ÉTUDE D'IMPACT - Ajouter aux favoris

marchespublics.paysducoquelicot.com

ÉTUDE D'IMPACT - Ajouter aux favoris

AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 1/165AMIENS AMÉNAGEMENTZAC QUARTIERS NORDÉTUDE D'IMPACTJUIN 2006D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 2/165Amiens AménagementSOCIETE D'ECONOMIE MIXTE AMIENS AMENAGEMENTZAC Quartiers NordDossier de créationÉtude d'impactÀ l'attention de Monsieur Herbettejuin 2006D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 3/165CONTENUSOMMAIRE DETAILLE ........................................................................................................................................... 4RÉSUMÉ NON TECHNIQUE ............................................................................................................................. 10INTRODUCTION .......................................................................................................................................................15PREMIERE PARTIE : ETAT INITIAL DU SITE...............................................................................................19SECONDE PARTIE : LE PROJET .........................................................................................................................81TROISIEME PARTIE : ANALYSE DE L'IMPACT......................................................................................... 101QUATRIEME PARTIE : MESURES COMPENSATOIRES.......................................................................... 130CINQUIEME PARTIE : INFORMATION DU PUBLIC............................................................................... 132SIXIEME PARTIE : IMPACT SUR LA SANTE................................................................................................ 136Pour une lecture rapide, on lira :• RÉSUMÉ NON TECHNIQUE page 10• ÉLÉMENTS MIS EN ÉVIDENCEPAR L'ANALYSE DE L’ÉTAT INITIAL DU SITE page 80• TABLEAU DE SYNTHÈSE DES IMPACTS page 129• INFORMATION DU PUBLIC page 132La présente étude d'impact a été réalisée par Didier Lamy8, place Bellecour - 69002 LyonD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 4/165Rue Guynemer vers le nord (à droite : la Poste)mercredi 21 septembre 2005, 12:51:12 [photo n° 25]D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 5/165SOMMAIRE DETAILLERésumé non technique ........................................................................................................................................... 10INTRODUCTION .......................................................................................................................................................15a/ Contexte général .....................................................................................................................................15b/ Les Quartiers nord : 45 ans d’histoire.................................................................................................15c/ Les Quartiers nord : quelques spécificités ..........................................................................................16PREMIERE PARTIE : ETAT INITIAL DU SITE...............................................................................................191. Aire de l'étude : un vaste périmètre ..............................................................................................................192. Contexte économique et social......................................................................................................................19a/ L’agglomération amiénoise....................................................................................................................19• Contexte général ............................................................................................................................19• L’activité économique ...................................................................................................................20• La démographie Amiénoise..........................................................................................................22b/ Les Quartiers Nord ................................................................................................................................25• Usage actuel des sols .....................................................................................................................25• La population..................................................................................................................................26• Équipements collectifs..................................................................................................................28c/ L’activité économique et l’emploi ........................................................................................................29• Situation actuelle ............................................................................................................................29• La ZFU............................................................................................................................................31• Les projets.......................................................................................................................................323. Planification urbaine et réglementation .......................................................................................................33a/ Le développement urbain : planification et documents de référence...........................................33• Plan d’occupation des sols et Plan local d’urbanisme..............................................................33• Le Schéma directeur ......................................................................................................................33• Le Contrat de Ville ........................................................................................................................34• Le Grand Projet de Ville de 2001 ...............................................................................................34• La convention ANRU de 2005 ...................................................................................................36b/ Situation administrative du site ............................................................................................................37• Situation au regard des documents d'urbanisme ......................................................................37• Parcellaire, statut foncier...............................................................................................................374. Les sols ..............................................................................................................................................................39a/ Géologie ...................................................................................................................................................39b/ Cavités et anomalies du sous-sol..........................................................................................................415. L'eau...................................................................................................................................................................41a/ Hydrogéologie.........................................................................................................................................41b/ Hydrologie de surface ............................................................................................................................42D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 6/166• Eaux pluviales.................................................................................................................................42• Eaux usées .....................................................................................................................................43• Le milieu naturel récepteur : la Somme......................................................................................446. L'air ....................................................................................................................................................................45a/ Cadre réglementaire et méthodologique .............................................................................................45b/ La qualité de l’air à Amiens ...................................................................................................................477. Le climat............................................................................................................................................................518. La faune et la flore...........................................................................................................................................52a/ Le contexte ..............................................................................................................................................52• La Somme et les milieux humides...............................................................................................52• Le plateau crayeux picard .............................................................................................................54b/ Le site........................................................................................................................................................54• Faune................................................................................................................................................54• Flore.................................................................................................................................................549. Le bâti et le patrimoine culturel.....................................................................................................................59a/ Le bâti.......................................................................................................................................................59b/ Les monuments historiques et sites protégés ....................................................................................60c/ Patrimoine archéologique......................................................................................................................6010. Les paysages......................................................................................................................................................61a/ Ambiance générale..................................................................................................................................61b/ Points de vue actifs et passifs ...............................................................................................................6211. Cadre de vie......................................................................................................................................................64a/ Desserte et voirie ....................................................................................................................................64• Axes principaux..............................................................................................................................64• Voies secondaires...........................................................................................................................65b/ Les réseaux...............................................................................................................................................65c/ Collecte des ordures ménagères ...........................................................................................................65d/ Le bruit .....................................................................................................................................................66• Le bruit lié à la circulation des automobiles et des cyclomoteurs..........................................66• Le bruit lié à la présence humaine...............................................................................................6612. Les déplacements.............................................................................................................................................67a/ Le PDU ....................................................................................................................................................67b/ Circulation automobile ..........................................................................................................................69c/ Transports en commun .........................................................................................................................70• Le réseau actuel ..............................................................................................................................70• Le projet de Transport en commun en site propre..................................................................71d/ Piétons et cyclistes..................................................................................................................................7413. Servitudes d’utilité publique...........................................................................................................................7714. Risques...............................................................................................................................................................78a/ Présence de cavités et d’anomalies dans le sous-sol .........................................................................78b/ Autres risques..........................................................................................................................................78• Arrêtés de Catastrophe Naturelle................................................................................................79D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 7/165SECONDE PARTIE : LE PROJET .........................................................................................................................811. Objectifs et principes ......................................................................................................................................81a/ Les objectifs de la ZAC .........................................................................................................................81b/ Développement durable ........................................................................................................................822. La procédure de ZAC.....................................................................................................................................83a/ Le choix du périmètre de la ZAC ........................................................................................................83b/ Conformité avec les documents d’urbanisme....................................................................................83c/ L’intervention de la collectivité est-elle nécessaire ? .........................................................................833. Les grandes orientations.................................................................................................................................84a/ Réaffectation du foncier ........................................................................................................................84b/ Mixité urbaine et renouvellement de l’habitat....................................................................................86c/ Amélioration de l’offre d’équipements publics et de services.........................................................87d/ Revitalisation économique ....................................................................................................................874. Justification du projet : les étapes de l’élaboration.....................................................................................88a/ Les alternatives........................................................................................................................................88b/ Maturation du projet et arbitrages financiers : un travail partenarial ............................................89c/ Concertation avec la population...........................................................................................................90d/ La solution retenue : un développement urbain global....................................................................925. Description du projet......................................................................................................................................92a/ Renouvellement du cadre bâti ..............................................................................................................92b/ Le logement .............................................................................................................................................92c/ Les espaces publics et la voirie .............................................................................................................93d/ Les espaces verts.....................................................................................................................................97e/ Les réseaux...............................................................................................................................................97f/ Assainissement........................................................................................................................................98• Eaux de ruissellement des bâtiments et des espaces verts......................................................99• Eaux de ruissellement des voiries existantes.............................................................................99• Eaux de ruissellement des nouvelles voiries..............................................................................99g/ Période de réalisation des travaux d’aménagement........................................................................ 101TROISIEME PARTIE : ANALYSE DE L'IMPACT......................................................................................... 1021. Impact économique et social ...................................................................................................................... 102a/ Impact social......................................................................................................................................... 102• Diminution de la population..................................................................................................... 102• Renouvellement de l’habitat et mixité urbaine....................................................................... 104b/ Équipements......................................................................................................................................... 106c/ Impact sur les activités et l’emploi.................................................................................................... 107• Activité économique................................................................................................................... 107• Création d’emplois...................................................................................................................... 108d/ Impact global à l’échelle de l’agglomération.................................................................................... 1092. Impact sur les sols ........................................................................................................................................ 1103. Impact sur l'eau............................................................................................................................................. 113a/ Impact hydrogéologique..................................................................................................................... 113D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 8/165b/ Impact sur l'hydrologie de surface (eaux pluviales)........................................................................ 114c/ Impact sur l’assainissement (eaux usées) ......................................................................................... 1164. Impact sur l'air............................................................................................................................................... 1175. Impact sur le climat...................................................................................................................................... 1176. Impact sur la faune et la flore..................................................................................................................... 1177. Impact sur les biens et le patrimoine culturel .......................................................................................... 1188. Impact sur les paysages................................................................................................................................ 118• Bâti ................................................................................................................................................ 119• Traitement des espaces publics................................................................................................. 119• Espaces verts ............................................................................................................................... 1209. Impacts sur le cadre de vie.......................................................................................................................... 122a/ Impact sur la voirie.............................................................................................................................. 122b/ Impact sur les réseaux......................................................................................................................... 123c/ Impact sur la collecte des ordures ménagères................................................................................. 124d/ Impact sur le stationnement .............................................................................................................. 124e/ Impact sur le bruit ............................................................................................................................... 12510. Impact sur les déplacements....................................................................................................................... 126a/ Déplacements automobiles ................................................................................................................ 126b/ Déplacements des piétons et des cyclistes....................................................................................... 128c/ Impact sur les transports en commun.............................................................................................. 128QUATRIEME PARTIE : MESURES COMPENSATOIRES.......................................................................... 1301. Renforcement de la protection de l’aquifère............................................................................................ 1302. Impact sur l’hydrologie de surface............................................................................................................. 1303. Travaux d'aménagement.............................................................................................................................. 131CINQUIEME PARTIE : INFORMATION DU PUBLIC............................................................................... 1321. Auteurs de l'étude......................................................................................................................................... 1322. Méthodes utilisées et difficultés rencontrées ........................................................................................... 132a/ Méthode générale................................................................................................................................. 132• Étude de l'impact environnemental......................................................................................... 132• Étude de l'impact social et économique.................................................................................. 132• Utilité du présent rapport.......................................................................................................... 133b/ Données utilisées ................................................................................................................................. 133c/ Liste des personnes et services contactés ........................................................................................ 134• Services de l'État ......................................................................................................................... 134• Maîtrise d'œuvre et bureaux d'études ...................................................................................... 135• Autres............................................................................................................................................ 135d/ Difficultés rencontrées........................................................................................................................ 135SIXIEME PARTIE : IMPACT SUR LA SANTE................................................................................................ 136D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 9/165ANNEXE 1 : SITUATION DU PROJET............................................................................................................ 138ANNEXE 2 : PÉRIMÈTRE DE LA ZAC ........................................................................................................... 140ANNEXE 3 : PRINCIPES D'AMÉNAGEMENT............................................................................................. 142ANNEXE 4 : ASSOCIATIONS ............................................................................................................................. 144ANNEXE 5 : STATION D'ÉPURATION D’ AMBONNE A LONGPRE-LES-AMIENS .................. 150ANNEXE 6 : ZONE FRANCHE URBAINE .................................................................................................... 153ANNEXE 7 : ASSAINISSEMENT........................................................................................................................ 160ANNEXE 8 : CHARTE LOCALE D’INSERTION.......................................................................................... 163D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 12/165Intersection Lecointe / Lagrange (vers l’ouest)mercredi 21 septembre 2005, 11:48 [photo n° 2]Intersection Lagrange / Massenetmercredi 21 septembre 2005, 11:51 [photo n° 3]D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 13/165Des coupures importantes séparent les différents quartiers. Les commercessont rares. Le paysage ne comporte pas ou peu d'éléments remarquables,hormis le marché couvert.L’orientation générale du projet urbain élaboré par le cabinet FrançoisGrether est une reprise de la trame urbaine. Il s'agit de redonner son unitéau paysage urbain en reconstituant une trame plus régulière, en ouvrantdes voies nouvelles entre les quartiers, en hiérarchisant les espaces par destraitements différenciés.En ce qui concerne le paysage urbain, on conclut donc que l’opération derenouvellement urbain projetée assure une évolution harmonieuse desQuartiers Nord.Impacts sur les déplacementsL’un des éléments forts du projet est l’accent qui est mis sur les transportsen commun. La bonne desserte par les transports collectifs sera avant toutle fait du projet de TCSP : transports en commun en site propre.La création d’une voie reliant les Quartiers Nord au centre d’Amiens estune traduction concrète de la volonté d’intégrer les Quartiers Nord àl’agglomération (achèvement prévue à l’automne 2006).Quant à la circulation automobile, l’impact global du projet, notammentdu fait du développement des transports en commun et de la diminutiondes emprises de voirie dédiées à la circulation, devrait être une diminutionet une pacification du trafic.Les réaménagements de voiries se traduiront par une augmentation de lasurface réservée aux piétons.Impact sur l’hydrogéologie et les sous-solsL’impact sur l’hydrogéologie doit être évalué en fonction de la présenced’un contexte sensible : la présence de l’aquifère crayeux du plateaupicard. Cet aquifère, qui constitue la première ressource en eau potable del’agglomération, est extrêmement vulnérable. Il impose la plus grandeprudence dans la collecte des eaux pluviales.L’impact de l’aménagement sera positif par rapport à la situation actuelle.Mais la vulnérabilité de l’aquifère impose d’aller plus loin, et de veiller àune application rigoureuse des orientations proposées : rétention surparcelle et infiltration via des ouvrages entretenus et surveillés.En ce qui concerne l’impact sur les sous-sols, il convient de signaler laprésence de cavités dans le substrat crayeux. Faute d’une connaissancesuffisante de ces cavités, l’impact des aménagements ne peut pas êtreD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 14/165déterminé a priori : tout aménagement sera précédé d’une étudegéotechnique précisant la faisabilité et l’impact éventuel sur les sols et lesous-sol.Autres impactsL’impact sur le cadre de vie sera positif : réaménagement des voiries,meilleure organisation du stationnement.Dans le contexte péri-urbain qui est celui des Quartiers Nord, l’impact duprojet sur la faune est négligeable. En revanche, l’impact sur la flore peutêtre considéré comme positif, dans la mesure où l’aménagement comportela création d’espaces verts, des plantations, et une diversification desespèces.Le projet n'a qu’un impact marginal sur la qualité de l’air et le climat. Il n'apas d'impact sur la santé.Mesures compensatoiresEn ce qui concerne les travaux d'aménagement, un engagement serademandé aux entreprises sur le respect de l'environnement et latranquillité des riverains : bruit, propreté du chantier, déchets …D’autres mesures compensatoires portent sur la protection de l’aquifère :prévention des pollutions, entretien des puits d’infiltration.ConclusionAmiens Métropole propose, à travers ce projet, de faire le choix d’une villequi gère ses difficultés sociales en se reconstruisant sur elle-même. C'estune orientation cohérente avec les orientations de développement durable.L'opération s'inscrit dans une logique d'urbanisation maîtrisée. Elle estambitieuse mais reste prudente, raisonnable.Nous concluons donc globalement à un impact positif du projet.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 15/165INTRODUCTIONa/ Contexte généralLes Quartiers Nord d’Amiens se situent sur le plateau crayeux qui domine la villeau nord, au-delà de la Citadelle et des faubourgs de la rive droite de la Somme, à 2ou 3 km de la Cathédrale ou de la Tour Perret.À la limite de la ville et des vastes espaces agricoles du nord du département, ilsforment une transition brutale du monde urbain au monde rural.Construits à partir des années 60, pour loger les salariés de la Zone industrielleNord, ils constituent ce qu’on appelle un secteur d’habitat social.Et de prime abord, la réalité humaine, architecturale, économique, ou sociale, desQuartiers Nord semble assez bien correspondre à ce que ce terme recouvrehabituellement dans la plupart des grandes villes françaises.b/ Les Quartiers nord : 45 ans d’histoireLes Quartiers nord d’Amiens, ont été conçus dans les années 60, à une époque oùl’urbanisation des grandes villes se faisait par zones : la spécialisation desquartiers, surtout à la périphérie, était la conséquence d’un double mouvement deconcentration et d’étalement.Pour la plupart des urbains, la ville où l’on vit se sépare de la ville où l’on travaille.Beaucoup d’habitants quittent le centre des villes pour s’installer à la périphérie,dans des quartiers à la stratification sociologique très marquée : grands ensembles,lotissements, quartiers résidentiels (trois modes d’occupation du sol assezdifférents mais tous les trois marqués par une faible densité).Les emplois et les équipements se concentrent, les déplacements se multiplient :la ville devient de moins en moins économe de ses sols et de ses déplacements.C'est dans ce contexte que naissent ces quartiers sociaux privés de toute mixitéurbaine, peu équipés, avec un nombre d’emplois très limité : les "cités-dortoirs".Les Quartiers nord sont caractéristiques d’une conception de l’urbanisme et del’aménagement du territoire aujourd’hui dépassée. Mais ils sont sans doute plusencore le résultat de l’urgence qu’il y avait à faire face à une croissancedémographique forte et de la nécessité de limiter les coûts de construction.Les années 70 arrivent, avec le premier choc pétrolier : le chômage augmente, leniveau de vie s’abaisse, la ségrégation sociale est de plus en plus forte, le bâti et lemobilier urbain se dégradent, les déplacements deviennent coûteux…On avait voulu créer une nouvelle forme de la ville, qui faisait table rase desrepères urbains classiques : le résultat est finalement assez conforme au projet.Dès les années 90, il devient évident que des opérations de rénovation sontindispensables. En différentes étapes, de plus en plus ambitieuses au fur et àD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 16/165mesure que le malaise des banlieues se fait plus évident, les Quartiers Nord fontl’objet d’opérations de réhabilitation, notamment sur le bâti.Parallèlement aux opérations de rénovation, on commence à se soucier dedéveloppement économique. La Zone franche urbaine (Z.F.U.), créée en 1996,incite les entreprises à s’installer sur le secteur en leur permettant de bénéficierd’avantages fiscaux et sociaux : deux hôtels d’entreprises sont créés, desprogrammes d’insertion pour les chômeurs sont lancés.En 1997, un concours, est organisé pour mettre en œuvre une véritablerecomposition urbaine. Il est remporté par François Grether, urbaniste, etJacqueline Osty, paysagiste.Enfin, en 2001, le Grand Projet de Ville (GPV), donne une nouvelle dimensionaux politiques urbaines conduites depuis plusieurs années : il propose unprogramme global qui vise à agir à la fois sur l’habitat, sur l’équipement, sur larevitalisation économique, sur les transports, et sur les formes urbaines.Le GPV permet ainsi de donner tout son contenu au projet Grether-Osty, dont ilest décidé qu’il sera mis en œuvre à travers une procédure de ZAC.En octobre 2005, une convention est signée entre l’Agence Nationale pour laRénovation Urbaine (ANRU) et Amiens-Métropole : elle organise la mise enœuvre concrète des orientations du GPV.c/ Les Quartiers nord : quelques spécificitésLa première spécificité des Quartiers Nord est incontestablement leur taille : ilss’étendent sur 220 hectares et regroupent environ un 1/6 de la populationd’Amiens.Un autre élément important est le paysage assez particulier des Quartiers Nord. Leur isolement sur le plateau, à l’écart du reste de la ville peut être ressenticomme une coupure, mais c'est aussi une position dominante, ensurplomb, qui à la fois tient les Quartiers Nord à distance de la ville et enmême temps rend celle-ci proche : Amiens est là, à portée de vue. LaCathédrale ou la Tour Perret apparaissent au détour d’une rue. On les voitde haut, un peu comme si on était à un balcon. Dans ce quartier où lesrepères géographiques ou historiques sont rares, il ne faut pas négligerl’impression de proximité que donne cette présence très forte de la villedans le paysage. Entre les Quartiers Nord et le centre, la Citadelle est unautre repère important. Le paysage est composite, contrasté. Par endroits, les immeubles nonrénovésou les terrains vagues dominent. Un peu plus loin, les opérationsde réhabilitation ou d’aménagement déjà réalisées (avenues plantées,immeubles rénovés, maisons individuelles neuves) donnent une impressionde prospérité. Elles témoignent en tout cas qu’une politique dedéveloppement urbain est déjà en œuvre depuis plusieurs années. Avec unsuccès réel, au moins au plan architectural.