Avec Mobidoubs, vous allez partout - Vu du Doubs - Conseil général ...

doubs.fr

Avec Mobidoubs, vous allez partout - Vu du Doubs - Conseil général ...

_collèges :// Des collèges remis à neuf à L'Isle-sur-le-Doubs et à Besançon_zoom :// Les mois dublanc dans le Doubs_personnes âgées :// Une offre d'hébergements de plus en plus diversifiéen° 175_ janvier-février 2010_ le magazine du Conseil généraldossierAvec Mobidoubs,vous allez partout


I éditorial IMobidoubs, un nouveau service deproximité assuré par votre Département !Claude Jeannerot,président du Conseil général,sénateur du Doubs.Alors que le fonctionnement de nos collectivités territoriales est remis encause de façon inconsidérée par des projets de réforme inadaptée, alors queleurs finances elles-mêmes sont menacées à force de transfert de compétencesmal compensées, nous ne restons pas dans les “lamentations” ni même dansla seule protestation ! Au contraire, plus que jamais et parce que vous comptezsur nous, le Département s’attache à renforcer son action quotidienne à votreservice. Vous savez ce que nous faisons chaque jour en direction des personnesâgées (APA : allocation personnalisée d’autonomie), en direction des personneshandicapées (PCH : prestations de compensation du handicap). Ces responsabilitésnous les assumons avec fierté tant nous mesurons leur impact sur la qualité de viede nos concitoyens.Au-delà de ces compétences sociales obligatoires, les Départements assument biend’autres missions : rénovation des collèges, entretien des routes… Sans doute laresponsabilité d’organisation des transports collectifs est-elle moins connue denos concitoyens. Cette compétence, nous l’assumons depuis 1982. Nous la partageonsavec la Région et les Communautés d’agglomération, en concertation et encomplémentarité. Voilà un bel exemple de collaboration entre les collectivités, sanssuperposition des responsabilités ni des financements, chacun jouant son rôle à sadimension et avec un seul objectif : le meilleur service à l’usager.Mobidoubs concrétise notre nouvelle organisation départementale des transportscollectifs par voie routière. Nous y travaillons depuis plus de 2 ans ! Tandis ques’achève notre projet Doubs 2010 et que se met en place Doubs 2017, cette initiativeouvre une nouvelle page. L’armature de Mobidoubs est composée de deuxlignes structurantes, entre Besançon et Pontarlier, et Montbéliard et Pontarlier.Au cours de l’année 2010, nous expérimenterons des lignes sur réservation entreBesançon et Quingey, Besançon et Rougemont. Et, selon les résultats, cetteformule sera étendue à d’autres axes. Enfin, nous encourageons les Communautésde communes à développer le transport à la demande (TAD), réponse bien adaptéeaux zones rurales à la population plus diffuse. Nous poursuivons toujours la mêmeambition : maintenir la vie dans nos communes !Ensemble, les collectivités territoriales proposent donc des réseaux de transportscollectifs complémentaires et interconnectés, accessibles à tous. Comme vouspouvez le constater, cette organisation répond à la fois à des préoccupationssociales et économiques, preuve que celles-ci sont tout à fait conciliables. Ellerépond aussi à une préoccupation environnementale forte, un car remplaçantnombre de voitures sur les routes. Enfin, cette organisation résulte d’une écouteattentive des usagers afin de faire évoluer notre service public. Cette écoute sepoursuit car des adaptations sont toujours nécessaires.Quelle autre collectivité que le Conseil général est à même de jouer ce rôlequi conjugue la proximité à une dimension territoriale bien adaptée à notrecommunauté humaine ?2_vu du doubs_janvier-février 2010


I sommaire Ile mémo du mois 04 Chiffres-clésvies du Doubs 05 Olivier Pointu : la délicate mission de faire rimer insertion et économierencontres 06 Au plus près des Doubiensexposition 08 À découvrir au Conseil généralinfos Conseil général 10 Ce qu’il faut savoiréconomie 12 Doubs Central : un hôtel d’entreprises pour bien démarrerdossier 13 Avec Mobidoubs, vous allez partoutsocial 18 Insertion : Région et Départements unissent leurs effortspersonnes âgées 20 Une offre d’hébergements de plus en plus diversifiéecollèges 22 Des collèges remis à neuf à L’Isle-sur-le-Doubs et à Besançonsanté 25 Vivre avec une stomie… comme avantzoom 26 Vive les mois du blanc dans le Doubsculture 30 Pays de Courbet, pays d’artiste, les travaux sont lancés au musée d’Ornanssport 31 L'actualitéopinions 32 Les élus s’exprimentdétente 34 Recette et énigme18I dossier I1305Avec Mobidoubs, vous allez partoutI zoom I2630Les mois du blancdans le Doubsjanvier-février 2010_vu du doubs_3


35 826C’est le nombre de journéesd'accueil réalisées en 2008par le Centre départemental de l’enfance(CDE). Les différents sites du CDE assurentl’accueil d’urgence et l’hébergement de toutenfant de 0 à 18 ans en difficulté ou en dangerque lui confient le service de l’Aide sociale àl’enfance du Conseil général ou les autoritésjudiciaires. Il accueille et héberge égalementles femmes enceintes et les mères isoléesayant besoin d’un soutien matériel ou psychologique.Voir notre article page 23.ClimatLe chauffage des collèges, des bâtimentsadministratifs, les transportsscolaires, les cantines, les déplacementsdes agents départementaux, lestravaux routiers... autant de sources degaz à effet de serre qui contribuent auréchauffement du climat. Pour atténuerl’impact écologique de ses activités, leDépartement lance son bilan Carbone TMen partenariat avec l’Ademe (Agencede l’environnement et de la maîtrise del’énergie). Les résultats chiffrés serontconnus au printemps 2010.CourbetD’ores et déjà, le musée d’Ornans bénéficie du labelMusées de France qui l’ouvre aux collaborationsavec les musées nationaux, à l’organisation decolloques nationaux et internationaux. En outre, leprojet global Pays de Courbet, pays d’artiste seraprochainement l’un des quatre sites français àrecevoir le label Ethnopôle, attribué par le ministèrede la Culture, avec subventions à la clé. C’est ladémarche d’action culturelle menée parallèlementaux recherches scientifiques qui lui valent cettedistinction. Voir notre article page 30.20 000 tonnesC’est la quantité de sel qui a été utilisée pour l’hiver2008- 2009, le troisième hiver le plus froid de ces 20 dernières années.La généralisation de la bouillie de sel (Vu du Doubs 173 de novembre) vacependant permettre, cette année, une économie de 20 à 30 % du selutilisé pour une efficacité accrue. La généralisation de cette techniqueplus efficace, écologique et économique est rendue possible par la mise enplace de 11 unités de production réparties de manière homogène sur toutle département. Ce qui n’empêchera pas les 264 agents du Conseil généralet les prestataires extérieurs particulièrement mobilisés pour la viabilitéhivernale d’être toujours aussi présents sur le terrain.Tout savoir sur le projet Doubs 2017Vous pouvez consulter le projet Doubs 2017 dans son intégralitésur le site Internet du Conseil général : www.doubs.frUne plaquette de présentation synthétique sera distribuée auxpartenaires au cours du mois de janvier. Vous pourrez vous laprocurer auprès des divers sites du Conseil général.Les élus et les services du Département travaillent actuellementà la préparation du budget prévisionnel 2010 qui constituera lapremière étape de mise en œuvre du projet Doubs 2017.4_vu du doubs_janvier-février 2010


I vies du Doubs I Olivier Pointu :la délicate mission de faire rimer insertion et économieIl y a tout juste 10 ans, Olivier Pointudécouvre sur le net une offre d’emploi :un établissement hôtelier de moyennemontagne cherche son directeur. Il s’agitde Pays Nature, à Chaux-Neuve, structured’insertion unique en France regroupantun hôtel, un gîte et les tremplins de sautà ski. Du coup, ce Breton de 28 ans changede cap radicalement : « J’avais un longparcours dans tous les métiers de l’hôtelleriemais jamais je ne m’étais frotté àl’insertion. C’est par affinité, pour mettreune touche sociale dans ce monde debrutes, que j’ai accepté ! »Et le directeur de rappeler qu’à l’époqueaucune formation d’encadrant techniquen’existait. Il relève pourtant le défi,s’installe dans le Haut-Doubs six mois“en éclaireur” avant d’être rejoint par safemme et leurs trois enfants. « J’ai trouvéla région tellement boisée, agricole, ça m’aimpressionné ! », se souvient-il. Depuis,il s’est habitué aux forêts et aux rudeshivers et il a même fait son nid : « On aconstruit au village il y a cinq ans. Monpetit dernier est un mordu de ski ».« Hors saison,il y a 12 salariés,21 en hiver »Mais ça ne suffit pas. « 2010 va êtreune année particulière, prévient OlivierPointu. On est rattrapé par la dure loi dela gestion d’entreprise. Il faut resserrerles boulons », déplore-t-il. Quels choixfaire ? Réduire les heures d’ouverture dubistrot, lieu de rendez-vous matinal desprofessionnels du bois ? Ne plus assurer letransport des salariés ? Limiter les métierspour diminuer le surcoût de formation ?« On doit réadapter le côté social à la réalitééconomique sans tout révolutionner.On va essayer de le faire en douceur afinde trouver un équilibre en fin d’année ».Depuis 10 ans, avec le concours actif duConseil général, Pays Nature a prouvésa pertinence en matière d’insertion etd’économie. Partenaire logistique sur laCoupe du monde de combiné nordique etla Transjurassienne, l’hôtel se positionnecomme “professionnel de l’accueil” pources événements qui valorisent la région.« Elle le mérite », estime notre Breton quichausse les skis à l’occasion. Désormais,l’air iodé de la Bretagne est réservé auxvacances, sans regrets.Mais si, par la fenêtre et par beau temps,le paysage est idyllique, à l’hôtel, la vie n’arien d’un long fleuve tranquille. « Horssaison, il y a 12 salariés, 21 en hiver et unfort renouvellement. En 2008, on en arecruté 48 ! Une nouvelle personne à intégrerpar semaine, ça nécessite une grosseénergie. » D’autant qu’à Pays Nature, lessalariés travaillent à la location de ski,à l’entretien des tremplins, en cuisine,à l’accueil, au service. « Le choix se faiten fonction du profil ». Pour compenserle caractère saisonnier du travail, lastructure développe l’accueil de groupes,moins tributaire de la météo et offrantune gestion à moyen terme par le biaisdes réservations.janvier-février 2010_vu du doubs_5


