Edition n°4722 - La Nouvelle République

lnr.dz.com

Edition n°4722 - La Nouvelle République

NRLALA NOUVELLE RÉPUBLIQUEAlgérie-UESignature dequatre projetsp. 2Algérie PosteLe PDG rassureles travailleursp. 4WWW.lnr-dz.comQuotidien d’information indépendant - n° 4722 - Mercredi 28 août 2013 - Prix : 10 DAAssainissementdes partis, c’estpour quand ? p. 3NewPressL’EDITO DESOFIANE IDJISSATrop tôt pour penser à l’avenir ? Que les acteurs réels ypensent pour agir, cela est tout à fait normal. Mais queles acteurs fictifs y pensent, cela ne peut être qu’unexercice intellectuel. Quelqu’un qui est tout de mêmePDG d’une entreprise publique ne manque souvent pasde rappeler une formule qui se rapporte au couple«action-réflexion». Selon lui, le monde est partagéentre les priorités qu’ils accordent à l’action et à laréflexion. Pour les Américains, RarA, (R pour réflexionet A pour action). Pour les Français, RraraA. Pour nousautres les Algériens, c’est RRRRRRR et trop tard pourl’action. De combien de R et de A l’Algérie a-t-ellebesoin ? Toute lecture de l’avenir qui nous reste à faireLe temps est à la réflexionest inévitablement celle qui démarre à partir duconstat que ce qu’on appelle le système a épuisétoutes les possibilités d’alternance dans le champ de lalégitimité historique ce qui permettrait d’ouvrir delarges et nouvelles perspectives. Mais, quelles perspectives? Des signes d’interrogations et d’incertitudespeuvent être décelés au regard de l’agitation des partisde l’alliance.Pratiquement tout événement et surtout toute déclarationqui émane des responsables officiels et des«redresseurs» potentiels des partis de l’alliance nepeuvent en réalité être approchés que sous l’angle dudésarroi. Quelle question les tarauderait le plus? Quelleévolution pour l’Algérie ou quel devenir pour la classepolitique actuellement au pouvoir ? Quoique ces partissemblent regarder vers les futures élections communales,de wilaya et législatives, en réalité le regard estporté sur le plus haut niveau du pouvoir, car c’est làqu’est la clé du futur système. Le désarroi est d’autantplus grand que la décision engageant l’avenir du payset celui des hommes qui constitueront le futur pouvoirne se trouve nullement dans le champ politique. On nesait plus si on va encore sombrer dans le R et agirensuite quand tout est périmé.S. I.


Le chiffre du jour«100 morts annuellement dues aux piqûresde scorpions en Algérie».La NR 4722 – Mercredi 28 août 20132actueléconomie affaires étrangèressyrie-euaujourd’huiDiplomatieMedelci reçoit les envoyés spéciaux duprésident tunisien.Armes chimiquesLa Syrie défie l’Occidentd’apporter des preuves.BoursesL’euro en baisse face audollar sur les marchéseuropéens.«Les notions d’écriture des projets locaux au développements»,un atelier organisé par le British Councilet le réseau Nada collaboration avec l’associationAmis de la wilaya de Annaba.Abdelmalek Sellal«L’Algérie est disponible à entreprendretoutes les initiatives avec la Tunisie»n Sellal a reçu deux envoyés spéciaux du président tunisien. (Photo> New Press), Abdelmalek Sellal a faitpart de la «disponibilité»de l’Algérie à entreprendreet adopter«toutes les initiatives susceptiblesde promouvoirune coopération plusdense et plus importanteavec la Tunisie», a indiquéun communiqué des servicesdu Premier ministre.Le Premier ministre s’exprimaitlors d’une audience accordée àAdnane Manser et Aziz Krichane,envoyés spéciaux du présidenttunisien, Moncef Merzougui «dansle cadre des consultations régulièresentre l’Algérie et la Tunisie»,a précisé le communiqué. M.Manser est ministre directeur decabinet et porte-parole de la présidencede la République tunisienneet M. Krichane occupe lafonction de ministre conseillerpolitique à la présidence de la Républiquetunisienne. La rencontre«a permis de procéder à une évaluationde l’état de la coopérationbilatérale dans les nombreuxdomaines dans lesquels les deuxpays entretiennent des relationstraditionnelles», a ajouté la mêmesource. Elle a également permisd’aborder des questions internationaleset régionales d’intérêtcommun. L’audience s’est dérouléeen présence du ministre desAffaires étrangères, Mourad Medelci.Avant cette visite, le ministredes Affaires étrangères tunisien,Othman Jarandi, a effectuéégalement une visite en Algérie.Lors de ce déplacement le chef dela diplomatie tunisienne a eu desentretiens avec les responsablesalgériens, notamment sur la situationsécuritaire qui prévaut enTunisie et plus particulièrement àChaambi. Les deux pays se sontengagés de renforcer leur coopérationsécuritaire. L’Algérie quidétient une expérience dans cedomaine est convoité non seulementpar ses pays voisins maiségalement par les «grands» paysAlgérie-Union européenneSignature de quatreprojets de jumelage? Le 21 octobre seront signés quatre projets de jumelaged’institutions algériennes avec leurs homologues européens.Selon Abdelaziz Guend, directeur national de l’unité de gestion duprogramme d’appui à l’accord d’association entre l’Algérie et l’Unioneuropéenne, le premier projet concerne le renforcement des capacitésde reconnaissance des produits agricoles alors que le secondporte sur la création d'un observatoire de conjoncture au profit dusecrétariat d'Etat chargé de la Prospective et de la Statistique. Letroisième projet est destiné au renforcement des capacités del’Agence nationale de promotion du commerce extérieur et enfin ledernier est destiné à fournir un appui à l’Observatoire national del’environnement et du développement durable, afin d’améliorer lacapacité de mise en œuvre du système national d'information environnementale.Pour que les projets soient signés avant la fin dumois d’octobre, l’agence européenne a lancé sur son site des appelsà proposition pour les quatre projets jusqu’au 10 septembre. Les expertsde l’unité de gestion du programme d’appui à l’Accord d’associationentre l’Algérie et l’Union européenne, sont déterminés à réduireles contraintes de mobilisation des ressources afin de réaliser àtemps, les douze projets de jumelage prévus avant mars 2014.N. H.du monde. Ce sont ces raisonsqui ont contraint plusieurs voixtunisiennes à s’élever souhaitantl’intervention de l’armée algérienneen Tunisie afin de décimerles groupes terroristes à Chaambi.Cet état de fait ne pourrait avoirlieu ni en Tunisie et ni ailleurs, afait savoir à plusieurs reprises lePremier ministre algérien AbdelmalekSellal. Lors de la visite duministre tunisien des Affairesétrangères, Mourad Medelci aconfirmé que l’Algérie ne participerapas à la lutte antiterroriste endehors de son sol. Mourad Medelciqui s’est exprimé au sujet dela Tunisie a indiqué d’une façontrès claire qu’il n’est pas questiond’intervenir sur le sol tunisien.«Il y a des lignes rouges àne pas franchir. L'Algérie n'intervientdans la politique des paysétrangers, qu'ils soient frères, voisinsou amis», a déclaré le ministredes Affaires étrangères.Toutefois, l’Algérie a apporté unsoutien à l’armée tunisienne enprocédant au renforcement dudispositif de sécurité autour desfrontières. En plus des effectifsde l’Armée nationale populaire,deux nouveaux escadrons desgroupes des gardes-frontières(GGF) de la Gendarmerie nationaleont été mis en place. Ces mesuresont intervenues au momentoù les militaires tunisiens ontlancé une vaste opération de ratissageà la poursuite des groupesterroristes qui activaient dans leR E P È R ECOOPÉRATIONLe ministre sud-coréendes Affaires étrangères reçupar Amara BenyounèsLe ministre de l'Aménagementdu territoire, de l'Environnementet de la Ville,Amara Benyounès a reçulundi à Alger, l'envoyé spécialdu ministre sud-coréendes Affaires étrangères, JungHai-Ung. Selon un communiquédu ministère, «l'entretiena porté sur l'importancede la coopération dansle cadre de partenariat stratégiqueentre les deuxpays», précisant que lesdeux responsables ont passéen revue «l'état d'avancementdes projets, notammentles villes nouvelles. Demême, ils se sont particulièrementpenchés sur le projetdu Caticta (Centre africaindes technologies de l'informationet de la communicationet des technologiesavancées)». La même sourcea indiqué que «ce fleuron dela coopération technologiqueentre les deux pays, cecentre d'excellence, est àrayonnement continental,pour l'enseignement, la rechercheet le développementdans le domaine des technologiesde l'information, dela communication et de l'innovation».Tout en ajoutantque le centre bénéficiera del'expérience coréenne reconnueen matière de formationpost graduée, de recherchedéveloppementet de coopérationavec les entreprises».Le ministère a reconnu quece projet prévu à Sidi-Abdellahconnaît toutefois unléger retard, précisant que«les échanges entre les deuxparties ont abouti à la levéedes contraintes rencontréesjusque là». Par ailleurs, lesdeux responsables ont égalementévoqué «la dynamisationdu soutien à l'investissementcoréen en Algérie»,a conclu la mêmesource.N. H.mont dit «djebel Chambi» dans larégion de Kasserine, à quelqueskilomètres des frontières algériennes.En somme, l’Algérie atoujours répondu par l’affirmativeaux demandes d’aides de sesvoisins mais garde toujours sonprincipe à savoir : ne pas s’ingérerdans leurs affaires intérieureset souhaite également que cespays fassent de même.Moncef RédhaVoir sur Internetwww.lnr-dz.com


