loubavitch. neuilly. com - Hassidout

hassidout.org

loubavitch. neuilly. com - Hassidout

&Dédié à la mémoire deClaude Yossef ben Yaacov LUMBROSO k’’zà l’occasion de ses Chlochim - Pourim Katan 5768N° 119 - Chabbat Ki TissaVivre la Paracha avec le Rabbi t''yhka n''vnLa Paracha Ki Tissa nous raconte les événements quisuivirent le péché du Veau d’Or. Moché descendit du MontSinaï avec les Tables de la Loi, puis, voyant le Peuple juifservir l’idole, il se plaça face à eux et il jeta les saintesTables qui se brisèrent.Le Midrash raconte que Moché regretta, plus tard, sonacte. D.ieu lui dit : “Ne sois pas accablé, les premièresTables ne contenaient que les Dix Commandements, maiscelles que je m’apprête à te donner - les secondes - aurontune plus grande valeur : le Peuple juif recevra avec ellesles Halakhoth (lois), le Midrash et la Haggadah, ainsi quetoute la Torah orale ! ”Pourquoi D.ieu n’a-t-il pas inclus ces richesses dans lespremières tables ?La réponse tient dans le fait qu’un homme doit être humblepour pouvoir recevoir la Torah de D.ieu. C’est grâce à lamodestie qu’il peut remplir les conditions requises pourêtre le réceptacle qui saura contenir la Torah.Nous disons dans nos prières : “ Que mon âme soitcomme poussière face à tout ! Ouvre mon cœur à TaTorah.” C’est ce sentiment d’humilité qui nous met ensituation pour accepter pleinement la Torah.Lorsque D.ieu choisit, au Mont Sinaï, le Peuple juif parmiles nations afin de lui donner Sa Loi, le Peuple juif se sentitélevé et privilégié; il fut empli d’un complexe desupériorité; il lui manquait alors, la modestie indispensablepour recevoir la Torah dans son intégralité.Mais, au moment où Moché brisa - face à eux - les Tables,l’état d’esprit des Juifs fut, lui aussi, brisé ; ils se sentirentprofondément humiliés et leur cœur s’emplit de laconscience de leur fragilité ; ils se considérèrent, alors,comme la poussière de la terre.C’est à ce moment que le peuple Juif mérita de recevoirentièrement la Torah, pas seulement les DixCommandements, mais la Torah sous toutes ses facettes.D’ailleurs, Rachi rapporte que D.ieu loua Moché pour labrisure des premières Tables, car c’est cet acte de Mochéqui poussa le peuple Juif à la modestie, et le rendit prêt àrecevoir véritablement la Torah.Ceci nous permet de mieux comprendre les paroles duTalmud qui affirme que les bris des premières Tablescohabitaient dans l’arche avec les deuxièmes Tables.Pourquoi avoir gardé ces bris ?Tout simplement pour nous rappeler que nous ne pouvonsrecevoir la Torah de D.ieu sans être humble. L’arroganceet l’orgueil sont des émotions qui empêchent l’hommed’être le réceptacle de la Parole Divine.Lorsqu’un Juif prend conscience de cela, son cœur s’ouvreet peut recevoir les richesses de la Torah.Adapté de Likouté Si’hoth Vol. XXVI par Rav Eliahou DahanAllumage des bougies - Horaires pour ParisChabbat Ki Tissa, Vendredi 22 fév. avant 18h03Fin de Chabbat, Samedi 23 fév. à 19h11Réalité virtuelleAujourd'hui, si vous souhaitez acheter un jeu vidéo à votreneveu, il faut vous mettre à la page. Oubliez les consolesAtari de votre enfance. Oubliez "Pac Man" et "DonkeyKong".Aujourd'hui, l'heure est à la Réalité Virtuelle. La réalitévirtuelle est le principe sur lequel la plupart des jeux vidéossont actuellement bâtis. Elle s'appuie sur une technologie sisophistiquée pour rendre un jeu réaliste que le joueur vavraiment ressentir qu'il se trouve quelque part ailleurs, dansun autre monde.Certains jeux se jouent en portant une visière électroniquequi couvre tout le champ de vision, ou bien en tenant dansses mains un volant qui vibre comme le ferait un vrai.Comme la plupart des gens sont en