Entreprendre septembre 09 .indd - BECI

beci.be

Entreprendre septembre 09 .indd - BECI

Septembre 2009 • n° 7Magazine de BeciBrussels Enterprises Commerce & IndustryUWE, Voka et BECI« Construire ensemblenotre avenir »Emploi : Quel avenir pourles Job Days pendant la criseDossier Outsourcing :Temps de renégocier vos contrats !


Nos services ciblés pour les PMEvont vous faciliter la vie active !Contactez-nousvia notre «ligne Employeurs»au 02.505 79 15ou via employeurs@actiris.beEn tant qu’Office Régional Bruxellois de l’Emploi,nous vous proposons gratuitementnos services personnalisés.ACTIRIS respecte et s’engage à promouvoir la diversité et l’égalité des chances pour tous :-)


editoEmmanuel van Innis,Président de BeciBruxelles, Capitale detous les Européens ?Bruxelles, ville multiculturelle animée, capitaleeuropéenne, laboratoire linguistique, siège de plusieursmultinationales, centre de lobbying, moteurde l’économie belge, ville des ONG, épicentre politiquegrâce à l’OTAN et l’une des villes au monde comptant laplupart des meetings internationaux... Bruxelles, c’est uneville d’immigrés: moins de la moitié de sa population yest née. Ce sont essentiellement des jeunes qui viennenty habiter. 44.000 Français, 9.000 Allemands, 7.000 Néerlandais,15.000 Polonais, 20.000 Espagnols, 15.000 Portugais,nulle part ailleurs en Europe, on ne trouve une telleprésence massive d’autant de nationalités européennes.Il faut dire que la vie y est douce en tant qu’expatrié ; eneffet, si vous venez habiter à Bruxelles avec votre famille,vous pouvez vous targuer que votre partenaire a pu aussitrouver un job intéressant, et ce, grâce à la haute intensitéde connaissance de la majorité des secteurs. Et pourtant,l’image de Bruxelles en tant que capitale internationalen’est pas encore parfaite. Bruxelles doit commencer à véritablementtendre la main aux Européens.« Bruxelles, Capitale européenne » est devenue réalitémalgré et non grâce à Bruxelles. Il existe une sorte de relationd’amour-haine en raison de toutes les personnesexerçant un rôle à l’échelon international, relation renforcéepar l’association de Bruxelles à la bureaucratie européenne:« Bruxelles a décidé que... » Et pourtant, quelque110.000 habitants de Bruxelles y vivent précisément enraison de ce rôle sur le plan international. Les travailleurseuropéens doivent affronter certaines situations linguistiques,et ce, tant dans le centre que la périphérie ; certainesparties de la population ne s’attardent pas à ce rôlede leur ville, ni même à l’impact positif des institutionsinternationales et tout le monde n’en éprouve pas de lafierté. Pour leur part, les instances locales ne sont ellesnon plus pas adaptées: les documents ne sont en effetdisponibles qu’en français ou en néerlandais. Il est toutà fait exceptionnel de pouvoir se faire aider en anglais:aussi, BECI demande que l’anglais devienne la troisièmelangue administrative.Pour quelle raison les Européens peuvent-ils élire lesconseils communaux d’Anderlecht et de Schaerbeek,mais pas celui de la Région? Pourquoi tous les formulairesstandards de Bruxelles ne sont-ils pas disponibles en anglais?Ne sommes-nous pas, en fin de compte, la capitalede tous les citoyens de l’UE ? Il est en fait incompréhensibleque les Européens de Bruxelles ne puissent pas voterpour des matières qui intéressent l’ensemble de la ville(ou de la Région).C’est qu’à Bruxelles, le terme « local » revêt une touteautre signification qu’en Wallonie ou en Flandre: ici, le niveaucommunal correspond au niveau régional. Ces gensvivent ici, la plupart du temps avec beaucoup de plaisiret souvent depuis plusieurs décennies déjà ; ils paientdes impôts directs et indirects ; leurs enfants y suiventleur scolarité, même s’ils le font souvent dans des écoleseuropéennes, attendu que celles-ci offrent elles des facilitéslinguistiques dignes d’une capitale européenne. Etpourtant, ces citoyens européens n’ont pas le droit de voterpour Charles Picqué ou Guy Vanhengel aux électionsrégionales. Les hommes politiques bruxellois n’ont doncpas de comptes à rendre à leurs concitoyens européens,et ce, même si ces derniers contribuent eux aussi à l’imageet l’avenir de la ville. Affirmer que les fonctionnaireseuropéens ne peuvent pas voter tant qu’ils ne paient pasd’impôts revient à préjudicier l’écrasante majorité de lapopulation européenne.La Wallonie et la Flandre ont vraisemblablement de bonnesraisons pour interpréter le droit de vote à leur manière.Pour notre part, nous entendons plaider à Bruxellespour un droit de vote régional accordé à l’ensemble descitoyens de l’UE, en guise de geste, de signe de la bonnevolonté de Bruxelles de devenir réellement une capitaleeuropéenne, de conférer à l’UE une visibilité plus positiveet comme première étape vers un projet, réellementsoutenu par une large majorité, de Bruxelles comme véritablecapitale européenne, dans son propre regard, maisaussi et surtout dans celui donné au monde extérieur. 1N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE


sommaire SEPTEMBRE 09Partenaires structurels de BeciBRUSSELS ENTERPRISES COMMERCE& INDUSTRY1 Edito4 Enjeux:BECI, Voka et UWE : Les entreprises des 3 régionsse positionnent11 BECI Garden Party12 Espace membres21 Emploi : Quel avenir pour les Job Days pendantla crise ?22 Member to Member24 BECI Executive Interviews26 BECI Golf Trophy29 Album63 Bloc-notes64 Demandes d’admission – Annonce - Index pubL’ENTREPRISE AU QUOTIDIEN30 Boîte à outils34 BizzBox35 RepèresDOSSIEREnergie35 La FEB lance un pacte énergétique communentreprise?38 The Platinum : Faire du neuf avec du vieux42 Une éolienne dans votre jardin ?45 Delo, la lumière organique de demain45 La voiture électrique : tout le monde s’y met45 Chauffer sa piscine grâce aux rayons du soleilDOSSIEROutsourcing & Facility Management49 Il est temps de renégocier vos contrats !50 Sous-traiter, oui, mais où?51 Conseils et pièges de l’externalisation des RH54 Des bureaux plus verts, donc plus économes57 « Objectiver les relations entre une entreprise etson bailleur »Entreprendre est le mensuel de Beci(Chambre de Commerce & Uniondes Entreprises de Bruxelles)Editeur responsableOlivier Willocx ow@beci.beAvenue Louise 500 • 1050 Bruxellest +32 2 648 50 02 • f +32 2 640 93 28www.beci.beRédactionResponsable : Roel Veyt rv@beci.beSecrétaire de rédaction :Stéphanie Brisson sb@beci.beCollaborateurs : Patrick Anspach • Guy Bernard •Jean Blavier • Thandiwé Cattier • Vincent Delannoy• Arnaud Dellicour • Olivier Duquesne • Jean-yvesKlein• Hélène Legrand • Jacqueline Remits • LucRivet • Harold Schuiten • Carline TaymansProduction & AbonnementsAdministration: Roel Veyt rv@beci.beDesign : MegalunatriumviraatGraphisme – Impression: DB PrintTraduction: Pascale SwaelensPhotos de couverture :Reporters/ Dany GysTous droits réservés – Reproductions interdites sans autorisationécrite de l’éditeurAbonnementsPrix : 80 € pour 10 numéros + Who’s who Beci.Infos : da@beci.be • t 02 643 78 34PUBLICITÉEntreprendre/Dynamiek est lu chaque moispar plus de 21.000 décideurs.Tirage moyen par numéro : 13.130 ex.Infos et réservations :Geneviève N. Juste • T 02 537 60 31F 02 534 86 22 • genevieve.n@skynet.beVéronique Legein •T 02 763 18 19F 02 772 54 22 • vl@beci.beNOS PROCHAINS DOSSIERSEntreprendre – DynamiekOctobre 2009Outsourcing & Facility managementEnergieRapport d’activités BeciDate limite pour vos réservations : 15 octobre 2009Octobre 2009Transport & MobilitéSécuritéDate limite pour vos réservations : 15 novembre 2009


UN VOYAGE D’AFFAIRESDOIT VOUS FAIREGAGNER DE L’ARGENT.PAS VOUS EN FAIRE PERDREb.flex economy+. La meilleure classe économique en EuropeEn ces temps-ci, vous êtes certainement à la recherche de bonnes affaires. Il en va de même pour vostickets d’avion. Choisissez de voler en b.flex economy+ car vous pourrez en toute simplicité:• changer votre réservation sans frais• bénéficier de la Fastlane aux contrôles de sécurité• vous voir rembourser votre ticket entièrement en cas d’annulationVoyager sans soucis et sans coûts additionnels, et avoir ainsi un contrôle total sur votre budget voyage,c’est quand même plus confortable.brusselsairlines.com


enjeuxBECI, VOKA & UWE :LES ENTREPRISES DES 3 RÉGIONS SE POSITIONNENT© Danny Gys/Reporters« Construire ensemblenotre avenir »Les entreprises flamandes viennent de désignerleur nouveau président: Luc De Bruyckere,le patron de Ter Beke (Charcuterie et platscuisinés – production en Flandre, Wallonie etFrance). Dans la foulée, les entreprises wallonnesont procédé elles aussi à l’élection deleur nouveau président; il s’agit de Jean-Pierre4N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREDelwart, CEO d’Eurogentec (Biotechnologies –Liège). C’était l’occasion pour Emmanuel vanInnis, président de BECI et membre du ComitéExécutif de GDF – Suez, de susciter pour votremagazine ENTREPRENDRE la réaction desprésidents des organisations patronales régionales,intervenant ensemble sur les grandesquestions de l’heure.Emmanuel van Innis (BECI), Luc De Bruyckere (VOKA) et Jean-Pierre Delwart (UWE).I. La situationéconomique actuelleQ. Quelle est votre perception de lasituation économique actuelle ?L. De Bruyckere – VOKA : Il fautdistinguer le court et le moyen terme.La réalité s’impose à nous; il ne fautpas la sous-estimer ou la nier. La criseest grave. Mais je suis optimiste denature, tout le contraire d’un défaitiste.Il est vrai que c’est la plus graveque nous ayons jamais connue pourtoutes les personnes autour de la tablemais nous sortirons de cette situationdifficile, comme ce fut le casde toutes les crises du passé. Cettecrise nous invite à la réflexion. Quese passe-t-il et pourquoi ? Nous nepouvons pas rester paralysés. Il estvrai que le public considère les entreprisescomme responsables decette crise ; mais 97% d’entre noussont des victimes ! Nous luttons tousles jours pour en maîtriser les conséquences; gérer la crise, maintenir notreposition en cash, garder nos bonséléments à bord (nous ne cherchonsévidemment pas à licencier !), chercherdesoptions créatives, etc. Noussommes au milieu du gué. Il est vraique beaucoup de licenciements doiventencore venir et que beaucoupd’entreprises vont encore devoir restructurer.E. van Innis – BECI : Je voudraisajouter un élément positif à l’analyse;la demande internationale debiens et de services repart à la hausse.La question reste cependant de savoirsi les banques sont assainies. Nousrisquons d’augmenter dangereusementnotre déficit. Nous savons d’expériencecombien c’est dangereux. La


BECI Talk show 2009SURF House - 14 octobre - 18h30QUO VADIS,BRUCSELLAE?Nous vous invitons à la séance exceptionnelle du « Senatus Brucsellae »qui se tiendra le XIV octobre à 18h30 en présence des représentants les plus éloquents de la cité :élus, marchands, philosophes, artistes et héros de l’arène !Ce débat sera croqué par Pierre Kroll, animé par Jean Blavieret se poursuivra par un walking dinner qui mettra à l’honneur la cuisine belgeavec la participation du chef Pierre Wynants.Olivier WillocxAdministrateur déléguéEmmanuel van InnisPrésidentPartnersOrganizing partnerBulletin d’inscription / Inscription par fax au 02 640 93 28 • par mail : events@beci.be • online : www.beci.be/eventsM/Mme (nom et fonction):Accompagné(e) de :Entreprise : TVA :Adresse :Code postal : Localité :Tél. : Fax :E-mail :Assistera(ont) au BECI Talk show du 14 octobre 2009Participation : 69 € HTVA/pers. membre – 100 € HTVA/pers. non-membreNombre de participants : Membre(s) BECI : ...................... x 69 € HTVA = ...................................€Non-membre(s) : ..................... x 100 € HTVA = .................................€Total HTVA : .............................. €La facture et la confirmation vous seront envoyées dès la réception de votre inscription.Le nombre de places étant limité, merci de vous inscrire rapidement.Adresse du jour :SURF HouseRue Stroobants, 51 B-1140 Evere(Parking à disposition sur le site)www.surfhouse.be/plan.pdf


enjeux6N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREBelgique n’a pas fini de payer la detteaccumulée lors de son dernier dérapage.Et puis je remarque que les PMEcontinuent à vivre des problèmes decrédit ; beaucoup se voient encore refuserle prolongement de leurs lignesde financement.J.P. Delwart – UWE : La crise ellemêmecrée aussi un monde d’opportunités.Elle doit permettre de revoirle coût de fonctionnement de notreétat et de stimuler les investissements.Tous les plans de relance dontle politique nous parle, s’appuientsur une relance de la consommation.C’est nécessaire mais pas suffisant;il faut aussi favoriser les investissements.BNP Paribas Fortis annonce lalibération d’un milliard d’euro’s pourles PME. Je voudrais être sûr que c’estune réalité. On nous annonce d’autrepart un plan Marshall 2.0. C’est trèssympathique, mais je vois mal commentle gouvernement wallon vapouvoir agrandir l’enveloppe budgétaire.Le secteur « vert » wallon n’estpas assez structuré et n’offre pas unetaille suffisante. Le faire bénéficierde l’enveloppe budgétaire des pôlesexistants signifie moins de moyenspour les autres.L. De Bruyckere – VOKA : Lorsquej’entends le ministre du Budget wallondire qu’il s’aligne sur le PremierMinistre Van Rompuy et le fédéral,en prévoyant un déficit jusqu’en 2015,je suis choqué. Van Rompuy n’a jamaisdit ça et cela témoigne dans lechef de la Wallonie d’une approche àmille lieues de celle de la Flandre quia généré des excédents budgétaireschaque année et est parvenue à unedette zéro début 2009. Il faut sortirdes déficits au plus vite ! Le déficitdu budget annuel de l’état est de prèsde 7%, s’il n’est pas déjà plus élevé.On parle de 10% pour 2010, alors quele Traité de Maastricht nous impose3% maximum. Nos gouvernementsdoivent s’atteler à réduire les déficits.Pas de dérapage budgétaire, s’ilvous plaît ! Cela exige évidemmentdu courage. Il faut dire la vérité auxpopulations. Nous sommes entrésdans une nouvelle ère et je ne perçoismalheureusement pas grand chosesinon une anesthésie collective. Commele dit l’économiste Geert Noels,« nous vivons dans une serre ». Aucœur d’une des crises les plus gravesde l’Histoire, la Belgique accorde audébut d’année 5,9% d’augmentationautomatique à tous les travailleursqui ont un emploi, alors que les prixdiminuent et que les Pays-Bas négocientpar exemple une augmentationentre 1 et 1,5%. Ce n’est pas sain.E. van Innis – BECI : Nous ne pouvonspas accepter que les mesuresprises par le politique se contententde consacrer de l’argent à entretenirle clientélisme. Lorsque la FEB proposeau niveau national de parlerde l’adaptation indispensable desrégimes de pension, les syndicats répondentnon en bloc ! Nous sommespourtant en train de créer une detteimpayable à terme par les générationsqui vont nous suivre.J.P. Delwart – UWE : J’ajoute que lecoût de la Fonction publique est exorbitanten Belgique et dans les entitésfédérées. Nous devons être entenduspar les différents gouvernements etpeser plus dans le sens d’un assainissementindispensable.Q. Y a-t-il un point, Messieurs, surlequel vous n’êtes pas d’accord ?J.P. Delwart – UWE : Si mon collèguedu VOKA demande que les choses accélèrenten Wallonie, je ne pourrai que luidire que je suis d’accord !II. Questionsinstitutionnelleset complexité administrativeL. De Bruyckere – VOKA : Il y a des décenniesqu’on tente de résoudre nos problèmesen termes institutionnels. Nousne progressons pas du tout. Aujourd’hui,nous nous connaissons trop peu entrerégions et ne nous faisons pas confiance.Pourtant, nous devons accepter nosdifférences ; il n’y a pas d’autre solution.Emmanuel van Innis (BECI)Jean-Pierre Delwart (UWELuc De Bruyckere (VOKA). © Danny Gys/Reporters


enjeuxEn fait, ce n’est pas d’une énième réformede l’état dont nous avons besoin.C’est une approche irresponsable. Nousdevons faire le «re-engineering» de nosinstitutions et raisonner en termes d’efficacitéavant tout.E. van Innis – BECI : Les entrepreneursbruxellois sont contre tous lesscénarii séparatistes; leur applicationsignifierait un appauvrissement général.Notre richesse réside dans notrecollaboration. Mais aujourd’hui,l’état ne fonctionne plus. Il fautsimplifier les différents niveaux depouvoir dans le sens de l’efficacitéet de la compétence. Bruxelles est leprototype du mauvais exemple ! Savez-vousqu’une des 19 communesn’a qu’une superficie de 1,1 km2 (ndlr: St Josse)? Il nous faut une approcheéconomique et sociale originale; forcerle politique à simplifier. La Belgiquea peu d’atouts dans son jeu. Laprésence de Bruxelles sur l’échiquierinternational est l’une de nos forces.Je suis aujourd’hui devenu partisand’une réforme de l’état ; pas pour le «splitsing », mais pour arrêter l’émiettementdes compétences, pour unerépartition homogène des pouvoirs.J’ai l’impression que depuis les années70, chaque réforme successivede l’état contenait en germe les disputesfutures.J.P. Delwart – UWE : J’aime beaucouple terme de « re-engineering» utilisé par Luc De Bruyckere. Nousdevons sortir de ces dialogues communautairesqui ne sont que de sordidesmarchandages et opter pourdes solutions imposant à chaquefois un « win-win-win ». Misonstous sur l’attractivité internationalede Bruxelles ; la séparation ne pourraitqu’engendrer une perte d’imageglobale. D’autre part, la régionalisationet ses avatars successifs ont faitévoluer les législations à un point telqu’elles sont devenues incompatiblesentre régions. Voyez par exemple leslégislations environnementales. Il ya quatre systèmes incompatibles decertificats verts en Belgique ! C’estun surcoût insupportable pour lesentreprises. Il faut simplifier d’urgencele système et réduire le coûtde l’administration, qui est d’ailleursnettement moins élevé en Flandre !Les structures régionales sont pluscompliquées du côté francophone,entre la Communautéet les régionswallonne et bruxelloise.C’est un vrai cauchemar! Nous devrions intégrerune série d’experts apolitiquesà la réflexion, pourparvenir à une structureplus fonctionnelle.L. De Bruyckere – VOKA : Les flamandssont des démocrates. Noussommes également opposés à la divisiondu pays. Nous estimons quesur le plan sociologique, 10 à 15% desflamands sont partisans de la séparationdu pays, mais que 85% sont partisansde maintenir le cadre fédéral…Nous devons aussi pouvoir oser direen Flandre, « non au séparatisme ».J’investis depuis 25 ans en Wallonie,et lorsque l’émission de la RTBF « Byebye Belgium » a été diffusée, j’étais àMarche. Ca m’a choqué.Il nous faut donc de bons accords auniveau fédéral et au niveau régional:des accords qui tiennent le coup pourles 30 prochaines années. Avec le dialogueet le respect, on peut parler sansproblème des choses essentielles.E. van Innis – BECI : Je suis d’accordet me dois de signaler que le Ministre-PrésidentPicqué est le premier ànous demander une cohérence dansnos positions. C’est encourageant.L. De Bruyckere – VOKA : Je medois d’ajouter que, comme le dit Jean-Pierre Delwart, le « re-engineering »doit aussi s’appliquer à l’intérieur dechaque région. Que dire des discussionsinterminables sur l’avenir desprovinces ou le statut des arrondissements? Nous ne devons pas seulementobtenir un déblocage au niveaufédéral. Il faut aussi qu’il devienneréalité dans chaque région. L’efficacité! Chaque projet important doit obtenirentre 26 et 40 autorisations deservices administratifs divers ! Même7N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE© Danny Gys/Reporters« La Belgique a peu d’atouts dans son jeu.La présence de Bruxelles sur l’échiquierinternational est l’une de nos forces. Je suisaujourd’hui devenu partisan d’une réformede l’état ; pas pour le « splitsing », mais pourune répartition homogène des pouvoirs. »Emmanuel van Innis – BECI


enjeux8N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREla Région flamande ne parvient pas àfaire passer ses propres projets, tantla complexité administrative est devenueimpossible à gérer ! Regardezle contournement d’Anvers par leNord : que ce soit le pont autoroutierdu « Lange Wapper » ou une autre solution,il est temps de trancher… Onest obligé d’imaginer des palliatifsdu genre « spoeddekreet » pour faireavancer les choses.Mais attention, ne tombons pas dansle piège des « secteurs nationaux »des années 70. Il faut toujours direla vérité aux gens. Ce n’est qu’en partantde la réalité qu’on peut résoudreun problème.III. Metropolitan BrusselsE. van Innis – BECI : Nous avonsvoulu rester libre de la rédaction duprojet « Metropolitan Brussels » asbl.Nous n’avions pas de consensus dedépart, mais nous voici avec un plancrédible, l’adhésion des 4 fédérationspatronales; BECI, UWE, VOKA et FEB,180 entrepreneurs qui ont accepté decollaborer dès le départ, et un nouveauSecrétaire général. Nous visonsles 400 entreprises à la fin de l’année.Le bons sens triomphe avec uneinitiative comme celle-là et son pland’action: mise en avant du rôle européen,développement dans des nichesde croissance internationale etémergence d’une métropole transrégionale,bien intégrée dans son hinterland.Nous avons à Bruxelles un terribleproblème de formation et d’emploi.Bruxelles génère 34% du PIB, maisvit un chômage de 20% (30% chez lesjeunes allochtones de 2e génération).Et l’urbanisation vers la Flandre, àVilvorde notamment, y amène lesmêmes problèmes. A Bruxelles, nousavons le plus fort pourcentage en Europede peu scolarisés et le pourcentagele plus élevé d’universitaires, enmême temps ! Pourtant nous avonstoujours ces blocages administratifsirritants, qui empêchent de forcer unchômeur bruxellois à aller travaillerà Vilvorde. Et puis il y a toujoursl’inadéquation entre la formation etl’employabilité : 61.000 jobs ne trouventpas titulaire, faute du diplômeou de la formation adéquats… Les «Job days » organisés par BECI dansla périphérie, hors Bruxelles ont trèsbien marché. Le VDAB (l’agence flamandepour l’emploi) fonctionne etcollabore très bien. Actiris pourraitfaire mieux.Des milliers d’emploi peu qualifiéspeuvent pourtant être créés ; dans lalogistique, dans l’horeca, dans le tourisme,dans la gestion des infrastructuressportives et culturelles.L. de Bruyckere – VOKA : Tout àfait d’accord. Les agences pour l’emploidevraient être récompenséespour la réactivation des chômeurs,quelle que soit la régionoù l’emploi est trouvé.Roulers n’a que 4% dechômage. C’est le pleinemploi par rapport aux20% de Bruxelles, mais il n’y a rien decommunautaire dans ce problème.J.P. Delwart - UWE : Formation etmotivation à travailler des demandeursd’emploi doivent en effet êtredes priorités des agences pour l’emploi.Le FOREM doit améliorer sonefficacité. En Communauté française,nous avons aussi la question de lamédiocrité des résultats de l’enseignement.Il faut revaloriser le travaildes enseignants.IV. MobilitéE. van Innis – BECI : Le développementdurable est un socle sur lequelil y a unanimité. Il faut rendre Bruxellesplus attirante à vivre et améliorernettement la mobilité dans Bruxelles.Il est anormal qu’il faille plus detemps pour traverser Bruxelles quepour aller à Paris ! Un gros problèmeque nous montrons du doigt, c’estqu’on n’a pas prévu assez de parkingsde dissuasion autour des stations terminusdes transports publics. Et puis,le patron devrait pouvoir accorderd’autres avantages qu’une voiturede société dans le registre « transport». Si j’accorde 500 € mensuels pourune voiture de fonction, pourquoi nepourrais-je pas intervenir plutôt de500 € dans le loyer de mon employé,« La crise crée aussi un monde d’opportunités, quidoit permettre de revoir le coût de fonctionnementde notre Etat et de stimuler les investissements. Tousles plans de relance dont le politique nous parle,s’appuient sur une relance de la consommation.C’est nécessaire mais pas suffisant, il faut aussifavoriser les investissements. »© Danny Gys/ReportersJean-Pierre Delwart – UWE