actuelLa NR 4722 - Mercredi 28 août 20133Partis politiquesPour quand l’assainissement ?,Des articles dans laConstitution algériennegarantissent aux citoyensde former une association,organisation ou un partipolitique. Dans ce mêmecadre, des textes interdisentla création de formationsà caractère religieux,linguistique, raciale, desexe, corporatiste ou régional.Malheureusement,jusqu’à ce jour, certainsmouvements créés dans lepassé dans l’anarchiecontinuent d’exercer alorsqu’en réalité, ils sont anticonstitutionnelset devraientdisparaître.En effet, l’erreur administrativecommise dans les années 1990 afailli mettre fin à l’Etat républicainet le pays aurait sombré dansla guerre civile pour ne pas dire effondré.Il a fallu tant de sacrificespour que l’Algérie soit sauvée aumoment où tout le monde s’attendaità son écroulement. Si laRépublique a été sauvée et l’Algérieest restée debout, les mêmescauses qui étaient à l’origine de ladécennie noire demeurent intactes.Des mouvements politiquescontinuent d’instrumentaliséla religion à des fins politiquesP R O G R A M M EB L A N C H E A L G É R I ECinq projets lancéspar la wilayad’El-OuedDepuis le début de l’année 2013cent cinquante projets ont étélancés dans la wilaya d’El-Oueddans le cadre du programme«Blanche Algérie».Le programme «Blanche Algérie»mis en œuvre par la direction del’action sociale (DAS) a été répartidans les trentes communes de lawilaya d’El-Oued, basé sur troiscritères principaux : la superficiegéographique, la densité de lapopulation et le nombre deconcentration d’habitants danschaque commune. Ayant pour objectifl’embellissement des villeset l’amélioration du cadre de viedes citoyens, le programme permetainsi de créer 1 200 emplois àtravers la wilaya. La DAS qui pilotece programme en coordinationavec les communes mobilise l’insertionsocioprofessionnelle desjeunes et l’initiation à la créationde petites entreprises. La wilayad’El-Oued a bénéficié l’annéedernière de 80 projets dans lecadre du même programmme.Malgré ses diverses facettes environnementales,«Blanche Algérie»est surtout un programme social.Il permet d’intégrer les populationsen précarité dans le tissu socialpar des actions de développementcommunautaire et de luttercontre la pauvreté et l’exclusionsociale. Synthèse N. H.Des mouvements politiques continuent d’instrumentaliser la religion.(Photo > New Press),La secrétaire d'Etat chargée del’Environnement a procédé hier aDely Ibrahim au lancement officielde l’opération pilote de collectesélective des déchets ménagers,avec la participation desassociations œuvrant dans le domainede l’environnement, et del'Union nationale des femmes algériennes(UNFA), et des Scoutsmusulmans algériens. L’Algérieperdait près de 300 millions d’eurospar an à cause du non recyclageet récupération des déchets.En effet, le recyclage des déchetsest un «investissement bénéfiqueet générateur de nouveaux emploisà travers la création demicro entreprises dans le domainede l’industrie de l’environnement»,a indiqué la secrétaired'Etat chargée de l'EnvironnementDalila Boudjemaâ, qui présidaitl’opération de sensibilisation àl’importance de la protection del’environnement par le tri des déchetsdomestiques. Le volumedes déchets, tous types confondus,est estimé à 13,5 millions detonnes par an dont 60% recyclablesalors que seulement 5 ou6% de ces déchets sont exploitéspour arriver au pouvoir. Parmices mouvements, nous pouvonsciter le cas du MSP (Mouvementde la société pour la paix). Cemouvement créé le 6 décembre1990 se revendique des Frèresmusulmans d’Egypte. Il est inutileque ses dirigeants le nient, la basede ce parti persiste, signe et se ditêtre fière d’appartenir à ces intégristes.En second lieu, les personnalitésfondamentalistes étrangersqui ont participé au derniercongrès démontre bel et bien l’appartenancede ce mouvement auxorganisations étrangères dans lemonde arabe. Invités par les autoritésdu pays à se conformer avecla loi qui interdit les partis à caractèrereligieux, les responsablesde ce mouvement ont réussi encoreune fois de « dribler» l’administration.Si le nom du parti achangé, «Hamas» est redevenuHMS ou MSP, l’idéologie est restéela même. Le mouvement ne détientaucun programme politiqueet l’arrivée au pouvoir ne se feraque par le biais de l’islam. «Edifierun Etat islamique en Algérie, dansles pays arabo-musulmans etpourquoi pas dans le monde», telest l’objectif essentiel de ce mouvement.Il en est de même pourl’autre mouvement islamiste, enl’occurrence, le Front de la justiceet du développement. Le présidentde ce mouvement a fondéégalement deux autres mouvementsreligieux dans le pays à savoirEnnahda et le Mouvementde la renaissance islamique (Alpar voie de recyclage, a encore ditMme Boudjemaâ. Elle a appeléles investisseurs à concentrerleurs efforts sur le recyclage desdéchets pour le développementd’une industrie de l’environnementqui répond aux normes envigueur en la matière. Elle a préciséà ce propos, que 2 000 microentreprises sont désormais opérationnellesdans plusieurs domainesliés à la protection de l’environnementtels l’entretien desespaces verts et le recyclage desdéchets. L’État «table sur le développementde l’industrie de récupérationet de recyclage d’autantplus qu’il s’agit d’un axe aucœur du programme national degestion des déchets domestiquesqui constitue le cadre référentielfondamental dans le recyclagedes déchets». Entre autres matièresconcernées par le recyclagedes déchets, il y a lieu de citer leplastic, le papier, les minéraux,les batteries et autres équipementsménagers et électroniques.Concernant la sensibilisation autri des déchets domestiques,Mme Boudjemaâ a souligné quel’État «a mobilisé tous les moyensIslah). Contrairement aux responsablesde HMS, le président d’Al-Islah n’a jamais caché ses ambitionset son souhait de voir l’Algériedirigé par un Etat théocratique.Certains de ses proches collaborateursqui ont décidé de claquerla porte de son organisation n’ontpas manqué d’alerter l’opinionpublique et les autorités, en vain.Au niveau de la base, les militantsne jurent que par une «Dawla islamiya».Ce que nous avons relatéen haut concernera égalementcinq autres mouvements islamistesqui, si les noms diffèrent,l’idéologie est la même. Ces mouvementsont été créés anarchiquementet contrairement auxtextes de la Constitution. L’article42 stipule : «Les partis politiquesne peuvent être fondés sur unebase religieuse, linguistique, raciale,de sexe, corporatiste ou régionale».Des citoyens avec quinous nous sommes entretenus àce sujet, n’ont pas hésité de déclarerque nul n’a le droit de monopoliserla religion et que l’Islam devraitêtre séparé de la politique. Sile pluripartisme et l’ouverture deschamps politiques garantissaientla démocratie et le droit del’Homme en Algérie, la Constitutionet les lois de la Républiquedoivent être également respectés.En principe, ces mouvementsdevraient rapidement se conformeraux lois de la République oudans le cas échéant, ils seront dissouspar la justice.Moncef RédhaDans le cadre de l’opération «ville propre»Lancement de l’opération pilote de collectesélective des déchets ménagers à Dely Ibrahimmatériels nécessaires avec lacontribution des différentes partiesconcernées», mettant l’accentsur le rôle du citoyen en tant que«partenaire principal» dans laréussite de cette opération.D’autre part, la secrétaire d’Etatchargée de l’Environnement a affirméque les opérations de trides déchets «contribuent de manièreconsidérable au succès durecyclage des déchets qui revêtun caractère économique en raisonde son apport».A noter que l’opération pilote appuyéepar Netcom à travers lamise à la disposition de la communede Dely Brahim des bacsdifférenciés pour la collecte séparéedes déchets humides et desdéchets secs, a pour objectif d’initierà l'amont, les citoyens à trierleurs déchets ménagers et d'améliorer,à l'aval, le déroulement dutri des déchets récupérables, lasecrétaire d’État chargée de l'Environnementa estimé qu’il s’agissaitd’une expérience «pilote quisera généralisée à l’ensemble desquartiers de la capitale».Imane MisraouiR E C Y C L A G E D E SD É C H E T SL’Algérie perd 300millions d’euros par anLa secrétaire d’Etat chargée del’Environnement, Dalila Boudjemaâ,a affirmé, à Alger, que l’Algérieperdait près de 300 millionsd’euros par an à cause du non-recyclageet récupération des déchets.Le recyclage des déchets estun «investissement bénéfique etgénérateur de nouveaux emplois àtravers la création de micro entreprisesdans le domaine de l’industriede l’environnement», a indiquéMme Boudjemaâ qui présidaitl’opération de sensibilisation àl’importance de la protection del’environnement par le tri des déchetsdomestiques. Elle a précisé àce propos, que 2 000 micro entreprisessont désormais opérationnellesdans plusieurs domainesliés à la protection de l’environnementtels l’entretien des espacesverts et le recyclage des déchets.Le volume des déchets, tous typesconfondus, est estimé à 13,5 millionsde tonnes par an dont 60%recyclables alors que seulement 5ou 6% de ces déchets sont exploitéspar voie de recyclage, a encoredit Mme Boudjemaâ. Elle a appeléles investisseurs à concentrer leursefforts sur le recyclage des déchetspour le développement d’une industriede l’environnement qui répondaux normes en vigueur en lamatière. L’Etat «table sur le développementde l’industrie de récupérationet de recyclage d’autantplus qu’il s’agit d’un axe au cœurdu programme national de gestiondes déchets domestiques quiconstitue le cadre référentiel fondamentaldans le recyclage desdéchets». Entre autres matièresconcernées par le recyclage desdéchets, il y a lieu de citer le plastic,le papier, les minéraux, lesbatteries et autres équipementsménagers et électroniques.Concernant la sensibilisation au trides déchets domestiques, MmeBoudjemaâ a souligné que l’Etat«a mobilisé tous les moyens matérielsnécessaires avec la contributiondes différentes parties concernées»,mettant l’accent sur le rôledu citoyen en tant que «partenaireprincipal» dans la réussite de cetteopération. D’autre part, la secrétaired’Etat chargée de l’Environnementa affirmé que les opérationsde tri des déchets «contribuentde manière considérable ausuccès du recyclage des déchetsqui revêt un caractère économiqueen raison de son apport». S’exprimantsur l’opération de sensibilisationdes déchets domestiqueslancée ce lundi à Dely Brahim surinitiative du secrétariat d’Etatchargée de l’Environnement encoordination avec l’Union nationaledes femmes algériennes(UNFA) et autres associations activantdans le secteur, elle a estiméqu’il s’agissait d’une expérience«pilote qui sera généralisée à l’ensembledes quartiers de la capitale».Le tri des déchets domestiquessera soumis à une évaluationavant d’être généralisé dansle but d’établir des contrats deperformance avec les communesdans le cadre du renforcement decette dynamique.M. R.


mondeLa NR 4722– Mercredi 28 août 20136SyrieMenace d’une frappe occidentale,réaction limitée de Damas, La réaction de laSyrie et de ses alliésdevrait êtrerestreinte en cas defrappe occidentalelimitée. Une attaqued'envergure visant àabattre le régime deBachar al-Assadenflammerait larégion, estiment desexperts.n Al-Assad a mis en garde les Occidentaux. (Photo > D. R.)«Tout dépend de la nature,de l'ampleur et de l'objectifd'une frappe occidentale etpour le moment, je sensplutôt une frappe d'admonestation,sans plus», expliqueà l'AFP Joseph Bahout,professeur à Sciences-Po Paris. «Dans ce cas, nile mouvement chiite libanaisHezbollah ni l'Irann’iront trop loin», ajoute-t-il.Téhéran et le Hezbollah, quicombattent aux côtés del'armée syrienne contre lesrebelles, sont avec la Russieles principaux alliés du régimede Damas. «On peutimaginer des coups latérauxet indirects commedes agressions contre laFinul (la mission de maintiende la paix de l'ONU auLiban) ou des roquettesanonymes tirées sur Israël,mais au fond rien de biennouveau», précise M. Bahout.Mais si les Occidentauxdécidaient d'attaquesayant pour objectif de fairetomber le régime, celachangerait tout. «Dans cecas, on ne peut pas exclureune réaction extrême, notammentde l'Iran, et il resteaussi une inconnue: quellesera la réaction russe ?»,souligne cet expert duMoyen-Orient et de la Syrie.Moscou a fait savoir mardiqu'une telle intervention aurait«des conséquences catastrophiques»,même sison chef de la diplomatieSergueï Lavrov a affirméque son pays n'avait «l'intentiond'entrer en guerreavec personne».Des consultations à haut niveaus'intensifient entre lescapitales occidentales pourpréparer une «réponse sérieuse»après l'attaque chimiqueprésumée qui a fait,selon l'opposition syrienne,des centaines de morts. Etles chefs d'état-major deplusieurs pays occidentauxet de la région ont entamélundi à Amman une réunionde deux jours pour examinerles retombées du conflitsyrien. Le chef de la diplomatieiranienne, MohammadJavad Zarif, a prévenuque «l'utilisation de moyensmilitaires aurait de lourdesconséquences non seulementpour la Syrie maisaussi pour toute la région»,lors d'un entretien lundiavec un haut représentantde l'ONU. «Pour l'instant,l'Iran lance des mises engarde, mais si les Américainsdécident d'intervenir,ils tomberont dans leurpropre piège et l'Iran resteraen marge pour observerles Américains et leursalliés s'enfoncer dans cebourbier», assure Amir Mohebian,analyste et journalistebasé en Iran.Guerre régionale ?Néanmoins, pour BassamAbou Abdallah, directeurdu Centre de Damas pourles études stratégiques,toute frappe, même limitée,peut dégénérer.«Les Américains pourraientfrapper pour préserver leurimage face à leurs alliés quicritiquent leur attentisme,pour arriver en position deforce face aux Russes dansdes négociations de paix etpour donner un coup depouce sur le terrain aux rebelles»,explique-t-il. Mais,selon lui, «si la frappe auraitlieu, cela ne s'arrêteraitpas car l'autre partie ripostera(...) et toute la régions'embrasera. Ce sera uneguerre régionale, même siactuellement, aucun desprotagonistes ne veut dévoilerses cartes». «Qui garantitque les choses s'arrêterontà ce stade-là?», renchéritIbrahim al-Amine,directeur d'Al-Akhbar, quotidienlibanais proche de laSyrie et du Hezbollah. «Quigarantit qu'une telleconfrontation ne dégénèrepas en une guerre totale etqu'une riposte à la frappen'ouvre pas les portes del'enfer?»Le président syrien Bacharal-Assad a mis en garde Washington,mais sans menacerd'une riposte. «LesEtats-Unis essuieront unéchec comme lors detoutes les guerres précédentesqu'ils ont lancées, àcommencer par le Vietnam»,a-t-il déclaré au quotidienrusse Izvestia.Pour les alliés de Damas, laligne rouge demeure uneaction militaire pour fairetomber le régime.Fin avril, le chef du HezbollahHassan Nasrallah avaitété très clair. «La Syriecompte dans la région devrais amis qui ne permettrontpas que ce paystombe dans les mains desEtats-Unis, d'Israël ou desgroupes takfiri (extrémistessunnites)», avait-il dit. «Si lasituation devenait plus dangereuse,des États, desmouvements de résistanceet d'autres forces serontdans l'obligation d'intervenirde manière efficace dansla confrontation sur le terrain»,avait-il ajouté.R. M.(Lire aussi en page 10)Egypte : la mort de 37 détenusdans un fourgon ravive les craintes Chérif Gamal Siyam a rendu l'âme dans unfourgon de la police égyptienne, asphyxiépar des gaz lacrymogènes tirés à l'intérieurdu véhicule le 18 août, un événement quiravive les craintes sur le respect des droits del'Homme en Egypte. Tout a commencé parson arrestation, lors de la sanglantedispersion le 14 août de partisans duprésident islamiste Mohamed Morsi, destituépar l'armée. Ses amis insistent, il ne faisaitpas partie des manifestants qui campaientdepuis 45 jours sur les deux places du Cairepour réclamer le retour de M. Morsi. Il tentaitde s'interposer entre manifestants etpoliciers, espérant un peu naïvementempêcher le bain de sang. Quelle que soit laraison pour laquelle il se trouvait à la PlaceRabaa al-Adawiya ce jour-là, la suite desévénements est décrite par tous de la mêmefaçon: arrêté, il est mort quatre jours plustard avec 36 autres détenus, asphyxié dansun fourgon de police qui les transportait versla prison d'Abou Zaabal. Le gouvernementintérimaire affirme qu'aucune règle n'a étéviolée et le ministère de l'Intérieur a promisune enquête exhaustive. Mais les défenseursdes droits de l'Homme et les proches desvictimes font porter la responsabilité de cesmorts aux autorités. La version officielle aévolué: l'agence Mena a commencé parévoquer un guet-apens d'hommes arméscontre le véhicule, à l'approche de la prisonsituée au nord du Caire.Pour l'avocat, les 37morts sont le signe que rien n'a changé enEgypte, en dépit de la révolte de 2011 quiavait renversé le régime Moubaraknotamment dans l'espoir de faire progresserles droits de l'Homme. «Après la révolution,je pensais que la situation des droits del'Homme évoluerait.»R. I./AgenceJordanieLes bureaux de vote ouvrentpour l'élection des maires,Les bureaux de vote ontouvert en Jordanie pour unscrutin municipal marquépar un ressentiment croissantenvers les réfugiés syriens,qui pèsent sur l'économiejordanienne déjà àla peine. Les opérations devote ont débuté à 7h (04hGmt) pour une durée de 10heures. Le principal partid'opposition, le Front del'action islamique (FAI), vitrinepolitique des Frèresmusulmans, boycotte cesélections, en soulignant quele régime ne montre aucunevolonté de réformes, malgréses promesses répétéesdepuis le printemps arabe.Peu des candidats de l'oppositionde gauche ou nationalistese présentent, cequi laisse le champ libre àdes représentants des tribus,qui soutiennent traditionnellementla monarchie.Mais ces élections se déroulentalors que même lescandidats loyalistes ont expriméleur colère grandissanteenvers le gouvernement,qui se voit reprocherde ne pas aider suffisammentles villes à supporterle poids représenté par lesquelque 500 000 réfugiés syriensaccueillis par leroyaume. Les dirigeants jordanienssoulignent que l'affluxde réfugiés est un lourdfardeau pour les ressourcesen eau et en énergie dupays, déjà limitées, ainsique sur l'immobilier etl'éducation. En outre, le gouvernementa annoncé unesérie de mesures d'austéritépour tenter de réduireun déficit budgétaire de 2milliards d'euros cetteannée et une dette extérieurequi dépasse désormaisles 23 milliards de dollars(17 milliards d'euros). Ilcompte augmenter de 15%le prix de l'électricité, aprèsavoir doublé en juillet lestaxes sur les téléphonesmobiles et les contratsd'abonnement. Quelque 3,7millions de Jordaniens sontinscrits sur les listes électorales.Le gouvernement anéanmoins annoncé qu'environ1,25 million de Jordaniens,militaires, membresdes services de sécurité etcivils installés à l'étrangerne participeraient pas auscrutin, pas plus que 40 000salariés employés à l’organisationdu scrutin. Troismille candidats concourentlors de ces élections, visantà désigner 100 maires et 970conseillers municipaux. 297sièges sont réservés auxfemmes. Des analystes estimentque le ras-le-bol de lapopulation risque de se traduirepar une faible participation,et pourrait entraînerdes troubles.R. I./Agencen Les Frères musulmans boycottent ces élections. (Photo > D.R.)YémenAl-Qaïda dément les récentesattaques spectaculaires, Des attaques terroristesnon revendiquées... Labranche d'Al-Qaïda auYémen dément avoir planifiédes attaques spectaculaires,qui auraient pousséles Etats-Unis à fermer 19missions diplomatiquesaméricaines dans la régiondébut août. Al-Qaïda dans lapéninsule arabique (Aqpa)rejette les informationsconfirmées par le présidentyéméniteAbd Rabbo MansourHadi, selon lesquellesl'interception par les Etats-Unis d'une communicationentre ses dirigeants était àl'origine de l'alerte. Aqpaaccuse le président de vouloirainsi «justifier les actescriminels des Américains»,dont les drones poursuiventles militants du réseauau Yémen, et assure qu'Al-Qaïda «est soucieused'épargner le sang des musulmans».Le président Hadiavait révélé vendrediqu'une promesse du chefd'Aqpa, Nasser Al-Whaychiau leader du réseau Aymanal-Zawahiri de mener un attentatqui «changera l'histoire»,était à l'origine de lafermeture début août d'ambassadesoccidentales.LesEtats-Unis avaient décidéen conséquence de fermer19 missions diplomatiquesdans certains pays.R. I./Agence


