Rapport final du projet - Ministère de l'énergie et des mines

mem.algeria.org
  • No tags were found...

Rapport final du projet - Ministère de l'énergie et des mines

INTEGRATION PROGRESSIVE DES MARCHES D'ELECTRICITE DE L'ALGERIE, DU MAROC ET DE LA TUNISIEDANS LE MARCHE INTERIEUR DE L'ELECTRICITE DE L'UNION EUROPEENNEEuropeAid/123009/D/SER/MULTIProgramme MEDA de l’Union EuropéenneIntégration progressive des marchésd'électricité de l'Algérie, du Maroc et de laTunisie dans le marché intérieur del'électricité de l'Union européenneE u r o p e Ai d / 1 2 3 0 0 9 / D / S E R / M u l t iRAPPORT FINAL2 3 J U I N 2 0 1 0Projet financé parl’Union EuropéenneProjet mis en œuvre par SOFRECOen consortium avec IPA Energy + Water Consulting,AETS et Vattenfall Power Consultants ABR A P P O R T S E M E S T R I E L N ° 1D U 2 8 A V R I L A U 3 1 O C T O B R E 2 0 0 71


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e3.3. Préparation du Conseil Ministériel ................................................................. 444. MOBILISATION DES RESSOURCES AU COURS DU PROJET ............ 454.1. Mobilisation des ressources humaines ......................................................... 464.2. Mobilisation des ressources financières ....................................................... 474.3. La dynamique du Projet .................................................................................. 48SECTION 2 ANALYSES SPECIFIQUES DES ACTIVITES DU PROJET ..... 501. INTRODUCTION ....................................................................................... 501.1. Articulation Formation/Expertise ................................................................... 501.2. Les activités du projet et la stratégie générale d’intégration du marchérégional d’électricité du Maghreb a celui de l’Union Européenne ............... 512. LE VOLET « FORMATION » .................................................................... 512.1. Séminaires ....................................................................................................... 522.2. Ateliers ............................................................................................................. 532.3. Immersions ...................................................................................................... 542.4. Formation locales ............................................................................................ 552.4.1. Formations démultipliées ....................................................................... 552.4.2. Formation initiale « Régulation des Marchés de l’Électricité ». ............... 562.4.3. Journées de Brainstorming .................................................................... 562.5. Bilan Volet Formation...................................................................................... 573. LE VOLET « ETUDES ET EXPERTISES » .............................................. 603.1. Soutenir le développement des marchés de l’électricité .............................. 623.2. Renforcer les compétences via la dissémination des connaissancestechniques ....................................................................................................... 633.3. Appuyer les mécanismes d’échanges commerciaux.................................... 653.4. Assurer le développement institutionnel ....................................................... 683.5. Action transversale: intégration des énergies renouvelables ...................... 713.6. Bilan du Volet Expertise .................................................................................. 72SECTION 3 LES ENSEIGNEMENTS DU PROJET IMME (SYNTHESE) ...... 741. COMMENT L'EXECUTION DU PROJET A RENCONTRE LESSTIPULATIONS DES TERMES DE REFERENCE ................................... 741.1. Réponses du projet aux objectifs fixés par les TdR ..................................... 741.2. Evolution des objectifs au fur et à mesure du déroulement du projet IMME762. SYNTHESE DES RESULTATS ................................................................ 772.1. Par rapport aux stipulations des TdR ............................................................ 772.2. Les enseignements du projet IMME en matière de formation ...................... 79R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B3


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e2.2.1. Domiciliation : ........................................................................................ 792.2.2. Pérennisation : ....................................................................................... 802.3. Les enseignements du projet IMME en matière d’expertises ....................... 822.3.1. Harmoniser la législation sur la réorganisation des secteurs del’électricité .............................................................................................. 822.3.2. Développer une méthodologie transparente de détermination des tarifs 842.3.3. Soutenir les initiatives pour maximiser l’utilisation des infrastructures enplace ...................................................................................................... 872.3.4. Encourager le développement des énergies renouvelables ................... 883. CONCLUSION : CHANGER DE PARADIGME ........................................ 89SECTION 4 SUIVI FINANCIER DU PROGRAMME ....................................... 911. RAPPEL DU BUDGET DE LA CONVENTION DE FINANCEMENT ETDES ACTIONS A METTRE EN ŒUVRE .................................................. 912. LE CONTRAT DE PRESTATION DE SERVICES .................................... 92R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B4


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eTABLE DES ABREVIATIONSARARVCEERCOMELECCOPILCREGDUEEATECTELTENTSO-EERGEGETSOGRDGRTEGTHGWhIAPIMMEIPPIFEGISOMASENMEDREGMIEPMEMITMEMMEMEEOMOMEONEOSPOAPOGPPARSSDSIAtelier de RestitutionAtelier de Restitution et ValidationCouncil of European Energy RegulatorsComité Maghrébin de l’ElectricitéComité de PilotageCommission de Régulation de l’Electricité et du Gaz (Algérie)Délégation de l’Union Européenne (ex DCE)Equipe d’Assistance TechniqueExpert Court TermeExpert Long TermeEuropean Network Transport System Operator - ElectricityEuropean Regulators' Group for Electricity and GasEuropean Transmission System OperatorsGestion de Réseau de DistributionGestionnaire du réseau de transport d’électricitéGroupe de Travail HorizontalGiga Watt heureInstitut Algérien du PétroleIntégration des Marchés Maghrébins de l’ElectricitéIndependent Power Project/Production/ProducerInstitut de formation de l’électricité et du gazIndependent System OperatorMoroccan Agency for Solar EnergyMediterranean Working Group on Electricity and Natural Gas RegulationMinistère de l’Industrie de l’Energie et des PMI (Tunisie)Ministère de l’Industrie et de la Technologie (ex MIEPME) TunisieMinistère de l’Energie et des Mines (Algérie)Ministère de l’Energie des Mines de l’Eau et de l’Environnement (Maroc)Opérateur de MarchéObservatoire Méditerranéen de l’EnergieOffice National de l’Electricité (Maroc)Opérateur du SystèmePlan opérationnel annuelPlan opérationnel globalPower Purchase Agreement (contrat d’achat d’électricité)Rapport SemestrielSociété de distributionSystèmes d’informationR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B5


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eSONELGAZSPESTEGTdRTENTSOUCTEUEUGPSociété Algérienne de l’Electricité et du Gaz (Algérie)Société de Production d’Electricité (Algérie)Société Tunisienne de l’Electricité et du Gaz (Tunisie)Termes de RéférenceTrans European NetworksTransmission system operatorUnion for the Co-ordination of Transmission of Electricity (Europe)Union EuropéenneUnité de Gestion du ProjetINTITULE DES ACTIONS DU VOLET « ETUDES ETEXPERTISES »Action 5Action 6Action 7Action 8Action 10Action 11Action 12Action 13Action 14Action 15 AAction 15 BHarmonisation des méthodologies de fixation des tarifsMéthode de calcul des tarifsPlan stratégique pour le développement des marchés de l’électricité enAlgérieEtude sur les liens avec d’autres projets pertinents dans les paysbénéficiairesAudit des méthodologies de prévision de la demandeAssistance JuridiqueEtudes sur les dispositions en jeu dans les pays bénéficiaires et dansles états membres de l’UEEtablissement d’une liste de projets d’infrastructureBénéfices économiques de la coopération/des échanges maghrébinsComplément sur la Tarification binomiale.Propositions concrètes pour l’harmonisation des cadres législatifs etréglementaires de chaque pays.Action 15 C Organisation de réunions des instances créées par le protocole de 2003R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B6


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eDEFINITIONSLe PouvoirAdjudicateur :Le Ministère de l’Energie et des Mines de la République AlgérienneDémocratique et Populaire, agissant au nom et pour le compte duMinistère de l’Energie et des Mines du Royaume du Maroc, du Ministèrede l’Industrie, de l’Energie et des Petites et Moyennes Entreprises de laRépublique Tunisienne et en son nom propreLe Prestataire : Consortium composé de SOFRECO (France, Chef de file), AETS(France), IPA Energy & Water Consulting (Royaume-Uni) et VattenfallPower Consultants AB (Suède)R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B7


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eSYNOPSISTitre du Projet :Référence :Paysbénéficiaires :INTEGRATION PROGRESSIVE DES MARCHES D'ELECTRICITE DEL'ALGERIE, DU MAROC ET DE LA TUNISIE DANS LE MARCHEINTERIEUR DE L'ELECTRICITE DE L'UNION EUROPEENNEEuropeAid/123009/D/SER/MULTIAlgérie, Maroc et TunisiePouvoir AdjudicateurPrestataireNomAdresseActeursAdresses E-mailMinistère de l'Energie et desMines de la RépubliqueAlgérienne Démocratique etPopulaire, agissant au nom etpour le compte du MEM duRoyaume du Maroc, du MIEPMEde la République Tunisienne et enson nom propre.Tour A Val d’HydraAlgerALGERIEReprésentants de l’AutoritéContractante :Abdelkader EL MEKKI DirecteurGénéral de l’Energie au Ministèrede l’Energie et des MinesMme Ghania KACI Directrice del’Unité de Gestion du ProjetAbdelkader.Mekki@mem.gov.dzGhania.Kaci@mem.gov.dzSOFRECO en consortium avec :- IPA Energy,- Water Consulting,- AETS,- Vattenfall PowerConsultants AB.92 – 98 boulevard Victor HugoF-92115 Clichy CedexFRANCEReprésentants du Prestataire :Gilles DUBUISSONDirecteur du Pôle Industrie,Energie, Infrastructures et SecteurPrivéHichame SELMAOUI Directeur deProjetsgilles.dubuisson@sofreco.comhichame.selmaoui@sofreco.comFax 00 – 213 - 21 48 81 90 00 – 331 – 41 27 95 82Date du rapport : 23 juin 2010Période : 23 avril 2007 au 23 juin 2010Auteurs du rapport : - Bernard DUHAMEL, Chef de l’EAT (assisté de PeterCZECH, expert « Réseaux » et de Gérard DANGLA,expert « formation ») pour la partie factuelle etanalytique ;- Hichame SELMAOUI , Directeur du Projet.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B8


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eINTRODUCTIONLe contexte dans lequel s’est déroulé le projet IMME a évolué de façon progressive, de lapériode de démarrage à la situation actuelle. Le projet a provoqué une meilleure prise deconscience des enjeux de l’intégration régionale des marchés de l’électricité, favorable audialogue entre les parties prenantes. Ce constat est la toile de fond de ce Rapport Final,lequel décrit l’ensemble des actions menées, en en faisant d’abord l’historique (Section 1),puis l’analyse (Section 2), enfin la synthèse (Section 3), sous la forme des enseignementsqui peuvent en être tirés. Le rapport comprend à la fois des données quantitatives sur lesactions qui ont été menées et des informations qualitatives sur les résultats ; ces dernièresont aussi été développées de façon à préciser les perspectives de l’après projet.Ce Rapport Final a la particularité d’être présenté, non seulement à la fin du projet IMME,mais aussi à la fin de la sixième et dernière phase de son déroulement. Il inclut donc lerapport détaillé de cette dernière phase. Dans la Section 1 du rapport, traitant de la mise enœuvre du projet, le Chapitre 2 retrace son historique, selon les 5 premières phases, sousune forme ramassée, puisque celles-ci ont déjà fait l’objet des rapports semestriels, RS 1 àRS 5. Le déroulement de la sixième phase, avec la prolongation de deux mois, du 23 avril au23 juin, fait par contre l’objet de développements détaillés, dans le Chapitre 3 de cette mêmeSection.Dans les Sections 2 et 3, sont présentées :Une analyse des actions du projet, réparties entre les deux grands volets, « Formation »et « Etudes & expertises », sur toute la période de mise en œuvre. Les fils conducteurs,entre activités de même nature (par exemple les séminaires) ou entre actionscomplémentaires (par exemple, celles traitant du « Soutien au développement desmarchés de l’électricité ») sont ainsi mis en évidence, ce qui permet de mieuxcomprendre l’Unité de l’activité globale du projet IMME ;Les enseignements qui peuvent en être tirés, sous forme de synthèse, et qui pourrontdonc alimenter la réflexion pour des actions ultérieures, avec le même dessein d’intégrerrégionalement les marchés Maghrébins de l’électricité, en prélude à leur intégration aumarché de l’électricité de l’Union Européenne.Le déroulement du projet IMME a ainsi démontré, concrètement, par quelles méthodes onpouvait tracer un état de la question de cette « intégration progressive », qui est l’intitulé duprojet et sa raison d’être. Il en est résulté une armature conceptuelle qui permettradorénavant de penser les voies de cette intégration ; d’où le titre du Chapitre 3 de la Section3, qui clôt la partie factuelle de ce rapport : « Changer de paradigme ».Enfin la Section 4 expose le suivi financier du programme.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B9


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e1. Le cadre du projetLe projet s‘inscrit dans le cadre du protocole signé à Rome le 2 décembre 2003 par l’Algérie,le Maroc et la Tunisie, d’une part, la Commissaire chargée de l’énergie, Vice- Présidente dela Commission européenne et le Ministre italien des Activités productives, d’autre part.Les signataires du protocole ont affirmé la nécessité suivante :« Harmoniser les politiques liées au marché de l’électricité des trois pays et prendre lesmesures nécessaires à leur adaptation à la politique en la matière de l'Unioneuropéenne»L’objectif est le suivant :« Créer un marché d'électricité entre les pays participants à partir de 2006 et assurerl'intégration progressive des marchés d'électricité de ces pays dans le marché intérieurde l'électricité de l’Union européenne » ;Pour parvenir à cet objectif, les instances suivantes ont été prévues:un Conseil Ministérielun groupe permanent de haut niveauun forum de réglementation de l’électricité des pays participantsun secrétariat assuré au travers du « Rome Mediterranean Energy Platform » (REMEP) –créé en 2004 - qui doit présenter des propositions au groupe permanent de haut niveau.L’EAT s’est activement engagée dans la préparation du Conseil Ministériel qui s’est réuni àAlger le 20 juin 2010, précédé le 19 juin par la réunion du Groupe de haut niveau.Quant au Forum de réglementation de l’électricité et au secrétariat, au moment de ce rapportet alors que le projet IMME s’achève, ces deux instances ne sont pas opérationnelles.2. Les objectifs du projet d’intégration et les résultatsattendusA) Les objectifs du projet d’intégration ont été définis par référence au protocole du 2décembre 2003. Ils sont les suivants:« - Harmoniser le cadre législatif et réglementaire ainsi que la structure industrielle despays bénéficiaires pour créer un marché de l’électricité dans les pays bénéficiaires.- Les rendre compatibles dans un deuxième temps avec les standards européens afinde pouvoir intégrer ce marché à celui de l'UE » (page 5 des TdR).R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B10


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLa poursuite de ces objectifs est concrétisée par une série d’actions organisées autour des 4axes stratégiques suivants :I. Soutien au développement des marchés de l’électricité ;II. Renforcement des compétences via la dissémination des connaissances techniques ;III. Appui aux mécanismes d’échanges commerciaux ;IV.Assistance au développement institutionnel.Cela a impliqué la fourniture aux pays bénéficiaires d’expertises à court et à long termemobilisées par l’Unité de Gestion de Projet en étroite liaison avec l’Equipe d’AssistanceTechnique.B) Les résultats attendus étaient les suivants (TdR page 6):1) Réalisation d'un programme de formation élaboré pour tous les acteurs concernés dumarché de l'électricité dans les pays bénéficiaires, en vue d'assurer sonharmonisation avec le cadre législatif, réglementaire et pratique en vigueur au sein dePUE.2) Détermination de la structure organisationnelle du marché de l'électricité dans lespays bénéficiaires.3) Elaboration de « Grid Codes », pour chaque pays bénéficiaire et de règles de gestiondes interconnexions, suivie de l'identification des obstacles éventuels àl'interopérabilité des réseaux ; audit des méthodologies de prévision de la demandeélectrique et élaboration de cahiers des charges relatifs à chacune des activités deproduction, transport, distribution et fourniture d'électricité.4) Organisation et facilitation de réunions des instances créées par le Protocoled'Accord et des réunions du Groupe d'experts, notamment en termes de liaison avecl'agence de voyage chargée par la Commission d'assurer l'organisation desdéplacements des parties prenantes au projet vers Bruxelles ou en régionméditerranéenne. Harmonisation des standards et des normes de sécurité ou autresappliqués par l'industrie électrique dans les pays bénéficiaires avec ceux qui sontd'application dans PUE.5) Appui à l'avancement des travaux de la seconde phase du projet en vue del'intégration des marchés concernés au marché intérieur de l'électricité dans l’UE.6) Identification d'éventuelles barrières au commerce entre les pays bénéficiaires etentre ces pays et les Etats membres de l'Union, et recherche de solutions en vue desurmonter ces difficultés.7) Dispositions destinées à assurer la diffusion des formations entreprises.8) Appui pratique aux présidences tournantes des pays bénéficiaires (voir Protocoled'Accord).Ce sont la poursuite de ces objectifs et l’atteinte de ces résultats que le présent rapportexpose et analyse.A cette fin, il faut garder à l’esprit que le projet IMME s’est déroulé dans un contextespécifique, marqué d’une part par le développement des relations internationales entre lestrois pays bénéficiaires et avec l’Union Européenne et, d’autre part, par l’inégal engagementde l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie sur la voie de l’intégration des marchés de l’électricité.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B11


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e3. ContexteLe projet IMME a été mis en place dans un contexte énergétique caractérisé par plusieursactions:Les progrès dans l’intégration et l’interopérabilité des réseaux européens réalisés aucours des deux précédentes décennies;Le raccordement récent (deux phases au cours de la dernière décennie) du réseaumarocain au réseau espagnol via Gibraltar56 ;Le fonctionnement du COMELEC ;L’intégration du Maroc à l’OMEL (Operador del Mercado Iberico de Energia – Espagne);Le développement de MEDRING (et la création de MEDREG, régulateursMéditerranéens) avec la réalisation d’une dorsale à 400 kV entre les pays bénéficiaires etleur raccordement synchrone avec les pays limitrophes ;Les avancées législatives des pays bénéficiaires notamment la loi du 5 février 2010 enAlgérie, qui pose les jalons de l’ouverture du marché électrique national ;L’introduction de la production privée d’électricité en 1994 au Maroc et en 1996 enTunisie ;Le protocole d’accord, signé à Rome le 02/12/2003 par la Commission européenne et lesMinistres chargés de l’Energie des trois pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie) àl’occasion d’un conseil des Ministres Euro-méditerranéen, est l’un des trois protocolessignés dans le cadre du Processus de Barcelone adopté en 1995 par le conseil desMinistres européens ;Le partenariat existant en termes d’échanges commerciaux entre les Etats membres del’UE et ceux du Maghreb;L’existence d’infrastructures d’interconnexion électrique entre l’UE et les paysbénéficiaires et entre les pays bénéficiaires;Le développement, dans leurs phases d’études, de projets de liaisons avec les réseauxde l’ENTSO-E (via l’Espagne et l’Italie, respectivement) ;Le développement de projets importants d’énergie renouvelable tenant compte despréoccupations environnementales.D’après l’Observatoire Méditerranéen de l’Energie (OME) la population des 3 pays, qui étaitde 73 millions d’habitants en 2005, passera à 89 millions en 2020. La consommation parhabitant est en moyenne, légèrement inférieure à 1000 kWh/an, dans une proportion de 1 à10 par rapport à la moyenne des pays du nord de la Méditerranée.Les prévisions faites par OME à l’horizon 2020 indiquent plus qu’un doublement de cesparamètres, ce qui représente un taux de croissance annuel de 5,3 % pour la puissanceinstallée et de 4,7 % pour la production.Les trois pays du Maghreb ont engagé un processus de réformes depuis le milieu de ladécennie 1990 selon une démarche propre à chacun d’eux.3.1. Situation de départTelle qu’établie au démarrage du projet en 2007, la situation des pays se présente commesuit :AlgérieR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B12


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eActeur largement dominant sur la scène énergétique maghrébine et l’existence d’unacteur également dominant, SONELGAZ.Des programmes ambitieux de rénovation/développement des capacités de production etdu réseau de transport. Ce qui devrait se traduire à terme par une capacité significative àl’exportation comme en témoigne l’intérêt de l’Algérie pour un câble sous marin entreArzew et Almeria.Une politique de libéralisation qui se met progressivement en place depuis l’adoption en2002 d’une « Loi relative à l’électricité et à la distribution de gaz par canalisations ».Une restructuration du système électrique – notamment de SONELGAZ, initialementmonopole verticalement intégré- en cours mais pas encore achevée.Les nouvelles unités de production, récemment connectées au réseau ou enconstruction, restent sous le contrôle, directement ou indirectement, de SONELGAZ.L’objectif du gouvernement est que SONELGAZ cède progressivement ses parts maisaucun échéancier n’est attaché à cet objectif.Pour de multiples raisons, la concurrence n’est pas encore une réalité : les investisseursprivés n’acceptent de s’engager qu’avec de fortes garanties et restent réticents à prendredes risques.Le cahier des charges d’un futur Opérateur de Marché a été élaboré mais la création decet OM a été reportée.Un projet de décret ouvrant à la concurrence – conformément à la loi – le marché del’électricité à hauteur de 30% (c'est-à-dire au bénéfice des plus gros consommateurs) estprêt et devrait être publié prochainement bien que son application pose encore problème.MarocQuasiment dépendant des importations pour ses approvisionnements en combustibles.L’Office National de l’Energie coexistait avec des acteurs privés au niveau de laproduction et de la distribution d’électricité.L’ONE, opérateur sur la marché espagnol, valorisant les interconnexions électriques entant qu’outil d’arbitrage économique.Pays de transit pour le gaz algérien destiné au marché européen.Dans la cadre des secours mutuels, échanges d’électricité avec l’Algérie ;Lancement d’une étude relative à une nouvelle stratégie énergétiqueCadre législatif permettant l’introduction de la production indépendante privéed’électricité,En 2007, environ 65% de la production d’électricité était assurée par des opérateursprivés.La distribution d’électricité était assurée par l’ONE, des régies autonomes de distributionet des gestionnaires délégués.TunisieUn monopole verticalement intégré, la STEG, est acheteur unique.Existence des IPP qui vendent leur production à la STEG avec des contrats à long termeavec participation à la production nationale à hauteur de 25%.Pas de projet de restructuration du secteur.Des ressources nationales en gaz qui couvrent 65% de la demande.La quasi totalité de la production d’électricité est le fait de centrales au gaz.L’interconnexion électrique avec la Lybie est achevée et en attente des conditionstechniques favorables à sa mise en service ;Le principe d’un câble sous-marin avec l’Italie vient d’être adopté par les deuxgouvernements tunisien et italien ;R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B13


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLe monopole de production d’électricité a été supprimé en 1996 et l’accès au réseau estpermis aux auto-producteurs et co-générateurs ;3.2. Situation à la fin du projetTelle que reprise des rapports de l’EAT, et actualisée par l’équipe d’experts de l’action 14(« Bénéfices économiques d’un renforcement de la coopération/des échangesMaghrébins »), achevée en mai 2010 : En Algérie, la loi de 2002 a mis fin au monopole de la production et de lacommercialisation de l’électricité et du gaz naturel pour le marché national et a ouvert cesactivités à l’investissement privé et à la concurrence. Elle a permis le parachèvement de larestructuration du secteur, la dé-intégration et la privatisation partielle de l’opérateurhistorique SONELGAZ.Elle confère à tout opérateur le droit de produire, de procéder librement à l’exportation et/ouà l’importation de l’électricité et ouvre la voie à la mise en place d’un marché de l’électricitéentre les pays du Maghreb et ceux du sud de l’Europe (réseaux interconnectés par le câblesous-marin Maroc - Espagne et projet d´interconnexion directe Algérie - Espagne). Larestructuration de SONELGAZ a abouti à la création de nombreuses filiales au sein dugroupe. Mais plus de huit ans après la promulgation de la loi, il y a peu d’investisseurs privés(i.e. actuellement au niveau de la production et sous forme minoritaire) Au Maroc :Nouveau cadre législatif et institutionnel : adoption en Mars 2010 de la Loi 13-09permettant l’ouverture de la production d’électricité d’origine renouvelable à la concurrence ;Relèvement du seuil d’autoproduction de 10 à 50 MWH dans la cadre de la Loi 16-08Définition en cours d’un schéma de régulation du secteur d’électricité ;Création de l’agence « MASEN » pour la production d’électricité à grande échelled’origine solaire ;Accès des tiers au réseau de transport et aux interconnexions dans le cadre de la loi 13-09 et de la Loi 16-08 ; En Tunisie, depuis Avril 1962, tous les secteurs (production, transport et distribution) del’énergie électrique sont sous le monopole de l’entreprise d’État STEG, sauf pour laproduction depuis 1996. Actuellement, les Autorités tunisiennes n’envisagent pas d’introduiredes changements dans l’organisation ou l’actionnariat du système.Actuellement, la Loi du 07 février 2009, relative à la maitrise de l’énergie, permet l’accès auxréseaux de transport et de distribution pour les autoproducteurs et particulièrement ceuxd’origine renouvelable.Les tarifs de rachat par la STEG de l’excédent de l’énergie électrique sont fixés par décisionministérielle. Les interconnexions sont renforcées par les projets d’infrastructures de transport encours dans le cadre de la boucle électrique autour de la Méditerranée, MEDRING :La mise en service d’une ligne à 400 kV - actuellement en constructionR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B14


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eet dont l’achèvement d’un premier segment est prévu pour 2009/2011 -le long de la Méditerranée devrait créer une situation nouvelle. Ellerendra techniquement possible un accroissement des échanges,Appel à manifestation d’intérêt aux investisseurs pour le projet «Production et Interconnexion avec l’Italie » pour une puissance de 1200MW et la création d’une société pour la gestion du câble et du transit ;Le renforcement en 2009 de l’interconnexion Maroc-Algérie entechnique 400 Kv pour l’augmentation des capacités de transit àhauteur de 1200 MW ;Etude de renforcement de la capacité de l’interconnexion Maroc-Espagne ;Les échanges entre le Maghreb (Maroc) et l’Union Européenne(Espagne) se sont bien développés, à travers deux câbles sous-marinsdont la capacité de transit est de 1400 MW. SONELGAZ a égalementprocédé à des échanges, quoique limités, avec l’UE,Conclusion de contrats commerciaux d’échange et de transit entrel’ONE et SONELGAZ.En plus du projet d’interconnexion Tunisie – Italie d’une capacité de1200 MW et de l’interconnexion actuelle Maroc Espagne, d’autresprojets sont envisagés tels que celui de l´interconnexion d´Algérie versl’Espagne (Arzew- Almeria) qui suivrait le tracé du gazoduc.Les trois pays du Maghreb sont associés à l’ENTSO-E et restent engagés à en appliquer lesprincipales dispositions techniques (participation à la tenue en fréquence, participation auxréserves, engagement de secours mutuel et compensations aux échanges volontaires). »Actuellement, en dehors du Maroc, où la part du privé dans la production est de l’ordre de 60%, l’État demeure le plus gros investisseur. Les capitaux privés se concentrentessentiellement dans la production (sauf au Maroc ou la distribution dans trois grandes villesest concédée aux privés).3.3. Facteurs d’évolutionL’évolution du contexte est marquée actuellement par les faits porteurs d’avenir suivants :Les Ministres en charge de l’énergie dans les 3 pays, réunis au début de juillet 2008 àAlger, ont déclaré que : « L’objectif d’un Maghreb interconnecté est de dépasser le stadeactuel des secours mutuels instantanés pour créer un véritable marché maghrébin etdévelopper des accords commerciaux à plus long terme vers l’Europe » (APS, Alger, 3juillet 2008). Il est aussi notable que lors de cette rencontre, deux contrats de transit etd’échange d’énergie électrique ont été signés entre SONELGAZ et l’ONE.Les conditions d’un fonctionnement coordonné des systèmes électriques européen etmaghrébin sont toujours réunies. Il resterait à définir un cadre au sein duquel chaquepays, tout en respectant des règles communes, et en préservant la liberté de ses choixpour le développement de son propre système, agit en faveur de la mise en place d’unmarché régional d’électricité.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B15


