nouvelle science nouvel espoir - International Partnership For ...

ipmglobal.org

nouvelle science nouvel espoir - International Partnership For ...

INTERNATIONALPARTNERSHIP FORMICROBICIDESLES MICROBICIDES :NOUVELLE SCIENCENOUVEL ESPOIRRAPPORT ANNUEL 2009


Geoff Oliver BugbeeTechniciens delaboratoire auProjet Ubuzima, uncentre de recherchepartenaire de l’IPM àKigali, Rwanda.Des travaux sont en cours pour identifier les médicamentsantirétroviraux ou les combinaisons de médicaments lesplus prometteurs qui conviendraient à un usage en tantque microbicides. Les microbicides à base d’antirétrovirauxagiraient de différentes manières, soit en empêchant le VIH dese fixer sur une cellule humaine saine ou d’y pénétrer, soit enempêchant le virus de se répliquer une fois à l’intérieur d’unecellule. Il y a beaucoup d’espoir que les microbicides à based’ARV suivent le précédent établi par d’autres technologies deprévention qui ont été adaptées à partir de traitements pourd’autres maladies comme le paludisme et la pneumonie.Les microbicides se présenteraient sous différentesformulations dans le but de donner aux femmes plus dechoix et de confort. La formulation de microbicides la pluscouramment testée lors des essais de la première génération,était une forme de gels devant être appliqués peu de tempsavant tout rapport sexuel. Des formulations plus récentes,actuellement en cours de développement sur le terrain,sont des gels, des pellicules et des comprimés vaginaux àusage quotidien unique, ainsi que des anneaux vaginaux quioffriraient une protection contre le VIH jusqu’à un mois.Toutes ces formulations pourraient potentiellement êtreutilisées indépendamment de l’activité sexuelle, offrant plus deconfort et de protection durant les rapports sexuels prévus ouimprévus. Travaillant en partenariat avec d’autres chercheurs,l’IPM est le chef de file de cette technologie de pointe dans larecherche de microbicide.À compter de décembre 2009, l’IPM a étudié septmédicaments antirétroviraux pour utilisation en tant quemicrobicides et a intensifié ses efforts pour la Phase IIId’évaluation qui débutera en 2011.Les microbicides : nouvelle science, nouvel espoir | 3arrière-plan : IStockphoto/FrankvandenBerghMère et BÉBÉ : Geoff Oliver Bugbee


Le modèle PDP dans la promotion de la santémondiale : un partenariat pour la réussiteL’IPM fait partie d’un groupe d’entreprises à but non lucratiffournissant un modèle nouveau et important visant à faire progresserle domaine de la santé mondiale. Connues sous l’appellation departenariats pour le développement de produits, ou PDP, cesorganisations gèrent les ressources et les partenariats entre lessecteurs publics, privés et philanthropiques, afin de promouvoir ledéveloppement de nouveauxoutils sanitaires et faire avancerles objectifs de développementmondial et la promesse de sauverdes millions de vies.Les PDP, tout comme l’IPM, visentà allier le modèle commercialdu secteur privé à l’engagementdu secteur public en matièred’amélioration de la santépublique au niveau mondial.Un ingénieur principal des procédés Les PDP sont flexibles et efficacesactionne la presse d’anneauxet peuvent concentrer leursvaginaux à l’usine de fabricationressources sur un objectif uniquede produits pour essais cliniquesde santé publique. L’IPM travaille(CTM) de l’IPM en Pennsylvanie, auxEtats-Unis.avec tout un réseau d’autres PDPpour assurer un soutien à cetteapproche novatrice, qui peut mobiliser de façon unique le savoir-fairescientifique et améliorer la santé dans les pays en développement.Depuis 2004, l’IPM a obtenu de la part de sociétés pharmaceutiques,six contrats de licences non exclusives exemptes de redevances pourdévelopper, fabriquer et distribuer dans les pays en développement,huit produits antirétroviraux sous forme de microbicides. Ces licencesexemptes de redevances garantissent que tout nouveau produit serale plus abordable dans les régions où le besoin de tels outils est le pluspressant. Ces contrats servent de modèle de partenariat public-privépour la promotion de solutions de santé au niveau mondial.Andrew Loxley2009 : une année de progrèsEn 2009, l’IPM s’est concentrée sur la construction decapacités pour faire progresser son objectif de développementde microbicides sûrs et efficaces à base d’antirétroviraux dansla prévention du VIH.L’IPM a démarré quatre essais cliniques pour évaluer lesgels et les anneaux vaginaux à la dapivirine en Afrique, enEurope et aux États-Unis, incluant ses plus importantesétudes d’innocuité à ce jour. L’IPM a également poursuivison travail d’évaluation des préférence de produits auprès desfemmes et de leurs partenaires par le démarrage de sa secondeétude de marché sur les pellicules, les comprimés et les gélulesen Afrique de l’Ouest, de l’Est et australe. Par ses travauxcontinus sur des études d’incidence du VIH dans plusieurscommunautés africaines en 2009, l’IPM identifie actuellementles milieux les plus appropriés pour les essais d’efficacité, touten développant les arguments pour une lutte pressante contrel’épidémie de VIH/Sida parmi les femmes.Grâce à l’investissement substantiel dans le développementde nouveaux sites de centres de recherche en 2009, l’IPMcollabore désormais avec plus de 20 centres de recherchepartenaires en Afrique, en Europe et aux États-Unis.Tout comme beaucoup d’organisations, l’IPM a été affectéepar la récession économique mondiale. En 2009, l’IPM a prisdes mesures afin de rationaliser et hiérarchiser son pipeline deproduits microbicides pour se concentrer sur la réalisation d’unlancement opportun de la Phase III de son programme en 2011.L’IPM cultive soigneusement ses ressources, en améliorantl’efficacité opérationnelle et en cherchant à accroître sa basede donateurs. En tant que PDP (voir encadré à gauche), l’IPMœuvre en permanence pour assurer que les ressources soientdisponibles pour concrétiser les promesses des nouvellesavancées scientifiques destinées à accroître l’espoir des femmesen un avenir sain.Composés octroyés sous licence à l’IPMComposé Licence MécanismeDapivirineTibotec/Johnson & JohnsonTranscription inverse : empêche le virus de répliquer son matériel génétique à l’intérieur des celluleshumainesL167, L872, L882 Merck Fixation cellulaire : empêche le virus de se fixer aux cellules humainesBMS793 BMS Fixation cellulaire : empêche le virus de se fixer aux cellules humainesTénofovir (IPM & CONRAD) GileadTranscription inverse : empêche le virus de répliquer son matériel génétique à l’intérieur des celluleshumainesMaraviroc Pfizer Fixation cellulaire : empêche le virus de se fixer aux cellules humainesPéptide L’644 Merck Fusion cellulaire : empêche le virus de pénétrer dans les cellules humaines4 | Rapport annuel 2009 de l’IPM