Didier Lockwoodet l’orchestre de Pontarlierpour un mélange sucré-saléI rencontres IAu printemps 2009, sous la direction dePierre Tréfeil, l'orchestre symphoniquede Pontarlier fêtait son centième anniversaire.Pour l'occasion, une série deconcerts avait été donnée, une optionessentiellement classique qui avaitséduit près de 3 000 spectateurs.À présent, c'est le violoniste DidierLockwood, figure emblématique du jazzfrançais, qui est invité. Son épouse, CarolineCasadesus, célèbre soprano, et uneribambelle d'artistes locaux comme l'accordéonisteBenoit Chabod, se joignentà lui pour une performance délicieusementdécalée. D'inspiration électriqueet éclectique, ce projet généreux associeGershwin et Bach, le jazz et les musiquesimprovisées. Didier Lockwood, coutumierdes rencontres improbables (auxcôtés du groupe mythique Magma, deStéphane Grappelli, de Bernard Lubat…),s'apprête à relever ce nouveau défi. Sonviolon amplifié s'accorde volontiers avecle symphonique pontissalien. Oser leplaisir immédiat, c'est tout l'enjeu de cespectacle original. Subtil mélange sucrésalé pour clore les festivités !_6 février, à 20h30, l’Espace Pourny,Pontarlier.7 février, à 17h, théâtre municipal,Morteau.Réservations à l'office de tourismeet chez Virgo Music, à Pontarlier,tél.03 81 46 48 33Didier Lockwood, un jazzman hors pair.Aides change d’adressemais garde la rage de vaincreTrop à l’étroit rue du Polygone, à Besançon, Aides s’est installéedébut décembre en plein centre-ville. « Entre 2008 et 2009, lenombre de personnes accueillies et les contacts téléphoniques ontété multipliés par cinq », signale Jacky Dubouclez, coordinateurrégional entouré des deux autres permanents de la délégation,Hakim et Thibaut. Les nouveaux partenariats associatifs, lesactions pour lutter contre l’homophobie, le rapprochement avecles médecins des hôpitaux régionaux ont contribué à sensibiliserle public. Et un apéro gay est organisé chaque mois pour débattredes sujets qui préoccupenttout un chacun.Ici, une dizaine de volontaires(bénévoles formésrégulièrement) contribuentà conjuguer information,écoute et convivialité. Maisune priorité s’impose :Un lieu d'information et d'écoute.Chacun acteurde sa santéet de sa sexualité« Toutes nos actions visent à mobiliser hommes et femmes sur lesquestions de santé et de sexualité qui les concernent, de façon à lesrendre pleinement acteurs de leur vie », insiste Jacky Dubouclez.Comme le rappelle l’actuelle campagne de communication d’Aides :« Tous nos militants n’ont pas le sida, mais tous sans exceptionont la rage ». La rage de vaincre la progression du sida. « Si désormaisles contaminations sont faibles parmi les toxicomanes, grâcenotamment au programme d’échanges des seringues, elles continuentde croître parmi les homosexuels et les hétérosexuels. C’estpourquoi nous encourageons le dépistage précoce qui peut ralentirnettement l’épidémie, en complément des actions de prévention »,conclut Jacky Dubouclez._Aides, 3 rue Ronchaux à Besançon. Tél. 03 81 81 80 006_vu du doubs_janvier-février 2010


...I rencontres IGame of the death :à voir et à entendreFabrice Michelin, laitier.Le goût du terroirUn mont d'or en orà la fromagerie du lac Saint-PointBlottie à l'ombre de la superbe église du village de Saint-Point, la fromagerie aplusieurs siècles d'existence. Fabrice Michelin, fils de fromager à Rougemaison,reprend l'affaire en 1996 avec son épouse Pascale, rénove, relance… Aidé de cinqsalariés jeunes et motivés, il crée de nouveaux produits avec les 800 000 litresde lait de quatre élevages qu'il collecte et transforme à l'ancienne (moulage auseau) dans ses labos “nickel”, équipés de superbes cuves en cuivre rouge.À 42 ans, Fabrice est le seul laitier– nom des professionnels indépendants – àfabriquer les trois AOC – morbier, comté, mont d'or – auxquels s'ajoutentses créations : le crémeux, parfumé petit Saint-Point au lait cru (à découvrir), latomme Flora (du nom de sa petite fille), le Floralys à l'anis en collaboration avecla distillerie Guy (à déguster à l'apéritif). D'autres exclusivités sont en projet.Médaillé en 2009Une médaille d'or pour son mont d'or décrochée au concours professionnel2009 des AOC récompense ses efforts. Décliné en tous formats, le célèbre fromagepart chez les meilleurs détaillants de France, mais aussi au Japon. Fabricene prend pas la grosse tête pour autant : « On veut rester petit, respecter laqualité et innover »._Tous les produits maison et les meilleures spécialités comtoises sont en venteau magasin de la fromagerie ouvert tous les jours.Fromagerie, 2 place de la Mairie, 25160 Saint-Point-Lac. Tél. 03 81 69 61 76Créée il a plus d'un siècle, la Fédérationmusicale de Franche-Comté envisagel'avenir avec sérénité. Véritable centrede ressources pour un grand nombre demusiciens régionaux, elle assume pleinementses responsabilités en matièred'accompagnement pédagogique ettechnique. Pour Thierry Weber, quimène à la baguette l'orchestre régionald'harmonie, « il est temps de montrerque nos valeurs actuelles ne datent pasd'un autre âge, que l'orchestre, avecses 55 musiciens, essentiellement desvents, est en capacité d'envisager demultiples répertoires. »La création de Game of the Deathpermet d’en juger. Ce projet audacieuxmélange orchestre et hip-hop. Librementinspiré du film inachevé de BruceLee, ce Jeu de la mort réunit aussi septdanseurs investis collectivement dansun challenge artistique novateur quibouscule les codes habituels et quidonne à voir ce que l'orchestre laisseentendre._10 janvier à la maison du peuple deBelfort, 14 janvier au Théâtre musicalde Besançon.Tél. 03 81 82 02 40www.orchestre-regional.frLe musée des Maisons comtoises récompenséMarque de qualité et de confiance pour letouriste, le label Qualité Tourisme TM vientd’être attribuée au musée de plein air desMaisons comtoises, à Nancray. Une récompensehaut de gamme puisque seulementcinq sites en France l’ont obtenue, fin2009, dans la catégorie “lieux de visites”.Reconnue par l’État, Qualité Tourisme TMest une marque créée sous l’égide duministère délégué au Tourisme et relayéepar la Fédération des écomusées et desmusées de société, dont le siège est àBesançon. Audité par un cabinet extérieur,le musée de Nancray a satisfait à près de95 % les 230 critères de conformité (qualitéde l’accueil, des informations fourniesaux touristes, de confort…) alors que labarre est fixée à 85 %. Une belle réussite !janvier-février 2010_vu du doubs_7


I I expositions À découvrir au Conseil généralDu lundi au jeudi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30, le vendredi de 8h30 à 12h.Entrée libre. Renseignements au 03 81 25 85 78Chenciner,au commencementétait la géométrie« La peinture est issue de la géométrie »,rappelle volontiers Patrick Chenciner qui,depuis sa sortie de l’École des Beaux-artsde Besançon, en 1974, diplôme en poche,ne cesse d’affronter le volume du pointà la ligne. Les Doubiens sont invités àdécouvrir ses œuvres récentes lors del’exposition proposée par le Conseil général.L’occasion est assez rare pour ne pasla rater !Les personnages géométriques desdébuts se sont peu à peu transformésen formes complexes et imbriquées,les superpositions créant des effets deperspective mouvants et troublants. Lapeinture architecturale de Patrick Chenciner,proche de l’art concret, s’est peuà peu simplifiée pour laisser s’exprimerdes aplats de couleurs complémentaires,chaudes et froides, toujours franches,ne laissant jamais indifférent. Le carrédemeure, le plus souvent, à la base descompositions, et contribue à créer uneharmonie évocatrice. Il faut prendre letemps de pénétrer dans ces toiles pour enapprécier pleinement les jeux visuels et lecaractère ludique.Du 11 janvier au 20 févrierEspace 13-15 rue de la Préfectureà BesançonProudhon, un penseur toujours d’actualité200 ans après sa naissance, le théoriciendu socialisme est toujours présentpar la force de sa pensée. Organisationinstitutionnelle, éducation et formation,protection sociale, régulationsocio-économique… Il n’est pas unsujet qui nous préoccupe aujourd’huisur lequel il ne se soit exprimé, commele montre l’exposition Pierre-JosephProudhon de A à Z. A comme anarchie,Z comme Zéro intérêt – en référenceà ses idées sur la banque du peuple.Chaque lettre est illustrée d’une citationextraite de l’un de ses ouvrages, letout complété de documents précieux :une correspondance échangée avecMarx ; des lettres de Courbet à proposdu célèbre portrait de Proudhon encompagnie de ses filles, réalisé aprèsla mort de son ami. Enfin, une biobibliographieaide à suivre le parcourstumultueux de ce penseur inventif quiconnut la prison et l’exil.« S’il est né à Besançon le 15 janvier 1809,ses racines familiales plongent dans l’histoirede Chasnans », rappelle le maire de lacommune, Robert Proudhon, qui a conçuce projet instructif. Un arbre généalogiqueaide à remonter le fil des alliances etcousinages jusqu’au XVII e siècle. Impossibleensuite de confondre Pierre-Josephavec Jean-Baptiste, son aîné (1758-1838),homme de droit, jurisconsulte !Après Besançon, l’exposition sera présentéeà Audincourt, à l’espace Gandhi(du 15 février au 6 mars).Du 11 janvier au 12 févrierHall de l’Hôtel du Département,7 avenue de la Gare d’Eau à Besançon.8_vu du doubs_janvier-février 2010


