’a fait de la peine de constater que c’était mondernier don », déclare cette femme en pleine forme, maintenantâgée de 72 ans. Elle nous confie que son mari avait peur desaiguilles et lui disait qu’elle allait se vider de son sang. « Donnerdu sang, c’est très bon pour la santé. Et, ça peut égalementaider les autres à se sentir mieux », renchérit-elle avec le sourire.Chapeau à un tel dévouement !Michel ThérienLauriette Houle-Gaumont4Vol. 6 N o 1 – Août 2003


L’ENSEIGNEMENTDU DON DE VIEMonsieur Richard Fournier, 54 ans, se souviendra toute sa viede son premier don de sang. C’était à la collecte extérieuredu Parc Lafontaine en 1967. Quelque 307 dons plus tard,M. Fournier considère « qu’on se doit d’être à la recherched’un certain humanisme. Puisque le sang est une ressourceirremplaçable, il faut agir ! »M. Fournier est professeur de géographie au Collège Maisonneuvedepuis une trentaine d’années. Entre ses nombreux dons deplaquettes, il enseigne l’importance du don de sang à ses étudiants.« Il faut que quelqu’un prenne la relève et les jeunes sont sensiblesaux messages des receveurs de transfusions sanguines », affirmece grand donneur qui est également responsable de la collecte desang du Collège Maisonneuve depuis 10 ans.Présente lors de l’entretien, la conjointe de notre donneurexemplaire – également amateur de vin rouge – nous raconteque son altruisme l’a charmée dès leur première rencontre. « Ças’est passé sur les lieux d’un organisme auquel il accordebeaucoup de son temps. Richard est engagé socialement. Il estun modèle pour son entourage », ajoute-t-elle.Soulignant sa complicité avec les employés de collectesd’Héma-Québec, il témoigne qu’ils font un travail exceptionnel.« Le don de sang est agréable grâce à eux. » Richard Fourniera le sentiment de participer à quelque chose de grand et il enéprouve beaucoup de satisfaction. Il ajoute à la blague que çaprend un fond de vampire ! Un exemple à suivre !Richard FournierSUR LA ROUTEDES DONNEURSDepuis le 2 juin et jusqu’au 7 septembreprochain, Héma-Québec a entrepris de sillonnertoutes les régions du Québec afin de permettre àla population de « Faire une halte pour la vie »sur la route des vacances.En effet, pendant ces 14 semaines, Héma-Québec compteaccueillir pas moins de 91 000 donneurs lors des quelque500 collectes. Pour ce faire, Héma-Québec sera sur la routeallant à la rencontre des donneurs là où ils se trouvent durant lasaison estivale.Au cours des sept premières semaines, Héma-Québec aaccueilli, avec l’aide des partenaires du milieu, quelque42 000 donneurs de sang lors des 280 collectes organiséesdans la province. Jusqu’au 7 septembre prochain, soit d’ici la finde la campagne d’été, plus de 7 000 donneurs de sang sontattendus chaque semaine.L’objectif de cette démarche demeure celui de répondre auxbesoins en composants sanguins de la population québécoise.Donner du sang, c’est donner la vie. Rappelons qu’un seul don desang peut, en 60 minutes, contribuer à sauver jusqu’à quatre vies !LE PROGRAMME RH NÉGATIFRÉCOMPENSÉÀ l’occasion de la 13 e édition du concours Flèche d’or,Héma-Québec a remporté les grands honneurs dans la catégorieorganisme sans but lucratif pour la campagne de marketingdirect, conceptualisée par l’agence Olive communication, Êtrenégatif, c’est positif. Remis par l’Association du marketing directet de la relation clientèle (AMDRC), le prix Flèche d’or soulignel’excellence dans les domaines du marketing direct, des centresde contact clientèle et du marketing interactif.Lancée en septembre 2002, cette campagne de fidélisation etde réactivation des donneurs de type Rh négatif vise àaugmenter la fréquence de don chez ce type particulier dedonneur. La stratégie déployée jumelle la sensibilisation àl’offre d’une opportunité de don.Jusqu’à présent, cette vaste opération de marketing a obtenudes résultats probants. En fait, plus de 22 % des donneurssollicités ont adhéré au programme Rh négatif en s’engageantà faire un don de plus au cours de l’année et un peu plus d’undonneur inactif sur dix est redevenu actif.Vol. 6 N o 1 – Août 20035