enjeux10N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREcomme allocation logement, s’il accepted’habiter Bruxelles ? Habiterprès de son job, c’est pourtant rendrela ville vivable.L. de Bruyckere – VOKA : C’est vraiqu’en matière de mobilité, les pointsnoirs sont Bruxelles, puis Anvers etGand. On y travaille. Si la Flandreveut comme elle l’affirme, devenirun pôle d’excellence en logistique, «il faut que ça roule ! ». Non pas pourtransporter des conteneurs de A àB par la route, mais pour « éclater »les conteneurs, en distribuant leurscontenus sur la Belgique et l’Europe.Pour cela, la priorité est de faire sauterles bouchons : il faut fermer le périphériqued’Anvers par exemple, quece soit avec un tunnel ou le pont projeté,le « Lange Wapper », cela ne nousdérange pas, mais qu’on termine lesdiscussions qui ont déjà duré 10 ans !Il reste 15 de ces points noirs en Flandre.Leur effacement amélioreraiténormément la mobilité. Nous voulonsêtre « le » centre logistique européen? Très bien, alors du courage !Prenons les mesures multimodalesqui s’imposent.J.P. Delwart – UWE : C’est vrai quevivre en périphérie est souvent moinscher et que des mesures originalesdoivent être trouvées, comme uneallocation logement pour habiter àmoins de 10 km de son lieu de travail.D’accord également pour mettre lepaquet sur la suppression des pointsnoirs de la mobilité.« Ce n’est pas d’une énième réformede l’Etat dont nous avons besoin. C’estune approche irresponsable. Nousdevons faire le «re-engineering»de nos institutions et raisonner entermes d’efficacité avant tout. »V. Hautes technologies, seul avenirpour nos entreprises ?J.P. Delwart – UWE : Il ne faut pasnégliger les secteurs traditionnels,mais il faut aussi investir en effetmassivement dans les nouvelles technologies,ne fût-ce que pour éviter dese faire dépasser par les Chinois oufuturs concurrents asiatiques ! Il nefaut pas faire le choix entre activitéstraditionnelles et hautes technologies,il faut faire les deux. N’oublionspas non plus la logistique et lesmétiers de proximité. La positiongéographique de la Belgique et sonmultilinguisme restent des atoutscapitaux pour notre avenir, ainsi quel’excellence de nos centres universitairesqui permettent justementde rester à la pointe des nouvellestechnologies. Si on parle d’économieverte aujourd’hui, c’est bien, mais nenous faisons pas trop d’illusions surcette filière : 80% des composantspour les bâtiments passifs viennentde l’étranger.L. De Bruyckere – VOKA : Nousoublions trop vite que les nouvellestechnologies de pointe ne se développentpas pour elles-mêmes. Ellespermettent l’innovation massivedans les secteurs traditionnelscomme le mien. Vous netrouverez pas une activité plustraditionnelle que celle de monentreprise, mais nous devenonsprogressivement une entreprisede logistique et de services : les techniquesICT les plus pointues nouspermettent par exemple de suivre endirect l’évolution des stocks de nosclients en magasin. Nous les débarrassonsde leurs problèmes, grâce àl’application notamment de technologiesde pointe.E. van Innis – BECI : Le secteur primaireà Bruxelles a évidemmentfondu avec les années. C’est normal, ilne faut pas rêver. Tout ce qu’on peutfaire, c’est maintenir les entreprisesde production encore présentes ouretarder leur disparition, mais lesnouvelles technologies et les liaisonsavec nos centres universitaires sontdes atouts à jouer. Il faut par exempletravailler sur la consommation énergétiquedes entreprises et la réduire.Nous avons encore une longueurd’avance sur beaucoup…Mais notre état d’esprit ne doit pasêtre celui d’une logique territoriale,de grâce ! Les chefs d’entreprise sontdes gens pratiques, l’intérêt généralleur tient à cœur. Il faut une meilleurecollaboration entre régions pournos populations respectives et nousallons mettre les bouchées doublespour y parvenir. Luc Rivet© Danny Gys/ReportersLuc De Bruyckere- VOKA


eventNETWORKINGBeci Garden Party sous le soleilCe 25 juin avait lieu notre 6eBeci Garden Party dans les jardinsd’AXA. La bonne humeurétait au rendez-vous, quelques heuresavant les vacances !Les quelques 550 participants eurentl’occasion de profiter des premiersrayons de soleil de l’été et du savoirfaire de l’école de cuisine d’Yves Mattagne.Pour les nostalgiques, les photos et lefilm de l’événement resteront accessiblessur www.becitv.be.Rendez-vous l’année prochaine, le24 juin pour une prochaine éditionde cet incontournable événementbruxellois. © Thierry DauweComme tous les ans, la Beci Garden Party avait lieu dans les Jardins d’AXA.Une ambiance conviviale…11N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE© Thierry DauweComité d’accueil surprenantLes traditionnelles glaces de JantjeDes Jardins au bain linguistiqueLa Beci Garden Party a été l’occasionde lancer un concours pour remporterun chèque immersion au CERAN.C’est Marcel Van Aken, DRH de FlightcareBelgium, qui a remporté cechèque. Il lui a été remis en juillet parJohan Van de Vijver, Area Sales Managerde CERAN Lingua International.Impressions du vainqueur. « J’avaisdéjà remporté un cours au CERAN en2005 mais que je n’avais pas eu l’occasiond’utiliser… ! Je compte utilisercette immersion pour me mettre àl’espagnol. J’ai déjà une base que jecompte améliorer grâce à une semained’immersion. Flightcare a un grosactionnaire espagnol, donc c’est utilepour pouvoir assister aux réunionslà-bas. Je ferai mon immersion début2010, histoire de pouvoir aller profiterdu printemps en Espagne ! »www.ceran.comMarcel Van Aken (Flightcare Belgium) reçoit le chèquedes mains de Johan Van de Vijver (CERAN).


vous bougez !Espace membresVous désirez faire connaître votre activité ? Annoncer un changement stratégique, undéménagement de vos bureaux, des résultats financiers en progrès…? Profitez de la visibilité quivous est offerte dans les pages d’Entreprendre, lu par 21.000 décideurs, en envoyant un communiquéd’une quinzaine de lignes accompagné d’une photo, à sb@beci.beAttention : les textes publicitaires ne sont pas publiés. La rédaction se réserve le droit d’écourter les textes trop longs.Une expo célèbre Delvaux et ses 180 ans12N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREDes sites prêts à l’emploiDepuis plus de 180 ans, les articles de luxede la Maison belge Delvaux répondent auxbesoins des clients vivant dans un monde degrands changements et mouvements. Fondéeà l’époque des voyages à cheval, la Maisonsurvécut à des révolutions et à des guerres,et elle s’adapta aux conditions des voyages entrain, en paquebot transatlantique, en bicyclette,en voiture et en avion.Une exposition retrace Delvaux dès la conceptionde la ligne de voyage pour la noblesselocale du 19e siècle, lors de l’apparitiondu sac à main moderne du 20e siècle,jusqu’à la vision d’une nouvelle formed’élégance sous l’impulsion de VeroniqueBranquinho, directrice artistique dela Maison. Charles Delvaux ouvrit sonpremier atelier dans le centre de Bruxellesen 1829, un an avant la révolution menantà l’indépendance de la Belgique.En 1883, la famille devient fournisseur officielde la Cour Royale. Outre l’histoire deDelvaux et l’évolution stylistique de sesproduits, l’exposition rend honneur égalementà ce qui se cache derrière le commerce: le savoir-fairedes créateurs et des artisans qui sontau cœur des valeurs de la Maison. L’expositionDelvaux — 180 ans de luxe belge sera officiellementinaugurée le mercredi 16 septembre2009 et se tiendra jusqu’au 21 février 2010 auMoMu à Anvers (www.momu.be). Maroquinerie DelvauxBoulevard Louis Schmidt 7 - 1040 BruxellesT +32 2 738 00 40 - F +32 2 738 00 50info@delvaux.com - www.delvaux.com950 cadres formés en 2008 avec Frajlick CampusLes formations sont essentielles, même si le réflexe, en temps de crise, est de les faire passer au secondplan. En 2008, Frajlick Campus a formé plus de 250 cadres en sessions ouvertes et près de 700 en entreprise.Le but ? Faire progresser leurs compétences managériales et communicationnelles pour resterperformant ! L’agence Frajlick civilization & communications, créée en 1973 par Charles Frajlick, s’estaffirmée au fil du temps grâce à ses trois départements qui collaborent étroitement : Frajlick civilization& communications pour le management de la communication interne, Frajlick Celebration pourl’organisation d’événements et Frajlick Campus dédié aux formations en communication pour cadres.L’agence dispose d’une équipe de 10 formateurs ayant une connaissance approfondie des réalités duterrain et du quotidien des managers. Parmi la dizaine de sujets de formation proposés, les plus sollicitésen 2008 ont été : Initiation à la Belgitude©, une formation unique en son genre, Qui a peur del’entretien d’évaluation ?© et Programme Delta : communiquer efficacement avec les syndicats©, uneplongée surprenante dans l’univers de la communication syndicale. Frajlick Campus espère atteindreles 1000 cadres formés en 2009 grâce à ses formations sur mesure et actualisées selon les besoins desclients et la réalité des entreprises. Frajlick Campus75, avenue des Villas - 1190 BruxellesT+ 32 2 534 44 11celine.rouaux@frajlick.be - www.frajlick.comCéline Rouaux, responsable des formations deFrajlick Campus


J-PH.espace membresNutri-Challenge vous aide à chouchouter vos employés stressésLa crise est là, c’est certain. Licenciements et budgets revus à la baisse, les conditions sont réunies pour installer une morosité persistante au sein de votresociété peut-être et celle de vos clients. Le stress envahit le personnel qui le subit de plein fouet. Les nombreuses conséquences liées à cette situationdétériorent la qualité du travail, la motivation et l’envie de relever les défis. Il est plus que temps de prendre les choses en main, de préserver votre capitalhumain en lui donnant les chances et les armes pour faire face quand il y a péril en la demeure ! Commençons par la base : l’alimentation. Mère de toutesles vertus, mais aussi de tous les vices. Pour le meilleur ou pour le pire… On y revient toujours, au moins 3 fois par jour, sur le pouce, au resto, au fast food,chez soi. Comment gérer cet inévitable et bénéficier de ses atouts ? Comment informer le personnel de l’entreprise ? Pourquoi bien déjeuner, prendre unedemi-heure pour manger le midi ? Pourquoi le stress et l’alimentation sont-ils si intimement liés ? C’est pour répondre à toutes ces questions que Nutri-Challenge propose des séminaires, des conférences, des journées « nutrition » à la carte, avec stand, workshops, conférences,… La société a égalementdéveloppé des « consultations de crise » qui permettront aux employés d’être coachés tous les mois en groupe, de poser leurs questions, d’avoir un suivipersonnalisé et de bénéficier de multiples conseils généraux ! Nutri-ChallengeRue du Gros Tienne 24B - 1332 GenvalT +32 477 70 80 37infos@nutri-challenge.be - www.nutri-challenge.be13N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREManque de place ?Your Mover Logistics a la solution !• codes-barres sur chaque élément• inventaire et système de gestion via internet• dépôts modernes• livraison rapideContact: Anne Lenaertsinfo@yourmoverlogistics.bewww.yourmoverlogistics.beT: 02/255 42 62


vous bougez !Photovoltech lance un site web flambant neufUn site spécial soleilPhotovoltech, un chef de fileeuropéen dans la productionde cellules solaires photovoltaïques,annonce le lancementdu nouveau site web www.seduisezlesoleil.be.Au traversde ce site, l’entreprise de Tirlemontsouhaite informer lesconsommateurs au sujet del’énergie solaire photovoltaïque.Un panneau solaire photovoltaïqueou panneau PV– PV est l’abréviation du motanglais ‘photovoltaic’ – captel’énergie solaire et convertitune partie de celle-ci en électricité.Au travers de son nouveausite web, Photovoltech souhaite informer les consommateurssur l’utilisation de l’énergie solaire photovoltaïque.Outre des informations générales sur l’énergie solaire durable,les panneaux solaires et des liens utiles, le visiteury trouvera également des informations plus spécifiques.Le site offre par exemple un plan par étapes pour l’installationde panneaux PV et des explications détaillées surles subsides et primes octroyés par le gouvernement pourla pose de panneaux solaires. Sur le site, un module pratiquepermet également au consommateur de chercher desinstallateurs agréés de panneaux solaires avec cellulesphotovoltaïques de Photovoltech. PhotovoltechIndustrie West-Grijpen - Grijpenlaan 183300 TienenT +32 16 805 850 - F +32 16 805 905www.photovoltech.be14N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREEconocom plébiscité meilleurpartenaire en outsourcingSelon la dernière étude publiée en mars 2009 par EquaTerrasur le thème de l’externalisation des services informatiquesau Belux, Econocom, groupe européen de servicesspécialisé dans la gestion des infrastructures informatiqueset télécoms, est plébiscité meilleur partenaire par lesentreprises belges et luxembourgeoises, avec un taux desatisfaction générale record de 84%. A noter qu’Econocom,qui fait partie du classement des meilleurs prestatairesinformatiques pour la troisième année consécutive, étaitdéjà arrivé N° 1 l’an dernier, avec un taux s’élevant à 81%.«Ces bons résultats témoignent de la relation de proximitéque nous entretenons avec nos clients tout au longde l’année, cette proximité nous permettant d’être à leurécoute et d’adapter nos offres afin de les accompagner auplus près de leurs besoins. Chez Econocom, la notion deresponsabilité est en effet érigée en valeur. Cette responsabilités’exerce tout particulièrement dans notre engagementpermanent auprès de nos clients», déclare ChantalDe Vrieze, Country Manager Belux chez Econocom.Un nouveau directeur commercialà l’Hôtel BLOOM!Victor Camhis (32) est devenu en mai 20009 le nouveau directeurcommercial de l’Hôtel BLOOM!, situé sur l’AvenueRoyale, à Bruxelles. Victor Camhis n’est pas un inconnu surle marché belge. IL a notamment travaillé pour les départementsdes ventes, du marketing et MICE de divers hôtelsbruxellois (Conrad Brussels, Hilton Brussels, Châtelain AllSuite Hotel, Progress Hotel). L’Hôtel BLOOM! a recruté VictorCamhis non seulement pour son expérience et ses connaissances,mais également pour son enthousiasme, son dynamismeet son esprit d’équipe. L’équipe commerciale de l’HôtelBLOOM! se compose désormais de 4 personnes: VictorCamhis, Iris Mertens, Aurélie Tinel et Alamé Aramazani. Hôtel BLOOM!Rue Royale 250 - 1210 BruxellesT +32 2 220 69 15 - F +32 2 217 84 44victor.camhis@hotelbloom.com - www.hotelbloom.comEconocomParc HorizonLeuvensesteenweg 510/801930 ZaventemT +32 2 790 81 11F + 32 2 790 81 20info.be@econocom.bewww.econocom.comChantal De Vrieze, CountryManger d’Econocom BeluxVictor Camhi


espace membres3 nouveaux Partners et un nouveau Counsel en droit financier chez LydianAu fil des ans, Lydian s’est armé pour parer la crise. Aujourd’hui, lecabinet continue à croître malgré le climat de licenciements quisévit actuellement dans le monde des avocats d’affaires. Stijn Demeestere,spécialiste du droit du travail, David Haverbeke, spécialistedu droit de l’énergie, et Yves Lenders, expert en droit commercialet contentieux, sont depuis le 1er juillet 2009 Partners chezLydian. Ils sont les premiers avocats à avoir fait carrière au seindu cabinet et à y devenir Partners. « Nous sommes très heureuxd’avoir pu former une génération de jeunes avocats et de pouvoirles compter aujourd’hui parmi nos associés », raconte AlexanderVandenbergen, Managing Partner de Lydian. « C’est là une preuveque, depuis sa création en 2001, notre cabinet est arrivé à maturité.Nous avons créé une culture Lydian». Tom Geudens, qui a acquisen un temps record une solide réputation en droit financier,rejoint en outre le département Corporate & Finance. Les quatredomaines de droit qui ont toujours été les fers de lance de Lydian(droit du travail, droit de l’immobilier, de l’environnement et del’énergie, droit commercial et droit des sociétés) se voient ainsirenforcés. Grâce à cette solide base, Lydian a tous les atouts pourdevenir le plus grand cabinet indépendant de Belgique.. LydianTour & TaxisAvenue du Port 86c b1131000 BruxellesT +32 2 787 90 00info@lydian.be - www.lydian.beDavid Haverbeke Yves Lenders Stijn DemeestereAXIMA Services devient COFELY ServicesAXIMA Services, comme l’ensemble dessociétés de gestion technique et de facilitymanagement de GDF SUEZ Energy Services,s’intègre dans un mouvement d’harmonisationet de création d’une marque forte. Lamarque COFELY Services est synonyme decompétence dans le domaine de l’efficacitéénergétique et d’autres solutions durables :de la conception et la mise en œuvre de solutionsénergétiques, locales et renouvelables,à la livraison de services intégrés. GDFSUEZ Energy Services est le leader européendans le domaine des solutions durablespour l’efficacité énergétique et environnementale.La Belgique, avec AXIMA Services,y a toujours joué un rôle important: elleassure de manière intégrée tant la gestionque l’exploitation et la maintenance desinstallations techniques de ses clients. «Si lenom de notre société change, le service restetoujours la valeur essentielle de notre organisation.Il va de soi que nous continueronsà porter à nos clients la même attention età leur offrir la même qualité de service quepar le passé», explique Xavier Sinéchal, ManagingDirector COFELY Services. Xavier Sinéchal,Managing DirectorCOFELY ServicesCOFELY ServicesWorld TradeCenter - Tower 1Boulevard du Roi Albert II 30 - 1000 BruxellesT +32 2 206 02 90 - F +32 2 206 02 33communications@cofelyservices-gdfsuez.be - www.cofelyservices-gdfsuez.be15N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE


vous bougez !Le train à grande vitesse Velaro de Siemens : rapide,économique et respectueux de l’environnements16N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREBrussels Airlines pratique destarifs aller-retourIl y a quelques années, Brussels Airlines avait pris la décision depromouvoir les voyages aller simple (« one way tickets »). Cette décisionrépondait parfaitement aux exigences de cette période-là.Aujourd’hui, une enquête a démontré que la grande majorité despassagers réservaient des billets aller-retour. En optant pour la promotionde ce type de tarif, Brussels Airlines répond aux demandeset aux besoins de ses passagers. Les passagers peuvent ainsi, via entreautres le site Internet de la compagnie, trouver facilement destarifs attractifs pour le vol aller, mais aussi le vol retour. Les agencesde voyage profiteront également de cette amélioration. Un billetaller-retour sera déjà disponible pour la modique somme de 99 €« tout inclus ». Ce tarif est applicable sur des destinations commeBarcelone, Berlin, Genève, Palma, Florence, Séville, Nice, Rome,Venise ou encore Vienne. Brussels Airlines souhaite rappeler quel’ensemble des coûts (taxes d’aéroport des deux destinations, surchargede fuel…) sont inclus dans le tarif. Le passager ne doit parexemple pas payer de suppléments pour emmener ses bagages oupour s’enregistrer en ligne ou à l’aéroport. Brussels AirlinesB. House, Brussels AirportAirport Building 26Box 1.a.1 Ringbaan - 1831 DiegemT +32 70 35 11 11 - F +32 2 754 19 10www.brusselsairlines.com40% de technologies vertes chezSiemens d’ici à la fin 2012Au cours des trois prochains exercices fiscaux, de 2010 à 2012,Siemens espère engranger un volume de commandes de quelque15 milliards d’euros grâce aux programmes conjoncturelsannoncés par les gouvernements du monde entier. Les technologiesvertes devraient représenter 40 pour cent de ce montant,soit environ six milliards d’euros, ce qui augmentera significativementle poids du portefeuille environnemental dans le chiffred’affaires du groupe. Siemens base ces prévisions sur unepremière analyse systématique des principaux programmesconjoncturels. « Avec ces programmes, les gouvernements dumonde entier donnent le bon signal. Face à une crise économiquemondiale d’une ampleur sans précédent depuis des décennies,ces mesures gouvernementales permettront d’amortirau moins en partie le recul parfois sévère de la consommationprivée. Elles devraient également exercer un effet stabilisateursur nos activités », déclare Peter Löscher, Président et CEO deSiemens. Siemens est solidement ancrée dans la plupart deses marchés locaux, souvent depuis plus d’un siècle. Sa valeurajoutée locale, sa réputation d’employeur majeur et respecté,et l’engagement social de l’entreprise et de ses collaborateurslocaux, font de Siemens un partenaire fiable et apprécié danstoutes les régions du globe. « Nos racines sont en Allemagne.Nos partenaires – des PME pour la plupart – bénéficieront égalementdes programmes conjoncturels lancés en Allemagne etdans d’autres parties du monde », déclare Peter Löscher, Présidentet CEO de Siemens. SiemensSquare Marie Curie 301070 BruxellesT + 32 2 536 26 11 - F + 32 2 536 26 55info.be@siemens.com - www.siemens.beBNP Paribas Real Estate va gérer le SOLARISLe SolarisBNP Paribas Real Estate, filiale du groupeBNP Paribas et premier gérant de biensimmobiliers en Belgique, annonce la signatured’un contrat de gérance portant surl’immeuble Solaris appartenant au groupeFidentia Green Buildings. Le Solaris est lepremier immeuble certifié Valideo (systèmede certification volontaire en matière deconstruction durable, développé par Seco)avec un score de 78/100. Cette certification,intègre une cotation de seize critères liés audéveloppement durable. Le Solaris est doncle premier immeuble certifié de la sorte àBruxelles. Le Solaris présente des qualitésenvironnementales, tant au niveau de laconstruction et des matériaux choisis quede sa faible consommation énergétique, lagestion des déchets et de son entretien. Cetimmeuble offre 13 700 m2 de bureaux, 399 m2 de sallespolyvalentes en sous-sol et 728 m2 de locaux d’archivesen sous-sol ainsi que 196 emplacements de parking et 57emplacements pour vélos. Frédéric Van de Putte, CEO deBNP Paribas Real Estate en Belgique: «l’immeuble Solariss’inscrit comme un immeuble précurseur dans la nouvelletendance qui tend vers une conversion de l’offre immobilièrebelge vers un parc de constructions à caractère durable.BNP Paribas Real Estate entend jouer un rôle de toutpremier plan dans cette évolution, en devenant notammentle premier gérant immobilier « vert » sur le marchébelge ».BNP Paribas Real EstateIT TowerAvenue Louise 480 Bte 17 - 1050 BruxellesT +32 2 646 49 49 - F +32 2 646 46 50www.realestate.bnpparibas.be