quête d'aventure et de dégrisement, les jeux vidéosactuels nous font manipuler des armes terribles ou nous projettent dans d'excitantes coursesautomobiles. Certains psychologues sont inquiets, car, disent-ils, cette réalité virtuelle est siréaliste que des esprits faibles risquent de la confondre avec la vraie réalité, ce qui pourraits'avérer très dangereux dans certains cas.Cependant cette technologie fait l'unanimité quant à son utilité dans le domaine éducatif,quand petits et grands vont s'ébahir grâce à elle devant les merveilles de la science dans lesmusées spécialisés.Malgré les défauts qu'elle peut présenter dans le domaine du divertissement, la réalitévirtuelle nous enseigne un remarquable moyen de se préparer à l'avènement de l'èremessianique.Nous aussi pouvons regarder le monde à travers une "Rédemption virtuelle", un "Machia'hvirtuel" et ainsi vivre concrètement les premières étapes de la vraie Rédemption. Pour cela iln'est nul besoin de jeu vidéo : le Rabbi nous a dit que Machia'h est effectivement là et quenous n'avons qu'à "ouvrir nos yeux pour voir."Ok, ce n'est pas si facile. Principalement parce que nous nous sommes habitués durant tousces millénaires à ce que le divin soit caché et nous ne réalisons pas la grandeur de ce qui serévèle à l'approche de la venue de Machia'h. Mais en étudiant le sujet de Machia'h dans laTorah et en s'exerçant à vivre la Rédemption au présent, nous pouvons en faire notre réalité.Tous les événements de notre quotidien peuvent être des tremplins pour percevoir, hâter,étudier, languir, et enseigner à apprécier l'avènement messianique.Ce faisant, nous permettons au Machia'h de se dévoiler dans ce monde non seulement pournous mais pour toute l'humanité, et pour toujours.C'est le meilleur "jeu" de ces 2000 dernières années car chacun y est gagnant !Bien entendu, "jouer" au "Machia'h virtuel" comporte ses difficultés. Le Yetser Hara (lemauvais penchant) essaye constamment de contrecarrer nos tentatives d'amener ce mondevers sa Rédemption. Etant donné la somme incommensurable de bien qui va se dévoiler etl'inexistence du mal dans le monde post-messianique, il n'est pas étonnant que le Yetser Harasorte de ses limites ces jours-ci et tente d'instiller toutes sortes de doutes et de diversionsdans le cœur des gens pour les égarer.Mais le jeu est bientôt terminé et la victoire est proche. Chacun d'entre nous peut réfléchir àce que nous pouvons faire pour être prêts.Nous pouvons regarder les autres sans les juger et faire ce que nous pouvons pour les aider,aussi bien matériellement que spirituellement. Nous pouvons nous considérer non commedes entités isolées ou comme des êtres en deux dimensions sur un écran d'ordinateur, maiscomme le dernier petit maillon, petit mais vital, entre le monde de l'exil et celui de Machia'h.La responsabilité est grande mais le jeu en vaut la chandelle.Quel que soit ce que nos yeux voient, ce que nos oreilles entendent ou ce que notre cœurdésire, la vraie réalité est Machia'h. Et chacun d'entre nous doit faire sa part – et même plusque sa part – pour amener Machia'h maintenant.Res tez branché ( e) à chaque instant avecloubavitch. neuilly. com