LE VIRUS DU NIL OCCIDENTALMESURES MISES EN PLACE PAR HÉMA-QUÉBECTous les dons de sang prélevés par Héma-Québec sont maintenanttestés pour détecter le virus du Nil occidental (VNO).C’est notamment grâce aux efforts du groupe deRecherche et de développement qu’un test maisona été mis au point afin de détecter le VNO dans lesang des donneurs. Ce test PCR a été utilisé, àcompter du 16 juin, sur tous les dons de sangprélevés dans la région de Québec et de l’Est duQuébec et à compter du 18 juin 2003, pour ce quiest de Montréal et de l’Ouest du Québec. Puis, le25 juin dernier, Héma-Québec a implanté un testcommercial développé par la compagnie Roche Diagnostics.Ce test s’ajoute à la gamme de tests de dépistage de hauteprécision mis en place par Héma-Québec afin d’assurer unapprovisionnement sanguin sécuritaire au Québec.Outre ce test, Héma-Québec a mis en œuvre d’autres mesurespour assurer la sécurité de la réserve de sang. Au début del’été, 55 % des collectes de sang se sont effectuées à l’extérieurdes zones où les cas humains de VNO avaient été identifiésl’été dernier, même si l’utilisation de larvicides, dans leszones plus à risque, permettait de croire à uneréduction significative du nombre de moustiques etdonc du risque de transmission du VNO. De plus,du mois de janvier au mois de juin 2003,Héma-Québec a accumulé dans son inventairedes produits de plasma congelés qui peuvent êtreutilisés sans danger, puisqu’ils ont été prélevés aumoment où il n’y avait pas de circulation du virus chezles humains.À l’instar des autres fournisseurs de sang d’Amériquedu Nord, Héma-Québec a aussi introduit une questionsupplémentaire qui est posée par l’infirmière à tous lesdonneurs de sang pour savoir si, au cours des sept derniersjours, ils ont eu de la fièvre accompagnée de maux de tête.Héma-Québec a créé une ligne téléphonique spéciale, le1 877 VNO-HÉMA (1 877 866-4362), pour les personness’interrogeant sur l’incidence du VNO sur le sang.VIVRE UNE EXPÉRIENCE SATISFAISANTEDANS UN MEILLEUR ENVIRONNEMENTDans le cadre de ses projets prioritaires, Héma-Québec a missur pied un vaste programme intitulé Expérience positive dudon de sang (EPDS). L’objectif de l’EPDS est d’améliorer leconditionnement et les perceptions des donneurs de sang,des partenaires et des employés afin que tous vivent uneexpérience satisfaisante dans un meilleur environnement. Parune refonte complète du processus menant aux collectes desang, Héma-Québec souhaite fidéliser les donneurs etaugmenter la fréquence des dons.C’est donc au cœur même des activités, lors de l’une oul’autre des 2 500 collectes de sang organisées annuellement,qu’on verra d’ici la fin de l’année 2003-2004, les résultats delongs mois de travail. Plus qu’un simple remodelage, c’est unremaniement en profondeur qui s’en vient ! Soulignons que cegrand déploiement coïncidera avec le cinquième anniversairede la création d’Héma-Québec.Par une série d’actions dont la modernisation des installations etdu mobilier, par la mise en valeur des points de service et parl’amélioration du processus du donde sang, l’EPDS entend donner denouvelles ailes à l’élément centraldes activités d’Héma-Québec : leservice à la clientèle. Ainsi, le donde sang deviendra une expérienceencore plus positive pour tousceux et celles qui y jouent un rôle. En plus d’avoir le privilège desauver des vies, les donneurs bénéficieront