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 17/165 La trame urbaine est décousue, lâche. Et c'est un des problèmesd’urbanisme de ce quartier que l’on se propose à juste titre de traiter. Maisen même temps, l’ampleur des espaces libres est une chance pour demain.Au total, les Quartiers Nord portent la marque d’une coupure urbaine qui sembleles isoler du reste de la ville : coupure économique et sociologique qui est lerésultat (direct ou indirect) des choix d’urbanisme initiaux et du chômage.Après les événements qui ont agité les banlieues un peu partout en France cesderniers mois, il serait difficile de parler des Quartiers Nord sans évoquer lestensions sociales qui existent ici, comme dans d’autres quartiers d’Amiens.Une approche sociologique de ces événements n’entre pas dans le champ de cetteétude d'impact. Nous ne tenterons donc pas d’analyser les raisons de cettesituation 2 .Une étude d'impact n’est pas faite pour cela, mais seulement pour décrire demanière aussi neutre que possible un certain nombre de réalités objectives. C'estdonc ce que nous allons tenter de faire.2 Sur ce sujet, le livre de François Ruffin, Quartier Nord, qui vient de paraître, retiendra l’attention par les questionsqu’il pose et plus encore par la peinture qu’il fait d’une réalité humaine et sociale. Fayard, mars 2006, ISBN2213629013. Dessins de Loïc Faujour.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 18/165Le Nautilusmercredi 21 septembre 2005, 11:54 [photo n° 4]Intersection Coty / Lagrangemercredi 21 septembre 2005, 11:55 [photo n° 5]D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 19/165PREMIERE PARTIE : ETAT INITIAL DU SITE1. Aire de l'étude : un vaste périmètreComme on vient de le voir, la Zone d'aménagement concerté (Z.A.C.) QuartiersNord est située au nord de la commune d’Amiens (voir photo aérienne donnantla situation du projet).Le périmètre de la ZAC, de forme irrégulière, s’inscrit dans un quadrilatère dontl’avenue de la Paix constitue l’axe est-ouest.Ce quadrilatère s’étend de la rue Franklin Roosevelt à l’ouest jusqu’à la rued’Allonville à l’est. Seule une carte permet de situer les limites nord et sud, trèsdécoupées. Pour mieux se représenter le périmètre, on se reportera donc àl'annexe 2 : périmètre de la ZAC (page 140).On notera qu’à l’intérieur de ce périmètre, un secteur demeure hors ZAC : il s'agitd’un ensemble de parcelles situées à l’angle sud-est du triangle formé par la rueLéo Lagrange et le boulevard de Roubaix.Le périmètre de la ZAC est d'environ 50 hectares 3 .Pour éviter toute ambiguïté de vocabulaire, on parlera de « secteur » pourdésigner l’ensemble des Quartiers Nord et leur zone de proximité immédiate, quiconstituent donc le secteur étudié par la présente étude d'impact.Le terme « périmètre » sera réservé au périmètre de la ZAC.2. Contexte économique et sociala/ L’agglomération amiénoise• Contexte généralAmiens, peuplée de 135.000 habitants 4 , est la capitale de la région Picardie.Elle se situe à 134 kilomètres de Paris, à 120 de Lille et à 220 de Bruxelles.L’agglomération d’Amiens regroupe 174.000 habitants sur 27 communes 5 .L’organisation intercommunale a démarré en 1994 (création d’un district) et a3 546.600 m² au total, dont il faut déduire les parcelles demeurant hors ZAC pour une surface de 46.631 m². Lasurface de la ZAC est donc de 500 269 m².4 135.501, très précisément, au recensement de 1999 (source INSEE, population sans double compte). Aujourd’huisans doute 136.000.5 Allonville, Amiens, Bertangles, Blangy-Tronville, Bovelles, Boves, Cagny, Camon, Clairy-Saulchoix, Creuse, Dreuil-les-Amiens, Dury, Glisy, Guignemicourt, Longueau, Pissy, Pont-de-Metz, Poulainville, Rivery, Sains-en-Amiénois, Saint-Fuscien, Revelles, Saleux, Salouel, Saveuse, Thézy-Glimont et Vers-sur-Selle.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 20/165abouti en 1999 6 à la création d’une Communauté d’agglomération : AmiensMétropole.Le bassin d’emploi compte environ 340.000 habitants sur 388 communes, soit61% de la population de la Somme (555.000 habitants) et 18% de la populationde la Picardie (1,86 millions d’habitants).Fortement détruite pendant la 1 ère guerre mondiale, Amiens a connu une premièrevague de reconstruction entre les deux guerres : c'est l’époque de la tour Perret.Les années 45/60 se caractérisent par une urbanisation rapide, marquée à la foispar un mouvement d’étalement (constructions de nouveaux quartierspériphériques) et par le réaménagement du réseau de voirie.À partir de 1960 pratiquement tout le développement urbain se concentre aunord de la ville : c'est l’émergence des quartiers Nord, qui regrouperontrapidement plus de 10% de la population amiénoise.Une ville nouvelle se construit, plus étalée, avec de forts contrastesarchitecturaux, paysagers, sociaux entre le centre et la périphérie. Une ville faitepour l’automobile, aussi.Cette urbanisation va de pair avec un renouvellement de la population et desactivités économiques.• L’activité économiqueDans un département où l’activité agricole domine encore, Amiens possède unetradition industrielle avec des savoir-faire reconnus.L’industrie se renouvelle : sous-traitance automobile, chimie (notamment sur laZone Industrielle de Longpré devenue depuis Espace Industriel Nord), plasturgie,agroalimentaire (avec le pôle de compétitivité 7 Industries et agro-ressources), rechercheen biotechnologie… Ces nouvelles activités ont compensé le déclin d’activitéscomme le textile (les velours d’Amiens).Le secteur industriel représente ainsi 17,4 % des emplois salariés del’agglomération.Nombre total d'entreprises 4 394 100%- Entreprises industrielles 321 7,3%- Entreprises Tertiaires 3 750 85,3%dont commerces (*) 1 073 24,4%- Entreprises Bâtiment 323 7,4%6 Délibération du District du Grand Amiens du 29 décembre 1999, arrêté préfectoral du 30 décembre 1999. À sacréation, la Communauté regroupait 20 communes.7 Approuvé par le Comité interministériel d'aménagement du territoire (CIADT) du 12/07/2005.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 21/165Carte de l’agglomération d’AmiensD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 22/165Nombre total de salariés 64 704 100,0%- Salariés industriels 11 248 17,4%- Salariés tertiaires 49 931 77,2%dont commerces (*) 10 286 15,9%- Salariés Bâtiment 3 525 5,4%• La démographie Amiénoiseau 31/12/2004 - Source CCI d’AmiensDepuis les années 1950, la démographie de l’agglomération amiénoise secaractérise par une croissance rapide, assortie d’un rééquilibrage entre la villecentre et la périphérie.Croissance rapide, puisque la population a augmenté de 4 % en 17 ans.Populations légales de la commune : AmiensPopulation sans doubles comptes1982 1990 1999croissance1999/1982Pôle urbain 8 154 498 156 120 160 815 4,1%Zone d'emploi 9 328 984 334 328 342 110 4,0%Source : INSEE - recensements de la population 1982, 1990 et 1999Mais rééquilibrage, car si l’on considère la ville d’Amiens elle-même, les dernièresdécennies du XX e siècle sont marquées par une stagnation, tout le dynamismedémographique semblant bénéficier à la périphérie. Entre les recensements de1982 et de 1990, la population n’a pas évolué.Populations légales de la commune : AmiensPopulation sans doubles comptes1982 1990 1999131 332 131 872 135 501Source : INSEE - recensements de la population 1982, 1990 et 1999On constate au contraire une certaine progression depuis 1990 : le mouvementd’étalement ou de dispersion qui vidait la ville centre au profit de la périphériecommence peut-être à s’inverser.8 Définition de 1999.9 388 communes.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 23/165LA POPULATION D’AMIENSComparaison entre les populations d’Amiens, du Pôle urbain et de la zone d’emploi.Âge Amiens Pôle urbain Zone d'emploi France 100 à 4 ans 7 428 5,5% 8 429 5,2% 17 595 5,1% 2 986 925 5,1%5 à 9 ans 8 286 6,1% 9 645 6,0% 21 466 6,3% 3 629 294 6,2%10 à 14 ans 8 726 6,4% 10 444 6,5% 23 142 6,8% 3 833 120 6,6%15 à 19 ans 10 590 7,8% 12 665 7,9% 25 619 7,5% 3 932 101 6,7%20 à 24 ans 16 143 11,9% 18 679 11,6% 28 670 8,4% 3 711 548 6,3%25 à 29 ans 13 560 10,0% 15 193 9,5% 26 930 7,9% 4 177 776 7,1%30 à 34 ans 10 128 7,5% 11 618 7,2% 24 749 7,2% 4 238 929 7,2%35 à 39 ans 8 745 6,5% 10 475 6,5% 24 028 7,0% 4 339 487 7,4%40 à 44 ans 8 546 6,3% 10 467 6,5% 23 981 7,0% 4 244 697 7,3%45 à 49 ans 8 645 6,4% 10 590 6,6% 24 441 7,1% 4 221 816 7,2%50 à 54 ans 7 815 5,8% 9 729 6,1% 22 577 6,6% 3 969 352 6,8%55 à 59 ans 4 901 3,6% 6 200 3,9% 14 392 4,2% 2 757 516 4,7%60 à 64 ans 4 611 3,4% 5 801 3,6% 14 275 4,2% 2 726 225 4,7%65 à 69 ans 4 436 3,3% 5 539 3,4% 14 068 4,1% 2 757 853 4,7%70 à 74 ans 4 330 3,2% 5 317 3,3% 12 984 3,8% 2 489 138 4,3%75 à 79 ans 4 078 3,0% 4 842 3,0% 11 248 3,3% 2 166 683 3,7%80 à 84 ans 1 846 1,4% 2 153 1,3% 4 843 1,4% 914 684 1,6%85 à 89 ans 1 724 1,3% 1 954 1,2% 4 581 1,3% 921 818 1,6%90 à 94 ans 718 0,5% 812 0,5% 1 902 0,6% 390 389 0,7%95 à 99 ans 176 0,1% 194 0,1% 471 0,1% 99 744 0,2%100 ans ou plus 17 0,0% 21 0,0% 46 0,0% 11 593 0,0%Total 135 449 160 767 342 008 58 520 688Source : INSEE - recensement de la population 199910 France métropolitaine.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 24/165Encore maintenant, il y plus de gens qui quittent Amiens que de gens qui s’yinstallent, mais le solde migratoire annuel remonte, même s’il reste négatif.Et ce solde migratoire négatif est maintenant compensé par le solde naturelannuel, qui continue à baisser mais qui garde une certaine tenue, le taux denatalité se maintenant à une moyenne annuelle de plus de 16 pour mille.Évolutions démogr. 1982-1999 1975-1982 1982-1990 1990-1999Taux de natalité ‰ 20,05 18,67 16,15Taux de mortalité ‰ 9,63 8,91 8,34Taux annuel solde naturel % +1,04 +0,98 +0,78Taux annuel solde migratoire % -1,06 -0,92 -0,48Taux var. annuelle totale % -0,02 +0,05 +0,30Une population jeuneUne autre caractéristique de la population de l’agglomération est sa jeunesse.Le tableau de la page précédente compare les populations d’Amiens, du Pôleurbain et de la zone d’emploi. Elle fait apparaître l’importance des classes de 20 à30 ans qui représentent plus de 20% de la population globale, au lieu de 13,4%pour la France métropolitaine dans son entier.Les pyramides des âges sont aussi révélatrices de la jeunesse de la population. ÀAmiens, ville d’étudiants, c'est la classe des 18/25 ans qui est sur-représentée.Alors que la pyramide des âges de la zone d’emploi se rapproche de celle de laFrance.La pyramide des âges d’Amiens…et de la zone d’emploi.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 25/165b/ Les Quartiers Nord• Usage actuel des solsLa pyramide des âges de la France entière.Source : INSEE - recensements de la population 1999Les Quartiers Nord d’Amiens, dédiés à l’habitat, regroupent sur 220 hectares un1/6 de la population de la ville : habitat collectif en très grande majorité (5000 logements sociaux sontgérés par l’OPAC), habitat individuel dans quelques rues.La trame urbaine est lâche, laissant de vastes espaces libres : voies très large,parkings, terre-pleins, délaissés (souvent transformés en espaces de jeux)… Il n’ya cependant pratiquement pas d’espaces verts.Par ailleurs, au cœur du périmètre, un ensemble étendu d'équipements sociaux,scolaires et sportifs (triangle entre le boulevard de Roubaix et les rues LéoLagrange et César Franck) crée une coupure et isole un peu les quartiers Fafet,Logirep, Calmette et Brossolette, situés au nord-est du boulevard de Roubaix.De nombreux équipements scolaires, sportifs ou culturels, existent sur lepérimètre de la ZAC. Ils seront détaillés au paragraphe « Équipements collectifs »page 28.À l’extérieur du périmètre, de nouvelles zones d'aménagement et dedéveloppement urbain sont à l'étude ou en projet tout autour des quartiers Nord :reconversion de l'hôpital Nord, aménagement des Hauts de Saint Maurice… Cesopérations témoignent du dynamisme démographique de la zone nord del’agglomération amiénoise.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 26/165• La populationLa population des Quartiers Nord d’Amiens est de 21.898 habitants (chiffres durecensement de 1999).Sur le seul périmètre de la ZAC vivent 7.841 habitants (recensement de 1999).Quelques caractéristiquesSi l’on cherche à mettre en évidence quelques caractéristiques de cette population,on tombe sans beaucoup de surprise sur le « portrait robot » de la population detout quartier social péri-urbain : une population jeune, vivant en majorité dans deslogements sociaux, et plus fortement touchée par le chômage.Il s'agit bien entendu d’une vision assez schématique qui mériterait d’être nuancéepar une analyse plus détaillée. La population est jeune : les moins de 25 ans constituent près de la moitiéde la population et les moins de 20 ans environ 37 %. La majeure partie de la population vit dans des logements sociaux (90% àl’intérieur du périmètre de la ZAC). Il y a 2.137 logements sociaux géréspar l’OPAC. 44% de ces logements ont été rénovés. Le chômage est élevé dans le quartier : 34,2 % des personnes en âge d’êtreactives n’ont pas d’emploi.Le chômage des 16-25 ans est encore plus important : plus de la moitié desjeunes n’ont pas de travail.Environ 2000 personnes touchent le RMI (9,13% de la population) 11 .Les familles de plus de 4 enfants sont plus fréquentes que dans le reste d’Amiens :10,2% contre 4,6%.Quand à l’origine ethnique ou nationale des habitants, elle n’est pas si facile quecela à approcher. Si l’on prend en compte le critère du lieu de naissance (toutesnationalités confondues), les habitants des Quartiers Nord sont plusfréquemment nés à l’étranger : c'est le cas de 20% des habitants, au lieu de 7%dans l’ensemble d’Amiens.Une communauté de plusieurs centaines de français rapatriés d’origine algérienne,des Harkis, habitent Cité de la Briqueterie.Un sentiment d’exclusionÀ partir des années 80, dans un contexte de sous-emploi (voir paragraphesuivant) et de pauvreté, un sentiment d’exclusion, de marginalisation, s’est installé.Au fil des années, le chômage a augmenté et le niveau de vie a baissé. Lerenouvellement des occupants a altéré peu à peu le tissu social d’origine.11 INSEE, recensement de 1999 (cité par l’Étude d'impact de Pingat en 2002, page 48).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 27/165INSÉRER HORS-TEXTE : « USAGE DES SOLS ET ÉQUIPEMENTS »Reprendre la carte Situation actuelle … (Pingat page 9)D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 28/165Aux problèmes économiques et sociaux, se sont ajoutés des dysfonctionnementsurbains : mauvais entretien des espaces publics, transports en commun nombreuxdans la journée mais rares le soir.Comme dans beaucoup de grands ensembles, les politiques de rénovation urbainesont parfois mal comprises. La démolition d’immeubles est souvent perçuedouloureusement.La délinquance est sans doute une des composantes de ce tableau rapide. Il s'agitde « petite délinquance » : jets de pierres, vols, incendies d’automobiles,dégradation de bâtiments, insultes… Mais en l’absence de statistiques précises, ilest difficile de faire la part des choses entre le fantasme et la réalité.Les associationsUne réalité positive du quartier est la densité d’associations 12 , qui sont souvent desparticipants actifs du développement social.Au total, en 2000, lors de l’élaboration du GPV, on comptait 46 associations surles Quartiers Nord. On en dénombre aujourd’hui plus de 60 : 35 sont actives dans le domaine de l’éducation et de la promotion despersonnes, 4 travaillent dans le domaine du développement économique et social 13 , 3 associations de prévention et de sécurité, enfin 4 comités de quartier.• Équipements collectifsSur le périmètre de la ZAC existent de nombreux équipements, scolaires, sportifsou culturels : 2 collèges, 3 écoles primaires ou maternelles, 1 crèche, 1 marché couvert et en plein air, 1 pôle d'activités et de services, l'Atrium, 1 maison des jeunes 14 , l’Odyssée, 1 centre culturel, le Safran, 1 mosquée, rue A. Camus, 2 stades, 2 gymnases, 1 terrain de basket, 1 piscine, le Nautilus,12 On trouvera la liste des associations en annexe page 144.13 2 associations de commerçants, 1 régie de quartier et 1 association des locataires de l’hôtel d’entreprisesd’Écopolis.14 On dit aujourd’hui, dans cette belle langue fleurie qu’affectionne l’administration, une « Structure jeunesse »D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 29/165 1 poste de police, 1 bureau de poste, etc.L'Atrium, qui a ouvert ses portes en mai 2002, accueille différents services,comme les services municipaux de secteurs et les services publics de quartier,ainsi qu'une antenne Emploi-Formation.L’église Sainte-Thérèse, toute proche du marché, ne fait pas partie du périmètrede la ZAC.Une seconde mosquée se situe non loin du périmètre de la ZAC, boulevard deBeauvillé.c/ L’activité économique et l’emploiLa volonté politique, exprimée notamment par le GPV, est de miser sur ledéveloppement économique des Quartiers Nord, pour qu’ils cessent d’être une‘‘cité-dortoir’’, sans activités ni emplois.L’objectif est double :- économique (favoriser le maintien, la création et l’implantation d’activité surle quartier),- et social (favoriser l’accès à l’emploi des populations des quartiers).Un des principaux instruments de cette politique est la Zone franche urbaine(voir ci-dessous) créée en 1996, dans le cadre du dispositif national introduit parla loi 96-987 du 14 novembre 1996 relative à la mise en œuvre du Pacte de relancepour la ville.Par ailleurs, une politique active de rénovation urbaine a été lancée par lescollectivités locales depuis une dizaine d’années. Elle a abouti au Grand projet deville de 2001 et à la convention ANRU du 24 octobre 2005 (voir page 36).• Situation actuelleFin 2005, 140 entreprises ou commerces sont présents sur le périmètre de laZone Franche Urbaine. On trouve quelques entreprises industrielles. On citeranotamment Dalkia (chaufferie 15 ), UTGV (sous-traitant pour l’industrieaéronautique), installé dans un des hôtels d’entreprises.15 Cette entreprise est soumise à autorisation au titre de la protection de l’environnement (installation classée,arrêté préfectoral du 12/10/99). Les réseaux de chauffage urbain de Dalkia sillonnent les Quartiers Nord.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 30/165Le Mutantmercredi 21 septembre 2005, 11:58 [photo n° 6]Intersection Lagrange / Churchill (vers le nord-est)mercredi 21 septembre 2005, 12 :02 [photo n° 9]D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 31/165Les commerces de proximité sont groupés sur 2 pôles principaux : autour del'esplanade du Colvert (avec 1 moyenne surface Mutant), et rue Guynemer (avec 1petit supermarché Lidl et quelques commerces, dont 1 guichet de banque et unepharmacie).Le taux de chômage global du quartier est de 34,2 %, alors qu’il est de 18% surl’agglomération et de 11,4% sur le bassin d’emploi (10,2% au niveau national) 16 .Le taux de chômage des 16-25 ans est de 54,6% (il est de 36% sur l’ensemble del’agglomération).Il existe une antenne Emploi-Formation, située dans l'Atrium.- En 2004, l’antenne a reçu 1549 personnes dont environ 59,9% de jeunes demoins de 26 ans. Sur ces 1549 personnes, 195 ont trouvé un emploi et 348ont été orientées en formation.- De janvier à mai 2005, l'antenne a reçu 748 personnes dont environ 54,9% dejeunes de moins de 26 ans. Sur ces 748 personnes, 66 ont trouvé un emploi et105 ont été orientées en formation. Une grande partie des personnes reçuespar l'antenne sont issues de la ZFU.• La ZFULa Zone franche urbaine (Z.F.U.) a été créée en 1996, sous la dénominationd’Écopolis. Elle permet aux entreprises s’installant sur le secteur de bénéficierd’avantages fiscaux et sociaux.Mais au-delà de ce dispositif d’incitation, la ZFU comporte, d’une part, la créationd’une offre d’immobilier d’entreprises et, d’autre part, un accompagnement desentreprises : installation, embauche…Ces multiples actions ont suscité un niveau non négligeable d’activité économiquesur le quartier, avec notamment la création de 2 hôtels d’entreprises et d’unepépinière d’entreprises, l’Atrium.Par ailleurs, 2 villages PMI ont également été créés sur l’Espace Industriel Nord,avec des retombées en termes de création d’emploi sur les Quartiers Nord.Au total, la surface mise à disposition des entreprises dans ces différentséquipements est d’environ 13.000 m². Ces créations représentent uninvestissement public de 12 millions d’euros environ 17 .On trouvera en annexe (page 153) le dernier bilan annuel de la ZFU à septembre2005. 144 entreprises ont été accueillies sur la ZFU, principalement dans lesservices et l’artisanat.16 Source : INSEE 1999.17 Co-financement Fonds européens, État, collectivités, et CCI d’Amiens.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 32/165 2 hôtels d’entreprises et 1 pépinière d’entreprises (l’Atrium) ont été créés.- Le premier hôtel, ouvert en 1998, se situe au carrefour avenue de laPaix /avenue de l’Europe. Il comporte des ateliers, des bureaux etdes bureaux paysagers pour une surface totale de 3.500 m².- Le second hôtel, ouvert en 2001 est situé avenue de la Paix.Il comporte 25 à 30 bureaux (de 25 à 30 m²), 8 ateliers et 3 bureauxpaysagers d’environ 80 m², sur une surface totale de 1.750 m². La pépinière d’entreprises de l’Atrium compte, à ce jour, 9 entreprises pour30 emplois. Au 6 septembre 2005, 816 emplois ont été créés (créations nettes horstransferts), dont 201 emplois bénéficient aux habitants de la ZoneFranche 18 .En 2004, 19 entreprises se sont installées sur la ZFU d’Amiens, dont 17créations, un transfert-reprise et un transfert-extension. Ces 19 entreprisescorrespondent à 83 emplois programmés à 3 ans.De janvier à septembre 2005, 9 entreprises se sont installées sur la ZFUd'Amiens, dont 5 créations correspondant à 45 emplois programmés à 3ans.Cartographie : faire apparaître les emprises dédiées à l’activité> M. Herbette : 4 lots (1 / 2 / 5 / 6)Au total, la ZFU a donc réussi à créer une offre d’immobilier d’entreprisessignificative. Elle assure un accompagnement efficace des entreprises dans leurproblématique d’embauche, grâce à des partenariats forts avec l’ensemble desacteurs publics et privés présents sur les Quartiers Nord.• Les projetsDans le périmètre de la ZAC, 4 terrains sont prévus pour l’accueil d’activitéséconomiques (voir plan ci-joint), pour une surface totale de 19 460 m² 19 .Par ailleurs, un investisseur privé, le promoteur ‘‘Roche et Dubar’’, vientd’officialiser la réalisation prochaine (2006) d’un nouvel hôtel d’entreprises, leSeptentrion, au cœur du quartier (sur l’un des six lots prévus dans la ZAC).Ce projet permettra d'étoffer l'offre en matière d'immobilier d'entreprises surECOPOLIS, celle-ci étant à ce jour quasiment saturée. L’hôtel offrira une surfacede 3 300 m² pour un investissement de 2,9 millions d’euros 20 . Une partie deslocaux sera proposée à la vente, l'autre partie à la location. Les travaux devraient18 Depuis 2003, la clause d’embauche locale s'étend à d'autres secteurs de l’agglomération, Etouvie, sud-estd'Amiens… L’évaluation des emplois créés localement est donc plus difficile à réaliser.19 La maîtrise, la viabilisation et la vente de ces terrains sont assurés par la Société d’Économie Mixte ‘‘AmiensAménagement’’ (SEMAA), titulaire d'une convention publique d'aménagement.20 Ce projet a fait l’objet d’un accompagnement financier dans le cadre d’une aide au foncier de 100 000 eurosoctroyé par Amiens Métropole (75 000 euros) et le Conseil Général de la Somme (25 000 euros).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 33/165s’achever avant la fin de 2006. Ce projet devrait générer à terme près de 200emplois.Enfin, un nouveau projet immobilier public à destination des entreprises estprogrammé sur l’Espace Industriel Nord. Il s’agit de la construction d’un VillageTPE (Très Petites Entreprises). Ce ‘’Village TPE’’ comportera 2 bâtimentsaccueillant chacun 4 cellules de 250 m² pour des TPE. Le maître d’ouvrage de ceprojet est la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Amiens. Ce projet concerneles Quartiers Nord dans la mesure où, comme pour les villages d’entreprises, lacréation d’emploi concernera (au moins en partie) les habitants du quartier.Lien entre ZAC et ZFULe Service de développement économique a identifié des réserves foncières sur lepérimètre de la ZAC (3 ha) qui vont permettre de donner une nouvelle impulsionà la ZFU. Mais pour continuer à attirer des entreprises, au-delà des incitationsfiscales, il faut que le contexte général du quartier soit positif. La ZAC aide àconstruire ce contexte.Depuis 2003, l’exonération à taux plein sur 5 ans est prolongée pour lesentreprises de moins de 5 salariés à 9 années supplémentaires, avec un tauxdégressif. Les associations peuvent également bénéficier du dispositif.La ZFU d'Amiens nord bénéficie du soutien financier de la communautéd'Amiens Métropole à hauteur de 3,3 millions d’euros, soit 27% du coût global,ainsi que de subventions de l’Europe, de la Région Picardie, et du ConseilGénéral de la Somme.3. Planification urbaine et réglementationa/ Le développement urbain :planification et documents de référence• Plan local d’urbanismeLe Plan local d’urbanisme (PLU) a été approuvé le 22 juin 2006 (voir ci-dessouspage 37 le zonage s’appliquant au périmètre).• Le Schéma directeurLe Schéma directeur de l'agglomération amiénoise a été approuvé le 12/7/1999.Les Schémas directeurs, successeurs des SDAU (Schéma directeurd’aménagement et d’urbanisme) étaient les documents de référence pour ladéfinition des grandes orientations d’aménagement et d’urbanisme. Leursorientations étaient transposées au niveau communal par les Plans d’occupationdes sols (Loi d'Orientation Foncière de 1967).L’important dans de tels documents de planification est plus dans l’exercice deD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 34/165réflexion et de cohérence que provoque leur élaboration que dans leur valeurcontraignante, parfois relative.Le passage à un nouveau cadre légal et réglementaire va faire passer au secondplan les Schémas directeurs. La loi Solidarité et Renouvellement Urbains, en 2000,définit de nouveaux outils : le SCOT (Schéma de cohérence territoriale) remplacele Schéma directeur et le PLU (Plan local d’urbanisme) prend la suite du POS.• Le Contrat de VilleLe contrat de ville couvre la période 2000-2006. Il s'applique sur l'ensemble duterritoire de l'agglomération mais en prenant en compte plus particulièrementcertains territoires plus fragiles, considérés comme prioritaires, comme lesQuartiers Nord.La convention-cadre retient 4 domaines d’intervention : l'emploi et le développement économique, l’habitat et le cadre de vie, la prévention et la sécurité, l'éducation et promotion des personnes.Sur ces différents thèmes, le contrat de ville retient comme principes laparticipation des habitants, le partenariat, le travail en réseau, la prévention, lamixité urbaine et sociale, et une discrimination positive assumée.• Le Grand Projet de Ville de 2001Lancé en 2001 pour une période de six ans, le Grand Projet de Ville (GPV) del’agglomération d’Amiens, cofinancé par l’État, la Région, le Conseil général de laSomme et Amiens Métropole, porte à la fois sur le logement, l’emploi, la santé, laformation des jeunes, la réussite scolaire, l’accompagnement social et la sécuritépublique.Le but est remédier au déficit de qualité et de dynamisme et d’accroître la vitalitéde plusieurs quartiers d’Amiens, dont les Quartiers Nord 21 .Le GPV a notamment pour objectif de lutter contre le chômage, qui constitue(selon les termes du GPV) « l’écueil principal de tout projet de rénovation » urbaine.Le GPV comporte également la création d’un Contrat Local de Sécurité (CLS),comportant l’ouverture d’une cellule de veille réunissant les différents acteursimpliqués dans les problèmes de sécurité (police, organismes HLM, élus,travailleurs sociaux), « afin d’agir en amont des difficultés ».La phase 2004-2008 du GPV a été lancée.Pour les Quartiers Nord, le Grand Projet de Ville a permis de donner unenouvelle dimension aux politiques urbaines conduites depuis plusieurs années.21 Il s'agit des Quartiers Nord, d’Étouvie, et de Victorine-Autier.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 35/165Rue Lagrange (école)mercredi 21 septembre 2005, 12:02 [photo n° 10]Centre commercial Le Colvertmercredi 21 septembre 2005, 12:26 [photo n° 11]D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 36/165À l’issue d’un concours en 1997, François Grether, architecte-urbaniste etJacqueline Osty, paysagiste, ont été sélectionnés pour conduire la recompositionurbaine. Le GPV permet de donner tout son contenu à leur projet, dans unedémarche de renouvellement de l’habitat et de la trame urbaine : démolition delogements collectifs, construction de maisons individuelles ou de petits collectifs,requalification des espaces publics, construction d’équipements.Ce programme sera mise en œuvre à travers la procédure de ZAC.• La convention ANRU de 2005La convention signée entre l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine(ANRU) et la Communauté d’agglomération Amiens-Métropole 22 (24 octobre2005) vient donner une traduction concrète à sept années de réflexion sur leGPV. Elle ne concerne pas seulement les Quartiers Nord, mais aussi Étouvie etVictorine-Autier.Elle est le résultat d’un important travail de concertation entre tous les partenairesimpliqués dans la gestion du projet : collectivités, organismes sociaux,aménageur…Dans son exposé des motifs, elle met l’accent sur l’importance de l’actionéconomique pour donner une vraie chance de développement aux quartiersconcernés, notamment aux Quartiers Nord.La convention ANRU donne les moyens d’agir, notamment en affectant desenveloppes financières aux différents champs d’intervention. Ces enveloppestémoignent des arbitrages réalisés entre les objectifs des différents partenairesimpliqués dans la démarche.Le budget globale est de 244 millions d’euros (dont 108 millions d’euros pour lesQuartiers Nord), apportés principalement par :- l’Opac et les autres bailleurs sociaux (46,8 %),- l’ANRU (30,9 %),- la ville d’Amiens (9,7 %),- Amiens Métropole (8,6 %),- le Conseil Général, la Région et l’Europe (4%) 23 .---La volonté de dynamiser et requalifier les quartiers d’habitat social del’agglomération, et notamment les Quartiers Nord, est également exprimée dansun certain nombre d’autres documents de planification urbaine :22 Étaient également signataires : le Préfet de la Somme, le Conseil Général de la Somme, le Conseil Régional dePicardie, la commune d’Amiens, la Caisse des dépôts et consignations, l’Association Foncière Logement,l’EPARECA (Etablissement Public National d'Aménagement et de Restructuration des Espaces Commerciaux etArtisanaux), l’OPAC d’Amiens, la SIP (Société Immobilière Picarde), la SA d’HLM le Nouveau logis picard, Habitat62/59, la SEM Amiens Aménagement, la SONACOTRA.23 Voir tableau détaillé page 91.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 37/165- Programme Local de l'Habitat (PLH)- Plan des Déplacements Urbains (PDU).- Agenda 21.L’Agenda 21 vise à permettre la poursuite du développement de l’agglomérationamiénoise dans des conditions de respect à la fois de l’environnement naturel ethumain, de progrès économique et d’équité sociale.La ZAC Quartiers Nord vient donc aujourd’hui compléter une politique déjà bienaffirmée.b/ Situation administrative du site• Situation au regard des documents d'urbanismeLe Plan local d’urbanisme vient d’être approuvé lors de la délibération du Conseilmunicipal du 22 juin 2006 24 .La ZAC se situe sur un secteur classé en zones UR, URn ou UCb.La zone URElle concerne la quasi totalité du périmètre de la ZAC, à l’exception dedeux secteurs à l’est du périmètre, décrits ci-dessous.La zone URnDans le périmètre de la ZAC, seul est concerné le secteur Brossolette.La zone UCbAu sein de la zone UC, zone d’habitat collectif, la zone UCb est définiecomme une zone où dominent les constructions élevées.Dans le périmètre de la ZAC, elle concerne le seul secteur Logirep.• Parcellaire, statut foncierLes parcelles sont principalement la propriété de l’Opac 25 pour les immeubles, etde la commune d’Amiens pour les voiries.Quelques parcelles sont en copropriété ou appartiennent à la Société ImmobilièrePicarde (S.I.P.), filiale de la Chambre de Commerce et d’Industrie.La carte de la page suivante permet de situe les différents propriétaires duparcellaire.24 L’enquête publique sur le Plan Local d’Urbanisme (PLU) d’Amiens s’est déroulée du 31 janvier au 4 mars 2006.25 Office Public d'Aménagement et de Construction d'Amiens.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 38/165INSÉRER HORS-TEXTE : carte du parcellaire actuel en A3D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 39/1654. Les solsLe secteur étudié présente un relief peu marqué.À l’intérieur du périmètre de la ZAC, les altitudes se situent autour de 60 m.De manière schématique, les terrains s’organisent selon une ligne de crête qui vadu nord-est (64m rue Fafet) au sud-ouest (55 m au carrefour Paix - F. Roosevelt).De part et d’autre de cette ligne, les terrains se partagent en deux bassins versantsen pente faible vers le nord-ouest et vers le sud-est.a/ GéologieINSÉRER « Ligne de crête » en vignetteLa zone considérée s'inscrit dans le plateau crayeux de la rive nord de la Somme.Ce plateau domine la vallée alluvionnaire de la Somme, dont le lit se situe àenviron 2 km au sud du site.La nature du sous-sol peut être décrite à partir de la carte géologique d’Amiens 26complétée ponctuellement par les résultats de plusieurs études géologiquesréalisées à l’occasion d’aménagement antérieurs 27 .La zone présente un sous-sol à dominante crayeuse (craie blanche à silex). Laformation lithologique date du crétacé supérieur 28 (indifférencié entre coniacien etsantonien). La couche de craie a environ 200 m d’épaisseur.À l’intérieur du périmètre de la ZAC, le sol est recouvert de limons sur uneépaisseur variable (de quelques dizaines de centimètres seulement à 2 ou 3 mètressur certaines parcelles).Par endroits, sur les points hauts, et notamment au nord-est du périmètre de partet d’autre du boulevard de Roubaix, des colluvions limoneuses ou crayeusesforment une couche importante.À l’extrême nord-est du périmètre (quartier Brossolette), des placages limoneuxassez épais (2 mètres), caractéristiques du plateau crayeux, sont observés.Il arrive également que des remblais aient été effectués, par exemple pour corrigerune déclivité ou combler un creux. On note en particulier qu’existait sur l’avenuede la Paix une dépression et des carrières à ciel ouvert qui ont été remblayées.Risque sismiqueAmiens n’est pas concernée par le risque sismique : le département de la Sommese situe en zone de sismicité 0 29 .26 Carte du BRGM au 50.000 e . La carte reproduite ci-dessous (carte 1/50 000 scannée par dalles) est téléchargeablesur le site http://infoterre.brgm.fr.27 Ces études sont archivées par la Direction de l’aménagement de la ville d’Amiens– Service des donnéescartographiques, qui dispose également d’une carte de localisation des sondages d’études géotechniques etgéophysiques.28 Le crétacé, ainsi nommé parce que c'est alors que se forme la craie (creta en latin, d’où cretaceus crayeux), estla période la plus récente de l’ère secondaire. Le crétacé supérieur (95 à 65 millions d’années av.JC) comprend5 âges différents : Maestrichtien, Campanien, Santonien, Coniacien, Turonien et Cénomanien (du plus récent auplus ancien).