Atlas 2011 de la région Auvergne - Conseil National de l'Ordre des ...

conseil.national.medecin.fr

Atlas 2011 de la région Auvergne - Conseil National de l'Ordre des ...

Situation au 1 er Juin 2011du du


AVANT-PROPOSPour sa deuxième édition des Atlas régionaux, le Conseil National asouhaité affiner son approche démographique.Dans le cadre de la mise en place de la loi HPST, les ARS ont définiune nouvelle base de réflexion : « les territoires de santé ».Le Conseil National de l’Ordre des Médecins souhaite apporter sacontribution et propose une réactualisation des atlas à l’échelle desbassins de vie en réalisant une analyse détaillée des soins de premierrecours.L’étude porte, en premier lieu, sur ladecine générale mais nousavons voulu analyser les autres spécialités en accès direct que sont lagynécologie, l’ophtalmologie, la pédiatrie et la psychiatrie.L’analyse des effectifs, des modes d’exercice, des densités, des fluxmigratoires et l’approche des bassins de vie devraient permettre, en étroitecollaboration avec les institutionnels de la région, en disposant d’élémentsexhaustifs, de mener une réflexion prospective sur l’évolution de l’offre desoins de premier recours.Dr Patrick ROMESTAINGPrésident de la section Santé Publiqueet Démographie Médicale


SOMMAIREI - INTRODUCTION p.7I-1 Rappel de la loi HPST p.7I-2 Les territoires de santé p.8I-3 L’approche territoriale des soins de premier recours p.9I-4 Les bassins de vie p.9II - PRÉSENTATION DE LA RÉGION p.11III - LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALE p.15III-1 Généralités p.15III-2 Activité régulière p.16III-3 Les modes d’exercice en activité régulière p.17III-4 Les flux migratoires : de la formation à l’inscription p.23III-5 Le solde des entrées p.24IV- LES SOINS DE PREMIER RECOURS –MÉDECINE GÉNÉRALE p.29IV-1 Définition p.29IV-2 Les effectifs et modes d’exercice en activité régulière p.30IV-3 Les médecins généralistes libéraux et mixtes p.30IV-3-1 L’âge p.30IV-3-2 La densité p.32IV-3-3 Le solde des entrées des médecins généralisteslibéraux mixtes p.35V- LES SPÉCIALITÉS EN ACCÈS DIRECT p.39V-1 Les gynécologues médicaux p.40V-2 Les ophtalmologistes p.42V-3 Les pédiatres p.44V-4 Les psychiatres p.465


I – INTRODUCTIONI.1 – Rappel de la loi HPSTSelon la loi Hôpital Patients Santé et Territoires (HPST) du 21 juillet2009, chapitre Ier Bis – Organisation des soins, l’accès aux soins de premierrecours ainsi que la prise en charge des malades sont définis dans le respectdes exigences de proximité, qui s’apprécie en termes de distance et de tempsde parcours, de qualité et de sécurité.La loi HPST, dans son article 118, crée les Agences Régionales de Santé(ARS) à qui elle confie deux grandes missions :1 - L’Agence Régionale de Santé est chargée de mettre en œuvre auniveau régional la politique de santé publique : prévention, promotion etéducation à la santé, mais aussi veille et sécurité sanitaires. Elle se voitconfier par la loi les missions suivantes :- Organiser la veille et la sécurité sanitaires, ainsi quel’observation de la santé ;- Définir, financer et évaluer les actions de prévention et depromotion de la santé ;- Contribuer à l’anticipation, la préparation et la gestion des crisessanitaires, en liaison avec le préfet.2 – L’ARS est chargée de la régulation de l’offre de santé en région,pour mieux répondre aux besoins et garantir l’efficacité du système desanté.La régulation de l’offre de santé comporte une dimension territoriale -pour une meilleure répartition des médecins et de l’offre de soins sur leterritoire (…) (Loi HPST).D’après l’article L.1431-14 du Code de la Santé publique, l’AgenceRégionale de Santé (ARS) définit les territoires de santé pertinents pour lesactivités de santé publique, de soins et d’équipement des établissements desanté, de prise en charge et d’accompagnement médico-social ainsi que pourl’accès aux soins de premier recours. Les territoires de santé peuvent êtreinfrarégionaux, régionaux ou interrégionaux.7


Dix critères ont été retenus pour contribuer à la définition de cesnouveaux territoires, parmi lesquels le souci de délimiter des territoirescohérents avec la répartition et les pratiques spatiales de la population, lemaintien d’une distance d’accès à l’offre de services acceptable, ou encorel’intégration de l’offre de soins et de services.Dans le cadre de l’analyse de la démographie médicale, le ConseilNational de l’Ordre des Médecins a su démontrer son expertiseincontournable depuis l’édition des atlas nationaux et régionaux.L’approche territoriale de la démographie médicale dépasse trèslargement les frontières administratives d’une région ou d’un département.Il en est de même pour les spécialités quelles soient médicales ouchirurgicales.Les connaissances et expériences des départements et des régions sontincontournables dans la délimitation des territoires. Mais comment serepérer dans un dédale de territoires ou de bassins ?I.2 – Les territoires de santéLes territoires de santé sont issus de la suppression de la carte sanitairepar l’Ordonnance de simplification administrative du 4 septembre 2003.Devenus territoires pertinents de l’organisation des soins en 2006, ils ontd’abord pris en compte l’offre hospitalière pour s’intéresser partiellement àl’ambulatoire (IRDES, Territoires de santé – une approche à géométrievariable).Pour définir les territoires de santé, les régions ont emprunté des voiesdiverses :- création spécifique de territoires de santé à partir de donnéesdémographiques et statistiques.- échelle départementale devient un territoire de santé.- combinaison de bassins de vie pour délimiter un territoire desanté.8