FabricantFenêtreset portes pvcÉtude et devissans engagementFabrication sur mesure.Nous réalisons vos porteset fenêtres dans notre atelierà SOYE.HALL D’EXPOSITION26 place Aristide Briand25250 L’ISLE SUR LE DOUBSTél. 03 81 92 74 66 - Fax : 03 81 92 87 53Mail : fournier.menuiserie@orange.frVDDjanvier-février 2010_vu du doubs_9


I infos CG I Routes départementales : du nouveau dans l’infoAfin de donner une information rapidesur l'état des routes en périodehivernale, le Conseil général adapteson organisation.Plus d'informations surwww.inforoute25.frZone de BesançonRD 492 Éternoz – Nans-sous-Sainte-AnneSécurisation de l’itinéraire : création etstabilisation d’accotements au carrefour avec laRD 15 et dégagement de visibilité au carrefouravec la RD 103E. Circulation alternée.RD 139 Nans-sous-Sainte-Anne – SarazCréation d’accotements et assainissementroutier. Route déviée.Zone de MontbéliardVéloroute d'Allenjoie à Baume-les-DamesIncidence sur la circulation cyclable voireautomobile le long de la RD 463/ 43 E2,communes de Bart, Courcelles-lès-Montbéliard etSainte-Suzanne.RD 463/43E2 Sainte-SuzanneAménagement d’un carrefour à feux,15 jours de travaux.RD 475 ÉcotReprise de la géométrie de la routedépartementale, création d’accotements,circulation alternée, durée prévisible des travaux1 mois et 15 jours.RD 486 RougemontTravaux de reprise d’assainissement routier,circulation alternée, durée des travaux 1 mois.RD 437 LiebvillersMise en place d’un dispositif de protectioncontre les chutes de pierres face à l’usine Facel,circulation alternée, durée prévisible des travaux1 mois 15 jours.RD 50 Pont-les-MoulinsMise en place d’un dispositif contre les chutes depierres, circulation alternée, 15 jours de travaux.RD 623/ 136b MontbéliardMise en conformité d’un carrefour avec feux designalisation, 15 jours de travaux.Zone de PontarlierPas de travaux perturbants prévus.Un site internet uniquement dédié àl’état des routes départementales, www.inforoute25.fr, est en ligne depuis minovembre.www.inforoute25.frEn période hivernale, de novembre àmars, ce site est mis à jour chaque matinà 6h30, puis plusieurs fois dans la journéesuivant l’évolution de la situation. Ildétaille l’état des routes départementaleset les conditions de circulation. De plus,il recense les chantiers routiers ; chaqueévénement exceptionnel perturbantdurablement la circulation sera ajouté entemps réel. En dehors de cette périodehivernale, sa mise à jour sera ponctuelleen fonction des chantiers.Un contact médiasDepuis novembre, une cellule médiascomposée de cinq agents a été constituéeau sein de la Direction des routes etdes infrastructures du Conseil général.Son rôle est de mettre à disposition desmédias, en temps réel, des informationssur l'état des routes. Dès 6h30, un agentpeut indiquer aux journalistes un contactdirect pour disposer des informationsutiles pour les flashs de 7h. L’agentLe Conseil généralà votre serviceCourant mars 2009, le Conseil générala vu sa certification AFAQ Engagementde service® renouvelée. Cela vientconfirmer que les services départementauxrespectent bien les engagementspris en direction des usagers en matièred’accueil physique et téléphonique, degestion du courrier, d’organisation destransports scolaires et d’informationsur les chantiers routiers.Un nouveau certificat a été apposé danstous les sites de la collectivité pour eninformer le public.contact médias livre une synthèse del’état des routes et des conditions de circulationrecueillie au plus près du terrain,sur tout le département, ainsi que desinformations plus générales sur la météorologie,par exemple...La nuit, le week-end, les jours fériés etle vendredi à partir de midi, le systèmed'alerte routière du Conseil général à destinationdes partenaires institutionnelsest sécurisé avec l'appui du SDIS (Servicedépartemental d’incendie et secours).Le système d'alerte routière du Conseil généralfonctionne toute la semaine, nuit et jour,week-ends et jours fériés compris.Le Conseil général affiche sa qualité de serviceDans un esprit d’amélioration continuede l’accueil, ce document comporte unvolet intitulé “Quelques règles à respecterpour mieux vous accueillir” quirappelle les droits et les obligations despersonnes accueillies dans les services.Il est disposé dans les lieux recevantdu public tels que les halls d’accueil, lessalles d’attente, les bureaux d’entretien…Pour tout savoir sur la démarche qualité,n’hésitez pas à consulter le site Internetwww.doubs.fr en cliquant sur la rubriqueLe Conseil général puis Démarche qualité.10_vu du doubs_janvier-février 2010


Les Champs-Élysées de Foucheransen plein rajeunissement...Iinfos CG ILes habitants l’appellent affectueusement “les Champs-Élysées deFoucherans” : l’alignement d’arbres arrivait en fin de vie, fragilisé parles ans et diverses pathologies. La question de la pérennité même de cetensemble toujours majestueux se posait. L'alignement étant situé pourmoitié sur le domaine routier départemental et sur le domaine communal,les deux collectivités ont uni leurs financements (51 000 eurospour le Conseil général, 10 000 € pour la commune, pour la premièrephase) afin de le sauver.Une fois l'expertise phytosanitaire réalisée par l’expert de l’ONF, 59arbres en fin de vie, présentant un danger, ont été abattus par les Chantiersdépartementaux d’insertion, et 21 autres ont été taillés par l’ONF.Les branchages et gros bois du chantier ont été recyclés en plaquettesforestières par ONF Énergie pour chauffer, entre autres, le collèged’Ornans et des logements HLM de la commune. Enfin, 58 jeunestilleuls ont été plantés, dont l'avenir et l'entretien seront assuréspar la commune de Foucherans. À terme, ce seront 180 arbresqui peupleront le site. Projet environnemental et action socialese rejoignent à la grande satisfaction des Foucheranais.L’alignement d’arbres date du XIX e siècle.Session publiquesur place ou sur InternetLes élus seront réunis ensession départementalele 1 er février pour étudier lesorientations budgétairesde l'année 2010.7 avenue de la Gare d’Eau,à Besançon, ou sur Internet :www.doubs.frpour la retransmission desdébats en direct.De nouveaux horaires d’ouvertureaux Archives départementalesLa salle de lecture des Archives départementales est désormaisfermée au public le lundi matin, ce qui permettra de conjuguer lesimpératifs de formation du personnel et d’adaptation du service.En effet, les demandes sont faibles en tout début de semaine. LesArchives du Doubs n’en demeurent pas moins ouvertes 43 heurespar semaine, le lundi de 13h à 18h, les mardi, mercredi et jeudi de9h à 17h, le vendredi de 9h à 17h, et le samedi de 9h à 12h.Sans oublier l’accès par Internet, à tout moment :http://archives.doubs.frNouvelle adresse pourle CMS de l’Isle-sur-le-DoubsLe Centre médico-social de l’Isle-surle-Doubsest installé désormais au 78rue du Magny. Le bâtiment dispose d’unascenseur extérieur pour en faciliterl’accès aux personnes à mobilité réduite.Ce service de proximité du Départementest accessible tous les jours de 9h à 12h etde 13h30 à 17h30 sauf le jeudi après-midi(seul un accueil téléphonique est assuré)et le vendredi après-midi.Tous les usagers des cantons de L’Islesur-le-Doubset de Clerval peuvent ainsibénéficier, dans de bonnes conditions,d’une large offre de services, de la protectionmaternelle et infantile au Revenu desolidarité active en passant par les prestationsvieillesse, notamment.Tél. 03 81 92 73 98Permanences sociales :• tous les lundis à la mairie de Clervalde 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30.Tél. 03 81 97 80 16• Une fois par mois à Sancey-le-Granden contactant au préalablele CMS de L’Isle-sur-le-Doubs.janvier-février 2010_vu du doubs_11


I dossier IAvec Mobidoubs,vous allez partoutÀ horaires fixes, réguliers ou sur demande, ils assurent partout !Les cars Mobidoubs tissent des liens d’un point à l’autre dudépartement, entre petites communes et grandes villes,chaque jour, tout au long de l’année. Mais ils font plus encore :leurs horaires sont compatibles avec ceux des réseauxurbains et des TER, mais aussi avec ceux des TGV, pour allerplus loin encore. Et tout cela pour un coût modique. Alors,fini le tout-voiture, place aux transports collectifs ! De surcroît,ce sera un geste favorable pour la planète. Vous reconnaîtrezaisément les Mobidoubs à leur livrée dynamique auxcouleurs du Doubs. //////////////////////////////////////////////////////////////////////janvier-février 2010_vu du doubs_13