économieLa NR 4722 – Mercredi 28 août 20137AllemagneLe climat des affairesà un pic de 16 mois, Le climat des affairess'est encore amélioré enaoût en Allemagne pouratteindre un plus haut de16 mois, augurant biend'une poursuite de lareprise de la premièreéconomie de la zone euroaprès la croissancesupérieure aux attentesenregistrée au deuxièmetrimestre.L'indicateur du climat des affairesde l'institut Ifo, calculé sur la based'une enquête mensuelle auprèsde 7 000 entreprises, est ressorti à107,5 contre 106,2 en juillet, dépassantlégèrement le consensusqui était de 107,0. Il enregistre sonquatrième mois consécutif dehausse et s'inscrit au plus hautdepuis avril 2012 à l'approche desélections législatives du 22 septembrequi voient la chancelièreAngela Merkel briguer un troisièmemandat. «L'économie allemandeaccélère», a commenté KaiCarstensen, économiste à l'institutIfo. «Les entreprises sont plus satisfaitesde la situation actuelle deleurs affaires. Leur optimismeconcernant leurs perspectives -bien qu'un peu prudent - s'estaussi renforcé.» L'économie allemandequi avait fait la preuve desa résistance lors des premiersdéveloppements de la crise de laBourseTokyo cède 0,69%,craintes sur la Syrie,La Bourse de Tokyo a fini enbaisse de 0,69% mardi, à la suite deWall Street la veille, dans la crainted'une action militaire des Etats-Unis en Syrie. L'indice Nikkei aperdu 93,91 points à 13 542,37 etle Topix, plus large, a cédé 5,98points (0,52%) à 1 134,02. «Les inquiétudesen Syrie pèsent sur lesmarchés mondiaux, c'est certain»,commente Kenichi Hirano, stratègechez Tachibana Securities.«Les investisseurs craignent devoir la Syrie devenir le prochainIrak.» Les volumes sont toutefoisrestés faibles avant la rentrée et laprochaine réunion de la Réservefédérale américaine, les 17 et 18septembre, qui sera pour elle l'occasionde faire le point sur la réductionattendue de sa politiquen Les entreprises satisfaites de la situation actuelle de leurs affaires. (Photo > D. R.)dette souveraine au sein de la zoneeuro avait toutefois stagné sur lestrois derniers mois de 2012,n'échappant que de peu à la récessionen début d'année. Elle a en revancheenregistré son plus forttaux de croissance en plus d'unan au deuxième trimestre, contribuantà sortir la zone euro de ses18 mois de récession. L'Allemagnebénéficie aussi de la stabilisationvoire du début de reprise de sespartenaires au sein de la zoneeuro, a souligné Klaus Wohlrabe,économiste à l'Ifo. Les industrielss'attendent à une amélioration àmonétaire ultra-généreuse. Contrela tendance, Tokyo Electric Power(Tepco) a rebondi de 12,26% à 531yens. Le marché s'attend à voir legroupe recevoir une aide du gouvernementpour traiter une fuited'eau radioactive à la centrale nucléairede Fukushima dont il estl'opérateur. Le titre, plus fort volumedu jour, avait perdu 27% surles six séances précédentes maisil conserve un gain de 150% depuisle début de l'année.L'indice Nikkei, lui, a progressé de30% depuis le 1 er janvier, dopé parle recul de 13% du yen face au dollar,lui-même dû à la politique budgétaireexpansionniste du gouvernementet aux mesures de soutienagressives de la Banque duJapon.l'export et ont dit que la situationactuelle de leurs affaires étaient«considérablement meilleure quele mois dernier».MonnaieRésultats mitigéspour les entreprisesD'autres indicateurs récents ontsouligné la reprise de l'économieallemande mais avec des perspectivesmoins soutenues à l'export.«Nous doutons que la reprise soitaussi rapide (que le suggère l'Ifo)»,a déclaré Jennifer McKeown, deCapital Economics. «D'autres enquêtescomme les PMIs annoncentune croissance beaucoupplus modeste et les exportationscontinueront d'être contrariéespar la faiblesse de la demandedans des marchés-clés ailleursdans la zone euro.» De nombreuxéconomistes s'attendent à unecroissance de l'économie allemandesupérieure à la prévisiongouvernementale de 0,5% cetteannée mais ils anticipent un tassementdu rythme d'expansionaprès la hausse de 0,7% du PIBenregistrée au deuxième trimestrepar rapport aux trois premiersmois de l'année. «Même les perspectivesà l'export s'améliorentmalgré les difficultés des paysémergents, le ralentissement chinoiset la concurrence japonaise.La stabilisation de la zone euro etla hausse de la demande américaine,qui assurent à elles deuxles deux tiers des débouchés desexportations allemandes, devraientcompenser l'affaiblissementconstaté ailleurs», a estiméChristian Schulz, économiste à BerenbergBank. Les résultats desentreprises allemandes audeuxième trimestre ont toutefoisété mitigés. Sur les 30 entreprisesentrant dans la composition del'indice Dax, un peu plus d'un tiersont raté le consensus des analysteset un peu moins d'un tiersl'ont dépassé.Turquie : la livre perd encoredu terrain,La livre turque, affectée par les turbulences qui ontgagné les pays émergents, est tombée mardi à un niveauhistoriquement bas face au dollar alors que le présidentde la Banque centrale s'est voulu confiant.A l'ouverture, la devise nationale s'estéchangé à 2,0095 livres (TL) pour undollar à 05h35 Gmt malgré une interventionde la Banque centrale turquela veille avec une injection de 350 millionsde dollars sur les marchés. Lalivre, qui a franchi pour la première foisla barre des 2 TL pour un dollar la semainedernière, s'est légèrement repriseensuite à 2,0028 à 06h35 Gmtpuis est remontée en fin de matinéejusqu'à 2,033, un nouveau record. LaBourse d'Istanbul qui a perdu près de6% la semaine dernière, a été entraînéedans la chute de la monnaie locale,perdant près de 3% à la premièreséance. Pour répondre aux turbulencesqui affectent les économiesémergentes, la Banque centrale turquea augmenté deux fois depuis juilletl'un de ses taux directeurs, mais sanspouvoir endiguer le glissement de lalivre. Le président de cette institution,Erdem Basci, a voulu rassurer mardiles marchés en pleine nervosité, indiquant,dans des déclarations à lapresse, que la Banque centrale disposaitactuellement d'environ 40 milliardsde dollars de réserves vendables.«Nous pouvons briser cettesituation (le glissement de la livre) (...)Nous interviendrons et tout le mondeen sera étonné. Nous défendrons fermementla livre», a-t-il dit dans des remarquestélévisées. Les autorités monétairesont vendu plus de 8 milliardsde dollars pour soutenir la monnaie localedepuis début juin. «Croyez-moiet gagnez. Les pertes dans les cours dechange ne seront que temporaires», ainsisté M. Basci qui a aussi signalé queles taux ne seront pas sensiblement relevésdans un proche avenir. «Si nousrestons fermes sur le plan des taux, lesinvestisseurs reviendront», a-t-il estimé.La Turquie est particulièrementtouchée depuis que la Réserve américaine(Fed) a annoncé en mai son intentionde réduire ses injections de liquidités.Elle a également été victimede la récession en Europe, son principalpartenaire commercial. Depuisl'annonce de la Fed, la monnaie turquea chuté de plus de 10% (1,80 TL pourun dollar en mai). Les taux se sontégalement envolés : sur le marché obligataire,le taux des emprunts à 10 ansde la Turquie est monté jeudi à 10,58%,contre 9,53% la semaine dernière.VoirsurInternetwww.lnr-dz.comI N F O SE X P R E S SSébastien Bazindevient PDG d'Accoravec effet immédiatAccor a annoncé mardi lanomination comme PDG deSébastien Bazin, jusqu'icidirecteur général pour l'Europedu fonds d'investissementaméricain Colony Capital, undes actionnaires de référencedu premier groupe hôteliereuropéen. Sébastien Bazin metfin à tous ses mandats chezColony Capital, a ajouté Accordans un communiqué.cette nomination, décidée àl'unanimité du conseild'administration du grouperéuni dans la matinée, prendeffet immédiatement, aprécisé une source directementau fait du dossier. Lors duconseil d'administration,«Sébastien Bazin a déclaréqu'il avait de grandesambitions pour Accor auquel ilest très attaché», a ajouté lasource. Accor annonce aussique Philippe Citerne devientvice-président du conseild'Accor et que Yann Caillère vaquitter le groupe.Les deux hommes formaientdepuis avril avec SébastienBazin un triumvirat nomméprovisoirement à la têted'Accor à la suite de l'évictiondu PDG Denis Hennequin.Mercedes : le Conseild'Etat tranche sur leconflit franco-allemandL'Etat français peut-il continuer àempêcher l'immatriculation decertains modèles Mercedes, ens'abritant derrière une loieuropéenne?Le Conseil d'Etat doit tranchermardi ce contentieux qui opposeParis et Berlin dans le secteurautomobile.La plus haute juridictionadministrative française a eul'occasion d'entendre vendrediles deux parties pendant plus dedeux heures.Le constructeur allemandDaimler, maison mère deMercedes, a avancé l'argumentde la sécurité de ses clients pourjustifier son renoncement àutiliser un nouveau fluideréfrigérant pour la climatisation,dit R1234yf, quitte à se mettre eninfraction avec la législationeuropéenne.Une directive de 2006, entréepleinement en vigueur le 1 erjanvier 2013, impose auxconstructeurs automobilesd'abandonner le réfrigérantactuel, le R134A, pour leursnouveaux modèles homologués àpartir de 2011.