Assuré, pas assuré,doublement assurédans votreprofession ?Faire des affaires implique de prendre des risques. Et qui dit risques dit assurances pour bien protéger votre affaire ...Mais savez-vous exactement quels risques sont assurés et quels risques ne le sont pas ? À moins que certains soientdoublement assurés ? Parlez-en avec votre agent d’assurances KBC. KBC dispose d’un réseau de 600 agents d’assurancesspécialisés dans l’analyse du portefeuille d’assurances des indépendants, des titulaires d’une profession libérale etdes entreprises. Étant donné que nos agents sont eux-mêmes des indépendants, ils sont idéalement placés pour savoirles risques que vous courez, pour analyser les assurances dont vous disposez et vous proposer une solution adéquateen fonction de vos besoins en matière d’assurances. Vous disposerez ainsi de polices qui se complètent parfaitementet éliminerez vos éventuelles couvertures doubles. Faites le test. Voyez avec votre agent d’assurances KBC commentvous pouvez optimaliser votre portefeuille d’assurances. Vous verrez : la parole est d’or !www.kbc.be/entreprendrec’est vous qui comptezSociété du groupe KBC


18N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREvous bougez !Trouver des clients et prospectsgrâce à Business &DecisionComment comprendre les attentes de ses clients, commentleur envoyer des offres qui leur conviennent, commentdialoguer avec eux afin de les fidéliser… Commenttrouver des prospects qui deviendront un jour clients,comment qualifier ces prospects et leur offrir une offreplus adaptée…Via sa nouvelle palette de services Managed MarketingServices (MMS), Business & Decision peut vousaider dans l’acquisition et la rétention de clients, et ce,même en temps de crise et avec des budgets marketingréduits. Notre base de données fédérée RightData est lecomplément idéal de vos données clients : critères socio-démographiques,géographiques, préférences deconsommation (quoi, où, sensibilité aux prix…), loisirs,médias, vacances, comportement financier… (lifestyle).Nos outils de segmentation, sélection, clonage de clientsentreront ensuite en jeu pour générer les meilleurs prospects,ceux qui auront le plus de chances de devenir vosclients de demain.Business & Decision est une société de services employantau Benelux plus de 300 collaborateurs. Les nouvellessolutions MMS s’inscrivent naturellement dans lecadre de ses services en Customer Relationship Management.Avec Business & Decision, jamais votre systèmeCRM et vos campagnes n’ont été aussi riches! Business & Decision Benelux SA/NVM. Antoine de VuystRue Saint-Lambert 141 - 1200 BruxellesT +32 2 774 11 00info.mms@businessdecision.comwww.businessdecision.beTraject S.A. : réduire les coûts et l’impactécologique des déplacementsLes déplacements professionnels et le trafic domicile-travail constituent un défimajeur pour les entreprises. En effet, les déplacements représentent un coûtnon négligeable ; ils jouent un rôle crucial dans l’efficacité de l’organisation, etils font à présent l’objet de toutes les attentions en raison de leur poids dans lebilan CO2 des entreprises.La gestion de la mobilité s’impose de plus en plus dans la vie quotidienne desentreprises bruxelloises.Récemment, le domaine de la mobilité a connu de nouveaux bouleversements.Quelques exemples : intégration de l’impact fiscal et environnemental du CO2dans la «car policy» pour les voitures de société, nouvelles mesures introduitespar la loi de Relance économique, dont des mesures fiscales avantageusesmais complexes, optimisation du stationnement, obligation d’établir un plande déplacements pour les entreprises de plus de 100 personnes, intérêt croissantpour le vélo.Les nouveaux défis ne manquent pas, à nous de vous proposer de nouvellessolutions!Notre bureau d’étude et de consultance, Traject S.A., possède plus de 15 ansd’expérience pointue en matière de mobilité durable et de plans de déplacementsd’entreprise, y compris dans leurs aspects pratiques, fiscaux et organisationnels.Nous sommes heureux d’annoncer que nous disposons d’unenouvelle adresse à Bruxelles, à la Porte de Namur. Traject S.A.Rue Thérésienne 7c1000 BruxellesT+32 2 201 15 95 - F+32 2 505 40 49traject@traject.be- www.traject.beAccor Services lutte contre l’obésitéL’obésité est l’un des plus grands défis de santé publique du XXIe siècle ; il représente de 2 à 8 % des frais de santé et est la cause de 10 à 13% des décès en Europe. FOOD (Fighting against Obesity through Offer and Demand) est un projet européen visant à promouvoir l’alimentationéquilibrée. Un bus d’information se rendra dans les 6 grandes villes des pays impliqués dans le projet afin de fournir des conseilsconcrets aux différentes parties prenantes : employeurs, salariés, médecine du travail et restaurateurs. Il s’arrêtera les 7 et 8 octobre 2009sur la place Jourdan à Etterbeek (Bruxelles) et proposera entre autres des workshops sur l’alimentation équilibrée, des cours de cuisine…FOOD est une initiative d’Accor Services, coordinateur du projet, qui met à profit sa position unique de relais entre les salariés et les restaurateurs,épaulé de partenaires étroitement impliqués selon leurs expertises et leurs compétences : nutritionnistes, autorités publiques,universités… Comme, en Belgique, le SPF Santé Publique, au travers de sa cellule PNNS (Plan National Nutrition Santé), la Haute École Luciade Brouckère-Centre d’Information et de Recherche sur les Intolérances et l’Hygiène Alimentaires (HELdB-CIRIHA) et les nutritionnistes deNurtichallenge, spécialisées dans les formations nutritionnelles en entreprise. Le projet est développé dans 6 pays au cours des années 2009et 2010, invitant plus de 52 000 employés (soit près de 3 000 entreprises) ainsi que 5 000 restaurants à participer à la campagne. Pourquoiagir au travail ? Il est souvent très difficile d’accéder à un vrai repas équilibré pendant la pause-déjeuner. Agir sur le lieu de travail permetd’améliorer la santé et le bien-être des employés, et ainsi d’augmenter leur productivité et réduire l’absentéisme. Comment participer ? Entant qu’employeur, vous pouvez vous impliquer dans ce projet en diffusant les outils d’information mis à disposition auprès de vos collaborateurs: www.food-programme.eu . Accor ServicesAvenue Hermann Debroux 541160 BruxellesT +32 2 678 28 11 - F +32 2 678 28 28www.accorservices.be - info@accor-services.be


Kirean fait gagnerdu temps à l’entrepriseLes solutions de Kirean sont axées sur l’élimination de la routineet des tâches administratives répétitives facilement etprécisément reprises par la technologie. De cette façon, nouslibérons un temps précieux dans votre organisation afin quevous puissiez vous concentrer sur vos activités stratégiques. Enbref, notre motivation est de développer des services de qualitépourvous faire gagner du temps pour votre tâche principale: le succès de votre organisation dans un paysage économiqueen constante évolution. Kirean cherche à aider les entreprisescomptables et financières avec des solutions et services pourdigitaliser les documents. Cela permettra de réduire les massesde papier et la circulation des informations dans un environnementsans papier, l’avenir d’une entreprise prospère. Kireanaide les organisations au quotidien avec leurs politiques d’analyse.Cela offre un moyen efficace et un système d’informationsautomatisé sur mesure. En collaboration avec le client, Kireanutilise sa connaissance approfondie et un développementcontinu dans le but de rechercher de nouvelles possibilités. Decette façon les solutions évoluentau rythme du client, ce qui garantitla confiance.Sébastien Theunissen,Sales Manager de KireanKireanUitbreidingstraat 802600 Berchem - T +32 70 660 540s.theunissen@kirean.comwww.kirean.comespace membresLe succès des bureauxSilversquare de Business ClubUn an après son lancement à Bruxelles, Business Club vient d’ouvrirde nouveaux bureaux Silversquare à Anvers et au Luxembourg. Cetteexpansion permettra aux membres de Silversquare de bénéficier désormaisde 2 650 m2 de bureaux totalement aménagés. Et la sociéténe compte pas s’arrêter en si bon chemin. Après Bruxelles, Anverset Luxembourg, Business Club veut poursuivre son développementdans d’autres centres financiers comme Paris, Londres, Francfort, Zurichou Genève. Silversquare est un concept de bureaux individuelsen temps partagé, est basé sur le principe du « tout inclus » et permetde bénéficier de conditions très avantageuses : accès illimité à uneconnexion Internet haut débit, Wifi, services d’un(e) réceptionniste,gestion du courrier et des colis, numéros de téléphone et de fax individuels,accès à des imprimantes multifonctions, business lounge,cafétéria avec kitchenette, possibilités de parking privé et de louerles 5 salles de réunion.Le projet Silversquare a vu le jour grâce aux différentes expériencesprofessionnelles de ses fondateurs : Axel Kuborn et Patrick Moensde Fernig. Très vite, ils se rendent compte que l’offre de bureaux àBruxelles, et dans les grandes villes européennes en général, ne répondpas toujours aux besoins spécifiques des entreprises. La formuleSilversquare, qui propose à ses clients des contrats sans duréeminimum, évite de s’engager dans des baux commerciaux et depayer des indemnités de rupture en cas de départ prématuré. Elleévite également l’isolement souvent fréquent chez les indépendantstravaillant à domicile. Business ClubAvenue Louise 475 - 1050 BruxellesT +32 2 649 02 93 - F +32 2 403 08 22brussels@silversquare.eu - www.silversquare.eu19N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE


vous bougez !PEPUP COMMUNICATION donne du peps aux startersVous venez de lancer votre propre affaire et vous ne savez pas tropcomment la présenter dans l’univers de communication qui vousentoure. Les effets de manche et les paillettes de la pub, ce n’est pastellement votre style. Les prix qui s’y pratiquent non plus. PEPUPCOMMUNICATION est exactement comme vous. Ce petit groupede communication vient d’émerger sur le marché francophone.Son approche basée sur la proximité, l’écoute, la méthode et un habiledosage de compétences techniques et créatives a surtout intéressédes ONG et des starters jusqu’ici. Et ils en redemandent…PEPUP COMMUNICATIONRue de Grêlons 355580 MontgauthierT +32 83 67 77 01 - F +32 83 67 77 01info@pepup.be - www.pepup.be20N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREAlain Fadié,Partner JiTMPhilippe Vercruysse,Partner JiTMJust in Time Management Groupinvite les chefs d’entreprise à assister àses petits-déjeuners conférences au Cercle deLorraineProgramme de Conférences :23 septembre 2009« L’analyse stratégique participative : ou comment vous appuyer sur vos équipespour développer une stratégie gagnante ? »25 novembre 2009« Quels tableaux de bord simples, synthétiques et opérationnelspour la gestion anticipative de votre entreprise ? »Infos et Inscriptionwww.just-in-time-management.com(rubrique « News ») ou Carol IngebosGSM : 0473/11.62.92En collaboration avec BECIGratuit pour les chefs d’entrepriseJust in Time Management GroupAvenue Louise 149/241050 BruxellesT + 32 2 290 53 07 - F + 32 2 535 76 34www.just-in-time-management.comPasta é Salad s’adapte aux grandes et petites faimsCréez votre propre salade chez Pasta é Salad.Situé en plein coeur de Bruxelles, Pasta é Salad est un concept aussi simple qu’innovant.Deux restaurants qui ont ouvert leurs portes au mois de mai dernier: l’un à quelquespas de la Commission Européenne, 51 rue Archimède, l’autre, au bout de l’avenue Louiseau 13 avenue Legrand. Pasta é Salad s’adapte aux grandes comme aux petites faimset propose différentes tailles de pâtes chaudes, cuites devant vous, à la minute. On ytrouve penne, fusili et tortellinis farcies, auxquelles s’ajoute une gamme de six saucesaux goûts des contrées italiennes. Il est aussi possible de rajouter des ingrédients originellementpour les salades dans les pâtes. D’autre part, chaque client à la possibilité decréer sa salade sur mesure en choisissant une base (pousses d’épinards, laitue, roquetteou pâtes froides) et d’y ajouter, selon ses envies, des ingrédients parmi un large choix deproduits frais préparés chaque matin.Dès la rentrée, Pasta é Salad innovera, au menu : bresaola, aubergines grillées, tofu ouencore mini beignet au Nutella… Pasta é Salad livre vos bureaux, organise vos repasd’entreprise chez vous ou dans leurs locaux qui peuvent aussi êtres loués pour vos événements.Menus à partir de 6€. Pour plus d’infos, retrouvez Pasta é Salad sur www.pastaesalad.com et facebook. Pasta é SaladAvenue Legrand 13 - 1050 BruxellesT +32 2 644 40 42www.pastaesalad.com - pastaesalad@gmail.com


job daysEMPLOI© IsopixQuel avenir pour les JobDays pendant la crise ?Depuis 2005, Isabella Lenarduzzi et son équipe organisent les Brussels Job Days de BECI.Ses 23 éditions ont mis à l’emploi au moins 3 500 personnes. 3 Job Days ont encore étéprogrammés pour le dernier trimestre 2009, mais cela a-t-il encore un sens en pleine criseéconomique, quand on sait que le dernier Job Day en juin (chez Iristech pour les métiersdu Port et de la logistique) a accueilli 8 employeurs pour plus de 1 000 candidats… ? Nousl’avons rencontrée.Isabella Lenarduzzi de Job Days.Isabella Lenarduzzi : « Vous avezraison de poser la question de l’utilitédes Job Days en ces temps difficiles …Dans ces mêmes colonnes en janvier,j’expliquais que nous ne ressentionspas la crise, car nous sortions d’un JobDay organisé avec Agoria en décembre2008, où nous avions plus de 60employeurs avec des centaines d’offresd’emploi.Mais il est vrai que cet événementétait positionné vers les métiers enpénurie de diplômes : IT, ingénieurset techniciens qualifiés. Par contre,on observait déjà une forte augmentationde présence des candidatsnéerlandophones … ce que nous avionsexpliqué par la plus forte détériorationdu marché du travail en Flandrespar rapport à Bruxelles. »Q : Que s’est-il passé paraprès pour n’avoir plus que 8employeurs au Job Day de juin ?Isabella Lenarduzzi : Le premierJob Day de l’année était celui organiséau Bozar avec le BITC au moisde mars pour les métiers de l’événement,des voyages, de la communicationet de l’Horeca. Nous avons eu19 employeurs au lieu de 30 l’annéeprécédente pour environ 1200 candidats.La personne de mon équipe quicontactait les entreprises des secteursconcernés pour les convaincre de participer,s’entendait souvent répondre« Mais Madame, vous ne lisez pas lesjournaux ? Vous ne savez pas qu’onlicencie plutôt que d’engager ? » Pasévident pour se motiver …Une semaine plus tard nous avions leJob Day à Zaventem organisé en collaborationavec Voka … les employeursétaient au nombre de 35 contre 50l’année précédente mais avec beaucoupplus de difficultés pour obtenirleur présence! Pour ces deux premiersévénements de l’année, nous avonsconstaté que ce sont surtout les grandesentreprises qui ne revenaient plus(elles organisaient; pour la plupart, unplan de licenciement économique) etque les PME occupaient une place deplus en plus importante même si lescontrats qu’elles proposaient étaientdésormais plutôt des contrats à duréedéterminée, alors qu’auparavantil fallait qu’elles offrent des CDI pourattirer les meilleurs candidats faceaux entreprises plus grandes et plusprestigieuses.En ce qui concerne le Job Day du Portde Bruxelles organisé en juin, c’estvrai que c’est l’événement auquelnous avons eu le moins d’employeursdepuis 4 ans ! Mais cela s’expliqueprobablement aussi par les secteursconcernés, qui sont plus industriels etsouffrent donc plus de la crise, ainsique par les métiers qu’ils recrutent,qui sont en général moins qualifiéset pour lesquels ils ont donc moins dedifficultés à recruter du personnel.Q : Le public des Job Days est ilresté identique ?Isabella Lenarduzzi : Nous avonsremarqué sur les 3 premiers événementsde cette année qu’il y avaitglobalement moins de candidats(sont-ils à ce point découragés de lasituation du marché du travail ?), plusde néerlandophones, plus de femmeset davantage de diplômés universitairesainsi que des personnes de 26à 35 ans. Ces informations confirméesd’événement en événement depuis ledébut de la crise me font penser quela compétition entre candidats étantplus forte, seuls les très motivés oules plus qualifiés continuent à resterdans la course à l’emploi. Ce seraitintéressant de comparer cette évolutionavec d’autres pays en Europen’offrant pas de garantie aussi forteen matière d’allocation de chômage.En attendant, c’est tout bénéfice pourles employeurs qui ont le courage devenir recruter !Q : Y a-t-il encore un sens àorganiser des événements derecrutement en pleine crise ?Isabella Lenarduzzi : Plus que jamais! Si la crise a diminué le nombred’employeurs présents et le nombrede postes proposés aux Job Days, ellefavorise néanmoins la visibilité desentreprises de plus petite taille et detoutes celles qui souffrent moins de21N° 7 - SEPTEMBRE N° 6 - JUIN 2009 - ENTREPRENDRE


job days22N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREla crise par leur secteur d’activité oupar leur bonne gestion. En définitif,la crise nous aide à accomplir encoremieux la mission de BECI … assurer unservice performant à toutes les entrepriseset en particulier aux PME ainsique servir les bruxellois en créantune vraie rencontre avec les acteurséconomiques. Si notre objectif étaitde réaliser du bénéfice sur l’opération,je pense qu’il faudrait sérieusementréfléchir à l’hypothèse d’arrêteren attendant des jours meilleurs.Q : Comment voyez-vousl’avenir ?Isabella Lenarduzzi : Les 3 prochainsJob Days attirent des profilsqualifiés et en pénurie pour la plupartd’entre eux (finance, IT, ingénieurs,vente, multilinguisme ...) ; jecrois donc qu’ils attireront davantaged’employeurs que les 3 premiers. Cequ’on appelle la « guerre des talents» existe toujours même si sa pressionest moins forte en période de crise.C’est encore plus vrai à Bruxelles oùles emplois disponibles font presquetous partie de « l’économie dela connaissance » et qu’en plus ilsdemandent une bonne maîtrise deplusieurs langues.Mais les Job Days méritent plus quejamais l’appui des pouvoirs publicspour continuer à organiser les JobDays, particulièrement en période decrise. La Commission européenne l’acompris en reprenant entièrement àsa charge l’organisation du Job DayEurope au Berlaymont le 3 octobre.Elle veut montrer que l’Europe sepréoccupe du manque d’emplois etveut offrir une réponse concrète etimmédiate aux demandeurs d’emploidans son propre bâtiment. Si lesBrussels Job Days existent, c’est grâceau soutien du Ministre Cerexhe. Nousimaginons qu’il va réaffirmer sa collaborationpour les derniers Job Daysde l’année et bien au-delà ! Robert RovailleVous voulez offrir un avantage à un autre membre de Beci ? L’espace Member to Memberest maintenant à votre disposition dans la revue Entreprendre !Contactez Catherine Mertens au 02 643 78 16Empowering Women, Advancing the EconomyProgramme 2009 :Job Day Europe : 3 octobre au Berlaymont(Commission européenne)Job Day Vente, Finance et Administration: 6 novembre chez GDF SuezJob Day IT, ingénieurs, Science etTechniciens qualifiés : 11 décembrechez AgoriaPour vous inscrire en tant que visiteur: www.jobdays.euPour y participer en tant que recruteurà partir de 500€ tout compris enfonction du nombre d’employés devotre société : info@jobdays.eu JUMP offre aux femmes des outils pratiquespour les accompagner dans la réalisation deleurs projets professionnels et soutient les organisationset entreprises qui veulent promouvoirplus de mixité parmi leurs dirigeants.Comment?Forum JUMP www.forumjump.eu : un événementannuel à Bruxelles qui rassemble desfemmes qui veulent booster leur carrière etdes dirigeants d'entreprise qui veulent augmenterla mixité de leur management pouraccroître leur performanceLa plateforme web "Blog JUMP" www.blogjump.eu:le seul portail web en Europe centrésur la vie professionnelle des femmes. Sanewsletter bimensuelle est envoyée à plus de130 000 contacts, dont 45 000 femmes actives.Abonnez-vous !La Woman's Academy www.womansacademy.be: des ateliers très accessibles sur desoutils professionnels : améliorer sa communication,successfull sales, comment mobilisermon équipe de façon durable, réaliser un boncommuniqué de presse, gestion du patrimoine…tant de thèmes variés pour développervotre potentiel de carrière ! Envie de participerà un séminaire de la Woman’s Academy ? Entant que membre de BECI, vous recevez uneréduction de 20% sur le prix d’inscription ! Inscriptionsavec le code promotionnel « BECI »via www.womansacademy.be.Pour recevoir nos informations, envoyez-nousun mail à info@forumjump.beJump ForumAvenue Winston Churchill 2281180 Bruxellesinfo@forumjump.beAccor Services offre un chèque-cadeauCommandez vos premiers Ticket Restaurant®en ligne sur www.accorservices.be(rubrique « Devenir client ») et recevez unchèque-cadeau de 25 €. Pour en profiter,utilisez le code promo 0909TRBC25. Offreréservée aux nouveaux clients Accor Serviceset valable jusqu’au 31/12/2009.Accor ServicesAvenue Hermann Debroux 541160 BruxellesT +32 2 678 28 11 - F +32 2 678 28 28www.accorservices.beinfo@accor-services.be


