Qu'est-ce que l'écoute et la parole ?

admin.segec.be
  • No tags were found...

Qu'est-ce que l'écoute et la parole ?

Qu’est-ce que l’écoute et la parole ?Les particularités de l’oralL’oral n’est pas le transcodage de l’écrit (et vice versa). Il ne faut pas pour autant en faire deux langagesétrangers l’un à l’autre. Mieux vaut concevoir le système de la langue comme un « continuum » entre deuxpôles (le langage oral et le langage écrit). Selon qu’elle est + ou - formalisée, + ou - préparée, + ou - soumise àl’écrit, la communication orale sera proche ou éloignée de l’écrit.ECRITORALLecture à voix haute Exposé Discussion ConversationA la différence de l’écrit, l’oral (en présence des interlocuteurs) est une relation, un contact direct entre deuxou plusieurs personnes qui s’établit, se construit ou s’interrompt par le propos, la voix et le corps. Unerelation qui, pour se forger et aboutir, doit respecter certains usages et codes socioculturels reconnus desdeux interlocuteurs (règles de courtoisie, tours et temps de parole…). C’est là toute la difficulté de lacommunication entre partenaires ignorant leurs codes respectifs ou ne respectant pas les mêmesconventions. Les risques de malentendus, d’incompréhension et de rupture de la relation sont nombreux,particulièrement à l’école, espace public de communication, qui requiert des codes différents du milieufamilial ou familier.A la différence de l’écrit, l’oral est interaction. Même en situation de prise de parole sans interactionimmédiate mais en présence d’un public, l’oral se fait dialogue. Il est bien connu que chaque représentationd’une même pièce de théâtre est unique tant laception du public influence le jeu des acteurs. En situationd’interaction, ce sont les différents interlocuteurs qui tissent ensemble le « texte » de la communication.A la différence de l’écrit, l’oral mobilise non seulement des signes linguistiques, mais aussi la voix et le corps.En ce sens, il engage toutes les dimensions de la personne en les rendant visibles et lisibles. Ces paramètresphysiques participent davantage que le propos à la compréhension et à l’efficacité du message (on connait le« charisme » de certains orateurs, hommes politiques ou personnalités médiatiques capables à la limite defaire passer n’importe quel propos). Cet engagement physique de l’oral peut être source de nombreusesinhibitions et amener des difficultés durant l’apprentissage ou l’évaluation.A la différence de l’écrit, l’oral est un produit en train de se faire et il porte donc la marque de nombreux« ratés » : hésitations, répétitions, phrases inachevées, mots pour maintenir le contact, prises de parolesimultanées… Ainsi, la syntaxe de l’oral est différente de celle de l’écrit. Il arrive souvent qu’on rompe lesconstructions de phrases, qu’on gomme des éléments (par exemple, la négation), qu’on désorganise lasyntaxe (« moi, ma maman, son repas, je lui ai fait toute seule »), qu’on répète, qu’on reformule, qu’onn’applique pas la concordance des temps, que l’accord se fasse souvent par le sens (« La classe vientd’arriver. Ils sont en retard »)…1L’oralité. Éclairage théorique. 26.06.2011


A la différence de l’écrit, l’oral est irréversible : ce qui est dit est dit, il n’y a pas moyen de revenir en arrièrepour effacer ou corriger ses propos. Cette caractéristique amène à la prudence et à l’anticipation si l’on veutéviter tout malentendu ou rupture de la relation. A la différence de l’écrit, le locuteur a toutefois la possibilitéde se corriger en fonction des réactions de son interlocuteur et d’ainsi manifester son écoute attentive àcelui-ci.A la différence de l’écrit, l’oral ne laisse pas de traces matérielles à moins d’être enregistré ou filmé. Cettecaractéristique peut poser des difficultés à l’évaluation qui doit se faire en direct.A la différence de l’écrit, l’oral permet de faire référence directement à la situation dont on parle endésignant par des gestes, des démonstratifs, les objets ou sujets de la communication.Les composantes de l’écoute et de la paroleL’écoute et la parole sont une construction de sens et de relation interpersonnelle 1 entre deux ou plusieurssujets dans un contexte particulier.En situation de prise de parole sans échange direct, le locuteur envoie des signes verbaux et non verbaux aurécepteur. Celui-ci, pour peu qu’il soit présent, manifeste son écoute ou sa non-écoute au locuteur par dessignes non verbaux éventuels. Le locuteur peut réajuster sa parole en fonction des signes perçus durécepteur.Intention deparoleContexte de communicationIntentiond’écouteConstruction de sens et de relationLocuteurRécepteurSignesverbaux etnonverbauxSignes nonverbauxRécepteurEmetteur1 Sauf en situation d’un oral sans présence du locuteur : enregistrement, écoute radiophonique…2L’oralité. Éclairage théorique. 26.06.2011


