N°66 - Septembre - Octobre 2008 - Chambre de métiers et de l ...

cm.bordeaux.fr

N°66 - Septembre - Octobre 2008 - Chambre de métiers et de l ...

LE MONDEDESRETROUVEZ DANS CE NUMÉRO TOUTE L'INFORMATION DE VOTRE CMArtisansÉDITIONGironde12 septembreLaurent Wauquiezen visite à BordeauxBimestriel n°66 • septembre-octobre 2008 • 1 €P. 4OPÉRATION ARTIMOBILESLES 20 ET 21 NOVEMBREP. 6RENCONTRE AVECPHILIPPE LE JEUNEP. 42WWW.CM-BORDEAUX.FR


P ANORAMAD OSSIERSECTEUR DU BÂTIMENT :ÉVALUEZ VOTRE ENTREPRISEValorisez l’immatériel !P. 29É DITOYves PetitjeanPrésident de la CMAde la GirondeFormateurs et apprentis ont expliquéleurs méthodes de travail. P 4■ ÉVÉNEMENT4 LAURENT WAUQUIEZ en visiteà Bordeaux■ ACTUALITÉS6 OPÉRATION ARTIMOBILES :promouvoir les métiers de l’artisanatauprès des jeunes collégiensgirondins8 SITE INTERNET : nouveau looket nouveaux services en ligne9 ACTION faciliter l’accèsen centre-ville10 BIENVENUE SUR LE SITE des ArtisansGourmands d’AquitaineS TRATÉGIESQuatre lauréats ont reçu cette année le prixStars et Métiers. P 13■ STYLE DE VIE13 PRIX STARS ET MÉTIERSquatre artisans à l’honneur14 RECONVERSION PROFESSIONNELLEc’est décidé, je deviens artisan.16 PRESSING nettoyage à sec :des artisans lessivés !■ ÉCLAIRAGE18 VÉHICULE UTILITAIRE :Choisir le partenaire idéalComment réduire le budget carburant ?Sécurité : attention VUL… nérable !■ 1 JOUR AVEC…24 PLOMBIER : polyvalenceet improvisation■ CAS D’ENTREPRISE26 MARBRERIE CARRARA :la croissance grâce à un réseaude cuisinistes■ RÉUSSITE28 ARTISAN DESIGNER,Gabor aux mains d’orP RATIQUEPetites astuces, grands bricoleurs. P 37■ PRATIQUE34 PRESTATION DE SERVICEÀ DOMICILE : que faire quandvotre client refuse de régler ?35 DÉPANNAGE À DOMICILE :les règles.CONTRAT DE TRAVAILet période d’essai■ BANC D’ESSAI36 DES LOGICIELS de comptabilitéplus conviviaux.■ SHOPPING37 PETITES ASTUCES grands bricoleurs.■ TEST38 SAVEZ-VOUS FIDÉLISER vos clients ?R EGARDS■ INITIATIVES44 LES ALIÉNORS des métiers 2008■ PRESTIGE42 PHILIPPE LE JEUNE, portraitiste« photothérapeute »■ INITIATIVES44 DES MESURES CONTRE L’ÉCHECdes apprentis45 CFA DE LA CMA une rentrée au bilancontrasté■ ORGANISATIONS PROFESSIONNELLES46 CONCOURS meilleur jeune boulangerd’AquitaineCe numéro comprend des pages spécifiques entre les pages 1 à 15 et 34 à 48 pour les abonnés de la Gironde.Entre inquiétudeset espoir»epuis le mois de septembre, croît une criseDfinancière considérable d’une violenceinimaginable. Nous assistons à la déroute des banquescentenaires, de compagnies d’assurances reconnues,non seulement aux États-Unis, mais aussi en Europe.Ces problèmes financiers s’accompagnent d’une criseéconomique : inflation non maîtrisée, haussedu chômage, baisse du pouvoir d’achat, mieux même,la vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain.Ainsi, le baril de pétrole est passé de 145 dollarsà 90 dollars en 3 mois, sans pour autant espérerque cette baisse sera stabilisée. Dans un tel contexte,nos entreprises se débattent, le bâtiment est touché,la baisse des permis de construire et la restrictiondes prêts aux particuliers ne peuvent que conforter latendance de ce jour. Les entreprises de l’alimentationmaintiennent peu ou proue leurs activités, par ailleursfort entamées par la baisse du pouvoir d’achat.Les services et la production sont très inquiets.Que dire de ce contexte environnemental envenimépar la Loi de modernisation de l’économie publiéele 5 août 2008 ? Elle a validé deux mesures« scélérates », visant le statut de l’auto-entrepreneur,et celle qui est à venir, touchant l’ouverture ou ledéveloppement des grandes surfaces, nous privantaussi du pouvoir d’influence que nous pouvionsexercer dans les Commissions départementalesd’équipement commercial. Des lueurs d’espoircependant avec des mesures favorables. Ainsi, la loiétend la possibilité d’insaisissabilité, ouverte jusqu’iciau domicile, à tous les biens fonciers bâtis ou nonbâtis. De même, le statut de conjoint collaborateurest étendu aux personnes liées par le Pacs.Réjouissons-nous aussi de l’installation de l’artisanatdans un contexte européen. La réunion de10 000 apprentis à Bercy, en octobre, doit permettred’accélérer les échanges des jeunes, de ne pas réserveraux élites universitaires le goût du voyage et du savoiret de justifier notre persévérance à promouvoir nosmétiers aux jeunes. De même, j’espère que le dialoguesocial va pouvoir se développer dans les entreprisesartisanales, au travers du prélèvement, à hauteurde 0,15 % de la masse salariale dans les entreprises.C’est en effet ce que prévoit l’article 8 du projet de loisur la rénovation de la démocratie sociale et de laréforme du temps de travail, qui devrait être votéeà l’automne. Le Gouvernement mettra ainsi fin,normalement, à sept ans d’obstruction visantà empêcher le monde artisanal de développerun dialogue social autonome. Espoir aussi dansles conséquences du Grenelle de l’Environnement.Oui j’y crois. Le bâtiment est souvent voraceen énergie et l’on s’oriente vers des exigencesnouvelles, tant pour le neuf que pour l’ancien.Nous devons développer des programmes deformation des hommes, nous assurer de la qualitéde notre travail, maîtriser nos coûts et ainsi,profiter de l’effet prêt à taux zéro de 30 000 €,qui devraient permettre l’émergence de la demande.Le Monde des artisans n°66 – Septembre-octobre 2008 – Édition de la Gironde – Président du comité de rédaction des pages locales : Yves Petitjean – Éditeur délégué : Stéphane Schmitt –Rédaction : ATC-ÉDIMÉTIERS, Charlotte de Saintignon, Tél. 01 42 74 28 32, fax 01 42 74 28 35, e-mail : c.saintignon@edimetiers.com – Ont collaboré à ce numéro : Irène Aubert, Mélanie Blondiaux,Isabelle Breger, Véronique Méot, Faustine Sappa, Hélène Sauvage – Secrétariat de rédaction : M. Anthony, J. Clessienne, J. Neisse – Publicité : ATC-ÉDIMÉTIERS, 84 bd de Sébastopol, 75003 Paris– Édition nationale : Mathieu Tournier, Tél. 01 42 74 28 73, fax 01 42 74 28 35, e-mail : m.tournier@groupe-atc.com – Éditions départementales sud-ouest : Thierry (Tél. 06 22 69 30 22) et CédricJonquières (Tél. 06 10 34 81 33), fax 05 61 59 40 07, e-mail : thierry.jonquieres@wanadoo.fr – Éditions départementales nord et est : François Bederstorfer, Tél. 03 87 69 18 12, fax 03 87 69 18 14,e-mail : f.bederstorfer@groupe-atc.com – Photographies : Laurent Theeten, responsable image – Conception éditoriale et graphique : TEMA/presse, Tél. 03 87 69 18 01 – Fabrication : Pixel image,I. Marlin, J.-M. Tappert, Tél. 03 87 69 18 18 – Éditeur : ATC, 23 rue Dupont des Loges, 57000 METZ, Tél. 03 87 69 18 18, fax 03 87 69 18 14 – Directeur de la publication : François Grandidier –N° commission paritaire : 0311 T 86957 – Dépôt légal : septembre 2008 – Impression : Socos’print, route d’Archettes, 88000 Épinal certifiée PEFC CTP/1-013. Le Monde des artisans est imprimésur papier PEFC issu de forêts gérées durablement.Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008 ● 3