Au fai t, la Mézouza c’est quoi ?La Mézouza est un commandement de la Torah : « Et tu les écriras sur leslinteaux des portes de ta maison » [Deutéronome 11-20]. Elle désigne unrouleau de parchemin prélevé sur la peau d’un animal cachère sur lequel sontinscrits les deux premiers paragraphes du Chéma et fixé aux portes des maisonsjuives.Quel en est le contenu ? Tout d’abord la profession de Foi fondamentale duJudaïsme: l’existence de D.ieu et Son unicité. Suivent quelques uns descommencements : Aimer D.ieu, Le servir, étudier la Torah chaque jour, prier,lire le Chéma deux fois par jour, mettre les Téfilines et … avoir des Mézouzothà nos portes. Le second paragraphe annonce les récompenses mais aussi leschâtiments qui attendent les récalcitrants.La Mézouza doit être impérativement écrite à la main avec une plume d’oie ouun roseau suivant un processus très rigoureux. L’encre n’est pas chimique maiscomposée d’herbes et de racines spéciales calcinées.En entrant et en sortant de la maison mais aussi avant de se coucher, on acoutume de toucher du doigt la Mézouza. Pourquoi ? Essentiellement pouravoir constamment en mémoire la présence de D.ieu (dont l’un des Nomsapparaît au dos de la Mézouza) et notre confiance en Sa protection.Il est communément admis que l’on doit vérifier ses Mézouzoth deux fois ensept ans ; néanmoins, de nos jours, les conditions météorologiques de noscontrées ainsi que de nombreux facteurs humains, font qu’il est plus prudent deles vérifier une fois par an, de préférence au mois d’Elloul.Hi s toi re : La puissance de la MézouzaLa Talmud de Jérusalem raconte [Péah I-1] que Rabbi Yéhouda Hanassi, lecompilateur de la Michna, fit présent d’une Mézouza au roi Artaban de Perse,bien que celui-ci ne fut pas juif, en lui précisant que ce rouleau sacré leprotégerait. Bien entendu, la Mézouza ne fait pas partie des sept lois de Noa’het en mettant une Mézouza à sa porte, le non Juif n’accomplit aucuncommandement. Par conséquent, nulle récompense n’étant liée à cet acte,comment Rabbi Yéhouda Hanassi pouvait-il assurer à Artaban, la protection decette Mézouza ?Une curieuse attitude apparaît dans la Michna [Kélim ch. 17 Michna 17, voircommentaires du Tosfot Yom Tov] qui relate que certaines personnesintroduisaient une Mézouza dans leur bâton de marche en espérant êtreprotégés durant leurs déplacements. C’est surprenant : il n’y a aucuneobligation à mettre une Mézouza dans une canne ! Celui qui agissait ainsin’accomplissant aucune Mitsva, quelle protection (ou quelle récompense)pouvait-on en espérer ?C’est là qu’il convient de faire une distinction entre la récompense pourl’accomplissement d’une Mitsva et la puissance inhérente à la Mitsva ellemême,la force qui s’en dégage, en quelque sorte. La récompense pour avoiraccomplit la Mitsva de la Mézouza, c’est la Torah qui nous l’annonce : « afinque vous viviez longtemps, vous et vos enfants » [Deutéronome 11-21]. Mis àpart la récompense, certaines Mitsvoth possèdent une puissance intrinsèque.Ainsi la Mézouza a un très fort potentiel spirituel de protection, à la conditiontoutefois que cette Mézouza soit écrite de façon cachère selon tous les détailsimposés par la Halakha (et ces détails sont très nombreux et d’une extrêmeprécision).Et c’est cette formidable qualité de protection que recherchaient ceux quiplaçaient un rouleau de Mézouza dans leur bâton et c’est aussi la raison pour laquelle Rabbi Yéhouda Hanassi envoya une Mézouza au roi Artaban. Il nes’agissait pas d’accomplissement d’une Mitsva mais bien de protection que laMézouza dispense.Nous comprenons maintenant l’importance de fixer une Mézouza cachère àchacune de nos portes même celles sur lesquelles un doute subsiste si elles sontou non astreintes de Mézouza. Ainsi que la Guémara [Ména’hot 32b] l’atteste :« Dans le palais du Roi Mounbaz, même les portes de moindre importanceétaient pourvues de Mézouzoth ».