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 40/165Carte géologique : source BRGM (infoterre)29 Annexe au décret 91-641 du 14 mai 1991 relatif à la prévention du risque sismique.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 41/165b/ Cavités et anomalies du sous-solEnfin, il convient de signaler la présence de nombreuses cavités, qui s’expliquentpar la nature crayeuse du sol, et résultent tant de l’activité humaine (extractionpour la chaux, galeries) que de dissolutions ou d’altérations fortuites.Les cavités résultant de l’activité humaine sont peu profondes (moins de 10mètres).En revanche les cavités provenant de dissolutions se situent à une profondeurplus importante. Elles sont d’autant plus difficiles à localiser que l’altération n’estparfois que partielle : craie pâteuse.Les données disponibles sur les cavités sont fragmentaires et ne permettent pasd’établir une cartographie précise 30 .Cependant, certains vides francs (ou partiellement comblés) ont été identifiés demanière certaine. La majorité apparaît dans la partie centrale et sud-ouest dupérimètre de la ZAC, notamment près de l’avenue de la Paix, de la rue LéoLagrange, de l’avenue de l’Europe et de la rue W. Churchill.Outre les cavités, les résultats de plusieurs sondages 31 mettent en évidencecertaines anomalies inexpliquées dont témoignent des affaissements defondations, et que pourraient en partie expliquer l’hétérogénéité des colluvions,qui résultent en certains points de remaniements postérieurs au crétacé.Dans un passé récent (depuis 1960), plusieurs projets ont été abandonnés du faitde la mise à jour de cavités importantes, ou en raison de l’hétérogénéité et del’insuffisante compacité des sols.Ces cavités et autres anomalies constituent une contrainte pour les travauxd’aménagement programmés.5. L'eaua/ HydrogéologieLa situation hydrogéologique du secteur (et au-delà, d’une bonne partie de laPicardie) peut se résumer par cette idée simple que le plateau crayeux constitue unimmense réservoir, qui est le principal aquifère de la région.Tous les captages alimentant l’agglomération puisent dans la nappe de la craie.D'après les relevés piézométriques, la nappe alluviale de la Somme est présente àenviron 30 m de profondeur par rapport à l’altitude moyenne du périmètre de laZAC. La hauteur de l’aquifère est d’environ 20 à 30 mètres.30 La base de données BDCavités du BRGM recense 21 cavités sur la commune d’Amiens, mais il s'agit de cavitéssituées nettement au sud des Quartiers Nord (voir http://www.cavites.fr/primnet.asp?insee=80021).31 Voir Rapport d’étude géologique et géotechnique du sous-sol, ville d’Amiens, décembre 1987.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 42/165Même s’il est en relation avec différentes nappes alluviales, notamment la nappede la Somme, cet aquifère est alimenté essentiellement par l’infiltration desprécipitations atmosphériques.D’où la nécessité de protéger les zones d’infiltration qui reconstituent laressource.Or actuellement, la protection de la ressource est assez sommaire pour ne pas direinexistante : elle consiste uniquement dans la collecte des eaux pluviales.La qualité des eaux de l’aquifère est globalement satisfaisante, mais des mesuresréalisées à Amiens dans le cadre de la surveillance de l’eau potable entre 1999 et2001 montrent que la pollution par les nitrates et les pesticides (atrazine) est déjàsensible 32 .L’agence de l’eau Artois-Picardie a établi une cartographie des zones à protéger.INSÉRER HORS-TEXTE : carte SDAGE ?Il n’y a ni captage, ni périmètre de protection d'aucun captage, sur le secteur.b/ Hydrologie de surfaceLe secteur se situe en ligne de crête : les eaux s’écoulent donc vers deux bassinsversants.Il n'est traversé par aucun cours d'eau.Il est pourvu de réseaux séparatifs de collecte des eaux usées et des eaux pluviales.L’exutoire final est la Somme pour les eaux pluviales comme pour les eaux usées.• Eaux pluvialesLe périmètre de la ZAC est déjà en partie imperméabilisé : bâtiments, voirie,parkings… Les eaux de ruissellement sont collectées et évacuées vers le réseauséparatif d’eau pluviale.Sur la partie non imperméabilisée du périmètre de la ZAC (délaissés, espacesverts…), les eaux pluviales s'infiltrent dans le sol librement. Il n’y a pas à notreconnaissance d’ouvrage d’infiltration. Il est probable qu’il y ait, ça et là, des drains,notamment sur les terrains de sport.Le réseau d’eau pluviale est décrit dans l’étude Loi sur l’eau 33 :- La surface totale des voiries dont les eaux de ruissellement sont collectéesest d’environ 17,6 hectares.- Les eaux s’écoulent gravitairement vers le sud.32 Voir étude Loi sur l’eau, page 33 : les valeurs maximales relevées sont de 0,16 microgrammes par litre pourl’atrazine, et de 31,7 microgrammes par litre pour les nitrates.33 Loi du 3 janvier 1992 et décret 93-742 du 29 mars 1993 modifié (articles L214-1 à L214-6 du Code del’environnement. Iris Conseil Aménagement (28000 Chartres), Dossier d’incidence au titre de la Loi sur l’eau,11/4/2005.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 43/165- Toutes les voies du périmètre sont équipées de collecteurs d'eaux pluviales.On pourra se reporter à la carte donnée par l’étude Loi sur l’eau page 12.Les principaux sont les collecteurs de la rue F. Roosevelt à l’ouest(collecteur ovoïde d’une largeur de 1,30 m) et du boulevard de Beauvillé àl’est.- L’exutoire est la Somme (avec différents points de rejet).- Le traitement avant rejet n’existe que pour une partie des eaux collectées :- pour le rejet dans le bras de Baraban (boulevard de Beauvillé) undébourbeur-déshuileur de 30 m 3 installé en 1993 (capacité de rétentiondes hydrocarbures de 10 m 3) .- pour le rejet rue des Teinturiers, une cunette de 2,63 m 3 .INSÉRER HORS-TEXTE : carte EPOn soulignera l’insuffisance du traitement avant rejet : la protection du milieunaturel récepteur, la Somme, paraît insuffisante. Les Quartiers Nord sont encorede ce point de vue dans un fonctionnement très daté, et aujourd’hui obsolète.Par ailleurs, le fonctionnement du réseau séparatif semble comporter quelquesbranchements parasites d’eaux usées : des écoulements sont en effet constatés partemps sec.• Eaux usées 34Tout le secteur est en assainissement collectif.Comme on vient de le dire, des écoulements constatés par temps sec sur le réseaud’eaux pluviales font craindre qu’il y ait des anomalies dans certains raccordementd’eaux usées.INSÉRER HORS-TEXTE : carte EULes eaux usées sont évacuées vers la station d'épuration de Saint-Maurice, situéesur la rive gauche de la Somme 35 , rue des Prés Forêts(près de l’avenue GeorgesPompidou), à 2 km environ au sud du secteur étudié.Cette station assez ancienne n’assure pas un traitement suffisant au regard descritères actuels.C'est pourquoi une nouvelle station sera mise en service fin 2006 : la stationd’Ambonne, située à Longpré-les-Amiens, à 4 km environ à l’ouest.Cette station traitera les eaux usées de l’ensemble des communes d’AmiensMétropole (capacité de 240.000 équivalents/habitants). Elle traitera notammentles pollutions de type carbone, azote, phosphore et bactériologique, ainsi que lesodeurs (voir performances annexe 5 page 150).34 Le réseau d’évacuation des eaux usées est souvent décrit à la rubrique "Réseaux". Nous pensons qu’il est pluslogique de traiter ce point dans le chapitre consacré à l’eau en raison de l’impact final sur le milieu naturel.35 Les eaux collectées sur la rive droite passent sous la rivière par des siphons.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 44/165Ceci diminuera notablement l’impact des rejets, et permettra, non seulement,d’améliorer la qualité des eaux de la Somme (et au-delà des plages de la baie), maisaussi de protéger les ressources en eau potable de l'agglomération.La mise en service de la nouvelle station comporte également un programme detravaux portant sur les raccordements et le réfection des réseaux.• Le milieu naturel récepteur : la SommeL’exutoire final est donc la Somme, qui constitue un milieu naturelparticulièrement riche et intéressant, tant du point de vue de la flore que de lafaune : on trouvera plus loin une rapide présentation de ces milieux (page 52).La Somme relève du Schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux(SDAGE), établi par l’Agence de l’eau Artois-Picardie et approuvé le 3 janvier1992. Il n’y a pas de Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE) pourla Somme.La Somme en amont et en aval d’Amiens est classée en qualité 2, c'est à direpassable.Nous renvoyons à l’étude Loi sur l’eau pour une description plus détaillée dumilieu récepteur.Risque d’inondationDu fait de son altitude, le site n’est pas concerné par le risque d’inondation 36 .La prise en compte du risque d’inondation dans l'aménagement procède desdocuments suivants :Plans Bassin de risque Prescrit le Enquêté le Approuvé lePPR InondationPar ruissellement et coulée de bouePPR InondationPar remontées de nappes naturellesSomme 25/04/2001 21/02/2004 01/12/2004Somme 25/04/2001 21/02/2004 01/12/2004Deux atlas de zones inondables concernent la commune :Aléa AZI * début le fin leInondation Somme 01/01/2003 01/01/2003Inondation Selle 01/01/2001 01/01/2001* AZI = Atlas de zones inondables36 Plan de prévention des risques d’inondation de la Somme, approuvé le 1 er Xbre 2004.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 45/1656. L'aira/ Cadre réglementaire et méthodologiqueLa pollution atmosphérique a des causes variées et peut être appréciée à partird’indicateurs multiples.En France, la Loi sur l'air de 1996 impose la surveillance de 3 polluants : ozone(O 3 ), dioxyde d'azote (NO 2 ), et dioxyde de soufre (SO 2 ).Les pouvoirs publics doivent mettre en œuvre différentes mesures si des seuilsd’alerte et d'information sont atteints pour ces 3 polluants 37 :Niveau/ Polluant Ozone (O 3) Dioxyde d'azote (NO 2) Dioxyde de soufre (SO 2)Seuils d'information et de recommandation(valeur horaire)Seuils d'alerte(valeur horaire)180 µg/m 3 /h 200 µg/m 3 /h 300 µg/m 3 /h240 µg/m 3 /3h 400 µg/m 3 /h 500 µg/m 3 /3hµg/m 3 /h = microgrammes par mètre cube, par heureµg/m 3 /3h = microgrammes par mètre cube, pendant 3 heuresC'est donc principalement ces 3 polluants que nous avons pris en compte pourapprécier la qualité de l’air sur les Quartiers Nord.Nous corrigerons cependant cette approche trop restrictive en prenant égalementen considération les mesures disponibles sur d’autres polluants.Par ailleurs, notre méthodologie sera proportionnée à la nature de l’aménagementprojeté : il s'agit d’une opération d’habitat et de rénovation d’espaces publics. Onpeut donc considérer que le risque d’augmentation de la pollution atmosphériquedu fait de l’aménagement est minime.Dès lors, la description de l’état initial se fera à partir des indicateurs usuels etaura pour objectifs principaux : de vérifier que la qualité de l’air sur le secteur autorise la création delogements, de fournir une référence pour évaluer l’évolution de la qualité de l’air dansle futur.37 Décret 98-360 du 6 mai 1998, modifié par décret 2002-213 du 15/02/2002 et du 12/11/2003 et pour la Somme,arrêté préfectoral du 6/1/2005.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 46/165LA POLLUTION ATMOSPHÉRIQUEOrigine des principaux polluants en FrancePrincipaux polluantsde l'air ambiantDioxyde de soufre(SO 2)Origine en France80 % industrie10 % résidentielet tertiaire,chauffage urbainRisques- Affectionsrespiratoires- À l'origine des pluiesacidesParticulessuspension (PS)en10 % transport routier - Irritation des voiesrespiratoires- Risque cancérigèneDioxyde(NO 2)d'Azote50 % transport routier25 % industrie5 % résidentielet tertiaire,chauffage urbain- Perturbe la fonctionrespiratoire- Troubles respiratoireschroniques, à fortedose peut provoquerdes lésionsMonoxydecarbone(CO)de30 % transport routier30 % résidentiel et tertiaire,chauffage urbain30 % industrie- Perturbe le transportde l'oxygène dans lesang : peut provoquerdes anémies, desvertiges, des migraineset être mortel à fortedoseOzone (O 3) Polluant secondairerésultant de latransformationphotochimique de certainspolluants (NOx et COV) enprésence de rayonnementsolaire (UV)- Irritations oculaires- Altérationspulmonaires- Dommages sur lesvégétaux- Contribue à l'effet deserreComposésOrganiques Volatils(COV)Transport routier industrie,usage de solvant- Formation d'ozone- Gêne respiratoire- Risques mutagèneset cancérigènes(benzène)Source : ADEME http://www.ademe.fr/particuliers/Fiches/3688/AirInfo01.htmlD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 47/165b/ La qualité de l’air à AmiensLe réseau Atmo est chargé (partout en France) de mesurer la pollutionatmosphérique dans le cadre réglementaire qui vient d’être évoqué.À l’échelle de l’agglomération amiénoise, Atmo Picardie dispose d’un réseau de 5capteurs qui mesurent les polluants suivants : dioxyde de soufre (SO 2 ), monoxyde et dioxyde d’azote (NO et NO 2 ), ozone (O 3 ), poussières (PM10), monoxyde de carbone (CO), hydrocarbures non méthaniques (HCNM) et totaux (HCT).Le rapport d’activité 2004 pour la Somme (Bilan chiffré) 38 met en évidence desrésultats plutôt positifs (voir page suivante). Le premier diagramme [ RÉPARTITION DE L’INDICE EN AGGLOMÉRATION ] montreque sur l'année 2004 l'indice est très bon ou bon dans 88 % des cas (14jours très bon et 309 jours bon), moyen dans 8 % des cas (30 jours), etdans 4 % des cas médiocre (13 jours). Le second diagramme [ EVOLUTION DE L’INDICE ATMO EN 2004 ] permetd’apprécier la répartition saisonnière des indices : les indices médiocresapparaissent surtout de mai à septembre ainsi qu’en décembre. Enfin, le troisième diagramme [ LES POLLUANTS RESPONSABLES DE L’INDICE ]montre que l'ozone est le polluant le plus déterminant dans la qualitéglobale de l’indice. Pendant la période comprise entre avril et septembre,il est le polluant majoritairement responsable (de 60 % à 97 % des joursdu mois). Les poussières et le dioxyde d'azote peuvent également influerde manière déterminante sur l’indice, notamment en hiver. Le dioxyde desoufre n'est jamais déterminant.38 Rapport téléchargeable : http://www.atmo-picardie.com/publications/contenus/Bilanchiffre2004_somme.pdf.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 48/165D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 49/165Le Bilan des déclenchements des procédures d’alerte fait état d’une seule alertepour la Somme le 08/06/04, au titre de l’ozone.---À l'échelle des Quartiers Nord, Atmo Picardie ne dispose pas de stations demesure sur le secteur. Les deux stations Paix et Voltaire, dédiées au dioxyde desoufre, ont en effet été fermées, l’importance de ce polluant ayant fortementdécru, comme on l’a vu.La station la plus proche est donc Saint-Leu (grande rue de la Veillère), à 1,5 kmau sud des Quartiers Nord. Ouverte en septembre 2004, cette station fournitdonc l’élément de référence le plus probant pour apprécier la qualité de l’air sur lepérimètre de la ZAC, bien qu’elle soit situé dans un environnement urbain assezdifférent des Quartiers Nord.Atmo Picardie / station Saint-Leu : monoxyde et dioxyde d’azote (NO et NO2),octobre 2004 à février 2006 (en µgr/m 3 )Atmo Picardie / station Saint-Leu : ozone (O3),octobre 2004 à février 2006 (en µgr/m 3 )D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 50/165Atmo Picardie / station Saint-Leu : monoxyde de carbone (CO),octobre 2004 à mai 2005 (en µgr/m 3 )Par ailleurs, Atmo Picardie a réalisé une campagne de mesures 39 à proximité desQuartiers Nord du 23 mai au 13 juin 2005, sur le site de l’usine Goodyear Dunlopsituée dans la Zone Industrielle Nord (av. Roger Dumoulin). Cette étude prenaiten compte 3 indicateurs : dioxyde d’azote (NO 2 ), dioxyde de soufre (SO 2 ), etpoussières (PM10).Les résultats obtenus s’apparentent à ceux des stations périurbaines d’Amiens.L’étude conclut que les concentrations sur les 3 polluants mesurés sont corrects,tant en comparaison avec les niveaux enregistrés ailleurs dans l’agglomérationqu’au regard des seuils réglementaires.Cette étude sera prolongée au printemps 2006 par une campagne de mesurescomplémentaire qui portera notamment sur les nuisances olfactives liées auxactivités de la ZI Nord. Cette campagne enregistrera également les vents, ce quipourrait permettre de mieux analyser si les résultats obtenus sur la Zoneindustrielle sont transposables aux Quartiers Nord.---On notera enfin la présence, dans le périmètre de la ZAC, d’une entrepriseindustrielle soumise à autorisation au titre de la protection de l’environnement(Loi sur l’air n°76-663).Il s'agit d’une chaufferie, la Sté Dalkia (avenue Mozart), qui émet des produits decombustion simple dont la dispersion sous forme de vapeur ne semblent pasavoir d’effets polluants lourds. L’arrêté préfectoral d’autorisation du 12/10/99prévoit un périmètre de protection de 3 km.---39 Qualité de l'air en Zone Industrielle Nord d'Amiens, Atmo Picardie, date de publication 19/7/2005 (campagne demesure réalisée entre le 23 mai et le 13 juin 2005 à la demande de la société ELYO Nord-Est). Cette étude esttéléchargeable sur le site d’ Atmo Picardie : http://www.atmo-picardie.com.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 51/165Globalement les chiffres relevés tant sur l’ensemble de l’agglomération d’Amiensque sur des points proches des Quartiers Nord sont conformes aux normes etassez proches des objectifs de qualité.On peut donc conclure que les Quartiers Nord se trouvent dans une situationclassique pour la région picarde et pour un milieu péri-urbain, sans problèmeparticulier de pollution atmosphérique.7. Le climatLa station météorologique la plus proche est celle de Glisy (près de l’aérodrome),à environ 8 km à vol d’oiseau des Quartiers Nord.Le plateau picard est une région de transition au climat semi-océanique, équilibré,doux et humide.Le département de la Somme doit à son relief peu marqué d’être ouvert auxinfluences maritimes, renforcées par les vents dominants d'ouest et de sud-ouest.Ceci est particulièrement vrai pour le secteur étudié, situé sur le plateau crayeux.Température moyenne annuelle 10°Celsius variations saisonnières 16°C en été / 4°C en hiver nb jours < -10°C 2 jours / an nb jours < 0°C 48 jours / an nb jours >25°C 19 jours / an nb jours > 30°C 3 jours / anPrécipitations moyenne annuelle 600 mm nb jours > 1 mm 125 nb jours > 10 mm 13Insolation1634 heures/anVents vents dominants vents d'ouest ou du sud-ouest vents forts > 58 km/h 61 jours par an tempête 3 fois par an.Sur l’ensemble du département les précipitations sont en moyenne de 600 mmpar an. La fréquence des jours avec précipitations supérieures à 1 mm est enmoyenne de 125 atteignant parfois 142 jours, 10% seulement de ces joursenregistrent des hauteurs quotidiennes supérieures à 10 mm.On observe des chutes de neige essentiellement en janvier et février.Les orages sont fréquents au printemps et en été, de mai à septembre.Les brouillards sont fréquents.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 52/165La température moyenne annuelle est de 10°Celsius, avec des variationssaisonnières normales (16°C en été et 4°C en hiver). Il ne gèle que 48 jours par anet les jours chauds (maxi journalier >25°C) sont peu nombreux (19). L'influencemaritime évite les excès, ainsi les fortes chaleurs (températures maximales >30°C) sont rares avec en moyenne 3 jours par an, ainsi que les fortes gelées(températures minimales < -10 °C) avec 2 jours seulement.La durée d'insolation est faible, en moyenne 1634 heures. Décembre est le mois lemoins ensoleillé, juillet et août sont traités à égalité par l'ardent astre du jour.Les vents dominants sur la région soufflent de l'ouest ou du sud-ouest, enparticulier pour les vents de vitesse élevée. Les vents forts supérieurs à 16 m/s (58km/h) sont assez nombreux : 61 jours par an. Les vents proches de la tempêtesont plus rares : 3 fois par an.Tout impact climatique de l'aménagement projeté étant exclu, il n'a pas paru utilede développer davantage cette partie de l'étude.8. La faune et la florea/ Le contexteAmiens se situe sur la moyenne vallée de la Somme.Le secteur étudié est à la limite des milieux humides de la vallée et du plateaucrayeux picard nord.• La Somme et les milieux humidesLa vallée tourbeuse alcaline de la Somme constitue un milieu unique en Europe,accueillant des habitats et des flux migratoires de multiples espèces végétales etanimales. Elle comporte de nombreux milieux intéressants : étangs, tremblants,roselières, saulaies ou boisements tourbeux.Les Hortillonnages en sont un des exemples les plus connus, illustrant bien queces sites sont non seulement remarquables par leur faune et leur flore mais aussipar leurs paysages.Ces milieux si riches font évidemment l’objet de nombreuses mesures d’inventaireou de protection.Le territoire communal d’Amiens est concerné par 2 ZNIEFF :La première, de type I 40 , concerne les Hortillonnages et la Somme en amontd’Amiens jusqu’à Corbie.40 Zone naturelle d’intérêt faunistique ou floristique. Les ZNIEFF de type 1 sont des sites, de superficie limitée, abritantdes espèces ou au moins un type d'habitat de grande valeur écologique.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 53/165N° régional n° 80VDS112 41AppellationMise à jour 1998Département :Superficie :DescriptionMARAIS DE LA MOYENNE SOMME ENTRE AMIENS ET CORBIESomme16.296 haMoyenne vallée de la Somme intégrant quelques aspects originaux duval de Somme : les Hortillonnages et le Marais de Daours. Les biotopestourbeux alcalins de la Somme dominent : étangs, tremblants, roselières,saulaies et boisements tourbeux.Les Hortillonnages font également l’objet d’une zone NATURA 2000 42La seconde, de type II, concerne la haute et moyenne vallée de la Somme, enamont et en aval d’Amiens, depuis les sources de la Somme (Croix-Fonsommes)jusqu’à Abbeville.N° régional n° 80VDS201 43AppellationMise à jour 1998Département :Superficie :DescriptionHAUTE ET MOYENNE VALLÉE DE LA SOMME ENTRE CROIX-FONSOMMES ETABBEVILLESomme625 haCette zone correspond à la grande vallée tourbeuse alcaline de laSomme, unique en Europe. L'éventail des habitats est particulièrementdéveloppé dans le fond de vallée. L'ensemble de la vallée joue un rôleévident de corridor fluviatile, favorable aux flux migratoires de multiplesespèces végétales et animales. Sur le plan géomorphologique, laSomme présente ici un exemple typique et exemplaire de large valléetourbeuse en "U" à faible pente.N.B. Le reste de la basse vallée de la Somme (d'Abbeville à la baie deSomme) est rattaché à la ZNIEFF de type II "Plaine maritime picarde".Amiens est également concernée par la Zone de protection spéciale des oiseauxdes Étangs et marais du bassin de la Somme (ZPS FR 2212007).Autour d’Amiens, on relève également de nombreux sites intéressants pour lafaune ou la flore (et faisant l’objet de classement ou d’arrêtés préfectoraux debiotopes), spécialement des marais et milieux humides : les étangs et marais dubassin de la Somme, l’étang Saint-Ladre à Boves, les marais de la Chaussée-Tirancourt et de la vallée d’Acon, le grand marais de la Queue à Blangy-Tronville.Les Étangs et marais du bassin de la Somme constitue notamment une ZICO(Zone importante pour la conservation des oiseaux).41 Carte téléchargeable sur le site de la DIREN Picardie : http://www.picardie.ecologie.gouv.fr.42 N° FR2200356. Carte téléchargeable sur le site http://natura2000.ecologie.gouv.fr ou sur celui de la DIRENPicardie : http://www.picardie.ecologie.gouv.fr.43 Carte téléchargeable sur le site de la DIREN Picardie : http://www.picardie.ecologie.gouv.fr.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 54/165Aucun de ces zonages ne concerne le site lui-même.• Le plateau crayeux picardAu nord et au sud d’Amiens s’étend le plateau crayeux picard, vaste ensemble devallons secs, rythmés par des bosquets. Aux abords d’Amiens, l’industrialisation etl’urbanisation ont fortement altéré les spécificités faunistique ou floristique de cemilieu.Aucun site ne fait l’objet de mesures d’inventaire ni de protection à proximité dusecteur étudié.b/ Le siteDu point de vue des milieux naturels, le secteur étudié relève du plateau crayeuxpicard. Mais l’urbanisation déjà ancienne ne permet guère de retrouver dans lesrues des Quartiers Nord les caractéristiques de ce milieu.Il ne présente pas d'écosystème particulier.• FauneCette zone caractérisée par une forte fréquentation humaine et des déplacementsautomobiles denses ne favorise pas une faune très riche. Les jardins privés et lesdélaissés abritent sans doute une petite faune de rongeurs et d'insectes.La fréquentation par les oiseaux est plus importante. Aucune espèce rare n'a étéremarquée ni ne nous a été signalée. La faune avicole aperçue lors de l’enquête surle terrain est assez banale : passereaux, mésanges, étourneaux, pies …Malgré la proximité du plateau agricole voisin, l’aménagement urbain ne favorisepas une fréquentation du lieu par les espèces sauvages.• FloreLes vastes délaissés accueillent une végétation assez pauvre : herbes, broussailles,taillis, avec quelques arbres de haute tige.La mairie d’Amiens réalise des fleurissements, soit en jardinières, soit en massifs.On peut signaler par exemple le fleurissement réalisé à l’angle des rues C. Francket L. Lagrange.En ce qui concerne les arbres, en dehors des jardins privés et de quelques sujetsisolés, la plupart sont plantés en alignement le long des rues.On relève quelques beaux alignements, dans l’ensemble encore jeunes. Au total,ce peuplement est d’environ 1200 arbres.Le quartier a été modifié en profondeur ces dernières années et il n’y a pasd’alignements âgés. Les plus vieux datent des aménagements des années 70D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 55/165(marronniers, av. de l’Europe) et certains ont déjà été remplacés (tilleuls argentés,av. de la Paix).Actuellement pour la ZAC Nord, l’inventaire de toutes ces nouvelles plantationsn’est pas encore réalisé dans la totalité. L’inventaire réalisé par la mairie d’Amiensil y a quelques années est donc obsolète. Nous avons tenté de l’actualiser à partirdes informations communiquées par le Service des parcs et jardins (voir tableaupage suivante). Avenue de la Paix : environ 200 érables sycomores (acer pseudoplatanus).Plantés en 2002 et 2004, ces arbres ont donc aujourd’hui environ 12 ans encomptant les années d’élevage en pépinière. Avenue de l’Europe : une centaine de sorbiers des oiseaux (sorbus aucuparia).Plantés en terre-plein central vers 1970 ces arbres, qui ont plus de 40 ans,sont en très mauvais état et l’alignement comporte de nombreux manques(mitage). En outre, ces arbres ne sont pas à l’échelle du site. Boulevard de Roubaix : 130 marronniers communs (æsculus hippocastanum) et100 érables sycomores. Les marronniers sont dans un état sanitaire moyen(présence de cochenille et de mineuse du marronnier). Leur croissance estlente, en raison des mauvaises conditions de sol, mais leur volume estvisuellement intéressant. Rue F. Roosevelt : une cinquantaine d’érables sycomores plantés en 1995. Rue d’Allonville : environ 65 sorbiers des oiseaux, 20 érables sycomores(acer pseudoplatanus) et 16 érables panachés (acer platanoides drummondii). Lessorbiers ont été plantés en 1970 ; ils sont dépérissants et la mortalité estforte. Une vingtaine d’érables argentés (acer sacharinum) plantés en 98, peuadaptés au sol calcaire, ont presque tous disparu. Ils ont été remplacés pardes érables sycomores. Rue du Dr. Fafet : environ 100 platanes (platanus orientalis), plantés vers1998, en bon état sanitaire et à croissance rapide. C'est une essence trèsplastique. Il y a également environ 60 robiniers (robinia pseudoacacia), dans unnouveau square créé lors de la suppression d’une barre. Rue Guynemer : environ 40 sophoras (sophora japonica) et 20 tilleuls (tiliacordata). Plantés en 2002/2003, ces arbres ont aujourd’hui une douzained’années. Rue Ingres : environ 70 merisiers (prunus avium plena), plantés en 2002/2003 Rue Watteau : environ 50 aulnes (alnus spaethii) plantés en 2002/2003D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 56/165ZAC DES QUARTIERS NORDInventaire des plantations - Tentative d’actualisationPeuplement total : environ 1200 arbresvoie nombre * nom plantation remarquesAvenue de la Paix 200 érables sycomores(acer pseudoplatanus)Avenue de l’Europe 100 sorbiers des oiseaux(sorbus aucuparia)Boulevard de Roubaix 130 marronniers communs(æsculus hippocastanum)Boulevard de Roubaix 100 érables sycomores(acer pseudoplatanus)Rue F. Roosevelt 50 érables sycomores(acer pseudoplatanus)2002 et 2004vers 1970vers 1970vers 19701995très mauvais étatétat sanitaire moyen(cochenille / mineuse)Rue d’Allonville 65 sorbiers des oiseaux(sorbus aucuparia)Rue d’Allonville 20 érables sycomores(acer pseudoplatanus)Rue d’Allonville 16 érables panachés(acer platanoides drummondii)1970 dépérissantsmortalité forte19982002Rue du Dr. Fafet 160 platanes (platanus orientalis) vers 1998 bon état sanitairecroissance rapide.Rue du Dr. Fafet 60 robiniers(robinia pseudoacacia)vers 1998Rue Guynemer 40 sophoras (sophora japonica) 2002/2003Rue Guynemer 20 tilleuls (tilia cordata) 2002/2003Rue Ingres 70 merisiers(prunus avium plena)2002/2003Rue Watteau 50 aulnes (alnus spaethii) 2002/2003Rue de la Rivière deCassis30 tilleuls (tilia cordata)Rue César Franck 10 cerisiers fleurs(prunus serrulata)Rue Léo Lagrange 80 érables planes(acer platanoides)* Les nombres sont approximatifs.années 70années 70appelés à disparaître(TCSP)appelés à disparaître(TCSP)D’après les informations communiquées par le Service des parcs et jardinsD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 57/165 Rue de la Rivière de Cassis (anciennement rue Chardin) : environ 30 tilleuls(tilia cordata) Rue César Franck : environ 10 cerisiers fleurs (prunus serrulata). Cetteplantation des années 70 est appelée à disparaître avec l’aménagement dufutur transport en commun en site propre. Rue Léo Lagrange : environ 80 érables planes (acer platanoides), sur domaineprivé, sans avenir d’un point de vue mécanique du fait de tailles tropsévères. Ces arbres sont appelés à disparaître avec l’aménagement du futurtransport en commun en site propre.Du point de vue de la diversité des espèces, les marronniers, érables et sorbiersdominent. Il faut rappeler que la diversification des espèces est une nécessitésanitaire : c'est le barrage naturel le plus efficace contre la propagation desmaladies. L’appauvrissement de la palette végétale constitue en effet un danger,notamment vis à vis des maladies cryptogamiques : maladie de la suie,phytophthora, feu bactérien, pourridié racinaire…On pourrait souhaiter que des arbres comme les chênes (quercus cerris) ou lesplatanes (dont des plantations dans d’autres quartiers à Amiens ont bien réussi)soient plus nombreux. On peut également envisager le tilleul argenté, le ginkgo, lefrêne commun, l’aulne blanc, le hêtre, le mûrier, le robinier, le mélèze, l’orme, lesophora, le micocoulier, l’orme résista, le catalpa, le paulownia…D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 58/165Intersection Paix / Churchillmercredi 21 septembre 2005, 12:26 [photo n° 12]Le marchémercredi 21 septembre 2005, 12:33 [photo n° 15]D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 59/1659. Le bâti et le patrimoine culturela/ Le bâtiLe périmètre de la ZACLe bâti est hétérogène.− Les immeubles collectifs dominent.D’époques et de hauteurs différentes, ils ne présentant pas d'intérêtarchitectural particulier. Certains ont fait l’objet de rénovations (44 % deslogements gérés par l’OPAC ont été réhabilités).− L’habitat pavillonnaire, des années 50 à 70, parfois plus récent, présenteune relative continuité sur certaines rues.− Quelques constructions se détachent : le marché couvert, le centre commercial Colvert, dont le style 1960 très marqué pourraitêtre intéressant, mais que le départ progressif des commerces et lemanque d’entretien ne mettent pas en valeur.− Des équipements et des bâtiments publics : les collèges, et les écoles, unecrèche, la Poste, la mairie annexe, la maison de quartier, les stades, leNautilus …Il n’existe aucun monument historique ni site classé dans le périmètre de la ZAC.L'environnement immédiatDans l'environnement immédiat, le seul élément remarquable est l’église SainteThérèse de l’Enfant Jésus : inauguré à Noël 1962, ce bâtiment de briques et debéton, aux lignes anguleuses, est un exemple plutôt réussi de l’architecturereligieuse de cette époque.photo http://paroisse.stfrancois.free.fr/Photos%20quartier/Eglise.jpgPour le reste, le bâti ne diffère pas de celui repéré sur le secteur. Les zones lesplus proches, sont des zones d'habitat, pavillonnaire ou collectif.Au sud, la Citadelle (monument classé pour plusieurs de ses parties - voir page60) et l’hôpital d’Amiens nord rompent avec le bâti environnant. On noterad’ailleurs que ces sites vont connaître des mutations importantes dans lesprochaines années, avec l’installation de l’Université à la Citadelle et le transfertde l’Hôpital Nord. De nouvelles zones d'aménagement et de développementurbain sont à l'étude ou en projet sur ces sites.Au nord-ouest, se développe la ville nouvelle de Saint-Ladre.À l’est, le bâti est plus hétérogène, notamment sur l’avenue de la Défense Passive.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 60/165b/ Les monuments historiques et sites protégésLes bâtiments ou sites protégés les plus proches sont la Citadelle 44 , à environ500 mètres au sud, et le cimetière de la Madeleine 45 , à 600 mètres de l’extrémitéouest du périmètre.Un peu plus loin, on trouve la manufacture de velours Cosserat 46 (à environ1,4 km au sud-ouest), l’église Saint-Leu 47 (à environ 1,5 km au sud), puis tous lesmonuments du centre-ville.Le seul site classé dont la protection concerne la ZAC est la Citadelle, dont lepérimètre englobe le quartier Maryse Bastié, de part et d’autre de la rueGuynemer.Le périmètre de protection du cimetière de la Madeleine frôle la limite nord-ouestde la ZAC au niveau de la rue Watteau.c/ Patrimoine archéologiqueLe secteur compte plusieurs sites archéologiques importants qui témoignent del’ancienneté de l’activité de l’homme dans ce faubourg de Samarobriva, la cité desAmbiens. Au 1 er siècle, Amiens plus puissante que Lutèce, s’étend sur unesuperficie de 40 hectares. Elle atteindra 160 hectares au 3 e siècle.L’archéologie par photos aériennes a mis en évidence ces dernières années lagrande richesse du patrimoine archéologique au nord d’Amiens, région de villas etd’artisanat, où l’on trouve aussi de nombreuses nécropoles.Dans le périmètre de la ZAC, 4 sites sont identifiés :− Les deux anciennes voies romaines d’Arras (aujourd’hui rue F. Roosevelt)et de Boulogne (à peu près à l’emplacement de la rue W. Churchill).− Un cimetière gaulois et gallo-romain à l’emplacement du carrefourLecointe / Roubaix.− Des carrières médiévales et modernes, de part et d’autre de la rueW. Churchill.Proches du périmètre de la ZAC, on trouve également :− La chapelle Saint-Montans (sur l’avenue F. Roosevelt, à peu près dans letriangle formé par le chemin de la Folie).