I.3 – L’approche territoriale des soins de premier recoursSelon la loi HPST, le territoire des soins de premier recours doit êtreenvisagé comme une zone d’organisation graduée et fonctionnelle de l’offrede soins. Cet espace doit :- permettre de répondre aux besoins de la population tant surle plan sanitaire, médical que médico-social ;- correspondre à un exercice concerté et coordonné, collaboratifet interprofessionnel sur lequel doit s’organiser la continuitéet la permanence de soins.D’après l’article L1411-11 du Code de la Santé publique, l’accès auxsoins de premier recours ainsi que la prise en charge continue des maladessont définis dans le respect des exigences de proximité, qui s’apprécie entermes de distance et de temps de parcours, de qualité et de sécurité.I.4 – Les bassins de vieD’après les nombreuses études quantitatives et qualitatives dedémographie médicale que le Conseil National de l’Ordre des Médecins apu mener ces dernières années, nous proposons que les soins de premierrecours soient abordés à l’échelle des bassins de vie.Selon l’INSEE « le bassin de vie est le plus petit territoire sur lequel leshabitants ont accès à la fois aux équipements et à l'emploi ».Il s’agit d’un espace géographique des pratiques spatiales de la viequotidienne où les populations vivent et se déplacent (hypermarchés,magasins, gendarmerie, bureau de poste, écoles, équipements sportifs…).Dans le domaine de la santé, on y trouve des médecins, infirmiers,dentistes, hôpitaux, services d’urgences…Pour les soins de premier recours, la notion de bassins de vie noussemble être la plus appropriée pour répondre aux besoins d’accès aux soinsde santé des populations, envisagée dans une zone d’organisation graduéeet fonctionnelle de l’offre de soins correspondant à un exercice concerté –coordonné – collaboratif et interprofessionnel sur lequel peut s’organiser lacontinuité et la permanence des soins.9


II – PRÉSENTATION DE LA RÉGIONLa région Auvergne est une région administrative du Massif Centralqui regroupe quatre départements : l’Allier, le Cantal, la Haute-Loire et lePuy-de-Dôme.Carte n°1 : Les départements de la région AuvergneLes départements de la régionAuvergneAllierClermont-FerrandPuy-de-DômeHaute-LoireCantalSource : CNOM, INSEEAuteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 2011L'Auvergne compte 1 339 247 habitants. Elle se partage entre undépartement en forte croissance (Puy-de-Dôme, 626 639 habitants) et troisdépartements à la moyenne d'âge plus élevée et moins peuplés (Allier,Cantal, Haute-Loire).La région a pour chef-lieu Clermont-Ferrand et concentre un quart dela population de l’Auvergne 1 .La région Auvergne est composée de 87 bassins de vie.90% des bassins de vie dénombrent moins de 30 000 habitants et sontconsidérés, d’après l’INSEE, comme étant des bassins de vie ruraux.1 Wikipédia11


Carte n°2 : Les bassins de vie de la région AuvergneRépartition de la populationà l'échelle des bassins de vieen région AuvergneAllierPuy-de-DômeCantalHaute-LoireBassin de vie rural (78)Bassin de vie urbain (9)Source : CNOM, INSEEAuteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 201112


Carte n°3 : Part PSDC 2 moins de 15 ans et 60 ans et plus à l’échelle des bassins de vie 3Part des populations âgées de moins de 15 ansà l'échelle des bassins de viePart des populations âgées de plus de 60 ansà l'échelle des bassins de vieAllierAllierPuy-de-DômePuy-de-DômePart des moins de 15 ansCantalInférieure à la moyenne (36)Moyenne (15)Haute-LoireSupérieure à la moyenne (36)Source : CNOM, INSEEAuteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 2011Part des 60 ans et plusInférieure à la moyenne (33)Moyenne (18)CantalHaute-LoireSupérieure à la moyenne (36)Source : CNOM, INSEEAuteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 2011PSDC = 60 ansMoyenne Régionale : 15,7% Moyenne Régionale : 28,4%Minimum : 10,9% Minimum : 16,5%Maximum : 21,8% Maximum : 40,1%_______________2 PSDC : Population sans double compte3 Moyenne France moins de 15 ans : 18,4%Moyenne France 60 ans et plus : 23,7%13


III – LA DÉMOGRAPHIE MÉDICALEIII.1 – GénéralitésAu 1 er juin 2011, la région Auvergne recense 4 958 médecins inscritsdont 3 986 actifs et 972 retraités. Tableau n°1 : L’activité générale au 1 er juin 2011AuvergneFranceEffectifs Pourcentage PourcentageRetraité 830 16,7%15,50% RetraitéRetraité actif 142 2,9% Retraité 19,6% 2,80% 18,3%Temporairement sansactivité 70 1,4%2,40% ActivitéRemplaçant 128 2,6% 3,70% totaleActivité régulière 3 788 76,4% Activité totale 80,4% 75,60% 81,7%Total 4 958 100% 100% 100,00% 100%Avec une densité moyenne de 275 médecins en activité régulière pour100 000 habitants, la région Auvergne occupe le 9 ème rang des régions lesmoins bien dotées. Graphique n°1 : La densité à l’échelle régionaleDensiteMoyenne3 6 63 7 03 3 6Moyenne : 306,73 0 63 133 18 3 18 3 182 3 9 2 4 22 4 82 5 42 5 9 2 5 92 6 42 6 92 7 5 2 7 6 2 7 8 2 7 92 8 32 8 9PicardieCentreHaute-NormandieChampagne-ArdennePays-de-la-LoireBourgogneBasse-NormandiePoitou-CharentesAuvergneLorraineNord-Pas-de-CalaisFranche-ComtéBretagneCorseLimousinRhône-AlpesAlsaceMidi-PyrénéesAquitaineLanguedoc-RoussillonIle-de-FrancePACA15