dorénavant d’unenvironnement et d’un service des plus adaptés à leurs besoins.Soulignons enfin que ce grand projet a permis à monsieurJacques Blais, directeur Marketing et développement, deremporter les grands honneurs lors de la 12 e édition du galaPersonnalité marketing 2003 qui a eu lieu le 29 avril dernier. Eneffet, il s’est mérité le prix Stratège dans la catégorieMarketing des entreprises culturelles ou sans but lucratif pourl’excellence de son travail et celui de son équipe dans leprojet EPDS. Il a également été couronné Personnalitémarketing 2003.6 Vol. 6 N o 1 – Août 2003


HÉMA-QUÉBEC RAPATRIELA GESTION DESPRODUITS STABLESLe 1 er avril dernier, Héma-Québec implantait officiellement lesystème d’information des produits stables (SIPS), un de sesprojets prioritaires, lui permettant de s’approvisionner enproduits stables directement auprès des fournisseurs.Auparavant gérés par la Société canadienne du sang,l’approvisionnement en produits stables et le système degestion qui en découle sont maintenant complètementcontrôlés par Héma-Québec.Cette importante réalisation, qui a nécessité plusieurs mois detravail et de planification, rendra les processus de gestion desproduits stables les plus efficients possible. La disponibilité deces produits pour les hôpitaux sera également améliorée.L’implantation du SIPS marque donc une étape importantedans l’atteinte de la vision d’Héma-Québec, soit d’être le chefde file en Amérique du Nord dans son domaine en 2005.AJOUT D’UN NOUVEAU TESTDE DÉTECTION DE L’HÉPATITE BDepuis le 7 avril dernier, Héma-Québec soumet tous les donsde sang allogéniques à un test de détection des anticorpsdirigés contre l’antigène du nucléoïde du virus de l’hépatite B(anti-HBc). Seuls les dons autologues n’y sont pas soumis.Utilisant la technique ELISA, ce test s’ajoute donc au test dedétection de l’antigène de surface de l’hépatite B (HBsAg).C’est sur le test de détection de l’antigène de surface(HBsAg) que reposait jusqu’à présent le dépistage del’infection par le virus de l’hépatite B (VHB) chez lesdonneurs. Cependant, dans certains cas, les personnesinfectées de façon chronique présentent un taux d’HBsAgqui se situe en-dessous du seuil de détection. Chez cespersonnes un test positif pour l’anti-HBc constitue souventle seul indice sérologique de l’infection.Héma-Québec est le premier fournisseur de produitssanguins au Canada à implanter le test de détection del’anti-HBc.QUELQUES FAITSsur les produits stablesLes produits stables peuvent être obtenus par le biais de deuxprocédés différents :• en extrayant les diverses protéines issues du fractionnementdu plasma• en utilisant des techniques de fabrication recombinantesnécessitant peu ou pas de plasmaLa famille des produits stables est composée de protéinesthérapeutiques permettant, entre autres, de traiter les personnesatteintes de désordre de la coagulation et aussi celles qui sontimmunosupprimées (déficit en production d’anticorps). Parexemple, les FVIII et les FIX sont utilisés pour le traitement deshémophiles.La famille des produits stables comprend également une vastegamme d’immunoglobulines : les IGIV, utilisées, entre autres,en neurologie, en immunologie ou dans des cas de greffe demoelle osseuse; l’immunoglobuline anti-Hépatite B, utiliséepour le traitement ou la prévention du virus de l’hépatite B.Enfin, la valeur des produits stables distribués aux hôpitauxdu Québec représentent plus de la moitié du budgetd’Héma-Québec.STATISTIQUES2002-2003Période entre le 1 er avril 2002 et le 31 mars 2003COLLECTES : 2 884DONNEURS ACCUEILLISMontréal : 197 743Québec : 103 678Total : 301 421PRÉLÈVEMENTSPoches de sang : 250 861Nouveaux donneurs : 24 002PRODUITS LIVRÉS AUX HÔPITAUXCulots globulaires : 221 659Plaquettes : 107 612Thrombaphérèse : 4 234Plasma : 39 324Plasmaphérèse : 8 200Cryoprécipité : 12 685Surnageants de cryoprécipité : 6 593Vol. 6 N o 1 – Août 20037