vénementGirondeLe secrétaire d’État chargé de l’emploi annonce le doublement des créditspour favoriser les séjours des apprentis chez nos voisins européens.En visite au pôle des métiers de bouche, il a salué les initiatives des centresd’apprentissage de la région.12 SEPTEMBRELaurent Wauquiez en visiteLaurentWauquieza visitéle bâtimentdu CFArestaurationde la CCIBavantde se rendreà l’Institutdes saveurspour ydécouvrir lesdifférentslaboratoires.Lors de sa visite à Bordeaux,au pôle des métiers debouche, le 12 septembredernier, Laurent Wauquiez,secrétaire d’État chargé de l’emploi,s’est fait le défenseur de la mobilitédes apprentis. Le ministre a promisde doubler les crédits alloués à lamobilité européenne des apprentisd’ici à 2013, afin que ces jeunesbénéficient d’opportunités de voyageséquivalentes à celles que le programmeErasmus confère depuis longtempsaux étudiants. Le dispositif dédiéaux apprentis existe, et se nomme« Leonardo », mais il a besoin d’uncoup de pouce, a reconnu LaurentWauquiez, pour que « l’Europedevienne concrète et tangible pourtous ». Alors qu’Erasmus pèse40 millions d’euros, le budget actuelaffecté à la mobilité des apprentisn’est que de 3 millions d’euros, unegoutte d’eau qui ne permet que de« bricoler ». Pourtant, la mobilitéeuropéenne a vocation à renforcerla coopération entre le monde del’entreprise et celui de la formation.À ce titre, le programme Leonardoda Vinci poursuit trois objectifs :favoriser l’acquisition et l’utilisationde compétence et de qualification,améliorer la qualité et l’innovationdans les pratiques d’éducation et deformation professionnelle, et enfin,améliorer l’attrait de l’enseignementet de la formation. Sur le papier, la4 ●Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008


à BordeauxFormateurs et apprentisont expliqué leursméthodes de travailau secrétaire d’État,qui a rappelé combienl’apprentissagereprésente une formation« d’excellence ».mobilité des élèves et apprentis enFormation professionnelle initiale(FPI) est prévue pour permettre auxjeunes d’effectuer un stage d’unedurée de 2 à 39 semaines dans uneentreprise d’un pays européen. Maisdans la pratique, il semble que lesséjours durent moins longtemps,guère plus de trois semaines pourla plupart. Il n’empêche, les jeunesapprentis de notre région - jusqu’auniveau IV (Bac) - voyagent, et commechacun sait, les voyages forment lajeunesse ! Grâce au programme, ilsreçoivent une bourse. Suggérant quela présence de l’agence nationale de lamobilité, dont le siège est à Bordeaux,facilite l’organisation de séjours pourles apprentis du département - ce qu’aformellement démenti la directrice deladite agence - Laurent Wauquieza salué les initiatives menées par lescentres d’apprentissage, que ce soitl’Institut des métiers ou l’ICFA, etaffiché sa volonté de dupliquer cesexpériences ailleurs en France. Caril s’agit de réfléchir et d’améliorer lefonctionnement de l’apprentissage etde valoriser le parcours des apprentis.Reste que, pour bien intégrer cesprogrammes dans leur projetd’établissements, les directions desCFA souhaiteraient avoir davantagede visibilité et obtenir des engagementsde financement sur cinq ans au lieud’une année actuellement. À suivre…Véronique Méot◼ Un ministreà la rencontredes jeunesLe secrétaire d’État avait,dans la matinée, rencontréplusieurs jeunes témoignantde leur expérience à l’étranger.Tour à tour, les apprentis desCompagnons du devoir, du réseaudes CCI d’Aquitaine et dela chambre de métiers et del’Artisanat de la Gironde ontdonc rendu compte de leur séjourrespectif. Italie, Angleterre, Croatie,Pologne et même Sibérie, lesapprentis aujourd’hui voyagentdans toute l’Europe. Parmi lesdifficultés rencontrées : la premièreest l’obstacle de la langue. Certes,lorsqu’ils doivent s’exprimer enanglais, les jeunes parviennentà contourner leurs lacunes,si le séjour s’étire sur au moinstrois semaines. Dans les autreslangues, le bât blesse. D’autressoucis se posent, liés aux différentssystèmes de formation. Ainsi,une classe de mécanique envoyéeen Allemagne s’est trouvéeconfrontée à la différence desniveaux, la classe d’accueil necorrespondant pas à celle invitée.Mais, dans l’ensemble,les expériences sont extrêmementpositives. Tous, formateurs etapprentis, s’accordent à le déclarer.À l’évidence, la découverte deméthodes de travail différentes,comme la construction de maisonsen rondins, au fin fond de la Sibérie,ou l’utilisation de produits qu’ilsne connaissaient pas, commeles types de farines mises en œuvrepar les boulangers pâtissiers etpizzaïolo italiens, apportent un« plus » aux jeunes. Tousreconnaissent l’enrichissementculturel - car les jeunes visitentles villes et leurs monuments -et échangent sur leur savoir-faire.Au final, l’ouverture d’esprit quirésulte des séjours semble les aiderà mûrir. La preuve ? Leurs yeux quipétillaient à l’évocation de séjoursforts instructifs !Une trentaine de jeunes apprentisétaient réunis autour du secrétaired’État pour échanger surla mobilité européenne.Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008 ● 5