contributionLaNR 4722 - Mercredi 28 août 201310Bachar Al-Assad à Izvestia«La Syrie ne deviendra jamaisun Etat fantoche de l’Occident»«Nous sommes un Etat indépendant et nous poursuivrons la lutte contre le terrorisme.»«Les grands Etats déclenchent les guerres, mais sont-ils à même de les remporter ?» Président Al-Assad., Sur l'utilisation présuméed'armes chimiques, le présidentAl-Assad a dit que «les déclarationsfaites par l'administrationaméricaine, les pays de l'Ouest etd'autres ont été faites avec dédainet mépris flagrant de leur propreopinion publique», ajoutant qu'«iln'est pas un corps dans le monde,et encore moins une superpuissance,qui fait une accusation puisva sur la collecte de preuves pourprouver son point». Il a soulignéque ces accusations sont complètementpolitisées et viennent surle dos des progrès réalisés par l'arméesyrienne contre les terroristes.Dans une longue interview aux Izvestiarusses, le 26 août 2013, le président BacharAl-Assad a affirmé que la Syrie est unEtat indépendant qui va lutter contre leterrorisme et établir des relations avec lesEtats qu'elle désire avec liberté et d'unefaçon qui réalise les intérêts du peuple syrien.«Le message adressé par la Syrie à toutle monde est que le rêve de faire de laSyrie un jouet de l'Occident est irréalisable»,a-t-il déclaré. Al-Assad a qualifié lesaccusations proférées contre la Syrie surl'usage des armes chimiques de «totalementpolitisées», précisant qu'elles interviennentaprès la progression réalisée parl'armée syrienne face aux terroristes. Il aajouté que le problème qui a causé la poursuitedes événements est l'entrée en Syried'un grand nombre de terroristes de l'extérieur,plus de dizaines de milliers, dont ungrand nombre de takfiristes qui portent lapensée d'Al-Qaïda, et d'autres qui sonthors-la-loi. A une question sur l'existenced'une relation étroite entre Israël et les terroristes,le président al-Assad a indiquéque celui qui parle d'une coopération entreces deux parties est Israël lui-même qui aproclamé, à plusieurs reprises, avoir soignédes dizaines de terroristes dans ses hôpitaux.«Les Etats-Unis essuieront un échec commedans toutes leurs guerres précédentes, à commencerpar le Vietnam»Le président syrien a qualifié d'«insensées»les accusations occidentales sur l'attaquechimique perpétrée par l'armée syrienne eta averti les Etats-Unis que leurs projetssur une intervention militaire en Syrieétaient voués à l'échec. «Les déclarationsfaites par des hommes politiques aux Etats-Unis et en Occident font fi de l'opinion publique»,a-t-il déclaré. «Les Etats-Unis essuierontun échec comme dans toutes leursguerres précédentes, à commencer par leVietnam, s'ils décident de mener une opérationmilitaire en Syrie», a-t-il ajouté. Apropos de la commission d'enquête internationale,le président Al-Assad a indiquéque c'est la Syrie qui était la première à demandercette enquête quand les terroristesavaient lancé des missiles de gaz toxiquesur la banlieue d'Alep, au nord de la Syrie,surtout que les déclarations américaines etoccidentales, avant cet incident et tout lelong de mois, parlaient d'un possible usagepar l'Etat des armes chimiques.«Lors des dernières semaines, un dialogueavait eu lieu entre la Syrie et la commissionPhoto>D. R.d'enquête et nous avons mis au point desrègles de coopération, où la ligne rougeest la souveraineté nationale», a préciséAl-Assad qui a fait noter que ce qui compten'est pas seulement l'enquête mais ses résultatsqui peut être expliqués selon l'humeurdes grandes puissances. «Nous attendonsde la Russie d'empêcher toute explicationqui sert les politiques américaineset occidentales, et nous espérons expliquerles résultats d'une façon objective etde faire la distinction entre les accusationsoccidentales basées sur des prétentions etrumeurs et l'enquête escomptée basée surdes preuves tangibles.»En Syrie, c’est un terrorisme qui essaye defrapper l'EtatConcernant les déclarations faites ces derniersjours sur une possible opération militairecontre la Syrie, le président Al-Assada indiqué que la situation en Syrie est claire,ajoutant ce qui s'y déroule n'est ni une révolutionpopulaire ni des demandes de réformemais un terrorisme qui essaye defrapper l'Etat. Il s'est interrogé à cet effet :«Ce n'est pas la première fois que cettequestion est mise sur la table mais qu'estce que ces pays vont dire à leurs peuples ?Nous partons en Syrie pour soutenir le terrorismecontre l'Etat ?» «Les grands Etatssont capables de déclencher les guerresmais sont-ils capables de remporter la victoire?», a-t-il poursuivi.L’alliance avec la RussieAl-Assad a, par ailleurs, qualifié de solidesses liens avec le président russe depuisdes années avant la crise, précisant que laRussie ne défend pas le président BacharAl-Assad ou l'Etat syrien, mais elle défenden premier lieu les principes auxquels ellecroit, dont l'indépendance des Etats et lanon-ingérence dans leurs affaires intérieures,surtout que la Russie avait souffertet souffre toujours de cette question. «Ladeuxième raison est que la Russie défendses intérêts dans la région, d'autant plusque le terrorisme qui frappe la Syrie aurases répercussions sur la stabilité du Moyen-Orient, notamment la Syrie, et sur la Russie.Le président Al-Assad a indiqué que tousles contrats conclus avec la Russie sont encours d'exécution et que la crise ou lespressions américaines et européennesn'ont pas influé leur mise en vigueur. Il aprécisé que ce que fournit la Russie àl'heure actuelle pour aider les Syriens à sedéfendre entre dans le cadre des accordsmilitaires, ce qui aboutira en fin de compteà l'amélioration de la situation économique.Au niveau économique, Al-Assad a soulignéque des contrats avaient été conclus avecla Russie sur les denrées et les marchandisesde différentes sortes, ce qui constitueune opportunité pour que la Russie ouvreun marché plus grand devant les sociétésrusses et une occasion pour la réhabilitationde l'infrastructure et la ranimation del'économie syrienne. Le président Al-Assada fait état d'un changement de positions parcertains Etats et d'autres qui ont commencéà rétablir des relations avec la Syrie.Il a évoqué plusieurs points qui rendent larelation syro-russe solide, dont le rapprochementculturel, social et intellectuel, àajouter les intérêts géopolitiques et le pontsocial, culturel et humain dressé entre lesdeux pays. A une question sur ce qu'il attendde la conférence de Genève II, le présidentAl-Assad a indiqué qu'on ne peut pasentamer le volet politique avant l'arrêt dusoutien apporté au terrorisme en Syrie parl'exercice de pressions sur les Etats y impliqués,via la mise d'un terme à la contrebanded'armes et l'arrêt de l'envoi des terroristesétrangers vers le pays. «En accomplissantcette étape, il sera facile detravailler sur les étapes politiques, à commencerpar le dialogue entre les parties syriennessur la forme de l'Etat futur, la constitution,les lois et autres.»Voir sur Internetwww.lnr-dz.com«Tous les contrats conclus avec la Russie sont encours d'exécution. Ce que fournit la Russie àl'heure actuelle pour aider les Syriens à sedéfendre entre dans le cadre des accordsmilitaires, ce qui aboutira en fin de compte àl'amélioration de la situation économique.»