Interviews d’embauche immédiates !Organised by151994 – 2009European CommissionBrussels CapitalRegionwww.jobdays.euDes milliers de candidats qualifiés et multilinguesRecrutez-les à partir de 500 € tout comprisSamedi 3 octobre : Job Day EuropeEn 2008, 10.000 candidats de toute l’Europe !Vendredi 6 novembre : Job Day Vente, finance et administrationVendredi 11 décembre : Job Day IT, ingénieurs et techniciens23N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREPour plus d’information : www.jobdays.euou 02 346 32 00 ou info@jobdays.euIn collaboration with :Media partners :


networkingNOUVEAU CONCEPT CHEZ BECILes Beci Executive InterviewsQu’est-ce que peuvent se dire des CEO d’entreprises de plus de 100 employés qui se rencontrent? Vous le saurez en écoutant les Beci Executive interviews.L’idée : 3 chefs d’entreprise (différents à chaque édition) invités par Beci se retrouvent deux fois par mois dans un superbehôtel bruxellois pour partager le petit-déjeuner. Pendant environ 30 minutes, chacun est interviewé et filmé par unjournaliste. Ces entretiens peuvent ensuite être visionnés sur Beci TV et lus dans Entreprendre. Nous retranscrivons iciles interviews dans la langue du CEO interrogé.24N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREDenis Escojido, PrémamanSociété familiale belge, Prémaman continue à progresser sur son marchéd’origine et à l’étranger, grâce à une extension de son réseau et au dynamisede son équipe commerciale. L’année 2008 a ainsi vu s’ouvrir 50 magasins,et 20 nouvelles inaugurations sont prévues pour 2009, aussi bienen Belgique que dans de nouveaux marchés, comme Chypre ou la Colombie,ou encore le plus grand shopping center du monde, à Dubaï. Face à laconcurrence croissante dans le secteur des produits destinés aux futuresmamans et à leurs enfants de 0 à 10 ans, l’entreprise dispose de l’atout de lacréation, avec sa propre marque, et joue la carte de l’excellence du service.Les magasins ont, du reste, été adaptés aux besoins de la femme moderne,active et pressée. C’est de la sorte, estime Denis Escojido, que Prémamanconservera ses 15% de parts de marché et pourra continuer à investir prèsde 20% de ses profits dans sa croissance.-> www.becitv.beFrédéric Heuse, Danheux & MaroyeDirecteur général et propriétaire de Danheux et Maroye depuis avril2007, Frédéric Heuse se félicite d’avoir évité la restructuration envisagéede la société, et ce, grâce à une reprise des affaires plus importanteet plus rapide qu’escomptée. En deux ans, le chiffre d’affaires est, eneffet, passé de 19 à 33 millions d’euros, avec une équipe de 217 personnes.La stratégie a consisté à se concentrer sur les métiers de génie civildans lesquels la société excellait et sur les marchés proches (Wallonie,Nord de la France, Bruxelles, Flandre), tout en créant un départementconsacré aux travaux d’environnement. Imperméable aux effets de lacrise, en raison de sa participation à des marchés publics où les clientssont totalement solvables, l’entreprise affiche maintenant des carnetsde commande remplis pour 2009 et 2010, et possède des projets signéspour 2011. L’avenir consistera principalement à consolider la croissanceactuelle. -> www.becitv.bePhillip Vandervoort, MicrosoftMicrosoft Belgique Luxembourg existe depuis 20 ans même si, pendantune certaine période, l’entité était attachée à la filiale néerlandaise dugéant américain. Aujourd’hui, ses activités se répartissent en deux catégories: B2C, pour les outils de communication destinés au grand public etB2B, avec la nouvelle gamme de systèmes d’exploitation. Une évolution deservices liée à celle des besoins de la population au travail et à domicile,estime Philip Vandervoort. Microsoft continue, du reste, à investir, notammenten R&D et en personnel hautement qualifié. En Belgique, commeMicrosoft travaille avec un réseau de 4 500 partenaires, chaque euro investitgénère 7 euros pour l’économie locale. C’est le cas dans le Hainaut,par exemple, où un centre d’innovation Microsoft vient de s’ouvrir. Dansles années à venir, Microsoft Belux entend d’ailleurs renfoncer sa positionen Wallonie, et notamment dans le domaine des services spécifiques ausecteur des soins de santé. -> www.becitv.be


networkingRik De Nolf – CEO – Roularta Media GroepRoularta Media Groep werd in 1954 opgerichtdoor Willy De Nolf, en wordt nu nog steedsgeleid door zijn zoon, Rik De Nolf. Roulartais aanwezig op de Belgische en de Europesemarkt met tijdschriften, radio- en televisiezenders.“Alles is begonnen met het bundelenvan een aantal lokale kranten die samen deKrant van West-Vlaanderen maakten”, verteltRik De Nolf met enthousiasme. “Daarna hebbenwe onze activiteiten uitgebreid naar dehele Vlaamse Regio met de Streekkrant. Wezagen toen de opportuniteit om op de Belgischemarkt wekelijkse nieuws- en sportbladente lanceren. Zo ontstonden onder meer Trends, Knack en Sportmagazine. Naast onze eigen ontworpenmedia hebben we ondertussen ook participaties genomen in een aantal radiozenders zoalsQ-music en Joe FM, en televisiezenders. Ook zijn we in volle expansie naar het buitenland, metactiviteiten in Frankrijk, Duitsland, Nederland, en binnenkort ook Centraal Europa!Wat zo typisch is aan een familiebedrijf is de betrokkenheid en de gedrevenheid van de personen”,vervolgt Rik De Nolf. “In deze tijden van crisis is het weliswaar niet evident, maar dankzijonze expansie naar het buitenland kunnen we vandaag genoeg bestellingen garanderen aanonze drukkerij hier in België! Sinds een aantal jaar is er ook wat onduidelijkheid rond de nieuweopportuniteiten die het internet biedt. Het is duidelijk dat de inkomsten van het internet nooitspectaculair zullen zijn, maar het is wel een formule om nieuwe abonnees aan te trekken. Wijhebben dus een visie op de toekomst van Roularta waarbij zowel internet als traditionele mediasterk zullen zijn.” -> www.becitv.beYves Pianet – CEO – Seco GroupSeco Group, une coopérative sans but lucratifcréée en 1935, a un rôle de contrôleet de certification dans le domaine de laconstruction, tant au niveau de nouvellesconstructions qu’au niveau des bâtimentsexistants. Les activités de recherche et développementsont assurées par des professeursd’université, ce qui garantit leurindépendance. “Notre dernier né est lacertification Valideo”, nous précise YvesPianet, CEO de Seco Group. “Il s’agit d’une certification qui garantit la durabilité d’une construction.Par durabilité, nous voulons dire le triangle formé par l’économie, l’écologie et la valeur sociale,c’est-à-dire l’humain. Il faut qu’une construction soit agréable à vivre, financièrement abordableet respectueuse de l’environnement. Nous avons commencé les recherches par rapport à cette certificationil y a deux ans et demi. Très peu de personnes y croyaient à l’époque, mais à présent, lademande explose ! Cette certification garantit la qualité du secteur belge de la construction et vapermettre de faire connaître et d’exporter ce secteur vers l’étranger. C’est sans doute une de nos plusbelles réussites !” -> www.becitv.be FICHUSFICHIERS ?Archiving Solutions25N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREYour information is nowhere saferLes interviews de Beci Executive Interviews sont réalisées et produites parsécurisation absoluede vos back-upsInterviews réalisées par Sophie Goethalsappelez dès maintenant le 078 15 31 61ou consultez notre site www.merak.eu


networkingBECI GOLF TROPHY 2009 & PROXIMEDIASaisir la balle au bond !Cette année fut le quatrième anniversaire du Beci Golf Trophy. Et quel anniversaire !26C’est par un temps ensoleilléque se sont réunis plus de 90chefs d’entreprise au Golf Châteaude la Tournette. Message du jour: « Networking sur le green ! »Au programme : une organisationcoordonnée par to Slice, un accueilchaleureux organisé par VIPOffices.com, une abondance de cadeaux d’accueilofferts par Ricoh, Capital@Work,Proximedia et Bezoom et WizYou, suivid’un petit-déjeuner dans le château.Il y en avait pour tous les goûts, puisquetant les golfeurs que les non-golfeursont participé à un programmed’exception.Les adeptes du golf ont foulé lesfairways du magnifique parcoursanglais. Quelques petites surprisesles attendaient en coursde chemin, dont la compétition« d’équipe » au trou n° 18 organiséepar WizYou : « Si l’un des joueurs duflight parvient à scorer un par, toutel’équipe se voir récompensée ! » Voilaun bel exemple de motivation d’entreprise…Les non-golfeurs, quant à eux, ontsuivi une initiation de 3 heures. Unapprentissage professionnel, lesplongeant dans le monde des « longscoups, des approachs et du putting »,a permis aux participants de se défierlors de la compétition de putting, organiséeà cet effet.Cette journée fut couronnée par unetable de prix royale, offerte par lespartenaires de la compétition : ActiveGolf, Capital@Work, Proximediaet Bezoom, Ricoh et Ace Bureautique,VIPOffices.com et WizYou.Rendez-vous en mai 2010 pour la 5eédition du Beci Golf Trophy ! Photos et vidéo du Beci Golf Trophy2009 & Proximedia : www.becitv.beN° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRETous les caprices de la météo ont été prévus..En pleine action !© Paul CoertenLes gagnants entourés par les sponsors.Initiation pour les débutants..


oîte à outilsFORMATIONSLa rentrée chez BeciLes formations Beci redémarrent en septembre. Elles répondent plus que jamais aux besoinsdes entreprises, pour leur permettre de mieux affronter la crise ou d’anticiper, déjà, sa fin. .Les préoccupations des chefsd’entreprise changent avec lesfluctuations économiques, lesformations Beci aussi! », explique BrigitteVan der Mensbrugghe, responsableFormations : « Ainsi, il apparaîtclair pour tout le monde que, faceà la crise, patrons et employés ont àendosser toujours davantage de responsabilités,et dans des domainesdivers, qui ne relèvent pas toujoursde leurs compétences. D’où la nécessitéd’ajouter toujours de nouvellescordes à son arc, idéalement par lebiais de formations. »Celles délivrées par Beci ont étéconçues sur mesure pour répondreà ces besoins. Dans leur contenu,d’abord, puisque le programmes’étend de la gestion du temps au droitsocial, en passant par les techniquesde vente ou la pratique des langues (voir le programme complet sur www.beci.be/training). Dans leur forme,ensuite, puisque l’accent est «mis»sur l’aspect pratique de la formation,avec de nombreuses mises en situationet une interactivité instaurée dèsle début du cours, de sorte que l’apprenantpuisse appliquer ses leçonsdès le lendemain de sa participationau cours. Dans leur accessibilité, enfin,puisque l’horaire des formationsest conçu en fonction des obligationset exigences des entreprises : pour nepas éloigner trop longtemps le participantde son lieu de travail et pourlui permettre d’emmagasiner, en unesession ou progressivement, selon lescas, la matière acquise.« Il est essentiel, par exemple, que leprogramme de gestion du temps seconcentre sur une journée, pour délivrerl’ensemble des informationsnécessaires à l’application directe del’enseignement. Pour les techniquesde vente, en revanche, il est préférablede retrouver régulièrement sonformateur pour discuter avec lui desrésultats de l’application sur le terraindes techniques apprises dansla salle de cours », dit Van der Mensbrugghe.Avec une équipe de plus de cent formateursexternes, tous professionnelsde la matière enseignée et actifsen entreprises, Beci garantit unehaute qualité de formation, du restesaluée par les participants qui estiment,en général, leur satisfaction àplus de 90%. Forte de ce résultat, Becin’hésite pas à se lancer dans des projetsinnovants. Brigitte Van der Mensbrugghe: « Cette année, par exemple,une formation s’intéressera à ce queles entreprises peuvent apprendrede la réforme récente de la Défensebelge en matière de communication.Une autre initiative consiste à réunir,chaque mois, pendant quatre heures,des publics spécifiques désireuxd’échanger leurs expériences en cequi concerne l’évolution de leur métier.Certaines formations sont égalementcréées sur mesure selon lesbesoins des entreprises, et délivréesen leurs murs. »Pour rappel, les formations de Becis’adressent à tous, tous secteursconfondus, installés en Régionbruxelloise ou dans les autres zonesdu pays, membres de la Chambrede Commerce ou non. Plus d’excuse,donc. Infos :Brigitte Van der MensbruggheResponsable Formations, 02 643 78 30bvdm@beci.bewww.beci.be/training27N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE


oîte à outilsSTARTER DU MOISCarte d’identité:Nom : Goffinon PascalDiplômes/formations acquises : sciences commercialesappliquéesEnseigne : Expenses ReductionActivités : consultance financière, aide à la gestion et àl’optimalisationDate de création : septembre 2006Adresse : Rue Colonel Bourg 158, B-1140 EvereObjectifs futurs : développer et accroître son image en tant quepartenaire efficace dans la gestion des entreprises au niveaubelge comme européen.« J’organise ma vie professionnelleselon mes propres choix »28N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREQuel est votre parcours ?Après une formation en sciences commercialesappliquées et juridique,j’ai démarré ma carrière en tant quecomptable dans le groupe AVIS ( locationde voitures). Rapidement, j’ai puexercer presque toutes les fonctionsau sein des départements financiersd’une entreprise de la TPE à la PMI.J’ai été directeur financier pendantune bonne dizaine d’années ainsiqu’administrateur dans divers groupesinternationaux tels que Bozell Inc,Regus, Ascom Timeplex et Avnet allMark global solution. Ces quatre dernièresannées, j’ai été consultant ausein de la Commission européenne àla DG Budget, département de la Trésorerieau sein de laquelle j’avais pourrôle de sélectionner les banques commercialespour chaque Etat membre.Pourquoi l’idéed’entreprendre ?Mon idée d’entreprendre fut basée surune double réflexion. L’une était de pouvoirréaliser un projet par moi-mêmesans dépendre d’une structure organisationnelletrop contraignante et de choixstratégiques imposés. Ceci devait égalementm’offrir la possibilité de mettre enexergue mon expertise, mon expérienceet de valoriser mon travail. En d’autrestermes, il s’agissait de concrétiser unprojet en tant que patron avec tout ceque cela peut entraîner comme plaisir,satisfactions, mais aussi comme défis.La deuxième était un choix de vie, unerecherche de qualité de vie que je n’avaisplus en tant que responsable financieroù j’ai dû voyager énormément, maisaussi accepter les contraintes stratégiquesd’un groupe qui ne sont pas toujoursen phase avec ma vision des choses.Ce choix de vie devait me permettrede passer plus de temps avec ma famille,mais aussi de pouvoir organiser ma vieprofessionnelle selon mes propres choix,là où la vie de salarié est devenue tellementaléatoire.Comment se porte votremarché ?Jusqu’en 2008, le marché était encoretrès ouvert. Or, si depuis février 2009,la perspective d’une crise économiquelaissait présager, pour le type d’entreprisequi me concerne, d’excellentesopportunités, certaines sociétés préfèrent,pour l’instant, consacrer unepartie de leurs ressources internes àune analyse de recherche d’économiede leurs coûts de gestion. Cependant,la réputation du réseau ERA, auquelj’appartiens gagne du terrain. Je suis deplus en plus souvent contacté spontanémentpar des entreprises qui saisissentl’opportunité offerte, à savoir faireappel à une entreprise professionnelle,sans pour autant devoir investir financièrementdans ce processus.Quelle qualité faut-il avoirpour être un bon chefd’entreprise ?Avoir une grande capacité d’analyse, êtreorganisé, mais surtout ne pas hésiter àprendre des risques. Une bonne connaissancede son marché permettant de fixerdes objectifs réalistes à atteindre est égalementindispensable.Recommanderiez-vousl’accompagnement desconseillers de BECI Starters ?Définitivement oui. La BECI startersest composée de conseillers et d’aidesperformantes indispensables pour lacréation de votre entreprise. Elle vouspermet d’assurer, à tous les niveaux,la mise en place de vos projets sur desbases solides. Rien ne sera laissé au hasard,car votre projet, c’est aussi le leur.Je considère la BECI starters commeun réel partenaire incontournable.Propos recueillis parMirella Zaccagnini


l’albumRetrouvez sous cette rubrique toutes les photos des événements organisés par BECIBECI Export DayLes gagnants du vol Brussels Airlines !Brussels Airlines et BECI ont fait le bonheur de deux membres de BECI durantl’Export Day qui s’est déroulé le 11 juin dernier : Anastasia Koka (BESIX) et RobertVandemeulebroucke (ambassadeur d’honneur et consultant BSC) ont chacunremporté un ticket b.flex valable pour un vol A/R Brussels Airlines en Europe. Leticket a une validité d’un an.Le BECI Export Day avait pour thème : Comment, en votre qualité d'exportateur,touchez-vous les pays BRIC, à savoir le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine ? Ce thèmedes pays BRIC a connu un grand succès : plus de cinquante participants ont réponduprésent à l’appel. Le prochain BECI Export Day se déroulera en novembre. Vouspouvez d’ores et déjà réserver via le site Web www.beci.beNadine Shango (BECI), RobertVandemeulebroucke (BSC), Jean-Philippe Mergen (BECI) et AnastasiaKoka (BESIX).Pierre Thonon (BECI) élu à la Présidence du 'Conseil économiqueet social de la Communauté française'LeConseiléconomiqueetsocialdelaCommunautéfrançaise, qui regroupe les partenaires sociauxdes régions wallonne et bruxelloise, a été installéle 27 mai 2009 en présence du Ministre-Présidentde la Communauté française, Monsieur RudyDemotte.Monsieur Pierre THONON, AdministrateurDirecteur général de BECI, a été appelé àla présidence de cette nouvelle institutionconsultative qui s’exprimera désormais,d’initiative ou à la demande du Gouvernement,sur les matières relevant de la compétence de laCommunauté française et qui comportent desincidences au plan économique et social.La création de ce Conseil répond à un souhaitrécurent des partenaires sociaux des Régionswallonne et bruxelloise, et leur offre désormaisau plan interprofessionnel, un espacespécifique de discussion et d’expression surdes problématiques aussi déterminantes auxplans économique et social que l’enseignement,la santé ou la culture. Ces problématiqueséchappaient aux attributions des institutionsconsultatives traditionnelles, compétentes àl’égard des seules autorités régionales.29N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE


oîte à outilsPrévenir la faillite en temps de criseLe gouvernement fédéral, conscient de l’environnement économique général, a décidéd’allouer aux indépendants, capables de démontrer qu’ils sont victimes de la criseéconomique, une indemnité préventive de faillite pendant une période maximum de 6 mois.30N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREEn période de crise économique,les indépendants et les PME sontles premiers touchés. Du 1er janvier2009 au 30 juin 2009 nous pouvonsdénombrer 4 937 faillites, ce quireprésente une augmentation de 25%par rapport à l’année dernière.Afin de venir en aide aux indépendantset éviter qu’ils ne doivent mettreun terme à leur activité en raison de lacrise économique, le Conseil des Ministresa approuvé le 25 juin 2009 deuxarrêtés royaux permettant aux indépendantsen difficulté économique debénéficier d’une indemnité durant unepériode de 6 mois maximum.L’indemnité temporaire en casde difficultéL’objectif de cette indemnité est depermettre aux indépendants de garderla tête hors de l’eau et de prévenirla faillite en temps de crise. Le montantalloué est lié au montant de laComment prévenir la faillite en temps de crise ?pension minimale versée pendantdouze mois minimum et est identiqueà celui prévu par « l’indemnité aprèsfaillite » :- Soit 920,62 euros pour un isolé (à partirdu 1/08/2009)- Soit 1213,44 euros en cas de personneà charge (à partir du 1/08/2009)Afin de bénéficier de cette « aide »l’indépendant doit remplir certainesconditions :- L’indépendant doit se trouver en règlementcollectif de dette sans cessationd’activité, ou- Faire l’objet d’une procédure de réorganisationjudiciaire (prévue par la loirelative à la continuité des entreprises),ou- Etre en « difficulté économique »c’est-à-dire dans une situation tellequ’il y a un risque réel de faillite. L’indépendantdoit répondre à deux dessix critères suivants :o Diminution de 50% du chiffre d’affaire(par comparaison avec les déclarationsTVA trimestrielle d’une annéeà l’autre) ;o Avoir au moins un cocontractant enfaillite (représentant plus de 50% duchiffre d’affaire) ;o Avoir un plan d’étalement de paiementTVA, IPP et ONSS (obtenu avantle 30 juin 2009) ;o Avoir obtenu une dispense de cotisationssociales pour au moins deux trimestresentre juin 2008 et fin 2009 ;o Avoir des dettes fiscales et socialesayant fait l’objet d’une contrainte oud’une citation entre juillet 2008 etjuin 2009 ;o Avoir un crédit de caisse annulé entrejuillet 2008 et juin 2009 ;Comment introduire sademande ?L’indépendant doit introduire unedemande motivée par courrier recommandéà sa caisse d’assurance socialedans la période allant du 1er juillet2009 au 31 décembre 2009.Une fois sa demande introduite, l’indépendantrecevra de sa caisse d’assurancesociale un formulaire d’informationsà compléter. La caisse vérifiela validité des informations et des documentsafin de prendre sa décision.Si la caisse accorde l’indemnité, lepayement débute dans le mois quisuit, avec effet rétroactif au momentde l’introduction de la demande. Cindy TorinoBECI - Centre pour entreprises endifficultéT +32 2 643 78 48ct@beci.be© Reporters/IFA