− Une vaste nécropole gallo-romaine, au sud de l’emplacement de la chapelleSaint-Montans, de part et d’autre de la rue Guynemer, entre la rueA. Carvin et l’avenue de l’Europe.44 Le bâtiment historique d’Amiens dont le classement est le plus ancien : liste 1 de 1840 pour la porte de Montrécu,qui date de 1531 (bien avant la cathédrale, classée sur la liste 3 de 1862). La porte sud (porte royale), datée de1598, et le logis du gouverneur, daté de 1600, sont inscrits à l’inventaire supplémentaire depuis 1978.45 Site inscrit (1947). Plusieurs monuments funéraires ont fait l’objet d’un classement en 1995.46 Inventaire supplémentaire (2001).47 Classée (1906).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 61/165INSÉRER HORS-TEXTE : plan 22 page 35 ÉTUDE D'IMPACT 2002Dans la situation actuelle, aucun élément de ce patrimoine n’est accessible.Situation au regard de l’archéologie préventiveL’ensemble du territoire communal d’Amiens est concerné par les nouvellesdispositions concernant l’archéologie préventive. Pour tout chantier un diagnosticarchéologique est donc nécessaire.10. Les paysagesa/ Ambiance généraleLe contexteGéographiquement, le secteur étudié se rattache au plateau crayeux picard : vastesétendues agricoles rythmées par les clochers et les courtils des villages etfortement marqué, aux abords d’Amiens, par des infrastructures pluscontemporaines : lignes à haute tension, autoroute, rocade, zones industrielles…Les premiers champs sont à quelques dizaines de mètres au nord de la ZAC (voirla photo aérienne en annexe 1 page 138).Mais les Quartiers Nord regardent plutôt vers le sud : Amiens (avec sesmonuments à la silhouette découpée) et la vallée de la Somme, dont on a évoquéla richesse, constituent la vraie toile de fond du secteur.Le siteSur le secteur étudié, le paysage actuel est caractéristique d’une zone péri-urbaine :immeubles collectifs, voiries à l’emprise forte, habitat pavillonnaire. Par endroits,des rues bordées de maisons agréables.De l’occupation des sols antérieure au milieu du XX e siècle, il ne subsiste rien. Lesrepères géographiques ou historiques sont inexistants. Mais la situation desQuartiers Nord en surplomb sur le plateau ménage ça et là des vues sur laCathédrale ou la Tour Perret.Les immeubles, éloignés les uns des autres, et les vastes espaces libres qu’ilsménagent, forment une trame urbaine lâche.Les voiries ont des caractéristiques souvent plus proches d’infrastructuresroutières que de voies urbaines, comme l’a noté le cabinet François Grether dansson état des lieux : ceci contribue à une impression de décousu, d’espaceinoccupé, de vide.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 62/165Les différents quartiers semblent juxtaposés plutôt que reliés les uns aux autres.avec des coupures importantes, comme l’ensemble d'équipements scolaires etsportifs, entre la rue César Franck et le boulevard de Roubaix.Les commerces sont rares : concentrés près de l'esplanade du Colvert et rueGuynemer, ils forment deux micro-paysages où la vie sociale est plus présente.Le paysage comporte peu d'éléments remarquables. Quelques éléments sedétachent cependant : le marché couvert, le centre commercial Colvert.L’effort de rénovation urbaine, à l’œuvre depuis une quinzaine d’années, estsensible : quelques rues et avenues à l’aménagement soigné, en particulier,marquent le quartier d’une note de modernisme assez réussi, mais qui semblepour l’instant un peu en décalage avec le contexte général.b/ Points de vue actifs et passifsLe terrain ne présente pas de relief notable, seulement une légère déclivité vers lesud-ouest.Points de vue passifs (de l’extérieur du secteur étudié vers l’intérieur)Les Quartiers Nord, silhouette massive, se voient ou se devinent depuis le centred’Amiens, et plus encore quand on arrive du nord par le plateau, par exemple parla RN 1.Points de vue actifs (de l’intérieur du secteur étudié vers l’extérieur)Dans l’environ immédiat, l’église Sainte-Thérèse, qui date de 1962, est unbâtiment assez intéressant. Elle se dresse à la limite sud du périmètre, sur la rueA. Camus, à quelques mètres du marché couvert.Au-delà, les vues sont limitées.On mentionnera de nouveau la Cathédrale et la Tour Perret : visibles endifférents points, elles humanisent agréablement le paysage.Des étages les plus élevés de certains immeubles, la vue porte au nord vers leplateau, au sud vers la Citadelle, le centre d’Amiens et la masse verte desHortillonages.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 63/165Intersection Paix / Camus vers le sud-est (église Ste Thérèse)mercredi 21 septembre 2005, 12:37 [photo n° 16]Intersection Europe / Paix (vers le nord-est)mercredi 21 septembre 2005, 12:40 [photo n° 18]D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 64/16511. Cadre de vieOn l’a dit, les Quartiers Nord accueillent une population nombreuse : près de22.000 habitants au recensement de 1999.Après avoir tenté de caractériser les paysages au paragraphe précédent, nousallons évoquer quelques éléments plus concrets du cadre de vie de ses habitants :voirie, réseaux, bruit.a/ Desserte et voirieLes Quartiers Nord ont toujours été une des portes d’accès à la ville.Ce rôle est attesté dès le début de l’ère chrétienne par les voies romaines versArras et Boulogne qui traversent le quartier. La voie romaine d’Arras est encoretrès lisible dans le réseau actuel de voirie : la rue F. Roosevelt en suit en gros letracé.Au moyen-âge, ces mêmes routes sont utilisées pour le commerce international,notamment avec les villes de la Hanse et les ports de la mer du Nord.Aujourd’hui encore, les quartiers nord restent marqués par le rôle important desvoies de communication nord-sud que sont le boulevard de Roubaix, l’avenue del’Europe, et la rue F. Roosevelt.Les voiries ont une emprise importante. Leurs caractéristiques plus routièresqu’urbaines, comme on l’a déjà remarqué, concourent à former une trame urbainelâche.Il y a un contraste assez fort entre les axes qui ont déjà été rénovés, bénéficiantd’un traitement luxueux, avec éclairage et plantations soignés, et les voiries nonrénovées,souvent aménagées de manière sommaire, sans trottoirs.• Axes principauxIl faut distinguer : les axes nord-sud que sont le boulevard de Roubaix, l’avenue de l’Europe,et la rue F. Roosevelt, avec un rôle de communication à l’échelle del’agglomération et au-delà, et un axe est-ouest, formé par l’avenue de la Paix et la rue L. Lagrange, quiont un rôle de desserte interne.L’avenue de la Paix se distingue des autres axes : c'est un peu le cœur desQuartiers Nord.Toutes ces grandes voies sont pourvues de feux tricolores à chaque carrefour.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 65/165• Voies secondairesIl s'agit notamment de la rue Guynemer, de la rue Fafet, de la rue C. Franck, ouencore de la rue Watteau ou de la rue W. Churchill.Puis viennent une série de voies moins importantes, au tracé parfois méandreux,qui desservent les îlots.On notera que ces rues sont souvent la propriété de l’OPAC, bien qu’elles soientouvertes à la circulation publique et que leur entretien soit assuré par les servicesmunicipaux.b/ Les réseauxLe secteur est desservi par des réseaux habituels dans un environnement urbain : alimentation en eau potable, réseaux électriques, téléphoniques, alimentation en gaz naturel.Par ailleurs, le quartier est desservi par un réseau de chauffage urbain (chaufferieDalkia).Le secteur est assaini par un réseau de collecte et d'évacuation des eaux usées etpar un réseau séparatif des eaux pluviales.On a vu précédemment (page 42) que le fonctionnement du réseau séparatifd’eaux pluviales comporte sans doute des anomalies.Les réseaux électriques et téléphoniques sont souterrains.Les réseaux en place actuellement datent de plus de 40 ans. Ils supportent ledouble poids d’erreurs de conception et d’un entretien inégal. Leur cartographiecomporte aussi quelques incertitudes.Il existe des servitudes sur ces réseaux, ainsi que sur le réseau du gaz naturel.c/ Collecte des ordures ménagèresUne collecte bi-hebdomadaire des ordures ménagères est assurée sur le secteur.Elle comporte la collecte sélective des emballages et du verre.Un nouveau type de collecte est testée sur les Quartiers Nord depuis 2001 : lesbacs mobiles (à roues) sont partiellement remplacés par des containers enfouisdans le sol.Une quarantaine de bacs ont été implantés. Il s'agit de containers de 5 m 3 ,généralement installés par 2 (1 bac OM / 1 bac tri). Chaque container occupe 4m² au sol.L’objectif principal est de lutter contre le vandalisme (incendie des bacs).Le système fonctionne de manière satisfaisante : les usagers ont pris l’habitude dece nouveau mode de collecte sans difficulté, le vandalisme a diminué, il n’y a pasD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 66/165de dysfonctionnement majeur (odeurs, ordures répandues autour des bacs…), etl’impact paysager est positif (on supprime les bacs roulants qui étaient extérieursdepuis plusieurs années).La collecte est pour l’instant déléguée à Véolia, mais l’objectif d’AmiensMétropole est d’assurer à terme cette collecte en régie, comme elle le fait pour lesbacs mobiles.d/ Le bruitLa zone étudiée présente les nuisances sonores habituelles dans unenvironnement péri-urbain.Elle est principalement exposée aux bruit de la circulation des automobiles et descyclomoteurs.• Le bruit lié à la circulation des automobiles et descyclomoteursLe quartier supporte, comme toute zone urbaine, les nuisances sonores du traficautomobile.Dans le cadre de l’étude d'impact initiale, des mesures ont été effectuées endécembre 2001 sur 6 points différents à l’intérieur du périmètre de la ZAC 48 .Elles constatent des nuisances sonores plutôt fortes, nettement supérieures à 60décibels et s’approchant même de 70 décibels su 3 des 6 points.Ces résultats paraissent élevés, dans la mesure où le trafic sur les points de mesuren’était pas particulièrement dense : environ 400 à 500 véhicules par heure sur laplupart des points.Le point où le trafic est le plus dense, sur l’avenue de l’Europe (angleWatteau/Ravel), avec 1314 véhicules /heure, est aussi le plus bruyant : 69,6décibels.On peut se demander si la cause principale des nuisances sonores n’est pas lacirculation des cyclomoteurs : quelques cyclomoteurs suffisent à faire monterassez nettement les décibels mesurés.• Le bruit lié à la présence humaineLes commerces ou activités présents sur la zone étudiée n'exercent dansl'ensemble pas d'activités produisant des nuisances sonores élevées.Seul le marché comporte des couleurs sonores particulières liées àl'approvisionnement et à la fréquentation. Il s'agit là de bruits plutôt bien acceptéset qui ne sont généralement pas perçus comme des nuisances.48 Ces mesures ont été effectuées par la Sté MEVA. Voir Étude d'impact : création d’une ZAC dans les QuartiersNord d’Amiens, SNC Lavallin-Pingat, 03/04/2002, pages 21 et sq.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 67/165Par ailleurs, les bruits de voisinage peuvent, comme partout, deveniroccasionnellement des nuisances.12. Les déplacementsa/ Le PDUUn Plan de Déplacements Urbain (PDU) est obligatoire dans toute agglomérationde plus de 100.000 habitants. Il doit mettre en œuvre, à l’échelle del’agglomération, les orientations de la Loi sur l’Air et l’Utilisation Rationnelle del’Énergie, pour mieux prendre en compte la protection de l'environnement et dela santé publique en diminuant les nuisances urbaines.Ceci suppose un rééquilibrage des différents modes de transport qui passe par :- la diminution du trafic automobile,- le développement des transports collectifs et des moyens de déplacementséconomes et les moins polluants, comme le vélo,- l’aménagement et l’exploitation du réseau de voirie afin de rendre plus efficaceson usage,- l’organisation du stationnement.Les orientations d’un PDU doivent déboucher sur des mesures d’exploitation àcourt terme et visibles pour l’usager.---Dans l’agglomération amiénoise, les années 90 ont été marquées par uneaugmentation de la part de déplacements automobiles : l’usage de la voitureindividuelle est passée de 43 à 57%. Les transports en commun ont légèrementaugmenté, de 8,3 à 9,8 %. Mais la marche à pied est passé de 40,5 à 30,8% etl’usage des 2 roues de 8 à 2,4 %, dont une petite moitié seulement à vélo.Le PDU de l'agglomération amiénoise, adopté en novembre 2002, a donc pourobjectif d’inverser cette tendance et de faire des transports collectifs unealternative crédible à la voiture particulière.Parmi les actions proposées par le PDU, une des plus importantes est sans doutela diversification de l'offre des transports en commun : Création d’un réseau de transport en site propre sur trois axes :- Étouvie - Centre-ville - Longueau.- Quartiers Nord - Citadelle - Centre-ville - Jules Barni.- Quartiers Nord - Beauvillé - Centre-ville - Av. Foy - Hôpital sud Renouvellement des véhicules (minibus adaptés à des parcours spécifiques,bus non polluants et accessibles aux personnes à mobilité réduite). Aménagements de quais et de voirie (quarante carrefours à l'étude, ainsique des axes comme le boulevard de Beauvillé).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 68/165Intersection Europe / Paix (vers le sud)mercredi 21 septembre 2005, 12:42 [photo n° 20]Rue des Trois Baisersmercredi 21 septembre 2005, 13:01 [photo n° 34]D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 69/165En revanche, l'idée d'un tramway semble pour l’instant écartée, le potentiel dedéplacement amiénois paraissant un peu faible pour une telle solution.Le PDU prévoit également l’augmentation des espaces piétonniers du centre-villeet le développement du réseau de bandes cyclables (45 kilomètres s’ajouterontaux 58 kilomètres déjà créés).b/ Circulation automobileÀ l’échelle des Quartiers Nord, la circulation est dense.On ne dispose que d’assez peu d’informations précises, aucun comptaged’ensemble n’ayant été réalisé récemment.Les seuls comptages récents portent sur le trafic "heure de pointe" boulevard deRoubaix et rue L. Lagrange 49 :VoieHeure de pointedu matin *Heure de pointedu soir *Boulevard de Roubaix 1600 véhicules/h 1800 véhicules/hRue L. Lagrange 848 véhicules/h 870 véhicules/h* Total des véhicules dans les 2 sensÀ l’intérieur du périmètre de la ZAC, on distinguera 2 types de trafic : lesdéplacements internes et le transit.Les déplacements internesLes déplacements internes correspondent essentiellement aux déplacementsautomobiles générés par la population résidente (et marginalement auxdéplacements professionnels, livraisons…).En l’absence d’enquêtes récentes sur les déplacements, toute évaluation précisedes flux correspondant aux trajets quotidiens des habitants est impossible.Cependant, en rapprochant les comptages sur le trafic "heure de pointe"boulevard de Roubaix et rue L. Lagrange de données plus anciennes, on peutsituer les flux de circulation automobile sur les 3 principales voies intérieures dansles fourchettes ci-dessous :Voie Trafic moyen par jour ouvré *Avenue de la PaixRue L. LagrangeRue Watteauentre 9 et 13.000 véhicules/jourentre 8 et 10.000 véhicules/jourentre 1.400 et 1.800 véhicules/jourN.B. Les chiffres ci-dessus doivent être considérés comme des ordres de grandeur.* Total des véhicules dans les 2 sens par jour ouvré49 Amiens Métropole, service Espaces publics, comptages réalisés le 7 février 2006.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 70/165Au total, les flux correspondant aux trajets quotidiens des habitants pourraient sesituer dans une fourchette comprise entre 12 et 15.000 trajets simples par jourmoyen ouvré.Les flux de transitLe transit concerne 3 voies : le boulevard de Roubaix, l’avenue de l’Europe et larue F. Roosevelt.Avec les mêmes réserves que pour les déplacements internes, on peut retenir lesordres de grandeur ci-dessous pour les flux de ces 3 voies :Voie Trafic moyen par jour ouvré *Boulevard de RoubaixAvenue de l’EuropeRue F. Rooseveltentre 15 et 20.000 véhicules/jourentre 10 et 15.000 véhicules/jourentre 8 et 12.000 véhicules/jourN.B. Les chiffres ci-dessus doivent être considérés comme des ordres de grandeur.* Total des véhicules dans les 2 sens par jour ouvréAu total, les flux correspondant au transit pourraient donc se situer dans unefourchette comprise entre 35 et 50.000 trajets simples par jour moyen ouvré.Les poids lourdsEn ce qui concerne les poids lourds, leur pourcentage peut être évalué entre 5 et6% du trafic sur certains axes importants comme le boulevard de Roubaix oul’avenue de l’Europe.Sur les axes de desserte interne, il ne dépasse sans doute pas 1 à 2%.c/ Transports en communLes transports en commun constituent un facteur déterminant pour remédier àl’isolement des Quartiers Nord.C'est pourquoi un projet de voie en site propre a été prévu par le PDU et par leGrand Projet de Ville. Cette voie est en cours de réalisation. En désenclavant lesQuartiers Nord, elle sera un élément important de la politique de rénovationurbaine.Dans la mesure où ce projet va, à très court terme, modifier radicalement ladesserte du secteur, nous ne ferons qu’une présentation rapide du réseau actuel.Nous présenterons ensuite le projet de transport en commun en site propre, bienqu’il ne fasse pas à proprement parler partie de l’état initial du site.• Le réseau actuelActuellement, les Quartiers Nord sont déjà bien desservis par le réseau AMETIS(ex-SEMTA), avec 5 lignes principales en direction du centre d’Amiens :D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 71/165LIGNE PARCOURS TRAFIC *Hôpital Sud Campus - Saint Ladre Raphaël 1.2St Ladre Raphaël Gare du Nord - Cagny Longeau Gare SNCF 1.8Dury CC Amiens Sud – CC Amiens Nord Espace Industriel Nord 1César Franck Hôtel de Ville - Gare du Nord Hôtel de ville 1.7Bertangles Poulainville - St Fuscien Sains en Amiénois 0.18* nombre de passagers par an (en millions).Cette desserte est complétée par 1 ligne locale vers Bertangles (ligne 50, parminibus, avec un trafic de 25.000 passagers/an).Les Quartiers Nord bénéficient donc déjà d’une desserte dense. Mais les parcoursdes lignes sont assez sinueux, ce qui contribue à augmenter les temps de trajet,notamment aux heures de pointe.heures de pointeheures creusessens sud / nord 17’ 15’sens nord / sud 21’ 15’aller /retour 38’ 30’Durée du trajet centre / Quartiers Nord (angle avenue de la Paix / Avenue de l’Europe)La fréquentation est importante : environ 12.000 trajets par jour sur lesdifférentes lignes desservant les Quartiers Nord (c'est à dire environ 2,5 millionspar an), sur un total d’environ 60.000 trajets par jour pour l’ensemble du réseauAmétis (environ 12.5 millions de trajets par an).Cela signifie que les lignes desservant les Quartiers Nord représentent 20 % dutrafic global.• Le projet de Transport en commun en site propreLe projet porte essentiellement sur la création d’une voie en site propre de 3,5 kmdesservant les Quartiers Nord (voir carte page suivante).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 72/165Tracé ligne TCSP / 2 tranchesD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 73/165Cette nouvelle voie permettra un trajet direct entre le centre d’Amiens (GareSNCF) et le pôle de correspondance des Quartiers Nord, et contribuera ainsi demanière significative au désenclavement du quartier. Les autobus emprunteront(et desserviront) le boulevard de Roubaix qui n’est actuellement pas desservi.La mise en service devrait intervenir en deux tranches, en novembre 2006 puis àla fin du premier trimestre 2007 : la tranche 1 couvrira toute la longueur des boulevards d’Alsace-Lorraine etde Beauvillé, jusqu’à la jonction au nord avec le boulevard de Roubaix, la tranche 2 complétera le tracé jusqu’au pôle de correspondance (angleavenue de la Paix / Avenue de l’Europe).Les lignes concernées, au moins dans la première phase, sont la 10-11 et la 14.Lors de la mise en service du tracé complet, une réorganisation du réseau est àprévoir autour du pôle d’échange nord. Cette réorganisation concernera alorssans doute également les lignes 2, 3 et 9.FréquenceLa création de cette voie aura pour corollaire un quasi doublement de lafréquence (en nombre de passages par jour) :longueurNombre de passagepar jour et par sensActuellementavecsite propreNombre de passagepar heure et par sensactuellementavecsite propreBd Alsace-Lorraine 450 m 171 225 13 17Bd Beauvillé sud 680 m 117 171 9 13Bd Beauvillé nord 820 m 77 131 6 10Bd Roubaix 450 m 0 120 0 8Rue L. Lagrange 480 m 79 162 5 11Rue C. Franck 120 m 79 222 5 15Av. de la Paix 450 m 139 222 9 15Augmentation moyenne 82 % 88 %Le projet consiste en un double site propre sur l’axe avenue de la Paix /Léo Lagrange - César Franck / boulevard de Roubaix / boulevard de Beauvillé.Le projet comportera également : la création d’arrêts en ligne et d’un pôle de correspondance important auniveau du carrefour de l’avenue de la Paix et de l’Avenue de l’Europe, l’implantation d’une agence commerciale sur le pôle de correspondance, un couloir réservé de 400 mètres boulevard d’Alsace Lorraine, avec feuxprioritaires à l’approche de la gare dans le sens nord-sud.Certains de ces aménagements se situent en dehors du secteur des QuartiersNord : ils sont évidemment essentiels pour assurer la régularité des fréquences enassurant la fluidité de la circulation des bus sur la totalité de leur parcours. EtD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 74/165spécialement en permettant, côté centre-ville, le raccordement du site propre auxvoies de circulation classiques.D’après les orientations du PDU, le pôle de correspondance nord devraitégalement intégrer un parc de stationnement relais d’environ 300 places.La commodité de la liaison direct centre-ville – Quartiers Nord (et le gain sur letemps de parcours total) devrait amener une augmentation significative de lafréquentation. Par ailleurs, l’implantation du pôle de correspondance Norddonnera une visibilité forte à la nouvelle voie en site propre et contribuera doncaussi à accroître la fréquentation.Le pôle fournira en outre l’occasion d’un réaménagement paysager. Les autresaménagements prévus permettront également d’animer l’ensemble des espacespublics constituant l’axe majeur des Quartiers Nord : avenue de la Paix – rueCésar Franck – rue Léo Lagrange – rue Lucien Lecointe – boulevard de Roubaix.Un maillon d’un réseau nouveauCette opération est la première du réseau de sites propres pour autobus queprévoit le PDU. Trois autres pôles sont prévus par le plan à 5 ans 2003-2007 :Gare, Maison de la Culture, Campus – Hôpital sud.Ainsi la voie TCSP des Quartiers Nord n’a pas seulement pour objectif dedesservir le quartier : c'est un maillon d’un réseau nouveau qui assure unemeilleure desserte de l’ensemble de l’agglomération, et qui favorisera doncl’objectif de diminution du trafic automobile et de développement des transportsen commun fixé par le PDU.Le parc de stationnement relais prévu dans le pôle de correspondance témoigneaussi que la voie n’aura pas pour seul impact le désenclavement des QuartiersNord. Dans les orientations du PDU, avec 315 places, c'est le plus important des6 parcs de stationnement relais prévus : il permettrait une desserte de tout le nordde l’agglomération, et notamment de la Zone industrielle nord.d/ Piétons et cyclistesLe Plan de Déplacements Urbains (PDU) d’Amiens Métropole donne la priorité,dans une perspective de développement durable, au développement des modes detransport alternatifs : attention portée au piéton, promotion du vélo…Dans le cadre de son Agenda 21 (voir page 37), Amiens Métropole a placé le véloau cœur de ses préoccupations. Elle développe ainsi un ensemble cohérentd'actions pour promouvoir ce mode de transports (en témoigne la récenteSemaine de la Mobilité), en particulier un schéma général d'aménagementscyclables.Circulation des piétonsLa circulation des piétons est dense.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 75/165En ce qui concerne les risques liés à la circulation automobile, dans la situationactuelle, la sécurité de la circulation des piétons et l’accessibilité globale deséquipements est satisfaisante.Les différents aménagements de voirie déjà réalisés, et ceux qui vont l’être dans lecadre du projet du site propre de transports en commun, contribuent à renforcercette sécurité.Quant aux risques d’agression, on a vu page 26 que la petite délinquance concernenotamment les piétons (insultes en particulier).La fréquence des agressions est sans doute directement corrélée au sentimentd’exclusion ou de marginalisation. Ce qui renvoie à 3 niveaux d’action : qualité des aménagements urbains, actions de prévention et de surveillance, actions économiques et sociales visant à diminuer le taux de chômage et àaugmenter le niveau de vie.Aménagements cyclablesActuellement, à l’intérieur du périmètre de la ZAC ou à proximité, différentsaménagement cyclables existent : des trottoirs mixtes piétons/vélos sur l’avenue de la Paix, des bandes cyclables sur l’axe avenue de l’Europe (sud) - avenue duGénéral de Gaulle.On notera par ailleurs que la voie de transports en commun en site propre seraautorisée aux vélos sur l’axe Roubaix – Léo Lagrange – César Franck.Il n'existe pas de données précises sur la fréquentation de la zone par descyclistes. Elle paraît relativement faible. Pour des trajets vers le centre-ville, les Quartiers Nord sont coupés de laville par une pente assez forte qui rend l’usage de la bicyclette peu pratique. Pour des trajets internes au quartier (par exemple pour des déplacementsscolaires) les distances sont souvent trop faibles pour justifier l’usage dudeux-roues.L’usage repéré lors des visites sur le terrain semble plutôt correspondre à des jeuxqu’à des déplacements.Plan vélo d’Amiens MétropoleAmiens Métropole s’est doté en octobre 2005 d’un Plan vélo dont l’objectif est deréaliser en 5 ans 100 km de pistes cyclables.Les premières réalisations ne concernent pas les Quartiers Nord (1,7 km rue Jean-Marc Laurent, 170 mètres avenue de la Défense Passive, et 890 mètres rue PierreRollin).Mais le Plan vélo devrait à terme également bénéficier aux Quartiers Nord.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 76/165Rue Watteaumercredi 21 septembre 2005, 13:19 [photo n° 43]Le château d'eaumercredi 21 septembre 2005, 13:29 [photo n° 51]D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 77/16513. Servitudes d’utilité publiqueDans l’actuel Plan d'occupation des sols, le secteur est concerné par différentesservitudes 50 techniques (gaz, télécommunications, réseaux hertziens),d’alignement, de création de voirie, ou liées à la protection des monumentshistoriques et des sites.Mais on notera que les servitudes peuvent être modifiées avec l’entrée enapplication prochaine du PLU.Dans la situation actuelle, on relève les servitudes suivantes :− Des servitudes techniques.codePT1PT2PT3A5description sommaireTransmissions radio-électriques [perturbations électromagnétiques]Transmissions radio-électriques [obstacles]Réseau télécommunication souterrainEau potable et assainissement13 Canalisations de gaz14 Canalisations électriquesCes servitudes devraient a priori constituer une contrainte faible pour leprojet d’aménagement, puisque le programme d’aménagement necomporte que peu de constructions.Elles seront cependant à prendre en compte.−Des servitudes d’alignement.Portées au Plan d'occupation des sols sous le code EL7, elles concernentde nombreuses voies sur le périmètre.− Des servitudes de voirie.Notées C à D au Plan d'occupation des sols, elles portent sur la créationde 2 sentiers piétonniers (Delacroix/Watteau et Ingres/Europe) et d’unevoie publique à l’extrémité nord de la rue Mozart.Par ailleurs, les emplacements réservés n°31 à 34 et 36 à 44 du Pland'occupation des sols portent également sur la création de voies oud’espaces verts.− Des servitudes relevant de la protection du patrimoine.Comme on l’a vu page 60, le seul site classé dont la protection concerne laZAC est la Citadelle, dont le périmètre englobe le quartier Maryse Bastié,de part et d’autre de la rue Guynemer.50 Source : POS de la ville d’Amiens, rapport 6.1.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 78/165Emplacements réservésComme on vient de le dire, plusieurs emplacements réservés portés au Pland'occupation des sols concernent le périmètre de la ZAC.Il s'agit des emplacements réservés n°31 à 44, qui ressortissent principalement deprojets d’aménagement de la voirie : création de voies ou d’espaces verts pour les n°31 à 34 et 36 à 44, emprise réservée à la création d’équipement public pour l’emplacementn° 35 (avenue de la Paix, angle nord-est avec l’avenue de l’Europe), pourune surface de 1990 m².14. Risquesa/ Présence de cavités et d’anomalies dans le sous-solDes carrières de craie ont été exploitées sur la zone, principalement pour lafabrication de la chaux.Nous avons déjà signalé (voir page 24) la présence de cavités, qui résultent decette activité d’extraction, ou d’autres activités humaines (galeries diverses).Des dissolutions ou des altérations fortuites du sous-sol crayeux provoquentégalement des cavités.Enfin, d’autres anomalies semblent causées par l’hétérogénéité et l’insuffisantecompacité des sols.En l’absence de cartographie précise, on ne peut exclure la mise à jour de cavitésou de zones difficiles lors des travaux d’aménagement.Ceci ne constitue pas un risque pour les personnes ou les biens, mais seulementune contrainte, dans la mesure où cette situation peut obliger à modifier leprogramme de travaux.b/ Autres risquesD’après les informations qui nous ont été transmises, il n’existe pas d’autre risquesur le périmètre de la ZAC.Du fait de son altitude, le site n’est pas concerné par le risque d’inondation (voirpage 44).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 79/165Sur la commune d’Amiens, on relève les risques suivants 51 :InondationMouvement de terrainTransport de matière dangereuseRisque industrielIndustrielTransport de marchand dangereuseSans enjeu humainSans enjeu humainSans enjeu humainAvec enjeu humainavec enjeu humainavec enjeu humain• Arrêtés de Catastrophe NaturelleÀ titre d’information, on répertorie ci-dessous les arrêtés de catastrophe naturelleconcernant la commune d’Amiens :Type de catastrophe Début le Fin le Arrêté du JO duInondation - Par une crue (débordement de cours 23/07/1983 23/07/1983 05/10/1983 08/10/1983d’eau)Inondation - Par ruissellement et coulée de boue 23/07/1983 23/07/1983 05/10/1983 08/10/1983Inondation - Par remontées de nappes naturelles 01/01/1988 30/04/1988 05/01/1989 14/01/1989Inondation - Par une crue (débordement de cours 20/07/1992 21/07/1992 16/08/1993 03/09/1993d’eau)Inondation - Par ruissellement et coulée de boue 20/07/1992 21/07/1992 16/08/1993 03/09/1993Inondation - Par une crue (débordement de cours 15/12/1993 18/01/1994 27/05/1994 10/06/1994d’eau)Inondation - Par ruissellement et coulée de boue 15/12/1993 18/01/1994 27/05/1994 10/06/1994Mouvement de terrain 25/12/1999 29/12/1999 29/12/1999 30/12/1999Inondation - Par une crue (débordement de cours 25/12/1999 29/12/1999 29/12/1999 30/12/1999d’eau)Inondation - Par ruissellement et coulée de boue 25/12/1999 29/12/1999 29/12/1999 30/12/1999Mouvement de terrain 14/02/2000 14/02/2000 19/12/2000 29/12/2000Inondation - Par remontées de nappes naturelles 03/12/2000 25/04/2001 26/04/2001 27/04/2001Inondation - Par une crue (débordement de cours 01/01/2001 25/04/2001 26/04/2001 27/04/2001d’eau)Inondation - Par ruissellement et coulée de boue 01/01/2001 25/04/2001 26/04/2001 27/04/2001Mouvement de terrain 01/01/2001 31/01/2001 17/12/2002 08/01/2003Mouvement de terrain 01/04/2001 27/04/2001 17/12/2002 08/01/2003Aucun de ces arrêtés ne concerne le site.51 Source : Ministère de l'écologie et du développement durable, Portail de la prévention des risques majeurs(http://www.prim.net).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 80/165ANALYSE DE L'ÉTAT INITIALSynthèse des éléments mis en évidence par l'analyse de l'état initialContexte économique etsocialLes solsL'eauL'airLe climatLa faune et la floreLe bâti et le patrimoineculturelLes paysagesCadre de vieLes déplacementsServitudes d’utilité publiqueHabitat (+ quelques activités)Classement en zone urbanisable (POS)Population jeune, vivant en logements sociauxTaux de chômage importantTopographie : relief de plateau, faible déclivitéSous-sol crayeuxHydrogéologie : aquifère importantEaux pluviales : rejet dans la SommeSituation normale pour un milieu péri-urbainSituation normale pour un milieu péri-urbainFaune et flore de type urbainBeaux alignements d’arbres (1200 sujets)Bâti : peu d’éléments remarquablesNombreux sites archéologiquesPaysage péri-urbainPeu d’éléments remarquablesBon niveau d’équipement, bonne desserteTrafic automobile assez denseRéseau de bus importantProjet de Transports en commun en site propreServitudes classiques (alignement / réseaux)Risques Cavités et anomalies du sous-sol 5252 Il ne s'agit pas réellement d’un risque mais plutôt d’une contrainte.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 81/165SECONDE PARTIE : LE PROJETNotre analyse de l’impact fait référence à la définition du projet telle qu’elle estdonnée au 31 mars 2006 par les documents suivants : la convention signée entre l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine,(ANRU) et la Communauté d’agglomération Amiens-Métropole, 24octobre 2005 53 ; le rapport de François Grether, architecte urbaniste, Dossier de réalisationZAC des Quartiers Nord, Rapport de présentation, avril 2005 ; l’avant projet du Cabinet Arpentère, architecte urbaniste, décembre 2005 ; le rapport sur la prise en compte du développement durable de Civilités(équipe de maître d'œuvre Arpentère), décembre 2005 ; le dossier Loi sur l’eau, réalisé par Iris Conseil Aménagement en avril 2005(Dossier d’incidence au titre de la Loi sur l’eau, en application de la Loi sur l’eaudu 3 janvier 1992 - articles L214-1 à L214-6 du Code de l’environnement).On trouvera en annexe 3 (page 142) un plan qui propose les grands principes del'aménagement (programme d'actions 2005-2009).1. Objectifs et principesL’objectif général de la Z.A.C. est d’améliorer la qualité de vie des habitants entransformant en profondeur l’organisation urbaine et l’image des Quartiers Nord,mais aussi en prenant en compte les problèmes économiques et sociaux.a/ Les objectifs de la ZACLes grandes orientations du projet ont été définies, dès 1998, par l’équipeGrether/Osty.Au-delà de l’opération d’architecture et de rénovation des paysages urbains, ladémolition, la construction, la réhabilitation sont des moyens d’assurer unvéritable développement urbain.Il s'agit notamment :- de favoriser la mixité urbaine,- de mieux intégrer les Quartiers Nord au sein de l’agglomération,- d’attirer des activités et de créer des emplois.Tout cela dans le respect de l’environnement et des principes du développementdurable.53 De nombreux partenaires sont parties prenantes à la Convention : voir plus haut note 22 page 32.