cultureLa NR 4722— Mercredi 28 août 201313Terre aimée, Algérie, un essai de Denise Morel FerlaBeaucoup de souvenirs vifs et de nostalgie,C’est l’Algérie dans toute sa diversitérecréée par une native deSétif, en usant largement des procédéslittéraires, comme la personnificationpour faire revivreses plus belles années d’Algérie.Avant de s’adresser à l’Algérie tout entière,l’auteure a écrit dans un style relevé«Sétif de ma jeunesse» pour fairepart de son affection pour sa ville natalequ’elle porte dans sa chair et son âme. «Terreaimée, l’Algérie» est un essai original consacrétalentueusement à notre pays qui estaussi son pays natal qu’elle a quitté à 15 ans,en 1961.Une forme d’expression qui privilégie lapersonnificationDenise Morel Ferla utilise avec une fréquencesignificative la première et la deuxième personne,comme dans un dialogue entre desprotagonistes qui se connaissent parce qu’ilsont des racines communes : «Toi, terre d’accueil,tu remercies pour l’eau et la sueur deceux qui t’aiment. Tu t’ouvres et reçois lasemence qui germe et porte fruit !».A un âge crucial de sa vie, Denise n’a jamaislaissé l’oubli se substituer à son amour immensevoué à l’Algérie, son pays natal, etdes meilleures années de sa vie. «Quaranteans étaient passés. Quarante ans de mutisme,mais jamais d’oubli», dit-elle pour enapporter la preuve sous le mode de style direct: «toi, en t’écrivant, je te parle et je teparle d’elle, l’Algérie de ma jeunesse». L’auteurefait comme si elle répondait à un correspondantqui viendrait lui rafraîchir la mémoire: «Comme un trésor inestimable, l’échode mon enfance se nomme l’Algérie» et laRentrée littéraire 2013La rentrée littéraire 2013 promet d’être plutôtsobre, avec l’absence des grands nomsqui dominent la scène française, d’une part,et une production resserrée, d’autre part,comparée à la tendance générale de la décennie2000. Du côté des œuvres étrangères apparaît,pour le bonheur du public, une nouvellegénération d’auteurs plus talentueux lesuns que les autres. De belles lectures enperspective !Cette année, on n’attend ni Houellebecq, niBeigbeder, ni Angot, ni même Le Clézio, maisbeaucoup d’auteurs qui en sont à leurs premiersou deuxièmes romans, encadrés parquelques têtes d’affiche et des valeurs sûres:Amélie Nothomb, Jean d’Ormesson, SylvieGermain, Marie Darrieusecq, Jean Hatzfeld,pour ne citer que ceux-là. Selon les chiffresavancés par Livre hebdo, le magazine de référencede l’édition française, 555 romans,français et étrangers confondus, sont programmésentre août et octobre 2013. Noussommes très loin du pic de 727 titres de2007 et en deçà des 646 titres affichés de larentrée 2012. Ce recul touche autant la productionfrançaise (357 cette année, contre426 l’année dernière) que les romans étrangers(198 contre 220).En hausse toutefois le nombre de premiersromans, avec 86 nouveaux titres annoncéscette année contre 74, et 69 titres en 2011 et2012 respectivement. Pour les journalistes deLivre hebdo, cet intérêt renouvelé pour lespremiers romans est le signe de «la capacitérenouvelée des éditeurs à prendre desrisques».langue arabe, très tôt familière, résonne enlangue natale. Arabe et français cohabitaientet une Babel heureuse, et toujours j’ai aiméutiliser ces mots quotidiens».Pour dire qu’elle a gardé avec l’Algérie desliens fusionnels, elle fait part de ses sentimentsdignes d’une vraie enfant du pays. «Niles luttes fratricides qui ont suivi, dit-elle,Alger à feu et à sang, trente ans après. Bilande la suffisance et du fanatisme», poursuit-elleavec sincérité. Après vient le ton de la personnificationet d’échange épistolaire, c’est toutel’histoire, depuis les origines, qui est reconstituée,l’histoire ancienne contemporained’Homère et qui a précédé de plusieurs Hérodote,celle de Numidie-Maurétanie, sousJules César, il s’agit de l’histoire racontéepar Ibn Hawqal, celle de la régence ottomane,puis de l’occupation française jusqu’à l’indépendance.Il met l’accent sur l’histoire de Sétif qui lui estplus familière avec ses lieux historiquescomme le jardin d’Orléans, Aïn Kebira, Aïn ElFouara, Bouhira. L’auteure n’a pas omis d’évoquerl’Algérie telle que perçue par Camus etle site archéologique de Djemila. Et par soucidu sensationnel qui excite la curiosité, DenisMorel Ferla fait un chapitre au titre évocateurde colonisation de peuplement; «Des Suissesqui aiment la terre» qui raconte l’aventured’un colon qui, en 1853, a pris le bateau pourl’Algérie, pour avoir raté celui de l’émigrationen Amérique.Et que de péripéties dans cette histoirecolonialeCet essai consacré à l’Algérie et qui dit toutson amour pour le pays, donne à entendre unautre son de cloche sur les conditions devie des colonisés et des colonisateurs pendantl’occupation française. On parle de colonssuisses travaillant la terre grâce à lamain-d’œuvre locale supposée avoir étépayée misérablement.Et pour donner plus d’authenticité à ce vécuhistorique marqué par les pires difficultés, elleénumère les phénomènes et fléaux naturelsqui rendent âpre la lutte pour la survie, ducôté des Algériens opprimés : l’invasion dessauterelles qui ont gâché les récoltes, la sécheresse,les rigueurs de l’hiver selon les années.S’ajoutent à cela la révolte de 1870 avecle soulèvement d’El Moqrani, et une pratiqueillicite : l’usure, très courante en ces tempslà.Comme pour agrémenter cet essai, l’auteureéprouve du plaisir à faire le récit dessouvenirs des uns et des autres, bons et mauvais.Elle relate l’aventure d’une certaine Margueritequi va en pèlerinage à Annaba, à la manièredes pieds-noirs qui ont tenu à revoir leslieux qui ont, jadis, fait partie de leur universfamilier : place des Gargoulettes, l’hôtelMountazah à Annaba. Et avec le souci del’alternance, on rappelle les conflits armés revenantpar intermittence au point d’occuperle devant de la scène par rapport auxchansons, à la description des paysages etdes édifices ou de la vie à Alger.Pour mieux faire comprendre le statut des dominantset celui des dominés au fil des décennies,voire des siècles d’histoire, Denise used’une comparaison : des «Paroles du chef indienSeattle» datant de 1854 et faisant allusionà des occupants étrangers dans un paysdonné : «Comment peut-on acheter ouvendre le ciel ou la terre ? Si la fraîcheur del’air et le murmure de l’eau ne nous appartiennentpas, comment peut-on les vendre ?Pour mon peuple, il n’y a pas un coin decette terre qui ne soit sacré. Une aiguille depin qui scintille, un rivage sablonneux, unebrume légère, tout est saint aux yeux et dansLyonel Trouillot, Salim Bachi, Coetzee et les autres...Domaine français : thèmes et tendancesL’autofiction, les drames familiaux, la ou lesguerres (Bosnie, Rwanda, Afghanistan)constituent depuis quelques années les principalesancres thématiques des romans français.Le cru 2013 ne déroge pas à la règle, touten affichant son intérêt pour de nouveaux pâturagesafin de renouveler l’inspiration. Ilssont ainsi nombreux à chercher dans la biographiedes artistes et des écrivains emblématiquesà travers les âges des matériauxsusceptibles d’incarner leurs imaginations etleurs sensibilités.Leurs héros ont pour nom Hugo, Rimbaud,Céline, Prokofiev, Django Reinhardt ou…Camus comme dans Le dernier été d’un jeunehomme (Gallimard), le nouveau roman deSalim Bachi. Mêlant habilement fiction etéléments biographiques, sa propre sensibilitéd’exilé et les hantises du grand auteur deL’Etranger et des Justes, Bachi produit uneœuvre poignante et peu commune, qu’onpeut lire aussi comme un récit de filiation dela part de ce jeune romancier algérien exilé,en quête de sa patrie tant littéraire que géographique.La lente et progressive inscriptiondes francophones dans la production françaiseconstitue sans doute l’autre tendancemajeure de la création littéraire contemporaine.Les Algériens, les Haïtiens, les Libanais,et autres Camerounais font aujourd’huipartie intégrante d’une francité qui a su repousserses murs pour mieux incorporerles différentes inflexions identitaires et culturelless’exprimant dans la langue de Voltaire.Opération tout bénéfice pour les lettresfrançaises, comme l’illustre si bien le programmede cette rentrée littéraire où lesthématiques de l’«ensauvagement » des banlieueset la tentation d’extrémisme (PierreMérot, Laurent Obertone) cohabitent avec ladénonciation de la traite des Noirs (LéonoraMiano), la parabole du désespoir postcolonial(Lyonel Trouillot) ou les convulsionsd’un Moyen-Orient livré aux milices et auchaos (Charif Majdalani). La littérature françaiseest en passe de devenir une littératureréellement mondiale.la mémoire de mon peuple».Mais les derniers chapitres posent les basesd’un avenir meilleur pour les ennemis d’hier.Ce n’est là qu’un point de vue personnel, unrêve d’avenir gratuit né d’un souhait ardent.Denise continue d’y croire. C’est ce que cepassage laisse apparaître.Boumediene AbedTerre aimée, Algérie. Essai,Ed. El Ibriz, 149 pages,Denise Morel-Ferla, 2013.Romans étrangers : un lieu deretrouvaillesRiche en auteurs reconnus, le domaine étrangersera cette année plus un lieu de retrouvaillesque de découvertes. Retrouvaillesavec Coetzee, Louise Erdrich, Richard Ford,mais aussi avec James Baldwin, Joyce CarolOates, Richard Powers, Colum McCann, AlanHolinghurst, qui sont quelques-uns desgrands noms attendus avec impatience parles lecteurs francophones. Le trio de têtefait le buzz avec des romans qui ont déjà faitl’objet d’une réception très élogieuse dansleur pays. Récipiendaire du National BookAward et désigné par la presse américainecomme l’un des dix meilleurs livres de l’année2012, Dans le silence du vent (Albin Michel)de l’Américaine Louise Erdrich qui raconteun récit implacable de vengeance dansune réserve indienne, est particulièrementattendu. Mascotte des éditions de l’Olivier,Richard Ford, un autre Américain nobélisable,a su séduire le lectorat français dès sonpremier ouvrage traduit en France en 1991.Son nouveau roman, Canada, (L’Olivier) témoignedu talent narratif de ce grand conteurdes drames de l’Amérique éternelle. Le Sud-Africain Coetzee, prix Nobel de littérature etauteur d’une vingtaine d’ouvrages, revientavec son nouveau roman L’Enfance de Jésus(Seuil) qui frappe par sa narration d’une incomparablemaîtrise de sa matière. Partantdes mythes fondateurs et structurants, Coetzeepropose une critique cinglante de notremodernité guettée par la futilité et la décomposition.Ce qui fait la véritable richesse decette rentrée étrangère, c’est moins sesgrands noms que les noms peu célèbres internationalement,mais qui n’en sont pasmoins captivants pour autant. Les Coetzee,les Erdrich et les Ford sont les arbres qui cachentla forêt. Une forêt peuplée notammentde Sud-Africains de la nouvelle génération(Ivan Vladislavic et Troy Backlaws), d’untrès grand Coréen (Hwang Sok Yong), d’un Indiencomplètement déjanté (Jeet Thayil) etsurtout d’une foultitude de Turcs talentueux,jeunes et moins jeunes, réunis par les éditionsGalaade dans une anthologie répondantau beau titre de : Sur les rives du soleil. Surles rives du soleil est une anthologie «subjective»que nous propose Emmanuelle Collas,directrice de Galaade, une anthologiequi se veut «une invitation au lecteur à se laisserporter, dans l’absolue diversité, en untourbillon de rencontres», sur les voies del’imaginaire, là où «nos chansons tirent tantôtvers le bleu/tantôt vers le noir d’encre,sur les rives du soleil». S’il y a un livre de cetterentrée littéraire qu’il ne faut pas rater, c’estsans doute celui-là !T. C.


scienceLa NR 4722— Mercredi 28 août 201315Le plus ancien globe terrestre à montrerle Nouveau MondeBaptisé Erdapfel, le plus ancienglobe terrestre jamais retrouvé,a été fabriqué en 1492 par MartinBehaim. Au vu de cette date, il necomporte logiquement pas lecontinent américain à peine découvertà cette époque. C'estdonc une remarquable trouvaillequi vient d'être annoncée par desspécialistes : celle d'un globe remontantaux années 1500 et montrantle Nouveau Monde. L'objetpourrait ainsi être le plus ancienglobe terrestre trouvé et représentantle continent.De la taille d'un pamplemousse, ila été acheté en 2012 au LondonMap Fair par un acquéreur anonymequi a laissé S. Missinne, unI N F O E X P R E S SLa fusée japonaiseEpsilon n'a pas réussià décollerLe décollage de la fuséeEpsilon a soudainementété suspendu hier aprèsl'arrêt du compte àrebours. Le Japon avaitdéjà reporté une premièrefois le tir du premierexemplaire de ce nouveaumodèle de lanceur. Epsilonn'a toujours pas pris sonenvol. La fusée japonaisede nouvelle génération n'apas réussi hier à s'arracherde son pas de tir pour uneraison qui reste encoreindéterminée. Initialement,l'engin de 24 mètresde haut à propergolssolides devait quitter le solde la base d'Uchinoura à13H45 locales (04H45 GMT).Mais alors que le compte àrebours avait été entaménormalement, le lanceurn'a pas bougé et le tir a étésuspendu. «Nous sommesen train de vérifier, nouscommuniquerons lesinformations ultérieurement»,a indiqué à l'AFPune porte-parole del'Agence d'exploration spatialenippone (Jaxa).Pourtant, le chef du projets'était montré très confiantavant le décollage : YasuhiroMorita s'était mêmedit impatient de voiraboutir son travail. Moinsd'une minute avant la findu compte à rebours, uncommentateur de la Jaxaindiquait «la températureest de 27,5 degrés, le tempsensoleillé, il n'y a pas deproblème pour le lancement».Une fois le moment fatidiquevenu, toutefois, rienne s'est produit. «Eh, quese passe-il? Rien, rien, riendu tout», «Eeeeeh, pourquoi?», se sont étonnésles spectateurs sur le sitede vidéo Nico Nico Dougavoyant que la fusée restaitdésespérément immobile,raconte l'AFP.chercheur belge indépendant,l'étudier de plus près. «Quand j'aientendu parler de ce globe, j'étaisd'abord sceptique quant à sa date,son origine, sa géographie et saprovenance, et j'ai vérifié par moimême»,explique celui-ci dans uncommuniqué.«Après tout, personne n'en avaitentendu parler, et les découvertesde ce type sont extrêmementrares. J'étais pressé de me pencherdessus, et plus je l'étudiais,plus nous faisions des recherches,plus il devenait évident que nousavions là une découverte majeure»,ajoute t-il.Fabriqué à partir d'un œufd'autruche en ItaliePour percer les secrets de l'objet,le scientifique a utilisé la datationau carbone, des tests detomographie informatique, uneévaluation de l'encre, ainsi qu'uneanalyse géographique, cartographiqueet historique. Ceci a permisde découvrir que le globe aété fabriqué à partir d'un œufd'autruche, plus précisément dedeux moitiés inférieures de deuxœufs.Il daterait d'environ 1504 etaurait été conçu à Florence en Italie.Sur ses deux moitiés, on peut observerde nombreuses gravures etdes dessins montrant notammentdes monstres, des vagues entrelacéeset même un naufragé, a expliquéla Washington Map SocietyB O N À S A V O I Rqui a publié une étude dans larevue The Portolan. Le globe comporteaussi de nouveaux etvagues détails sur les Amériquestelles que les ont découvertes lesexplorateurs européens del’époque, Christophe Colomb etAmerigo Vespucci. Parmi les 71noms présents sur le globe, seulssept se trouvent dans l'hémisphèreoccidental.L'Amérique du Nord, elle, n'estreprésentée que par un grouped'îles éparses, et les trois noms situésdans l’Amérique du Sud sontMundus Novus (Nouveau, Une étude présentée hier révèle que la météoritequi s'est désintégrée dans le ciel russeavait déjà subi un processus de fusion intense.Et ce, avant d'entrer dans l'atmosphère de notreplanète. Révélations sur une étoile filante. La météoritequi s'est désintégrée en février dernierau-dessus de Tcheliabinsk avait déjà frappé unautre corps céleste ou frôlé le Soleil avant des'abattre sur Terre, selon une étude présentéehier.Certains des fragments retrouvés dans l'Ouralrusse montrent que la météorite a subi un «processusde fusion intense» avant même qu'elle aitpénétré dans l'atmosphère terrestre, selon l'analysede chercheurs de l'Institut de Géologie etde Minéralogie de Novossibirsk (IGM, Russie).Monde), Terra de Brazil et TerraSanctae Crucis (Terre de la SainteCroix).Le globe comporte également unephrase : "HIC SVNT DRACONES"(Voici les Dragons), selon la WashingtonMap Society citée parLiveScience.D’anciens objets en fer utilisés sur Terre sont d’origine célesteDes chercheurs ont révélé que les plus anciens objets en fer jamais découverts, des perles appartenant à des colliersfunéraires retrouvés dans un cimetière égyptien vieux de 5.000 ans, avaient été forgés à partir de météorites, rapporte larevue Journal of Archaeological Science.Après analyse approfondie de ces perles, au nombre de neuf, découvertes en 1911 par des archéologues britanniques dansle village d’El-Gerzeh, en Basse Egypte, les chercheurs ont découvert que celles-ci sont composées de fer météoritique, etnon de minerai terrestre.Ces petites perles proviennent de sites funéraires datés de quelque 3.200 ans avant JC et étaient enfilées sur des colliers encompagnie d’autres métaux précieux, comme de l’or, ou des gemmes (lapis-lazuli, agathe, etc.). Elles sont actuellementconservées au Musée Petrie de l’University College de Londres (UCL).Après avoir procédé à un examen non destructeur des perles, en les bombardant de neutrons pour lire la «signature»atomique de chacun des éléments composant leur alliage métallique, les scientifiques y ont découvert une forte teneur ennickel, en phosphore, en cobalt ainsi qu’en germanium, qui n’est présent qu’à l’état de traces infimes dans le ferterrestre.Donc, le métal qui a servi à fabriquer les perles est nécessairement né dans l’espace, avant de venir s’écraser sur Terre àbord d’une météorite, estiment les chercheurs.La météorite de Tcheliabinsk aurait frôlé le Soleil avantde s'écraser sur TerrePluie de météorites«Cela signifie presque à coup sûr qu'il y a eu unecollision entre la météorite de Tcheliabinsk etun autre corps du système solaire (astéroïde ouplanète), ou alors un passage près du Soleil», estimeVictor Chariguine, de l'IGM, qui doit présenterses résultats à la conférence Goldschmidtde géochimie, organisée à Florence (Italie). Unepluie de météorites s'est abattue le 15 février audessusde Tcheliabinsk après l'explosion, à unevingtaine de kilomètres d'altitude, d'un astéroïded'une taille estimée à 17 mètres de diamètreet d'un poids de 5 000 à 10 000 tonnes.Un millier de personnes blesséesPlus que les milliers de petits fragments rocheuxqui ont atteint le sol, c'est l'onde de chocde la désintégration, environ une minute plustard, qui a provoqué d'importants dégâts dansla ville, blessant plus d'un millier de personnes.De nombreux fragments ont été retrouvés dansla région mais on pense que le plus gros morceaude la météorité a sombré dans le lac Tchebarkoul,où certains scientifiques tentent de lelocaliser et de le remonter.