Développement durableASTUCESEconomisez l’énergie et… votre budget !Les périodes économiques difficiles sont l’occasion pour les entreprises de remettre enquestion certains de leurs modes de fonctionnement. Elles cherchent à réduire les coûtset à dégager des économies. Une meilleure gestion de l’énergie peut figurer au rang desbonnes résolutions. Posez-vous les bonnes questions afin d’agir en conséquence !Vérifiez-vous chaque année que lecoût de l’électricité et du gaz sontappropriés à la consommation devotre entreprise ?Il est en effet conseillé de vérifier chaqueannée les tarifs pratiqués. Demandez àvotre fournisseur d’ajuster votre tarif ou,à tout le moins, de réaliser des simulationssur la base d’autres tarifs. C’est aussi l’occasionde demander aux autres fournisseursles tarifs pratiqués pour les entreprises.Vos consommations durant lesheures creuses sont-elles mesurées ?Il est utile de connaître la consommation effectuéependant la nuit, par exemple, afin deconnaître la différence avec celle de la journée.Peut-être existe-t-il une possibilité dansvotre activité de déplacer certaines consommationsde la journée vers la nuit ? Il fautaussi vérifier que la consommation nocturnecorresponde à la consommation théoriquedu matériel devant fonctionner la nuit.Avez-vous des objectifschiffrés de réduction desconsommations d’énergie ?Pour que chacun se sente impliqué dansles économies d’énergie, l’entreprise abesoin d’objectifs clairement définis etatteignables. Mettez en place des indicateursde performance pour votre activité.Les objectifs permettront d’accéder peu àpeu à une meilleure gestion de l’énergie.Avez-vous déjà réalisé un prédiagnosticou un diagnosticénergétique sur votre site ?Faites l’état des lieux de vos consommationsénergétiques et ciblez les postes oùune économie peut être réalisée. Le diagnosticvous permettra d’identifier leséconomies probables sur les consommationset de dégager les investissementsnécessaires pour y arriver. Il est conseilléde réaliser un diagnostic énergétiquetous les cinq ans environ.Lorsque des économies sontréalisées, réinvestissez-vous cetargent dans votre programmed’économie d’énergie ?En investissant dans un programmed’économie d’énergie, vous conserverezla motivation du personnel et vousrenforcerez votre politique d’économied’énergie. Accordez-vous lors de la définitiondu programme afin de décider quelsera le pourcentage réinvesti par rapportaux économies réalisées.L’efficacité énergétique est-elleprise en compte lors de l’achatde matériels ?Les différentes classes d’énergie existentpour plusieurs types de matériels. Nenégligez pas les économies liées à l’efficacitéénergétique de ceux-ci. Prenez encompte les spécifications énergétiquesdes équipements et sensibilisez le personnelresponsable des achats.31N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRES.B.D’après « Entreprises : optimisez vosconsommations énergétiques », ADEMEEditions, Angers, 2003Beci favorise l’EnergieIntelligente au sein des PMECHANGE est un projet cofinancé par l’Union européenne dans le cadre du programme« Energie Intelligente Europe ». Lancé au mois de septembre 2008, il prendra finau mois d’août 2010. CHANGE ambitionne d’aider les PME à optimiser leurs consommationsénergétiques par la création de postes de « Conseiller en Energie Intelligente» au sein de 61 Chambres de Commerce et d’Industrie dans 12 pays européens.Bénéfices du projet Change pour les PME :• un accès à l’information : sites internet, articles, ateliers/séminaires destinés aumonde de l’entreprise• des pré-checks énergétiques : brefs diagnostics effectués ou facilités par les CCIpour mesurer le potentiel de l’entreprise en économies d’énergie• une enquête permettant de mettre en lumière les opportunités et obstacles rencontréslors de la recherche de solutions en matière d’efficience énergétique /énergie renouvelable dans les PME.Contact : Brigitte van der Mensbrugghe T 02 643 78 30 – bvdm@beci.be


Un présentoir Bizzbox dans votre entreprise ?bizzbox news l’actualité économique bruxelloiseCommuniquer via le réseau Bizzbox ?02 345 74 55 - info@bizzbox.beINFORMER. COMMUNIQUER.Les entreprises ont enfin leur réseau.BIZZBOXGrâce à 200 points de diffusion disséminés dans 390 entreprises à Bruxelles, les présentoirs Bizzboxdiffusent l’information économique et institutionnelle des acteurs bruxellois. Créé en associationavec Beci, le réseau veut renforcer les relations entre institutions de la capitale et promouvoir l’activitééconomique bruxelloise. La rubrique Bizzbox News entend renforcer cet objectif.FOCUS – Brussels International – Tourisme et Congrès20.09.2009 20:09OUVERTURE DU SQUARE BRUSSELS MEETING CENTREAprès 2 ans et demi de travaux de construction, de rénovation et d’extension, SQUARE-BRUSSELSMEETING CENTRE ouvre ses portes ce 20 septembre 2009, à 20h09. Un jeu-de-chiffres symbolique quidonne toute la dimension des intentions poursuivies par les opérateurs : attirer l’attention de manièreefficace et événementielle sur cette réouverture stratégique pour Bruxelles, l’une des villes les plusfréquentées au monde en termes d’accueil et d’organisation de congrès. Et si Square s’est fait attendre,son ouverture devrait rapidement faire oublier les temps laborieux qu’a parfois connus ce projet.32N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRESitué entre le haut et le bas de la ville,au cœur des pôles historiques etculturels du Mont des Arts, Squareapportera une dimension nouvelle àce quartier. Avec les arrivées encorerécentes du nouveau Musée MagritteMuseum, du BIP (Brussels Info Point),le repositionnement stratégique deBOZAR et la création de son bookshop,la rénovation de la rue du Mont desArts et les “food-shops” installés sousles arcades, et l’ouverture de Squareaujourd’hui, ce quartier compte denombreux lieux d’exception. Sansoublier les institutions non moinsprestigieuses déjà présentes : les MuséesRoyaux des Beaux-Arts, le MuséeBELvue et l’Ancien Palais de Bruxelles(souterrains du Coudenberg), le Muséedes Instruments de Musique (MIM)….Le nouveau centre de congrès entendapporter une contribution économiqueimportante, estimée à plus de60 millions d’euros par an. Quelque250.000 visiteurs belges et internationauxy sont attendus pour un chiffred’affaires annuel moyen estimé entre13 et 20 millions d’euros. En outre,il a pour ambition de devenir un deslieux de réunion les plus “tendances”d’Europe et pourra accueillir tous typesd’événements : conférences internationales,sommets européens,réunions d’entreprises, lancementsde produits, défilés de mode, dîners degala, remises de prix, projections defilms... Il dispose pour ce faire de nombreuxatouts, dont une capacité totaled’espaces de conférence de 13.000 m2,3 grands auditoriums, de nombreusessalles multifonctionnelles, un halld’exposition modulable… La brasserie(Kwint) avec terrasse donnant surle parc de l’Albertine et le hall et savue panoramique spectaculaire surBruxelles, tous deux conçus par ArneQuinze, le prestigieux designer belgecouronné par de nombreuses récompensesinternationales, renforcerontson pouvoir attractif.SQUARE : carrefour où ambitions etattentes se rejoignent ? Les argumentspour y croire sont en tout cas convaincants.L’avenir devrait nous les confirmer.www.brusselsinternational.bewww.square-brussels.euBon à savoirBruxelles Export : son prospecteur commercial prêt à vous rencontrer !Votre entreprise est active sur les marchés étrangers, mais vous ne connaissez pas Bruxelles Export ? Vous souhaitezvous lancer dans l’aventure de l’exportation, mais vous ne savez par où commencer ?Bruxelles Export vous propose de rencontrer son prospecteur commercial. Gratuitement, au sein de votre entrepriseou dans les bureaux de Bruxelles Export, le prospecteur est là pour vous informer, selon vos besoins, sur ce que peutvous apporter la Direction du Commerce extérieur : aides financières, réseau d’attachés économiques et commerciauxà l’étranger, organisation d’actions de promotion (missions économiques, stands collectifs dans des foires internationales,invitations d’acheteurs…).Vous êtes intéressé ?Contactez Franz Evers (02/800 40 53, fevers@mrbc.irisnet.be)www.bruxelles-export.be


epèresUne façade végétale rue BelliardLa façade de l’immeuble Belliard 14 a été transformée en mur végétal par Patrick Blanc,botaniste, chercheur au CNRS. « Introduire la nature dans les villes est un des grands défisdu XXIe siècle. Les jardins verticaux sont peut-être la solution la plus spectaculaire, car cesjardins sont bien plus qu’une tendance décorative : ils offrent l’occasion de ramener la vieet la végétation dans les grandes villes », explique-t-il. Le Belliard 14 s’est pourtant révéléun véritable challenge pour ce sculpteur de verdure qui ne se sera jamais exprimé surune surface aussi vaste (près de 7.000 plantes, 150 variétés recouvrant une façade de prèsde 600 m2). Patrick Blanc s’est d’ailleurs fait assister de Christophe Spehar, de la sociétéIn Situ à Nivelles, lui aussi botaniste. L’aménagement vert, qui assure une longévité detrente ans au mur végétal pour un entretien minime, protège la façade, a des propriétésd’isolation acoustique et thermique et, par ses échanges avec le milieu ambiant, participeà la purification de l’atmosphère de la ville. .Façade du musée du Quai-Branly à Paris, réalisée par Patrick Blancwww.murvegetalpatrickblanc.comUn incitant de 1,9 milliard d’euros pour les entreprises belgesUne enquête européenne de Intrum Justitia montre que les services de l’Etat belge se promènent en bas de classement lorsque l’on parlede rapidité de paiement. Notre pays se classe en 22e position dans une liste de 26 pays. L’étude European Payment Index, montre que lesservices de l’Etat belge comptabilisent des factures ouvertes portant sur un montant de 1,9 milliard d’euros. Pour une bonne part, cesmontants sont dus à des PME qui, aujourd’hui plus que jamais, luttent pour survivre dans le contexte économique actuel. Si toutes lesfactures de notre pays étaient payées intégralement et à temps, cela se traduirait par une injection d’au moins huit milliards d’euros dansl’économie belge. « D’un côté, nous voyons le gouvernement belge injecter d’énormes montants dans notre économie pour en augmenterle cash flow et de l’autre, on constate que les autorités publiques ne paient pas leurs factures à temps. Si tous les organismes publics effectuaientleurs paiements à temps, la trésorerie des entreprises s’en trouverait renforcée, ce qui leur permettrait d’investir plus vite et à leurtour d’accélérer le rythme de leurs propres paiements, explique Guy Colpaert, Managing Director d’Intrum Justitia Belgique. Soyons clairs:si les services publics de notre pays payaient toutes leurs factures à temps, cela se traduirait pour les entreprises belges par un incitantfinancier de 1,9 milliard d’euros. » Business Route 2018 forMetropolitan Brusselsgoes lifeLes organisations patronales BECI, VOKA, UWE et laFEB ont créé le 1 juillet 2009 l’asbl «Business Route2018 for Metropolitan Brussels”. La création de cetteassociation permet de concrétiser sur le terrain lesactions proposées dans le plan stratégique. Emmanuelvan Innis, Président de BECI en assure laprésidence. Karel Lowette Président Voka ComitéBruxelles, Rudi Thomaes, Administrateur déléguéde la FEB et Vincent Reuter, Administrateur déléguéde l’UWE en sont les vice-présidents. Pour coordonnerla mise en œuvre des multiples projets proposésdans le plan « Business Route 2018 for a MetropolitanBrussels », l’asbl a fait appel à Ian Morsommecomme project manager de l’organisation.Le plan d’action du projet « Business Route 2018 forMetropolitan Brussels s’articule autour de trois fersde lance : mieux valoriser le rôle de capitale de l’UEde Bruxelles et en faire profiter la métropole (EuropeanGateway), poursuivre le développement desniches de croissance: TIC, soins de santé, services financierset logistique, faire de la métropole un lieuattractif (from boring to daring). www.metropolitanbrussels2018.euDIXIT39journées de travail par an,c’est le coût estimé des déplacementsentre le domicile etle lieu de travail, d’après uneétude d’Avaya. www.avaya.bewww.intrum.be« Dans les trois ou quatre années à venir, ce n’est pas del’effet de levier du système financier que viendra le problème.Les batailles qu’il faudra livrer à l’avenir seront le problèmede l’inflation, la problématique budgétaire et la questiondes marchés émergents. Il s’agira de surveiller autant leconsommateur chinois dans le futur que le consommateuraméricain actuellement », William De Vijlder, chef del’investissement chez Fortis Investments dans La Libre33N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE


34N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREL’énergie professionnelle à votre mesureLuminus est le deuxième fournisseur d’électricité et de gaz sur le marché belge de l’énergie. Nous produisons notrepropre électricité et investissons dans les énergies renouvelables. Nous avons créé Luminus Business spécialement pourles entreprises, les institutions publiques, les hôpitaux et les établissements scolaires. Chaque jour, nous répondonsaux attentes du marché avec une offre de produits transparente et des services sur mesure. En outre, vous profitez d’unaccompagnement personnalisé et pro-actif. Ainsi, vous êtes toujours les premiers à bénéficier des dernières bonnes affairessur le marché de l’énergie.Plus de conseils énergétiques pour votre entreprise ? Demandez-nous une offre sans engagement.www.luminusbusiness.be business@luminus.beBoîte postale 47000, 1000 Bruxelles 1 Tél.: 078 155 230


EnergieLa FEB lance un pacte énergétique commun 35The Platinum :Faire du neuf avec du vieux En selle ! 38Une éolienne dans votre jardin ? 42Delo, la lumière organique de demain 45La voiture électrique : tout le monde s’y met 45Chauffer sa piscine grâce aux rayons du soleil 45DOSSIER© Paul Avis/Science Photo Library/ReportersEFFICACITÉ ÉNERGÉTIQUEUn pacte énergétique commun:le défi lancé par la FEBIsoler les bâtiments publics, instaurer une formation à l’efficacité énergétique obligatoire,mettre sur pied une Green Bank, réfléchir de manière concrète à un plan de mobilité,inciter à l’achat de voitures propres,... Les pistes lancées par la FEB pour réussir larévolution verte de notre pays sont diverses et variées. Un objectif derrière tout cela: fairede la Belgique un leader en matière d’efficacité énergétique. Avec, à la clé, 5,2 milliardsd’euros d’économie et la création de 20.000 emplois.Pour assurer une croissance durable,les réponses apportéesau problème énergétique etclimatique seront d’une importancecruciale. Ce sera d’ailleurs probablementle défi le plus global pour lemonde entier au cours de la premièremoitié du 21e siècle». Le président dela FEB, Thomas Leysen n’y est pas allépar quatre chemins dans son récentdiscours consacré à la Révolution vertede notre pays. Selon lui, aujourd’hui,la Belgique est loin d’être le meilleurélève de la classe européenne. «Au niveaude la performance énergétiquede nos bâtiments, l’écart avec les paysenvironnants est criant», dénonce-til.Impossible de ne pas saisir le problèmeà bras le corps.© LAIF/Reporters35N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRELa formation à l’efficacité énergétique doit être obligatoire.


dossierenergie36N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREPour Thomas Leysen, la Belgique doitréduire sa dépendance aux énergiesfossiles et se positionner comme leaderen matière de développement durable.Mais plus que de longs discours,le président de la FEB a proposé quatrepistes pour faire passer notre pays à lavitesse supérieure. Ces quatre anglesd’attaque sont : l’industrie, le transport,les bâtiments et la formation.L’industrieIl faut tout d’abord reconnaître que l’industrieest le seul secteur à avoir réalisédes progrès considérables ces dernièresannées. Notamment en termes d’émissionsde CO2. Mais des efforts restent àfaire, notamment après 2012, lorsqueles accords dits de branche viendront àéchéance.La FEB propose donc non seulement demaintenir les mécanismes actuels après2012, mais également de les étendre auxprojets au-delà des limites des sites industriels.Et surtout d’instaurer un nouveau mécanismede financement : la Green Bank. Ils’agirait d’un fonds alimenté par les recettesde la mise aux enchères des droitsd’émission.L’idée serait que les entreprises s’engageraientà réaliser tous les investissementsdont la rentabilité est supérieureà 10%. Pour les investissementsd’une rentabilité supérieure à 15%, lesentreprises devraient entièrements’autofinancer. Pour les investissementsdont la rentabilité se situe entre10 et 15%, la moitié serait financéepar la Green Bank, sous la forme d’unprêt subordonné à un taux proche decelui des obligations d’Etat. Pour lesinvestissements avec une rentabilitécomprise entre 6 et 10%, mais qui seraientsouhaitables au niveau sociétal,le pourcentage d’intervention de laGreen Bank pourrait atteindre 90%.Avantages de la formule : la garantieque les rentrées en provenance de lamise aux enchères des droits d’émissionsoient réinjectées dans l’intensificationde l’efficacité énergétique. EtLe secteur publique doit jouer son rôle exemplaire dixit le FEB.pour ne rien gâcher, la capacité des entreprisesà investir dans d’autres projetsstratégiques serait préservée.Le transportConstat : aujourd’hui, le parc de voituresprivées reste le principal consommateurd’énergie. C’est pourquoi laFEB plaide pour l’instauration d’unefiscalité verte. La fédération prônemême une taxation à l’achat d’unevoiture, en fonction de sa performanceenvironnementale. Promotion del’éco-conduite au sein des entreprise etincitation à l’achat de voitures moinsénergivores sont également des pistesavancées par la FEB.«Nous devons également voir plus loin.Nous avons tout intérêt à mener uneréflexion approfondie sur le potentielafin de prendre les devants dans l’introductionde voitures électriques etde voitures hybrides rechargeables»,ajoute Thomas Leysen qui plaide pourla réalisation d’une étude de faisabilitésur le trafic urbain. Aujourd’hui,© Jean-Michel Clajot/Reporters


dossier energie© Gilles Leimdorfer/Reportersle trafic en ville est caractérisé par desdistances moyennes courtes et des kilométragesquotidiens limités. Il y a donccertainement quelque chose à faire àce niveau. Et notamment entamer uneréflexion globale sur des transports publicstournée vers l’avenir.Les bâtimentsSelon la FEB, c’est du côté des bâtimentsque réside le principal potentield’économie. Les immeubles sonten effet responsables d’environ 35%de la consommation d’énergie dela Belgique, mais selon une récenteétude réalisée par McKinsey, ils pourraientfournir 48% des économies potentielles.La solution prônée par la fédération :l’isolation et la rénovation du parc debâtiments, l’un des plus anciens et desplus énergivores de toute l’Europe. «Desefforts ont été consentis par les autoritéspolitiques ces dernières années»,reconnait la FEB. Mais il faut poursuivrel’effort. Une des pistes avancées par lafédération est que les certificats énergétiques,obligatoires en cas de vente oude location, soient progressivement imposésà tous les bâtiments existants.«Les autorités doivent jouer leur rôled’exemple, plaide Thomas Leysen.D’ici à 2015, tous les bâtiments publicsdevraient être équipés de vitrage àhaut rendement, de toits isolants etde systèmes de chauffage efficaces »,ajoute le patron des patrons.La formationMais rien de cela n’est envisageablesans un investissement dans la formation.La FEB estime qu’une formation àl’efficacité énergétique doit être obligatoire,et non plus optionnelle, dans l’enseignementtechnique et supérieur.En chiffres, le respect de ces quelquespistes se traduirait selon la FEB parune économie sur la facture énergétiquede 5,2 milliards d’euros aux prixactuels de l’énergie et la création d’aumoins 20.000 emplois. Pas négligeable,n’est-ce pas?Du coup, la fédération demande qu’unpacte énergétique commun soit misen place. A la base de ce pacte : l’ambitionde faire de la Belgique un leaderen efficacité énergétique à l’horizon2030. Un beau défi à relever. LL’industrie à réalisé des progrès considérables entermes d’émissions de CO2.La FEB plaide pour l’isolation et la rénovation duparc de bâtiments.37N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREAu cœur d’un monde qui avancewww.elia.beAu service d’un approvisionnement énergétique durableEn sa qualité de gestionnaire du réseau à haute tension belge de 380 kV à 30 kV, Elia joue un rôlecentral au sein du marché de l’électricité, mais aussi dans l’approvisionnement en énergie de notrepays. Assurer une gestion efficace et de qualité du réseau à haute tension, veiller en permanence àun approvisionnement fiable en électricité et proposer des initiatives novatrices destinées à faciliterl’ouverture du marché: telles sont les principales missions d’Elia. Elia met son savoir-faire au service dudéveloppement durable. Comment? En contribuant de manière active à la politique URE des autoritéset en préconisant également une utilisation rationnelle et durable de l’énergie dans ses propres projets.


dossierenergieÉCO-RÉNOVATIONThe Platinum :Faire du neuf avec du vieuxIl n’y a pas un Bruxellois qui ne connaisse cet imposantbâtiment du 254 de l’avenue Louise, situé entre les rues duMagistrat et du Châtelain. Cet immeuble jusqu’il y a peuflanqué d’une énorme boîte aux lettres métallique verslaquelle se ruaient tous les contribuables le 30 juin avantminuit... Mais depuis la fin de l’année dernière, le Ministèredes Finances a quitté les lieux pour la tour des Finances.38N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRELes fonctionnaires ont laissé laplace à un méga-chantier. Leplus important chantier de rénovationde l’avenue Louise depuisdes années. Mais surtout le chantierle plus vert. Car l’option choisie estclaire : rénover ce bâtiment datantdes années 70 pour en faire un nouvelespace de travail, qui répond auxexigences actuelles, notamment enmatière environnementale. Explicationsavec Alexander Steyns, directeurde Burco, promoteur du projetThe Platinum.Vous avez choisi de rénovercet ancien bâtiment plutôtque de l’abattre et de lereconstruire totalement.Pourquoi avoir pris cetteoption?Alexander Steyns - L’ensemble duprojet se veut «vert». Nous avonsdonc choisi de ne pas démolir ce bâtimentqui date de 1972, afin de limiterl’importance des déchets. Nous avonsdonc éliminé tout l’aménagementintérieur pour ne garder que la structuremise à nu. Il s’agit d’un choixvolontaire car il est plus difficile defaire du vert en rénovation qu’enconstruction neuve. Qui plus est, lerespect des normes environnementalesn’est pas obligatoire dans le casd’une rénovation, alors qu’elle l’estdans le cas d’une nouvelle construction.Pourtant, c’est un pari que nousavons voulu relever.Quelles seront les spécificitésvertes du projet?A.S. - Il y en a beaucoup. En réalité, toutse veut vert, de A à Z. Par exemple, nousallons installer derrière le bâtiment unespace vert. Ce sera un véritable jardinpour les occupants de l’immeuble avecdes tables de pique-nique et des bancs.Avoir un espace vert et donc perméabledans un paysage principalementconstitué de béton est une bonne chosepour l’environnement.Nous avons également pré-équipé unelarge surface - le toit d’une structureannexe - de 240 m2 pour y installer despanneaux photovoltaïques. Ce sera àl’occupant de voir s’il souhaite utilisercette technique, mais de notre côté,nous avons tout prévu pour que l’installationsoit possible. Un effort particuliera été consacré en matière defourniture d’eau avec notamment uneimportante réserve d’eau de pluie.Plus globalement, nous avons choiside ne collaborer qu’avec des entrepreneurspossédant un «label vert», c’està-direceux qui travaillent en respectantau maximum l’environnement etqui par exemple, organisent le tri desdéchets déjà sur le chantier.L’aspect chauffage du bâtiment a étéscrupuleusement soigné. The Platinumne sera chauffé que par des chaudièresà condensation. Mais surtout, nousavons mis en place un système de récupérationd’énergie qui nous permettrade récupérer jusqu’à 70% de la chaleurde l’immeuble.Alexander Steyns, directeur deBurco, promoteur du projet The PlatinumEt en ce qui concernel’éclairage?A.S. - Tout le bâtiment sera équipéd’un système de «diming». Grâceà cela, l’éclairage augmentera oudiminuera, automatiquement, enfonction de l’intensité lumineuseextérieure. Nous voulions égalementéclairer la façade pour rendre le bâtimentmoins triste et pour qu’il attireles regards. Mais nous voulions, danscette démarche, rester le plus «vert»possible. C’est pour cela que la totalitéde la façade sera illuminée par des«leds». Selon l’ingénieur responsablede l’éclairage, toutes les leds de lafaçade ne consommeront pas davantageque l’installation d’une machineà expresso!Une fois le bâtiment rénové,quelle sera son empreinteécologique?A.S. - Ce bâtiment répondra aux certificationsHQE, c’est-à-dire Haute QualitéEnvironnementale. La consom-