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLe système électrique régional est de fait très dynamique ; il subit depuis quelques annéesdes changements structurels et physiques significatifs qui permettraient d´augmenter leniveau des échanges électriques entre les pays.Ces changements sont en particulier :le renforcement des interconnexions entre les pays de la région par l’achèvement deslignes 400 KV,la construction et la mise en service sur le court terme d´importants moyens deproduction, en particulier en Algérie (avec de grandes unités à cycles combinés),la croissance accélérée d´une demande électrique régionale (i.e 5% à 8/% par an),les prévisions de développement et de renforcement des interconnexions avec l´Europe.Clairement, l´historique des échanges dénote la sous exploitation des capacités desinterconnexions.Les marchés électriques des trois pays restent en pratique régulés avec des opérateursdominants, en dépit des grandes différences entre les cadres législatifs des trois pays ;Dans les trois pays, un renforcement important des infrastructures de transporttransfrontalier et de la capacité d’interconnexion entre eux et avec l’UE a été réalisérécemment ;La promotion des énergies renouvelables a des objectifs similaires dans les trois pays,notamment, l’exportation d’électricité d’origine renouvelable vers l’UE et son utilisationpour l’électrification rurale.En outre, il faut souligner la convergence des perceptions du concept de l’ouverture desmarchés et de la restructuration du secteur électrique, qu’a provoquée la mise en œuvre duprojet IMME, sur plus de 3 ans. En effet, comme souligné lors du COPIL tenu à Alger enJanvier 2010 : « l’un des plus importants résultats du projet, est sa capacité à construire desespaces de dialogue entre les représentants des trois pays bénéficiaires sur un sujet trèssensible comme le marché de l’électricité ».Multiples rencontres sur des thèmes précis liés aux marchés de l’électricité et à larégulation, entre cadres et décideurs des trois pays ; apprentissage d’un langagecommun et confrontations aux expériences européennes. Au final, le volet Formation duprojet a « entraîné » plusieurs centaines d’Algériens, Marocains et Tunisiens du secteurde l’électricité qui ont, de la sorte, appris à se connaître et à dialoguer à partir d’un mêmecorpus conceptuel.Les expertises qui ont été menées, ont été restituées selon un processus soigneusementbalisé de transmissions des rapports à différentes étapes (pré-final, final, définitif) et deréception et prises en compte des commentaires, reflétant la réalité concrète des paysconcernés. De la sorte, dans les domaines, techniques (tarifications), économiques(prévisions de la demande, bénéfices attendus) et juridiques (modalités et conditionsréglementaires propices au développement de la concurrence et à la régulation dusecteur), les bases d’une harmonisation de la problématique d’intégration régionale desmarchés de l’électricité ont été posées. Soulignons que, lors des ateliers de restitutiondes rapports d’expertise, au-dede l’échange entre les experts responsables et lesbénéficiaires, des échanges transversaux se sont produit entre les trois pays eux-mêmessur les thèmes abordés.En particulier, il est devenu clair que le niveau de concurrence, considéré comme suffisantpour démarrer un processus d’intégration progressive du marché euromaghrébin, estl’ouverture des marchés nationaux au niveau du Marché de Gros. Ce modèle pourra êtreR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B16


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eapprofondi graduellement, dans la mesure où les conditions nécessaires pour la création dela concurrence dans les marchés nationaux et les conditions d’intégration de ces marchésseront mises en place.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B17


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eSection 1La mise en œuvre du projet1. Coordination et gestion du projet1.1. Organigramme opérationnel du projetLe projet IMME présente une organisation de gestion du projet articulée autour des troisacteurs du projet : Pays Bénéficiaires, la Commission européenne, le Prestataire ; euxmêmesrelayés par trois organes opérationnels : l’EAT, l’UGP et la DUE.Le schéma suivant fait apparaître ce qui constitue l’UGP, laquelle englobe l’EAT, et ses liensavec, d’une part, les pays bénéficiaires et le maître d’ouvrage, et d’autre part, avec leprestataire, consortium mené par la société SOFRECO, et la Délégation de l’Unioneuropéenne à Alger.Remarque : Les noms figurant dans l’organigramme suivant sont ceux des personnes ayantœuvré pour le projet à partir de décembre 2008, soit à mi parcours du projet. Pour mémoire,sont indiqués dans le tableau qui suit, les noms de toutes les personnes ayant occupé unefonction et une place dans cet organigramme avec les dates de leur présence.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B18


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i e d a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d el ' U n i o n e u r o p é e n n eR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B19


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eANNEXE au diagramme du projet : Liste Chronologique des personnels de l’UGPFONCTIONS NOMS DATESDirection de l’UGPMadame Fatiha. RELIMI Avril 2007 à novembre 2008Madame Ghania KACI Novembre 2008 à juin 2010Chef de l’Equipe d’AssistanceTechniqueM. Angel Guillen BELLIDOM. Pierre AUDIGIERM. Bernard DUHAMEL28 avril au 15 mai 200724 juin 2007 au 15 juillet 20085 décembre 2008 au 23 juin 2010Expert principal « Réseaux »M. Jean Pierre DELHAISEM. Peter CZECHAvril 2007 au 17 janvier 20085 avril 2008 au 23 juin 2010Expert principal « Formation »M. Jean Pierre NOUALYM. Gérard DANGLAAvril 2007 au 2 juillet 20079 novembre 2007 au 23 juin 2010R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B20


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e1.1.1. L’UGPL'UGP a eu à sa tête une Directrice du Projet (DP) issu du Ministère de l'Énergie et desMines algérien.Au cours du projet, un changement de direction a eu lieu en Novembre 2008 lors duremplacement de Mme Fatiha RELIMI par Mme Ghania KACi, toutes deux issues du MEM.Les responsabilités de la DP ont consisté à assurer au jour le jour, l'exécution technique,administrative et financière du projet conformément aux documents de programmation duprojet et aux décisions adoptées par le Comité de Pilotage.La DP a notamment approuvé les plans de travail et les budgets qui ont été préparés, parl’’EAT et soumis au Comité de Pilotage pour approbation.Sa responsabilité couvrait principalement :la supervision des activités menées par l’EATla coordination des activités du projetla continuité de l’information auprès du Comité de Pilotage, du MEM et de la DUELa Direction de projet a notamment suivi avec attention la programmation et lesengagements de la rubrique « dépenses accessoires » du projet. Cela a pris la forme decontrôle a priori, de la formulation des requêtes pour dépenses accessoires élaborées parl’EAT avant tout action du projet.La Direction de l’UG a assuré la continuité des contacts avec le prestataire et a suivi lacoordination des interventions des experts à court terme mis à disposition par le Prestatairedans les différents domaines d'activité.Un comptable de projet, fonctionnaire de l'administration algérienne, a été égalementnommé. Deux changements de comptable de projet ont eu lieu aux cours de la périoded’exécution.1.1.2. L'EATL’EAT a partagé avec la DP la responsabilité de la mise en œuvre (technique et budgétaire)de toutes les activités du projet.L’EAT est composé :a) Du noyau des trois experts longs termes (ELT, voir ci-dessous les fonctions) encharge notamment de l’élaboration des Plans Organisationnels (global et annuels) etdes Rapports d’activités (de démarrage, semestriels et final) à soumettre au Comitéde pilotage ;b) Des experts courts termes (ECT) recrutés pour la mise en œuvre des activitésretenues par le COPIL, à la fois au plan international comme dans chacun des paysbénéficiaires.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B21


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n ea) Les ELT comprenaient : un Chef d’équipe, un expert « réseaux », et un expert«formation».Le Chef de l’Equipe d’Assistance Technique : Le projet a connu trois chefs d’équipesuccessifs : un premier, M. Angel Guillen BELLIDO, au démarrage du projet (du 28 avrilau 15 mai 2007) ; un deuxième, M. Pierre AUDIGIER, jusqu’à la première moitié duprojet (du 24 juin 2007 au 15 juillet 2008) ; le dernier, M. Bernard DUHAMEL, pour toutela deuxième moitié du projet (à partir de début décembre 2008).Le Chef d’équipe en contact direct avec la Directrice du Projet, s’est chargé,conformément aux TdR :De la coordination de l’ensemble du projet (mobilisation et suivi des experts – EP etCT - et du fonctionnement du bureau à Alger) ;D’assurer les liaisons avec les Ministères des trois pays bénéficiaires impliqués, lesDélégations de la Commission Européenne concernées, et le Siège de laCommission Européenne à Bruxelles.Il a entretenu des contacts suivis avec le Comité de Pilotage par l’intermédiaire desoin président, le DGE du MEM.Il était notamment en charge de la préparation des comptes-rendus et des rapportstechniques et financiers d’avancement, ainsi que des activités de communication etde diffusion.Il a suivi par ailleurs étroitement les processus de sélection et de mobilisation desexperts affectés au projet, de programmation et de suivi de leurs interventions;d’organisation des partenariats en matière de formation, ainsi que des calendriers etdu contenu des activités de formation ; de prévision budgétaire, d’allocation desfonds, et de paiement.Le Chef d’équipe était notamment chargé de la transmission aux bénéficiaires via la DPdes rapports d’expertise en leurs différents états d’élaboration (pré-final , final, définitif)L’expert « réseaux », expert principal N° 2, a été principalement chargé de la mise enœuvre du « volet études & expertises » : avis sur la sélection et le recrutement des ECT ;programmation (élaboration des requêtes de financement), coordination et suivi de leursmissions ; appréciation technique de leurs rapports d’expertise ; organisation des ateliersde restitution et suivi des commentaires et amendements aux rapports ; réception desrapports définitifs. Il était également chargé d’assister le Chef d’équipe dans l’élaborationdes rapports d’activité et des POA.Dans le cours du projet, le premier expert « réseaux », M. Jean Pierre DELHAISE, lequela démissionné de ses fonctions le 17 janvier 2008 ; il a été remplacé le 5 avril 2008 parl’expert LT, M. Peter CZECH, présent jusqu’à la fin du projet.L’expert « formation », expert principal N°3, a été chargé de mettre en œuvre le plan deformation défini au démarrage du projet. Il a assuré la programmation (élaboration desrequêtes de financement) et la coordination des différentes activités de formation, del’organisation des séminaires à celle des modules de formation des formateursauxiliaires, en passant par l’organisation d’ateliers sur des thèmes spécifiques etl’organisation de formations en immersion dans les pays de l’Union européenne. Il étaitégalement chargé d’assister le Chef d’équipe dans l’élaboration des rapports d’activité etdes POA.Dans le cours du projet, le premier expert « formation », M. Jean Pierre NOUALY, a duquitter ses fonctions le 2 juillet 2007, il a été remplacé le 9 novembre 2007 par GérardDANGLA, expert LT présent jusqu’à la fin du projet.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B22


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eb) Les experts courts termes :Le tableau suivant dresse la liste des ECT recrutés tout au long du projet, dans le volet« expertises et dans le volet « formation ».ECT Formation :Mr Jacques KAPPAUF : Expert Senior Court Terme a été recruté peu après la signaturedu contrat, en Juillet 2007, pour élaborer le programme de formation global du projet quia servi de base à la construction des plans de formation 2008, 2009 et 2010.Il a apporté son assistance tout au long du projet dans le domaine de la formation,particulièrement pour le dispositif de formation des Formateurs Auxiliaires. Il a contribuéà transmettre aux organisations des secteurs électriques, un référentiel conceptuel debase des Marchés de l’Électricité.Ressource HJ mobilisée : 92Mr Aomar TACHET : Expert Senior Court Terme Local, AlgérieIl a accompagné le dispositif de formation des Formateurs Auxiliaires Algériens,particulièrement sur la partie pédagogique.Ressource HJ mobilisée : 30Mme Oum Keltoum BOUHELAL : Expert Court Terme Local MarocElle a accompagné le dispositif de formation des Formateurs auxiliaires Marocains sur lapartie pédagogique et a apporté son assistance à la démarche de Domiciliation etPérennisation de la formation au Maroc.Ressource mobilisée : 30Mme Bahia BEJAR-GHADHAB : Expert Court Terme Local TunisieElle a accompagné le dispositif de formation des Formateurs Auxiliaires Tunisien.Ressource HJ mobilisée : 30R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B23


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eActionECT EXPERTISEExpert CT Inter’lSeniorExpert CTInter’lJunior05 Yves LE TEXIER -06 Frank BRAUN -07 Celia WHITAKER -Expert CTLocalSeniorAbdelkaderGLIZMohamedMADDI08 Alioune FALL - -10 Daniel D’HOOP - -Expert CT Local Junior-Hamid HADDOUCHEMohammed HMAMOUCHIMustapha EL HADDAD-Mustapha EL HADDADBrahim EL MOUSSAOUIYazid BOUMGHARMohammed HMAMOUCHIAmine ZITOUNI11 Miriam ORIOLO - - -12Roberto FRANCIAJose-ManuelCARNICER13 -14Frederic REVEIZGérard MALENGÉPierre HOLVEC- - -EmmanuelBRIGOTDrissSBAAI- -Hamid HADDOUCHENoureddine DHOUIBHamid HADDOUCHEMohammed HMAMOUCHINoureddine DHOUIB15a Anthony FRAYNE - - -15b Miriam ORIOLO - - -15c Denis LEVY - -16Sibi BONFILSSmail KHENNASDriss OURRAOUINeji AMAIMIA- - -Voir dans le chapitre 3 de la section 2, le bilan de mobilisation de ces ressources ECT.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B24


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e1.1.3. Les agents de liaisonDeux agents de liaison, respectivement en poste au Maroc et en Tunisie, ont été recrutés :le 25 juin 2007, M. Mohamed BOUTACHALI, au Maroc ;le 10 juillet 2007, M. Khaled BACCAR, en Tunisie.Le rôle de l’agent de liaison est important dans le cadre d’un projet délocalisé comme celuici.Les agents de liaison ont représenté le projet, au Maroc comme en Tunisie, où ils ontassuré le suivi des multiples actions et événements mis en œuvre. Ils sont aussi un dispositifrelais de la continuité du projet, étant également en mesure d’intervenir pour sa durabilité, dufait de leur compétence acquise, lors des activités liées au marché de l’électricité et auxétudes y afférentes, sur les problématiques posées par les experts en vue d’une intégrationdes marchés de l’électricité.Leurs activités ont consisté en une coordination globale du projet au Maroc, et en Tunisie, enétroite relation avec le Ministère en charge de l’énergie (MEMEE au Maroc, MIT en Tunisie),avec l’opérateur principal, l’ONE au Maroc, la STEG en Tunisie, et avec tous les acteursimpliqués par le projet.Les services rendus par les agents de liaison se répartissent en trois catégories :Gestion des experts courts termes (ECT) ;Gestion des séminaires et des ateliers de formation ;Préparation des COPIL au Maroc et en Tunisie, respectivement.1.1.3.1. S’agissant des ECT :Suivi du lancement des actions auprès de la DGE ;Organisation des interventions des experts : programmation de leur mission en liaisonavec l’EAT, et logistique de son déroulement ;Participation aux réunions programmées, soit au Maroc, soit en Tunisie, dans le cadre del’action ;Collecte d’informations, dans le cadre de l’action concernée ;Préparation des ateliers organisés, dans le cadre des actions ;Préparation logistique et participation aux Ateliers de Restitution de l’expertise ;Proposition d’experts locaux si nécessaire.Notons qu’au préalable, dès le début de leur engagement, les agents de liaison ont étésollicités pour participer à l’élaboration du rapport de lancement du projet : « Etat des lieux etcollecte d’informations au Maroc et en Tunisie »1.1.3.2. S’agissant de la gestion des séminaires et des ateliers de formation :Organisation de ces journées (réservation d’hôtel, préparation logistique, préparation desupport d’animation et de présentation) ;Participation aux travaux des journées de formation ;Participation aux ateliers de formation et préparation des comptes rendus.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B25


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLes agents de liaison ont aussi, chacun, participé aux séminaires qui ont eu lieu, tant enAlgérie, qu’au Maroc, et en Tunisie, leur intervention consistant en la préparation descomptes rendus.La participation de chaque agent de liaison, dans son pays, aux journées de« brainstorming », organisées au Maroc, puis en Tunisie, mérite d’être particulièrementsoulignée, compte tenu de l’enjeu de pérennisation dont il a fallu d’abord convaincre lesparticipants locaux. Leur rôle de relais de l’information sur le projet, son activité et sesperspectives, a été fondamental pour mobiliser l’intérêt des acteurs concernés, tels, parexemple, les instituts de formation, qui n’avaient guère eu l’occasion de participerantérieurement au projet.Ayant participé à toutes les actions de formation du projet, excepté celles relatives àl’immersion chez des opérateurs de l’Union Européenne, les agents de liaison ont ainsiacquis une compétence qui pourra être mise à profit ultérieurement, si besoin.1.1.3.3. S’agissant de la préparation des COPIL au Maroc et en Tunisie :Les agents de liaison ont assuré la logistique de l’organisation des COPIL respectivement,selon qu’il s’agit de M. BOUTACHALI ou de M. BACCAR, de Rabat (3 réunions) et de Tunis(2 réunions). Ils ont aussi effectué la préparation administrative pour la participation desresponsables et intervenants, respectivement Marocains et Tunisiens, à tous les COPIL.Bilan sur l’Efficacité / Efficience des agents de liaison :Les agents de liaison ont facilité la mise à disposition aux experts intervenants, de tousles moyens logistiques nécessaires au bon déroulement de leurs missions.Ils ont mis à la disposition des experts leur expérience professionnelle, soit du secteurélectrique, soit du secteur de la consultance, et ils ont fait jouer leurs relations avec lesacteurs impliqués, pour faciliter la réalisation des objectifs fixés par les termes deréférence spécifiques à chaque action, contribuant ainsi au bon déroulement desmissions.Leur proximité géographique a permis de faciliter l’avancement des actions grâce à latenue de réunions ayant pour objet des points importants pour les travaux des experts.Ils ont, de fait, mis à la disposition des experts une expérience accumulée, et acquise aufur et à mesure de l’avancement du projet IMME, depuis sa phase de lancement. Ceci anotamment permis de faciliter l’intervention des experts, en les faisant bénéficierd’informations liées à d’autres actions, en relation avec leurs objectifs et activités.La mise à disposition de la connaissance des secteurs de l’électricité, au Maroc comme enTunisie, propre aux deux agents de liaison, a contribué à l’amélioration de l’efficience desinterventions des experts, notamment lorsque ceux-ci intervenaient pour la première fois, soitau Maroc, soit en Tunisie.Du fait de leur présence au Maroc et en Tunisie et de leurs activités régulièrement exécutéesà la demande de l’EAT, les agents de liaison ont été un élément concret essentiel de ladimension régionale du projet IMME.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B26


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e1.2. Le COPILLe Comité de pilotage est l’un des trois organes de décision et de gestion du programme.Le COPIL est composé de représentants de:la Délégation de l’Union européenne en Algérie;le Ministère Algérien de l'Energie et des Mines, la CREG et SONELGAZ;le Ministère Marocain de l'Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, et l'ONE;le Ministère Tunisien de l'Industrie, et de la Technologie (anciennement MIEPME) et laSTEG.Au terme du projet il se sera réuni 8 fois, de la réunion de lancement du projet à la réunionclôturant la 6° phase de déroulement du projet et sa prolongation, prévue au Maroc les 10 et11 juin 2010.Il a assumé la responsabilité du projet au niveau stratégique, fournissant à l’UGP sonorientation stratégique et contrôlant la mise en œuvre globale du projet, comme entémoignent les procès verbaux rédigés à l’issue de chacune des réunions (cf. Annexe ).Le rôle du COPIL a été éminent pour guider les actions de l’UGP, vers la réalisation réussiedes objectifs du projet. Il a approuvé le rapport de démarrage du projet de septembre 2007et les rapports semestriels d’avancement (RS1 à RS5), les plans de travail global (POG) etannuels (POA), et a assuré le suivi de l’évolution du projet.Le COPIL s’est réuni une première fois à Alger les 1 et 2 octobre 2007. Cette réunion a étérapidement suivie d’une 2° réunion à Rabat le 19 novembre 2007, au cours de laquelle lePOG a été examiné pour être ensuite approuvé (suite aux modifications apportées par l’UGPtenant compte des observations formulées) lors de la réunion du 3° COPIL à Tunis en janvier2008.Par la suite les réunions du COPIL se sont tenues tous les 6 mois, alternativement dans l’unet l’autre des 3 pays bénéficiaire (4° à Alger en mai 2008, 5° à Rabat en décembre 2008, 6°à Tunis en juin 2009, 7° à Alger en janvier 2010). Le 8° COPIL doit se tenir au Maroc à la mijuin2010.Le COPIL a donc suivi étroitement le déroulement concret des activités du projet IMME,portant son attention plus précisément sur la mise en œuvre des actions de l’UGP, répartiespour plus de clarté à partir de 2009, en deux grands volets : « Formation » et « Etudes etexpertises ».Au fil des réunions successives du COPIL, ci-dessous retracées, on note l’intérêt croissantdes parties prenantes au projet IMME, corrélatif de l’engagement de l’EAT dans des activitésqui sont allé en se multipliant et en se diversifiant, conformément au plan d’action.Approuvant (sous réserves des modifications, apportées par la suite) le rapport dedémarrage lors de sa première réunion (1-2 /10/2007), le COPIL a d’emblée insisté surl’urgence de la définition des plans de travail et a décidé l’organisation d’un séminaire dedémarrage qui s’est effectivement tenu en Algérie en février 2008.Lors de sa seconde réunion (19/11/2007), le COPIL a adopté le Plan Opérationnel Global(sous réserves des modifications, apportées par la suite) dont la version consolidée a étépar la suite transmise à la Délégation de l’Union européenne. Il a de même adoptéprovisoirement le Plan Opérationnel Annuel dont les fiches d’activités devaient êtrereprises par le prestataire. Ce COPIL a été honoré de la visite de Madame la Ministre del’Energie et des Mines du Royaume du Maroc.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B27


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLors de sa troisième réunion (15-16 /01/2008) le COPIL a examiné le premier rapportd’avancement du projet (couvrant la période allant du 28 avril au 31 Octobre 2007). Laquestion des différents changements des experts clés opérés durant la phase dedémarrage a été abordée (voir ci-dessus, ce qui concerne l’EAT). En outre, il a étédécidé que neuf actions identifiées par le prestataire seront lancées dans une 1èreétape. Le COPIL a aussi souligné l’importance particulière du « séminaire dedémarrage » pour le démarrage effectif du projet ; ce séminaire s’est déroulé les 4 – 5 –6 février 2008.Lors de sa quatrième réunion ( 19/05/2008) les membres du COPIL ont noté les progrèsréalisés dans la mise en œuvre du plan de formation ainsi que le succès du séminaire dedémarrage. L’organisation d’un deuxième séminaire (au Maroc) a été examinée. Laquestion du recrutement des experts courts termes a été approfondie, étant entendu quela seule distinction valable est celle entre experts seniors et experts juniors. Par ailleurs,le COPIL a noté la demande de participation aux COPILs faites par la GECOL (Lybie) etla SOMELEC (Mauritanie) au président du COMELEC.La cinquième réunion (4 – 5 /12/2008) du COPIL a vraisemblablement marqué untournant dans la mise en œuvre du projet, alors même que le nouveau Chef de l’EAT luiétait présenté. Le COPIL a noté un glissement important dans les délais de réalisationdes actions prévues, dus notamment aux difficultés de mobilisation des experts.S’agissant des actions 3 et 4 sur l’ « Elaboration d’un plan stratégique pour ledéveloppement des marchés de l’électricité » au Maroc et en Tunisie, le représentantTunisien a demandé de différer cette étude à 2010. Quant au représentant Marocain il ainformé le COPIL qu’une réflexion était en cours pour de nouvelles options stratégiques,et a demandé que le lancement de cette action soit subordonné aux résultats de cetteréflexion. Par ailleurs le COPIL a demandé, en examinant le POA 2009, qu’il en ressorteune vision stratégique d’ensemble, en cohérence avec les objectifs finaux du projet. Lesrésultats des études et expertises devront être présentés aux bénéficiaires dans le cadred’ateliers (qui seront par la suite appelés « Ateliers de restitution »). La domiciliation desformations dans les pays bénéficiaires, et la démultiplication des formations, dans le butde leur pérennisation, ont aussi été évoquées. Enfin, la question de lancer une évaluationà mi-parcours, conformément aux clauses contractuelles, a été considérée commeprimordiale, à cette étape du projet. Le COPIL a aussi décidé que les réunions desinstances créées par le protocole (notamment la conférence Ministérielle et la réuniondes gestionnaires de réseau et Opérateurs Système) devaient être organisées par l’EATà un stade plus avancé du projet. Lors des travaux de ce Comité, une très granderéactivité aussi bien de la part des parties bénéficiaires que de la part de la CommissionEuropéenne a été observée.Le sixième COPIL (10 – 11 /06/2009) a noté : « la nette amélioration de la prise encharge du projet par l’EAT ainsi que l’intéressement politique visible des trois pays pource projet » et adopté le rapport semestriel N° 04 (avec des réserves sous forme decommentaires à prendre en compte dans une nouvelle version. Il a été souligné par lereprésentant de la DUE d’Alger que : « l’expertise fournie est un avis qui n’engagenullement les pays bénéficiaires ». En soulignant que la validation des rapports finauxdes actions inscrites au POA 2009 était une prérogative du Comité de Pilotage, lesmembres du COPIL ont demandé d’instaurer des indicateurs de mesure et de suivi desactions à faire ressortir dans le prochain rapport semestriel. S’agissant des expertises,trois études nouvelles (portant les N° 15 - A, B, C) ont été mises au programme du projetdans le cadre de l’Action 15 (complémentaire) pour figurer dans le POA 2009. Il a étéprévu que la mission d’évaluation à mi parcours du projet soit effectuée par la CE vers lafin juillet 2009. Le COPIL a noté la mise en place de la « formation de formateursR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B28