ctualitésGirondeOPÉRATION ARTIMOBILES, 20 ET 21 NOVEMBREPROMOUVOIR LES MÉTIERSDE L’ARTISANAT AUPRÈS DES JEUNESCOLLÉGIENS GIRONDINSL’Artimobile est une voiture customisée qui se décline en sixversions, dédiées chacune à un centre d’intérêt privilégiédes jeunes. Deux flottes de ces véhicules iront directement àla rencontre des élèves dans les collèges de Gironde, les 20 et21 novembre prochains, pour faire découvrir, de manièreinnovante et ludique, les métiers de l’artisanat. Ce sera l’occasionpour les jeunes de connaître la richesse et la variété desactivités de l’artisanat et de se renseigner sur des métiers quis’inscrivent dans la continuité de leurs centres d’intérêt.Les lieux◾ Jeudi 20 novembre : Collège Cantelande à CestasCollège Jean Zay à Cenon (avec le collège J.Jaurès)◾ Vendredi 21 novembre : Collège Victor Louis à TalenceCollège Fontaine de Monjous à Gradignan (avec le collègeMauguin)CONTACT :05 56 999 134Tremplins MMA : 1 000 euros et une participationaux Artisanales de ChartresXavier Bontemps pratique le pianodepuis l’âge de 8 ans. Il a suivi une voieprofessionnelle lui permettant d’êtreconstamment en contact avec sa passion.Son entreprise est spécialisée dansla restauration de pianos ancienset pianos « forte », ainsi que dansl’entretien courant de tous les instrumentsanciens ou récents.Passionné autant par l’aspect musicalque par la beauté du meuble,Xavier Bontemps redonne vie à6 ● Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008Stéphane Vidal, délégué régionalau développement MMA, Xavier Bontemps etYves Petitjean, président de la chambrede métiers et de l’artisanat de la Gironde.des instruments d’exception. C’estdans un souhait de se faire connaîtreet d’élargir sa zone d’activité que l’artisana souhaité participer aux Artisanalesde Chartres, début octobre, pour faireconnaître son art. Il a reçu 1 000 eurosdes MMA pour organiser son stand.XAVIER BONTEMPSaccordeur et facteur de pianos Site internet :www.auclavier-bientempere.fr -05 56 27 14 60


ctualitésGirondeINITIATIVES DE LA CMASITE INTERNET : NOUVEAU LOOKET NOUVEAUX SERVICES EN LIGNEVous souhaitez créer et suivre en ligne vos contratsd’apprentissage ? C’est désormais possible grâceà la nouvelle version du site de la CMA et à son service« e-apprentissage ». Il vous suffit de saisir votre numéro deSiret et d’indiquer votre mot de passe pour avoir accès à vosdossiers et suivre vos contrats.Car le site de la CMA vient de faire peau neuve. Vieillissanteet un tantinet obsolète, la précédente version n’offrait pas toutce que vous êtes en droit d’attendre du site de votre chambreconsulaire. Exit donc les pages htm « jaunies » ! C’estla société Girondine Aquitaine Valley qui a été choisie pourréaliser cette nouvelle version. Résultat : une belle vitrinepour promouvoir l’artisanat et de nombreux services en ligne,directement accessibles dès la page d’accueil, sous la rubrique« Accès Express ». Plus besoin de se perdre dans la navigationpour aller à l’essentiel. Avec ce nouveau site, toute l’informationdont vous avez besoin est à portée de clic. Parmi les nouveautés,les formalités en ligne se sont améliorées. Ainsi à partirde l’onglet « Cliquez-Créez », l’internaute est directement redirigévers le site CFE Métiers, sur lequel il peut non seulementprocéder à la déclaration en ligne au moment de la création,mais aussi aux diverses formalités liées à la modification età la radiation d’entreprise. Tous les documents nécessaires ysont disponibles en téléchargement. Le site présente égalementla bourse des opportunités afin de faciliter les recherches desrepreneurs d’entreprises et des cédants. Surfer sur cm-bordeaux.frest l’occasion, en un clic, de découvrir les nouveauxsites des centres de formation. L’Institut des métiers et l’Institutdes saveurs bénéficient eux aussi de nouvelles vitrines à visitersans plus tarder. D’excellentes vidéos permettent de découvrirles CFA. Enfin, avec « Arti… Show », la Web télé de l’artisanatgirondin, vous avez accès à une vidéothèque de toutes lesvidéos de la CMA. Et pour rester en contact avec votre CMA,n’oubliez pas de vous inscrire pour recevoir la newsletter, etrecevoir ainsi, directement dans votre boîte e-mail, toutes lesinformations pratiques et les données d’actualité dont vousavez besoin au quotidien : www.cm-bordeaux.fr.CONTACT :05 56 999 1348 ●Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008