III.2 – Activité régulièreSelon la définition ordinale, l’activité régulière est composée dedecins qui exercent une activité au même endroit.Au 1 er juin 2011, la région Auvergne recense 3 788 médecins inscrits enactivité régulière au tableau de l’Ordre des quatre départements.Le département du Puy-de-Dôme polarise 55,8% des actifs réguliers dela région. Tableau n°2 : Part des actifs réguliers par départementDépartement% actifs réguliersAllier 22,9%Cantal 9,8%Haute-Loire 11,5%Puy-de-Dôme 55,8% Tableau n°3 : Effectifs, Moyenne d’âge, Part des femmesGénéralistes Spécialistes Total GEN/SPE Age FemmesEffectifs Effectifs Effectifs Moyenne PourcentageAllier 470 399 869 52 37,3%Cantal 228 145 373 51 33,2%Haute-Loire 285 150 435 52 34%Puy-de-Dôme 943 1 168 2 111 49 44,6%Auvergne 1 926 1 862 3 788 51 40,6%Carte n°4 : Densités des médecins généralistes et spécialistes à l’échelle départementaleDensité des médecins généralistesen activité régulièreDensité des médecins spécialistesen activité régulièreAllier133Allier113Puy-de-Dôme146Puy-de-Dôme181Cantal147Haute-Loire125Moyenne Auvergne : 139 GEN/100 000 hbsMoyenne France : 147 GEN/100 000 hbsSource : CNOM, INSEEAuteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 2011Cantal93Haute-Loire66Moyenne Auvergne : 135 SPE/100 000 hbsMoyenne France : 137 GEN/100 000 hbsSource : CNOM, INSEEAuteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 201116


III.3 – Les modes d’exercice en activité régulièreAu 1 er juin 2011, 46,8% des médecins inscrits en activité régulière dansles départements de la région Auvergne exercent en mode d’exercice libéral. Graphique n°2 : Les modes d’exercice en activité régulièreSalarié41,5%Libéral46,8%Mixte11,7%La part des médecins libéraux varie d’un département à l’autre. Lesdépartements de l’Allier et de la Haute-Loire comptent 50% dedecinslibéraux. Les médecins salariés sont plus fortement représentés dans ledépartement du Puy-de-Dôme. Graphique n°3 : Les modes d’exercice en activité régulière à l’échelle départementale50,6%Libéral Mixte Salarié47,0%50,1%44,5%45,1%36,5%39,0%36,1%12,9%14% 13,8%10,4%Allier Cantal Haute-Loire Puy-de-Dôme17


Les modes d’exercice par qualification et par département Le département de l’Allier Tableau n°4 : Modes d’exercice par qualification – AllierQualification libéral mixte salariéAnatomie et cytologie-pathologiques 100,0% 0,0% 0,0%Anesthésie-réanimation 33,3% 13,9% 52,8%Biologie médicale 57,1% 0,0% 42,9%Cardiologie et maladies vasculaires 19,0% 66,7% 14,3%Chirurgie générale 40,0% 0,0% 60,0%Chirurgie maxillo-faciale 100,0% 0,0% 0,0%Chirurgie orthopédique et traumatologie 56,3% 18,8% 25,0%CPRE 100,0% 0,0% 0,0%Chirurgie urologique 62,5% 37,5% 0,0%Chirurgie vasculaire 75,0% 25,0% 0,0%Chirurgie viscérale et digestive 28,6% 0,0% 71,4%Dermatologie et vénéréologie 66,7% 8,3% 25,0%Endocrinologie et métabolisme 16,7% 16,7% 66,7%Gastro-entérologie et hépatologie 53,8% 15,4% 30,8%Gériatrie 0,0% 0,0% 100,0%Gynécologie médicale 100,0% 0,0% 0,0%Gynécologie médicale et obstétrique 80,0% 20,0% 0,0%Gynécologie-obstétrique 31,6% 47,4% 21,1%Hématologie 100,0% 0,0% 0,0%Médecine du travail 0,0% 0,0% 100,0%Médecine générale 61,2% 6,2% 32,6%Médecine interne 0,0% 27,3% 72,7%Médecine nucléaire 0,0% 50,0% 50,0%Médecine physique et de réadaptation 28,6% 14,3% 57,1%Néphrologie 0,0% 25,0% 75,0%Neurologie 0,0% 30,0% 70,0%Oncologie médicale 0,0% 0,0% 100,0%Ophtalmologie 81,5% 18,5% 0,0%ORL 61,5% 23,1% 15,4%Pédiatrie 5,9% 23,5% 70,6%Pneumologie 27,3% 27,3% 45,5%Psychiatrie 21,2% 18,2% 60,6%Radiodiagnostic et imagerie médicale 60,6% 15,2% 24,2%Radiothérapie et onco-radiothérapie 50,0% 50,0% 0,0%Réanimation médicale 0,0% 0,0% 100,0%Rhumatologie 50,0% 28,6% 21,4%Santé publique et médecine sociale 0,0% 0,0% 100,0%Stomatologie 0,0% 50,0% 50,0%Total 50,6% 12,9% 36,5%18


