Le conflit OGM en France - Base de connaissance AEGE

bdc.aege.fr

Le conflit OGM en France - Base de connaissance AEGE

LE CONFLIT OGM EN FRANCELes finalités éthiques, économiques et politiques des OGM sont aujourd’hui un enjeu planétaire. En une vingtained’années, en parallèle à l’émergence de la biotechnologique et aux enjeux économiques, une branche du droit et desrèglements ont été créés.Mots clésConflits d’intérêts, Bilan économique des OGM, Risques potentiels, Marché stratégique dessemences, Législation OGM, Environnement2008Auteurs :Nancy L’Anthoen, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène SauthierLe(s) auteur(s) de ce document d’analyse, d’opinion, d'étude et/ou de recherche a autorisé l'AEGE à enregistrer l'article dans la base dedonnées, dénommée : bdc.aege.fr. La diffusion, publication subséquente est aussi autorisée par le(es) auteur(s) sur toutes formes de supportécrit, électronique uniquement au sein des membres de cette association, utilisateur de cette base de données. Aucune autre forme dediffusion n'est autorisée. L'analyse, l'opinion et/ou la recherche reposent sur l'utilisation de sources éthiquement fiables mais l'exhaustivité etl'exactitude ne peuvent être garantie. Sauf mention contraire, les projections ou autres informations ne sont valables qu'à la date de lapublication du document, et sont dès lors sujettes à évolution ou amendement dans le temps.Le contenu de ces documents et/ou études n'a, en aucune manière, vocation à indiquer ou garantir des évolutions futures. Le contenu de cetarticle n’engage la responsabilité que de ses auteurs, il ne reflète pas nécessairement les opinions du(des) employeur(s), la politique oul’opinion d’un organisme quelconque, y compris celui de gouvernements, d’administrations ou de ministères pouvant êtres concernés pas cesinformations. Et, les erreurs éventuelles relèvent de l’entière responsabilité des seuls auteurs.Les droits patrimoniaux de ce document et/ou étude appartiennent à l'Association AEGE, voire un organisme auquel les sources auraient puêtre empruntées. Le(s) auteurs ont expressément cédés les droits patrimoniaux subséquents à l'insertion de ce(s) document(s) dans la base dedonnées bdc.aege.fr. Toute utilisation, diffusion, citation ou reproduction, en totalité ou en partie, de ce document et/ou étude ne peut se fairesans la permission expresse du(es) rédacteur(s) et du propriétaire des droits patrimoniaux.Base de Connaissance AEGE : http://bdc.aege.fr


2008Le conflit OGM enFranceL’information au centre des conflitsd’intérêtsDevoir d’Intelligence Economique réalisé dans le cadre du MastèreSpécialisé Marketing Management, promotion 2008-2009Nancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon,Pauline Chazalviel, Hélène SauthierESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management2008-2009


2 Le conflit OGM en FranceTable des matièresI. Etat des lieux ..................................................................................................................................................................5A. Qu’est-ce qu’un OGM et quels sont ceux qui existent ? ...........................................................................................51. Les cultures OGM commercialisées dans le monde .............................................................................................52. Les OGM existant à l’état expérimental ...............................................................................................................5B. Le contexte économique .......................................................................................................................................... 61. La superficie des terres cultivées ......................................................................................................................... 62. Les principaux caractères des plantes GM .......................................................................................................... 63. La valeur globale du marché des PGM ................................................................................................................. 7a) Le bilan économique de l’ISAAA ...................................................................................................................... 7b) Une contribution pour diminuer la pauvreté et la faim .................................................................................. 8c) Une réduction de l’empreinte agricole sur l’environnement .......................................................................... 8d) Une diminution des changements climatiques et des gaz à effet de serre (GES)........................................... 9e) Une contribution pour produire des matières combustibles renouvelables .................................................. 94. Les perspectives ................................................................................................................................................... 95. Les risques potentiels du génie génétique en agriculture .................................................................................. 10a) Une emprise croissante du secteur industriel sur l’agriculture ..................................................................... 10b) Une orientation vers les marchés des pays riches .......................................................................................... 10c) Une suspicion des consommateurs à l’égard des aliments et des techniques de production agricole ......... 10d) Des techniques puissantes pouvant être réductionnistes .............................................................................. 116. Le marché stratégique des semences ................................................................................................................. 11a) Un poids économique ..................................................................................................................................... 11b) Un phénomène de concentration des industries semencières ...................................................................... 12C. La législation autour des OGM ............................................................................................................................... 131. Le cadre légal européen général ......................................................................................................................... 13a) La commercialisation des OGM pour l’alimentation ..................................................................................... 13b) Les polémiques autour des évaluations .......................................................................................................... 14c) Les OGM autorisés à l’utilisation en Europe pour l’alimentation humaine et animale ................................ 15d) L’obligation d’étiquetage et le seuil de présence fortuite ............................................................................... 16e) Les autorisations de dissémination à des fins de recherche et de développement ....................................... 17f) Les autorisations de mise en culture .............................................................................................................. 17g) Les OGM autorisés à la mise en culture ......................................................................................................... 172. La clause de sauvegarde, une marge de manœuvre pour les Etats membres .................................................... 183. Un “Réseau européen des Régions sans OGM” pour s’appuyer sur les flous réglementaires européens ......... 18II. Le conflit OGM ............................................................................................................................................................. 19A. Les enjeux du conflit ............................................................................................................................................... 191. Les enjeux sanitaires .......................................................................................................................................... 202. Les enjeux environnementaux ........................................................................................................................... 203. Les enjeux économiques et politiques ................................................................................................................ 214. Les enjeux éthiques ............................................................................................................................................ 23ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


3 Le conflit OGM en FranceB.C.5. Les enjeux agricoles ........................................................................................................................................... 236. Conclusion .......................................................................................................................................................... 25L’historique du conflit ............................................................................................................................................ 251. L’évolution de la technologie OGM et de ses applications commerciales ........................................................ 252. L’évolution du mouvement anti-OGM ............................................................................................................... 27a)b)Le mouvement anti-OGM au niveau international ........................................................................................ 27Le mouvement anti-OGM en Europe ............................................................................................................. 27Les principaux acteurs et leur positionnement ..................................................................................................... 281. Les scientifiques ................................................................................................................................................. 28a)b)Les partisans .................................................................................................................................................. 28Les opposants aux OGM ................................................................................................................................ 322. Les politiques ..................................................................................................................................................... 36a)b)c)d)e)f)Les politiques, un rôle majeur dans le conflit OGM ..................................................................................... 36Le Parti Socialiste ........................................................................................................................................... 37L’écologie politique ........................................................................................................................................ 38L’UMP ............................................................................................................................................................ 38Le Mouvement Démocrate ............................................................................................................................ 39Le Front National ........................................................................................................................................... 393. Les ONG environnementales ............................................................................................................................. 40a)b)c)d)Qui sont les écologistes ? ............................................................................................................................... 40Présentation de deux acteurs clefs : Greenpeace et la fondation Nicolas Hulot .......................................... 40Le positionnement des écologistes dans la crise OGM ................................................................................. 42Stratégies d’information ................................................................................................................................ 464. Les associations syndicales agricoles ................................................................................................................ 54a)b)c)d)Une organisation unique et centralisée .......................................................................................................... 55Les cinq visages sages de l’adhésion syndicale .............................................................................................. 56FNSEA ............................................................................................................................................................. 57La Confédération paysanne ........................................................................................................................... 595. Les industries agricoles et agroalimentaires ..................................................................................................... 60a)b)c)d)e)f)Le groupe LIMAGRAIN .................................................................................................................................. 61Le groupe GLON-SANDERS .......................................................................................................................... 61Le groupe CHAMPAGNE CEREALES ............................................................................................................ 61Le groupe MONSANTO ................................................................................................................................. 62Le conflit OGM, du point de vue des industriels du milieu agricole et agroalimentaire.............................. 62Synthèse de l’opinion des professionnels de l’agro-industrie ....................................................................... 66III. Les derniers événements en date en France et leurs conséquences ...........................................................................67A.B.C.La transcription de la directive européenne : un projet de loi qui a embrasé la France au printemps 2008 .......67Historique de la « loi OGM » et de l’activation de la clause de sauvegarde sur le maïs MON 810 .......................67La clause de sauvegarde française de 2008, une décision avant tout politique ................................................... 70IV. Conclusion ................................................................................................................................................................... 72V. Bibliographie ................................................................................................................................................................76VI. Webographie ................................................................................................................................................................79VII.Emissions et reportages ............................................................................................................................................... 81ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


4 Le conflit OGM en FranceVIII. Index .................................................................................................................................................................. 82IX. Annexes ....................................................................................................................................................................... 83A. Interview de Jean-Claude GUILLON, groupe Limagrain ..................................................................................... 83B. Interview de Dominique DUTARTRE, groupe Champagne Céréales. .................................................................. 90C. Interview de Stéphanie PIECOURT, Monsanto France. ....................................................................................... 92D. Interview d’Alain GLON, fondateur et président du groupe Glon-Sanders. ........................................................ 95E. Interview de Gérard PASCAL, spécialiste français de la sécurité sanitaire .......................................................... 98F. Interview d’Alain TOPAN, responsable de la réglementation OGM du groupe Limagrain. ............................... 103G. Interview d’Yvette DATTEE, directrice de recherche honoraire de l’INRA ......................................................... 111H. Interview de Philippe JOUDRIER, président du comité d’experts spécialisés en biotechnologies de l’AFSSA. 116I. Interview de Christian VELOT, enseignant-chercheur en génétique moléculaire .............................................. 121J. Interview de Gil RIVIERE-WEKSTEIN, éditeur de la lettre Agriculture & Environnement ............................. 126K. Interview de Pascale LOGET, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne ................................................ 135L. Interview de Laurent LE GUYADER, faucheur volontaire (entre autres) ........................................................... 137M. Interview de Jacques PASQUIER, secrétaire national de la Confédération paysanne et céréalier .................... 144ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


6 Le conflit OGM en FranceBengladesh d’ici deux ou trois ans, enrichi envitamine A et C, lysine, fer et zinc) ; tomateriche en anthocyane ; sorgho “bio-fortifié“enrichi en lysine, vitamines A et E, fer et zinc ;riz, maïs et orge à faible teneur en acidephytique ; peuplier avec lignine améliorée pourla production d’une pâte à papier utilisantmoins de polluants (INRA) ; augmentation duparfum des fleurs ; haricot OGM (Brésil)…des OGM d’“amélioration del’environnement“ : les Etats-Unis seraient entrain de tester un peuplier capable d’absorberdes polluants ou du trichloréthylène.des OGM de production de moléculemédicamenteuse : la banane antimalaria, rizvaccincontre le parasite Ascaris, riz exprimantun hypotenseur.M. Arjula Reddy, de l’Université de Hyderabad, enInde, a dressé, lors du colloque de l’académie dessciences tenu en septembre 2008 à Paris, la liste desplantes OGM à l’état de recherche dans les diversesinstitutions indiennes. Il ajoute notamment le poischiche, la cardamone, la moutarde, le millet, le poivre,la banane, le thé, le café, le chou-fleur, le bambou, lechou… Plus de 55 plantes génétiquement modifiéessont actuellement à l’état de recherche sur le solindien, en recherche fondamentale comme enrecherche appliquée.Les produits obtenus par empilement de gènes sontdes éléments essentiels, d’avenirSource : ISAAA, 2007En2007, le nombre de pays cultivant des plantes GM aaugmenté pour atteindre un total de 23 pays, avec laPologne qui a semé du maïs BT pour la première fois eta amené le nombre total de pays de l’UnionEuropéenne cultivant des plantes OGM à 8 (sur 27 ),au lieu de 6 en 2006.L’Espagne est toujours en tête des pays de l’UnionEuropéenne avec 70000 hectares en 2007, soit un tauxd’adoption de 21% et une augmentation de 40% parrapport à 2006. La superficie cumulée de maïs BT dansles sept autres pays (France, République tchèque,Portugal, Allemagne, Slovaquie, Roumanie et Pologne)a été multipliée par 4, passant d’environ 8700 hectaresen 2006 à environ 35700 hectares en 2007. Lessuperficies de ces sept pays sont cependant modesteset la superficie totale de maïs BT dans l’UnionEuropéenne a dépassé pour la première fois les100000 hectares, avec un taux de croissance d’uneannée à l’autre de 77%.Plus de la moitié des 6,5 milliards d’habitants quiconstituent la population mondiale (55% ou 3,5milliards de personnes) vivent dans les 23 pays qui ontcultivé des plantes GM en 2007 et ont généré desbénéfices multiples pour une valeur de 7 milliards dedollars US dans le monde en 2006.Plus de la moitié (52% ou 776 millions d’hectares) des1,5 milliards d’hectares de terres Les principauxcaractères des plantes GMB. Le contexte économique1. La superficie des terres cultivéesDistribution des cultures OGM par pays de 1999 à 2007 -Evolution des cultures OGM par espèce végétale entre 1996et 2007 -Source : ISAAA, février 2008Ceci a été en partie compensé par une petitediminution du soja et du coton GM. 63 % du maïs GM,78% du coton GM et 37% de toutes les plantes GM auxUSA en 2007 étaient des produits contenant desempilements de deux ou trois caractères, quiapportaient des avantages multiples.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


7 Le conflit OGM en Franceestimées à 42,4 milliards de dollars US. La valeurglobale du marché des plantes GM est estiméea) Le bilan économique de l’ISAAAL’étude la plus récente sur l’impact global des plantesGM pour la période 1996-2006 estime que lesbénéfices économiques nets mondiaux pour lesfermiers cultivant des plantes OGM en 2006 étaient de7 milliards de dollars US.Source : ISAAA,2007Source : ISAAA, 2007Source : ISAAA, 20073. La valeur globale du marché des PGMdu marché mondial de protection des cultures en 2007,et20% des 34 milliards de dollars US du marchémondial du commerce des semences.Les 6,9 milliards de dollars US du marché mondial desplantes GM comprennent : 3,2 milliards de dollars USpour le maïs GM (ce qui équivaut à 47% du marchémondial des plantes cultivées GM, au lieu de 38% en2006) ; 0,9 milliard de dollars US pour le coton GM(13%) ; 0,2 milliard de dollars US pour le colza GM(3%). Sur les 6,9 milliards de dollars US du marchémondial des plantes GM, 5,2 milliards de dollars US(76%) concernaient les pays industrialisés et 1,6milliards de dollars US (24%) les pays en voie dedéveloppement.La valeur marchande du marché mondial des plantesGM est calculée sur le prix de vente des semences GMplus les frais technologiques qui s’appliquent. Lesvaleurs commerciales cumulées pour la période deonze années, depuis que les plantes GM ont étécommercialisées pour la première fois en 1996, sontLes bénéfices cumulés pour la période 1996-2006atteignaient 34 milliards de dollars US (16,5 milliardsde dollars US pour les pays en voie de développementet 17,5 milliards de dollars US pour les paysindustrialisés). Ces estimations comprennent lesbénéfices très importants associés avec la doubleculture de soja OGM en Argentine 4 .La réduction cumulée des pesticides durant la période1996-2006 a été estimée à 289000 tonnesd’ingrédients actifs. Cette estimation équivaut àuneplantes GM, le Japon est en tête de liste, suivi parlesUSA, le Canada, la Corée du Sud, l’Australie, leMexique, les Philippines, la Nouvelle-Zélande, l’UnionEuropéenne et la Chine. Le maïs est l’espèce qui a leplus d’événements autorisés (40), suivi par le coton(18), le colza (15) et le soja (8). L’événement qui a étéagréé par le plus de pays est le soja tolérant auxherbicides GTS-40-3-3 avec 24 autorisations – à noterque l’Union Européenne, qui comporte 27 pays, necompte que pour une autorisation -, suivi par le maïsrésistant aux insectes MON810 et le maïs tolérant auxherbicides NK603 - tous les deux ayant reçu chacun 28autorisations - puis par le coton résistant aux insectesMON531/757/1076 - avec 16 autorisations dans lemonde.En 2007, il a été estimé que, parmi les 114,3 millionsd’hectares de cultures OGM dans le monde, environ9%, soit 11,2 millions d’hectares, étaient utilisés pour laproduction de biofiouls. Plus de 90% de cettesuperficie se trouvait aux USA. En 2007, on estime à 7millions d’hectares la superficie des cultures de maïsGM destinées à la production d’éthanol aux USA et àenviron 3,4 millions d’hectares la superficie descultures de soja OGM destinées à la production debiodiesel, sans compter les 10000 hectares de colzaGM, soit un total, pour les USA, de plus de 10,4millions d’hectares cultivés pour la production debiofiouls.Au Brésil, en 2007, 750000 hectares de soja RR ® ontété utilisés pour produire du biodiesel et, au Canada,environ 45000 hectares de colza GM ont été utiliséspour la production de diesel.4 Brookes and Barfoot, 2008ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


8 Le conflit OGM en FranceCe sont donc, au total, 11,2 millions d’hectares deplantes OGM qui ont été utilisés dans le monde pour laproduction de biofiouls.Les objectifs des promoteurs des OGM sont derépondre aux problématiques suivantes : augmenter la productivité végétale mondiale pouraméliorer la sécurité en alimentation humaine etanimale et l’approvisionnement enSelon l’ISAAA,une contribution importante a déjà été apportéedurant la première douzaine d’années decommercialisation, via le déploiement des plantes GMplus tolérantes aux stress biotiques causés par lesnuisibles, les mauvaises herbes et les maladies. Cetteaugmentation de la productivité sur la même superficiede terres agricoles permet de conserver la biodiversitéparce qu’elle aide à prévenir le besoin de déforestationqui concerne notamment la culture sur brûlis.L’augmentation de la productivité de maïs pourl’alimentation animale, du soja et du colza pour lesoléagineux et des plantes à fibres comme le coton, a étéimportante avec des gains évalués à 34 milliards dedollars US durant la période 1996-2006. Des progrèsont été réalisés sur des plantes destinées àl’alimentation humaine : le maïs blanc en Afrique duSud ; les ingrédients provenant du maïs, du soja et ducolza GM utilisés couramment dans les alimentstransformés ; la papaye et le melon GM consommésaux USA ; la papaye en Chine.Des progrès concernant le contrôle de stress abiotiquessont attendus à court terme, avec des produitstolérants à la sécheresse, disponibles d’ici cinq ans, etdes produits tolérants à la salinité, disponibles plustard. Une nouvelle famille de caractères concernant laproduction va non seulement augmenter lesrendements mais aussi fournir une alimentation plusnourrissante, comme l’huile avec des omégas 3 et le rizdoré enrichi en provitamine A qui devraient êtreautorisés d’ici 2012. L’événement le plus attendu pourles cinq prochaines années est l’autorisation du riz GM- le riz étant la plante alimentaire la plus cultivée aumonde - qui a été utilisé temporairement en Iran en2005. Des essais en champs complets de riz GM ont étéréalisés dans différentes localités de Chine et le produitest à l’étude pour une utilisation commerciale. Desessais en champs sont en cours en Inde et denombreux pays d’Asie ont des programmes derecherche qui devraient aboutir à des riz GM, aprèsautorisation en Chine. Les riz GM ont un potentielénorme dans la mesure où ils pourraient contribuer àla sécurité alimentaire et à la diminution de lapauvreté.b) Une contribution pour diminuer la pauvreté etla faimdécennie. Le maïs GM ne bénéficie actuellement qu’àun nombre restreint de petits fermiers mais, d’ici 2015,ce nombre de petits fermiers bénéficiaires devraitaugmenter de façon très significative. Les plantescultivées, comme l’aubergine GM développée en Inde,aux Philippines et au Bangladesh, devraient êtreautorisées à court terme et utilisées presqueexclusivement par environ deux millions de petitsfermiers. En axant une partie de la recherche sur desplantes orphelines cultivées le plus souvent par despetits fermiers - comme le manioc, la patate douce, lesorgho et les légumes -, le programme dedéveloppement de la biotechnologie végétale s’appuiesur une approche “pro-pauvres“ dont l’objectif est dediminuer la misère et la faim dans le monde.c) Une réduction de l’empreinte agricole surl’environnementL’agriculture conventionnelle a un impact conséquentsur l’environnement et la biotechnologie pourraitdevenir un facteur important dans le processus deréduction de l’empreinte environnementale del’agriculture.Les progrès de la première décennie comprennent :une réduction importante des pesticides ; deséconomies sur les fiouls fossiles ; une diminution desémissions de CO2 grâce à l’absence – ou la diminution- de labourage ; la conservation des sols et del’humidité grâce à l’absence de labourage, vial’utilisation des produits tolérants aux herbicides.L’amélioration de l’utilisation de l’eau aura un impactmajeur sur la conservation et la disponibilité de l’eaudans le monde. 70% d’eau fraîche sont actuellementutilisés par l’agriculture dans le monde, une situationqui ne peut pas durer puisque la population devraitaugmenter d’environ 50% pour atteindre 9,2 milliardsd’habitants en 2050. Dans les pays en voie dedéveloppement, l’utilisation agricole actuelle d’eaufraîche atteint même 86%. Des cultures OGM ayantune nouvelle utilité seront disponibles d’ici la fin de ladécennie 2006-2015 : ces cultures, qui visent àdiminuer les émissions d’azote, devraient contribuer àla réduction du réchauffement mondial et àl’amélioration de la qualité des aquifères et des deltas,comme le Mékong, qui contiennent actuellement denombreux polluants azotés. La première variété demaïs tolérante à la sécheresse devrait êtrecommercialisée vers 2011. Ce caractère a déjà étéincorporé dans plusieurs autres plantes cultivées. Latolérance à la sécheresse devrait avoir un impactESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


9 Le conflit OGM en Francemajeur sur les systèmes de cultures dans le monde, enparticulier dans les pays en voie de développement oùla sécheresse est souvent plus présente et sévère quedans les pays industrialisés.d) Une diminution des changements climatiqueset des gaz à effet de serre (GES)La sécheresse, les inondations et les changements detempérature devraient devenir plus fréquents et plusimportants, d’où la nécessité d’améliorer rapidementPlusieurse) Une contribution pour produire des matièrescombustibles renouvelablesLa biotechnologie peut être utilisée, efficacement dupoint de vue du coût, pour optimiser la productivité debiomasse par hectare de la première génération decultures pour l’alimentation humaine et animale, pourla production de fibres et, pour la seconde générationde plantes, pour l’énergie. Ces objectifs pourront êtreatteints en développant des plantes tolérantes à desstress abiotiques (sécheresse/salinité) et biotiques(nuisibles, mauvaises herbes, maladies) mais aussi enaugmentant le plafond des rendements potentiels parhectare, en modifiant le métabolisme des plantes. Il estégalement possible d’utiliser la biotechnologie pourdévelopper des enzymes plus efficaces pour latransformation, en aval, de biofiouls.4. Les perspectivespremière décennie, qui était la décennie des Amériquesoù les empilements de gènes devraient connaître unecroissance continue essentielle aux USA et une fortecroissance au Brésil. L’éventail des caractèresdisponibles sera plus large et comprendra descaractères de qualité, attendus depuis longtemps.L’arrivée de ces caractères de qualité devrait avoir uneincidence sur le nombre d’autorisations de mise enculture, qui devrait augmenter, en particulier enEurope. D’autres produits, y compris les produitspharmaceutiques, les vaccins oraux et les spécialités,seront représentés. L’utilisation de la biotechnologiepour augmenter l’efficacité de la première générationde plantes pour l’alimentation humaine et animale etcelle de la seconde génération de plantes énergie pourles biofiouls est susceptible d’avoir un impactimportant. Elle présente à la fois des possibilités et desdéfis.Une utilisation non judicieuse des plantes destinées àl’utilisation humaine ou animale - canne à sucre,manioc et maïs pour les biofiouls -, dans des pays envoie de développement où la sécurité alimentaire n’estpas garantie, pourrait compromettre les objectifs desécurité alimentaire si l’efficacité de ces cultures n’estpas augmentée via la biotechnologie ou d’autresmoyens. Les objectifs pour l’alimentation humaine etanimale et le fioul doivent donc être tous atteints.Le rôle clé de la biotechnologie végétale estd’optimiser, en maintenant des coûts efficaces, lesrendements de la biomasse par hectare pour lesbiofiouls, ce qui permettrait de rendre le fioul plusabordable. Cependant, la plus importante contributionapportée par les cultures OGM sera leur contribution àla réduction de moitié de la pauvreté et de la faim d’ici2015 selon les Objectifs de Développement duMillénaire (ODM).Comme durant la première décennie, le respect desbonnes pratiques de culture, comme les rotations et lagestion des résistances, restera primordial pour lescultures OGM. Une gestion permanente, responsable,doit être utilisée, en particulier par les pays du sud quiseront les principaux utilisateurs des plantes GMdurant la seconde décennie de commercialisation desplantes OGM (2006-2015).Le rapport 2008 « Agriculture for Development »,récemment publié par la Banque Mondiale deDéveloppement, insiste sur le fait que « l’agricultureest un outil de développement crucial pour atteindreles objectifs de développement du millénaire quiveulent diminuer de moitié la proportion de personnessouffrant d’extrême pauvreté et de faim d’ici 2015 »(World Bank, 2008)Les six principaux pays producteurs de plantesbiotechnologiques regroupent deux pays développés(Etats-Unis et Canada) et quatre pays en voie dedéveloppement (Chine, Brésil, Inde et Argentine). Ilsont cultivé à eux seuls, en 2007, plus de 95% de lasurface totale consacrée aux plantesbiotechnologiques.Pour les partisans des OGM commel’ISAAA ou Sylvie Bonny, de l’INRA, la biotechnologieest un outil de production agricole parmi les plusefficaces qui permet la diminution d’intrants par tonnede produits obtenus, bien que d’autres moyens existentpour lutter contre les divers agresseurs.Il serait donc intéressant de confronter les diversesméthodes sur une durée assez longue afin d’encomparer les résultats. 55 Sylvie Bonny (INRA-ESR – Le courrier de l’environnementN° 34, juillet 1998ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


10 Le conflit OGM en FranceDe plus, toujours selon Sylvie Bonny (INRA), il existedes risques économiques potentiels liés auxbiotechnologies en agriculture.5. Les risques potentiels du génie génétiqueen agricultureLe génie génétique appliqué à l’agriculture représentedes enjeux économiques et financiers importants quis’inscrivent dans un secteur très concurrentielregroupant les firmes ayant investi, les pays « agroexportateurs» sur les marchés mondiaux, lesproducteurs agricoles et, sur les marchés de produitsde consommation finale, les firmes agroalimentairesd’aval et les grands distributeurs cherchant à accroîtreleurs parts de marché.Pour Sylvie Bonny, « ce contexte de compétitionexacerbée détermine fortement l’orientation desbiotechnologies et du génie génétique et, par là, peutêtre un facteur de risque en induisant une course enavant sans réflexion suffisante ».Toujours selon Sylvie Bonny, les risques pourraientêtre les suivants :a) Une emprise croissante du secteur industrielsur l’agricultureL’agriculture achetant de plus en plus de semences, lessemences OGM deviendront sensiblement plus chèresafin de pouvoir rémunérer la longue phase derecherche-développement.Si un agriculteur cultive une plante résistant à uninsecte, il utilise moins d’insecticide, voire pas ded’insecticide du tout, il aura également un rendementmeilleur mais sa marge ne sera pas nécessairementplus élevée compte tenu du prix conséquent de lasemence.Par ailleurs, l’agriculteur est davantage lié à l’agroindustrie.Par exemple, s’il cultive une plante résistantà un herbicide, il devra nécessairement utiliser le typede désherbant qui va avec, de la marque vendue par lafirme qui a participé à la mise au point de la semencetransgénique. Il doit alors suivre rigoureusement lesprescriptions (plus rigoureuses qu’avec des plantes nontransgéniques) s’il veut éviter toute difficulté, tantlégale que technique.Sylvie Bonny souligne donc le paradoxe d’uneagriculture qui risque d’être de moins en moins« paysanne »pour devenir davantage industrielle maisqui offre aussi la possibilité de mieux valoriser lesprocessus du vivant, reposant moins sur les produitschimiques.Un autre facteur d’emprise du secteur industriel surl’agriculture pourrait également être le développementdes brevets. En effet, compte tenu des coûts derecherche-développement, les firmes ont réclamé queles produits obtenus puissent être protégés par brevet,comme les autres inventions de l’industrie, sans s’entenir toutefois aux simples droits d’obtention végétale.Ainsi, les entreprises les plus importantes peuvents’approprier une partie du matériel génétique, freinantpar là la création de nouvelles variétés par d’autresfirmes. Quant au« bio-piratage », déjà dénoncé pardiverses associations, il risque de se développer.b) Une orientation vers les marchés des paysrichesLes recherches en matière de biotechnologies et degénie génétique sont effectuées principalement par degrandes firmes privées qui visent les marchéssolvables. Ainsi, les essais de plantes transgéniqueseffectués en champs durant la période 1986-1995 ontété réalisés, pour 92% d’entre eux, dans les paysdéveloppés, et pour 8% seulement, dans les pays envoie de développement 6 .L’un des risques majeurs serait donc que les essais enchamps ne soient pas suffisamment orientés vers lademande de ceux qui en auraient le plus besoin, maisqu’au contraire, ils continueraient à accentuer le fosséentre pays développés et en voie de développement.Enfin, le génie génétique est une technologiesophistiquée que certains pays du sud, manquantd’infrastructures de recherche et développement,pourraient avoir du mal à développer, ou alors aurisque d’absorber une part importante de ressources,laissant peu de place à d’autres activités.c) Une suspicion des consommateurs à l’égard desaliments et des techniques de productionagricoleUn mouvement de suspicion, entretenu par lesmédias, s’est développé chez certains consommateursenvers les aliments qu’ils trouvent parfois sanssaveur, “bourrés d’hormones, d’antibiotiques et depesticides“. En 1996, la crise de la vache folle aréactivé ces interrogations et ces doutes envers lesproduits et leurs méthodes d’obtention. Dans ce6 James et Krattiger, 1996ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


11 Le conflit OGM en Francecontexte, la perspective d’aliments issus d’OGM a peuenthousiasmé les consommateurs.d) Des techniques puissantes pouvant êtreréductionnistesLe génie génétique pourrait devenir largementdominant dans la recherche agronomique. Il risqueainsi d’absorber la majeure partie des ressources etinvestissements, ce qui relèguerait au second pland’autres types d’approches d’amélioration de laproduction.Le génie génétique, avec son potentiel, risque enfind’être utilisé à des fins diverses et de devenir, parexemple, un facteur de compétitivité dans la guerreéconomique ou éventuellement une véritable arme -création de formes virulentes de bactéries (Biofutur,1998). La question est de savoir si les accordsinternationaux suffiraient à prévenir ce dernierrisque…(300 millions d'euro.) et les semences de blé (75millions d'euro.). 7Toujours selon la FIS, le marché des semencesplafonne dans les pays développés alors qu'il connaîtune croissance importante dans d'autres pays(Argentine, Brésil, Chine, Inde, Mexique, Pologne,Russie...). En 2000, le marché des semences dépassaitle milliard d'euro. dans sept pays : les États-Unis (5,7milliards), l'Europe (5,2 milliards dont 1,4 en France et1 en Allemagne), la Chine (3), le Japon (2,5), la Russie(2) et le Brésil (1,2). Le commerce intracommunautairede semences dépasse un milliard d'euro. Lesprincipaux producteurs européens de semences sontles Pays-Bas et la France.En France, le chiffre d’affaire total est estimé par leGNIS à 1978 millions d’euro.6. Le marché stratégique des semencesSi son poids économique n’est pas, aujourd’hui, unedonnée importante en termes de valeur de marché, lemarché des semences demeure essentiel d’un pointdu vue stratégique puisqu’il touche à l’alimentationhumaine et animale.a) Un poids économiqueSelon la dernière enquête exhaustive de la FédérationInternationale des Semences (FIS), la valeur totale dessemences utilisées dans le monde est d'environ 50milliards d'euro., 30 milliards correspondant à destransactions commerciales et 20 milliards auxsemences de ferme (celles que l'agriculteur prélève sursa récolte pour les prochains semis). Sur ces 30milliards, les échanges internationaux représenteraient3,6 milliards, soit environ 7% de la productionmondiale de semences et 12% de la valeurcommercialisée.Les échanges internationaux portent avant tout sur lessemences horticoles (1,2 milliards d'euro.), devant lemaïs (530 millions d'euro.), les plantes fourragères, lespommes de terre (400 millions d'euro.), la betteraveA noter qu’en France, si le marché de la semence seporte bien, très peu de semences génétiquementmodifiées sont aujourd’hui commercialisées : environ7 Données GNISESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


12 Le conflit OGM en France500 ha de maïs génétiquement modifiés ont étécultivés en 2005 8S’il reste encore assez modeste au regard du volume dela production, le commerce international des semencesest néanmoins très dynamique. Les échanges ont plusque quadruplé au cours des 25 dernières années, avecun net décollage à partir de 1985. Ces caractéristiquesdiffèrent sensiblement de celles des marchésintérieurs.Les cinq premiers exportateurs (chiffres 2000) sont lesÉtats-Unis (799 millions de dollars), les Pays-Bas(620), la France (498), le Danemark (150) etl'Allemagne (150). Avec 1,83 milliards de dollars, lesexportations de l'Union Européenne sont nettementsupérieures à celles des Etats-Unis mais ellesconcernent pour l’essentiel le commerceintracommunautaire.b) Un phénomène de concentration des industriessemencièresLes entreprises engagées dans l'industrie chimique,telles Monsanto, ont investi massivement dans larecherche sur les biotechnologies.Elles ont procédé à des alliances et à des prises departicipation dans des entreprises spécialisées demoindre taille : les OGM de première génération ontainsi conduit à un renforcement de l'alliancesemenciers / agrochimistes, avec un transfert de valeurdu marché agrochimique vers le marché semencier.« A l'échelle de la planète, une quinzaine d'entreprisesdes sciences de la vie détient plus de 30% du marchédes semences et 81% du marché agrochimique. Lesgroupes basés aux Etats-Unis dominent par leurnombre mais les Européens ne sont pas en reste. L'onassiste à un jeu de fusion et d'absorption qui ne cessede transformer la hiérarchie de cette filière. (…) Laconcentration spatiale de ces firmes en Europe et enAmérique du Nord est évidente et traduit ladomination agricole totale de ces deux grandsensembles géographiques sur le reste du monde. Lesrares firmes que l'on trouve en Asie ne doivent leursalut qu'aux multiples accords qu'elles ont passés avecles sociétés du Nouveau et du Vieux Monde. » (Dubois,2002).Selon le GNIS, si les médias communiquent beaucoupsur le monopole des multinationales des semences, enFrance, le marché des semences reste encore peuconcentré. Il existe en effet de nombreux acteursrégionaux et nationaux faisant la richesse et ledynamisme du secteur en France.Ainsi, 77 entreprises semencières, comprenant desactivités de recherche et de sélection, sont répartiessur le territoire français, parmi lesquelles 60 (78%)sont encore soit des coopératives, soit des PMEindépendantes.Le chiffre d'affaires des cinq premières entreprisesde semences représente 33 % du chiffre d'affairesglobal.Ainsi, toujours selon le GNIS, même si l'on assistesur une longue période à une concentration dusecteur, elle reste bien inférieure à ce que l'on peutconstater dans les phytosanitaires, par exemple, oùles cinq premières firmes détiennent près de 80% dumarché en France, sans parler de la téléphoniemobile où un seul opérateur détient 47% du marché.Grâce à la diversité des acteurs, à leur dynamisme età leur indépendance, la France est le deuxième payssemencier au monde.Afin de préserver ces atouts, la pérennité des petiteset moyennes structures doit être assurée par lagarantie du financement de la recherche. Le budgetrecherche est en effet très important chez cesentreprises où il représente en moyenne 12% duchiffre d'affaires. Le système de protectionintellectuelle sur les obtentions végétales est doncindispensable pour leur permettre de continuer àinvestir.Cependant, les craintes portant sur la formation demonopoles détenant la majeure partie des brevetssubsistent fortement. Craintes qui pourraient êtreaccentuées par le phénomène de non-accessibilité auxdemandes de dossier auprès de l’Agence Européenne,comme le souligne Yvette Datée « …la pression misepar les associations écologistes a fait que monter undossier et le communiquer à l’Agence Européenne quiest à Parme coûte une petite fortune. Au point quetoutes les entreprises de taille moyenne n’ont plusdirectement accès à ces technologies car elles nepeuvent plus se financer la réglementation.Donc les seuls restant capables de présenter cesdossiers sont Monsanto, Pionner et Syngenta, qui sontles plus gros. De sorte que l’on aboutit à l’effetcomplètement inverse que celui soutenu par JoséBové ».8 Source Ogm.gouv.frESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


13 Le conflit OGM en FranceC. La législation autour des OGM1. Le cadre légal européen généralLes Etats-Unis et l’Europe ont une perception desOGM totalement différente. L'utilisation des OGM estautorisée aux Etats-Unis sur le principe de l'absence depreuve de danger. D'une façon générale, le principe del'équivalence en substance domine en matièred'autorisation (une semence OGM est équivalente ensubstance à une semence traditionnelle). Il n’y a doncpas, aux Etats-Unis, de législation spécifique sur lesOGM.De nombreux pays européens, tels que la France,soutiennent une position opposée : pas d'utilisationd'OGM tant que leur innocuité n'a pas été prouvée (aunom du principe de précaution).Quel est le rôle de l’Europe ? Que peuvent faire lesautorités nationales ? Le régime juridique applicableaux OGM semble mystérieux. Un bel exemple de ladifficulté à communiquer sur un sujet aussi complexe.Pourtant l’information juridique est totalementtransparente : les informations, décisions et les avis del’Agence européenne de sécurité alimentaire sontpublics et accessibles par internet 9 , tout comme laréglementation en vigueur sur les sites européens et leslistes d’OGM autorisés.Les organismes génétiquement modifiés (OGM) tantpour l'alimentation humaine que pour l'alimentationanimale sont bien répertoriés par la législationeuropéenne, qui a harmonisé leur procédured'autorisation, leur étiquetage et leur traçabilité (àtravers d'un code unique pour chaque OGM). Le cadrecommunautaire relatif aux OGM a subi au cours desdernières années de profondes modifications.Les principaux instruments réglementaires sontaujourd’hui :la directive 2001/18 relative à la disséminationvolontaire d’OGM dans l’environnement 10le règlement 1829/2003 relatif aux denréesalimentaires et aliments pour animauxgénétiquement modifiés 11le règlement 1830/2003 relatif à la traçabilité etl’étiquetage des OGM et la traçabilité des produitsdestinés à l’alimentation humaine ou animaleproduits à partir d’OGM 12Des OGM sont aujourd’hui autorisés à l’importationpuisqu’ils sont autorisés à la commercialisation, maisne sont pas autorisés à la culture, ce qui est souventqualifié d’ « hypocrisie » par les partisans de latechnologie.a) La commercialisation des OGM pourl’alimentationLes procédures d’autorisation diffèrent en fonction deleurs objectifs : expérimentation à des fins derecherche et développement, traitées au niveaunational, ou commercialisation, traitées au niveauEuropéen.L'approbation et mise sur le marché des OGM dépendactuellement du règlement (CE) n° 1829/2003 duParlement européen et du Conseil 13 .Celui-ci établit une procédure unique d'autorisationpour toutes les denrées alimentaires qui contiennentdes OGM (les aliments pour animaux inclus) et aussi ladissémination volontaire des OGM dansl'environnement. Mais il est possible, pour ledemandeur de fournir, avec sa demande de mise sur lemarché, une autorisation de dissémination volontairedans l'environnement déjà obtenue en application de laPartie C de la Directive 2001/18/CE 14 (procédurenécessaire pour les essais en champs ou la mise enculture), soit de demander à ce que l'évaluation desrisques pour l'environnement soit effectuée en mêmetemps que l'évaluation de l'innocuité de la denréealimentaire et de l'aliment pour animaux.En vertu du règlement 1829/2003, pour pouvoirémettre sur le marché, un OGM destiné àl’alimentation humaine et animale, l’opérateurindustriel doit soumettre une demande d’autorisationde mise sur le marché auprès de l'autorité compétentede son Etat membre, l’Afssa dans le cas de la France.Une fois la demande introduite, l'autorité nationaleconcernée accuse réception de la demande par écritdans un délai de 14 jours, et en informe l'Autoritéeuropéenne de sécurité des aliments (EFSA),responsable de l'évaluation du risque dans le secteuralimentaire.L’EFSA est la pierre angulaire de l'Union européenne(UE) pour ce qui concerne l'évaluation des risquesrelatifs à la sécurité des aliments destinés àl'alimentation humaine et animale. En étroite9 http://www.efsa.europa.eu/EFSA/efsa_locale-1178620753816_ScientificOpinionPublicationReport.htm10 http://europa.eu/scadplus/leg/fr/lvb/l28130.htm11 http://europa.eu/scadplus/leg/fr/lvb/l21154.htm12 http://europa.eu/scadplus/leg/fr/lvb/l21170.htm13 http://eurlex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32003R1829:FR:HTML14 http://eurlex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2001:106:0001:0038:FR:PDFESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


14 Le conflit OGM en Francecollaboration avec les autorités nationales et enconsultation ouverte avec les parties prenantes, l'EFSAfournit des avis scientifiques. 15Son rôle est d’évaluer les risques pour la santéhumaine et animale et elle s’appuie, entre autres, desétudes menées par les autorités réparties dans lesEtats-membres. Pour rendre ses conclusions, elle peutdemander à l'organisme d'un État membre compétenten matière d'évaluation des denrées alimentaires deprocéder à une évaluation de son innocuité 16 .L’EFSA dispose d’un délai de 6 mois pour réaliserl’évaluation de l’OGM en question. Si le résultat estpositif, il doit encore être approuvé par la CommissionEuropéenne qui porte la responsabilité de la gestion durisque.Sur la base de l'évaluation réalisée par l'EFSA, laCommission rédige un projet de décision en acceptantou en rejetant la demande de mise sur le marché dansun délai de 3 mois.Le projet de décision est ensuite soumis au vote ducomité permanent de la chaîne alimentaire et de lasanté animale et formé de représentants des Etatsmembres.Si ce comité adopte la proposition (majorité qualifiéesoit un minimum de 73,9%), la Commission l'adoptedéfinitivement. Sinon la proposition passe au Conseildes ministres de l’UE. Si celui-ci ne se prononce passur la proposition dans un délai de trois mois ou s'il neparvient pas à dégager une majorité qualifiée pour oucontre, la Commission adopte sa proposition.Comme l’explique Philipe Joudrier, président ducomité d’experts spécialisés biotechnologies del’AFSSA : « La procédure européenne de mise sur lemarché d’un OGM est très contraignante (…) Depuis2002/2003, l’EFSA (Autorité européenne de sécuritédes aliments), l’organe européen d'évaluation desrisques relatifs à la sécurité des aliments destinés àl’alimentation humaine et animale, est désormais encharge de cette évaluation. Avant, l’évaluation étaitréalisée par le pays qui recevait la demande de misesur le marché et l’avis correspondant étaitcommuniqué aux autres Etats membres. Avec l’EFSA,tout a été centralisé.» 17La procédure est donc, depuis 2003, plus européenne,limitant l’intervention de l’Etat membre à uneparticipation à l’évaluation.15 http://www.efsa.europa.eu/EFSA/efsa_locale-1178620753816_AboutEfsa.htm16 http://eurlex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32003R1829:FR:HTML17 Interview de Philippe Joudrier en annexeLes autorisations de mise sur le marché sont délivréespour une durée de 10 ans renouvelables et pour unusage précis. Il peut s’agir d’autorisations relatives à lamise en culture, à l’alimentation humaine, àl’alimentation animale, à l’importation ou à latransformation. Certaines autorisations concernent lescinq usages.Dès lors qu’ils sont autorisés à la consommationhumaine ou animale, les OGM sont soumis à desobligations d’étiquetage et de traçabilité. Une foisqu'un produit a été autorisé par l'UE, les Etatsmembresqui souhaitent l'interdire doivent demanderune dérogation de Bruxelles pour ce produit, lesmoratoires d'ensemble enfreignant les règles del’Union Européenne.b) Les polémiques autour des évaluationsComme le précise Philipe Joudrier, président duComité d’experts spécialisés en Biotechnologies del’Afssa, « Il y a une procédure très stricte à suivrepour pouvoir mettre sur le marché un OGM. L’Afssaou l’Efsa, ou toute autre agence chargée del’évaluation du risque ont mis au point des lignesdirectrices comportant un certain nombre d’élémentsqui doivent impérativement figurer dans le dossier.S’ils ne s’y trouvent pas, l’Afssa conclu sur un manqued’informations scientifiques sur la sécurité du produit.Ce qui est rarement dit, c’est qu’environ 50% desdossiers soumis son différés car ils ne contiennent pasl’ensemble des informations nécessaires. (…) Ce qui estcertain, c’est que la procédure est extrêmementrigoureuse. Nous signons une charte de qualité del’expertise mais également une déclaration publiqued’intérêt ». 18Souvent, les « opposants aux OGM » soulèvent laquestion de la neutralité des évaluations conduites parl’Afssa au niveau français ou l’Efsa au niveau européen.Ce à quoi Philippe Joudrier réplique que « si les anti-OGM pouvaient voir un seul dossier déposé par unpétitionnaire, ils s’apercevraient que presquesystématiquement les tests sont sous-traités auprèsd’entreprises spécialisées. C’est particulièrement vraipour les tests de toxicologie. Ces tests sont conduitsselon des normes internationales, notamment cellesde l’OCDE. Aucune de ces entreprises spécialisées n’ad’intérêt particulier dans le résultat. » 19D’autres opposants aux OGM soulèvent une carenced’évaluation. C’est le cas notamment de ChristianVélot, enseignant-chercheur en génétique moléculaire :« Les entreprises semencières savent très bien qu’elles18 Interview de Philippe Joudrier en annexe19 Interview de Philippe Joudrier en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


15 Le conflit OGM en Francene maîtrisent rien et que les évaluations réalisées nesont pas sérieuses », accuse-t-il. « Si elles faisaient desévaluations plus rigoureuses, plus longues et pluscoûteuses, un certain nombre de problèmes seraientmis en évidence. Les évaluations des OGM comme despesticides, c’est pourtant le minimum qu’on devraitexiger (…). La moindre des choses, à mon sens, seraitd’imposer aux OGM les mêmes règles qu’auxpesticides : 3 mois d’évaluation sur trois espècesanimales différentes puis deux ans sur les rats pourobserver les effets tout au long de la vie. Aucuneplante GM n’a été évaluée plus de trois mois et aucunesur plus d’une espère animale. Il y a donc carencetotale d’évaluation ». 20Ce type d’argument est réfuté par Gérard Pascal,spécialiste français de la sécurité sanitaire : « je pense,et c’est un point de vue personnel, que ceux quicritiquent les travaux réalisés sur les risquessanitaires des OGM n’ont absolument aucunecompétence en la matière et ne connaissent rien à latoxicologie alimentaire. Ils racontent n’importe quoiparce qu’ils ne savent rien, tout simplement.Personnellement je pense que les OGM sont, sansaucune commune mesure, plus étudiés que tout autrealiment. Aucun autre aliment n’a jamais été évaluéautant, sauf peut-être les aliments irradiés et certainsaliments réchauffés au micro-onde. (…) »Pourtant, il reconnaît qu’il est « impossible dedémontrer que quelque chose est sûr à 100%. Dans ledomaine alimentaire, les méthodologies sontinsuffisantes pour mettre en évidence des effets defaible amplitude à long terme. Les laboratoires sonten train de travailler à des méthodologies nouvellesqui pourront être appliquées à l’ensemble des alimentsque nous consommons, et pas seulement aux OGM.Mais il faut du temps, je pense, entre 5 et 10 ans pourles valider. Les OGM ont été l’aiguillon qui nous apoussé à reconnaître (et nous ne sommes pasbeaucoup à le reconnaître) que nos méthodologiespour juger de la sécurité des aliments sontinsuffisantes et qu’il faut progresser. Ça je veux bien lereconnaître, je n’ai aucun problème avec ça, je ne leconteste pas. (…). » 21Cette reconnaissance de l’insuffisance desméthodologies que ce scientifique reconnaît suffit àArnaud Apoteker, responsable de la campagne OGMde Greenpeace France pour justifier de son combatcontre les OGM. Présent lors d’un débat organisé parl’Académie des Technologies autour du thème «OGM nourrir le monde de manière durable ? » lemercredi 19 novembre 2008, il a affirmé « je suistoujours contre les cultures OGM pour deux raisons.La première c’est que les scientifiques admettent euxmêmesque pour l’instant ils ne peuvent pas fairemieux notamment pour évaluer la toxicité des OGM.La deuxième, c’est qu’ils admettent aussi qu’on ne peutpas éviter les disséminations. Cela veut direqu’accepter la culture des OGM c’est contraindre toutle monde à la subir » 22 .c) Les OGM autorisés à l’utilisation en Europepour l’alimentation humaine et animaleLa plupart des OGM autorisés en Union européenne lesont pour l’alimentation humaine ou animale. Il fautbien noter ici que, dans ce cas, sont concernés les OGMautorisés à l’importation mais pas forcément à laculture (ce point est traité au paragraphe e). Il s’agitprincipalement de cotons, de maïs ou de sojas. Unebetterave est également autorisée à l’alimentationhumaine et animale.Au 1 er mai 2008, sont autorisés pour l’alimentationhumaine et animale en Europe 23 (la liste complète estpublique et disponible sur le site de la commissioneuropéenne) : Maïs Mon810, de Monsanto, produisant uninsecticide Maïs T25, de Bayer CropScience AG, tolérant unherbicide Maïs 1507, de Pioneer and Dow AgroSciences,insecticide et tolérant un herbicide Maïs 1507*NK603, de Pioneer and DowAgroSciences, insecticide et tolérant unherbicide Maïs 59122, de Pioneer, insecticide et tolérantun herbicide Maïs BT11, de Syngenta, insecticide Maïs Ga21, de Syngenta, tolérant un herbicide Maïs Mon863, de Monsanto, insecticide Maïs Mon863*Mon810, de Monsanto,insecticide Maïs Mon863*NK603, de Monsanto, insecticideet tolérant un herbicide Maïs NK603, de Monsanto, tolérant à unherbicide Maïs NK603*Mon810, de Monsanto, insecticideet tolérant un herbicide Coton Mon 1445, de Monsanto, tolérant unherbicide Coton Mon 15985, de Monsanto, insecticide20 Interview de Christian Vélot en annexe21 Interview de Gérard Pascal en annexe22 Source directe. Prise de notes lors du débat en question.23 http://ec.europa.eu/food/dyna/gm_register/index_en.cfmESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


17 Le conflit OGM en FranceComme l’explique Pascale Loget, vice-présidente duConseil régional de Bretagne et membre du réseau ‘Lesrégions européennes sans OGM’ : « comme il n’y a pasd’étiquetage indirect, seuls les éleveurs puis lestransformateurs peuvent savoir s’ils donnent de lanourriture OGM à leurs animaux ou s’ils utilisent desœufs et du lait produit à partir d’animaux nourris auxOGM ! Avec les régions européennes, nous travaillonsd’ailleurs sur cette question de l’étiquetage indirect.L’Allemagne est en train de le mettre en place sur laviande et le lait.» 28e) Les autorisations de dissémination à des finsde recherche et de développementLa directive 2001/18/CE du Parlement européen et duConseil du 12 mars 2001 29 relative à la disséminationvolontaire d'organismes génétiquement modifiés dansl'environnement règlemente la dissémination d’OGM àdes fins de recherche et développement et de mise surle marché.Les demandes d’autorisation de dissémination à desfins de recherche et de développement sont traitées auniveau national. L’Etat autorisant la culture d’OGMpour la recherche se doit de tenir informés les autresEtats membres et la Commission des activités derecherche conduites sur son territoire national.Comme l’explique Philipe Joudrier, président ducomité d’experts spécialisés biotechnologies del’AFSSA : « il y a une telle paranoïa sur les OGMdepuis 10 ans ! Pour les essais aux champs, lepétitionnaire doit remplir un dossier répondant auxlignes directrices de la Commission du GénieBiomoléculaire (CGB) (dont les missions serontreprises par le Haut Conseil des Biotechnologiesprochainement), l’instance qui était chargée d’évaluerles risques éventuels sur l’environnement de mettreune plante génétiquement modifiée aux champs. Elleexaminait le dossier, imposait des conditions deréalisation des essais. En général face à ce problèmerécurrent de dissémination, ils imposaient unedistance d’isolement de 200 mètres autour descultures. Mais la CGB est (était) comme l’AFSSA, ellene donne que des avis. L’instance finale qui décide,c’est le ministère de l’Agriculture. C’est lui qui autorisesi oui ou non un essai en champs peut avoir lieu. Engénéral, l’Etat double les distances d’isolement. Si laCGB conseille 200 mètres, l’Etat donne son accordavec 400 mètres. A chaque niveau, chacun estprécautionneux ! » 30 .D’après lui, les demandes d’essai en plein champs sontdevenues tellement contraignantes que l’Europe auraitdemandé un allègement des procédures. « La rigueurde ces procédures, explique-t-il, exige un nombre detests considérables ce qui implique, forcément, un coûttrès élevé. De fait, cela exclu les petites entreprisessemencières qui souhaiteraient mettre un OGM sur lemarché ». 31Malgré les autorisations délivrées sur le territoireFrançais, les industriels délocalisent de plus en plusleur recherche appliquée découragés par les fauchages.C’est le cas, entre autres, du groupe Limagrain. Ainsi,Jean-Claude Guillon, son directeur des AffairesInstitutionnelles et de la Communication explique :« Nous avons décidé de délocaliser notre rechercheappliquée parce qu’en France, c’est devenu impossiblede faire des essais. Depuis 2000, entre la moitié et lesdeux tiers de nos essais ont été fauchés. Au début del’année, le Gouvernement a annoncé qu’il étaitpossible de faire des essais de recherche. Malgré le faitque la loi sur les OGM prévoit des sanctions à l’égarddes faucheurs, aggravées en cas de fauchage deparcelles de recherche, nous avons préféré la certituded’avoir des résultats à l’étranger. Nous avonsconsidéré que les conditions n’étaient pas rempliespour assurer la sécurité des biens et des personnes.Les faits nous ont donné raison. Encouragés parMonsieur Bové, les faucheurs volontaires ont continuéde faucher à tour de bras. Plusieurs fauchages dechamps de recherche ont eu lieu cet été chez desagriculteurs, c'est-à-dire dans des propriétés privéeset pour des essais officiellement autorisés, quelquefoisavec les caméras de télévision et devant desgendarmes, qui n’ont rien empêché. Personne n’a étésanctionné. » 32f) Les autorisations de mise en cultureLa législation sur les semences exige qu'une variété desemence GM soit autorisée conformément à laDirective 90/220/CEE - actuelle Directive 2001/18/CE- avant d'être incluse dans la Catalogue Commun, cequi lui permettra d'être commercialisée dans l'Unioneuropéenne.g) Les OGM autorisés à la mise en cultureActuellement et depuis 1998, le seul OGM autorisé à lamise en culture en Europe est le maïs MON810 deMonsanto, qui produit un insecticide destiné à luttercontre la pyrale.28 Interview de Pascale Loget en annexe.29 http://eurlex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2001:106:0001:0038:FR:PDF30 Interview de Philippe Joudrier en Annexe31 Interview de Philippe Joudrier en annexe32 Interview de Jean-Claude Guillon en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