santéLa NR 4722 — Mercredi 28 août 201316P R O T H È S E SP I P300 Argentinesréclament 41milliards d'eurosLe scandale desprothèses PIP n'en finitpas. Trois centsArgentines, porteusesde prothèsesmammairesdéfectueuses PIP, ontdéposé plainte devantla justice argentinepour exiger 41 milliardsd'euros de dommageset intérêts, ontannoncé lundi leursavocates. «Nous avonsdéposé une plaintecollective contrel'entreprise françaisePoly Implant Prothèses(PIP), l'organisme decertification allemandTÜV et l'assureurallemand Allianz», adéclaré l'une d'elles,Virginia Luna.Des plaignantes fontpartie des 7 400femmes qui ont saisi lajustice française, quirendra son jugement le10 décembre.Cette affaire a pris uneampleur mondialepuisque les prothèsesPIP étaient distribuéesdans plus de 65 pays,dont la moitié enAmérique du Sud. Autotal, plus de 300 000femmes seraientporteuses d'implantsPIP dans le monde.15 000 personnesconcernées enArgentineSelon l'avocate, lemontant réclamé autitre des dommages etintérêts risqued'augmenter. Onestime à 15 000 lenombre de patientesconcernées par lesprothèses PIP, enArgentine. Et la plainteen nom collectif, si elleest acceptée, pourraitdéboucher surl'indemnisation del'ensemble de cespersonnes. Lors d'uneconférence de presse àBuenos Aires, l'avocateet trois victimes ontmontré à la presse lafragilité des prothèses.«Sur un échantillon de500 femmes, 19% ontdéploré une ruptureavec filtration du gelvers les aisselles, latête, le cou et aussi lespoumons», a affirmél'avocate.CosmétiquePlus de 100 produits duquotidien sont dangereux, Le magazine 60 millions de consommateurs dresseune liste des produits présents parmi les rayons dessupermarchés contenant des substances toxiques.Aliments, cosmétiques et détergents sont passés aucrible.«Pas une famille de produits n’yéchappe : aliments, cosmétiques,détergents… tous peuvent contenirdes ingrédients indésirables, dontle contact répété peut avoir un impactréel sur la santé», constate lemagazine 60 millions de consommateurs,de l’Institut national de laconsommation. Dans son éditiondu mois de septembre, le journaldresse une liste d’une centaine deproduits de grandes marques lesplus toxiques, épinglant ainsi desproduits de consommation courantetelle la boisson Coca-Cola, lefond de teint fondant de l’Oréal ouencore les nettoyants ménagersAjax, Cif et Mr Propre.Parmi les produits alimentaires, 60millions de consommateurs pointedu doigt le colorant caramel E150D,classé «cancérigène possible» par leCentre international de recherchesur le cancer, le sulfite de sodium(E221), les colorants azoïques etl’antioxydant BHA. Ces substancescomposent certains produitscomme le vinaigre balsamique deModène de Maille, le Coca-Cola, lesCarambar Mix minis, les boissonsénergisantes, les chewing-gumsHollywood, les soupes Maggi ouencore, les barres chocolatées de lamarque Kellogg’s.Des produits sur la selletteAu rayon cosmétique, le magazinemet en garde les consommateurssur les parabens, le triclosan et lephénoxyéthanol, dont les effets àlong terme sont encore inconnus etB O N À S A V O I R«seraient susceptibles de modifierle fonctionnement normal du systèmehormonal».Les lingettes pour bébé de Nivea,Pampers et Carrefour, l’eau thermaleAvène, le fond de teint fondantde L'Oréal, les dentifrices Colgateet Carrefour kids, et la crèmenourrissante pour le corps Soie deDove font partie des produits quien contiennent.Enfin, les produits ménagerscomme ceux des marques Ajax, Cifet Mr Propre, les lessives Mir, Arielet Woolite tout comme certains liquidesvaisselle et adoucissants nesont pas épargnés car ils contiennentdu méthylisothiazolinone(MIT), un agent chimique susceptiblede provoquer des allergies,notamment de l’eczéma.En alertant ainsi les Français, lemagazine 60 millions de consommateurssouhaite faire avancer la législationeuropéenne sur l’étiquetageet la composition des produits.En attendant, vous pouvez toujoursvous tourner vers les cosmétiqueset légumes bio et les produits d’entretienhome-made si votre emploidu temps et votre budget vous lepermettent…M É L A N O M EUn colorant pourraittraiter la tumeurLes malades souffrant demélanome pourraient êtretraités un jour par une injectionunique à base de colorant. Cettedécouverte reste encore malcomprise par les chercheurs.Le rose de Bengale, un produitutilisé pour colorer les cellulesendommagées des yeux et pourdépister des lésions de lacornée, pourrait être la clé d’untraitement des mélanomes enune injection unique. Unesolution, appelée PV-10 etpréparée à partir de ce colorant,aurait des effets inespérés entant que stimulant de laréponse immunitaire auxtumeurs, indiquent leschercheurs américains duMoffitt Cancer Center dans larevue PLoS ONE. Testée chez dessouris modèles de mélanome,une injection unique de PV-10aurait non seulement réduit deslésions cancéreuses de la peauet des métastases aux poumonsde manière significative, maiségalement aidé à l’action descellules immunitaires antitumorales.Entre autres,contrairement aux autresproduits testés en injection chezles souris, le PV-10 serait mieuxtoléré et plus sûr. «L’injectionintratumorale de PV-10 estassociée à une augmentationde la sécrétion d’interférongamma spécifique de latumeur», observent lesscientifiques, qui nes’expliquent toujours pascomment ce produit entraîneune telle stimulationimmunitaire. Concrètement, lePV-10 s’accumule dans leslysosomes, un organitecellulaire, et provoque unenécrose des cellules de latumeur.Fertilité : des framboises pour augmenter les chances de devenir père ?Selon une étude menée par des chercheurs américains, manger des framboises pourrait augmenter la fertilité des hommes et des femmes, grâcenotamment aux grandes quantités de vitamine C que ces fruits contiennent. Comme la plupart des fruits rouges, la framboise présente de nombreuxbienfaits pour la santé. Très peu calorique, elle est riche en minéraux et en fibres. Elle constitue ainsi un allié de taille pour répondre aux besoins ducorps. Mais elle pourrait aussi fournir un coup de pouce aux couples qui essaient d'avoir un enfant. C'est du moins ce que suggèrent les résultats d'unenouvelle étude américaine menée par des chercheurs du Lawrence Berkeley National Laboratory. Selon ces travaux repris par le Daily Mail, c'est entreautres les grandes quantités de vitamine C contenues dans les framboises qui pourraient améliorer la fertilité. Une portion de framboises de 100 g apporteen moyenne 25 mg de vitamine C, soit plus de 30% de l'apport journalier recommandé (AJR). Or, ce nutriment est connu pour jouer un rôle importantdans la fertilité masculine, en agissant notamment sur le stress oxydatif dont sont victimes les cellules sexuelles.20% de dégâts génétiques en moinsProvoqué par les fameux «radicaux libres», le stress oxydatif est un type d'agression qui s'attaque aux constituants des cellules, protéines comme ADN et yprovoque des dégâts. Il favorise ainsi notamment le vieillissement cellulaire et l'apparition de mutations génétiques. Mais la vitamine C a la capacité delimiter ce phénomène. De même que d'autres antioxydants et minéraux comme le magnésium, également présents en quantités non négligeables dansles framboises. L'étude menée par les chercheurs américains sur 44 hommes a permis de constater que les sujets qui avaient les apports les plus élevés envitamine C présentaient 20% de dégâts en moins au niveau de l'ADN de leurs spermatozoïdes contrairement à ceux qui avaient un apport peu élevé. Selonles auteurs, les antioxydants pourraient même réduire le risque de fausse couche une fois la conception réussie.«Les framboises fournissent des nutriments essentiels qui sont connus pour améliorer la fertilité des hommes et des femmes», confirme au Daily MailJuliet Wilson, nutritionniste britannique spécialisée dans la fertilité.«Les framboises n'ont pas encore acquis la reconnaissance de super-aliment des autres baies, mais elles présentent une richesse comparable ennutriments qui ne devrait pas être ignorée». «En plus des nombreux bienfaits pour la santé, les framboises sont un encas parfait pour les couples quiessaient de concevoir», précise la nutritionniste ajoutant qu'une portion de ces fruits contient autant de vitamine C que 173 grains de raisin. «Ils sont aussiune bonne source de folate [qui fait partie de la famille de la vitamine B] connu pour être essentiel dans les étapes clés dans la fertilité féminine et ledéveloppement précoce de l'embryon».Selon la spécialiste, les framboises seraient aussi un élément de choix dans le cadre d'une alimentation équilibrée, permettant de combler des fringalesavec très peu de calories (36 kcal pour 100g). Un élément d'importance alors que l'excès de poids peut jouer sur les hormones sexuelles et la fertilité. «Lesframboises sont souvent négligées mais leurs nombreuses propriétés et leurs antioxydants en font un aliment de choix présent sur les étals entre juillet etoctobre», conclut la spécialiste.