...I dossier ILigne A, Besançon-Pontarlierau choix : en express ou par la vallée«Désormais, il est possible de rallierPontarlier et Besançon en1h10, avec la ligne A express, parÉtalans et Nods, ou bien en 1h30, par savariante via la vallée de la Loue. Dès 5h30au départ de Pontarlier, et 6h au départde Besançon, neuf allers-retours sontproposés chaque jour.« Notre pari, c’est de réussir à conjuguerdes attentes très différentes. Déplacementsprofessionnels, personnels, deloisirs… Tout est possible », annonceAlexandre Guilmot, directeur opérationnelchez Monts Jura Autocars qui s’est vuattribuer la gestion de la ligne A.« Nous mettons en service des autocarsneufs de 59 places super-équipés : climatisation,magazines et quotidiens, liseuse etrepose-pieds, prise pour ordinateur, accèsaux personnes à mobilité réduite et, bienentendu, radio et ceinture de sécurité. »Tout est entrepris pour satisfaire etL’organisation de la ligne B participeau désenclavement du monderural », avance Jocelyn Rigoulot,directeur de la RDTD (Régie départementaledes transports du Doubs). Ligne deproximité, elle permet de se déplacer entrePontarlier et Montbéliard, mais pas seulement: elle facilite les échanges à l’intérieurde chacun des territoires que forment lesecteur de Pontarlier, celui de Morteauet celui de Maîche, et aussi entre ces territoires.C’est pourquoi elle est constituéed’une ligne régulière Pontarlier-Montbéliardà horaires fixes – active du lundi auvendredi –, et, sur le même parcours, d’unservice accessible par réservation téléphonique– prévenir la veille avant 17h, et levendredi pour le week-end. Ce service surmesure peut desservir jusqu’à 33 pointsd’arrêt, y compris le week-end.« Nous disposons de nouveaux microbusde huit places confortables, signale JocelynRigoulot. Mais face à la croissance de lademande, nous avons dû mettre en placeun car de 22 places sur l’axe Morteau-Montbéliard, à titre expérimental. » Enfidéliser les usagers. « Nos abonnéspeuvent accéder par texto auxinformations sur l’état du traficen temps réel », précise encoreAlexandre Guilmot.Pour la ligne A, MontsJura Autocars propose des ticketsà l’unité, des carnets de dix voyages,et un abonnement mensuel. Letransporteur a opté pour une billettiqueélectronique sans contact. L’abonnédispose d’une carte individuelle à puce, detype carte bancaire, qu’il passe devant lelecteur optique en montant dans le car.Pour recharger la carte, il convient de serendre dans les boutiques Mobilignes ouGinko de Besançon, et chez des dépositairesà Ornans, Lods, Vuillafans et Pontarlier.Tél. 0825 00 22 44Ligne B, Montbéliard-PontarlierLe sens de la proximitéeffet, entre septembre et octobre, la ligneB est passée de 240 à 430 voyages. Preuvequ’elle répond à sa vocation.Allons au plus simple... C’estauprès du chauffeur que les usagers choisissentla formule qui leur convient : ticketà l’unité ou carnet de 10, abonnementhebdomadaire ou mensuel.Renseignement et réservationau 03 81 46 40 44 (jusqu’à 17h la veillepour le lendemain et jusqu’au vendredisoir pour le week-end et le lundi matin).Jérôme Panier, le matin, à son arrivée à Montbéliard.Les cars sont équipésde prises pour ordinateur.Jérôme Panier :« C’est tout bénéfice »Depuis quatre ans qu’il habite à Saint-Hippolyte avec sa femme, JérômePanier, 33 ans, emprunte au moinstrois fois par semaine les transportscollectifs pour se rendre à son travailà Montbéliard. Premier avantage qu’ily voit : l’économie financière. « J’aicalculé grosso modo que cela mecoûtait 30 € d’abonnement au lieu de150 € de carburant par mois. Du coup,notre foyer ne compte qu’un véhicule. »Autres avantages : « En car, c’estbeaucoup moins fatiguant, surtoutl’hiver, sur les routes enneigées. Onse sent en sécurité. De plus, on nes’énerve pas dans les embouteillages.Certes, il faut compter dix minutesde plus sur le temps de trajet. Maiscomparé aux avantages, il n’y apas à hésiter ! »Jérôme Panier a appréciél’écoute du service desTransports du Conseil général :« Au lancement de la nouvelleformule, nous avons étéplusieurs à signaler que certainshoraires n’étaient pas bienadaptés. Certes, il est difficilede satisfaire tout le monde,mais notre demande a étéprise en compte. Globalement,je constate une améliorationdu service. »16_vu du doubs_janvier-février 2010


I social I Insertion :La Région est chargée dela formation professionnelle,les Départements s’occupentde l’insertion. Ils ont uni leurscompétences pour proposerdes formations préqualifiantesà des publics éloignés de l’emploi.Des stagiaires témoignentAbdel :« Au début, j’appréhendais. En fait, cen’est pas si compliqué. On a découvertles pannes possibles, on en a mêmeprovoqué pour voir. On a aussi installédes logiciels. »Dominique :« C’est passionnant ! Je me suis surprisemoi-même. On comprend mieuxle fonctionnement de l’ordinateur endécouvrant son intérieur. »Pascal :« C’est ma conseillère insertion quim’a parlé de cette formation. Çame plaît beaucoup. D’ailleurs ça medonne envie de faire une formation detechnicien de maintenance. »«Il était naturel pour la Région de setourner vers les Départements,compte tenu de leurs compétencessociales, pour construire un programmerequalifiant de formation professionnelle», avance Sylvie Laroche, vice-présidentedu Conseil régional, en chargede l’économie sociale et solidaire. « Nousnous adressons à des personnes confrontéesà diverses difficultés d’insertion :elles peuvent être liées à un manque dequalification, des problèmes de logement,de santé, de mobilité… Nous voulons leurproposer une offre adaptée afin de leurpermettre de construire un parcourspersonnel d’insertion professionnelle.C’est là une réaffirmation du droit à laformation tout au long de la vie. »« L’appel à projets de la Région répondpleinement à des difficultés qui freinentl’insertion professionnelle : la reprise deconfiance en soi, l’accès aux savoirs debase… », observe Claude Girard, vice-présidentdu Conseil général en charge del’enfance, de la famille et de l’insertion.« Pour élaborer des programmes originaux,les organismes ont pris en compteles besoins des bénéficiaires du RSArecensés par nos conseillers insertion, carnous ne devons pas plaquer les mêmesUne formation qui ouvredes perspectives inattendues !Région et Départements unissent leurs effortsréponses à Besançon, à Montbéliard oudans le Haut-Doubs. »En 2009, plus de 400 personnes percevantles minima sociaux, dont la moitiédans le Doubs, ont suivi l’une de ces formations.L’expérience est renouvelée en2010.L’ordinateur n’a plusde secrets pour euxClaude Rozay, directeur adjoint du CRIFFormation et conseil, à Besançon, et sonéquipe ont pris tout le monde de court.Ils ont posé un ordinateur devant chacundes participants à Formatic, l’une desformations préqualifiantes organisées enFranche-Comté, et ils leur ont dit : « Vousallez les démonter intégralement, étudierleur composition, puis les remonter. »Douze semaines plus tard, à raison dequatre jours de formation par semaine,chacun repartait avec son ordinateurremis à neuf !« Nous avons choisi un objet complexepar excellence pour démontrer que rienn’était jamais impossible », expliqueClaude Rozay. « Le groupe a inventé dessolutions au fur et à mesure et, du mêmecoup, chacun a repris confiance en soi etgoût au savoir. »18_vu du doubs_janvier-février 2010


* Uniquement sur les produits présentés et hors accessoirescréationcréationFrançois Di PasqualeFrançois Di PasqualeDOUBS (Pontarlier) - Tél. 03 81 39 34 00Zone commerciale - Hyper U - à côté de l’entrepôt du Bricolageles constructions en bois…sur mesure10 bis rue de laCombe du Puits25480 Ecole Valentin(Besançon)Tél. 03 81 88 30 48www.prestibois.frAbrisAuventsChaletsBûchersGaragesPergolasMaisonsde loisirsVisiteznotre expoLES CONSTRUCTIONS SUR MESURELes constructions sur mesurePour une documentation plus complète, merci de nous retourner ce couponNom :................................. Adresse : .......................................................................................................................................................Ville : ........................ Code Postal : ..................Tél. : .........................abris de jardin bûchers auvents garages maisons de loisirsLES CONSTRUCTIONS SUR MESUREwww.cuisines-pontarlier.frPortes ouvertes 9 et 10 janvier 2010de 10 h 00 à 17 h 00Des nouvelles por te en une journée !LES CONSTRUCTIONS SUR MESUREL’ancienne cuisine redevient neuve !De nouvelles marches sur mesure !Un nouveau plafond en une journée !www.grosjean.portas.frCUISINES – BAINS – MOBILIER CONTEMPORAINMagasin COMPREX - 4, rue de l’AérodromeHOUTAUD - PONTARLIER - 03 81 39 27 17avec le soutien dePortes · Portes d‘entrée · Cuisines · Escaliers · Fenêtres · Plafonds · Portes coulissantesjanvier-février 2010_vu du doubs_19


I personnes âgées I Une offre d’hébergementsde plus en plus diversifiéeJean-Marie Bart,vice-président en chargedes Solidarités, insistesur les perspectivesinscrites au projetDoubs 2017 : « Dans unsouci d’équité, les effortsse poursuivront afin quele département soit dotéde structures d’accueilbien réparties sur toutson territoire. »Une méthodeet des dispositifsd’accompagnementLe Conseil général met en œuvreau quotidien une politique gérontologiqueciblée, inscrite dans sonSchéma départemental d’organisationsociale et médico-sociale.Tout y est défini : aides techniquesou humaines (Allocation personnaliséed’autonomie, aide sociale),services dédiés à la personne enperte d’autonomie (Pôle handicapet dépendance, par exemple),dispositifs d’accompagnement oud’information (Dispositif à la vieautonome, Centres locaux d’informationet de coordination...),représentation des usagers dansles Conseils de vie sociale desétablissements, instance deréflexion avec le CODERPA (Comitédépartemental des retraités etdes personnes âgées).Le dispositif d’Aide à la pierrepermet d’accélérer les programmesde construction et derestructuration des EHPAD. Eneffet, cette politique volontairedu Conseil général contribue àl’amélioration de l’offre d’accueilet d’hébergement des personnesâgées dépendantes, tout enlimitant l’impact des travaux sur letarif de l’hébergement à la chargedu résident.Rien que sur l’année 2009, le Conseil général a contribué à la créationd’environ 264 places d’accueil en établissements pour personnes âgées.Cette offre est complémentaire de l’aide au maintien à domicile etcontribue à diversifier les formules d’hébergement.Depuis 2004, le Conseil général asoutenu 21 projets d’agrandissement,de création ou de modernisationd’Établissements d’hébergementpour personnes âgées dépendantes(EHPAD), soit 1 728 places, pour un coûtd'environ 27 millions d'euros. Ce sont pasmoins de 413 places qui ont été créées, et417 doivent l’être au cours des prochainesannées. Ces chiffres donnent la mesurede l’effort considérable engagé par leConseil général, dans le cadre de sonprojet Doubs 2010, afin de répondre à unedemande très forte. L’Assurance-maladieaccompagne cette démarche volontaristepour la partie soins.Une préoccupation prioritaire :respecter les choix de vie« Partenaire et financeur de premier plan,le Conseil général a facilité ces dernièresannées la réalisation de nombreux projetsarchitecturaux qui s’harmonisent avecune évolution culturelle profonde dansla prise en compte des attentes des personnesâgées. Les chambres comptent unou deux lits, par exemple ; l’encadrementet les animations ont été renforcés », faitobserver Jean-Marie Bart, vice-présidenten charge des Solidarités.Entre vivre chez soi ou en institution,plusieurs options sont désormais possibles,notamment l’accueil temporaire,en plein développement : de jour ou denuit, pour des durées variables, il permetde soulager les aidants familiaux, notammentceux qui s’occupent des personnesatteintes de la maladie d’Alzheimer oud'autres pathologies dégénératives.« Notre ambition est de garantir le respectdes choix de vie des personnes âgées,déclare Jean-Marie Bart. C’est pourquoinous veillons à organiser une offre diversifiée,au domicile et dans différents typesd’établissement, de façon à ce qu’il soitpossible d’établir des parcours résidentielsindividualisés et cohérents. »18 nouvelles places d’EHPADont été créées à Maîche.20_vu du doubs_janvier-février 2010