19 Le conflit OGM en Francepropre règlement, comme en Italie ou en Autriche »continue-t-elle.Ainsi, les régions du réseau ont chacune fait signer àleur ministre de l’agriculture un document certifiantleur droit d’interdire la culture d’OGM sur leurterritoire. Cette action a été coordonnée par les régionsde Toscane et de Haute Autriche et, dans le cas decertaines régions autonomes, le ministre del’agriculture régional lui-même a signé un documentqui affirmait le droit pour chaque région d’interdire lesOGM sur son territoire.Pour Laurent Le Guyader, consultant indépendant surle développement durable et faucheur volontaire : « Apartir du moment où un certain nombre de régionsémettent des vœux contre les OGM à la demande desécologistes, une association s’est crée pour essayer defaire évoluer les choses au niveau européen, c’est leRéseau Européen des Régions contre les OGM. Ilstravaillent en collaboration avec d’autres associationspour arriver à faire avancer les choses, mais lesmodes d’actions sont différents. Tout cela marche parcontact humain. Quand un militant écologisterencontre un président de Conseil régional, il luidemande s’il peut porter l’idée au Conseil Régional defaire un vœu contre les OGM. Après, ça va toutseul. » 38Les activités du réseau sont basées sur une série deprincipes inscrits dans la charte de Florence, un accordpolitique commun datant de 2005.Parmi ces critères se trouvent notamment la protectionde l'agriculture traditionnelle et biologique contre lesOGM, la protection de la biodiversité et la certificationdes matières premières sans-OGM. Afin de protéger laréputation et la valeur marchande de ses produitsrégionaux, le réseau se bat pour l'obtention d'un statutjuridique pour les « zones sans-OGM » dans le cadrelégislatif européen.« On fait du lobbying à Bruxelles, auprès du Comitédes régions », explique Pascale Loget. « Mais,attention, prévient-elle, ce n’est pas le côté partisanque l’on traite. On aborde les OGM par l’angleéconomique parce qu’on pense qu’ils sont trèsmauvais pour les économies régionales, à la fois pourles productions agricoles régionales et pour lesterritoires. Ce n’est pas un hasard si la 2 e région viceprésidentedu réseau est la Toscane, une région quirépertorie et valorise toutes les productions dequalité » 39 .Pour faire valoir son point de vue, le réseau organisedes conférences conjointes pour tenter de démontrerqu’il y a un marché, en Europe, pour des produits nonOGM. Il s’attaque également à la question dessemences.Comme l’explique Pascale Loget « A partir du momentoù l’on comprend que ce qui est en train de s’organiserà travers les OGM, c’est la rareté de la semence non-OGM, on comprend qu’il va falloir avoir une certaineautonomie en termes de semences et qu’il fautabsolument préserver nos semences traditionnellesdes OGM. (…) L’année dernière nous avons déposéconjointement avec la Toscane, le Piémont et la régionAquitaine, un dossier européen pour travailler sur lessemences régionales. On est d’ailleurs en bonne voiede réussir. La bagarre politique qui s’annonce c’estcelle d’un conservatoire actif des semences régionalespour préserver des semences locales trèsintéressantes. »Pour Gil Rivière Wekstein, éditeur de la lettreAgriculture et environnement, l’existence même de ceréseau des régions européennes sans OGM prouve quetout le monde a, en Europe, admis que l’avenir ne seraplus possible sans OGM. « L’idée même d’une Europesans OGM est, d’après moi, morte. D’où l’idée de cesRégions européennes sans OGM qui voient bien quel’Europe sera avec OGM, donc on tente d’avoir desrégions qui resteront des endroits protégés et quipermettront d’avoir une marque ‘je ne suis pasOGM’ » 40D’autres initiatives existent également dans les Etatspour tenter de s’opposer à la législation européenne.Ainsi, en France, une dizaine de communes ruralesd’Ile de France ont décidé d'interdire sur leur territoirela culture, commerciale ou expérimentale, d’OGM.II.Le conflit OGMA. Les enjeux du conflitQuatorze ans que les OGM, suscitent la polémique.Les opposants aux OGM estiment que l'équilibre desorganismes a pu être bouleversé, sans que l'on s'enrende compte. Pour eux, les OGM sont toxiques,polluent les sols, contaminent les autres cultures etréduisent la biodiversité. Les défenseurs de latransgénèse jugent, au contraire, qu'ils sont inoffensifspour la santé, protègent l'environnement en limitantl'usage des pesticides et constituent la seule solution auproblème de la faim dans le monde. Ils estiment aussique les altérations majeures de la nature et despropriétés des organismes en question sontdétectables.38 Interview de Laurent LeGuyader en annexe39 Interview de Pascale Loget en annexe40 Interview de Gil Rivière Wekstein en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


20 Le conflit OGM en France1. Les enjeux sanitairesA ce jour, aucune étude scientifique n'a démontré detoxicité des OGM associée spécifiquement à leurnature transgénique. Comme tout produit, certainsOGM peuvent provoquer des phénomènes d'allergiechez certains consommateurs. Mais le processusdigestif réduit normalement les aliments OGM sansplus de difficultés que les autres. Les OGM autorisés neprésentent donc guère de danger à court terme pour lasanté. Néanmoins, la société Pioneer, premièrecompagnie semencière mondiale, a produit un sojaplus riche en méthionine, acide aminé essentiel quin'est pas produit naturellement par l'homme. Pour cefaire, elle a rajouté à ce soja un gène en provenance dela noix du Brésil. Des tests en laboratoire ont été faitspour vérifier que ce nouveau soja ne présentait pas decaractère allergène particulier, ils ont tous été négatifs.La noix du Brésil étant connue pour son puissantcaractère allergène, des tests plus poussés ont étéeffectués, à partir du sérum sanguin de personnesprésentant cette allergie. On s'est alors rendu compteque les personnes allergiques à la noix du Brésil étaientégalement allergiques à ce soja manipulé. Il n'a doncjamais été commercialisé.Le manque de recul ne nous permet pas d’affirmer queles OGM présentent un risque sanitaire pour l’homme.Toutefois, il est admis que leur encadrement doit êtrestrictement réglementé et que tous les acteurs majeursdoivent travailler en totale cohésion.Récemment la Commission européenne a autorisé lamise sur le marché du soja « Round up Ready 2 » de lasociété Monsanto et l’Autorité européenne de sécuritéalimentaire (AESA) a rendu un avis défavorable sur laclause de sauvegarde française relative au maïs MON810 D'un autre coté, le Conseil des ministres del’environnement de l’Union européenne a conclu unaccord très encourageant sur la réforme de lalégislation applicable aux OGM. Cette réformeaboutirait à mettre en place un nouveau systèmed’évaluation et d’autorisation qui briserait le monopolede l'AESA. 41La réforme du cadre juridique adoptée par lesministres de l'environnement de l'UE devra respecterles principes suivants :Le droit pour les Etats de créer des « ZonesSans OGM ».Etude au cas par cas de chaque dossier dedemande d’autorisation, en fonction desspécificités locales des lieux de cultureéventuels. Révision du protocole d’évaluation du risqueOGM actuellement suivi par l’AESA afin detenir compte du risque environnemental et àlong terme. Méthode d’évaluation du risque OGMrapprochée de celle applicable aux produitschimiques. Evaluation obligatoire du risque socioéconomique lié à la dissémination d’OGM.En outre, les conditions de travail de l’AESA serontrévisées dans le sens de la transparence et dupluralisme scientifique, notamment par la créationd’un réseau européen d’expertise scientifique. 42Afin de contrôler les enjeux sanitaires des OGM, ilest primordial que les différents pôles impliquésayant un pouvoir décisionnel travaillent de manièreintelligente en partageant l’information, et enmettant en application la législation.2. Les enjeux environnementauxLe risque environnemental est vraisemblablement plusélevé que le risque sanitaire. Une éventuelle atteinte àla biodiversité pourrait résulter d'une apparition derésistance aux pesticides ou aux herbicides, de mêmeque d'une dissémination involontaire des OGM. 43L'apparition, face à un produit toxique, d'individusrésistants est dans l'ordre même du vivant. Lesindividus les plus sensibles au produit toxique étantéliminés, ne survivent que ceux qui sont moinsaffectés, puis non affectés. La mise au point desubstances actives s'accompagne donc toujours, à plusou moins long terme, de leur perte d'efficacité.Certaines Plantes Génétiquement Modifiées (PGM)l'ont été pour être plus résistantes à un herbicide àlarge spectre. Cet aspect n'est pas spécifique aux OGM,de tels caractères de résistance pouvant être obtenus,avec plus de temps, par sélection conventionnelle.Dès lors que la plante cultivée est résistante,l'application d’herbicide à large spectre élimine toutesles mauvaises herbes. Un des intérêts notables pourl'agriculteur de cette technique est qu'il peut procéderau désherbage chimique après la levée, ce qui lui laissemoins d'effort à fournir, avec une plus large latitudequant au moment de l'épandage.Ce trait de résistance à un herbicide a suscité deuxinquiétudes.Tout d'abord, la possibilité de voir la PGM devenirinvasive, sans que l'on ne puisse plus désormais42 europeecologie.fr41 europeecologie.fr43 Rapport d’information du sénat sur les OGM par Mr lesénateur Jean-Marc PastorESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


21 Le conflit OGM en Francel'éliminer. Il convient d'envisager plusieurs situations.L'invasion d'un écosystème sauvage paraît peuenvisageable, car la résistance à l'herbicide ne procureaucun avantage dans un milieu où cet herbicide n'estpas appliqué. 44D'autre part, il se pose aussi le cas de la persistance dePGM d'une année sur l'autre, alors même qu'il y arotation des cultures, la plante de l'année précédentedevenant la mauvaise herbe de la nouvelle culture. Leproblème ne se pose pas pour les plantes qui, comme lemaïs, ne persistent pas d'une année sur l'autre. Enrevanche, il est plus préoccupant pour des planteseuropéennes et persistantes, comme la betterave etsurtout le colza. Dans ce cas, la solution risqueraitd'être le retour à l'arrachage mécanique, voire manuel,ou pire le désherbage par une application d'un mélangefortement dosé d'herbicides classiques. Dans ce cas, lebénéfice de la technologie pourrait être rapidementperdu. 45Le dernier aspect du problème réside dans le fait desavoir si le caractère de résistance peut se transmettreà d'autres plantes, soit par diffusion du gène derésistance, par exemple à des plantes parentes, soitparce que le basculement de larges surfaces à cemodèle d'herbicide unique à large spectre accéléreraitl'apparition naturelle de plantes résistantes. Lesproducteurs de semences OGM imposent auxagriculteurs un cahier des charges contraignant, quiprévoit notamment le maintien de zones non-OGM,afin de limiter l'apparition des phénomènes derésistance. 46En effet, le développement des résistances priveraitleur produit de tout intérêt économique. Il est donc del'intérêt des semenciers que l'apparition desrésistances soit la plus lente possible. Du reste, à cejour, aucun phénomène de résistance notable aux PGMcommercialisées n'est encore signalé. 47Les constructions génétiques conférant un avantage àune PGM peuvent-elles passer dans le génome d'unevariété de la même espèce, ou dans celui d'une espèceproche, ce qui constituerait une atteinte à labiodiversité ? Cette possibilité ne peut pas être écartéeau niveau théorique, même s'il convient d'examiner lessituations au cas par cas. Surtout, la pollinisationcroisée, c'est-à-dire la fécondation d'une variété non-OGM par une PGM, n'implique pas nécessairementl'apparition d'une descendance. Cette pollinisationcroisée ne pose un problème pour l'environnement ques'il apparaît une lignée stable, capable de se reproduirepar elle-même de générations en générations. Or les44 Rapport d’information du sénat sur les OGM par Mr lesénateur Jean-Marc Pastor45 Rapport d’information du sénat sur les OGM par Mr lesénateur Jean-Marc Pastor46 Rapport d’information du sénat sur les OGM par Mr lesénateur Jean-Marc Pastor47 Rapport d’information du sénat sur les OGM par Mr lesénateur Jean-Marc Pastorétudes actuelles suggèrent d'une part que cespollinisations croisées sont très rares et, d'autre part,que le gène modifié ne se transmet pas de façondurable à la descendance.On perçoit bien que cette question d'échanges de gènesest un élément fondamental de la réflexion sur lesrisques de diffusion incontrôlée des traits derésistance, évoqués plus haut. Une fois de plus, laréponse ne peut être définitive : ce phénomèneapparaît très rare, voire difficilement décelable, mais iln'est pas impossible. Au-dede la question de lamodification des équilibres écologiques par le transfertà certaines plantes de traits avantageux, se pose pluslargement la question de l'atteinte à la biodiversité quepourraient constituer de tels échanges. 48 Beaucoupd'adversaires des OGM redoutent en effet que ceux-cine viennent modifier le génome des plantes sauvages.L'évaluation du risque potentiel est en outre largementfonction des distances d'éloignement entre les PGM etles autres plantes de même espèce ou d'espècesgénétiquement. 493. Les enjeux économiques et politiquesLes Etats-Unis prônent l'application des règlescommunes de libre-échange au commerceinternational des OGM. En outre, n'ayant pas ratifié laConvention de Rio (1992) sur la diversité biologique,les Etats-Unis ne sont pas liés par le Protocole deCarthagène sur la diversité biologique (2000),protocole ratifié par la France, qui établit desprocédures spécifiques concernant les échangesinternationaux de produits OGM.Or, le principe de précaution, fondement juridiqueinvoqué pour justifier la prudence de l’Europe à l'égarddes OGM, n'a qu'une consistance toute relative àl'échelle internationale. En droit communautaire, savaleur juridique est déjà incertaine (l'article 174 dutraité CE ne portant que sur l'environnement). Enoutre, une lacune importante demeure, rendant leprincipe peu opérationnel : l'absence de texte juridiqueprécisant le processus d'application du principe deprécaution. En droit international, l'indigence duprincipe de précaution, envisagé seulement tacitementpar les accords de l'OMC (Organisation Mondiale duCommerce) rend incertaine l'issue d'une éventuelleplainte devant cette organisation.Les Etats-Unis évaluent le préjudice annuel del'attitude européenne exigeant étiquetage et traçabilitéà 4 milliards de dollars. Il ne faut pas non plus négligerla possibilité que l'Union européenne soit accusée parun autre pays que les Etats-Unis d'enfreindre les règles48 Rapport d’information du sénat sur les OGM par Mr lesénateur Jean-Marc Pastor49 Rapport d’information du sénat sur les OGM par Mr lesénateur Jean-Marc PastorESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


22 Le conflit OGM en Francede l'OMC.Avec les technologies de l'information, les sciences duvivant constituent un levier majeur pour atteindrel'objectif stratégique assigné à l'Union européenne lorsdu Conseil européen de Lisbonne en mars 2000 :« Devenir l'économie de la connaissance la pluscompétitive et la plus dynamique du monde. »Le moratoire européen en vigueur depuis 1999 et lesdestructions d'essais expérimentaux d'OGMaffaiblissent considérablement la mobilisation deschercheurs européens en biotechnologies. A ceci deuxconséquences : la délocalisation hors d'Europe desessais en plein champ et les investissementsstratégiques qui les accompagnent ; le budget duNational Institute of Health (NIH) représentant parexemple 57 fois celui de l'INSERM. De ce fait, selon laCommission européenne, 250.000 emplois derecherche ont été perdus depuis dix ans.Malgré une volonté communautaire affichée depromouvoir la recherche en biotechnologies,notamment lors du Conseil européen de Stockholm enmars 2001 et via la stratégie pour les biotechnologiespubliée par la Commission européenne en janvier2002, la mobilisation humaine et financière resteinsuffisante en France comme dans de nombreuxautres Etats membres, si bien que la position del'Europe dans les dépôts de brevets en biotechnologiess'érode progressivement.Si l'Europe ne prend pas la mesure de l'enjeubiotechnologique, elle s'expose à de grands risques :dépendance à l'égard des détenteurs étrangers deprocédés protégés par la propriété intellectuelle, fuitedes cerveaux, appauvrissement de ses capacités decroissance... Un rapport prospectif de la Commissioneuropéenne sur le commerce mondial au XXIèmesiècle prédit ainsi un recul de l'Europe dans lecommerce mondial et une spécialisation plus ou moinscontrainte par une dépendance technologique accrue.Le comblement du fossé technologique croissant entrel'Europe et les Etats-Unis, particulièrement dans ledomaine des biotechnologies, apparaît donc comme lepilier géostratégique de la place qu'occupera l'Europedans le monde du XXIème siècle.La capacité européenne d'expertise en biotechnologieest également un élément de la politique de défense :les progrès du génie génétique pouvant servir àmanipuler le génome des agents classiques de la guerrebiologique, comme la peste, la maladie du charbon,etc.… et à les rendre beaucoup plus dangereux qu'ilsne sont déjà, il est donc primordial de conserver enEurope une capacité de détection et d'expertise enbiotechnologies, afin de garantir l'indépendance et lasécurité de la zone.L'Europe pourrait choisir une attitude active plutôt quepassive vis-à-vis du développement des technologiesdu vivant, en adoptant une attitude responsable vis-àvisde l’exploitation des biotechnologies, dans lerespect des valeurs et principes qui fondent l'Unioneuropéenne » (santé et sécurité des consommateurs,préservation de l'environnement, respect de la libertéde chacun).L'Europe a fait le choix de n'accorder que desautorisations au cas par cas, en fonction de lacaractéristique du gène introduit, et limitées dans letemps. Ce choix repose sur la directive 2001/18 relativeà la dissémination volontaire d'OGM en applicationdepuis le 17 octobre dernier et sur le règlement178/2002. Ces textes renforcent la législationprécédente, notamment en ce qui concerne uneévaluation scientifique pré commerciale plusapprofondie de chaque OGM et une transparenceaccrue aux différentes étapes de la procédure. Lesnouveaux principes communautaires d'évaluation desrisques (évaluation plus détaillée des risques,obligation de consulter les comités scientifiques,périodes de première autorisation de disséminationd'OGM limitées à 10 ans) garantissent ainsi que lesOGM mis sur le marché sont inoffensifs pour la santéhumaine et pour l'environnement.Ainsi, à la réglementation en bloc de tous les OGM parla directive de 1990, a été substituée uneréglementation plus fine autorisant une approche aucas par cas des produits du génie génétique, qui siedmieux à la nature de ces innovations et correspond àun bon usage du principe de précaution.La directive 2001/18 prévoit que les Etats membresdoivent garantir l'étiquetage des OGM mis sur lemarché en tant que produit, ou même élément deproduit. De nouveaux textes communautaires sont déjàen cours de discussion, qui instaurent un systèmecommunautaire harmonisé de traçabilité des OGMintroduisant l'étiquetage obligatoire des alimentsgénétiquement modifiés ou produits à partir d'OGM, àdestination humaine comme animale, en cas deprésence fortuite d'OGM autorisés supérieure à 0,9 %.La finalisation de ces textes n'est plus qu'une questionde mois. Leur application assurera le libre choix desconsommateurs, ce qui constitue une expression fortede fidélité aux valeurs fondatrices de l'Unioneuropéenne.Afin de préserver la viabilité et la diversité del'agriculture en Europe, et donc, là encore, de préserverle modèle européen, les Etats membres examinent lesmesures de gestion agricole susceptibles de prévenir aumieux les conséquences économiques et juridiques dela présence fortuite d'OGM dans des produits agricolesissus de cultures non-OGM (du fait d'impuretés dansles semences, de pollinisation croisée, de germinationspontanée, des pratiques de stockage et de transportdes récoltes). Parmi ces mesures : distances deséparation entre parcelles, zones tampon, pièges àpollen, lutte contre les repousses de précédentescultures, rotation des cultures et calendriers deplantation échelonnés pour garantir un décalage despériodes de floraison...S’ajoute à ces questions économiques et politiques, lacrainte d'une appropriation du vivant dû à laESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


23 Le conflit OGM en Franceconcentration industrielle dans le secteur semencier.Elle nourrit également la hantise d'une dépendanceaccrue des agriculteurs vis-à-vis des firmessemencières. Cette hantise est due à la brevetabilité dessemences, condamnant l’agriculteur à devoir acheterdes graines annuellement aux semenciers OGM. Alorsque traditionnellement, il pouvait réutiliser lessemences de l’année précédente.4. Les enjeux éthiquesLes produits de la transgénèse soulèvent également desquestions d'ordre éthique : d'une part, l'insertion degènes peut transgresser la barrière des espèces, voiredes règnes... Si la sélection traditionnelle s'appuie surdes mutations génétiques spontanées ou sur un travailde croisements, elle se fait généralement au sein de lamême espèce. La transgénèse, quant à elle, repose surl'unité du code génétique de la matière vivante et peutconduire à insérer des gènes d'une espèce dans uneautre : entre espèces végétales, ceci rejoint lestechniques de l'hybridation ou de la greffe, aujourd'huilargement acceptées ; entre espèces animales, enrevanche, l'insertion d'un gène de vache Holstein dansle génome d'un porc (ce qui est arrivé aux Etats-Unis)soulève des questions. 50Nul ne peut nier l'existence de possibles dériveséthiques dans l'usage des biotechnologies, il en estainsi de tout progrès, particulièrement dans ledomaine du vivant, ce qui appelle donc unencadrement particulièrement attentif.Une deuxième interrogation éthique porte sur ledanger que le développement industriel de latransgénèse n'induise une appropriation du vivant.En effet, la rémunération nécessaire de la rechercheamène les acteurs industriels pharmaceutiques àdéposer traditionnellement des brevets, dont il est àcraindre que l'objet, dans le cas des biotechnologies,soit la matière vivante.La législation actuelle concernant les brevets sur levivant correspond à une réglementation nationalesoumise à certaines directives internationales del’ADPIC (Accords sur les droits de propriétéintellectuelle liés au commerce) et l’Office Européennedes Brevets (OEB). Les ADPIC ont pour butd’harmoniser les législations des différents pays. Ilsont été créés lors des accords de Marrakech en 1992 5150 Rapport d’information du sénat sur les OGM par M. leSénateur Jean-Marc Pastor51 L'Organisation mondiale du commerce (OMC),organisation internationale qui se substitue à l'Accordgénéral sur les tarifs douaniers et le commerce, GATT) en1995 (dont les objectifs sont d'assurer le respect des règlescommerciales internationales, de surveiller et de réprimerles pratiques déloyales) doit mettre en œuvre les résultatsde l'Uruguay Round (accords de Marrakech en avril 1994) etentamer des négociations pour que les services de chaquepays s'ouvrent à la concurrence étrangère ; la difficulté estqui ont vu naître l’OMC (Organisation Mondiale duCommerce) et ils répondent donc à une volonté demondialiser les échanges commerciaux. Ils excluent dela brevetabilité les animaux et végétaux hors microorganismes.L’OEB n’est pas une instance de l’unioneuropéenne. C’est un office auprès duquel sont déposésdes demandes de brevets qui seront valables dans ses34 états membres. Dans ses textes, il exclut dudomaine du brevetable toute invention dontl’exploitation serait contraire aux bonnes mœurs, lesprocédés de modification de l’identité génétique desanimaux de nature à provoquer chez eux dessouffrances ou des handicaps corporels sans utilitépour l’homme ou l’animal, ainsi que le corps humain etses éléments en leur état naturel. Toutefois, ces textesde loi se contredisent parfois et peuvent être plus oumoins contournés. 52Les domaines de la santé et de l'alimentation qui sontles plus concernés par la brevetabilité du vivant sontcommunément considérés comme essentiels et nedevant pas être l'objet de restrictions. L'exemple le plusconnu est celui de Myriad Genetics, une firmeaméricaine qui déposa à partir de 1997 plusieursbrevets sur les gènes BRCA1 et BRCA2, qui sont enrapport avec des formes familiales de cancer du sein.Ce brevet leur offrait l'exclusivité totale des tests dedépistage. Ce brevet fut très controversé, d'autreslaboratoires dénonçant les prix pratiqués, la lenteurdes résultats et l'appropriation des donnéesstatistiques sur le dépistage. En Europe, le brevetinitial a été contesté par plusieurs institutions dontentre autres, l'Institut Curie et l'Institut GustaveRoussy en France et la Société belge de génétiquehumaine. En 2005, en première instance, l'Officeeuropéen des brevets décide d'invalider les brevets deMyriad Genetics 53 . Myriad Genetics fit appel et aprèsavoir réduit une partie de ses revendications initiales, afini par obtenir gain de cause en novembre 2008. 54Du point de vue de l'agriculture, les brevets sur lessemences sont accusés de rendre l'agriculteurdépendant de la firme qui le fournit en lui interdisantla possibilité de ressemer sa récolte.5. Les enjeux agricolesLe modèle agricole des OGM valorise un certainnombre d'objectifs et de critères d'évaluation:rendements à l'hectare, productivité des facteurs,usages d'intrants considérés en termes monétaires,sécurité et gain de temps. En ce basant sur le modèlenord-américain qui exploite les OGM depuis deque chaque pays a sa propre réglementation très spécifiquesur chaque service.52 Wikipedia53 Institut Curie54 Le Monde – 21 novembre 2008ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


24 Le conflit OGM en Francenombreuses années, des résultats ont été rendupublic :Les gains de rendement sont assezconjoncturels, même parfois négatifs, et ne semanifestent que si la situation de référence estfortement perturbée (attaque forte d'insectes,difficultés de contrôle des mauvaises herbes). 55Les économies de produits phytosanitaires, enparticulier d'herbicides, apparaissent, entermes monétaires, beaucoup plussystématiques et conséquentes, même sil'augmentation du prix des semences absorbeune partie des sommes économisées. 56Enfin, la simplification et la plus grandeflexibilité des pratiques agricoles permises parl'utilisation des PGM, en particulier cellesrésistantes aux herbicides totaux (semis direct,désherbage post-Ievée...), semblent avoirconstitué un puissant facteur d'adoption. 57Suite à l’entretien accordé par Mr Jacques Pasquier dela confédération paysanne, il confirme la conclusionsur les gains de rendements, mais émet des réservessur les économies de produits phytosanitaires et larésistance aux herbicides totaux. En effet, selon lui,(voir ITV en annexe), il y a effectivement efficacité surle court et le moyen terme mais il se crée un facteurd’accoutumance sur le long terme, réduisant l’efficacitéa néant 58 . La réticence des consommateurs vis-à-visdes OGM conduit à la mise en place de filièresséparées. Le coût de cette organisation peut, à sontour, absorber une partie notable des économiesréalisées. En France les ségrégations (environnementmixte de culture non-OGM et OGM) "marginales", ontconduit à éliminer les cultures OGM (maïs) et àorganiser une" niche non-OGM" dans un marchémassivement investi par les OGM (soja) ; ils ont étéconstruit entre opérateurs à des coûts modérés. 59En revanche, la mise en place de situations mixtes,dans lesquelles les deux types de productionreprésenteraient des volumes significatifs, nécessiteune implication forte de la puissance publique pourl'organiser de manière efficace. 60Cette condition serait extrêmement difficile à gérer carelle pourrait continuer à alimenter le conflit actuel.55 Stéphane Le Bouler, Commissariat Général au Plan,futura-sciences56 Stéphane Le Bouler, Commissariat Général au Plan,futura-sciences57 Stéphane Le Bouler, Commissariat Général au Plan,futura-sciences58 Voir l’interview de Jacques Pasquier- Secrétaire nationalde la Confédération Paysanne, en annexe59 Stéphane Le Bouler, Commissariat Général au Plan,futura-sciences60 Stéphane Le Bouler, Commissariat Général au Plan,futura-sciencesLes pouvoirs publics devront donc être vigilants ets’assurer que les coûts soient non-prohibitifs etéquitablement repartis. La mise en place d'uneségrégation peut conduire à une délocalisation aumoins partielle des productions non-OGM, à l'imagedes produits de l'agriculture biologique, à moins de lesrelier au terroir par des considérations voisines decelles des appellations d'origine contrôlée (AOC). 61Une des inquiétudes soulevées par Monsieur JacquesPasquier est la réorientation du paysage agricolemondiale : « il est tout à fait possible d’imaginer queles semenciers décident d’augmenter la production, oupeut-être d’abandonner des cultures dans telle régiondu monde qui ne les intéresse pas. Ils peuvent trèsbien réorienter le paysage agricole, l’alimentation despopulations à travers ce pouvoir et cette propriété surles semences. » 62 Aujourd’hui la résistance des citoyensface aux OGM et la vigilance des pouvoirs publics sontun frein à ce schéma ; schéma qui seraitcatastrophique, car ce serait l’anéantissement de labiodiversité.Une étude 63 a été faite en suivant les différentesévolutions possibles de la politique agricoleeuropéenne et les options possibles vis-à-vis des OGM,depuis la banalisation jusqu'à l'interdiction.La continuité :Recherche de la compétitivité prix sur les grandsmarchés agricolesMaintien d'une ambition exportatrice decommodités et de mécanismes de soutien à cesexportations Ce scénario de continuité apparaîtpeu compatible avec une interdiction totale desOGM à la production en Europe, qui risquerait àterme de creuser l'écart de compétitivité entrel'Union Européenne et ses concurrents sur lesmarchés.La réorientation :Soutien à une agriculture multifonctionnelle, àtravers un découplage des aides par rapport auxvolumes produitsUne politique soulignant les enjeux culturels ouenvironnementaux de l'agricultureLimitation de l’Europe à l'alimentation de sonmarché intérieur, avec un taux de pénétration des61 Stéphane Le Bouler, Commissariat Général au Plan,futura-sciences62 Voir l’interview de Jacques Pasquier- Secrétaire nationalde la Confédération Paysanne, en annexe63 Stéphane Le Bouler, Commissariat Général au Plan,futura-sciencesESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


25 Le conflit OGM en Franceproduits importés dépendant du maintien desystèmes de préférence communautaire. Cescénario de réorientation résulterait d'une volontépolitique et sociale promouvant la traçabilité et, aminima, la ségrégation.Le désengagement :Réduction considérable des soutiens de tousordres à l'agriculture (liés ou non aux volumesproduits)Grande ouverture des marchés alimentaires. Cecirésulterait à une réduction notable des activitésagricoles au sein de l'Union Européenne mais desrestructurations importantes (concentration desexploitations) pourraient permettre à certainsagriculteurs de l'Europe élargie d'affronter demanière compétitive les marchés mondiaux. Cettepolitique de désengagement et d'ouverture desmarchés intérieurs (mais aussi de compétitivité decertains agriculteurs) apparaît contradictoire avecla mise en place de mesures d'interdiction, quipeuvent avoir un coût non négligeable en termesde bien être.6. ConclusionLe survol de cette étude démontre que les OGM nepeuvent être ni banalisés, ni interdits sans de lourdesconséquences économiques. Malgré sa complexité etson coût à mettre en place, une ségrégation organiséepourrait constituer aujourd'hui la stratégie la plusadaptative par rapport aux incertitudes sur l'évolutionde la politique agricole.Les OGM restent un vaste débat car les enjeux sontvariés et très importants. La collaboration et lacohésion des différents acteurs est un facteur clef desuccès.B. L’historique du conflit1. L’évolution de la technologie OGM et de sesapplications commercialesAu début du XX e , la redécouverte des travaux deMendel (1822-1888) et les travaux de Morgan (1866-1945) sur des mouches permettent de comprendre quel’hérédité est due à la transmission des gènes. Ladécouverte des enzymes de restriction est confirméepar Paul Berg et al. Ces protéines actives, capables dedécouper l’ADN à des sites spécifiques, offrent auxchercheurs de nouvelles possibilités pour cartographierle génome. Cette découverte ouvre la voie au géniegénétique en permettant la manipulation précise deportions de gènes. 641873 : Louis Pasteur obtient le premier brevetportant sur une souche de levure utilisée dansla fabrication de la bière Sacharomycescerevisiae.1972 : Les premiers OGM sont des bactériestransgéniques. Paul Berg et al. fait unepremière tentative de transgénèse en tentantd’intégrer un fragment d’ADN d’un virus dansla bactérie Escherichia coli. L’objectif de l’essaiétant de démontrer la possibilité derecombiner in vitro deux ADN d’originesdifférents.1973 : Lors de la conférence d’Asilomar, unmoratoire est décidé car la puissance de cenouvel outil technologique inquiète lesscientifiques.1977 : Levée du moratoire. Un plasmide de labactérie Agrobacterium tumefaciens estidentifié. Ce plasmide est utilisé par la bactériepour transférer une portion d’ADN dans legénome d’une plante lors d’un processusd’infection. Quelques années plus tard, cettebactérie sera utilisée pour créer les premièresplantes génétiquement modifiées. 651978 : Un gène humain codant pour l’insulineest introduit dans la bactérie Escherichia coliafin de lui faire produire de l’insuline humaine.1980 : Premier brevet au monde sur unebactérie génétiquement modifiée : Oil-heatingbacteria par Chakrabarty, Etats-Unis.1982 : Première application commerciale dugénie génétique : la fabrication de l’insuline.Aujourd’hui, l’insuline fabriquée à partird’OGM est utilisée pour traiter des millions dediabétiques dans le monde. 661982 : Obtention du premier animalgénétiquement modifié : un gène de croissancedu rat est transféré à une souris. 671983 : Premier végétal génétiquementmodifiée : un plant de tabac modifié pourrésister à un antibiotique. 6864 CIRAD : Dossier OGM65 Site d’information sur les OGM du Québec : Historiquedes OGM.66 CIRAD : Dossier OGM67 Science, vol. 217, n°4579, p. 1298, 1982: Building biggermice through gene transfer, JL Marx.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


26 Le conflit OGM en France1985 : Première plante transgénique résistanteà un insecte : un plant de tabac avec un gènede la toxine de Bacillus thuringiensis. 691986 : Création en France, lors d’un premieressai de culture, de la Commission du GénieBiomoléculaire (CGB), dépendante duMinistère de l’Agriculture. La CGB estresponsable du respect des réglementations,du contrôle des essais en champs et délivre lesautorisations d’essais et de commercialisationdes OGM.1987 : L’Office Américain des Brevets confirmela précédente décision juridique de 1980 etreconnaît la brevetabilité du vivant, àl’exception de l’être humain.1989 : Création de la Commission de GénieGénétique (CGG) en France. Elle est chargéed’évaluer les risques liés aux OGM.1990 : La Commission européenne s’empare dela question OGM. Elle demande le principe deprécaution impliquant une longue recherchesur l’innocuité du produit.1990 : Commercialisation aux Etats-Unis et auCanada du premier produit alimentaire issu dugénie génétique : une enzyme (chymosine)permettant de digérer la caséine (protéine dulait) et de remplacer la présure, nécessaire aucaillage du lait dans l’industrie laitière.1992 : L’union européenne reconnaît labrevetabilité du vivant et accorde un brevetpour la création d’une souris transgénique.1993 : Autorisation par la FDA decommercialiser l’hormone de croissancebovine aux Etats-Unis. Elle est vendue sous lenom de Posilac par Monsanto. L’utilisation dela rBST (recombinante bovine somatrophine),destinée à rendre les vaches laitières plusproductives, est interdite dans l’Unioneuropéenne et au Canada.1994 : Commercialisation de la premièreplante génétiquement modifiée : la tomateflavr savr qui reste ferme plus longtempsaprès la cueillette.1996 : Retrait du marché de la tomate flavrsavr pour des raisons de goût et de prix. Deplus, cette tomate OGM devait être intégrée àun procès intenté à la FDA par un groupe dedéfense de consommateurs. 701996 : Commercialisation aux Etats-Unis duSoja « Roundup ready », du maïs « yieldgard »et du coton « Bollgard » de Monsanto. 711998 : Monsanto annonce l’arrêt de lafabrication du produit Posilac et le retrait dePosilac du marché.1998 : Adoption par l’Union européenne de ladirective sur la brevetabilité des inventionsbiotechnologiques : les inventions sur lesvégétaux, les animaux et les séquences degènes sont désormais brevetables.2000 : L’Union européenne fixe qu’à plus de0.9 % d’OGM dans un produit alimentaireeuropéen, une mention spéciale doitapparaître sur l’étiquette pour informer leconsommateur.2000 : Les magistrats européens duLuxembourg affirment que la France estobligée d’autoriser la culture d’OGM sur sonterritoire sauf si elle apporte des preuves derisque pour la santé ou pour l’environnement.La durée de commercialisation du maïs GM estétendue à 10 ans alors que l’arrêté initial lalimitait à 3 ans. Le Conseil d’Etat s’inclinedevant le droit communautaire.2003 : Le GGouvernement américain porteplainte devant l’Organisation mondiale ducommerce pour forcer l’Union européenne àlever son « moratoire de fait » sur la vente desemences et d’aliments génétiquementmodifiés. L’OMC autorise la restriction desimportations dans le cas d’une protectioncontre les risques pour la santé etl’environnement.2006 : L’OMC conclut que les conditions derestriction des importations ne sont pasréunies pour le différend opposant les paysproducteurs (Etats-Unis, Canada, Argentine) àl’UE.2007 : La Communauté européenne s’engage àrespecter les règles de l’OMC concernant lesOGM avant le 8 février 2008.68 Encyclopédie Universalis, vol. 11, 2005 : Organismesgénétiquement modifiés – repères chronologiques.69 Idem70 InFOGM OGM aux Etats-Unis : quand l’administrationignore ses experts. Le cas de la tomate flavr savr.71 Monsanto US ProductsESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


27 Le conflit OGM en France2. L’évolution du mouvement anti-OGMLe mouvement anti-OGM désigne l’ensemble desactions menées par les groupes de pression quis’opposent au développement des organismesgénétiquement modifiés et à leur promotion parl’industrie agricole et alimentaire.Les partisans de ce mouvement estiment que les OGMprésentent des risques éthiques, sanitaires,environnementaux et économiques. Les militants anti-OGM s’inscrivent principalement dans la mouvancealtermondialiste. Ils rejettent toute culture en pleinchamps et toute consommation de plantes OGM.a) Le mouvement anti-OGM au niveauinternational1993 : Création du réseau la Via Campesina quicoordonne des organisations de paysans. Ceréseau milite pour la biodiversité et luttecontre les OGM.1996 : Présentation de la Via Campesina ausommet de la FAO 721996 : L’association Greenpeace lance unecampagne internationale contre lacommercialisation d’OGM dans les domainesalimentaires et agricoles. 731999 : Manifestation organisée par le syndicatagricole KRRS. Des paysans de plusieurs paysmanifestent devant les sièges demultinationales à Bruxelles et Genève. Ilsdénoncent la mondialisation, l’agrobusiness,les biotechnologies et la brevetabilité duvivant. 742000 : Vandavana Shiva, prix Nobel alternatif1993, organise le tribunal des semences deBangalore où se réunissent des associationspaysannes et de militantes antimondialisation.2001 : Lors du Forum Social Mondial de PortoAlegre, Via Campesina lance un appelinternational à l’union pour lutter contre lesOGM. Engagement de 184 organisations àtravers le monde pour soutenir cette lutte etorganiser des actions pour l’arrêt del’importation et de l’utilisation des OGM. 752003 : Protocole de Cartagène, constitution dupremier outil juridique spécifique aux OGMsur la scène internationale. Ratifié par 103états, n’incluant pas les Etats-Unis, ce traitéentre en vigueur et fixe des règles pourl’importation des OGM.b) Le mouvement anti-OGM en Europe1993 : En France, création de la Commissiondu génie biomoléculaire (CGB) pouvant êtreconsulté par tous.1996 : Lors du Conseil de l’environnement dela Communauté européenne, 13 des 15 Etatsmembres s’opposent à la commercialisation dumaïs GM de Novartis.1997 : En début d’année, la France et laCommission européenne autorisent lacommercialisation du maïs GM de Novartis.L’Autriche et le Luxembourg appliquentimmédiatement l’article 16 de la directive90/220/EEC, émanent de la législationeuropéenne, afin d’interdire la vente de cemaïs sur leur territoire. La France interdit laculture commerciale du maïs Novartis. L’Italiefait de même 1 mois plus tard.1997 : En fin d’année, la France annonce unmoratoire sur le développement commercialde toutes les cultures OGM.1998 : Le conseil d’Etat suspend l’autorisationde cultiver le maïs Novartis en France et leGouvernement déclare un moratoire sur lescultures de « parentés sauvages » en Europe(colza et betterave). En Autriche, plusieurschaînes de supermarchés refusent de vendredes produits OGM et les retirent des rayons.En Grèce, le Gouvernement applique ladirective 90/220/EEC et interdit l’importationde graines de colza GM.2000 : Greenpeace et plusieurs organisationsanti-OGM, dont celle de José Bové,manifestent à l’occasion de la conférence del’ONU. 762003 : Constitution du Réseau des régionssans OGM à travers les pays européens hors etdans l’Union. 77 2004 : Première journée anti-OGM. 7872 Burkina, La souveraineté alimentaire selon le mouvementVia Campesina.73 CIRAD : Dossier OGM74 ICCframe-fr75 Attac France : La lutte contre les OGM.76 CIRAD : Dossier OGM77 Pour l’Europe sans OGM78 JIGMOD : AltercampagneESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


28 Le conflit OGM en France 2005 : La Suisse approuve un moratoire de 5ans (2006-2011) sur les OGM. En France, 49faucheurs volontaires sont relaxés après avoirsaccagé des cultures OGM de Monsanto.2006 : Lancement d’un indice financier basésur les non-OGM par le gérant de fonds suisseDiapason. 792007 : A la fin de l’année, suite au Grenelle del’environnement, le Président françaisdemande que la commercialisation des OGM« pesticides » soit suspendue. Une clause desauvegarde est activée le 8 février 2008. 80De même, certains opposants se prononcent pour unarrêt de toute culture OGM tandis que d’autressouhaitent qu’aucune culture ne soit faite à l’air libre(en « culture ouverte »), en raison du risque possiblede dissémination, tout en admettant d’expérimentationen milieu confiné.Des nuances donc dans les deux « camps » quiviennent encore complexifier un débat déjà difficile àsuivre et à comprendre pour le grand public.a) Les partisans2008 : Terrena, première Coop agricolefrançaise, révèle que 54 % de ses adhérentscroient que les OGM représentent un vraidanger et que 61 % souhaitent le maintien d’unmoratoire. 81(1) Les arguments des partisansSelon les partisans des OGM, Leurs principauxavantages sont :(i)Sur le plan économiqueC. Les principaux acteurs et leurpositionnement1. Les scientifiquesLes OGM sont source de grandes divergencesd’opinion et le monde scientifique ne fait pas exceptiondans ce domaine. Les avis y sont aujourd’hui trèsdivisés, avec cependant beaucoup de nuances dans lespoints de vue.Et si l’avis des scientifiques intéressentparticulièrement l’opinion publique, de part la cautionqu’ils apportent au débat, leurs positions ne sontnéanmoins pas toujours tranchées.En effet entre ceux qui sont « pour », et ceux qui sontcontre, il y a aussi ceux qui sont « pour un typed’OGM ». Comme le souligne Yvette Dattée « toutscientifique digne de ce nom ne peut pas êtretotalement « pour » les OGM… Ce sont des dossiersqui sont à traiter au cas par cas, espèce par espèce. Et,bien entendu, par caractère introduit. On ne peut parconséquent pas dire que l’on est pour tous les OGM oucontre tous les OGM. Vous trouverez bien entendu desgens qui vont l’affirmer, mais scientifiquement, on nedevrait pas dire cela. » 8279 RFI.fr : Les dividendes de la lutte anti-OGM.80 Le Monde, 8 février 2008 : La clause de sauvegarde surle MON810 est activée.81 Libération, 5 mars 2008 : OGM, une majorité desagriculteurs y restent hostiles.82 Interview d’Yvette Datée en annexeUne amélioration de la productivité des surfacescultivées, avec le développement :de plantes adaptées aux évolutions des ravageursde plantes répondant mieux aux conditionsclimatiquesune baisse des prix des produits alimentaires, et ceserait les petits propriétaires des pays endéveloppement qui seraient les principauxbénéficiaires, selon l’ISAAA. 83(ii)Sur le plan environnemental et sanitaireRéduction de la quantité utilisée de produitsphytosanitaires et pesticides, réduction qui outre sonavantage au niveau environnemental, améliorerait lasanté des agriculteurs et réduirait leurs risquesd’accidents de travail.Ainsi, au niveau mondial, toujours selon l’ISAAA,l’usage des OGM végétaux aurait permis de réduirel’usage d’insecticides et d’herbicides, réduisant de 15,3% l’impact environnemental de l’agriculture humainedans les champs concernés :Economie d’énergie (essence) grâce à unemeilleure organisation des récoltes et destraitements : 356 millions de litres d’essenceéconomisés grâce à une meilleure organisation desrécoltes et des traitements 84 .83 International Service for the Acquisition of Agri-biotechApplication84 Source ISAAAESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


29 Le conflit OGM en FranceDéveloppement de plantes adaptées auxévolutions des ravageurs :o La création d’OGM par transgénèseserait selon Philippe Joudrier,président du groupe d’experts chargéde l’évaluation des OGM à l’Agencefrançaise de sécurité sanitaire desaliments (AFSAA) « la méthode laplus sûre, la plus fiable, parce qu’onsait exactement ce qu’on change dansla variété », afin de créer de nouvellesvariétés, sachant que la durée de viemoyenne d’une variété de plantecultivée par l’homme est de 3 à 7 ans.représentent un quelconque risque pour la santéhumaine. De plus, l’ONU souligne le fait que l’on n’aitjamais pu montrer que leur consommation par legrand public dans les pays où ils sont homologués aiteu un quelconque effet sur la santé humaine. » 88Il est à noter néanmoins que certains détracteurs ontsouligné que l’ONU oubliait, en déclarant cela, le casdu maïs Starlink qui, en 2000, provoqua des douleursabdominales, diarrhée et éruptions cutanées chez lesconsommateurs, alors qu’il avait été préalablementautorisé par le FDA. 89 (2) Les partisans et les médiasBien que ces avantages soient reconnus au sein de laclasse scientifique pro-OGM, il est néanmoinsimportant de noter que ces scientifiques sontunanimes sur le fait que les OGM peuvent engendrerdes risques réels sur l’écosystème, estimant cependantque ces risques sont contrôlables et contrôlés par lesautorités sanitaires. 85Ce contrôle des risques constitue l’un des pointsdivergents entre partisans et détracteurs, car si chaquescientifique a son point de vue sur la question, laquestion du contrôle et des essais de validation d’unOGM avant autorisation de culture reste source dedébats et conflits.Et si ce thème fait débat en France, les instancesscientifiques mondiales ont pour leur part, des pointsde vue clairs à ce sujet.En effet, la communauté scientifique mondialeconsidère que les OGM actuels ne posent pas deproblèmes sanitaires. Les chercheurs du ConseilInternational pour la science, regroupant les meilleursscientifiques mondiaux dans de nombreux domaines,concluent ainsi, après analyse scientifique, que laconsommation des OGM actuels est sans danger 86 . Ensignalant cependant que cela ne garantit rien pour lesfuturs OGM et qu’il est donc nécessaire de continuer àvérifier qu’ils sont sains pour les consommateurs avantd’être commercialisables 87 .L’Organisation des Nations Unies, pour sa part, en sebasant sur l’articulation des multiples études à leursujet, écrit que « les OGM qui sont actuellement sur lesmarchés internationaux ont passé avec succès desévaluations de risque et il est improbable qu’ils85 http://www.nonaumoratoire.free.fr86 Conclusion du Conseil International pour la science NewGenetics, Food and Agriculture : Scientific Discoveries –Societal Dilemmmas87 http://www.icsu.org/Gestion/img/ICSU_DOC_DOWNLOAD/90_DD_FILE_ICSU_GMO%20report_May%202003.pdf)International Council for Science, mai 2003, p.8.)Alors que certains grands scientifiques, reconnus parleur communauté, sont apparus sur la scènemédiatique au moment de la naissance de ce débat, àl’exemple d’Axel Kahn (), Roland Douce (), ou mêmeClaude Allègre, ces derniers se sont peu à peu retirésdu débat public et médiatique en laissant place à desdétracteurs qui ont rapidement gagné le devant de lascène à travers des personnes très médiatisées.A ce sujet, Sylvie Bonny de l’INRA (Institut National deRecherche Agronomique), dans une étude parue dansl’Electronic Journal of Biotechnology avance quel’opposition aux OGM est plus forte en France car ledébat serait focalisé sur les risques et non lesavantages. Les médias de masse auraient ainsi adoptéselon elle une posture critique ou même négative, quiexpliquerait en partie l’opposition de la société civile.Elle estime que c’est en 1997-1998 que les médias ontadopté cette posture anti-OGM et qu’à partir de cemoment là le débat concernant les OGM n’a plus étécouvert par des journalistes scientifiques, avec commeconséquence une méconnaissance des avantages desOGM 90 .Selon les partisans des OGM, ce changement detraitement par les médias viendrait du fait que lapresse soit surtout à la recherche de « sensationnel ».Jugés peu « spectaculaires » dans leurs discours,toujours modérés dans leurs propos, les partisansseraient devenus de moins en moins intéressants pourune presse sans cesse à la recherche d’images chocs.Comme le souligne Yvette Datée:« Oui, il est certain88 20 questions sur les aliments transgéniqueshttp://www.who.int/foodsafety/publications/biotech/en/20questions_fr.pdf) sur le site de l’ONU.89 Docteur Marc ROSENBERG sur CBS.90 Why are the most Europeans opposed to GMOs ? Factorsexplaining rejection in France and Europe –http://www.ejbiotechnology.info/content/vo16/issue1/full/4/), Sylvie Bonny, Electronic Journal of Biotechnology.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