Andrew LoxleyPortefeuille de produitsTechnologie nouvelle : l’anneau microbicideL’IPM est leader dans le domaine de la recherche des nouvellesformulations conçues pour donner davantage de choix aux femmeset pour améliorer l’efficacité des microbicides dans le monde réel, ycompris les travaux sur les anneaux vaginaux microbicides. À ce jour,la technologie des anneaux a été utilisée avec succès uniquement dansl’administration des contraceptifs et des traitements hormonaux enEurope et aux États-Unis. L’IPM développe actuellement une nouvelletechnologie d’anneau qui diffusera des médicaments destinés àprévenir l’infection par le VIH chez les femmes et aidera à sauver desvies dans le monde en développement.AvantagesLes anneaux vaginaux ont un certain nombre d’avantages potentiels :ils ne seraient remplacés qu’une fois par mois ou moins fréquemmentet ils sont d’utilisation aisée. Les données préliminaires de l’étuded’innocuité et d’acceptabilité de l’anneau vaginal placebo de l’IPM,révèlent que les anneaux semblent être d’utilisation sûre et acceptablepour les femmes en Afrique. Les anneaux renferment la promessed’une plus grande polyvalence au niveau du dosage, y compris lapossibilité d’offrir des combinaisons de médicaments antirétrovirauxou de formuler un médicament ARV avec un contraceptif.Le premier au stade d’essaisL’IPM est actuellement la seule organisation ayant fait progressé lesanneaux à microbicide au niveau de l’évaluation clinique: quatre essaiscliniques destinés à évaluer l’innocuité, la pharmacocinétique (PK)et la faisabilité des anneaux vaginaux à la dapivirine sont terminés.Deux essais supplémentaires d’innocuité sont en cours avec un essaid’efficacité initial en phase de planification.Avantage pour la contraceptionL’IPM collabore également avec le Population Council dans ledéveloppement d’un prototype d’anneau vaginal, combinant ladapivirine et l’hormone levonorgestrel, susceptible de procurer à lafois une prévention contre le VIH et les propriétés contraceptives en unmême produit.Produits à base de dapivirine : En 2009, la dapivirine, lemédicament candidat de l’IPM le plus avancé cliniquement, apoursuivi sa progression à travers le pipeline et elle sera testéedans les essais de Phase III en 2011. En tant qu’inhibiteurnon nucléosidique de la transcriptase inverse ou INNTI, ladapivirine fonctionne en empêchant le VIH de répliquer sonmatériel génétique après pénétration du virus au cœur d’unecellule saine.L’IPM a étudié la dapivirine au cours de huit essais cliniquesd’innocuité et de pharmacocinétique (PK), conçus pour mesurerles concentrations vaginales et systémiques du composé dansl’organisme. Tibotec Pharmaceuticals, une filiale de Johnson& Johnson, ayant concédé le produit à l’IPM sous licence, avaitmené auparavant 11 essais d’innocuité et de PK de formulationsorales de dapivirine, ainsi qu’un essai de gel.Tous ces essais suggèrent un profil d’innocuité et de tolérancefavorable, offrant la base pour des essais d’efficacité qui testerontsi un produit microbicide contenant de la dapivirine est efficacedans la prévention du VIH. L’IPM suit les produits à base dedapivirine dans deux formulations, un anneau vaginal mensuel àaction prolongée, actuellement son produit phare, ainsi qu’un gelà application quotidienne unique.Produits à base de maraviroc : Le maraviroc, concédé à l’IPMsous licence par Pfizer, est un traitement antirétroviral approuvépar la FDA contre le VIH/Sida. Connu comme un bloqueurCCR5, le maraviroc fonctionne en bloquant une protéine à lasurface des cellules humaines qui est utilisée par le VIH pour sefixer sur la cellule et y pénétrer. Le développement d’un produità base de maraviroc, à la fois comme produit autonome etcombiné, est une priorité élevée de l’IPM. L’IPM a poursuivi sestravaux sur le maraviroc en 2009 et prévoit de lancer les étudesd’innocuité de Phase I fin 2010.Fabrication degel vaginal àl’usine CTM del’IPM.6 | Rapport annuel 2009 de l’IPMAndrew Loxley


Autres produits : En 2009, l’IPM a également travaillé surle BMS 793, un inhibiteur d’entrée concédé sous licence deBristol-Myers Squibb. Ce médicament interrompt l’infectionpar le VIH en se liant à une protéine appelée gp120, à lasurface du virus, ce qui l’empêche d’adhérer à la cellule hôtesaine. Les résultats d’études précliniques de l’IPM menéesen 2009, ont suggéré que le BMS 793 était sûr dans laformulation testée.De plus, en 2009, des travaux se sont poursuivis sur le peptideL’644, un inhibiteur de fusion concédé sous licence de Mercket qui agit en se liant à une glycoprotéine, appelée gp41, à lasurface du virus. Ceci empêche le VIH de fusionner avec lacellule saine. L’IPM a réalisé plusieurs évaluations précliniques,y compris des études virologiques en laboratoire menées auprèsde l’université St. George’s de Londres.Produits combinés : Conformément aux progrès réalisés auniveau des régimes de traitement du VIH/Sida qui combinentdésormais des antirétroviraux de différentes classes, les expertsanticipent que les microbicides basés sur une combinaisond’ARV ciblant le VIH en différents points de son cycle devie, sont susceptibles d’en maximiser l’effet protecteur. En2009, l’IPM a mené des études précliniques destinées à évaluerl’innocuité et la pharmacocinétique d’un combiné microbicidecomposé de dapivirine et de maraviroc. Il a en outre procédé àdes investigations sur différentes formulations pour ce produit.De plus, l’organisation a mené des travaux sur la formulationde BMS 793 en tant que produit combiné et continue à évaluerde nouvelles formulations prototypes.Étendre la recherche de l’IPM avec PrEPEn 2009, après de nombreuses consultations auprès de diversintervenants, son conseil d’administration et son conseil consultatifscientifique, l’IPM a élargi son champ d’action pour inclure ledéveloppement de nouveaux produits de prévention basés sur lesantirétroviraux, appelée la prophylaxie pré-exposition ou PrEP.Tout comme les microbicides, la PrEP est une stratégie d’utilisationde médicaments antirétroviraux destinés à protéger les personnesséronégatives contre une infection par le VIH.L’IPM développe actuellement une formulation injectable à actionprolongée de TMC278 (rilpivirine), un antirétroviral très puissantappartenant à Tibotec Pharmaceuticals. Le TMC278 appartient à laclasse INNTI des antirétroviraux qui empêchent le VIH de reproduireson matériel génétique à l’intérieur des cellules humaines. Laformulation à action prolongée que tente de développer l’IPM encollaboration avec Tibotec Pharmaceuticals est connue sous le nom deTMC278 LA.Potentiel puissant : Tout comme l’administration opportune deproduits antirétroviraux aux femmes enceintes séropositives réduitle risque de transmission mère-enfant, les chercheurs pensent que laprise d’antirétroviraux en tant que PrEP pourrait de la même manièreaider à réduire le risque d’une infection par le VIH. La participation à larecherche sur une PrEP injectable à action prolongée de la prochainegénération, soutient la mission de l’IPM consistant à développer denouvelles technologies de prévention du VIH et sert de complément àses travaux sur les microbicides. Le TMC278 LA représente un nouveloutil potentiellement puissant pouvant être utilisé à la fois par lesfemmes et les hommes pour se protéger eux-mêmes contre le VIH. Lacollaboration de l’IPM avec Tibotec Pharmaceuticals sur le TMC278 LAest soutenue par une subvention de deux ans de la Fondation Bill &Melida Gates.Résultats d’études actuels : Dans des essais d’innocuitéétendus, une formulation de prise orale unique quotidienne deTMC278 pour le traitement contre le VIH s’est révélée sûre et bientolérée. De plus, deux études cruciales de Phase III, menées par TibotecPharmaceuticals pour évaluer le TMC278 comme traitement contre leVIH ont atteint leurs objectifs d’efficacité, et les résultats devraientêtre publiés cette année. Le dépôt des dossiers d’homologation pour leTMC278 sont prévus pour le 3 ème trismestre 2010.IStockphoto/Hugo VillamilLes microbicides : nouvelle science, nouvel espoir | 7