HÉMA-QUÉBEC SUR LE CAMPUSDE L’UNIVERSITÉ LAVALC’est le 4 juin dernier qu’a eu lieu le dévoilement de la maquette du nouveaucentre qui hébergera Héma-Québec sur le campus de l’Université Laval.Cet édifice construit par le consortium Merlin-Pomerleau aucoût de 13 935 000 $ regroupera l’ensemble des activités del’entreprise dans la région de Québec. L’Université Laval acédé, par bail emphytéotique de 30 ans, le terrain d’unesuperficie de 7 300 mètres carrés situé au Sud-ouest dupavillon Ferdinand-Vandry.Débutée en avril 2003, la construction de l’immeuble à vocationmultidisciplinaire devrait être achevée en décembre 2003. Ils’agit d’un bâtiment de trois étages d’aspect moderne danslequel l’accent sera mis sur l’utilisation de panneaux de verreet dont la circulation interne s’articulera autour d’un atrium sursa pleine hauteur, le tout d’une superficie habitable de6 200 mètres carrés. Un stationnement souterrain permettantd’accueillir quelque 50 véhicules viendra compléter l’ouvrage.InfoHéma-Québecest publié par la première direction desAffaires publiques d’Héma-Québec, sous laresponsabilité de M. André Roch, adjoint audirecteur général aux Affaires publiquesL’édifice abritera les quelque 400 employés d’Héma-Québec àQuébec, dont le groupe de Recherche et de développement quitravaille entre autres à l’élaboration de nouvelles technologieset de nouveaux produits répondant aux besoins du systèmede santé québécois; le groupe d’Histo-Québec dont lesprincipaux objectifs consistent à sensibiliser la population àl’importance du don de tissus humains; et, enfin, legroupe responsable de la transformation des produitssanguins et de ses substituts.« La présence d’Héma-Québec sur le campus accroîtranotre masse critique en recherche en biotechnologie,en plus de contribuer à la formation de nos stagiairesdans un milieu industriel fortement réglementé », aprécisé le recteur de l’Université Laval, monsieurClaude Pigeon lors de la conférence de presse. « Enoutre, Héma-Québec contribuera au soutien de notrerecherche, et sa présence sur le campus développerala notoriété de l’Université Laval chez les donneursde sang », a-t-il ajouté. Il existe déjà une étroitecollaboration entre les chercheurs d'Héma-Québec etceux du Département de biochimie et de microbiologiede l’Université Laval; six personnes à l'emploid'Héma-Québec ont d’ailleurs le statut de professeurassocié à l'Université.« Ce projet s’inscrit dans notre volonté d’assurer une présenceactive d’Héma-Québec au sein de la communauté du GrandQuébec et d’y concentrer nos activités de recherche et dedéveloppement », a souligné M. Claude Pichette, président duconseil d’administration d’Héma-Québec. « Ce lien, que nousavons voulu à long terme avec l’Université Laval, est laconcrétisation d’une synergie développée au fil des ans pardes projets de recherche qui nous passionnent mutuellement »,a-t-il conclu.Édition : Nicole Pelletier, directrice des CommunicationsRédaction : Annie Dallaire, Josette Martel, Michel ThisdelMise en page : Dominic ArmandPhotographies : Annie DallairePour nous joindre :4045, boul. Côte-Vertu, Ville Saint-Laurent (Québec) H4R 2W7Téléphone : (514) 832-5000 • Télécopieur : (514) 832-1025Ligne téléphonique interactive : 1 888 666-HEMAinfo@hema-quebec.qc.ca • www.hema-quebec.qc.caTirage : 160 000 exemplairesPublication available in English, upon request.Les articles peuvent être reproduits avec indication de la source.Dépôt légal, Bibliothèque nationale du Québec, 20038 Vol. 6 N o 1 – Août 2003

More magazines by this user
Similar magazines