30 Le conflit OGM en Franceque les médias ont joué un rôle très important dans cedébat. Parce qu’effectivement ils aiment lesensationnel. A titre d’exemple, lorsque j’étaisdirectrice de recherche, j’ai dû faire plusieurs fois faceà la destruction de mes essais; j’ai alors fait uncommuniqué de presse, et lorsque que la presse télé oupapier m’interviewait en même temps que lesfaucheurs, lors du passage du sujet à la télé parexemple, ces derniers avaient trois fois plus de tempsde parole. Il m’est même arrivé de ne pas figurer dansle reportage. (…) Parce qu’encore une fois, c’estsimplement plus sensationnel de montrer unepersonne qui détruit des essais que de montrer unchercheur qui a son essai détruit. » 91Pour Jean-Claude Guillon, du groupe Limagrain :« Chacun sait que les médias se régalent plus quandon leur parle de choses négatives, c'est-à-dire de sujetspotentiellement sensationnels, que de choses positivesoubliées. Le grand public, largement influencé parcette caisse de résonnance, est réceptif aux‘marchands de peur’ ». 92 Un discours à la fois plus précis et plus complexe, quine serait ainsi pas aussi « arrêté » que celui desdétracteurs, et par conséquent beaucoup moins« vendeur » auprès des médias.Selon Gil Rivière-Wekstein, éditeur de la lettreAgriculteur et Environnement, « de réelles querellesscientifiques, qui opposent des points de vue différentset légitimes, sont souvent transformés en polémiquesd’apparence scientifique » 93 .Alain-Michel Boudet professeur de biologie végétale(UPS/CNRS) a, à ce sujet, affirmé que« sur lesaspects scientifiques et technologiques, et à propos desOGM, le problème réside dans le fait qu’il s’agitsouvent d’une confrontation entre des gens qui ont descertitudes et des gens qui, comme souvent lesscientifiques, parlent au nom d’une absence decertitudes. » 94Autre figure emblématique de la communautéscientifique ayant pris position dans le débat, ClaudeAllègre estime pour sa part que la lutte anti-OGM estune « religion » avec ses « dogmes » et que la91 Interview de Yvette Datée en annexe92 Interview de Jean-Claude Guillon en annexe93 De l’Altermondialiste à la contestation anti-OGM (http://www.agriculture-environnement.fr/De-l-Altermondialisme-a-la, 208.htlm, point de vue de GilRivière-Wekstein, 21 mai 200794 Entretien agro biosciences (http://www.agrobiosciences.org/imprime.php3?id_article=867), 28 octobre 2003)« répulsion de certains contre les OGM touche aufanatisme ». 95 Il critique de manière virulente une certaine formed’écologisme, et développe ses idées en matièred’environnement, notamment ses positionscontroversées sur le réchauffement climatique.Néanmoins, de manière unanime, les scientifiquessoulignent une grande difficulté d’expression, tant dupoint de vue du temps de parole qui leur est octroyé,que de celui de devoir vulgariser un sujet afin de lerendre accessible au plus grand nombre, tout enrestant juste.Pour Yvette Datée,les scientifiques eux-mêmes sont enpartie responsables, à travers l’utilisation devocabulaire imprécis, qui n’a pas facilité lacompréhension des citoyens souhaitant s’informer.« On a donc entretenu des idées avec un vocabulaireimprécis, et je crois que là les scientifiques sontégalement en cause. (…) Donc il y a surement quelquechose qui a échappé aux chercheurs, au contraired’autres qui ont su brillement l’utiliser, comme ce futle cas des associations écologistes, parce qu’ellesavaient déjà l’habitude de communiquer et qu’ellescommuniquaient sur le sensationnel, la destructiondes panels et tout ce qui s’en suit.Après cela, il y a eu des chercheurs qui se sont mis àcommuniquer contre cette technologie, de façon trèsviolente et avec beaucoup d’erreurs ; et c’est peut-êtrelà que les chercheurs de la communauté scientifiqueraisonnable n’ont pas vu voir le dangerimmédiatement et n’ont pas réagi en prenant lecontre-pied tout ce suite. » 96Ces mêmes scientifiques déplorent leur absence lors duGrenelle de l’environnement où ils n’ont pas étéconsultés.« De plus, si on regarde ce qui s’est passéavec le Grenelle de l’environnement, explique YvetteDatée, nous n’avons pas été entendus lors du Grenelle,ni invités, et on ne nous a rien demandé, ni à nous, nià nos collègues des autres commissions.Par contre, les gens qui participaient au Grenelle ondit sur nous des calomnies, et nous n’avons eu aucunmoyen de défense car nous n’avons pas eu la parolepour cela ! » 97« … on aboutit alors à des situations absurdes commecelle du Grenelle de l’environnement, au sein del’intergroupe OGM, où il n’y avait aucun acteurOGM ! Donc on parle des OGM mais on exclu les gensqui en font !»ajoute,poursapart,AlainTopan. 98 95 Claude Allègre, Ma vérité sur la planète, p.3996 Interview d’Yvette Datée en annexe97 Interview d’Yvette Datée en annexe98 Interview d’Alain Topan en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


36 Le conflit OGM en Francechoses, même si le débat est contradictoire. Pendantles conférences, personne ne me dit que je dois rendrel’antenne parce qu’il y a la pub de Mc Do’ qui arrivederrière ! » 120Il s’accorde néanmoins à dire qu’aujourd’hui lesdétracteurs des OGM sont plus sollicités.« C’est vrai qu’aujourd’hui, nous les scientifiquescritiques sur les OGM, sommes plus sollicités par lesmédias. Mais on demande quel va être notre temps deparole, comment sera organisée l’émission. Je ne veuxplus être à cinq autour d’un plateau pendant quinzeminutes, surtout quand les personnes présentes sontde différents points de vue. Je pense que c’est lié à lapersistance du combat. S’il n’y avait pas eu d’actionsmédiatiques fortes, comme les fauchages, le débatserait passé sous la moquette. Le combat s’intensifiantavec les fauchages à répétitions, le débat à pris uneénorme ampleur, il y a eu de plus en plus d’émissionsconsacrées aux OGM. Dès qu’il y a multiplicitéd’émissions, on en trouve forcément avec des temps deparole plus importants. Je dois reconnaître quedepuis un an, j’ai participé à des émissions que j’aiapprécié parce qu’on m’a laissé le temps dem’exprimer.» 121 Alors que ce débat entre scientifiques est toujours aussivif, le 28 octobre dernier l’AESA, l’Agence Européennede Sécurité Sanitaire, a émis un avis défavorable à lademande de la clause de sauvegarde demandé par laFrance, le dossier ayant été considéré comme « vide »d’arguments.Cet évènement important pour la classe scientifiquevient faire pencher la balance en faveur des partisansqui sont plus que jamais optimistes en ce qui concernel’avenir des PGM en France et en Europe.Néanmoins convaincu de la diffusion à grande échelledes OGM en France, Marcel Jollivet, sociologue auCNRS (LADYSS, Université Paris 10) livre sa vision desimplications pour l’agriculture.«Qu’on le veuille ou non, les végétaux génétiquementmodifiés vont occuper une place croissante dans lesdébats autour de l’agriculture française, puis dans lepaysage agricole français lui-même. La France devrad’abord compter avec la place des OGM dans leséchanges agricoles internationaux. Ensuite, lesprogrès rapides, tant des connaissances biologiques etd’agronomie, vont diversifier les variétés concernéeset les applications des modifications génétiques. Lesopportunités pour l’agriculture vont donc semultiplier. Il y a tout lieu de penser que des accidentsclimatiques et les éventuelles incidences d’unchangement de climat ouvriront un espace deprédilection pour ces plantes.Des modifications du paysage agricole français sont àprévoir. Les OGM vont trouver une place dans lessystèmes de production spécialisés (céréales,viticulture), dans la continuité d’une logiqueproductiviste. Mais inversement, elles offriront desperspectives nouvelles, que des régions auj.défavorisées d’un point de vue pédologique etclimatique ou déstabilisées par les variations declimat pourront chercher à mettre à profit. Desévolutions en résulteront dans les localisations desproductions, voire dans la gamme des productionselles-mêmes. Des conflits interrégionaux pourraientnaitre de ces nouvelles concurrences, ainsi que desconflits locaux portant soit sur le principe même del’introduction des OGM, soit sur les problèmes decoexistence entre les différents types d’agriculture.L’expérience aidant, cas par cas, les risques serontmieux identifiés et les cahiers des charges des mises enculture se feront de plus en plus précis. Ce qui, bienentendu, ne supprimera jamais totalement les risquesde toutes natures. Ceux-ci, au contraire, semultiplieront avec le développement des cultures etleurs utilisations…et les mouvements d’oppositioncontinueront de jouer un rôle essentiel de veille et decontrôle. » 122Un débat donc nécessaire selon Marcel Jolivet. Commele souligne également Alain Topan « je ne vois paspourquoi autour d’un thème scientifique, s’il est bienbordé, il n’y ait pas du « pour » et du « contre ». Celame semble même plutôt sain. » 1232. Les politiquesa) Les politiques, un rôle majeur dans le conflitOGMLe rôle des politiques est prépondérant dans le "conflitOGM" puisque leur rôle est, sur la base des avis desautorités compétentes, d’en autoriser, - ou non- laculture et la mise sur le marché, d’autoriser –ou nonlesessais à des fins de recherche en plein champs et ce,tant au niveau national qu’au niveau européen. Eneffet, si les différentes autorités sanitaires et comitésscientifiques émettent des avis, les décisionsappartiennent au Gouvernement ou à la CommissionEuropéenne. En France, plusieurs ministères (leministère de l'agriculture, de l'alimentation, de la120 Interview de Christian Vélot en annexe121 Interview de Christian Vélot en annexe122 Marcel Jollivet, Transrural Initiatives N° 301, 17 janvier2006123 Interview d’Alain Topan en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


37 Le conflit OGM en Francepêche et des affaires rurales, le ministère chargé de larecherche, le ministère de l'écologie et dudéveloppement durable, le ministère de l'économie, del'industrie et des finances) sont impliqués dans leprocessus d'autorisation et de contrôle des OGM.Le ministre de l'agriculture, de l'alimentation, de lapêche et des affaires rurales est ainsi chargé , avecl'accord du ministère de l'écologie et dudéveloppement durable, de délivrer les autorisationsde disséminations d'OGM au champ à des fins derecherche et de développement.La chronologie des autorisations à cultiver les plantesGM en France est assez chaotique. Autorisés à laculture, puis mise en place d’un moratoire, pour ànouveau les autoriser à la culture… L’historique desdécisions politiques pourrait presque laisser penserque les Gouvernements successifs n’ont toutsimplement pas réussit à se décider sur la question.Pour Gérard Pascal, « Dès 1997, la politique acommencé à faire son entrée dans le dossier des OGM.Cette année là, le Gouvernement Juppé (avec PhilipeVasseur ministre de l’Agriculture et Corine Lepageministre de l’environnement) interroge la CGB sur lemaïs et le colza GM. La CGB répond qu’elle neconseille pas les essais sur le colza, pour des raisonsde risque environnemental, par contre, elle émet unavis favorable pour le maïs. Le soir même, leGouvernement Juppé décide d’un moratoire sur lemaïs GM » 124 .Toute juste quelques semaines après ce moratoiredécidé par Alain Juppé sur le maïs, le PrésidentJacques Chirac dissout l’Assemblée Nationale, laGauche la gauche remporte les élections législatives etLionel Jospin devient Premier ministre. « LionelJospin décide tout simplement de supprimer lemoratoire et de ré-autoriser le maïs GM sur lequel laCGB avait donné un avis favorable », explique GérardPascal. La France devient ainsi le premier paysd’Europe à cultiver des OGM suite à l’autorisation devente de semences de 3 variétés de maïs transgéniquespar le ministère français de l’Agriculture.Gérard Pascal continue ainsi son récit. « Pendant deuxou trois ans, les choses sont restées calmes jusqu’à cequ’à nouveau, sous l’influence des mouvementsécologiques et des Verts, Jospin change d’attitude.Dominique Voynet, ministre de l’Aménagement duterritoire et de l’environnement se bat d’ailleurs pourla mise en place d’un moratoire européen sur lesOGM. En 1999, l’Europe met en place son moratoire.On revient en arrière, raconte-t-il. Les scientifiques,eux, n’ont jamais changé d’avis et sont toujours restésopposés à la culture du colza transgénique pour desraisons de risque environnemental et ce, que ce soit124 Interview d’Yvette Datée en annexedans un but d’expérimentation ou pour une mise sur lemarché » 125 .En effet, ce moratoire européen, organisé à l’initiativede Mme Voynet, sur la base d’un accord politique entreles Gouvernements s’installe jusqu’en 2003. Cemoratoire prendra fin en 2004, avec l'autorisationdonnée par la Commission européenne à la firmesuisse Syngenta de commercialiser son maïs BT 11,destiné à l'alimentation humaine. Il suscitera enFrance de vives réactions. Ré-autorisées à la culture enplein champs en France en 2004 « Nous sommes alorspassés de 500 hectares de plantes OGM cultivées lapremière année à 22 000 hectares en 2007 » expliqueStéphanie Piecourt, directrice de la communicationchez Monsanto France 126 .Depuis la clause de sauvegarde intervenue en débutd’année 2008, la commercialisation des semencesOGM est de nouveau interdite en France.b) Le Parti SocialisteLa récente position du Parti socialiste sur les OGM est,d’après Germinal Peiro, secrétaire à l'agriculture du PSet député périgourdin, celle de la non-condamnationen bloc des biotechnologies. En revanche, le partisocialiste en appelle à l’application du principe deprécaution en ce qui concerne la mise sur le marchédes plantes génétiquement modifiées : « Il y a desbiotechnologies - notamment dans le domainepharmaceutique - qui apportent à l'humanité.S'agissant des plantes génétiquement modifiées, ilfaut faire très attention. Nous sommes favorables à larecherche en milieu confiné, pas en plein champ. Et,quand nous disons recherche, nous disons recherchepublique. Nous ne faisons pas confiance aux travauxde ceux qui sont aussi les metteurs en marché. C'estpour cela que nous en appelons à l'application duprincipe de précaution, élément de la charte del'environnement qui est inscrite dans la Constitution.Les avantages comparatifs ne sont pas en faveur desOGM. » 127 .Aurélie Filippetti, députée PS de Moselle, attachée àl’agriculture biologique demande, au nom du PS, unrenforcement de la définition des labels AOC : « Nousproposons, entre autres, que le label AOC signifie «sans OGM». Pour cela, il faut définir des règles trèsstrictes. À titre personnel, je pense également que lerôle des régions doit être inscrit dans cette loi. Les125 Interview de Gérard Pascale en annexe126 Interview de Stéphanie Piecourt en annexe127 PEIRO Germinal, propos recueillis par Jacques Ripoche,2008ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


38 Le conflit OGM en Francecollectivités locales sont les plus à même dedéterminer les zones sans OGM. » 128En 2004, Ségolène Royal encourageait elle-même lesmaires à prendre des arrêtés d’interdiction de culturesd’OGM. Trois ans plus tard, candidate socialiste àl'Elysée, s'est prononcé en faveur d'un moratoire surles OGM et soutient la grève de la faim de José Bové.« Je respecte et je salue ce courage politique », a lancéSégolène Royal, louant « une posture morale parrapport aux enjeux ». « C'est une question de moraleen politique » et « un enjeu de santé publique », a-telleaffirmé, ajoutant: « un moratoire a été promis surles OGM en plein champ, cette promesse doit êtretenue. » 129Pour autant, il faut se souvenir que la seule variété deplante génétiquement modifiée a été autorisée en 1998par le Gouvernement de gauche plurielle de LionelJospin et de son Ministre de l’environnement,Dominique Voynet. Pour Pascale Loget, Viceprésidentedu Conseil Régional de Bretagne« Aujourd’hui, la quasi-totalité de la gauche est contreles OGM dans les assiettes et dans les champs. Lessocialistes sont rentrés dans le conflit un peutardivement mais depuis qu’ils ont compris les enjeuxde toute nature –y compris électoraux-ils ne lâchentplus le morceau. » 130Le Parti Socialiste rassemble, sous son appartenancepolitique, des élus défavorables et favorables aux OGM.C’est le cas par exemple de Jean-Yves Le Déaut, députéPS et ancien président d'une commission d'enquêteparlementaire sur les OGM. Lors de l’émission de l’avisde la Haute Autorité sur les OGM, en janvier 2008,Jean-Yves Le Déaut a dénoncé une instrumentalisationde la Haute Autorité par l'UMP. « Ni les termes de'risques sérieux', ni ceux des 'effets négatifs' n'ont étéemployés dans l'avis, qui n'a en outre ‘pas été validé’,a assuré M. Le Déaut 131 . L'autorité provisoire a étéinstrumentalisée pour permettre à l'UMP de passerles municipales 'au chaud’ », a-t-il conclu. Pour lui, «lemaïs Monsanto 810 est la victime expiatoire duGrenelle de l'environnement. » Il reconnaît aussi quele Parti socialiste, qui n'en a jamais débattu, est divisésur la question avec deux tiers des députés favorablesaux OGM et un tiers opposé 132 .c) L’écologie politiqueLe terme d’écologie politique est ici délibérémentchoisi car, sous ce terme peuvent se retrouver des élus« écologistes » des partis de gauche comme de droite.Le mouvement politique Les Verts, ont toujourssouhaité la mise en place d’ « un moratoire suivi d’uneinterdiction de toute mise en culture d’OGM en pleinchamp » 133 qu’ils ont obtenu lors du Grenelle del’environnement de 2007. Anne Souyris, Porte Parolenationale rappelle ainsi dans un communiqué dejanvier 2008 : « Participant activement aux actionsdes faucheurs volontaires, les Verts ont toujoursmaintenu une position claire : pas d’OGM en pleinchamps, impossibilité de permettre des OGM dans lebio, études poussées sur les effets et méfaits des OGMsur la santé et sur la diversité des espèces à longterme, interdiction de vente de produits contaminéspar les OGM, principe de pollueur payeur appliquéaux industriels fabriquant et utilisant les OGM, etenfin que la France se déclare un pays européen sansOGM. » 134Noël Mamère, député de la Gironde, membreemblématique des Verts depuis 1998, a, quand à lui,soutenu et a participé à des arrachages illégaux d'OGMen plein champ (et a été condamné en novembre 2005pour un arrachage de plants OGM à trois mois deprison avec sursis) aux côtés notamment de José Bovéet de faucheurs volontaires au nom de la «désobéissance civile » et du « principe de précaution ».Devenu avocat en 2008, sa première plaidoirie était enfaveur de la défense de trois militants anti-OGM,faucheurs volontaires qui ont refusé de se soumettre àdes prélèvements ADN. 135d) L’UMPArdent défenseur des OGM Jean Bizet est rapporteuren octobre 2004 du projet de loi sur « la protection desinventions biotechnologiques » 136 , écarté par leGouvernement et l'est à nouveau pour le projet de loi« relatif aux organismes génétiquement modifiés » defévrier 2008. Jean Bizet défend ouvertement ledéveloppement des cultures OGM en plein champ etfait voter en première lecture plusieurs amendements128 http://hebdo.parti-socialiste.fr/2008/03/27/1216/129http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/environnement/20080104.OBS3345/segolene_royal_soutient_la_greve_de_la_faim_de_jose_bov.html130 Interview de Pascale Loget en annexe131 http://www.deputessocialistes.fr/article.php?cat=ECOLOGIE&id=1263&idd=199&cat=ECOLOGIE132 http://www.jyledeaut.fr/content/view/228/47/133http://lesverts.fr/article.php3?id_article=2661&var_recherche=OGM134http://lesverts.fr/article.php3?id_article=3638&var_recherche=OGM135 http://www.noelmamere.fr/article.php3?id_article=1192136 http://www.senat.fr/rap/l04-030/l04-030.htmlESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


39 Le conflit OGM en Francefavorables à la filière des OGM en France. Il estcritiqué par l'opposition d'aider des lobbys pro-OGM.Pierre Méhaignerie, député-maire UMP de Vitré,président de la commission des Affaires sociales del'Assemblée nationale et signataire d’une pétition enfaveur de la loi OGM 2008 : « Arrêtons d'exploiter lespeurs. Écoutons les scientifiques. Je trouveinsupportable le terrorisme intellectuel, tant despartisans sans nuance des OGM, que des anti-OGM. Ily a deux façons d'aborder ce dossier. Soit, on chercheà exploiter électoralement les peurs d'un côté commede l'autre, soit on essaie d'informer, d'expliquer,d'écouter les scientifiques, de distinguer les OGM quiposent des problèmes (en particulier sur le plan de ladissémination) et ceux qui n'en posent pas. (…). Lemot OGM est tellement diabolisé, qu'il vaudrait mieuxparler de transgénèse : celle-ci peut être naturellemais elle peut être aussi provoquée. La transgénèseconsiste à transférer des caractères de façonbeaucoup plus efficace et précise que lestraditionnelles méthodes de sélection végétale etanimale utilisées depuis des millénaires. » 137Quant à Nicolas Sarkozy, il a exprimé une positionplutôt réfléchie sur la question lors de sa campagnepour les élections présidentielles. « Avant d’être unequestion agricole, les OGM représentent un enjeu enmatière de recherche. Ils soulèvent la question de lamise en pratique du principe de précaution qui n’estpas, à mes yeux, un principe d’immobilisme. Ensuite,il faut répondre aux interrogations des Français (etles agriculteurs en font partie) sur les avantages et laréalité des risques liées à cette technique. Seul undébat public parlementaire sans à priori permettra dedire s’il faut accepter des plantes GM et si ouilesquelles et surtout dans quelles conditions » 138 .Lors du débat Parlementaire sur la loi OGM de 2008,le Président a cependant apporté son soutient auministre de l’écologie, Jean-Louis Borloo , et a rappeléen conseil des ministres l’importance de l’adoption dutexte (voir le chapitre concerné).Côté UMP, le président de l'Assemblée, BernardAccoyer, s'est également attaqué à des "verdicts" pris"avec peut-être un peu de précipitation", mais pas pourles mêmes raisons. « Ce n'est pas l'idée que je me faisdu fonctionnement d'une démocratie qui doit, sur lesavancées scientifiques, s'appuyer sur lesconnaissances communes de la science de tous lespays de la planète », a expliqué M. Accoyer, estimantque « la pression n'est pas une position acceptablepour les bonnes décisions ».137 http://www.ouest-france.fr/2008/04/21/vitre/OGM-Ce-qu-en-pensent-Jean-Marie-Dean-et-Pierre-Mehaignerie-53515011.html138 Election présidentielle. Leurs visions pour l’agriculture,enquête de la rédaction de La France Agricole du 13 avril2007, page 12 à 18Dans le cadre de l'adoption du projet de loi OGM, leprésident de l'Assemblée a reproché au lobby anti-OGM sa "campagne violente et menaçante".« Lorsque certains leaders emblématiques du lobbyanti-OGM depuis les tribunes insultent les députés,nous ne sommes plus dans le fonctionnement normalde la démocratie » a déploré Bernard Accoyer qui adéclaré avoir entendu des menaces du type « on vavous faire la peau. » 139Dans son propre camp politique, le sénateur Jean-François Le Grand a dénoncé l’existence du lobbyinverse. Dans un entretien au Monde daté du 1 er avril,le sénateur de la Manche dénonce des pressions dulobby des semenciers lors des discussions, estimantque certains avaient fait « main basse » sur l’UMP etque des parlementaires avaient été « actionnés » parles lobbies. 140e) Le Mouvement DémocrateCandidat aux élections présidentielles de 2007,François Bayrou c’est déclaré « favorable à unmoratoire sur les OGM. Il faut qu’une conférencescientifique indépendante, ayant les moyens detravailler librement, se prononce sur les risquessanitaires et environnementaux encourus par lesculturesd’ OGM de plein champ », a-t-il déclaré aumagazine La France Agricole en avril 2007. 141Corinne LePage, vice-présidente du Mouvementdémocrate de François Bayrou (rejoint pour lesélections présidentielles de 2007) est co-fondatriceprésidente du CRII-GEN et est une passionnéed’écologie fervente opposante aux OGM.f) Le Front NationalEn matière d’O.G.M., le Front National estime que « leprincipe de précaution scientifique, qui voudrait qu’onles teste pendant plusieurs années avant de les mettresur le marché, doit absolument être appliqué (…)D’autre part, dans le cas d’un développement maîtriséet limité en Europe et particulièrement en France, dela culture des OGM, il est fondamental que lesGouvernements veillent à casser et empêcher tout139 La Revue Parlementaire, no. 907, Assemblée nationale,dimanche, 1 juin 2008, p. 5140 http://www.lemonde.fr/cgibin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1030786&clef=ARC-TRK-D_01141 Election présidentielle. Leurs visions pour l’agriculture,enquête de la rédaction de La France Agricole du 13 avril2007, page 12 à 18.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


40 Le conflit OGM en Francemonopole exercé par une quelconque multinationaleen matière de semence. La diversité, la sagesse,l’excellence des groupes français doivent pouvoirs’exprimer sur ce marché. » 142 Parallèlement « leFront National souhaite la multiplication desappellations d’origine contrôlée, le développement del’agriculture biologique dans certain cas, et proposesurtout de mieux défendre l’immense richesse etdiversité des produits traditionnels français ». Ainsi,le Front National est « favorable à une “agricultureraisonnée”, c’est à dire une agriculture qui concilie laqualité des produits avec une productionéconomiquement rentable et avec une préservation denotre environnement. » 1433. Les ONG environnementalesa) Qui sont les écologistes ?Wikipedia nous en donne une définition académique etpositive : “Un écologiste est un partisan del'écologisme, c'est-à-dire un courant de penséerespectueux des équilibres naturels, qui promeut lapréservation de l'environnement, des sociétés et desressources naturelles contre les ravages de la sociétéindustrielle“ 144 .L’Encyclopaedia Universalis, quant à elle, met enexergue la double nature de l’écologie et sonimplication dans l’évolution de la société : “La scienceécologique a reçu un tel accueil auprès du public qu'onla confond souvent avec la mouvance politique, lemême mot écologie désignant en français la science etl'idéologie. Cette science (…) est à la fois vieille de plusd'un siècle et pleine d'avenir par ses implicationssociales, l'homme étant en train de bouleverser leséquilibres de la planète“ 145 .Plusieurs des défenseurs des OGM, en revanche,utilisent le terme d’écologistes pour qualifier lamajorité des anti-OGM 146 , c’est-à-dire ceux qui, selonJean-Claude GUILLON de LIMAGRAIN, « prétendentque la science est porteuse de davantage de dangerque de progrès » 147 . La science n’est donc pas pour euxl’apanage des écologistes.On le voit, l’emploi du terme “écologistes“ recouvre desacceptions différentes, voire opposées, selon sonutilisateur, et s’inscrit en cela au cœur même de laguerre informationnelle OGM.Nous nous proposons donc de nous arrêter un instantsur l’étude de ce mouvement en nous posant lesquestions suivantes : comment se positionnent lesécologistes eux-mêmes ? Quelle est leur approche desOGM ? Existe-t-il un seul “bloc“ d’écologistes audiscours unique ?Une fois ces questions étudiées – pour les écologistes,à partir des sites de Greenpeace, de la fondationNicolas Hulot et de leurs documents de presse ; pourleurs adversaires, à partir des entretiens réalisés dansle cadre de ce travail -, nous nous interrogerons surleur(s) stratégie(s) d’information dans le débat OGMen ciblant notre attention sur leur(s) approche(s) dumonde politique et de l’opinion publique.A noter que les écologistes “politiques“, comme LesVerts, ne seront pas pris en compte ici, cette analyseayant été préalablement menée dans la partieconcernant les politiques.b) Présentation de deux acteurs clefs :Greenpeace et la fondation Nicolas HulotLes ONG Greenpeace et la fondation Nicolas Hulot(F.N.H.) ont été choisies comme représentatives dumouvement des écologistes selon quatre critèresprincipaux :leur positionnement OGM, reflétant l’ensemble dumouvement écologique allant de l’engagementnuancé, avec la F.N.H., à l’engagement militantavec Greenpeaceleur approche altermondialiste des OGM qui ancrele conflit dans un débat de sociétéleur implication dans les derniers événements liésaux OGM, notamment l’adoption de la loi sur lesOGMleur représentativité médiatique conséquente,rendant lisible leur stratégie de communication.142 http://www.frontnational.com/argumentaires/ogm.php143 http://www.frontnational.com/argumentaires/ogm.php144 http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cologiste145 http://www.universalis.fr/corpussearch.php3 Voir en annexe les entretiens avec Philippe JOUDRIER,Yvette DATEE, Gil RIVIERE-WEKSTEIN147 Voir en annexe l’entretien avec Jean-Claude GUILLON,LIMAGRAIN(1) GreenpeaceFondée en 1971 à Vancouver, à l’initiative d’un groupede militants pacifistes et écologistes canadiens,Greenpeace devient un organisme international en1979, année où les bureaux d’Europe, du Pacifique etESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


41 Le conflit OGM en Franced’Amérique se réunissent pour former GreenpeaceInternational.En 2008, Greenpeace International couvre 41 pays etcompte plus de 3 millions d’adhérents à travers lemonde dont 110000 pour Greenpeace France,association loi 1901 à but non lucratif 148 .Les actions de Greenpeace reposent sur deuxméthodes :en amont, un travail d’expertise, de recherchesscientifiques et techniques, sur lequel Greenpeaces’appuie pour donner une légitimité à sescampagnes les plus importantes mais qui peuventdonner lieu à une récusation de ses adversaires 149 .en aval, la mise en place d’événementielsspectaculaires dont les retombées médiatiques,généralement importantes, visent à informer lepublic, voire à faire pression sur les autoritéspolitiques.Le management de l’information est donc un axemajeur pour le développement et le maintien deGreenpeace dont la crédibilité repose principalementsur une perception claire, et si possible favorable, deses actions par l’opinion publique.(2) La fondation Nicolas HULOTNicolas Hulot, animateur et reporter, crée en 1990 lafondation Ushuaïa - du titre de l’émission qui l’a renducélèbre sur TF1 auprès du grand public - qui devient,en 1995, la fondation Nicolas Hulot pour la Nature etl’Homme, seule fondation française reconnue d’utilitépublique à agir dans le domaine de l’éducation àl’environnement. ONG apolitique et nonconfessionnelle, la FNH a un rôle d’ONG consultativeauprès du Conseil économique et social de l’ONU.Sa mission principale s’articule autour de trois grandstypes d’actions :Dernière grande campagne : le dossier OGM.Greenpeace construit son image autour de 5 grandsaxes :actions de protection de l’environnement,actions de sensibilisation du grand public surles questions écologiques,La non violenceL’autonomie financière et politique : ses adhérentset donateurs financent intégralement Greenpeacequi garantit refuser toute aide des pouvoirs publicset des entreprises. L’ONG fait appel depuis la findes années 1990 à un commissaire aux comptespour faire face aux attaques répétées de sesadversaires qui la soupçonnent d’avoir recours àdes financements occultesLa construction de rapports de force entrel’opinion publique et les autorités politiques etéconomiques par des actions de lobbying etd’informationUne attention portée sur des batailles aux enjeuxplanétairesLe respect du principe de précaution en cas derisque réel ou potentiel révélé par ses campagnesaction de sensibilisation des décideurspolitiques et économiques sur les enjeuxécologiques à court, moyen et long termes.En 2007, Nicolas Hulot réunit un comité de veilleécologique 150 pour mettre en place le Pacte écologique.La composition hétéroclite du comité - réunissantécologues et scientifiques, enseignants, philosophe etjournalistes, agronomes, enfin -, se veut représentatived’une écologie dont la crédibilité s’ancre à la fois dansla connaissance scientifique et les enjeux sociétaux.Le Pacte écologique, créé pour inciter les candidats àl’élection présidentielle à placer les enjeux écologiqueset climatiques au cœur de l’action publique, obtientl’adhésion des Français avec 730000 signatures.Nicolas Hulot devient l’une des personnalités préféréesdes Français 151 .et à ce titre, se veut leur porte-parole.Au Grenelle de l’Environnement, dont il est l’un desinstigateurs avec Ghislain GOMART, ancienresponsable des partenariats de la FNH et conseiller deJean-Louis BORLOO, Nicolas Hulot propose les 10objectifs et 5 propositions de son Pacte, parmi lesquels148 Sources Wikipediahttp://fr.wikipedia.org/wiki/Greenpeace et GreenpeaceInternationalhttp://www.greenpeace.org/international/about/worldwide149 Voir à ce sujet la récusation, par la CGB, de l’étude deGreenpeace sur le maïsMON810 en juin 2007, dans lemagazine Agriculture et Environnement surhttp://www.agricultureenvironnement.fr/spip.php?article217150 http://www.pacte-ecologique.org/cve.php151 En 2007, Nicolas Hulot est classé comme la 3èpersonnalité favorite des Français, par un sondage IFOP.http://www.ladepeche.fr/article/2007/08/19/16447-Zidanereste-la-personnalite-preferee-des-Francais-devant-Noahet-Hulot.htmlESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


42 Le conflit OGM en Francel’évaluation des risques liés à “l’emploi des pesticides etla dissémination des OGM“ 152 .Bien que les OGM ne soient que l’un des élémentsd’études du Pacte, ils deviennent l’un des enjeux clefsdu Grenelle et la FNH, associée à France NatureEnvironnement et à la Ligue de Protection desOiseaux, s’attache à suivre, étape par étape, l’évolutiondu projet de loi OGM afin que la loi soit votée enrespectant les conclusions du Grenelle.c) Le positionnement des écologistes dans la criseOGM(1) Les écologistes, des anti-OGM radicaux ?Comme certains sympathisants OGM 153 , lesécologistes se réclament d’une posture différenteen fonction du type d’OGM. Les OGM étudiés enlaboratoire ou observés en milieu confiné,notamment dans le cadre d’étudespharmaceutiques et médicales, ne font pas l’objetde leur opposition 154 qui se concentre en revanchesur certains des risques, jugés potentiels ou réels,des effets des OGM en matière d’environnement etd’économie : risque pour les filières non GM devoir leur crédibilité diminuée auprès de leursconsommateurs ou de disparaître si des mélangescroisés entre filières GM et non GM ont lieu.De ces revendications, détaillées dans le pointsuivant, naissent deux attitudes :une attitude radicale, prônant, avecGreenpeace, un retrait total des cultures OGM,une plus nuancée, avec la FNH, basée sur lerefus de la coexistence des cultures auxconditions actuelles et la demande de la miseen place de garanties législatives pour protégerles filières non GM : “Alors que les travaux duGrenelle de l’environnement ont retenu leconstat établi scientifiquement d’unecoexistence impossible, sans risque decontamination, entre cultures OGM et nonOGM, il apparaît indispensable de doter laFrance d’un cadre législatif permettantd’apaiser le débat en apportant des garantiessuffisantes à ceux qui veulent produire etconsommer sans OGM“ 155 .Dans les deux cas, les écologistes semblentpourtant admettre l’inéluctabilité de la présence àlong terme des OGM en Europe puisqu’ils font deleur traçabilité dans l’alimentation humaine etanimale un des grands axes de leursrevendications.(2) Les principales revendications desécologistes : préservation de l’environnementet liberté de consommationA l’heure actuelle, les revendications des écologistess’articulent principalement autour du respect del’environnement et de la notion d’intérêt général 156 ,deux points complémentaires essentiels dans le conflitOGM puisqu’ils sont également abordés par plusieurssemenciers partisans des OGM sous des anglesévidemment différents 157 . Pour les illustrer, nousreprendrons, en le complétant, le dossier deGreenpeace France sur les risques liés àl’environnement 158 .152 Objectif 8, “Santé : prévenir avant de guérir“ – Dossierde presse du Pacte écologique.153 Voir l’entretien avec Yvette DATTEE en annexe : “On nepeut (…) pas dire que l’on est pour tous les OGM ou contretous les OGM (…). Scientifiquement, on ne devrait pas direcela“.154 Pour Greenpeace France, “Il ne s'agit pas d'uneopposition de principe, de caractère religieux, au géniegénétique. En effet, le génie génétique, en laboratoire,permet de mieux comprendre les mécanismes régissant lavie. Greenpeace n'a pas d'opposition fondamentale à larecherche des nouvelles connaissances que peuventapporter les techniques du génie génétique. De même, ilest aujourd'hui possible de faire fabriquer des substancesd'intérêt thérapeutique par des bactéries ou des cellulesgénétiquement modifiées en réacteur (c'est-à-dire en milieufermé). Greenpeace n'est pas opposé à priori à cesapplications du génie génétique, à condition évidemmentqu'il n'y ait pas diffusion de ces organismes génétiquementmodifiés dans l'environnement“.http://www.greenpeace.org/france/campaigns/ogm/lalutte-contre-les-ogm(i) Contre l’affranchissement de la “barrièredes espèces et des règnes“ : le mythe deFrankensteinLes écologistes attirent l’attention sur le dangerpotentiel d’une interpénétration des espèces qui “joue155 Principales propositions d’amendements sur le projetde loi sur les OGM, dossier de presse FNH, FNE et LPO du 7janvier 2008.156 Voir le titre évocateur du communiqué de presse de LaFNH, de la LPO et de la FNE, en date du 7 mai 2008 : “LoiOGM : l’heure de vérité pour l’intérêt général“.www.pacteecologique.org/pdf/cp-ogm-7mai08.pdf157 Voir à ce sujet la partie sur les industriels de l’agro etde l’alimentaire158http://www.greenpeace.org/france/campaigns/ogm/risques-pour-l-environnementESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


43 Le conflit OGM en Franceavec les mécanismes fondamentaux de la vie“.Greenpeace mentionne ainsi - mais sans citer sessources, ce qui nous amène à considérer l’informationau conditionnel -, une expérimentation qui aurait eulieu en laboratoire : “Des chercheurs (…) ont ainsi déjàintroduit des gènes de poissons dans des fraises, pourleur permettre de résister aux gelées. Voilà commentdes fraises peuvent devenir des organismesgénétiquement modifiés (OGM)“. 159Pour reprendre les termes de Greenpeace, ces“créatures“, dignes de “Frankenstein mi-animaux, mivégétaux“,ne sont pas fiables, allant contre l’ordre dela nature “contraint par la reproduction sexuée desplantes et la notion d’espèces“.L’allusion directe au mythe de Frankenstein -évocatrice, dans l’inconscient collectif européen, d’unescience dangereuse et incontrôlable -, répond en écho àune réflexion du philosophe Luc Ferry, plutôt favorableaux OGM, lors de son colloque de l’Académie desSciences sur la thématique “Le monde végétal s’ouvreaux biotechnologies“ en septembre 2008 160 : “Lemythe de Frankenstein n’est rien d’autre qu’un mythethéologique (…) de dépossession : l’idée qu’unecréature échappe à son créateur et menace de dévasterla planète.De la même manière (…), le chercheurfabrique le petit grain de maïs ; et puis, transporté parle vent, le pollen (…) échappe au contrôle du créateur(…). Ce qui fait peur, ce n’est pas la dangerosité dumaïs, c’est la perte de contrôle qui renvoie auphénomène global de dépossession (…) face auxmarchés financiers mais aussi à ce que peuventinventer les scientifiques“.L’ensemble de ces éléments invite, selon lesécologistes, à une réflexion plus large, la réflexion surla bioéthique, qui va au-dedes considérationsscientifiques, comme le souligne une partisane desOGM, Yvette DATTEE, dans son interview : “Ce quigêne les gens, peut-être, c’est que cette modification nesoit pas naturelle mais artificielle, en ce sens qu’ellepermet de transgresser les espèces, les genres, lesrègnes“.Les écologistes se font donc les porte-parole d’unecrainte face aux avancées de la science, que les pro-OGM admettent. Seul le positionnement change : si lespro-OGM vont dans le sens d’une confiance dans l’étatactuel des connaissances, les écologistes estiment cesmêmes connaissances encore trop peu poussées pourêtre réellement fiables. Les écologistes se présententcomme lanceurs d’alerte et n’hésitent pas, pour les plusradicaux d’entre eux, à donner un ton alarmiste à leurcommunication.(ii) Contre une dissémination dans les champset la coexistence des culturesLa bataille sur la dissémination en plein champ d’OGMet sur leur coexistence avec des cultures non GM n’estpas nouvelle. Déjà en 2003, un rapport 161 de la CFS(Confédération française des semenciers), du GNIS(Groupement national interprofessionnel dessemences) et de l’UIPP (Union des industries de laprotection des plantes) s’attache à démontrer que lacoexistence est possible et étudie différentespropositions pour contribuer à l’isolement desdifférentes filières : “gestion parcellaire, délimitationde zones refuge, suivi qualité pour éviter lesmélanges“ 162 .Trois points de discorde principaux opposent les proetanti-OGM :le caractère contrôlable ou non de ladissémination naturellele risque de détérioration de l’environnementl’impact sur les cultures non GMle caractère contrôlable ou non de ladissémination naturelleLes pro-OGM relativisent l’étendue d’unedissémination naturelle en s’appuyant sur l’exemple dela pollinisation du maïs. Une étude menée sur lacoexistence, en 2006, par différents instituts derecherche européens dont l’INRA 163 , indique que “surle terrain, la présence fortuite de gènes d’une culturedans une autre est associée principalement à lafécondation croisée par le pollen dispersé (par le vent)(…). Le pollen du maïs est assez lourd, la plus grandepartie de celui-ci est déposée à courte distance“ 164 .Pour eux, la dissémination est inévitable maiscontrôlable grâce à des mesures de préventionprécises comme l’isolement des cultures.Les écologistes s’inscrivent en faux. Greenpeace neparle pas de dissémination, ou de “mélangescroisés“ 165 , mais de “contamination“ - un termesanitaire qui dénote bien sa vision de la dangerosité de161 Téléchargeable sur http://www.ogm.org/pages/show.php?cat=2&idcomm=75&id=2159http://www.greenpeace.org/france/detectivesOGM/ogm-ledossier160 Voir la réflexion de Gil Rivière-Weksteinhttp://www.agricultureenvironnement.fr/spip.php?article455162 Ibid, p.9163http://www/ogm.org:pages/show.php?cat=04&idcomm=168164 Ibid, p.2-3165 Ibid, p.6ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


44 Le conflit OGM en Francela dissémination des OGM dans la nature -, et de“pollution“. Dans un rapport en date de 2007 dont letitre, “La bombe OGM“ 166 , implique sans équivoque laguerre qui oppose les pro- et anti-OGM, Greenpeacesouligne le caractère incontrôlable de la disséminationpar les abeilles et par l’eau, ces éléments non “pris encompte par les tenants de la filière OGM (…) qui nesont pas maîtrisables par l’homme. Combinés entreeux, ils constituent un facteur important et peu étudiéde dissémination des OGM“. Greenpeace décrédibiliseici les partisans d’une dissémination d’OGM en pleinchamp en soulignant implicitement au mieux, leurmanque d’information, au pire leur “légèreté“ –méconnaissance des écosystèmes, études incomplètes– et se positionne en négatif comme un organismeréfléchi et objectif.actuels, par leur puissance, entraînent une disparitionde mauvaises herbes mais également du reste de laflore avoisinante et de la faune qui va avec, c’est-à-direun appauvrissement de la biodiversité. A noter que laFNH relaye Greenpeace dans son suivi de labiodiversité dont elle fait l’un des éléments clefs de sacommunication et de ses missions.Dans cette bataille, les écologistes semblent prendrel’avantage, rendus crédibles par plusieurs décenniesd’une communication relativement homogène lesprésentant comme défenseurs de l’environnement etconnaisseurs de son fonctionnement. La légitimité del’industrie agroalimentaire dans la préservation del’environnement semble plus aléatoire, d’une part parsa nouveauté, d’autre part par les scandales qui ontéchelonné son histoire, largement relayés par lesmédias, comme celui du poulet à la dioxine.(iii) Le risque de détérioration del’environnement(iv)L’impact sur les cultures non GMLa bataille sur les risques de détérioration del’environnement repose sur un point clef : l’impact desOGM sur les écosystèmes. Là encore, les attaques sontbiaisées par des approches différentes du sujet.L’approche des pro-OGM est essentiellementtechnique et s’appuie par exemple sur des étudesdémontrant les aspects bénéfiques de l’herbicide totalutilisé sur certains OGM, comme la baisse du nombrede pulvérisations et l’économie d’énergie réalisée surles infrastructures utilisées pour les traitements 167 . Lesrecherches de l’industrie agroalimentaire s’oriententd’ailleurs toujours essentiellement sur la diminutiondes impacts négatifs des pesticides surl’environnement 168 . Les écologistes axent plus leuranalyse sur la préservation du patrimoine naturel desécosystèmes avec sa variété, la biodiversité, et sesressources. Pour Greenpeace, les OGM dits “pesticides“et “insecticides“ représentent un double danger : lesplantes transgéniques, par leur résistance renforcéeaux prédateurs et parasites naturels, ont “un avantagecomparatif par rapport aux variétés culturelles locales,risquant de conduire à la disparition de ces dernièreset donc à un appauvrissement de la biodiversité“ 169 ; lesinsectes, au contact des OGM, risquent de devenir nonpas résistants, comme le veut la loi de la nature, mais“hyper résistants“, obligeant les agriculteurs àaugmenter à terme, de façon conséquente, les doses depesticides. Enfin, l’utilisation des herbicides totaux166 Dossier téléchargeable surhttp://blog.greenpeace.fr/ogm167 OGM pour les nuls, Bernard Le Buanec, p.14.168 Pour la liste complète des OGM expérimentaux,consulter la page :http://www.ogm.org/pages/recherche.php169http://www.greenpeace.org/france/campaigns/ogm/risques-pour-l-environnementL’impact de la culture OGM sur les filières non GM estun des derniers points clefs du conflit et relèvedavantage d’une lutte politico-économiquequ’uniquement environnementale. Le conflit OGMcristallise, ici encore, des enjeux plus larges, comme laréforme de l’agriculture.Pour les pro-OGM, l’agriculture de l’avenir touche auxbiotechnologies. Des moyens doivent être mis en placede toute urgence pour favoriser la recherche etrattraper - ou du moins réduire- le retard sur laconcurrence. Alain GLON, de GLON-SANDERS,résume la situation dans son interview : « C’est assezdramatique car la France est en train de prendre 15 à20 ans de retard dans un domaine qui est essentielpour le futur » 170 . Pour les partisans des OGM,l’accentuation du décalage concurrentiel repose aussisur le paradoxe du cadre législatif français qui autoriseles importations d’OGM mais maintient le moratoiresur la culture du maïs MON810.Pour les écologistes, au contraire, comme la fondationNicolas Hulot, la France doit mener une politique desoutien aux labels dits de qualité – comme le label bioAB et le label AOC – pour favoriser l’agriculture deterroir qui respecte la biodiversité. Le communiqué dela FNH en date du 25 septembre 2007 sur le Grenellede l’Environnement est clair : il faut une réforme de laPolitique Agricole Commune basée sur une stratégie dedifférenciation, favorable aux petits exploitants quifont la richesse et la spécificité de l’agriculturefrançaise. La mesure 3 illustre bien ce positionnement,depuis son titre - “Organiser le transfert d’une partcroissante des subventions agricoles européennes versl’agriculture de qualité “ – jusqu’à ses objectifs :170 Voir l’interview d’Alain Glon en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


45 Le conflit OGM en France“Ouvrir un marché à l’agriculture biologique, et plusgénéralement à toutes les formes d’agriculturerespectueuses de l’environnement et de la santéhumaine, en permettant aux agriculteurs d’êtrerémunérés pour la qualité de leur production.Interrompre en même temps la dégradation des terreset des eaux sous l’impact des pratiques agricolesintensives“.Pour Greenpeace, également, l’enjeu est de taille.L’ONG y consacre un dossier entier sur son site 171 et amême financé une étude sur les coûts induits par laséparation des filières et leurs conséquences auprès duCREG (Centre de Recherche et d’Etude en Gestion) del’Université de Pau et des Pays de l’Adour 172 . L’étudemontre, en accord avec les partisans des OGM, qu’encas de coexistence des cultures, l’absence totale d’OGMdans les filières non GM est impossible. Greenpeaceprend l’exemple de l’agriculture bio, dont le cahier descharges, très strict, exige pour l’obtention ou lemaintien du label un seuil de présence OGM inférieur à0,1%. Un écart important avec le seuil d’étiquetageeuropéen légal, fixé à 0,9%. Pour maintenir un taux de0,1% et conserver leurs clients, les agriculteurs biopeuvent mettre en place des mesures conséquentesmais très onéreuses - nettoyage du matériel de semis etde récolte, nettoyage des équipements de stockage,tests répétés, etc. – qui auront une répercussion sur lesprix de bout de chaîne, déjà élevés. La réaction duconsommateur final est donc cruciale : acceptera—t-ilde payer plus cher si l’absence quasi totale d’OGM estgarantie ? Le contexte de crise financière et de baissedu pouvoir d’achat ne simplifie pas la réponse à unequestion déjà complexe. Par ailleurs, combien de petitsexploitants bio accepteront-ils ces nouvellescontraintes ? Sans compter les pertes à la vente lorsquele seuil minimum aura été dépassé.Le recours à des subventions est donc envisagé par lesécologistes pour protéger à la fois les filières à label etles consommateurs. La loi française sur les OGM,adoptée en mai 2008, autorise quant à elle les filièresnon GM à se retourner contre l’agriculteur OGM tenuresponsable d’une éventuelle “contamination“ de leurschamps. Reste à préciser la nature des preuves àapporter pour rendre sûre la provenance exacte del’OGM. Sur ce point précis, les écologistes ont perduune bataille : ils désiraient que les semenciers euxmêmessoient tenus pour responsables. Une autresolution pour préserver les labels, adoptée en juin2007 par les ministres européens de l’Agriculture etmise en vigueur au 1 er janvier 2009, serait derehausser le seuil de “tolérabilité“ OGM à 0,9% pour171 Voir le dossier “OGM : le prix à payer – Lesconséquences économiques des cultures OGM sur les filièressans OGM“ – téléchargeable surhttp://blog.greenpeace.fr/ogm/ogm-un-lourd-prix-a-payer172 Etude complète téléchargeable surhttp://blog.greenpeace.fr/ogmtoutes les cultures non GM. Une mesure qui laissesceptiques les écologistes car elle risque selon eux,d’une part, de rendre la perception du bio confuse auxyeux du consommateur, et d’autre part, de contribuer àsegmenter le marché du bio en deux sous-marchés - lemarché du bio à 0,9% et celui du bio à moins de 0,9% -et par là, à l’affaiblir.Le positionnement des écologistes en faveur desagricultures à label n’est donc pas neutre. La guerre dubio s’inscrit dans une vision totalement différente del’agriculture. Pour Greenpeace, par exemple, l’avenirn’est aux OGM que par la publicité qui en est faite parles lobbies semenciers. Malgré une expansionincontestable des cultures OGM dans le monde,toujours selon Greenpeace, « 92,5% des terres arablesde la planète sont exemptes d’OGM. 176 des 192 paysdu monde ne cultivent pas d’OGM et quatre paysreprésentent à eux seuls près de 90% de l’ensemble descultures d’OGM dans le monde ». 173 La bataille del’agriculture serait donc encore à l’avantage des filièresnon OGM et ne serait pas encore jouée en faveur despartisans des OGM.(v) Pour une meilleure traçabilité des OGMdans le secteur de la distribution alimentaireCette dernière bataille des écologistes, qui repose sur laliberté de choix du consommateur de manger ou nondes OGM et de l’éleveur de nourrir ou non ses animauxavec des OGM, sera moins détaillée, d’une part car ellea déjà fait l’objet d’une étude dans la partie“Législation“, d’autre part, parce que les avancées dansce domaine ont déjà été importantes. Nous nouslimiterons donc à signaler les revendications desécologistes qui militent pour la mise en place :d’un étiquetage sur les animaux alimentés auxOGMd’un étiquetage plus systématique des produitsimportésd’un système d’étiquetage plus clair pour lesconsommateursEn conclusion, dans un conflit où les non spécialistespeuvent difficilement se faire un avis - les résultats desétudes actuellement menées étant analysésdifféremment selon les acteurs du conflit OGM, oufaisant l’objet de campagnes de “décrédibilisation“ -, labataille informationnelle joue un rôle crucial ets’organise pour convaincre les décideurs politiques,soit directement par action de lobbying, soit173 Voir le dossier “Les impacts économiques et sociauxdes OGM“ – téléchargeable sur blog.greenpeace.fr/wpcontent/documents/ogm/OGM-ImpactsSocio_Eco.pdfESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