Stratégie de productionL’IPM considère la faisabilité de fabrication dès lespremiers stades du développement des produits. Unecompréhension précoce des besoins de fabricationfuturs est essentielle pour optimiser les chances dechaque candidat à un développement de produit réussi.Dans son usine de production en Pennsylvanie, auxÉtats-Unis, l’IPM a fabriqué avec succès de nombreuxlots d’anneaux et de gels vaginaux. L’usine de l’IPMpeut produire des produits pour alimenter les essaisd’innocuité et peut être configurée, en cas de besoin, envue des approvisionnements initiaux pour les essais dePhase III.Affinage de la fabrication d’anneauxEn préparation aux essais d’innocuité des anneaux à ladapivirine démarrés au cours de l’année 2009, l’IPM aévalué et affiné davantage son procédé de fabricationd’anneaux matriciels catalysés au platine. Ces affinagesréduiront la variabilité et assureront l’uniformitéchimique et physique de chaque lot d’anneauxvaginaux.Partenariat avec des fabricantsEn 2009, l’IPM a également entrepris la planification del’identification de partenaires potentiels pour l’aiderà fabriquer de plus grandes quantités de produits quiseront bientôt nécessaires pour les essais d’efficacitéde la Phase III et la commercialisation évenutelle.L’identification d’organisations partenaires candidatespour cette activité s’est achevée en 2009.Rendement et économie des ressourcesL’IPM et ses partenaires renforcent maintenantles procédés à un niveau capable de soutenir unefabrication rentable de nouveaux produits, dès leurhomologation. Ces procédés renforcés servirontégalement à fabriquer des matériaux pour les essaisde Phase III, ce qui permettra d’éviter le besoin demener des études de compatibilité post-essais. Detelles études seraient nécessaires à l’obtention d’uneautorisation pour d’autres procédés de fabrication,et dans le cas échéant, pour une production desproduits et leur distribution après homologation. Cettestratégie accélérera l’accès aux produits homologués.Du fait que la demande prévue pour un microbicideefficace est susceptible d’être supérieure à ce quipourrait être produit par un site de fabrication unique,des sites supplémentaires s’avéreront nécessaires. Ilsera tenu compte de l’expansion future des capacitésde fabrication en Afrique, en Inde et peut-être dansd’autres régions du monde, afin d’aider à maximiserla disponibilité des produits et en réduire le coût. Unélément clé de la stratégie d’accès de l’IPM, conçuepar l’IPM en 2009, consiste à identifier les partenairescapables d’assurer aux femmes qui en ont besoin,l’accès aux nouveaux produits. La sélection finale despartenaires de fabrication est prévue pour 2010.Andrew LoxleyDes employés del’IPM à l’usine CTMtransportent desfournitures à traversune pièce stérile.8 | Rapport annuel 2009 de l’IPM


Essais cliniques : renforcement du pipelineL’IPM a lancé et prévu toute une série d’essais cliniques en 2009 — y compris ses plus importants essais à ce jour. Alorsque l’IPM travaille avec ses centres de recherche partenaires pour accroître leur capacité afin de débuter le programmed’efficacité en 2011, il fait progresser son mandat de développement de produits destinés à sauver la vie de millions defemmes, et à donner aux familles l’espoir d’un avenir plus sain. La réalisation de ces essais exige l’engagement de milliersde chercheurs, d’agents de santé locaux, de communautés et de volontaires aux essais cliniques dans de multiples centresde recherche à travers l’Afrique, l’Europe et les États-Unis. Par le renforcement des capacités et des infrastructures locales, letravail de l’IPM profite également aux communautés où se tiennent les essais, en cherchant à améliorer la vie d’aujourd’huiet en travaillant à prévenir le VIH demain.Essais cliniques : aller de l’avantÀ la fin 2009, l’IPM collaborait avec plus de 20 centresde recherche en Afrique (Afrique du Sud, Kenya, Malawi,Rwanda, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe) ainsi qu’avec descentres supplémentaires en Belgique et aux États-Unis. Cespartenaires de recherche conduisent les études de l’IPM surl’incidence du VIH et les essais d’innocuité des microbicideset se préparent aux essais d’efficacité de la Phase III.Les véritables héroïnes de la lutte contre le VIH sont lesfemmes qui participent aux essais de microbicides de par lemonde. Jusqu’à la fin 2009, plus de 4 700 femmes étaientenrôlées dans les études de recherche de l’IPM, soit 565femmes dans des essais cliniques, près de 1 070 dans desétudes de marché et 3 100 dans des études d’incidence duVIH.L’IPM a lancé plusieurs nouveaux essais en 2009, à savoirtrois essais élargis d’innocuité de Phase I/II de gel vaginal àla dapivirine en Afrique et aux États-Unis, qui représententses plus importants essais à ce jour. Ces essais fournirontles données supplémentaires d’innocuité sur la dapivirine,ainsi que les données relatives aux préférences des femmesconcernant un gel à application quotidienne unique, et leuradhésion au produit.Par ailleurs, les essais évaluent la faisabilité d’utilisation d’uneconception de type « suivi quotidien d’utilisation » destiné àaider les femmes à établir une routine d’utilisation quotidiennedu gel microbicide pendant les essais cliniques. Les agentscommunautaires de terrain veillent à l’usage des produits parles participantes en collectant quotidiennement les applicateursde gel par l’intermédiaire de visites au domicile ou dans uncentre de dépôt séparé, et interrogent les femmes à propos deleur expérience avec le gel. Le plus grand soin est pris pourassurer un vaste soutien communautaire aux essais et garantirla confidentialité pour toutes les femmes participantes.IStockphoto/brittak10 | Rapport annuel 2009 de l’IPM


Études d’acceptabilité : comprendre ce queveulent les femmesL’IPM mène des études d’acceptabilité et rassemble lesinformations sur les préférences et les aversions des femmes etde leurs partenaires, concernant les différentes formulations.En vue d’identifier de façon optimale les types de produitsmicrobicides qui seront les plus utilisés dans l’avenir.Afin de mieux comprendre les préférences des femmes pourun anneau vaginal microbicide, l’IPM a poursuivi ses travauxpar un essai clinique destiné à réunir les données d’innocuitéet d’acceptabilité sur l’ anneau vaginal placebo auprès descentres de recherche en Afrique. Les résultats de l’étude serontdisponibles en 2010.En 2009, l’IPM a également lancé et conclu une étude demarché destinée à évaluer l’acceptabilité des pellicules, desgélules et des comprimés vaginaux parmi plus de 500 femmeset quelques-uns de leurs partenaires au Burkina Faso, enTanzanie et en Zambie. Les résultats seront publiés en 2010.Études d’incidence du VIH : préparation de laPhase IIIIStockphoto/guenterguniIncidence du VIH :Nombre de nouvelles infections par le VIH survenant au coursd’une période donnée.Prévalence du VIH :Nombre de personnes au sein d’une population vivant avecune infection par le VIH (infections nouvelles et existantes).IStockphoto/BartCoLe travail de base pour un programme de Phase III commencepar la réalisation d’études d’incidence qui mesurent le tauxde nouvelles infections par le VIH dans certaines régions, cequi permet de déterminer les endroits où tenir les prochainsessais d’efficacité (voir page 9). Ces études d’incidence aidentégalement les autorités nationales et locales à élaborer desstratégies leur permettant de répondre aux besoins des femmesà risque de contracter une infection.En 2009, l’IPM en était aux étapes finales de réalisation d’uneétude d’incidence du VIH dans cinq communautés d’Afriquedu Sud, à laquelle ont participé plus de 4 400 femmesvolontaires pour un test unique du VIH (étude transversale),parmi lesquelles 1 500 femmes ont choisi de s’enrôler ensuitedans une étude de suivi pour une année, comprenant des teststrimestriels du VIH (étude de cohorte). Dans certains de cesendroits, les taux de prévalence du VIH dépassaient les 40pour cent parmi les jeunes femmes âgées de 18 à 35 ans. Lespremières analyses suggèrent que l’incidence du VIH peutdépasser les 5 pour cent dans l’une des communautés étudiées.Les résultats complets sont prévus en 2010.Une étude similaire de l’IPM, auprès de travailleuses du sexeau Rwanda, a également révélé un taux élevé de nouvellesinfections, ainsi que plusieurs solides prédicteurs d’infectionpar le VIH ; les résultats seront disponibles en 2010.En 2009, l’IPM a démarré les préparatifs d’étudessupplémentaires d’incidence du VIH en Afrique du Sud, auKenya et au Zimbabwe.12 | Rapport annuel 2009 de l’IPM