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e(auxiliaires) » et il a demandé à l’EAT de se focaliser sur la domiciliation des formationsau niveau de chaque pays pour assurer leur pérennisation. A cet effet l’EAT doitorganiser, dans chaque pays bénéficiaire, un « brainstorming » ou atelier à l’intention desresponsables des ressources humaines et des centres de formation. Enfin, lereprésentant de la DCE a interpelé le Comité de Pilotage sur la nécessité d’organiser laréunion du Conseil Ministériel qui constitue le volet politique du projet.La période examinée par le septième COPIL (19 – 20 /01/2010) a été marquée parl’intensification des activités du projet, avec la participation active des bénéficiaires,notamment en ce qui concerne les actions de formation et les ateliers de restitution pourles actions d’expertise. Plusieurs actions lancées en 2008 ont été achevées en 2009,avec l’organisation d’ateliers de restitution dans chacun des trois pays à tour de rôle. LeCOPIL a souligné l’importance que doit accorder l’EAT à la qualité des rapports fournispar les experts courts termes ; il a accepté la nouvelle démarche proposée par l’experten charge de l’action 14. Le prestataire a informé les membres du Comité de pilotage del’impossibilité d’exécuter les actions 3, 4 et 9 dans les délais contractuels du projet. Lesautres actions pourront être achevées sous réserve d’une prolongation du projet dans lecadre de la Convention de financement du projet. Cela n’a pas empêché les différentesparties d’insister sur l’impact du projet au niveau régional. L’exécution des actions danschacun des trois pays, notamment les actions de formation, ont permis aux bénéficiairesde s’approprier les différents concepts du fonctionnement des marchés électriques et leurfondement théorique, et d’avoir plus de visibilité et de compréhension quant à la mise enplace d’un marché électrique régional. Cette appropriation a également permis d’engagerdes réflexions sur les actions qu’il faut mener pour aboutir aux objectifs tracés par leprotocole d’accord de 2003. Il a été souligné que l’un des plus importants résultats duprojet, aura été sa capacité à construire des espaces de dialogue entre les représentantsdes trois pays bénéficiaires sur un sujet très sensible comme le marché de l’électricité.L’organisation d’un Conseil ministériel sera l’occasion de faire une synthèse sur ce qui aété réalisé jusqu'à présent dans le cadre de ce projet, et d’identifier les actions à menerpour aboutir aux objectifs tracés par le protocole d’accord de 2003. En présence de laChef de Délégation de l’Union Européenne, les membres du COPIL ont déclaré que celapermettrait de donner un nouvel élan à la coopération régionale dans le secteurélectrique, en offrant aux trois décideurs l’occasion de donner les orientationsnécessaires pour la création du futur marché maghrébin de l’électricité et son intégrationdans celui de l’UE. Les trois parties bénéficiaires ont donc réaffirmé leur volonté deconcrétiser ce projet, et d’achever les actions planifiées. Elles ont exprimé une demandede prolongation des délais d’exécution.1.3. La liaison avec la DUELa délégation de l’Union Européenne en Algérie est : « responsable du suivi de l’exécutiondu projet en appui aux autorités algériennes, qui agiront comme maître d’ouvrage descontrats au titre du projet au nom et pour le compte de tous les pays bénéficiaires. » (TdR)La DUE a été constamment tenue informée à Alger du déroulement des activités du projet,soit au cours de rencontres avec l’Equipe de l’Assistance technique toujours en présence dela DP, soit lors de rencontres avec la Directrice du Projet s’agissant des questions portantsur le budget et le financement des activités.La périodicité des rencontres a été inégale, espacée au début du projet, celles – ci se sontintensifiées puis à nouveau espacées. Mais il n’y a pas eu de déficit d’information de la partde la DUE et toute demande de réunion a été immédiatement satisfaite. Dans de nombreuxcas, ces réunions ont permis de clarifier la procédure de mise en œuvre des activités duprojet.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B29


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLa DUE a été notamment sollicitée pour l’octroi de dérogations portant généralement sur lanécessité occasionnelle de journées de travail des ELT en Europe, et aussi sur la possibilitépour les ECT de ne pas passer obligatoirement par Alger, lorsque leurs missions lesmenaient soit au Maroc, soit en Tunisie. Ces demandes de dérogation se sont multipliéessur la fin du projet, du fait de l’intensification des actions. Justifiées, elles ont généralementété accordées.En outre, les délégations au Maroc et en Tunisie ont été également tenues informées dudéroulement du projet, surtout à l’occasion de l’organisation des séminaires. Elles ontsouvent reçu la visite des experts qui y ont trouvé l’appui recherché.La DUE en Algérie a programmé avec Bruxelles le déclenchement de la mission d’évaluationà mi-parcours. Celle-ci s’est en fait déroulée à partir d’août 2009, tenant compte du fait quele projet n’avait commencé à enregistrer des résultats probants que depuis quelques mois.Deux missions de monitoring, en novembre 2008 et en octobre 2009, se sont égalementdéroulées.1.4. La communication du projetLe site internet du projet IMME est passé au stade opérationnel au cours de la sixièmepériode (voir chapitre 3)L’adresse internet est http://www.immelect.com/Ce site est structuré autour :d’une présentation générale introduisant les objectifs et l’organisation du projet,d’une présentation du volet « études et expertises » introduisant les 12 expertises qui ontdonné lieu à des rapports définitifs, accessibles à la Commission européenne et à laDUE, ainsi qu’aux bénéficiaires par mot de passe sécurisé,d’une présentation du volet « formation », introduisant les diverses modalités de cetteactivité (séminaires, modules, ateliers, etc) dont le contenu est également accessible à laCommission européenne et à la DUE, ainsi qu’aux bénéficiaires, par mot de passesécurisé.L’abonnement de l’hébergement et de la maintenance du site Web, assurés par la sociétéalgérienne « IT Solutions » a été renouvelé jusqu’au 17 juin 2011. A l’issue du projetl’administration de ce site sera transmise, par la Directrice de l’UGP, au Ministère del’Energie et des Mines d’Algérie.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B30


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e2. Historique des activités du projet jusqu’à la dernièrepériodeCe projet, d’une durée de 3 ans, a officiellement démarré le 23 avril 2007. Il est divisé en 6périodes semestrielles. Alors qu’il devait s’achever le 23 avril 2010, il a obtenu uneprolongation de deux mois et s’achèvera donc le 23 juin 2010.2.1. Première période : avril à fin octobre 2007Une première période s’est achevée fin octobre 2007 avec la publication du Rapport dedémarrage, lequel a été complété en Octobre 2007 par le rapport semestriel N° 1 (RS 1)couvrant cette période de 6 mois.Au cours de cette période, les principaux faits ont été les suivants :La préparation, la rédaction puis, le 1er août, la transmission aux bénéficiaires, de troisdocuments de travail pour observations (Synthèse des activités, Plan de formation et Étatdes lieux) ;La tenue d’un Comité de Pilotage (COPIL), les 1er et 2 octobre 2007 ;La signature, par l'Autorité Contractante et le Prestataire, d'un avenant au contrat portantsur la réallocation du Budget matériel sur des prestations de formation et des étudescomplémentaires, conformément au plan préparé par le Prestataire ;L’envoi d’un projet de rapport de démarrage le 12 septembre pour examen lors de laréunion du Comité de Pilotage prévue pour se tenir les 1er et 2 octobre ;R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B31


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLa préparation des actions à lancer avant la fin de l’année ou au début de l’année 2008,actions qui figureront dans le POA 2008, adopté au cours de la deuxième période ;La préparation du POG.Il faut noter le changement d’équipe au cours de cette période, après la démission du Chefde l’EAT et son remplacement le 16 juin 2007 par un nouvel expert principal N°1.2.2. Deuxième période : Novembre 2007 à fin avril 2008La deuxième période court du 1° novembre 2007 au 30 Avril 2008 ; elle est couverte par leRapport Semestriel N°2.Les faits marquants, au cours de cette période, sont les suivants :Démission de l’expert N° 3 chargé de la formation ; il a été remplacé, en novembre 2007,par Monsieur DANGLA ;Elaboration du plan de formation qui s’intègre dans le POA 2008 ;Arrivée en avril 2008 de l’expert N°2, « réseaux », Monsieur Peter CZECH, enremplacement du précédent ;Préparation et adoption du POA 2008 ;Sélection des experts responsables des actions 5, 7, 10, 11, et démarrage des actionscorrespondantes ;Organisation et tenue du Séminaire de démarrage du projet (S1), à Alger, les 4, 5 et 6février 2008 ;Tenue du Comité de pilotage en janvier à TUNISTenue du Comité de Pilotage le 19 mai 2008 à Alger ;Présentation du rapport semestriel N° 2 en mai 2008.2.3. Troisième période : Mai à fin octobre 2008La troisième période est couverte par le rapport semestriel N° 3 ; elle court du 1 er mai 2008au 31 octobre 2008.Le départ du 2° Chef de l’EAT, en Juillet 2008, a constitué un fait marquant de cette période.L’expert principal « réseaux » a assuré l’intérim du Chef de l’EAT.Rappel des activités de l’EAT pendant la période :Les activités de l’EAT se sont déroulées sur plusieurs plans :Participation au 4 ème COPIL du 19 Mai 2008 à Alger ;Poursuite de l’action 10 (méthodologie de la prévision de demande) et lancement desactivités 5, 7 et 11 ;Recrutement ou identification des experts responsables pour les actions 6, 8 et 13,prévues au POA 2008.Préparation des autres actions prévues au POA 2008 ;Préparation et réalisation de l’Atelier Algérie : « Fonctionnement du marché et duréseau », tenu du 11 au 14 Mai 2008 ;Immersion chez l’Opérateur de Réseaux Suédois (Vattenfall), du 3 au 5 Juin 2008 ;R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B32


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eSéminaire au Maroc, du 9 au 12 Juin 2008, sur les thèmes suivants : « harmonisationdes législations et règlementations des 3 pays du Maghreb » et « Systèmes d’Informationdes opérateurs dans un Marché de l’Electricité » ;Formation initiale : « Régulation des Marchés de l’Energie » à l’Ecole Européenne deFlorence, du 27 au 31 Octobre 2008 ;Immersion de 4 jours chez un Gestionnaire de Réseau de Distribution (EDS) « Electricitéde Strasbourg » à Strasbourg, du 14 au 17 Octobre 2008, pour 12 personnes.2.4. Quatrième période : Novembre 2008 à fin avril 2009La quatrième période est couverte par le rapport semestriel N°4 et court du 1er novembre2008 au 30 avril 2009.Les faits marquants ont été:Le remplacement de l’ancienne directrice du projet, Madame RELIMI par l’actuelle,Madame Ghania KACI, le 11 novembre 2008 ;La nomination du nouveau (et 3°) Chef de l’EAT, M. Bernard DUHAMEL, lequel a rejointson poste le 05 décembre 2008, lors de la réunion du COPIL, à Rabat.Rappel des activités de l’EAT pendant la période :Réunion du 5° COPIL, les 4 et 5 décembre à Rabat ;Poursuite des actions 5, 7, 10 et 11 ;Lancement des actions 6, 8 et 13 (ces deux dernières ont du être interrompues par suitede la défection de l’expert responsable et ont été reportées);Organisation d’un séminaire en Tunisie les 4 et 5 Novembre 2008 ;Organisation de deux ateliers, l’un au Maroc, les 19 et 20 Novembre 2008 et l’autre enTunisie, les 18 et 19 Décembre 2008Finalisation de la formation pédagogique (M1+M2) des Formateurs Auxiliaires Algériensdu 11 au 15 Mars 2009 à Ben Aknoun ;Professionnalisation de 24 Formateurs Auxiliaires (Occasionnels et Institutionnels)Algériens aux concepts des « Marchés de l’Électricité », à Ben Aknoun, les 16, 17 et 18Mars 2009 ;Missions d’information du Chef de l’EAT en Tunisie et au Maroc (début 2009).2.5. Cinquième période : Mai à fin octobre 2009La cinquième période est couverte par le rapport semestriel N°5 et court du 1er Mai 2009 au31 Octobre 2009. Elle a vu très nettement une intensification des activités de l’UGP.Les faits marquants ont été:Réunion du 6° COPIL les 10 et 11 Juin 2009 à Tunis. Lors de cette réunion, la questionde l’organisation des réunions des instances créées par le protocole d’accord a étéabordée. L’EAT a donc engagé la préparation du Conseil Ministériel en identifiant et enrecrutant deux experts de haut niveau, pour le volet « expertises » et pour le volet «formation ».Par ailleurs, une décision, le COPIL a pris la décision de faire organiser par l’EAT danschaque pays, une journée de « Brainstorming » consacrée à la domiciliation et à lapérennisation des activités de formation engagées par le projet.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B33


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eL’évaluation à mi-parcours du projet a été engagée en août et septembre 2009, lors dedeux missions successives effectuées dans les trois pays bénéficiaires par l’évaluateurdésigné par la Commission Européenne, Monsieur Philippe BUCHET.Rappel des activités de l’EAT pendant la période :A) Formation :Sur la période deux Ateliers en Algérie et au Maroc ont du être reportés, respectivementen Novembre et Décembre 2009, en raison de l’absence de réponses, dans les délais,des bénéficiaires aux thèmes proposés par l’EAT.Séminaire N° 4 en Algérie les 4 et 5 Mai 2009 sur le thème : Fonctionnement d’unebourse de l’Électricité dans un Marché OuvertSéminaire N° 5 au Maroc les 6 et 7 Octobre 2009 à Casablanca sur le thème :Expériences Européennes et Africaines en matière de régulation des Marchés del’Électricité.Immersion OS/GRT chez un Opérateur de Réseau Belge (ELIA) du 13 au 17 Juillet 2009Immersion GRD chez un Opérateur de Réseau de Distribution (ES) du 29 Septembre au2 Octobre 2009.Formation des Formateurs auxiliaires Marocains :La formation Pédagogique Module 1 (M1) a été réalisée au Centre de Formation del’ONE (CSTE) du 27 au 29 mai 2009 (3 jours).Formation aux Concepts de Marchés de l’Électricité (Module ME) du 1er au 5 Juin2009Formation pédagogique Module 2 (M2) du 1 er au 2 Décembre 2009Formation expérimentale « Régulation des marchés de l’électricité » du 11 au 15 Juillet2009 à Alger par J. PERCEBOIS, destinée à être répliquée dans les deux autres pays.Réunion du 13 Septembre 2009 au Ministère de l’Energie et des Mines d’Algérie enprélude à la réunion de « brainstorming » sur la formation organisée le 24 septembre2009 à Alger.B) Etudes & Expertises :ACTION 5: L’atelier de restitution (AR) a eu lieu le 11 juin 2009 à Rabat, Maroc, avecprésentation par les deux experts MM A. GLIZ et Y. Le TEXIER. Transmission du rapportdéfinitif le 28 Octobre.ACTION 6: Trois missions pendant la période concernée dont la dernière était consacréeà la tenue d’un atelier de restitution (AR) qui a eu lieu le 5 octobre à Casablanca avec laprésentation des résultats de l’étude par le responsable de l’action, M. Frank BRAUNassisté par M. Hamid HADDOUCHE (expert court terme algérien), M. MohammedHMAMOUCHI (expert court terme marocain) et M. Mustapha ELHADDAD (expert courtterme Tunisien).ACTION 7: Lancement de l’action. Deux missions en Algérie pendant la période del’experte responsable Mme Celia WHITAKER, assistée par Mr Mohamed Tayeb MADDI.La dernière mission a été consacrée à la tenue de l’atelier de restitution le 21 juillet avecune transmission à la mi-août du rapport final.ACTION 8: Lancement de l’action en Algérie. Deux missions de l’expert en charge, M.Alioune FALL en Tunisie en Juillet, assisté de M. Mustapha ELHADDAD, et au Maroc enSeptembre.ACTION 10: Continuation de l’action. Réunion à Tunis en Mai 2009 de l’expertresponsable, M. Daniel D’HOOP dans les bureaux de la STEG avec les expertsR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B34


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eprévisionnistes de la STEG et du MIEPME. Deuxième mission en août pur la préparationdu rapport final. l’AR a été tenu le 28 septembre à Tunis.ACTION 11: AR le 8 juin à Alger par la responsable de l’action, Melle Miriam ORIOLO.Un rapport final a été transmis aux bénéficiaires en Juillet 2009.ACTION 13 : Lancement de l’action par l’expert responsable. Mr BRIGOT est assisté parMessieurs Hamid HADDOUCHE en Algérie, Driss SBAAI au Maroc et NoureddineDHOUIB en Tunisie.Une première mission s’est déroulée en Algérie du 18 au 25 juillet.La deuxième mission a eu lieu du 6 au 17 septembre au Maroc et en Tunisie.La troisième mission s’est déroulée du 25 octobre au 5 novembre en Algérie.ACTION 14: Lancement de l’action par une mission de démarrage du 7 au18 septembrepar l’expert responsable, M. Frédéric REVEIZ. A l’issue de cette mission, despropositions d’aménagement des TDR ont été formulés qui ont pris effet lors de lasixième période.3. Les activités du projet sur la dernière période, denovembre 2009 à juin 2010, incluant sa prolongationLa sixième période court du 1er Novembre 2009 au 23 Avril 2010. La prolongation accordéeau projet pour l’achèvement de ses activités court du 24 avril au 23 juin 2010.Lors de la réunion du 7ème COPIL à Alger les 19 et 20 Janvier 2010 Les faits marquants ontété :a) Présentation par la DUE des résultats de l’évaluation à mi-parcours du projet :Vidéoconférence (à la DUE).b) Du fait de l’achèvement proche du projet IMME (contractuellement : le 23 Avril 2010),les pays bénéficiaires et la DUE on entériné la décision de faire élaborer par l’EAT unavenant au POA 2009 en lieu et place d’un POA 2010.Cet avenant N°2 au POA 2009 a été complété par la suite par un DCA (DocumentComplémentaire à l’Avenant) qui a présenté, en plus des actions restant à mener, denouvelles actions d’expertises (15A – B – C) et des actions de formation qui ont étéreportées et programmées en 2010.c) Organisation du Conseil Ministériel pour l’année 2010. Le COPIL a décidé que ceConseil Ministériel, prévu dans les TDR, se tiendrait, en 2010, avant la fin du projet.d) Afin d’accomplir les deux tâches précédentes, le COPIL a recommandé la prolongationde la période de mise en œuvre du contrat de l’assistance technique chargée de la miseen œuvre du projet IMME, telle que fixée par la Convention de financement. Cetteprolongation a été accordée par la DUE en Algérie pour une période de deux mois.Les activités de l’EAT pendant la période :3.1. FormationCe chapitre retrace les actions de formation entreprises entre le 1 er Novembre 2009 et le 30Avril 2010 (période 6) et la période de prolongation du projet jusqu’au 23 Juin 2010.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B35


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eIl présente, d’une part, l’achèvement des actions du plan de formation 2009 (derniertrimestre) et d’autre part, la mise en œuvre des actions du plan de formation 2010 définitdans l’Avenant N°2 du POA 2009.Huit actions prévues au Plan de Formation 2009 n’ont pu être réalisées en 2009 et ont étéreportées en 2010.Sur ces huit actions :Cinq concernent le bénéficiaire Tunisien :1 Séminaire1 Atelier1 formation pédagogique M21 formation « Concepts de Marchés de l’Électricité »1 formation démultipliée « Concepts de Marchés de l’Électricité » animée par lesFormateurs AuxiliairesDeux concernent le bénéficiaire marocain :1 Atelier1 formation démultipliée « Concepts de Marchés de l’Électricité » animée par lesFormateurs AuxiliairesUne concerne le bénéficiaire Algérien1 formation démultipliée « Concepts de Marchés de l’Électricité » animée par lesFormateurs AuxiliairesL’intensification de l’activité Formation en 2010 peut être constatée dans le tableau suivant,comparant les 12 mois de 2009 aux 5 mois d’activité effective de 2010 :Types d’actions Réalisées en 2009 Réalisées en 2010Immersions 2 1Séminaires 2 1Ateliers 1 2Formation Initiale Régulation 1 2Formation Démultipliée « Marchés de l’Électricité » 0 3Formation de Formateurs Auxiliaires 4 1Formation Marchés de l’Électricité des FA 2 1Réunion « Brainstorming » 1 213 13En termes d’HJ formation, l’année 2010 aura permis de rééquilibrer la participation dechaque pays et donc les avantages qu’ils ont pu en tirer, comme indiqué ci-après :Pour rappel : la participation des pays bénéficiaires, la première année 2008 a été équilibréeet répartie, compte tenu de la taille des publics ciblés.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B36


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eEn 2009, la deuxième année du projet, l’Algérie a montré plus de dynamisme et de besoinsque le Maroc et la Tunisie, ce qui se traduit par une forte participation du bénéficiaireAlgérien. Le Maroc a maintenu, globalement, sa participation.En 2010, sur six mois, la mobilisation des acteurs s’est portée particulièrement sur laTunisie, ce qui a rééquilibré la situation observée en 2009. Le Maroc a poursuivi et maintenusa participation.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B37


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e3.1.1. Achèvement du Plan de Formation du POA 2009 (Dernier trimestre)Atelier Algérie du 16 au 17 Novembre 2009 Nombre de participants : 62 organisé auCentre de formation de Ben Aknoun (IFEG) sur les thèmes suivants :Journée 1 : Gestion de concession de Distribution animé par Mr Jacques HORVILLEURet Mr Yves COEFFE de eRDF (Gestionnaire du Réseau de Distribution français)Cette formation a permis de situer le gestionnaire de réseau de Distribution,concessionnaire du réseau de Distribution, dans le contexte de marché de l’Électricité.Elle a permis de clarifier les nouvelles activités et responsabilités de cet acteur deMarché, notamment la séparation des activités « Gestion du réseau » de « fournitured’Électricité»Journée 2 : Gestion des interconnexions Transport animé par Mr Nicolas SAMBOURG(RTE)Cette journée a été réservée principalement à l’utilisation et l’optimisation desInterconnexions du Transport, réseau transfrontalier, composante incontournable pourcréer un marché régional de l’Électricité. La tarification de l’accès au réseau, lesprocédures de raccordement et les allocations de capacités sur les interconnexions ontété les objets principaux de cette journée.Formation Pédagogique Module 1 des Formateurs Auxiliaires Tunisiens :Elle s’est tenue au Centre de formation de Khlédia (STEG) du 10 au 12 novembre 2009.Nombre de participants : 17Cette formation a lancé le 3 ème dispositif de formation des Formateurs Auxiliaires.Elle a regroupé des cadres opérationnels de la STEG et du MIT qui rejoignent ainsi, lesformateurs Auxiliaires Algériens et Marocains.Elle a abordé les concepts pédagogiques minimum pour préparer les cadresopérationnels à l’animation des formations qu’ils auront à démultiplier à la fin dudispositif.Accompagnement des Formateurs Auxiliaires Algériens :Chaque dispositif de formation de Formateurs Auxiliaires prévoit un accompagnementcollectif et individualisé des formateurs, tout au long du processus, pour la préparation etl’animation d’une formation « Concepts de Marchés de l’Électricité ». Nombre departicipants : 15Trois journées d’accompagnement collectif, en résidentiel, ont été réalisées par MrAomar Tachet, Expert Formation Court Terme Algérien, les 15 Novembre, 9 et 10Décembre 2009. Elles ont permis de finaliser les séquences pédagogiques de laformation expérimentale, démultipliée « Concepts de Marchés de l’Électricité »qu’animeront, en 2010, les Formateurs Auxiliaires. Parallèlement, d’autres entretiensindividuels, sur site, ont été organisés sur les aspects pédagogiques. Ils ne sont pascomptabilisés dans ce chapitre car ils n’ont pas générés de dépenses accessoires.Accompagnement des Formateurs Auxiliaires Marocains :Au Maroc, l’accompagnement, pour ce groupe de formateurs, a été réalisé par MmeOum Keltoum BOUHELAL, Expert formation Court terme Marocain, les 19 et 20Novembre et 14 et 15 Décembre 2009 sur les mêmes thèmes. Parallèlement, d’autresentretiens individuels, sur site, ont été organisés sur les aspects pédagogiques. Ils neR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B38


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n esont pas comptabilisés dans ce chapitre car ils n’ont pas générés de dépensesaccessoires.Nombre de participants : 153.1.2. Mise en œuvre du Plan de Formation 2010 de l’Avenant N°2 du POA2009Cette partie présente le déroulement de la totalité des actions du Plan de Formation 2010 àl’exception de l’Immersion chez un Opérateur de Marché et du Séminaire de clôture du projetqui se sont déroulés respectivement, le 31 Mai et 1 er Juin, à Paris, et les 3 et 4 Juin 2010, enTunisie.Formation expérimentale démultipliée « Concepts de Marchés de l’Électricité »animée par les Formateurs Auxiliaires Algériens du 25 au 27 janvier 2010 au Centre deBen Aknoun.Cette formation représente la concrétisation du dispositif de formation des FormateursAuxiliaires, en Algérie. Elle témoigne de la capacité d’appropriation des formateursauxiliaires des concepts de marchés de l’Électricité. Elle est le fruit d’un travail soutenudes Formateurs Auxiliaires et valide leur parcours de professionnalisation. Elle étaitencadrée par Mr Jacques KAPPAUF (Expert Court Terme du projet), Mr Aomar TACHET(Expert Local Court Terme formation) et Mr Gérard DANGLA (Expert Principal FormationEAT). Nombre de participants : 20Formation Initiale « Régulation des marchés de l’électricité » :a) Tunisie du 8 au 12 Mars 2010 Hôtel Ramada Plaza à Gammarthb) Maroc du 29 Mars au 2 Avril 2010 Hôtel Val d’Anfa à CasablancaCes formations sont des duplications de la session qui a été organisée en Algérie en2009. Elles présentaient les concepts théoriques de la Régulation et les concepts debase des Marchés de l’Électricité.Mr Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN, Professeur à l’Université de Montpellieret Mr Jacques KAPPAUF Expert Court terme formation du projet ont animé cettesession. Nombre de participants : 40Formation des Formateurs Auxiliaires Tunisiens aux « Concepts de Marchés del’Électricité » du 15 au 19 février au Centre de Formation de Khledia.Elle constitue la deuxième partie du programme de formation des formateurs auxiliaireset présente l’organisation, les acteurs, les règles, le fonctionnement, les mécanismesd’ajustement et les relations contractuelles de Marchés de l’Électricité. Elle a été animéepar Mr Jacques KAPPAUF et Mr Gérard DANGLA.Nombre de Formateurs Auxiliaires : 15Atelier Tunisie du 24 au 25 Février 2010 Hôtel Ramada Plaza à Gammarth.Cet atelier présentait les Savoir Faire d’un Opérateur de Réseau Français (RTE) sur lesAccès de Tiers au Réseau et le Système d’Information. Il était animé par Mr PatrickLHUILLIER et Mr Pascal BERTOLINI.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B39