En situation d’échange, chaque partenaire est en même temps récepteur et locuteur. Les interlocuteursconstruisent ensemble le sens et la relation.Intention deparole etd’écouteIntention deparole etd’écouteC onstruction de sensLocuteur 1RécepteurSignes verbaux et non verbauxSignes non verbauxRécepteurEmetteurRécepteurEmetteurLocuteur 1RécepteurSignes verbaux et non verbauxSignes non verbauxSignes verbaux et non verbauxSignes non verbauxLocuteur 2RécepteurRécepteurEmetteurLE CONTEXTE DE COMMUNICATIONLe contexte (ou la situation) de communication comprend :- l’intention de parole du locuteur : distraire, informer, enjoindre, persuader…- l’intention d’écoute du récepteur : prendre du plaisir, s’informer…- les caractéristiques des partenaires de la communication : nombre, âge, rôle social, connaissancessupposées…- la relation entre les partenaires de la communication : familière ou distante, à égalité ou hiérarchisée,nouvelle ou déjà construite- les modalités de communication : communication en direct ou enregistrée, communication avec ou sanséchange, communication préparée ou non- les caractéristiques matérielles : caractéristiques du lieu, disposition des partenaires, moment et duréede la communication, support éventuel de communication (panneau, diapositive, objet…), aide-mémoireéventuel3L’oralité. Éclairage théorique. 26.06.2011


Les composantes physiquesSi l’écriture fait déjà appel à des composantes motrices, l’oralité fait puissamment appel à la voix et au corps :Le corpsLe regardL’occupation de l’espaceLa postureLa gestualité et lesmimiquesLa voixL’articulationLa prononciationLe volumeLe débitLes pausesL’intonationLa maitrise de l’oral nécessite aussi celle de la respiration, du corps.Les processus d’écoute« Compréhension à l’audition » « Ecoute active »Les processus de compréhension àl’audition sont les mêmes qu’enlecture. Toutefois, le décodages’opère sur des unités phoniqueset des signes non verbaux, lerécepteur n’a pas la possibilité deretourner au texteEn situation d’écoute, expressionde signes non verbaux (regard,gestes d’attention…) durant laprise de parole d’autruiEn situation d’échange, expressionde signes non verbaux et verbaux5L’oralité. Éclairage théorique. 26.06.2011


Les processus de prise de paroleLA PLANIFICATION« la communication en préparation »En situation de communication spontanée- analyse rapide de la situation, voireanticipation de la communicationEn situation de communication préparée- élaboration de contenus et hiérarchisation- rédaction éventuelle (d’un plan, d’un texte)- élaboration éventuelle des supports decommunication- élaboration éventuelle d’un aide-mémoireLE RÉAJUSTEMENT À LA SITUATION« la communication en révision »- observation des signes (non verbauxet/ou verbaux) du récepteur ou del’interlocuteur- repérage de signaux d’alerte éventuels(signes de non-écoute oud’incompréhension, d’agacement,tentatives de couper la parole…)- réajustement de la prise de paroleLA PRISE DE PAROLE« la parole, le corps et la voix en action »Le langage verbalLe langage non verbal- mode d’énonciation- volume, débit et pauses favorisant- organisation générale et cohérence l’audition et la compréhensiontextuelle- variations d’intonation et gestes- comportement verbal respectueux despersonnessoulignant le propos- comportement non verbal respectueuxdes personnesUtilisation adéquate du support de communication et de l’aide-mémoire éventuelEn matière de planification d’une communication préparée et relativement formalisée, il y aplusieurs manières de procéder : certains écrivent d’abord le texte destiné à être oralisé et sel’approprient ensuite, d’autres écrivent directement un aide-mémoire fait de mots clés et s’exercentà la prise de parole. Quelle que soit la méthode choisie, l’essentiel est d’aboutir à l’illusion d’uneparole spontanée (ni récitation, ni lecture suivie de l’aide-mémoire, ni improvisation).6L’oralité. Éclairage théorique. 26.06.2011

More magazines by this user
Similar magazines