Essais cliniques de l’IPM avec activité en 2009ESSAI DESCRIPTION PHASE PAYS STATUT FIN 2009IPM 024 Pharmacocinétique/faisabilité de l’anneau I Belgique Analyse des donnéesvaginal à la dapivirineIPM 011 Innocuité du l’anneau vaginal placebo s/o Afrique du Sud, TanzanieKenyaEn coursAux étapes finales de fermeture des sitesIPM 020 Innocuité du gel vaginal à la dapivirine I/II États-Unis En coursIPM 014B Innocuité du gel vaginal à la dapivirine I/II Afrique du Sud En coursIPM 014A Innocuité du gel vaginal à la dapivirine I/II Afrique du SudEn coursKenya, Malawi, Rwanda, TanzanieAux dernières étapes de la planificationIPM 015 Innocuité de l’anneau vaginal à la dapivirine I/II Afrique du Sud, Kenya, Malawi, Rwanda, Aux dernières étapes de la planificationTanzanie, ZambieIPM 013 Pharmacocinétique du gel vaginal à laI Belgique Aux dernières étapes de la planificationdapivirineIPM 007 Protocole en cas de séroconversion s/o Afrique du Sud, Kenya, Malawi, Rwanda, Aux étapes de la planificationTanzanie, ZambieIPM 010 Tolérance masculine au gel à la dapivirine I À déterminer Aux étapes précoces de la planificationIPM 009 Efficacité de l’anneau à la dapivirine III À déterminer Aux étapes précoces de la planificationÉtudes de l’IPM sur l’incidence du VIH avec activité en 2009ESSAI DESCRIPTION PHASE PAYS STATUT FIN 2009IPM 100 Transversale et de cohorte prospective s/o Afrique du Sud En cours, aux étapes finalesIPM 100.1 Transversale et de cohorte prospective s/o Afrique du Sud, Kenya, Zimbabwe Aux dernières étapes de la planificationÉtudes de marché de l’IPM avec activité en 2009ESSAI DESCRIPTION PHASE PAYS STATUT FIN 2009PAS II Étude d’acceptabilité des produits (gélules, s/o Burkina Faso, Tanzanie, Zambie Analyse des donnéespellicules et comprimés vaginaux)Renforcer les capacités, promouvoir ledéveloppementPour monter des études de recherche complexes avec succès,l’IPM investit lourdement dans l’édification de compétenceset de capacités de recherche dans les pays où il travaille. Ceciimplique la construction de nouveaux centres de recherche, ledéveloppement d’infrastructure et l’offre d’opportunités dedéveloppement professionnel ainsi qu’une étroite collaborationentre l’IPM et les centres de recherche partenaires.Le renforcement des capacités, non seulement facilite lesefforts de recherche, mais profite aussi aux femmes quiparticipent aux études de l’IPM, ainsi qu’aux communautés etaux pays qui accueillent les études.Une fois qu’un de centre de recherche partenaire est identifié,l’IPM réalise une étude complète de l’état de préparationqui comprend l’évaluation de la qualité et de l’accessibilitédes services de soutien médico-sociaux dans la communauté,et apporte une aide financière et technique pour renforcerl’infrastructure physique et les capacités en ressourceshumaines si cela s’avère nécessaire. Voici quelques exemplessupplémentaires de ces travaux :ffEn rénovant ou en construisant des centres de rechercheet en apportant un soutien et des conseils techniques, larecherche de l’IPM peut améliorer, l’infrastructure etle développement professionnel des communautés, quidureront bien au-delà des projets de l’IPM.ffLes essais soutenus par l’IPM peuvent contribuer àl’ensemble de la riposte au VIH, en augmentant la prisede conscience du VIH, grâce aux activités d’engagementcommunautaire, en soutenant la prévention et le dépistagedu VIH, ainsi qu’en référant les personnes séropositives versun suivi des soins.ffLa réduction des risques, le planning familial et les conseilsde santé d’intérêt général apportés aux volontaires desétudes de l’IPM, améliorent les comportements de recoursaux soins de santé. Plus de 15 000 femmes, en Afrique, ontété testées pour le VIH de par leur participation aux étudesd’incidence et aux essais cliniques de l’IPM.Les microbicides : nouvelle science, nouvel espoir | 13


Geoff Oliver BugbeeGeoff Oliver BugbeeUne infirmière réalise un test dans le Reproductive Health and HIVResearch Unit, un centre de recherche partenaire à Edendale, enAfrique du Sud.Un membre du personnel de l’IPM forme des membres de l’équipe d’étude duKilimanjaro Christian Medical Centre, un centre de recherche partenaire del’IPM à Moshi, en Tanzanie.Formation et développement professionnelL’IPM garantit une formation et un développement professionnelcomplets pour environ 300 membres du personnel à temps pleindans des centres de recherche en Afrique.ffEn 2009, les équipes cliniques, de développement de siteset d’engagement communautaire de l’IPM ont intensifiéleurs séances de formation, en préparation aux essaisélargis d’innocuité du gel à la dapivirine, lancés au cours del’année; en ce compris une série de visites de renforcementdes capacités, visant à améliorer les préparatifs aux essais dechaque site de centre de recherche.ffEn 2009, l’IPM a mené quelques 135 séances de formationpour le personnel de recherche en Afrique, ainsi quedes cours sur les bonnes pratiques cliniques, les bonnespratiques de laboratoire clinique et les bonnes pratiquespharmaceutiques, et sur le dépistage rapide du VIH, lasécurité clinique et les formations spécifiques aux études.Éducation communautaireffEn 2009, l’IPM a financé 30 ateliers et formations d’engagementcommunautaire d’aide en préparatif des centres de recherche àcommuniquer avec une multitude d’intervenants, à propos destravaux de recherche en cours au sein de leurs communautés etrenforcer le soutien aux essais de microbicides.ffDe façon significative, les centres de recherche de l’IPM impliquentles hommes dans les efforts de recherche et de prévention, en tantque ressources communautaires vitales dans la promotion d’uncomportement sexuel sain à la fois chez les hommes et les femmes.ffL’IPM soutient également les centres de recherche dans leursefforts d’édification ou de renforcement des capacités des groupesou conseils consultatifs communautaires, qui servent de liaisonentre le centre de recherche et la communauté. En 2009, l’IPMa mené deux ateliers régionaux d’une journée, en Afrique du Sudet au Rwanda, auxquels ont participé des groupes consultatifscommunautaires opérant dans plusieurs pays africains.ffLe personnel non clinique a également reçu uneformation professionnelle en gestion financière, éducationcommunautaire, counselling, sciences du comportement etcommunications.En 2009, la réunion annuelle sur les affaires cliniques de l’IPM(IPM Clinical Affairs Annual Meeting) à Nairobi au Kenya,a servi de forum de formation et d’échange d’idées à plus de70 participants de centres de recherche issus de différents paysd’Afrique.14 | Rapport annuel 2009 de l’IPM