...I personnes âgées ILes projets finalisés en 2009, les projets en coursÀ Besançon, après 15 ansde travaux, la capacitéd’accueil totale du Centre delong séjour de Bellevauxatteint 270 places (dontdix en temporaire et dix enaccueil de jour). La dernièretranche portait, en 2009, surla rénovation du bâtimentD et de ses quatre étagespour un montant de près detrois millions.À Pierrefontaine-les-Varans,ont été créées 24 places enMARPA (Maison d’accueilrurale pour personnesâgées).Dans le nord du département,deux nouveaux établissementsont ouvert leursportes. Géré par la Mutualitéfrançaise du Doubs, l’EHPADLe Havre des Jonchets àGrand-Charmont, d’unecapacité de 100 places (dontcinq en temporaire et dix enaccueil de jour) accueillaitses premiers résidentsen septembre. Géré par laFondation Caisse d’épargne,l’EHPAD Pierre-Haugerà Montbéliard, avec ses85 places (dont quatre entemporaire et cinq en accueilde jour) accroît également demanière significative l’offresur le pays de Montbéliard.Avec les 14 places supplémentairescréées aulogement-foyer Bossière, deMontbéliard, ce sont ainsi199 nouvelles places d’hébergementpermanent quiont été proposées, en 2009,sur ce territoire jusqu’alorstrès insuffisamment couvert.Les projets en cours àDesandans, Audincourt etBart permettront d’atteindreun taux d’équipement prochede la moyenne nationale (123pour 1 000 personnes de plusde 75 ans).Des hôpitaux de proximitéadaptés aux besoinsLe Doubs compte quatre hôpitaux locaux(sur huit en Franche-Comté) : à Baume-les-Dames, Morteau, Mouthe et Ornans. Cesétablissements publics de santé, accessiblesà l’ensemble de la population, sont compétentsdans les soins de premier recours,dans l’orientation des malades vers lesstructures adaptées à leur pathologie, dansl’offre de soins de suite. Ils accueillent aussides personnes âgées, participant ainsi à leurconfort et à leur sécurité.Le Conseil général contribue à l’améliorationdes conditions d’accueil dans ces hôpitauxlocaux pour la partie qui concerne les personnesâgées dépendantes. Il assure ainsila cohérence de sa politique gérontologique.Preuve, s’il en fallait, de la complémentaritédes interventions de l’État et des collectivitéslocales : le millefeuille souvent dénoncéa des côtés positifs !Au logement-foyer Bossière, à Montbéliard,chacun aménage son espace à son goût.Bien équipé,le Centre de longséjour de Bellevaux,à Besançon,arrive au termede 15 annéesde travaux.Sur l’ensemble du départementAu sud du département, l’hôpital local deMouthe, entièrement reconstruit, offredésormais 60 places aux personnes âgées(dont trois en temporaire et trois en accueilde jour). Une maison médicale à proximitéassure une continuité et une globalité deprise en charge. En janvier 2009, 18 nouvellesplaces d’EHPAD ont été créées à Maîche. Et àl’hôpital de Pontarlier, ce sont 29 places quiouvriront en septembre prochain. Enfin, 18places supplémentaires devraient à termeêtre créées à l’EHPAD de Levier.Côté est, l’hôpital local Saint-Louis d’Ornans(88 places d’EHPAD) a fait l’objet d’unerestructuration qui s’est achevée en 2009.Dans le cadre de cette réhabilitation, cinqplaces d’hébergement temporaire ont étécréées. Premier financeur du projet, leConseil général a assuré une participationde 16,6 % (1 832 000 €). À Quingey, il s’apprêteà investir près de 2 M€ (+ de 16 % ducoût) pour la reconstruction, lancée en septembre2009, d’un des bâtiments de l’EHPAD,pour 87 places. De même, à Avanne-Aveney,pour la restructuration démarrée en 2007,l’effort du Département atteint 6,42 M€ surun budget de 36 millions.janvier-février 2010_vu du doubs_21


I collèges I Des collèges remis à neufà L’Isle-sur-le-Doubs et à BesançonEn fin d’année 2009, une double inauguration s’est opérée, preuve concrètede l’engagement du Conseil général pour la jeunesse : celle du collège Paul-Élie-Dubois le 20 novembre, à l’Isle-sur-le-Doubs, et celle du collège ClairsSoleils le 3 décembre, à Besançon.Rémy Nappey,vice-présidenten chargede la Citoyenneté,de la Politiqueéducative et culturelle,conseiller général, mairede L'Isle-sur-le-Doubs« Au moment d’inaugurerce collège Paul-Élie Dubois,plusieurs images mereviennent : l’unanimité dujury sur ce projet, la posede la première pierre en juin2006, certains personnels,principaux, principauxadjoints ou professeurs,qui ont marqué la viede l’établissement.Sans compter le partenariatavec la ville pour sécuriserl’entrée du collège. »Dans les deux cas, la délégationd’officiels et d’élèves menée parle président Claude Jeannerots’est livrée à la visite des coins et recoinsdes établissements aux styles architecturauxtrès différents, des salles de classe àla demi-pension en passant par l’administrationet les Centres de documentationet d’information spacieux et accueillants.Paul-Elie-Dubois en 274 000 briquesIl n’y a en effet pas moins de 274 000briques, ce matériau naturel et résistantsur les façades de l’établissement. FrançoisDupuis, le principal du collège deL’Isle-sur-le-Doubs : « À ma prise de fonction,j’avais un collège parallélépipédiquerempli de fenêtres… comme on en voitpartout. Maintenant, Paul-Elie-Dubois estunique, original, doté d’une isolation thermiqueefficace, d’une chaufferie bois quicontribue à l’éducation au développementdurable (Ndlr : beaucoup ayant d’ailleursreconnu aux copeaux et aux plaquettes lebois des environs !). C’est donc une grandesatisfaction. Inaugurer ce collège, le jourdu vingtième anniversaire des droits del’enfant est très symbolique surtout qu’ilrépond désormais, par sa nouvelle accessibilité,à ceux des enfants handicapés. »Élisabeth Bisot, inspectrice d’académie duDoubs soulignait : « Je salue l’action duConseil général en faveur de l’éducation.Il s’agit là d’un nouvel élan pédagogiquepour ce collège. Les droits de l’enfant sontaussi les devoirs des adultes, dont l’accompagnementdes élèves en difficulté etla confiance dans le potentiel des élèves.Ce qui est le cas ici. »Une architecture originale à L'Isle-sur-le-doubs.22_vu du doubs_janvier-février 2010


Isanté I Vivre avec une stomie… comme avant«La Journée mondiale des Stomisés,début octobre, passe inaperçueauprès du grand public », regretteLiliane Bourgeois-Jeanneret. Pour laprésidente d’Urilco* Franche-Comté, quia succédé à René Jeanney, président-fondateurde l’association en 1986, « il s’agitde s’attaquer au tabou jeté sur un handicapméconnu qui touche 2 000 personnesen Franche-Comté, 80 000 en France ».Le 3 octobre, en présence du présidentClaude Jeannerot, un point presse étaitorganisé pour présenter l’association.Ce fut l’occasion de faire une sorte de“coming out” afin d’expliquer la vie avecune stomie.La stomie est une dérivation de l’urètre,de l’intestin grêle ou du colon, avec unepoche de recueil. Elle est réalisée à la suited’un cancer, d’une maladie inflammatoirechronique, d’une malformation ou d’unelésion accidentelle.Démystifier le handicap« Invisible par autrui, notre handicapreste tabou : nous voulons le démystifieret prouver que nous pouvons mener unevie normale, professionnelle, sociale,amoureuse ou de loisirs. Nous souhaitonsinciter les personnes stomisées à nousrejoindre afin qu’elles ne se refermentpas sur elles-mêmes. »À la mission d’information et de soutienpsychologique aux patients stomisés,Liliane annexe un autre objectif : « Faireconnaître Urilco et l’intégrer davantageaux réseaux de santé, pour agir avec eux,et représenter des usagers dans les établissementshospitaliers ».*Urilco (Urostomie, déviation des uretères,iléostomie, déviation de l’intestin grêle,colostomie, déviation du colon).Urilco, 42 rue François-Arago25000 Besançon. Tél. 03 81 50 65 61Courriel : lili.bj@orange.frSite national : www.fsf.ass.frLiliane Bourgeois-Jeanneret, présidente d'Urilco Franche-Comté.Annie témoigneÀ peine sortie de l’hôpital, Annie ne s’estposé qu’une question : comment se rendreutile auprès de personnes qui, comme elle,vivent avec une stomie ? La réponse, elle l’atrouvée sur internet en découvrant l’existenced’Urilco à Besançon. « Assistante dedirection en retraite, j’ai eu envie de devenirmembre actif de cette association. Urilcoavait besoin d’une secrétaire : aujourd’huij’ai le plaisir d’occuper le poste. Ce n’estpas facile pour tout le monde de reprendreune vie normale mais il ne faut surtoutpas renoncer à vivre comme avant, à rencontrerd’autres personnes stomisées... »Dédramatiser, rester soi-même, dépasserle handicap, c’est le conseil qu’Annie metchaque jour en pratique.Tiss’Cache pour préserverl’intimitéLiliane Bourgeois-Jeanneret a conçu unpetit accessoire esthétique à poser surl’appareillage afin de préserver la féminité.Tiss’Cache est en tissu, en maille ou en dentelle,facile à confectionner soi-même. L’idéea été récompensée par un prix international.janvier-février 2010_vu du doubs_25