ACTIONFACILITER L’ACCÈSEN CENTRE-VILLELa chambre de métiers et de l’artisanat de la Gironde, associéeà l’Union professionnelle artisanale, a porté auprèsdes autorités de la ville de Bordeaux le dossier des difficultés,pour certains métiers, d’accéder en centre-ville deBordeaux.Cette action a permis de mettre en place en 2007, avec la ville,un plan d’action concret pour améliorer la situation : unmacaron spécial artisan permettant de stationner plus longuement,une carte « Bordeaux-ma-ville », une réglementationadaptée et de nouvelles aires de stationnement.Toutes ces mesures et les conditions d’application sont préciséesdans un guide qui est envoyé aux professions éligibles.Près de 400 entreprises artisanales utilisent ce dispositif.RENSEIGNEMENTS :Chambre de métiers et de l’artisanat de la Gironde05 56 999 100Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008 ● 9


ctualitésGirondeBIENVENUE SUR LE SITE DES ARTISANSGOURMANDS D’AQUITAINE !C’est à l’occasion de la première édition du Salon interprofessionneldes « Artisans Gourmands d’Aquitaine » qu’aété officiellement lancé le site Internet dédié, mis en ligne pendantl’été. L’opération Artisans Gourmands, initiée en 2006,regroupe aujourd’hui une centaine d’entreprises artisanales dela région, qui toutes produisent des spécialités en lien avec leterroir, qu’ils s’agissent de recettes traditionnelles ou de créationà base d’ingrédients régionaux.Grâce à cette vitrine interactive, alimentée de mises à jour et dereportages, les Artisans Gourmands sont désormais plus visibles.Même s’il ne s’agit là que d’une première version qui avocation à être améliorée au fil du temps.Outre cette avancée « virtuelle », l’opération vient égalementde vivre un temps fort en réunissant plus d’une soixantained’entreprises, lors du premier Salon interprofessionnel qui s’estdéroulé le 6 octobre, à l’Institut des saveurs. Quelque 33 artisansont pu présenter leurs produits à des clients potentiels. Lesorganisateurs, qui ont souhaité que ce salon reste B to B, et nesoit donc pas ouvert aux particuliers, avaient invité de nombreuxreprésentants des métiers de bouche ou du secteur duCHR, comme des dirigeants d’épicerie fine, des cavistes, destorréfacteurs, et même d’hôtel ou de camping. Dans tous les cas,il s’agissait de réunir des petites entreprises, car si certainesproductions artisanales peuvent trouver un débouché commercialauprès de la grande distribution, cette dernière a besoin devolumes qu’elles ne peuvent pas produire sans modifier leurorganisation.La rencontre s’est avérée juteuse. Les participants ont d’ailleursfait part de leur souhait qu’une deuxième édition soit organisée.Ils ont également déclaré apprécier ces rencontres entre eux,puisque les artisans se côtoient souvent au niveau départemental,mais finalement assez peu au niveau de la région !CONTACT :Béatrice Secondy, 05 56 999 949, http://www.artisans-gourmands-aquitaine.com/q12 ● Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008


STYLEde vieGirondeLE PRIX STARS ET MÉTIERSLes artisans à l’honneurQuatre lauréats ont reçu cetteannée le prix Stars et métiers,décerné par la BanquePopulaire du sud-ouest dela Gironde, en partenariat avec lachambre de métiers et de l’artisanatde la Gironde, la société de cautionMutuelle Artisanale du Sud-Ouest(Socama), le Régime social des indépendants(RSI) et l’Ordre des expertscomptables d’Aquitaine. Ouvert àtous les métiers, le prix récompensedes initiatives en matière de stratégieet d’innovation technologique, degestion des ressources humaines etde dynamique commerciale. Ce prix,organisé au niveau national, et déclinéau niveau local, est né de la fusiondu prix de la « Dynamique artisanale», organisé depuis près de 30 anspar le réseau des Banques Populaires,et du prix « Arnov », mis en placepar les CMA. La remise des diplômess’est effectuée le 2 juillet dernier, enprésence du président de la CMA dela Gironde. Pour les artisans primés,c’était l’occasion de voir leur entreprisemise à l’honneur et reconnuepar leurs pairs. En outre, ils ont reçuun coup de pouce financier, destinéà les encourager à continuer dans lavoie de l’innovation managériale.■ Les lauréats◾ Claude Berniard, couvreur à LudonMédoc, prix de la « Dynamique ressourceshumaines ». L’entreprise artisanaleClaude Berniard, spécialiséedans la rénovation du patrimoineancien et d’ouvrages d’art, emploieaujourd’hui 43 salariés. Son dirigeant,à la suite d’un audit sur l’organisationet la gestion de l’entreprise,a décidé de mettre les bouchéesdoubles pour fidéliser ses salariés.Trois axes sont privilégiés : la miseen place d’un dispositif d’épargnesalariale - via l’ouverture d’un Pland’épargne entreprise (PEE) - pourintroduire la notion de rémunérationdifférée dans l’entreprise, unprogramme de formation permanentepour maintenir et développerles compétences en interne, et enfin,le renforcement de la sécurité sur leschantiers.◾ Didier Trives, repreneur de l’entrepriseArsonneaud à Floirac, prix de la« Création, reprise ou transmission ».Ancien cadre commercial dans unemultinationale, Didier Trives a reprisune entreprise de peinture, spécialiséedans l’étanchéité des façades depuisplus de cinquante ans, à Floirac. Lareprise s’est déroulée en douceur.L’entreprise dispose d’un capitalhumain aux compétences techniquesreconnues. Grâce à ses quinze salariés,elle réalise un chiffre d’affairesde 1 143 000 euros en 2007. Son dirigeant,mu par des convictions personnelles,s’est engagé dans une démarchede respect de l’environnement, enutilisant des peintures « bio » et despeintures à l’eau. Il a, en outre, réaliséde nombreux investissements, dontl’achat d’échafaudages et de véhiculespour accompagner le développementde son entreprise.◾ Michel Frédéric, dirigeant de laFonderie des Cyclopes à Libourne, prixde la « Stratégie globale d’innovation ».Spécialisée dans la réalisation d’œuvresd’art et de monuments en bronze,pour une clientèle de sculpteurs,de collectivités locales (municipalitésnotamment) et de particuliers, laFonderie des Cyclopes ne cesse dedévelopper son chiffre d’affaires.L’entreprise emploie sept personneset réalise un chiffre d’affaires de344 000 euros en 2007, soit une augmentationde plus de 300 % en troisans ! Michel Frédéric a investi dansDe g. à d. : Didier trives, Thierry Bouin,Claude Berniard et Michel Frédéricde nouvelles techniques pour développerson activité, tout en empruntantune démarche durable. Ainsi,au lieu d’utiliser un moule en plâtrecomme les fondeurs traditionnels, ila opté pour une carapace en céramique,qui permet de réduire le tempsde préparation et donc la consommationd’énergie, en réduisant letemps de cuisson.◾ Thierry Bouin gérant de l’entrepriseToutes Constructions Bois (TCB) àBourdelles, prix de la « Dynamique commerciale».L’entreprise familiale de menuiseries’est spécialisée dans la constructionde maison à ossature bois et dans lenégoce de charpente traditionnelle.Depuis qu’il a repris la gérance deTCB en 1996, Thierry Boin poursuitle travail de ses parents et développel’activité de construction de maisonà ossature bois. Il a d’ailleursbeaucoup investi et s’est doté d’uncentre d’usinage à code numérique,d’un camion à grue et d’une machineà usinage des bois. Une nouvellemachine d’usinage à code numériqueest en cours d’acquisition. Cesinvestissements réguliers traduisentle dynamisme de l’entreprise et lavolonté de son dirigeant de s’orientervers un marché porteur, inscritdans l’air du temps, durablement.Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008 ● 13