Écoutons ce que nous dit le Zohar [3 ème volume page 263b] de Rabbi ChimonBar Yo’haï: «D.ieu te protègera quand tu sortiras et quand tu rentreras. Ceverset, tiré des Téhilim 121-8, s’applique à celui qui place une Mézouza à saporte; D.ieu le protègera non seulement quand il sera chez lui mais aussiquand il sera à l’extérieur ».Bien entendu, nous ne cherchons pas à obtenir quelque salaire que ce soit pournotre obéissance aux Mitsvoth : nous les accomplissons parce qu’elles sonttoutes la Volonté de D.ieu et cela seul a de l’importance. Pourtant, il arriveque la Torah elle-même nous annonce ce qui arrive pour l’accomplissement decertains commandements.Touj ours une nageoire d’avance...www. sushiwest. comBETH ‘HABAD-LUBAVITCH DE NEUILLY SUR SEINEVENTE & VERIFICATIONDE MEZOUZOTH, TEFILINES & SIFREÏ TORAHLA RÉFÉRENCE DE L’OUEST PARISIEN DEPUIS 12 ANSFOURNISSEUR DU GRAND RABBIN DE FRANCECOMPETENCE - QUALITE - SERIEUX - DISPONIBILITETOUS RITES : SEPHARADE- ASHKENAZE - ARI ZAL - ‘HABADSERVICE EXPRESS 24H VERIFICATION DE MEZOUZOTH*SUR RENDEZ-VOUS AU 01 46 24 70 70Vivre avec Machia’h“J’ai désigné Bétsalel .. Je l’ai rempli d’une inspiration Divine, de sagesse, de réflexion,et de science ...” [Chémoth 31:2-3]Bétsalel fut choisi par D.ieu pour aider Moché à bâtir le Sanctuaire et ses éléments. Il futdoté pour cela de trois qualités : la sagesse -‘Ho’hma], la réflexion - Tvouna, et laconnaissance - Daath.Ces trois caractères apparaissent aussi comme des éléments fondateurs à d’autresoccasions :• La création du monde [Proverbes 3:19-20] : “D.ieu a fondé, par la ‘Ho’hma, la terre ;par la Tvouna, Il a affermi les cieux ; par le Daath, les abîmes s’entrouvrent ... ”• Pour la construction du Beth Hamikdach [Rois I 7:14]: “Il était doté de ‘Ho’hma, deTvouna et de Daath ... ”Ces trois qualités serviront à la construction du troisième Beth-Hamikdach, ainsi qu’il estécrit [Proverbes 24:3] : “ C’est par la ‘Ho’hma que sera édifiée la maison ; c’est par laTvouna qu’elle sera consolidée ; grâce au Daath le logis sera rempli de biens rares etprécieux. ”C’est aussi par ces trois qualités que sera reconnu le Machia’h [Isaïe 11:2] : “Sur luireposera l’esprit de D.ieu, l’esprit de ‘Ho’hma, l’esprit de Bina, l’esprit de conseil et deforce, de Daath et de crainte de D.ieu. ”Pirkéï dé Rabbi EliézerIl était une foi …Deux hommes d’affaires vinrent, un jour, rendre visite à Rabbi Méïr de Prémichlan. Ilsavaient décidé de s’associer et ils venaient recevoir la bénédiction du Tsadik pour lesuccès de leur entreprise.- “ Avez-vous déjà écrit un contrat d’association ? ” demanda le Sage. - “ Non, ”dirent-ils.- “S’il en est ainsi, ” répliqua le Tsadik, “permettez-moi d’en écrire un pour vous”.Il prit une feuille de papier vierge sur laquelle il écrivit les quatre premières lettres del’alphabet hébraïque : s - d - c - t - Alef, Beth, Guimel, Daleth. Puis il leur tendit le petitbillet en disant : “ Très bien, voici votre contrat. ”Voyant qu’ils étaient perplexes, il ajouta en guise d’explication : - “ Le secret de laréussite de votre entreprise se cache dans ces quatre lettres. s - d - c - t - Alef, Beth,Guimel, et Daleth sont en fait les initiales des mots : Emouna - Béra’h - Gnéva - Dalouth.Si vous gérez vos affaires avec Emouna - fidélité, vous mériterez la Béra’ha - Bénédiction,mais si vous trichez ou si vous volez - Gnéva - alors attendez-vous à la Dalouth - lapauvreté”.A la mémoire de Rav Avraham SIBONY k''z, Chalia’h du RABBI n''vn à Montreuil - RavChlomo MATUSOF k''z, Chalia’h du RABBI n''vn à Casablanca - HaTamim EliahouNissim SCHOLTES k''z - reb Moché CHEMAMA k''z - Reb Rafaël Lévi Yossef SIDES k''z- M. Robert OHANA k''z - M. David COHN k''z - Mme Alice Sarina BARDA k''z‘Habad à Neuilly est une publication du Beth ‘Habad-Lubavitch de Neuilly sur SeineDirection Rav S. David Zaoui - Tél. 01 46 24 70 70 - www.loubavitch-neuilly.com

More magazines by this user
Similar magazines