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eNombre de participants : 40Formation expérimentale démultipliée « Concepts de Marchés de l’Électricité »animée par les Formateurs Auxiliaires Marocains du 2 au 4 Mars 2010 au Centre deFormation de l’ONE (CSTE).Elle comportait des thèmes similaires à la formation animée par les FA Algériens.Elle a été encadrée par Mr Jacques KAPPAUF (Expert Court Terme du projet), MmeOum Keltoum BOUHELAL (Expert Local Court Terme formation) et Mr Gérard DANGLA(Expert Principal Formation EAT).Nombre de participants : 20Atelier Maroc du 18 au 19 Mars 2010 Hôtel Val d’Anfa à Casablanca.Cet atelier reprend les thèmes développés lors de l’Atelier Tunisie avec les mêmesintervenants Mr Patrick LHUILLIER et Mr Pascal BERTOLINI de RTE.Nombre de participants : 40Formation Pédagogique Module 2 des Formateurs Auxiliaires Tunisiens.Elle s’est déroulée à l’Hotel Tunisia Palace, à Tunis, du 23 au 25 Mars 2010.Elle complète la formation pédagogique du Module M1 par une mise en pratique desconcepts théoriques pédagogiques abordés en M1. De multiples micro séancesd’animation ont permis de mettre en évidence les pratiques d’animation de chaqueformateur et d’en améliorer les façons de faire.Nombre de participants : 17Accompagnement des Formateurs Auxiliaires Tunisiens.Cette action a été réalisée à l’Hôtel Ramada Plaza à Gammarth le 20 et 21 Avril 2010.Mme Bahia BEJAR, l’Expert Court Terme local Formation a encadré cette session.Elle a consisté à préparer les formateurs auxiliaires à l’animation et leur permettre decompléter leurs séquences pédagogiques. Des apports complémentaires en pédagogieont facilité la finalisation des dossiers pédagogiques. Parallèlement, d’autres entretiensindividuels, sur site, ont été organisés sur les aspects pédagogiques. Ils ne sont pascomptabilisés dans ce chapitre car ils n’ont pas générés de dépenses accessoires.Nombre de participants : 15Formation expérimentale démultipliée « Concepts de Marchés de l’Électricité »animée par les Formateurs Auxiliaires Tunisiens.Cette session s’est déroulée à l’Hotel Tunisia Palace du 4 au 6 Mai 2010.Elle clôture le processus de formation des Formateurs Auxiliaires Tunisiens. Elle a étéencadrée par Mr Jacques KAPPAUF, Mme Bahia BEJAR et Mr Gérard DANGLA. Lescontenus des communications et la qualité pédagogique des présentations ont été trèsappréciées par les participants.Nombre de participants : 20R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B40


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e3.1.3. Actions pour la domiciliation et la pérennisation de la formationEn complément des actions de formation, des journées de travail « Brainstorming » ontété organisées, au Maroc et Tunisie, pour aborder la problématique de la Domiciliation etde la Pérennisation de la Formation :Au Maroc, le 5 Mars 2010 à l’Hotel Ramada Almohades.En Tunisie, le 26 mars 2010 à l’Hôtel Tunisia Palace.Ces journées regroupaient des responsables d’établissements publics et privés deformation, des responsables RH et des hiérarchiques des organisations du secteurélectrique local.Elles ont permis de dégager des axes concrets sur les structures et organisations àmettre en œuvre pour asseoir et développer les acquis de la formation du projet.En outre, des Attestations de formation ont été délivrées à chacun des formateursAuxiliaires Algériens (15), Marocains (15) et Tunisiens (17) lors de séances spécialesorganisées à Alger, Casablanca et Tunis en présence des responsables desorganisations du Secteur Electrique.Toutes les actions de formation ont fait l’objet d’une capitalisation sous formeélectronique par inscription sur CD rom, ce qui constitue une véritable CDthéque deréférence, qui sera mise à la disposition des bénéficiaires sur le site Web du projet IMME(www.immelect.com)3.2. Etudes & ExpertisesUn résumé des activités « Études et Expertises » pour la période de novembre à la fin juinest présenté dans le tableau ci-dessous.Actions06MissionsAtelier derestitution5/10/09(Maroc)Émission durapport finalÉmission durapport définitif14/01/10 20/05/1007 15/11/090815 - 26/11/09 (Algérie)10 – 16/01/10 (Algérie)24/03/10(Tunisie)20/05/10 17/06/101028/09/10(Tunisie)15/01/10 20/05/10118/06/09(Algérie)19/11/09R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B41


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eActions12131415a15b15cMissionsR. FRANCIA :1-6/05/10 (Algérie)13-19/05/10 (Italie)29/05 – 3/06/10 (Algérie)J-M CARNICER :2-7/05/10 (Algérie)24-28/05/10 (Espagne)29/05 – 3/06/10 (Algérie)25/10 – 5/11/09 (Algérie)6-17/01/10 (Algérie)31/01 – 11/02/10 (Algérie)2 – 12/03/10 (Maroc)31/01/10 – 11/02/10 (Algérie)30/03/10 – 9/04/10 (Algérie)20-27/04/10 (Algérie)5/02/10 – 4/03/10 (3 pays)11-21/04/10 (Algérie)31/01/10 – 9/02/10 (Algérie)22/02/10 – 2/03/10 (Maroc)9-10/03/10 (Bruxelles)25-31/03/10 (Tunisie)Atelier derestitutionÉmission durapport finalÉmission durapport définitifN/A 13/06/10 22/06/1024/03/10(Tunisie)6/05/10(Tunisie)16/05/10(Algérie)12/05/10(Maroc)27/04/10(Maroc)20/05/10 17/06/1027/05/10 22/06/1027/05/10 22/06/1027/05/10 22/06/1020/05/10 17/06/10À la revue du tableau, on remarque une intensification des activités avec la remise deplusieurs rapports finaux et rapports définitifs vers la fin du projet.L’action 6 s’est terminée avec l’intégration des dernières observations des bénéficiaires et laremise du rapport définitif le 20 mai 2010. Il en est de même pour l’action 7 avec latransmission du rapport définitif de l’action le 15 novembre 2009.L’action 8 a progressé sur la période avec deux missions en Algérie, du 15 au 26 novembre2009 et du 10 au 17 janvier 2010. L’atelier de restitution s’est déroulé en Tunisie le 24 mars2010. Le rapport final a été transmis pour validation par les bénéficiaires le 20 mai 2010.L’envoi du rapport définitif est prévu pour le 10 juin 2010.Suite à la transmission du rapport final le 15 janvier 2010, l’action 10 s’est terminée le 20mai 2010 par la transmission du rapport définitif. Il en est de même pour l’action 11 avecl’émission du rapport définitif le 19 novembre 2009.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B42


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eL’action 12 a démarré fin avril 2010 avec la mobilisation de deux experts pour prendre encharge l’action, M. Jose-Manuel CARNICER pour les activités en Espagne et M. RobertoFRANCIA pour les activités en Italie. Rappelons que l’action prévoyait une mission enEspagne et une autre en Italie pour six participants des pays bénéficiaires (2 par pays) aveccomme objectif de faire le point sur les dispositions réglementaires en vigueur en Espagne eten Italie et d’identifier les mesures pratiques à mettre en place pour améliorer les échangesentre les pays de l’UE et ceux du Maghreb en passant par l’Espagne et éventuellement parl’Italie.L’action s’est déroulée principalement durant le mois de mai :Démarrage de l’action du 1 au 7 mai 2010 avec la venue des deux experts enAlgérie pour préparer les programmes d’activités en Espagne et en Italie ;Pendant la même période, désignation des participants par les pays bénéficiaires ;Mission en Italie du 13 au 19 mai 2010 avec M. FRANCIA ;Mission en Espagne du 24 au 28 mai 2010 avec M. CARNICER ;Retour des experts responsables à Alger du 29 mai au 3 juillet 2010 pour compléter lesactivités de l’action.La transmission du rapport définitif est prévue pour le 10 juin 2010.L’action 13 a continué ses activités sur la période avec deux missions en Algérie, du 25octobre au 5 novembre 2009 et du 6 au 17 janvier 2010. Cette action accompagne l’action 8avec laquelle elle est en étroite relation. Pour cette raison, les ateliers de restitution de cesdeux actions ont été regroupés avec la tenue de la restitution des deux actions le 24 mars2010 à Tunis.Le rapport final a été transmis pour validation par les bénéficiaires le 20 mai 2010. L’envoi durapport définitif est prévu pour le 10 juin 2010.Suite à la revue et l’approbation du rapport de démarrage de l’action 14 par le COPIL à saréunion de janvier 2010, l’action a progressée sur la période avec deux missions, unepremière en Algérie du 31 janvier au 11 février 2010 et une deuxième au Maroc du 2 au 12mars 2010. Cette action stratégique a été menée d’une main de maitre par trois expertsinternationaux reconnus dont M. Frédéric REVEIZ, M. Gérard MALENGÉ et M. PierreHOLVEC. L’équipe d’experts internationaux était secondé par trois experts nationaux, M.Hamid HADDOUCHE (Algérie), M. Mohammed HMAMOUCHI (Maroc) et M. NoureddineDHOUIB (Tunisie). L’atelier de restitution de l’action s’est déroulé à Tunis le 6 mai 2010. Lerapport final a été transmis pour validation par les bénéficiaires le 27 mai 2010. L’envoi durapport définitif est prévu pour le 18 juin 2010.Le COPIL, en sa réunion du 19-20 janvier 2010, approuvait le démarrage de trois nouvellesactions. À la demande des bénéficiaires, deux de ces actions s’avèrent des prolongementsd’activité déjà complété : l’action 15 A demandée par le bénéficiaire Algérien qui est uncomplément à l’action 5 sur la tarification binomiale et l’action 15 B qui vise à formuler despropositions concrètes sur l’harmonisation des cadres législatifs et réglementaires de chaquepays, en complément du travail déjà effectué en l’action 11.Une nouvelle action s’est ajoutée, soit l’action 15 C qui traite de l’intégration des énergiesrenouvelables dans les systèmes électriques de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie.L’action 15 A a démarré avec la mobilisation fin janvier 2010 de M. Anthony FRAYNEcomme expert responsable et s’est déroulée sur la période avec trois missions en Algérie, du31 janvier au 11 février 2010, du 30 mars au 9 avril 2010 et du 20 au 27 avril 2010. L’atelierde restitution s’est déroulé à Alger le 16 mai 2010. Le rapport final a été transmis pourR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B43


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n evalidation par les bénéficiaires le 27 mai 2010. L’envoi du rapport définitif est prévu pour le18 juin 2010.L’action 15 B a démarré avec une première mission de Mme Miriam ORIOLO qui s’estdéroulée du 5 février au 4 mars. Lors de cette mission, Mme ORIOLO s’est entretenue avecles entités juridiques de chaque pays pour faire le point sur l’avancement de leur législationet leurs règlements. Une dernière mission en Algérie, du 11 au 21 avril, a eu lieu pourterminer l’action. L’atelier de restitution s’est déroulé au Maroc le 12 mai 2010.Malheureusement, seulement les participants Marocains ont pu participer, le déplacementdes participants Algériens et Tunisiens ayant été impossible du fait de la fermeture desaéroports du Maghreb, suite à l’éruption du volcan islandais. Le rapport final a été transmispour validation par les bénéficiaires le 27 mai 2010. L’envoi du rapport définitif est prévu pourle 18 juin 2010.L’action 15 C a démarré avec l’arrivé fin janvier 2010 du responsable de l’action, M. DenisLEVY et de la mobilisation des experts courts termes nationaux, M. Driss OURAOUI (Maroc)et M. Neji AMAIMIA (Tunisie). L’action s’est déroulée en quatre missions :du 31 janvier au 9 février 2010 en Algérie ;du 22 février au 2 mars 2010 au Maroc ;le 9 et 10 mars 2010 à Bruxelles ;du 25 au 31 mars 2010 en Tunisie.Dans chaque pays, M. LEVY s’est entretenu avec les responsables des institutions pourl’intégration des énergies renouvelables. La mission à Bruxelles était spécifiquementprogrammée pour recueillir les informations pertinentes quant à l’expérience de l’Allemagneet de l’Espagne en matière d’expérience avec les différentes formes d’énergie renouvelable.L’atelier de restitution s’est déroulé au Maroc le 27 avril 2010. Le rapport final a été transmispour validation par les bénéficiaires le 20 mai 2010. L’envoi du rapport définitif est prévu pourle 10 juin 2010.3.3. Préparation du Conseil MinistérielLe projet a été prolongé de deux mois, du 23 Avril au 23 Juin 2010. Cette période amajoritairement été consacrée à la finalisation des dernières actions du POA 2009 amendéeet à la préparation du Conseil Ministériel.La préparation du Conseil Ministériel a été concrètement envisagée dès la réunion du 5°COPIL à Tunis, en juin 2009. Il fut alors décidé :De confier, dans le cadre de la fiche action 16, à deux experts extérieurs la rédactiond’un document de synthèse portant sur les « études & expertises » et d’un document desynthèse portant sur la « formation ».Les deux experts sélectionnés, respectivement MM Smaïl KHENNAS et Sibi BONFILSont commencé leur travail en novembre et décembre 2009, pour l’achever en janvier etfévrier 2010. Ces travaux firent l’objet d’une présentation par les deux experts au COPILd’Alger en janvier 2010.D’organiser des journées de « brainstorming » dans chacun des trois pays sur la doublequestion de la domiciliation et de la pérennisation des activités de formation du projetavec l’objectif de préparer la situation d’après - projet conformément aux TdR. Cesjournées ont effectivement été organisées, comme indiqué ci-dessus, ce qui a permis defournir les bases de recommandations sur la formation à présenter au Conseil ministériel,et de façon correspondante, d’alimenter sur ce sujet la proposition de « plan d’actions »R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B44


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n edevant être annexée à cette déclaration. Il faut souligner le fait que à chaque nouvellejournée, étaient communiqués les résultats sous forme de recommandations desjournées précédentes ; la journée organisée à Casablanca (5 mars 2010) a ainsi pubénéficier de l’expérience et des résultats de celle organisée à Alger (24 septembre2009) ; quant à celle de Tunis (26 mai 2010), ouverte par le Secrétaire d’Etat auxénergies renouvelables, M. Abdelaziz RASSAA, son compte rendu témoigne de sonsuccès et du bénéfice retiré de l’organisation des deux précédentes journées. Il s’ensuitqu’il est apparu inutile d’organiser un « brainstorming » régional, qui aurait d’ailleursalourdi la quantité d’événement du projet organisés en cette dernière phase de sonexercice.D’organiser deux réunions de « groupe d’experts », successivement à Rabat (29 et 30avril 2010) et à Tunis (24 et 25 mai) en vue de la réunion du Conseil Ministériel prévueen juin 2010. Lors de ces réunions les experts des 3 pays ont eu à examiner et définir laproposition de déclaration ministérielle et la proposition annexée de « plan d’action ». Enrelation étroite avec la DP, l’EAT s’est attaché à ce dernier document. En outre, ledéroulement effectif du projet IMME a d’abord été présenté sur la base des deux rapportsde synthèse, « Etudes & expertises » et « Formation ». Par la suite, et en s’appuyant surces deux rapports, les experts des 3 pays devaient présenter une évaluation du projetIMME pour, à partir des objectifs initiaux et des réalisations, alimenter lesrecommandations du plan d’actions prioritaires. Cette évaluation du projet par lesbénéficiaires a été examinée lors de la deuxième réunion du groupe d’’experts, à Tunis.De contribuer à l’organisation pratique du Conseil ministériel prévu à Alger, le 20 juin, enprésence des trois Ministres en charge de l’énergie dans chacun des pays bénéficiaireset du Commissaire européen à l’énergie, et en présence des Ministres de l’énergie (oude leurs représentants) de la Libye, de la Mauritanie, de l’Espagne, et de l’Italie, invitéscomme observateurs. Du vendredi 18 au dimanche 20 juin, les experts de l’EAT onteffectivement été mobilisés à cette fin à l’hôtel Sheraton d’Alger, lieu de déroulement dece Conseil.4. Mobilisation des ressources au cours du projetLes graphiques suivants présentent les données relatives à la mobilisation des ressourcesmises à disposition du projet IMME.Pour rappel, le projet était articulé autour de trois lignes budgétaires de référence, lesHommes Jours, les dépenses accessoires et le budget pour vérification des dépenses.Au sein de la ligne Hommes Jours, le projet faisait appel à trois catégories d’Hommes Joursdifférentes :les experts Long termeles experts Court Terme Seniorsles experts Court Terme JuniorsLe premier graphique illustre l’utilisation des hommes jours en fonction des catégories sur ladurée totale du projet. Ces hommes jours correspondent à l’expertise mobilisée sur lesvolets « études et expertises » et « formation ».Le deuxième diagramme expose l’utilisation du budget « dépenses accessoires » du projet.Ce budget regroupe les montant disponibles qui viennent en appui aux différents actionsmises en œuvre, à travers les différents aspects logistiques.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B45


QuantitéI n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e4.1. Mobilisation des ressources humainesMobilisation ressources humaines globale1 6001 4001 2001 000Total homme jours8001 535,00600988,00400605,00200318,5002007 2008 2009 2010Mobilisation ressources humaines par année et par catégorie700Somme Nom de jours600500575,50615,50400416,50464,00CatégorieExpert CT Junior300344,00Expert CT SeniorExperts LT EAT200252,00225,00163,00100109,50107,50128,00046,002007 2008 2009 2010AnnéeR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B46


Montant en eurosI n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eMobilisation ressources humaines par période et par catégorie350Somme Nom de jours338,5300297,5311,5316,0 314,5250263,5 264,0200150217,0225,5190,0160,0CatégorieExpert CT JuniorExpert CT SeniorExperts LT EAT142,010097,0101,55074,559,5030,044,0Période 1 Période 2 Période 3 Période 4 Période 5 Période 6Facturation4.2. Mobilisation des ressources financièresDépenses accessoires par année200 000180 000Somme €197 576,98160 000162 233,83140 000120 000124 868,68100 00080 00060 00040 00020 000015 294,522007 2008 2009 2010AnnéeR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B47


Montant en eurosMontant en eurosI n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eDépenses accessoires par période de facturation180 000Somme €160 000162 145,80140 000120 000128 011,68100 00080 00093 546,1360 00071 528,7540 00020 00008 389,3136 352,351 2 3 4 5 6Période de facturation4.3. La dynamique du ProjetDynamique du projet5 000 0004 500 0004 000 0003 500 0003 000 0002 500 0002 000 0001 500 0001 000 000500 00001 2 3 4 5 6Période de facturationLa courbe précédente illustre la dynamique du projet IMME. Cette dernière s’articuledistinctement autour de trois phénomènes significatifs du projet :R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B48


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eUn démarrage difficile :Les neufs premiers mois du projet IMME n’ont pas connu l’intensité de prestationattendue. En particulier, la mise en place du bureau et le renouvellement inopportun desexperts long terme, l’élaboration de procédures appropriées ainsi que la création et lagénéralisation d’automatismes adaptés propres à l’équipe, ont été autant de facteurs deretard dans la mise en œuvre effective des activités du projet IMME.Il faut aussi noter que le degré d’implication des pays bénéficiaires, qui ont fait preuved’un certain scepticisme au départ sur les thèmes de la libéralisation et des échanges, aquelque peu contribué à freiner le démarrage effectif du projet IMME.Un travail de haute intensité :Les graphiques précédents illustrent l’intensité croissante du travail de l’EAT pour mettreen œuvre le projet.Il est notable que le travail de l’équipe d’experts LT au complet (et stable dans sonorganisation), doublé d’une mobilisation accrue d’experts CT et de la multiplication desactions de formation, ont donné au projet toute son ampleur.La recherche et le rodage d’une procédure claire de relations entre la Direction de l’UGPet le Consultant ont aussi permis une accélération des activités du projet IMME. Cetteentente sur le plan des procédures est le résultat d’un dialogue constant et ouvert entreles deux acteurs opérationnels du projet, : la Direction de l’UGP et le Consultant,responsables de la mise en œuvre.Une implication accrue des pays bénéficiaires :Il est important de noter que tout au long du projet, les pays bénéficiaires ont pris part àses activités de façon croissante et ont fait preuve d’une implication de plus en plus forte.Cela a permis à l’EAT de mettre en œuvre, en collaboration avec l’UGP, un plus grandnombre d’actions d’expertises et de formation. Ce renforcement, en terme d’engagementa fortement participé au phénomène de « convergence des perceptions » des paysbénéficiaires sur les questions de libéralisation, de restructuration, et d’interconnexionabordées par le projet.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B49


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eSection 2Analyses spécifiques desActivités du Projet1. Introduction1.1. Articulation Formation/ExpertiseAu début du projet, une série d’actions, listées dans les TdR, ont été reprises dans le POGpuis dans le premier POA (2008) d’abord dans un ordre alphabétique, puis numérique dansle POA 2009, de 1 à 15 puis 16.Cette codification considérait que les activités de formation relevaient des actions 1 et 2.Pour plus de clarté, et prendre acte de l’importance réelle et non plus hypothétique, de laformation dans ce projet, et établir la distinction avec les actions se référant proprement àdes « études et expertises » les expressions « volet formation » et volet « études &expertises » ont été systématiquement utilisées à partir de 2009. Cela signifiait notammentque les volumes de temps consacrés à l’EAT des experts LT N° 2 et N°3 étaientcomparables. Cela impliquait aussi, qu’entre ces deux volets une relation singulière était àétablir, conditionnant la dynamique des effets du projet. Le projet lègue en effet un certainnombre d’expertises, qui ont été menées à bien sur des thèmes d’importance quant àl’atteinte des objectifs ; il lègue pareillement une expérience de formation, développée sur 3pays à travers la mise en œuvre de plusieurs « modalités » (voir ci-dessus le rappel desévénements et ci-après le rappel du plan de formation adopté).Entre ces deux volets, il y a lieu d’établir les formes de leur « enrichissement réciproque »dans une perspective d’avenir : celle de l’impact et de la durabilité du projet pour la mise enplace de marchés nationaux d’électricité, la constitution d’un marché régional, et leurintégration dans le marché de l’Union européenne.Les études et expertises ont approfondi un certain nombre de thèmes essentiels dans desdomaines clés propres à la situation spécifique des pays bénéficiaires ; la formation acontribué à la dissémination des concepts clés du fonctionnement des marchés, auprès decadres dont certains assument déjà des responsabilités importantes. La circulation des idéeset des concepts entre ces deux domaines n’avait pas été prévue dans les TdR, mais elle estune possibilité réelle, car il n’y eut aucune contradiction entre ce qu’enseignaient les activitésde formation et l’approfondissement méthodologique des expertises du projet. A l’issue duprojet IMME, il s’agirait seulement de la mettre en œuvre, et il faut donc en retenir le principedans la perspective d’avenir ci-dessus énoncée.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B50


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eEn particulier, ce sont des changements profonds qui, en principe, attendent chacun despays bénéficiaires sur la voie de leur intégration électrique. La qualification de ceschangements est explicitée ci-après dans la section 3, chapitre 3, du présent rapport. Ilfaudra gérer ces changements, à court, moyen, et long terme, donc s’appuyer sur desmentalités qui y seront d’autant plus disposées que les individus auront une claireconscience de ce que cela implique au plan conceptuel.1.2. Les activités du projet et la stratégie générale d’intégration dumarché régional d’électricité du Maghreb a celui de l’UnionEuropéenneOutre les activités de formation qui ont été développées en utilisant l’appareil conceptuel dela libéralisation des marchés, de régulation de la concurrence et du secteur électrique, leprojet a mis en œuvre, d’abord progressivement, puis de façon de plus en plus intensive unesérie d’actions « études et expertises » explicitant les divers axes selon lesquels leprocessus recherché d’intégration du marché régional d’électricité peut aboutir.Ces axes reprennent les 4 objectifs du projet, rappelés dans l’introduction de ce rapport.Finalement, le projet IMME aura mené à terme treize actions qui donnent à chacun de cesaxes stratégiques, leur consistance. Parmi ces treize actions, dix étaient annoncées dès ledépart (actions 5, 6, 7, 8, 10, 11, 12, 13, 14, 16). Ont été ajoutées trois actions spécifiquesqui ont pris place dans le cadre de la fiche-action complémentaire 15 (actions 15 –A, -B, -C).Douze actions s’inscrivent dans les domaines identifiés par les objectifs du projet, ou axesstratégiques. L’action 15 C doit être considérée comme transversale, car elle traverseeffectivement les 4 axes. Elle traite d’un sujet additionnel que n’évoquaient pas les TdR,mais qui a pris de l’ampleur depuis sa publication en 2005 ; il s’agit de l’intégration desénergies renouvelables (essentiellement solaire et éolien) dans les réseaux électriques duMaghreb et de leur contribution aux échanges avec l’Union européenne.2. Le volet « formation »Ce chapitre retrace les actions de formation entreprises pendant toute la durée du projet enconformité avec le plan de la formation.La démarche mise en œuvre, en formation, s’est déroulée à deux niveaux, l’un ciblant unlarge public, lors de séminaires, ateliers et formation initiale Régulation et l’autre englobantun noyau de Cadres Opérationnels, par pays, recrutés au sein des organisations du SecteurElectrique, constituant les groupes des futurs Formateurs Auxiliaires. Un dispositif spécifiquede formation a permis de former ces cadres opérationnels, d’une part, aux concepts deMarchés de l’Électricité, et d’autre part, à l’animation de groupe en formation. Ils deviennentainsi les garants de cette nouvelle culture en démultipliant les concepts nouveaux deMarchés de l’Électricité.Les actions de formation sont regroupées suivant quatre modalités pédagogiques :SéminairesAteliersImmersionsFormations localesSont exposés ci-après les bilans quantitatifs de chacune ainsi que leurs bilans qualitatifs.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B51