46 Le conflit OGM en Franceindirectement, en prenant pour arbitre l’opinionpublique.d) Stratégies d’information(1) Objectifs : susciter la confiance del’opinion publique et se faire entendre despolitiquesPour renforcer leur crédibilité dans l’esprit de lapopulation, la plupart des écologistes axent leurcommunication sur deux points majeurs : leurlégitimité dans le débat agroalimentaire et leurméfiance dans le discours de l’adversaire.En se revendiquant l’avocat de l’“intérêtgénéral“ 174 , le mouvement écologiste se pose ensauveur du consommateur, montré comme laprincipale victime dans le conflit informationneldes OGM : « Jamais, précise Greenpeace dans sondossier “A qui profite les OGM“ 175 , leconsommateur n’a été alerté au sujet des dangerspotentiels qu’il encourrait ». Mais les écologistes,en tant que reflet de l’opinion publique« majoritairement contre les OGM » 176 , s’ancrentégalement dans une posture de victime dans ledébat qui les oppose aux pro-OGM, notammentaux géants semenciers. Une double posture, donc,qui présente… un double intérêt : se prévaloir de laconfiance d’une grande partie de l’opinionpublique et s’attirer l’attention des médias en tantqu’anti-OGM. L’enseignant chercheur ChristianVélot souligne d’ailleurs dans son interview unchangement de traitement des OGM dans lesmédias, désormais en faveur des anti-OGM : « lesscientifiques critiques (…) ont vu, depuis quelquetemps, les portes médiatiques s’ouvrir alors qu’il ya quelques années, on voyait beaucoup ClaudeAllègre ou Axel Kahn dans les grands médias » 177 .Le processus d’identification entre la population etles écologistes est renforcé par la mise en avant defigures de proue médiatiques, tels Nicolas Hulot,Alain Bougrain-Dubourg et Yann Arthus-Bertrand,dont les personnalités populaires incarnent defaçon positive la position des écologistes.174 Voir la conclusion du communiqué de presse communde la FNH, de la LPO et de FNE du 7 mai 2008 “Loi OGM :l’heure de vérité pour l’intérêt général“ : “FNE, la LPO et laFNH rappellent qu’ils continueront sans relâche à défendrel’intérêt général par leur participation au sein d’instancesreprésentatives“.175 http://www.greenpeace.org/france/campaigns/ogm/lalutte-contre-les-ogm/a-qui-profitent-les-ogm176 Ibid177 Voir l’interview de Christian Vélot en annexeUne autre façon d’intensifier le lien de confianceavec l’opinion publique est de garder un discoursglobalement uni et intelligible malgré lesimplications différentes des ONG dans la criseOGM. Une union qui se concrétise par descollectifs dont le plus connu en France, l’Alliancepour la Planète, réunit plus de 80 organismesdifférents relevant principalement du domaine del’écologie. Stéphanie Piecourt, dans son interviewpour Monsanto France, souligne cette particularitéqui fait la force des anti-OGM : « De l’autre coté, ily a différents groupes adversaires des OGM qui sesont alliés pour défendre un point de vuecommun. Ces mouvements sontfondamentalement différents les uns des autres.Cependant, ils ont dépassé leurs divergences pourlutter contre les OGM » 178 . Une confiancerenforcée, aussi, par un positionnementconstamment en faveur des consommateurs,contre les industries alimentaires, voire contre lessystèmes publics, lors des crises alimentaires desprécédentes années. Dans ce contexte mouvant dedéfiance et de bataille informationnelle, lesécologistes apparaissent donc comme un repèrerelativement stable et sécurisant pour l’opinionpublique.En se positionnant comme sauveurs desconsommateurs et victimes des pro-OGM, lesécologistes acquièrent la légitimité du faible. Unelégitimité qui leur permet de justifier les attaquesmenées contre le camp adverse et de renforcer lesentiment de confiance du grand public à leurégard, en accentuant la méfiance vis-à-vis des pro-OGM.Ces attaques sont le plus souvent frontales.Greenpeace, par exemple, dénonce régulièrementles sociétés de l’industrie agroalimentaire commeMonsanto, en les accusant ouvertement demanipuler les résultats d’études scientifiques et deles détourner au profit d’intérêts privés. Dans sondocumentaire controversé sur Monsanto, LeMonde selon Monsanto, Marie-Monique ROBINmet en avant l’importance, quant à elle irréfutable,de la bataille sur les études scientifiques et sur laplace prise par Greenpeace dans ce conflit 179 . Laconfrontation entre écologistes et industriesalimentaires paraît a priori au désavantage desécologistes, les semenciers ayantsystématiquement recours à des études devantprouver l’innocuité des OGM qu’ils souhaitentmettre sur le marché européen, études par ailleursvérifiées par différentes institutions dont l’AESA178 Voir l’interview de Stéphanie Piecourt en annexe179 Greenpeace invite notamment Monsanto à s’exprimersur ce sujet lors de colloques sur les OGM. Voir à ce sujetLe Monde selon Monsanto.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


47 Le conflit OGM en Franceet, en France, par le Ministère de l’Agriculture.Pour appuyer leur thèse, les écologistes ont doncrecours à trois moyens qui mettent en défautl’avantage manifeste de leurs adversaires, lepremier dans le cadre d’une lutte frontale avec lessemenciers, les deuxièmes et troisième qui relèventdavantage de l’attaque biaisée :la mise en avant d’études scientifiquesdont les résultats viennent contredire ceuxdes études demandées par les pro-OGM etgénèrent une polémique 180la remise en cause directe de l’efficacité dusystème de contrôle des OGM, qui vient,par ricochet, jeter un doutesupplémentaire sur la véracité desrésultats scientifiques présentés par lespro-OGM 181la remise en cause indirecte de l’intégritédes politiques, mis au défi de prouver leurindépendance vis-à-vis des lobbies pro-OGM en prêtant littéralement allégeance àla population 182 .L’industrie agroalimentaire est ainsi fragilisée dansson discours légitime sur la biotechnologie et misedans l’obligation d’étayer sa position en ayantrecours à des arguments qui sont habituellementl’apanage des écologistes : la préservation del’environnement, la baisse de la consommationd’énergie et l’économie des ressources naturelles.Une phrase de Jean-Claude GUILLON 183 au sujetdu soja transgénique, dans son entretien pourLIMAGRAIN, illustre bien le double discours despro-OGM : « Il (le soja, ndlr) permet d’améliorerla productivité tout en réduisant l’impact surl’environnement ». Les pro-OGM se retrouventainsi sur le terrain de leurs adversaires, et ce enposition d’infériorité, les industriesagroalimentaires ayant traditionnellement uneimage de pollueurs en incohérence avec undiscours de protection de l’environnement. Uneimage encore ternie par l’actualité, Monsantoayant été condamné en France, en octobre 2008,pour publicité mensongère sur le caractère180 http://blog.greenpeace.fr/ogm/829181 Voir à ce sujet le dossier “Les carences du processusd'autorisation des OGM en Europe“ – téléchargeable surblog.greenpeace.fr/wp-content/documents/ogm/OGM-La_reforme_de_la_legislation_europeenne.pdf182 La signature du Pacte écologique pendant lesprésidentielles visait à engager les politiques à tenir leurspromesses électorales en matière d’écologie.183 Voir l’interview de Jean-Claude GUILLON en annexebiodégradable de son désherbant total leRoundup 184 .Dans ce contexte de méfiance vis-à-vis des OGM,communiquer auprès du grand public sur lesbienfaits des OGM semble illusoire aux yeuxmêmes de leurs partisans qui reconnaissent queleur position actuelle dans la batailleinformationnelle auprès de la population ne leurest pas favorable. Parmi les quatre représentantsagroalimentaires ayant répondu aux entretiensréalisés dans le cadre de ce travail, trois admettentd’ailleurs que leur stratégie de communication neconcerne pas le grand public, comme StéphaniePIECOURT, de MONSANTO : « Notre rôle n’estpas de communiquer auprès du grand public. Etsoyons clair… les informations susceptibles d’êtrecommuniquées par MONSANTO n’intéressent pasles gens car les OGM ne sont pas dans “l’air dutemps“ » 185 . Enfin, la recherche sur les OGM, ens’orientant encore majoritairement autour d’unemeilleure productivité agricole 186 , donne peud’arguments en faveur d’une communicationtournée vers le respect de l’environnement.Dominique DUTARTRE, de CHAMPAGNE-CEREALES, l’admet : « La meilleure manière decommuniquer pourrait être d’admettre que lapremière génération d’OGM, consistant àtransformer des plantes pour les rendrerésistantes à un herbicide, n’est pas un très grandprogrès pour l’humanité » 187 .A l’heure actuelle, les écologistes, et avec eux lesanti-OGM, prennent donc l’avantage dans laguerre informationnelle grand public. En appuyantleur légitimité sur le soutien - ou tout au moins laconfiance - de la population, ils font de la causeOGM une cause publique et court-circuitent toutecontestation médiatique des pro-OGM. Prendreparti pour les OGM reviendrait en effet à prendreparti contre l’opinion publique et par là, contre leconsommateur. Les pro-OGM se tournent doncvers une autre stratégie de communication,destinée pour sa part aux décideurs politiques. Unenouvelle facette de la guerre informationnelle184 “Le pesticide Round up contient du glyphosate classéen 1991 "dangereux pour l'environnement", ce qui n'a pasempêché Monsanto de vanter son produit comme"biodégradable" pendant des années. La firme a étécondamnée pour "publicité mensongère", décisionconfirmée ce mercredi en appel“ – “Monsanto condamné enappel pour publicité mensongère“ – lexpress.fr -29/10/2008 -http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/monsantocondamne-en-appel-pour-publicitemensongere_656001.html185 Voir en annexe l’entretien avec Stéphanie PIECOURT.186 Pour un état des lieux détaillé des recherches sur lesOGM, consulter la pagehttp://www.ogm.org/pages/recherche.php187 Voir l’interview de Dominique DUTARTRE en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


48 Le conflit OGM en Franceapparaît : la guerre des lobbies où le lobbyécologique affronte le lobby pro-OGM.(2) Créer des pressions : actions delobbying auprès des politiquesAvec la bataille des lobbies s’amorce une nouvelleétape de la “guerre d’usure“ 188 entre pro- et anti OGM,où les attaques ne consistent plus à s’affronterdirectement mais bien par le biais des décideurspolitiques.Pour le lobby écologique, comme pour le lobby pro-OGM, l’objectif est le même : convaincre les acteurspolitiques d’adopter leur positionnement. Leursmoyens de pression, identiques, reposent sur deuxfacteurs clefs dans les décisions politiques :le facteur “temps“ : pour des acteurs politiquesdont l’agenda est surchargé, la clarté dutraitement des documents de communicationdes lobbies est un facteur décisif dans lacompréhension des dossiers. Dans son article“Quand les lobbies font la loi“ 189 , Marie Vatonsouligne cette faille des politiques, devantstatuer sur des sujets dont ils ne sont passpécialistes sans avoir le temps de les étudierattentivement : « Noyés sous un déluged’informations, surchargés par leursdifférentes fonctions, naviguant entre Paris etla province, certains n’ont pas le tempsd’étudier les dossiers (…). Une “faiblesse“ queles lobbies savent exploiter à leur compte“ ».le facteur “puissance“ : dans un conflit oùl’information joue un rôle stratégique comme dansle conflit OGM, rentrer dans une logique de lobby,c’est, de la part du politique, accepter de rendreofficielles ses valeurs tout en leur donnant unelégitimité institutionnelle. C’est aussi un moyen dese mettre en avant dans un débat, de devenir unréférent médiatique et de faire connaître sonaction auprès des électeurs. On le voit, le lobbyingrentre dans une logique de puissance où l’intérêtdu politique et l’intérêt du lobbyiste se rejoignentet se nourrissent mutuellement. On comprendmieux, dès lors, la place primordiale que les pro-OGM accordent à l’Etat dans la promotion desOGM. Pour Alain TOPAN, de LIMAGRAIN, « leGouvernement doit être en mesure d’expliquer cequ’est l’agriculture, l’importance stratégique de188 L’expression est citée par Pascale LOGET au début deson entretien.189 Quand les lobbies font la loi dans Le Nouvel Obs :http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2272/articles/a375576-.htmlcette agriculture, sur des questions économiques,sociales, stratégiques… Deuxième chose devantêtre couplée à cela, le législateur et le politiquedoivent aussi faire en sorte que les choses semettent à fonctionner, sans quoi ça ne vaut pastellement la peine de faire des efforts decommunication afin d’expliquer les choses » 190 .Les enjeux du lobby écologique sont d’un autre ordre.N’ayant pas besoin de l’intermédiaire des politiquespour faire entendre leur position, les écologistes, etavec eux les différents représentants del’altermondialisme, visent plutôt à accroître leurlégitimité politique en s’inscrivant comme moteur d’unchangement économique et social. Le Pacte écologiquede Nicolas Hulot, véritable contrat physique entre lesécologistes et les politiques, en est l’illustration. En lesignant, les candidats à la présidentielle font le gestesymbolique de s’engager dans une réforme politique oùl’écologie et les valeurs qu’elle porte, notamment ausujet des OGM, sont mises en évidence. Un contrat quidonne à Nicolas Hulot et aux écologistes le pouvoir decontrôler l’évolution des décisions politiques et, le caséchéant, de faire pression sur les élus s’ils s’écartent deleur engagement. Ainsi, lors des différentes étapesd’adoption du projet de loi OGM, la FNH, FNE etL’Alliance pour la planète n’ont pas hésité à rappeler àl’ordre le gouvernement lorsque des décisions étaientprises sans leur avis. Dans le communiqué du 10décembre 2007 “OGM : lettre ouverte augouvernement“, le groupe des écologistes est clair :« Nous sommes (…) préoccupés par les décisionsrécentes du gouvernement sur ce dossier très sensible(…). Ces décisions ont été adoptées sans concertationavec le collège ONG du Grenelle. La conséquenceimmédiate est que certaines de ces décisionss’éloignent des conclusions du Grenelle del’environnement (…). En procédant unilatéralement(…), le gouvernement a pris le risque de casser unedynamique de co-construction et de se priver del’apport constructif des autres parties prenantes ».(3) Les modes de communication(i)Communication auprès des politiquesLa guerre des lobbies révèle donc bien les stratégies decommunication des pro- et anti-OGM en direction despolitiques, dont la différence réside principalementdans les modes d’actions de communication :- actions généralement discrètes et ciblées, auprès despolitiques, pour les pro-OGM. Le Canard enchaîné du23 avril 2008 révèle par exemple, dans l’article intitulé190 Voir l’interview d’Alain Topan en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


49 Le conflit OGM en France“Des députés UMP ont suivi à la lettre les lobbies pro-OGM“, des extraits d’un courrier pro-OGM distribué “àquelques députés dûment choisis en fonction de leur“compréhension du sujet“. L’action de lobbying peutaussi prendre une forme multiple dont la particularitéest de brouiller l’origine de l’émetteur, une formequalifiée dans un article des Echos de “caméléon“,allant “du simple e-mail au voyage tous frais payés, enpassant par le coup de téléphone d’un ancien députéami recruté par un groupe de pression“ 191 .- actions généralement médiatisées pour les écologistes- directes, par exemple sous la forme d’uncommuniqué, ou indirectes, comme la projection parGreenpeace, en novembre 2008, du slogan “Non auxOGM“ au pied de la Tour Eiffel éclairée aux couleurs del’Europe, rappelant implicitement aux autoritésfrançaises “la nécessité d’obtenir avant la fin de laPrésidence française une véritable amélioration desprocédures d’évaluation des OGM au niveaueuropéen“ 192 .Un lieu qui est loin d’être anodin par son histoire et sasituation :la terrasse supérieure, au nom évocateur des“Droits de l’homme“, est régulièrement lethéâtre de manifestationselle surplombe le Champ de Mars, un lieuemblématique de l’union des Français depuisla Révolution française, qui a accueillidifférentes fêtes : Fête de la fédération en1790, Fête de la Concorde en 1848, Concerts dela Tolérance et de la Fraternité au XXè siècledernier détail qui a sa saveur et son intérêt : laterrasse est encadrée de statues allégoriques dela nature : Flore, la Campagne, les Oiseaux, lesJardins, les Fruits.Un lieu, en somme, propice à la fameuse “Révolutionverte“ de 2007 dans laquelle s’inscrit pleinement leconflit OGM.(ii)Communication grand public(4) Les circuits d’information grandpublic dans le conflit OGMParce que la population agit comme un véritablevecteur d’influence sur les décisions politiques, lesécologistes axent leur mode de communication grandpublic sur une information de masse, facilementaccessible et symboliquement forte, qui marque lesesprits. Facilement accessible grâce à la simplificationde l’information par la vulgarisation des donnéesscientifiques. Qui marque les esprits grâce à un grostravail sur la communication visuelle 193 .Symboliquement forte dans le choix des lieux et desdates de rassemblement. Ainsi, trois semaines avant lepremier tour des élections présidentielles, le 1 er avril, laFNH organise sur la terrasse supérieure du Trocadero,en partenariat avec les grandes ONGenvironnementales 194 , le rassemblement “Votons pourla planète“ qui attire plus de 7000 personnes. Le but ?Rappeler aux candidats à l’élection leur engagementvis-à-vis de l’environnement via le Pacte écologique.191 “Groupe de pression : l’Assemblée nationale peine àtrouver la parade“ in lesechos.fr - 8 avril 2008192 http://www.greenpeace.org/france/campaigns/ogm193 Greenpeace illustre sur son site chaque page de sondossier OGM d’images ou de photos impactantes : logo“OGM, j’en veux pas“ représentant la tête d’un mort pour ledossier “Clause de sauvegarde sur le MON810 ; photosd’une installation de poupons tenant unepancarte “N’empoisonnez pas notre alimentation avec desOGM“ pour le dossier “La lutte contre les OGM“ ; etc.194 L’Alliance pour la planète, Les Amis de la Terre,Ecologie sans frontière, FNE, Greenpeace, la LPO, WWF,etc.Le choix même des canaux de diffusion del’information est stratégique. Il reflète lepositionnement des écologistes dans le débat OGM etleur volonté d’accorder une place centrale àl’information du grand public.Les principaux relais d’information des écologistessont :les médias grand public : presse écrite ettélévision, régionales et nationalesInternetles débats publics et les colloquesTrois relais dont les caractéristiques communes sontl’implication de la population – directe, par le biais descourriers des lecteurs, des forums et des actionsévénementielles ; indirecte, par le biais des sondages -et la place restreinte accordée aux adversaires 195 .195 Christian Pèes, agriculteur de maïs, Vice-Président deCoop de France, Trésorier de l’AGPM (Association Généraledes Producteurs de Maïs) et membre du bureau du ClubDemeter, club de réflexion sur l’agriculture etl’agroalimentaire, n’hésite pas à parler, dans son article du23 septembre 2007, “Gel des OGM, nous ne sommes pasdupes !“, de “hold-up médiatique“ : “Au petit jeu dulobbying et du hold-up médiatique, ce sont toujours lesécologistes qui gagnent“ -http://www.christianpees.com/omc/ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


50 Le conflit OGM en France(i) Les circuits d’information traditionnels :médias et édition ; débats publics et colloquesSophie CHAPELLE, journaliste et membre du conseilfédéral des Amis de la Terre, association écologiste etaltermondialiste militant contre les OGM, remarquedans son étude, intitulée “La question OGM : un défipour la presse quotidienne nationale“, que jusqu’en2003, « à aucun moment, les OGM n’ont fait l’objetd’un véritable débat public en France. Ni referendum,ni consultation : (…) la presse quotidienne nationaleva être la première enceinte dans laquelle les enjeuxdes OGM vont être discutés ».Selon elle, c’est avec la parution de son livre sur laGuerre secrète des OGM qu’Hervé KEMPF, journalisteau Monde devenu spécialiste de la question OGM,dévoile au grand public les nombreux enjeux quecristallise le conflit OGM. Le titre même de ce livreinscrit le conflit OGM au cœur de la guerreinformationnelle et dénonce ostensiblement l’absencede transparence qui règne dans le débat. Une mutations’opère alors dans le traitement du sujet qui n’est plusseulement restreint au cercle des initiés, tels lesscientifiques ou les politiques, mais devient l’objet d’undébat public. La guerre informationnelle prend unenouvelle tournure où les écologistes, qui demandent“une transparence accrue de l’information à l’égard dupublic“ 196 , trouvent toute leur place.Dès lors, les écologistes intègrent de plus en plusl’opinion publique dans leur approche des OGM. Ledeuxième acte du Grenelle, par exemple, consacré à laconsultation du grand public et des acteurs locaux,donne la pleine mesure du rôle accordé à la populationdans la prise de décision écologique : pendant 3semaines, du 28 septembre au 14 octobre 2007, un“grand débat national“ est organisé avec la mise enplace d’un site Internet et de réunions interrégionalesoù le “Français moyen“ émet ses critiques et sesobservations sur les sujets phares du Grenelle, commeles OGM, décisions ensuite prises en compte lors de laTable Ronde finale d’octobre 2007.Le citoyen français devient un acteur del’information OGM : il l’enrichit de ses témoignages, illui donne un visage. Le débat écologique est désormaislocal, il s’ancre dans le quotidien des Français, relayépar la presse régionale qui multiplie les articles. Despécifique, le débat OGM s’élargit pour devenir unsujet de société touchant à des valeurs multiples,portées notamment par les écologistes, comme lemontre leur participation croissante dans les journauxtélévisés ou dans des émissions touchant à desdomaines d’actualité : domaine social avec “Comme un196 MENNESSIER, Marc – “Vers une transparence totale surles OGM“ – Le Figaro – 21/03/2006.vendredi“ 197 , sur France 3, ou “C dans l’air“ 198 surFrance 5 ; domaine politique avec “Ripostes“ 199 surFrance 5. En l’espace de 10 ans, la bataille médiatiquedes OGM a donc nettement tourné à l’avantage desécologistes, devenus incontournables grâce à unmanagement de l’information centré sur le grandpublic.Pour maintenir cette position de leader del’information auprès des principaux médias de masse,publics comme privés, certains d’entre eux ont recoursà une nouvelle “arme de combat“ 200 : le sondaged’opinion. Dans le cadre du conflit OGM, le sondageest majoritairement mis en avant par des anti-OGM oupar des médias. Ainsi, en France, entre 2004 et 2008,sur les 6 “grands“ sondages 201 OGM, 3 ont étécommandés par des ONG écologistes (2 parGreenpeace et 1 par Agir pour l’environnement), 2 parla presse (Les Echos et Dimanche Ouest) et seulement1 du GNIS, le Groupe National Interprofessionnel desSemences et plants, pro-OGM. La diffusion desrésultats des sondages a un triple avantage pour lesanti-OGM :le premier, celui d’informer les Français et deles impliquer en leur apportant unephotographie de leur positionnement dans leconflit OGM,le deuxième, de confirmer, par des donnéeschiffrées, la légitimité de la poursuite duconflit informationnel par les anti-OGM, lesFrançais apparaissant partagés vis-à-vis desOGM, plutôt favorables à la culture encadréedes OGM 202 , mais majoritairement opposés àleur présence dans les produitsalimentaires 203 ,le troisième, de rappeler implicitement la placestratégique qu’occupent les Français dans lalutte OGM, à des dates clefs en termes de197 Emission du 3/10/08 avec Nicolas Hulot198 Emission du 13/03/07 avec Jean-Marc Jancovici,membre du comité de veille écologique de la FNH199 Emission du 5/10/08 avec Nicolas Hulot200 CHAPELLE, Sophie – “La question OGM : un défi pour lapresse quotidienne nationale“201 Par “grands sondages“, nous entendons des sondagesmenés par des instituts reconnus tels le CSA, BVA, IFOP.202 A la question “Vous, personnellement, êtes-vousd’accord, plutôt d’accord, plutôt pas d’accord ou pasd’accord du tout avec l’affirmation suivante : Il fautpermettre la culture encadrée des OGM pour sauvegarder lacompétitivité des agriculteurs fran çais par rapport à celledes agriculteurs des autres pays producteurs de maïs“, 52%des Français interrogés sont d’accord contre 44% pasd’accord – sondage GNIS / CSA du 18/10/2007.203A la question “Au moment des achats, souhaitez-vousqu’un produit sans OGM ne contienne absolument aucunélément OGM“, 71% des Français interrogés répondent oui– sondage Greenpeace / CSA du 31/01/2008.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


51 Le conflit OGM en Francedécision politique. Le sondage Les Echos /CSA, qui approfondit la question du niveaud’inquiétude des Français au sujet des OGM,est par exemple en date du 19 mai 2008, à laveille de l’adoption de la loi controversée surles OGM.Les circuits d’information traditionnels – médias,conférences et colloques – sont donc déterminantsdans l’ouverture du débat au public et, par là, dans lemaintien des écologistes à une place légitime dans leconflit OGM. Le champ d’action informationnelles’élargit pour les écologistes qui monopolisentl’attention, laissant une place secondaire à leursadversaires qui semblent ainsi, implicitement, moinsdignes d’y figurer.(ii) Les circuits d’information virtuels : lerôle d’InternetSi les médias et les actions de terrain donnent auxécologistes une légitimité quasi institutionnelle, ilscadrent aussi l’information. Les temps d’antenne sontlimités 204 , les articles et courriers des lecteurs dans lapresse écrite sont restreints à un certain nombre designes, le temps des débats publics est minuté,l’information est sélectionnée, parfois analysée par desintermédiaires comme les journalistes. Elle arrive augrand public souvent tronquée, parfois déformée.Avec Internet, les freins informationnels de l’“espace“et du “temps“ disparaissent. Les acteurs du conflitOGM livrent une information brute aux internautes quipeuvent se faire une opinion directe et la formuleraussitôt. Cette réactivité facilite la mise en place quasiinstantanée et à très grande échelle de manifestationsvirtuelles, comme les pétitions 205 . La liberté de paroleest également de mise, facilitée par l’anonymatpossible des intervenants. Ces trois facteurs jouent unrôle clef dans la circulation de l’information sur lesOGM et font le jeu des écologistes en renforçantl’interactivité avec le grand public. Internet, en effet,“multiplie les émetteurs et les récepteurs et permet un204 Dans son entretien, Christian Vélot insiste surl’importance du délai de parole pour expliquer un sujetcomplexe comme les OGM : “Si on s’adresse à un publicnovice, il faut prendre le temps de simplifier les choses,d’utiliser les bons termes. C’est seulement dans desémissions avec suffisamment de temps de parole parintervenant que je peux vraiment m’expliquer“.205 Les organisations environnementales etaltermonidalistes mettent régulièrement en ligne despétitions. Par exemple, Les amis de la terre, surwww.amisdelaterre.org/Petition-Campagne-OGM.html,Greenpeace sur write-a-letter.greenpeace.org/332, Terresacrée sur http://terresacree.org/ogm02pet.htm, etc.effet rétroactif qui n’existait pas à une grandeéchelle“ 206 .L’information circule de manière de plus en plustransversale :les blogs abondentles forums ausside nouvelles formes d’interaction entreinternautes apparaissent. agoravox.fr, parexemple, où le débat OGM revient trèsrégulièrement, se présente comme “l’une despremières initiatives européennes de“journalisme citoyen“ à grande échelle“ où“tout citoyen est un “capteur d’information (…)en temps réel“ de ce qui se passe à chaqueinstant sur la planète (…). Alors que les médiastraditionnels font descendre l’information duhaut vers le bas, AgoraVox la fait circuler demanière transversale“ 207 .Cette transversalité de l’information et cetinvestissement de la population dans les débatsd’actualité donnent, là encore, une place centrale àl’opinion publique qui constitue, plus que jamais, une“force d’influence importante“ 208 dont l’attention setourne majoritairement vers les anti-OGM, si l’on encroit le nombre brut d’occurrences sur Google finjanvier 2009 : 2 280 000 pour les anti-OGM contre269 000 pour les pro-OGM. Pour les écologistes, et audelàles anti-OGM, Internet apparaît donc comme unrelais d’information essentiel. Le confort desinternautes est primordial pour les écologistes dont lessites reflètent souvent l’attention qu’ils portent auweb : arborescence travaillée, actualisationsfréquentes, et surtout place importante laissée auxforums.Mais si Internet est un vivier d’informations, c’est aussile théâtre idéal de campagnes de discrédit anonymes etun formidable vecteur de rumeurs qui se propagent autravers des prises de position des internautes, parfoisplus dirigées par les émotions que par un véritabletravail de recoupements d’informations. Unphénomène qui, dans le cas du conflit OGM, tend àprendre de l’ampleur sur la toile, mais quitte ensuite leterrain virtuel pour être relayé de vive voix par certainsacteurs ou observateurs du conflit.(5) Attaques informationnelles contre lesécologistes : focus sur Greenpeace206 Article Wikipedia sur l’intelligence économique.207 http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=61208 Ibid.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


52 Le conflit OGM en FranceDans cette partie sera dressé un état des lieux de deuxdes principales attaques tournées actuellement contreGreenpeace. Faute d’accès à des sources fiables quipermettraient de les valider, de les infirmer ou d’enmontrer l’origine, nous nous limiterons à quelquesobservations sur l’évolution de ces attaques, les modesd’affrontement et les failles mises en évidence. A noterque, dans le cadre de cette étude, seules des attaquescontre les acteurs français du conflit OGM serontmentionnées.Plusieurs attaques ont été récemment menées contrel’image d’intégrité que met en avant Greenpeace danssa communication, relayées par Internet et certains desacteurs pro-OGM interrogés dans le cadre de cetteétude.(i)Un positionnement incohérentLa première attaque dévoile une faille informationnellede Greenpeace France dans la conduite de sacampagne anti-OGM. Jean-Claude GUILLON, dansson entretien pour LIMAGRAIN, s’interroge sur unevolte-face de Greenpeace dans le conflit OGM : siGreenpeace se revendique première ONGenvironnementale à avoir lancé, en 1996, unecampagne anti-OGM et oriente aujourd’hui lapolémique sur le potentiel de dangerosité des OGM,son ancien directeur, Bruno Rebelle, aurait déclaré enfévrier 2002, dans le cadre de débats du Conseil desquatre sages “ne pas avoir peur des OGM mais refuser(ndlr : à travers eux) un projet de société“. Proposrelayés, presque dans les mêmes termes, par PhilippeJOUDRIER, de l’AFSSA – « Bruno Rebelle, qui a étéporte-parole de Greenpeace, l’a dit lui-même, lors d’uncongrès scientifique : il n’avait pas peur des OGMmais c’est un modèle de société dont il ne voulaitpas » 209 - et Alain TOPAN, de LIMAGRAIN : « Pour cequi est des OGM, Greenpeace a exprimé son point devue en disant qu’ils ne croyaient pas aux risques liésaux OGM mais que c’était un type de société qu’ilsrefusaient » 210 . Une affirmation répétée qui, ensoulignant implicitement le changement depositionnement de Greenpeace, donne de l’ONG uneimage moins linéaire que celle voulue dans sacommunication.Pour Alain TOPAN, adopter cette approcheidéologique aurait eu pour objectif de “recruter dumonde pour faire qu’une ONG (sic) ait la base la pluslarge possible“. Une explication très concrète,s’appuyant sans doute sur l’augmentation spectaculairedu nombre d’adhérents de l’ONG durant les 6 annéesqui ont suivi le lancement de la campagne OGM. Dansun article dédié à Bruno REBELLE lors de son départ209 Voir l’interview de Philippe Joudrier en annexe210 Voir l’interview d’Alain Topan en annexede Greenpeace France pour Greenpeace Internationalen 2003, le magazine Stratégies fait le point : « Encinq ans et demi à la tête de la structure française,Bruno Rebelle a fait la preuve de son efficacité, enredressant à la fois les comptes et l’image du bureaufrançais. Dans son bilan annuel à la presse (…), il aprésenté un budget de 4,8 millions d’euro, soit quatrefois supérieures à celui de 1997. Ces financesproviennent des 60000 adhérents français, gaged’indépendance (…). Si la lutte contre l’énergienucléaire est le thème le plus mobilisateur, “lacampagne contre les OGM nous a permis de gagner lecœur des Français“, estime Bruno Rebelle » 211 .Une triple attaque de deux des trois principauxadversaires de Greenpeace - industriels et organismede contrôle des OGM -, qui fait ressortir uneincohérence informationnelle de Greenpeace, en sebasant sur des sources ouvertes, accessibles surrecherche. Jean-Claude GUILLON, dans son interview,n’hésite d’ailleurs pas à préciser ses références : « Jevous invite à aller consulter le compte-rendu desdébats dits des “4 sages“ qui ont eu lieu en 2002 auConseil Economique et Social national » 212 .Ainsi, en s’appuyant sur des affirmations a priori 213indéniables, les adversaires attaquent bien lacrédibilité de Greenpeace sur trois de ses points forts :sa vocation à protéger l’environnement - enmettant l’accent sur le discours d’origine,altermondialiste, de Greenpeace, sesadversaires relèguent implicitement au secondplan son discours environnemental,son image d’ONG désintéressée- en l’accusantà demi-mots d’utiliser la campagne anti-OGMà des fins rémunératrices. Il s’agirait, pourAlain TOPAN, d’un “créneau porteur“,son image populaire – Greenpeaces’adresserait au grand public non pas dans uneoptique de défense de l’intérêt général maispour le séduire et attirer de nouveauxadhérents.(ii)Des intérêts doublesLa deuxième attaque soulève la question des réseauxd’influence auxquels appartiendrait Greenpeace. Elle211 “Bruno Rebelle Green Touch“ in Stratégies –04/07/2003.212 Voir l’interview de Jean Claude Guillon en annexe213 Après enquête, nous n’avons trouvé sur Internet (surhttp://www.infogm.org/article.php3?id_article=280) que lerapport de cette réunion. Ce rapport indique les grandesconclusions du débat sans préciser le nom des rapporteurs.Nous n’avons donc pas pu valider l’information.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


53 Le conflit OGM en Francese concentre plus particulièrement sur une observation- la concentration des actions anti-OGM de Greenpeaceen Europe -, et sur une rumeur – le lien secret deGreenpeace avec le milieu industriel d’outre-Atlantique.Philippe JOUDRIER, spécialiste des OGM à l’AFSSA,remarque le 11 janvier 2008, dans un article sur “Lesétranges comportements de Greenpeace“ 214 : « Il esttout de même curieux de constater que Greenpeace,qui est un acteur très fort en Europe dans la luttecontre les OGM, ne se fait absolument pas entendresur le sujet aux Etats-Unis. Les OGM ne leur posentaucun problème outre-Atlantique ». Même constatpour Alain TOPAN et Jean-Claude GUILLON deLIMAGRAIN, dans leurs entretiens accordés fin 2008.Pour Jean-Claude GUILLON, « Greenpeace est enpointe du combat anti-OGM en Europe. (…) Cela pose(…) une question : Greenpeace mène-t-il de vastescampagnes anti-OGM aux Etats-Unis et en Amériquedu Sud ? Non ! On entend bien parler d’une opérationpar ci, d’une opération par là, mais rien d’envergure.Alors pourquoi cette différence d’action ? Bonnequestion. Est-ce pour donner un peu de “grain àmoudre“ aux militants ou pour montrer que l’on neperturbe pas que les IAA européennes ou japonaises ?Pour moi, une cause est une cause. Quand onrégionalise une cause, cela devient suspect. Qu’unpays comme la France, avec ses moyensd’investigations et son souci d’intelligenceéconomique, ne se soit pas rendu compte queGreenpeace mène un double jeu sur les OGM est peuprobable. Alors pourquoi fermer les yeux ? C’est uneautre vraie question ». Pour Alain TOPAN, enfin :« Selon le lieu, Greenpeace s’oppose aux OGM(Europe) ou n’aborde pas ce sujet (Amérique du Nordet du Sud) » 215 . Le mode d’attaque repose ici sur uneattaque biaisée. La question rhétorique de Jean-ClaudeGUILLON porte en elle-même sa réponse, sans laformuler. Il laisse son interlocuteur achever sa penséeet l’implique ainsi dans sa réflexion sur Greenpeace.Alain TOPAN conserve une formulation neutre, à ladifférence de Philippe JOUDRIER, dont le ton,volontairement naïf, renforce l’attaque sur le modeironique.L’impact de ces observations réside dans leur caractèreaisément vérifiable. Par ailleurs, l’attaque prend laforme d’une accusation : Greenpeace devient “suspect“,“mène un double jeu“. L’ONG est comme jugée par lespro-OGM qui abordent ainsi indirectement la questionde la légalité des actions de Greenpeace.Pour les pro-OGM, résister contre le développement del’agriculture GM revient à jouer le jeu desmultinationales d’outre-Atlantique. Combattre les214 http://www.knowckers.org/2008/01/les-etrangescomportements-de-greenpeace/215 Voir l’interview d’Alain Topan en annexeOGM revient en somme à mener des actions“antifrançaises“ ou “antieuropéennes“. Jean-ClaudeGUILLON développe avec clarté ce point de vue : « Enbloquant le développement des cultures de variétésOGM en Europe, les anti-OGM font le jeu d’intérêtsconnexes qui prospèrent à l’abri d’un conflit pluslarge. Si l’on résonne en termes d’intelligenceéconomique et de manière un peu caricaturale, on sepose la question classique « à qui profite le crime » ?Si le « crime » est d’empêcher les OGM de sedévelopper en Europe pour miner sa compétitivité,alors on voit qu’il profite bien évidemment à tous lesintérêts agricoles et agroalimentaires concurrents del’Europe, au sens le plus large. Illustration ? L’Europeinterdit la culture des OGM, donc prive sesagriculteurs de la compétitivité qui en résulte. Enmême temps, elle importe de plus en plus d’OGM : 55millions de tonnes par an de soja et de maïs,principalement des Etats-Unis et d’Amérique du Sud,c'est-à-dire à 90 et 80% OGM. Comment alors ne pasremarquer qu’en finançant différents mouvements quis’opposent farouchement aux OGM en Europe alorsque ce n’est pas le cas aux Etats-Unis, certainscontribuent à mettre opportunément de l’huile sur lefeu ? Au bout du chemin les agriculteurs américainsen profitent pour exporter davantage. C’est unconstat. Est-ce fortuit ? » 216 .“Faire le jeu d’intérêts connexes“, “miner lacompétitivité européenne“, en un mot, agir contre lesintérêts européens, trois accusations historiquementportées contre Greenpeace par ses adversaires dans lecadre d’autres conflits d’envergure depuis l’attentatcontre le Rainbow Warrior en 1985. Déjà entre 1985 et1995, comme le rappelle le magazine Stratégies, “lesdeux grandes batailles contre les essais nucléairesfrançais (…) ont fait naître des rumeurs qui liaientl’organisation à une puissance étrangère, voire à unecompagnie pétrolière… Rumeurs que Greenpeaceattribue à une campagne de désinformation desservices secrets, dans l’objectif de redorer leur blasonaprès l’attentat contre le Rainbow Warrior (…).Affaiblie, celle-ci plafonnait à 20000 membres en1997, soit deux fois moins qu’en 1995“. Or, avecl’arrivée de Bruno REBELLE à la tête de Greenpeace en1997 et le lancement de la campagne OGM, l’ONG nes’est pas cachée de vouloir “expliquer à la presse queGreenpeace n’était pas antifrançaise“ et donc, deregagner en popularité.L’attaque des pro-OGM est donc très fine car elles’appuie, sans les mentionner explicitement, sur dessoupçons qui ont déjà été nourris contre l’ONG et quil’ont fragilisée, en les adaptant au conflit OGM. Eninscrivant leurs accusations dans une longue série desoupçons du même ordre contre Greenpeace,difficilement vérifiables car basés sur des rumeurs, et216 Voir l’interview de Jean-Claude GUILLON en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


54 Le conflit OGM en Franceen les associant à des observations quant à ellesindubitables, les pro-OGM donnent une crédibilité àleur attaque et accréditent leur thèse : pourGreenpeace, la crise OGM n’est autre qu’unecouverture dont le rôle est de cacher la lutte entre desintérêts plus puissants, d’ordre gouvernemental.Cette nouvelle forme d’attaque montre que les pro-OGM peuvent avoir recours aux mêmes armesinformationnelles que les anti-OGM, en l’occurrence :l’arme de la théorie du complot. Philippe JOUDRIERn’hésite pas à étayer sa réflexion sur la localisationeuropéenne des actions anti-OGM de Greenpeace parune rumeur : « Certains vont même jusqu’à dire queles industriels américains financent Greenpeace.Ainsi, le fait de casser toute la filière semencière enEurope nous rend complètement dépendant desAméricains » 217 . Une rumeur dont la source resteinconnue mais qui paraît prendre son origine dans lesliens que d’anciens responsables de Greenpeace –France et International – ont développé avec desindustries dans le cadre de leurs nouvelles activités. GilRIVIERE-WEKSTEIN, spécialiste en écologiepolitique, défenseur des OGM et auteur de la lettrevirtuelle Agriculture et Environnement, s’en expliquedans un article intitulé “Greenpeace : Les passerellesentre finance et écologie“, paru le 19 décembre 2008après la nomination à la tête de Greenpeace del’homme d’affaires Robert Lion, dont la carrièresymbolise à elle seule les liens qui réunissent lapolitique, l’écologie et les milieux bancaires 218 . Il prendnotamment pour cible deux anciens membres deGreenpeace :Bruno Rebelle qui “n’hésite pas à offrir sesservices à d’anciennes cibles de Greenpeace.“Bruno Rebelle nous a effectivement contactéspour nous proposer d’améliorer notrecommunication“, admet en privé un dirigeantfrançais de Syngenta, qui affirme toutefoisavoir décliné l’offre“. L’allusion à Syngentan’est pas neutre et fait écho au récent litigeentre le groupe suisse et son concurrentMonsanto. Syngenta avait en effet lancé uneaction antitrust contre Monsanto et uncontentieux, qui portait sur la violation decertains brevets et l'exploitation detechnologies relatives à la tolérance auxherbicides du soja, avait opposé les deuxfirmes. Un litige résolu en mai 2008 par… “unaccord qui élargit l'éventail des possibilitésproposées aux marchés américains du maïs etdu soja“ 219 .Paul Gilding, l’ancien directeur de GreenpeaceInternational, qui “a fondé Ecos, un cabinet deconseil qui compte parmi ses clients DuPont,Placer Dome Mining, BP Australia et...Monsanto !“.Bien que l’article de Gil RIVIERE-WEKSTEIN ne portepas sur le conflit OGM, les deux derniers exemples yfont indirectement référence, achevant de laminerl’image déontologique que veulent donner les acteursanti-OGM de Greenpeace. Une image déontologiquequi est, au fond, l’une des principales sourcesd’influence et donc la principale cible, dans le conflitOGM.4. Les associations syndicales agricolesL’histoire du syndicalisme agricole a pris naissancedans la seconde moitié du XIXe siècle. Organisationsyndicale unique en 1946, la FNSEA a connu des crisessuccessives qui expliquent la pluralité du paysagesyndical actuel.Jusqu’en 1940, l’histoire des organisationsprofessionnelles agricoles est marquée par une viverivalité entre deux courants se faisant concurrencepour étendre leurs influences électorales sur lapaysannerie.Le premier est lié aux grands propriétaires fonciers. Ilest très conservateur, souvent lié à l’Église catholique,et plutôt monarchiste (le «syndicalisme des marquis»).Il exerce son influence principalement dans les régionsà l’époque les plus conservatrices (Ouest, Nord, Est,Sud-est…).Le second est sous l’influence des notables et bourgeoislaïques (des élus, généralement), de classes aisées(avocats, médecins, notaires, vétérinaires…). Il estsurtout présent sur les terres «républicaines»influencées par le radicalisme et la gauche (Sud-ouest,Massif central, Midi méditerranéen…).Pour le premier courant, conservateur de droite, lesyndicat doit être au centre des organisations agricoleset exercer un rôle dirigeant sur les autres structuresprofessionnelles.Pour le second, républicain, la priorité va plutôt auxorganisations économiques (coopératives, mutuelles,217 http://www.knowckers.org/2008/01/les-etrangescomportements-de-greenpeace/218http://www.agricultureenvironnement.fr/spip.php?article343219 http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/05/23/01011-20080523FILWWW00378-ogm-fin-du-litige-syngentamonsanto.phpESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


55 Le conflit OGM en Francecrédit). Il est appuyé par le ministère de l’Agriculture etses services agricoles.L’entre-deux guerre est une période riche d’initiativespolitiquement très contrastées: constitution despremières organisations spécialisées par produit(céréales, betteraves…), «ancêtres» des actuellesassociations spécialisées de la FNSEA ; création de laJeunesse agricole catholique (JAC) ; organisation demouvements agrariens ; fondation de syndicatsprogressistes d’obédience communiste ou socialiste,etc.a) Une organisation unique et centraliséeIl faudra la Seconde Guerre Mondiale et l’instaurationdu régime collaborationniste de Vichy pour que semette en place, avec la Corporation paysanne, unappareil professionnel prétendant exprimer l’«unitépaysanne», tous intérêts confondus. Les conceptionsde la Corporation sont nées dans le courant syndicalantirépublicain.Ses principes marqueront profondément lesyndicalisme de l’après-guerre. D’inspirationviolemment antimarxiste, opposant les campagnes à laville, ses concepteurs prônent une organisationprofessionnelle unique et centralisée se substituant auxorganisations préexistantes, lesquelles sont dissoutes.Dans cette organisation dotée d’attributionsréglementaires, le syndicat détient un pouvoir decontrôle sur les organisations économiques (crédit,coopération et mutualité). Après la défaite de 1940, lesmilitants paysans de gauche qui optent pour laRésistance réorganisent cependant leurs réseaux. Dansla mouvance communiste, ceux de la CGPT(Confédération Générale des Paysans-Travailleurs,fondée en 1929) créent des Comités de Défense etd’Action paysanne (CDAP). Dans la clandestinité,prend également corps, dans la mouvance socialiste,l’idée d’une Confédération Générale de l’Agriculture(CGA) devant regrouper, une fois l’occupant chassé,l’ensemble des forces vives de l’agriculture (dont lesouvriers agricoles) «à l’exception des propriétaires nonexploitants, des hobereaux et des traîtres». 1La force originelle du syndicalisme de la FNSEA(Fédération Nationale des Syndicats d’ExploitantsAgricoles) se construit autour de l’expression mythiquede l’«unité paysanne». Cette expression reflète lacapacité de cette organisation à rassembler lesproscrits de la Corporation paysanne de la France deVichy et les tendances communistes, socialistes etdémocrates-chrétiennes issues de la Résistance.Ce mythe de l’unité paysanne construit autour de ladevise «Ce qui nous unit est plus important que ce quinous divise» servira, dans les années 1960, de cadre deréférence à l’action syndicale d’une nouvelle générationd’agriculteurs formée à l’école de la fameuse Jac(Jeunesse Agricole Catholique) qui réussit à conquérirprogressivement les organisations professionnelles, etnotamment la FNSEA. Dès cette époque, le combat dela Fédération est celui d'un «syndicalisme de chefd'entreprise» pour lequel l'exploitation familialetraditionnelle doit faire place à l'entreprise moderniste,qui reste à définir. Elle apparaît alors commel’instigatrice d’un vaste mouvement social préparant lecadre juridique et politique que seront les loisd’orientation agricole de 1960 et 1962. Le grand leaderde ce mouvement est Michel Debatisse, ancienresponsable de la Jac et l’un des refondateurs duCNJA.(1) Un tournant crucialC’est parce que le projet de la FNSEA répond auxattentes d’une France en quête de modernité et quiveut se nourrir toute seule que Debatisse et sescollègues deviendront dès le début des années 1960des interlocuteurs privilégiés de l’État etinterviendront à travers des «jeux de concertation»dans la gestion des nouvelles institutions. Toutefois,malgré ses succès et la force de son réseau, la FNSEA,qui revendique 320 000 adhérents répartis dans 22fédérations régionales et 94 fédérationsdépartementales, est entrée dans une autre périodecruciale, alors que le mythe de l’union de tous s’esteffondré. Si la Fédération et les Jeunes agriculteurssont restés majoritaires lors des élections auxchambres d’agriculture en 2001, ils ont enregistré enmétropole un recul de 6 points par rapport auxélections de 1995. À l’inverse, la Confédérationpaysanne a atteint 27 % des suffrages et laCoordination rurale a maintenu ses positions avecenviron 12,2% des voix, bien qu’elle n’ait pu présenterdes listes dans l’ensemble des départements.Au dede la figure médiatisée de José Bové, émergentdans les campagnes de nouvelles formesd’organisations collectives qui puisent leurs racinesdans un «fondamentalisme agraire» que l’on pensaitdisparu, dans un contexte de malaise sans précédent.(2) La rancœurLa spécialisation territoriale et professionnelle dusecteur agricole a conduit à un appauvrissementidentitaire qui ébranle en profondeur l’architecture dela défense des intérêts collectifs. Victimes de cettesectorisation, ou se sentant comme telles, certainesorganisations syndicales entreprennent donc laconstruction d’un discours fondé sur le mythe d’unepaysannerie disparue. Le fondamentalisme agraire àl’œuvre aujourd’hui dans les campagnes françaises estESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


56 Le conflit OGM en Francele résultat troublant d'un conflit entre le systèmeancien de valeurs des agriculteurs, qui auraient tous lesmêmes intérêts et dont le but serait la production denourriture, et les réalités d’aujourd’hui, où laconcurrence de tous est la règle et le respect del’environnement le fondement de l’activité.Les évolutions de l’agriculture euro européenne ontcréé des ruptures faisant rejaillir les différences destatuts, de revenus, de modes de production. Cesdisparités existent depuis longtemps, mais ellesconstituent actuellement un terreau propice auxdivergences d’intérêts de plus en plus manifestes, nonseulement entre agriculteurs mais plus largement entrerégions, dont les productions et les structuresd’exploitation sont désormais rivales. D’où la rancœurde nombreux agriculteurs qui ont l’impression d’avoirété floués par l’État et par leurs propres organisationsmajoritaires.Comme si la FNSEA venait de se faire rattraper – etdoubler – par les conséquences de sa propre stratégieinitiale.b) Les cinq visages sages de l’adhésion syndicaleIls jugent les responsabilités difficiles àassumer.Ils éprouvent des difficultés à se repérer parmiles organisations spécialisées.(2) La Coordination Rurale - Création en1992 en réaction a la reforme de la PAC(Politique Agricole Commune)L'adhésion est un moyen d'obtenir desinformations.La FNSEA et le CNJA apparaissent comme lessyndicats desquels ils se sentent les pluséloignés.Ils adhèrent rarement à des organisationsspécialisées.Le temps passé en dehors de l'exploitation leurapparaît difficile à assumer.Ils se situent à droite de l'échiquier politique.A chaque syndicat peut être associé un profild’adhérent différent. Pour schématique que soit cettecatégorisation, elle reflète néanmoins les logiquesdifférenciées d’adhésion selon l'organisation syndicale.(1) Les JA – Les Jeunes Agriculteurs -Création en 1947Leur projet principal : augmenter la taille del'exploitation.Des parents adhérents à la FNSEA.Une adhésion au JA à l'âge moyen de 23 ans àla suite d’une discussion avec d'autres jeunesagriculteurs.L'adhésion est une occasion d'échanger sur desproblèmes technico-économiques.Leur adhésion ne renvoie pas à des critèrespolitiques, toutefois ils se situent à droite.de l'échiquier politique.Une prise de responsabilité précoce les conduitrapidement à augmenter leur fréquencede participation à des réunions.(3) Le Modef – Mouvement de Défensedes Exploitants Familiaux - Création en 1959 Une exploitation individuelle de moins de 50hectares où cohabitent cultures et élevage.Un positionnement politique à gauche.Une adhésion au MODEF à l'âge de 22 ans à lasuite d’une rencontre avec un responsable del'organisation.Une participation très faible aux réunionsprofessionnelles et aux manifestions.La Cuma (Coopérative d’utilisation du matérielagricole) est l'organisation à laquelle ilsconsacrent le plus de temps.(4) La FNSEA – Fédération Nationale desSyndicats d’Exploitants Agricoles - Créationen 1946Syndicat agricole professionnel majoritaire en France.Il fait partie des organisations patronales françaises etdes organisations professionnelles agricoles.Des exploitations à l'orientation grandescultures.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


57 Le conflit OGM en FranceLa coopérative ou les organisations autres quesyndicales sont les organisations auxquelles ilsconsacrent le plus de temps.Ils reconnaissent être adhérentsd’organisations spécialisées.Depuis leur installation, ils ont diminué leurfréquence de participation aux réunionsprofessionnelles.La Confédération paysanne est le syndicat dontils se sentent le moins proche.Ils se situent à droite de l'échiquier politique.(5) La Confédération paysanne - Créationen 1986 - Deuxième syndicat agricole enFrance 220Des parcours antérieurs à l'installation trèsdivers.Des exploitations à l'orientation herbivore dontils jugent la situation économique très bonne.Présence fréquente de plusieurs associés surl'exploitation.Des adhésions professionnelles reposant surdes critères politiques.Le syndicat est l'organisation à laquelle ilsconsacrent le plus de temps.Cette récapitulative donne l’état d’esprit des syndicatsdans le paysage agricole et nous invite à nous penchersur deux majeurs syndicats, la FNSEA et laConfédération Paysannec) FNSEASyndicat majoritaire en France, la FédérationNationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles(FNSEA) rassemble une quarantaine d’organisations.Elle a participé, avec l’Etat et la PAC, audéveloppement du modèle productiviste, tout enrestant attachée au caractère familial de l’exploitation.(1) L’historique de la FNSEALa FNSEA se crée le jour même du rétablissement de laliberté syndicale en agriculture, le 12 mars 1946, date àlaquelle elle tient son premier congrès.Leur projet principal : maintenir la taille deleur exploitation.Ils sont très satisfaits du choix de leur métier.Ils se qualifient volontiers de «paysans».Comme leurs parents, ils se sontmajoritairement engagés dans desorganisations de jeunesse.• Leurs organisations spécialisées de prédilection : lessyndicats AOC.La Confédération paysanne est la premièreorganisation à laquelle ils adhèrent parconviction à l'âge de 24 ans.Des jeunes s'intéressant à la politique et sesituant à gauche de l'échiquier politique.220 Source : Transrural InitiativesLouis Prugniaud, Les étapes du syndicalisme agricole en France,Ed. de l’Epi, Paris, 1963François Purseigle, Centre international de hautes étudesagronomiques méditerranéennes, chercheur associé UMR«Dynamiques rurales» de l’Université de Lyon II. Extrait de Histoireet patrimoine, n° 5, 13 janvier 2006De 1946 à 1950, La FNSEA a la représentation la plusimportante dans les organes dirigeants de la CGA maisc’est cette dernière qui est reconnue par les pouvoirspublics comme le seul interlocuteur représentatif dumonde paysan. Cependant, de plus en plus, la FNSEArevendique son autonomie vis à vis de la ConfédérationGénérale de l’Agriculture (CGA) pour lareprésentativité du monde paysan.En 1950, l’emprise de la droite traditionnelle et del’agriculture capitaliste est telle que Eugène FORGETdémissionne, laissant la place à René BLONDELLE,qui est élu président de la FNSEA et qui poursuit sonoffensive contre la CGA. Il triomphe définitivement le19 janvier 1954 avec la modification des statuts de laCGA qui lui enlève tout rôle représentatif et limite sesfonctions à un simple cadre de rencontre sans pouvoirde décision.En 1951, sous l’influence de René BLONDELLE, laFNSEA met en œuvre « une action civique », action quivise à influencer le gouvernement et les pouvoirspublics en faisant élire des agriculteurs à l’assembléenationale. La FNSEA est alors liée aux groupesparlementaires de la droite dans le cadre d’unintergroupe, l’amicale parlementaire agricole, quidevient un puissant groupe de pression.Ainsi, la FNSEA possède, à partir de 1951, une capacitéd’intervention particulièrement puissante. En effet, elleESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