Utiliser les outils novateurs pour atteindreles communautésIPM Headquarters8401 Colesville Road, Suite 200Silver Spring, MD 20910United StatesTel: +1-301-608-2221Fax: +1-301-608-2241IPM BelgiumRue du Trône, 98, 3rd floor1050 Brussels,BelgiumTel: +32(0)2 507 1234Fax: +32(0)2 507 1222IPM South AfricaMain Street 121Paarl 7646South AfricaTel: +27-21-860-2300Fax: +27-21-860-2308Mailing address:PO Box 3460, Paarl, 7620South AfricaUne communication efficace au sujet des microbicides etdes essais cliniques est la clé du renforcement du soutienpublic et de la compréhension des efforts de développementde microbicides. En 2009, l’IPM a élaboré un ensembled’outils de communication à l’usage des centres de recherchepartenaires en Afrique et aux États-Unis pour atteindre lescommunautés avec succès.Nouvelle vidéo pédagogique : L’espoir contre le VIH : lesessais de microbicides dans notre communauté est une nouvellevidéo pédagogique produite en 2009, disponible encinq langues, répondant aux questions de base sur lesmicrobicides et les essais cliniques ayant lieu en Afrique.Développée en collaboration avec le Population Council,la vidéo utilise un format interactif de questions-réponsesdécrivant le processus d’essais cliniques, à quoi les femmespeuvent s’attendre, ainsi que les risques et les avantagesd’une participation à un essai. Téléchargez ou demandezune vidéo à http://ipmglobal.org/publications-media/media-resources/multimedia.Projet de respect d’utilisation/consentement éclairé : Afinde s’assurer que chaque femme qui s’enrôle dans un essaidonne un consentement individuel véritablement éclairé,l’IPM a créé une série de panneaux illustrés destinés àéduquer les participantes aux essais cliniques sur les avantageset les risques de la recherche sur les microbicides et ainsis’assurer de leur bonne compréhension des procédures del’essaien question.Boîte à outils de communication : L’IPM a aussi développéune boîte à outils pédagogiques standardisés pour les essaiscliniques en Afrique et aux États-Unis comprenant desbrochures, des posters et des présentations. La boîte à outil aété traduite dans plus de 10 langues locales. L’IPM a en outredéveloppé un portail Web conçu spécifiquement pour sescentres de recherche partenaires. Il centralise tout le matérielrelatif aux essais cliniques et aux activités de communicationet sont facilement disponibles en ligne pour les centres derecherche partenaires en Afrique, en Europe et aux États-Unis.INTERNATIONALPARTNERSHIP forMICROBICIDESHope microbicidesAgAinst HiVHope Against HIVPOWERGIVING WOMENMICROBICIDESMicrobicide Trials in Your CommunityEvery day, more than 3,000 women andgirls around the world become infectedwith HIV. Women are getting HIV morerapidly than men. But how is this possible?» First, women are at a higher risk of getting HIV during sex thanmen (especially young women whose bodies have not fully matured).» Abstinence is not an option for many women, including thosewho are married or who want to have children.» In addition, women cannot always persuade men to use condomsor remain faithful.» In sub-Saharan Africa, the region hit hardest by HIV/AIDS, about60 percent of those who have HIV are women. Young women ages15-24 are about three times more likely to be infected with HIVthan young men of the same age.Women need new options that they can use to protect theirhealth. Microbicides, if proven safe and effective, would be anotherway to prevent HIV infection, along with male and female condoms,treatment of sexually transmitted infections, male circumcision,abstinence and other behaviour changes. In addition to microbicides,there are other potential new products such as HIV vaccines andoral pills for HIV prevention, which are being tested in clinical trials.OVER AIDSGeoff Oliver BugbeeLes microbicides : nouvelle science, nouvel espoir | 15


Progresser vers l’accès aux produitsL’espoir que pourraient représenter les microbicides ne se réalisera que si les femmes qui en ontbesoin peuvent facilement se procurer les produits une fois disponibles et à bon marché et les utiliserefficacement. L’assurance d’un accès futur aux produits fait partie de la mission essentielle de l’IPM.L’organisation prévoit les homologations réglementaires et les stratégies d’accès, dès les prémissesdu processus de développement. En plus de la négociation des clauses dans ses accords de licencesexemptes de toute redevance garantissant les droits de distribution de ces produits dans les pays endéveloppement, l’IPM donne la priorité aux initiatives d’accès grâce aux plaidoyers, à une recherchefocalisée et aux discussions directes avec les organismes de régulation et de supervision, ainsi que lesgouvernements des différents pays concernés.Andrew LoxleyElaborer une stratégie d’accès pratiquePour l’IPM, l’accès est défini comme étant la capacité des femmes à obtenir et à utiliser de manière appropriée desmicrobicides de bonne qualité, chaque fois et partout où les femmes veulent et expriment le besoin d’une méthode deprévention du VIH.Afin de souligner les opportunités et les défis auxquels l’IPM et d’autres développeurs de microbicides feront faceau moment de la création de stratégies destinées à donner l’accès aux microbicides, l’IPM a commandé en 2009, unrapport approfondi basé sur les expériences historiques qui synthétise les données les plus récentes en matière d’accèsaux produits. « Accès aux médicaments dans le monde en développement : les leçons tirées des programmes d’accèsaux antirétroviraux » identifie les principes tirés du domaine de la prévention du VIH et est largement utilisé dansl’élaboration d’une approche coordonnée et progressive destinée à assurer l’accès aux futurs produits.D’après les idées glanées des résultats d‘activités liées à l’accès en 2009, l’IPM a également amorcé l’élaboration d’unplan global d’accès stratégique sur cinq ans, qui sera finalisé en 2010. Le plan intensifiera la focalisation d’un accèsstratégique de l’IPM et identifiera les objectifs et les jalons qui contribueront à garantir l’accès aux futurs microbicides.Geoff Oliver Bugbee16 | Rapport annuel 2009 de l’IPM