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e2.1. SéminairesLes séminaires sont un moment d’échanges et de confrontation sur les nouveaux conceptsde Marchés de l’électricité. Organisés alternativement dans chacun des pays bénéficiairesavec la participation d’experts internationalement reconnus, ils sont aussi l’occasion d’unerencontre sur des thèmes d’intérêt commun dont la compréhension facilitera l’intégrationprogressive des marchés de l’Électricité. Ils sont importants pour une intelligence partagéedes concepts de Marchés de l’Électricité.Les représentants des pays ont ainsi le loisir de s’exprimer librement et d’aborder lesquestions d’harmonisation et d’adaptation des processus exposés pour mieux envisagerd’éventuelles applications pratiques en fonction des contextes propres à chaque pays.Ils regroupaient des Directeurs Généraux des Ministères de l’énergie, des PrésidentsDirecteurs, Directeurs et Cadres des Sociétés du secteur électrique de l’Algérie, du Maroc etde la Tunisie.Six séminaires ont été organisés et constituent le tronc commun des connaissancesessentielles pour mieux appréhender les nouveaux métiers et nouvelles compétencesrequises.Le Premier de ces séminaires, à Alger, en février 2008, a posé le cadre général del’ouverture des Marchés de l’Électricité, en Europe, avec ses problématiques, ses enjeuxet ses modèles. De cet évènement, la logique des thèmes suivants apparaissait plusclairement en priorisant les besoins les plus importants de ces nouveaux concepts.Nombre de participants : 110Durée : 3 joursLe Deuxième séminaire, à Casablanca, en Juin 2008, divisé en deux parties,s’intéressait, d’une part, à l’Harmonisation des cadres Juridiques et réglementaires destrois pays du Maghreb avec celui de l’Union Européenne, et d’autre part, au Systèmed’Information d’un Opérateur de Réseau Européen. La première partie, de ce séminaire apermis de mesurer les différences, les écarts, les vides juridiques entre les trois pays etles Directives Européennes. La deuxième partie, plus technique, a situé l’évolution etl’importance du nouveau Système d’Information qui demandera une réflexion collectivedes opérateurs des Marchés de l’Électricité.Nombre de participants : 60Durée : 4 joursLe Troisième séminaire, en Tunisie, en Novembre 2008, présentait la Tarification del’utilisation des Réseaux de Transport d’Électricité (Accès/Raccordement) et desInterconnexions, prémisses de l’ouverture des Marchés de l’Électricité à la concurrence.Nombre de participants : 60Durée : 2 joursLe Quatrième séminaire, à Alger, en Mai 2009, ciblait l’Organisation du Marché de Grosde l’électricité et du fonctionnement de l’Opérateur de Marché. Il a permis de visualiser lerôle, le fonctionnement, les règles, les procédures et les transactions opérées(Vente/Achat) d’une bourse de l’Électricité.Nombre de participants : 130Durée : 2 joursR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B52


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLe Cinquième séminaire, à Casablanca, en Octobre 2009, abordait le thème de laRégulation des Marchés de l’Électricité et de la place des organismes de régulation. Destémoignages variés de différents Régulateurs ont permis aux participants d’appréhenderle rôle, les responsabilités et l’importance de cet arbitre incontournable.Nombre de participants : 95Durée : 2 joursLe Sixième séminaire, de clôture, en Tunisie, en juin 2010, présentait, en toile de fond,l’intégration Régionale (Sud/Sud) des Marchés de l’Électricité avec celui de l’UnionEuropéenne (Nord/Sud) à partir des acquis du projet « Intégration des Marchés del’Électricité de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie dans le Marché intérieur de l’Électricitéde l’union Européenne ». Il mettait en perspective, la continuité de ce projet, les besoinsnouveaux à satisfaire pour accompagner ces 3 pays à créer ces Marchés de l’’Électricité.2.2. AteliersParallèlement à ces événements internationaux, ont été organisés des Ateliers dans chacundes trois pays sur une problématique propre à chacun. Ils ont fait l’objet d’une attentionparticulière portée au contexte local. Cette modalité pédagogique permet unaccompagnement individualisé des participants pour une meilleure appropriation desconcepts. Elle répond a une problématique proposée par les responsables de chacun despays.Le public ciblé était, en majorité, des responsables et cadres opérationnels.Chaque atelier réservait une part importante au travail en groupe pour solutionner desexercices pratiques. Il était le moment privilégié pour partager les informations, les difficultés,les questionnements et les réflexions.Les programmes sont joints en Annexe du présent rapport.6 Ateliers constituaient le Plan de Formation.Premier Atelier Algérie, en Mai 2008, était la réponse à une demande formulée parl’Opérateur du Système Algérien sur les deux thèmes suivants :le fonctionnement des Marchés de l’Électricité, particulièrement, le rôle de l’OpérateurSystème sur la gestion de l’équilibre, les mécanismes d’ajustement, la gestion desécarts ;Système d’information d’un Opérateur de Réseau.Nombre de participants : 62Durée : 2 joursDeuxième Atelier Maroc, en Novembre 2008, présentait les concepts nouveaux demarchés de l’Électricité, base indispensable pour identifier les changements nécessairespour passer à un marché ouvert. Il a permis de repérer les adaptations et actionspossibles qu’il faudrait mettre en œuvre au moment pertinent.Nombre de participants : 40Durée : 2 joursR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B53


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eTroisième Atelier Tunisie, en Décembre 2008 présentait la même problématique, maisajustée au Secteur Electrique Tunisien.Nombre de participants : 40Durée : 2 joursQuatrième Atelier Algérie, en Novembre 2009, ciblait un sujet nouveau sur les contratsde Concession d’un distributeur d’électricité, partie peu abordée dans les Ateliers etrépondant à une demande particulière de la CREG Algérienne. L’autre sujet donnait unautre éclaira de l’optimisation des Interconnexions Transport.Nombre de participants : 62Durée : 4 joursCinquième Atelier, en Tunisie en Février 2010 reprenait les problématiques d’Accès desTiers au Réseau de Transport, particulièrement la partie contractuelle avec lesutilisateurs du réseau comme les producteurs, fournisseurs et Gestionnaire de Réseaude Distribution. Le deuxième sujet concernait l’organisation et la structure du Systèmed’Information qui revient comme une préoccupation logique compte tenu desinvestissements lourds que cela nécessite.Nombre de participants : 40Durée : 2 joursSixième Atelier, au Maroc, en Mars 2010 présentait les deux sujets développés lors duprécédent atelier mais en s’appuyant, comme cas pratique, sur la l’interconnexion réellede la liaison Maroc/Espagne.Nombre de participants : 40Durée : 2 jours2.3. ImmersionsLes immersions chez des Opérateurs Européens du Secteur Électrique, sont des momentset des lieux propices de visualisation et de concrétisation des concepts théoriquesdéveloppés auparavant dans les séminaires et Ateliers. Elles permettent de mieux mesurerle chemin à parcourir et les compétences à acquérir dans un nouvel environnement marquépar l’ouverture des marchés.Chaque immersion était encadrée par un expert du projet, pour assurer les liens et lestransferts possibles avec les réalités des pays du Maghreb.Elles rassemblaient des Responsables des Ministères de l’Energie et des sociétés duSecteur Electrique de chacun des trois pays.5 Immersions ont pu être organisées chez des Opérateurs Européens.Première Immersion, en Juin 2008 chez l’Opérateur Nordique Vattenfall à Stockholm.Cet Opérateur à l’image d’EDF, en France, cumule toutes les fonctions, naturellementséparées, de la Production à la Distribution. Cette première expérience n’a pas apportéle maximum de bénéfices car les concepts de Marchés n’étaient pas encore un langageacquis par les participants. Elle a permis d’appréhender un modèle de marché « Pool ».Nombre de participants : 13Durée : 3 joursR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B54


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eDeuxième Immersion, en Octobre 2008, a été organisée chez un Gestionnaire deRéseau de Distribution Électricité de Strasbourg, en France. Elle a permis de mieuxappréhender les changements profonds qu’ont subis les Distributeurs Européens. Laséparation des activités de fourniture et de gestion de réseau ont suscité des débatsintéressants et mis en évidence la complexité de cette situation.Nombre de participants : 11Durée : 4 joursTroisième immersion, en Juillet 2009, chez un Opérateur de Réseau Belge (ELIA), àBruxelles, présentait les activités et les métiers d’un gestionnaire de réseau de Transport.Tous les aspects nouveaux ont été abordés, lors de cette session, gestion des flux,accès des Tiers au réseau de transport, intégration de l’énergie éolienne, coordinationsdes Opérateurs Systèmes Européens, regards du Régulateur .Nombre de participants : 12Durée : 4 joursQuatrième Immersion, en Octobre 2009, chez Gestionnaire de Réseau de Distribution,à Strasbourg a permis à un deuxième groupe de bénéficier de cette formation. Ellecomprenait les mêmes thèmes que la précédente immersion chez cet Opérateur.Nombre de participants : 11Durée : 4 joursCinquième Immersion, en Juin 2010, chez un Opérateur de Marché, EPEXSPOT àParis permettait au groupe de participants de se familiariser avec le fonctionnementd’une Bourse de l’Électricité, de voir les plateformes de transactions, les outils utilisés etles règles associées. Elle finalisait le programme de formation des voyages d’Etudes duprojet.Nombre de participants : 1Durée : 2 jours2.4. Formation localesDeux types de formations ont été menées dans chaque pays :Formation démultipliées des «Concepts de Marchés de l’Électricité »Formation Initiale « Régulation des Marchés de l’Électricité »2.4.1. Formations démultipliéesLe Plan Formation prévoyait la démultiplication des actions de formation sur les thèmes lesnouveaux concepts de Marchés de l’Électricité afin de sensibiliser un plus large public auxconcepts de Marchés de l’Électricité. Elles ont été mises en œuvre par des FormateursAuxiliaires qu’il a donc fallu former au préalable. Ces futurs formateurs, qui se sont vudécerner une « attestation » de suivi, sont des cadres opérationnels qui ont été recrutés ausein des organisations du Secteur Électrique.L’accomplissement de cette mission de formation des « Formateurs auxiliaires » s’estarticulée autour de l’organisation de deux modules de formation purement pédagogiques :M1 et M2.Le module M1 a regroupé les apports théoriques en pédagogie pour préparer, animer etévaluer une séance de formation ;R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B55


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLe module M2 étant réservé à la mise en situation pédagogique, soit une mise enapplication d’un point de vue de dissémination des connaissances, des concepts étudiésen M1.Un troisième module ME, dit « Technique », concernait les concepts de Marchés del’Électricité, dument développés pour une meilleure appropriation. Il servira de référentiel à laconstruction des Formations démultipliées sur ces mêmes concepts.Nombre de Formateurs Auxiliaires, pour l’Algérie : 15Nombre de Formateurs Auxiliaires, pour le Maroc : 15Nombre de Formateurs Auxiliaires, pour la Tunisie : 17A l’issue de ces formations les groupes étaient accompagnés individuellement,pédagogiquement, lors d’entretiens réguliers par les Experts CT local Formation. En plus decet accompagnement individuel, des regroupements collectifs étaient organisés pourcoordonner les séquences pédagogiques de chacun et préparer la session de formation àdémultiplier.Tous les groupes ont animé la première session de formation « Concepts de Marchés del’Électricité » d’une durée de 3 jours.Il faut noter le travail considérable, de qualité, fourni par les Formateurs Auxiliaires pourassumer la mission de démultiplication.Les dispositifs de formation de chaque groupe de Formateurs Auxiliaires sont joints enAnnexe à ce rapport.2.4.2. Formation initiale « Régulation des Marchés de l’Électricité ».Parallèlement, aux dispositifs développés à l’Ecole de Florence, l’EAT a conçu, avec leconcours de Mr Jacques PERCEBOIS, Président du CREDEN et Mr Jacques KAPPAUF unesession expérimentale abordant les concepts théoriques de la Régulation des Marchés del’Électricité. Elle couvrait la majorité des thèmes nécessaires à la compréhension de cesnouveaux concepts.La première formation expérimentale a eu lieu en Algérie, en Juillet 2009,46 personnes participaient à cet évènement durant une semaine.Par la suite, cette formation a été mise en place en Tunisie, en Mars 2010, et au Maroc enAvril 2010.Une quarantaine de personnes participaient à chaque session.2.4.3. Journées de BrainstormingEn réponse à une demande formulée lors du Comité de Pilotage du projet, de Juin 2009, desréunions « Brainstorming » ont été organisées dans chacun des trois pays pour statuer de la« Domiciliation » et de la « Pérennisation » de la formation au niveau national d’une part etau niveau régional. Ces réunions avaient pour objectifs de :Définir les responsabilités des Organisations et Institutions de formation du SecteurElectrique impliquées,Elaborer une stratégie pertinente de Domiciliation et Pérennisation des actions deformation engagées depuis le début du projet,Définir les modalités de transfert des sessions de formation animées par les FormateursAuxiliaires vers les Formateurs Institutionnels et de mise en œuvre ces actions.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B56


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eElles permettaient une réflexion regroupant des experts, des responsables de RessourcesHumaines, des Responsables d’Etablissement de formation Public et Privé, des formateursAuxiliaires, des experts CT du projet et d’autres acteurs du secteur.Elles posaient, là, la question de capitalisation, d’enrichissement, de prolongement desacquis, en formation, socle dur, existant pour préparer la construction, nationale et régionaledes marchés de l’Electricité.La première réunion s’est déroulée à Alger, le 24 Septembre 2009.La deuxième réunion a eu lieu au Maroc, le 5 Mars 2010.La troisième réunion a eu lieu en Tunisie, le 26 Mars 2010. Lors de cette dernièreréunion, les représentants de l’Algérie, du Maroc ont présenté le fruit de leurs réflexionsce qui a permis de constater que de nombreuses idées, recommandations serencontraient. Elle fut l’objet d’une capitalisation des travaux effectués durant ces troisjournées régionales.Synthèse et recommandations des travaux recueillis lors de ces journées :Afin de domicilier et de pérenniser les actions de formation, il faudrait engager un processuscomplet de différents types d’actions de formation en s’appuyant sur les structures existanteset éventuellement en créer de nouvelles. Les recommandations suivantes, issues desdiscussions lors des brainstormings peuvent aider à atteindre cet objectif :Fixer des objectifs clairs, à moyen et long terme, dans le cadre d’un plan de formation encohérence avec les options d’évolution des marchés ;Fédérer tous les efforts en réunissant tous les acteurs concernés par le volet formationdu projet IMME (établissements académiques, opérateurs publiques et privés et autresprofessionnels) ;Assurer le suivi et l’évaluation des programmes de formation de façon à les adapter enfonction des besoins réels ;Assurer une veille technologique et une mise à jour des volets de formation sur les planstechniques, économiques et opérationnels ;Renouveler périodiquement l’engagement des partenaires ;Motiver les formateurs et les équipes concernées par des actions d’immersion chez desopérateurs européens pour prendre connaissance concrètement des nouvelles pratiqueset échanger sur site des informations sur les méthodes et procédures ;Piloter le processus de domiciliation par un Groupe ad hoc afin de mener à bien toutesces actions ;Développer les échanges d’information, au niveau Maghrébin et aussi dans le cadreouest méditerranéen afin d’enrichir ce processus de formation ;Organiser périodiquement des forums et des rencontres pour faire le point sur lesprogrès réalisés ;Argumenter de façon coordonnée pour convaincre le niveau décisionnel (TopManagement) les opérateurs historiques et la tutelle ministérielle de l’intérêt depoursuivre et développer cet ensemble d’actions de formation.2.5. Bilan Volet FormationR a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B57


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eRessources H/J Formation mobilisées pour réaliser le programme de FormationRessources FormationMr Jacques KAPPAUFExpert Senior InternationalMr Aomar TACHETExpert Senior local AlgérieMme Oum Keltoum BOUHELALExpert Senior local MarocMme Bahia Bejar-GHABDHABExpert Senior local TunisiePlan deFormationExpert Court Terme Junior 16Expert Court Terme Senior 189Accompagnement dudispositif de formationdes FormateursAuxiliaires66 26Total HJ 260 119303030R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B58


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLa participation des bénéficiaires, en fin de projet, se retrouve équilibrée entre les trois pays,compte tenu de leur taille.Il apparaît clairement que le coût de formation de l’Ecole Européenne de Florence et desimmersions est très élevé, ce qui s’explique par le coût des voyages et des per diemassociés.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B59


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e3. Le volet « études et expertises »Conformément aux termes de références, l’approche stratégique du projet s’est articuléeautour des quatre axes suivant:Soutenir le développement des marchés de l’électricité ;Renforcer les compétences via la dissémination des connaissances techniques ;Appuyer les mécanismes d’échanges commerciaux.Assurer le développement institutionnel ;Au lancement du projet, le POG de décembre 2007 a identifié 13 actions d’expertises àmettre en œuvre par l’EAT sur la période d’exécution du projet.Le POA 2009, suite à une recommandation du COPIL, tenu à RABAT en Décembre 2008, aprévu la réalisation d’une action supplémentaire (Fiche Action 16).L’Avenant N° 2 au POA 2009 cité précédemment a prévu de compléter 2 actions achevéesen 2009 (5 et 11) par des études additionnelles (15 A et 15B) et d’engager une actionnouvelle (15C) sur les énergies renouvelables dont la problématique, très actuelle, étaitsingulièrement absente de la vision d’ensemble du projet.Les études complémentaire (15 A et 15 B) et l’action nouvelle (15 C), qui déclinent la FicheAction 15 du POG, dont les TDR précisent qu’elle concerne les « études complémentaires »,ont permis de :Mieux comprendre le marché Maghrébin de l’électricité ;De mieux évaluer l’impact de l’intégration du marché ;De renforcer la coopération entre opérateurs.L’Avenant N° 3 au POA 2009 a détaillé ces actions et en a précisé les échéanciers afin derespecter les délais d’achèvement du projet, au 23 juin 2010.L’ensemble de ces actions d’expertise concrétisent l’approche stratégique du projet, aveccelles du volet Formation (cf. ci-dessus).Les 4 axes définis précédemment permettent de définir 4 champs d’intervention entrelesquels se sont réparties les actions d’expertises. L’action 15 C sur les énergiesrenouvelables est par nature transversale; sa problématique traverse celles des 4 champsidentifiés.Le schéma ci-dessous illustre la vision stratégique d’ensemble en classant de façonsystématique les actions programmées, ce qui permet d’afficher leurs interactions etcorrespondances.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B60


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i e d a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d el ' U n i o n e u r o p é e n n ea) Soutenir le développement des marchés de l’électricitéAction 7 : Plan stratégique pour le développement des marchés del’électricité en AlgérieAction 13 : Etablissement d’une liste de projets d’infrastructureAction 14 : Bénéfices économiques de la coopération/des échangesmaghrébinsb) Renforcer les compétences via la dissémination desconnaissances techniquesAction 5 : Harmonisation des méthodologies de fixation des tarifsAction 10 : Audit des méthodologies de prévision de la demandeAction 15 A : Complément sur la Tarification binomiale.ACTIONS TRANSVERSALESPm : Les Actions du volet FormationAction 15 C : Intégration des EnergiesRenouvelables dans les systèmes électriquesde l’Algérie du Maroc et de la Tunisiec) Assurer le développement institutionneld) Appuyer les mécanismes d’échanges commerciauxAction 11 : Assistance JuridiqueAction 15 B : Propositions concrètes pour l’harmonisation des cadreslégislatifs et réglementaires de chaque pays.Action 16 : Organisation de réunions des instances créées par leprotocole de 2003Action 6 : Méthode de calcul des tarifs de transitAction 8 : Etude sur les liens avec d’autres projets pertinents dans lespays bénéficiairesAction 12 : Etudes sur les dispositions en jeu dans les pays bénéficiaireset dans les états membres de l’UER a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B61


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e3.1. Soutenir le développement des marchés de l’électricitéAfin de soutenir le développement des marchés de l’électricité, l’action 7 présente un planstratégique pour le développement des marchés de l’électricité en Algérie. Pour ce faire, ellepropose que la structure du marché en Algérie soit modifiée, afin de créer les conditionspréalables à la concurrence, d’une part, par l’initiation d’une restructuration patrimoniale del’opérateur historique pour réduire la concentration du parc de production ; d’autre part, parune restructuration organisationnelle du secteur qui entrainerait une séparation complète del’opérateur système et de l’opérateur marché, d’avec les intérêts de la production et de lafourniture.Pour réunir les conditions nécessaires à la mise en œuvre de la concurrence, une période depréparation minutieuse doit être réalisée. Cette dernière se divise en six grandes tâches :Consultation interne et confirmation de la politique énergétique ;Mise en place des systèmes informatiques nécessaire au fonctionnement d’un marché ;Mise en place des dispositions législatives et réglementaires manquantes ;Introduction des changements structurels et patrimoniaux ;Améliorer les communications avec les participants à l’interne et avec les partenairesétrangers ;Mise en place d’un marché spot.Dans le contexte de l’action 7, une revue de l’expérience mondiale, suite à l’introduction dela concurrence a aussi été effectuée, ce qui permet de tirer des enseignementsintéressants :Dès le début, mettre en place une structure qui sépare clairement les activités deproduction et de revente, des opérations de réseau ;Réduire la concentration du marché au sein du secteur de la production ;Assurer la transparence sur les conditions d’accès et sur la méthode de tarification ;Avoir une réglementation claire et cohérente ;Pour favoriser les investissements dans la production, le marché de gros doit recevoirdes signaux clairs en matière de cohérence et de tarification ;La volonté du gouvernement est le facteur déterminant pour assurer la réussite ;Procéder par étapes dans l’implantation du marché, et ne pas sous estimer le tempsnécessaire.L’action 13, en listant les projets d’infrastructure, met en évidence l’importance desstructures physiques qui vont supporter les interconnexions et l’extension de l’offred’électricité. S’en déduit, la possibilité des renforcements des marchés de l’électricité suite àla conclusion de la mise en œuvre de la dorsale 400 KV qui relie l’Algérie, le Maroc et laTunisie. Au-dede la dimension régionale, s’ajoute, d’une part, le renforcement prévu del’interconnexion Maroc-Espagne, avec l’addition d’un câble, et d’autre part, le projet ELMEDqui prévoit de relier la Tunisie et l’Italie. Pour l’Algérie, des projets d’interconnexion avecl’Espagne et l’Italie sont à l’étude.L’action 14, en évaluant les bénéfices de l’intégration régionale, souligne le coût de la nonintégrationet les économies pouvant être réalisées, lesquelles favorisent le développementdes investissements et sont donc un attrait pour le secteur privé.R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B62


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eL’étude réalisée, bien que limitée dans son étendue, a permis de montrer l’avantage d’undéveloppement concerté des moyens de production d’électricité des trois pays du Maghreb.Leurs interconnexions, en cours ou programmées, sont suffisantes, au moins à l’horizon2020, pour permettre, dès à présent, des échanges qui leur permettront d’améliorer lesperformances de leur réseaux par :Une réduction de la pointe globale des 3 réseaux du fait de la non-concomitance despointes ;Une réduction de la réserve globale ;La mise en service d’unités plus puissantes, en particulier en base, (réduction du coût duMW installé et rendement supérieur).Le bénéfice, à moyen et long terme, est une réduction et/ou un report des investissementsde chaque pays, et aussi l’achat d’électricité moins chère pour satisfaire la pointe. Il seraégalement envisageable d’investir conjointement dans des projets importants, c'est-à-dire de« mutualiser » les investissements de production.A court terme, il devient possible de déclasser immédiatement les plus anciennes centralessans avoir à attendre la mise en place de nouveaux moyens de remplacement.La mutualisation des moyens de moyens de production de base, à partir de 2020 environ,devrait permettre deduire progressivement la consommation spécifique des trois pays etdes coûts d’investissement grâce aux effets de taille et de série.3.2. Renforcer les compétences via la dissémination des connaissancestechniquesL’action 5, dans le contexte de la fixation des tarifs, cherche à promouvoir l’échange deconnaissances essentielles à la mise ne place de marchés nationaux et éventuellement d’unmarché régional entre les pays du Maghreb et l’UE. Pour promouvoir cet échange, desgroupes de travail nationaux, présidés par l’expert court terme international, ont été créés.Enfin, la mise en commun des informations pertinentes affectant la fixation de tarifs entre lestrois pays a été facilitée par la mise en place d’un groupe de travail transversal, réunissantles principaux intervenants des trois pays. Ces échanges d’information ont permis de livrer leconstat suivant :En Algérie, d’importantes avancées sont réalisées au niveau du contexte institutionneldans le sens de la libéralisation. En particulier, une méthodologie de tarification dutransport existe déjà et se trouve être très proche de celle de l’UE et une séparation desactivités est déjà mise en œuvre. En pratique cependant, la production d’électricité horsopérateur historique est peu développée et aucun client éligible n’a encore fait jouer sonoption d’éligibilité.Au Maroc, une proportion importante de la production d’électricité provient deproducteurs privés. De plus, le régime de la concession existe dans la distribution del’électricité en faveur de délégataires privées ou de régies communales pour environ 45%de l’électricité consommée à l’échelle nationale. Relevons également que depuis l’année1999, l’ONE est devenu opérateur sur le marché Spot d’Espagne. Le réseau de transportdemeure encore un monopole intégré à l’opérateur historique auquel sont liés lesproducteurs privés, par la formule de l’acheteur unique. Il n’existe, de ce fait, pas de tarifde transport.En Tunisie, les producteurs privés contribuent pour une part importante à la productionde l’électricité. Les réseaux de transport et de distribution demeurent entièrement au seinde l’opérateur historique, auquel les opérateurs privés sont liés par la formule deR a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B63


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n el’acheteur unique. Un tarif d’accès au réseau de transport MT-MT est actuellement àl’étude à la STEG, limité à l’autoconsommation des producteurs indépendants.De ce fait, il ressort qu’au Maroc comme en Tunisie, le coût du transport n’apparaît pascomme tel. Il est plutôt inclus dans le tarif intégré de l’électricité. Dans une perspectived’intégration des marchés maghrébins, la séparation juridique des activités, avec accès destiers au réseau, s’avère nécessaire.Suite à cette mise en commun des informations, la mise en œuvre des recommandationssuivantes est proposée pour promouvoir une meilleure harmonisation des tarifs de transport :AlgérieLa mise en conformité de ce tarif avec le décret n° 05-182 du 18 mars 2005 nécessitede définir un tarif binôme (partie fixe basée sur la puissance et partie proportionnellebasée sur l’énergie) différencié selon le niveau de tension ;Pour une meilleure harmonisation de la tarification du transport en Algérie par rapportà la méthodologie de l’UE, le décret n° 05-182 du 18 mars 2005 pourrait rendreobligatoire (et non plus seulement optionnel) le calcul de tarifs du transport qui soientdifférenciés selon le temps (nuit, jour, pointe, saisons).Maroc et TunisieParachever la séparation comptable des activités, déjà largement entamée dans lesdeux compagnies. Cette étape est primordiale pour l’identification de l’activité detransport ;Une meilleure identification des revenus et des coûts de l’activité transport pourraitêtre obtenue par la filialisation de l’activité transport, sans séparation juridique dansun premier temps et avec séparation juridique dans un deuxième temps ;Le coût d’utilisation du transport devra inclure les coûts opérationnels, les chargesd’amortissements, les impôts et taxes, les coûts spécifiques à la gestion du réseau detransport de l’électricité tels que les coûts des pertes d’énergie, les coûts des servicesde système (constitution des réserves et divers mécanismes de réglage), les coûtsdes congestions, les coûts de gestion des contrats, etc. ;Pour la détermination du revenu requis, il y a lieu de prévoir le montant du capitalengagé, selon l’approche de la Base d’Actifs Régulés, et une rémunération du capital,selon l’approche du Coût Moyen Pondéré du Capital.L’action 15 A est un complément à l’action 5 sur la mise en place d’une tarificationbinomiale (prime fixe et part variable) en Algérie, tel que stipulé dans le décret n° 05-182 du18 mars 2005. Pour réaliser cette action, l’expert court terme international était assisté parune équipe composée de représentants du GRTE, des sociétés de distribution (SD), del’Opérateur Système, de la Planification du réseau de transport et du Régulateur.Cinq scénarios tarifaires ont été évalués selon les critères ci-dessousCapacité de produire les revenus requis ;Limiter les risques financiers liés à la génération des revenus ;Un tarif qui reflète correctement les coûts de service ;Limiter les impacts brusques sur la facture des clients.Ceci a amené l’expert à formuler les recommandations suivantes :R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B64