58 Le conflit OGM en Francecontrôle les organisations syndicales, dispose avec leschambres d’agriculture de la représentation officielle etde la puissance financière et intervient directementdans la vie et l’action parlementaires.Les lois d’orientation de 1960 et 1962 vont être àl’origine de ce qu’on appelle la cogestion. C’est en effetla période où apparaissent des relations directes entrel’Etat et la profession agricole pour gérer la politiqueagricole. La loi de 1960 stipule en effet que « lapolitique agricole sera mise en œuvre avec lacollaboration des organisations professionnellesagricoles ». Cet arsenal législatif est validé par laprofession, représentée par la FNSEA et par le Centrenational des jeunes agriculteurs (CNJA).A partir de ce consensus, un partage du pouvoirs’organise. Le syndicalisme participe, à son niveau, à lamise en œuvre de la politique agricole en s’efforçant deconvaincre les agriculteurs de son bien-fondé.C’est au milieu des années soixante est apparue unenouvelle force sociale, syndicale et politique dans lemonde agricole, le mouvement des paysanstravailleurs. Sa stratégie était fondée sur la lutte avecles ouvriers. Comme pour le MODEF, à l’origine de cemouvement, on trouve une opposition à la politiqueagricole organisée sous l’égide du CNJA et de laFNSEA. Ils ont participé aux mobilisations très largescontre l’extension du camp militaire du Larzac. Ils ontréalisé de nombreuses actions ponctuelles, qu’ils’agisse de prendre la défense de fermiers en conflitavec leurs propriétaires, de faire respecter la législationfoncière limitant le cumul de propriétés et privilégiantles agriculteurs dans l’accès à la terre face à laconcurrence d’acheteurs non agriculteurs ou des’opposer à des expropriations de paysans endettés.Dans les années 1980, l’arrivée de la gauche au pouvoirva modifier assez profondément le mode de relationqui s’est institué au fil des ans entre le syndicalisme etles pouvoirs publics. En effet, pendant cinquante ans,la FNSEA a développé une emprise impressionnantesur le monde agricole, en tentant de contrôler toutesles institutions agricoles (chambres d’agriculture,organismes de crédit, de coopérative et de mutualitésociale).Edith CRESSON, ministre de l'Agriculture, a doncinvité les organisations telles que le MODEF, lespaysans travailleurs et la FFA, qui allie des positionslibérales (gestion des marchés par les professionnels etnon par l'Etat) avec la défense du type d'exploitationfamiliale, à participer à la conférence annuelle dès1981.Ainsi, le nombre d’adhérents à la FNSEA a fortementdiminué, d’une part par la forte baisse du nombre desagriculteurs depuis cinquante ans, mais aussi à causedes scissions qui se sont progressivement opérées. Lescolères successives des agriculteurs se sont toujourstraduites par une fuite d’adhérents. En effet, lespropres adhérents de la FNSEA se sont détachés pourformer tour à tour le MODEF en 1959, laConfédération Paysanne en 1987, puis la CoordinationRurale en 1991. Si la FNSEA demeure le principalsyndicat représentant le monde agricole etl’interlocutrice privilégiée du pouvoir et des médias,elle doit tenir compte de contre-discours émergents, àl’exemple du poids médiatique acquis par José Bové,qui traduit la vitalité de la Confédération Paysanne.Ainsi, aux dernières élections aux Chambresd’agriculture en janvier 2001, la FNSEA-CNJA a connuune faible majorité (53 %) alors qu’il y a eu uneprogression de la Confédération paysanne (28 %) etune stabilisation de la Coordination rurale (12 %).La FNSEA a une organisation territoriale basée sur ledécoupage administratif français. Son organisationpyramidale a pour échelon de base 20 000 syndicatslocaux, auxquels adhèrent les agriculteurs (Fig. 2). Cessyndicats sont des structures communales ouintercommunales qui adhèrent et versent unecotisation aux fédérations et unions départementales(FDSEA/UDSEA). Selon les départements, lessyndicats locaux peuvent être regroupés en unionscantonales. De même, les 94 FDSEA/UDSEA adhèrentet versent une cotisation à la fédération nationale(FNSEA).La constitution des régions administratives, en créantun pôle de décision supplémentaire a poussé lesfédérations départementales à se regrouper en 22fédérations régionales (FRSEA).A cette représentation territoriale vient s’ajouter unereprésentation horizontale des agriculteurs avec 36associations spécialisées qui défendent plusparticulièrement les intérêts économiques ettechniques par secteur de production et quatre sectionssociales : les agricultrices, les propriétaires, lesfermiers et les anciens exploitants.La FNSEA revendique aujourd’hui 320 000 adhérentssur 763 953 agriculteurs, soit 42 % des agriculteurs,alors qu’elle déclarait représenter 700 000 adhérentsen 1976.Des élections sont organisées tous les trois ans pourrenouveler les bureaux et conseils d’administration dessyndicats locaux, des FDSEA et de la FNSEA.Les électeurs aux syndicats locaux, c’est-à-dire leschefs d’exploitation et leurs conjoints qui participentaux travaux de l’exploitation (à titre principal),participent aux scrutins destinés à élire un conseild’administration composé de représentants de chaquesection sociale et de chaque production qui existentdans les communes. Le conseil d’administration élit lebureau, sauf si l’assemblée générale choisit de l’élireelle-même.Les délégués spécialisés du syndicat local élisent un ouplusieurs délégués spécialisés au conseilESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


59 Le conflit OGM en Franced’administration des sections spécialisées au niveaudépartemental. Ces délégués élisent un bureau et unprésident qui assurera la représentationdépartementale dans les associations spécialiséesnationales (FNB, FNPL, FNPF, etc.). C’est le mêmeprincipe pour les délégués des quatre sections sociales.Ainsi, le conseil d’administration de chaque FDSEA estcomposé des présidents des syndicats locaux, dessections et commissions sociales et spécialisées, desreprésentants du syndicat Jeunes Agriculteurs. Lesmembres des conseils d’administrationdépartementaux élisent les membres du conseild’administration et du bureau de la FNSEA.(2) Le fonctionnement de la FNSEA 221C’est au sommet de la FNSEA que s’élaborent lesstratégies, que se déterminent les positions, ques’organisent les actions qui seront ensuite reprises surle terrain.La FNSEA élabore des rapports d’orientation, endemandant aux fédérations départementales etassociations spécialisées des contributions écrites.La FNSEA milite pour la modernisation, l’efficacitééconomique et l’intégration à l’économie et auxmarchés. Elle demande aussi l’amélioration desstructures de production, de transformation et decommercialisation, afin d’obtenir une agriculturecompétitive et efficace, tout en restant à une échellefamiliale. Elle agit pour l’organisation économiquecollective des producteurs et le partenariat au sein desfilières.d) La Confédération paysanneLa Confédération paysanne est, par son importance, le2ème syndicat agricole français. Elle remet en cause lemodèle agricole productiviste des 4O dernières annéesqui selon elle a engendré : surproductions, crisessanitaires, dégradation des ressources naturelles,disparités entre régions françaises, européennes etmondiales et diminution continue du nombre depaysans. 1Les actions de José Bové sur les scènes nationales etinternationales ont fait connaitre le syndicat bien audede ses sympathisants et des frontières françaises.Sa candidature aux élections présidentielles françaisesde 2007 et son positionnement à l’extrême-gauche del’échiquier français semble cependant avoir contribué à221 Source : Site FNSEA, Wikipedia, Réseau de la fédérationnationale des syndicats agricolesl’affaiblissement de l’audience de son syndicatd’origine auprès des agriculteurs. 2(1) L’historique de la ConfédérationpaysanneLa Confédération paysanne a vu le jour en 1987. Elleest le fruit de la réunion de deux syndicatsminoritaires, la FNSP (Fédération Nationale desSyndicats Paysans) et la CNSTP (ConfédérationNationale des Syndicats de Travailleurs Paysans).Cette union avait pour objectif de donner la parole auxpaysans opposés à la politique agricole productiviste etéliminatoire prônée par la FNSEA (FédérationNationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) et leCNJA (Centre National des Jeunes Agriculteurs).Le 17 et 18 avril 1987, des centaines de délégués, réunisdans la région parisienne, se sont clairementprononcés pour une nouvelle politique agricole,s’appuyant sur la promotion d’une agriculturepaysanne, c’est- à -dire: liée au sol, respectueuse del’environnement pour une production de qualité etconcernée par la rémunération du travail paysan.Soucieuse de clarté dans son combat, la confédérationpaysanne intègre à sa raison sociale le but de sonexistence : « Pour une agriculture paysanne et pour ladéfense de ses travailleurs ». La « Conf‘» était née.(2) Le fonctionnement de laconfédération paysanneLa Confédération paysanne est présente dans tousles départements, métropolitains et d’outre-mer,représentant plus de 90 structures départementalesou régionales et rassemblant environ 12 000adhérents déclarés. Son projet est soutenu par unepart croissante des paysans français : l’électorat dela Confédération qui s’exprime tous les six ans, auxélections professionnelles (chambres d’agriculture)est passé de 20,5% des votants en 1995 à 28% en2001, mais a décliné lors des dernières élections enjanvier 2007 à 19,6%. Elle reste cependant ledeuxième syndicat agricole français, après laFNSEA et juste devant la Coordination rurale.Le Comité national est l'instance dirigeante dusyndicat. Il est composé de 40 délégués, quireprésentent les structures départementales de laConfédération paysanne. Il est élu tous les deux anslors du congrès. Le comité élit à son tour lesecrétariat national, qui est l'instance exécutive dusyndicat.Comme mentionné ci-dessus, José Bové fut l’un desporte-paroles de la Conf’ de 2000 à 2004. Par sesactions et son charisme, il apporta l’attention sur laESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


60 Le conflit OGM en FranceConfédération Paysanne. Monsieur Jacques Pasquier,secrétaire national de la Conf’, a confirmé lors del’entretien que José Bové avait été un moteur : « ….José a effectivement été un moteur. Cependant, seul, iln’aurait rien pu faire. Lorsque vous dites que José estpopulaire, c’est à la fois vrai et faux. Il estmajoritairement apprécié… il suffit de prendre lemétro avec lui pour s’en apercevoir. En revanche, il ya des personnes qui sont très « anti-José » car c’esteffectivement quelqu’un qui ne laisse pasindifférent… » 222 . Cette popularité agaçait au sein dela Conf’ et devenait dangereuse, due aux diversesarrestations de José Bové, suite au fauchage de champsOGM. « ….. Il est vrai qu’à cette époque laConfédération Paysanne apparaissait être àl’initiative des fauchages. En tant que syndicat, celadevenait dangereux, car nous pouvions être assimilésà une structure organisant des actions illégales.L’existence même de notre organisation étaitcompromise, cette situation a provoqué des débats, etnous avons décidé de ne plus être à l’initiative desfauchages. C’était trop lourd en conséquence pour lavie du syndicat : conséquences financières d’une part,et statutairement d’autre part, nous pouvions êtrereconnus comme juridiquement responsables. Nousavons donc rapidement pris le parti de ne plusappeler à faucher. Evidemment nous savions que despaysans de la confédération allaient d’eux-mêmess’engager, mais ils le feraient à titre personnel, ce quej’ai fait a plusieurs reprises. Mais très rapidement, il afallu organiser un peu les choses car les procès semultipliaient ainsi que les condamnations. Il fautcomprendre qu’en général la première condamnationsignifie une amende et la prison avec sursis mais ladeuxième aboutit à de la prison ferme et une amendeplus lourde Il fallait donc élargir les troupes. Après lalibération de José Bové, quelqu’un a eu l’idéed’organiser une structure où toute personne de bonnevolonté pourrait s’inscrire. Nous pourrions ainsiobtenir un listing de citoyens engagés dans toute laFrance, qui seraient prêts à intervenir en cas debesoin.Les faucheurs sont une structure informelle qui réunitdes paysans et des non paysans, et permet de créerune sorte de relais : lorsque des personnes sontcondamnées, d’autres continuent les actions à leurplace. C’est une structure informelle qui n’a pas deprésident, pas de trésorier, mais regroupeuniquement des forces militantes et ça fonctionnefinalement très bien. C’est vraiment un modèle dedémocratie mais je ne sais pas s’il est possible de legénéraliser parce qu’il est destiné à un objectifunique.… » 223 Cette action volontaire reflète l’esprit dela Conf’, la solidarité.(3) Ses objectifsLa Confédération paysanne milite pour une agriculturepaysanne, respectueuse de l'environnement, del'emploi agricole et de la qualité des produits. Avec leréseau Via Campesina 224 , elle se bat pour unereconnaissance du droit à la souveraineté alimentaire.Avec cette revendication et sa participation aux forumssociaux, la Conf’ est un acteur important au sein dumouvement altermondialiste. Le syndicat est solidaireavec les paysans des pays en développement face auxmultinationales de l'agroalimentaire. Il milite pourtantpour le maintien des subventions agricoleseuropéennes, tout en regrettant le fait qu'elles profitentaux gros exploitants.(4) Son projet : agir pour une agriculturedurable et solidaireProduire : une alimentation saine et de qualité pourtous.Employer : par l’installation et le maintien depaysan(ne)s nombreux ; par l’amélioration desconditions de travail, en luttant contre l’exode rural etpour des campagnes vivantes ; en défendantnotamment les petites fermes.Préserver : en excluant des méthodes de productiondangereuses et notamment de leurs effets et impactsdirects et / ou indirects (nitrates, pesticides,antibiotiques, hormones, OGM...) ; en entretenant eten préservant pour les générations futures lesressources naturelles et les paysages et terroirs, labiodiversité et les savoir-faire paysans.Depuis 22 ans la Confédération paysanne se bat pouroffrir un autre avenir à ses adhérents et aux citoyens.5. Les industries agricoles etagroalimentairesPour connaître le point de vue sur le conflit OGM despersonnes évoluant dans le secteur des industriesagricoles et agroalimentaires, 4 interviews ont étéréalisées.222 Voir l’interview de Gérard Pasquier en annexe223 Voir l’interview de Gérard Pasquier en annexe224 Via Campesina est un mouvement international qui coordonnedes organisations de petits et moyens paysans, de travailleursagricoles, de femmes rurales, de communautés indigènes d'Asie, desAmériques, d'Europe et d'Afrique. Ce réseau a vu le jour en 1993.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


61 Le conflit OGM en FranceDes professionnels des agrobusiness suivants ontaccepté d’être interviewés :institutionnelles et de la communication pour legroupe. 2271. LIMAGRAIN, Clermont-Ferrand2. GLON-SANDERS, Pontivy3. CHAMPAGNE CEREALES, Reims4. MONSANTO FRANCE, LyonsLes textes de présentation des 4 agrobusiness ontvolontairement été extraits des sites internet et dedocuments de communication interne. Aucunemodification n’a été apportée car ces textes fournissentdes indications sur le mode de communication, lesvaleurs, et la stratégie de chacun.a) Le groupe LIMAGRAINLIMAGRAIN est un groupe coopératif dont le métierest de créer des semences adaptées aux besoins actuelset futurs de l’agriculture. LIMAGRAIN aborde lesbiotechnologies végétales et les OGM, guidé par uneculture de progrès maîtrisé, de partage etd’indépendance. 225LIMAGRAIN investi plus de 100 millions d’euro. paran en recherche, dont 17 % est dédié auxbiotechnologies. Le groupe possède 73 centres derecherche répartis dans le monde. 19Pour LIMAGRAIN, les OGM ne sont qu’un moyensupplémentaire pour atteindre, plus rapidement et demanière plus précise, les objectifs fixés depuis toujoursà l’agriculture : nourrir les Hommes et leur fournir desmatières premières renouvelables, tout en préservantles ressources naturelles et en respectantl’environnement. 19LIMAGRAIN Holding détient directement desparticipations majoritaires dans LIMAGRAIN CéréalesIngrédients, dans Jacquet et dans Vilmorin & Cie, quiporte désormais l’ensemble des activités « semences ».Le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 1 136,5 M€.LIMAGRAIN compte plus de 6 000 collaborateurs, demultiples nationalités, répartis dans 36 pays. 226La personne interviewée de LIMAGRAIN est MonsieurJean-Claude GUILLON, directeur des affaires225 A propos, les cahiers d’information de Limagrain :Limagrain et la transgénèse ? Un outil utilisé avecconscience et rigeur.226 Site internet de Limagrain : www.limagrain.comb) Le groupe GLON-SANDERSGLON-SANDERS, enraciné au cœur des régions,œuvre pour que la ruralité demeure l’une des plusbelles aventures des temps modernes. Partenaire dumonde agricole depuis plus d’un demi-siècle, le groupea gagné la confiance de milliers d’éleveurs. Il privilégieune agriculture responsable, à visage humain. 228Pour que l’alimentation reste une source de plaisirs etde bienfaits, les entreprises agroalimentaires dugroupe se sont fixé de très hauts standards de sûreté etde qualité. 22GLON-SANDERS est un groupe privé, acteur majeurde l’industrie agricole et alimentaire française. GLON-SANDERS réparti ses activités de la manière suivante :58 % en nutrition animale, 37 % en produitsalimentaires et 5 % en génétique, nutraceutique etservices. GLON-SANDERS réalise un chiffre d’affairede 1 460 millions d’euro et génère plus de 3750emplois. 22La personne interviewée de GLON-SANDERS estMonsieur Alain GLON, fondateur et président dugroupe. 229c) Le groupe CHAMPAGNE CEREALESCHAMPAGNE CEREALES est un groupe agroindustrielcéréalier d’origine française et d’ambitionmondiale.Au cœur du groupe, la Coopérative : elle fédère 8 800agriculteurs entrepreneurs, présents sur un grandquart Nord Est de la France. Elle collecte en moyenne2 350 000 tonnes de céréales, dont 1,2 million detonnes de blé, 700 000 tonnes d’orge, 210 000 tonnesde colza et 200 000 tonnes de maïs. 230Autour de la Coopérative, un groupe agro-industriel,qui réalise un chiffre d’affaires de 1,3 milliardd’euro. 24 :227 Se référer à l’interview intégrale de Monsieur Jean-Claude GUILLON en annexe.228 Site internet de GLON-SANDERS : www.glonsanders.com229 Se référer à l’interview intégrale de Monsieur Alain GLONen annexe.230 Site internet de CHAMPAGNE CEREALES :www.champagne-cereales.comESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


62 Le conflit OGM en Francea) des filiales en amont de la production pourgarantir l’origine, la qualité et la gestion desproductions : engrais, semences et protectionvégétale,b) des filiales aval de dimension internationale enmalterie, meunerie, maïserie, glucoserie, alimentsdu bétail, huiles et biocarburants,c) un centre de recherche de pointe sur les matièresvégétales pour préparer les axes de développementfuturs (ARD),d) des filiales en Ukraine qui exportent les savoirfaireagricoles sur des terres à fort potentiel dedéveloppement.La personne interviewée de CHAMPAGNE CEREALESest Monsieur Dominique DUTARTRE, directeurgénéral adjoint du groupe. 231d) Le groupe MONSANTOFondé en 1901 aux Etats-Unis, le groupe MONSANTOcompte 12600 employés dans 46 pays. A l'origine dansles édulcorants et la chimie, MONSANTO estaujourd'hui une entreprise dédiée à l'agriculture,spécialisée dans la recherche, la production et lacommercialisation de semences et de produits deprotection des plantes. 232Une agriculture de qualité, compétitive et durable :c'est ainsi que MONSANTO France partage sa visionde l'agriculture française. Conjuguant les métiers de laProtection des Plantes, de la Semence et desBiotechnologies, les solutions proposées sont à lamesure d'un grand groupe international à l'écoute desspécificités locales, notamment des attentes duconsommateur et de la société civile. 26Monsanto s'attache à répondre aux spécificités del'agriculture française, en contribuant à sa mesure àune agriculture de qualité, compétitive et durable.Environ 400 collaborateurs, soutenus en amont parune stratégie mondiale de recherche et d'innovation,s'investissent au quotidien pour servir cette mission. 26MONSANTO réalise en France une part significative deson activité : avec un chiffre d'affaires de 138 millionsd'euro. en 2006. La France représente un marchéessentiel. 26La personne interviewée de MONSANTO FRANCE estMadame Stéphanie PIECOURT, directrice de lacommunication France pour le groupe. 233e) Le conflit OGM, du point de vue desindustriels du milieu agricole etagroalimentaireCette étude croisée des 4 interviews vise à dégager lesprincipales composantes des points de vue desentreprises agricoles et agroalimentaires sur lesquestions du conflit OGM.Les quatre interviews ont été réalisées sur la base d’unmême questionnaire préétabli. La durée moyenne desentretiens était de 1h30 à 2h00 et les interviewésdevaient s’exprimer sur 6 questions portant sur leconflit OGM :1. Quels sont les grandes lignes du conflit OGMet quel en est le point de départ selon vous ?2. Quels sont les enjeux réels de ce conflit et quisont, d’un point de vue économique, lesgagnants et les perdants de ce conflit ?3. Que pensez-vous de la décision de la HauteAutorité et des événements qui se sontproduits entre février et juin 2008 en France ?4. Que pensez-vous de la prise de position deCarrefour dans ce conflit et quels ont été lesimplications pour votre groupe ?5. Comment expliquez-vous que les mouvementsanti-OGM, a priori les faibles, aient prisl’avantage dans ce conflit, au détriment desagro-industries, a priori les forts ?6. Quelle est votre stratégie de communicationpour défendre vos intérêts et faire valoir votrepoint de vue sur le sujet ?D’autres questions, plus spécifiques, ont également étéabordées en fonction des personnes interviewées. Pourplus de détails, la transcription intégrale des entretiensindividuels est présentée en annexe.Néanmoins, dans le cadre de ce travail, l’étude croiséene portera que sur les 6 questions communes aux 4interviews. Chacune des questions sera passée en revuepour faire ressortir les différents éléments de réponsedes interviewés.231 Se référer à l’interview intégrale de Monsieur DominiqueDUTARTRE en annexe.232 Site internet de MONSANTO France : www.monsanto.fr233 Se référer à l’interview intégrale de Madame StéphaniePIECOURT en annexe.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


63 Le conflit OGM en France(1) Quels sont les grandes lignes duconflit OGM et quel en est le point de départselon vous ?Les principaux faits retracés pour expliquer l’originedu conflit OGM sont les suivants :« Plus qu’un débat de société, le conflit OGM estun affrontement de plusieurs visions « du monde.D’un coté ceux qui ont confiance en une sciencemaîtrisée pour aider au progrès de l’humanité ; del’autre coté ceux qui prétendent que la science estporteuse de dangers, que l’avenir est dans ladécroissance et que les OGM sont le symbole d’unprogrès rejeté et d’une transgression d’un ordrenaturel idéalisé. En arbitre, les médias se régalentdes sujets négatifs potentiellement sensationnels etles choses positives sont oubliées. Le grand public,largement influencé, est réceptif aux marchands depeur », M. GUILLON de LIMAGRAIN.« Le point de départ du conflit est double.Premièrement, l’agressivité des multinationalesaméricaines quant à la capacité d’accueil de cestechnologies dans les vieux pays, et deuxièmement,la perturbation des milieux intellectuels etscientifiques sur les questions d’appropriation duvivant par la brevetabilité. D’un coté, unebiotechnologie appliquée aux plantes, neutre àpriori sur les aspects sociétaux, de l’autre coté unesomme de maladresses, une précipitation despremiers modèles OGM conduisant à desinquiétudes et des réserves faisant oublier lesperspectives offertes. Il y a des problématiques surles plantes de grandes cultures pour lesquellesnous n’avons pas toutes réponses. Le meilleurmoyen de savoir est d’expérimenter. Pourtant, c’estimpossible…. car les expérimentations sontdétruites », M. DUTARTRE de CHAMPAGNECEREALES.« Mon premier vrai souvenir est la remise en caused’un traceur, responsable de problèmes allergènes,utilisé par Monsanto dans des produits issus dugénie génétique. La presse s’était emparé desinformations et avait déclenché une polémiqueautour de Monsanto. Il y a d’un coté, ceux qui sontpour, parce qu’ils voient dans la science uneopportunité de progrès, et de l’autre coté, ceux quisont contre, parce qu’ils n’ont pas pris le train àtemps… ils entrent dans une phase d’opposition etpoussent des craintes », M. GLON de GLON-SANDERS.« Au départ, les OGM étaient perçus comme unedécouverte très positive par le monde scientifique.Cependant la commercialisation des OGM esttombée à un mauvais moment en France. Suite auxcrises sanitaires successives, les OGM sont arrivésdans un contexte de méfiance générale. De plus, lacommercialisation a coïncidé avec l’arrivée de lamondialisation. Les OGM de Monsanto ont étéprésentés comme l’icône rejetée desmultinationales américaines et du mondialisme.Je suis convaincue que si les OGM étaient arrivéssur le marché 10 ans plus tôt ou plus tard, lasituation serait complètement différenteaujourd’hui », Madame PIECOURT deMONSANTO.(2) Quels sont les enjeux réels de ceconflit et qui sont, d’un point de vueéconomique, les gagnants et les perdants dece conflit ?Les intérêts et enjeux défendus sont les suivants :« Le premier enjeu est celui de la compétitivitéde l’Europe. L’Europe innove énormémentmais parce qu’elle est vieillissante, elle estincapable de développer ses innovations. Latechnologie OGM, née en Belgique, puisperfectionnée en France par Rhône Poulenc,sera finalement développée commercialementaux Etats-Unis et diffusée à l’échelle mondialepar Monsanto. D’un point de vue d’intelligenceéconomique si l’on le pose la question : A quiprofite le crime ? Si le crime est d’empêcher lesOGM de se développer en Europe, alors on voitqu’il profite aux intérêts agricoles etagroalimentaires concurrents de l’Europe »,M. GUILLON de LIMAGRAIN.« A moyen terme, si la France et l’Europes’excluent dans le domaine de la recherche etla culture OGM, l’économie agricole de cesrégions rencontrera des problèmes decompétitivité. A l’abri de ce conflit, il y aégalement des intérêts cachés pour assurer ladomination de l’arme alimentaire. Dans ceconflit, les perdants sont les agricultures despays européens et les filières agroalimentaires.Quant aux agricultures et agro-industriesaméricaines, la vision stratégique se déclinetrès simplement… Il s’agit, d’ici 2030, dedoubler les rendements du maïs, du coton etdu soja tout en diminuant la consommationdes intrants de 30 % à la tonne produite », M.DUTARTRE de CHAMPAGNE CEREALES.« L’enjeu économique c’est d’une part, leprofit, et d’autre part, l’accès à de nouveauxmoyens de produire à moins cher pour nourrirle monde. Il y a aussi des enjeux autour desavancés classiques du progrès, avec d’un coté,les leaders du progrès, et de l’autre coté, les« aigris » du système scientifique qui ne sontpas allés dans ce courant novateur. PuisESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


64 Le conflit OGM en Francefinalement, il y a tous les groupes divers etvariés en recherche de reconnaissance pour sefaire sponsoriser », M. GLON de GLON-SANDERS.« Si ce conflit perdure, la France risque dedevenir dépendante des autres pays pournourrir sa population. La production agricolefrançaise décline depuis plusieurs années. L’undes principaux enjeux de ce conflit est lamaîtrise de l’arme alimentaire. Il y a égalementdes enjeux technologiques pour les exploitantsagricoles. Les bénéfices apportés auxagriculteurs par la technologie OGM sontimmenses. Dans ce conflit, l’agriculturefrançaise est la première à perdre sur le planéconomique. Ensuite en cascade, toutes lesentreprises alimentaires, dépendantes de cetteagriculture, perdent aussi. A plus long terme,les consommateurs français peuvent aussid’être touchés. Si la France finit par importerses produits alimentaires, les prix risquentd’augmenter. De plus, il n’y aura plus demaîtrise possible sur les modes de productionet la qualité des produits », MadamePIECOURT de MONSANTO.dessus. Un non-scientifique a fait unedéclaration au nom de la Haute Autorité. Aucours de ces événements, le politique et lemédiatique ont pris le pas sur le scientifique.C’est fort regrettable. Ces événements nous ontplongés un peu plus dans l’obscurantisme.Nous aurons besoin d’encore plus de temps,d’énergie et de patience pour sortir de cetraquenard », M. DUTARTRE deCHAMPAGNE CEREALES.Je pense que le Gouvernement a manqué decourage. Vivre dans l’ambigüité et lescompromis laisse la possibilité aux anti-OGMde commettre de nombreuses exactions contrela loi. Pendant très longtemps, ces exactionsn’étant pas sanctionnées, les chercheurs sontpartis et les travaux d’expérimentation s’envont ailleurs. La communauté scientifiquefrançaise porte une responsabilité de ne pasavoir informé la population à ces nouvellestechnologies. De ce fait, les marchands defrayeurs ont occupé le terrain. En ce quiconcerne les chercheurs opposés aux OGM, ilscroient qu’ils ont plus à gagner en démontrantles dangers plutôt que d’essayer de promouvoirles progrès », M. GLON de GLON-SANDERS.(3) Que pensez-vous de la décision de laHaute Autorité et des événements qui se sontproduits entre février et juin 2008 en France ?Les avis et les interprétations des derniers événementsen date dans ce conflit sont :« La suspension des cultures de maïs GM en2008 résulte d’un manque de couragepolitique. Il y a dans la classe politique descourants anti-OGM. D’autres courants sont auservice de la décroissance. On trouve aussi descomportements opportunistes (il y a tellementde dossiers qui fâchent qu’il n’est pas opportund’en ouvrir d’autres). Le fait qu’en France lesOGM soient perçus comme un symbole de ladomination américaine n’aide pas. Mais, enretardant la recherche en France, les anti-OGM font le lit de ceux qu’ils dénoncent. C’estun paradoxe. Et pendant que les pouvoirspublics se drapent derrière le principe deprécaution, les variétés OGM se développentau niveau mondial, avec en 2008, plus de 110millions d’hectares dans le monde, moins de100 milles hectares en Europe, moins de 10hectares en France ! Tout dispositif législatifretardant l’arrivée des OGM en Europe fait lejeu de ceux qui ont déjà lancé leurs produits etdéstabilise l’économie agricole du pays », M.GUILLON de Monsanto.« Je pense beaucoup de mal de ce qui c’estpassé. Les scientifiques se sont fait marcher« Pendant la période du moratoire la situations’est enlisée en France. On aurait pu croire quela situation allait s’améliorer suite auxautorisations d’essais. D’autant plus quependant cette période, l’Europe a autorisé lacommercialisation des semences OGM.Néanmoins, suite au Grenelle, la France estallée à l’encontre de la décision européenne.Les pouvoirs publics français ont activé cetteclause de sauvegarde pour ré-interdire lacommercialisation des semences OGM.Théoriquement, lorsque les raisons invoquéesne sont pas valables, la commercialisationdevrait reprendre. Mais dans les faits, c’estbeaucoup plus compliqué. Les querellesd’experts peuvent durer un bon moment et lasituation peut continuer de s’enliser »,Madame PIECOURT de MONSANTO.(4) Que pensez-vous de la prise deposition de Carrefour dans ce conflit et quelsont été les implications pour votre groupe ? « Une grande enseigne a fait du « sans OGM »un argument marketing. L’absence d’OGM aété présentée comme un signe de qualité. Apartir de ce moment, il y a eu un effet decascade, de domino. Comme la grandedistribution contrôle une part très majoritairede la distribution des produits alimentaires etque les grandes enseignes ont imposé l’absenceESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


65 Le conflit OGM en Franced’OGM dans leurs cahiers des charges, lesindustriels n’ont pas eu le choix », M.GUILLON de LIMAGRAIN.« La prise de position de Carrefourcorrespondait à la position idéologiquepersonnelle du Président de Carrefour. En cequi nous concerne, cette position n’a pas eud’impact majeur. Notre groupe a organisé sesfilières pour être en capacité de prouverl’absence d’OGM dans nos produits. Nousn’avons pas eu le choix », M. DUTARTRE deCHAMPAGNE CEREALES.« Le patron de Carrefour de l’époque était dansun environnement très attentif à tous lesproblèmes écologiques, aux aliments bio, etc.…Le débat s’est situé à un moment où la grandedistribution voulait capter à son profit l’imagede santé, de qualité des produits, qui au fond,était la prérogative des groupes Danone etNestlé. Les grands groupes alimentairesavaient pris le parti de rechercher des produitsbanalisés de manière à pouvoirs’approvisionner et produire plus facilementau niveau international. A l’inverse, la grandedistribution française véhiculait le message :« vos achats font vos emplois ». Les OGM ontété pris dans cette opposition du tout mondialcontre le très local. Carrefour a vu uneoccasion de s’emparer du sujet OGM pourtenter de créer une différenciation », M. GLONde GLON-SANDERS.(5) Comment expliquez-vous que lesmouvements anti-OGM, a priori les faibles,aient pris l’avantage dans ce conflit, audétriment des agro-industries, a priori lesforts ?« En France, les pouvoirs publics n’ont pasjoué le rôle moteur qu’ils ont eu par le passépour installer la « révolution verte » desannées 60 ou le nucléaire dans les années 70-80. L’abus du principe de précaution expliquela situation. Mais l’attitude de la grandedistribution a joué aussi un rôle déterminant.Les grands groupes alimentairesinternationaux, ont pris des positionsextrêmement prudentes, ici en Europe, alorsqu’ils acceptaient sans réserve les OGM outre-Atlantique. En Espagne cette exclusion n’a paseu lieu et c’est le pays européen qui cultive leplus largement des maïs GM… La« mayonnaise » a pu prendre autour des anti-OGM, grâce à une série de concours decirconstances. Monsieur Bové, figureemblématique anti-OGM, voulait s’en prendreà un symbole des intérêts américains : voilàpourquoi il a cassé le McDonald de Millau. Cen’est que par la suite qu’il s’en est pris auxOGM, toujours comme symbole de l’Amérique.C’est ainsi que les OGM ont été inclus dans lescombats des militants altermondialistes.L’étude de la galaxie formée par les anti-OGMconduit à identifier des catégories d’anti-OGM,depuis l’extrême droite avec les courantsmalthusiens jusqu’à l’extrême gauche.D’habitude, ils s’affrontent, mais là ils sontalliés de circonstance », M. GUILLON deLIMAGRAIN.« Dans toute société ou entreprise, pour touteinnovation, systématiquement 5 % de lapopulation la rejette. Pour un nouvelordinateur, une nouvelle technique, toujoursce 5 % qui s’opposent. Tout l’art dumanagement est de s’occuper de la frange depersonnes qui hésitent et qui sont à la frontièreentre le pour et le contre. Dès lors que la partde 5 % d’opposants atteint le chiffre de 15 %, ily a des tas de contestations et le changementne peut plus venir par la raison. La démarcheest la même pour le conflit OGM. Au gré d’uncertain nombre d’événements, la politique s’enest mêlée et les clans divers se sont organisésfaute d’avoir éclairé le public d’une manièresuffisamment large », M. GLON de GLON-SANDERS.« A mon avis, c’est d’un coté, l’affaiblissementgénéral du monde agricole qui explique enpartie la tournure du conflit. En effet, au coursdes 30 dernières années, l’image del’agriculture a beaucoup souffert en France(mise en place de subventions, accusations depollueurs faites aux agriculteurs, diminutionde l’électorat agricole..). De l’autre coté, il y adifférents groupes adversaires des OGM qui sesont alliés pour défendre un point de vuecommun. Ces mouvements sontfondamentalement différents les uns desautres. Cependant, ils ont dépassé leursdivergences pour lutter contre les OGM.D’ailleurs la désignation des opposants comme« a priori faible » ne convient pas. Cesorganisations ont beaucoup plus de moyensfinanciers qu’on ne le croit. Elles ne sont pasfaibles du tout et elles sont très bienorganisées. Une surpuissance est attribuée auxindustriels, semenciers ou autres. Pourtant, lesindustriels n’ont ni les moyens financiers, niles moyens humains, de ces grandsmouvements adverses pour communiquer »,Madame PIECOURT de MONSANTO.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


66 Le conflit OGM en France(6) Quelle est votre stratégie decommunication pour défendre vos intérêts etfaire valoir votre point de vue sur le sujet ?« Notre meilleure stratégie de communicationc’est bien faire notre travail et de montrer parnos actes que nous sommes un groupecoopératif qui continue à prendre sesresponsabilités. C’est dire pourquoi nous avonsconfiance dans les biotechnologies en publiantnos positions sur le site « Limagrain.com » eten publiant des documents de la collection « Apropos ». C’est aussi promouvoir notre visionde l’agriculture via le soutien apporté à« momagri » (voir le site momagri.org). Maisnous n’envisageons pas de lancer une vastecampagne de communication et ainsi dépenserbeaucoup d’argent pour tenter de convaincreun grand public qui, de toute façon, penseraque, si on le fait c’est parce qu’on a desmillions d’euro. à gagner… C’est faire le parique, in fine, les pouvoirs publics françaisprendront la mesure des enjeux etsoutiendront demain les biotechnologies et lesOGM comme hier ils ont soutenus d’autrestechnologies », M. GUILLON de LIMAGRAIN.« La meilleure manière de communiquerpourrait être d’admettre que la premièregénération d’OGM, consistant à transformerdes plantes pour les rendre résistantes à unherbicide, n’est pas un très grand progrès pourl’humanité. La stratégie aujourd’hui pourraitconsister à mettre en avant les bénéfices de labiotechnologie en tant que clé indispensablepour assurer, horizon 2025-2030,l’alimentation équilibrée de 9 milliardsd’hommes et la fourniture de biomassecomplémentaire pour apporter du carbonerenouvelable à la filière chimie », M.DUTARTRE de CHAMPAGNE CEREALES.« Nous n’allons pas communiquer sur les OGMcar nous avons vu ce qui s’est passé pour lavache folle. A partir du moment où vousprenez la parole, vous finissez par porter unetête OGM pour les médias. Lorsque les partiesen présence sentent que vous êtes un deséléments du système, vous devenez la cible.Communiquer me semblerait maladroit. Nousessayons d’être réalistes et de nous dire que çava venir. C’est inévitable, même Greenpeace lesait. Tout le monde le sait, les OGM sont unecause perdue », M. GLON de GLON-SANDERS.« MONSANTO est dans une relation defournisseurs-fournisseurs (BtoB). Nousfabriquons des semences pour les vendre auxdistributeurs agricoles, qui eux, les revendentaux agriculteurs. Notre travail est depoursuivre la recherche pour développer lesmeilleures semences possibles. Notre rôle n’estpas de communiquer auprès du grand public.Et soyons clair… les informations susceptiblesd’être communiquées par MONSANTOn’intéressent pas les gens car les OGM ne sontpas dans « l’air du temps ». Une très largepartie de la communication est stéréotypée.Elle doit correspondre à « l’air du temps »pour attirer l’attention du lecteur. De plus, lamarge de manœuvre d’une entreprise encommunication est très étroite. Lorsqu’unindustriel communique, aucun écart n’esttoléré entre le réel et le scientifique. Enrevanche, c’est une toute autre situation pourles adversaires des OGM. D’abord parce que lemass média est tout à fait adapté au style demessage qu’ils véhiculent. Ensuite, laproduction d’informations représente un fondsde commerce stratégique pour eux. Leurraison d’être étant d’alerter et de faire le plusde bruit possible », Madame PIECOURT deMONSANTO.f) Synthèse de l’opinion des professionnels del’agro-industrieEn résumé, du point de vue des professionnels desindustries agricoles et agroalimentaires, le conflit OGMrelève plus d’une lutte idéologique que d’un débat desociété.Pour eux, les différents mouvements anti-OGMcamouflent les enjeux réels du conflit derrière laproduction d’informations sensationnelles, visant àeffrayer et créer la confusion du grand public.Ils expliquent que les opposants des OGM ont prisl’avantage suite à une série de concours decirconstances. Tout d’abord, les OGM sont arrivés enFrance dans un contexte de méfiance, provoqué parune succession de graves crises sanitaires. Ensuite, lamise en marché des OGM s’est produite à un mauvaismoment. Ils ont été pris en opposition entre lamondialisation et les défenseurs de l’économie locale.A ce moment, l’utilisation du « sans OGM », comme unargument marketing par une grande surface dedistribution, a produit un important effet de dominosur toute la filière agroalimentaire. Cet épisode aégalement joué un rôle déterminant sur l’opinion dugrand public. Finalement, le monde agricole français,qui s’affaiblit et pèse moins lourd auprès des pouvoirspublic, a moins d’influence sur les décisionsGouvernementales.Ils identifient les enjeux réels du conflit OGM de lamanière suivante : d’un coté un enjeu stratégique, quiest la perte de l’arme alimentaire, et de l’autre coté, unESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


67 Le conflit OGM en Franceenjeu économique, qui est la destruction de centainesde milliers d’emplois.De leur point de vue, la France et l’Europe ont unbesoin impérieux d’innovations pour maintenir leniveau de vie actuel. Ils croient que l’agriculturefrançaise et les entreprises agroalimentaires, si privéesdes bénéfices de la biotechnologie OGM, perdrontprogressivement leur compétitivité. Par ricochet, ilscraignent que les importations alimentaires ne cessentd’augmenter.Néanmoins, ils estiment qu’il n’est pas de leur ressortde communiquer auprès du grand public pourinformer et faire valoir les bénéfices de la technologieOGM. Les conditions indispensables à la résolution dece conflit résident, selon eux, dans une prise deposition claire de la communauté scientifique et despouvoirs publics.Bien que la venue des OGM leur semble inévitable, ilssont d’avis que la situation peut continuer de s’enliser.Le Gouvernement doit jouer son rôle moteur, comme ill’a fait pour l’énergie nucléaire, en se prononçantclairement sur l’importance de l’agriculture etl’agroalimentaire dans la vision stratégique, politiqueet économique de la France de demain.III. Les derniers événements en dateen France et leurs conséquencesA. La transcription de la directiveeuropéenne : un projet de loi qui a embraséla France au printemps 2008Le débat parlementaire autour de la loi OGM auprintemps dernier n’est pas le résultat d’une volontéparticulière de légiférer sur le sujet, mais une nécessité,pour la France, de rattraper son retard européen avantde prendre la présidence de l’Union Européenne.D’un point de vue strictement juridique, ce projet deloi aurait pu n’être que la transposition en droitfrançais de la directive européenne de 2001 sur ladissémination des OGM, imposant, aux Etats, de fixerun cadre légal pour la culture des OGM en pleinchamps, notamment les distances à respecter avec lescultures classiques ou les responsabilités en cas decontamination.Devant être transposée en droit français avant le 16octobre 2002 et ayant déjà été l’objet d’une tentativede transposition en 2006 finalement mise de côté, laloi OGM a été déclarée d’urgence par le Gouvernementle 17 décembre 2007 (la France était alors sous le coupde menaces de pénalités financières importantes de lapart de l’Union Européenne.Le projet a finalement été adopté fin mai 2008 nonsans spectacle politique. En effet, la France est encoresous le coup du Grenelle de l’Environnement dont lesconclusions, négociées et adoptées fin octobre 2007prévoyaient, par exemple, l’adoption d’une loiencadrant la culture des OGM, créant un Haut conseildes biotechnologies et reposant sur les principes deresponsabilité, de précaution, de transparence et de«libre choix de produire et de consommer sans OGM»(engagement 136).Passé par la case Sénatoriale, le projet de loi a étésubstantiellement modifié début Février 2008 dans unsens plus favorable aux OGM.Fortement amendé, débattu, le projet de loi a fini parêtre adopté en commission mixte paritaire, avantqu’une partie de l’opposition ne fasse recours devant leConseil constitutionnel au nom du fameux principe deprécaution.Entre le dépôt du projet de loi sur les bancs del’Assemblée nationale et cette tentative de recoursultime de l’opposition, la classe politique se seradonnée en spectacle : rappel à l’ordre de la secrétaired’Etat à l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet, levée etdépart de l’hémicycle d’une partie des parlementaires,débat autour de l’amendement Chassaigne, demandede référendum puis saisie du Conseil constitutionnel.Mais, surtout, la décision du Gouvernement Françaisd’activer la clause de sauvegarde suite au propos tenupar Jean-François Legrand, a eu pour conséquenced’annuler provisoirement la culture du maïs GMMON810 sur le territoire français, pourtant autorisédepuis le mois de juillet 2007 après examenenvironnemental de la Commission du géniemoléculaire. Une décision politique qui a été fortementcontestée parmi les spécialistes des OGM.Pour autant, la loi inscrite dans la législation françaisedepuis juin 2008 n’a pas empêché la France d’êtrecondamnée pour son retard par la Cour Européenne deJustice à une amende de 10 millions d’euro.B. Historique de la « loi OGM » et del’activation de la clause de sauvegarde sur lemaïs MON 8108 décembre 2008 : Annonce de la compositiondu comité de préfiguration de la Hauteautorité sur les OGM, sous la présidence dusénateur de la Manche Jean-François Legrand.14 décembre 2008 : Première réunion ducomité de préfiguration de la Haute Autoritésur les OGM.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


68 Le conflit OGM en France23419 décembre 2007 : le texte du projet de loi estdéposé au Sénat par M. Jean-Louis BORLOO,ministre d'État, ministre de l'écologie, dudéveloppement et de l'aménagement durables.Le texte est envoyé à la commission desaffaires économiques et du plan qui nommeJean Bizet rapporteur. 489 amendementsseront déposés par les députés pendant lapremière lecture.3 janvier 2008 : José Bové entame une grèvede la faim.8 janvier 2008 : Nicolas Sarkozy déclare, àl’occasion d’une conférence de presse : « encas de doute sérieux… je suis disposé àrecourir à la clause de sauvegarde jusqu'à ceque la Commission européenne tranche leproblème ».9 janvier 2008 : Jean-François Le Grand lâcheles mots magiques : y a des «doutes sérieuxsur le maïs transgénique Monsanto 810», motpour mot les termes évoqués la veille parNicolas Sarkozy comme un préalable pouractiver la clause de sauvegarde, quisuspendrait la culture en France. Il indiqueégalement que la Haute Autorité provisoire surles OGM a « relevé un certain nombre de faitsscientifiques nouveaux négatifs impactantnotamment la flore et la faune » dans son avissur le maïs GM MON 810. Selon le présidentde la Haute Autorité, les éléments scientifiquesnouveaux sont « la dissémination à longuedistance, sur plusieurs dizaines, voirecentaines de km », « la résistance chez desinsectes » et « les effets constatés sur la floreet la faune », notamment sur le lombric et lesmicro-organismes.10 janvier 2008 : Quatorze scientifiques de laHaute autorité provisoire sur les OGM (quicompte 34 membres en tout) contestent les‘doutes sérieux’ évoqués par Jean-François LeGrand, président de la Haute autorité et sedisent « gênés par le décalage entre l’avis telqu’ils l’ont rédigé et sa transcription ». Dansun communiqué, ils affirment que « le projetd'avis qu'ils ont rédigé la veille sur ladissémination du MON810 sur le territoirefrançais ne comporte pas les termes de 'doutessérieux', pas plus qu'il ne qualifie les faitsscientifiques nouveaux de 'négatifs’ » 234 ,comme l'a déclaré Jean-François Le Grand. Lecommuniqué est signé par 12 des 15 membresdu comité scientifique et de 2 membres de lahttp://afp.google.com/article/ALeqM5hggKiRFTp2lU0vptpgnCAd2QZejg235section économique, éthique et sociale. Parailleurs, Bernard Accoyer, président del'Assemblée nationale (UMP), s'élève contrel'avis de la Haute Autorité sur les OGM etréclame que les décisions soient basées sur« de véritables conclusions scientifiques ». Ilindique qu’il attend « que la France prennedes décisions fondées sur de véritablesconclusions scientifiques et non pas sur despréjugés, une certaine peur de l'avenir » 235 .11 janvier 2008 : Dans la soirée, uncommuniqué de Matignon annonce la décisiond'activer la clause de sauvegarde sur le maïstransgénique de Monsanto MON 810. LeGouvernement s’appuie sur les "faitsscientifiques nouveaux" invoqués par la HauteAutorité sur les OGM, qui concernent lapollinisation croisée entre les cultures et leseffets sur la faune. L'Autorité fait égalementétat d'"interrogations" sur les conséquencesenvironnementales, sanitaires et économiquesde la culture du MON 810. « Les doutes sur cetOGM ne condamnent pas l'intérêt de cettetechnologie pour relever les défis alimentaireset environnementaux » 236 , ajoute Matignon.Un plan d'investissement de 45 millionsd'euro. dans les biotechnologies est annoncé.José Bové interrompt sa grève de la faim.29 janvier 2008 : Jean Bizet dépose sonrapport au Sénat (rapport n°181) au nom de lacommission des affaires économiques.8 février 2008 : Le projet de loi est adopté auSénat après discussions les 5, 7 et 8 février.9 février 2008 : la France avise la Commissioneuropéenne d’un arrêté suspendant la culturede variétés de semences issues du maïsMON810, ainsi que d’une mesure desauvegarde pour interdire à titre provisoire laculture du maïs MON810 autorisé sur sonterritoire.13 février 2008 : Le texte est transmis à lacommission des affaires économiques del’Assemblée nationale qui nomme AntoineHerth rapporteur.27 février 2008 : La Commission européennedemande au groupe scientifique sur lesorganismes génétiquement modifiés dehttp://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/environnement/20080110.OBS4595/bernard_accoyer_conteste_lavis_de_la_haute_autorite_sur.html236 http://www.premierministre.gouv.fr/acteurs/communiques_4/clause_sauvegarde_sur_culture_58919.htmlESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


69 Le conflit OGM en Francel’Autorité européenne de la sécurité desaliments (AESA) d’évaluer l’ensemble desdocuments présentés à l’appui et commejustificatifs de la clause de sauvegardefrançaise, ainsi que la durée de la mesureinvoquée.1er au 9 avril 2008 : Séances publiques àl’Assemblée Nationale.Le 2 avril, l’amendement 252, introduit par ledéputé communiste du Puy-de-Dôme, AndréChassaigne, est adopté en séance de nuit grâceaux votes de 3 députés de l’UMP et un dunouveau centre, faisant basculer la majorité.L’article 1er du projet de loi prévoit que « lesorganismes génétiquement modifiés nepeuvent être cultivés, commercialisés ouutilisés que dans le respect desl’environnement et de la santé publique » 237 .L’amendement 252 étend cette condition aurespect « des structures agricoles, desécosystèmes locaux et des filièrescommerciales qualifiées ‘sans organismegénétiquement modifiés’ et en toutetransparence ». Cet amendement exclut doncla culture OGM de certains territoires tels lesrégions couvertes par le label AOC, les zonesprotégées, les filières de qualité, Label rougeetc. Une restriction visant à empêcher toutedissémination intempestive.8 avril 2008 : Dans la nuit, l’assembléenationale adopte le texte modifié par 249 voixpour, 228 contre. Le texte repart au Sénat endeuxième lecture. Nathalie Kosciusko-Morizet,secrétaire d’Etat à l’Ecologie est désavouée lorsd’une réunion du groupe parlementaire. JeanFrançois Copé, président du groupe UMP àl’Assemblée, lui reproche d’être « à la sourcedes problèmes » qui ont permis l’adoption deplusieurs amendements de l’opposition,notamment l’amendement Chassaigne, dans ledébat sur les OGM - des amendements saluéspar les écologistes comme Greenpeace.9 avril 2008 : Nathalie Kosciusko-Morizet,dénonce « le concours de lâcheté » engagéselon elle entre son ministre de tutelle, Jean-Louis Borloo, et le président du groupe UMP àl’Assemblée nationale, Jean-François Copé,autour du débat sur le projet de loi sur lesOGM. A la demande du premier MinistreFrançois Fillon, elle présente ses excuses.François Fillon, qui s'engage publiquement à237 http://www.assembleenationale.fr/13/amendements/0719/071900252.aspfaire supprimer l’amendement Chassaigne endeuxième lecture au Sénat 238 .14 avril 2008 : José Bové met en place uncomité de soutien pour défendrel’amendement Chassaigne . (début octobre2008, le site de la pétition annonce qu’il a étésigné par 43 637 personnes)16 avril 2008 : 40 personnalités signent, dansLibération, une lettre ouverte à FrançoisFillon, demandant que l’amendementChassaigne soit maintenu dans le projet de loidiscuté au Sénat l’après midi même. Le textesera adopté, après modifications. Lerapporteur Jean Bizet, avec le soutien duministre de l’Ecologie Jean-Louis Borloo, a faitvoter une précision : « La définition du ‘sansorganismes génétiquement modifiés’ secomprend nécessairement par référence à ladéfinition communautaire. » 239 Or L’UEétablit un seuil d’étiquetage à partir duquel laprésence d’OGM est indiquée, à savoir 0,9% deprésence fortuite d'OGM dans le produit maispas le seuil de production autorisé.L’amendement réécrit par le Sénat précise que« Dans l’attente d’une définition européenne,le seuil correspondant sera donc fixé par voieréglementaire sur avis du haut conseil desbiotechnologies, espèce par espèce. »30 avril 2008 : Antoine Herth dépose sonrapport au nom de la commission des affaireséconomiques.13 mai 2008 : L’Assemblée nationale rejette letexte. Création d’une Commission MixteParitaire.20 mai 2008 : Discussion en séance publique àl’Assemblée Nationale. 70 députés signent unemotion -défendue par le PS- proposant desoumettre au référendum les conclusions de lacommission mixte paritaire. Elle sera rejetéepar 317 voix contre 213. Jean-Louis Borlooqualifie le projet de loi comme un "texteéquilibré", respectant "intégralement" lesprincipes adoptés lors du Grenelle del'environnement 240 .De leur côté, les députésPS, PCF et Verts annoncent qu’ils déposerontdès le lendemain du vote définitif probable dutexte sur les OGM, un recours devant leConseil constitutionnel.238 http://tf1.lci.fr/infos/france/politique/0,,3812892,00-fillon-exige-excuses-publiques-kosciusko-morizet-.html239 http://www.franceinfo.com/IMG/pdf/lettre_liberation.pdf240 http://www.legrenelle-environnement.fr/grenelle-environnement/IMG/pdf/13.05.2008_-_PJL_OGM_-_2eme_lecture_AN_cle596184.pdfESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