Le département du Cantal Tableau n°5 : Modes d’exercice par qualification – CantalQualification libéral mixte salariéAnatomie et cytologie-pathologiques 100,0% 0,0% 0,0%Anesthésie-réanimation 35,3% 0,0% 64,7%Biologie médicale 0,0% 0,0% 100,0%Cardiologie et maladies vasculaires 10,0% 50,0% 40,0%Chirurgie générale 50,0% 0,0% 50,0%Chirurgie orthopédique et traumatologie 57,1% 14,3% 28,6%CPRE 0,0% 100,0% 0,0%Chirurgie urologique 100,0% 0,0% 0,0%Chirurgie vasculaire 50,0% 50,0% 0,0%Chirurgie viscérale et digestive 0,0% 0,0% 100,0%Dermatologie et vénéréologie 80,0% 0,0% 20,0%Endocrinologie et métabolisme 33,3% 33,3% 33,3%Gastro-entérologie et hépatologie 14,3% 57,1% 28,6%Gériatrie 0,0% 0,0% 100,0%Gynécologie médicale 25,0% 50,0% 25,0%Gynécologie médicale et obstétrique 0,0% 100,0% 0,0%Gynécologie-obstétrique 0,0% 42,9% 57,1%Médecine du travail 0,0% 0,0% 100,0%Médecine générale 57,5% 7,9% 34,6%Médecine interne 0,0% 33,3% 66,7%Médecine nucléaire 100,0% 0,0% 0,0%Médecine physique et de réadaptation 0,0% 100,0% 0,0%Neurologie 0,0% 100,0% 0,0%Oncologie médicale 50,0% 0,0% 50,0%Ophtalmologie 37,5% 50,0% 12,5%ORL 25,0% 25,0% 50,0%Pédiatrie 14,3% 14,3% 71,4%Pneumologie 40,0% 0,0% 60,0%Psychiatrie 8,3% 0,0% 91,7%Radiodiagnostic et imagerie médicale 57,1% 28,6% 14,3%Radiothérapie et onco-radiothérapie 50,0% 50,0% 0,0%Rhumatologie 50,0% 50,0% 0,0%Santé publique et médecine sociale 0,0% 0,0% 100,0%Total 47,0% 14,0% 39,0%19


Le département de la Haute-Loire Tableau n°6 : Modes d’exercice par qualification – Haute-LoireQualification libéral mixte salariéAnesthésie-réanimation 25,0% 0,0% 75,0%Biologie médicale 20,0% 0,0% 80,0%Cardiologie et maladies vasculaires 37,5% 50,0% 12,5%Chirurgie générale 40,0% 40,0% 20,0%Chirurgie maxillo-faciale 0,0% 0,0% 100,0%Chirurgie orthopédique et traumatologie 50,0% 50,0% 0,0%Chirurgie vasculaire 0,0% 100,0% 0,0%Chirurgie viscérale et digestive 0,0% 33,3% 66,7%Dermatologie et vénéréologie 40,0% 60,0% 0,0%Endocrinologie et métabolisme 0,0% 0,0% 100,0%Gastro-entérologie et hépatologie 40,0% 20,0% 40,0%Gériatrie 0,0% 0,0% 100,0%Gynécologie médicale 100,0% 0,0% 0,0%Gynécologie médicale et obstétrique 100,0% 0,0% 0,0%Gynécologie-obstétrique 16,7% 33,3% 50,0%Médecine du travail 0,0% 0,0% 100,0%Médecine générale 61,4% 9,1% 29,5%Médecine interne 0,0% 33,3% 66,7%Médecine physique et de réadaptation 0,0% 33,3% 66,7%Néphrologie 0,0% 25,0% 75,0%Neuro-psychiatrie 100,0% 0,0% 0,0%Neurologie 50,0% 0,0% 50,0%Ophtalmologie 58,3% 25,0% 16,7%ORL 40,0% 60,0% 0,0%Pédiatrie 0,0% 12,5% 87,5%Pneumologie 0,0% 20,0% 80,0%Psychiatrie 19,0% 23,8% 57,1%Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent 0,0% 20,0% 80,0%Radiodiagnostic et imagerie médicale 66,7% 8,3% 25,0%Radiothérapie et onco-radiothérapie 0,0% 0,0% 100,0%Rhumatologie 50,0% 50,0% 0,0%Santé publique et médecine sociale 0,0% 0,0% 100,0%Stomatologie 100,0% 0,0% 0,0%Total 50,1% 13,8% 36,1%20


Le département du Puy-de-Dôme Tableau n°7 : Modes d’exercice par qualification – Puy-de-DômeQualification libéral mixte salariéAnatomie et cytologie-pathologiques 31,8% 4,5% 63,6%Anesthésie-réanimation 26,1% 2,2% 71,7%Biologie médicale 28,6% 3,6% 67,9%Cardiologie et maladies vasculaires 37,5% 40,6% 21,9%Chirurgie générale 25,0% 11,4% 63,6%Chirurgie infantile 0,0% 0,0% 100,0%Chirurgie maxillo-faciale 50,0% 0,0% 50,0%Chirurgie orthopédique et traumatologie 64,0% 12,0% 24,0%CPRE 66,7% 16,7% 16,7%Chirurgie thoracique et cardio-vasculaire 0,0% 11,1% 88,9%Chirurgie urologique 53,8% 15,4% 30,8%Chirurgie vasculaire 0,0% 50,0% 50,0%Chirurgie viscérale et digestive 75,0% 0,0% 25,0%Dermatologie et vénéréologie 57,1% 25,7% 17,1%Endocrinologie et métabolisme 16,7% 33,3% 50,0%Gastro-entérologie et hépatologie 46,9% 15,6% 37,5%Génétique médicale 0,0% 0,0% 100,0%Gériatrie 0,0% 0,0% 100,0%Gynécologie médicale 78,6% 14,3% 7,1%Gynécologie médicale et obstétrique 42,1% 36,8% 21,1%Gynécologie-obstétrique 34,1% 15,9% 50,0%Hématologie 0,0% 0,0% 100,0%Médecine du travail 0,0% 0,0% 100,0%Médecine générale 60,4% 6,6% 33,0%Médecine interne 6,3% 3,1% 90,6%Médecine nucléaire 20,0% 0,0% 80,0%Médecine physique et de réadaptation 7,7% 0,0% 92,3%Néphrologie 0,0% 7,7% 92,3%Neuro-psychiatrie 0,0% 0,0% 100,0%Neurochirurgie 8,3% 25,0% 66,7%Neurologie 22,2% 16,7% 61,1%Onco-hématologie 0,0% 0,0% 100,0%Oncologie médicale 27,3% 0,0% 72,7%Ophtalmologie 58,7% 23,8% 17,5%ORL 50,0% 27,3% 22,7%Pédiatrie 22,9% 17,1% 60,0%Pneumologie 47,6% 4,8% 47,6%Psychiatrie 27,5% 16,0% 56,5%Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent 0,0% 0,0% 100,0%Radiodiagnostic et imagerie médicale 47,5% 15,0% 37,5%Radiothérapie et onco-radiothérapie 12,5% 12,5% 75,0%Réanimation médicale 0,0% 0,0% 100,0%Rhumatologie 60,0% 6,7% 33,3%Santé publique et médecine sociale 0,0% 0,0% 100,0%Stomatologie 66,7% 33,3% 0,0%Total 44,5% 10,4% 45,1%21