débatLa NR 4722 — Mercredi 28 août 201317La question stratégiqueL’Algérie face aux défis de l’heure, A l’instar des pays émergents, l’Algérie est affectée par des problèmes et des contraintes. Dans les faits, la situation semble s’aggraver en sachant que notre économie n’arrive toujours pas ni àproduire suffisamment, ni à parvenir à générer suffisamment de richesses, d’emplois et de technologies, ce qui explique aujourd’hui qu’il y a une série de difficultés socioéconomiques qui se posentdans le sens de l’efficacité économique notamment, fortement coûteuses pour la collectivité nationale au regard de nombreux facteurs dont on retiendra : l’inflation, le chômage, la destruction dumarché, la croissance de la dépense publique et les surcoûts enregistrés sur la réalisation des projets qui se situent en moyenne entre 20 et 40%, l’érosion du pouvoir d’achat, l’évolution du tauxPUBLICITEdémographique, le fort taux d’urbanisation, qui constituent un sérieux problème de société.Il ne se passe pas en effet, un jour où la presse ne qu’il ne contrôlait pas assez dans la mesure oùrapporte pas des mouvements de protestation socialetant du côté du secteur administratif que du gétaire restant l’otage de la rente et marquée parnotre pays reste dépendant d’une politique bud-secteur économique, ainsi que des manifestationsqu’organisent les chômeurs, les demandeurs nous ne sommes pas pour l’heure en face de pro-l’attitude de la pensée unique. Il est bien clair quede logement. En plus de la mauvaise gouvernance, blèmes de financement, mais plutôt de choix politiqueface à ces nouvelles réalités qui imposentil y a les affaires inhérentes aux scandales de corruptionqui viennent de secouer l’opinion publique, des stratégies d’entreprises favorables à la croissance,l’investissement, l’emploi et l’exportationqui aggravent encore la situation tant elle constitueun frein à l’investissement, ce qui demeure regrettablesachant que l’Algérie reste le plus vaste tique économique du pays, plus particulièrementhors hydrocarbures, garants d’une bonne poli-territoire d’Afrique, aux grandes potentialités et richesses,un marché stratégique, notamment aux avenir meilleur. Cela a fait que notre politique éco-pour donner aux jeunes la garantie et l’espoir d’unportes de l’Europe et de l’Afrique pour que notre nomique se passant du fait de la responsabilisationpays pourrait se développer économiquement et économique des entreprises et reste menée danssocialement puisque toutes ces attentes sont de natureéconomique et par conséquent s’imposer conjoncture pétrolière favorable, car laissant croireun cycle d'expansion monétaire accru grâce à unedans les mutations régionales pour une Algérie que l'Etat doit tout gérer, tout acheter, toutnouvelle. Le bilan de la microéconomie est encore construire, tout vendre et tout contrôler, alorstriste, mais une lutte doit s’engager, car l’honnêteté qu'on est dans une économie de marché. Et poseintellectuelle nous oblige à reconnaître que les un véritable problème à ce titre, notamment uneperspectives de croissance de l’économie algérienneaprès l’épuisement des réserves des hydueplus compliquée les réformes économiques etpréoccupation accrue pour le gouvernement et rendrocarburesou en cas de baisse des prix du baril les pouvoirs publics moins puissants dans l’instaurationd’un Etat fort et respectable. Alors queont une portée capitale quant à la question fondamentalede l’avenir de notre économie nationale le monde économique a complètement chan-gé àqui est celle : qui crée et développe l’économie l’heure de la globalisation de l’économie et de la financedevient cruelle au moment où notre déve-pour l’emploi, la richesse et les technologies ? Sile gouvernement éprouve encore le grand besoin loppement économique manque d'une chose essentielle: les compétences qui constituent au-d’une plus grande volonté de renforcer soncontrôle et développer l’économie à travers la jourd’hui une menace pour nos entreprises etmise en œuvre des plans de relance, mais l’administrationle cahier locale et les élus n’arrivent detoujours lapaspublicitéle terrain une contrainte potentielle dans la mesureenfin, une stratégie dans l'action qui constitue surà développer ces plans au niveau local, c’est donc où la mobilisation économique souffre de managementopérationnel, l’une des causes de l’échecde l’efficacité économique. Tout cela, à notrehumble avis, n’est plus possible aujourd’hui oùl’Etat qui édifie l’économie et crée l’emploi à l’heureoù l’actualité braque ses feux sur les grands rendezvousde l’économie mondiale dont l’entrée de l’Algérieà l’OMC et le partenariat avec l’Union européenne(UE) dans le contexte des mutations mondialeset régionales d’une part, et sachant que laforce productive doit reposer nécessairement surles travailleurs, les entreprises et l’émergenced’une classe moyenne en général, d’autre part.C’est tout l’enjeu futur pour les Algériens.C’est là un aspect important dans la mise en œuvredes réformes économiques dont notamment lesrègles et les mécanismes de l’économie de marché,sachant que l’Etat dépense trop d’argent dans lessubventions, les exonérations et réductions d’impôtset taxes, transferts sociaux… Et tout ceci necompense pas encore les tensions de l’inflation quiest une menace sérieuse, notamment sur l' économienationale. C’est dire que l’Algérie doit développerune politique économique sur les centresd’intérêt d’une économie d’entreprise commeprincipal acteur de l’économie nationale et à fortedémocratie, pour donner une grande place à l’investisseur,à l’homme à valeur H et aux connaissancestechniques, afin de faire face aux défis présentset futurs à l'heure de la démocratie (pluralisme),de la globalisation de l'économie et de lafinance. Et, enfin, laisser émerger des idées novatrices,des débats d'opinions et s’organiser démocratiquementcompte tenu de l’importance del’implication des élus, des élites, des organisationsprofessionnelles et de la société en général. En effet,l’Algérie est aujourd’hui face à ces réalités économiqueset politiques dont le besoin se fait de plusen plus pesant pour redresser la situation économiqueactuelle, car force est de constater qu’aprèscinquante ans d’indépendance, notre pays n’a malheureusementpropulsé au rang de pays émergentou avoir abouti sur la capacité et l’efficacitééconomique réelle, notamment notre économien’étant pas productive et ne créant pas de technologieset par conséquent elle reste toujoursentre la vitalité macroéconomique et l’inefficacitééconomique, otage de la rente, notamment sousperfusion des hydrocarbures (rente) et sur laquellenotre modèle économique demeure administréet exagérément centré sur le commerceavec un système financier faiblement efficace et rentablenotamment, les subventions, les exonérationset réductions fiscales et les assainissementsfinanciers qui continuent d’être un fardeau pour lebudget de l’Etat. Là aussi les questions de la fiscalitéordinaire et l’exportation hors hydrocarbures quiposent de sérieux problèmes dans le financementdu budget et suscitent des inquiétudes en matièrede consolidation et de perspectives budgétaires quirisquent d’aggraver le déficit budgétaire qui continuede peser sur nos réserves pour répondre auxfortes attentes des populations afin d’assurer la stabilitéet la paix.(Suivra)Abaci M’hamedLa NR 4722 — Mercredi Financier et auteur 28 août de deux 2013 ouvrages :Comptabilité des sociétés et gouvernance des entreprisesInsertions


sportLa NR 4722 – Mercredi 28 août 201322FranceLe Mans FC placé en redressementjudiciaire,Le Mans FC, plombé par de gravesdifficultés financières, a été placéhier en redressement judiciaire, unedécision qui compromet sérieusementles espoirs du club, qui évoluaitencore en Ligue 1 il y a quatreans, de pouvoir conserver son statutprofessionnel.Le club de l'homme d'affaires Henri Legardaa été débouté hier par le tribunaladministratif du Mans de sa demande dedélai pour le paiement 213 000 euros decotisations en retard à l'Urssaf, une goutted'eau au regard de l'ensemble de son passifqui se montait à 14,4 millions d'eurosfin juin. Assortie d'une période d'observationde six mois, la mesure est accompagnéede la nomination d'un mandataire judiciaire,d'un administrateur judiciaireet... d'un commissaire priseur. Pour LeMans FC, qui au temps de sa météoritiquesplendeur s'était lancé dans laconstruction du MMArena, un stade de25 000 places, dans le cadre d'un partenariatpublic-privé avec le groupe Vinci,cette décision risque de sonner le glas deson statut professionnel. Relégué sportivementde Ligue 2 en National à l'issue dela saison dernière, le club a déjà été rétrogradéadministrativement en CFA (4 e division,amateur) par la Direction nationaledu contrôle de gestion (DNCG). Cette décisiona été suspendue lundi en référépar le tribunal administratif de Nantes. LaFédération française de football (FFF) etla Ligue de football professionnel (LFP)doivent réexaminer la situation du clubdans les 15 jours.Conséquences financières pour la ville«Le sort du club est fondamentalemententre les mains de la DNCG, dont la jurisprudencen'est pas favorable», a reconnumardi le maire du Mans, Jean-Claude Boulard(PS). «La vraie question est de savoirsi la DNCG acceptera, comme le voudraitle droit commercial, de donner sa chanceau club. Celui-ci est parfaitement capablen Le Mans FC s'était lancé dans la construction du MMArena. (Photo > D. R.)HandballLes stages en Slovénie et Croatieannulés, Les stages de la sélection algériennede handball (messieurs) en Slovénie etCroatie, prévus du 25 août au 5 septembre,ont été annulés pour des «difficultésorganisationnelles internes», aannoncé la Fédération algérienne dehandball (FAHB) sur son site.Ces regroupements, qui figuraient au programmede la direction technique nationale(DTN), sont intervenus «dans unepériode marquée par la fin de mission dela cellule transitoire de gestion desaffaires de la FAHB et l’organisation del’assemblée générale élective de l'instancefédérale», a expliqué le nouveau présidentde la fédération, Saïd Bouamra,dans un communiqué.«Les difficultés liées à la réservation desbillets d’avion en cette période estivale etau financement des visas d’entrée en Slovénieet Croatie ont été derrière cetteannulation forcée», a-t-il expliqué.«Malgré tous les efforts consentis et lavolonté des responsables de la FAHB, cedéplacement n'a pu être finalisé. Cependant,le programme de préparation del’équipe nationale messieurs ainsi queceux des autres équipes nationales sonttoujours maintenus», a-t-il conclu.La Fédération algérienne de handball aété secouée par une crise qui a duré plusde deux ans et n'a connu son dénouementque le 17 août dernier avec l'électionde Saïd Bouamra à la tête de l'instancefédérale.Cette situation a emmené aussi la FAHBà retirer ses sélections féminines(cadettes et juniors) des 8 e et 19 e championnatsd'Afrique des nations à Oyo(Congo-Brazzaville).L'équipe nationale (messieurs), sous lahoulette de l'entraîneur intérimaireRabah Gherbi, prépare les prochaineséchéances, notamment la couped'Afrique des nations-2014 qui aura lieuen janvier en Algérie.Mondial-2014,La Fédération malienne de football(malifoot) envisagerait d'envoyer lasélection A', composée de joueurslocaux, pour affronter l'Algérie, le 10septembre prochain au stade Mustapha-Tchaker de Blida (20h30), pour le comptede la 6 e et dernière journée des qualificationspour le Mondial 2014, rapportehier le site spécialisé malifootball.La décision de Malifoot serait dictée parl'élimination des «Aigles» de la coursepour le Mondial, au moment où l'équipeA' a arraché son billet pour la phasefinale du championnat d'Afrique desnations CHAN 2014, prévu en Afrique duSud.Le match face à l'Algérie pourrait constituerun bon test préparatoire pour lesde mener une saison en National avecun étalement de son passif et l'aide departenaires», a-t-il déclaré à l'AFP. Le 14août, le club avait déjà été condamné parle tribunal de commerce à verser 545 000euros de loyers impayés à la filiale dugroupe Vinci gérant le stade MMArena, LeMans Stadium. Mais cette mesure s'étaitaccompagnée d'un étalement de lacréance.«Dans le cas de l'Urssaf, l'étalement estplus difficile à obtenir et la décision de redressementjudiciaire était malheureusementprobable. A la DNCG maintenantde laisser une chance au club. Il ne fautpas oublier qu'il y a beaucoup d'autresclubs en situations financières délicates»,a estimé M. Boulard. La DNCG, aprèsavoir initialement rétrogradé en divisiond'honneur le club en raison de ses dettesle 9 juillet, avait finalement décidé de nele reléguer qu'en CFA. A ce jour, Le MansFC n'a repris aucune compétition alorsque les championnats ont déjà redémarré.Le club n'a pas souhaité réagirimmédiatement à la décision du tribunalmardi.Outre l'enjeu sportif, une perte du statutprofessionnel du Mans FC aurait égalementd'importantes conséquences financièrespour la collectivité: la ville du Mansrisque de devoir payer jusqu'à 44 millionsd'euros à Vinci en cas de disparitiondu club résident du MMArena.Premier stade français construit --pour uncoût pharaonique-- en partenariat publicprivé,cette structure de 25 000 places n'ajamais accueilli de match de Ligue 1: leMans FC a quitté l'élite à l'issue de la saison2009-2010, avant son inauguration.Parmi les parraineurs susceptibles del'accompagner en cas de maintien en National,Le Mans FC a régulièrement cité legroupe Veolia et l'homme d'affaires sarthoisClaude Hervé.R. S.Le Mali jouerait avec sa sélectionA' face à l'AlgérieMaliens locaux, précise la même source.Le Mali se trouve actuellement sanssélectionneur après le départ du technicienfrançais, Patrice Carteron, partiau TP Mazembe (RD Congo).L'Algérie, leader de son groupe avec 12points, est qualifiée pour le tour des barrages.Les Verts ne peuvent être rejointspar le Mali, second au classement avec8 points.La sélection nationale sera fixée sur sonadversaire aux barrages, le 16 septembre,à l'occasion du tirage au sortprévu au Caire, mais qui sera vraisemblablementdélocalisé en raison de lasituation sécuritaire qui prévaut enEgypte.