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eRetenir le scénario de compromis lequel récupère 40% des coûts par une prime depuissance et le reste selon le prix de l’énergie consommée aux heures de pointe ;Développer davantage la comptabilité analytique pour distinguer les charges et actifs parniveau de tension ;Améliorer les données disponibles concernant les consommations aux heures de pointe ;Déterminer les puissances maximum appelées par chaque SD ;Suivre l’évolution des puissances mise à disposition (PMD) demandées quand celles-ciseraient un élément plus important dans la facturation.L’action 10 avait pour objet d’identifier avec les partenaires les mesures à prendre pouraméliorer la qualité des prévisions à court et long terme. Cette action a nécessité un effortconsidérable pour la collecte et l’analyse des données, ainsi que de nombreux échangesd’information avec les participants des pays bénéficiaires, pour bien comprendre lesprocessus en place dans chaque pays.Afin d’illustrer la démarche, le logiciel de prévision de la charge DAP a été retenu.Il en est résulté que, pour les prévisions à long terme, le consultant a proposé les actions etpistes d’améliorations suivantes :Détailler les statistiques de consommation par code d’activité économique (CAE) defaçon à obtenir une résolution plus fine ;Prévoir des statistiques de consommation d’électricité par secteur juridique, privé etpublic ;Afin d’aboutir à des prévisions plus robustes, il est nécessaire de réaliser des prévisionsde consommations d’électricité avec des données plus complètes ;Mener des enquêtes ciblées sur les consommations énergétiques de la clientèleentreprise ;Effectuer les prévisions sur la base des équipements et en considérant le potentiel desactions de Maîtrise de la Demande d’Electricité.Pour les prévisions à court terme, les trois pays utilisent des méthodes très similaires quiaffichent des degrés de précision fort comparables (2% sont annoncés par l’Algérie, 3% sontannoncés par le Maroc et par la Tunisie). Une amélioration de ces prévisions est toujourspossible, mais cela nécessiterait des efforts considérables quant au suivi des données quiservent à la prévision et nécessiterait aussi un paramétrage plus fréquent du logicield’estimation.3.3. Appuyer les mécanismes d’échanges commerciauxL’action 5, décrite précédemment, se concentrait sur l’harmonisation des tarifs au niveaunational. L’action 6 a complété ce travail en traitant du calcul des tarifs des échangestransfrontaliers ainsi que des principes à appliquer en cas de congestion desinterconnexions.La tarification de transit transfrontalier a été analysée d´abord dans la perspective del´expérience européenne, pour être ensuite transposée au contexte maghrébin. Sur la basede la réglementation européenne, deux méthodes de tarification de transit sur lesinterconnexions transfrontalières sont proposées :Le Mécanisme CBT (cross-border tariff) proposé par ENTSO-E ;R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B65


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLa méthode des Coûts Marginaux à Long Terme proposée par la réglementation duParlement EuropéenLe mécanisme CBT est relatif au calcul de la compensation des GRT correspondant auxcoûts réels du réseau horizontal utilisé pour les flux de transit. Les CMLT sont basés sur lescoûts futurs du réseau horizontal qui permettent aux GRT d´accumuler suffisamment defonds pour financer les ouvrages d´infrastructure nécessaires aux futurs flux de transit.ENTSO-E considère que la méthode du CMLT a besoin de plus de clarifications avant sonapplication. Entretemps, ETSO applique le mécanisme CBT et poursuit ses tentatives pouridentifier des solutions adéquates qui pourraient mieux répondre aux objectifs de laréglementation européenne.Basé sur l’expérience européenne, un plan d’action en six étapes, sur une période de 4,5années a été proposé au terme de cette action, pour compléter la mise en œuvre d’unsystème commun de tarification des transits transfrontaliers sur les interconnexions entrel’Algérie, le Maroc et la Tunisie. Une des phases critiques du processus d’implantationdemeure l’établissement d’un accord sur la méthode de tarification transfrontalière à retenir.Concernant l´allocation des capacités de transports pour les flux de transit et la gestion descongestions sur les lignes d´interconnexion, l´expérience européenne présente plusieursapproche : contrats à long terme, allocation au prorata, listes de priorités, limitation d´accès,ventes aux enchères (explicites et implicites, y compris couplage des marchés, scission desmarchés et prix nodaux) et redéploiement coordonné (échanges de contrepartie).De l’ensemble des approches testées, le système de vente aux enchères et le redéploiementcoordonné sont les méthodologies de gestion des congestions les plus prometteuses àmoyen et long terme. L’implantation de ces méthodes requiert une bonne préparation. Pourconcrétiser sa mise en œuvre au Maghreb, l’étude propose un plan d’action en huit étapessur une période de six ans.L’action 8, qui vient en complément de l’action 13 et, comme cette dernière, vise à procéderà l’inventaire de projets autres que les projets d’infrastructure proprement dits et à analyserleur impact sur le projet IMME d’intégration progressive des marchés de l’électricité.Dans le cadre des travaux engagés, plusieurs missions d’identification de projets et decollecte d’informations ont été conduites dans les trois pays bénéficiaires du Projet IMMEavec, globalement, des résultats qui peuvent être qualifiés comme plutôt médiocres en termed’accès à la documentation. Conséquemment, il a fallu resserrer la thématique sur lesquelques projets pour lesquels la documentation était accessible, à savoir (i) le Programmed’investissements du Fonds des Technologies Propres, (ii) le Plan Solaire Méditerranéen et(iii) l’actualisation de l’étude MEDRING ; chacun de ces projets ayant potentiellement dessynergies avec le thème de l’intégration des marchés.Des travaux menés dans le cadre de cette action, il est clairement ressorti que :Si une solution en courant alternatif, qui ferme la boucle méditerranéenne, peutpermettre des échanges d’énergie électrique et accroître la sécurité d’approvisionnementde la région, en revanche, une telle solution pourrait retarder la réalisation d’une vision àlong terme d’exportation à grande échelle d’électricité du Sud vers le Nord ;La fermeture de la boucle méditerranéenne en mode alternatif pourrait, en outre, s’avérerd’une extrême complexité, exigeant des plans de défense sophistiqués, sans accroîtresignificativement les capacités additionnelles de transit qui, au mieux, atteindraient 400MW à 400/500 kV ;La synchronisation ne règlera pas nécessairement les problèmes de stabilité dynamiquedans le fonctionnement de la boucle, de sorte qu’il apparaît indiqué d’évaluer laR a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B66


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n efermeture complète de la boucle après avoir procédé à l’insertion d’équipements hautetension à courant continu, à des endroits précis correspondant à des frontières entre lesblocs de pays du pourtour méditerranéen ;La contribution de l’énergie éolienne et solaire à la production publique d’électricité estactuellement comprise entre 0 % et 1 % dans les pays, alors même que les ambitions etles plans annoncés ne sont pas toujours reflétés dans les documents officiels descompagnies d’électricité ;Aucun développement significatif (30 %) de l’énergie solaire n’est possible sansexportation. A cet égard, les pays de l’UE devraient ouvrir leur marché de l’électricité auximportations à partir du Sud, au prix des tarifs de rachat (réduits éventuellement) mêmesi cela doit se traduire par une augmentation du prix moyen européen ;Dans ce cadre, des liaisons haute tension à courant continu semblent être l’option la plusrapide et la plus réaliste pour favoriser les exportations du Sud au Nord.L’action 12 a proposé, pour appuyer les mécanismes d’échanges commerciaux entre lespays du Maghreb et ceux de l’UE, plus spécifiquement l’Espagne et l’Italie, de faire le pointsur les dispositions réglementaires dans ces pays et, dans un deuxième temps, d’identifierles mesures à mettre en place pour améliorer les échanges avec ces deux pays etéventuellement avec les autres pays de l’UE.Dans le cadre des travaux engagés, une première mission a été conduite en Italie. Lesthèmes suivants on été abordés avec les principaux acteurs du secteur électrique Italien :Le contexte européen avec les trois paquets de législation pour la libéralisation dessecteurs de l’électricité et du gaz ;Evolution du marché italien ; historique, derniers développement, défis actuels etperspectives futures ;Impact de la législation et de la réglementation environnementale sur l’évolution dumarché de l’électricité ;Structure actuelle du marché : géographie (zones), typologie (ventes au détail, marchéprotégé et marché de sauvegarde)Gestion de la congestion ;Intégration avec les pays voisins dans le cadre de la région Centre-Sud ERGEG etavancées vers le « market coupling » ;Rôle et fonctionnement d’IPEX (marché de la veille pour le lendemain, marchéd’ajustement et marché d’équilibrage) ;Marché des dérivés de l’électricité ;Mécanismes contractuels à long terme ;Cadre règlementaire de référence pour le développement du réseau national et desinterconnexions.Une deuxième mission a été conduite en Espagne. Les participants ont pu échanger avecles membres de la Commission nationale de l’énergie (le régulateur), OMEL (l’opérateur dumarché espagnol et portugais), Red Electrica - REE (le gestionnaire du réseau de transport),IDAE (Institut pour promouvoir l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables duministère de l’industrie) et APPA (Association des producteurs d’énergies renouvelables).Lors de ces échanges, les participants ont pu approfondir leurs connaissances :- Du fonctionnement du marché Ibérique de l’électricité ;- Des règles et conditions pour devenir agent sur le marché espagnol ;- Du rôle, des fonctions et de l’organisation du régulateur espagnol ;- De la prise en charge de la défense des intérêts des producteurs privés d’énergieélectrique par l’UNESA ;R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B67


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e- Des mécanismes de tarification des énergies renouvelables sous la forme de « feedintarif » ;- Du positionnement des énergies renouvelables en Espagne ainsi que du cadreréglementaire spécifique applicable à l’éolien, le solaire photovoltaïque, le thermosolaireet la biomasse.3.4. Assurer le développement institutionnelL’action 11, dans le contexte du développement institutionnel à promouvoir dans les troispays bénéficiaires, a identifié les obstacles légaux à l’émergence d’un marché de l’électricitéau Maghreb et a proposé les grandes lignes d’une possible harmonisation de la législationen vigueur dans les trois pays.L’établissement d’un marché électrique ouvert à la concurrence nécessite un cadre législatifstable, transparent et qui permet de :Eliminer les obstacles à l´entrée dans le marché de nouveaux acteurs aux activitésconcurrentielles (production et fourniture) ;Créer un marché avec un nombre suffisant d´acheteurs et de vendeurs d’électricité ;Établir des tarifs qui reflètent les coûts ;Permettre et réguler l´accès de tiers aux réseaux de transport et distribution ;Séparer les activités régulées des activités potentiellement concurrentielles ;Réguler adéquatement les activités de monopole.Suite à la revue du cadre législatif de chacun des pays en question, les conclusionssuivantes ont été retenues :1) Les marchés électriques des trois pays restent en pratique complètement régulés, etavec des opérateurs dominants, en dépit des grandes différences entre les cadreslégislatifs des trois pays. Il y a donc une incertitude sur le temps que demanderaitl’adoption de toute la législation appropriée et la mise en place des conditions nécessairespour le déroulement de la concurrence dans chacun des marchés électriques des troispays, et aussi sur l’établissement de « périodes de transition » ;2) La législation en vigueur en Algérie, au Maroc et en Tunisie, est inadéquate et insuffisanteen ce qui concerne l’intégration régionale. En revanche, dans les trois pays, il y a eu unrenforcement important des infrastructures de transport transfrontalier et de la capacitéd’interconnexion entre eux et avec l’UE ;3) L’Algérie, le Maroc et la Tunisie ont un grand potentiel de production de l’électricité àpartir des énergies renouvelables lesquelles n’ont pas encore été exploitées. Les troispays ont lancé des programmes et sont en cours d’établissement des cadres législatifnationaux pour leur promotion. Cependant, ces derniers restent à compléter et lacohérence entre eux à vérifier ;4) La promotion des énergies renouvelables a des objectifs similaires dans les trois pays,notamment l’exportation d’électricité d’origine renouvelable vers l’UE ;5) Les trois pays partagent l’objectif de renforcer leurs échanges d’énergie avec l’UE,notamment pour y exporter le gaz et l’électricité produite soit à partir des sourcesconventionnelles (l’Algérie, et dans le futur, la Tunisie) soit à partir de sourcesrenouvelables;6) L’expérience des opérateurs de ces pays, en matière de participation à un marchéélectrique concurrentiel d’un pays membre de l’UE, renforce les perspectives d’ouvertureet d’intégration : l’opérateur le plus important du Maroc, l’ONE, participe au pool espagnolR a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B68


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e(d’où il importe de l’électricité) tandis que la SONELGAZ de l’Algérie est en train de lefaire à court terme. Les deux pays ont parallèlement renforcé leur capacitéd’interconnexion pour permettre la participation de la SONELGAZ au marché espagnol.Quant à la Tunisie, il y a un grand projet d’infrastructure assez avancé, qui comprend laconstruction d’une installation de production et d’une ligne de transport transfrontalièresous-marine. Les deux tiers de cette production seraient destinés à l’exportation versl’Italie au prix du marché et en situation de concurrence. Par la même occasion, l’Algérieprévoit de construire des interconnexions directes avec l’Espagne et l’Italie ;7) Les inquiétudes relatives à l’intégration et à la sécurité de l’approvisionnement sontsimilaires, en particulier : i) Inquiétudes relatives à la sécurité de l’approvisionnementénergétique dans un contexte de marché régional ouvert et intégré au niveau régional, etdangers de la dépendance envers des fournisseurs étrangers ; ii) Inquiétudes sur lesconditions de concurrence, notamment, la concurrence avec des pays producteurs degaz ; iii) Doutes sur la volonté des investisseurs d’entrer sur le marché de la productionsans un contrat d’achat garanti.Si on prend en compte le contexte institutionnel, les inquiétudes mentionnées sontcompréhensibles et raisonnables, et elles doivent être prises en compte au moment dedéfinir les axes de l’intégration parce que le contexte politique, légal et institutionnel, danslequel cette intégration aurait lieu serait très différent de celui de l’UE. Pour cela, un forum dediscussion sur la coopération entre l’Algérie, le Maroc et la Tunisie, devrait être mis en place.Il pourrait fonctionner à l’intérieur ou à l’extérieur du cadre de l’Union du Maghreb Arabe(UMA), et serait important pour identifier et analyser les avantages comparatifs de chaquepays, le niveau d’intégration des marchés énergétiques, le partenariat avec l’UE, et pourfaire des propositions sur ces sujets et répondre aux inquiétudes relatives à la sécurité del’approvisionnement de chaque pays.Il est aussi recommandé de compléter ce forum par un autre forum avec l’UE, qui pourraitêtre analogue au Forum de Florence et aurait pour tâches de proposer des solutions auxsujets liés à l’intégration des marchés électriques.Pour terminer, les axes de l’intégration entre les marchés électriques des pays du Maghrebet de l’UE devraient prévoir:Une intégration viable qui prenne en compte la dimension de la sécurité del’approvisionnement ;Des mécanismes qui garantissent la conformité aux engagements internationaux et lesconditions de stabilité et certitude dans le fonctionnement de l’intégration ;Cohérence et possibilité d’établir une association à deux vitesses et des mécanismesappropriés (par exemple, la règle de la réciprocité), qui prennent en compte les possiblesdivers niveaux d’ouverture existant dans les pays du Maghreb ;Développement d’infrastructure physique d’interconnexion adéquate ;Développement des accords ou conventions nécessaires ;Identification des autorités de résolution des litiges internationaux ;Etablissement des règles de concurrence harmonisées (y compris, normes sur les aideset subventions nationales) applicables au marché concurrentiel régional, et identificationdes autorités qui assureront leur application.L’action 15b est un complément à l’action 11 et vise à formuler des propositions concrètessur l’harmonisation des cadres législatifs et règlementaires de chaque pays.Pour l’Algérie, il en ressort notamment les conclusions suivantes, à la revue du cadrelégislatif:R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B69


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eCorriger le décalage entre les prévisions de la loi et la mise en œuvre ;Démarrer l’organisation du marché de l’électricité en procédant à la création del’opérateur marché ; poursuivre avec la mise en place des règles de dispatching etd’équilibrage ;Etablir les règles relatives au capital de l’opérateur système ;Adoption de la législation secondaire pour l’application de la Loi 02-01 et pour lefonctionnement d’un marché ;Entreprendre de faire l’adéquation des régimes de promotion des énergiesrenouvelables, créés par le décret exécutif n°04-92 ;Application de la législation pour permettre l’accès au gaz dans des conditions nondiscriminatoiresà tous les producteurs d’électricité ;Adoption des provisions légales qui assurent l’indépendance financière et politique de laCREG.Une revue de la situation au Maroc amène au constat suivant :Absence d’un Régulateur indépendant ;L’ONE est l’opérateur verticalement intégré le plus important dans toutes les activités(P, T, D/F, AU) mais sans un monopole en P et D/F ;Importante présence des acteurs privés en production (IPP- 60%) et distribution(régies 17% et délégués 39%) qui se perpétue avec l’addition de capacité en IPP.L’ouverture du marché marocain à la concurrence nécessitera :Adoption d’un schéma de régulation appropriéSéparation des activités concurrentielles de celles de l’opérateur système.Ouverture du marché de grosAdaptation des contrats de «gestion déléguée» de distribution pour refléter le nouvelenvironnement d’opération.Pour la Tunisie, on note un intérêt certain pour renforcer les liens entre la Tunisie et l’UEnotamment pour y exporter l’électricité produite à partir des sources énergétiquesconventionnelles (charbon, gaz, etc.) et à partir des énergies renouvelables.En revanche, les avantages d’introduire la concurrence dans le marché électrique, commeceux de l’intégration du marché électrique national avec ceux des pays voisins du Maghrebnécessitent plus d’analyses spécifiques. Par conséquent, une réforme du cadre législatif etinstitutionnel est à envisager.Les réformes législatives sont limitées, et ne permettent pas l’établissement d’un marchéd’électricité concurrentiel.Si la décision d’ouverture était adoptée, il faudrait introduire un cadre législatif approprié. Enmarge de cela, la Tunisie a mis en application toutes les réformes législatives qu´elle aadoptées. De plus, il n´y aurait pas trop d´obstacles légaux à cette mise en œuvre,principalement parce qu´il n´y a pas beaucoup d’engagements contractuels avec le secteurprivé qui pourraient poser des obstacles à la restructuration et à la réforme du marché et dusecteur.L’action 16 concrétise les demandes des partenaires et de la Commission européenned’appuyer l’organisation de réunions des instances créées par le protocole d’accord :R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B70


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLe Conseil MinistérielLe groupe d’expertLa préparation du Conseil Ministériel qui, se déroulant le 20 juin, clôt pratiquement le projetIMME, terminé le 23 juin, a été décrite au chapitre 3.3 de la section précédente.3.5. Action transversale: intégration des énergies renouvelablesL’action 15c adresse la question de l’intégration des énergies renouvelables dans lessystèmes électriques de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie. Rappelons que les énergiesrenouvelables n’ont actuellement qu’une importance marginale dans les bilans énergétiquesdes pays du Maghreb.Dans ce contexte, la problématique à laquelle se trouvent confrontés les pays maghrébinsest simple: le coût de production de l'électricité provenant des énergies renouvelables estaujourd'hui supérieur à celui de toutes les autres formes d'énergie, alors que le bien social etéconomique indispensable qu'est l'électricité doit être mis à la disposition de leurspopulations et de leurs entreprises au meilleur prix.L’intégration des énergies renouvelables dans les systèmes électriques des pays duMaghreb est donc soumise à une double condition:L’appropriation d’objectifs tangibles, et donc la nécessité de se doter des outils(réglementaires, économiques, financiers et technologiques) permettant ledéveloppement effectif des énergies renouvelables ;Un partage équilibré, entre le Nord et le Sud, de la charge de la création de capacitésadditionnelles de production d'électricité verte – tel que prévu dans la nouvelledirective européenne sur les énergies renouvelables - en utilisant l'ensemble desinstruments financiers disponibles à cette fin.Cependant, si le développement des énergies renouvelables est désormais incontestabledans l’Union Européenne, ce résultat a un coût que les consommateurs des paysMaghrébins ne pourront pas supporter, pour l’instant, compte tenu de leur niveau dedéveloppement économique.Une première approche pourrait consister à développer les gisements éoliens rentabilisablessans mesure de soutien.Un autre enseignement, négatif, de l’expérience européenne, concerne les rentesimportantes générées par une certaine perversion des systèmes de soutien mis en place(feed-in-tariff). Quel mécanisme devra-t-on mettre en place pour éviter de tels écueils ?En outre, l’intégration des énergies renouvelables dans les systèmes énergétiques doit êtreenvisagée aux niveaux local - national, régional, ainsi que dans une perspective d’export.L’utilisation des ER pour ce qui est de l’électrification décentralisée est désormais uneréalité dans chacun des pays ;Par contre, le développement à une échelle géographique plus étendue, pose, tant en cequi concerne l’éolien, que le solaire, des problèmes – intermittence et aléas – quipeuvent être résolus de différentes manières : créations de réseaux intelligents,hybridation de centrales (CSP/CC, PV/TH…), création de STEP ;Au niveau régional, les interconnexions existantes et à venir doivent être utilisées bienau-delà que pour le secours. Les capacités en base, installées dans chacun des pays,doivent pouvoir servir de réserve pour assurer l’aléa des énergies renouvelables ;Le Maghreb est la sous-région la mieux dotée pour préparer les perspectives d’export decourant vert dans le cadre de la directive européenne sur les énergies renouvelables, enR a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B71


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n etenant compte de l’interconnexion existante entre le Maroc et l’Espagne, du projetELMED d’interconnexion entre la Tunisie et l’Italie, ainsi que des perspectivesd’interconnexion Algérie – Espagne et Algérie -Italie. Il s’agit, dès maintenant, depréparer au mieux ces échanges, par le développement d’une coopération rapprochéeentre les trois opérateurs électriques nationaux. Ainsi, l’optimisation des interconnexionset leur utilisation, même à faible capacité, entre les trois pays permettrait de roder lesystème et préparer l’avenir.3.6. Bilan du Volet ExpertiseRessources H/J «Études & expertises» mobilisésH/J - experts CT internationaux H/J - experts CT locauxsenior junior senior junior TotalAction 5 103 0 65 0 168Action 6 65,5 0 0 75 140,5Action 7 44 0 35 0 79Action 8 40 0 0 10 50Action 10 61 0 0 90 151Action 11 57 0 0 0 57Action 12 30 0 0 0 30Action 13 0 45 10 21 76Action 14 75 0 0 36 111Action 15a 30 0 0 0 30Action 15b 35 0 0 0 35Action 15c 35 0 0 20 55Action 16 54 0 0 0 54Total 629,5 45 110 252 1036,5R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B72


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eR a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B73


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eSection 3Les enseignements du projet IMME(synthèse)1. Comment l'exécution du projet a rencontré lesstipulations des Termes de référenceLors de son démarrage, le projet avait comme texte directeur, exclusivement les TdR et enparticulier les objectifs, généraux et spécifiques.Par la suite, confrontés aux réalités du terrain, ces objectifs auxquels il a été répondupartiellement, auraient pu évoluer.1.1. Réponses du projet aux objectifs fixés par les TdRSelon les TdR:« Les objectifs généraux du projet dont ce contrat est destiné à assurer l'exécution sont lessuivants:harmoniser le cadre législatif et réglementaire ainsi que la structure industrielle despays bénéficiaires pour créer un marché de l'électricité dans les pays bénéficiaires ;les rendre compatibles dans un deuxième temps avec les standards européens afinde pouvoir intégrer ce marché à celui de l'UE. »Le projet, à travers les études et expertises 7 et 11, complétées par l’action 15 B, a proposéune réflexion argumentée et assortie de recommandations, quant à l’harmonisation descadres législatifs et réglementaires. Cette préoccupation est revenue dans plusieursexpertises, confrontées aux avancées inégales des trois pays sur la voie de la création demarchés de l’électricité et de leur régulation.L’action 11 et son prolongement avec l’action 15B ont identifié les obstacles légaux àl’émergence d’un marché de l’électricité au Maghreb et proposé les grandes lignesd’une possible harmonisation de la législation dans les trois pays. Concrètement, unforum de discussion regroupant l’Algérie, le Maroc et la Tunisie devrait être mis enplace pour identifier les avantages comparatifs de chaque pays, le niveaud’intégration des marchés énergétiques, la forme de partenariat avec l’UE et pourR a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B74