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 82/165b/ Développement durableLe projet urbain des Quartiers Nord est conçu dans le respect des principes dedéveloppement durable. C'est ce qu’affirme le GPV dans son programme 2004-2008.Il s'agit de lier développement économique, développement social et respect del’environnement.Ce qui implique que le projet respectera les grands principes du développementdurable :- la création de richesses et l’accès à ces richesses via le travail (lutte contre lechômage) doivent permettre plus d’équité sociale ;- le développement économique ne doit pas se faire au détriment de laqualité de l’environnement (mieux gérer le territoire de manière à préserverles milieux naturels, améliorer les paysages, économiser les ressources etl’énergie…) ;- enfin, le développement urbain d’aujourd’hui ne doit pas hypothéquer lepatrimoine que nous laisserons aux générations futures.Les dispositions principales sont les suivantes :- conserver la perméabilité des sols (c'est à dire ne pas imperméabiliser denouvelles surfaces),- développer les modes de déplacement constituant une alternative à lavoiture individuelle (piétons, vélos, transports collectifs en site propre),- économiser l’énergie (centrale de cogénération),- créer des espaces verts et renforcer la présence du végétal,- mettre en place une collecte sélective enterrée des déchets,- pour les nouvelles constructions, favoriser une architecture du type "Hautequalité environnementale" (HQE).En ce qui concerne, la gestion du territoire, un engagement sera pris par lespartenaires sur l’application des principes du développement durable :participation et proximité, partenariat, prévention, mixité et discriminationpositive :- installation de services publics de proximité à l’échelle d’un quartier,- organisation de rencontres régulières « paroles d’habitants » entre élus ethabitants,- instauration d’un Fonds de formation à destination des acteurs de la vieassociative.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 83/1652. La procédure de ZACa/ Le choix du périmètre de la ZACLe périmètre de la Z.A.C. s’inscrit dans le périmètre d’action du Grand Projet deVille, sans le reprendre dans sa globalité. Sa détermination résulte del’identification des îlots qui feront l’objet d’une requalification à court, moyen etlong termes.Le périmètre est délimité au sud et à l’ouest par des voies structurantes, rue LéoLagrange et avenue F. Roosevelt, marquant la frontière avec les faubourgstraditionnels d’Amiens. Le Centre Commercial du Colvert a toutefois été intégréau périmètre de ZAC, dans la mesure où il constitue l’un des principaux centre devie des Quartiers Nord, qu’il convient de relier aux autres îlots.Pour cette raison, les secteurs d’habitat privé n’ont pas été intégrés dans lepérimètre de l’opération (par exemple les lotissements rue Watteau). Les îlotsMassenet et Bellevue ont été également exclus du périmètre de la Z.A.C. parcequ’ils comportent des logements privés d’une part (Bellevue) et présentent d’autrepart un habitat abritant une population homogène, les logements étant desservispar des voies internes qui ne font l’objet d’aucun retraitement.En revanche, la Cité de la Briqueterie, qui abrite une importante communauté defrançais rapatriés d’origine algérienne, même si elle n’est pas incluse dans lepérimètre de la ZAC, a été intégrée dans la réflexion d’urbanisme menée par lecabinet Grether (ainsi que les terrains qui la jouxtent au nord et qui accueillerontun terrain de sport).b/ Conformité avec les documents d’urbanismeLa Z.A.C. vient donner une traduction concrète au Grand Projet de Ville.Le classement du secteur en zone urbanisable (zones UR, URn et UCb) au Pland'occupation des sols (voir page 37), est évidemment conforme à cette logique derénovation urbaine.Le projet est donc en cohérence avec une politique de développement etd'aménagement de l'espace à l'échelle de l'agglomération amiénoise.c/ L’intervention de la collectivité est-elle nécessaire ?Les quartiers Nord présentent un caractère de sensibilité et appellent uneattention particulière.La ZAC est apparu comme la procédure la plus adaptée, notamment pour opérerles réorganisations de propriété qui sont le préalable aux opérationsd’aménagement et qui donneront les moyens de pouvoir faire évoluer chaque îlot,chaque immeuble.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 84/165Le programme d'actions sur 5 ans couvrira tout le périmètre. A côté d’actionsd’aménagement, la ZAC tentera aussi de mettre en place de nouveaux modes degestion et de mieux lier développement urbain et développement économique.L’intervention de la collectivité dans le cadre d’une procédure de ZAC apporte uncertain nombre de garanties.La procédure de ZAC constitue un outil pour mieux contrôler la qualité desaménagements qui seront réalisés, et la cohérence des paysages. Elle apporte desgaranties sur le contrôle par la puissance public des financements consentis.Elle permet en outre de poser des principes communs sur le développementdurable plus facilement applicables et vérifiables. Une des applications sera lalimitation des nuisances des chantiers d’aménagement (sélection des entreprisessur des critères d’insertion sociale et de respect de l’environnement et de latranquillité des riverains 54 ).Elle comporte enfin une concertation avec les riverains qui n’aurait pas existédans le cas d’opérations échelonnées. Cette concertation est une premièreapplication des principes de participation énoncés par le GPV.3. Les grandes orientationsa/ Réaffectation du foncierUn préalable indispensable aux opérations d’aménagement prévues est leredécoupage du foncier entre les différents propriétaires, en prenant pour base lafonction des emprises.Les rues par exemple redeviennent du domaine public et seront donc vendues parl’Opac à la ville d’Amiens.On comparera la carte du parcellaire à court terme (pages suivante) avec celle duparcellaire actuel (page 37) : une partie des terrains appartenant à l’Opac vontdevenir propriété privée.L’aménagement pourra ainsi se faire en respectant les principes suivants :- définition des responsabilités de chaque propriétaire en termes d’entretienet de gestion ;- séparation des fonctions urbaines par des aménagements différenciés, enaffectant à chaque espace une destination précise.54 Voir 4 e partie de l’étude d'impact, Mesures compensatoires, page 130.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 85/165INSÉRER HORS-TEXTE : carte du parcellaire à court terme en A3D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 86/165La reconnaissance du statut du foncier permettra à la population de percevoir letype d’appropriation qu’elle peut envisager, individuelle, collective, publique,privée… Par exemple, les espaces dévolus à la voie publique doivent êtreclairement délimités : ils sont ouverts en permanence au public, libres, éclairés etpolicés.b/ Mixité urbaine et renouvellement de l’habitatLe renouvellement et la requalification de l’habitat s’inscrivent dans une logiquegénérale de diversification des fonctions et de l’organisation urbaine.La mixité urbaine comporte deux éléments assez distincts : la mixité sociale et lamixité des fonctions.- D’une part, la mixité sociale suppose la diversification des types d’habitat :dans un quartier où domine l’habitat locatif aidé, il est nécessaire de créerdes logements en accession à la propriété ou en locatif libre.- D’autre part, la mixité des fonctions consiste à développer d’autres modesd’occupation du sol que l’habitat pour ne plus séparer habitat, emploi,loisirs. Il s'agit notamment de susciter un développement économique(commerces, activités…) en affectant des terrains à d’autres fonctions quel’habitat.Le programme de construction comportera principalement des maisonsamiénoises en bandes et de petits immeubles. L’intervention de différents maîtresd’ouvrages et différents maîtres d’œuvre permettra de diversifier le statut deslogements et les bailleurs, par rapport à la situation actuelle (présence quasiunique de l’office HLM) en même temps que sera rompue l’uniformitéarchitecturale de site.La diminution de la hauteur des constructions comporte nécessairement unebaisse de la densité et le report d’une partie du nombre des logements.Les besoins de relogementLe projet de renouvellement urbain implique le relogement effectif de l’ensembledes locataires, leur niveau de ressources ne leur permettant pas de quitter le parcsocial pour le parc privé.Une étude, réalisée en 2000 par Citémétrie, a établi le constat que les projets dedémolition concernent surtout les logements :- les plus grands en surface, souvent occupés par des ménages présents delongue date,- les moins bien classés en matière de qualité et d’attractivité, d’après la grilledu bailleur, l’OPAC,- aux loyers moyens les plus faibles, avec la proportion d’impayés de loyers laplus forte.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 87/165Un Plan de relogement, comme prévu dans la Convention ANRU, sera établi defaçon concertée et cohérente avec les dispositifs de la loi de lutte contrel’exclusion, notamment avec la Conférence Intercommunale du Logement, danslaquelle les dispositions prévues par la maîtrise d’ouvrage feront l’objetd’engagements formalisés à travers une Charte de relogement. Cette charte préciserales critères d’amélioration du cadre de vie des habitants relogés. Elle organiseranotamment le soutien aux ménages dans leurs démarches administratives, et laprise en charge des frais de déménagement.c/ Amélioration de l’offre d’équipements publics et de servicesL’implantation des équipements publics déjà réalisés ou programmés vise àconstituer une « lisière mixte » sur le côté nord de l’avenue de la Paix, qui relie lespetits centres de quartiers existants : les équipements forment un linéaire quiprend place entre les immeubles de logements et l’avenue.Cette disposition permet, en particulier, de conforter les centres du Colvert et deGuynemer.Cette lisière linéaire est renforcée par la construction du nouveau collège ArthurRimbaud. L’actuel collège, l’un des deux établissements contigus sur la rue CésarFranck, va être démoli. Le nouveau est reconstruit face à la future esplanadeGuynemer, qui regroupe des commerces, un bureau de poste et le Centre culturelle Safran. Un gymnase attenant au collège va être prochainement ouvert à la foisaux scolaires et aux clubs de la ville (ouverture prévue en septembre 2006).Le collège César Franck pourra être rénové dans son emplacement actuel etrestructuré afin de valoriser les espaces publics dans la cohérence du projeturbain.Une salle associative sera réalisée à l’angle de la rue du Docteur Fafet et de larue d’Allonville. Adjacente au nouveau square, elle participe aux relations sociales,sportives et culturelles du quartier, et s’inscrit également dans son ouverture surles quartiers limitrophes.Des équipements sportifs existant vont également être restructurés, tels le stadeJean Bouin et le stade Charpentier. Il s’agit pour le premier d’améliorer lesconditions d’accueil pour recevoir des manifestations sportives de plus grandeimportance, ce qui contribue à l’intégration des Quartiers Nord à l’ensemble de laville. Pour le stade Charpentier, la restructuration, plus modeste, porte sur laremise en état et l’amélioration des conditions d’utilisation.La possibilité d’implanter d’autres équipements est réservée, pour des besoins quiapparaîtraient localement ou, plus encore, à une plus grande échelle.d/ Revitalisation économiqueElle constitue à la fois une réponse aux besoins en services marchands de lapopulation et un facteur de diversité fonctionnelle.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 88/165Les commercesDes projets immobiliers sont actuellement en cours d’étude, ils tiennent comptedans leurs cahiers des charges de l’objectif de diversité fonctionnelle. Tel a été lecas du Pôle d’Activités et de Services et de la construction du second hôteld’entreprises (programmé à la suite du succès du premier village PMI et dupremier hôtel d’entreprises), dont la volonté visait l’apport d’activités nouvelles aucœur du secteur.L’implantation de nouveaux commerces sera aidée. Amiens Métropole, enpartenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Amiens, envisage dedévelopper le nombre de cellules commerciales dans les 2 espaces marchands duquartier, la galerie Colvert et l’esplanade Guynemer.Pour assurer le renouvellement des commerces existants, deux possibilités serontenvisagées avec les occupants actuels :- l’acquisition de nouveaux locaux commerciaux,- la transformation ou la réhabilitation des locaux existants.Les entreprisesLa stratégie d’accueil de nouvelles activités passe par le développement d’uneoffre foncière et immobilière.L’implantation des entreprises sera privilégiée sur l’avenue de l’Europe et, dans unsecond temps, sur le boulevard de Roubaix, axes principaux reliant les voiesroutières au centre de la ville. L’amélioration de l’environnement des entreprises àtravers, notamment, une meilleure qualité de service sera un facteur essentield’attractivité de celles-ci. En outre, et plus durablement, cet objectif est soutenupar la qualité des accès routiers, conjuguée avec les facilités d’installation dans uncontexte urbain en cours de transformation.Tout ceci continue les efforts entrepris depuis plusieurs années dans le cadre de laZFU (Ecopolis), dont une tranche complémentaire sera créée au centre del’espace industriel Nord, de manière à créer un lien avec la ZAC des QuartiersNord.4. Justification du projet : les étapes de l’élaborationa/ Les alternativesÉtant donné la nature et le contexte de l’opération, il n’y avait évidemment pasd’alternative quant à la localisation du projet.En revanche les alternatives sur le périmètre d’intervention et sur le contenu duprogramme d’aménagement ont été soigneusement étudiées.En ce qui concerne le périmètre d’intervention, on se reportera à ce qui a été ditplus haut sur le choix du périmètre de la ZAC (voir page 83). Le périmètre a étéD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 89/165défini en fonction des priorités d’aménagement : la ZAC comporte les îlots quiferont l’objet d’une requalification à court terme.Quant au programme d’aménagement, il est évidemment le résultat d’un longprocessus de décision dont les principales étapes ont été déjà rappelées :- concours de conception de 1998, remporté par le cabinet Grether-Osty,- Grand Projet de Ville de 2001,- approfondissement du projet par les concepteurs, de manière à traduire lesorientations du projet initial en esquisses préliminaires puis en avant-projet,- Convention signée avec l’ANRU le 24 octobre 2005.b/ Maturation du projet et arbitrages financiers :un travail partenarialAu cours de ces 7 années, le projet a évidemment évolué.Les différentes étapes qui ont marqué la définition du projet de 1998 à 2005 ontpermis de faire mûrir le projet.Elles ont été le fruit d’une réflexion soutenue. De la part des concepteurs et desbureaux d'études, bien sûr, mais aussi de la part des élus et des techniciens desdifférents organismes impliqués dans la gestion du projet : collectivités,organismes sociaux, aménageur…Le projet final est donc le résultat d’arbitrages entre les objectifs des différentspartenaires impliqués dans la démarche.Très vite, un consensus s’est dessiné pour donner un contenu fort à la dimensionsociale et économique du projet : la rénovation des Quartiers Nord ne pouvaitêtre une simple opération d’architecture ou de rénovation des paysages urbains.Il s'agissait, au-delà du problème d’urbanisme, de traiter un problème économiqueet social. Les actions en faveur de l’emploi, de la formation, de l’accueil d’activitésne pouvaient pas être une simple « cerise sur le gâteau » : au cœur du dispositifmis en place, elles devaient au contraire donner une vraie chance dedéveloppement aux Quartiers Nord.Le projet final est aussi bien entendu le résultat d’arbitrages financiers.L’enveloppe globale monte à plus de 108 millions d’euros (voir tableau pagesuivante) sur un total de 244 millions d’euros pour l’ensemble des quartiersconcernés par la convention. La plus grande partie de ces sommes sera apportéepar les bailleurs sociaux (dont l’Opac) et l’ANRU. La participation de la villed’Amiens et d’Amiens Métropole sont également importantes.Bailleurs sociaux ANRU Ville Amiens Métropole Autres*46,8% 30,9% 9,7% 8,6% 4%* Conseil Général, Région et EuropeD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 90/165c/ Concertation avec la populationLe projet a été élaboré avec le souci d'associer la population.Le Conseil d’agglomération d'Amiens Métropole a pris la décision de lancer laconcertation préalable par une délibération du 5 juillet 2001 (point 115 ducompte-rendu de séance).Plusieurs réunions ont eu lieu 55 . Elles ont associé riverains et habitants duquartier. La participation y a été significative.La concertation a eu une ampleur qui est allé au-delà de l’exigence des textesréglementaires ou législatifs puisqu’elle a comporté un travail important desComités de Quartier et qu’elle s’est pousuivi (après la clôture officielle de lapériode de concertation) par plusieurs réunions publiques, en présence des élus,et notamment du président d’Amiens Métropole. Cet exercice de démocratielocale a permis de préciser le contenu du programme et les modalités de sa miseen œuvre (notamment pour le relogement), mais aussi d’expliquer les enjeuxéconomiques et sociaux de l’opération : renouvellement de l’habitat,développement économique, mixité sociale.Dans l’ensemble, lors des réunions, un consensus s’est dégagé pour approuverune intervention forte de modernisation des Quartiers Nord qui revitalisera cequartier. Un souci de mise en valeur des espaces publics a été souvent exprimé.Cependant, des interrogations portant principalement sur le relogement ontégalement été exprimées. Ces demandes expriment un souci légitime d’évaluernon seulement la situation précise des familles concernées, mais aussi l’impact surle tissu social et familial.Les réponses apportées par Amiens Métropole paraissent de nature à éclaircir uncertain nombre de malentendus, notamment quant à l’aide financière et à l’appuide la cellule Relogement.Au total, les réunions publiques, le débat qu’elles ont suscité, ont permis depréciser le contenu du projet, de l’adapter sur certains points, sans remettre encause ses options fondamentales (voir ci-dessous paragraphe suivant).L'élaboration du projet paraît donc satisfaisante quant à l'écoute et à la prise encompte des attentes de chacun. Les étapes de cette concertation ont étéconsignées dans un bilan approuvé par le Conseil d’agglomération.La concertation a impliqué également les partenaires professionnels etinstitutionnels sur des thèmes majeurs comme la dédensification, la limitation del’étalement urbain, l’adéquation entre développement urbain et PDU.55D. LAMYLes * …8, PLACEdatesBELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 91/165ZAC des Quartiers NordPLAN DE FINANCEMENT 2005-2009 – Convention ANRU (juin 2005)BASE DEFINANCEMENTVilleAmiensMétro.ConseilGénéralConseilrégionalBailleursocialFondspropresEurope État Autres ANRUSous Total 2 CONSTRUCTION DE LOGEMENTSSOCIAUX42 634 861 1% 7% 1% 3% 68% 0% 20%Sous Total 5 REHABILITATION 20 573 733 4% 2% 71% 23%Sous Total 6 RESIDENTIALISATION 8 426 604 7% 47% 46%Sous Total 7 AMELIORATION QUALITE DE SERVICE 2 541 654 51% 49%Sous Total 8 AMENAGEMENTS 19 800 569 48% 11% 1% 1% 8% 30%Sous Total 9 EQUIPEMENTS ET LOCAUX ASSOCIATIFS 2 456 048 7% 51% 12% 30%Sous Total 12 INGENIERIE ETCONDUITE DE PROJET 3 193 856 8% 41% 0% 1,0% 1% 49%TOTAL 108 299 526 9,7% 8,6% 1,0% 1,6% 46,8% 0% 1,5% 0,1% 30,9%D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 92/165d/ La solution retenue : un développement urbain globalAu terme des différentes étapes de son élaboration, le projet apparaît donccomme une opération réfléchie, marquée notamment par la volonté d’assurer unvéritable développement des Quartiers Nord, en les intégrant dans la ville, nonseulement au plan paysager, mais aussi d’un point de vue social et économique.5. Description du projeta/ Renouvellement du cadre bâtiLes réflexions sur ce thème ont toujours été menées dans un souci constant dequalité architecturale et de réintégration du site dans la vie de la ville et del’agglomération.La redéfinition des espaces permettra d’identifier des espaces disponibles pour laconstruction et la requalification de logements et d’équipements.Les formes urbaines projetées auront une double fonction :- elles amélioreront le cadre, et donc la qualité, de vie des habitants,- elles permettront d’accompagner le développement social et économiqueen améliorant l’image des Quartiers Nord.Concernant le logement, la ZAC a pour vocation de favoriser la mixité sociale.Afin de renforcer ces changements, il est prévu de diversifier les types d’habitaten proposant à d’autres promoteurs que l’Opac de réaliser des programmeslocatifs et en accession.Le contenu du programme est détaillé au paragraphe suivant.Concernant les activités, la dynamisation du quartier, déjà engagée grâce à la ZFUet aux actions menées ou projetées dans le cadre du GPV, devra s’accompagnerd’initiatives privées, telles que la requalification des centres commerciaux existantsdans le périmètre (centre Colvert et Guynemer).Les mutations prochaines telles que l’installation de l’Université à la Citadelle et ladisponibilité foncière que devrait générer le transfert de l’Hôpital Nord sontprises en considération : les Quartiers Nord vont encore connaître undéveloppement démographique et économique important.b/ Le logementPour préparer les nouvelles opérations, des études de faisabilité sont menées pourune série de sous-secteurs. Elles permettent de préciser le découpage des terrains,de mesurer les aspects quantitatifs des programmes à édifier et des démolitionscorrespondantes.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 93/165Les sous-secteurs concernés correspondent principalement aux lieux suivants :- transformation du quartier Flesselles, vers l’ouest ;- mise en valeur de l’entrée de ville, avenue de l’Europe et au centre ;- développement des abords du petit centre local du Colvert ;- urbanisation de l’avenue de Roubaix et ouverture d’une liaison nouvelleentre les quartiers situés de part et d’autre de l’actuelle voie routière, à l’est ;- renouvellement de l’habitat et diversification des catégories et types delogements ;- poursuite de la restructuration de l’espace public et création de voiesnouvelles notamment dans le quartier du Pigeonnier.OPÉRATIONS À COURT TERMEDétail par secteurSecteur Démolition ConstructionDelacroix 240 logements 71 logementsFarman commerces 500 m² SHON 31 logements+ activités 660 m² SHON+ commerces 1111 m² SHONDebussyactivités 1400 m² SHONCarrefour Paix / Europe commerces 106 m² SHON 1 pôle de correspondances+ équipement 255 m² SHON+ activités 3300 m² SHONPigeonnierboulevard de Roubaixet rue Fafetc/ Les espaces publics et la voirieactivités 520 m² de SHON80 logements 48 logements+ équipement 8682 m² SHON+ activités 5000 m² SHON+ équipement 330 m²Le programme d'actions comporte des opérations de rénovation et de création devoies et d’espaces publics. La carte page suivante permet de situer l’ampleur desaménagements projetés.Le projet comporte aussi des opérations plus modestes, visant à une meilleuredifférenciation des espaces : il s'agit de donner plus de cohérence à la trameurbaine en rendant explicite et lisible la fonction des différents espaces.Les actions programmées concernent :- Le site lui-même, avec la création d’espaces publics de liaison, destinés auxdéplacements ou à l’accueil des relations sociales : cheminements,promenades, espaces verts…D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 94/165- Les liaisons entre le site et les quartiers voisins tels que Citadelle - Hôpitalnord, puisqu’un des objectifs principaux du projet est de mieux intégrer lesQuartiers Nord au sein de l’agglomération.La création de la liaison Transports Collectifs en Site Propre, bien qu’ayantd’autres objectifs, a également une fonction de ce point de vue.La restructuration du système des voies publiques est liée à un resserrementsensible des espaces ouverts à la fréquentation générale.Les voies nouvelles et réaménagées permettront de mieux répartir leur emprise aubénéfice des piétons et des vélos et de réduire les chaussées automobiles demanière à limiter la vitesse des véhicules. Il est prévu d’organiser le stationnementlongitudinalement entre chaussée et trottoirs afin de protéger les piétons et delimiter les possibilités de stationnement illicite sans multiplier les bornes.La création de la voie de Transports Collectifs en Site Propre améliorera lesconditions de desserte par les transports en commun et permettra de contribuer àl’ouverture du secteur sur la ville et aux échanges inter-quartiers, répondant ainsiaux objectifs du Plan de déplacements urbains.Le maillage actuel sera complété par de nouvelles liaisons, permettant ainsi lasubdivision des îlots les plus vastes (comme le triangle C. Franck / Roubaix /Lagrange).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 95/165source : carte espaces publics AVP Arpentère (panneau 01)à INSERER en A3 ?D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 96/165Le développement du maillage existant prévoit les opérations suivantes.Quartier Flesselles-DelacroixDe nouvelles rues seront créées entre l’avenue de la Paix et la rue Watteau,dessinant ainsi de nouveaux îlots, à reconstruire après démolition par l’OPACde trois barres d’immeubles.Quartier Pigeonnier (voies Mozart, Couperin et Messager)De nouvelles rues seront également créées entre l’avenue de la Paix et la rueRavel, afin de redimensionner la taille des îlots et les ramener à l’échelle d’unquartier de ville.Liaison Pigeonnier / Fafet (voies 9 et 11)Une nouvelle rue sera créée entre la rue C. Franck et la rue du Docteur Fafetafin de relier les quartiers nord-est à l’ensemble des Quartiers Nord, et d’ouvrirl’îlot situé entre la rue C. Franck et le boulevard de Roubaix. Cette voiepermettra par ailleurs de définir les limites du collège C. Franck. Ellecomportera une piste cyclable.Îlot Logirep (projet de 20 logements chemin des Granges)De nouvelles rues accompagneront la restructuration de l’îlot suite à ladémolition par l’OPAC des immeubles. Et un nouvel habitat s’établira dans lacontinuité des quartiers avoisinants.L’objectif est de hiérarchiser les voies en jouant sur des différences d’ambiance etde traitement. On distingue donc :- les plus grandes voies, à l’échelle de la ville et de l’agglomération : leboulevard de Roubaix, l’avenue de l’Europe et la rue F. Roosevelt,- l’axe majeur des Quartiers Nord : l’avenue de la Paix,- les espaces de jonction ou de croisement formant des places avec squarecentral : carrefour d’Allonville, rue C. Franck (jonction rues de la Paix /Léo Lagrange),- les voies secondaires : autant de rues différentes, à définir en fonction deséléments qu’elles desservent.Cette hiérarchie des espaces sera soulignée par les caractéristiques du traitementde chaque voie, définie en fonction de leur importance et de leur vocation :- longueur globale de l’emprise de la voie,- ampleur des espaces consacrés aux piétons par rapport à la chaussée,D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 97/165- catégories d’arbres plantés en alignement selon leur essence et leur capacitéde développement,- dosage qualitatif des revêtements de sols.Joindre en annexe les notices descriptives de l’AVP Arpentère ?Éclairage publicUn des éléments importants du réaménagement des espaces publics est unrenouvellement complet de l’éclairage. L’orientation générale, là encore, est dehiérarchiser et de différencier les espaces.La mise en lumière joue sur des procédés variés : mâts porteurs de lumière,projecteurs, lumières intégrées. Les mâts sont bien visibles et contribuent donc,de jour, à composer le paysage urbain. Les projecteurs et les éclairages intégrés sefondent dans l’environnement.L’un des principes de la mise en lumière proposée est de maîtriser les fluxlumineux : sources de faible puissance, variation de l’intensité. Le soucid’économie énergétique rejoint un parti-pris d’ambiance.L’éclairage met en évidence le bâti : pignons, cours intérieures, barres. Quelqueséclairages colorés permettent ça ou là de souligner les feuillages d’un alignementd’arbres ou les briques d’un immeuble.d/ Les espaces vertsComposition de la trame paysagèreLa ZAC a pour objectif de reconstruire une charpente paysagère dans lesquartiers Nord, de manière à hiérarchiser et décliner les espaces ouverts depuis lesvastes étendues agricoles au Nord jusqu’aux pieds des immeubles.Il s’agit :- de répandre largement les plantations d’arbres d’alignements poursouligner les avenues, boulevard et rues,- d’identifier et de qualifier les différents espaces ouverts, en squares, jardinset espaces verts.Le Parc du Plateau agricole (hors ZAC) est un autre volet de l’action d’AmiensMétropole dans ce domaine.e/ Les réseauxL’aménagement comportera une desserte complète pour les réseaux habituels : eau potable, réseaux électriques et téléphoniques,D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 98/165 haut débit Internet, alimentation en gaz naturel, assainissement (collecte des eaux usées et des eaux pluviales).Il s'agit de se raccorder aux réseaux existants, puisque le site, comme on l’a vudispose déjà de ces réseaux. Ce qui est sans doute plus difficile que de créer unnouveau réseau. Des questions sur les implantations et les tracés peuvent en effetse poser sur certains secteurs.On trouvera dans les pages suivantes les plans des réseaux d’alimentation en eaupotable et en gaz naturel, et des réseaux électriques et téléphoniques.Les servitudes existant sur les réseaux électriques, téléphoniques et du gaz naturelseront prises en compte.f/ AssainissementPour décrire l’assainissement, nous nous référons à la définition du projet telqu’elle est présentée par le Dossier d’incidence au titre de la Loi sur l’eau, réalisé par IrisConseil Aménagement en avril 2005 (en application de la Loi sur l’eau du 3janvier 1992 - articles L214-1 à L214-6 du Code de l’environnement).En ce qui concerne les eaux pluviales, le projet ne comporte pasd’imperméabilisation de nouvelles surfaces par rapport à la situation actuelle 56 .Le coefficient d’imperméabilisation global sera calculé avec précision avant laréalisation de l’aménagement.Il ne prendra en compte que les seules voiries ou parkings, puisque les eaux detoiture des immeubles seront infiltrées (voir ci-dessous).Le tableau ci-dessous récapitule la surface imperméabilisée telle qu’on peutl’estimer aujourd’hui pour l’ensemble du périmètre :SURFACE IMPERMÉABILISÉEvoiries actuellesvoiries nouvellesTOTALenviron 17,6 hectaresenviron 3.6 hectaresenviron 21.2 hectaresLe coefficient d’imperméabilisation global estimé serait donc inférieur à 50%.56 Iris Conseil Aménagement (28000 Chartres), Dossier d’incidence au titre de la Loi sur l’eau, 11/4/2005.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 99/165• Eaux de ruissellement des bâtiments et des espaces vertsUne solution de rétention sur parcelle et d’infiltration sera appliquée surl’ensemble du périmètre de la ZAC, ce qui permet de décharger le réseau decollecte des eaux pluviales.Les eaux de ruissellement des bâtiments et des espaces verts ne seront donc pascollectées : elles seront évacuées sur chaque site vers des puits d’infiltration.Pour les espaces verts et immeubles existant, 5 puits sont prévus 57 , dont 3principaux rue Mozart, rue Couperin et square C. Franck. Pour les espaces verts àaménager et les immeubles à construire, le nombre et l’implantation des puitsseront déterminés lors de la mise en projet.Volumes à infiltrer Pour les espaces verts et immeubles existants, les volumes à infiltrer ont étécalculés dans le dossier Loi sur l’eau :Pour les 5 puits, le volume à infiltrer total est de 92 m 3 par seconde, sur labase des pluies décennales. C'est sur cette base que les puits serontdimensionnés 58 . Pour les espaces verts à aménager et les immeubles à construire, la capacitédes puits sera calculée lors de la mise en projet.Des études géotechniques devront valider la faisabilité et l’emplacement exact dechaque puits d’infiltration des eaux pluviales au sein de la zone d’étude.Pour les immeubles collectifs neufs, il est prévu une rétention intermédiaire sur latoiture-terrasse.L’entretien régulier des puits d’infiltration est prévu.• Eaux de ruissellement des voiries existantesLe projet n’apporte pas de modification sur la collecte et l’évacuation des eaux deruissellement des voiries existantes.Toutes les eaux de ruissellement des voiries seront collectées et évacuées vers leréseau existant.• Eaux de ruissellement des nouvelles voiriesPour les voiries créées ou retraitées, il est prévu de réaliser des réservoirs sous leschaussées. Au total, 14 chaussées-réservoirs seront créées.57 Voir description dans le dossier Loi sur l’eau page 15 (et calcul des volumes à infiltrer page 17).58 Sur la base des pluies centennales, les volumes seraient de 165 m 3 par secondeD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 100/165Cette solution permet d’ajuster le débit à la fois à la capacité du réseau actuel, etau débit maximum fixé par le Service des eaux d’Amiens Métropole (3 litre parseconde et par hectare). Elle permet également d’assurer un premier traitementavant rejet dans le milieu naturel.Cette solution évite par ailleurs de créer des bassins de rétention dont l’impactpaysager serait difficile à concilier avec l’orientation principale du projet derénovation urbaine qui est de restituer une trame urbaine régulière.La collecte vers ces réservoirs se fera notamment par des revêtements drainants(et également, plus classiquement, par des avaloirs et des drains).Les réservoirs seront imperméabilisés par une membrane géotextile, de manière àlimiter le risque de pollution de l’aquifère.Volumes à stockerLes volumes à stocker pour les voiries créées ou rénovées ont été calculés par ledossier Loi sur l’eau : ils sont de 1200 m 3 .Ce calcul prend en compte l’intensité et la durée des pluies décennales. Ce volumecorrespond à une pluie d’une trentaine d’heure, des pluies plus longuesproduisant des volumes inférieurs 59 .Traitement avant rejetLes eaux de ruissellement des voiries présentent une qualité médiocre, du faitnotamment de la pollution due au trafic automobile.Les eaux collectées sur les nouvelles voiries feront donc l’objet d’un traitementavant rejet dans le milieu naturel : les chaussées-réservoirs seront équipées decloisons siphoïdes en sortie des réservoirs.Ce système permettra d’éliminer une grande partie des éléments polluant rejetésdans le réseau existant. Les chaussées-réservoirs assureront la décantation et lescloisons permettront un déshuilage en surface, éliminant une partie des chargespolluantes, notamment les matières en suspension (MES) qui fixent la majeurepartie des hydrocarbures et des métaux lourds. Pour atteindre ces objectifs, leschaussées-réservoirs seront équipées de revêtements drainants.L’eau stockée sous les chaussées sera dirigée, après traitement, vers le réseau decollecte existant via des drains de reprise.On trouvera en annexe 7 une description plus détaillée du système (voir page160).___59 Voir dossier Loi sur l’eau page 19.