70 Le conflit OGM en France22 mai 2008 : Discussion en séance publiqueau Sénat et adoption définitive par le Sénat.26 mai 2008 : Saisine du Conseilconstitutionnel par plus de 60 sénateurs (183voix pour, 42 contre)27 mai 2008 : Saisine du ConseilConstitutionnel par plus de 60 parlementaires(PS, Communistes et Verts). « En légalisantles OGM sans définir leur seuil, en prenant lerisque qu'ils contaminent l'ensemble desproductions agricoles, le Gouvernement aporté atteinte au principe de précautionreconnu dans la Constitution et à la Charte del'environnement qui lui est adossée. Son projetde loi doit être ajusté à ce titre », affirme letexte du communiqué 241 .19 juin 2008 : Le Conseil Constitutionnelvalide l’essentiel de la loi, adoptée, d’après lesSages, « au terme d’une procédure régulière »242 . Par ailleurs, selon le Haut Conseil, leprincipe de précaution inscrit dans laConstitution via la Charte de l’environnementest respecte par la loi OGM. Seule censure,deux alinéas prévoyant une listed’informations obligatoirement renduepublique en cas de culture d’OGM en serre ouen plein champs, statuant que cette liste devaitêtre inscrite dans la loi.29 octobre 2008 : l’AESA rend son avis sur laclause de sauvegarde française sur le maïsMON 810. Après avoir évalué les informationsfournies par la France à l’appui de sa clause desauvegarde et examiné toutes les publicationspertinentes concernant ce sujet, le groupescientifique GMO de l’AESA conclut qu’entermes de risques pour la santé humaine etanimale, ainsi que pour l’environnement,l’ensemble des informations fournies neprésente aucune nouvelle preuve scientifiquequi pourrait invalider les évaluationsantérieures des risques du maïs MON810. Parconséquent, aucune preuve scientifiquespécifique, en termes de risques pour la santéhumaine et animale, ainsi que pourl’environnement, n’a été fourni qui pourraitjustifier l’invocation d’une clause desauvegarde et une mesure d’urgence. 2439 décembre 2008 : la Cour européenne deJustice condamne la France à une amende de10 millions d'euro. pour avoir tardé àtransposer la loi européenne sur les OGM(inscrit dans la législation française en juin2008). En 2004 déjà, la Cour européenne deJustice avait condamné la France pour n'avoirpas transposé avant 2002 une directive de2001 sur le contrôle de la dissémination desOGM dans l'environnement.C. La clause de sauvegarde française de2008, une décision avant tout politiqueLa clause de sauvegarde décrétée par Nicolas Sarkozy amis fin, en France, à la commercialisation desemences, et donc la culture en plein champs du maïsMON 810 sur le territoire Français. Basé sur lacommunication de Jean-François Le Grand, présidentdu comité de préfiguration d’une haute autorité sur lesorganismes génétiquement modifiés qui annonce qu’ily a des «doutes sérieux » concernant le MON 810.Cette phrase a été immédiatement contesté par 14 des35 membres du comité dans un communiqué publiédès le lendemain et dans lequel ils précisent que leprojet d’avis qu’ils ont rédigé sur la dissémination duMON 810 sur le territoire français « ne comporte pasles termes ‘doutes sérieux’ pas plus qu’il ne qualifie lesfais scientifiques nouveaux de ‘négatifs’. 244 En effet, ilsy listent quatre faits nouveaux et cinq aspects ayantbesoin d’être approfondis sans pour autant parler d’unbesoin de stopper le MON 810 de la culture 245 .« La décision a été strictement politique » affirmeGérard Pascal, spécialiste de la sécurité sanitaire. « Iln’y a rien dans l’argumentaire de la France, etstrictement aucun risque avec le MON 810 sur le plansanitaire » 246 Ce à quoi Philipe Joudrier, président ducomité d’experts en biotechnologies de l’Afssa, répliqueque « l’avis du comité de préfiguration de la hauteAutorité, et je suis désolé de ce que je vais dire pour lescollègues qui font partie du comité, mais c’est unvéritable brouillon, voire un Torchon. » 247 Souventremise en question, la prise de parole du sénateur LeGrand « Ce qui est anormal, c’est ce que dit le sénateurLe Grand lorsqu’il rend l’avis du pauvre travail ducomité de préfiguration : ‘Il y a des doutes sérieux’.241 http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/les-decisions/depuis-1958/decisions-par-date/2008/2008-564-dc/saisine-par-60-deputes.12338.html242 http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseilconstitutionnel/root/bank/download/cc-2008564dc.pdf243 http://www.passion-mais.com/wp-content/pdf/afismon810.pdf244http://afp.google.com/article/ALeqM5hggKiRFTp2lU0vptpgnCAd2QZejg245 http://www.legrenelle-environnement.fr/grenelleenvironnement/IMG/pdf/Avis_emis_sur_la_dissemination_du_MON810_le_9_01_2008-2.pdf246 Interview de Gérard Pascal en annexe247 Interview de Philippe Joudrier en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


71 Le conflit OGM en FranceOr, dans l’avis, il n’y a nulle part le mot doute, et nullepart le mot sérieux », explique Philippe Joudrier. 248Yvette Datée, directeur de recherche honoraire à l’Inraconfirme que « concernant le maïs BT 810, oui, il n’y aaucun risque, aucun problème écologique, aucunproblème de santé. Compte tenu du nombred’expertises ayant été faites sur le dossier, et del’antériorité de la culture en Espagne et aux Etats-Unis, c’est un évènement qui est sûr. » Une opinionpartagée par Philippe Joudrier « Quand on sait qu’ilest cultivé depuis 10 ans, que nous, à l’Afssa, on l’aréexaminé en avril dernier car c’est obligatoire aubout de 10 ans, que tout était parfaitement normal,que notre conclusion est qu’il ne présente aucunrisque, qu’il n’y a aucun élément nouveau qui nouslaisse supposer un risque depuis 10 ans, on peutfranchement se demander pourquoi il n’est pascultivé ».Jean-François Legrand expliquera plus tard à PascalFriang, journaliste à Agriculture Horizon : « Lorsque jeme suis rendu au ministère, Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat chargée de l’écologie, m’ademandé d’utiliser, dans ma communication, le terme‘doutes sérieux’ plutôt ‘qu’interrogations’. Ce qui adéclenché la colère de 14 des 55 membres du Comitéqui ont estimé ne jamais avoir parlé de doutes sérieuxmais d’interrogations fortes. C’est ensuite déclenchéela vague de protestations, après le déclenchement dela clause de sauvegarde de certains chercheurs, desemenciers et de céréaliers. » 249 Pour Gil-RivièreWekstein, éditeur de la lettre Agriculture etEnvironnement, la raison est que « le mot ‘doute’renvoyait au discours de Sarkozy pour pouvoirdéclencher la clause de sauvegarde. C’est uneinstrumentalisation politique, regardez le rapport dela Haute Autorité, vous verrez il n’y a rien. Il esttellement vide que la France qui doit rendre comptedevant les autorités européennes de sa clause desauvegarde ne va même pas aux rendez-vous ! » 250Alain Topan, responsable de la réglementation OGMdu groupe Limagrain a un point de vue tout aussitranché. La transposition de la directive européenne« on la fait parce qu’on est contrait de la faire, et onn’en fait pas plus que l’on doit. En cours de route, onmet des clauses de sauvegarde qui ne tiennent pas laroute sur le MON 810. Le Gouvernement, comme lesGouvernements précédents sur ce sujet là n’a pasmontré qu’il était ‘adulte’. » 251Pour certains, les opposants aux OGM, cette variationde vocabulaire a permis de gagner du temps. LaurentLeguyader, consultant indépendant en développementdurable « c’est une victoire très fragile. (…) Ladécision de Borloo est appuyée sur un avis de la HauteAutorité qui n’est pas infaillible parce que le présidentde cette Haute Autorité a modifié légèrement laformulation de son avis pour le rendrecompréhensible par tous. D’un point de vuescientifique, l’avis ne tient plus la route. » 252Pour Philippe Joudrier « Le Grenelle del’environnement a tout simplement été un marchépassé avec les écologistes. Je crois bien que FrançoisFillon et Jean-Louis Borloo l’ont dit eux-mêmes. Sivous regardez bien, lors du Grenelle, il n’a jamais étéquestion du nucléaire et pourtant on sait tous que c’estun problème que soulèvent souvent les écologistes. Amon avis, le marché à été du type « vous acceptezqu’on ne parle pas du nucléaire au Grenelle del’environnement et on vous donne les OGM » 253 . Despropos confirmés par Gil-Rivière Wekstein « NicolasSarkozy avait promis un année blanche aumouvement écologiste. Jean-Louis Borloo et NathalieKosciusko-Morizet avaient besoin d’un argument pourla clause de sauvegarde et ont demandé la rédactiond’un argument qui permette de l’obtenir. Lesscientifiques n’ont pas voulu le faire, donc ils ontdemandé la rédaction d’un document dans lequel lemot doute n’apparaît pas. Du coup, c’est le politiciende la bande qui l’a utilisé. » 254D’après lui, cependant, Nicolas Sarkozy sort commegrand vainqueur : « Vous pensez vraiment quel’interdiction du MON 810 suite au Grenelle del’environnement était un grand sacrifice pour NicolasSarkozy ? Bien sûr que non. Il a tout gagné de sonpoint de vue sur le court terme. Il a pu faire passer lenucléaire sans grand débat alors que tous les anti-OGM sont contre le nucléaire. (…) Il interdit pendantun an, un an et demi, un OGM qui est celui d’une firmeaméricaine qui sert à peine à 2000 agriculteurs demaïs (…). Et, en plus, il montre que lui, il a ducaractère, il est à l’écoute, et pense à l’environnement.Finalement il a tout gagné. Il va rester en politiquecomme celui qui contrairement à Jospin et Chiracaura vraiment agit dans le domaine del’environnement. » 255La France a été contrainte de justifier les raisons quil’ont poussée à activer la clause de sauvegarde devantla Commission Européenne et de faire parvenir,conformément à la directive 2001/18/CE, les « faitsnouveaux » sur lesquels elle s’est appuyée à l’EFSA.« Le dossier qui a été envoyé à Bruxelles esttotalement vide » raconte Gérard Pascal, spécialiste de248 Interview de Philippe Joudrier en annexe249 « Mes vérités sur les OGM » interview de Jean-FrançoisLe Grand, propos recueillis par Pascal Friang, AgricultureHorizon numéro 10250 Interview de Gil Rivière Wekstein en annexe251 Interview d’Alain Topan en annexe252 Interview de Laurent Le Guyader en annexe253 Interview de Philippe Joudrier en annexe254 Interview de Gil Rivière Wekstein en annexe255 Interview de Gil Rivière Wekstein en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


72 Le conflit OGM en Francela sécurité sanitaire des aliments (…) « La France,après plusieurs mois, a finalement transmis unrapport rédigé par Yvon Le Maho, membre del’Académie des sciences, spécialiste des Manchots del’Antarctique. Vous pensez vraiment qu’il est habilité àfaire un rapport sur le MON 810 ? Avec le rapport, laFrance a joint une lettre indiquant que les conclusionsde ce rapport n’engageaient qu’Yvon Le Maho, que cen’était pas la position Française. C’est quand mêmeextraordinaire. La France n’a donc transmis aucunvrai document scientifique à l’appui de sa demande demise en œuvre de la clause de sauvegarde. » 256A la fin du mois d’octobre, l’EFSA a donc concluqu’aucune preuve scientifique spécifique, en termes derisques pour la santé humaine et animale, ainsi quepour l’environnement, n’a été fourni qui pourraitjustifier l’invocation d’une clause de sauvegarde.Ces propos n’ont pourtant pas fait évoluer Paris. Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet ontmaintenu la suspension de la culture du MON 810,soulignant que la décision revenait au Conseil desministres européens puis éventuellement à laCommission européenne.IV.ConclusionLes finalités éthiques, économiques et politiques desOGM sont aujourd’hui un enjeu planétaire. En unevingtaine d’années, en parallèle à l’émergence de labiotechnologique et aux enjeux économiques, unebranche du droit et des règlements ont été créés. Lesdeux secteurs les plus importants pour les brevets,issus de la biotechnologie, sont ceux de la santé et del’agriculture, le marché potentiel se chiffrant enmilliards de dollars. 257Le conflit OGM en France n’est en réalité qu’unélément symptomatique d’un conflit politique quioppose deux visions du monde diamétralementopposées.D’un côté, la vision des associations écologistes et despolitiques proches de cette mouvance qui déplorent lesméfaits du monde industriel actuel, prêchent - pourcertains d’entre eux -, la décroissance, valorisent lesméthodes raisonnées de production et agissent au nomde la défense d’un patrimoine naturel collectif et de lasuprématie de la nature. Pour eux, l’avènement de latechnologie OGM, son introduction dans la chaînealimentaire et, par conséquent, la dissémination desOGM dans les champs, entraîneraient nécessairementune « contamination génétique » irréversible. Parfoisqualifiés de « groupuscules malthusiens » par leursdétracteurs, ils s’opposent aux OGM qui sont, poureux, avant tout révélateurs d’un projet de société qu’ilsrejettent. A leurs côtés, plus modérés mais s’opposantégalement aux OGM, on trouve des politiques qui,comme l’explique Gil Rivière-Wekstein, « considèrentque la vocation de l’Europe n’est pas d’être uneexportatrice agricole mais qu’elle doit développer saspécificité agricole en faisant des produits de qualité» 258 . Cette mouvance s’appuie sur des argumentséconomiques - et non plus sanitaires - pour démontrerqu’il existe des avantages à prôner l’interdiction de laculture de plantes génétiquement modifiées au niveaueuropéen.De l’autre côté de cette bataille idéologique, on trouveune vision plus libérale de la conduite du monde, quidonne à une agriculture toujours plus productive et àl’utilisation massive des plantes génétiquementmodifiées un rôle déterminant, consistant à couvrir lesbesoins alimentaires mondiaux. Les besoinsalimentaires mondiaux augmentant mécaniquement,l’industrialisation ne peut que s’accentuer etl’agriculture s’intensifier. Les OGM, qui facilitentl’agriculture de production et le travail desagriculteurs, sont un atout technologique indéniable -notamment pour l’amélioration des rendements - quijustifie l’absolue nécessité de leur utilisation. Certainspoussent le raisonnement encore plus loin, tel ledocteur Nina Fedoroff, diplômée en biologiemoléculaire, membre de l'U.S. National Academy ofSciences, conseillère pour la science et la technologieauprès du secrétaire d'Etat et du directeur de l'U.S.Agency for International Development sous la dernièreadministration Bush. Pour elle, comme pour d’autres,les OGM peuvent apporter des éléments de réponseaux problèmes de malnutrition et de carencesalimentaires présents dans de nombreux pays. De plus,les surfaces agricoles destinées à l'alimentation nepouvant être étendues continuellement sans de gravesconséquences pour l'environnement (déforestation,appauvrissement des sols, utilisation de pesticides...),l’utilisation des OGM doit être reconsidérée et tenir unrôle déterminant dans la mise en place d’une nouvelle"révolution verte" 259 .Il est intéressant de s’interroger sur la raison pourlaquelle, en France, malgré un puissant lobby pro-OGM, une communauté scientifique plutôt favorable,une puissance syndicale - la FNSEA - assez fortementprésente dans les institutions (notamment au sein du256 Interview de Gérard Pascal en annexe257 Site de Radio-Canada : Breveté le vivant.258 Voir interview de Gil Rivière-Wekstein en annexe ?259 Bulletin électronique de l’ADIT. http://www.bulletinselectroniques.com/actualites/056/56410.htmESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


73 Le conflit OGM en FranceConseil Economique et Social), malgré, aussi, lesdifférents avis positifs émis par les autorités sanitairesnationales et européennes et les multiplesdémonstrations de l’innocuité des OGM pour la santéhumaine et animale, depuis plus de 10 ans, la classepolitique française est incapable de prendre une réelledécision à leur sujet. En effet, les plantesgénétiquement modifiées sont, depuis leurs premièrestentatives d’introduction sur le territoire français, tourà tour autorisées à la culture et mises sous le coupd’un moratoire au nom du principe de précaution, puisà nouveau autorisées, pour être finalement à nouveauinterdites à la culture sur le territoire français,interdiction que l’Etat a d’ailleurs bien du mal àjustifier devant les institutions européennes. Puissancedu « lobby vert » et des « associationsécologistes » dans l’Hexagone ? Surmédiatisation des« actions fortes » de José Bové par des médias enquête de sensationnalisme et ayant pour conséquenceun attachement de la population française à sapersonnalité ? Importance de la place accordée auxarguments en défaveur des OGM (et donc sousreprésentationdes arguments en leur faveur) dans lesmédias français, dont l’effet serait un rejet de cettetechnologie par l’opinion publique ? Surpuissance du« marketing vert » et des arguments marketing « sansOGM » ? Frilosité et désinformation des politiques ?Difficulté, de leur part, à statuer sur un sujet complexeet à en vulgariser les multiples enjeux auprès del’opinion publique ? Incompréhension, de la part de lapopulation française, des enjeux agricoles mondiaux ?Ou, plus simplement, manque de recul sur unetechnologie qui pourrait s’avérer lourde deconséquences, ce qui expliquerait la mise en oeuvre duprincipe de précaution ? La réponse se partageprobablement entre ces différentes hypothèses.Plusieurs thèses sont avancées pour tenter d’éclaircirles conditions dans lesquelles la dernière interdictionde culture du maïs MON 810 sur le territoire français aété prononcée, sans qu’aucune ne puisse réellementêtre prouvée : marchandage avec les écologistes lors duGrenelle de l’Environnement ? Influence de l’écologiepolitique et des altermondialistes sur la vie publique etles décisions institutionnelles françaises ? Influencedes actions de ces mouvements sur l’opinion publiqueet utilisation, toujours par ces mouvements, des sujetsde l’alimentation, de l’agriculture et des méfaits destechnologies OGM, pour « recruter » dessympathisants et peser sur les décisions politiques ?…L’interdiction renouvelée de cultiver des OGM enpleins champs, en France, et la difficulté à fairerespecter les autorisations d’essais destinés à larecherche, ne manquent pas, en tout cas, de susciterl’incompréhension chez plusieurs spécialistes telsGérard Pascal : « Personnellement, je ne comprendspas qu’on sacrifie un secteur d’activité entier pouravoir la paix avec les Verts, même si l’industrie dessemences ne représente pas un très gros chiffred’affaires. A mon avis, cette situation ne peut pasdurer. » 260 La puissance du lobby pro-OGM conduitmême certains opposants à penser que les partisansdes OGM ne font que « gagner du temps ». PourPascale Loger, vice-présidente du Conseil régional deBretagne et membre actif du réseau européen desrégions sans OGM : « Le combat anti-OGM duredepuis plus de dix ans et ils (NDLR : les OGM) nepénètrent pas tant que ça sur le territoire, malgré deslobbies extrêmement puissants à tous les niveaux.C’est une guerre d’usure. (…). A chaque fois, on gagne6 mois, un an… » 261Cette guerre d’usure, qui sévit en France depuis denombreuses années, est lourde de conséquenceséconomiques, stratégiques et politiques.D’abord, une perte de compétitivité progressive desentreprises françaises et européennes dans le domainedes biotechnologies végétales. Le moratoire européenen vigueur depuis 1999 et les destructions d'essaisexpérimentaux d'OGM affaiblissent considérablementla mobilisation des chercheurs européens enbiotechnologies. La « fuite de cerveaux » - leschercheurs s’expatrient pour pouvoir travailler sur lamodification génétique des plantes -, le désintérêtcroissant des jeunes sur ce sujet, le recul progressif dela recherche et du développement au sein desentreprises, dû à la multiplication des fauchages desessais en pleins champs mais, également, à la difficultéadministrative et financière de conduire les testssanitaires à présenter lors des demandes d’autorisationde mise sur le marché, ont engendré une forte baissede la capacité à innover dans ce secteur d’activité.« Monter un dossier et le communiquer à l’agenceeuropéenne à Parme coûte aujourd’hui une petitefortune », précise Yvette Dattée, directeur de recherchehonoraire de l’INRA , « au point que les entreprises detaille moyenne n’ont plus accès à ces technologies carelles ne peuvent plus financer le coût desréglementations. » 262Ceux qui ont des moyens plus importants, commeLimagrain, 4 e groupe semencier mondial d’originefrançaise, tentent de préserver leur compétitivité endélocalisant leurs recherches et leurs essais en pleinschamps : « Si on ne le faisait pas, ce serait d’abord unefaute vis-à-vis du développement de l’agriculturefrançaise et européenne et ce serait, ensuite, signernotre arrêt de mort » 263 , argumente Jean-ClaudeGuillon, directeur des affaires institutionnelles et de lacommunication du groupe. Même constat pour AlainGlon, président du groupe Glon-Sanders : « Lesindustries agroalimentaires françaises ont pusurvivre jusqu’à maintenant sans les OGM mais,260 Voir l’interview de Gérard Pascal en annexe.261 Voir l’interview de Pascale Loger en annexe.262 Voir l’interview d’Yvette Dattée en annexe.263 Voir Interview de Jean-Claude Guillon en annexeESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


74 Le conflit OGM en Francedemain, elles ne le pourront plus » 264 . Si l’utilisationdes semences GM continue à se multiplier au niveaumondial, comme c’est le cas actuellement, ladépendance de la France et de l’Europe va s’accentuerau profit des pays producteurs d’OGM. Face auxvariétés d’OGM, les variétés françaises risquent de neplus être suffisamment efficaces et performantes pourêtre attirantes aux yeux des agriculteurs mondiaux.A cette baisse de la compétitivité des industriessemencières, s’ajoute une baisse de la compétitivité desagriculteurs français et européens. Plus l’utilisation desOGM se généralise dans le monde, plus le prix desplantes génétiquement modifiées baisse et plus ildevient coûteux de produire sans OGM, comme l’exigeactuellement la législation française. Les bénéficesdirects des OGM sur le métier des agriculteurssemblent d’ailleurs incontestables si l’on observe larapidité d’appropriation des semences d’OGM dans lemonde et l’augmentation flagrante de leur utilisationdès leur autorisation immédiate de mise en culture surle territoire concerné. Dans les zones du monde où laculture des plantes GM n’a pas été interdite, la part desOGM dans la production s’accroît rapidement. En2005, 8,5 millions d’agriculteurs utilisaient latechnologie OGM, dont 90% dans des pays en voie dedéveloppement. 265 En France, entre 2004 et 2007,période d’autorisation de culture de maïs MON 810génétiquement modifié, les surfaces cultivées sontpassées de 500 hectares cultivés en 2004 à 22 000hectares en 2007. 266En France, l’interdiction de mise en culture engendredonc une baisse progressive de la compétitivité desagriculteurs français sur le marché français lui-mêmemais également sur les marchés internationaux. Cettebaisse de la compétitivité entraîne en cascade unebaisse de la compétitivité de toutes les entreprises quidépendent de l’agriculture et, en premier lieu, desentreprises agroalimentaires. Cette perte decompétitivité peut avoir une répercussion directe surl’économie française en général, par les pertes d’emploiqui risquent d’en découler. De plus, « lorsqu’enFrance, nous manquons de céréales comme l’annéedernière, nous ne pouvons donc pas nousapprovisionner aux Etats-Unis », explique Alain Glon.« L’année dernière », continue-t-il, « le mélange OGM– non OGM de maïs américains coûtait environ 100dollars. En face, les variétés non GM de maïs brésilienétaient vendues au prix de 150 dollars. Les industriesagroalimentaires françaises ont donc dû vivre avecun prix de revient du maïs à environ 220 dollars. Or,le poulet fabriqué par les Américains peut entrer surle marché français sans problème. Cela signifie quenos poulets français, nourris avec du maïs à 220dollars, se retrouvent en concurrence, dans les mêmespoints de distribution, avec les poulets américainsnourris avec du maïs à 100 dollars. C’est pour cetteraison que les entreprises françaises ne pourrontsurvivre qu’un certain temps. Lorsque vous comparezle décalage entre les prix de revient, cela ne pourrapas durer. La production française ne peut quedécliner avec un tel différentiel de prix » 267 . La Francerisque ainsi progressivement de perdre sa maîtrise de« l’arme alimentaire ». Moins la production agricolefrançaise sera compétitive, moins le prix de laproduction de proximité sera attractif pour leconsommateur et plus les denrées étrangères produitesà partir d’OGM, moins onéreuses, auront du succès. Enconséquence, l’Hexagone dépendra de plus en plus desimportations pour nourrir sa population. Cette pertede maîtrise sur l’agriculture française agit directementen faveur de la stratégie économique américaine qui afait de l’agriculture et de la domination de l’armealimentaire deux de ses priorités. Comme l’explique GilRivière-Wekstein, « l’agriculture est une armepolitique et les Américains l’ont toujours considéréecomme telle. L’Amérique n’a pas nécessairementintérêt à ce que l’Europe soit une grande puissanceagricole dominante qui puisse lui faire de l’ombre. Jene dis pas par là que l’Amérique va s’opposer auxOGM en Europe mais les intérêts stratégiquesaméricains ne coïncident pas nécessairement avec lesintérêts stratégiques européens, en ce qui concernel’agriculture. » 268 Dans les pays émergents ayantautorisé la culture d’OGM sur leur territoire, lesagriculteurs choisissent de plus en plus de produire àpartir de semences génétiquement modifiées, rendantleur production agricole dépendante des semencesétrangères. Choisissant une position radicalementdifférente de celle des institutions françaises, ces payssoutiennent fortement, sur des fonds publics, larecherche et le développement dans lesbiotechnologies végétales. C’est le cas, entre autres, del’Inde et de la Chine 269 . Le gouvernement indien aainsi approuvé, en novembre 2007, une stratégienationale de développement des biotechnologies. Cettestratégie en 15 points, annoncée par le ministre indienpour la Science et la Technologie, M. Kapil Sibal,propose, entre autres, que le Department ofBiotechnology (DBT) consacre désormais 30% de sonbudget - soit environ 42 millions d'euro. - à despartenariats public-privé pour améliorer lesinteractions entre le monde académique et celui del'entreprise. Elle comprend, également, la création de50 centres d'excellence en biotechnologies dans les 5ans à venir, qui auront pour objectif d'augmenter le264 Voir l’interview d’Alain Glon, Président du Groupe GlonSanders, en annexe265 Le Monde, 14 février 2008 : Les surfaces cultivées enOGM ont augmende 12 % en 2007.266 Voir l’interview de Stéphanie Piecourt, directrice de lacommunication de Monsanto France.267 Voir l’interview d’Alain Glon, en annexe.268 Voir l’interview de Gil Rivière-Wekstein en annexe.269 Intervention de Mr Arjula Reddy, de l’Université deHyderabad, en Inde, lors du colloque de l’académie des Sciencestenu en septembre 20008 à Paris.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


75 Le conflit OGM en Francenombre de doctorats et de masters délivrés chaqueannée dans ce domaine. 270A plus ou moins long terme, au travers de l’armestratégique qu’est l’agriculture - et notamment de l’unde ses aspects technologiques que sont les OGM -, c’estbien un bouleversement de l’équilibre géopolitiquemondial qui semble se profiler. Il semblerait que, del’avis – presque - général, la bataille pro/anti-OGM enFrance et, par extrapolation en Europe, soit un débatdépassé. La seule question qui reste en suspens est,comme l’indique Gil Rivière Wekstein, « pendantcombien de temps, nous, Français, allons continuer àperdre ? » 271270 Bulletin électronique de l’ADIT. http://www.bulletinselectroniques.com/actualites/052/52330.htm271 Voir l’interview de Gil Rivière-Wekstein en annexe.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


V. BibliographieOUVRAGESCHAUPRADE Aymeric, Géopolitique : constantes et changements dans l’histoire, Collection Ellipses,2003.CHUPEAU Yves-TESTART Jacques, OGM:quelsrisques?,CollectionPouroucontre,2007.GODARD Olivier, Le principe de précaution dans la conduite des affaires humaines, 2001, Maison desSciences de l'Homme.Des chercheurs de différentes disciplines montrent comment une culture de la précaution pourraitsusciter une gestion des risques plus intelligente et plus ouverte aux préoccupations des citoyens. Leursanalyses témoignent aussi des flottements possibles ou de l'ambivalence d'une idée qui, mal interprétée,risque de faire régresser la rationalité de la décision publique ou le droit de la responsabilité.LE DEAUT Jean-Yves, Rapport de l'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques ettechnologiques : L’utilisation des OGM dans l’agriculture et dans l’alimentation, juillet 1998. Accessiblesur le site officiel de l’Assemblée Nationale : www.assemblee-nationale.fr/11/dossiers/ogm.aspMILANESI Julien, Analyse des coûts induits sur les filières agricoles par les mises en cultured’organismes génétiquement modifiés (OGM). Etude sur le maïs, le soja et le poulet Label Rouge. Etudecoordonnée par Julien Milanesi, docteur en sciences économiques. Centre d’étude et de Recherche enGestion. Université de Pau et des Pays de l’Adour. Etude réalisée sur la demande de l’associationGreenpeace Francehttp://blog.greenpeace.fr/wp-content/documents/ogm/Rapport-CREG-OGM.pdf TESTART Jacques, Le vélo, le mur et le citoyen. Belin, 2006.TESTART Jacques, les OGM un vandalisme néo-libéral.ARTICLES BERLAN Jean-Pierre, Directeur de recherche à L’INRA Auteur de « la guerre du vivant » (Agone, 2001)www.econovateur.com/rubriques/communiquer/critcom1103.shtmlBULLETINS ELECTONIQUES de l’ADIT, un service de veille technologique internationale du ministèredes affaires étrangères et européennes.http://www.bulletins-electroniques.comBILLARD Martine, Il faut un référendum sur les OGM, mai 2008, blog de Martine Billard,http://www.martinebillard-blog.orgCOMITE DE PRÉFIGURATION D’UNE HAUTE AUTORITÉ SUR LES ORGANISMESGÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉS, Avis sur la dissémination du MON810 sur le territoire françaishttp://www.developpementdurable.gouv.fr/IMG/pdf/avis_dissemination_mon810_09_01_2008_cle1fe248.pdfDUBOIS Stéphane, "Développement des OGM : enjeux et perspectives", Problèmes Economiques, n°2786,novembre 2002, La Documentation Française, 2002, p1DUCROQUET Dominique, discours prononcé lors de l’assemblée générale de la Confédération généraledes planteurs de betteraves (CGB), le 4 décembre 2007, accessible sur le site officiel de la confédération :http://www.cgb-france.fr/getFile.aspx?FILEID=1223FURBURY Pierre-Alain, Groupes de pression : l’Assemblée Nationale peine à trouver la parade, LesEchos, 8 avril 2008.LA REVUE PARLEMENTAIRE no. 907, Assemblée nationale, dimanche, 1 juin 2008, p. 5LE BUANEC Bernard, Le développement des OGM dans le Monde. Impact sur l’industrie des semences,19 novembre 2008, présentation réalisée dans le cadre de la matinée « les OGM pour les nuls » organisépar l’Académie des Technologies, au Palais de la Découverte le 19 novembre 2008.


77 Le conflit OGM en FranceLE BUANEC Bernard, Seeds, an Important Industrial and Economic Issue for Europe. Présentationréalisée dans le cadre du colloque de l’Académie des sciences : Le monde végétal s’ouvre auxbiotechnologies tenu le 15 septembre 1998, à l’Académie des Sciences de Paris.http://www.canalc2.tv/video.asp?idVideo=7989&voir=ouiLE BUANEC Bernard, Le développement des OGM dans le monde - impact sur l'industrie des semences,présentation réalisée dans le cadre du débat de l’Académie des Technologies Les OGM : nourrir le mondede manière durable ? tenu le mercredi 19 novembre 2008 au Palais de la Découverte, Paris.http://www.academie-technologies.fr/actu/rencontres/OGMpourlesnulsLeBuanec.pdf MENNESSIER Marc, Vers une transparence totale sur les OGM, Le Figaro, 21 mars 2006PEIRO Germinal, propos recueillis par Jacques Ripoche « C'est une loi pro-OGM », Sud-Ouest du 31 mars2008REDDY Arjula, Recherches et production végétale en Inde. Présentation réalisée dans le cadre du colloquede l’Académie des sciences : Le monde végétal s’ouvre aux biotechnologies tenu le 15 septembre 1998, àl’Académie des Sciences de Paris.http://www.canalc2.tv/video.asp?idVideo=7988&voir=ouiLa liste complète des OGM actuellement à l’état de recherche fondamentale ou appliquée en Inde esttéléchargeable ici :http://www.academie-sciences.fr/conferences/colloques/pdf/colloque_15_09_08_programme.pdfRIVIERE-WEKSTEIN Gil, La CGB récuse l’étude de Greenpeace sur le maïs GM MON 810, Agriculture &environnement, 14 juin 2007.http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article217RIVIERE-WEKSTEIN Gil, Quelques réflexions sur le principe de précaution, Agriculture &environnement, 3 novembre 2008.http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article455RIVIERE-WEKSTEIN Gil, Greenpeace : Les passerelles entre finance et écologie, Agriculture &environnement, 19 décembre 2008.http://www.agriculture-environnement.fr/spip.php?article343 VATON Marie, Quand les lobbies font la loi, Le Nouvel Observateur, n°2272, 22 mai 2008.http://hebdo.nouvelobs.com/hebdo/parution/p2272/articles/a375576-.html Monsanto condamné en appel pour publicité mensongère, lexpress.fr, 29 octobre 2008. Bruno Rebelle Green Touch, Stratégies, 4 juillet 2003. Les étranges comportements de Greenpeace, knowckers.org, 11 janvier 2008http://www.knowckers.org/2008/01/les-etranges-comportements-de-greenpeace/ OGM : fin du litige Syngenta Monsanto, Le Figaro, 23 mai 2008http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/monsanto-condamne-en-appel-pour-publicitemensongere_656001.htmlhttp://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/05/23/01011-20080523FILWWW00378-ogm-fin-du-litigesyngenta-monsanto.phpArticles Intelligence économique, Ecologistes, Organismes génétiquement modifiés et Altermondialisme,WikipediaESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


78 Le conflit OGM en FranceMEMOIRES CHAPELLE Sophie, La question OGM : un défi pour la presse nationale, 2006Ce mémoire est accessible sur demande auprès des Amis de la Terre. Sophie CHAPELLE est journaliste etmembre du conseil fédéral de cette ONG.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


79 Le conflit OGM en FranceVI.Webographiewww.isaaa.orgL’International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications (ISAAA) est une organisationinternationale à but non lucratif, créée en 1991.L'ISAAA a deux objectifs principaux. Le premier est ledéveloppement et le transfert de biotechnologies appropriées, en particulier des organismes génétiquementmodifiés (OGM) dans les pays en développement. Le second de l'ISAAA est l'établissement de partenariatsentre institutions du Sud et secteur privé du Nord, et le renforcement des inter-actions entre institutions duSud. Elle est subventionnée par les dons d'entreprises du secteur des biotechnologies, de ministères dedifférents pays (États-Unis, Suède, Suisse,...), de fondations et organisations non Gouvernementales. L'ISAAAest connue pour publier un rapport annuel sur l'usage et les superficies plantées d'OGM sur la terre. Ceschiffres font référence en la matière. Cependant, l'association écologiste Les Amis de la Terre considère quel'ISAAA a tendance à surestimer les chiffres.www.efsa.europa.euL'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA ou AESA) est la pierre angulaire de l'Union européenne(UE) pour ce qui concerne l'évaluation des risques relatifs à la sécurité des aliments destinés à l'alimentationhumaine et animale. En étroite collaboration avec les autorités nationales et en consultation ouverte avec lesparties prenantes, l'EFSA fournit des avis scientifiques indépendants ainsi qu'une communication claire surles risques existants et émergents.www.grain.orgGRAIN est une organisation non Gouvernementale internationale (ONG) dont le but est de promouvoir lagestion et l'utilisation durables de la biodiversité agricole fondées sur le contrôle exercé par les populations surles ressources génétiques et les connaissances locales.www.seedquest.coSite d’information pour toute l’industrie semencière internationale.www.ogm.orgSite d’information français édité par les professionnels des semences et de la protection des cultures : le GNIS(Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants ), l'AMSOL (Association de l'Industrie desSemences de Plantes Oléagineuses, syndicat professionnel des semenciers de plantes oléagineuses),SEPROMA (Chambre Syndicale des Entreprises Françaises de Semences de Maïs) et l'UIPP (Union desIndustries de la Protection des Plantes, organisation professionnelle qui recherche et développe des produitsphytosanitaires et des techniques de protection des cultures dont les biotechnologies).http://gmoinfo.jrc.ec.europa.euCe site, géré par le Centre de recherche de la Commission Européenne a pour objectif de publier lesinformations et pouvoir recevoir les avis du public sur les demandes d’essais et de mise sur le marché desOGM, comme défini par la directive européenne 2001/18/EC.www.gnis.frLe Gnis a pour mission d’assurer la concertation, l’animation et la représentation de la filière semences, enjouant un rôle d’interface entre les professions concernées et les pouvoirs publics français et européens.Activité complexe, la production de semences implique en effet une collaboration très étroite entre tous lesacteurs. L’une des missions du Gnis est donc que les législateurs européen et français prennent en compte lespréoccupations de la filière sur ces sujets.www.geves.frLe GEVES est un groupement d'intérêt public dont les administrateurs sont l’Institut National de la RechercheAgronomique (INRA), le Ministère en charge de l’agriculture, le Groupement National Interprofessionnel desSemences (GNIS).www.uipp.orgUnion des Industries de Produits Phyto-sanitaires. Cette organisation professionnelle représente aujourd’hui96 % des fabricants de produits de protection des plantes du marché français. En cohérence avec lesorganisations mondiale (CropLife International) et européenne (ECPA – European Crop ProtectionAssociation), l’UIPP veille à la bonne utilisation des pesticides, de leur création jusqu’à leur élimination(réglementation, prescription, distribution, suivi, collecte, recyclage...)ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


80 Le conflit OGM en Francewww.criigen.orgLe CRIIGEN est le Comité de Recherche et d'Information Indépendantes sur le génie GENétique.Il s'agit d'un comité apolitique et non-militant d'expertise, de conseil, indépendant des producteurs d'OGM,intervenant à différents niveaux :juridiquescientifique (santé, environnement)sociologiquetechnique (étiquetage), notamment pour des dosages d'OGM,et au niveau économiquepour les citoyens, entreprises, associations, groupements, syndicatswww. ruralinfos.orgCe site internet rassemble la presse des associations et autres organisations à vocation rurale et agricole. Ceportail propose uneactualité sur les questions rurales, agricoles, environnementales et alimentaires. www.greenpeace.org/france/Ce site présente les missions et l’historique de Greenpeace France. Il comporte un dossier entièrement dédiéaux OGM.www.pacte-ecologique.orgCe site, créé par la fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, rappelle les grandes lignes du pacteécologique et donne la liste du comité de veille écologique. Il donne également des informations sur l’actualitédes décisions politiques prises dans le sens du Pacte.http://blog.greenpeace.fr/ogmSur ce blog de Greenpeace sont téléchargeables tous les dossiers, rapports et études de Greenpeace France.L’actualité médiatique de Greenpeace y est régulièrement mise à jour.www.christianpees.comSur ce site, Christian Pèes, agriculteur de maïs, vice-président de Coop de France, Trésorier de l’AGPM(Association Générale des Producteurs de Maïs) et membre du bureau du Club Demeter, club de réflexion surl’agriculture et l’agroalimentaire, écrit ses observations et commentaires sur l’actualité de l’agriculture.Plusieurs de ses articles sont consacrés aux OGM.www.amisdelaterre.orgCette ONG environnementale, membre fondateur de l’association altermondialiste ATTAC, expose dans cesite ses missions. Plusieurs articles sont consacrés aux OGM. Des pétitions sont en ligne.www.agoravox.frAgoraVox se présente comme une plateforme Internet de “journalistes citoyens“. On y trouve des articles etdes débats sur des sujets de société comme les OGM.www.infogm.orgSur ce site, toute l’actualité OGM.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


81 Le conflit OGM en FranceVII.Emissions et reportages ROBIN Marie-Monique, Le Monde selon Monsanto, Arte, 11 mars 2008. La crise alimentaire mondiale, Arte info, 16 mai 2008http://www.arte.tv/fr/video-sur-ARTE-TV/2151166,cmc=2050796.html Comme un vendredi, France 3, octobre 2008 C dans l’air, France 5, 13 mars 2007 Ripostes, France 5, 5 octobre 2008ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


82 Le conflit OGM en FranceVIII. IndexAESA/EFSA : Les acronymes AESA et FFSA sont couramment utilisés dans la presse ou les documents officiels, selonque l’acronyme retrace le nom français de l’agence (Autorité Européenne de la Sécurité des Aliments) ou le nomanglais European Food Safety Authority. L’Autorité Européenne de la sécurité des aliments a été créée en janvier 2002à la suite d’une série de crises liées à la sécurité des aliments survenues à la fin des années 1990. L’EFSA est une sourceindépendante de conseils scientifiques et de communication dans le domaine des risques liés à la chaîne alimentaire.AFSSA : Agence française de sécurité sanitaire des aliments. L'Afssa est un établissement public indépendant deveille, d'alerte, d'expertise, de recherche et d'impulsion de la recherche. Il contribue à l'amélioration de la santépublique, de la santé et du bien-être des animaux, de la santé des végétaux et de la qualité sanitaire del'environnement. Le domaine de compétence de l'Afssa couvre, entre autres, les risques, et, le cas échéant, lesbénéfices nutritionnels et sanitaires pour l'homme, d'origine alimentaire (y compris ceux liés à l'eau), d'origineanimale ainsi que ceux liés à l'utilisation d'intrants végétaux...ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


83 Le conflit OGM en FranceIX.AnnexesA. Interview de Jean-Claude GUILLON,groupe LimagrainJean-Claude Guillon est directeur des AffairesInstitutionnelles et de la Communication pour legroupe Limagrain.Pouvez-vous retracer les grandes lignes duconflit OGM ? Quel est le point de départ selonvous ?Quel est le point de départ du conflit ? Il y en aprobablement de multiples. Pour moi, ce conflit va audelàd’un débat de société comme on dit aujourd’hui.C’est l’affrontement de plusieurs visions du monde,avec, pour faire simple, d’un côté, ceux qui fontconfiance a une science maîtrisée pour aider auprogrès de l’humanité et, de l’autre, ceux quiprétendent que la science est porteuse de davantage dedanger que de progrès. Je ne sais pas si vous l’avez vue,mais j’ai été frappé par une caricature de Plantu paruedans Le Monde il y a quelques jours. L’accroche disait :« L’homme inventa l’agriculture et les problèmescommencèrent ». C’est édifiant. Certains érigent le« c’était mieux avant » en postulat de base, affirmentque notre avenir est dans la décroissance et que lanature est supérieure à l’homme. Ils combattent lesOGM en tant que symbole d’un progrès rejeté et detransgression d’un ordre naturel idéalisé. Pour moi, legerme de la contestation des OGM se trouve là. Après,tout en découle. On assiste à deux instrumentalisationspar les opposants : celle de la science et celle du« principe de précaution ». Prenons l’exemple del’évaluation des risques. D’un côté, vous avez deschercheurs qui s’en tiennent aux faits, qui sont pardéfinition prudents. Ils vous disent : « Jusqu’àaujourd’hui, je n’ai jamais vu de problème particulieravec les OGM évalués ». Ceux qui écoutent perçoiventun sous-entendu : « Cela ne veut pas dire qu’il n’y enaura pas demain ». De l’autre côté, vous avez desscientifiques opposés aux OGM, plus ou moinsspécialistes du sujet, plutôt moins que plus (je pense àun spécialiste de l’économie, M. Berlan, qui parle degénétique en abusant de son titre de directeur derecherche à l’INRA). Ils vous disent : « Il y aurasûrement des problèmes demain, pour la santé, pourl’environnement ou les deux à la fois, donc il fautappliquer le principe de précaution ». D’un côté, vousavez la prudence naturelle du chercheur honnête, del’autre côté, vous avez l’affirmation péremptoire duscientifique militant. Le principe de précaution devientalors un principe d’abstention. En arbitre, vous avez lapresse. Chacun sait que les médias se régalent plusquand on leur parle des choses négatives, c’est à direde sujets potentiellement sensationnels, que de chosespositives oubliées. Le grand public, largementinfluencé par cette caisse de résonance, est réceptif aux« marchands de peur ».Quel est votre point de vue sur les OGM etquels sont les enjeux réels du conflit ?Les enjeux sont multiples. D’une manière générale,l’opposition aux OGM agit comme élément fédérateurd’intérêts par ailleurs divergents, avec des gens quin’ont comme élément commun que « Je suis contre lesOGM ».Pour moi, le premier enjeu est celui de la compétitivitéde l’Europe, qui est menacée. Concrètement, l’Europeinnove énormément. Elle pourrait donc être pluscompétitive. Mais, sans doute parce qu’elle est un peu« vieillissante », elle a été incapable de développer sesinnovations dans le secteur des biotechnologiesvégétales. Les OGM en sont l’édifiante illustration.Voilà une technologie née en Belgique, perfectionnéeen France par Rhône-Poulenc mais finalementdéveloppée commercialement aux Etats-Unis, puisdiffusée à une échelle mondiale, notamment parMonsanto. En bloquant le développement des culturesde variétés OGM en Europe, les anti-OGM font le jeud’intérêts connexes qui prospèrent à l’abri d’un conflitplus large. Si l’on raisonne en termes d’intelligenceéconomique et de manière un peu caricaturale, on sepose la question classique « A qui profite le crime » ?Si le « crime » est d’empêcher les OGM de sedévelopper en Europe pour miner sa compétitivité,alors on voit qu’il profite bien évidemment à tous lesintérêts agricoles et agroalimentaires concurrents del’Europe, au sens le plus large. Illustration ? L’Europeinterdit la culture des OGM, donc prive ses agriculteursde la compétitivité qui en résulte. En même temps, elleimporte de plus en plus d’OGM : 55 millions de tonnespar an de soja et de maïs, principalement des Etats-Unis et d’Amérique du Sud, c'est-à-dire à 90 et 80%OGM. Comment alors ne pas remarquer qu’enfinançant différents mouvements qui s’opposentfarouchement aux OGM en Europe alors que ce n’estpas le cas aux Etats-Unis, certains contribuent à mettreopportunément de l’huile sur le feu ? Au bout duchemin, les agriculteurs américains en profitent pourexporter davantage. C’est un constat. Est-ce fortuit ?Y a-t-il des preuves de circuits de financementqui pourraient prouver ces choses ?Il y a en tout cas des pistes que vous pourrez creuser àl’occasion de votre recherche. Je crois savoir que lesservices de l’Etat spécialisés ont mené des enquêtes surla nébuleuse des anti-OGM. Mais, à ma connaissance,rien n’a filtré. Pour notre part, nous avons voulu ensavoir plus sur les activistes qui détruisent nos essais etvont jusqu’à menacer nos chercheurs. Nous avonsdécouvert qu’il existe des réseaux bien structurés, avecdes liens entre les différentes structures et uneESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


84 Le conflit OGM en Francerépartition des rôles. Quant aux financements, ilsviennent de partout. Il y a d’abord des financementsque je qualifierai de traditionnels pour des associationsqui ont une action anti-OGM parmi d’autres.Certaines, qui soutiennent ostensiblement lesfaucheurs volontaires, reçoivent même de l’argentpublic. A côté, de manière discrète, on trouve desfinancements issus de fonds malthusiens. On trouveaussi des fondations, que tout le monde connaît, quisont supposées aider au développement de l’humanitéet qui s’égarent à financer des groupuscules activistes.Alors quand je dis « s’égarent » c’est qu’ils financentdes ONG dont l’action contribue à la déstabilisation del’économie agroalimentaire européenne.Comment expliquer la décision de la HauteAutorité et ce qui s’est passé entre février etjuin en France ?La suspension des cultures de maïs GM en 2008résulte d’un manque de courage politique. Le fait estqu’il y a, de manière transverse, dans la classe politiquefrançaise, des sensibilités - pour ne pas dire descourants anti-OGM. Beaucoup d’élus, peu ou malinformés, considèrent qu’il y a trop d’inconnues.D’autres, ce sont les courants, sont au service d’uneidéologie, par exemple la décroissance. On trouve aussides comportements opportunistes : « Il y a tellementde sujets qui fâchent qu’il n’est pas opportun d’enouvrir d’autres ». Le fait qu’en France, les OGM soientperçus comme un symbole de la dominationaméricaine, n’a pas aidé. Certains considèrent que lesOGM sont utiles mais ils sont contre parce qu’ilssymbolisent un risque de « main basse sur le vivant ».C’est un vrai risque. Mais, en empêchant ou enretardant la recherche en France, les anti-OGM font lelit de ceux qu’ils dénoncent. C’est le paradoxe.Tout est mélangé. Survient le Grenelle et laconsultation des parties prenantes. Le sujet OGM faitdébat dans tous les groupes de travail, alors il estdécidé de créer un groupe de travail ad hoc. Problème :les professionnels sont notoirement sous-représentés.Dès lors, cela ne pouvait que déboucher sur desconclusions biaisées et contestables, mais on a quandmême parlé de consensus. Et c’est ce « pseudoconsensus » qui a servi de base à la loi sur les OGM. Laboucle est bouclée.C’est une loi, et il faudra donc l’appliquer, mais en tantque citoyen, je suis profondément convaincu qu’elle vaà l’encontre des intérêts de la France et de l’Europe.Pourquoi ? Parce qu’elle met en place des carcans qui,in fine, pénalisent la recherche et les agriculteurs, tantpar l’allongement des délais que par des règles decoexistence induisant d’inutiles surcoûts, sans protégermieux le consommateur ni l’environnement. Enretardant la recherche, elle fait le lit de ceux qui ont devastes programmes de recherche en Amérique duNord, en Amérique du Sud ou ailleurs. C’est la tristeréalité. Et pendant que les pouvoirs publics se drapentderrière le principe de précaution, les variétés OGM sedéveloppent au niveau mondial avec, en 2008, plus de110 millions d’hectares dans le monde, moins de 100mille hectares en Europe, moins de 10 hectares enFrance !Il est clair qu’aujourd’hui, tout dispositif législatif ouréglementaire qui retarde l’arrivée des variétés OGMen Europe fait le jeu de ceux qui ont déjà lancé leursproduits et déstabilise l’économie agricole du pays.Selon vous, est-ce que cette décision dugouvernement est un délai, est-ce que le débatOGM est encore d’actualité ?Peut-on dire que le gouvernement cherche à gagner dutemps ? Si l’on veut prendre un délai de réflexion pourmettre en œuvre une technologie, on fixe uneéchéance, on ne la discrédite pas. Rappelons-nous laprésentation des conclusions du Comité depréfiguration de la Haute Autorité sur les OGM. Leprésident du Comité, le sénateur Jean-François LeGrand, est venu devant les caméras de télévision direque « des éléments scientifiques nouveaux instauraientdes doutes sérieux » sur les OGM. Il n’a pas hésité àtravestir le compte-rendu des scientifiques. Si je distravestir, et je pèse mes mots, c’est que les scientifiquesqui participaient au Comité se sont sentis trahis, à telpoint qu’ils ont publié un communiqué de pressedisant que ce monsieur avait déformé leurs propos.C’est grave, très grave même.Quelle explication peut-on donner, qu’est-cequ’il y a derrière cela ?Certains ont parlé de complaisance vis-à-vis d’ordresvenus ou supposés venir de plus haut, notamment duministère de l’Ecologie. Quoi qu’il en soit, le fait deparler de « doutes sérieux » au journal de 20 heures amarqué les esprits et laissé des traces car, pour legrand public, la protestation des scientifiques estpassée inaperçue. Ce monsieur, qui était supposé faireun travail objectif, a décidé, délibérément, de jeter lasuspicion sur les OGM. Est-ce digne de sa charge ? Oncritique les Etats-Unis mais, en Amérique du Nord, untel manquement à la déontologie aurait eu de lourdesconséquences sur la carrière de l’élu concerné !Que pensez-vous de certaines rumeurs sur desaccords préalables, concernant le nucléaire etles OGM, passés entre des ONG et legouvernement pour participer au Grenelle del’Environnement (choix de laisser passer lenucléaire mais de mettre des barrières auxOGM) ?C’est vrai que j’ai aussi entendu ça. J’ai du mal à lecroire. Ce serait surréaliste ! C’est comme si, au siècledernier, un gouvernement avait décidé de sacrifier lavoiture pour sauver le train ou vice versa ! On ne doitsacrifier ni l’un, ni l’autre ! L’énergie électronucléaireest absolument nécessaire et vitale pour des raisonsESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