III.4 – Les flux migratoires : de la formation à l’inscriptionL’analyse des flux migratoires des médecins nouvellement inscrits aucours de l’année 2010 permet d’identifier les zones géographiquesattractives qui forment les médecins et les conservent. En moyenne, 62% desmédecins diplômés d’une région y restent pour exercer leur profession.Un quart des médecins nouvellement inscrits au tableau desdépartements de la région Auvergne s’est formé en dehors de la France. Untiers est originaire de la Roumanie et un cinquième de la Syrie.80% des médecins diplômés de la faculté dedecine du Puy-de-Dôme se sont installés dans leur département de formation. Tableau n°8 : Le département d’inscription et l’origine du diplôme – AuvergneOrigine diplômeDépartement inscription Hors France Puy-de-Dôme Autres CDAllier 25% 75% 0%Cantal 63% 19% 18%Haute Loire 50% 14% 36%Puy-de-Dôme 11% 80% 9%Total 23% 65% 12%Carte n°5 : La part des nouveaux inscrits dans leur département de formationLa part des nouveaux médecins inscritsdans leur département de formationAllierPuy-de-DômePart des diplômés/installésInférieure à la moyenneSupérieure à la moyenneFacCantalHaute-LoireSource : CNOM 2011, ISNCCA-FacsAuteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 201123


III.5 – Le solde des entréesAu cours de l’année 2010, la région Auvergne a enregistré 123nouvelles inscriptions se répartissant de la manière suivante : Graphique n°4 : Répartition départementale des nouvelles inscriptions en Auvergne70,7%6,5%11,4% 11,4%Allier Cantal Haute Loire Puy-de-DômeLe département du Puy-de-Dôme polarise 70,7% des nouveaux inscritstandis que le département de l’Allier n’en dénombre que 6,5%.Alors que les nouveaux inscrits sont âgés en moyenne de 33 ans, lesfemmes représentent 52% des effectifs.La part des femmes varie d’un département à l’autre. Tableau n°9 : La part des femmes par départementDépartementPart femmesAllier 37,5%Cantal 78,6%Haute-Loire 42,9%Puy-de-Dôme 50,6%69,1% des nouveaux inscrits ont fait le choix d’exercer leur spécialitéen tant que médecin salarié. Les remplaçants représentent 8,9% des effectifs.Les libéraux, quant à eux, représentent 20,3% des effectifs contre 9,4%à l’échelon national.24


Graphique n°5 : Les modes d’exercice des nouveaux inscritsRemplaçant8,9%Libéral20,3%Mixte1,6%Salarié69,1%La part de l’activité libérale des nouveaux inscrits en 2010 varie peud’un département à l’autre.Carte n°6 : Les modes d’exercice des nouveaux inscrits, en 2010, à l’échelle départementaleLes modes d'exercice des nouveaux inscrits,en 2010, à l'échelle départementaleAllierPuy-de-DômeCantalHaute-LoireLibérauxSalariésRemplaçantsSource : CNOM 2011Auteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 201125


Tableau n°10 : Les modes d’exercice des nouveaux inscrits par qualification – AuvergneQualification libéral mixte salarié remplaçantAnesthésie-réanimation 8,3% 0,0% 91,7% 0,0%Biologie médicale 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Cardiologie et maladies vasculaires 25,0% 0,0% 75,0% 0,0%Chirurgie générale 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Chirurgie maxillo-faciale 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Chirurgie urologique 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Dermatologie et vénéréologie 50,0% 0,0% 50,0% 0,0%Gastro-entérologie et hépatologie 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Gynécologie-obstétrique 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Médecine du travail 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Médecine générale 38,5% 1,9% 38,5% 21,2%Médecine interne 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Médecine physique et de réadaptation 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Néphrologie 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Neurochirurgie 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Neurologie 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Ophtalmologie 33,3% 0,0% 66,7% 0,0%ORL 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Pédiatrie 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Psychiatrie 11,1% 11,1% 77,8% 0,0%Radiodiagnostic et imagerie médicale 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Rhumatologie 0,0% 0,0% 100,0% 0,0%Total 20,3% 1,6% 69,1% 8,9%27


IV – LES SOINS DE PREMIER RECOURS – MÉDECINEGÉNÉRALEIV.1 – DéfinitionSelon l’article L.4130.1 de la loi HPST, les missions du médecingénéraliste de premier recours sont notamment les suivantes :«1°Contribuer à l'offre de soins ambulatoire, en assurant pour sespatients la prévention, le dépistage, le diagnostic, le traitement et le suivi desmaladies ainsi que l'éducation pour la santé. Cette mission peut s'exercerdans les établissements de santé ou médico-sociaux ;«2°Orienter ses patients, selon leurs besoins, dans le système de soinset le secteur médico-social ;«3°S'assurer de la coordination des soins nécessaire à ses patients ;«4°Veiller à l'application individualisée des protocoles etrecommandations pour les affections nécessitant des soins prolongés etcontribuer au suivi des maladies chroniques, en coopération avec les autresprofessionnels qui participent à la prise en charge du patient ;«5°S'assurer de la synthèse des informations transmises par lesdifférents professionnels de santé ;«6°Contribuer aux actions de prévention et de dépistage ;«7°Participer à la mission de service public de permanence des soinsdans les conditions fixées à l'article L. 6314-1 ;«8°Contribuer à l'accueil et à la formation des stagiaires de deuxièmeet troisième cycles d'études médicales. »29