I zoom I Vive les mois du blancpour un maximum d'activités dans le DoubsChristian Bouday,vice-président duConseil général« Le Conseilgénéral investit ets’investit pour leski, activité économiquephare dansle Haut-Doubs.Pour le tremplinde Chaux-Neuve,il finance 40 %des nouveauxinvestissements, complétéspar l’État, la Région et leConseil général du Jura, aprèsavoir assuré le remboursementdes précédents travaux. Il estimportant de renforcer le skidans le Doubs. C’est pourquoinous soutenons le remplacementdu système de billetteriesur la station de Métabief, quenous finançons à 25 %, et larénovation du Centre d’accueil,à 50 %. Le Conseil général croitau dossier du mont d’Or et sesinvestissements permettentd’améliorer la qualité del’accueil pour mieux répondreaux exigences fortes destouristes. »Année neigeuse, année fructueusedit le dicton. Mais tout n’est pasperdu si la neige vient à manquerun peu. Le Comité départemental dutourisme (CDT) du Doubs, tout commeses partenaires et les professionnels dutourisme, s’emploie à concrétiser chaqueannée les belles promesses de l’hiver en yajoutant des idées made in Doubs !Le GPS safariet le parcours ski alpin MétabiefMême l’hiver, le GPS safari initié par leCDT est accessible ! Une manière originalede découvrir un site en faisant appelaux nouvelles technologies, au sens del’observation, à la chasse aux trésors etautre résolution d’énigmes en pleinenature. Raquettes, skis de fond ou alpinsaux pieds, nez au vent, découvrez en touteliberté et de manière ludique le domainedu mont d’Or et la station de Métabiefgrâce aux satellites !Informations :http://www.gps-safari-doubs.comLe biathlon pour tous,une exclusivité du DoubsLes quatre médailles décrochées par lesathlètes du Haut-Doubs lors des olympiadesde Turin en 2006, et celles qui lesont précédées, ont donné des idées. Laprécision du tir, héritage horloger autantque travail opiniâtre, apporte la touchede concentration nécessaire à ce sportexigeant. Cela en fait-il pour autant unediscipline inaccessible au grand public ?Grâce au Biathlon pour tous, la réponseest non. Combinant le ski de fond et letir à la carabine laser pour une sécuritémaximale, vous pouvez, dès huit ans, skierdans les traces de Florence Baverel, VincentDefrasne et faire mouche ! En solo, enfamille ou entre amis mais toujours grandeurnature sur les terres de champions !Informations réservations :• CDT, 0 381 212 999 - www.doubs.travel• Olympic mont d’Or en partenariat avecl’Office de tourisme Mont d’Or/2 lacs,03 81 49 13 81www.tourisme-metabief.com• Pays nature à Chaux-Neuve qui proposeégalement une initiation au saut à ski,03 81 69 16 09 - www.paysnature.com• École du ski français à Mouthe,03 81 69 26 15 - www.esfmouthe.com• Profession sport, 03 81 88 35 35 -www.professionsport.org• Entente sportive saugette,03 81 38 12 6326_vu du doubs_janvier-février 2010


...I zoom IDoubs Mag’ change de formuleAprès avoir été semestriel pendant 25 ans DoubsMag’ devient annuel. À cette occasion il s’offreavec son numéro 50 une cure de jouvence pourvous aider à faire le plein d’idées de destinations,d’activités, d’informations pratiques pour lesenfants, les adultes, pour se cultiver, se restaurer...À ses côtés, vous trouverez une nouvellepublication du CDT : DziD. Ses deux numéros paran, été et hiver, remplacent les brochures thématiqueset ajoutent des activités nouvelles (équitation,golf...) qui n’étaient pas encore traitées. Desmines d’idées et d’informations pratiques.La météo des neigesen quelques clicsGrâce au CDT et sur www.doubs.travel, retrouvez en temps réel l’étatd’enneigement des 22 secteursnordiques (Métabief, les Fourgs, Pontarlier,Chapelle-des-Bois, Mouthe...),le nombre de kilomètres tracés depistes de ski de fond, ski alpin etcircuits raquettes ouverts et desobservations météo. Actualiséechaque jour, cette météo des neigessera disponible jusqu’en avril.Jean-Marie Saillard,Conseiller généralde Mouthe etprésident de Haut-Doubs nordique.« Nous avons une offrediversifiée tant pour le skialpin que pour le ski nordique.Depuis 5-6 ans, on constateun changement des souhaitsde la clientèle vers plus devariété et des activités pluscontemplatives, proches de lanature comme les raquettesou les chiens de traîneau.Notre équipement évoluebien. Il est important que lesinvestissements suivent cesnouveaux besoins. L’idéal,avec notre clientèle familialec’est le multi-activités pourque chacun et à tout âgetrouve son compte dans unmême espace. La notionde qualité de service estprimordiale avec des salleshors sac et des sanitaires audépart des pistes, une offred’hébergement proche dessites. Nous avons un potentielen la matière. Celui-ci doitcontinuer à s’adapter. »Saut à ski :c’est le premier bond qui compteS’élancer sur les traces de Fabrice Guy,médaillé d’or de combiné nordique aux JOd’Albertville et vainqueur de la Coupe dumonde de 92, cela vous tente ? Sans rivaliseravec ses performances, vous pouvezressentir la montée d’adrénaline en vousenvolant. En effet, la structure Pays Naturepropose une initiation sur les tremplins desaut de Chaux-Neuve été comme hiver. Lesite de Chaux-Neuve est composé de cinqtremplins, un grand pour les compétitionsnationales et internationales et quatreautres adaptés à l’initiation puis à la progressiondes apprentis sauteurs. Olivier Pointu,directeur de Pays Nature : « Les différentstremplins d’initiation permettent unebonne montée en puissance. Depuis quatreans que cette activité existe, nous avonsune demande régulière. En deux heures, onapprend la gestuelle et la théorie que l’onmet immédiatement en pratique. Aprèsquelques répétitions de sécurité, on passesur le tremplin d’initiation, il n’est mêmepas nécessaire de bien savoir skier puisqu’ilsuffit de se laisser aller tout droit, c’est justeune question de position ! »Contact :Pays nature, 03 81 69 16 09ou 06 30 80 99 46 – www.paysnature.comPlus besoin de montrer son forfaità MétabiefAu rayon nouveauté, il en est une qui vasimplifier la vie des skieurs cette saison àMétabief. En effet, la station a mis en placeune billetterie « mains libres ». La carteà puce fait donc son entrée… et resterachaudement dans les poches des skieursqui n’auront plus besoin de la présenterau moment d’emprunter les remontéesmécaniques, les bornes vérifiant à distancela présence et la validité du titre. Ce dispositifsécurisé (il est possible de le bloquer encas de perte ou de vol) peut, en plus, êtrevendu via Internet, les partenaires de la station(comme les hébergeurs) et diminuerd’autant les files d’attente aux caisses. Enparallèle, la rénovation du centre d’accueilde la station de Métabief-mont d’Or quiabrite l’office de tourisme, l’École du skifrançais… permet à ce bâtiment, qui datedes années 1970, de retrouver des normes,une accessibilité et des aménagementsintérieurs plus en phase avec le dynamismede la station et les attentes des touristes.Contact :Office de tourisme de Métabief,03 81 49 13 81www.tourisme-metabief.comjanvier-février 2010_vu du doubs_27


I zoom I Hébergements touristiques :des formules magiquesL’offre d’hébergement s’étoffe etse diversifie dans le Doubs, en villecomme à la campagne, qu’il s’agissede tourisme d’affaires ou de tourismevert. Le Conseil général s’appuie surdeux labels complémentaires pourvaloriser cette offre : Gîtes de Franceet Clévacances.L'Annexe du 8.Charme, confort et cadre, c’est laformule que Catherine GiraudTelme-Colin a mise au point pourune clientèle d’affaires, dans sa propriétébisontine. L’Annexe du 8, dans le quartierSaint-Claude, peut accueillir une à quatrepersonnes. Cette formule d’hébergementtout à fait inédite dans le départementaffiche simultanément le labelClévacances (trois clés), la qualificationAffaires, et une conformité à la chartequalité Besançon Tourisme.Indépendance et conforten pleine villeSituée dans un parc, indépendante, lamaison que Catherine Giraud Telme-Colin a restaurée et meublée avec goûtest super-équipée : Internet wifi, téléphoneet fax, téléviseur, lecteur dvd, lavelinge,lave-vaisselle, micro-ondes… Elle estlouée à la semaine ou au week-end, pourles séjours professionnels d’une clientèleciblée d’industriels, de chefs d’entreprise,d’universitaires, de chercheurs, de musiciens,de comédiens…« L’idée est d’offrir un cadre agréable etconfortable à des personnes qui viennentà Besançon pour travailler ou traiter uneaffaire. Elles passent une semaine, unmois ou plus, avec toutes les commoditéset surtout l’indépendance », argumentela propriétaire qui s’apprête à ouvrir, endébut d’année, un nouveau lieu, l’Annexedu 11, dans le quartier historique deSaint-Jean.L’Annexe du 8, 8 rue Andrey à Besançoncontact@lannexedu8.comwww.lannexedu8.comRéservation en ligne surwww.doubs.travelUne étape de charmeen pleine natureDu côté de Baume-les-Dames, àSaint-Hilaire, Hélène Martheyaccueillait cet été ses premiersvacanciers dans son gîte d’étape et deséjour classé Gîte de France 3 épis. Enpleine nature, mais à 20 km seulement deBesançon, non loin de la sortie de l’A36,l’ancienne ferme rénovée propose unhébergement à géométrie variable, pourgroupe jusqu’à 30 personnes, famille,couple ou personne seule, de passage. « Lesneuf chambres, de 2 à 5 lits, sont répartiessur trois niveaux. Des équipements pourpersonnes handicapées sont prévus. Unesalle de séminaires est à disposition »,précise la maîtresse de maison.L’attrait de la vélorouteTable d’hôtes avec des formules endemi-pension ou pension complète, ungrand jardin… Hélène Marthey privilégieespace, convivialité et activités de pleinHélène Marthey à Saint-Hilaire.air. Les usagers de la véloroute, à deuxcoups de pédales, trouveront là uneescale bucolique et apprécieront les spécialitésrégionales.Le Conseil général soutient Hélène Martheydans son initiative en lui accordantune subvention dans le cadre de sa politiqued'aide à la création d'hébergementstouristiques : « Sa création d’activité estparticulièrement bienvenue dans un secteuroù l’offre d’hébergement demeureinsuffisante », souligne Vincent Fuster,vice-président en charge des infrastructures,du développement économique,agricole et touristique.Les Cossas, 7 rue principale à Saint-Hilaire. Tél. 09 60 08 63 39gite-les-cossas@orange.frhttp://lescossas.free.fr28_vu du doubs_janvier-février 2010