85 Le conflit OGM en Franceéconomiques et écologiques. C’est la même chose pourle développement des OGM, même s’ils nereprésentent qu’une partie des vastes retombées quisont attendues des biotechnologies végétales. Lesvariétés d’OGM résistantes aux insectes permettentdéjà de répondre aux objectifs du Grenelle qui sont,rappelons-le, de « produire plus et produire mieux ».Demain, d’autres variétés OGM ajouteront destolérances aux maladies, au sec ou au froid. Voilàpourquoi il serait incompréhensible de sacrifier lesOGM au nucléaire. Maintenant, si vous avez raison, legouvernement devrait s’en rendre compte. Et ilcorrigera vite le tir. A la réflexion, j’aimerais que ce soitça plutôt qu’une position d’inspiration idéologique,comme il en existe dans les sphères qui gravitentautour du ministère de l’Ecologie. Car ce serait encorepire. On prendrait alors un retard aux conséquencesdramatiques. Cela s’est produit dans l’histoire. LaChine a payé son impasse sur la machine à vapeur pardeux siècles de récession : elle est passée de 20-25% duPIB mondial à 3%. Aujourd'hui, elle reprend sa place,mais n’a refait qu’une partie du terrain perdu.Heureusement, nous n’en sommes pas là. Mais soyonslucides. Tant la France que l’Europe ont un besoinimpérieux d’innovations pour assurer leur niveau devie. Comment voulez-vous qu’on puisse maintenir leniveau de vie que nous avons aujourd’hui si l’on n’estpas capable d’innover pour faire face à la compétitivitéintrinsèque des pays à bas coûts ? Prenons l’hypothèsed’un blocage durable. Privée des bénéfices de cestechnologies, notre agriculture perdra progressivementsa compétitivité, l’Europe importera à tour de bras etde nombreux agriculteurs devront quitter le métier.Par ricochet, les entreprises qui dépendent del’agriculture, c'est-à-dire au premier chef les industriesagroalimentaires, perdront leur compétitivité,détruisant des dizaines, voire des centaines de milliersd’emplois situés pour l’essentiel dans les zones rurales.Vous allez me dire que je dramatise, que je fais ducatastrophisme. Est-ce exagéré ? J’espère que oui.Mais regardons autour de nous. C’est déjà ce qui sepasse avec les volailles. L’Europe, et plusparticulièrement la France, a perdu des parts demarché. Pourquoi ? Face à la polémique sur le sojaOGM, de grands opérateurs ont construit des usines detrituration de l’autre côté de l’Atlantique. Aujourd’hui,ils nous exportent l’huile « non GM » au regard desnormes. Et, comme ils ont construit à proximité desateliers d’engraissement pour valoriser les tourteauxde soja GM, ils nous exportent les volailles ! Résultat ?Des fermetures d’usines chez nous, avec des pertesd’emplois salariés et d’emplois agricoles. C’est bien unecatastrophe pour l’industrie de l’agricultureeuropéenne en général et française en particulier. Seulssurvivent ceux qui ont investi à l’étranger. A méditer.Comment expliquez-vous que les faibles (anti-OGM) aient pris le dessus au détriment desforts (agro-industries) dans ce conflit ?En France, on vient de le voir, les pouvoirs publicsn’ont pas joué le rôle moteur qu’ils ont eu dans le passépour installer la « révolution verte » des années 1960ou le nucléaire dans les années 1970-1980. L’abus duprincipe de précaution explique en partie la situation.Mais l’attitude de la grande distribution a joué aussi unrôle déterminant. Une grande enseigne a fait du « sansOGM » un argument marketing. L’absence d’OGM aété présentée comme un signe de qualité. A partir de cemoment, il y a eu un effet de cascade, de domino. Lesautres enseignes ont emboîté le pas. Comme la grandedistribution contrôle une part très majoritaire de ladistribution des produits alimentaires, et que lesgrandes enseignes ont imposé l’absence d’OGM dansleurs cahiers des charges, les industriels n’ont pasvraiment eu le choix. C’est ainsi que de grands groupesalimentaires internationaux ont pris des positionsextrêmement prudentes, ici en Europe, alors qu’ilsacceptaient sans réserve les OGM outre-Atlantique.Pragmatisme ou schizophrénie, appelez ça commevous voulez, mais c’est la réalité. J’observe qu’enEspagne, cette exclusion n’a pas eu lieu : et c’est le payseuropéen qui cultive le plus largement des maïs GM.Avez-vous des exemples ?Les grands industriels de l’amidon utilisent des maïstransgéniques aux Etats-Unis mais ils imposent descahiers des charges « non OGM » à leurs fournisseurseuropéens. C’est un fait avéré. Pourquoi ? Parce qu’enEurope, l’amidon de maïs était menacé d’exclusion desrecettes alimentaires si l’absence d’OGM n’était pasgarantie. Même chose pour le maïs doux, qui affiche« sans OGM » sur chaque boîte de conserve. Les« faibles », comme vous dites, ont donc bénéficiéd’alliés de poids, même si c’était des alliés decirconstance (voir la situation des IAA aux Etats-Unis).Voilà une première explication que vous pourrezvérifier. Aujourd’hui, l’importation de produits GM ouissus d’OGM est tellement massive que les OGM sontprésents partout dans la chaîne alimentaire. Le blocagese réduit à limiter leur culture en Europe.Mais revenons un peu en arrière. La « mayonnaise » apu prendre autour des anti-OGM grâce à une série deconcours de circonstance. Prenons Monsieur Bové, lafigure anti-OGM par excellence. Au départ, il voulaits’en prendre à un symbole des intérêts américains :voilà pourquoi il a cassé le McDonald’s de Millau, cequi l’a rendu célèbre. Ce n’est que par la suite qu’il s’enest pris aux OGM, toujours comme symbole del’Amérique. C’est ainsi que les OGM ont été inclus dansles combats des militants altermondialistes. Je sais queMonsieur Harbulot s’intéresse à la diversité de lagalaxie formée par les anti-OGM. J’imagine que cetravail va conduire à identifier des catégories d’anti-OGM, depuis l’extrême droite et les courantsmalthusiens jusqu’à l’extrême gauche. D’habitude, ilss’affrontent mais là, ils sont alliés de circonstance. Iltrouvera aussi des ONG ayant pignon sur rue, commeGreenpeace.Je vous invite à aller consulter le compte rendu desdébats dits des « 4 sages » qui ont eu lieu en 2002 auConseil Economique et Social national. MonsieurESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


86 Le conflit OGM en FranceBruno Rebelle, alors directeur général de GreenpeaceFrance, a déclaré ne pas avoir peur des OGM, maisqu’ils symbolisent un projet de société dont il ne veutpas.C’est très clair. Cela explique pourquoi Greenpeace esten pointe du combat anti-OGM en Europe. Mais celapose quand même une question : Greenpeace mène-tellede vastes campagnes anti-OGM aux Etats-Unis eten Amérique du Sud ? Non ! On entend bien parlerd’une opération par-ci, d’une opération par-là, maisrien d’envergure. Alors pourquoi cette différenced’action ? Bonne question. Est-ce pour donner un peude « grain à moudre » aux militants ou pour montrerque l’on ne perturbe pas que les IAA européennes oujaponaises ? Pour moi, une cause est une cause. Quandon régionalise une cause, cela devient suspect.Qu’un pays comme la France, avec ses moyensd’investigations et son souci d’intelligenceéconomique, ne se soit pas rendu compte queGreenpeace mène un double jeu sur les OGM est peuprobable. Alors pourquoi fermer les yeux ? C’est uneautre vraie question.Combien de temps la France pourra-t’ellerésister aux OGM ? Combien de temps pourrat’elledéfendre ce modèle économique ?Modèle économique ? A partir du moment où vousdépendez à 90% d’importations de soja transgéniquepour faire marcher votre élevage, vous ne pouvez pasparler d’un modèle économique. Le principe deprécaution n’est pas un modèle, c’est une impasse !Combien d’hectares de cultures OGM y aura-t-ilen France en 2008 ?Zéro. L’année 2008 est terminée. Les décisions dugouvernement ont fait qu’il n’y a pas eu de culturescommerciales et seulement quelques hectares encultures de recherche. Si le moratoire n’est pas levé, iln’y aura pas davantage de cultures de variétés OGM en2009.Nous en avons tiré les conséquences. Nous avonsdécidé de délocaliser notre recherche appliquée parcequ’en France, c’est devenu impossible de faire desessais. Depuis 2000, entre la moitié et les deux-tiers denos essais ont été fauchés. Au début de l’année, legouvernement a annoncé qu’il était possible de fairedes essais de recherche. Malgré le fait que la loi sur lesOGM prévoit des sanctions à l’égard des faucheurs,aggravées en cas de fauchage de parcelles de recherche,nous avons préféré la certitude d’avoir des résultats àl’étranger. Nous avons considéré que les conditionsn’étaient pas remplies pour assurer la sécurité desbiens et des personnes. Les faits nous ont donnéraison. Encouragés par Monsieur Bové, les faucheursvolontaires ont continué de faucher à tour de bras.Plusieurs fauchages de champs de recherche ont eulieu cet été chez des agriculteurs, c'est-à-dire dans despropriétés privées et pour des essais officiellementautorisés, quelquefois avec les caméras de télévision etdevant des gendarmes qui n’ont rien empêché.Personne n’a été sanctionné. Une fois de plus, la loi n’apas été respectée. Le monde agricole est d’autant plusamer que tout le monde a vu qu’il a suffi qu’une « peaude banane » soit jetée dans la piscine de MonsieurClavier en Corse pour que le responsable de la sécuritépublique soit sanctionné. Voilà, c’est encore la tristeréalité.Et pourtant, il y a des agriculteurs quicommandent des semences OGM. Ellestransitent d’Espagne ?Certains le disent. Moi, je n’en ai pas vues. Des anti-OGM, qui se sont autoproclamés « détectives », ontcherché des parcelles dites clandestines, notammentdans le Sud-Ouest. La presse a fait état d’un champdans le grand ouest. Compte tenu de la traqueorganisée, c’est peu. Cela veut dire que, s’il y en a eu,c’est très marginal.Et au niveau de l’information, quelle est lastratégie de communication de Limagrain pourfaire comprendre son point de vue ?Notre stratégie de communication est d’abord fondéesur le dialogue. Nous avons participé, depuis plus de 10ans, à de nombreux débats publics, à commencer par laconférence de consensus organisée à l’AssembléeNationale en 1998. Nous éditons aussi des documentsinformatifs. Il y a quelques mois, nous avons publié un« six pages » sur les OGM, dans le cadre d’unecollection qui s’appelle « A propos ». Ce document esttéléchargeable en ligne, sur notre site internet. Nousavons aussi pris position à l’occasion du Grenelle del’environnement. Enfin, nous avons répondu à maintesreprises aux demandes d’interview des médias : presseécrite, radio, télévision. En revanche, nous n’avonsjamais fait de campagne publicitaire. Nous avonschoisi d’expliquer notre métier et les enjeux à descibles institutionnelles plutôt que de lancer de vastescampagnes de communication.En ce qui concerne les débats, je dois dire que, depuiscette année, nous participons de moins en moins.Pourquoi ? Parce que nous avons le sentiment departiciper à des débats stériles, souvent biaisés par unesurreprésentation des anti-OGM. Clairement, nousavons le sentiment de perdre notre temps.Existe-t-il un moyen de mesurer les retombéesde l’information lorsque vous communiquez ?Qu’est-ce qu’ une bonne retombée de l’information ?Ce sont d’abord des pouvoirs publics qui prennentconscience d’un enjeu et qui se disent : « Cestechnologies sont vitales pour le pays et nous allonsfaire en sorte que la recherche puisse se développer ».La loi sur les OGM, votée début 2008, est-elle à laESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


87 Le conflit OGM en Francehauteur de cet enjeu ? Certainement pas ! Donc, onpeut dire que les retombées ne sont pas satisfaisantes.Sans doute n’avons-nous pas trouvé les bons relais. Cen’est pourtant pas faute d’avoir essayé ! Nous avons, àplusieurs reprises, été auditionnés par des élus, que cesoit à l’Assemblée Nationale ou au Sénat. En 2007,nous avons accueilli une mission parlementaire.Qu’avons-nous dit aux pouvoirs publics ? Que noussommes un groupe semencier français, européen etinternational ; que nous sommes 4 ème mondial ; quenous sommes un groupe coopératif, l’un des derniersindépendants ; que nous devons être compétitifs, auxhorizons 2010, 2015, 2020, 2025… ; que l’horizon d’unsemencier, c’est toujours 10 ans et plus ; que lesbiotechnologies végétales sont porteuses de solutionspour relever les défis du XXI ème siècle ; que nousdevons absolument être compétitifs au niveau de cesrecherches et présents par la commercialisation devariétés pour financer ces recherches et développer legroupe. Avons-nous été entendus ? En partie. Legouvernement a mis en place une forte incitationfiscale pour favoriser la recherche. C’est bien.En revanche, côté OGM, il faut se rendre à l’évidence :c’est impossible, pour l’instant, de travaillersereinement en France. Voilà pourquoi nous avonsdécidé de faire ces recherches ailleurs. Si on ne lefaisait pas, ce serait d’abord une faute vis-à-vis dudéveloppement de l’agriculture française eteuropéenne et ce serait ensuite signer notre arrêt demort. Car si on renonçait à la recherche sur les OGM,on n’existerait plus demain. Il y a suffisamment deconcurrents internationaux pour prendre notre place.Rien qu’aux Etats-Unis, plus de 90% de nos semencesde soja et plus de 80% de nos semences de maïs sontOGM. Si nous n’avions pas de variétés OGM, nousserions déjà sortis du premier marché mondial !Etre présent aux Etats-Unis est une nécessité. C’est làbasque les choses bougent, de même qu’en Asie. Lesagriculteurs achètent une performance. Un exemple ?2008 a vu la première introduction de semences debetteraves OGM aux USA : 60% du marché en uneannée ! Et l’année prochaine, ce sera peut être 90% !Pourquoi ? Parce que les variétés OGM apportent unbénéfice extraordinaire en termes de management dudésherbage, notamment au niveau environnement !Tout le monde attendait les autorisations, lesagriculteurs en premier. Le marché aux Etats-Unis abasculé, d’un seul coup ! Je vous en parle avec d’autantplus de détachement qu’on ne commercialise pas desemences de betteraves. C’est déjà ce qui s’est passépour le soja, pourquoi croyez-vous que le sojatransgénique se soit développé à ce point ? La gestiondu désherbage du soja conventionnel est extrêmementdifficile, avec des produits au profil toxicologiquedélicat. Le soja transgénique résistant au Round-Uppermet une grande facilité d’utilisation, avec unproduit incomparablement moins dommageable pourl’environnement que le précédent. Et il permetd’améliorer la productivité tout en réduisant l’impactsur l’environnement. Cela va dans le sens des objectifsdu Grenelle, « produire plus et produire mieux » ! C’estla même chose avec le MON810. Ce gène de tolérance àla pyrale, un insecte ravageur du maïs, permet deproduire plus et produire mieux, et en plus il améliorela qualité sanitaire. On est parfaitement dans lesobjectifs du Grenelle… D’où l’incompréhension desagriculteurs lorsqu’il a été suspendu en France.Est-ce que vous ne croyez pas que les OGM« pesticides » (comme le Monsanto 810) sontplus faciles à diaboliser, justement à cause del’association OGM + phytosanitaire ? Les OGMde type floraison précoce et autres pourraientilsavoir une résonance différente auprès desgens ?Nous l’avons pensé à un moment. Mais ce n’est pas lecas. Il n’y a pas de limite à la diabolisation globale desOGM. On nous a dit, y compris les pouvoirs publics :« Faites des OGM résistants à la sécheresse, plusdigestibles, etc., et tout rentrera dans l’ordre ». Alorson l’a fait. D’ailleurs, on n’avait pas attendu qu’on nousle dise pour le faire. En 2006, nous avons organisé desréunions d’information en invitant les médias sur desparcelles d’essais OGM à Antoingt, dans le Puy-de-Dôme. Au moment des semis, puis à la floraison. Lapresse régionale a joué le jeu. Peine perdue, les essaisde maïs tolérants à la sécheresse ont été fauchés quandmême, tout comme les essais digestibilité ou floraisonprécoce. Les faucheurs ont « tombé le masque » ! Poureux, un OGM, c’est forcément mauvais. Donc c’estvraiment un faux raisonnement.Vous avez employé le terme « OGM pesticide ». Lesanti-OGM parlent de « plantes pesticides » et de« plantes qui pissent l’insecticide ». Encore une fois,les opposants ont fait mouche, car c’est unedésignation qui fait peur. Quelle est la réalité ? Je vaisprendre un exemple : la pomme de terre est sensible àun insecte coléoptère bien connu, le doryphore. Sanstraitement insecticide pour se débarrasser dudoryphore, pas de pomme de terre. Prenons une plantede la même famille, la tomate. La tomate estnaturellement résistante au doryphore car elle produitune molécule toxique pour le doryphore. La tomateest-elle une plante pesticide pour autant ? Non.Maintenant, si un chercheur introduit dans la pommede terre le gène de la tomate responsable de cetterésistance, la pomme de terre va alors devenirrésistante à son tour et les opposants vont dire : « C’estun OGM pesticide ». On se moque du monde, on jouesur les peurs. On instrumentalise la science ! Un autreexemple ? Le triticale. C’est une nouvelle espèce decéréales qui résulte d’un mariage artificiel, fait par lamain de l’homme, entre le génome du blé et le génomedu seigle. En clair, des chercheurs ont mélangé entre30 et 50 000 gènes de blé avec 30 à 50 000 gènes deseigle. Il en est sorti une nouvelle espèce végétale : letriticale. Cette nouvelle céréale combine les qualités del’une et de l’autre, même si elle est moins productiveque le blé et un peu moins rustique que le seigle. Elles’est imposée en 20 ans comme la céréale des zonesdifficiles du Massif Central. Personne ne trouve rien àredire, au contraire. Pourtant, si nous introduisons unseul gène de seigle dans le blé, certains vont nousESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


88 Le conflit OGM en Francetraiter de criminels. Il y a quelques mois, j’ai croisé unagriculteur anti-OGM dans un salon professionnel et jelui ai demandé quelles mesures de biovigilance il prendpour ses cultures de triticale. Il m’a regardé avec desyeux ronds. Je lui ai expliqué l’origine du triticale. Jelui ai montré le paradoxe. Il était ébranlé.Selon vous, quel est le vecteur de l’informationle plus efficace ? Les anti-OGM semblent faireune communication plutôt orientée grandpublic alors que les agro-industries semblentorienter leur communication vers lesinstitutions…C’est vrai que les industriels ont des communicationsplus institutionnelles. Il y a 10 ans, en 1998, il y a eu enFrance un processus de démocratie parlementaireimporté du Danemark, la conférence de consensus.Sous l’égide de l’office parlementaire des choixscientifiques et technologiques, présidé à l’époque parMonsieur Le Déaut, un panel de citoyens a étéconstitué. Ce panel a été formé par des spécialistes desbiotechnologies pendant au moins trois à quatresemaines. Ensuite, il y a eu des débats. Nous avonsparticipé à ces débats, à un haut niveau puisque leprésident et le directeur général du groupe sontintervenus. Pendant ce temps, la filiale française d’ungrand semencier américain a fait, dans la presse écrite,une campagne de publicité d’envergure, ciblée sur legrand public. Une campagne au demeurant bien faite,expliquant, arguments à l’appui, tout ce que l’onpouvait attendre comme bénéfices des OGM, actuels età venir. Résultat de l’opération : les anti-OGM ont eubeau jeu d’expliquer qu’il y avait d’énormes intérêtsfinanciers derrière cette campagne de publicité grandpublic, qui s’est finalement retournée contre sonauteur. Tout le monde a ainsi mesuré la difficulté del’exercice. De manière un peu caricaturale, si unsemencier communique, on va lui dire : « Monsieur,vous communiquez parce que vous avez des intérêtsfinanciers énormes à défendre ». En revanche, s’il necommunique pas, on va lui dire : « Monsieur, si vousne dites rien, c’est que vous avez beaucoup de choses àcacher ! ». Concrètement, une société de semencesn’est pas bien placée pour communiquer sur un sujetaussi polémique. Elle est suspecte.Dans un pays comme la France, pour que le grandpublic ait confiance ou retrouve de la confiance dansune technologie, il est important que la communautéscientifique et les pouvoirs publics prennent leursresponsabilités. Or, depuis 10 ans, la communautéscientifique est apparue divisée, avec des militantsanti-OGM omniprésents et le reste des scientifiquess’exprimant peu, avec prudence. Même si, de temps entemps, des scientifiques sont « montés au créneau »pour corriger certains propos outranciers desopposants – je pense notamment à la lettre ouvertepubliée par 40 scientifiques début 2008 dans Le Figaro–, il n’y a pas eu de grande mobilisation. Actuellement,l’Académie des Technologies et l’AFIS (AssociationFrançaise pour l’Information Scientifique) s’exprimentrégulièrement, ce qui est une bonne chose. Sont-ellesaudibles dans les médias ? Pas vraiment. Pire, cesscientifiques sont accusés de manque d’indépendance,voire d’être à la solde des lobbies pro-OGM. Dans lemême temps, les scientifiques anti-OGM se disentindépendants. A qui le président du CRII-Gen, uneofficine anti-OGM, peut-il faire croire qu’il estindépendant ?La presse a régulièrement relayé en bonne position lessupposés problèmes des OGM et s’est souventcontentée d’un entrefilet pour publier les démentis. Unexemple ? D’abord, celui du papillon Monarque. C’estun papillon emblématique aux Etats-Unis. Une étude,qui a été publiée, semblait montrer que le pollen demaïs transgénique était responsable d’unedépopulation massive. Information largement relayéepar la presse française. Problème : l’étude étaitbiaisée ; il manquait un témoin. L’étude a été refaiteavec deux lots de papillons, l’un alimenté avec dupollen OGM, l’autre (le témoin) avec du pollenconventionnel. Résultat ? Mortalité identique.Conclusion : le Monarque meurt d’une « overdose » depollen de maïs, peu importe qu’il soit OGM ou non. Onapprendra alors que le Monarque ne consomme pas outrès peu de pollen de maïs. Cet épilogue a fait l’objet dequelques lignes dans les pages intérieures d’un grandquotidien du soir. Le grand public n’aura retenu que lamenace sur le papillon. Le tour est joué. Bel exemplede manipulation de l’opinion. Autre exemple, cette foissur la prétendue mortalité de rats nourris avec despommes de terre OGM. Au départ, publication d’uneétude du professeur Putszaï. Il donne des pommes deterre transgéniques crues à des rats et ils meurent.Comment vont les rats nourris avec des pommes deterre conventionnelles ? Pas d’information. Encore unoubli ! L’expérience témoin n’a pas été faite. Répétitionde l’étude avec le témoin, c’est-à-dire avec un groupede rats qui consomment des pommes de terre nontransgénique crues et un autre groupe qui consommedes pommes de terre transgéniques crues. Résultat ?Même mortalité. Conclusion : ils sont morts d’avoirconsommé des pommes de terre crues. Qu’elles soienttransgéniques ou pas n’avait, là encore, aucuneimportance ! Ce monsieur a été exclu de son Universitépour manquement grave à la déontologie. Les anti-OGM ont tenté d’en faire un martyr ! Lesagrosemenciers auraient « eu la peau » de MonsieurPutszaï ! Quant au démenti dans la presse, il a été aussibrièvement rapporté dans les pages intérieures quepour le monarque. Voilà deux exemples édifiants quiexpliquent la situation des OGM en France.Comment en sortir ? Je l’ai dit. Dans notre pays, laconfiance résulte d’abord de prises de position clairesde la communauté scientifique et de l’Etat. Ensuite,pour ce qui concerne les OGM, vous avez les grandesorganisations agricoles. L’une a dès le départ militécontre les OGM. Les autres sont restées prudentes.Peut-être qu’on retrouve là le syndrome de la grandedistribution déjà évoqué. Peut-être aussi parce qu’ellesont cru, à un certain moment, qu’il y aurait en Europeun marché de taille significative et viable pour desproduits cultivés sans OGM ; que l’Union Européennemettrait en place des normes non OGM, c’est-à-direESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


89 Le conflit OGM en Francedes barrières à l’importation. On sait ce qu’il en advint.Des importations massives. Aujourd’hui, lesagriculteurs réclament la possibilité de cultiver desvariétés d’OGM. Mais la loi sur les OGM met de tellescontraintes que cela reste un vœu.Côté médias ? Difficile. Je vous donne un exemple.Récemment, nous avons été contactés par l’émissionLe Droit de savoir, de TF1. J’ai passé presque 2 joursavec l’équipe. Au bout du compte, ma photo est passéedans le générique mais rien d’autre ! Pour deux demijournéesde temps passé ! C’est décevant.qui ce serait passé pour l’avenir du nucléaire civil si leprincipe de précaution à la française avait existé :c’était la paralysie et la dépendance énergétique. Ehbien, ce qui nous menace aujourd’hui, ce n’est pas lerisque OGM, c’est le risque de la dépendancegénétique. C’est un exemple à méditer.Pour quelles raisons ?Probablement parce que les propos que j’ai tenusn’entraient pas dans le parti pris du tournage.Alors, en conclusion, quelle pourrait être lastratégie de communication dans l’avenir ?Notre meilleure stratégie de communication, c’est bienfaire notre travail et montrer par nos actes que noussommes un groupe coopératif qui continue à prendreses responsabilités. C’est dire pourquoi nous avonsconfiance dans les biotechnologies, notamment enpubliant nos positions sur le site « Limagrain.com » eten publiant sur ce site des documents de la collection«A propos ». C’est dire pourquoi il est nécessaire deprotéger les inventions mais en répétantinlassablement qu’il faut « protéger sans confisquer »,ce qui implique de continuer à exclure les variétésvégétales du brevet, sauf à y introduire l’exception dusélectionneur. C’est aussi promouvoir notre vision del’agriculture via le soutien apporté à « momagri » (voirle site momagri.org). C’est enfin faire en sorte d’êtreprésent le moment venu, lorsque la France aura ouvertles yeux, pour développer les variétés d’OGM attenduespar les agriculteurs, ce qui, aujourd’hui, passe par lapoursuite de nos recherches à l’étranger.Mais nous n’envisageons pas de lancer une vastecampagne de communication et ainsi dépenserbeaucoup d’argent pour tenter de convaincre un grandpublic qui, de toute façon, pensera que, si on le fait,c’est parce qu’on a des millions d’euro. à gagner.Finalement, l’essentiel, pour nous, c’est de créer lesmeilleures variétés possibles. C’est montrer, à partird’expériences positives dans d’autres pays, qu’il estpossible de créer un climat de confiance autour desOGM. C’est faire le pari que, in fine, les pouvoirspublics français prendront la mesure des enjeux etsoutiendront demain les biotechnologies et les OGM,comme hier ils ont soutenu d’autres technologies.La crise de l’énergie montre aujourd’hui que lespouvoirs publics français ont été visionnaires lorsqu’ilsont soutenu les industries nucléaires. Sans cela, ellesn’auraient jamais pu se développer, tant il y avaitd’opposants. Et des opposants, il y en avait partout.Comme il y en a partout pour les OGM. Imaginez ceESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


90 Le conflit OGM en FranceB. Interview de Dominique DUTARTRE,groupe Champagne Céréales.Dominique DUTARTRE est directeur général adjointdu groupe Champagne Céréales, n°1 des coopérativesagricoles céréalières françaises. Il est égalementprésident du laboratoire ARD (Agro Recherche etDéveloppement) et du laboratoire Procétol 2G(Production de bioéthanol de 2 ième génération par voiebiochimique) et administrateur à l’INRA.Pouvez-vous retracer les grandes lignes duconflit OGM ? Quel en est le point de départselon vous ?Selon moi, le point de départ du conflit est double.Premièrement, il y a eu l’agressivité manifestée par desmultinationales américaines, telles que Monsanto,quant à la capacité d’accueil de ces technologies dansles vieux pays et notamment en France.Deuxièmement, l’appropriation du vivant par labrevetabilité a gravement perturbé les milieuxintellectuels et scientifiques. A cette époque, la positionde Monsanto était la suivante : « même si la France neveut pas des OGM, elle n’aura pas le choix de lesaccepter». Quant à la communauté scientifique, elle aété fortement perturbée, en termes d’éthique, par labrevetabilité qui confère à 2 ou 3 multinationales undroit sur le vivant végétal.C’est de cette façon que les réserves sur les OGM sontpassées au premier plan, faisant oublier lesperspectives offertes par cette nouvelle technologie.Il est assez incroyable que la biotechnologie appliquéeaux plantes de grandes cultures soit l’objet d’unecritique qui porte d’habitude sur des applications.Pourtant, il s’agit bien d’une technologie neutre sur leplan des aspects sociétaux. C’est comme si la sociétérejetait l’électricité à cause de son lien avec la chaiseélectrique, sans prendre en compte que cette mêmetechnologie permet aussi le fonctionnement descouveuses pour les bébés prématurés.C’est une somme de maladresses qui, dans unensemble socioculturel, a provoqué un phénomène derejet des OGM. Pour des raisons éthiques et desindélicatesses dans la présentation de la technologie,également à cause de la précipitation des premiersmodèles OGM contenant des gènes marqueursantibiotiques, des projections extrêmement négativesconduisant à beaucoup d’inquiétude sont apparuesautour des OGM.Il y a aussi d’autres problématiques sur les plantes degrandes cultures pour lesquelles nous n’avons pastoutes les réponses. Cependant, le meilleur moyen desavoir s’il y a des risques ou pas, c’est de faire desexpérimentations. Pourtant, aujourd'hui, il estimpossible de tirer des conclusions car nous noussommes dans un état de droit où les expérimentationssont détruites.Selon vous, quels sont les enjeux réels de ceconflit ?A moyen terme, si la France et l’Europe s’excluent dansle domaine de la recherche et de la culture d’OGM,l’économie agricole de ces régions rencontrera desproblèmes de compétitivité.A l’intérieur de ce conflit, il y a de nombreuxproblèmes de fonds mais il y a aussi des enjeux cachés,probablement financés par des fonds malthusiens ouen provenance d’outre-Atlantique pour assurer ladomination de l’arme alimentaire.D’un point de vue économique, qui sont lesperdants et les gagnants dans ce conflit ?Il est clair que si ce conflit demeure, les vrais perdantsseront les agricultures des pays européens et les filièresagroalimentaires.Quant aux agricultures et agro-industries américaines,si vous visitez les grandes manifestations agricoles,vous pouvez observer une vision stratégique qui sedécline très simplement. Il s’agit, d’ici 2030, dedoubler les rendements du maïs, du coton et du soja,tout en diminuant de 30% la consommation d’intrants(recours à l’eau, à l’azote et aux pesticides) à la tonneproduite. Ce discours unique est porté de l’ouvrier quibine les parcelles d’essais à la main jusqu’au professeurd’Université recruté pour porter la parole scientifique !Cela résume bien leur stratégie de développement.Pourriez-vous me parler de la prise de positionde Carrefour dans ce conflit et des implicationspour votre groupe ?La prise de position de Carrefour correspondait à laposition idéologique personnelle du président deCarrefour. En ce qui nous concerne, elle n’a pas eud’impact majeur. Notre groupe étant un acteuréconomique dans un pays où les consommateurs ontmanifesté leur opposition aux OGM, nous avonsorganisé nos filières pour être en capacité de prouverl’absence d’OGM dans nos produits. Nous n’avons paseu le choix. Nous avons une filière qui transforme lemaïs en produit pouvant être destiné aux céréales pourle petit-déjeuner, pour lequel nous garantissonsl’absence d’OGM, etc. Cette garantie s’effectue grâceà plusieurs mesures : la signature d’un engagementindividuel des producteurs, un schéma de traçabilitéintégré et la réorientation vers d’autres circuits des lotsincertains pour lesquels l’origine de la semence ne peutêtre authentifiée.Comment les entreprises agroalimentairesfrançaises peuvent survivre sans les OGM ?ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


91 Le conflit OGM en FranceIl y a deux choses très différentes. Nous sommes dansune position particulièrement incohérente où certainesproductions, interdites sur le sol français, sontautorisées à l’importation. Il y a donc du soja et dumaïs GM partout, de manière complètement légale,mais l’agriculture française n’a pas le droit d’enproduire. L’année dernière, nous avons importé dumaïs brésilien non GM, ce qui a pénalisé d’environ 100euro. la tonne le coût des rations alimentaires pour laproduction animale française. L’interdiction d’utiliserles OGM est complètement déraisonnable car elleentraîne pour les producteurs des surcoûts artificiels etles prive d’une réduction de l’utilisation des intrantschimiques historique. C’est donc l’agriculture etl’agroalimentaire français et européen qui seront mis àmal si nous poursuivons le rejet systématique de cestechnologies.Que pensez-vous de la décision de la HauteAutorité et des événements qui se sont produitsentre février et juin 2008 ?compétitifs ouverts afin de tenter d’ouvrir la mâchoirequi s’est refermée sur quelques multinationales.Quelle serait la meilleure stratégie decommunication à adopter pour l’INRA ouChampagne Céréales pour faire valoir leurspoints de vue sur les OGM ?La meilleure manière de communiquer pourrait êtred’admettre que la première génération d’OGM,consistant à transformer les plantes pour les rendrerésistantes à un herbicide, n’est pas un très grandprogrès pour l’humanité. La stratégie d’aujourd’huipourrait consister en la mise en avant des bénéfices dela biotechnologie en tant que clés indispensables pourassurer, à horizon 2025-2030, l’alimentationéquilibrée de 9 milliards d’hommes et la fourniture debiomasse complémentaire pour apporter du carbonerenouvelable à la filière de la chimie.Je pense beaucoup de mal de ce qui c’est passé. Lesscientifiques se sont fait marcher dessus. Un nonscientifiquea fait une déclaration au nom de la HauteAutorité alors que l’élaboration de sa position était encours. Au cours de ces événements, le politique et lemédiatique ont pris le pas sur la science et tout cela estfort regrettable. Ce qui s’est passé nous plonge un peuplus dans l’obscurantisme. Nous aurons besoind’encore plus de temps, d’énergie et de patience poursortir de ce traquenard. C’est assez calamiteux !Quelle est la position de l’INRA en tantqu’institut scientifique ?La position de l’INRA a fait l’objet d’un long débat etles décisions du conseil d’administration s’inscriventdans l’équilibre difficile vers lequel tend un centre derecherche : d’une part, la nécessité d’accumuler desconnaissances scientifiques et, d’autre part, laresponsabilité de ne pas laisser les connaissances entreles mains d’une minorité à des fins un peu réductrices.Au cours de ce débat, l’administration a recueillipréalablement l’avis du conseil scientifique, du comitéd’éthique, etc. Le texte qui fait état de la positionofficielle de l’INRA, en tant qu’organisme public,confirme que pour donner une autre perspectiveéthique à la biotech, il faut rester dans la course etpoursuivre les recherches tout en étant vigilant. Dansle domaine des OGM, l’INRA a donc conclu à lanécessité de poursuivre les objectifs suivants : accroîtreles connaissances scientifiques nécessaires à lamaîtrise des biotechnologies végétales, continuer lestravaux en vue d’innover sur les constructionstransgéniques à condition qu’elles visent des ciblesd’intérêt collectif et non d’intérêts privés, tenir informésur les ressources résultant de ces travaux et faciliterl’appropriation des biotechnologies par des utilisateurspublics ou privés dans le cadre de programmes trèsESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


92 Le conflit OGM en FranceC. Interview de Stéphanie PIECOURT,Monsanto France.Stéphanie PIECOURT est directrice de lacommunication chez Monsanto France.Pouvez-vous retracer les grandes lignes duconflit OGM ? Quel en est le point de départselon vous ?Les OGM représentent une innovation technologiquequi a été mise au point vers les années 1970. Cettetechnologie, qui consiste à travailler sur le génomevégétal, a été développée en Europe dans unlaboratoire belge. Les années 1970-1980 ont constituéles premières années de recherche sur le génomevégétal. Les OGM n’étaient alors pas connus du grandpublic et le monde scientifique percevait cettedécouverte comme quelque chose de très positif.A cette époque, les dirigeants du groupe Monsanto onteu une vision des possibilités offertes par cetteinnovation technologique. Ils étaient convaincus par lacohérence de cette technologie, avec lestransformations et les enjeux futurs du mondeagricole. Si Monsanto est si fortement associé auxOGM, c’est précisément parce que la recherche sur legénome végétal est au centre de la vision stratégique del’entreprise. Il faut savoir que le premier métier deMonsanto était la chimie. Ce n’était pas une entrepriseagricole. Ce n’est qu’au début des années 1970 que legroupe s’est lancé dans la recherche sur le génome desplantes. Les premiers produits GM étaient prêts à êtrecommercialisés au cours des années 1980. Monsanto aété la première entreprise à développer des semences,apportant une réelle innovation technologique et unréel bénéfice. La commercialisation des semences GMa commencé aux Etats-Unis au cours des années 1990et elle s’est étendue à l’Europe quelques années plustard.On parle beaucoup de la campagne de communicationde Monsanto, diffusée à la fin des années 1990 lors del’arrivée des semences GM en France. Je crois que l’onaccorde beaucoup trop d’importance à cette campagne.De plus, il est facile de refaire l’histoire des années plustard et de dire que Monsanto aurait mieux fait decommuniquer différemment. Cette campagne ne peutêtre responsable de la situation actuelle de rejet desOGM.Pour moi, l’explication est ailleurs. D’abord, quelquesannées avant la commercialisation des produits GM, ily a eu deux crises majeures qui ont ébranlé laconfiance des Français : la crise du sang contaminé etla crise du nucléaire. Ces crises ont causé destraumatismes très importants et la population s’estmise à ne plus faire confiance aux expertises publiqueset scientifiques.Ainsi, les OGM sont arrivés dans un contexte deméfiance générale. La population était peu disposée àcroire les experts qui affirmaient que ces nouveauxproduits étaient sécurisés.Ensuite, les semences GM ont été fortement associéesà l’ouverture des marchés et à l’arrivée de lamondialisation. Les semences GM de Monsanto sontarrivées en France à la même époque. Lamondialisation a été plutôt mal perçue dans beaucoupde pays européens, et plus particulièrement en France.En effet, nous sommes fortement attachés à nosproduits de terroir et beaucoup de gens ont pensé quela mondialisation allait faire disparaître nos produitstraditionnels. Pour les opposants à cette nouvelleéconomie, les semences GM de Monsanto,multinationale américaine, ont représenté une icône,l’une des premières menaces visibles du mondialisme.Pour ces raisons, je crois que la commercialisation dessemences GM est tombée à un mauvais moment. Si cesproduits étaient arrivés sur le marché 10 ans plus tôt,ou 10 plus tard, je suis convaincue que la situationserait complètement différente aujourd’hui.Selon vous, quels sont les enjeux réels de ceconflit ?Dans le monde où nous vivons, il y a des innovationstechnologiques partout. Un bon exemple est letéléphone portable ! Seulement, à la différence desOGM, le téléphone portable apporte des bénéficesvisibles et mesurables pour tout le monde. Que feriezvousaujourd’hui sans téléphone portable ? Pourtant, ily a aussi des « doutes » sur les risques pour la santé àlong terme à cause de l’utilisation du téléphoneportable. Cette innovation technologique ne comportepas de risque zéro et pourtant tous l’utilisent.Pourquoi ? Parce que le bénéfice est tellementimportant que personne ne souhaite s’en passer.En revanche, une innovation technologique agricole nesignifie pas grand-chose pour une population françaisede plus en plus urbaine. Les personnes en-dehors de laprofession ne connaissent pas les enjeux agricolesinternationaux. Ils ne peuvent réaliser à quel pointcette technologie est importante pour la France. Leconsommateur final peut penser que ce n’est pas gravede rejeter les OGM. En réalité, il ne peut mesurer lesconséquences stratégiques, politiques et économiques,à long terme.Notre pays risque, si ce conflit continue, de devenirdépendant des autres pays pour nourrir sa population.Il faut savoir que la production agricole française necesse de décliner depuis plusieurs années. L’un desenjeux du conflit est donc la maîtrise de l’armealimentaire.Il y a également des enjeux technologiques. Pour lesexploitants agricoles, il faut savoir que les bénéficesapportés par la technologie des OGM est immense. Lesagriculteurs qui essaient les semences OGM sontESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


93 Le conflit OGM en Francecatégoriques, notamment pour la culture du soja. Il nes’agit pas d’une petite innovation : les OGM changentla vie de l’agriculteur. L’utilisation des semences GM aété « ré-autorisée » en France en 2004. Nous sommesalors passés de 500 hectares de plantes GM cultivées lapremière année à 22000 hectares en 2007. Et puis, laclause de sauvegarde est intervenue en janvier 2008.Depuis, la commercialisation des semences GM est denouveau interdite en France.A quoi peut-on s’attendre pour l’avenir ?Croyez-vous que le débat sur les OGM enFrance est déjà dépassé ?Franchement, je ne sais pas. C’est très difficile de seprononcer. Pendant la période du moratoire, de 1998 à2004, la situation s’est enlisée en France. On aurait pucroire que les problèmes allaient se résoudre et que lasituation s’améliorerait suite aux autorisations d’essaisentre 2004 et 2007. D’autant plus que, pendant cettepériode, l’Europe a autorisé la commercialisation et laculture des semences GM et, en France, la cultureOGM a connu un réel engouement auprès desagriculteurs. Néanmoins, suite au Grenelle del’environnement, la France est allée à l’encontre de ladécision européenne. Un représentant dugouvernement a affirmé que la commissiond’évaluation avait un « doute sérieux » sur les OGM.Puis, les pouvoirs publics ont activé cette clause desauvegarde pour « ré-interdire » la commercialisationdes semences GM.Le fondement du droit européen prévoit cettesituation. Un pays de la Communauté Européenne, s’ilapporte des preuves scientifiques prouvant le risquesanitaire, peut très bien suspendre lacommercialisation d’un produit. Dans ce cas, desexperts sont chargés d’évaluer la pertinence desobjections à la commercialisation. Il y a quelquessemaines, les experts européens se sont prononcés surla clause de sauvegarde déposée par la France. Ils ontconclu que le doute émis sur le risque des OGM n’étaitpas fondé. En effet, il n’y a aucune informationscientifique nouvelle pour justifier la positionfrançaise.Théoriquement, lorsque les raisons apportées poursuspendre la commercialisation ne sont pas fondées, laclause de sauvegarde n’est plus valable.Par conséquent, la commercialisation devraitreprendre. Mais dans les faits, c’est beaucoup pluscompliqué. Les querelles d’experts peuvent durer unbon moment et la situation peut continuer à s’enliser.D’un point de vue économique, qui sont lesperdants et les gagnants du conflit ?L’agriculture française est la première à être perdantesur le plan économique. Ensuite, en cascade, toutes lesentreprises agroalimentaires dépendantes de cetteagriculture subissent également des pertes.Les consommateurs français seront aussi affectés àplus long terme. En effet, si la production agricolecontinue de décliner, la France finira par importer sesproduits alimentaires. C’est la préservation del’alimentation de proximité qui est en jeu. La France,pour se nourrir, peut devenir dépendante des paysvoisins possédant la puissance agricole. Le prix desproduits d’alimentation risque alors d’augmenter etnous n’aurons plus aucune maîtrise sur le mode deproduction.A votre avis, comment les adversaires desOGM, a priori plus faibles, ont-ils pu prendrel’avantage sur les agro-industries, a priori plusfortes, dans ce conflit ?Tout d’abord, il est intéressant de comprendre lesdifférences entre la France et les Etats-Unis en ce quiconcerne les relations des agriculteurs avec lapopulation. Aux Etats-Unis, la filière agricole estvalorisée et la population a une perception très positivede l’agriculteur. Dans la tête des Américains, les« farmers » sont ceux qui nourrissent les gens. Lesgrandes exploitations agricoles sont bien perçues par lapopulation. Elles représentent la réussite et la sécuritéalimentaire pour le pays. D’ailleurs, l’agriculture et ladomination de l’arme alimentaire font clairementpartie de la stratégie économique américaine.En France, la population est attachée à l’image duterroir et à la tradition agricole. Les Français ont uneimage folklorique de l’agriculteur. Peut-être quel’agriculture française est tombée dans le piège d’unevalorisation excessive de son terroir et de ses régions.A tel point qu’aujourd’hui, la majorité des Français necomprend pas pourquoi il est nécessaire de moderniserl’agriculture de notre pays. Beaucoup de gens croientque la France est suffisamment productive et que lemaintien de la tradition, du folklore agricole, est unegarantie pour la qualité des produits.Pourtant, cette croyance n’a pas toujours existé.Pendant les « 30 Glorieuses », la France avait faim et ilfallait produire de la nourriture. La modernisation del’agriculture était donc perçue comme une bonnechose. Mais par la suite, nous nous sommes retrouvésdans une situation d’abondance et de surproduction.C’est à ce moment que sont apparues les subventionsaux agriculteurs. Ensuite, les producteurs ont étémontrés du doigt et taxés de pollueurs.Pour résumer, au cours des 30 dernières années,l’image de l’agriculture a beaucoup souffert en France,contrairement aux Etats-Unis. Les agriculteursfrançais sont aujourd’hui plus frileux car ils ont étéattaqués dans leur image et ont été dépossédés, enquelque sorte, de leur métier.De plus, il y a un manque de solidarité au sein de laprofession agricole. L’historique de la structuration duESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


94 Le conflit OGM en Francemilieu est complexe. Il y a plusieurs syndicats etassociations de régions qui défendent des intérêtsrégionaux. Suivant les zones géographiques, lesbesoins des agriculteurs sont différents. Parconséquent, les producteurs de maïs qui ont desproblèmes de pyrale veulent des semences GMrésistantes à la pyrale. Ceux n’ayant pas ce problèmenen veulent pas car ils estiment que la semence GMrésistante à la pyrale est négative pour l’image de laprofession. En revanche, ils sont prêts à faire uneentorse pour des semences GM répondant à leursproblèmes spécifiques. De ce fait, les agriculteurs neparlent pas d’une seule voix et ils n’arrivent pas à pesersuffisamment lourd auprès des pouvoirs publics.Egalement, l’électorat agricole est de moins en moinsimportant, le nombre d’agriculteurs ne cessant dediminuer. Ce phénomène a une influence directe surles décisions prises par les pouvoirs publics.A mon avis, c’est donc l’affaiblissement général dumonde agricole français qui explique en partie latournure du conflit en faveur des opposants.De l’autre côté, il y a différents groupes adversaires desOGM qui se sont alliés pour défendre un point de vuecommun. Ces mouvements sont fondamentalementdifférents les uns des autres. Cependant, ils ontdépassé leurs divergences pour lutter contre les OGM.D’ailleurs, la désignation des opposants comme« partie faible » dans ce conflit ne convient pas. Cesorganisations ont beaucoup plus de moyens financiersqu’on ne le croit. Elles ne sont pas faibles du tout etelles sont très bien organisées.On attribue une surpuissance aux industriels,semenciers ou autres, comparés à ces organisations.Pourtant, les industriels n’ont ni les moyens financiers,ni les moyens humains de ces grands mouvementspour communiquer.Quelles sont ces organisations et commentsont-elles financées ?Nous avons essayé de comprendre pourquoi il y avaitun tel acharnement.Parmi les opposants des OGM, il y a des groupusculesmalthusiens. Ces mouvements pensent que noussommes trop nombreux sur la planète. Ils s’opposent àl’évolution démographique, aux solutionstechnologiques et donc aussi aux OGM. Au final, cesont des mouvements très restrictifs qui croient que lanature doit garder la suprématie. Paradoxalement, cesgrands mouvements, d’ampleur internationale, sontcontre toute forme de mondialisation.L’altermondialisme en est un bon exemple.Que l’on soit pour ou contre les OGM, il y a des chiffresqui sont bien réels. Dans les 40 prochaines années, il yaura dans le monde 3 milliards de gens en plus ànourrir. Nous ne pourrons faire face à cette situationsans les innovations technologiques. Nous n’avons pasune deuxième planète pour produire notre nourriture.Comment les entreprises agroalimentairesfrançaises peuvent survivre sans les OGM ?Les agroentreprises françaises et les industriesagroalimentaires ne pourront pas survivre sansl’intégration des innovations, et notamment del’innovation des OGM.D’autant plus que l’importation des produits GM estautorisée en France.De nombreux produits GM en provenance d’autrespays sont présents sur le marché français. Ces produitsd’importation sont souvent moins chers que ceuxfabriqués par nos entreprises françaises. Or, quels sontles choix du consommateur final lorsqu’il remplit soncaddie ? Il achète les légumes et les poulets les moinschers. Et cette réalité se vérifie d’autant plus lors d’unepériode économique difficile où le pouvoir d’achat estmis à mal.Il s’agit donc d’une situation dramatique etparticulièrement incohérente pour l’industrie agricoleet alimentaire française.A mon avis, la question à poser est : qu’est-ce que laFrance souhaite faire de son agriculture ? Il faut aussisavoir qu’aujourd’hui, toutes les grandes puissancesagricoles mondiales ont des OGM. Si l’agriculturefrançaise est bien un axe stratégique, dans ce cas, ilfaut sortir du conflit OGM très vite.Quelle serait la meilleure stratégie decommunication à adopter pour Monsanto pourfaire valoir son point vue ?Les fabricants de pièces détachées pour les compagniesaériennes et ferroviaires ne communiquent pas auprèsdu grand public. En revanche, elles communiquentauprès du consommateur puisqu’elles sont dans unerelation de fournisseurs –consommateurs (BtoC).Monsanto est dans une relation de fournisseursfournisseurs(BtoB). Nous fabriquons des semencespour les vendre aux distributeurs agricoles qui, eux, lesrevendent aux agriculteurs. Les agriculteurs revendentle fruit de leurs productions aux distributeursagroalimentaires (ou aux industries agroalimentaires)qui les revendent au consommateur final. Notre travailest de poursuivre la recherche pour développer lesmeilleures semences possibles pour satisfaire nosclients. Notre rôle n’est pas de communiquer auprès dugrand public. Et, soyons clairs, les informationssusceptibles d’être communiquées par Monsanton’intéressent pas le grand public !De plus, la marge de manœuvre d’une entreprise encommunication est très étroite. Lorsque l’industrielcommunique, aucun écart n’est toléré entre le réel et lescientifique. S’il en est autrement, il estautomatiquement attaqué et sanctionné. C’est la réalitéESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


95 Le conflit OGM en Francedes choses et je crois que c’est normal qu’il en soitainsi.En revanche, la situation est très différente pour lesadversaires des OGM. Tout d’abord, le mass média esttout à fait adapté au style de message qu’ils véhiculent.Ensuite, la production d’informations représente unfonds de commerce stratégique pour eux. Leur raisond’être est d’alerter et de faire le plus de bruit possible.De plus, ils ne sont pas sanctionnés si leurs messagesvont trop loin. Ils peuvent s’écarter du réel et véhiculerdes peurs en toute impunité.Finalement, les OGM ne sont pas dans l’air du temps.Un article objectif portant sur les intérêts agricoles,l’état actuel de la recherche, l’évaluation scientifique,etc. n’est pas vendeur ! Les journalistes savent que lesOGM n’ont pas la faveur de l’opinion publique.Le métier d’un journaliste consiste à produire ducontenu et à informer la population. Cependant,l’entreprise qui publie l’information doit vendre soncontenu aux lecteurs pour survivre. De ce fait, et assezparadoxalement, pour attirer l’attention du lecteur,l’information doit répondre à sa demande... Autrementdit, une très large partie de l’information eststéréotypée. Elle doit correspondre à « l’air du temps ».Selon moi, la clé pour résoudre ce conflit ne réside pasdans la communication auprès du grand public. Legrand public est perdu dans la masse d’informationsqu’il a reçue sur les OGM et il ne sait plus ce qu’il doitcroire.La résolution de ce conflit dépend plutôt d’une prise dedécision. La France devra déterminer si elle souhaitedevenir une société tertiaire ou maintenir sa puissanceagricole.D. Interview d’Alain GLON, fondateur etprésident du groupe Glon-Sanders.Le groupe Glon Sanders est un acteur majeur del’industrie agricole et alimentaire française. Glon-Sanders a développé des activités en aval de l’agroindustrie,notamment dans la production de volailles,d’œufs et d’ovo-produits, de chips, etc. Egalementprésent en amont de la chaîne alimentaire, le groupeGlon est numéro 1 de la nutrition animale en Europe.Pouvez-vous retracer les grandes lignes duconflit OGM ? Quel en est le point de départ,selon vous ?Les OGM, jusqu’à il y a encore un peu plus d’unedizaine d’années, j’ignorais que cela pouvait exister.Nous avons eu au départ une relation privilégiée avecMonsanto car nous étions distributeurs en France d’unde leurs produits à base de méthionine. Mon premiervrai souvenir de ce conflit est celui de la mise en caused’un traceur, utilisé par Monsanto dans certainsproduits autour du génie génétique, responsable deproblèmes allergènes. La presse s’est emparée desinformations, ce qui a déclenché une polémique autourde Monsanto. Et comme toujours dans ce type deconflit, il y a des gens qui sont pour et des gens quisont contre. Ceux qui sont pour sont généralement desgens qui voient dans la science une opportunité denouveaux développements, de progrès, etc.. et ceux quisont contre sont souvent ceux qui n’ont pas tout à faitpris le « coche » à temps. Ils vont plutôt rentrer dansune phase d’opposition et donc pousser des craintes.Ils utilisent alors la science pour tenter de démontrer sic’est bon ou mauvais. Il se produit pratiquementtoujours la même chose dans ce type de situation. Parexemple, pour la vache folle, il y avait des laboratoiresqui travaillaient sur le sujet et qui disaient qu’il n’yavait pas de danger et d’autres laboratoires qui disaient« on peut s’attendre au pire, alors financez-nous pourqu’on puisse le démontrer».Selon vous, quels sont les enjeux réels de ceconflit ?L’enjeu économique, c’est, d’une part, le profit pour lessociétés qui y sont et, d’autre part, l’accès à denouveaux moyens pour produire moins cher, nourrir lemonde sur des terres salines, arides, etc. Il y a desenjeux autour des avancées classiques du progrès pourles gens qui sont pour. Et pour ceux qui sont contre, ily a tous les « aigris » du système scientifique qui nesont pas allés dans ce courant novateur. Et qui, fautede pouvoir s’y mettre, se positionnent contre etvendent des frayeurs. Et puis enfin, il y a tous lesgroupes divers et variés qui sont en recherche dereconnaissance pour se faire sponsoriser.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