Chauffer durablementLes nouvelles technologies au service des entreprisesRéchauffement climatique et gestion plus rationnelle de l’énergie obligent, les systèmesde chauffage alternatifs ont le vent en poupe. Si cette constatation est vraie pour les particuliers,elle l’est aussi de plus en plus pour les entreprises, quelle que soit leur taille. Tourd’horizon de ces nouvelles technologies qui peuvent aider à réduire consommation - etfacture - d’énergie. L’énergie solaire Les avantages de la productiongroupée Tirer parti de la nature 39N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREUn rendez-vousà ne pas manquer www.electrabel.be


40N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREdossierenergiemation énergétique du bâtiment vaêtre réduite de 52% par rapport à saconsommation d’avant travaux. Sesrejets en CO2 seront quant à eux réduitsde 60%. Aujourd’hui, on estimeque deux coefficients sont fondamentauxdans l’impact environnementald’un bâtiment : le coefficient K quimesure l’isolation du bâtiment et lecoefficient E qui mesure la factureénergétique du bâtiment.The Platinum affichera après rénovationun coefficient K de 45 et un coefficientE de 78, ce qui est particulièrementperformant dans le cas d’unerénovation comme la nôtre.Quel type d’occupantsabritera The Platinum?A.S. - Il faut les séparer en deux catégories: ceux du rez-de-chausséeet ceux des étages. En effet, au rezde-chaussée,nous installerons unegalerie commerçante de 3.000m2.Mais attention, nous ne voulons attirercomme commerçant que des activitésqui offrent des services à nosoccupants. C’est pour cela que noussommes actuellement en négociationsavec un centre de fitness et uncentre de soins. L’objectif est d’offrirégalement des restaurants, éventuellementune crèche et même uneVue du Platinum après rénovation.The Platinum en chiffresThe platinum c’estmoins de deux ans de chantier (début des travaux fin 2008 et livraison mai 2010)25.000 m 2 de surface disponible100 ouvriers occupés sur le chantier240 m2 d’équipements pour panneaux photovoltaïquesUn facteur energétique E de 78Un facteur isolation K de 45le numéro 245 de l’avenue Louise3.000 m 2 de galerie commerçantedes plateaux de 1.500 ou de 1.800 m 212 étages 244 places de parkingpiscine. Par contre il n’y aura pas deplace pour un marchand de tapis!Nous allons également installer unvéritable service de conciergerie, dansle sens hôtelier du terme. C’est-à-direque les occupants pourront utiliserce service pour réserver un restaurantou commander un taxi. Tous cesservices doivent offrir une plus-valueaux occupants de The Platinum.Aux étages, nous louerons des plateauxà différentes sociétés, à desbureaux d’avocats, des consultants.Les plateaux mesurent soit 1.500 soit1.800 m2Qu’en est-il de l’accessibilitédu bâtiment?A.S. - Nous avons commandé une étudesur l’accessibilité du bâtiment quiest situé Avenue Louise. Car, dans notredémarche environnementale, lamobilité est naturellement quelquechose de très important. Et il en ressortque The Platinum offre une trèsbonne accessibilité par les différentsmodes de transport considérés.En effet, sa position centrale au seinde la Région bruxelloise le positionneà bonne distance des différents axesroutiers. Le site est également rapidementjoignable en train et en métro,de même que par plusieurs lignes detram et de bus.Il est également facilement accessibleen vélo et un parking pour lesdeux roues sera d’ailleurs prévu. Propos recueillis par Hélène Legrand


Interview avec Christian du Jardin,Directeur Marketing et Vente pour les entreprises, La Poste« Ensemble, plus forts après la crise »Selon Christian du Jardin, La Poste doit jouer un rôle primordial pouraider les entreprises à prospérer de manière juste et efcace. La Postesait de quoi il retourne. Forte de son équipe de 20 spécialistes en solutionspostales, ils sillonnent la Belgique pour répondre aux besoinsspéciques de leurs clients. Pourquoi est-ce si important,selon La Poste, de continuerà communiquer pendant lacrise ? Et que fait La Posteconcrètement ? La question pour les entreprisesest bien entendu desavoir où trouver de nouveauxclients ? Mais, n’obtient-on pas lesmêmes résultats en utilisantd’autres médias ? 41N° 6 - JUIN 2009 - ENTREPRENDREQue doivent faire les entrepreneurs qui souhaitentproter des conseils de la poste ?


dossierenergie42N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREUne éolienne dans votre jardin?© REA/ReportersDe plus en plus de grands espaces accueillentles moulins à vent des tempsmodernes. Des espaces verts, des bordsde mer. Mais en ville, les éoliennesrestent rares. C’est pourquoi l’Unioneuropéenne a développé un programmebaptisé Wineur, pour Wind Integrationin the Urban Environment.Cette initiative répond à quatre objectifs: identifier les conditions danslesquelles l’installation d’une petiteéolienne peut se concevoir dans unenvironnement urbain, promouvoirl’émergence de cette nouvelle technologie,conscientiser les municipalitéset les décideurs à cette alternative,évaluer et améliorer les possibilitésd’acceptabilité de ces éoliennes danstoutes ses dimensions : sociale, esthétique,architecturale,...Le projet est donc sur les rails mais - ilfaut le reconnaître -, les réalisationssont encore rares. Pourtant, les quelquesproducteurs qui commercialisentce genre d’éoliennes ne cessentde vanter les mérites de la formule.«La capacité de production annuelled’une éolienne permet d’assurer toutl’éclairage domestique d’une habitationmoyenne», indiquent-ils ainsi.Tout comme pour les grandes éoliennesdes campagnes, l’énergie produiteest utilisée sur place, l’excédent éventuelest renvoyé sur le réseau.Mais tout le monde ne peut pas installerune éolienne dans son jardin.Il faut d’abord et avant tout disposerd’une localisation bien exposée auxvents et de suffisamment d’espace.De plus, la structure du sol doit êtrede qualité suffisante. Car pas questiond’installer une éolienne sur son toit. Sil’alternative éolienne pour le particulierexiste donc bel et bien, elle resteplus contraignante que le photovoltaïque,qu’elle complète idéalement. H.L.Une éolienne pour le particulier reste plus contraignante que le photovoltaïque.


Entretien avec Jo Hofmans, bureau de traduction Data Translations“Le savoir-faireà moindre prix, une formule qui rapporte” “A toutes les jeunes entreprises qui traversent leur première crise économique, jen’aurai qu’un mot: persévérez! Une crise, c’est le moment idéal pour se remettreen question: sommes-nous sur la bonne voie?” Portrait de Jo Hofmans, directricede Data Translations, société qui depuis plus de 16 ans, gure parmi les plus importantsbureaux de traduction bruxellois.Quand a débuté l’histoire deData Translations? Quelle a été votre approche? Et Data Translations de devenirpourtant une histoire à succès Comment Data Translationsaffronte-t-elle la crise? 43N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREOlmenstraat 641930 ZaventemT 02 725 23 70www.datatra.be


Ressources humainesUne entreprise performante grâce à un personnel bien dans sa peauEn 1994, Tessa Dagnely a lancé Dagnely RH. Comme son nom l’indique, la petite société s’occupede ressources humaines et plus particulièrement de diagnostic, de recrutement & sélection et decoaching. « La performance de l’entreprise passe par le bien-être de son personnel » afrme TessaDagnely. Ce credo guide l’ensemble de ses activités. Entretien.44N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREQuels services propose Dagnely RH ? Pourriez-vous nous parler un peuplus du diagnostic RH ? Quelles sont vos techniques pourdénicher un candidat intéressantpour votre client ? Quand intervient le coaching ? Quelle est la place de lagraphologie dans vos activitésen ressources humaines ? Vous faites aussi des bilanspersonnels, comment cela sepasse-t-il ? Quelle est votre particularitédans le secteur des ressourceshumaines ? Site web: www.dagnelyrh.beEmail : tdagnely@dagnelyrh.beT +32 2 346 53 73


© Reporters/APLes OLED sont fabriquéesà partir de matièresorganiques.dossier energieDelo, la lumière organique de demainDelo, Oled... Mais qu’est-ce que c’estque cela? Il s’agit des abréviationspour Diode ElectroluminescenteOrganique ou dans la langue deShakespeare Organic Light-EmittingDiode. En gros, c’est une technologied’affichage lumineux qui apour vocation de remplacer peu àpeu les affichages à cristaux liquides(LCD) , d’abord dans les applicationsde petites dimensions telsque téléphones mobiles, écransd’appareils numériques.A terme, quand le développementsera mieux maîtrisé, les OLEDpourraient se substituer aux LCDet autres technologies plasmapour les écrans de grande taille.Seul frein à ce développement : lecoût. Aujourd’hui, seul Sony s’estlancé dans l’aventure du téléviseurOled, avec un appareil quicoûte quand même la bagatelle de4 000 euros...Mais la technologie semble malgrétout prometteuse. Car ultra-plate.La lumière étant produite par lesdiodes électroluminescentes, lesécrans peuvent donc être plus fins(jusqu’à 1 cm d’épaisseur) et présenterdes contrastes plus élevés.Et nec plus ultra : ils consommenttrès peu d’énergie et ne chauffentquasiment pas.Mais la véritable cerise sur legâteau doit se voir dans sa dimensionenvironnementale : les diodesélectroluminescentes sont fabriquéesà partir de matières organiqueset sont donc très facilementrecyclables.Visiblement, il faudra encore attendrequelques années avant quela technologie ne se généralise.2010 pour les PC portables et quelquesannées de plus pour les écransde télévision. Mais on attend celaavec impatience! La voiture électrique : tout le monde s’y metH. L.Volkswagen vient d’annoncer qu’il comptaitlancer sa première voiture tout électriquedès 2013. Daimler a pour sa part acquisune société de batteries et une part de 10%du constructeur américain de voitures électriquesTesla. La Prius, le véhicule hybride(essence + électricité) de Toyota, est arrivéelargement en tête des ventes en juin au Japon,pour le deuxième mois de suite.Les choses bougent clairement du côté desvéhicules électriques. Et si, pendant longtemps,les constructeurs ont continué à misersur l’essence et le diesel, aujourd’hui toutle monde veut s’y mettre. C’est que les avantagesde la voiture électrique font rêver.Tout d’abord, son empreinte écologique :zéro émission! Deuxième avantage nonnégligeable : son coût d’utilisation. Parexemple, la petite Reva introduite au débutde l’année en Belgique se recharge en unenuit pour un euro pour 100 kilomètres. Sion compare cela à la consommation annuelled’une petite voiture de ville, l’utilisateurde la Reva peut économiser entre 1.200et 1.500 euros.Et puis surtout les mentalités changent visà-visdu tout électrique. Encore réticents ily a quelques années à cause des problèmesde chargement, les acheteurs potentiels devoitures électriques veulent pouvoir faireplus de 750 km et acceptent au maximumune ou deux heures de chargement. Etsurtout, selon Volks-wagen, ils ne veulentpayer «au maximum que 2.000 euros deplus qu’aujourd’hui». Message reçu cinqsur cinq par les constructeurs! H. L.Les mentalités changent vis-à-visdes véhicules électriques.© Reporters/APChauffer sa piscine grâce aux rayons du soleil45N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREChauffer sa piscinegrâce au soleil ?© Image Source/ReportersTout le monde connaît les panneauxsolaires qui équipent lestoits de plus en plus d’habitationsbelges. Mais il existe une autre manièrede profiter des bienfaits del’astre : les capteurs solaires.Ces capteurs ont une fonctionprincipale : ils convertissent la lumièreen chaleur récupérée et utiliséesous forme d’eau chaude. Cettetechnique permet d’assurer la productiond’eau chaude des sanitairesou le chauffage des piscines etdes habitations.Comment est-ce que cela marche?Après avoir traversé une vitre, lerayonnement solaire est capté parune surface absorbante. La chaleurabsorbée est récupérée grâce à unfluide caloporteur. Sa températurepeut atteindre 60 à 80 °C, voire 110°C.La chaleur est ensuite transmise àune réserve d’eau pour la productiond’eau chaude pour les sanitairesou à un plancher chauffantpour le chauffage de l’habitation,en fonction des choix et des besoinsde l’utilisateur final.Pour quel rendement? Avec 1 m 2de capteur par personne, on produiten moyenne la moitié de l’eauchaude sur l’année. Et cela, mêmedans des régions peu ensoleillées!Bien entendu, la part d’énergiefournie par le chauffe-eau solairevarie en fonction de l’ensoleillement.Si, en été, on peut couvrir100% des besoins, en mi-saison, cepourcentage descend à 60% et enhiver à peine 20%. Il faut donc toujoursprévoir un autre moyen depouvoir produire l’eau chaude. LesRégions offrent des primes pour cetype d’installation. Elles varient enfonction du projet et de la régionconcernée. H. L.


MICEFaites du networking au cinémaKinepolis, le méga complexe dédié à la toile animée, se tourne vers les entreprises. Ledépartement B to B s’est en effet fort développé et chaque Kinepolis de Belgique comptedans ses rangs une équipe consacrée à temps plein aux demandes des sociétés en recherched’events inédits. Rencontre avec Emmanuel Rutsaert, National B2B Manager Belgium etMelanie Lisanti, B2B Account Manager au Kinepolis Bruxelles.46N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREQuels sont les services qu’offreKinepolis aux entreprises ? Quels types d’événementssont organisés chez vous ? Comment se passe concrètementla mise en place de lasoirée ? Quelle est votre force dans lesecteur MICE ?


47 Vos services sont-ils à portéedes PME ? N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE T 02 474 26 30b2bbrussel@kinepolis.comwww.business.kinepolis.be


48N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRETables de conversationFaites du business dans une autre langue !EN PRATIQUE• Animateur « native speaker »• Anglais, néerlandais et français• Pour toute personne motivée par le perfectionnementde ses connaissances linguistiques• Groupe de 7 à 10 personnes• 2 heures par semaine (12h à 14h)• 30 semaines/an (hors congés scolaires)• Lieu : à proximité de votre entreprise• Test préalable pour déterminer niveau de connaissance(6 niveaux)• Début des formations : à partir du 26/1/2009• Catering : sandwich et boissonAVANTAGES• Homogénéité des groupes (tables réparties par langueet par niveau de connaissance)• Progrès assurés si présence assidue• Mise à profit de vos pauses-déjeuners• Tarif attractifPRIX (HTVA) :• Membres BECI : 1.250 €/personne/an (30 séances)• Non-membres : 1.450 €/personne/an (30 séances)Les indépendants et PME peuvent bénéficier des aidesà la formation de la Région de Bruxelles Capitale : aidede 50% du montant investi, sous réserve d’acceptationdu dossier par la Région.Pour plus d’info contactez-nous.CONTACTBrigitte van der Mensbrugghe,Responsable Formations BECI02 643 78 30 – 0499 588 842 - bvdm@beci.be


OutsourcingIl est temps de renégocier vos contrats ! 49Sous-traiter, oui, mais où? 50Conseils et pièges de l’externalisation des RH 51« Objectiver les relationsentre une entreprise et son bailleur » 57DOSSIERIl est temps de renégociervos contrats !49C’est la crise, les entreprises cherchent toutes à réduire leurs coûts. Or, ces dernières années,elles s’étaient empressées de signer des contrats de sous-traitance : de l’informatique auxenvois postaux, en passant par la gestion des flottes de véhicules ou même des machines àcafé, nombreux sont ceux qui ont préféré se concentrer sur leur core business. N’est-il doncpas temps de revoir les conditions de ces contrats et d’en renégocier le prix à la baisse ?N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREC’est effectivement des demandesqui nous arrivent maintenantrégulièrement, reconnaîtIvan Cols, marketing manager chezGetronics, un des leaders de l’outsourcinginformatique : des clientssouhaitent baisser de 10, 15 ou 20% leprix de l’outsourcing. Mais ce qu’onessaie de faire à ce moment-là, c’estélargir le débat sur l’ensemble desprestations : n’est-il pas plus opportunde baisser le niveau de certainesprestations ? Par exemple, pour unhelp desk ou un service desk 24/24-7/7, de passer à 5 jours par semaineou 12 heures par jour ? Ensuite, nousaidons nos clients à abaisser leurscoûts structurels, en rationalisant eten consolidant leurs infrastructures,par exemple par la virtualisation desserveurs. On peut ainsi trouver unwin-win deal».En temps de crise, les clients souhaitent renégocier le prix de outsourcing à la baisse.


dossieroutsourcing & facility management50Sur ce marché en croissance annuellede 7 ou 8% avant la crise, tout ne s’estpas arrêté pour autant. « La croissancede l’outsourcing IT tourne aujourd’huiautour de 2 ou 3%, contrairement àl’ensemble du marché informatiquequi recule de 5%. Nous sommes doncle moteur de l’industrie IT, notammentparce que la Belgique n’est pasun marché très mature dans le domaineet parce qu’elle compte moins degrandes entreprises de plus de 500 ou1.000 postes de travail, qui sont notrecible, que l’Allemagne, la France ou leRoyaume-Uni », explique le manager.Saisir l’opportunitéMais la crise est aussi une opportunitépour les entreprises qui ne fontpas encore appel à l’outsourcing :« ces entreprises-là y pensent plusconcrètement et plus rapidementqu’avant la crise, constate Ivan Cols.C’est d’ailleurs le message que je leuradresserais : concentrez-vous sur lestâches qui créent vraiment de la valeuret sous-traitez les tâches répétitives etl’opérationnel ». Le jeu en vaut selon luila chandelle : sur le coût de ces tâchesopérationnelles, qui accapare généralement« entre 70 et 80% » du budgetinformatique d’une entreprise, il estpossible d’économiser « entre 18 et 30%» en ayant recours à l’outsourcing. «Plutôt 18% si l’entreprise est déjà bienstandardisée et plutôt 30% pour cellesqui sont moins évoluées dans ce domaine»,précise-t-il.Pourquoi ces coûts plus bas ? Parceque Getronics, qui emploie 900 personnesen Belgique et équipe 2,3millions de postes de travail de parle monde, peut faire naturellementvaloir des économies d’échelle. « Etpuis, depuis 3 ans, nous essayons quenos clients adoptent un ensemblede standards que nous avons développés,tant en termes de processusque de technologies. Adopter ce modèle,c’est forcément baisser le coûtde l’outil informatique. Notre expériencefait le reste : si, par exemple,vous devez ‘upgrader’ votre systèmed’exploitation, cela crée toujours desproblèmes et votre help desk exploseassez rapidement. Nous pouvons anticiperces problèmes et les limiter,car des opérations comme celles-là,nous en avons déjà réalisé des milliers». Michaël GrosjeanN° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRESous-traiter, oui, mais où?Les nouvelles stars de l’outsourcing s’appellent Winnipeg, Cluj-Napoca ou encore Belfast…Ne dites plus Bangalore, Chennaiou Shangai, lorsqu’on vousdemande de sous-traiter desservices (informatiques, comptables,de R&D ou même d’animation) dansvotre entreprise. Saturées, ces destinationscommencent à céder la place à desvilles plus exotiques encore, et surtoutaux capacités sous-exploitées, commeWinnipeg, Cluj-Napoca ou, plus près denous… Belfast.Oui mais voilà : comment faire le tridans ces nouvelles propositions dedélocalisation ? Les compétences, lesspécialités ou les incitants des pouvoirspublics n’y sont pas tous comparables,loin s’en faut… C’est pourquoiKPMG a dressé un comparatif fouilléde 31 destinations montantes, de l’imposanteBuenos Aires à la minusculePort Louis, afin de guider les staffs dedirection.Au premier coup d’œil, il apparaît parexemple que, sur les continents américains,on peut généralement offrirdes services davantage élaborés etproches des clients finaux que sont lesmultinationales, grâce à des équipeséduquées et multilingues.En Asie-Pacifique, ce sont plutôt lesbas coûts salariaux et des populationsjeunes qui sont attrayants, sanscompter les très nombreux incitantsgouvernementaux et l’expériencetirée des centres de sous-traitanceexistants dans la région. Enfin en Europe,au Moyen-Orient et en Afrique,KPMG pointe l’excellence des infrastructures,la grande diversité et lesnombreuses niches que peuvent offrirces régions. M.J.En Asie-Pacifique, les bas coûts salariaux etdes populations jeunes sont attrayants pour lesentreprises.


dossier outsourcing & facility managementConseils et pièges del’externalisation des RHOn imagine d’habitude des destinations exotiquesoù la communication se déroule principalement enanglais, mais dans le cas de l’externalisation des RH, c’estnettement moins le cas. D’une part, parce qu’actuellementseules quelques très grandes multinationales (dont lalangue véhiculaire est généralement l’anglais) soustraitentl’ensemble de leur département RH ; d’autre part,parce que les ressources humaines ne concernent pas desservices ou des produits, mais bien des personnes, ce quipar définition est difficile à gérer à distance.51Si nous examinons les types d’externalisation des RH quenous rencontrons le plus fréquemment en Belgique, nousnous apercevons que ce sont essentiellement les initiativessur une petite échelle qui connaissent une belle croissancedurant ces deux dernières années. D’une part, avec l’apparitiond’acteurs en ressources humaines spécialisés qui proposent desconsultants au client ; d’autre part, en raison du groupe relativementimportant des consultants en ressources humaines indépendants.Ces derniers sont souvent d’anciens responsables RHqui ont cherché mieux après avoir perdu leur précédent emploiou qui souhaitaient relever un nouveau défi dans leur carrière. Ilest par ailleurs frappant que ce groupe de professionnels en ressourceshumaines indépendants comptent de nombreux généralisteset peu de recruteurs.N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREA quoi devez-vous maintenant prêter attention, lorsque vousenvisagez de vous lancer avec un bureau ou un professionnelen ressources humaines indépendant ?1. Demandez-vous pourquoi vous souhaitez sous-traiter unepartie ou l’ensemble du département RH. Bien que, traditionnellement,les RH soient traitées de façon peu stratégique au sein dela direction, les membres du personnel attachent souvent beaucoupd’importance aux personnes qui défendent leurs intérêts.Ne décidez pas unilatéralement de l’externalisation des RH sansconnaître vos collaborateurs.2. Engagez-vous avec un partenaire réputé. Tout comme, lorsquevous engagez quelqu’un, vous souhaitez également le meilleurcandidat et non la première personne qui se présente, suivez cettemême règle en engageant un travailleur externe.3. Examinez si votre futur partenaire RH a une image réalistede vos besoins actuels et à venir en matière de ressources humai-


BanquesCBC – quand expertise et proximité se rencontrentAvec son réseau de 110 agences bancaires réparties à Bruxelles et dans les parties francophoneet germanophone du pays, ainsi que presque autant d’agences d’assurances, CBC,branche francophone du groupe KBC, joue la carte de la proximité auprès de sa clientèle.52N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE Portrait Daniel Falque www.cbc.be