STYLEde vieGirondeMalgré des efforts pourmettre leurs entreprisesaux normes et de lourdsinvestissements réalisésau cours des dernières années, lespressings sont montrés du doigtpour cause d’utilisation de produitsdangereux comme le perchloréthylène.Récemment, une « affaire » aéclaté dans le Langonnais : une salariéese plaignant de souffrir d’unepathologie liée à ses conditionsde travail et à son environnement.L’information a été relayée par lapresse régionale. « Une émissionde télévision a posé la question ducaractère cancérogène du perchlo »,ajoute Serge Péralta, coprésidentdu syndicat de la laverie et du nettoyagede Gironde (SLNG). Faisantla chasse au « perchlo », NathalieKosciusko-Morizet, la secrétaired’État à l’écologie, a récemmentannoncé que le nombre decontrôles allait être renforcé dansles pressings. Selon l’arrêté type23-45, publié au Journal Officiel du5 mai 2002, relatif à l’utilisation desolvants, les machines de nettoyageà sec doivent fonctionner en circuitfermé et être dotée d’un bac derétention intégré ou extérieur. Parailleurs, le marquage CE (suivant lanorme NFG 45-011) impose un doubleséparateur pour dissocier l’eaudu solvant, un bouclage de sécuritépour verrouiller le hublot, le filtreà épingle, le filtre à poussière et latrappe de distillation. « Cette nouvellegénération de machines présentel’avantage d’être plus économiqueen termes de consommationde produits, d’eau et d’énergie, etd’être moins polluante, puisque lesdéchets ne sont pas rejetés », préciseMarianne Caritez, chargée demission environnement et énergie àla CMA de Gironde. Pour être auxIncriminés pour leur utilisation du perchlo,les dirigeants de pressings se battentpour moderniser leurs entreprises et offrir desprestations de qualité, dans un environnementsain. En Gironde, l’agence de l’eau,Adour Garonne, leur apporte son soutien.PRESSINGNettoyage à sec : des artisans lessivés !+Infonormes, les artisans de la Girondeont donc renouvelé leur matériel.Les mesures sont contraignantes :investissement, organisation de lacollecte des déchets - prise en chargeen général par le fournisseur -mise en rétention du perchlo poursécuriser les stocks et ventilationdes locaux. « Nous avons reçu desaides », consent Serge Péralta. LaCMA a d’abord initié une opérationdès 2003. Le dispositif, baptisé« OMPAP » (Opération de modernisationprogressive de l’artisanat etde la petite entreprise), s’est déroulédurant trois années consécutives,de 2003 à 2005. « Nous proposionsaux artisans un accompagnementindividuel pour vérifier s’ils devaientacheter de nouvelles machineslorsque les leurs étaient trop vétustes,ou s’ils devaient simplementles adapter à la réglementation, enajoutant, par exemple, une doubleséparation et un bouclage de sécurité», explique Marianne Caritez.En 3 ans, 45 entreprises ont été diagnostiquées,24 ont reçu une aidefinancière du conseil général, et 6de la Feder. Ces soutiens financiers(5 000 € environ) étaient destinésà alléger le poids de l’investissementet à préserver la trésorerie del’entreprise. De son côté, la Caisserégionale d’assurance-maladied’Aquitaine a signé une conventiond’objectif national, avec l’organisationprofessionnelle des pressings,pour que ceux-ci se mettent aux normes.Dans ce cadre, une aide a étéallouée à des entreprises employantdes salariés. Enfin, l’agence del’eau « Adour Garonne » dispensedes aides pour limiter la pollutionaquatique. En gros, le montant de lasubvention est de 33 % du montantHT de l’investissement. Ce dispositifdevrait être maintenu jusqu’en2013. La CMA instruit les dossiersgratuitement. Attention, l’agence del’eau n’apporte un soutien financierqu’aux entreprises optant pour lenettoyage à sec. Les fabricants ontdéveloppé des systèmes mettant enœuvre de nouveaux solvants, notammentle solixane, à base de silicone,biodégradable et non agressif.Jacky Larraqué, qui vient d’équiperson point de vente à Langon d’unemachine « écologique », prévientnéanmoins que « les textiles doiventêtre prédétachés avant leur passageen machine ». Mais, confie-t-il, « lesolvant ne dégage pas d’odeurs. »Au total, l’artisan a investi 55 000 €pour moderniser deux magasins. Ilexiste d’autres technologies, commele système d’aquanettoyage, qui utiliseun détergent biodégradable.Mais l’agence de l’eau n’accorde pasd’aides pour accompagner ce changementtechnologique (puisqu’elleredoute l’écoulement des déchetsdans le réseau d’assainissementsdes eaux), et le traitement à l’eau neconvient pas à toutes les matières,loin s’en faut !Véronique MéotL’aide, apportée par Adour Garonne, ne l’est qu’après réalisationd’une visite dans l’entreprise et la présentation d’undossier, monté en collaboration avec le service environnementde la CMA de la Gironde. Pour y avoir droit, vous devezen faire la demande avant de procéder aux investissements.RENSEIGNEMENT ET INFORMATIONS, CONTACTEZMarianne Caritez, 05 56 999 142 ou marianne.caritez@cm-bordeaux.fr16 ● Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008