IV.2 – Les effectifs et modes d’exercice en activité régulièreAu 1 er juin 2011, les bassins de vie de la région Auvergne recensent1980 médecins généralistes inscrits aux tableaux des Ordres départementauxen activité régulière ; dont 59% d’entre eux sont des hommes.60,4% des médecins généralistes exercent en mode libéral exclusif et7,3% en mode mixte avec une dominante libérale. Graphique n°6 : Les modes d’exercice des médecins généralistesSalarié32,3%Mixte7,3%Libéral60,4%IV.3 – Les médecins généralistes libéraux et mixtesIV.3.1 – L’âgeLes bassins de vie sont composés en moyenne de 15 médecinsgénéralistes libéraux et mixtes.Agés en moyenne de 52 ans, les hommes représentent 66% des 1 339médecins généralistes libéraux et mixtes de la région Auvergne. Graphique n°7 : Pyramide des âges>=65 ans Ho mmes54 ans66%60-64 ans23531753Femmes49 ans44%- 22% des généralistes libéraux etmixtes sont âgés de moins de 45 ans et24% sont âgés de 60 ans et plus55-59 ans50-54 ans45-49 ans20917296619393- Parmi les médecins généralistes âgésde moins de 40 ans, 53% sont desfemmes.40-44 ans6051


Carte n°7 : Moyenne d’âge des médecins généralistes libéraux et mixtes à l’échelle des bassins de vieMoyenne d'âge des médecins généralisteslibéraux et mixtesà l'échelle des bassins de vieAllierPuy-de-DômeHaute-LoireMoyenne d'âge< moyenne (37)Moyenne (52 ans) (6)> moyenne (44)CantalMG : >=60 ansSource : CNOM 2011Auteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 201151% des bassins de vie de la région Auvergne sont composés dedecins généralistes libéraux et mixtes âgés de plus de 52 ans.Deux bassins de vie ont la particularité d’avoir des médecinsgénéralistes âgés de 60 ans et plus.Il s’agit du :- Bassin de vie de Condat (CD 15) : 2 275 habitants dont 40% de lapopulation est âgée de 60 ans et plus.- Bassin de vie de Saugues (CD 43) : 3 720 habitants dont 35% de lapopulation est âgée de 60 ans et plus.31


IV.3.2 – La densitéUn bassin de vie compte en moyenne 4,3 médecins généralistes pour5 000 habitants.41% des bassins de vie de la région Auvergne sont caractérisés par unedensité faible (inférieure à la moyenne).Les bassins de vie de Lurcy-Levis (CD 03) et Saugues (CD 43) ont unedensité faible avec une moyenne d’âge des médecins âgés de 60 ans et plus.En théorie, les médecins généralistes de ces bassins de vie sontsusceptibles de prendre leur retraite dans les cinq années à venir.Carte n°8 : Densité des médecins généralistes libéraux et mixtes pour 5 000 habitants à l’échelle des bassins de vieDensité des médecins généralisteslibéraux et mixtes pour 5 000 habitantsà l'échelle des bassins de vieAllierDensité pour 5 000 habitantsDensité faible (36)Densité moyenne (22)Densité forte (29)CantalPuy-de-DômeHaute-LoireSource : CNOM 2011Auteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 2011Moyenne : 4,3 médecins généralistes libéraux/mixtes pour 5 000 habitantsMinimum : 2,09 MG libéraux/mixtes pour 5 000 habitants (Giat)Maximum : 11,4 MG libéraux/mixtes pour 5 000 habitants (La Chaise-Dieu)32


Tableau n°11 : Bassins de vie en densité faible - AllierNom du bassin de vie PSDC 2008 Part 60 ans Moyenne Age MG Densité MG*Bourbon-Lancy 9472 31,2% 55 3,2Bourbon-l'Archambault 6040 30,0% 57 3,3Digoin 13880 27,1% 55 0,4Lapalisse 8774 31,0% 57 2,8Marcigny 9973 30,4% 53 3,0Montmarault 4215 28,9% 52 3,6Paray-le-Monial 21619 29,0% 50 0,7Saint-Amand-Montrond 28306 29,5% 53 3,2Saint-Germain-des-Fosses 6770 22,9% 50 3,0Saint-Pourcain-sur-Sioule 16006 28,3% 51 3,4Varennes-sur-Allier 8809 29,7% 51 3,4* : Densité : nombre dedecins généralistes libéraux/mixtes pour 5000 habitants Tableau n°12 : Bassins de vie en densité faible - CantalNom du bassin de vie PSDC 2008 Part 60 ans Moyenne Age MG Densité MG*Bort-les-Orgues 8791 33,8% 54 1,1Chaudes-Aigues 2617 36,3% 56 3,8Maurs 6216 36,7% 53 3,2* : Densité : nombre dedecins généralistes libéraux/mixtes pour 5000 habitants Tableau n°13 : Bassins de vie en densité faible – Haute-LoireNom du bassin de vie PSDC 2008 Part 60 ans Moyenne Age MG Densité MG*Aurec-sur-Loire 6728 22,4% 53 3,0Dunieres 5360 25,0% 49 3,7Langogne 12296 31,3% 47 0,4Monistrol-sur-Loire 18423 19,3% 51 3,8Saint-Agrève 8341 27,4% 43 2,4Sainte-Sigolène 7897 19,9% 55 3,2Saint-Etienne 302260 24,6% 48 0,2Yssingeaux 18807 25,1% 50 3,2* : Densité : nombre dedecins généralistes libéraux/mixtes pour 5000 habitants33