---dossier outsourcing & facility managementnes. Recevoir une offre et comparerles prix à la journée n’est pas suffisant; que fera précisément le consultantRH pour vous et dans quellemesure cela semble-t-il réalisableau vu de la période durant laquelle iltravaillera pour vous ? Faites aussi cetexercice de façon interne : au sein devotre société, vous devez égalementêtre en phase afin qu’aucune attenteirréaliste ne se crée.4. Choisissez un modèle financierclair dans lequel le prix à la journée,les frais éventuels et la commission(appelée « honoraires de résultats »)sont incontestables. Si l’objectif estque le consultant RH règle égalementles contacts avec d’autres bureaux(par exemple des bureaux no cure nopay), que se passe-t-il lorsqu’un candidatest engagé (qui reçoit les honoraires)?5. Prévoyez régulièrement des jalonspour examiner ensemble commentla mission se déroule, quelleséchéances doivent être respectées etcomment la collaboration peut encoreêtre améliorée.6. Expliquez au préalable si vouspourriez éventuellement engager leconsultant après une période déterminéeet, le cas échéant, moyennantquelle rémunération.7. Si le consultant est responsabledu recrutement, définissez clairementles profils sur lesquels il travaillera(et n’en changez pas constamment) :l’efficacité du recruteur n’en sera quemeilleure. Ann De Jongheadj@trendq.eu53En Asie-Pacifique, les bas coûts salariaux et despopulations jeunes sont attrayants aux entreprises.N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREinterim | inhouse services | search & selection | hr servicesService de qualité & gestion des ressources humaines simpliéeTempo-Team vous assure un service de qualité. Une connaissance pointue du marchéde l’emploi et une vaste banque de données de candidats rapidement opérationnelsnous permettent de répondre à toute demande dans les meilleurs délais. Tempo-Teamsimplie également la gestion de vos ressources humaines et prend en charge toutes lesdémarches liées à la mise au travail : de la sélection au paiement des salaires.Tempo-Team s’occupe également du recrutement de votre personnel xe.Pour plus d’informations,contactez votre account manager chezTempo-Team, ou recherchez l’adressede l’agence Tempo-Team la plus prochevia www.t empo-t eam.beTempo-Team Anderlecht , place de la Vaillance 25, 1070 Anderlecht. Tél.: 02 555 04 40.Tempo-Team Brouckère , place de Brouckère 7, 1000 Bruxelles. Tél.: 02 250 32 40.Tempo-Team Jette , rue Leopold I 458, 1090 Jette. Tél.: 02 421 76 10.Tempo-Team Louise , avenue Louise 104, 1050 Bruxelles. Tél.: 02 626 07 50.Tempo-Team Technica , place de Brouckère 7, 1000 Bruxelles. Tél.: 02 250 32 40.Tempo-Team Ukkel , chaussée d’Alsemberg 731, 1180 Uccle. Tél.: 02 340 18 40.Tempo-Team Executive Secretaries, c hée d’Alsemberg 731, 1180 Uccle. Tél.: 02 340 18 40.Tempo-Team Finance , chaussée d’Alsemberg 731, 1180 Uccle. Tél.: 02 340 18 40.www.tempo-team.bewww.bbc.beB-AA04.043 W.INT .019 TETE929 3


dossieroutsourcing & facility managementREAL ESTATEEDes bureaux plus verts, donc plus économes54N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREFrédéric Van de Putte, responsable des activités de BNP Paribas Real EstateProperty Management pour la Belgique et le Luxembourg (plus de 2,2millions de m 2 d’actifs immobiliers), constate « une tendance relativementlente, mais néanmoins certaine de la conversion de l’offre immobilière belgevers un parc de constructions à caractère durable ». Mais que peut faire ungestionnaire immobilier pour aider les entreprises non seulement à œuvrerau développement durable, mais aussi à réduire leurs coûts ? Interview.C’est la crise, les entreprisestentent de réduire leurs coûtspar tous les moyens. Quepeuvent-elles attendre deleur propriétaire/gestionnaireimmobilier pour les y aider ?Frédéric Van de Putte - Au niveaude la gestion des charges, nous remarquonsces dernières années une mutationde la fonction de gestionnaired’immeubles où l’optimalisation desressources et la diminution des dépensesest une préoccupation permanente.Dans cet état d’esprit, la crise n’a pasfondamentalement modifié la façon degérer, mais a bien aidé à conscientiserles acteurs du marché quant à l’optimisationdes flux. Dans ce contexte, le gestionnaired’immeubles de bureaux sedoit donc d’améliorer les performancesdes bâtiments dont il effectue lagérance. Il se devra donc de revoirà la baisse les contratsde fournitures privatifsen faisant jouer lemarché par desappels d’offresréduitset adéquats.Comment fonctionne legestionnaire d’immeubles debureaux ?Frédéric Van de Putte - Par son volumed’affaires et son expérience, legestionnaire d’immeubles établira descontrats-cadres avec les fournisseurset autres prestataires de services, etaidera le propriétaire dans la maîtrisedes charges communes. L’économied’énergie, la priorité à la sécurisationvidéo-électronique de l’immeuble surla présence physique, l’établissementd’horaires d’occupation précis afin dejuguler au mieux le fonctionnementdes équipements de chauffage et d’airconditionné sont des pistes de réflexion.Le gestionnaire reste le meilleur alliédes occupants.Malheureusement, nous constatonsparfois dans des immeubles multi-occupants,qu’une multitude d’effortspeut être réduit à néant par la mauvaisevolonté de certains. Il est donc de la responsabilitédu gérant d’établir des règlesclaires. D’autre part, si nous analysonsles loyers demandés, nous remarquonsque l’impact de la crise a eu évidemmentcomme effet de voir la moyennedes prix de loyer diminuer de manièresubstantielle. Pour les surfaces louées,la tendance actuelle va vers la renégociationdes conditions. Les discussionstendent à proposer une diminution dela charge de loyer contre une extensionde la durée initiale du bail.Frédéric Van de Putte,responsable des activités de BNPParibas Real Estate PropertyManagement pour la Belgique etle Luxembourg.La nouvelle tendance « verte» ne représente-t-elle pasin fine un surcoût pour leslocataires ?Frédéric Van de Putte - Selon les typesd’équipements « verts » installés(cellules photovoltaïques, géothermie,cogénération, traitement des déchets,récupération des eaux pluviales ...), lesurcoût à l’investissement peut être estiméentre 5 et 8%.Ce surcoût est bien entendu répercutésur le loyer, mais est cependant compensépar une réduction des chargesdes consommations d’énergie qui est,par exemple, estimée à 50% dans le casde la pose de panneaux photovoltaïqueset de géothermie.Pour un bâtiment neuf traditionnel,nous estimons que la consommationprimaire est de 1.000.000 de kwhprim/an. Avec des équipements « verts », cetteconsommation pourrait donc passerà 500.000 kwhprim/an. Sur base d’unprix de 0,12 €/kwh, l’économie annuelleserait de 60.000 €, soit une réductionde charge de +/- 4,00 €/m 2 pour un immeublede +-15.000m 2 . A cela doiventencore s’ajouter la diminution du coûtde l’eau (récupération des eaux pluviales),la valorisation des certificats verts(1 certificat par 1.000 kwh), la réductiondu coût d’enlèvement des déchets parun tri et un conditionnement approprié,etc.Le IT Tower à Bruxelles, un autre projet de BNP Paribas RealEstate Property.


55N° 7 - SEPTEMBRE 2009- ENTREPRENDREEPNDRE


dossieroutsourcing & facility management56N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREEn quoi consiste le « pilotageénergétique » et commentgarantir des économiesd’énergie?Frédéric Van de Putte - Les logicielsqui permettent de piloter au mieux laconsommation d’énergie et les émissionsde CO2 permettent sans nul doutede réaliser des économies d’énergie.Leur principe est de pouvoir réagir proactivement(et même à distance) et/ouà posteriori très rapidement aux différentsparamètres (température, tauxd’humidité, intensité lumineuse, etc ...)en fonction des conditions climatiques,du taux d’occupation de l’immeuble,etc. On estime actuellement qu’une économiede 5 à 10 % de la consommationd’énergie pourrait être réalisée grâce àun bon pilotage énergétique.Comment évolue le marchéde la gestion immobilière enBelgique ?Frédéric Van de Putte - Le marchéde la gestion immobilière résiste bien.Le gérant immobilier a longtemps étéconsidéré comme un métier ingrat etpeu valorisé dans le secteur immobilier,passant souvent en second plan par rapportà des métiers comme la location,vente et l’investissement. Nous connaissonscependant depuis quelques moisun changement des mentalités notammentlié au fait que le marché locatif etde l’investissement tourne au ralentimais également à la conscientisation etreconnaissance des acteurs immobilierspar rapport au travail indispensable faitpar le gérant.Je me permets d’ajouter que la gérancepermet de garantir une relation à longterme avec les clients avec des revenusgarantis et à long terme, ce qui est trèsapprécié pour le moment… C’est tout lecontraire des métiers de la location etde l’investissement où les marges sontcertes grandes mais les revenus à risqueet même inexistants dans le contexteactuel de crise du marché locatif et del’investissement. Tout le monde sembleà présent vouloir faire de la gérance.Quelles sont les compétencesnécessaires pour faire ce métier?Frédéric Van de Putte - On ne s’improvisepas gérant car ce métier nécessitedes compétences diversifiées (techniques,financières, commerciales, juridiques,administrative, etc.) et beaucoupd’investissements en terme de ressourceshumaines, en formation permanente(maintenir une maîtrise de tous lessujets : technique, juridique, urbanistique,environnemental, financier, etc.)et des investissements IT (softwares financierset comptables internationauxutilisés par les clients internationauxinstitutionnels (notamment SAP, MRI,YARDI, etc.). Enfin, afin de maintenirune société de gérance rentable et vules faibles marges du secteur, il convientd’avoir une masse critique minimum.C’est cette exigence qui aentraîné des consolidationsdans le secteur ?Frédéric Van de Putte - En effet, cettenécessité d’avoir une masse critique minimumentraîne inévitablement uneconsolidation dans le secteur, cela s’estnotamment vu avec la fusion de Sogesmaint(filiale de CFE) et CBRE et par l’acquisitiond’Aberdeen Property ManagementInvestors par BNP Paribas RealEstate Property Management fin 2008.En ce qui concerne BNP Paribas Real EstateProperty Management, nous sommesen forte croissance. Nous avions fin2008, un portefeuille de +-1,2 million dem 2 et avons, suite à l’acquisition d’Aberdeenfin 2008, doublé notre portefeuilleavec un total de 2,2 millions de m 2 débutjanvier 2009. Michaël GrosjeanCorporate Village à Zaventem, un projet de BNP Paribas Real Estate Property.


dossier outsourcing & facility managementSTIJN PEETERS, VAINQUEUR FACILITY AWARD« Objectiver les relations entre uneentreprise et son bailleur »Stijn Peeters travaille chez Segro, une multinationale qui fournit des infrastructuresimmobilières (bureaux, bâtiments semi-industriels, infrastructureslogistiques…) aux entreprises dans toute l’Europe. Mais il est aussi un desvainqueurs des derniers Facility Awards grâce à un projet original dont il peuts’enorgueillir : le « Property Management Dashboard ».Le principe ? Se donner les moyens de« mesurer la satisfaction de la clientèlede façon objective, ce qui n’est pas courant». Souvent, constate-t-il, cette satisfactionest « mesurée par des enquêtesdont l’input est assez subjectif, sur labase du service livré par le propriétaire.Ce qui fait que, dans les faits, chaquepropriétaire prétend être le meilleur. Ceque nous avons développé ici, ce sontdes paramètres objectifs autour de lamaintenance, du temps de réaction dupropriétaire après un incident, du coûtde la maintenance par rapport aux coûtsde réparation etc. L’idée est ainsi de pouvoirétablir des comparaisons chiffréesen Europe et même aux Etats-Unis.».Il est encore trop tôt pour établir unbenchmark européen : après avoir élaboréson tableau de bord, Stijn Peetersest en train de l’implémenter dans lesdifférentes filiales de Segro, ce qui nedevrait pas donner de résultats immédiats.Mais il a bon espoir de collectionneret traiter les premières données deson logiciel en 2010.La pertinence de son concept n’a en toutcas pas laissé son employeur indifférent.De responsable pour la Belgique, il vasuperviser l’ensemble des filiales européennesdu groupe. « J’ai pu convaincrele directeur européen qu’il fallait investirdans la relation avec la clientèle ».Message reçu cinq sur cinq. Le Pegasus Park à Diegem, un projet de Segro.57N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREAevz-vuos prafoisdes dififclutés à mtertede l’odrre?Voulez-vous gagner chaque jour 1,5 heure grâceà notre gestion des documents qui vous permetd’épargner à la fois du temps et de l’espace?Vous saurez tout à ce sujet en participant auWORKSHOP GRATUIT qui se tiendra dans votrerégion. Voyez sur www.aries.be/entreprendre.htmlwww.aries.be


AGProcès-verbal de l’Assemblée Générale du 2 octobre 2008BECI-Chambre de Commerce de Bruxelles58N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRECATEGORIEENTREPRISEA : Personne physiqueB : Personne physiquen’occupant pas plus de4 personnesC : Entreprise de moinsde 19 personnesD : Entreprise de 20 49personnesE : Entreprise de 50 à 99personnesConstitution du bureau del’AssembléeLa séance est ouverte à 16h00 par M.Yvan Huyghebaert, Président, qui présidel’assemblée. Les membres quin’auraient pas encore signé la liste deprésences sont invités à s’acquitter decette formalité statutaire. Quelquesmembres se sont excusés. Leurs lettresont été classées au dossier de laséance. Siègent au côté du Président:MM. Emmanuel van Innis et HermanVyverman, Vice-Présidents, M. OlivierWillocx, Administrateur-Délégué et M.Pierre Thonon, Administrateur DirecteurGénéral.Mme Joëlle Evenepoel, Secrétaire Général,est désignée comme secrétairede séance.Prescriptions statutairesLa date et l'ordre du jour de l’AssembléeGénérale ont été fixés conformémentaux statuts.La convocation contenant l'ordre du joura été publiée dans nos revues "Entreprendre"et "Dynamiek" du mois de juin2008 et de septembre 2008. Ces revuesont été adressées individuellement àtous les membres par courrier.Proposition 2008-2009HTVA (+3,50%)1. Approbation du procès-verbal del’Assemblée générale ordinaire du1er octobre 2007Le procès-verbal de l’Assemblée généraleordinaire du 1er octobre 2007a été publié dans nos revues « Entreprendre» et « Dynamiek » d’avril2008. Ce procès-verbal est approuvé àl’unanimité.2. Rapport du Conseild’AdministrationLe rapport annuel a été reproduit intégralementdans nos revues « Entreprendre» et « Dynamiek » du mois de septembre2008. Le Président précise quece rapport a été, pour la première fois,édité sous le nom BECI (BECI « an 1 »).L’assemblée marque son accord completsur le rapport d’activité.3.Approbation des comptes pourl’exercice 2007-2008A. Présentation des comptesPour permettre à l’assemblée desuivre plus aisément l’exposé de M.O.Willocx, Administrateur délégué,les comptes de l’exercice écoulé et leprojet de budget de BECI- Chambrede Commerce de Bruxelles ont étédistribués à l’entrée de la salle de réunion.Par ailleurs, conformémentà l’article 48 al.Proposition2008-2009TVAC181 € 219 €275 € 333 €519 € 627 €819 € 991 €2.311 € 2.796 €2 des statuts, le détail descomptes et du budget aété mis à la dispositiondes membres au siègede BECI-CCIB, huit joursavant la date de l’assembléegénérale.M. Willocx présente etcommente les résultatspour l’exercice écoulé.B. Rapport du CommissaireRéviseurLes statuts prévoient queles comptes sont contrôléspar un commissaireréviseur nommé parmiles membres de l’Institutdes Réviseurs d’Entreprise.Cette mission à été confiée à BDORéviseurs d’Entreprise.M. G.Dochen, représentant BDO Réviseursd’Entreprises, donne lecturedu rapport du commissaire et conclutsans réserve que le bilan clôturé au 30juin 2008 donne une image fidèle dupatrimoine, de la situation financièreet des résultats de BECI-CCIB.L’assemblée Générale approuve lescomptes pour l’exercice 2007-2008 àl’unanimité.4. Projet de budget pourl’exercice 2008-2009 et fixationdu montant de la cotisationpour l’exercice 2008-2009Se basant sur les prévisions les plusobjectives quant aux recettes et dépensespour l’exercice 2008-2009,le Conseil d’Administration a établiun projet de budget, dont M. Willocxdonne lecture à l’Assemblée. Ce budgetest adopté à l’unanimité.Le Conseil d’Administration proposeles cotisations suivantes pour l’exercice2008-2009 (montant HTVA) :D’une manière générale une mêmeindexation de 3,5 % sera appliquée àl’ensemble des cotisations.Quant aux associations professionnelles,leur cotisation HTVA est calculéeen fonction d’un montant déterminépar membre affilié.Il est proposé 5 € par membre auprèsde cette association professionnelleavec un minimum de 190 € et unmaximum de 1.300 € HTVAEn ce qui concerne les membres adhérents,le Président propose de fixerpour l’exercice 2008-2009, le montantde la cotisation à 55 € HTVA.L’assemblée générale approuve àl’unanimité le projet de budget et lesdifférents montants de cotisations.


AG5. Décharge des Administrateurset des CommissairesA la demande du Président, l’AssembléeGénérale vote à l’unanimité ladécharge des membres du Conseild’Administration ainsi que du CommissaireRéviseur.Le Président remercie l’assemblée desa confiance.6. Election du Conseild’AdministrationLa rigueur des statuts fait que 7 membresdu Conseil d’Administration partenten année sabbatique. Il s’agit de :• Yvan Huyghebaert• Pierre Marcolini• Ine Marien• Jean Luc Masschelein• Jean Luc Quoistiaux• Jean Putmans• Sam Van de Kerckof5 membres du Conseild’Administration nousquittent pour des raisonsprofessionnelles. Il s’agit de :• Walter Buss,• Jean-Pierre Gilson• Thomas Spitaels• Xavier Schmidt• René SmetLe Président tient à dire à ces collèguescombien nous avons appréciéleur collaboration et à les remercierpour le concours actif qu’ils ont apportéà nos travaux dans un espritparticulièrement constructif.Il lui est agréable de pouvoir leurrendre publiquement hommage et ilpropose de les applaudir pour le dévouementdont ils ont fait preuve.Enfin, le Président donne lecture descandidatures valablement présentéespour la formation du nouveauConseil d’administration. Leur nombren’étant pas supérieur à celui desmandats à conférer, il n’y a pas lieuà scrutin.Le Conseil d’administration serait ainsicomposé comme suit pour l’exercice2008-2009 :• Adrienne Axler• Laurence Battaille• Alain Berlinblau• Philippe Biart• Jean Paul Bissen• Guy Bolly• Luc Bontemps• Patrick Bontinck• Patrick Brauns• Liliane Claisse-Knopes• Alexandre Cleven• Jean-Paul Courtois• XavierDamster• Jean-Claude Daoust• Théo De Beir• Michel De Bièvre• Guy De Lassasie• Johan De Swaef• Jean-Claude Delen• Jean-Jacques Delens• Luc Delfosse• Richard Fielz• Evelyn Gessler• Baudouin Gillis• Isabelle Hamburger• Jacques Indekeu• Sophie Leclercq• Philippe Lhomme• Michel Lion• Jean Luc Louis• Karel Lowette• Louis-Philippe Orban• Vincent Querton• Alain Radelet• Baudouin Ruquois• Christian Sanders• François Schwennicke• Rocco Spagnolo• Geert Streulens• Serge Stroinovsky• Pierre Thonon• Judith Van Geluwe• Emmanuel van Innis• Jean-Claude Vandenbosch• Guido Vissers• Herman Vyverman• Thierry Willemarck• Olivier Willocx (*)• Jose Zurstrassen• Diane Zygas59N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE(*) M. Olivier Willocx est égalementAdministrateur délégué de BECI- Chambre de Commerce de Bruxelles.Le Conseil compterait ainsi50 membres.L’assemblée approuve à l’unanimitéles candidatures et la composition duConseil d’Administration pour l’exercice2008-2009.Conformément aux statuts, les mandatsque vient d’attribuer l’AssembléeGénérale sont valables pour un an. Ilappartiendra au Conseil d’administrationainsi constitué de désigner enson sein un Président, trois Vice-Présidentset un Trésorier et de nommerles membres du Comité Exécutif.7. Désignation du CommissaireRéviseurLes statuts de la Chambre de Commercede Bruxelles prévoient quel’assemblée générale confie la missionde contrôle des comptes à uncommissaire réviseur désigné parmiles membres de l’Institut des Réviseursd’Entreprise.Il est proposé de désigner BDO Réviseursd’entreprise pour assurer cettemission. Le budget annuel est de7.500 eur.L’assemblée générale désigne à l’unanimitéBDO Réviseurs d’Entreprisecomme commissaire réviseur de BE-CI-CCIB.Cette désignation est valable pour unterme de 3 ans.8. Allocution du PrésidentLe Président précise que cette réunionest la dernière assemblée généralequ’il aura présidée en tant que


AGPrésident de BECI-CCIB.Il propose d’adresser quelques motslors du drink qui clôture traditionnellementl’Assemblée générale et leConseil d’Administration.9. Attribution de la médaille deBECI-Chambre de Commerce deBruxellesLe Président remet la médaille deBECI - Chambre de Commerce deBruxelles à des entreprises affiliéesdepuis respectivement 75, 50, 40 et 25ans. Il tient à leur adresser au nom duConseil d’Administration de vibrantesfélicitations et de chaleureux remerciements.Il invite l’assemblée générale à les applaudirchaleureusement.10.Désignation Président HonoraireLe Vice-Président M. van Innis proposede revenir un instant sur le point 6 del’ordre du jour relatif aux nominationsstatutaires afin de proposer de nommerM. Yvan Huyghebaert Président Honorairede BECI – Chambre de Commercede Bruxelles.L’assemblée générale approuve cetteproposition à l’unanimité avec des chaleureuxapplaudissements.Après avoir remercié l’Assemblée, le Présidentde séance lève la séance à 16H30.Olivier WillocxAdministrateur déléguéEmmanuel van InnisPrésident60N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDREAssemblée généraleBECI - Chambre de Commerce de Bruxelles asblNos membres sont invités à assister à l'Assemblée Générale de BECI - Chambre de Commerce de Bruxellesqui se tiendra au 500 Avenue Louise (salles de réunion)Ordre du jourle 15 octobre 2009 à 16 heures• Approbation du Procès-verbal de l'Assemblée Générale ordinaire du 2 octobre 2008• Rapport du Conseil d'Administration• Rapport du Commissaire réviseur• Approbation des comptes pour l'exercice 2008-2009• Approbation du projet de budget et fixation du montant de la cotisation pour l'exercice 2009-2010• Décharge aux Administrateurs et Commissaire réviseur• Nomination du Conseil d’Administration• Allocution du Président• Attribution de la Médaille de BECIEmmanuel van InnisPrésidentProcès-verbal de l’Assemblée Générale du 2 octobre 2008BECI-Union des Entreprises de BruxellesConstitution du bureau de l’AssembléeLa séance est ouverte à 16h30 par M.Emmanuel van Innis, Président, quipréside l’assemblée. Les membres quin’auraient pas encore signé la liste deprésences sont invités à s’acquitter decette formalité. Quelques membresse sont excusés. Leurs lettres ont étéclassées au dossier de la séance. Siègentau côté du Président: M. YvanHuyghebaert, Vice-Président, M. OlivierWillocx, Administrateur-Déléguéet M. Pierre Thonon, AdministrateurDirecteur Général.Mme Joëlle Evenepoel, Secrétaire Général,est désignée comme secrétairede séance.Prescriptions statutairesLa date et l’ordre du jour de l’AssembléeGénérale ont été fixés conformémentaux statuts.