Le musée d’Ornans s’intègre dans un ensembleimmobilier de caractère, au bord de la Loue.I I Pays de Courbet, pays d’artistecultureLes travaux sont lancésau musée d’OrnansLa première pierre a été posée symboliquement, le 18 décembre 2009,par le président Jeannerot, pour marquer le lancement de 17 mois de travaux.Dès le printemps 2011, le futur musée, vaste et fonctionnel, constituera lecentre de gravité du Pays de Courbet, pays d’artiste.Courbet aimait son pays, et sonpays le lui rend bien. Progressivement,le projet porté par le Conseilgénéral prend forme. Après la réhabilitationde la maison de Flagey et l’aménagementpaysager de la Source de laLoue, le musée d’Ornans va connaître unetransformation radicale. Par ses dimensionset ses ambitions, il sera en mesurede rendre un hommage inédit à un artistequi appartient au patrimoine mondial.Sur les 2 000 m 2 disponibles, 740 serontconsacrés aux expositions permanenteset temporaires. Elles se déploieront surdeux niveaux accessibles aux personnesà mobilité réduite. La librairie, le centrede documentation, la cafétéria et le jardinferont de ce lieu un pôle muséal originalparmi les musées français.Des enjeux culturels et économiquesLe coût du projet s’élève à 9,2 millionsd’euros, la Région et l’État y prenantpart aux côtés du Département à hauteurde 3,5 M€. Projet ambitieux certes, maisaussi projet porteur « d’enjeux culturelset économiques, notamment touristiques,il contribuera à faire rayonner toutun territoire à travers Courbet », commele souligne le président Jeannerot.Le nouveau musée doit ouvrir ses portesau printemps 2011, alors que le TGV Rhin-Rhône effectuera ses premiers voyagesen décembre de la même année. Les deuxévénements pourront se faire écho afinde drainer un public large et nombreuxalors que le musée présentera une expositionexceptionnelle autour des œuvresde Courbet et du sculpteur Clésinger, sonami né à Besançon en 1814, célèbre pourle naturalisme de ses statues… et sonmariage avec la fille de George Sand.Un intérieur spacieux.Une destination natureet culturePays de Courbet, pays d’artiste se présentecomme un projet d’aménagement du territoirequi s’articule autour de quatre sites,dont le futur pôle muséal d’Ornans. La fermefamiliale des Courbet à Flagey a reçu plus de3 000 visiteurs depuis son ouverture cet été.C’est à la fois un lieu d’exposition d’œuvrescontemporaines, d’animations et d’ateliers,un jardin et le fameux café de Juliette. En2010, des chambres d’hôtes seront ouvertes.Le site de la source de la Loue a été réaménagéafin de garantir la sécurité des promeneurs,de le préserver aussi : avec 120 000visiteurs, c’est en effet le deuxième lieu leplus fréquenté de Franche-Comté, aprèsla Citadelle de Besançon. Un film racontantl’histoire du site est proposé en permanenceà la Maison de la source.Lieu chargé d’émotions, imprégné encorede l’esprit du maître du réalisme, l’Atelierd’Ornans fait l’objet d’une campagne derestauration, notamment pour sauver desfresques, tout en accueillant des expositionstemporaires.Enfin, l’aménagement de huit lieux et detrente parcours est programmé sur la période2010-2011. Ce seront autant d’ouvertures etd’itinéraires dans les paysages familiers deCourbet.En attendant l’ouverture du musée d’Ornans,les œuvres de Courbet sont présentées à laSaline royale d’Arc-et-Senans jusqu’au printempsprochain.30_vu du doubs_janvier-février 2010


I I sportÀ vos skis !De Cimes en Envoléejusqu’à la TransjuL’année commence sur les skis pourles fondeurs, amateurs de courses. Dèsle 3 janvier, le chrono va tourner auxFourgs avec le marathon des Cimes. 10ou 30 km pour un “petit décrassaged’après les fêtes”, premier test pourtous ceux qui ont la Transjurassienne enligne de mire. La répétition générale sefera à Chapelle-des-Bois avec l’Envoléenordique (25 ou 45 km) le 31 janvier.La 32 e Transjurassienne, elle, se placecette année sous le signe de l’amourpuisqu’elle coïncide avec la Saint-Valentin,le 13 et 14 février. L’étude économiquemenée l’an passé l’atteste : avecun impact net de plus de 650 000 €,la Transju’ est l’événement de l’hiverfranc-comtois. « Rien de tel pour faireparler de la Franche-Comté ! » estimeJean-Claude Dalloz, président deTrans’organisation. La Transju’ réunit7 000 participants dont 13 % de femmesseulement. « On était à 8 % il y a 10 ans.Grâce aux courses plus courtes, on aprogressé. C’est un bon chiffre pour unecourse de la Worldloppet* », souligne leprésident.En route pour l’UltratransEn cette année de JO, les têtes d’affichene seront pas au rendez-vous mais pas dequoi assombrir le moral des organisateurs.« La Fédération internationale de ski vaattribuer des points aux meilleurs. Onespère donc que de très bons coureurs,qui auront raté leur qualification aux Jeux,Bien appréciés, les points de ravitaillementsur la Trans'jurassienne.viendront marquer des points ici. »Quant à tous les anonymes, qui fontl’âme de la course, beaucoup se sontinscrits dès novembre pour la mythiqueLamoura-Mouthe. À noter une nouveauté,l’Ultratrans : « Un classementspécifique pour ceux qui s’alignent sur50 km classique le samedi et 76 km librele dimanche. Ils méritent bien un coupde chapeau ! ».* circuit mondial des courses longuesdistances13 et 14 février, 32 e Transjurassiennewww.transjurasienne.comL’année commence Speedo pour l’ANBDixième club français et support duPôle France Espoir depuis 4 ans, l’AvenirNatation Besançon compte 1 400adhérents. « Les résultats sont bons etbeaucoup de travail est accompli pourpallier le manque de financements »,estime le président Pascal Ranty. Ilévoque l’ouverture, il y a deux ans, d’unesalle de sport avec piscine dispensant,entre autres, des cours d’aquacycling etd’éveil à la natation.Fort de cette double identité, salle etclub, l’ANB est un vivier. « Nous voulonsoffrir les conditions favorables à l’épanouissementde nos nageurs. 41 d’entreeux sont engagés dans un double projetscolaire et sportif, en classe sport ou aupôle. » Cette saison, deux universitairesd’Antibes ont même rejoint le club.« Mais ici, quel que soit le nombre defois où on nage dans la semaine, tout lemonde est un nageur. »En compétition, l’ANB est présent danstoutes les catégories. Les 16 et 17 janvier,il accueille, comme en 2009, une étapedu challenge Speedo doublée d’un meetinginternational. Plus de 150 nageursdu nord Est (9 à 13 ans) s’affrontent à lapiscine Mallarmé. « Une excellente répétitionavant le meeting national de marset les championnats de France cadets dejuillet », se réjouit Pascal Ranty.16 et 17 janvier, challenge Speedoet meeting international, piscineMallarmé. Finale à partir de 15h30le dimanche. Tél. 03 81 53 61 45www.anbesancon.orgjanvier-février 2010_vu du doubs_31