Tableau n°14 : Bassins de vie en densité faible – Puy-de-DômeNom du bassin de vie PSDC 2008 Part 60 ans Moyenne Age MG Densité MG*Aigueperse 8060 24,6% 56 2,5Ardes 1506 34,0% 32 3,3Auzances 5574 37,9% 55 3,6Billom 13253 21,0% 46 3,0Courpiere 9605 27,5% 53 3,6Giat 2393 37,7% 57 2,1La Monnerie-le-Montel 6427 26,4% 48 2,3Lezoux 11770 23,8% 48 3,4Saint-Amant-Tallende 6835 17,6% 47 3,7Saint-Eloy-les-Mines 12504 33,5% 55 3,2Saint-Gervais-d'Auvergne 3920 30,6% 55 3,8Ussel 26022 29,4% 48 0,2* : Densité : nombre dedecins généralistes libéraux/mixtes pour 5000 habitants34


IV.3.3 – Le solde des entrées des médecins généralistes libéraux et mixtesEntre le 1 er janvier et le 31 décembre 2010, la région Auvergne aenregistré 52 nouvelles inscriptions en médecine générale dont 21 exercentleur spécialité en secteur libéral et/ou mixte ; ce qui représente 40% deseffectifs 4 .Alors que ces nouveaux installés en 2010 sont âgés en moyenne de33 ans, les femmes représentent 43% des effectifs. Du lieu de formation à l’installation81% des médecins généralistes nouvellement installés en 2010 enrégion Auvergne ont obtenu leur diplôme en France. 57% sont diplômés dela faculté de Clermont-Ferrand.On note de fortes disparités territoriales entre les départements del’Auvergne. Ainsi, les médecins généralistes qui se sont installés en 2010dans le département de l’Allier ont tous obtenu leurs diplômes en Francealors que 40% des médecins du Cantal sont diplômés de la Roumanie.89% des médecins installés dans le Puy-de-Dôme ont obtenu leurdiplôme en France et plus particulièrement à Clermont-Ferrand (77%). Tableau n°15 : Du lieu de formation à l’installationOrigine diplômeDépartementinstallation Hors France FranceAllier 0% 100%Cantal 40% 60%Haute Loire 33% 67%Puy-de-Dôme 11% 89%72 bassins de vie n’ont enregistré aucune nouvelle installation en 2010.Ils comptent en moyenne 15 276 habitants.Le nombre d’habitants varie de 766 à 302 260 habitants.______________4 Moyenne nationale : 19%35


Carte n°9 : L’installation des médecins généralistes à l’échelle des bassins de vieL'installation des médecins généralistesà l'échelle des bassins de vieAllierBassin de vie rural (78)Bassin de vie urbain (9)CantalPuy-de-DômeHaute-LoireSource : CNOM 2011Auteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 20111 Point = 1 nouvelle installation57% des médecins généralistes ont choisi de s’installer dans un bassinde vie rural. Les attentes des nouveaux installésDans le courant du printemps 2011, la section santé publique etdémographie médicale du Conseil National de l’Ordre des Médecins a menéune vaste enquête qualitative auprès des médecins qui se sont installés en2009 et 2010. L’objectif était de recenser les motivations et difficultés pourexercer en secteur libéral exclusif puis d’identifier les souhaits et les attentesà moyen terme.Parmi les répondants 5 , la région Auvergne recense 19 médecinsgénéralistes libéraux dont trois sont des collaborateurs libéraux.67% des médecins répondants exercent dans un cabinet de groupemono ou pluridisciplinaire. 53% exercent dans une commune de plus de2 000 habitants.Les principales motivations d’installation sont liées à 58% àl’indépendance de l’exercice et 37% au contact privilégié avec la patientèle._______________5 Malgré les petits effectifs, ces résultats sont totalement en adéquation avec les résultats de l’enquête nationale.36


Les aides de l’État et des collectivités territoriales, l’opportunité d’unereprise de cabinet et les relations privilégiées avec les autres professionnelsde santé ne sont pas des critères déterminants qui ont motivé ces médecins às’installer.Parmi les difficultés de l’exercice, 58% des médecins ont répondu lestâches administratives et 50% la gestion financière du cabinet.Malgré les difficultés rencontrées au quotidien, 63% des médecinsestiment que leur exercice actuel est satisfaisant voire même très satisfaisantdans 11% des cas. Graphique n°8 : Vous diriez que votre exercice actuel estAssez satisfaisant26%Satisfaisant63%Trés satisfaisant11%À la question « seriez-vous prêt à recommander à un jeune confrèred’exercer en secteur libéral » : 89% des médecins participants ont répondufavorablement.L’indépendance de l’exercice, le contact privilégié avec la patientèle etl’intérêt de la profession sont autant d’arguments favorables à l’installation.Selon les médecins répondants, pour motiver les jeunes générations às’installer, il est indispensable de mettre en place des mesures et des aidesincitatives à l’installation et alléger les tâches administratives.Le compagnonnage et les cabinets de groupe semblent être égalementdes mesures nécessaires pour inciter à exercer en secteur libéral.37


V.1 – Les gynécologues médicauxLa spécialité de gynécologie médicale comprend les spécialistes engynécologie médicale et obstétrique et les spécialistes en gynécologiemédicale.Au 1 er juin 2011, les bassins de vie de la région Auvergne recensent43 gynécologues inscrits aux tableaux des Ordres des départements enactivité régulière avec un mode d’exercice libéral ou mixte.Alors qu’ils sont âgés en moyenne de 58 ans, les gynécologuesmédicaux sont représentés majoritairement par les femmes (81%). Graphique n°9 : Pyramide des âges des gynécologues médicaux>=65 ans Ho mmes58 ans19%60-64 ans311Femmes57 ans81%55-59 ans41550-54 ans1945-49 ans40-44 ans