sportLa NR 4722 – Mercredi 28 août 201323AlgérieUne grande nation de footballDynamo DresdenAoudia ouvre son compteurbuts,L'attaquant international algérienMohamed Amine Aoudia ainscrit son premier but sous lescouleurs de son nouveau club, leDynamo Dresden, lundi soir lorsde la défaite (2-1) sur le terrain deSt. Pauli pour le compte de la 5 ejournée du championnat d'Allemagnede football de 2 e division(Bundesliga 2). L'ex-attaquant del'ES Sétif, qui a disputé la totalitédu match, a permis à son clubn La fameuse équipe nationale de 1982 avec Korichi, Merezkane, Madjer... (Photo > D. R.)d'ouvrir le score à la 71 e minutede jeu sur un coup de tête à lasuite d'un corner bien tiré.Mais en dépit de cette réalisation,le Dynamo Dresden, qui a raté unpenalty provoqué par l'AlgérienBillel Ouali, a encaissé deux butsinscrits par Florian Kringe (73’) etSebastian Maier (88’).A l'issue des matchs de la 5 e journée,les équipiers d'Aoudia, quin'ont remporté aucune victoire (2nuls et 3 défaites), sont derniersdu classement avec 2 points.Aoudia n'a pas été convoquélundi par le sélectionneur national,Vahid Halilhodzic, pour lematch face au Mali du 10 septembreprochain à Blida dans lecadre de la 6 e et dernière journéedu 2 e tour des éliminatoires duMondial-2014 au Brésil.Le technicien bosnien lui a préféréEl-Arbi Soudani, Ishak Belfodil,Islam Slimani et Nabil Ghilas enattaque.collectivesportive et footballistiquealgérienne est Lamémoirechargée d’images comme celledes joueurs de 1958 (celle des MekhloufiRachid), 1960 (la générationpostindépendance des HaceneLalmas), 1975 (celle des DraouiAïssa), 1978 (du virevoltant OmarBétrouni), 1982 (l’époque des Madjer,Belloumi, Assad, Zidane), 1986(l’admirable Kaci-Saïd et consortsqui ont tenu la dragée haute auBrésil de Socrates), 1990 (l’Algériechampionne d’Afrique avec lesAmani, Oudjani, Menad), ou encoreles années 1992 à 2000, àl’époque de la décennie noire ouseul l’athlétisme avec les Morceli etBoulmerka sont parvenus à montersur la plus haute marche dupodium. Et pourtant durant untemps, le football algérien avaitune armada de joueurs doués et talentueuxtels les Dziri, Kraouche,Belbey, Harchache, Tasfaout, Belatouiet bien d’autres. C’était unegénération sacrifiée à cause de l’instabilitéde la Fédération algériennede football et des conflitsqui existaient à l’époque. Entre lesannées 2010 et 2013, le football algérienrevient en force et a galvanisédes milliers de supporters envendant des rêves et en procurantque du bonheur, de la joie à tousles Algériens qui déambulent emblèmenational sur les épaules,banderoles, casquettes et autresécharpes aux couleurs de l’Algérie,et tee-shirts à l’effigie desjoueurs…En un mot, le football en Algérie représentele second soleil pour toutun chacun, même pour la gent féminine,qui à chaque manifestationfootballistique sportive, se retrouvesur les places publiques,dans leurs quartiers ou dans lescafés pour ne parler, comme lereste de la population, que d’unseul sujet : celui des Verts. Pourbeaucoup, ils émettent des avispour la plupart favorables pleind’optimisme à chaque fois que lesFennecs ou les guerriers du désertaffrontent une équipe adverse, lafièvre du football investit alors lesrues, les quartiers, les maisons, leslieux publics, les stades avec desslogans qui vous donnent la chairede poule, alors là c’est le grand délirecollectif qui habituellement accompagnechaque rencontre defootball. Si les jeunes ont aujourd’huipour idoles Bougherra, Slimani,Feghouli, Brahimi, Soudani,Ghilas, Belfodil, Djabou…, ilsn’ignorent rien de la première générationd’avant-indépendance quiressemble catégoriquement à celleprécitée par leur dévouement à lapatrie, leur abnégation…Cinquante ans déjà !Ils étaient une poignée. Ils s’appelaientBentifour, Boumezrag, Maazouza…En répondant à l’appel du FLN, enbâtissant la formation de la liberté,celle du FLN, ils donnaient uneautre dimension au combat pourl’indépendance de tout un peuple.Les Mekhloufi, Bentifour, Brahimi,Maouche, Kermali, Bouchouk,Oudjani, Zitouni, Benfedha, Amara,Boubekeur, Doudou, Bouchache,les frères Soukhane, les frères Ibrir,Rouai, Arribi, Haddad, Defnoun,Bekhloufi, Boumezrag, Bourtal,Oualiken, Mazouz, Bourricha, Kerroum,Zouba, Chabri, Settati,Khaldi demeurent des légendes vivanteset historiques qu’ils faut raconteraux plus jeunes. C’est plusqu’un résultat sportif, c’est le gainpolitique et diplomatique qui importaità cette époque aux joueursprofessionnels et au FLN-1958, quiillustrait la formidable épopée dela glorieuse équipe du Front de Libérationnationale sous l’occupantfrançais. Plus de cinquante ansque cette équipe est née pour unecause noble et juste de surcroît,l’indépendance de l’Algérie. Lecombat de ses hommes braves àtravers le football fut magique avecun palmarès éloquent de 91matchs disputés entre 1958 et1962, avec 65 victoires, 13 matchsnuls et seulement 13 défaites avec385 buts marqués pour 127 encaissés.«Vous savez, les gens raisonnent enterme de carrière, de palmarès etde finances. La Coupe du mondebien sûr que j’y pensais mais cen’était rien au regard de l’indépendancede mon pays», disait RachidMekhloufi.La génération postindépendanceHuit des joueurs sélectionnés dansl’équipe du FLN feront partie dela première sélection nationaled’une Algérie libre et souveraine en1963 constituée de Boubekeur, Aftouche,Messaoudi, Siki, Salah, Belbekri,Issad, Meziani Bouhizeb, Lalmas,Zitouni, Lemoui…Les jeunes actuels, sans avoir vécules matchs de l’époque ont la têtepleine de ces images transmisespar leurs ainés qui continuent devouer une très grande admirationpour la génération des Lalmas, Seridi,Meziani…1975, c’était l’année du premiersacre officiel pour le football algérien,bien sûr ce n’est pas un titrecontinental, ni une qualificationpour les phases finales des Jeuxolympiques ou mondiaux, maispour un pays encore jeune, cettemédaille d’or symbolisait les effortsconsentis pour la promotiondu sport au service des citoyens,c’était la génération des Cerbah,Menguelti,Betrouni,Keddou…menée par un diablotinDraoui Aïssa, la nouvelle coqueluchedu football algérien, celuiqui est parvenu à tromper le TunisienAttouga, l’un des meilleursgardiens au monde en demi-finaledes Jeux méditerranéens d’Alger.C’était la grande lessive effectuéepar Rachid Mekhloufi qui est arrivéà remettre les pendules àl’heure en faisant appel à desjoueurs de l’équipe nationale militaire,pur produit de son passagecomme entraîneur, et du jour aulendemain, les Gamouh, Hadefi,Ouchéne, Selmi et les autres disparaissent.En 1982 et 1986, il y a eu les deuxparticipations à la Coupe dumonde en Espagne et au Mexique,le fruit d’un long travail planifié parles hautes instances footballistiques.Puis vint la décennie noire…Kouider DjouabE ND E U XM O T SLa LFP dévoilele calendrier du moisde septembreLa Ligue de footballprofessionnel (LFP) adévoilé hier le calendrierdes prochaines journées deschampionnats de Ligues 1 et2, du mois de septembre.Ainsi, la 3 e journée de laLigue 1 se jouera le mardi 3septembre, alors que la 4 ejournée est fixée au samedi14 septembre, mais seratronquée du match ES Sétif-JSM Béjaïa, en raison del'engagement des Sétifiensen coupe de laConfédération. Cetterencontre en retard sejouera le mardi 24septembre. La 5 e journée estprogrammée, quant à elle,pour le samedi 21septembre, sans le matchASO Chlef-ES Sétif, décalé àmardi 1 er octobre. La 6 ejournée aura lieu le samedi28 septembre.Concernant la Ligue 2, la 3 ejournée se disputera lemardi 3 septembre, alorsque les 4 e , 5 e , et 6 e journées,sont prévuesrespectivement le 13, 20 etle 27 septembre.Quotidien national d’information.Edité par la Sarl SEDICOM aucapital social de 100 000 DA.Rédaction - Direction -Administration : Maison de laPresse. 1, rue Bachir Attar,Place du 1 er -Mai - Alger.Tél. : 021 67.10.44/67.10.46Fax : 021 67.10.75.Compte bancaire : CPA 103 40008971.1 . 114, rue Hassiba-BenBouali, agence Les Halles.Membres fondateurs :Gérant, directeur de la publication:Abdelwahab Djakoune.Directeur de coordination :Samir SabekDirecteur commercial :Ouahid Kouba.Composition PAO La NouvelleRépublique Impression Alger :SIMPRAL.Oran : SIO. Constantine : SIE.Diffusion centre : SEDICOM.Ouest : SPDO. Est : El Khabar. Sud :Trag diffusion Publicité : LaNouvelle République, Maison dela Presse. Tél. : 021 67.10.72. Fax : 02167.10.75. E-mail :lnr98@yahoo.fr/E-mail pub :lnr98publicite@yahoo.fr - ANEPSpa : 1, avenue Pasteur, Alger. Tél. :021 73.76.78 - 021 73.71.28. Fax : 02173.95.59 - 021 73.99.19.Conception : Studio Baylaucq,Paris, France. Tél. : +331 44.90.80.40Les manuscrits, photographies outout autre document adressés à larédaction ne peuvent faire l’objetd’une quelconque réclamation.


NRLALA NOUVELLE RÉPUBLIQUEsportLa NR 4722 – Mercredi 28 août 2013en directSélection de handballLes stages en Slovénieet en Croatie annulésle match à suivreMondial-2014Le Mali jouerait avec sasélection A' face àl'AlgériefootballDynamo DresdenAoudia ouvre soncompteur butsYebda, Harek et Rial pour faireoublier la Guinée, Le sélectionneurnational des Verts, VahidHalilhodzic, est dans leflou presque total. Ilnavigue d’un pôle à l’autre,à la recherche d’uneéquipe ferme, capable defaire oublier un certain 14août 2013.A quelques pieds seulement duprochain match comptant pour la6 e et dernière journée (Gr H) desqualifications pour le Mondial2014 contre la sélection malienneprévu le 10 septembre au stadede Mustapha-Tchaker de Blida(20h30), le coach Vahid n’a toujourspas finalisé la liste officielledes joueurs appelés à affronterles Maliens. La dernière rencontreamicale face à la Guinée auralaissé des traces pas très correctesauprès du public algérien.Y aura-t-il une recette miraclepour éviter une catastrophe, bienque certains médias annoncentdéjà que cette rencontre n’auraaucun impact sur la qualificationpour le prochain mondial, alorsque d’autres, plus avertis, ne fontpas la différence entre une rencontreamicale et officielle.Chaque confrontation sportiveamène son lot de critiques desatisfactions et de révélationsavec lesquelles, il conviendraitde composer.En attendant le stage programméau Centre technique national deSidi Mousssa, le Bosniaque a communiqué,via le site officiel de laFédération algérienne de football,la liste des 23 joueurs retenuspour ce match. Pas trop de changements,la même équipe est retenue,à l’exception de quelquesjoueurs qui feraient leur entrée àl’occasion de ce prochain match,en l’occurrence le retour en superforme du milieu de terrain défensifdu FC Grenade, Hassan Yebda,après une absence remarquée depuisnovembre 2011, suite à une Le joueur algérien Hassan Yebda. (Photo > D. R.)grave blessure au genou.Cette forme s’est faite remarquéelors de sa dernière sortie face àOssasuna en inscrivant un jolibut lors de la seconde journéede la Liga espagnole, ce qui a bienévidemment alerté le commandantde bord des Verts.L’autre figure qui aura sa placedans cette rencontre, est le retourde l'arrière-gauche algérienFethi Harek (Bastia), qui évolueaussi dans l'axe central, lequelavait fait un court passage en2008. Ainsi, ce dernier avait étéconvoqué, pour rappel, lors dela Coupe d’Afrique des nations2012. Cette arrivée pourrait réglerle problème de cet axe quiavait présenté des fissures assezméchantes face à la Guinée. Unaxe qui a posé d’énormes problèmeau Bosniaque, jusque-làassuré par Belkalem, l'ex-défenseurde la JS Kabylie. Il faut croireque Fathi, ce gaucher de Bastia,venait de confirmer toute sa valeurlors de son dernier matchoù il a confirmé son statut de titulaireau sein de sa formation.Enfin, l'autre joueur qui retrouvela sélection est l'actuel capitainede la JSK, Ali Rial, qui aura sachance cette fois-ci de mettre enexergue toute sa technicité. Rappelonsqu’il a déjà été convoquépar Vahid, cependant il n'avaitpas eu la chance de jouer. Lessortants sont au nombre de six.Une mise à l’écart qui ne seraitpas définitive.La surprise vient de la non convocationdu gardien de but LamineZemmamouche. Les autres sontRafik Halliche (blessé), Rafik Djebbour,Faouzi Ghoulam (sans club),Foued Kadir (qui devrait quitterl'OM), Hamza Koudri (qui a fait lesfrais du retour de Yebda). Onparle d’un autre remaniementjuste avant la rencontre du 10septembre. Ce qui est fort à noter,c’est le tirage au sort pour lesbarrages prévu le 16 septembreen Egypte. Le match aller des barrages,qui mettront aux prises lesdix qualifiés de ce second tour, sejouera entre le 11 et le 15 octobrealors que la rencontre retour estprévue entre les 15 et 19 novembre.H. HichemA voir :Eurosport : Tennis, US Openà 20h05Canal + sport : FC Barcelone- Atlético Madrid à 21h50BoxeL'équipe algérienne peaufine sa préparationLa sélection algérienne (seniors messieurs) de boxepoursuit sa préparation en prévision des championnatsdu monde prévus du 11 au 27 octobre prochain à Almaty(Kazakhstan), en effectuant un stage de préparation àAlger du 27 août au 10 septembre, a t-on appris mardiauprès du directeur technique national, Mourad Meziane.Sous la houlette des entraîneurs nationaux : AbdelhadiDjellab, Boualem Ouadahi et Bahaous Merchoud,14 boxeurs prennent part à ce stage qui se dérouleau complexe sportif «sveltesse» à Chéraga (Alger).Juste après le stage d'Alger, la sélection nationale prendrapart au tournoi international d'Ouzbékistan prévudu 11 au 17 septembre prochain. «Ce tournoi sera trèsbénéfique pour nos boxeurs qui vont se mesurer à desadversaires de différentes nationalités. Il permettra ànos boxeurs d'accroître leur volume compétitif et decroiser les gants face à des concurrents redoutables, auvu du niveau élevé des sélections qui y participent», adéclaré Meziane à l'APS. De retour d'Ouzbékistan, les pugilistesalgériens et leur staff rallieront la capitale cubainepour prendre part au stage précompétitif qui sedéroulera du 21 septembre au 6 octobre prochain.Après le rendez-vous cubain, l'équipe nationale entrerade nouveau en stage d'une semaine à Alger, avant des'envoler pour Almaty où se tiendront les championnatsdu monde de boxe. Par ailleurs, l'équipe nationale cadette(garçons) se prépare avec la sélection nationalejuniors qui participe actuellement au 1 er camp nationalde préparation des jeunes athlètes à Sétif, en prévisiondes championnats du monde de cette catégorieprévus du 5 au 16 septembre en Ukraine. De leur côté,les cadettes-juniors (filles), dirigées par l'entraîneurnational, Khaled Harima, préparent du 19 août au 5septembre à Alger les championnats du monde de lacatégorie prévus à Albénat (Bulgarie) du 20 au 30 septembreprochain.

More magazines by this user
Similar magazines