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n efaire des propositions sur ces sujets. En complément, un autre forum avec l’UEdevrait être organisé, qui à l’image du forum de Florence, aurait pour tâche deproposer des solutions aux sujets liés à l’intégration des marchés.L’action 7 présente un plan stratégique pour le développement des marchés del’électricité en Algérie. Pour créer les conditions préalables à la concurrence, estproposée une nouvelle structure de marché par l’initiation d’une restructurationpatrimoniale visant à réduire la concentration du parc de production ainsi qu’unerestructuration organisationnelle qui entrainerait la séparation de l’opérateur systèmeet de l’opérateur de marché d’avec les intérêts de la production et de lacommercialisation de la fourniture.Le projet IMME n’avait ni les ressources, ni les moyens, ni les autorisations d’intervenir anquoi que ce soit sur la structure industrielle des pays bénéficiaires. L’expertise 13 traitant desprojets d’infrastructure, était surtout analytique et compilatrice, et ne comportait aucun voletd’intervention.Dès lors la question de l’objectif général « rendre compatibles » devenait en partiesuperfétatoire, mais elle était centrale dans les expertises juridiques qui ont été menées. Laseule possibilité d’aborder cette question sous l’angle technico – industriel était dans la miseen œuvre de l’action 9 sur les « grid codes ». Mais précisément la complexité de cetteexpertise particulière et sa longueur prévisible ont fait qu’elle n’a pu être menée dans lecadre de ce projet.S’agissant des « objectifs spécifiques », les TdR énoncent qu’ils impliquent les élémentssuivants :« 1) Etablir une stratégie, assortie d'un plan d'action, en vue de développer le marché del'électricité entre et dans les pays bénéficiaires et d'intégrer par étapes les marchés des paysbénéficiaires à celui de l'UE.2) En matière de renforcement des compétences :élargir les connaissances techniques des différents opérateurs sur le marché despays bénéficiaires, y compris les régulateurs et les ministères, en vue de la créationentre eux d'un marché compatible avec le cadre législatif régissant le marchéintérieur de l'électricité de l'UE.former les acteurs du secteur électrique des pays bénéficiaires en matière detechnologie utilisée au sein de l'UE et des meilleures pratiques industrielles etréglementaires.améliorer les qualifications techniques et de gestion des opérateurs du marchéélectrique dans les pays bénéficiaires.3) En matière de développement institutionnel :en tenant compte de la situation au moment du démarrage du Projet, élaborer et/ouadapter les règles concernant l'organisation et le fonctionnement des marchés del'électricité des pays bénéficiaires, l'accès au réseau et le fonctionnement dessystèmes électriques.adapter la structure des marchés de l'électricité dans les pays bénéficiaires afin desoutenir les réformes structurelles en ligne avec l'objectif de leur intégration aumarché intérieur de l'UE.promouvoir l'harmonisation des cadres réglementaires des pays bénéficiaires enprenant en compte le cadre réglementaire, ainsi que les standards de sécurité et desûreté existant au sein de l'UE.R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B75


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n es'assurer que les processus de réforme structurelle, de formation, d'adaptation del'industrie et des instances réglementaires au cadre législatif, aux normes etstandards de sécurité et de sûreté pourront être poursuivis dans les paysbénéficiaires à la fin du projet.4} En matière de mécanismes d'échanges commerciaux :identifier d'éventuelles barrières au commerce entre les pays bénéficiaires euxmêmesd'une part, et les pays de PUE d'autre part, et proposer des solutions poursurmonter celles-ci ;promouvoir les activités de négoce dans le domaine approprié entre les paysbénéficiaires et entre ces derniers et les Etats membres de PUE ;mesurer les impacts du fonctionnement du secteur de l'électricité sur la réalisationdes objectifs du Protocole d'Accord de décembre 2003 ».Le projet IMME a répondu à l’objectif spécifique 1) avec cette nuance que la question desétapes à parcourir n’a pu être chronologiquement spécifiée.L’objectif 2) a fait l’objet d’un développement imprévu initialement, mais auquel le projet adonné toute son importance, qui est le « volet formation ».Au dedes actions effectivement réalisées pour atteindre l’objectif spécifique 3), il n’a puêtre répondu que partiellement aux aspects de réorganisation du marché . En effet, si cetteexpertise (Action7) a pu être menée en Algérie, concernant le Maroc et la Tunisie, les étudessimilaires (action 3 et 4) ont fait l’objet d’un report décidé par les Pays Bénéficiaires.Notons que cet objectif précise la première partie de l’objectif général 1; s’agissant de lapoursuite de l’action du projet IMME sur ce plan, elle est incluse dans le plan d’actionsprioritaires annexée à la Déclaration du Conseil ministériel, réuni en fin de projet (Alger 20juin 2010).Il n’a pu être répondu que partiellement à l’objectif spécifique 4), à travers notamment lesactions 12 et 14. En particulier l’incidence de l’action 14 sur les enseignements à tirer duprojet IMME est particulièrement importante et il y est fait référence dans ce qui suit.1.2. Evolution des objectifs au fur et à mesure du déroulement duprojet IMMEC’est une constatation générale que le déroulement réel d’un projet peut, d’une part, nerépondre que partiellement aux objectifs initiaux, mais aussi, d’autre part, enrichir cesobjectifs par l’apport d’une expérience concrète, réalisée sur le terrain de son action.Le projet IMME n’a pas échappé à cette règle et les réponses incomplètes, constatées cidessus,ne sont pas un signe d’incapacité, mais la confrontation avec la réalité des faits etavec les contraintes de la mise en œuvre, difficiles à prévoir.L’enrichissement des objectifs a été réel. Par exemple, les pays bénéficiaires et les membresdu COPIL ont souligné toute l’importance qu’il fallait accorder aux questions de« tarification », qui ont fait l’objet de trois expertises spécifiques. Or, ce terme ne figure pasdans les objectifs, bien qu’utilisé plusieurs fois dans la description des activités à mettre enœuvre selon les TdR.Un autre exemple est celui de l’expertise, dite « complémentaire » sur les « énergiesrenouvelables » dont il n’est nulle part fait mention dans les TdR, mais qui sont l’objet d’uneR a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B76


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eattention de plus en plus grande, aussi bien en Europe que sur la scène internationale.Les objectifs des TdR auraient donc pu faire l’objet d’une révision, au moins à mi parcours,alors même qu’il a pu être démontré que, dans la deuxième moitié de son existence, le projetentrait dans sa phase la plus dynamique, ayant résolu les problèmes de gestion rencontrés àson démarrage, et ayant pris la mesure de l’ampleur des tâches demandées. Mais le projet aconnu à mi parcours un changement de personnel à la tête de l’EAT dont le manque de reculne favorisait pas cette prise de conscienceIl y aurait donc du y avoir, en cours de mise en œuvre, un amendement aux TdR. Cela auraitsans doute conforté le travail de l’EAT et rassuré l’équipe des experts longs termes.Cependant, même en l’absence d’une telle rectification, le travail de l’EAT a pris de l’ampleuret gagné en richesse d’idées et en crédibilité. Ce que la synthèse exposée ci-après vise àdémontrer.2. Synthèse des résultatsCette synthèse aborde en premier lieu la question de l’atteinte des résultats recherchéscomme indiqué dans les TdR du contrat de prestation. Celle-ci est traitée sous forme decommentaires par résultat, en fonction des actions réalisées du projet.En outre, si les actions ont été définies selon une stratégie structurée, selon 4 axes, par lesobjectifs poursuivis (voir ci-dessus, section 2 analytique), elles ont amené un ensemble deconclusions et d’enseignements qu’il convient de sérier de façon novatrice, dans la mesureoù ceux-ci peuvent servir de guide à une seconde phase d’interventions, à l’issue du projetIMME. Ces enseignements concernent les expertises qu’il conviendrait de poursuivre et/oud’approfondir ; elles concernent aussi le « volet Formation » sous l’angle de ladomiciliation/pérennisation.2.1. Par rapport aux stipulations des TdRSelon les TdR du contrat de prestation, les résultats à atteindre par le prestataire étaientdéfinis de la façon suivante (point 2.3 des TdR), reproduits ci-après en italiques, et suivis decommentaires sur leur achèvement :I. Réalisation d'un programme de formation élaboré pour tous les acteurs concernés dumarché de l'électricité dans les pays bénéficiaires, en vue d'assurer son harmonisationavec le cadre législatif, réglementaire et pratique en vigueur au sein de l’UE.Commentaire : Ce résultat a été largement obtenu (cf. en section 2 ci-dessus, le point 2 sur« Le volet formation » et notamment le point 2.5 « Bilan des activités de formation ») àtravers l’organisation de multiples séminaires, ateliers et formations spécifiques. Sur cedernier point mentionnons le fait que, par le biais des formateurs auxiliaires, chaque pays amis en perspective sa propre législation avec les directives européennes. Par ailleurs,nombre de sessions ont été consacrées à l’introduction des nouveaux métiers.II.Détermination de la structure organisationnelle du marché de l'électricité dans les paysbénéficiaires.Commentaire : Ce résultat a été atteint par la réalisation d’une étude particulière (Action 7,cf. sa description ci-dessus en section 2 « Analyses spécifiques », point 3.1) consacrée àl’Algérie. Il a été mentionné ci- dessus (compte rendu des décisions du 5° COPIL, à Rabat,en décembre 2008, cf. section 1, point 1.2) que le Maroc et la Tunisie ont préféré différer lesdeux études similaires (Actions 3 et 4) qui devaient leur être consacrées.R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B77


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eIII.Elaboration de « Grid Codes », pour chaque pays bénéficiaire et de règles de gestiondes interconnexions, suivie de l'identification des obstacles éventuels àl'interopérabilité des réseaux ; audit des méthodologies de prévision de la demandeélectrique et élaboration de cahiers des charges relatifs à chacune des activités deproduction, transport, distribution et fourniture d'électricité.Commentaires : L’Action 9 « Grid codes et cahier des charges » n’a pas pu être réaliséedans les temps impartis. Cette situation a été constatée lors du 7° COPIL (Alger, janvier2010). Elle reste une nécessité pour l’intégration régionale des marchés de l’électricité.Par contre, l’audit des méthodologies de prévision de la demande électrique (Action 10) aété réalisé à la satisfaction des bénéficiaires (cf. sa description ci-dessus en section 2« Analyses spécifiques », point 3.2)IV.Organisation et facilitation de réunions des instances créées par le Protocole d'Accordet des réunions du Groupe d'experts, notamment en termes de liaison avec l'agencede voyage chargée par la Commission d'assurer l'organisation des déplacements desparties prenantes au projet vers Bruxelles ou en région méditerranéenne.Commentaire : Le Protocole d’accord de 2003 prévoyait de créer un certain nombred’instances : Conseil ministériel, Groupe permanent à haut niveau, Forum de réglementationde l’électricité des pays participants, Secrétariat au travers du REMEP Rome MediterraneanEnergy Platform. A la fin du projet IMME, l’organisation du Conseil Ministériel (Alger le 20juin 2010) a été précédée de la réunion du Groupe de haut niveau, elle-même préparée pardeux réunions du Groupe d’experts. Les experts de l’EAT ont joué un rôle d’appui à lapréparation et à l’organisation de ces organisations. Pour cette dernière tâche, il n’a pas éténécessaire de recourir aux services de Bruxelles.V. Harmonisation des standards et des normes de sécurité ou autres appliqués parl'industrie électrique dans les pays bénéficiaires avec ceux qui sont d'application dansl’UE.Commentaire : Les actions 5 et 6 (cf. leurs descriptions ci-dessus en section 2 « Analysesspécifiques », points 3.2 et 3.3) ont visé à une harmonisation des standards des paysbénéficiaires en matière de tarification (tarifs transfrontaliers) et en matière de gestion descongestions, afin d’améliorer la sécurité des approvisionnements, en s’inspirant des leçonsde l’expérience européenne telles que reflétées dans l’application des Directivesconcernées. Précisons, en outre, que les réseaux des pays bénéficiaires sont déjàsynchrones avec le système européen et respectent obligatoirement les standards et lesnormes de sécurité appliquées en Europe et gérées par ENTSO-E.VI.Appui à l'avancement des travaux de la seconde phase du projet en vue del'intégration des marchés concernés au marché intérieur de l'électricité dans l’UE.Commentaires : Lors de ses réunions, le Groupe d’experts a élaboré un plan d’actions àmoyen et long terme, sur la base des travaux de l’EAT, pour opérationnaliser l’intégrationdes pays Maghrébins au marché intérieur de l’électricité de l’UE.En outre, les conclusions de l’action 14 (cf. sa description ci-dessus en section 2 « Analysesspécifiques », point 3.1) ont mis en évidence la nécessité d’une deuxième phase pourconcrétiser les bénéfices à attendre d’une intégration régionale de la production.VII.Identification d'éventuelles barrières au commerce entre les pays bénéficiaires et entreces pays et les Etats membres de l'Union, et recherche de solutions en vue desurmonter ces difficultés.Commentaire : La réalisation de l’Action 12 (cf. sa description ci-dessus en section 2« Analyses spécifiques », point 3.3 « appuyer les mécanismes d’échanges commerciaux ») apermis d’identifier, pour l’Espagne et pour l’Italie, les barrières au commerce avec les Etatsmembres de l’Union. Cette action s’est appuyée sur les acquis des actions 11 et 15 Bd’assistance juridique (cf. leurs descriptions ci-dessus en section 2 « Analyses spécifiques »,R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B78


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n epoint 3.4 « Appuyer le développement institutionnel ») à la satisfaction des paysbénéficiaires.VIII. Dispositions destinées à assurer la diffusion des formations entreprises.Commentaire : La double problématique de domiciliation et de pérennisation des formationsa été abordée, de façon systématique et approfondie, tant sur le plan national qu’au planrégional (voir notamment ci-dessous, en section 3, points 2.2.1 et 2.2.2). Ont été prises lesdispositions suivantes :Transfert des formations dispensées par le projet vers les institutions de formation dechaque pays ;Mise en place d’une structure nationale d’organisation de la formation ; implicationdes instituts de formation tant privés que publics ;Projets de création de programmes de formation continue et de masters spécialisés ;Projet de constitution d’un réseau alliant les organismes nationaux des bénéficiaireset des organismes d’excellence européens ; …En outre, le projet a capitalisé les formations de toutes sortes qui ont été dispensées, sousforme de fichiers électroniques des dossiers pédagogiques distribués aux bénéficiaires etaccessibles sur le site Web du projet.IX. Appui pratique aux présidences tournantes des pays bénéficiaires (voir Protocoled'Accord).Commentaire : L’EAT a constamment appuyé la présidence des Comités de Pilotage. Ils’est trouvé que celle-ci a été constamment assurée par l’Algérie.2.2. Les enseignements du projet IMME en matière de formationLa formation des cadres est essentielle pour que les pays puissent bénéficier d’une expertisecapable d’accompagner et d’assurer le processus de restructuration du secteur del’électricité et d’intégration des marchés aux niveaux national et régional.C’est à l’Etat de jouer un rôle moteur pour impulser la mise en place des formationsnécessaires pour assurer, en phase opérationnelle, le fonctionnement du marché, de sesdifférents Opérateurs (Opérateur de Marché (OM), Opérateur Système (OS), Régulateur…)et Gestionnaires (Gestionnaire Réseau de Transport (GRT), Gestionnaire de Réseau deDistribution (GRD)…). Pour ce faire, et élaborer des plans de formation à moyen et longterme, il est nécessaire d’identifier soigneusement les besoins en formation, tant sur le planqualitatif que quantitatif.Il faut pouvoir disposer de façon permanente d’un volume suffisant de cadres capables demettre en œuvre les politiques d’intégration des marchés de l’électricité, dans et entre lestrois pays, et avec l’Union Européenne.Les actions à engager sont à cet égard multiples et diverses et à différents niveaux. Elless’intègrent d’une façon générale dans une double problématique, d’une part, de ladomiciliation basée sur l’expérience acquise dans la mise en œuvre du projet IMME et,d’autre part, de la pérennisation.2.2.1. Domiciliation : Le concept de Domiciliation veut dire : Acquisition dans les pays eux-mêmes denouvelles compétences et de nouveaux métiers, adaptation, consolidation et valorisationdes compétences, transfert des connaissances et du savoir-faire, appropriation denouveaux concepts, maintien, développement et diffusion des acquis.R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B79


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eEn s’appuyant sur l’expérience acquise par le projet IMME, tant dans ce qui a été accomplique dans ce qui n’a pu être fait mais est apparu comme devant l’être, il est possible desoutenir que les actions suivantes doivent être menées :Engager en priorité les formations aux métiers pour accompagner les cadresopérationnels dans la mise en œuvre de la politique de restructuration, et d’intégrationdes marchés de l’électricité, pour aboutir à un marché fonctionnel et maîtrisé par lesopérateurs nationaux :Engager, au plus tôt, l’exercice de détermination des nouvelles compétences, etd’évaluation des écarts entre l’existant et le souhaitable ;Définir les actions à mener pour réduire ces écarts ;Impliquer les centres des métiers et autres instituts de formation, (Ecolesd’ingénieurs, Centres spécialisés des Universités, Formations continues etc.) ;Intégrer dans le processus de formation, les autres parties prenantes à larestructuration du secteur telles que clients éligibles et producteurs indépendants.Répondre à l’exigence d’une expertise pointue en réglementation et en économie demarché (tarification, évaluation de la demande, formation des prix…) du fait de lacomplexité du processus d’ouverture des marchés :Former des experts de haut niveau pour mener des études spécifiques quipermettront de justifier, enrichir, professionnaliser le cursus de formation ;Dans cette perspective, mettre en place dans les Universités nationales, descertificats spécialisés en économie et droit de l’énergie, éventuellement enpartenariat avec des universités d’Europe et d’Amérique du Nord.Initier des exercices de simulation, à l’aide d’outils adéquats (logiciels ad hoc, mise enœuvre virtuelle des mécanismes de fonctionnement des marchés et exercices de gestiondes flux etc.) en s’inspirant de l’expérience européenne.Les journées de « brainstorming » ont témoigné de l’intérêt porté à ces formations nonseulement par les centres de formation des opérateurs historiques (IFEG en Algérie, CSTEau Maroc, KHLEDIA en Tunisie), mais aussi par les instituts de formation d’ingénieurs : IAP,USTHP, Polytechnique en Algérie ; EMI, ENIM, ENSEM, EHTP au Maroc, ENIT, ENIM,ESPRIT en Tunisie, pour ne citer que ceux là, complétés d’ailleurs par les filièresuniversitaires. C’est dans ce cadre multiforme que des formations adaptées auxchangements en cours pourront être impulsées.2.2.2. Pérennisation : Le concept Pérennisation concentre les idées suivantes : Durabilité, continuité,amélioration, préservation, renforcement, développement et démultiplication de tout cequi se rapporte au volet formation en termes d’acteurs, d’organisation, de moyens, etc. Ilimplique le niveau régional.La pérennisation de la formation en s’appuyant d’une part sur les structures mises en place,et en en inventant de nouvelles, vise à rendre durable l’acquisition des connaissances, leperfectionnement des cadres et la professionnalisation des acteurs, tant au niveau nationalqu’au niveau régional.R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B80


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLes actions particulières suivantes permettront de capitaliser les acquis du projet IMME dansl’optique d’un renforcement des dispositifs de formation mis en œuvre dans chaque pays:Entretenir et élargir le noyau des personnes averties, constitué en Algérie, au Marocet en Tunisie, lors du projet IMME ;Encourager le développement des « Communautés de pratique » naissantes autourde la problématique du marché et de la régulation, à l’intérieur et entre les pays,notamment avec les formateurs. Des rencontres périodiques d’échanges, centréessur ces thématiques, des ateliers de mise à niveau, et des actions conjointes deformation inter-pays, permettront de les consolider ;Renforcer le dialogue entre les hauts dirigeants sur la libéralisation, à l’occasion deséminaires d’information et d’échanges, ou de Forums ;Construire, à partir des résultats du volet « Études et expertise » du projet IMME, desmodules de formation dédiés ;Produire et diffuser un « Glossaire », multilingue, des termes usuels dans lesdomaines du marché et de la régulation ;Élaborer et diffuser un ouvrage de référence basé sur l’ensemble du matérielpédagogique produit et les résultats du volet « Études et expertise » du projet IMME.Un premier jalon de la pérennisation doit être la consolidation des bases constituées par laformation de formateurs auxiliaires initiée dans le cadre du projet IMME. Il s’agira :D’intégrer les modules de formation construits par les Formateurs Auxiliaires dans lesPlans de formation des Opérateurs Historiques du Secteur Electrique (ONE, SONELGAZet STEG) et des différents Ministères de tutelle, afin d’en systématiser la diffusion ;De développer des actions de formation complémentaires sur les « Concepts de Marchéde l’Électricité » non encore couverts, avec l’appui des Formateurs Auxiliaires des 3 paysbénéficiaires ;De transférer ces modules de formation vers les structures spécialisées, les Centres deFormation des Entreprises Electriques et/ou les Institutions de Formation (voir ci-dessusune liste non exhaustive).Un second jalon de la pérennisation devrait porter sur la valorisation de toute la littératuregrise produite dans le cadre du projet IMME et concernant aussi bien le montage et ledéroulement des modules de formation, que les rapports élaborés dans le cadre du volet« Études et expertises ». La valorisation pourra se faire comme suit :Construire, à partir du matériel pédagogique produit dans le cadre du projet, des modulesd’autoformation et les diffuser par Internet et/ou par CD-ROM ;Élaborer, à partir des résultats du volet « Études et Expertises » finalisés et validés, desmodules de formation thématiques. On pourra mettre à contribution les experts qui ontréalisé ces études pour dispenser les formations correspondantes et élaborer, sur cesbases, d’autres modules d’autoformation à diffuser par CD-ROM et/ou Internet.Le troisième jalon de la pérennisation est délibérément posé au niveau régional :D’une part, il s’agira de renouveler l’organisation de séminaires régionaux de formationsur la régulation des marchés de l’énergie, à l’image des sessions conduites dans lecadre de l’École européenne de Régulation à Florence (FSR - Italie). La mise en placed’une formation générique centrée sur ce thème et donnée au niveau de la Région surune base régulière représente un enjeu de taille pour une identité de vue régionale sur larestructuration du secteur électrique, la mise en place d’organismes de régulation etl’intégration progressive des marchés de l’électricité. Une telle formation contribuera àR a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B81


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eentretenir la dynamique régionale tout en élargissant la base des cadres de niveaudécisionnel qui ont une certaine maîtrise des concepts du marché de l’électricité.D’autre part, il sera opportun d’utiliser les nouvelles techniques d’information et decommunication, pour constituer un réseau d’excellence à l’échelle du Maghreb. Ceréseau permettra d’agréger les compétences des trois pays et de diffuser en continu del’information. Il pourra focaliser une attention internationale dans la mesure où ilreprésentera une masse critique de réflexion et sera à même d’organiser desévénements à l’échelle régionale et internationale. Un tel réseau sera à mêmed’optimiser les ressources de la région et l’assistance qui pourra leur être apportée. Sonavantage est de ne pas devoir être géographiquement localisé et donc de développerses activités dans un cadre paritaire.2.3. Les enseignements du projet IMME en matière d’expertisesEn se fondant sur les acquis du projet IMME, à l’issue des études et expertises qui ont étémenées à bien, quatre champs prioritaires peuvent être identifiés pour encadrer ledéveloppement de l’intégration régionale des marchés de l’électricité au Maghreb et leurintégration au marché intérieur de l’électricité de l’Union Européenne :Intensifier les échanges sur la réglementation entre les trois pays et l’Union européenne,en vue d’harmoniser la législation sur la réorganisation des secteurs de l’électricité, et defaciliter la mise en place de marchés à l’échelle nationale et régionale ;Développer, dans chaque pays, une méthodologie transparente de détermination destarifs, reconnue par tous, à même d’assurer la viabilité économique des réseaux, et defaciliter une utilisation optimale des interconnexions ;Soutenir les initiatives pour maximiser l’utilisation des infrastructures en place, en vued’une meilleure satisfaction de la demande et afin d’attirer les investissements étrangersdans le secteur ;Encourager le développement des énergies renouvelables, en particulier le solaire etl’éolien, pour promouvoir un développement durable dans le secteur de l’énergie àl’échelle de la région du Maghreb, et en relation avec les objectifs de l’Union Européennedans ce domaine.Notons la non réalisation de l’action 9 du POA dans les temps impartis, concernantl’élaboration d’un Grid Code régional laquelle reste une nécessité à entamer par les paysBénéficiaires.2.3.1. Harmoniser la législation sur la réorganisation des secteurs del’électricitéLa réforme et l’ouverture du marché électrique nécessitent l´établissement d´un cadrelégislatif complet et cohérent, composé de législations primaires (lois) et secondaires(réglementations, décrets, etc.). Les objectifs à poursuivre sont les suivants:Eliminer les obstacles à l´entrée dans le marché de nouveaux acteurs œuvrant dansdes activités concurrentielles telles que la production et la fourniture d’électricité;Créer un marché avec une masse critique d´acheteurs et de vendeurs d’électricité ;Établir des tarifs qui reflètent la vérité des prix ;Autoriser et réguler l´accès des tiers aux réseaux de transport et de distribution ;Séparer les activités régulées des activités potentiellement concurrentielles ;R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B82


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eRéguler adéquatement les activités de monopole.Cela implique que soient édictées des règles relatives à l’établissement progressif desmarchés électriques nationaux évoluant vers un marché régional intégré avec les marchésdes pays voisins dont ceux de l’Union Européenne. Il doit en résulter :Un traitement des importations et exportations de la même façon que des échangescommerciaux. Dans un marché électrique régional intégré, les producteurs etfournisseurs installés sur le territoire d’un pays voisin doivent être autorisés à vendrede l´électricité sur tout le territoire de la région ;Des règles de Tarification de Transport nationaux et transfrontaliers élaborées defaçon transparente avec l’assentiment des partenaires régionaux ;Une gestion des allocations de capacité de transport et la gestion des congestionsselon des règles claires et acceptées par l’ensemble des partenaires ;L’adoption de règles fermes, relatives à la solution des litiges transfrontaliers.Pour atteindre ces objectifs, une réforme institutionnelle, permettant une séparation claireentre la politique, la régulation et l’exploitation des réseaux, doit être entreprise. En situationde monopole, il faut pouvoir éviter toute confusion entre ces rôles.L’activité de régulation, autrefois marginale, commence à prendre de l’ampleur.Actuellement, comme il s’agit d’une activité nouvelle, la régulation est parfois mal perçue :nouvelle tutelle, tribunal, institution de contrôle, etc. Mais cette activité est essentielle dansun espace économique régi par les lois du marché. En règle générale, les missions dévoluesà la régulation sont de deux natures :Surveillance des activités des acteurs du secteur régulé ;Défense des consommateurs contre les abus, les positions dominantes et lescollusions d’intérêt.Les acteurs du marché sont particulièrement sensibles à la perception du niveaud’indépendance qu’ils se font de ces institutions.La mise en place adéquate des structures de régulation est essentielle à l’instauration d’unclimat de confiance et doit retenir toute l’attention des décideurs. A cette fin les préalablessuivants, issus de l’expérience européenne, sont à considérer:Séparation de l’autorité politique et de l’autorité de régulationLa réforme a besoin de différencier la « politique » de la « régulation ». L’administrationcentrale (ministère chargé de l´énergie) est responsable de la politique énergétique, et larégulation est à confier avec un mandat clairement établi (sous la forme d’une loi) à uneautorité spécialisée, indépendante des autorités politiques et des participants du secteurélectrique.Indépendance du régulateur:L’indépendance du régulateur est à deux niveaux:Indépendance politique vis-à-vis du gouvernement;Indépendance vis-à-vis du secteur.Pouvoirs du régulateur :Le régulateur doit avoir des pouvoirs de régulation réels. Par delà les différencesconstatées dans le monde entre régulateurs de différents pays, il y a des compétencesminimales qui sont requises :Approbation des tarifs ;Régulation des activités de monopole ;R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B83