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 101/165Le volume global à collecter pour l’ensemble des eaux de ruissellement des voiries(voiries existantes et voiries à créer ou à rénover) reste à calculer.Il est rappelé que les bâtiments et espaces verts ne seront pas collectés,puisqu’une solution de rétention sera mise en place.L’aménageur prendra alors, en liaison avec Amiens Métropole, autoritécompétente en matière d'assainissement, toutes les mesures nécessaires enfonction du volume à collecter (voir étude de l’impact page 114).g/ Période de réalisation des travaux d’aménagementLe programme de travaux, aux termes de la convention ANRU, est prévu sur 5ans, de 2005 à 2009.L’ampleur du chantier et la multiplicité des aménagements rendent difficile unengagement précis sur la durée des travaux. Les 3 tableaux ci-après permettent desituer l’enchaînement des opérations. Il s'agit de dates prévisionnelles.Insérer 3 échéanciers « Calendrier travaux Nord »1. Secteur Flesselles-Guynemer2. Secteur Pigeonnier-César Franck 2 pages3. Secteur Roubaix-Fafet 2 pagesD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 102/165TROISIEME PARTIE : ANALYSE DE L'IMPACTL’ampleur du projet mis en œuvre donne à cette étude d'impact un caractèreparticulier qu’il s’agit de préciser : l’impact d’un programme de travaux sur 5 ansconcernant une zone de 50 hectares ne peut être étudié de la même manièrequ’un projet limité dans le temps et dans l’espace.Il s'agit davantage d’indiquer les conséquences des orientations générales duprojet (parfois même pas encore formalisées dans un avant-projet), que d’analyserun contenu technique encore trop imprécis.Il est d’ailleurs vraisemblable que le projet connaîtra des variantes ou desmodifications importantes. Cette étude d'impact ne vaut donc que dans la mesureoù la réalisation de l’aménagement reste conforme aux orientations que nousavons prises en compte 60 .1. Impact économique et socialLes Quartiers Nord, malgré les rénovations déjà engagées, restent actuellementdes quartiers en difficulté.Si l’on veut résumer très globalement l’opération envisagée, on peut dire que laZAC se veut une réponse à cette situation : son objectif principal est précisémentd’assurer le développement économique et social de ces quartiers.Toute l’opération d’architecture et de rénovation urbaine, la démolition, laconstruction, la réhabilitation, sont des moyens d’assurer ce développement.a/ Impact social• Diminution de la populationLa variation du nombre d’habitants sera le solde de 2 éléments distincts.• D’une part, des démolitions.Une partie du bâti actuel (immeubles collectifs) sera détruite : ceci concerne 914logements.D’après les estimations qui ont pu être faites, la population concernée seraitd’environ 3000 personnes.• D’autre part, des constructions.60 Le cas échéant, si les variantes sont importantes, des études d'impact complémentaires seront éventuellementnécessaires.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 103/165D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 104/165Le programme prévoit la construction de 71 logements, en maisonsindividuelles ou en petits immeubles. On peut estimer que la populationaccueillie sera d’environ 220 à 260 personnes.Le solde de l’opération serait donc un déficit de population d’environ 2750personnes (dont environ 50 % de mineurs).Nous reviendrons plus bas sur l’impact de la diminution de population,notamment sur le fonctionnement des équipements et surtout des établissementsscolaires du quartier.• Renouvellement de l’habitat et mixité urbaineL’un des moyens retenus par le projet pour assurer le développement social duquartier est le renouvellement de l’habitat.L’objectif est d’instaurer une nouvelle mixité sociale, obtenue principalement parla diversification des types d’habitat, c'est à dire par la création de logements enaccession à la propriété ou en locatif non social.Appuyé par la mixité des fonctions, c'est à dire par le développement d’autresmodes d’occupation du sol que l’habitat (activités économiques, commerces,équipements), le renouvellement de l’habitat est un élément important d’unenouvelle mixité urbaine.Il s'agit d’enclencher un processus qui permette de rompre avec la "ghettoisation"des Quartiers Nord, et avec les sentiments de marginalisation et d’exclusionéprouvés par certains habitants, notamment les plus jeunes.Les départs (le relogement)Le programme de renouvellement de l’habitat implique le départ d’environ 3000personnes, logées dans les barres qui seront détruites. C'est un pourcentageimportant de la population totale actuelle qui est donc concernée : environ 38 %.Le relogement est prévu sur l’ensemble de l’agglomération. Les départs serontprogressifs entre 2005 et 2008.S’il est légitime d’évaluer l’impact social global du projet à l’échelle du quartier, iln’en est pas moins indispensable d’analyser son impact individuel pour chacunedes personnes qui quitteront leurs logements.Comme on l’a dit, le relogement de ces personnes est pris en charge dans le projetpar les bailleurs sociaux, notamment financièrement. En effet, les ressources de laplupart des locataires ne leur permettent pas de quitter le parc social pour le parcprivé. Une cellule « Relogement » a été créée par l’OPAC et Amiens Métropoleafin de suivre les cas individuellement.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 105/165Le Plan de relogement prévoit une amélioration du cadre de vie des habitantsrelogés, la prise en charge des déménagements, et également le soutien auxménages dans leurs démarches administratives.Pour les autres habitants du quartier, pour ceux qui resteront, le départ de voisinssouvent là depuis longtemps aura aussi son impact : certains auront sans douteune perception négative de ces départs, matérialisés par la démolitiond’immeubles.Les nouveaux arrivantsLe programme de construction comporte d’une part des maisons amiénoises,construites en alignement le long des rues (en "bandes") et, d’autre part, desimmeubles collectifs de petite dimension.Le renouvellement architectural est renforcé par une diversité nouvelle desmaîtres d’ouvrages, par rapport au quasi monopole de fait de l’Opac. Ceciconcourra à diversifier le statut des logements, et donc celui des locataires oupropriétaires.Pour faire venir un nouveau type d’habitants, il faut bien sûr changer l’image desQuartiers Nord. Il y a là un pari, audacieux peut-être, mais réaliste si l’onconsidère l’ampleur des moyens affectés.On a vu que le nombre de nouveaux habitants devrait être d’environ 240personnes, à rapporter aux 4.800 habitants actuels (après les 3000 départsprogrammés sur les 5 années 2005-2010).À terme, en 2010, les "entrants" devraient représenter 4 à 5 % d’une populationglobale d’un peu plus de 5000 personnes.Ce n’est donc pas un raz-de-marée, mais c'est assez pour instiller une certainediversité sociologique. Est-ce suffisant pour changer les équilibres sociaux duquartier ? Il est difficile de le prédire avec une absolue certitude.Ce qu’on peut dire, c'est que le manque de mixité sociale est souvent analysécomme l’un des problèmes des quartiers d’habitat social et que le projet contribueà renforcer la mixité sociale.___L’impact social de la ZAC est à apprécier en fonction de différents éléments : L’impact sur le nombre d’habitants : il y a diminution de la populationd’environ 2750 personnes. L’apport d’une population nouvelle est positif. Il infléchit l’équilibre socialsans le bouleverser et contribue à une plus grande mixité sociale.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 106/165 L’impact social est aussi indirect : le projet contribue à construire uneimage et une identité. Les Quartiers Nord vont changer, et le changementsera visible à la fois pour les habitants et pour les autres Amiénois. Làencore, on peut estimer qu’il y a un effet positif. L’impact individuel pour les personnes qui quittent leurs logements estlimité (les mesures prévues pour le relogement sont efficaces, notammentfinancièrement, et adaptées à la population concernée), voire positif,puisqu’il est prévu une amélioration du cadre de vie des habitants dans leurnouveau logement.Nous concluons que l’impact social du projet de ZAC est globalement positif.Le projet favorisera un renouvellement du tissu social, non par un mouvementbrutal, ou de grande ampleur, mais par une correction progressive, qui sera uncorollaire du renouvellement architectural et paysager.b/ ÉquipementsLe projet comporte une amélioration importante de l’offre d’équipements publicset de services.Il y a d’une part une amélioration quantitative.Mais il y a aussi un renouvellement qualitatif et une organisation géographiquenouvelle : les aménagements projetés visent à créer des pôles d’activité et desociabilité.Cette nouvelle géographie des équipements renvoie aux actions prévues sur lesespaces publics. À partir d’une réaffectation du foncier entre les propriétaires(voir page 84), les différents espaces seront traités de manière spécifique ethiérarchisés, leur statut sera mieux marqué.Tout cela, en amenant les habitants à modifier leurs habitudes de vie quotidienneet leurs déplacements, devrait les conduire à s’approprier leur quartier d’unemanière nouvelle.La réalisation d’une "lisière" d’équipements sur le côté nord de l’avenue de la Paixest un des éléments important de ce renouvellement.Parmi les autres opérations, on a déjà cité la construction du nouveau collègeArthur Rimbaud, face à la future esplanade Guynemer, qui regroupe descommerces, le bureau de poste et le Centre culturel. Un gymnase attenant aucollège est ouvert à tous.Une salle associative sera réalisée à l’angle rue du Docteur Fafet, proche dunouveau square.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 107/165Des équipements sportifs vont être rénovés, tels le stade Jean Bouin et le stadeCharpentier.En ce qui concerne l’impact de la diminution de population, le fonctionnementdes équipements sportifs et culturels du quartier ne devrait pas en être perturbé,dans la mesure où ces équipements sont déjà – et seront de plus en plus - ouvertsà l’échelle de la ville.En ce qui concerne les établissements scolaires, la diminution de la population, nedevrait pas avoir de conséquences sensibles, puisque les nouvelles zonesd'aménagement et de développement urbain sont à l'étude ou en projet auxfranges des quartiers Nord (reconversion de l'hôpital Nord, Hauts de St Maurice),vont contrebalancer la diminution de la population scolaire sur le périmètre de laZAC et assurer un maintien des effectifs. L'impact sur les établissements scolairesdevrait donc être globalement neutre.___Nous concluons que l’impact global du projet sur les équipements est positif.c/ Impact sur les activités et l’emploiLe projet prévoit différentes actions visant à revitaliser le tissu économique sur lepérimètre de la ZAC.Si la diversification des types d’habitat permet d’augmenter la mixité sociale, ledéveloppement des activités économiques permet la mixité des fonctions.• Activité économiqueAccueil de nouvelles entreprisesLe projet urbain de F. Grether comporte le développement d’une offre foncièreet immobilière qui permettra l’accueil de nouvelles entreprises :- 4 terrains sont prévus pour l’accueil d’activités économiques pour une surfacetotale de 19 460 m² ;- un nouvel hôtel d’entreprises, le Septentrion, dont l’achèvement est prévuavant la fin de 2006, offrira une surface de 3 300 m² ;- un Village TPE (Très Petites Entreprises), comportant 2 bâtiments de1.000 m², est programmé sur l’Espace Industriel Nord. Les emplois créésbénéficieront partiellement au moins aux habitants des Quartiers Nord.Par ailleurs, comme on l’a vu, la ZFU comporte des mesures d’incitationimportantes en faveur de l’implantation et du développement des entreprises(voir page 31).La ZAC assure par ailleurs une amélioration de l’environnement urbain quidevrait créer un nouveau contexte permettant d’atteindre cet objectif.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 108/165L’amélioration de la desserte routière concourt également au développement del’activité économique.En ce qui concerne les commerces, le projet prévoit d’augmenter le nombre decellules commerciales dans les deux espaces marchands du quartier, galerieColvert et esplanade Guynemer.Activités déjà présentes sur la zoneEn ce qui concerne les activités déjà présentes sur la zone (140 entreprisesactuellement), elles trouveront elles aussi un bénéfice au développement del’activité et de la fréquentation et à l’amélioration du contexte urbain.Ponctuellement, la période des travaux peut amener des perturbationstemporaires dans le fonctionnement.Pour les commerces existants, un budget est également prévu pour permettre larénovation du magasin ou le déménagement vers un nouveau local. Dans cedomaine, Amiens Métropole agira en partenariat avec la Chambre de commerceet d’industrie d’Amiens.Nous concluons que l’impact du projet sur l’activité économique est positif,puisqu’il comporte des perspectives de développement importantes.• Création d’emploisL’un des objectifs majeurs de la rénovation des Quartiers Nord est de traiter leproblème économique et social. Les actions en faveur de la création d’emploisont donc très naturellement au cœur du projet dont nous étudions l’impact.En matière de création d’emplois, évidemment, rien ne se décrète : c'est par desactions convergentes, favorisant l’accueil d’activités nouvelles et ledéveloppement des activités existantes (et s’appuyant sur des mesuresd’accompagnement, notamment en matière de formation), que l’on assurera unrecul progressif du taux de chômage.La Convention ANRU ne fait état d’aucun objectif chiffré du nombre d’emplois àcréer. En revanche, elle retient parmi les grands axes du programme d'actions lare-dynamisation des quartiers par la réintroduction d’activités économiquesElle souligne que l’objectif de développement passe par une action globale quirelie urbanisme, transports collectifs, commerces de proximité, écoles,équipements publics, jardins et cheminements, emplois, économie locale…(Objectifs généraux : une ville solidaire).On notera également que la Convention ANRU retient parmi les indicateursd’évaluation du programme le nombre d’emplois créés en faveur des habitantsdes ZUS, ainsi que le nombre de locaux commerciaux occupés (article 10.1).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 109/165Le développement de l’emploi s’appuiera, comme c'est déjà le cas (voir page 29)sur l’antenne Emploi-Formation, présente sur les Quartiers Nord (elle est situéedans l'Atrium).Par ailleurs, la mise en oeuvre très prochaine (à l’échelle de l’agglomération) de laCharte locale d'insertion dans le cadre du programme ANRU (article 11 de laConvention) va également générer des emplois.La Charte comporte un double objectif :- pour tous les appels d'offres travaux, réserver 5% des heures travaillées auxhabitants des ZUS,- réserver 10% des embauches effectuées par les entreprises s’implantantlocalement aux habitants des ZUS dans le cadre de la Gestion Urbaine deProximité.On trouvera en annexe 8 (page 163) le contenu de cette Charte locale d'insertion.d/ Impact global à l’échelle de l’agglomérationL’impact socio-économique du projet doit également être évalué à l’échelle duterritoire communal et de l’ensemble de l’agglomération.Le contexte social et économique rendait indispensable une action sur ce secteursensible que constituent les Quartiers Nord d’Amiens. L’opération projetées'inscrit dans une logique de rééquilibrage à l’échelle de l’agglomération : il s'agitde réintégrer les Quartiers Nord dans la ville.Le triple déficit urbain, économique et sociologique que nous avons analysé audébut de cette étude (voir pages 15 à 37), ce n’est pas le seul problème desQuartiers Nord mais bien celui de l’agglomération tout entière.45 ans après le lancement des Quartiers Nord, on revient sur une erreur deconception (aggravée par de longues années de dérive).En cherchant à abolir, ou au moins à atténuer, le zonage voulu en 1960, enintroduisant un peu de mixité sociale et fonctionnelle, ce ne sont pas seulementles Quartiers Nord qu’on "soigne", c'est toute la ville.Introduire une nouvelle mixité sociale, renouveler l’habitat, améliorer les paysageset le cadre de vie (voir plus bas pages 118 et 122), cela va dans le sens d’unmeilleur équilibre urbain général.Créer des emplois, des équipements, lancer des programmes de formation, c'estbien sûr permettre le développement du quartier, mais c'est aussi favoriser celuide l’agglomération.Par ailleurs, le projet est :− cohérent avec les orientations fixées au niveau communal (POS et GPV) ;D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 110/165− conforme aux principes du développement durable, qui appellenotamment une meilleure répartition des fonctionnalités entre lesquartiers, de manière à économiser espace urbain et déplacements ;− encadré par une procédure de ZAC qui apporte des garanties sur lecontrôle par la puissance public des financements consentis.Nous concluons donc à un impact global positif à l’échelle de l’agglomération.___L’impact socio-économique de la ZAC a été évalué en fonction de différentséléments. L’impact social est complexe : le renouvellement de l’habitat permetd’assurer une plus grande mixité sociale, et de construire une nouvelleimage et une nouvelle identité, mais au prix d’une importante diminutionde la population (38% de la population actuelle).Le relogement des personnes logées dans les barres qui seront démolies estassuré sérieusement, mais en dehors du quartier.En introduisant une certaine mixité sociale, sans coût humain excessif pourles habitants qui partiront, le projet de ZAC offre une occasion de rompreavec la "ghettoisation" des Quartiers Nord.L’impact social est globalement positif. L’impact sur les équipements est positif. L’impact sur l'activité économique et l’emploi est positif. Enfin, l’impact à l’échelle de l’agglomération est positif.Nous concluons donc que l’impact social et économique du projet de ZAC estglobalement positif.2. Impact sur les solsRemaniement des terrainsLes terrains à l’intérieur du périmètre de la ZAC présentent une faible pente.Les aménagements projetés ne devraient donc pas comporter de remaniement deterrain (déblai ou remblai) d’un volume impactant significativement la nature dessols.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 111/165Stabilité des terrains ou du sous-solOn a signalé page 41 la présence de cavités et d’anomalies du sous-sol, liées à lanature crayeuse du sol, et résultant de l’activité humaine (extraction pour la chaux,galeries) ou de dissolutions ou d’altérations fortuites.Les données disponibles sur ces cavités sont fragmentaires et ne permettent pasd’établir une cartographie précise.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 112/165D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 113/165Ces cavités et autres anomalies constituent une contrainte pour les travauxd’aménagement programmés.Même si les aménagements projetés ne semblent pas a priori de nature (hauteur etvolumétrie) à entraîner d'impact au regard de la stabilité des terrains ou du soussol,l’impact réel du projet sur les sols ne peut être évalué :Pour chaque opération, une étude géotechnique devra définir lescaractéristiques précises des sols et prévoir les mesures nécessaires pouréviter tout impact négatif de l’aménagement.3. Impact sur l'eaua/ Impact hydrogéologiqueLe projet met en œuvre une rétention sur parcelle des eaux de ruissellement desespaces verts et des immeubles.Ce principe de rétention a un double impact :- il diminue le volume d’eau collecté et envoyé vers le réseau d’eaux pluviales(nous en étudierons l’impact au paragraphe « Impact sur l’hydrologie de surface »ci-dessous),- il augmente le volume des eaux infiltrées, tout en fournissant l’occasion d’uneaction sur la qualité des eaux avant infiltration, puisque l’infiltration ne se feraplus librement mais par des puits.Le Dossier Loi sur l’eau précise les caractéristiques techniques des puitsd’infiltration et donne un protocole très détaillé de leur entretien de 1 er niveau. Cepoint est en effet fondamental si l’on veut éviter que l’infiltration ne puissedevenir un vecteur de pollution.En raison de la vulnérabilité de l’aquifère crayeux qui constitue le socle dusite étudié (voir page 41) 61 , il est nécessaire de renforcer la protection de laressource en eau afin de prévenir toute pollution accidentelle ou chroniquepouvant affecter la nappe de la craie.Au titre des mesures compensatoires, nous proposons donc unrenforcement de la protection de l’aquifère sur les points suivants.1. Prévention des pollutions accidentelles :Information des habitants et mise en place d’une procédure d’alerte.Ceci est particulièrement important pendant la période de travaux.61 Des études de sols récentes ont mis en évidence la présence de la craie sur tous les points de prélèvement :réalisées au printemps 2006 par I.C.S.E.O pour étudier la réutilisation des matériaux de déblai, elles ont conclu àl’impossibilité de ce réemploi. I.C.S.E.O (Ingénierie Conseil Sol Eau Ouvrage) 13 rue des Sorbiers 60660 Cires lèsMello 03 44 56 58 8 www.icseo.fr.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 114/165Le cahier des charges des entreprises intervenant doit comporter desmesures préventives.2. Entretien des ouvrages d’infiltration (puits) :Mise en place d’un contrôle de second niveau confié à un organismeindépendant.b/ Impact sur l'hydrologie de surface (eaux pluviales)Aucun cours d’eau ne se situe dans le périmètre ou à proximité.L’exutoire naturel des eaux pluviales est la Somme, notamment dans sa partiecanalisée.L’analyse de l’impact du projet sur les eaux pluviales se décompose en plusieurséléments distincts :- surfaces imperméabilisées et volume collectés,- fonctionnement hydraulique du réseau,- pré-traitement,- impact sur le milieu récepteur.Surfaces imperméabilisées et volume collectésEn ce qui concerne les surfaces imperméabilisées, en l’état actuel du projet on nedispose ni du cumul précis des superficies concernées : voiries, parkings… ni ducoefficient d’imperméabilisation global.Le volume global à collecter pour l’ensemble des eaux de ruissellement reste doncà calculer. Le coefficient d’imperméabilisation sera calculé avec précision avant laréalisation de l’aménagement. Il ne devrait pas dépasser 50%.Au total, il y a diminution de la surface imperméabilisée 62 , ce qui diminuera levolume collecté :- des voiries sont créées,- mais les eaux de toiture des immeubles seront infiltrées (voir page 98).Du point de vue des volumes collectés, l’impact du projet est donc positif.Fonctionnement hydraulique du réseauLes eaux de ruissellement des voiries seront collectées et évacuées vers le réseauexistant.62 Le dossier Loi sur l’eau précise que "le projet ne comporte pas d’imperméabilisation de nouvelles surfaces parrapport à la situation actuelle". Iris Conseil Aménagement (28000 Chartres), Dossier d’incidence au titre de la Loisur l’eau, 11/4/2005.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 115/165Des chaussées-réservoirs sont prévues sous les chaussées créées ou retraitées.Leur fonction essentielle est de réguler le débit et le dossier Loi sur l’eau donne uncalcul de dimensionnement sur la base des pluies décennales : les volumes àstocker sont de 1200 m 3 .Sous réserves que les contraintes de terrain permettent de réaliser cedimensionnement, le fonctionnement hydraulique devrait permettre le respect del’objectif d’un rejet maximal de 3 litres par seconde et par hectare, fixé par leService des eaux d’Amiens Métropole.La construction et la maintenance de chaussées-réservoirs de cette ampleur sontdélicates. Pour l’instant, les caractéristiques techniques du système n’ont pas étédéfinies. Il est impossible de se prononcer sur leur impact sans savoir commentles chaussées-réservoirs seront construites, si elles seront imperméables, si ellesfonctionneront en série ou en parallèle…On peut cependant conclure que le principe d’une régulation-rétention est positif.Le projet a donc un impact positif du point de vue de l’hydraulique (sous réserveque la réalisation soit conforme aux objectifs avancés et qu’elle n’entraîne pasd’impact induit négatif).Pré-traitementL’aménageur fixera avec Amiens Métropole les mesures assurant un premiertraitement avant rejet dans le milieu récepteur.Pour l’instant, ces pré-traitements n’ont pas été définis.Quels qu’ils soient, les ouvrages de pré-traitement mis en place devront fairel’objet d’un entretien rigoureux. Un protocole d’entretien (nature et périodicitédes visites et des contrôles, maintenance) sera défini par l’aménageur en liaisonavec le service des eaux d’Amiens Métropole.Impact sur le milieu récepteurLes orientations du projet comportent plusieurs éléments positifs : diminution du volume collecté (les eaux de ruissellement des bâtiments nesont plus collectées), régulation hydraulique en fonction du débit maximum fixé par le Servicedes eaux d’Amiens Métropole (3 litre par seconde et par hectare), pré-traitement avant rejet.Sous réserve que la réalisation du projet soit conforme à ces orientations(notamment sur la régulation du débit et le pré-traitement avant rejet), l’impactglobal sur le milieu récepteur devrait être positif.___D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 116/165En l’état actuel du projet, il est très difficile de se prononcer sur l’impact du projetsur l’hydrologie de surface. On peut néanmoins relever que le projet comporteplusieurs éléments positifs : diminution des volumes, régulation, pré-traitement.On peut donc conclure provisoirement à un impact positif.Cependant, cette conclusion provisoire devra être étayée par la confirmation, dèsque l’avancement du projet le rendra possible, que la mise en œuvre est conformeà ces orientations.L’aménageur fournira donc dès que possible au service responsable de la policedes eaux 63 :- le calcul des surfaces imperméabilisées,- le coefficient d’imperméabilisation global,- le volume de l’ensemble des eaux de ruissellement à collecter,- la description détaillée du fonctionnement hydraulique du système de collecte,- la description détaillée des traitements avant rejet dans le milieu naturel et desprocédures de contrôle et de maintenance des dispositifs de traitement.Par ailleurs, il est souhaitable de profiter de la rénovation en profondeurentreprise aujourd’hui pour aller plus loin dans la protection du milieurécepteur.Au titre des mesures compensatoires, nous proposons donc :- un contrôle des écoulements par temps sec,- la correction des raccordements en anomalie,- et une analyse du fonctionnement des déversoirs d’orage.c/ Impact sur l’assainissement (eaux usées)Les nouveaux immeubles seront raccordés au réseau d'assainissement communal.L’exutoire naturel des eaux usées est la Somme.Il n’y a pas de volume supplémentaire d’eaux usées à traiter (compte tenu de ladiminution de la population d’environ 2750 personnes). Il n’y a donc pas lieu devérifier la capacité du réseau actuel.L’impact du projet sur le volume d’eaux usées domestiques collecté est nul.L’impact du projet sur le milieu récepteur est donc également nul. On rappelle parailleurs que, indépendamment du projet, la mise en service de la nouvelle stationd’épuration va permettre un bien meilleur traitement des eaux usées avant rejetdans la Somme : voir page 43 et annexe 5 page 150.63 DDAF, Mission inter-services de l’eau (MISE).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 117/165On rappelle également que des écoulements sont constatés par temps sec sur leréseau d’eaux pluviales, ce qui semble indiquer des anomalies dans certainsraccordements d’eaux usées. Il est souhaitable que les travaux d’aménagementdonnent l’occasion d’y remédier.L’impact du projet sur les eaux usées non domestiques est par définition nul,puisque tout raccordement de type industriel ferait l’objet d’une convention deraccordement.L’impact du projet sur les eaux usées est nul, voire positif si les travauxd’aménagement permettent une remise en ordre des raccordement d’eaux usées.4. Impact sur l'airLa diminution de population va dans le sens d’une diminution de la pollutionatmosphérique liée au chauffage domestique et à la circulation automobile.Parallèlement au projet, le développement des transports en commun (projet deTCSP) devrait également favoriser une diminution de la pollution due aux autos.En revanche, la période des travaux pourra comporter ponctuellement despollutions dues aux engins de chantier ou aux travaux eux-mêmes.Globalement, l'impact de l'aménagement projeté sur la qualité de l'air est marginalmais positif.5. Impact sur le climatL'impact de l'aménagement projeté sur le climat est nul.6. Impact sur la faune et la floreL'aménagement n’aura que peu d’impact sur la faune.En revanche, le projet aura un double impact positif sur la flore:− création d’environ 14.500 m² d’espaces verts (squares Couperin, CésarFranck et Mozart),− plantations de 500 arbres,− diversification des espèces, notamment pour les arbres.Le projet paysager prévoit en particulier une recomposition et une hiérarchisationdes espaces qui s’appuiera sur la proximité des terres agricoles qui jouxtent lepérimètre de la ZAC au nord (à quelques dizaines de mètres des immeubles, ainsiqu’on l’a déjà souligné). Ce renouvellement de la "palette" végétale est égalementun aspect positif du projet.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 118/165Le Parc du Plateau agricole, bien qu’il ne fasse pas partie du projet, mérite aussid’être cité comme élément de contexte.L’impact du projet sur la faune est nul.L’impact du projet sur la flore est positif.7. Impact sur les biens et le patrimoine culturelLa Citadelle est, dans l’actuel Plan d'occupation des sols, le seul site classé dont laprotection impacte la ZAC : son périmètre englobe le quartier Maryse Bastié.Mais ce périmètre sera sans doute modifié dans le PLU (voir page 60).Sous réserve du respect des contraintes réglementaires résultant de ce périmètre,la réalisation de la ZAC n’aura pas d’impact sur les biens et le patrimoine culturel.Situation au regard de l’archéologie préventiveComme on l'a dit dans la description du site, le secteur comporte plusieurs sitesarchéologiques importants (voir page 60) : voies romaines, cimetière gaulois etgallo-romain, carrières médiévales et modernes. D’autres sites sont proches dupérimètre de la ZAC (chapelle Saint-Montans, nécropole gallo-romaine).Dans la situation actuelle, aucun élément de ce patrimoine n’est accessible.L’ensemble du territoire communal d’Amiens est concerné par les dispositionsconcernant l’archéologie préventive, c'est à dire que tout chantier entraînel'information de la DRAC. Celle-ci pourra prescrire, pour toute opération, undiagnostic archéologique évaluant son impact.L’impact du projet sur le patrimoine archéologique est donc par définition nul :les diagnostics préventifs permettront de prendre les éventuelles mesuresnécessaires à sa préservation.Le cas échéant, l’impact sera positif si les diagnostics réalisés permettent unemeilleure connaissance du patrimoine.8. Impact sur les paysagesL’impact du projet en matière de paysages est important.Globalement, l’aménagement vise une remise en ordre de la trame urbaine selon 3objectifs principaux : différenciation et hiérarchisation des espaces, restitution de formes urbaines classiques « gommant » l’excès d’espace,l’impression de vide que donne la trame actuelle trop large, aux espacesinterstitiels décousus, réorganisation des quartiers.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 119/165La mutation paysagère projetée fait un tout. Il est difficile d’en dissocier sesdifférents éléments.À partir d’une réaffectation du foncier, les opérations envisagées portent à la foissur la rénovation du bâti (constructions et réhabilitations) et sur le traitement desespaces publics : voiries et espaces verts, éclairage.C'est une action globale, dont les différents éléments se complètent pourconcourir à la réussite les uns des autres.• BâtiLes opérations sur le bâti ont été détaillées page 92 : constructions, réhabilitation, construction ou rénovation d’équipements (notamment du centrecommercial Colvert).À l’échelle des Quartiers Nord, les opérations les plus marquantes seront peutêtrela rénovation du centre commercial Colvert et la création du bâti le long de lanouvelle liaison ouverte entre la rue C. Franck et le boulevard de Roubaix.À une échelle plus large, le retraitement de l’entrée de ville par l’avenue del’Europe et l’urbanisation de l’avenue de Roubaix auront un impact qui dépasseles seuls Quartiers Nord.Dans un bâti actuel dominé par les immeubles collectifs (malgré un habitatpavillonnaire présentant une relative continuité sur certaines rues), le projet vaintroduire un peu de diversité, en particulier par la construction de petitsimmeubles collectifs et de maisons du type amiénois.Le projet fera intervenir d’autres promoteurs que l’Opac sur des programmeslocatifs ou en accession. La requalification des centres commerciaux Colvert etGuynemer fera aussi appel à l’initiative privée, soutenue par un partenariat avec laCCI.Les orientations du projet, l’objectif de qualité que démontrent les esquissespréliminaires, garantissent une amélioration du bâti.• Traitement des espaces publicsLes actions programmées relèvent de plusieurs orientations générales :- resserrement des espaces publics,- création de liaisons (internes ou externes),- végétalisation des rues et des places,- renouvellement de l’éclairage public.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 120/165L’impact global sera de donner sa cohérence à la trame urbaine.Le resserrement des espaces publics contribuera à composer un paysage urbainclassique et remédiera à cette impression de vide et de décousu que donne latrame actuelle trop large : l’impact paysager sera fort et marquera sans doute untournant dans l’évolution des Quartiers Nord.Les nouvelles liaisons programmées comportent la création de cheminementsinternes, promenades, espaces verts… dont les fonctions sociale et paysagèresont étroitement mêlées : elles assureront la « couture » entre les quartiers et avecle reste de la ville. Au total, 1.695 mètres de voirie seront créés.Parmi les opérations dont l’impact sera peut-être le plus significatif on peut citerla rue entre la rue C. Franck et le boulevard de Roubaix, qui aura une portéesymbolique forte, en mettant fin à l’isolement des quartiers situés à l’est, au-delàdu boulevard de Roubaix.La création de la voie de Transports en commun en site propre (TCSP) et du Pôled’échanges Nord ne font pas partie du projet. Ils seront pourtant certainementperçus par les habitants comme un lancement symbolique du renouvellementpaysager : en restructurant le carrefour Europe / Paix, qui forme le cœur de laZAC et des Quartiers Nord, le Pôle d’échanges aura un impact paysager fort. Lavoie elle-même sera une trace paysagère forte de l’ouverture des Quartiers Nordsur la ville.À côté de remises en ordre générales ou d’opérations importantes, le projetcomporte aussi des opérations plus modestes, qui différencieront ethiérarchiseront les espaces en rendant plus explicite la fonction des différentsespaces : là encore, l’impact sera une meilleure cohérence de la trame urbaine.L’impact détaillé du projet sur la voirie sera étudié au paragraphe suivant, page122 (au paragraphe "Impacts sur le cadre de vie").• Espaces vertsEmpruntant en partie son vocabulaire au plateau agricole dont les Quartiers Nordfont partie, la création d’espaces verts porte à la fois sur la création de jardins etsur des plantations d’arbres.Le programme de création d’espaces verts porte essentiellement sur la création dedeux ensembles : le square Mozart-Couperin (environ 8.000 m²) et le jardinCésar Franck (environ 6.500 m²).Au total, environ 14.500 m² d’espaces verts seront créés dans le cadre du projetde ZAC, à quoi s’ajoutent des opérations plus ponctuelles de rénovationd’espaces verts.Environ 500 arbres seront plantés, soit en alignement, pour souligner les avenues,boulevards et rues, soit dans les jardins.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 121/165D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 122/165Indépendamment de l’impact sur la flore (évoqué page 117), l’impact paysager du projetest extrêmement positif.