I nitiatives GirondeREMISE DES PRIX DÉPARTEMENTAUXLES ALIÉNORS DES MÉTIERS 2008Le concours « Les Aliénors desmétiers » est destiné à accompagneret promouvoir les projets innovantsdes artisans. Il s’est élargi cette année àl’ensemble des activités de l’artisanat, encréant trois catégories d’activités récompensées:◾ Métiers de production et activités dubâtiment : projets de produits nouveaux(machinisme, électronique, médical, loisirs,environnement, etc.), amélioration deprocédés de fabrication, introduction detechnologies nouvelles, économie d’énergieet protection de l’environnement,matériaux pour améliorer la qualité del’habitat, etc.◾ Activité de services : proposer un nouveauservice client, innover sur la commercialisationdes services et la fidélisationde la clientèle.◾ Professionnels de l’alimentaire : créer denouvelles recettes par rapport aux attentesde la clientèle (terroir, santé, facile àcuisiner, etc.) et intégrer des nouvellestechnologies de production.La remise des prix départementaux duconcours Aliénors des métiers 2008 s’estdéroulée le vendredi 10 octobre dernier àl’espace culturel du Pin Galant.Catégorie productionet bâtiment◾ Établissements Dubourg - Pourtiche àLe Barp.Le produit : des pavés de céramique présentantdes propriétés antisalissure etantipollution, grâce à un traitement luiassociant un procédé de photocatalyse.Site internet : http://gresdegascogne.com/.Catégorie activités de services◾ Arnaud Fougeu (Digirestore) deMérignac.Service : rénovation de disques numériquespar abrasion et reconstruction de lasurface protectrice des CD, DVD, etc.Site internet : http://www.digirestore.fr/Catégorie alimentaire◾ Lagaseau Joël de Bordeaux.Produit : gamme de macarons à base desproduits du terroir des différents départementsaquitains (amandes, raisins, vin,noix, noisettes, pruneaux, piments d’Espelette,pignons de pin, etc.).Courriel : contact@joellagasseau.com40 ● Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008


PRESTIGEGIRONDEPHOTOGRAPHEPhilippe Le Jeune“Rencontre avecun portraitiste« photothérapeute » !“Les deux portraits éclairésfaçon « studio Harcourt ».Le photographe« couvre » 35 mariagespar an et réalisedes albumscoup de cœur.Au dessusUne des photos ayant permisà P. Le Jeune de décrocher le QEP.À droitePortrait defemme enceinte.Le QEPSpécialiste du press-book, amoureux de ses sujets,Philippe Le Jeune vient de décrocher la plus haute distinctioneuropéenne en matière de photographie professionnelle.42 ● Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008


À gauche Philippe Le Jeune, maître artisan photographe portraitiste de France honneur et titulaire du QEP(Qualified european photographer). À droite Capter les moments d’euphorie… un réel savoir-faire !en interrogeant les artisansque j’ai appris mon métier :Claude Robert, qui est monRubens et qui m’a enseignéles techniques de l’éclairagedu portrait, Norbert Tisserrand, dit « Nono »,qui m’a appris la psychologie du portrait, etRené Bessette, qui a su me donner des leçons devie, qui m’a aidé à savoir mieux communiqueret à gérer une entreprise. » Avec les souvenirs,l’œil pétille, la voix se brise. Et puis, le passé estbalayé par le présent. Aujourd’hui, c’est lui,Philippe Le Jeune, 50 ans, l’âge de la maturité,qui s’efforce de transmettre son savoir-faire auxjeunes qu’il rencontre.Le photographe vient de décrocher le QEP(Qualified european photographer), qu’il présentaitpour la première fois, avec une sélectionde douze images en noir et blanc. Une distinctionremarquable. Son sujet ? Des êtres émouvants: une personne âgée, un Africain dans laforce de l’âge, à la fois maître de Kung-fu etpâtissier, qui pose avec ses tablettes de chocolat,une jeune fille de 17 ans, un jeune mécano,mains sales et visage recouvert de cambouis, etc.La vie quoi ! Illuminée par des visages et descaractères.«C’estPhilippe Le Jeune travaille avec son épouse,Valérie - filtreuse et trieuse - et une salariée,Hélène, dans l’atelier de 150 m 2 (laboratoire,studio de prise de vue), installé chez lui, àSalleboeuf, depuis l’année dernière. Durant lesvingt années précédentes, il a dirigé un magasinde photo à Sadirac, puis à Fargues Saint Hilaire.Mais l’arrivée du numérique l’a contraint àrevoir son organisation. Du coup, il a décidé dese consacrer exclusivement à ses passions : leportrait et le reportage. Aujourd’hui, il prenddes clichés dans son studio (des portraits d’artistes,de femmes enceintes notamment), sillonnele département, signe 35 reportages demariage par an - « pas un de plus », pour réaliserdes albums de qualité - traque la larme àl’œil du grand-père ébloui par la beauté de sapetite-fille ou le geste maladroit de la petitedemoiselle d’honneur agitée, qui détruit sonbouquet de fleurs ! Ses photos sont le reflet dela vie. Il y tient : « J’aime voir les yeux des jeunesmariés se planter dans l’objectif et en faire ungros plan, car ce n’est que du bonheur ! ».CONTACT :Photo Contact, 18 route des Gachets, 33370 Salleboeuf1987Ouverture du premiermagasin à Sadirac.1996Portraitistede France.2002Portraitiste de Francehonneur.2007Installation de l’atelierPhoto Contactà Salleboeuf.2008QEP(Qualifified europeanphotographer)et deux bronzesà l’Orvieto FotografiaProfessionnel.Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008 ● 43