L’IPM reconnaît cinq concepts essentiels à la compréhension età la réalisation de l’accès aux microbicides :Architecture : le réseau d’organisations au niveau mondial,national et local qui soutiendra, connectera et mettra en œuvretoutes les activités pour un accès aux microbicides, doit êtreen place.Disponibilité : une production de haute qualité et unefourniture suffisante de produits microbicides, ainsi que descanaux de distribution fiables permettant de répondre à lademande des utilisatrices, sont vitaux.Acceptabilité : un produit microbicide et la manière dont il estfourni doivent être acceptables pour les utilisateurs finals (lesfemmes et leurs partenaires sexuels), ainsi qu’aux contrôleursd’accès qui veillent et en facilitent la disponibilité.Abordabilité : le coût des microbicides et des programmesessentiels à leur distribution doit être abordable à la fois pourles acheteurs, les financiers et les utilisatrices finales.Usage approprié : les microbicides doivent être utiliséscorrectement, dans le cadre de stratégies personnelles etprogrammatiques, afin d’atteindre le résultat de santé souhaité,à savoir : la prévention de la transmission du VIH.Naviguer à travers les méandres dela régulationL’IPM dialogue avec les autorités de régulation des États-Unis, d’Europe et d’Afrique, ainsi qu’avec l’Organisationmondiale de la Santé, dans le but de définir un plan mondialde développement des médicaments permettant des prises dedécisions en matière de régulation concernant ses nouveauxproduits. L’IPM communiquera régulièrement tout au long duprocessus de développement avec les autorités de régulation, etassurera le rassemblement des données nécessaires au soutiendes déclarations des produits proposés.Peaufiner les meilleures pratiques entre organismeset paysEn 2009, l’IPM a organisé une réunion annuelle,subventionnée par la Commission européenne, qui a rassembléplus de 40 représentants d’organismes de régulation nationauxet de comités d’éthique indépendants en provenance d’Afriquedu Sud, du Kenya, du Malawi, de l’Ouganda, du Rwanda, dela Tanzanie, de la Zambie et du Zimbabwe. La réunion quis’est tenue à Nairobi au Kenya, avait pour mission d’établir unecompréhension commune des questions liées aux microbicideset autres travaux de recherche sur la prévention du VIH àtravers toute la région. La réunion a constitué un forumd’échange sur une série de questions, telles que l’accès et lesnormes de soins, l’innocuité et l’efficacité des produits, ainsique l’engagement communautaire.L’IPM et l’OMS en partenariat pour le Forumd’accès aux microbicidesEn 2009, l’IPM et l’Organisation mondiale de la Santése sont associés et ont organisé conjointement leForum d’accès aux microbicides, un événement annuelsoutenu par le United States Agency for InternationalDevelopment (USAID), à l’occasion duquel les participantsse sont réunis pour faire progresser les stratégies d’unaccès futur aux microbicides.Le forum s’est tenu au Cap, en Afrique du Sud en2009 et plus de 30 intervenants de haut niveau issusd’organisations mondiales de la santé, de groupesde la société civile africaine, ainsi que d’institutionsuniversitaires et de recherche y ont pris part. Soixantepour cent des participants provenaient de pays d’Afriquesubsaharienne. Ces leaders dans le domaine ont identifiéles actions susceptibles de contribuer à la réduction dutemps de développement des produits, d’accélérer larecherche clinique et d’aider à assurer le plus tôt possiblela distribution de microbicides sûrs et efficaces.Les participants au forum ont partagé les résultats desétudes d’acceptabilité menées dans le domaine, jaugeantles préférences des femmes concernant les futursmicrobicides,qui aideront à garantir l’utilisation desnouveaux produits, une fois rendus disponibles.istockphoto/Lucian


Par ailleurs, l’IPM a soutenu un forum africain de rechercheorganisé par GCM-AVAC sur la prévention du VIH, conçupour renforcer l’aptitude des porte-parole à comprendre et às’engager dans l’entreprise de recherche.Participation de l’IPM aux forums scientifiquesPour renforcer les partenariats et partager les informationset les nouvelles données avec d’autres intervenants dans ledomaine, l’IPM a joué un rôle actif lors de nombreusesréunions internationales et régionales. On trouvera ci-dessousquelques exemples d’activités de l’IPM en 2009 :ffConférence de la Société internationale sur le sida (IAS)Lors de cette conférence scientifique mondiale qui s’esttenue au Cap en juillet 2009, les chercheurs ont partagéles derniers développements concernant la recherche surle VIH. L’IPM a donné huit présentations sur diverssujets traitant de la riposte mondiale à l’épidémie duVIH, et sur les travaux de recherche prometteurs ducandidat microbicide de l’IPM — le maraviroc, les étudesd’incidence du VIH, les études de pharmacocinétique,les modélisations et les analyses de rentabilité d’accès auxmicrobicides. L’IPM a également organisé des séancesde formation destinées à inculquer les notions de basedu domaine aux journalistes, et les aider à améliorerl’exactitude de la couverture médiatique dans le domaine dela recherche sur les microbicides et la prévention du VIH.ffPartenariat entre l’Europe et les pays en développementpour les essais cliniques (EDCTP) A l’occasion du forumannuel, qui s’est tenu en Tanzanie en octobre 2009, l’IPMa partagé les stratégies de renforcement des capacités et despartenariats en Afrique, pour appuyer les efforts mondiauxde prévention du VIH.Mobilisation des femmes dans la scienceEn juillet 2009, lors du congrès régional africain de la Medical Women’sInternational Association à Dar Es Salaam en Tanzanie, l’IPM a tenu unesession mettant en valeur les objectifs communs aux deux organisations.Les femmes médecins qui y ont participé ont décrit le défi quotidien del’annonce difficile du résultat aux femmes testées séropositives. Leurexpérience directe sur le terrain d’aide aux femmes dans la découvertedévastatrice de leur statut de séropositivité, a renforcé le sentimentprofond des médecins selon lequel les femmes doivent avoir les moyensde se protéger elles-mêmes contre l’infection par le VIH — quelquechose que, d’après elles, pourraient un jour offrir les microbicides.ffMicrobicide Trials Network (MTN) Durant de cetteréunion régionale au Cap en octobre, l’IPM a partagé avecses partenaires en prévention du VIH, ses travaux surl’acceptabilité des produits.ffAmerican Association of Pharmaceutical Scientists Lorsde cette réunion d’experts en formulations de médicaments,qui s’est tenue en novembre en Californie, aux États-Unis, l’IPM a partagé les progrès réalisés en matière dedéveloppement de nouvelles formulations d’anneaux et depellicules microbicides.Employés de l’IPM et partenaires de la société civile en visite auprès du personnel du site Kisumu du Kenya Medical Research Institute, hébergeant des essaiscliniques de l’IPM.Les microbicides : nouvelle science, nouvel espoir | 19


Rapport financierActif31 déc 2009 31 déc 2008Liquidités 8 337 020 17 183 386Investissements 77 252 592 95 905 340Comptes débiteurs 2 267 701 1 386 153Charges payées d’avance et autres actifs 1 246 187 1 238 691Loyer payé d’avance et entretien, net 305 684 372 184Biens immobiliers et équipement, net 5 640 501 5 040 274Total de l’actif 95 049 685 121 126 028Passif et actif net31 déc 2009 31 déc 2008PassifComptes créditeurs et charges constatées 7 781 435 7 719 170Avances de subventions et revenu différé 63 537 516 89 905 178Total du passif 71 318 951 97 624 348Actif netNon affecté 11 402 291 10 102 417Affecté temporairement 12 328 443 13 399 263Total de l’actif net 23 730 734 23 501 680Total du passif et actif net 95 049 685 121 126 028(En dollars US)Considérations financièresEntre 2002 et la fin 2009, l’IPM a réuni 398 millions de dollars,soit 275 millions de dollars en fonds reçus et 124 millions dedollars en engagements pour la période 2010-2013.La conduite d’essais cliniques dans les pays en développementdemande d’importants investissements financiers. Un essaid’efficacité pour le soutien de l’homologation d’un seul produitmicrobicide exige l’enrôlement de milliers de femmes et leursuivi sur plusieurs années, afin de permettre aux chercheurs decomparer les taux d’infection parmi celles utilisant un candidatmicrobicide et celles utilisant un placebo. Selon la taille deséchantillons et le nombre de sites cliniques en jeu, le coût desdonnées essentielles à l’homologation peut atteindre environ90 millions de dollars. Étant donné que les comités d’examensdéontologiques n’autorisent généralement pas de conduited’essai sans preuve de financement suffisant, l’IPM entreprenddes efforts de développement de ressources, parfaitementconscient du fait que les engagements de financementnécessaires à l’achèvement des essais d’efficacité doivent êtreobtenus avant le début des essais.Un thème régulier intégré au plan de travail de l’IPM estune gestion prudente du pipeline : limiter notre portefeuillede produits selon les besoins, afin d’injecter les ressourcessuffisantes à un essai de Phase III prévu pour 2011. Ceci ademandé d’importants changements au niveau des ressources,en raison de la réalité fiscale créée par la récession mondiale etla réduction des ressources en 2010. Avec l’espoir d’une nouvellestratégie de développement de ressources, une équipe dedirection engagée et des mesures agressives pour augmenterl’efficacité, l’IPM est confiante dans le fait qu’elle puissecontinuer à faire progresser les candidats microbicides les plusprometteurs dans l’essai initial de Phase III.20 | Rapport annuel 2009 de l’IPMPour toutes les activités, l’IPM s’est engagé à servir d’intendantprudent des fonds des donateurs publics et privés. L’IPM seréjouit de la poursuite et de l’augmentation du financement desdonateurs actuels, alors que la récession s’apaise. Nous sommeségalement engagés à augmenter la diversité et le nombre dedonateurs en soutien de notre mission. Le résultat en sera desprogrès réguliers en matière de développement de méthodessûres et efficaces de prévention du VIH pour les femmes despays en développement.Dépenses par service13%12%4%11%Recherche & DéveloppementAffaires cliniques*Assurance réglementaire et de la qualitéFabricationRelations extérieuresOpérations28%32%*Dépenses de développement de sites : 8,1 millions $US