___Au total, et pour conclure sur les paysages, le programme paysager, ambitieuxdans ses objectifs et doté de moyens importants, sera un élément déterminant durenouvellement urbain que veut favoriser le projet.Le lien avec les actions de développement économique et avec le renouvellementsocial est fondamental : en créant un contexte nouveau par l’amélioration despaysages et du cadre de vie, on favorise la création d’activité, et on donne seschances à l’ambition de créer plus de mixité sociale et fonctionnelle.Pour les habitants du quartier, le renouvellement des paysages sera le signetangible et physique des changements en cours : voir le quartier se transformer,s’embellir, constituera sans doute une satisfaction pour la plupart des habitants (etcompensera la perception négative que certains auront peut-être de la démolitiondes barres).Nous concluons donc à un impact très positif du projet.9. Impacts sur le cadre de viea/ Impact sur la voirieN.B. Afin d’éviter des redites, nous traitons ici l’impact du projet sur lavoirie tant du point de vue paysager que du point de vue fonctionnel.Les actions programmées comportent des créations de voies et desréaménagements.Les nouvelles voies créées représentent une longueur de voirie de 1.695 mètres.Mais au-delà de ce chiffre, l’impact du projet est surtout dans le recompositiond’une trame et la hiérarchisation des voies.Recomposition de la trameLe projet modifie en profondeur la trame des rues et avenues. De nouvelles voies sont créées :- entre l’avenue de la Paix et l’axe Watteau-Ravel (Pigeonnier etFlesselles), une série de voies nouvelles nord-sud substitue un tracéorthogonal aux voies sinueuses du plan initial,- à l’est, la nouvelle voie entre la rue C. Franck et la rue du Docteur Fafetouvre l’îlot en triangle Franck-Lagrange-Roubaix. La largeur des rues diminue.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 123/165 Des places avec square central sont créées (carrefour d’Allonville, rueC. Franck). Des opérations ponctuelles plus modestes sont également prévues.Hiérarchisation des voiesPar ailleurs, le projet crée une hiérarchisation des voies (voir page 93). Qui semarque notamment par une différenciation des traitements : revêtements,mobilier…On remarque notamment le réaménagement de l’avenue de la Paix (qui prendtoute sa place d’axe centrale des Quartiers Nord) et l’urbanisation du boulevardde Roubaix.L’éclairage viendra mettre en valeur ces changements.Tout cela transforme l’aspect des rues : des alignements, des angles nets, desrepères visuels réguliers contribuent à créer un paysage citadin classique (voir auparagraphe précédent sur les paysages ce qui est dit du resserrement des espacespublics). Cela assurera une cohérence nouvelle de la trame urbaine tout endonnant à chaque rue sa différence et son originalité.En ce qui concerne l’impact paysager, l’action sur les voiries forme évidemmentun tout avec le renouvellement du bâti et les actions de végétalisation : il estdifficile, comme on l’a déjà dit, de dissocier ces différents éléments.En ce qui concerne l’impact fonctionnel, les emprises sont rééquilibrées aubénéfice des piétons et des vélos et au détriment de la circulation automobile. Lalimitation de la vitesse, la réorganisation du stationnement, renforce la sécurité etle confort de la circulation des piétons.La création de la voie de Transports Collectifs en Site Propre ne fait pas partie duprojet, mais elle le complète, en donnant elle aussi un signe fort de la fin du "toutauto".Globalement, l’impact du projet sur la voirie est très positif.b/ Impact sur les réseauxL’aménagement comporte la desserte des réseaux habituels : eau potable, réseauxélectriques et téléphoniques, gaz naturel, assainissement.L’impact sur l’assainissement (eaux pluviales et eaux usées) a été analysé pages114 et 116.La question de la capacité des réseaux ne se pose pas, puisqu’il y a diminution dunombre d’habitants : à la fin du programme d’aménagement, en 2010, laD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 124/165population globale vivant sur la ZAC devrait être d’environ 5000 personnes (dontenviron 50 % d’enfants).Le raccordement aux réseaux existants sera également l’occasion d’opérer uncertain nombre de remises en ordre (voir page 65).Les servitudes existant sur les réseaux électriques, téléphoniques et du gaz naturelseront prises en compte.___L’impact sur les réseaux est négligeable. Il sera positif si les remises en ordrenécessaires sont opérées.c/ Impact sur la collecte des ordures ménagèresLe projet comporte la généralisation des containers enterrés, testés sur lesQuartiers Nord depuis 2001 (voir page 65). Partout où cela sera possible, les bacsmobiles de surface seront remplacés par des containers enfouis dans le sol, aveccollecte sélective. Il s'agit principalement de lutter contre le vandalisme (incendiedes bacs).Environ 35 containers doubles (OM + tri) seront implantés.Le coût d’installation est d’environ 10.000 € par container (à la charge dupropriétaire), mais cet investissement est compensé par le fait que la ville assurel’entretien (y compris le lavage tous les mois sauf l’hiver) 64 . Amiens Métropoleprend en charge le coût du container tri.La principale contrainte pour la mise en œuvre de ce système est évidemment laprésence de réseaux dans le sous-sol.L’implantation des containers se fera en coordination avec les services de la villeet les maîtres d’œuvre des projets limitrophes aux voies concernés. Elle tiendracompte des arbres d’alignement, afin d’éviter que les arbres gênent la collecte ourisquent d’être endommagés par la collecte.L’impact sur collecte des ordures ménagères est positif.d/ Impact sur le stationnementLe projet vise une maîtrise du stationnement, en conformité avec les règles duPOS et les orientations proposées par le PDU.Stationnement résidentielEn ce qui concerne le stationnement des habitants, le principe estl’autosuffisance, en prenant en compte la diminution à terme de la population.64 Le coût du remplacement des bacs mobiles détruits disparaît.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 125/165Le nombre total de places de stationnement créées sur les nouvelles voies est de 350.Sur les voies nouvelles ou réaménagées, le stationnement est réorganisélongitudinalement entre chaussée et trottoirs.Cette organisation augmente la part de la voirie affectée aux piétons et facilite leurcirculation en limitant le stationnement illicite.Stationnement lié aux activitésPour le stationnement lié aux activités (notamment le marché), le point principalconcerne les besoins en stationnement du marché le dimanche matin.Il s'agissait à la fois de limiter l’occupation d’espace public et d’assurer un nombrede places de stationnement suffisant pour le bon déroulement du marché : il n’y apas de solution à ce genre de problème. Le compromis retenu ne mettra sansdoute pas un terme au stationnement anarchique du dimanche matin. Mais c'estdéjà la situation actuelle.Enfin, on rappelle que le pôle de correspondance nord devrait comporter un parcde stationnement relais (prévu au PDU avec une capacité de 315 places).En ce qui concerne le stationnement, le contenu du projet comporteessentiellement une meilleure organisation du stationnement le long des rues.L’impact du projet sur le stationnement est positif.e/ Impact sur le bruitLe trafic automobile est actuellement la principale source de nuisances sonores.Le projet comporte un certain nombre d’éléments qui vont tous dans le sensd’une diminution de la circulation automobile et des nuisances sonores qu’elleproduit :- diminution de la population,- diminution des emprises de chaussée dévolue aux autos,- développement des transports en commun,- limitation de la vitesse de circulation,- revêtements anti-bruit,- végétalisation.Il est difficile de prévoir exactement ce que sera l’environnement sonore desQuartiers Nord après réalisation de la ZAC, mais l’amélioration devrait êtresensible 65 . Le volume sonore devrait revenir à des limites admissibles, sans douteen-dessous de 60 décibels en dehors des grands axes.65 Il y a là une différence sensible par rapport à la première étude d’impact, qui sur la base d’un projet encoreincomplet, prévoyait au contraire une augmentation des nuisances sonores.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 126/165Nuisances sonores liées aux travauxLa période des travaux générera nécessairement des nuisances, pas seulementsonores d’ailleurs, pour les riverains.On rappelle qu’il est prévu de tenter de limiter les nuisances des chantiersd’aménagement en intégrant des critères de respect de l’environnement et de latranquillité pour les riverains dans la sélection des entreprises. En ce qui concernele bruit, ces critères porteront notamment sur les horaires de chantier et l’emploide matériels insonorisés.L’impact de l’aménagement sur le bruit (hors période de travaux) sera positif.L’impact sonore des travaux d’aménagement sera négatif, mais limité et ponctuel(chronologiquement et géographiquement). Il sera partiellement atténué par lesmesures compensatoires.10. Impact sur les déplacementsa/ Déplacements automobilesDéplacements internesSi l’on considère les déplacements automobiles générés par la populationrésidente, deux éléments du projet entraîneront une diminution de la circulationautomobile : la diminution de la population et le développement des transports encommun.En appliquant les ratios habituels pour ce type de situation, on peut estimer que lenombre de déplacements automobiles par jour générés par la populationrésidente ne devrait pas dépasser 5 à 6.000 déplacements, selon que l’on accordeplus ou moins de poids au facteur minorant que représente le développement destransports en commun, c'est à dire environ 10 à 12.000 allers simples par jourmoyen ouvré.En revanche, le développement de l’activité économique va générer des fluxnouveaux : trajets quotidiens du personnel, livraisons, clientèle… Seuls les trajetsquotidiens du personnel sont à affecter d’un coefficient minorant en raison dedéveloppement de l’offre de transports en commun. On peut estimer l’ensembledes déplacements professionnels à 1.500 à 2.000 trajets par jour 66 .Par ailleurs, même si le parc de stationnement relais du Pôle de correspondancene fait pas partie du projet, il faut tenir compte de l’impact de la création de cetéquipement : sur une base de 315 places de stationnement, et en prenant pour66 En l’absence de précisions sur la nature des entreprises susceptibles de s’implanter, cette estimation est purementindicative.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 127/165base de calcul une rotation de 2,8 véhicules par jour sur chaque emplacement, onpeut estimer un flux de 1700 à 1800 trajets quotidiens.Au total, on peut estimer que la diminution de population et le développementdes transports en commun devraient compenser l’augmentation des déplacementsliés à l’activité économique. Le nombre de déplacements automobiles par jourdevrait donc se situer à peu près au niveau actuel (15.000 allers simples par jourmoyen ouvré, voir page 68).TransitLe projet comporte un élément qui peut affecter le volume de la circulationautomobile de transit : la création de la voie TCSP sur le boulevard de Roubaix,qui entraîne une diminution de l’emprise de la chaussée réservée aux autos (del’ordre de 30%). Ceci aura un effet de dissuasion qui peut provoquer une légèrediminution du trafic.Cette diminution ne peut être chiffrée précisément, mais elle excède rarement5 % du trafic global. Les flux actuels sur le boulevard de Roubaix se situant auxenvirons de 18.000 véhicules/jour, cette diminution pourrait être de l’ordre de900 véhicules/jour. Encore faut-il relativiser ce chiffre, dans la mesure où cettecirculation risque de se reporter partiellement sur des axes parallèles, par exemplel’avenue de l’Europe ou la rue F. Roosevelt.La diminution réelle pourrait être d’environ 1000 véhicules par jour. Elle devraitaffecter le seul boulevard de Roubaix. Sur un transit quotidien actuel que l’on aestimé (sous toutes réserves, en l’absence de données récentes) entre 35 et 50.000trajets simples par jour moyen ouvré, l’impact est donc marginal.Pacification de la circulationUn autre élément important est à prendre en compte dans l’évaluation de l’impactdu projet sur la circulation automobile : la diminution des emprises de chausséeréservée aux autos et la limitation de la vitesse de circulation auront pourconséquence une pacification de la circulation.En l’absence d’augmentation du trafic, la question de la compatibilité des fluxavec la capacité des axes de desserte ne se pose pas.___Les chiffres avancés dans ce paragraphe sont à prendre avec prudence :l’évolution du trafic automobile résulte de facteurs complexes, qui tiennent à deshabitudes de vie et à des comportements psychologiques difficiles à prévoir.L’impact du projet sur les déplacements automobiles sera faible. L’impact sur levolume du trafic devrait être marginal.En revanche, le projet comportera une pacification de la circulation automobile.Nous retenons donc un impact positif.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 128/165b/ Déplacements des piétons et des cyclistesLe projet comporte la création de voies réservées aux piétons et aux vélos,notamment une bande cyclable sur la liaison C. Franck-Roubaix-Fafet.Les voies du Transports en commun en site propre seront mixtes bus + vélo.Par ailleurs, le réaménagement des voies existantes se soldera par une diminutionde l’emprise des chaussées et une augmentation de la surface dévolue aux piétons.Le projet prévoit également une limitation de la vitesse des véhicules.Enfin, l’organisation du stationnement devrait assurer une meilleure protectiondes piétons et une circulation plus aisée en limitant le stationnement illicite.L’impact du projet sur la sécurité et le confort de la circulation des piétons et descyclistes sera positif.c/ Impact sur les transports en communLe projet de TCSP et le pôle d’échanges ne font pas partie du programme detravaux de la ZAC : il n’y a donc pas d’impact direct du projet sur les transportsen commun.On notera cependant le lien entre les travaux prévus par le projet de ZAC sur lesespaces publics et l’aménagement de la voie TCSP et du pôle d’échanges.Aux alentours du pôle et sur toute la longueur du parcours (avenue de l’Europe,rues C. Franck et L. Lagrange, boulevard de Roubaix), le traitement de la voirie etles autres éléments paysagers (végétalisation, mobilier, éclairage…) prennent encompte et favorisent cette mutation urbaine importante qu’est l’arrivé du sitepropre au cœur des Quartiers Nord.On peut dire que le projet contribue indirectement à une place accrue destransports en commun dans le fonctionnement du quartier.Le développement des transports en commun (meilleure desserte, augmentationde la fréquence, diminution des temps de trajet), entraînera nécessairement uneaugmentation de la part des trajets effectués en transports en commun ou mixtes(à pied + transports en commun).On peut donc retenir un impact positif du projet sur les transports en commun etla répartition modale.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 129/165CritèreImpact économiqueet socialTABLEAU DE SYNTHÈSE DES IMPACTS++ Impact très positif - - Impact très négatif+ Impact positif - Impact négatifNature de l'impactImpact social positif : plus grande mixité sociale, nouvelleimage et nouvelle identité, mais diminution de population.Impact positif sur les équipements, l'économie et l’emploi.Impact positif pour le reste de l’agglomération.Cotationdes effetsImpact sur les sols Cavités et anomalies : impact à préciser.68Impact sur l'eau Aquifère crayeux vulnérable : impact sur l’hydrogéologiepositif (rétention sur parcelle et infiltration). Mesurescompensatoires pour la protection de l’aquifère : préventiondes pollutions, entretien des puits d’infiltration.Impact du projet sur les eaux pluviales positif : diminution du +volume collecté, infiltration, respect du débit maximal, prétraitementavant rejet.Impact du projet sur l’assainissement des eaux usées nul(positif si remise en ordre des raccordements d’eaux usées).Impact sur l'airImpact marginal mais positif (diminution de la population etdéveloppement des transports en commun).+Impact sur le climat Pas d'impact /Impact sur la faune etla floreImpact sur les biens etle patrimoine culturelImpact sur lespaysagesImpacts sur le cadrede vieImpact sur lesdéplacementsImpact sur la faune nul. Impact sur la flore positif : créationd’espaces verts, plantations, végétalisation, diversification.Monuments historiques : impact nul mais périmètre deprotection à respecter 69 . Archéologie : impact nul 70 .Impact très positif : recomposition de la trame urbaine,différenciation et hiérarchisation des espaces, créationd’espaces verts, renouvellement de l’éclairage…Impact sur la voirie très positif (voir paysages).Meilleure organisation du stationnement.Impact sur les réseaux négligeable à positif (si les remises enordre nécessaires sont opérées).Impact sur le bruit positif à terme (hors travaux) 71 .Déplacements automobiles : impact positif (diminution).Augmentation de la surface réservée aux piétons.Transports en commun : impact indirect positif.++ 67+++++67 Le programme de renouvellement de l’habitat comporte le départ d’environ 3000 habitants, c'est à dire 38% dela population actuelle (destruction des barres). Mais le relogement des personnes concernées semble assurédans les meilleures conditions.68 L’impact des aménagements ne peut pas être déterminé a priori : tout aménagement sera précédé d’uneétude géotechnique précisant la faisabilité et l’impact éventuel sur les sols et le sous-sol.69 Un seul périmètre de protection touche le périmètre de la ZAC : celui de la Citadelle. Il est probable que cepérimètre sera diminué avec l’entrée en vigueur du PLU.70 L’impact du projet sur le patrimoine archéologique est par définition nul : les diagnostics préventifs permettrontde prendre les éventuelles mesures nécessaires à sa préservation.71 L’impact sonore des travaux d’aménagement sera négatif, mais limité et ponctuel (chronologiquement etgéographiquement). Il sera atténué par les mesures compensatoires.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 130/165QUATRIEME PARTIE : MESURES COMPENSATOIRESLe projet, dans sa définition actuelle, comporte déjà un certain nombre demesures que l’on peut qualifier de « compensatoires », pour reprendre ladénomination usuelle, soit parce qu’elles réduisent ou corrigent les impactsnégatifs du projet, soit parce qu’elles augmentent son impact positif :- mesures de relogement,- aide à la création d’entreprises,- diversification de la flore ,- aménagements paysagers,- accompagnement de la politique de développement des transports encommun, etc.Nous ne reprenons ici que les mesures compensatoires complémentairesdemandées par le rédacteur de l’étude d’impact.Au titre des mesures compensatoires, nous proposons les mesures suivantes.1. Renforcement de la protection de l’aquifèreNous proposons un renforcement de la protection de l’aquifère sur les pointssuivants.Prévention des pollutions accidentelles :Information des habitants et mise en place d’une procédure d’alerte.Ceci est particulièrement important pendant la période de travaux.Le cahier des charges des entreprises intervenant doit comporter des mesurespréventives.Entretien des ouvrages d’infiltration (puits) :Mise en place d’un contrôle de second niveau confié à un organismeindépendant.2. Impact sur l’hydrologie de surfaceNous proposons :- un contrôle des écoulements par temps sec,- la correction des raccordements en anomalie,- une analyse du fonctionnement des déversoirs d’orage.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 131/1653. Travaux d'aménagementL’aménageur prévoira une clause « Environnement » dans le dossier deconsultation des entreprises (DCE) : il sera demandé à celles-ci de préciser lesengagements qu'elles prennent pour le respect de l'environnement et latranquillité des riverains : bruit, propreté du chantier, déchets …Les propositions formulées par les entreprises dans ce domaine seront un descritères de sélection des entreprises.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 132/165CINQUIEME PARTIE : INFORMATION DU PUBLICLe résumé non technique se trouve en tête du présent rapport, page 10.1. Auteurs de l'étudeL'étude d'impact a été réalisée par Didier Lamy.Le rapport final a été rédigé et signé par Didier Lamy.2. Méthodes utilisées et difficultés rencontréesa/ Méthode généraleL'étude d'impact a pour objectif de donner non seulement au maître d'ouvrage,mais aussi à la population, un éclairage objectif et complet sur l'impactenvironnemental, social et économique de l'aménagement projeté.Notre travail a d'abord été de comprendre le contexte dans lequel se situe leprojet d'aménagement et d'identifier les problèmes.Nous sommes entrés en contact avec les acteurs locaux afin de recueillir leurspoints de vue et opinions :− mairie d’Amiens et Amiens Métropole,− services de l'État, organismes publics…• Étude de l'impact environnementalUne première enquête de terrain nous a permis d'établir que l'impact du projet surla faune, la flore, les milieux naturels, et plus généralement sur les équilibresécologiques était faible.L'état initial du site, la nature de l'aménagement envisagé, les données disponiblesne nécessitaient pas de réaliser des campagnes de mesures complémentaires.• Étude de l'impact social et économiqueDès les premiers contacts avec le terrain, il était clair que l'impact principal del'aménagement se situait au plan socio-économique et à celui des paysages et ducadre de vie.Notre objectif principal a donc été de préciser cet impact.Nous nous sommes particulièrement attachés à ce qui nous a semblé constituerles problèmes ou risques principaux :− Les conséquences sociales et économiques de la rénovation du tissu urbain.− L’impact paysager du projet.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 133/165− L’impact du projet sur les équilibres entre quartiers à l’échelle del’agglomération.Nous avons également cherché à préciser des points tels que l’augmentation depopulation ou les volumes de déplacements générés par l’aménagement, ainsi queles conséquences de l'aménagement sur les commerces, services, écoles …Il s'agissait de comprendre la perception que les différents acteurs locaux ont decet aménagement et de son impact environnemental et économique, et de mettreà plat les problèmes.Cette phase d'enquête a comporté de nombreux échanges avec le maîtred'ouvrage, notamment pour le recueil de données complémentaires.Nous avons envisagé aussi bien l'apport positif que les impacts négatifs que peutéventuellement comporter le projet.Les impacts, positifs ou négatifs, ont été resitués dans la logique derenouvellement urbain et social qui est celle retenue par le Grand projet deville (GPV) et la convention ANRU.L'impact n'a donc pas seulement été évalué à partir de données quantitatives, maisdans une approche qualitative, intégrant les facteurs socio-économiques ethumains.• Utilité du présent rapportLe présent rapport final est un document d'information tant pour les éluscommunaux que pour les riverains et les habitants de la commune.Il détaille aussi clairement que possible les conséquences socio-économiques etenvironnementales de cet aménagement.Il constitue également un point de référence sur l’état du site avant le lancementdu projet, afin de faciliter une évaluation ex post ultérieure.b/ Données utiliséesDonnées sur le projet étudié- Convention entre l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) et laCommunauté d’agglomération Amiens-Métropole, 24 octobre 2005- Dossier de réalisation ZAC des Quartiers Nord, Rapport de présentation, CabinetFrançois Grether, architecte urbaniste, avril 2005- Dossier d’incidence au titre de la Loi sur l’eau, Iris Conseil Aménagement, avril 2005- Comptages de trafic automobile boulevard de Roubaix et rue Léo Lagrange, réalisés parAmiens Métropole, service Espaces publics, le 7 février 2006D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 134/165Données générales- Plan de la ville d’Amiens, carte IGN au 1/25 000 e- Photo aérienne (source Amiens Métropole)- P.O.S. révisé approuvé le 2 avril 1987- Plan des réseaux eau potable/assainissement (source Amiens Métropole)- Grand Projet de Ville, Amiens Métropole,- Plan vélo, Amiens Métropole, octobre 2005c/ Liste des personnes et services contactésMairie d’Amiens et Amiens Métropole (Communauté d’agglomération) :M. Jean-Yves Bourgois, Adjoint au maire, délégué pour Amiens NordContrat de ville : M. Henri Montigny, chef de projet Amiens Nord ; M me Verez,Directrice de proximitéHabitat - Renouvellement Urbain : M me Sophie ChambautService du développement économique : M. Arnaud Riquier, M. Antony HorrieAntenne emploi formation Quartiers Nord : M me Agathe LecureuxService de l’urbanisme : M me Cécile Roulier (servitudes, protection du patrimoine)Service des espaces publics : M. Th. Delaporte, M. Desvismes (comptages traficautomobile), M. Hervé Calvez (éclairage)Service de la collecte des déchets : M. Patrice RichardService des parcs et jardins : M. F. CaquineauService de l'Eau et de l'Assainissement : M me Michelle Hocque ; M me CathyVanhille, chef de l'unité Qualité• Services de l'ÉtatDIREN PICARDIE : M me Marie-Thérèse VéretDDAF, Mission inter-services de l’eau (MISE) : M. Dominique Caillet, M. PierreMoroyDRAC : M me TouzetService Départemental de l’Architecture et du Patrimoine (SDAP) : M me RichardDDE : M. Leconte (comptages)Éducation nationale (inspection pédagogique) : M me Sasaki, Responsable duréseau éducation prioritaireD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 135/165• Maîtrise d'œuvre et bureaux d'étudesCabinet François GRETHER : M. François Grether, M. François CathalaARPENTERE (paysagiste) : M. Thibaut de Metz, M. Cyril DejongheCIVILITÉS (développement durable) : M. Charles BouzolsESE - Groupe Degouy (bureau d'études technique) : M. André-Pierre OmerÉclairagiste : M. Charles VicariniIris Conseil (dossier Loi sur l'eau) : M me Raspail• AutresOPAC : M. Jean-Marie Allonneau, Directeur de l’habitat, M me Virginie FlauSociété Immobilière Picarde (S.I.P.) : M. PoissonnierAtmoPicardie : M. Emmanuel Escat, Service Étudesd/ Difficultés rencontréesL'étude s'est déroulée sans difficultés particulières.Une particularité méthodologique, cependant, tenait à l’ampleur du projet :l’impact d’un programme de travaux sur 5 ans sur une zone de 50 hectares nepeut être étudié de la même manière qu’un projet limité dans le temps et dansl’espace. Il convient de souligner que nous avons travaillé sur des orientationsgénérales (parfois pas encore formalisées dans un avant-projet).On comprendra donc que les conclusions de cette étude d'impact ne valent quedans la mesure où la réalisation de l’aménagement est conforme aux orientationsdu projet telles qu’elles sont arrêtées au 31 mars 2006.Or, il est vraisemblable que le projet connaîtra des variantes ou des modifications.Nous ne préjugeons pas du contenu de ces modifications ni de la nécessitééventuelle d’études d'impact complémentaires si ces modifications étaient denature à modifier l’impact du projet.Par ailleurs, la question se posait d’inclure ou non dans la description de l’étatinitial différents éléments qui étaient encore à l’état de projet, comme la voie detransports en commun en site propre (TCSP), ou la station d’épurationd’Ambonne… Il nous a paru nécessaire de faire une présentation rapide de cesprojets, qui ne font partie ni de l’état initial ni du projet, mais qui constituent deséléments de contexte importants sans lesquels l’impact du projet ne pourrait êtrecorrectement perçu.________D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 136/165SIXIEME PARTIE : IMPACT SUR LA SANTEAux termes de la circulaire 98-36 du 17 février 1998 (§ 2.2.3.), l'impact sur la santéconstitue une 6 e partie de l'étude d'impact.Le projet n'a pas de conséquences notables pour la santé, ni pour les riverains, nipour les habitants futurs.On trouvera ci-dessous la synthèse des impacts relevés au cours de l'analyse.− Impact économique et social : pas d'impact sur la santé.− Impact sur les sols : pas d'impact sur la santé.− Impact sur l'eau (hydrogéologie, hydrologie de surface, assainissement) :impact sur la santé positif en ce qui concerne les eaux pluviales (diminutiondu volume collecté, infiltration des eaux de ruissellement des toitures et desespaces verts, respect du débit maximal). 72− Impact sur l'air : impact sur la santé marginal mais positif (diminution de lapollution atmosphérique).− Impact sur le climat : pas d'impact sur la santé.− Impact sur la faune et la flore : pas d'impact sur la santé.− Impact sur les biens et le patrimoine culturel : pas d'impact sur la santé.− Impact sur les paysages et sur le cadre de vie : pas d'impact direct sur la santé(mais la requalification du paysage urbain a un impact positif sur la qualité devie des riverains et donc indirectement sur la santé).− Impact sur les déplacements : impact sur la santé marginal mais positif(sécurité des déplacements des piétons et développement des transports encommun).Nous concluons donc à l’absence d’impact du projet sur la santé. Les seulsimpacts relevés sont positifs (ils sont marginaux)._________72 L’impact global sur l’eau sera très positif si le pré-traitement des eaux pluviales avant rejet est effectif et si laremise en ordre des raccordements d’eaux usées est réalisée.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 137/165ANNEXESD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 138/165ANNEXE 1 : SITUATION DU PROJETPhoto aérienneD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 139/165D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 140/165ANNEXE 2 : PÉRIMÈTRE DE LA ZACPlan cadastralD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 141/165D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 142/165ANNEXE 3 : PRINCIPES D'AMÉNAGEMENTPlan d’ensembleCe plan indique des principes d'aménagement.Un avant-projet sommaire précisera le contenu de chaque action.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 143/165Insérer plan programme d'actions 2005-2009 en A3D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 144/165ANNEXE 4 : ASSOCIATIONSListe des associations présentes sur les Quartiers NordSource : M. Henri Montigny, chef de projet Contrat de ville Quartiers NordD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 145/165ASSOCIATIONS1. BLUE FIREMonsieur Hermann OKEMBA17/164, rue Couperin80080 AMIENS03.22.43.11.52 ou 06.98.50.42.793. AGISSONS OPAC AMIENS PICARDIEMonsieur SNAIDER6/112, rue de Dunkerque80080 AMIENS 03.22.43.43.96 ou 06.63.60.83.905. AMELMonsieur Zakaria ABDELATIF (Président)Monsieur Yakoub ABDELATIF17, rue Henry Daussy (06.85.97.71.81)80000 AMIENS 03.22.72.65.37 Fax : 03.22.80.88.43ASSOCIATIONS2. ADMIMadame GILET Présidente6, Boulevard Carnot (21/101, rue du Dr Fafet)80000 AMIENS 03.22.92.96.50 03.22.92.33.85(Projet : 03.22.52.76.68 ou 06.89.33.11.42)4. ALCOMonsieur EL HIBA13/156, rue René FONCK80080 AMIENS(Présidente : Annie VOLK) 03.22.69.65.00 Fax : 03.22.69.65.016. AMICALE DES TRAVAILLEURS ET COMMERCANTSMAROCAINSMonsieur Aït OUAADDOU42, rue Toulouse LAUTREC80080 AMIENS 03.22.44.45.417. ATHLETIC CLUB AMIENS VOLLEY BALLMonsieur Azouz HAMDANEStade Jean BouinRue Messager80080 AMIENS 06.20.54.89.5706.22.38.85.548. AMIENS NORD BOXE FRANCAISEMonsieur Eric DEVAUX16, rue TIERCE80420 FLIXECOURT 03.22.51.27.9010. AMSA JUDOMonsieur EUGENE50, allée de MALAGA80080 AMIENS9. AMIENS NORD BOXE FRANCAISEMonsieur MILOUDI Ben Omar18/216, rue Georges Guynemer80080 AMIENSLR : 03.22.43.65.2311. AMIENS METROPOLE VOLLEY BALLMonsieur Bernard PETIT18, rue Paul CEZANNE80080 AMIENS 03.22.44.17.1812. AMIENS SPORTING CLUB ATHLETISMEMadame Micheline BAUDOINPrésidente11, rue de la Rochefoucauld apt 61480080 AMIENS 03.22.44.75.9814. A.P.A.PMonsieur RIGA2/306, rue BALZAC80080 AMIENS 03.22.44.81.21 Fax : 03.22.44.64.0616. APREDAMonsieur Jacques ANTONIETTI38/5, rue Paul BERT80080 AMIENS 03.22.91.47.6713. Association Cycliste AmiénoiseMonsieur Jean-Louis DUQUESNOYPrésident25, rue Terral80000 AMIENS 03.22.43.51.53 03.22.43.56.1515. ANTENNE SANTE PLUS43/80, rue du Docteur FAFET80080 AMIENS 03.22.66.00.00 03.22.66.00.7217. A.P.A.P.