I opinions IopinionsLe groupe socialiste, Verts et divers gauche àI Ivotre écouteLes élus des groupes d’opposition départementale à vos côtésNotre pays va mal. Le chômage et la précariténe cessent de progresser. Les associationsde lutte contre l’exclusion, doivent faireface à un afflux sans précédent de population en trèsgrandes difficultés qui ne peuvent plus se nourrir, sesoigner, s’habiller, se loger…Mais vous pouvez dormir tranquilles, le gouvernementveille sur vous et multiplie les grand-messes :“états généraux de l’Industrie”, “débat sur l’IdentitéNationale”, “assises des territoires ruraux”, autant dediversions qui ne servent qu’à détourner l’attentionet à faire oublier les vrais problèmes.Nous ne supportons plus d’être gouvernés au gréde coûteux sondagesNous attendons de l’État qu’il assume pleinementses responsabilités, qu’il garantisse sur tout le territoirel’égalité de traitement de nos concitoyens, qu’ilarrête de ne favoriser que les plus aisés.Tel n’est pas le cas. Pour palier les carences del’État, c’est à nous, élus locaux, qu’il appartient desoutenir les plus démunis et les plus fragiles, qu’ils’agisse des personnes ou des territoires. C’est àquoi nous nous attachons dans notre projet Doubs2017 même si les départements risquent d’avoirde plus en plus de mal à assumer ce combat contretoutes les formes d’inégalités.Des réformes dangereuses pour nos concitoyenset nos territoiresEn effet, la suppression de la taxe professionnelleparachève l’assèchement financier de noscollectivités, engagé avec les transferts non compensés.Pour le Doubs, la dette de l’État s’élève à113 millions d’euros !Outre cet étranglement financier, la suppressionde la clause générale de compétence obligera lesdépartements à abandonner des pans entiers deleur intervention envers les transports, l’agriculture,l’économie, le logement, la culture, le sport...C’est pourquoi nous nous opposons à ces réformesdangereuses pour nos concitoyens, nos associationset nos territoires.Danièle Nevers, Barbara Romagnan, Martine Voidey, Éric Alauzet,Jean-Marie Bart, Philippe Beluche, Léon Bessot, Christian Bouday,Jacques Breuil, Paul Coizet, Yves-Michel Dahoui, Vincent Fuster,Gérard Galliot, Noël Gauthier, Claude Girard, Jacques Hélias,Pierre Hélias, Claude Jeannerot, Rémy Nappey, Michel Rondot.Notre volontarisme doit convaincrenos partenaires de rendre l’avenir possible.En cette nouvelle année, nous vous adressonsnos meilleurs vœux. 2010 puisse apporterespérance et renouveau, particulièrement àceux dont nous avons mission d’apporter le servicede proximité qu’il convient.Trop de messages, le plus souvent contradictoires,sont venus semer le doute et le pessimisme en 2009.Aussi, sans cacher les problèmes et nier les réalités,notre premier souhait est que le Conseil général duDoubs fasse de 2010 une année de rebond, pour faireface aux mutations.Nos territoires, et leur histoire, nous offrent desatouts indéniables pour y parvenir. À nous de lesporter et de les valoriser.Pour ce faire, dès ce début d’année, nous nous devonsd’adresser un signal clair et fort, dépourvu d’ambigüité,à l’ensemble de nos partenaires nationaux et locaux.Notre volontarisme doit convaincre de rendre l’avenirpossible. Le Doubs et ses habitants doivent pouvoircompter sur notre collectivité pour le maintien dessolidarités territorialesGroupe Démocratie et ProximitéChristine Bouquin, Frédéric Cartier, Yannick Dessent, Jean-Pierre Gurtner,Daniel Leroux, André Péquignot, Marc Pétrement, Patrick Ronot,Jean-Marie Saillard.Bis repetitaL’année 2010 marque le début du nouveauprojet pluriannuel de la majorité : Doubs 2017.Après le lot de mauvaises nouvelles drainéespar Doubs 2010 comme, par exemple, une dette parhabitant multipliée par plus de 10, ou une augmentationde la fiscalité de 29 % depuis 2004, ou bienencore des capacités financières réduites au pointd’être l’un des sept départements français à ne pasavoir participé au plan de relance, il y a de bonnesraisons de craindre ce que nous propose la majorité.Notre implication sera sans faille au moment devous soutenir dans vos préoccupations au quotidienface au désengagement du Département. Fort de cetesprit, le groupe Doubs Avenir vous souhaite à tousune très bonne année ainsi que la plus grande réussitedans vos projets.Groupe Doubs Avenir (UMP et apparentés)Annick Jacquemet, Louis Cuenin, Jean-François Longeot,Alain Marguet, Jean-Marie Pobelle, Albert Rognon.32_vu du doubs_janvier-février 2010


VENEZDÉCOUVRIRNOTRE EXPOSITIONUNIQUEUne gamme complètede portes de garage :Portes sectionnellesPortes basculantesPortes battantesPortes latéralesPortes enroulements Portes sectionnelles Portes basculantes Portes battantes Portes latérales Portes enroulementsFenêtres PVC / aluminiumPortails Fenêtres PVC / aluminium Portails VoletsDOMINIQUE CAMPAGNEARTISAN DEPUIS 1988LE P’TIT DÉPANNEUR COMTOISCONCESSIONNAIRE1, RUE NOZIÈRE - ZA - 25770 SERRE-LES-SAPINSTÉL. 03 81 85 00 60 - FAX : 03 81 48 55 49www.artetfenetres.comwww.depanneur-comtois.comRESTAURANT-SPECTACLESPrésent au salonHabitat-Énergieà l’Axoneà Montbeliarddu 29 janvierau 1 er février 2010Repas Dansantsavec Spectaclesles vendrediset samedis soirAvec Joyceet ses danseusesAnimation D.J.Pour vos soiréesen famille,entre amis ouentre collègues,pensezPalladium Palace !Le Palladium PalaceFabrice May & Joyce7, rue Jacquard - 25000 Besançon / 03 81 41 13 80www.palladium-joyceprod.frVotre garage monocoque idéalgarages est livré clé en main, en direct du fabricant.Entièrement fini, il est posé en moins d’une heure par camion gruePour plus d’informations contactez-nous au 03 89 23 13 15ou rendez-vous sur www.idealgarages.frBon pour une documentation gratuite à renvoyer à idéalgarages : BP 11 - 68490 OTTMARSHEIMNom ............................................................................ Prénom ....................................................................Rue ..................................................................................................................................................................Ville .....................................................................Code Postal ....................................................................Tél. ................................................................................. E-mail ....................................................................janvier-février 2010_vu du doubs_33


I détente ILes bonnes recettesSurprise de pamplemousse rose meringué4 personnes 20 min 1,75 e / personnedu Doubs19à résoudre…La clémentine doit son nom au révérend père Clément(Vincent Rodier dans le civil). Ce missionnairede la congrégation du Saint-Esprit, passionné debotanique, était directeur de culture de l’orphelinatde Misserghin, en Algérie, près d’Oran. On racontequ’il découvrit la clémentine un peu par hasard envoyant des enfants se rassasier de fruits doux etsucrés sur un hybride naturel de mandarinier et debigaradier. D’autres affirment que c’est lui qui estparvenu à ce résultat à force de greffes.En revanche, nous sommescertains qu’il est nédans le Doubs en1829. Quel estle nom de lacommuneoù il a vule jour ?Extrait durèglement duconcoursArticle 1 : ObjetLe Conseil général duDoubs organise un jeuconcours gratuit ouvertà tous dans son journalVu du Doubs. Sur la based’un indice, les lecteursdevront trouver lenom d’un site ou d’unmonument du Doubs.Article 7 : DépôtlégalLe fait de participer à cejeu-concours impliquel’acceptation pleineet entière du présentrèglement déposé chezmaître Jean-MarcAllenbach, huissier dejustice associé, 28 ruede la Préfecture, BP 301,25017 Besançon cedex.Pour nous écrire :Vu du DoubsHôtel du Département7 avenue de la Gare-d’Eau25031 Besançon cedex5 pamplemousses, 2 blancs d'oeuf, 60 g de sucre glace,2 cuillerées à soupe de mielPeler 3 pamplemousses à vif, prélever lessuprêmes à l'aide d'un couteau bien affuté.Recueillir dans un saladier, et mélanger avec les 2cuillerées de miel. Couper les 2 pamplemoussesrestant en 2, en leur milieu, en “dents de loup”.Prélever la pulpe et la réserver pour en faire unjus. Remplir les 4 demi pamplemousses évidésavec les suprêmes marinés au miel. Au momentde servir, battre les blancs avec le sucre glace,recouvrir chaque pamplemousse de meringueen s'aidant si possible d'une poche à douillecannelée. Passer au four à 220° à peu près 5mn pour obtenir une meringue dorée. Serviraussitôt.La solution de l’énigme 16Montagney-ServigneyCette énigme, il faut l’admettre, était particulièrement difficile, d’autantque ce n’est pas sur Internet que vous alliez trouver la réponse. À la rigueurdans un dictionnaire des communes, en fouillant bien. Le lieu-dit Versaillesdépend de la commune de Montagney-Servigney qui mérite le déplacementà plus d’un titre. Vous pouvez vous aérer à la base de loisirs, visiter le hameaude la Forge, classé au titre des Monuments historiques, et vous restaurer àl’excellent moulin de la Pelle. Belle journée en perspective !Vous dites Stop à la pub ?Alors dites ouià Vu du Doubs multimédia !Vous participez à la réduction des déchets à la source en apposantun autocollant Stop pub sur votre boîte aux lettres mais voussouhaitez continuer à lire Vu du Doubs. Alors abonnez-vous à saversion multimédia. Face à votre ordinateur, feuilletez le magazineà votre guise. Pour cela, il vous suffit d’envoyer votre adresse mailà la rédaction : vududoubs@doubs.frUn message vous avertira de la sortie de chaque numéro.Consultez la version multimédia aux adresses suivantes :http://vududoubs.doubs.fr ou www.doubs.fr34_vu du doubs_janvier-février 2010Par tirage au sort parmi les bonnes réponses reçues, Marie-Odile Maire, de Flagey, a gagnéle premier lot de notre concours. Les lauréats suivants ont reçu un tee-shirt aux couleursdu Conseil général : Pierrette Grut, de Rougemont, et Jean-Claude Poinsard, de Besançon.Vu du Doubs - n° 175 - janvier-février 2010 • Directeur de la publication : Claude Jeannerot • Rédacteur enchef : Patrice David • Rédacteur : Christophe Deplaude • Ont collaboré à ce numéro : Aline Bilinski, MoniqueClémens, Hubert Demazure, Nadine Eybert-Baud, Patricia Louis, Véronique Vuillemin-Filippi • Création,composition : bigbang.fr • Photogravure : Michel Joly • Photographies : Conseil général du Doubs (LionelGeorges, Pascal Terraz, Alice Thomé) pages 1, 2, 10, 11, 14, 15, 18, 20, 21, 22, 23, 26, 27, 30 - Laurent Chevietpages 1, 5, 7, 12, 26, 27 - Yves Petit pages 1, 6, 8, 13,15, 16, 17- Jack Varlet pages 7, 25, 28 - Daniel Nowak page16 - Droits réservés pages 6, 7, 8, 11, 31 - Jean-Marie Vogt page 34 • Illustration : Françoise Soeur page 34• Vu du Doubs est une publication mensuelle éditée par le Conseil général du Doubs - 7 avenue de la Gared’Eau- 25031 Besançon cedex - Tél. 03 81 25 80 42 (direction de la communication) - Fax : 03 81 25 80 41- www.doubs.fr et vududoubs@doubs.fr • ISSN : 0294-0329 • Dépôt légal 9958 • Impression : RoulartaPrinting • Distribution : La Poste • Régie publicitaire : MCC - Tél. 03 81 55 44 44 • Vu du Doubs estimprimé à 231 000 exemplaires sur papier UMP 60 g mat.

More magazines by this user
Similar magazines