DonateursMinistère fédéral allemand pour la Coopérationéconomique et le DéveloppementBanque mondialeCoopération belge au développementBill & Melinda Gates FoundationAgence canadienne de développementinternationalCommission européenneMinistère des Affaires étrangères du DanemarkMinistère espagnol des Affaires étrangères et dela CoopérationMinistère français des affaires étrangères eteuropéennesFonds des Nations Unies pour la populationIrish Aid, Department of Foreign AffairsMinistère néerlandais des Affaires étrangèresMinistère norvégien des Affaires étrangèresAgence Suédoise de Coopération Internationaleau DéveloppementMinistère suédois des Affaires étrangèresRockefeller FoundationUnited Kingdom Department for InternationalDevelopmentUnited States Agency for InternationalDevelopmentCette liste comprend tous les donateurs ayant apporté leur contribution à l’IPM depuis sa fondation en 2002 jusqu’en 2009.Les microbicides : nouvelle science, nouvel espoir | 21


Conseil d’administrationAlex G. Coutinho, MBChB, MSc, MPH, présidentDirecteur exécutif, Institut des maladies infectieuses, UniversitéMakerere, OugandaEunice Brookman-Amissah, MBChBVice-présidente pour l’Afrique, Ipas, KenyaPeter Corr, PhDAssocié commandité, Celtic Therapeutics Management,États-UnisDr Seth L. Harrison, MD, MBAAssocié directeur général, Apple Tree Partners, États-UnisEveline Herfkens, MACoordinatrice exécutive pour la Campagne des objectifs duMillénaire des Nations Unies pour le développement, SuisseDr David Kessler, JD, MDProfesseur de pédiatrie, Faculté de médecine de l’Université deCalifornie à San Francisco, États-UnisMaureen Lewis, PhDConseillère, service de la recherche, Banque mondiale, États-UnisTotsie Memela-Khambule, MPADirectrice générale, Postbank, Afrique du SudAnjali Nayyar, MAChargée des programmes nationaux pour l’Inde, PATH, IndeAlbert Profy, PhDVice-président, Preclinical Development, IndevusPharmaceuticals, Inc., États-UnisZeda F. Rosenberg, ScDDirectrice générale, IPM, États-UnisAnita Sandström, MDDirectrice administrative, Southern Africa AIDS Trust,Afrique du SudAnandi Yuvaraj, MSc, MPhil, PGDGCCoordinatrice régionale Asie-Pacifique, International Communityof Women Living with HIV/AIDS (Communauté internationaledes femmes vivant avec le VIH/sida), IndeConseil consultatif scientifiqueRobin Shattock, PhD, présidentSt. George’s, Université de Londres, Royaume-UniDr Michael Chirenje, MDFaculté des sciences de la santé, Université du Zimbabwe,ZimbabweDavid Friend, PhDCONRAD, États-UnisSharon Hillier, PhDMagee-Womens Hospital, Faculté de médecine de l’université dePittsburgh, États-UnisRuth Merkatz, PhDPopulation Council, États-UnisDr Thomas Moench, MDReProtect, Inc., États-UnisEdith Nakku-Joloba, PhDUniversité Makerere, OugandaDerek Newall, PhDGlaxoSmithKline, Royaume-UniDr Lynn Paxton, MD, MPHCenters for Disease Control and Prevention (Centres de contrôleet de prévention des maladies), États-UnisDr Deenan Pillay, MDUniversity College London School of Life and Medical Sciences,Royaume-UniDr Renee Ridzon, MDBill & Melinda Gates Foundation, États-UnisDouglas Taylor, PhDFamily Health International, États-UnisDr Jens van Roey, MDTibotec BVBA, BelgiqueRobin Wood, PhDDesmond Tutu HIV Centre, Afrique du Sud22 | Rapport annuel 2009 de l’IPM


Cadres dirigeantsZeda F. Rosenberg, ScDDirectrice généraleMike Goldrich, MBADirecteur en chef des opérations et directeur financierDr Annaléne Nel, MD, PhDDirectrice médicalePamela Norick, MADirectrice des relations extérieuresJoseph Romano, PhDDirecteur du développement de produitsRon Nardi, PhDChef de l’assurance réglementaire et de la qualitéKathleen T. Ross, PhDResponsable en chef des ressources humainesBe Part Yoluntu Centre,un partenaire de centrede recherche de l’IPM àMbekweni, Afrique du Sud.arriÈre-plan : Geoff Oliver BugbeeFemme : istockphoto/Peter-John FreemanLes microbicides : nouvelle science, nouvel espoir | 23