AGLa convocation contenant l’ordre dujour a été publiée dans nos revues «Entreprendre»et «Dynamiek» du moisde septembre 2008. Cette revue a étéadressée individuellement à tous lesmembres par courrier.1. Approbation du procès-verbalde l’Assemblée générale ordinairedu 16 avril 2008.Le procès-verbal de l’Assemblée généraleordinaire du 16 avril 2008 a étépublié dans nos revues « Entreprendre» et « Dynamiek » de septembre2008.Ce procès-verbal est approuvé àl’unanimité.2. Rapport du Conseil d’AdministrationLe rapport annuel a été reproduit intégralementdans nos revues « Entreprendre» et « Dynamiek » du mois deseptembre 2008. Le Président préciseque ce rapport a été, pour la premièrefois, édité sous le nom BECI (BECI « an1 »).Ce rapport concerne une période exceptionnellementcourte de 6 mois.L’assemblée marque son accord completsur le rapport d’activité.3. Approbation des comptespour l’exercice 1er janvier 2008-30 juin 2008A. Présentation des comptesPour permettre à l’assemblée de suivreplus aisément l’exposé de M. O.Willocx,Administrateur délégué, les comptesde l’exercice écoulé et le projet de budgetde BECI- Union des Entreprises deBruxelles ont été distribués à l’entréede la salle de réunion.M. Willocx présente et commente lesrésultats pour l’exercice écoulé.B. Rapport du Commissaire RéviseurM. G.Dochen, représentant BDO Réviseursd’Entreprises, donne lecture durapport du commissaire et conclut sansréserve que le bilan clôturé au 30 juin2008 donne une image fidèle du patrimoine,de la situation financière et desrésultats de BECI-UEB.L’assemblée Générale approuve lescomptes pour l’exercice du 1er janvier2008 au 30 juin 2008 à l’unanimité.4. Projet de budget pour l’exercice 2008-2009 et fixation du montant de la cotisationpour l’exercice 2008-2009Se basant sur les prévisions les plus objectivesquant aux recettes et dépensespour l’exercice 2008-2009, le Conseild’Administration a établi un projet debudget, dont M. Willocx donne lectureà l’Assemblée.Le Conseil d’Administration proposed’indexer les montants des cotisationsde 3,5% et de les adapter en conséquencepour l’exercice 2008-2009.L’assemblée générale approuve à l’unanimitéle projet de budget et l’adaptationdes montants des cotisations.5. Décharge des Administrateurset des CommissairesA la demande du Président, l’AssembléeGénérale vote à l’unanimité la déchargedes membres du Conseil d’Administrationainsi que du CommissaireRéviseur.Le Président remercie l’assemblée desa confiance.6. Election du Conseil d’Administration6.1. Le Président informe l’assemblée généraledes démissions suivantes :Ont démissionné pour raisons personnellesau cours de l’année écoulée, lespersonnes suivantes :-Paul Dor-Dominique Nuytten-Alfred BouckaertDémissionnent ce jour :•Jean Pierre Gilson (FIB)•Louis Cortois (Marsh)6.2. Il soumet pour validation les nominationssuivantes :Ont été nommés par le Conseild’Administration au cours del’exercice écoulé pour un termede 6 ans:-Brigitte Boon-Geert Uytterschaut-Eugène Teysen-Olivier NifleOnt été nommés par le Conseil d’administrationdu 17 septembre 2008 :•Karel Lowette (ArchitectenbureauLowette)•Jean Claude Daoust (Daoust Interim)•Laurent Levaux (ABX)•Baudouin Gillis (CWT Belgium)•Guy Bolly (FIB) en remplacement de JPGilson6.3. Le Président propose de nommerpour un terme de 6 ans :• Guy Marc Baude• Michel Croisé• Anya De Bie• Francois Desclée• Luc Hujoel• Véronique Joseph• Pierre Konings• Paul Lenaerts• Philip Neyt• Remo Pellichero• Eugène Teysen• Patrick Wielemans• Dominique MichelLe Président propose par ailleursde nommer Yvan HuyghebaertVice-président Honoraire deBECI–UEB.Le Conseil d’administration serait ainsicomposé comme suit pour l’exercice2008-2009 :• Baude Guy-Marc• Biart Philippe• Bolly Guy• Boone Brigitte• Bosteels Yves• Broeckx Stephan• Broze Bernard• Cleven Alexandre• Cols Bernard• Croisé Michel• Daoust Jean-Claude• De Bie Anya• De Bièvre Michel• De Muylder Jean-Antoine• Delens Jean-Jacques• Desclée de Maredsous François• Desseille Claude• Devos Alain• Dewulf Etienne• Franzen Christian• Gessler Evelyn61N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE


AG• Geuten Luc• Gillion Philippe• Gillis Baudouin• Govaerts Michel• Hatry Paul• Hujoel Luc• Huyghebaert Yvan• Joris Olivier• Joseph Véronique• Josz Marc• Jourquin Guy• Konings Pierre• Lacroix Philippe• Lampe Jean• Lenaerts Paul• Levaux Laurent• Loumaye André• Lowette Karel• Malherbe Didier• Michel Dominique• Neyt Philip• Nifle Olivier• Peeraer Walter• Pellichero Remo• Piret Gaëtan• Quoistiaux Jean-Luc• Radelet Alain• Roba Pierre• Soete Paul• Teysen Eugene• Thonon Pierre• Tiebout Joris• Uytterschaut Geert• Van den Driessche Johan• van Innis Emmanuel• van Kan Thierry• van Tichelen Henri-Jacques• Vaxelaire Raymond• Verheughe Francis• Vivier Jean-Mary• Vyverman Herman• Waterkeyn Patrick• Wielemans Patrick• Willemarck Thierry• Willocx (*) Olivier (*)• Zygas Diane62N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE(*) Monsieur Olivier Willocx est égalementAdministrateur délégué de BECI-Union des Entreprises de Bruxelles.L’assemblée approuve à l’unanimitéla composition du Conseil d’Administrationet la nomination de M.Huyghebaert en tant que Vice-Présidenthonoraire de BECI-UEB.7. Allocution du PrésidentLe Président propose de réserver sonallocution lors de l’évent organisé ce15 octobre intitulé « be a leader in thejungle ».Après avoir remercié l’Assemblée, leAssemblée généraleBECI - Chambre de Commerce de Bruxelles asblPrésident de séance lève la séance à17H00.Olivier WillocxAdministrateur déléguéEmmanuel van InnisPrésidentNos membres sont invités à assister à l'Assemblée Générale de BECI - Chambre de Commerce de Bruxellesqui se tiendra au 500 Avenue Louise (salles de réunion)Ordre du jourle 15 octobre 2009 à 16 heures 30• Approbation du Procès-verbal de l’Assemblée Générale ordinaire du 2 octobre 2008• Rapport du Conseil d’Administration• Rapport du Commissaire réviseur• Approbation des comptes pour l’exercice 2008-2009• Approbation du projet de budget et fixation du montant de la cotisation pour l’exercice 2009-2010• Décharge aux Administrateurs et Commissaire réviseur• Nominations statutaires• Nomination du Commissaire réviseur• Allocution du PrésidentEmmanuel van InnisPrésidentEvents23/09/200930/09/200914/10/200922/10/2009Beci Starters NightBeci Soirée InfoBeci Talk ShowBeci Speed Business LunchInfos :www.beci.be/eventsevents@beci.be


BLOC-NOTESFormationsManagement et ressources humaines• Gérez vos relations syndicales au quotidienFormateur : Pierre GALLOUXLes 24 et 29 septembre 2009 de 9h à 17h30• Energy breakfast : Comment réaliser deséconomies d’énergie dans l’entrepriseOrateurs : Cabinet de la ministre de l’environnement,Mr Bruno VANDER MAE-LEN d’Electrabel, Mr Philippe SYMONS deSodexo, l’IBGELe 7 octobre 2009 de 8h à 10h30• Beci Alter Ego – Cycle Assistante de direction4 heures/réunion – 1 réunion/mois – 10réunions/an Démarrage le 6 octobre 2009• Beci Alter Ego – Cycle Responsabled’équipe commerciale4 heures/réunion – 1 réunion/mois – 10réunions/anDémarrage le 13 octobre 2009Finances• Financement des startersFormateurs : Florence CASTIAUX et DavidAZAERTS, ABE - Mirella ZACCAGNINI,BECI8 septembre 2009Langues• NOUVEAU Tables de conversation enfrançais, néerlandais et anglais30 séances de 2h (de 12h à 14h)Près de chez vousInfos : Brigitte van der Mensbrugghe T 02643 78 30 – bvdm@beci.beSéminairesFiscalité• Package TVAOrateurs : Benoît VANDERSTICHELEN etEmmanuel RIVERALe mardi 6 octobre 2009 de 9h à 12h• Refacturation de fraisOrateurs : Benoît VANDERSTICHELEN etEmmanuel RIVERALe mardi 20 octobre 2009 de 9h à 12h• Remboursement TVA étrangèreOrateurs : Benoît VANDERSTICHELEN et EmmanuelRIVERALe mercredi 25 novembre 2009 de 9h à 12hDroit commercial• La prévention et la résolution des conflitsentre actionnairesOrateur : Roland HARDYLe mercredi 30 septembre 2009 de 8h à 9h30• BECI Alter Ego - Cycle Chefs d’entreprise4 heures/réunion – 1 réunion/mois – 10réunions/anDémarrage le 20 octobre 2009BECI Alter Ego - Cycle Fils de chefs d’entreprise4 heures/réunion – 1 réunion/mois – 10réunions/anDémarrage le 27 octobre 2009• Gérez les tensions syndicalesFormateur : Pierre GALLOUXLe 27 octobre 2009 de 9h à 17h30• Gérez les profils difficilesFormateur : Pierre GALLOUXLe 19 novembre 2009 de 9h à 17h30• Les entretiens avec les collaborateursFormateur : Pierre GALLOUXLe 26 novembre 2009 de 9h à 17h30Organisation et efficacité personnelle• Gérez votre tempsFormateur : Luc TOUBEAULe 22 septembre 2009 de 9h à 17hOu le 17 novembre 2009 de 9h à 17h• L’athlète d’entrepriseFormateur : Dominique MONAMILe 15 octobre 2009 de 9h à 17hVente, Marketing et communication• Développez votre réseau de relationsprofessionnelles ou le networkingFormateur : Jasmine VLIETINCKLe 29 septembre 2009 de 9h à 17h• Promouvoir ses marques, ses services etson entreprise via les réseaux sociauxFormateur : Damien COLMANTLe 20 octobre 2009 de 9h à 17h30• 10 actions concrètes pour fidéliser vosclientsFormateur : Frédéric PARISSIERLe 11 décembre 2009 de 9h à 17hLégislation sociale• Forfaitaire onkostenvergoedingen enandere terugbetalingen van onkosten (NL)Orateurs : Gunther BOEYENS en GeertJOOSTENLe jeudi 17 septembre 2009 de 14h à 17h• Le crédit-tempsOrateur : Daniel BOULOTLe jeudi 1er octobre 2009 de 14h à 17h• Sécurité sociale internationale : denouvelles règles du jeu en 2010. Les enjeuxpour vous ?Orateur : Bruno DE PAUWLe mardi 6 octobre 2009 de 14h à 17h• Actualités en matière de rémunérationsalternativesOrateur : Olivier RIJCKAERTLe mardi 13 octobre 2009 de 14h à 17h• Congé de maternité, congé de paternitéet congé parentalOrateurs : Daniel BOULOT et Cécile DRES-SENLe jeudi 15 octobre 2009 de 14h à 17h• Les pensions complémentaires sont-ellesencore d’actualité dans les entreprises ?Orateurs : Olivier QUERINJEAN, BenoîtVANDERVELDE et Stanislas van WASSEN-HOVELe mardi 20 octobre 2009 de 14h à 17h• « Business Ethics » : faire face aux fraudesdans l’entrepriseOrateurs : Marie EVRARD, Olivier RIJC-KAERT et Emmanuel ROGER-FRANCELe mardi 17 novembre 2009 de 14h à 17hInfos : Frédéric SimonT +32 2 643 78 17 – fs@beci.be• Les recours de l’acheteur insatisfaitOrateur : François GLANSDORFFLe jeudi 15 octobre de 9h à 12h• Actualités juridiquesOrateurs : plusieurs associés de JansonBaugnietLe 16 novembre 2009 de 15h30 à 17h30Mercredis juridiques : nous répondons àvos questions juridiques tous les premiersmercredis du mois en dehors des heures debureau à partir de 17h30Infos : Eric Brabant T 02 643 78 18 – eb@beci.beSéances d’infode Beci StartersMercredis 9/09 et 23/09 de 10 à 11h30Mercredis 16/09 (international) et 30/09de 14 à 15h30Infos : Annick Van De Sande T 02 210 0171 – avds@beci.beActivités du départementinternational24/09/09 « Le Maroc, économie attractivepour les entreprises belges » - séminaire,suivi d’un networking lunch avec la délégationmarocaine de 10h30 à 13h28/09/09 Midi de l’Export sur la RépubliqueDémocratique du Congo (RDC)Orateur : Olivier Kamitatu, Ministre du Plande la RDC - Hôtel Hilton de 12.30h à 17h22/10/09 ‘Doing business with the USA’– Seminar: Update on Obama’s Administrationpolicy on foreign trade and investment- American Embassy de 14h à 17hInfos: Jean-Philippe Mergen T 02 210 01 77 –jpm@beci.be63N° 7 - SEPTEMBRE 2009 - ENTREPRENDRE


DEMANDES D’ADMISSION À BECIPAR PRESENTATION AU CONSEIL D’ADMINISTRATION *A.D. Coup SPRL, Clos Saint-Martin 16-1083 Bruxelles CODE NACE : 3101011- Fabrication de meubles spéciaux pourmagasins, autres qu’en métal: comptoirs,présentoirs, rayonnages, etc.4329901 - Installation de stores etbannes del. : Dheere ChristianABI CVR SA, Chaussée de Haecht 1739- 1130 Bruxelles CODE NACE : 4329901- Installation de stores et bannes del. :Vanmoen CarineAV Brähler SPRL, Rue Charles Demeer19 - 1020 Bruxelles CODE NACE : 26400- Fabrication de produits électroniquesgrand public 71121 - Activités d’ingénierieet de conseils techniques, saufactivités des géomètres del. : AissaAbdelkaderBaraquin Anne PPE, Rue Antoine Bréart95 - 1060 Bruxelles del. : Baraquin AnneBilani Business Solutions SPRL, AvenueGeorge Bergmann 111 - 1050 BruxellesCODE NACE : 70210 - Conseil enrelations publiques et en communication70220 - Conseil pour les affaireset autres conseils de gestion 82990- Autres activités de soutien aux entreprisesn.c.a. del. : Bilani NadyBusiness Trading Solutions SA, BoulevardPaepsem 11B bte 1 - 1070 BruxellesCODE NACE : 46190 - Intermédiaires ducommerce en produits divers 58290 -Édition d’autres logiciels70220 - Conseil pour les affaires etautres conseils de gestion del. : HologneJean-PierreCarree, Biebuyck & Partners SA,Avenue Roger Vandendriessche 73 -1150 Bruxelles CODE NACE : 7219001- Etudes systématiques et efforts decréation entrepris dans divers typesde recherche-développement enmath. et sciences naturelles (physique,astronomie,chimie, sciences médicales,biologie, etc.) 73200 - Études de marchéet sondages d’opinion del. : KohnemergenKarinCCS - Computer Compta Systems NV,Z.I. Research Park 210 - 1731 Zellik CODENACE : 62020 - Conseil informatiquedel. : Vanderbreken KatleenCorner Sab Coffee SPRL, Place du GrandSablon 46 - 1000 Bruxelles CODE NACE: 56102 - Restauration à service restreint56301 - Cafés et bars del. : GiubbiChristinaD’Ooghe R. SPRL, Rue Jules Lahaye54-56 - 1090 Bruxelles CODE NACE :13929 - Fabrication d’autres articlestextiles confectionnés, sauf habillement4329901 - Installation de stores etbannes 43320 - Travaux de menuiseriedel. : Medzad PatrickDL&M Executive Transition ManagementServices , Lambroekstraat 5A -1831 Diegem CODE NACE : del. : BarbieriElisFevia - Fédération de l’IndustrieAlimentaire ASBL, Avenue des Arts 43- 1040 Bruxelles CODE NACE : 94110 -Activités des organisations patronaleset économiques del. : Moris ChrisHabeas - Lesenfants Thierry pascal PPE,Tienne aux Pierres 150 - 5101 LoyersCODE NACE : 70220 - Conseil pour lesaffaires et autres conseils de gestion78100 - Activités des agences deplacement de main-d’œuvre 7810001- Recherche, sélection, orientation etplacement de personnel à l’intentionde l’employeur ou du demandeur d’emploi:formu del. : Lesenfants ThierryHammonds LLP, Avenue Louise 250- 1050 Bruxelles CODE NACE : 69101 -Activités des avocats del. : Melin YvesKirean NV, kempische steenweg 305- 3500 Hasselt CODE NACE : 6202001- Activités de conseil aux utilisateursconcernant le type et la configurationdu matériel informatique et les applicationslogicielles 6202002 - les activitésdes intégrateurs de réseaux 7733001- verhuur en operationele leasingvan kantoormachin del. : TheunissenSebastienMegaluna SA, Avenue de Laarbeek70 - 1090 Bruxelles CODE NACE : 18130- Activités de prépresse del. : KnechtVincentPositive Insight SCS, Rue de Ribaucourt135 - 1080 Bruxelles CODE NACE :96099 - Autres services personnels del.: Galand ValerieProsport ASBL, Avenue de Marathon 135- 1020 Bruxelles del. : Vlaeminck MarcRainbow Labels SPRL, Petite Rue duCerf 43-45 - 1070 Bruxelles CODE NACE: 46492 - Commerce de gros de fournituresscolaires et de bureau 46660- Commerce de gros d’autres machineset équipements de bureau 4741002 - Lecommerce de détail de matériel et mobilierde bureau del. : Vilhem LouisRütimann Mathieu Pepup CommunicationPPE, Rue des Grêlons 35 - 5580 RochefortCODE NACE : 62010 - Programmationinformatique 7311002 - Créationet placement de publicités: affiches,panneaux publicitaires, journaux lumineux,enseignes lumineuses au néon,affichage sur les autobus, etc. 7311003- La conception de textes et de sloganspublicita del. : Rütimann MathieuSK Services PPE, Avenue des Glycines 42- 1030 Bruxelles del. : Skou IsabelTecnibo SA, Rue de Lusambo 55 - 1190Bruxelles CODE NACE : 43291 - Travauxd’isolation43320 - Travaux de menuiserie 4332001- Montage de menuiseries extérieureset intérieures: portes, fenêtres,escaliers, placards de cuisines équipées,équipements pour magasins, dormantsde portes et fenêtres, etc. del. : VanIngelgem XavierTobufar SPRL, Rue Joseph Bens 83A- 1180 Bruxelles CODE NACE : 46460- Commerce de gros de produits pharmaceutiques46900 - Commerce degros non spécialisé del. : VandenbulckeTonyTogether - David Mc Gowan PPE, Nachtegalenlaan16 - 3080 Tervuren del. :Mc Gowan DavidValesta NV, Battelsesteenweg 455E -2800 Mechelen CODE NACE : 7810001- Recherche, sélection, orientation etplacement de personnel à l’intentionde l’employeur ou du demandeur d’emploi:formulation des descriptions depostes; sélection et examen des cand.;vérif. réf. del. : De Decker HildeVivaldi’s Interim NV, Frankrijklei150 - 2000 Antwerpen CODE NACE :78200 - Activités des agences de travailtemporaire del. : Van Kempen J.M.Yes Consulting Group CUOA, Kontichstraat196 - 2650 Edegem CODE NACE: 7022001 - Conseils et assistance auxentreprises et aux services publics enmatière de planification, d’organisation,de recherche du rendement, decontrôle, d’information du gestion, etc.del. : Langbeen Marc* Ceux de nos membres qui auraientdes doutes quant à la parfaite honorabilitédes candidats présentés sontinstamment priés de nous en avertird’urgence, en nous communiquanttous renseignements susceptiblesde nous éclairer. La présente liste asimplement pour but de signaler ànos adhérents les candidatures desnouveaux membres. Elle ne préjugeen rien quant à l’admission, celle-cin’étant acquise qu’après approbationpar le Conseil d’Administrationde Beci. Les candidats seront avisésindividuellement de l’admission.IndexVous trouverez ci-après la listedes annonceurs que nous tenonsà remercier pour leur soutien :• ACTIRIS• BNP PARIBAS REAL ESTATE• BRUSSELS AIRLINES• CBC BANQUE• DAGNELY RH• EDITUS• ELECTRABEL GDF SUEZ• EURO ARCHIVE• EUROLOGOS-BRUSSELS• GLOBAL• KBC BANK NV• KINEPOLIS• MERAK• MINISTÈRE DE LA RÉGIONDE BRUXELLES-CAPITALE –ADMINISTRATION DE L’ECONOMIE• SPE LUMINUS• TEMPO TEAM• VANDERGOTEN


Bfm Today.Le premier journal multimédiade l’infoLe Bfm nouveau est arrivé. Il prend la forme de l’avenir, celle d’un journal multimédia autitre de Bfm Today. Un quotidien gratuit et interactif, déposé chaque jour dans votremailbox. Vous y trouverez toute l’info économique, politique, sociale et culturelle, àtravers des rubriques connues et plein de nouveautés en lettres, en sons et en images.Le discours, lui, ne change pas, le ton reste celui que vous avez toujours apprécié.Découvrez vite Bfm Today en consultant www.bfmtoday.be


OUTOKUMPU OYJ – CORPORATE VILLAGE, DA VINCILAAN, 11 - 1930 ZAVENTEM - PHOTO: MARC DETIFFE - COPYWRITER: VINCENT LENS - GRAPHIC DESIGN: SDESIGNglobalRecherche et étude de site, création des espaces,gestion de projet, acquisition de mobilier, organisationde déménagements, … Du bureau au logement,de l’hôtel au commerce, Global se fond dansvotre univers pour mieux saisir les enjeux qui vousl’espace prend son sensconception et réalisation de bureaux / logements / commerces / hôtelsTÉL +32 (0)2 676 71 71 - E-MAIL GLOBAL@GLOBAL-DPM.BE - WWW.GLOBAL-DPM.BEALAIN LE GRELLE +32 (0)475 27 64 16 - STEVEN VALKENIERS +32 (0)475 83 06 23concernent et, au final, vous remettre les clés delocaux les mieux profilés pour votre développement.Avec pour feuille de route toujours le mêmecredo: la qualité, la rigueur financière et le soucid’accompagner, de rassurer et d’étonner le client.

More magazines by this user
Similar magazines