I nitiatives GirondeDES MESURES CONTRE L’ÉCHECDES APPRENTISLe CFA de la chambre de métiers et de l’artisanat de la Gironde a mis en place un dispositif d’aidepédagogique dès la rentrée 2005, pour les apprentis en formation CAP. L’objectif affiché est de couvrirla totalité des besoins diagnostiqués dans cette population. Qu’en est-il aujourd’hui ?Les jeunes étudient en atelier au centre de ressources du CFA « l’Institut des métiers ».Adrian, apprenti boulanger pour lapériode 2005-2008, vient de passeravec succès son CAP de boulangeren juin dernier. Il travaille actuellementdans l’entreprise qui l’a formé.Pourtant, à son arrivée au CFA de laCMA 33, il avait été repéré commeapprenant en grande difficulté de lectureet d’écriture. Or, grâce à un dispositif misen place dès 2005, il a pu bénéficierd’aides, dispensées à la fois en français eten technologie, et réussir son parcours.« Sans les ateliers, je pense que je n’auraieu que la moitié de mon examen, la pratique,je n’aurai pas eu l’enseignementgénéral. Tout le monde était content »,lâche-t-il fièrement. Car, en fréquentantdes ateliers de soutien scolaire, ce jeunea pu profiter du temps de formation dontil avait réellement besoin. Les apprentisen difficulté scolaire ont souvent besoinde plus de temps que les autres : tempsd’adaptation, temps d’apprentissage ettemps d’intégration en entreprise. Adriana également pu développer une relationprivilégiée avec l’enseignant et reprendreainsi confiance en lui et confiance dansle système de l’apprentissage.Une démarche nouvellequi cherche des financements« Notre prestation ne s’arrête pas à l’enseignementde cours, elle couvre d’autresbesoins, comme le suivi de la relationavec le maître d’apprentissage ou laremédiation », déclare Philippe Gueucier,le directeur du CFA de la CMA 33. Lescours de soutien, dispensés en français eten mathématiques, ont pour but d’aiderles jeunes en difficulté et traiter l’hétérogénéitédes niveaux dans une même section.Si le CFA de la CMA 33 accueilletous les jeunes recrutés par les entreprisesartisanales, sans effectuer de sélection àl’entrée, les apprentis sont néanmoinsévalués dès leur inscription. Ainsi, leslacunes en français et en mathématiquessont détectées dès le démarrage de la formation.Car un faible niveau scolaire -parfois proche de l’illettrisme - fragilisela situation d’apprentissage et débouchetrop souvent sur un échec caractérisé parl’abandon de la formation ou la rupturedu contrat. Pour éviter d’en arriver à cessituations extrêmes, les équipes pédagogiquesont cherché des réponses. C’estainsi qu’une structure spécifique a étémise en place au sein du CFA de laCMA 33, pour permettre un suivi personnalisédes jeunes en difficulté.L’objectif numéro 1 est de leur redonnerconfiance ! En travaillant en petits groupes,sur des exercices d’applicationsadaptés, les apprentis sont alors en mesurede faire des progrès. L’ambition de laremédiation est d’éviter l’abandon del’apprenti et de l’accompagner suffisammentpour qu’il puisse atteindre le niveaurequis pour présenter le CAP.Concrètement, l’Institut des métiers proposeaux jeunes repérés en difficulté scolaire,des ateliers de français, de mathématiqueset de technologie. Il prévoit deremédier aux difficultés les plus courammentrencontrées par les apprentis enclasse, ciblant 4 grands domaines d’action: compréhension, organisation,concentration et motivation. Si l’expériencemontre, après 3 années, que la formuleporte ses fruits, comme toute nouvelledémarche, elle manque encore definancement. Pour obtenir des budgetsauprès de l’Union européenne, l’Institutdoit apporter les preuves de l’efficacité dudispositif. Les résultats mesurés sont iciplus qualitatifs - en termes de socialisationdu jeune - que quantitatifs : arrivée de l’apprentià l’heure et amélioration du comportementen classe et dans l’entreprise.Des progrès pourtant fondamentaux, quiserviront plus tard l’insertion des jeunes.VM44 ● Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008


I nitiatives GirondeCFA DE LA CHAMBRE DE MÉTIERS ET DE L’ARTISANATUNE RENTRÉE AU BILAN CONTRASTÉLa rentrée 2008 s’est plutôt bien déroulée dans les trois pôles du CFA de la chambre de métiers et de l’artisanatde la Gironde, même si l’on peut regretter la baisse des effectifs dans le secteur automobile.◾ L’accueil de public mixte en CFAInvité par le conseil régional à mixer lespublics dans les sections de formation, ledirecteur du CFA, Philippe Gueucier, salueune initiative capable de dynamiser lacréation et surtout la reprise d’entreprise.La reconversion professionnelle nécessite souvent unparcours de formation spécifique. C’est pourquoi, le CFA ouvreles portes de ses sections aux adultes désireux de se lancerdans un nouveau métier. Pour Philippe Gueucier, directeurdu CFA, « Il s’agit souvent de futurs créateurs ou repreneursd’entreprises venant d’horizons différents ». Ici, une assistantede direction jette l’éponge et souhaite devenir esthéticienneet ouvrir son institut, là, un jeune diplômé de l’université seréoriente vers un métier de bouche. Leur formation est priseen charge par le Fongecif, au titre du congé individuel deformation ou par le chèque qualification du conseil régional.Pour accueillir ce nouveau public, les équipes pédagogiquesont dû revoir leur copie. D’une part, elles doivent faire faceà l’hétérogénéité des niveaux entre les jeunes de moinsde 26 ans et les adultes. D’autre part, elles se sont mobiliséespour aménager les parcours de formation. Les adultespréparent en général en un an ce que les jeunes préparenten deux. Les formateurs ont élaboré des modules decompétences, extraits des référentiels. Ainsi, les adultespassent un entretien (du type VAE) pour évaluer lescompétences à acquérir et les dispenses d’enseignement.À la fin de leur cursus, ils reçoivent un certificat attestantde la formation suivie. En revanche, l’établissement neles présente pas au diplôme correspondant, qu’ils peuventnéanmoins passer en candidat libre.La rentrée est toujours un moment particulierdans les centres d’apprentissage.Elle offre l’occasion de faire le pointsur les effectifs dans les sections, et donc, devérifier si la relève sera assurée dans lesentreprises artisanales. « La rentrée à l’Isforaa soulevé quelques inquiétudes, confiePhilippe Gueucier, le directeur du CFA,notamment au niveau du CAP de maintenancedes véhicules automobiles, car leseffectifs en première année sont en baisse ».Mais, le niveau des jeunes s’améliore. Avecl’arrivée de l’électronique dans les véhicules,la maintenance et les réparations ontchangé. Les aptitudes requises diffèrent. Lesentreprises artisanales ont pris consciencede l’évolution de leur métier et s’attachentà recruter des jeunes présentant un niveausuffisant pour en comprendre les problématiques.La rentrée à l’Isfora est égalementmarquée par l’interrogation liée à l’ouvertured’une section préparant au baccalauréatprofessionnel en trois ans. Car si l’ÉducationNationale le propose, les CFA n’ontpas encore reçu le feu vert pour le mettre enplace. Le pôle beauté vient de vivre une rentrée« exceptionnelle », avec un nombre decontrats supérieurs à ses capacités d’accueil.La demande d’ouverture de sections supplémentairesest d’ailleurs en cours. La progressiondes effectifs est, en effet, remarquable: + 22,5 % ! Enfin, l’Institut des saveurs,malgré ses locaux flambant neufs, s’est faitdes frayeurs, car les entreprises - contexteéconomique oblige - ont tardé cette annéeà recruter. Mais, au final, les effectifs enregistrentune croissance de + 3,8 % par rapportà 2007.Le pôle beauté accueille un public mixte, avec des adultes ensituation de reconversion professionnelle.Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008 ● 45