Sélection de publications et de présentations scientifiques en 2009PublicationsFletcher P., Harman S., Azijn H., Armanasco N., Manlow P.,Perumal D., de Bethune M-P., Nuttall J., Romano J., ShattockR. « Inhibition of HIV-1 infection by the candidate microbicide,dapivirine, a nonnucleoside reverse transcriptase inhibitor »(Inhibition d’une infection à VIH-1 par le candidat microbicide,dapivirine, un inhibiteur non nucléosidique de la transcriptaseinverse). Antimicrobial Agents and Chemotherapy 53, no. 2 (2009): 487-95.Garg A.B., Nuttall J., Romano J. « The future of HIVmicrobicides: challenges and opportunities » (L’avenir desmicrobicides contre le VIH : défis et opportunités). AntiviralChemistry and Chemotherapy 19, no. 4 (2009): 143-50.Nel A., Smythe S., Young K., Malcolm K., McCoy C.,Rosenberg Z., Romano J. « Safety and pharmacokinetics ofdapivirine delivery from matrix and reservoir intravaginal ringsto HIV-negative women » (Innocuité et pharmacocinétique del’administration de dapivirine à partir d’anneaux intravaginauxmatriciels et à réservoir chez des femmes séronégatives). Journal ofAcquired Immune Deficiency Syndromes 51, no. 4 (2009): 416-23.Nel A.M., Coplan P., van de Wijgert J.H., Kapiga S.H., vonMollendorf C., Geubbels E., Vyankandondera J., Rees H.V.,Masenga G., Kiwelu I., Moyes J., Smythe S.C. « Safety, tolerability,and systemic absorption of dapivirine vaginal microbicide gelin healthy, HIV-negative women » (Innocuité, tolérabilité etabsorption systémique d’un gel microbicide vaginal à la dapivirinechez des femmes séronégatives en bonne santé). AIDS 23, no. 12(2009): 1531-8.Pal R., Nuttall J., Galmin L., Weiss D., Chung H-K., RomanoJ. « Characterization of vaginal transmission of a simianhuman immunodeficiency virus (SHIV) encoding the reversetranscriptase gene from HIV-1 in Chinese rhesus macaques »(Caractérisation de la transmission vaginale d’un virusd’immunodéficience humaine simienne (VIHS) encodant le gènede la transcriptase inverse du VIH-1 chez des macaques rhésuschinois). Virology 386, no. 1 (2009): 102-8.Romano J., Variano B., Coplan P., Van Roey J., Douville K.,Rosenberg Z., Temmerman M., Verstraelen H., Van Bortel L.,Weyers S., Mitchnick M. « Safety and availability of dapivirine(TMC120) delivered from an intravaginal ring » (Innocuité etdisponibilité de la dapivirine (TMC120) administrée à partird’un anneau intravaginal). AIDS Research and Human Retroviruses 25,no. 5 (2009): 483-88.PrésentationsAmpofo S.A., Warner S., Race S., Wilder S. « Comparativestudy of dissolution profiles of microbicide ring productsprepared from different silicone elastomer sources » (ÉtudeUne technicienne de production observe à travers un verre grossissant, ungel fabriqué à l’usine CTM de l’IPM.comparative de profils de dissolution de produits sous formed’anneaux microbicides préparés à partir de différentes sourcesen élastomère de silicone). Présentation de poster à l’AmericanAssociation of Pharmaceutical Scientists, Los Angeles,Californie, 8 au 12 novembre 2009.Edwards K., Muehleisen T., Martindell J., Ampofo S., Sparks M.H.« Evaluation of content uniformity using a 3 stream vs. 2 streammixing process to manufacture silicone based vaginal rings »(Évaluation de l’uniformité du contenu en utilisant un processusde mélange à 3 coulées au lieu de 2 pour fabriquer les anneauxvaginaux à base de silicone). Présentation de poster à l’AmericanAssociation of Pharmaceutical Scientists, Los Angeles, Californie,8 au 12 novembre 2009.istockphoto/guenterguni24 | Rapport annuel 2009 de l’IPM


Sparks M.H., Edwards K-L., Malcolm K., Kiser P., JohnsonT., Loxley A. « Drug release characteristics of dapivirine andtenofovir from vaginal rings consisting of ethylene vinyl acetate,silicone or polyurethane polymers: options for HIV prevention »Caractéristique de diffusion médicamenteuse de la dapivirine etdu ténofovir d’anneaux vaginaux composés d’éthylène-acétatede vinyle, de silicone ou de polymères de polyuréthane : optionspour la prévention du VIH). Présentation de poster à l’AmericanAssociation of Pharmaceutical Scientists, Los Angeles, Californie,8 au 12 novembre 2009.Engelbrecht A., Maleka M., Singh B., Puren A. « Evaluationof universal platform HIV rapid test controls » (Évaluation decontrôles de tests rapides du VIH sur plateforme universelle).Présentation de poster lors du 20e Congrès national de la Sociétédes techniciens de laboratoires médicaux (Society of MedicalLaboratory Technicians), Durban, Afrique du Sud,6 au 10 septembre 2009.Nuttall J., Kashuba A., Wang R., White N., Allen P., RobertsJ., Romano J. « The pharmacokinetics of tenofovir followingintravaginal and intrarectal administration of tenofovir gel torhesus macaques » (La pharmacocinétique du ténofovir suivantl’administration intravaginale et intrarectale de gel au ténofovirchez des macaques rhésus). Présentation de poster lors de laConférence nationale sur la prévention du VIH, Atlanta, Géorgie,23 au 26 août 2009.Rosenberg Z. « Overview of microbicides for HIV prevention »(Aperçu des microbicides pour la prévention du VIH).Présentation orale lors du 4e atelier international sur latransmission du VIH (4th International Workshop on HIVTransmission), Le Cap, Afrique du Sud, 17 juillet 2009.Mertenskoetter T. « PrEP and microbicides – new approachesto HIV prevention » (PrEP et microbicides – nouvellesapproches de prévention du VIH). Présentation orale lorsdu congrès suisse-autrichien-allemand sur le sida, St. Gallen,Suisse, 24 au 27 juin 2009.Mertenskoetter T., Romano J., Kaptur P. « Microbicideformulations in development » (formulations de microbicides encours de développement). Présentation de poster lors du congrèssuisse-autrichien-allemand sur le sida, St. Gallen, Suisse,24 au 27 juin 2009.Lambert A., Mutsambi J., Modikoe P., Isaacs M., Young K.,Nel A. « Daily monitored adherence: process to develop noveldesign to improve adherence outcomes in phase III vaginalmicrobicide research » (Suivi quotidien d’utilisation : processusdestiné à développer un nouveau design pour améliorerles résultats de respect d’utilisation dans la phase III de larecherche sur les microbicides vaginaux). Poster présenté lors du4 e Congrès sud-africain sur le sida, Durban, Afrique du Sud,31 mars au 3 avril 2009.Malherbe M., Schley A., Herman C., Clement B., Parijs V., NelA. « Use of good clinical practice (GCP) readiness assessmenttool in multi-centre HIV prevention trials: assessment of GCPcompliance » (Utilisation d’un outil d’évaluation de préparationconforme aux bonnes pratiques cliniques (BPC), dans lesessais multicentriques de prévention du VIH : évaluation de laconformité BPC). Poster présenté lors du 4 e Congrès sud-africainsur le sida, Durban, Afrique du Sud, 31 mars au 3 avril 2009.Nel A., Smythe S., Habibi S., Romano J. « Comparison ofsafety and pharmacokinetics of two formulations of dapivirinevaginal gel in healthy, HIV negative women » (Comparaisonde l’innocuité et de la pharmacocinétique de deux formulationsde gel vaginal à la dapivirine chez des femmes en bonne santé,séronégatives pour le VIH). Présentation de poster lors du16 e Congrès sur les rétrovirus et les infections opportunistes(Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections),Montréal, Canada, 8 au 11 février 2009.Nel A. « Dapivirine vaginal gels for prevention of HIVtransmission » (Gels vaginaux à la dapivirine pour la préventionde la transmission du VIH). Présentation orale lors du 16 eCongrès sur les rétrovirus et les infections opportunistes(Conference on Retroviruses and Opportunistic Infections),Montréal, Canada, 8 au 11 février 2009.Veuillez consulter le site www.IPMglobal.org pour une liste complète depublications et de présentations soutenues par l’IPM.


istockphoto/Louie SchoemanINTERNATIONALPARTNERSHIP FORMICROBICIDESSIÈGE SOCIAL DE L’IPM8401 Colesville RoadSuite 200Silver Spring, MD 20910États-UnisTÉL: +1-301-608-2221FAX: +1-301-608-2241IPM AFRIQUE DU SUDMain Street 121Paarl 7646Afrique du SudAdresse postale :P.O. Box 3460, Paarl, 7620Afrique du SudTÉL. : +27-21-860-2300FAX : +27-21-860-2308IPM BELGIQUERue du Trône/Troonstraat, 981050 BruxellesBelgiqueTÉL. : +32(0)-2-507-1234FAX : +32(0)-2-507-1222IPM – Usine de fabrication deproduits pour essais cliniques(CTM)3894 Courtney StreetSuite 170Bethlehem, PA 18017États-UnisTÉL. : +1-484-893-1050FAX : +1-484-893-1057www.IPMglobal.org

More magazines by this user
Similar magazines