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eSurveillance de la qualité des fournitures et des règles de sûreté;Application des règles d´accès des tiers aux réseaux ;Résolution des plaintes et conflits entre les consommateurs et les entreprises ;Résolution des litiges entre les participants du marché d´électricité.Le niveau de concurrence pour démarrer un processus d’intégration progressive du marchéeuromaghrébin est l’ouverture des marchés nationaux au niveau du « marché de gros ». Cemodèle sera élargi graduellement au fur et à mesure que les conditions nécessaires pour lacréation de la concurrence dans les marchés nationaux et les conditions d’intégration de cesmarchés seront mises en place.A cet égard, les trois pays du Maghreb connaissent des situations différentes dans leprocessus de réforme du secteur électrique. Les rythmes d’évolution seront donc différents.L’exploitation des systèmes électriques doit obéir à des règles communes:Ces règles doivent être objectives, transparentes, et elles doivent établir des critères d’octroiet de répartition de la capacité disponible.Le fonctionnement quotidien des marchés implique des négociations entre les producteurs,les grossistes et les détaillants en fonction des niveaux de tarification variable qui reflètentles niveaux de l’offre et de la demande.Dans un marché concurrentiel, l’Opérateur du Marché (OM) est une fonction essentiellepour la gestion du système d’offre, de vente et d’achat d’électricité. Une de ses principalesfonctions est d’administrer une bourse pour générer les prix de l’électricité et de fournir auxparticipants des données de marché, précises et en temps opportun.2.3.2. Développer une méthodologie transparente de détermination des tarifsLa tarification du transport, le transit de l’électricité, l’allocation des capacitésd´interconnexion et la gestion des congestions, la prévision de la demande, les prix de laressource primaire, constituent des questions fondamentales dans la mise en place d’unmarché maghrébin de l’électricité et son intégration progressive au marché de l’UE.Par ailleurs, les infrastructures, actuelles et prévues, constituent également des donnéesimportantes du processus d’intégration régionale. Outre une meilleure sécurité desapprovisionnements, et une fiabilité accrue des systèmes, les partenaires espèrentégalement retirer des bénéfices économiques de la mise en place progressive d’un marchéde l’électricité euromaghrébin.Une meilleure efficacité de la gestion des réseaux est un objectif partagé par les trois pays.Elle passe notamment par une bonne connaissance des coûts. Cependant, les modalitésdiffèrent suivant que le système est verticalement intégré ou libéralisé. Dans un marchéd’électricité libéralisé, la fonction commerciale est séparée de celle de l’acheminement àtravers les réseaux.La réforme du secteur électrique vise principalement à introduire, dans une première phase,les mécanismes du marché concurrentiel dans la production de l’électricité. Cet objectifimplique que le réseau de transport doit avoir le même traitement pour tous les utilisateurs, ycompris l’opérateur historique.Dans la perspective d’une intégration des marchés maghrébins, les procédures d’accès aumarché doivent être harmonisées. Une méthodologie commune pour le calcul des tarifsrelatifs aux réseaux d’électricité au Maghreb, dans un contexte d’ouverture progressive dumarché est donc nécessaire.R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B84


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eL’activité transport d’électricité est primordiale à la formation d’un marché de l’électricité, parune confrontation accrue de l’offre et de la demande. Les liaisons à haute tension entre lestrois pays et avec l’Union Européenne seront le vecteur principal d’intégration entre cesmarchés. C’est donc l’activité transport qui est prioritaire dans l’harmonisation tarifaire,d’autant plus que ce sont d’abord les clients raccordés en haute tension, clients finals ouclients intermédiaires (distributeurs), qui sont concernés par des achats directs à desproducteurs ou à des fournisseurs.Pour rendre effective la compétition au niveau de la production d’électricité, il est importantde séparer les réseaux de transport et de distribution, du producteur historique, et de garantirl’Accès des Tiers aux Réseaux (ATR) à tous les opérateurs du secteur (producteurs,fournisseurs, consommateurs). La problématique de la tarification de l’ATR doit être clarifiée,car le réseau de transport, qui est un monopole naturel, n’est pas régi par les mécanismesde marché.Dans le cadre de l’ouverture progressive du marché de l’électricité, où la tarificationconcerne l’Accès des Tiers aux Réseaux, la démarche oblige à une séparation comptablecomplétée par la suite par une séparation juridique.La séparation comptable constitue une étape indispensable pour identifier les coûts dechaque activité. La comptabilité analytique traditionnelle est cependant insuffisante pourla détermination complète du coût du transport. En effet, la séparation des activités amontré que le coût du transport ne se résume pas seulement aux coûts desinfrastructures et aux coûts d’exploitation. Le coût du transport intègre égalementd’autres types de charges : coûts de l’énergie de compensation des pertes d’énergie,coûts des services de système (constitution des réserves par exemple), coûts descongestions, coûts de gestion des contrats, etc.La séparation juridique entre les activités de transport et les autres activités (production,distribution, commercialisation), avec instauration de l’accès des tiers au réseau detransport et libéralisation de la production, est l’étape ultime de la restructuration dusecteur électrique.Le concept de transit transfrontalier a trait au transport d´électricité d’un pays A vers un paysC en utilisant le réseau horizontal HT d’un pays B.Ces dernières années, les échanges transfrontaliers entre les pays du Maghreb ont été plusou moins équilibrés. En cas de déficits ou de surplus mensuels, le solde est reporté au moissuivant. Il n’y a pas de tarification pour les échanges transfrontaliers. Dans les faits, les tarifsde transit sont réglés entre opérateurs, au cas le cas.La mise en œuvre d´un système efficace de tarification de transit pour les interconnexionsmaghrébines a le double objectif de signaler aux opérateurs de marché la nécessité, nonseulement de compenser les coûts réels de transit sur le réseau horizontal, mais aussi etsurtout, d´accumuler suffisamment de capital pour financer la modernisation et l´expansiondes interconnexions du futur dans un contexte d´intégration progressive du marché del´électricité maghrébin, de renforcement de la coopération avec l´Afrique et le Moyen Orientet d´harmonisation avec le marché intérieur de l´UE. L´objectif est d´arriver à un accord surun plan d´action détaillant le chemin critique à emprunter pour favoriser l’utilisation intensivedes interconnexions existantes et futures.Cinq phases ont été identifiées pour la mise en application du système de tarification detransit transfrontalier :1) Accord sur les principes de tarification de transit ;2) Accord sur les méthodologies de tarification de transit ;3) Intégration des principes et méthodologies de tarification dans la règlementationnationale des trois pays ;4) Accord sur le calcul des paramètres ;R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B85


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n e5) Mise en application du système tarifaire.Les trois pays devraient arriver à un accord commun sur les principes et méthodologies detarification. Au centre de l´accord, se trouverait le principe de couverture de l´ensemble descoûts réels, mais aussi des coûts marginaux à moyen et long-terme. L´accord sur lesprincipes pourra se référer aux Directives Européennes concernant les échangestransfrontaliers d’électricité. Il est souhaitable que les trois pays arrivent à un accordcommun concernant :Soit la méthodologie des coûts marginaux à long terme (CMLT) inspiré de laréglementation européenne ;Soit le système de compensation pour les transits, dont le Cross Border Tariff (CBT)d´ENTSO-E constitue un bon modèle.L´expérience européenne a montré que les délais concernant la mise en application dusystème CBT sont principalement dus aux désaccords concernant le calcul des paramètres,tels que : flux de transit, définition du réseau horizontal, composants des coûts, etc.Il est donc important que les trois pays arrivent à un accord commun sur le calcul desparamètres CMLT ou CBT.La notion de congestion fait référence à une situation de contrainte dans laquelle une lignede transport arrive à la limite de sa capacité et ne peut accueillir un transit supplémentairesans mettre en danger le fonctionnement global du système. Dans la mesure où cettecontrainte est temporaire, le gestionnaire du réseau utilise les caractéristiques techniquespropres au fonctionnement du système électrique pour lever la contrainte, à savoir:la modification du plan de production,l’adaptation des réglages pour limiter le transit sur les ouvrages saturés oul’affectation des capacités disponibles selon des règles préétablies.Par contre, si la congestion est permanente on applique des solutions de long terme quiportent sur des renforcements du réseau, impliquant des investissements dans de nouvellescapacités (lignes, transformateurs ou moyens de production dans la région en déficit).La mise en œuvre d´un système efficace d´allocation des capacités de transport d´électricitéet de gestion des congestions sur les interconnexions maghrébines a le double objectifd´optimiser l´utilisation des interconnexions, et d´assurer l´accès au réseau THT d´un plusgrande nombre de participants de marché, sur une base de non-discrimination, tout enpermettant la coexistence des structures de marchés d´électricité au niveau des paysmaghrébins.Afin d´éviter des situations où la demande excède la capacité des réseaux transfrontaliers,différentes méthodes d´allocation des capacités et de gestion des congestions ont étédéveloppées. Alors qu’aux Etats Unis, des méthodes centralisées ont été favorisées,l´Europe a préféré adopter des méthodes décentralisées, comme par exemple les« enchères explicites ». La situation actuelle du marché mondial de l´électricité permetd’avancer qu´il n´y a pas de solution optimale, et que l´application de méthodes particulièresdépend essentiellement des besoins des marchés et des capacités/configurations desréseaux concernés.Le principal texte juridique pour le règlement de la gestion des congestions au niveau deséchanges transfrontaliers du marché intérieur européen d´électricité, est la Directive2003/54/EC du Parlement Européen et du Conseil du 26 juin 2003, qui regroupe les règlescommunes pour le marché intérieur de l´électricité. La Directive précise, en son article 6, lesprincipes de la gestion des congestions.R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B86


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eJusqu’en 2004, la gestion des capacités de transport nettes (CNT) entre les pays del´Europe reposait sur des mécanismes administrés :listes de prioritémécanismes de proratarestriction d´accès aux réseauxCes systèmes de gestion des congestions étaient issus de l’époque pendant laquelle lesinterconnexions étaient utilisées, en plus de leur rôle dans la sécurité des réseaux,essentiellement pour exporter l’électricité dans le cadre de contrats de long terme.Dans la perspective de l’établissement du marché européen de l’électricité, ces mécanismesadministrés ont, depuis, évolués pour permettre aux opérateurs européens de s’échanger del’électricité sur la base de contrats plus souples permettant à la concurrence de s’exercerentre un plus grand nombre d’acteurs, à l’aide de mécanismes de marché coordonné.Il ressort de l´expérience européenne qu´il faut trouver un compromis entre les méthodesefficaces en terme d’utilisation du réseau existant, mais simples de mise en œuvre. De plus,il faut garder en ligne de mire que les méthodes qui sont efficaces économiquement peuventêtre difficiles à mettre en œuvre de par la complexité de leur montage.Les méthodes envisagées pour la gestion des congestions au Maghreb nécessiteront lefonctionnement au préalable des marchés maghrébins de l’électricité. Ensuite, un systèmepourrait être introduit qui consistera en:Un système d´enchères explicites pour allouer des droits de capacité physiques ;Un mécanisme de couplage des marchés journaliers permettant une optimisation del’utilisation de la capacité disponible.2.3.3. Soutenir les initiatives pour maximiser l’utilisation des infrastructuresen placeComme le secteur de l’électricité comprend diverses activités, l’ouverture d’un marché doitdifférencier les activités potentiellement concurrentielles (production et fourniture) de cellesqui sont effectuées en condition de monopole (les activités de réseaux de transport etdistribution et l’opération du système). Pour promouvoir la concurrence et éliminer lesobstacles légaux à l’entrée de nouveaux investisseurs dans les marchés de la production etde la fourniture d’électricité, il faut s’assurer le contrôle effectif des activités de monopoles.De plus, comme l’électricité ne peut être librement commercialisée que par le biais deréseaux, il faut s’assurer d’un mécanisme efficace d’accès au réseau de transport etdistribution.Pour les activités de nature concurrentielle, il faut créer un marché, tant en matière d’offreque de demande. Les activités de production et fourniture doivent donc être ouvertes àl’établissement de nouveaux acteurs grâce à un système efficace et non discriminatoire,dépourvu d’obstacles légaux.Du côté de l’offre, la concurrence a besoin de la participation d’un nombre suffisant deproducteurs, sans qu’il soit possible de manipuler ou de contrôler les prix de vente del’électricité.Pour développer la concurrence du côté de la demande, il faut créer un « marché » par lebiais d’autorisations accordées à un certain nombre de grands consommateurs, dits « clientséligibles » qui négocieront librement leur fourniture d’électricité.Par la suite, le marché sera ouvert par étapes, fixées par voie réglementaire. Après quelquesannées et, progressivement, de nouvelles catégories de consommateurs seront autorisées àchoisir librement leur fournisseur d’électricité. Cette ouverture sera achevée quand tous lesconsommateurs y auront accès et lorsque la concurrence sera établie au niveau du marchéde détail.R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B87


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLes prévisions à long terme de la demande d’électricité (en forte croissance) servent àfournir des scénarios réalistes d’évolution de la demande pour les études de planification duparc de production. Pour les pays ayant ouvert la production électrique à la concurrence, ils’agit entre autres d’attirer les investisseurs en leur indiquant les résultats des prévisions dumarché de l’électricité et s’assurer que ces prévisions sont les plus justes possibles pourconserver leur confiance.Il en va différemment pour les prévisions à court terme qui sont par contre nécessaires pourune programmation efficace de la production à la rencontre des besoins, en minimisantl’appel à l’énergie d’équilibre et donc en optimisant la gestion des ressources.Il est important de noter qu’actuellement la source primaire d’énergie la plus importantedans la région est le gaz naturel.Par conséquent le développement de centrales électriques dépend de la disponibilité du gazet de la capacité de transporter cette énergie soit sous forme de gaz, soit sous forme deproduit transformé en électricité. Dans cette optique, le développement d´un réseau gaz encoordination avec les besoins des centrales électriques régionales, la mise en place decontrat de long terme de fourniture et de transport de gaz, et notamment les conditionsd’accès à la source primaire, vont déterminer la viabilité et la bancabilité des projetsélectriques.Le fonctionnement du marché du gaz est crucial pour le développement de la concurrencedans le marché de la production d’électricité. La loi Algérienne et sa réglementationpermettent aux producteurs d´électricité de conclure librement des contrats de fourniture degaz et d´avoir accès au réseau de transport de gaz. Les prix du gaz sont réglementés etmaintenus à une valeur inférieure aux prix internationaux pour une production destinée àrencontrer la demande intérieure.Pour permettre la création d’un marché régional viable, les conditions d’accès au gaz pour laproduction d’électricité dédiée à l’exportation doivent être établies.2.3.4. Encourager le développement des énergies renouvelablesLes énergies renouvelables sont un élément nouveau du mix énergétique à promouvoir dansles pays du Maghreb. Les questions spécifiques liées à leur intégration dans les systèmesélectriques posent de ce fait un problème de mise à niveau des compétences des cadres.Il faudra mettre en place les structures et programmes nécessaires pour combler ce gap decompétence.Cette mise à niveau devrait concerner deux aspects :Les questions techniques, par rapport auxquelles il sera utile de développer une veilletechnologique qui pourra prendre la forme d’une base de données, à l’échelle régionale,à la disposition des acteurs ;Le montage de projets, lequel est spécifique à ce type de ressources du fait de leurscoûts par rapport aux modes conventionnels de production d’électricité.Cette formation devra concerner toutes les énergies renouvelables susceptibles de produirede l’électricité. Et, à cet égard, il est nécessaire de bien distinguer l’énergie solaire del’énergie éolienne, lesquelles ne sont pas à un même niveau de maturité, et leur rentabilitése pose en des termes très différents. En outre, la valorisation du potentiel énergétique de labiomasse doit être considérée dans les trois pays du Maghreb.Des études approfondies et systématiques de gisement sur tous les types d’énergierenouvelable devront être menées. Cela permettra d’identifier les ressources, de lescaractériser et de définir précisément lesquelles seront à développer en priorité, c'est-à-direen considération de leur surcoût par rapport aux modes conventionnels de productiond’électricité.R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B88


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eEn outre, il faudra étudier et prévoir soigneusement la capacité d’accueil des réseaux,laquelle pourra être augmentée par le développement et le renforcement desinterconnexions (étendue du système électrique) et la coordination, dans un cadre régional,des politiques nationales de gestion des systèmes électriques.Les perspectives d’export, seul moyen de financer leur surcoût, sont absolumentnécessaires pour promouvoir les énergies renouvelables. Des études devront être lancéespour éclairer les conditions de rentabilisation des différents types d’énergie renouvelable, àdes coûts compatibles avec les prix de l’électricité au consommateur.Les mesures de soutien qui pourraient être envisagées, devront être analysées pour enéviter les effets pervers de distorsion du marché, et pour les adapter tout particulièrement aucontexte économique Maghrébin.Le développement des énergies renouvelables au Maghreb est en partie conditionné par lesperspectives d’export de l’électricité verte qu’ouvre la Directive énergie renouvelable del’Union Européenne. La mise en application de celle-ci est soumise à deux contraintesessentielles :D’une part, le comptage effectif des « électrons verts » à l’entrée des réseauxeuropéens ;D’autre part, la nécessité d’une garantie de l’origine renouvelable de l’électricitéproduite et transférée sur le territoire de l’UE.Dès à présent, les synergies entre interconnexions Maroc – Espagne, et celles à venir entrepays du Maghreb sont à étudier, analyser et prévoir.3. Conclusion : Changer de paradigmeAu fur et à mesure que le projet IMME déroulait ses effets, il est apparu que le rôle de l’Étatétait primordial dans l’ensemble du processus de réforme engagé :En amont, c’est à lui de définir les politiques et les filières industrielles idoines, les loisréglementant l’organisation du secteur et les obligations de service public ;En aval, c’est à lui d’assurer la sécurité des approvisionnements, de protéger le pays desrisques industriels majeurs;Rappelons que c’est aussi à lui de fixer les conditions de protection de l’environnement(lutte contre les changements climatiques…), du développement durable et d’efficacitéénergétique.Les objectifs visés par les expertises lancées dans le cadre du projet IMME ont convergévers l’organisation progressive d’un marché régional de l’électricité intégré avec celui del’Union Européenne. Cela suppose que les questions suivantes soient progressivementréglées d’un commun accord:Economiques comme la détermination des tarifs de transit, le développement de laconcurrence ;Techniques comme l’élaboration de grid codes en cohérence avec un grid coderégional ;Réglementaires comme la mise en place d’autorités de régulation, l’accès des tiersaux réseaux ;Institutionnelles comme la création d’instances prévues par le Protocole d’Accord.Actuellement, des projets d’extension de réseaux et de multiplication des interconnexions auniveau international existent dans chaque pays. Le développement des infrastructuresn’apparaît pas comme résultant d’une concertation qui introduirait des éléments deplanification dans l’économie énergétique de la région. Les engagements vers l’avenirR a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B89


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n erésultent plus de décisions souveraines à l’échelle de chaque pays que d’une approcherégionale. La dimension Sud – Nord du développement électrique, entre pays trèsinégalement développés, ne serait ce que sur le plan industriel, pourrait prendre le pas surdes relations Est – Ouest, entre pays de même niveau de développement. De fait, lesrelations de chacun avec les autres pays du Maghreb sont encore plus marquées par lebilatéralisme que par le multilatéralisme, renvoyant chaque pays à sa logique dedéveloppement purement nationale.Dans l’optique du projet IMME, de ses objectifs, il y a lieu que cette perspective évolue, quel’environnement des relations transversales entre pays du Maghreb, impulse la dynamiquedes relations avec l’Union Européenne. Si bien que l’on doit pouvoir concevoir unegéopolitique des relations énergétiques, en particulier électriques, qui conférerait àl’intégration régionale des marchés Maghrébins de l’électricité, le statut d’une « ardenteexigence ». D’elle, procéderait cette intégration au marché de l’électricité de l’Unioneuropéenne qui est aussi la raison d’être du projet IMME.Une expertise finale du projet (action 14) a clairement montré qu’à l’horizon 2020, doncassez proche, la non-intégration avait un coût, celui de ne pas engranger les bénéfices del’intégration, lesquels ont été estimés comme des investissements évités pour uneproduction de plusieurs GW. Pour les économies émergentes qui sont celles des trois pays,cela mérite d’être sérieusement considéré, car c’est un facteur de développement et decompétitivité sur la scène internationale. Eviter, ne serait-ce qu’à l’horizon 2020, mais aussi àplus long terme, le coût de la non-intégration, cela signifie qu’’une planification régionale dela production (le transport suivra automatiquement) permettra de faire de grosseséconomies.Actuellement les interconnexions sont sous utilisées, il faudrait les utiliser au moins à bonescient, faire du « partage de réserve », faire de la « diversité entre réseaux » puisqu’il n’y apas de coïncidence entre les pointes. Sans intégration régionale, il y aura un déficit degestion des réseaux, une sous utilisation des investissements déjà réalisés.En fait, la problématique de l’intégration, détaillée à travers les expertises du projet IMME,implique une évolution importante de la vision que chacun peut avoir de l’avenir, et qui seconstruit selon une logique de raisonnements. De façon ramassée, il s’agira de passer :d’une « logique territoriale nationale » à une « logique réticulaire régionale »,impliquant un changement de méthodes de travail ;et d’une « logique de monopole » à une « logique d’ouverture », impliquant uneévolution du statut de la régulation du secteur électrique.Les réseaux se développent, il faudra, en « roder » les interconnexions, ce qui suppose unprocessus d’apprentissage et de collaboration, d’autant plus efficace qu’il sera mené d’abordentre les trois pays du Maghreb.C’est en le constatant, comme un fait majeur de ce que pouvait apporter le projet IMME,qu’en particulier le « volet formation » a pris cette ampleur, non prévue au départ. Il nes’agissait pas seulement de créer et d’enrichir des espaces de dialogue sur des thèmesintéressant cette problématique, il fallait aussi développer une communauté de pensée, une« manière de voir » qui permettrait de s’entendre en discutant.C’est cela qui a été fait, et c’est ce qui permet de bien augurer de l’avenir.R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B90


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eSection 4Suivi financier du programme1. Rappel du budget de la convention de financement et desactions à mettre en œuvreLa Convention de Financement signée en décembre 2005, prévoit l’engagement d’unmontant de 6 200 000 € dont 5 600 000 € proviennent des fonds communautaires. Laconvention prévoit entre autres, l’acquisition d’équipements et logiciels (450 000 €), unerubrique information (250 000 €) et un poste pour financer les activités de formation et devoyages d’études de 700 000 €.Le démarrage tardif du projet n’a pas permis le lancement dans les délais d’appels d’offrespour l’acquisition des fournitures ainsi que le montage des formations et voyages d’études.De ce fait, les autorités du programme ont convenu de solliciter le prestataire, qui a acceptéde conduire les activités de formation dans le cadre d’un avenant au contrat d’AssistanceTechnique (Avenant N°1 pour un montant total du contrat de 4 930 700 Euros).Par la suite, 5 Avenants seront signés pendant la période d’exécution du contrat.Un avenant (AVENANT N° 2) au contrat de services a été signé en Mars 2008 afind’acter de la mobilisation du nouvel expert Principal N°2 : Peter CZECH en lieu etplace de M. Jean Pierre DELHAISE.De même un troisième avenant (AVENANT N°3) a été signé entre les trois parties enNovembre 2008 pour convenir de l’acceptation de M. Bernard DUHAMEL commenouveau Chef d’équipe de l’EAT. La nouvelle structure de l’Equipe d’Assistancetechnique restera alors inchangée jusqu’à la fin de l’exécution des prestations.Dans un quatrième avenant (AVENANT N°4), signé en Mai 2009, une réallocationd’Hommes Jours entre les trois experts principaux a été effectuée, ce qui a permis deconserver en permanence les 3 experts principaux de l’EAT sur le projet jusqu’à la findu contrat.Un cinquième avenant (AVENANT N°5) a été construit en Décembre 2009 afind’accroître de 200 000 € les montants disponibles sur la ligne budgétaire « DépensesAccessoires » en puisant cette somme des frais honoraires. Cette réallocation apermis au Projet IMME de financer les opérations logistiques appuyant les actions deformation et d’expertise.Enfin, un sixième avenant (AVENANT N°6) a été signé entre les parties afin deprolonger la durée d’exécution du contrat de services de deux mois. CetteR a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B91


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i edan s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eprolongation a principalement été décidée afin d’appuyer la mise en œuvre duConseil Ministériel par l’EAT.2. Le contrat de prestation de servicesDans le cadre du suivi du programme, l’état des consommations sur les rubriques prévuesau budget du contrat se présente ainsi :R a p p o r t F i n a l I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B92


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i e d a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d el ' U n i o n e u r o p é e n n e93R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eJOURS TRAVAILLES> Mobilisation humaine par périodeSomme Nom de jours CatégorieExpertExpert CT Experts LTCTSenior EATFacturationJuniorTotalPériode 1 30,0 74,5 97,0 201,5Période 2 44,0 101,5 217,0 362,5Période 3 59,5 263,5 225,5 548,5Période 4 142,0 264,0 297,5 703,5Période 5 190,0 311,5 316,0 817,5Période 6 160,0 338,5 314,5 813,0Total 625,5 1 353,5 1 467,5 3 446,5R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B94


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i e d a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d el ' U n i o n e u r o p é e n n eDEPENSES ACCESSOIRESPeriode 1 Periode 2 Periode 3 Periode 4 Periode 5 Periode 6 Total Budget Soldemai-oct 2007 nov-avr 2008 mai-oct 2008 nov-avr 2009 mai - oct 2009 nov 09 -avr 10 après avenant 6€ € € € € € € € €DEPENSES ACCESSOIRES 8 389,31 37 386,04 94 163,66 71 768,50 162 145,80 128 011,68 499 974,03 841 019,00 341 044,97Part des dépenses accessoiressur le total de dépenses4,2% 8,2% 16,0% 10,2% 18,9% 15,4% 14,0% 17,1%TOTAL 199 414,24 458 302,97 590 285,16 704 461,50 859 395,30 830 297,18 3 558 832,89 4 930 440,00 1 371 607,11R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 1 0S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B95


I n t é g r a t i o n p r o g r e s s i v e d e s m a r c h é s d ' é l e c t r i c i t é d e l ' Al g é r i e , d u M a r o c e t d e l a T u n i s i ed a n s l e m a r c h é i n t é r i e u r d e l ' é l e c t r i c i t é d e l ' U n i o n e u r o p é e n n eLe contenu de la présente publication relève de la seuleresponsabilité du consortium mené par SOFRECO et ne peut enaucun cas être considéré comme reflétant l’avis de l’UnionEuropéenne.R a p p o r t F i n a l P r o v i s o i r e I 2 3 j u i n 2 0 10S O F R E C O I I P A E n e r g y + W a t e r C o n s u l t i n g I A E T S I V a t t e n f a l l P o w e r C o n s u l t a n t s A B96

More magazines by this user
Similar magazines