O rganisations professionnelles GirondeCONCOURSMEILLEUR JEUNE BOULANGER D’AQUITAINELaure Boutot de Dordogne a reçu le meilleur score, suivie de Pierrick Budis de Girondepuis de Sébastien Olabe des Pyrénées-Atlantiques.Le concours du meilleur jeune boulangerde France est organisé depuis1981 par la Confédération nationalede la boulangerie française. Il est aumonde de la formation ce que le concoursnational du meilleur ouvrier de France estaux professionnels. Le concours, ouvertaux moins de 21 ans sélectionnés par leursprofesseurs, vise notamment à susciter desvocations chez les apprentis, afin de lespousser à concourir au brevet professionnel,au brevet de maîtrise puis à celui desmeilleurs ouvriers de France. Il permetégalement de mettre en valeur la boulangerieartisanale, de sensibiliser l’opinionpublique sur la formation dispensée parla profession et d’intéresser la presse auxproduits naturels, sains et de qualité,fabriqués en boulangerie et boulangeriepâtisserie.Cette année, le département de Girondea été désigné comme site d’examen pourla nomination du meilleur jeune boulangerdes cinq départements d’Aquitaine,qui représentera la région au concoursnational.Sept candidats représentant quatre départementsd’Aquitaine participeront à ceconcours.Les épreuves, qui se poursuivent huit heuresdurant, comportent quatre postes :◾ Pains de tradition française◾ Autres pains (2 sortes)◾ Viennoiserie◾ Pièce décorée sur pâte morte.Les épreuves se sont déroulées pendant lasemaine du goût, le 14 octobre dernier, auCFA Institut des saveurs géré par la chambrede métiers et de l’artisanat de laGironde.UPA Gironde : détails d’une organisation◾tripartiteL’Union professionnelle artisanale(UPA) est une organisationconstituée des trois grandesconfédérations de l’artisanat : laCapeb, la Cnams et la CGAD. Ellefonctionne de manière collégiale, lesdécisions étant prises à l’unanimitédes organisations membres.UPA33 : président M. Éric Agullo,Bureaux du Lac bât. 5, 1 er étage, 12 av.de Chavailles, 33525 Bruges Cedex,Tél. : 05 56 11 70 70, Fax : 05 56 29 19 25.Composantesde l’UPA33 :● Capeb 33 : Confédération del’artisanat et des petitesentreprises du bâtimentPrésident : M. Yves Petitjean• Les bureaux du Lac• Bâtiment 5, 1 er étage• 12 avenue de Chavailles• 33525 Bruges Cedex• Secrétariat ouvert : 8h à 12h30,13h30 à 17h du lundi au vendredi• Tél. : 05 56 11 70 70,• Fax : 05 56 29 19 25• Mail : capeb33@wanadoo.fr• Site Internet : www.capeb33.fr.● CGAD 33: Confédération généralede l’alimentation en détailPrésident : M. Joël Mauvigney• 3 avenue Jean-Mazarick,• 33700 Mérignac• Tél. : 05 56 97 83 64• Fax : 05 56 12 28 20.● Cnams Gironde : Confédérationnationale de l’artisanat, desmétiers et des servicesPrésident : M. Éric Agullo• 46 avenue Général-de-Larminat , •33000 Bordeaux• Tél. : 05 56 98 80 76,• Fax : 05 56 24 30 81.◾ Autres fédérationset confédérations● FFB, Fédération française du bâtiment GirondePrésident : M. Jean Soule Dupuy• Maison du bâtiment et des travaux publics• Quartier du Lac• 33081 Bordeaux Cedex• Tél. : 05 56 43 61 23, Fax : 05 56 43 61 26• Mail : contact@d33.ffbatiment.fr• Site Internet : www.d33.batiment.fr.Union départementale Cidunatide la GirondePrésident : M. Daniel Royer• 235 boulevard Alfred-Daney• 33300 Bordeaux• Tél./Fax : 05 56 92 86 39, Tél. : 05 56 31 99 00• Mail : cidunati@orange.fr.MPCIA Aquitaine (Mouvement patronaldu commerce, de l’industrie et de l’artisanatd’Aquitaine)Présidente : M me Gisèle Mosca• 6 rue Francis-Jammes• 33160 Saint-Médard-en-Jalles• Tél. : 0 870 29 31 79, Fax : 05 56 05 82 67.46 ● Le monde des artisans ● septembre-octobre 2008

More magazines by this user
Similar magazines