(nouveau local)9/281, rue Mozart80080 AMIENS 03.22.52.77.17 03.22.22.07.26D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 146/16518. ASMA (Association de Solidarité avec les Migrantsd’Amiens et de la SommeMonsieur Charles M’BERI2, rue Balzac80080 AMIENSLE SAFRANRue Georges Guynemer80080 AMIENS03.22.69.66.0020. ATAS (Association des Travailleurs Africains de laSomme)Monsieur Mamadou TIMERA4, rue STENDHAL80080 AMIENS 03.22.52.16.90 ou 03.22.43.09.3319. APRESMonsieur Y. LECHOPIER21, rue d'ABBEVILLE80000 AMIENS 03.22.66.46.4021. CARMENMadame Brigitte PERIN, PrésidenteMonsieur Vincent AGUANO19, rue Saint HUBERT80000 AMIENS 03.22.71.14.40 Fax : 03.22.91.68.3222. CADHRAN-FORUM 3000Monsieur FRIGUL240, rue Franklin ROOSEVELT80080 AMIENS 03.22.43.04.77 Fax : 03.22.43.04.7724. CITE CARTERMonsieur FERNANDES Isaias (Président)(Travail : 03.22.91.77.48)Monsieur Georges SANTOJLE SAFRANrue Georges GUYNEMER – B.P.08480083 AMIENS cedex 2 Fax : 03.22.52.00.9726. CROIX ROUGE FRANCAISEDélégation Locale36, Square Friant « Les Quatre Chênes »80000 AMIENS 03.22.33.38.90Fax : 03.22.33.38.99e-mail : crfamiensdl80@hotmail.com23. ATHLETIC CLUB AMIENSMonsieur Rachid HAMDANE39/198, rue Pierre Brossolette(60/3, rue René Coty)80080 AMIENS 03.22.44.64.44 06.07.55.84.7425. CARDANMadame DUCLERCQ91, rue Saint ROCH80000 AMIENSOdile ROBITAILLE Espace lecture Fafet/Brossolette1, rue Pierre Brossolette apt 203.22.52.36.37 03.22.92.03.2627. La CROIX ROUGEMonsieur LARGILLIER (6, rue Blériot)5, rue des Francs Muriers80000 AMIENS 06.84.50.76.56 03.22.52.24.87Melle Marie AUBAS6, rue Blériot 03.22.52.24.8728. E P IMonsieur Arnaud DEHEDIN03.22.91.92.3829. CROIX ROUGE FRANCAISEMonsieur Pierre LACOURPrésident Départemental5, rue des Francs Muriers80000 AMIENS30. FEMMES EN MOUVEMENTMonsieur PAKOUA PrésidentMme Khedoudja TADRIST-NAFA(+11, rue Messager)B.P.10880080 AMIENS 03.22.69.25.40 03.22.69.25.4131. Ecole de musique Saint PIERRE Amiens NordMonsieur Jean-François HUGONIEPrésidentLE SAFRAN3, rue Georges GUYNEMER80080 AMIENS 03.22.43.83.36 (après-midi)32. FOOTBALL CLUB SAINT PIERREMonsieur JANE PierreMadame BAULT Christine7, rue VERONESE80080 AMIENS 03.22.52.14.2433. ESPERANCE SPORTIVE PIGEONNIERMonsieur DANTIN Gérard7, rue d’Antibes apt 480090 AMIENS 03.22.43.69.66 Portable : 06.98.08.83.9406.66.99.03.51D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 147/16534. JARDIN BLEUMadame Corinne POULAIN (Présidente)3, rue MOZARTBP 08980003 AMIENS CEDEX 3 03.22.44.44.3736. LE MAILMonsieur G. ODIAUX PrésidentMonsieur Christian LEPRETRE51, Mail Albert 1 er80000 AMIENS 03.22.92.28.52 Fax : 03.22.92.53.4135. F.O.L de la SommeMonsieur Pascal DEMARTHE10, rue Jean XXIIIBP 270980027 AMIENS CEDEX 137. ASSOCIATION G.I.H.P.80Madame Christiane LIENARD (Présidente)4, rue BALZAC80080 AMIENSTél : 03.22.44.20.65 Fax : 03.22.43.25.3738. LE SAFRAN (Amiens-Métropole)Rue Georges Guynemer80080 AMIENS 03.22.69.66.0039. JARDINS OUVRIERS ET FAMILIAUX DU PIGEONNIERMonsieur Gilles DHAILLY26, rue Toulouse LAUTREC80080 AMIENS 03.22.91.75.4640. LICORNEMaria-Isabel DOS SANTOS (Présidente)Monsieur MERCKAERT35, rue Alphonse PAILLAT80000 AMIENS 03.22.91.55.24 Fax 03.22.91.07.5042. MISSION LOCALEMonsieur COTTINET52-54, rue du VivierB.P.175580017 AMIENS 03.22.97.08.08 - 03.22.97.08.0941. Jean FAYOL (Jean-Louis LEGAL)La ParenthèseLE MAIL47, Boulevard du Cange80000 AMIENS 03.22.72.02.1843. LE TRETEAUMonsieur Mohamed MAHMOUDIPrésidentMonsieur Djelloul MAGHRAOUI60, rue René Coty apt 6(privé : 06.18.30.68.07) 03.22.52.44.6244. Office de la Vie Amiénoise et Culturelle del’Agglomération Amiénoise (O.V.A.C.A.M)Monsieur Alain MERCKAERT Président2, rue Flatters80000 AMIENS 03.22.92.50.59 03.22.92.89.4646. PAVILLONS CHARPENTIER, WATTEAU, RENOIRMonsieur DELHAYE33, rue Gustave CHARPENTIER80080 AMIENS48. PORTE à PORTEMonsieur Francis GENIN, Président19, rue Saint HUBERT80000 AMIENS 03.22.91.21.72 Fax 03.22.91.68.3245. MELODIE EN SOUS SOLMonsieur Yacine MOKKADEM44, rue Léo Lagrange80080 AMIENS 03.22.43.85.22 03.22.52.71.7347. M.I.E.L (Médiation Insertion Éducationpar le Livre)Madame Brigitte PICARD(Romy LEVERT)1, place du Maréchal JOFFRE80000 AMIENS 03.22.72.00.3349. Mission Locale"Antenne Nord Emploi-Formation"ATRIUM39, avenue de la Paix80080 AMIENS 03.22.66.10.6050. RESIDENCE BELLEVUEMonsieur DOLLErue MASSENET-Résidence Bellevue80080 AMIENS51. P.L.I.E64 bis, rue du VIVIER80000 AMIENS 03.22.22.36.20 FAX : 03.22.22.36.29D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 148/16552. REPMonsieur DERNONCOURTCollège César FranckRue César Franck80080 AMIENS 03.22.66.29.4054. ROUE LIBREMonsieur Georges VETRINO PrésidentEcole Voltaire 3 ème étage125, rue Voltaire apt 3180080 AMIENS 03.22.52.53.2456. SECOURS CATHOLIQUEPrésident : M. Guy BARDAdresse Association3, rue Jules LARDIEREB.P.082280008 AMIENS cedex 03.22.91.44.2353. FESTIVAL DES ARTS MARTIAUXMonsieur Jean-Pierre DUPONTREUE50, allée de Malaga80080 AMIENS 06.15.35.52.9355. Le RELAIS SOCIAL (F.O.L)Madame Marie-Christine DUPUIS1/152, rue Watteau80080 AMIENS 03.22.44.84.95 Fax 03.22.71.51.9957. « LES PETITS TRESORS »Madame Claudette GRIFFOIN2/89, Allée de la belle saison80080 AMIENS 03.22.43.14.9906.12.78.57.9358. UNION SPORTIVE DE BASKET-BALL AMIENOISEMonsieur Cyprien CHOKKI20, rue des Parcheminiers apt 31BP 03580000 AMIENS CEDEX 2Portable : 06.74.33.10.2059. Coordonnateur R.E.P.Madame SASAKICollège César FranckRue César Franck80080 AMIENS 03.22.66.29.52 03.22.66.29.4760. USEP Amiens NordHervé LEFEVREPrésidentEcole maternelle Léo LagrangeRue Rameau 03.22.43.72.0306.31.30.05.75 / 03.22.52.75.6662. LE NAUTILUSMonsieur PORETRue Léo Lagrange80080 AMIENS 03.22.44.44.6664. O.S.A.3, Place Dewailly80000 AMIENS 03.22.92.87.35 FAX 03.22.91.57.4761. SCOUTS ET GUIDES DE FranceMonsieur Stéphane BAUDELET318, rue Saint Fuscien80000 AMIENS03.22.95.10.4163. SERVICES PUBLICS DE QUARTIERMadame ZohraDARRASATRIUM39, avenue de la Paix 03.22.66.10.2065. URLIP (Plate-forme de formation des savoirsfondamentaux)4, bis place Léon Gonthier80000 AMIENS 03.22.72.29.39 03.22.80.86.02urlip.coordination@wanadoo.frURLIPCentre de Ressources50, rue Riolan80000 AMIENS 03.22.92.85.85 03.22.92.70.30urlip.ressources@wanadoo.frD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 149/16566. LES JOURNEES CINEMATOGRAPHIQUESJean-Pierre BERGEONPrésidentMAISON DE LA CULTURE D’AMIENSPlace Léon Gontier80000 AMIENS 03.22.71.35.70 Fax : 03.22.92.53.0468. Monsieur LAIGROZFACE47, Boulevard du Cange80000 AMIENS67. Laurent GUILLARD« SYNERGIE »29, rue Cosserat80080 AMIENST : 03.22.33.69.63Fax 03.22.33.69.6569. SOS VIOLENCES EN PRIVEMonsieur LOPEZ - Président(Dominique DORIVAL)BP 0311 (2, rue Beaumarchais école Marivaux)80003 AMIENS 03.22.44.28.39 03.22.40.10.9070. LEO LAGRANGE PICARDIEBernard RENOULTPrésident14, rue Jean JaurèsBP 62680006 AMIENS CEDEX 171. LE LEO220, rue Lemerchier apt 380000 AMIENS(Directrice : Hélène PARAIN 03.22.92.39.11)Tél : 03.22.82.00.58 Fax : 03.22.82.00.59D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 150/165ANNEXE 5 : STATION D'ÉPURATION D’ AMBONNEA LONGPRE-LES-AMIENSPerformancesD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 151/1651/ Capacité de traitement prise en compte pour le dimensionnement de la stationCharges hydrauliques Charges polluantes *Effluents domestiques 35 600 m 3 /j DBO5 15 661 kg/jEffluents industriels 6 400 m 3 /j DCO 38 838 kg/jMatières de vidange 4 500 tonnes/an MES 17 173 kg/jSables et matières de curage 4 600 tonnes/an N total 3 512 kg/jGraisses 250 kg/j Phosphore total 806 kg/jCapacité hydraulique 4 500 m 3 /hCapacité épuratoire 3 800 m 3 /h* Pollutions à prendre en compte pour le dimensionnement de la station.Les Charges polluantes comprennent les apports extérieurs issus des matières de vidange, sables,matière de curage et graisses, dont le flux spécifiques sont les suivants:DBO5DCOMESN totalPhosphore total61 kg/j388 kg/j73 kg/j12 kg/j6 kg/j2/ Qualité du traitementTraitement chimique et biologiqueLa qualité à obtenir sur l'effluent à été fixée par la loi sur l'eau issue des directiveseuropéennes.Amiens étant classé en zone sensible (décret du 3 Juin 1994 N°94469, arrêté du 23Novembre 1994, délimitation des zones sensibles), les objectifs de rejets sont les suivants:En moyenne journalière :MES DCO DBO530 mg/l 90 mg/l 25 mg/lEn moyenne annuelle :NGLPhosphore15 mg/l2 mg/lD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 152/165Les échantillons seront réalisés suivants les fréquences suivantes :Paramètres Débit MES DCO DBO5 NTK NH4 NO2 NO3 PtNbre d'échantillons/an 365 260 260 156 208 208 208 208 208Les niveaux de rejet ne devront pas dépasser les valeurs suivantes :MES DCO DBO585 mg/l 250 mg/l 50 mg/lTraitement bactériologiqueConcernant les eschéria coli, les objectifs de rejets sont les suivants:Valeur objective : 2000 unités par 100 milli-litreValeur impérative: 20000 unités par 100 milli-litreConcernant les streptocoques fécaux, la valeur impérative est de 10000 unité par 100 milli-litre.Traitement des odeursLes objectifs de traitement des odeurs après désodorisation sont les suivants :ParamètreValeurs maximalesautorisées (en µg /m 3 )H2S 100RSH 70Soufrés totaux 150Aldéhydes et cétones 4003/ Nuisances sonoresEn limite de propriété, l'objectif de niveau de bruit est le suivant : 65 dB(A) de jour (7h à 20h) 60 dB(A) en période intermédiaire :jours ouvrables : 6 à 7h et 20 à 22hdimanche et jour fériés : 6h à 22h 55 dB(A) de nuit (22h à 6h)Conditions maximales d'émergence :jours et période intermédiaire : 5dB(A)nuit : 3 dB(A)D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 153/165ANNEXE 6 : ZONE FRANCHE URBAINEÉcopolis :Bilan annuel – septembre 2005D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 154/165Emetteur :Service Développement Economique etEnseignement SupérieurAmiens MétropoleDestinataire :Eric BECART – Préfecture de la SommeVisa :Hugues VERRIERDirecteurAdjointHervé DHEILLYDirecteurAdjointObjet :GénéralGénéralDate :Bilan synthétique annuel qualitatif de la ZFUd'Amiens MétropoleBilan annuel des zones franches urbaines : réalisations 2004 et perspectives 2005A la demande de la Délégation Interministérielle à la Ville, la Préfecture de la Somme a réuni lespartenaires intéressés en vue de réaliser le bilan synthétique quantitatif et qualitatif de la ZoneFranche Urbaine d’Amiens Métropole pour l’année 2004 et de dresser les perspectives pour l’année2005.A ce titre, la Préfecture de la Somme a remis à ses partenaires une copie d’une circulaire du 29 juin2005, qui émane de la DIV et qui fixe le cadrage du bilan local à transmettre à l’Observatoire nationaldes ZUS. Concernant le bilan qualitatif, le plan proposé est le suivant :- Le pilotage stratégique de la ZFU- Les entreprises- Rénovation urbaine et développement économique- Les actions d’immobilier d’entreprises issues du secteur privé- Les interventions financières de la Caisse des Dépôts pour le développement économique dela ZFU- Accès à l’emploi- Objectifs et programmes d’action territoriaux pour réduire les inégalités territoriales en matièrede développement économique et d’emploiNous avons repris ce plan en le faisant précéder des trois points suivant en vue d’introduire le bilan :- Bref historique- Présentation du périmètre- La dynamique de la ZFUD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 155/165Bilan qualitatif : réalisations 2004 et perspectives 2005I - Bref historique : une Zone Franche 1 ère génération.La Zone Franche Urbaine d’Amiens Métropole, dénommée ECOPOLIS, a été créée en 1997 et« relancée » en 2003. Son périmètre, de 109 hectares, s’étend en majeure partie sur le quartier Nordd’Amiens (le quartier du Pigeonnier), mais aussi sur une partie de l’Espace Industriel Nord.II - Présentation du périmètre :Le quartier Nord d’Amiens est un quartier d'habitations construit sur une zone de 160 hectares. On ycompte 17 233 habitants (dont 46% de moins de 25 ans) pour 6 192 habitations (dont 65% de HLM).Le taux de chômage des résidents du périmètre s’élève à 34,2%. Ce taux est de 54,6% chez lesmoins de 25 ans. [Sources : INSEE 1999]. Pour rappel, le taux de chômage actuellement en vigueursur le bassin d’emploi d’Amiens est de : 11,8% [Source INSEE : 2 ème trimestre 2005].Au niveau des équipements et services publics existant sur le quartier il faut noter la présence dupôle d'activités et de services de l'Atrium qui a ouvert ses portes depuis mai 2002. Outre différentsservices, comme les services municipaux de secteurs et les services publics de quartier, ce pôledispose d'une antenne Emploi-Formation. D’autres équipements sportifs et culturels ont égalementété réalisés sur le secteur lui conférant une dynamique propre partagée des habitants et du mondeassociatif mais aussi de l’ensemble des habitants de l’agglomération : LE SAFRAN, LE NAUTILUS,LE STUDIO…Concernant les équipements commerciaux, deux principaux pôles sont présents sur le quartier. Ils’agit des secteurs Guynemer et du Colvert (ce dernier se distingue par ailleurs par la présence d’unmarché de plein air très important le dimanche matin). Faisant suite à une situation se caratérisantpar un manque de diversité commerciale, la Ville d’Amiens s’est récemment engagée dans unelogique d’initiation et d’accompagnement à la diversité de l’appareil commercial afin que ce dernierréponde davantage aux besoins de la population et aux nouveaux modes de consommation. Unepolitique de maîtrise de certains locaux commerciaux est donc mise en œuvre afin de remédier àcette situation via la possibilité, pour la Ville, de faire jouer si nécessaire son droit de préemption.III - La dynamique « ECOPOLIS ».ECOPOLIS doit faciliter la volonté politique locale visant à intégrer d’avantage le quartier Nord à laville en rompant avec sa fonction de ‘’cité-dortoir’’.L’enjeu est à la fois économique (favoriser le maintien, la création et l’implantation d’activité sur lequartier) et social (favoriser l’accès à l’emploi des populations des quartiers).Sur l’agglomération d’Amiens, la mise en place du dispositif s’est accompagnée de programmesd’investissements immobiliers publics à destination des entreprises. Ainsi, la Zone FrancheECOPOLIS s’est dotée d’une offre immobilière d’une surface totale d’environ 13 145 m², pour uninvestissement public (Fonds européens, Etat, Collectivités, CCI Amiens) de 12 millions d’eurosenviron. Cette offre se compose actuellement de deux Hôtels d’entreprises, de deux Villages PMI etd’une Pépinière d’entreprises. Cette dernière se localise au niveau de l’Atrium. A ce jour, cette‘’pépinière’’ compte 10 entreprises pour 33 emplois.L’existence d’une offre immobilière et/ou foncière à destination des entreprises est une conditionnécessaire à l’attractivité d’une zone Franche Urbaine et donc à sa réussite que l’on peut évaluer enterme de nombre d’entreprises installées et d’emplois créés. Ainsi, un nouveau projet immobilierpublic à destination des entreprises est programmé sur ECOPOLIS (secteur Espace Industriel Nord).Il s’agit de la construction d’un Village TPE (Très Petites Entreprises). Ce ‘’Village TPE’’ comportera2 bâtiments accueillant chacun 4 cellules de 250 m² pour des TPE. Le maître d’ouvrage de ce projetest la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Amiens.Enfin, un investisseur privé vient également d’officialiser la réalisation prochaine (2006) d’un nouvelhôtel d’entreprises au cœur du quartier (cf. VII)D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 156/165IV - Le pilotage stratégique de la zone franche urbaine : un maître mot, le partenariatLa Zone Franche Urbaine d'Amiens Métropole fait l'objet d'un dispositif exemplaire en matière departenariats. Tout d'abord, avec les organismes concernés : URSSAF, Services Fiscaux, CMR.Ensuite, concernant la commercialisation de produits immobiliers et fonciers, une cellule visant àétudier les candidatures (à l’installation dans les programmes immobiliers ou fonciers sous maîtrised’ouvrage publique) des sociétés et porteurs de projets a été mise en place associant les partenairesconsulaires, la Ville d’Amiens, l’agglomération d’Amiens Métropole et les services de l’Etat (voir,ponctuellement, d’autres partenaires comme les bailleurs sociaux).Il faut aussi noter la mobilisation des acteurs de l’Emploi : la Mission Locale, le PLIE d’AmiensMétropole, l’ANPE, la DDTEFP, l’AFPA… Par ailleurs, en matière d’accompagnement des projetsd’entreprises, la ZFU bénéficie du réseau d’aide à la création-reprise d’entreprises ‘’J’entreprends enSomme’’ avec, entre autre, Somme Initiative, le Comité d’Expansion de la Somme, l’ADIE, laBoutique de Gestion, la CCI, la Chambre des métiers. Enfin, il y a une volonté de favoriserl’implication des habitants et des associations du secteur.Le pilotage stratégique de la ZFU d’Amiens va être renforcé en 2005 avec la signature d’uneconvention cadre instituant la mise en place d’un partenariat, entre Amiens Métropole et la Caissedes Dépôts et Consignations, visant à favoriser le développement économique des ZUS d’Amiens etplus particulièrement de la ZFU.V - Les entreprises :Au 6 septembre 2005, on dénombre 144 entreprises sur ECOPOLIS, ce qui représente 1270emplois dont 816 créations nettes (voir le tableau ci-joint). 201 emplois bénéficient aux habitantsdirectement issus de la Zone Franche et 4 aux habitants issus des quartiers situés en Zone deRevitalisation Urbaine (ZRU).Concernant, l’accompagnement des porteurs de projets sur la ZFU, il faut noter le recrutement ausein d’Amiens Métropole d’un Agent de Développement Economique des quartiers. Sa mission estde susciter l’émergence de projets via la sensibilisation et la mobilisation des institutions et despersonnes (les acteurs de l’accompagnement et du financement à la création d’entreprises). Sonactivité consiste notamment à recevoir tout porteur de projet originaire d’un quartier ZUS et toutporteur de projet désireux de s’implanter en ZFU. En 2004, environ 169 porteurs de projets etentreprises ont été rencontrés par cet agent.140012001000800600400200040715735258 117948 933768663703488 523391326169 173121 1551215 1270816615181 201déc98déc99déc00déc01déc02déc03déc04sept05Emplois cr éé sEmplois ZFUTotal EmploisD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 157/165En 2004, 19 entreprises se sont installées sur la ZFU d’Amiens, dont 17 créations, un transfertrepriseet un transfert-extension. Ces 19 entreprises correspondent à 83 emplois programmés à 3ans.De janvier à septembre 2005, 9 entreprises se sont installées sur la ZFU d'Amiens. Il s'agit de 5créations correspondant à 45 emplois programmés à 3 ans.L’année 2002 a été marqué par le départ de la société ‘’Intra Call Center’’ d’ECOPOLIS. Cettesociété employait 240 personnes dont 65 habitants de la ZFU. Depuis la progression des emplois arepris son rythme habituel.VI - Rénovation urbaine et développement économique :- Le développement économique de la ZFU fait partie intégrante du projet de renouvellement urbaind’Amiens Métropole, présenté à l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine.La diversification fonctionnelle est privilégiée : l’offre de logements sera améliorée ; le quartier est redynamisépar la ré-introduction d’équipements publics, d’activités économiques, sociales ; lesespaces publics sont re-définis. De façon générale, la ZFU doit constituer un morceau de ville à partentière.Une étude commerciale en lien avec l’EPARECA est programmée afin de déterminer lesinterventions à mener pour conforter voire développer les deux centres commerciaux présents sur laZFU.- La ZFU d’Amiens fait l'objet, en partie, d'une Zone d'Aménagement Concerté (ZAC des quartiersNord) : cette ZAC représente une surface de 57,45 hectares. Six terrains y sont prévus pour l’accueild’activité économique (voir le plan ci-joint). Il s’agit notamment de terrains libérés par les démolitionsdans le cadre du projet de renouvellement urbain. Ceux-ci représentent une surface totale de 19 460m². La maîtrise, la viabilisation et la vente de ces terrains sont assurés par la Société d’EconomieMixte ‘’Amiens Aménagement’’ (SEMAA) qui est titulaire pour Amiens Métropole d'une conventionpublique d'aménagement. Le service Développement Economique et Enseignement Supérieurd'Amiens Métropole est associé à leur démarche de commercialisation.VII - Les actions d’immobilier d’entreprises issues du secteur privé :Faisant suite à une implication très forte des acteurs publics en terme de réalisation d’équipementsimmobiliers d’entreprises en Zone Franche (près de 12 millions d’euros investis), il avait été décidéde favoriser l’initiative privée sur ce secteur.Cette démarche visait à la fois à :- étoffer l’offre immobilière (location, location-vente, vente en lots) ce que permettent lesréalisations privées par rapport aux immeubles publics ;- favoriser la dynamique d’investissement privé sur ce secteur.Actuellement l’un des six lots (le lot n°2) décrits ci-dessus va accueillir courant 2006 un programmed’investissement immobilier privé à destination des entreprises. Ce projet est conduit par lepromoteur privé ‘’Roche et Dubar’’. Il représente une surface de 3 300 m² pour un investissement de2,9 millions d’euros. Une partie des locaux d'entreprises du futur ensemble immobilier sera réservéeà la vente et l'autre partie sera réservée à la location. Ce programme devrait être livré pour letroisième trimestre de 2006. Il permettra d'étoffer l'offre en matière d'immobilier d'entreprises surECOPOLIS, celle-ci étant à ce jour quasiment saturée. Ce projet a fait l’objet d’un accompagnementfinancier dans le cadre d’une aide au foncier de 100 000 euros octroyé par Amiens Métropole (75000 euros) et le Conseil Général de la Somme (25 000 euros).D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 158/165VIII - Les interventions financières de la Caisse des Dépôts pour le développementéconomique de la ZFU :Soutien à l’ingénierie locale de développement économique :Participation dans le cadre du financement du poste « Agent de Développement Economique desQuartiers » à hauteur 22 867,35 euros TTC par an. Le programme ayant été fixé pour une périodede trois 3 ans (de 2003 à 2005). Dans le cadre de la mise en place du partenariat, entre AmiensMétropole et la Caisse des Dépôts et Consignations, ce dispositif sera éventuellement prolongé.Au niveau national, la CDC et OSEO-BDPME se sont associées pour mettre en place un "PrêtParticipatif de Développement", visant à favoriser le développement des PME, de plus de trois ans,implantées ou désirant s'installer dans les ZFU. Au niveau d’ECOPOLIS, Amiens Métropole seraassociée à la sélection des entreprises éligibles à ce prêt.Concernant le projet d’investissement privé ‘’Roche et Dubar’’, à destination des entreprises, la CDCétudie une participation au capital, à hauteur de 40% (correspondant à un montant de 400 000euros), de la SCI qui sera chargé de l'exploitation de la partie locative du programme.IX - Accès à l’emploi :Le service public de l’emploi, prend en compte le territoire classé en ZFU et ses habitants dans sesactions avec la présence de l'antenne Emploi-Formation du quartier Nord d’Amiens qui se localisesur l'Atrium.2004 :L’antenne a reçu 1549 personnes dont environ 59,9% de jeunes de moins de 26 ans.Sur ces 1549 personnes, 195 ont trouvé un emploi et 348 ont été orientées en formation.De janvier à mai 2005 :L'antenne a reçu 748 personnes dont environ 54,9% de jeunes de moins de 26 ans. Sur ces 748personnes, 66 ont trouvé un emploi et 105 ont été orientées en formation. Une grande partie despersonnes reçues par l'antenne sont issues de la ZFU.Les antennes Emploi-Formation d’Amiens ont été crées en 1996. Mais il faut noter la mise en place,depuis 2001, de l’Equipe Emploi Insertion qui est l’interlocuteur privilégié de la ZFU dans la mesureoù elle constitue une interface entre la population du quartier et les entreprises installées en ZFU.Financée dans le cadre de la Politique de la Ville, avec le soutien du Fonds Interministériel à la Ville,elle est un véritable outil de proximité réunissant les partenaires de l’insertion, de l’emploi et de laformation autour d’un guichet commun : ANPE, Mission Locale, PLIE d'Amiens Métropole, AREAF,AFPA. Annuellement, elle met en place une "Semaine Emploi Formation" (SEF) qui est une semaineparticulière en matière de communication et d’action de l’Equipe. En 2004, 239 personnes ontparticipé à cette SEF qui s'était tenue du 11 au 15 octobre.La Maison de l’Emploi et de la Formation du bassin d'emploi d'Amiens, porté par Amiens Métropoleet labellisée le 1 er juin 2005, ouvrira ses portes courant octobre 2005. Celle-ci fera l’objet d’uneantenne centrale située sur Amiens centre, de trois antennes au niveau des trois quartiers ZUSd’Amiens (Le quartier Nord, le quartier Etouvie et le quartier Sud-Est) et de trois autres antennes auniveau du territoire du bassin d'emploi (à Doullens, à Flixecourt et à Poix). Ainsi, l’antenne Emploi-Formation du quartier Nord d’Amiens va devenir une antenne de cette Maison de l’Emploi et de laFormation.Deux agents prospecteurs ZFU ont été désignés au sein de l'agence locale de l'ANPE pour assurerla prospection et le suivi de la ZFU. Cela a fait l'objet d'une convention passée entre la MissionLocale et l'ANPE pour la période allant de 1996 à 2004. Il n'y a plus de convention depuis, mais l’undes deux agents (le second ayant déménagé) a été maintenu dans cette fonction.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 159/165L’offre locale en terme d’accompagnement « Formation et Recrutement » est un facteur de réussitedes zones franches urbaines. Elle doit être :- appréhendée comme un véritable service offert aux entreprises qui s’installent, se développent etdonc recrutent ;- orientée parallèlement et prioritairement vers les résidents de la ZFU et des Zones UrbainesSensibles concernées afin de leur faire bénéficier au mieux de la dynamique en place.X - Objectifs et programmes d’action territoriaux pour réduire les inégalités territoriales enmatière de développement économique et d’emploi :Amiens Métropole va mettre en place en 2005 une action de contrats aidés à destination des ZUS del’agglomération. Ainsi, 15 personnes titulaires d’un bac +3 et originaires des 3 quartiers ZUS del’agglomération seront employées dans des services de la Métropole pour une durée de 9 mois àpartir du 26 septembre 2005. L’action a aussi comme objectif d’orienter ces personnes vers unconcours de la Fonction Publique Territoriale de catégorie A.XI - Facteurs clés de succès du développement de la ZFU et principaux obstacles : Facteurs clés de succès :1/Une logique partenariale forte avec l’ensemble des acteurs publics et privés concernés dans lecadre du pilotage au quotidien de la ZFU ;2/L’existence d’une offre en terme d’immobilier d’entreprises permettant l’accueil et ledéveloppement d’entreprises3/Un accompagnement efficace des entreprises dans leur problématique d’embauche (fait référenceà une nécessaire ingénierie locale en la matière)Principaux obstacles :1/Concernant Amiens, une carence de disponibilités en matière de locaux commerciaux. En effetune importante partie des projets de création d’entreprises issus de la ZFU sont des projetscommerciaux. Les porteurs sont stoppés dans leurs démarches à partir du moment où ils sontconfrontés à cette carence en matière de locaux commerciaux.2/ Inadéquation persistante des profils recherchés par les entreprises avec le public ZFU et ZUS(désormais beaucoup de recrutement nécessitant une qualification à minima et augmentation desdemandes de profils en Bac+2)3/ Malgré l’existence de divers dispositifs, carence en matière d’accompagnement financier desprojets (par exemple, offre en terme de capital risque peu développée). Inexistence d’outil type« prise en charge de garantie locative » pour les micro-créateurs.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 160/165ANNEXE 7 : ASSAINISSEMENTTraitement des eaux pluvialesSurveillance et entretienD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 161/165Extraits du Dossier d’incidence au titre de la Loi sur l’eau,Iris Conseil Aménagement (28000 Chartres), 11/4/2005.TRAITEMENT DES EAUX PLUVIALES DES ESPACES VERTSPiézomètresLes puits d’infiltration pourront être munis d’un piézomètre afin de permettre lasurveillance du niveau piézomètrique et la qualité des eaux souterraines.Entretien des puits d’infiltrationL’inspection des ouvrages sera mensuelle et les analyses seront effectuées au moinsdeux fois par an.L’inspection mensuelle consiste :1. à vider les chambres de décantation,2. à nettoyer les dispositifs filtrants,3. à vérifier le système de trop-plein ou le tassement de la terre végétale,4. et à nettoyer les surfaces drainées.Les analyses concerneront les paramètres étudiés dans le présent dossier : MES, DCO,DBO5, hydrocarbures, plomb, zinc. Les résultats de ces analyses seront aussicommuniqués au service chargé de la police des eaux.Pour les surfaces d’infiltration, des analyses seront aussi effectuées tous les deux ans àdiverses profondeurs (0 – 10 cm et 20 – 50 cm) pour connaître la teneur en élémentspolluants dans le sol. Les résultats de ces analyses seront aussi communiqués au servicechargé de la police des eaux.L’évolution du colmatage sur leur partie supérieure est diagnostiquée par unemodification du temps de vidange (de l’ordre de 2 jours). Il convient de le visualiser aumoins 4 fois par an.Une visite des ouvrages sera également effectuée après chaque épisode pluvieuximportant afin de vérifier leur bon fonctionnement.Au niveau des espaces verts et des espaces bâtis, les puits d’infiltration feront l’objetd’un entretien mensuel pour minimiser le colmatage.Un curage sera réalisé deux fois par an à une fois tous les cinq ans, lorsque le puits nefonctionne plus et déborde fréquemment. Il consiste en un curage ou un pompage.Les opérations de curage seront effectuées par une entreprise spécialisée.Les produits de curage devront ressuyer sur une aire étanche prévue à cet effet. Ilsseront ensuite analysés par un laboratoire agréé pour connaître leur destination finale.Les résultats de ces analyses ainsi que la destination de ces produits serontcommuniqués au service chargé de la police des eaux.TRAITEMENT DES EAUX PLUVIALES AU NIVEAU DES VOIRIESPrincipesLes eaux de la voirie seront séparées des eaux issues des parcelles adjacentes. En effet,les eaux issues des chaussées présentent une qualité médiocre. Elles feront donc l’objetd’un traitement avant rejet dans le milieu naturel.La mise en place de chaussées à structures réservoir sera privilégiée au niveau desvoiries, place publique et parkings. Cette technique permet de prendre en compte lacapacité effective d’acceptation d’eau pluviale supplémentaire du réseau de collecteexistant et de ne pas occuper d’espace supplémentaire.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 162/165Afin d’éviter l’infiltrations de l’eau stockée au sein de la structure réservoir dans le sol,celle-ci sera isolée par la mise en place d’un géotextile.L’eau stockée dans la chaussée réservoir sera dirigée, via des drains de reprise, vers leréseau de collecte existant. Ces chaussées seront équipées d’ouvrage de traitement detype cloison siphoïde afin de traiter les eaux pluviales avant leur rejet dans le réseauexistant.Les chaussées réservoirs• StructureLa pente légère mais suffisamment inclinée de l’odre de 1 % autorise la mise en place cetype de dispositif. De plus, le trafic de desserte local reste peu élevé et facilitel’utilisation de matériaux poreux qui présentent des propriétés mécaniques réduites.• CollecteAu sein des chaussées à structures réservoirs, la collecte se ferra soit par des avaloirs etdes drains soit par un revêtement drainant. Ce dispositif présente l’avantage dediminuer les bruits de roulement au niveau des espaces habités et d’améliorerl’adhérence des véhicules et donc les conditions de vie et de sécurité• EvacuationCompte tenu du caractère du sol et de la vulnérabilité de la nappe, l’évacuation se ferravers le réseau collectif existant (voir tableau ci-après) et non par infiltration directe.SURVEILLANCE ET ENTRETIENLes diverses opérations d’entretien et de contrôle sont à la charge du maître d’ouvrage.Un calendrier des interventions d’entretien, de surveillance et de maintenance sera fixépour les différentes opérations.Les opérations de surveillance consisteront à visiter tout le dispositif de traitement et àréaliser, à partir des prélèvements d’eau en amont et en aval des points de rejet dans lemilieu naturel, des analyses pour déterminer l’influence des eaux de rejet du projet surla qualité du milieu naturel et des eaux souterraines.Au sein des voiries, l’entretien d’une chaussée réservoir demande l’entretien durevêtement, de la structure réservoir et des ouvrages hydrauliques.L’entretien diffère en fonction du revêtement : Pour un revêtement perméable, oneffectuera un entretien préventif d’une fréquence annuelle ou bisannuelle et un entretiencuratif à haute pression tous les trente six mois. L’entretien d’un revêtementimperméable se fait par des techniques classiques d’entretien de chaussées.D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 163/165ANNEXE 8 : CHARTE LOCALE D’INSERTIONAPPLICABLE AUX PORTEURS DE PROJETS ET AUX MAITRES D’OUVRAGESCONTRACTANT AVEC L’ANRUD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 164/165Charte locale d’insertionAPPLICABLE AUX PORTEURS DE PROJETS ET AUX MAITRES D’OUVRAGESCONTRACTANT AVEC L’ANRU1. ObjectifsCompléter les opérations de rénovation urbaine engagées sur les quartiers en ZUS, par des actions dedéveloppement économique et social, et ainsi améliorer à la fois les conditions de vie et d’emploi des habitantsde ces quartiers.a/ Cadre juridiqueCommande publique : articles 14 du code des marchés publicsBailleurs sociaux, SEMAA : loi Sapin 29 janvier 1993Opérations concernées par la mise en œuvre de procédures visant à favoriser l’embauche des habitants des quartiers▪ Travaux d’investissement dans le cadre du programme de Rénovation Urbaine▪ Actions de gestion quotidienne du quartier et d’utilisation des équipements créés ou rénovés.(1) Engagement du porteur de projet► Objectif d’insertion au minimum égal à 5% du nombre total d’heures travaillées dans le cadre destravaux d’investissement financés par l’ANRU, réservées aux habitants des ZUS.Seules dérogations possibles à cette obligation : justifier de particularités du contexte local (pénurie de maind’œuvredisponible) ou spécifiques du marché (taille, dangerosité, nature des travaux) avec accord du Préfet.► Objectif d’insertion au minimum égal à 10% des embauches directes ou indirectes (notamment autravers de structures d’insertion par l’activité économique : entreprises d’insertion, entreprises de travailtemporaire d’insertion, -régies de quartier mais il n’en existe plus pour l’instant…-) effectuées dans le cadrede la gestion urbaine de proximité et de la gestion des équipements faisant l’objet d’aides del’ANRU, réservées aux habitants des ZUS.2. ORGANISATION ET MISE EN PLACEStructure opérationnelleRassemble l’ensemble des maîtres d’ouvrages et les acteurs publics de l’emploiPilote de la structure : PLIEa/ MissionAvant la passation des marchés :▪ définir des règles précises- fixation d’un seuil minimum des travaux par entreprise afin d’exclure les petits marchés- répartition du volume d’heures par marché- rédaction d’une clause de développement de l’emploi dans les appels d’offres de marchés (objectifs,modalités de mise en œuvre, pénalités)▪ fournir l’assistance nécessaire pour répondre aux exigences d’insertion inscrites dans le cahier descharges pendant la préparation de l’offre, en portant une attention particulière aux PME.Après la passation des marchés :- définir et identifier les publics prioritaires en regard des compétences requises par les opérations duprojet- définir le nombre et les profils de postes- anticiper les actions de formations nécessaires- assurer la vérification de l’aptitude des candidats proposés et leur mise en relation avec lesentreprises- accompagner les populations aidées dans leur parcours d’insertion et de formation- assurer la coordination des actions d’insertion sur toutes les opérations du projetDispositif de pilotage et de suivi des objectifs d’insertionco-piloté par Amiens Métropole et le PréfetD. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10


AMIENS - ZAC QUARTIERS NORD / ETUDE D'IMPACT 28 JUIN 2006 - PAGE 165/165Composition :- Maîtres d’ouvrages,- Service Public de l’Emploi local (DDTEFP, ANPE, AFPA, MEF, PLIE, Mission Locale, chambre de métiers et del’Artisanat),- représentants des fédérations patronales et branches professionnelles,- groupements d’employeurs (BTP, propreté),- structures d’insertion par l’activité économique impliquées (entreprises d’insertion, entreprises de travailtemporaire d’insertion, chantiers et ateliers d’insertion), …• CommunicationInformer les habitants des ZUS concernées de la mise en place de ce dispositif dans le cadre de lacommunication menée sur le projet.ENGAGEMENT DES MAITRES D’OUVRAGES1- Participer à l’élaboration du plan local d’application de la charte2- Favoriser l’insertion professionnelle des publics résidant en ZUS dans leur commande publique.A ce titre, définir les conditions et les modalités de la démarche d’insertion à travers▪ l’article 14 du code des marchés publics :Inscription d’une clause de promotion de l’emploi dans l’avis AO, le règlement de la consultation et le CCP etobligations juridiques liées dans le respect de la charte ;Conditions d’exécution du marché lié à la clause d’insertion :- soit affectation d’un certain pourcentage d’heures travaillées à ces publics prioritaires- soit sous-traitance à une structure d’insertion …Les entreprises attributaires ont une totale liberté du choix des formes d’insertion parmi celles présentées dansle cahier des charges▪ le recours, suite au projet de RU, à l’embauche directe ou indirecte des publics concernés pour contribuer àassurer la GUP et au fonctionnement des nouveaux équipements ou des équipements réhabilités.3- Appuyer et suivre les entreprises titulaires de marchés dans la mise en œuvre de la claused’insertion et mobiliser les partenaires de l’insertion professionnelle dans le cadre du dispositifd’accompagnement.4- Fournir tous les éléments requis par le porteur de projet pour rendre compte à l’ANRU de la mise enœuvre locale de la charte d’insertion5- Informer les habitants des quartiers concernés, dans le cadre de la concertation mise en œuvre surchaque opération, de la mise en œuvre du dispositif et les orienter, si nécessaire vers la structure opérationnelleconcernée (cf § engagement du porteur de projet).___D. LAMY 8, PLACE BELLECOUR 69002 LYON didier.lamy@lamy-environnement.com 04 78 62 67 10

More magazines by this user
Similar magazines