Carte n°10 : Densité des gynécologues médicaux pour 5 000 femmes à l’échelle des bassins de vieDensité des gynécologues médicauxpour 5 000 femmesà l'échelle des bassins de vieAllierDensité des gynécologues médicauxPas de gynécologues médicaux (76)Densité faible (2)Densité moyenne (7)Densité forte (2)CantalPuy-de-DômeHaute-LoireMoyenne : 0,5 gynécologue médical pour 5 000 femmesMinimum : 0,1/5 000 femmesMaximum : 1/5 000 femmesSource : CNOM 2011Auteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 201141


V.2 – Les ophtalmologistesAu 1 er juin 2011, les bassins de vie de la région Auvergne recensent98 ophtalmologistes inscrits aux tableaux des Ordres des départements enactivité régulière avec un mode d’exercice libéral ou mixte.Alors que les ophtalmologistes sont âgés en moyenne de 56 ans, leseffectifs se répartissent à 55% pour les hommes et 45% pour les femmes.31% des ophtalmologistes sont âgés de 60 ans et plus. Ils sontsusceptibles de partir à la retraite dans les cinq années à venir. Les moins de45 ans ne représentent que 10% des effectifs. Graphique n°10 : Pyramide des âges des ophtalmologistes>=65 ans Ho mmes56 ans55%60-64 ans14412Femmes56 ans45%55-59 ans171950-54 ans11845-49 ans2140-44 ans22


Carte n°11 : Densité des ophtalmologistes pour 5 000 habitants à l’échelle des bassins de vieDensité des ophtalmologistespour 5 000 habitantsà l'échelle des bassins de vieAllierDensité ophtalmologistesPas d'ophtalmologistes (71)Densité faible (5)Densité moyenne (7)Densité forte (4)CantalPuy-de-DômeHaute-LoireMoyenne : 0,5 ophtalmologiste pour 5 000 habitantsMinimum : 0,2/5 000 habitantsMaximum : 0,8/5 000 habitantsSource : CNOM 2011Auteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 201171 bassins de vie ont la particularité de n’avoir aucun ophtalmologisteet 5 bassins de vie se caractérisent par une densité faible.43


V.3 – Les pédiatresAu 1 er juin 2011, les bassins de vie de la région Auvergne recensent37 pédiatres inscrits aux tableaux des Ordres des départements en activitérégulière avec un mode d’exercice libéral ou mixte.Alors que les pédiatres sont âgés en moyenne de 54 ans, les effectifs serépartissent à 51% pour les femmes et 49% pour les hommes.38% des pédiatres sont âgés de 60 ans et plus. Ils sont susceptibles departir à la retraite dans les cinq années à venir. Les moins de 45 ansreprésentent 24% des effectifs. 77,7% sont des femmes. Graphique n°11 : Pyramide des âges des pédiatres>=65 ans Ho mmes58 ans60-64 ans49%941Femmes49 ans51%55-59 ans650-54 ans1445-49 ans2140-44 ans14


80 bassins de vie ne recensent aucun pédiatre libéral et mixte.En moyenne, les bassins de vie recensent 1,8 pédiatres libéraux/mixtespour 5 000 enfants de moins de 15 ans.29% des bassins de vie ont une densité faible ; inférieure à la moyenne.Carte n°13 : Densité des pédiatres libéraux/mixtes pour 5 000 enfants âgés de moins de 15 ans à l’échelle des bassinsde vieDensité des pédiatres libéraux/mixtespour 5 000 enfants de moins de 15 ansà l'échelle des bassins de vieAllierDensité des pédiatresPas de pédiatres libéraux et mixtes (80)Densité faible (2)Densité moyenne (4)Densité forte (1)CantalPuy-de-DômeHaute-LoireMoyenne : 1,8 pédiatres libéraux/mixtes pour 5 000 enfantsMinimum : 0,35/5 000 enfantsMaximum : 4/5 000 enfantsSource : CNOM 2011Auteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 201145


V.4 – Les psychiatresAu 1 er juin 2011, les bassins de vie de la région Auvergne recensent80 psychiatres inscrits aux tableaux des Ordres des départements en activitérégulière avec un mode d’exercice libéral ou mixte.Alors que les psychiatres sont âgés en moyenne de 55 ans, les effectifsse répartissent à 32% pour les femmes et 68% pour les hommes.39% des psychiatres sont âgés de 60 ans et plus. Ils sont susceptiblesde partir à la retraite dans les cinq années à venir. Les moins de 45 ansreprésentent 14% des effectifs.Les femmes âgées de moins de 40 ans représentent 25% des effectifs. Graphique n°12 : Pyramide des âges des psychiatres>=65 ans Ho mmes55 ans68%60-64 ans21325Femmes54 ans32%55-59 ans13850-54 ans6445-49 ans4340-44 ans12


Carte n°14 : Densité des psychiatres libéraux/mixtes pour 5 000 habitants à l’échelle des bassins de vieDensité des psychiatres libéraux/mixtespour 5 000 habitantsà l'échelle des bassins de vieAllierPuy-de-DômeDensité des psychiatresPas de psychiatres libéraux et mixtes (78)Densité faible (1)Densité moyenne (7)Densité forte (1)CantalHaute-LoireMoyenne : 0,3 psychiatre libéral/mixte pour 5 000 habitantsMinimum : 0,06/5 000 habitantsMaximum : 0,9/5 000 habitantsSource : CNOM 2011Auteur : CNOM, G. Le Breton-Lerouvillois, 201147

More magazines by this user
Similar magazines