96 Le conflit OGM en FrancePourriez-vous me parler de la prise de positionde Carrefour dans ce conflit et des implicationspour votre groupe ?Le patron de Carrefour, Daniel Bernard, à cetteépoque, était dans un environnement très attentif àtous les problèmes écologiques, aux aliments bio etautres. Le débat s’est situé à un moment où la grandedistribution voulait capter à son profit l’image desanté, de qualité des produits, qui, au fond, étaient laprérogative de Danone et de Nestlé. La grandedistribution souhaitait pouvoir revendiquer la mêmechose pour ses produits à marque distributeurpuisqu’ils étaient fabriqués quasiment dans les mêmesusines.Les grands groupes alimentaires avaient pris le parti derechercher des produits banalisés de manière à pouvoirs’approvisionner et produire plus facilement au niveauinternational. Ils pensaient : « Plus les produits seronthomogènes, meilleure sera notre situation en tant quemultinationale». C’est une démarche classique degrand groupe pour un monde vaste et ouvert. Al’inverse, la grande distribution française véhiculaitplutôt le message : « Vos achats font vos emplois ». Enachetant tout près, cela donne du travail à des ouvriersd’ici, qui deviennent des consommateurs au caddiedans les supermarchés.Les OGM ont été pris complètement dans cetteopposition du tout mondial contre le très local.Carrefour a vu une occasion de s’emparer du sujet desOGM pour essayer de créer une différenciation. Voilàcomment le sujet est vraiment entré enbouillonnement.Les industries agroalimentaires, qui doivent respecterles exigences de leurs clients, se sont donc retrouvéesavec des cahiers des charges multiples et variés, plusou moins possibles à respecter. Nous n’avons donc paseu le choix de nous adapter et de faire les deuxproductions. Ces cahiers des charges ont d’ailleurs étécréés à un moment où les écarts de prix entre lescéréales GM et non GM pouvaient être acceptablespour le consommateur. Maintenant que la culture desOGM s’est beaucoup développée dans le monde, il fautpayer de plus en plus cher pour trouver des produitsnon GM.Croyez-vous que les entreprisesagroalimentaires françaises peuvent survivresans les OGM ?Les industries agroalimentaires françaises ont pusurvivre jusqu’à maintenant sans les OGM maisdemain elles ne le pourront plus. Et survivre est le motqui convient. Pendant très longtemps, les Américainscritiquaient l’Europe parce que nous refusions uncertain nombre de produits, notamment les hormonesdans la viande bovine et les OGM. Ils se sont plaintspendant quelques années et, depuis, vous n’entendezplus rien. Ils ont même complètement inversé leurposition. Ils se débrouillent pour avoir en permanenceplus d’OGM agréés chez eux que l’Europe n’en aacceptés. A tel point que c’est devenu pour eux unmoyen de s’isoler dans le marché. Par exemple, enmaïs, ils ont une dizaine d’événements acceptés alorsque l’Europe n’en a que quatre ou cinq.De plus, les Américains ne font pas de la ségrégationsur la qualité. Ils mélangent les grains GM et non GMensemble puisque chez eux, les OGM ne sont pas unproblème. Et lorsqu’en France, nous manquons decéréales, comme l’année dernière, nous ne pouvons pasnous approvisionner aux Etats-Unis. L’année dernière,le mélange OGM – non OGM de maïs américainscoûtait environ 100 dollars. En face, les variétés nonGM de maïs brésilien étaient vendues au prix de 150dollars. Les industries agroalimentaires françaises ontdonc dû vivre avec un prix de revient du maïs à environ220 dollars. Or, le poulet fabriqué par les Américainspeut entrer sur le marché français sans problème. Celasignifie que nos poulets français, nourris avec du maïsà 220 dollars, se retrouvent en concurrence, dans lesmême points de distribution, avec les pouletsaméricains nourris avec du maïs à 100 dollars.C’est pour cette raison que les entreprises françaises nepourront survivre qu’un certain temps. Lorsque vouscomparez le décalage entre les prix de revient, cela nepourra pas durer. La production française ne peut quedécliner avec un tel différentiel de prix.Que pensez-vous de la décision de la HauteAutorité de créer un moratoire sur les OGM ?Je crois que le gouvernement a manqué de courage. Lemoratoire est un moyen de faire patienter en attendantque l’inévitable arrive. C’est-à-dire que vivre dansl’ambigüité et les compromis laisse la possibilité à JoséBové de commettre de nombreuses exactions contre laloi. Pendant très longtemps, ces exactions n’étant passanctionnées, les chercheurs sont partis et les travauxd’expérimentation s’en vont ailleurs. C’est assezdramatique car la France est en train de prendre 15 à20 ans de retard dans un domaine qui est essentielpour le futur. Des instituts comme l’INRA ne font pasde recherche sinon de façon masquée sur ces sujets. Demon point de vue, toute la communauté scientifiquefrançaise porte une responsabilité de ne pas avoirinformé la population sur ces nouvelles technologies.De ce fait, tous les marchands de frayeur ont occupé leterrain. En ce qui concerne les chercheurs opposés auxOGM, ils pensent qu’ils ont plus à gagner endémontrant les dangers plutôt que d’essayer d’enpromouvoir les progrès.Comment expliquez-vous que les faibles, lesanti-OGM, ont pu prendre l’avantage sur lesforts, les industries agroalimentaires ?ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


97 Le conflit OGM en FranceOn sait que dans toute société, pour toute innovation,systématiquement 5% de la population la rejette. Enentreprise, quand vous voulez faire un changement,vous avez toujours 5% des personnes qui s’y opposent.Pour un nouvel ordinateur, une nouvelle technique,toujours ce 5%... Et vous avez 25 ou 30% qui sontindifférents et un certain nombre qui a envied’innovation. Tout l’art du management est de faire ensorte que l’on respecte les croyances, les préférences dechacun : les 5%, qui s’opposent et qui n’en voudrontjamais de toute façon, et les 50% qui sont en attente dechangement et qui galopent devant. En revanche, ilfaut bien s’occuper de la frange de personnes quihésitent et qui sont à la frontière entre le pour et lecontre. Dès lors que la part de 5% d’opposants atteintle chiffre de 15%, il y a des tas de contestations et lechangement ne peut plus venir par la raison. Lorsque15% des gens dans une entreprise s’opposent auxchangements, ils ne se disent pas : « Je n’ai pas lacompréhension de cette nouvelle technologie, je meremets en cause », ils se disent : « C’est l’entreprise quifait n’importe quoi ! ». Le système est donc remis encause et les gens ne se mettent pas en cause euxmêmes.entre le non-GM et le non-amazone. A tout prendre, jepréfère des OGM et du non amazone !Pour faire le parallèle avec les OGM, selon moi, ladémarche est la même. C’est-à-dire que les 5%d’opposants systématiques sont passés à 7%, à 10%,etc. Au gré d’un certain nombre d’événements qui sontsurvenus parce qu’on a dit que tel problème d’allergieou d’explosion venait de ces savants fous ! La politiques’en mêle et les clans s’organisent, faute d’avoir éclairéle public de façon suffisamment large.On n’entend plus jamais parler des philosophes degauche, des gens qui aidaient à ce que la société évolue,comprenne… La critique avait lieu au niveau des gensqui avaient une certaine compétence. Aujourd’hui, lacritique se fait tout en bas, dans la rue. On ne sait pastrop pourquoi mais c’est sympa d’aller arracher dumaïs ensemble, alors allons-y !En conclusion, quelle serait la meilleurestratégie de communication à adopteraujourd’hui pour faire valoir votre point vue ?Nous n’allons pas communiquer sur les OGM car nousavons vu ce qui s’est passé dans le cas de la vache folle.A partir du moment où vous prenez la parole, vousfinissez par porter une tête OGM pour les médias.Lorsque les parties en présence sentent que vous êtesl’un des éléments du système, vous devenez la cible.Communiquer me semblerait maladroit. Nousessayons d’être réalistes et de nous dire que ça vavenir, c’est inévitable. Même Greenpeace sait que ça vavenir, ils le savent tous. Je pense que les OGM sont unecause perdue. En revanche, je suis en accord avec lacause du non-amazone qui se positionne contre ledéboisement de la forêt amazonienne au Brésil. Il fautsavoir d’ailleurs que beaucoup de graines non GM sontproduites sur des parcelles de terres gagnées sur laforêt amazonienne. A mon avis, il y a une contradictionESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


98 Le conflit OGM en FranceE. Interview de Gérard PASCAL, spécialistefrançais de la sécurité sanitaireGérard Pascal est l’un des grands spécialistes françaisde la sécurité sanitaire des OGM.Au cours de sa carrière, il a travaillé aussi bien sur lesdemandes d’expérimentation que sur les demandes demise sur le marché en France et en Europe.Il a été membre de la CGB depuis son commencement,en 1986, et ce jusqu’à la fin. Il a contribué à la mise enplace de l’AFSSA et a été son premier président duconseil scientifique. Il a également présidé deuxcomités scientifiques européens à la Commission :d’abord le comité scientifique de l’alimentationhumaine puis le comité scientifique directeur qui a euessentiellement en charge les premiers problèmes del’ESB.Il a récemment fait partie d’un groupe de travail quivient de publier, en mars 2008, un rapport surl’expérimentation animale pour l’évaluation de lasécurité sanitaire des OGM.Quel est, selon vous, le point de départ duconflit OGM ? Pouvez-vous en retracer lesgrandes lignes?Pour moi, les premières discussions de fond surl’évaluation des risques sanitaires des plantesgénétiquement modifiées ont commenen Francevers 1995-1996, au Conseil Supérieur d’HygiènePublique de France, bien avant la création de l’AFSSA.En France, tout est resté calme jusqu’en 1997 alors qu’àBruxelles, dès fin 1996, a eu lieu la première réellecontestation. A ma connaissance, c’était la premièrevraie discussion scientifique portant sur un OGM auniveau européen. Elle émanait des Anglais etconcernait la présence d’un gène de résistance àl’ampicilline (un antibiotique) dans le maïsgénétiquement modifié de Ciba-Geigy (devenuNovartis). Les Anglais, inquiets, ont demandé à desexperts de se pencher sur le sujet.A l’époque, je présidais le comité scientifique européende l’alimentation humaine et l’un de mes amis, françaislui aussi, présidait le comité scientifique européen del’alimentation animale. Ensemble, nous avons organiséun workshop et invité des experts du monde entier àdiscuter de ce problème de gène de résistance auxantibiotiques. La conclusion du comité a été que,finalement, ce gène n’était pas un problème.En France, la contestation du maïs transgénique estintervenue en 1997 et le gouvernement a d’ailleurs finipar en interdire la culture sur le territoire français(alors qu’il avait été le premier pays européen àautoriser la culture d’un maïs transgénique), au nomdu principe de précaution.Dès 1997, la politique a commencé à faire son entréedans le dossier des OGM. Cette année-là, legouvernement Juppé (avec Philipe Vasseur commeministre de l’Agriculture et Corine Lepage commeministre de l’Environnement) interroge la CGB sur lemaïs et le colza GM. La CGB répond qu’elle ne conseillepas les essais sur le colza, pour des raisons de risqueenvironnemental. En revanche, elle émet un avisfavorable pour le maïs. Le soir-même, le gouvernementJuppé décide d’un moratoire sur le maïs GM.A l’évidence, c’est un désaveu. Axel Kahn, alorsprésident de la CGB, s’est senti déjugé et adémissionné de sa présidence tout en demandant auxautres scientifiques de rester pour finir le travail sur lesdossiers en cours. On ne pouvait pas le taxer d’êtrepro-firmes de biotechnologies. En réalité, aucunargument scientifique ne justifiait ce moratoire ! On ademandé un avis scientifique puis pris la décisioncontraire.Pour changer d’avis quelques semaines plustard je crois…Effectivement, quelques semaines après ce moratoiresur le maïs, Chirac dissout l’Assemblée Nationale, laGauche arrive au pouvoir et Lionel Jospin devientPremier Ministre.Jospin décide tout simplement de supprimer lemoratoire et de « ré-autoriser » le maïs GM sur lequella CGB avait donné un avis favorable. Pendant deux outrois ans, les choses sont restées calmes, jusqu’à ce qu’ànouveau, sous l’influence des mouvements écologiqueset des Verts, Jospin change d’attitude. DominiqueVoynet, ministre de l’Aménagement du territoire et del’Environnement, se bat d’ailleurs pour un moratoireeuropéen sur les OGM. En 1999, l’Europe met en placeson moratoire.On revient en arrière. Les scientifiques, eux, n’ontjamais changé d’avis et sont toujours restés opposés àla culture du colza transgénique pour des raisons derisque environnemental et ce, que ce soit dans un butd’expérimentation ou pour une mise sur le marché.Mais pourquoi ne pas autoriser la culture ducolza et autoriser celle du maïs ?Le colza est une plante originaire d’Europe et il y a desplantes adventistes avec lesquelles le colza est capabled’échanger des gènes, comme la moutarde ou laravenelle. Avec le maïs, c’est totalement différent car,originaire du continent américain, il est incapabled’échanger des gènes avec des plantes européennes.Certes, il peut en échanger avec le maïs mais avecaucune autre plante. C’est la raison essentielle pourlaquelle on a une position très différente entre le colzaet le maïs.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


99 Le conflit OGM en FranceOn a également eu une position intermédiaire sur labetterave pour des raisons d’échanges possibles avecdes betteraves sauvages. En tout cas, vous pouvezconstater que les raisons sont précises et justifiées.Pour le maïs, on est toujours resté sur la mêmeposition sur le plan environnemental. En revanche, surle plan risque pour la santé animale ou humaine,chaque dossier a été l’objet d’un examen très attentif.Vous avez vous-même, il me semble, semé desdoutes sur le maïs MON 863…Je suis à l’origine de l’affaire du MON 863. J’ai étérapporteur de ce dossier, comme j’ai été rapporteur enFrance de toutes les parties sécurité sanitaire desdossiers OGM.Pour l’anecdote, je devais partir en congrès à Romemais, à cause de contraintes de déplacement, j’aifinalement été contraint d’annuler. Du coup, je me suisretrouvé avec deux jours complètement libres pour« décortiquer » le dossier. Et effectivement, j’ai trouvédes choses un peu surprenantes.C’est le premier dossier de Monsanto sur lequel j’ai eudes interrogations. La toxicologie, en particulieralimentaire, donne une grande place à l’avis del’expert, à sa perception du dossier. C’est pourquoi,lorsque j’ai transmis mon rapport à la CGB avec mesquestionnements, elle m’a suivi.On a fait venir le toxicologue de Monsanto des Etats-Unis, qui ne nous a pas donné de réponse satisfaisante.La CGB a donc maintenu sa décision d’avis et ademandé des compléments d’information. Au boutd’un an, nous avons reçu des avis d’experts, comme lesAméricains savent le faire. Ils nomment un paneld’experts rémunérés par la firme mais, pour avoirparticipé à ce type de panel, je peux dire, même si onn’est pas obligé de me croire, que c’est trèssérieusement fait, très solide et que les experts, mêmes’ils sont payés, ne sont pas achetés, en tout cas pastous.Pour en revenir au cas du MON 863, j’avais des doutessur l’aspect histologique, sur l’anatomo-pathologie desreins des rats. Or, l’expert qui a réalisé l’analyse pourMonsanto est le spécialiste international de lapathologie du rein du rat de laboratoire.Pour autant, on ne s’est pas contende cette expertiset la CGB a demandé une contre-expertise à un expertfrançais, ancien directeur de l’école nationalevétérinaire de Maisons-Alfort, directeur du serviced’anatomo-pathologie de l’école. Il a confirmé l’avis desdeux experts scientifiques de Monsanto.Au bout d’un an, même si je n’avais pas satisfaction à100% (mais je n’ai jamais eu satisfaction à 100% detoute façon), je me suis décidé à arrêter lesquestionnements. Il faut savoir qu’avant, l’AFSSA avaitémis un avis favorable, tout comme l’EFSA. J’étais leseul à l’époque à soulever ces interrogations. EtSéralini s’est emparé de cette affaire et en a fait sonfonds de commerce. Séralini a fait appel à un collèguestatisticien qui a l’air d’être un vrai scientifique et à unmédecin qui n’a jamais rien publié et qui estscientifiquement nul. Tous les trois ont appliqué unnouveau traitement statistique aux données.Personnellement, je ne crois pas à la statistique dans cegenre d’étude mais la CGB et l’EFSA ont repris trèssérieusement ces traitements statistiques et ont concluque l’approche de Séralini n’était pas recevable.Je ne m’en suis pas mêlé parce que je travailledifféremment, en regardant les résultats un par un,jour après jour, en m’appuyant sur mon expérience delaboratoire. Je sais que la statistique peut faire dire desgrosses bêtises.Par exemple, pendant la crise de la vache folle, jeprésidais le comité directeur de l’Union Européenne etla Commission nous a demandé si on était capable dequantifier l’influence de l’élimination de la colonnevertébrale, là où se niche la moelle épinière qui porteles prions, sur la réduction du risque. On a confié cetravail à deux équipes. L’une d’entre elles, une équipehollandaise de statisticiens spécialistes, a fait sontravail sans l’avis des biologistes. Ils ont conclu qu’il yavait plus de risques si on enlevait la colonne que si onla laissait ! Une aberration ! On a donc repris tout letravail en organisant la collaboration entre desbiologistes et des statisticiens mais on n’a pas utiliséles résultats des statisticiens seuls parce qu’on ne peutpas, dans ce domaine, s’appuyer seulement sur untraitement mathématique.Séralini n’a rien apporté mais a écrit un article qui afait du bruit. On a d’un côté une centaine despécialistes scientifiques qui partagent le même avis et,d’un autre côté, Séralini et deux de ses copains. Bon,on peut choisir de donner le même poids aux deux,mais je ne suis pas sûr que ce soit scientifiquementfondé. Je me demande cependant toujours pourquoi sefatiguer à chercher de faux arguments scientifiquesquand des arguments politiques ou économiquespourraient appuyer une argumentation contre lesOGM ?En ce qui me concerne, avec d’autres expertsscientifiques internationaux, j’ai participé à la mise enplace d’un groupe de travail qui, au bout de deux ans, apublié en mars 2008, au nom de l’EFSA, dans la revueFood and chemical toxicology, un rapport surl’expérimentation animale pour l’étude de la sécuritésanitaire des OGM.Vous dites donc que les choses se sontaggravées dès 1997 si je comprends bien, pourne jamais s’arranger depuis ?Les choses se sont envenimées au fur et à mesure. Labagarre a vraiment commencé quand la CGB a cesséd’être à 100% scientifique, en 1998. Elle comprenaitalors des représentants de la société civile, un députéESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


100 Le conflit OGM en Franceou un sénateur, un syndicaliste représentant lestravailleurs des firmes de biotechnologies, desreprésentants des organisations de défense del’environnement et des consommateurs.Un tel mélange de genres rend le débat impossible. Laposition de Gilles-Eric Séralini était ambiguë : nomméà titre scientifique, il a toujours agi commereprésentant des organisations de défense del’environnement, notamment celle de Corine Lepage,de plus en plus active au fil des ans.En 2002, après la conférence de citoyens de juin 1998,il y a eu à nouveau un débat public à l’OCDE, organisépar 4 « sages », au cours duquel il y a eu juxtapositionde points de vue mais pas de véritable discussion oudialogue.Je me souviens très bien avoir entendu le responsablede Greenpeace de l’époque dire « les techniciens etscientifiques peuvent raconter ce qu’ils veulent. Nous,nous sommes contre et nous serons toujours contre ».A partir de là, il n’y avait pas de discussion possible.Enfin, plus de véritable discussion possible.Etes-vous personnellement pro-OGM ?Personnellement, je ne suis pas favorable audéveloppement des OGM à la mode de Monsanto ou dePioneer. En tant que citoyen, je ne le suis pas.Mais ce n’est pas parce que je n’y suis pas favorablequ’on me fera dire que les OGM qui sont sur le marchéou qui ont fait l’objet d’une évaluation favorable de lapart des instances scientifiques présentent un risquepour la santé animale ou humaine.En tant que scientifique, je présente un avisscientifique. Si on m’interroge en tant que citoyen, j’aiune autre position car je prends en compte d’autresaspects que les aspects purement scientifiques mais jene vais pas mélanger les deux.C’est très désagréable, lorsqu’on travaille sur les OGM,d’être forcément catalogué dans un camp ou un autre.Moi je refuse d’être catalogué du côté des industriels.En tant que scientifique, j’ai une position ; en tant quecitoyen, j’en ai une autre mais ce n’est pas non pluscelle des faucheurs.Quels sont, d’après-vous, les élémentsdéterminants du conflit ?Monsanto a fait de nombreuses erreurs decommunication en Europe. Monsanto est arrivé avecses gros sabots et s’est imaginé que les citoyenseuropéens étaient comme les citoyens américains,qu’ils avaient une confiance absolue dans les grossesmultinationales et dans le progrès scientifique. Nous,scientifiques, nous avions prévenu Monsanto que lafirme aurait des ennuis.Entre autres, ils n’auraient pas dû acheter une page depublicité dans les grands quotidiens nationaux la veillede la « conférence de citoyens » française sur les OGM,en juin 1998.Ensuite, je pense, et c’est un point de vue personnel,que ceux qui critiquent les travaux réalisés sur lesrisques sanitaires des OGM n’ont absolument aucunecompétence en la matière et ne connaissent rien à latoxicologie alimentaire. Ils racontent n’importe quoiparce qu’ils ne savent rien, tout simplement.Personnellement, je pense que les OGM sont, sansaucune commune mesure, plus étudiés que tout autrealiment. Aucun autre aliment n’a jamais été évaluéautant, sauf peut-être les aliments irradiés et certainsaliments réchauffés au micro-onde.Aucun des aliments exotiques pour l’Europe, qu’onnous propose régulièrement sur les marchés depuis 50ans, tels que les kiwis, les lychees et tout un tas de noixen provenance d’Amérique Centrale, n’a été évalué.D’ailleurs, s’ils l’avaient été, ils ne seraient pascommercialisés en Europe à cause de leur potentielallergène ou alors au minimum accompagnés d’unétiquetage de mise en garde. Pour autant, cela nedérange personne.Il est impossible de démontrer que quelque chose estsûr à 100%. Dans le domaine alimentaire, lesméthodologies sont insuffisantes pour mettre enévidence des effets de faible amplitude à long terme.Les laboratoires sont en train de travailler sur desméthodologies nouvelles qui pourront être appliquéesà l’ensemble des aliments que nous consommons etpas seulement aux OGM. Mais il faut du temps, jepense entre 5 et 10 ans, pour les valider.Les OGM ont été l’aiguillon qui nous a poussé àreconnaître (et nous ne sommes pas beaucoup à lereconnaître) que nos méthodologies pour juger de lasécurité des aliments sont insuffisantes et qu’il fautprogresser. Ça, je veux bien le reconnaître, je n’aiaucun problème avec ça, je ne le conteste pas.Seulement, le jour où on aura des méthodologies plussensibles, il faudra les appliquer à l’ensemble desaliments, pas seulement GM et ça, personne n’en parle.Monsanto et les autres firmes de biotechnologies ontfait ce qu’il est raisonnable de faire en termes derecherche.Ce qui est critiquable, c’est que les résultats de cesétudes n’étaient pas publics. Et ça, à mon avis, c’estune grave erreur car la transparence est dans ce casindispensable. Je me suis battu avec des collèguesfrançais et européens pour que les résultats soientpubliés. Monsanto a publié de temps en temps,notamment sur le colza, ses premiers travaux dans desrevues scientifiques, vers le milieu des années 1990.Après, ils ont arrêté. Les études doivent être publiquesESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


101 Le conflit OGM en Francemais il faut aussi que les opposants acceptent le débatscientifique. Or c’est impossible.Maintenant, je refuse les débats. En juin, desjournalistes de la presse médicale grand public m’ontdemandé de participer à un débat avec Gilles EricSéralini à la cité des sciences de la Villette. J’ai accepté.Cela ne s’est pas mal passé mais on n’a pas avancé d’unpoil sur la compréhension mutuelle. Chacun est restésur sa position.Personnellement, je peux changer d’avis mais je veuxpour cela qu’on me fournisse des argumentsscientifiques solides. Donc je considère que participer àdes débats ne sert plus à rien. Ces débats sont stériles,personne n’écoute l’autre, cela fait plusieurs fois quej’ai le même débat avec Séralini et qu’il refused’écouter, alors ça suffit. Maintenant, je préfère écrire.A l’EFSA, je vous le rappelle, on a publié un grosrapport dans le Food and Chemical Toxicology aumois de mars 2008 sur l’expérimentation animale pourl’étude de la sécurité sanitaire des OGM.Si les opposants ne veulent pas prendre en compte desdocuments de ce type, c’est leur problème mais ils nepeuvent empêcher qu’ils existent.Mon analyse, c’est que, pour un certain nombred’opposants comme les Verts ou le mouvementaltermondialiste, les OGM sont un fonds de commerceextraordinaire. Ils n’avaient rien à se mettre sous ladent. Regardez Corine Lepage. Elle n’existe encorepolitiquement que grâce aux OGM. S’ils n’étaient paslà, elle n’existerait pratiquement plus. La maladressede communication de Monsanto et des autres a ouvertla voie à ça.Que pensez-vous de la décision de la HauteAutorité sur le maïs MON 810 et de la réactionpolitique qui a suivi ?C’est strictement politique. Il n’y a rien dansl’argumentaire de la France et le MON 810 ne présentestrictement aucun risque sur le plan sanitaire.J’ai repris récemment l’avis du comité depréfiguration, publié au printemps. J’avais moi-mêmeproposé une de mes collègues toxicologues pourparticiper au comité de préfiguration de la HauteAutorité. Elle a fait partie des douze scientifiques quiont publié un communiqué s’élevant contre lesconclusions du président de ce comité et n’a plussouhaité depuis être impliquée dans ce typed’expertise.La décision de la Haute Autorité a été strictementpolitique. Le dossier qui a été envoyé à Bruxelles esttotalement vide. Je peux même vous dire, même si jesuis sûr que vous le savez déjà, que le gouvernementfrançais a transmis l’avis du comité à la CommissionEuropéenne qui l’a transmis à l’EFSA. L’EFSA aaccepté de donner un avis sur la demande françaisemais a demandé des éléments scientifiques. La France,après plusieurs mois, a finalement transmis un rapportrédigé par Yvon Le Maho, membre de l’Académie dessciences, spécialiste des manchots de l’Antarctique.Vous pensez vraiment qu’il est habilité à faire unrapport sur le MON 810 ? Avec le rapport, la France ajoint une lettre indiquant que les conclusions de cerapport n’engageaient qu’Yvon Le Maho, que ce n’étaitpas la position française. C’est quand mêmeextraordinaire. La France n’a donc transmis aucun vraidocument scientifique à l’appui de sa demande de miseen œuvre de la clause de sauvegarde.Bien entendu, l’EFSA a statué que le dossier était vide,que la demande de clause de sauvegarde françaisen’était pas justifiée d’un point de vue scientifique.Ce à quoi le gouvernement français a répondu via lesmédias que ce n’était pas aux scientifiques de décidermais au conseil européen des ministres. C’est vrai. Jetrouve même ça juste et normal. Il y aura peut-être unedécision au conseil des ministres mais cela sera unedécision strictement politique avec des avisscientifiques qui sont tous opposés à la mise en œuvred’une clause de sauvegarde.Pour ce qui est de la France, je pense que l’affaire duMON 810 est la plus belle démonstration del’instrumentalisation politique. C’est une gesticulationpolitique, une manipulation pour calmer les Verts. Jepeux me tromper mais je suis sûr que d’ici quelquesmois, le gouvernement actuel va les lâcher, après lesélections européennes. Pour l’instant, NathalieKosciusko-Morizet est encore utile, elle permet de nepas se mettre les Verts à dos. Et vous allez voir que ledébat OGM va redémarrer au niveau national.C’est un jeu politique que, personnellement, je trouvedangereux.La France perd-elle sa compétitivité sur lemarché des semences ?Vous savez sûrement que Limagrain et Biogemmasont, sur le plan international, des forces dans ledomaine des semenciers.Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il y a une grandedifférence entre Limagrain, entreprise semencière, etMonsanto, chimiste à l’origine, avec une faibleconnaissance de l’agriculture si on les compare àLimagrain.A la CGB, il est évident que les discussions avecLimagrain n’avaient rien à voir avec celles avecMonsanto. Du côté de Limagrain et de Biogemma, lesinterlocuteurs étaient des scientifiques de très hautniveau qui ne racontaient pas trop d’histoires – bon,un peu, mais on n’est pas naïf non plus !ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


102 Le conflit OGM en FranceMonsanto nous envoyait des Américains qui nousprenaient pour des sous-développés intellectuels. C’estune grosse différence !Biogemma et Limagrain font maintenant toute leurrecherche à l’étranger. Ils ne font pratiquement plusrien en France malgré les efforts qu’ils ont déployéspour continuer dans l’Hexagone.Les meilleurs dossiers récemment déposésn’émanaient pratiquement que de Biogemma.Aujourd’hui, ils en ont eu assez.Personnellement, je ne comprends pas qu’on sacrifieun secteur d’activité entier pour avoir la paix avec lesVerts même si l’industrie des semences ne représentepas de très gros chiffres d’affaires ! A mon avis, cettesituation ne va pas durer. Il y a sans doute eu unmarchandage avec les Verts sur la question dunucléaire mais je pense que forcément, un jour, on valeur reprendre le dossier OGM.Prenons l’exemple du maïs puisqu’il est au centre desdébats français. Il y a bien longtemps que dans lesgrands pays agricoles, on cultive du maïs hybride. Jemets au défi n’importe quel agriculteur qui veut gagnersa vie de cultiver son maïs deux fois de suite.Comme ce sont des hybrides, la deuxième année, lesrendements s’effondrent et, la troisième année, il n’y aplus rien.Cet argument de rachat de semences est irrecevable, entout cas pour le maïs. Peut-être que quelquesagriculteurs bio, dans leur coin, conservent une partiede leur production pour replanter mais, franchement,c’est souvent avec des rendements très faibles.Ne pensez-vous pas que, par peur desconséquences de quelques types d’OGM, onsacrifie une technologie qui pourrait se révélertout à fait bénéfique dans tout un ensembled’applications ?Il y a des applications très intéressantes des OGM,certes, mais pour l’instant, elles n’existent pas sur leterrain.La seule chose qui existe vraiment et qui est à l’essaiaux Philippines, c’est le riz doré. Mais ce n’est pasencore vraiment en application. Pour l’instant, on enest aux essais.C’est vrai qu’il y a des choses très intéressantes enrecherche. Mais attention, les défenseurs des OGMvont trop loin dans leur discours. C’est vrai qu’il y a desespoirs dans ce domaine mais ce n’est pas Monsanto,Syngenta ou Pioneer qui s’y engouffrent, ce sont lesEtats.Il suffit de regarder ce qui se passe en Chine. J’ai faitplusieurs missions pour l’INRA en Chine et je peuxvous affirmer que les Chinois sont en train de travaillersur toutes les espèces végétales en génie génétique.Bientôt, les laboratoires chinois vont sortir denouvelles variétés. La mise sur le marché d’OGM nesera pas seulement le fait d’entreprises semencières.Les Etats vont s’en emparer. C’est pareil en Inde.Que pensez-vous des arguments des anti-OGMconcernant l’obligation de rachat de semencesdes agriculteurs ?C’est irrecevable, d’une façon générale. Les paysans desgrands pays agricoles sont déjà obligés de racheter dessemences.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


103 Le conflit OGM en FranceF. Interview d’Alain TOPAN, responsable dela réglementation OGM du groupe Limagrain.Alain Topan est depuis 12 ans dans le groupeLIMAGRAIN et a été pendant 10 ans responsable d’undes laboratoires de BIOGEMMA.Quand le conflit autour des OGM a-t-ilcommencé ?On dit souvent, pour fixer une date, que c’est lapremière page de Libération, datant de 1996, surl’ « alerte au soja fou », c'est-à-dire quand lespremières importations de soja transgénique sontentrées en Europe. Cela a souvent été fixé comme datede référence car à partir de ce moment-là, un certainnombre de groupes ont commencé à faire du lobbyingmédiatique autour des OGM, à l’exemple deGreenpeace ou des Amis de la Terre, pour n’en citerque les quelques-uns.Cela a évolué en France, à partir de 1998/1999, quandont eu lieu un certain nombre d’actions de destructiond’essais aux champs. Cela s’est ensuite amplifié autravers de ces actions de destruction. Est apparue alorsune dualité entre les groupes ayant « pignon sur rue »,à l’image de Greenpeace, avec des actions de lobbyinget des actions médiatiques fortes mais non¨ violentes »,etl à côté`de ceuxlci, d’autres personnes -et en même temps souvent les mêmes -, avec cetteambigtïté un peu entrdtenue, dansdes`actions`violentås de destruction.Quand vous parlez de lobbying, quel(s)intérêt(s) olt ces gpoupes atjourd’hti à menerde telles acthons ?Je crois que, pour beaucoup, on va rejoindre deschoses assez curieuses, à savoir`la nécersité d’êtresur`des créneaux popteurs pnur exister.Greenpeace, par exemple, a pour sa part choisil’environnement au sdns large. Mais il s’agit d’unelrganisation qui fonctionne comme une multinationale,qui a besoin d’avoir des créneaux porteursl Pour ce quiest des OGL, Greenpeace a dxprimé pon point de vueen disant qu’elle ne croyait pas aux risques liés auxOGM mais que c’ét`it un txpe de slciété qu’ellerdfusait.MC’est une notion idéologique afin de recruterdu monde pour faire qu’une ONG ait la base la pluslarge possiblel On peut ajouteò que, selon le lieu,Greenpeace s’oppose aux OGM (Europe) ou n’abordepas ce sujet (Amépique du`Nord et`du Sud)lC’est une notion idéologique afin de recruter du mondepour faire qu’une ONG ait la base la plus largepossiblel On peut ajouteò que, selon le lieu,Greenpeace s’oppose aux OGM (Europe) ou n’abordepas ce sujet (Amépique du`Nord et`du Sud)lLe but serait donc de sensibiliser l’opinionpublique sur un thème délicat lié àl’environnement, avec une connaissanceimprécise des`données de terrain, afin demobiliser autour d’un thème écologique ?Je vais prendre un`autre eøemple qui rejoint ce que jeviens de diðe sur Greenpeace et qui concerne laConfédération Paysanne.Cela concerne un dé`at qui a eu lieu dans lds annéep1997/1ù98 enträ la Confédération Paysanne et PhilippeGay, le premier scientifique à développer un maïstransgènique mhs sur le marchéà: le BTq76, de CIBA, àl’époque.Ce débat, qui ne s’est pas très bien passé, avait, entreautres, pour vocation, pour la Confédération, d’essayerde recruter du monde et de choisir un sujet pour cela.A cette époque¬ le chohx se situait entre la vache folle(ESB ø Encéphalopathie Spongiforme Bovine) et lesOGM.Lors d’une dircussion`que j’ahe eue avec unrdsponsable de la Confédéòation P`ysanne, celui-cim’a dit qu’ils avaient choisi les OGM car on ilaginaitqu’à un`moment mù un autre, on trouveraht unesmlution `u problème de la vache folle et qu’ils allaientainsi perdre un sujet de cristallisation, de recrutement.Donc, là encore, un sujet qui est choisi non pas pourson objectif scientifique de risque mais parce`qu’ilpermet de`regrouper les gens, comme on l’a vu par lasuite.Il y a eu ensuite un certain nombre de mouvementsde`destrucôions, alnée après année, organisés pourêtre fortement médiatisés puis, actuellement, unevague de destructions anonymer car le risque äe sefaire condamner devenait plus impoòtant. Finalement,cela a abouti à une forte réduction des essais auxchamps.Est-ce que dans cd contexte les médias ont jouéun rôle important ?Pour moi, grossièrement, en ce qui concerne lesmédias, ils n’ont, en grande majoritél fait qte suivrequelques têtes médiatiques au travers d’actions fortesafin d’avoir deq écrits et des images toujourssensationnels car il faut reconnaître qu’il y a un certainnombre de personnes baignant dans ce sujet, qui ont ulvrai talent pour attirer et intéresser les médéas.Et je crois que les médias, en étant sur ce versant deschoses, ont sans dmute favlrisé tots ces mnuvementscar ils parlaidnt sans cesse de destructions ou d’autresactions fortes, sans traiter la question de fond.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


104 Le conflit OGM en FranceLes personnes qui bherchent à se faire uneopinion grâce à ce qu’elles trouvent dans lesmédias se retrouvent souvent face`à desapguments`« contrd » les MGM. Y amt-il moinsd’arguments « pour » ou sont-ils moinsmédiatisés ou encore détournér ?Je crois qud sur ce`sujet, les pro-LGM ont `eaucoupmoins d’arguments, simplement parce que pour leconsommateur final qui fait ses courses ensupermarché, l’OGM est une source de questions,quelque chose qui n’a pas de sens. Le consommateurne sait nh comment ça sert, ni à puoi ça rert.Clmme je le dis souvent lors de débats, il aurait fallu -je dis ë il auráit fallu » car nn ne l’a pas fait -, expliquerl’agriculture duàXXème siècle alors que l’on est entrain, avec les OGM, d’essayer d’expliquer l’agriculturedu XXIème siècle à des individus qui ont celle duXIXème siècle comme fantasme en tête !En effet, dans les débats, beaucoup de personnesréagissent en disant : « Vous, vous nous expliquezvotre agriculture mais je connais l’agriculture. Monpère et mon grand-père étaient agriculteurs ». A partirde ce moment-là, il n’y a plus de discussion possibleparce que ces personnes ont toujours en tête le « gesteauguste du semeur ». Elles pensent que « avant leschoses étaient meilleures, avant les choses avaient dugoût » et qu’on est dans une dégradation permanente.Donc les gens n’ont pas pu comprendre, et ce n’est pasune critique que je fais car on ne leur a pas expliqué,qu’il y a eu une révolution au niveau des semences, dela fertilisation, des produits de traitement, del’agriculture de précision ! Dans ce contexte, commentpourraient-ils être réceptifs au discours « On a mis ungène qui permet de traiter la pyrale » ? Pour eux, c’estincompréhensible !Je pense que la personne qui veut s’informer sur lesujet a toutes les chances de tomber sur une impasseparce qu’elle ne peut pas comprendre.Dans la littérature, il semble qu’il y ait desdiscussions autour du fait que la plante GMfabriquerait son propre insecticide et qu’il enrésulterait une concentration accrue parrapport aux traitements usuels qui sont, eux,occasionnels et non permanents. On ditépandre moins d’insecticide alors qu’en réalité,la plante en fabriquerait plus, sans parler desphénomènes de contamination du sol qu’onsoupçonne. Quel est votre point de vue à cesujet ?Avant de revenir précisément à la réponse à votrequestion, je dirais qu’au-dede toutes les actionsmédiatiques, il y a aussi eu des actions quej’appellerais, en forçant le trait, « faussementscientifiques ».Il y a eu depuis 10 ans des sujets qui ont été martelés etqui se sont succédés. Peut-être que l’un des premiers aété la résistance aux antibiotiques ce qui, a priori, pourquelqu’un qui ne connaît pas le sujet, est une vraiequestion et c’est tout à fait légitime.Sauf qu’en déroulant un peu, on se rend compte que laquestion se dégonfle rapidement et que les résistancesaux antibiotiques, en réalité, il y en a partout et quecelles qui ont été utilisées pour les plantestransgéniques correspondent à des antibiotiques quel’on utilise endecine humaine.Il y a eu, en 1999, une grande réunion organisée avecdes chercheurs par les commissions du géniebiomoléculaire et du génie génétique afin de traiter cesujet. Grossièrement, depuis cette époque, même si lesujet réapparaît périodiquement, il est considérécomme clos.On prend depuis parti sur des sujets que l’on retrouveaujourd’hui, comme ceux de la coexistence descultures, des flux de pollen, ou comme ceux que vousvenez d’aborder. Ou encore des questions spécifiquessur le sujet de résistance à la pyrale.Dire que la plante produit son propre insecticide etqu’en conséquence, elle en produit des quantités trèssupérieures à celles qu’on utilise en agricultureconventionnelle, n’a pas de sens ! Il est important desavoir que ce que l’on met derrière « insecticide »correspond à beaucoup de produits différents du pointde vue de leur composition chimique, avec descaractéristiques de toxicité très différentes.Pour préciser, les insecticides issus de la chimie ont,notamment en termes de rémanence, de résistance à ladégradation, des résistances particulières. Pour le maïsBT, il s’agit d’une protéine qui n’est pas dégradéeinstantanément, on va donc la retrouvertransitoirement dans les sols mais au même titre que labactérie Bacillus Thuringiensis qui produit desquantités de protéines insecticides.Ce que les opposants ont mis dans la tête des gens,c’est : « Attention, pour résoudre une questiond’infestation par un insecte, on a mis des quantitésphénoménales produites par la plante ». Ça n’a rien àvoir avec ce qui est utilisé en agricultureconventionnelle mais c’est un sujet qui perdure.Si je prends un autre exemple, les protéines à activitéinsecticide, dans le monde végétan, il y en a un nombrepiénoména,. Je prends souvent comme exemple lepetit pois qui possède une protéine produisant unl’insecticide PA1b de lutte contre tous les charançons.Cette protéine représente 30% de toutes ses protéines.Aujourd’hui, si e,le étaiv utilisie pour produire uneplante transgénique, il y a de fortes probabilités pourqu’elle soit refusée par les autorisées sanitaires carcette protéine est trop stable. Malgré tout, c’est uneprotéine tout à fait naturelle et lorsqu’on mange despetits rois, on!mange 30% de protéines sous cetteforme insecticide. Ce que je veux signifier par là, c’estESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


105 Le conflit OGM en Francequ’une espèce d’amalgame est fait pour faire peur auxgens.Et des questions comme cela se succèdent, qu’ils’agisse de problématiques de coexistence, d’herbicidesque l’on va retrouver dans les eaux, qui sont desréalités scientifiques mais qui doivent être mises enperspective et cela, quel que soit le uype d’agriculture.Il { a l’opinion publique, mais commentexpliquez-vous qu’un gouvernement, quidispose de scientifisues sur lesquels s’appuyer,fait voter une loi. Est-ce de la prévention ?Au travers de la loi, je pense qu’il faut voir les chosesde oanière vrès prosaïque.Cette loi aurait dû passer avant le 16 octobre 2002puisqu’il s’agissait de la transposiuion de la deuxièmedirective sur les OGM. Une première tentative a eu lieuen 2006, soit avec quatre ans de retcrd, mais pendantles élections,!cette loi a été mise de côté. Néanmoins, laFrance est rattrapée par l’Union Européenne qui amgnacé la!France ee pénalktés fin#ncières importantes(des millions d’euro. de pénalités) si la transposition decette directive n’était pas faite rapideoent.Cg qui donne une ,oi qui séapparaït en 2008 et qui estvotée et promulguée le 25 juin mais qui n’est toujourspas!appliqu©e aujourd’hui. Le 1 er dicret d’applicationde cette loi est sorti du conseil d’Etat mais n’a toujourspas été pwblié.Donc, à la fois,"on la respecte parce qu’on est contraintde le faire - et on n’en fait pas plus que ce que l’on doit- et, en c/urs de route, oo met des clauses desauvegarde qui ne tkennent pas la route sur leMON810, par exemple. Le gouvernement, comme mesgouvernements précédgnts sur ce suje4-là, n’c pasmootré qu’il était « adulte ».Il semblercit en effet qu’il n’y ait pas eu lemême discouss pendant la ca-pagne eu après ?Ou le Qrésident a dit qu’il était pour et ensuitea fait voter une loi contre face à l’opinionpublique ?Il na jamais dit quil étaiv « pour ».Il ne l’a jamais dit ?Non, jamais. Il a toujours évité de"s’engag%r. Il n’ ajamais dit qu’il étakt « pour » ; il"n’a jamais dit qu’ilétait « contre ». Ça a toujours été un sujetsoigneusement#évité.Justement, vous parliez!de la semenceMon810. A chaque fois que le terme d’OGM estprononcé, le nom de Monsanto#n’est j#maistr¨s loin.!Pourquoi, selon vous, oo se foc!lisetant sur cette société ? Sachant que cela a eu unimpact sur votre activit).Il y # plusiewrs raisons.La"première, objecuive, est que sur le marché dessemences et des semences OGM, Moosanto est leleader.Im est le!leader mais si on regar$e de pris ce qui sepasse aux Etats-Unis, le cas du soja mis à part, il"avaitun sacré avantage par rapport aux"autres grandscomme PIONEER, SYNGENTA ou DOW car ilpossédait le ROUND UP. Pour autant, ce n’est pas unesituat)on de monopole flagrant"aux Etats-Unis.!La situation européenne est complètement différente.Le marché européeo est rieicule, de 100000 hectares.C’est finalement très peu au niveau mondial. Monsantoest la seule société à avoir u. événement detransformction autorisé et homologué à la culture enEurope, ce qui veut dire qu’immédiatement au niveau%uropéen, Monsanvo devient une c)ble pou2 lesoprosants !ux OGM. Je revigndrai tout à l’heure surla notion d’hypocrisie.Je revigndrai tout à l’heure sur la notion d’hypocrisie.Monsanto est uoe sociéué issue de la chimie qui a euun certain nombre d’épisodes peu glorieux, avec lapartie que l’on ressort souvenv sur l’« agent /range ».Monsanuo a eu une stratégie sur les OGM hyperaffirmée, avec un patron qui a décidé, dans les années1980, de basculer l’entreprise sur la biologie, lessemences et les OGM.C’était donc une société de chimie qui n’avait pas uneseule semence dans son catalogue et qui a racheté trèscher tout ce qui traînait. Dans la profession, on a penséque Monsanto ne pouvait pas connaître la semence etque son investissement serait malheureux… Mais,contre toute attente, la firme a réussi sur les deuxvolets, le volet OGM et le volet semences.Monsanto est en gros, aujourd’hui, premier mondialsemences de grandes cultures et premier mondialsemences potagères. C’est sûr qu’un opposant quisouhaite s’attaquer à tout ce qui est semence, OGM etbrevetabilité, ne va pas prendre la dernière entreprisemais la première, donc Monsanto.Au niveau européen, Monsanto est la seule entreprisequi a un événement de transformation autorisé à laculture. C’est très bien pour eux mais si, aujourd’hui, ily avait d’autres opérateurs avec d’autres événementsde transformation autorisés en Europe, je suispersuadé que nous ne serions pas dans la mêmesituation. La focalisation sur Monsanto, avec toutes lesimages négatives que cela génère, un SYNGENTA ouun PIONEER n’a pas cette image négative.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


106 Le conflit OGM en FranceMais, justement, on n’a pas vu beaucoups’exprimer les autres sociétés fabriquant dessemences. Comment l’expliquez-vous ?Les questions sont « comment réagir ? » et, d’autrepart, « comment rendre nos voix audibles ? ».Si je parle au niveau français, l’ensemble de laprofession qui s’appelle la plateforme Seproma,Oleasem, UIPP, et qui normalement fait du lobbyingpro biotechnologies, ce que j’en vois de l’extérieur, c’estque pour des lecteurs « quelconques » et pourbeaucoup de journalistes, ils ne savent pas où situerces gens-là. Qui ou que représentent-ils, comment ?Donc, la question qui se pose est : quelle est la force dece qu’ils peuvent proposer ?Ensuite, le cas LIMAGRAIN. On a été très fortementconnu pour les biotechnologies. Il y a quelques années,on a défendu bec et ongles nos essais aux champs,jusqu’à abandonner face à des travauxsystématiquement détruits.Aussi, aujourd’hui, je vois mal, au niveau français voireeuropéen, un front de semenciers qui seraient efficacesen termes de faire remonter l’image de ce que sont lesbiotechnologies.Quelle serait, selon vous, la meilleure stratégieà adopter pour optimiser l’usage del’information ? Aujourd’hui, avez-vous dessolutions ?Aujourd’hui, j’ai plusieurs pistes. Simplement, est-cequ’elles sont réalistes à court terme ?,Je ne sais pasrépondre. Je vous l’ai dit tout à l’heure, la populationne sait pas ce qu’est l’agriculture. Comment alorsexpliquer des innovations sur un sujet que les gens neconnaissent pas ? C’est une vraie problématique.J’ai été, il y a quelques années, l’un des initiateursd’une pétition de chercheurs et nous avions été reçus àl’époque dans différents ministères à ce sujet. Leleitmotiv était qu’il fallait expliquer d’une manièreconcrète les OGM. Lors de nos entretiens, nous leursdisions : « Ne pensez-vous pas que le gouvernement nepourrait pas expliquer le rôle de l’agriculture,l’importance stratégique de l’agriculture, etc., etc. ?On nous répondait alors « oui, bien sûr » mais rienn’était fait. Donc, qu’est ce que l’agriculture ? Quelssont les enjeux stratégiques autour de l’agriculture ?Quels sont finalement les enjeux des innovationsautour de l’agriculture ? Voilà ce qu’il faut expliqueravant d’essayer de rentrer dans le détail desinnovations. Aujourd’hui, quel est l’avantage d’un maïsBT et pour qui ?Nous avons commis une autre erreur. Nous avons eutendance, en tout cas pour beaucoup, à « surpromettre». En ayant peur de soutenir les premierséléments de transformation, en évitant de les souteniren disant qu’il y aurait, demain, des OGM de secondeet de troisième générations, qu’on allait s’attaquer àdes caractères hyper complexes et que leconsommateur y verrait tout de suite son intérêt, etc.,etc. C’est quelque chose que je combats depuislongtemps pour deux raisons : la première, c’est qu’ il ya des sujets très bien mais qui, techniquement etscientifiquement, sont aujourd’hui encore tropdifficiles pour pouvoir déboucher sur le marché. Ladeuxième, c’est que, pour la production agricole, en cequi concerne les grandes cultures - je ne parle pas icides potagères -, le produit récolté et le produitconsommé par le consommateur, c'est-à-dire ce qui estmis dans son caddie de supermarché, sont tellementéloignés que, arriver à montrer aux consommateurs unavantage qui est agronomique, cela devientextrêmement compliqué !Je crois donc que c’est une erreur de vouloir cibler leconsommateur alors qu’il ne comprend pas ce qu’estune plante transgénique.Je dirais donc que c’est une mauvaise piste car ilfaudrait pouvoir dérouler tout cela pour expliquer leschoses simplement au consommateur moyen. Mais, cefaisant, il faudrait qu’à un certain moment, même sicela prend du temps, les décisions européennes soientenfin respectées et que les règles d’importation et deculture le soient aussi. Ainsi, finalement, les culturespourront se développer.A partir du moment où les cultures pourront sedévelopper, à partir du moment où il y aura plusieursopérateurs, les choses reprendront leurs cours et ledéveloppement pourra se poursuivre.Pensez-vous que votre développement soitfortement ralenti par ces restrictions ? Et quepensez-vous de la rumeur selon laquelle,finalement, ce conflit européen fait que lesentreprises françaises prennent du retardalors que les firmes étrangères, et notammentaméricaines, prennent de l’avance ?Sur la question des essais et du choix d’aller les faireailleurs, je connais très bien cette problématique car,entre 2000 et 2006, on a eu 10 essais - dont j’étaisresponsable – qui ont été détruits.Des essais détruits, ce n’est pas seulement de ladestruction, c’est du travail perdu, c’est la motivationdes gens, c’est la perte d’une énergie énorme qui estdépensée là-dessus. C’est pour cela que nous avonsdécidé d’arrêter.Si on ne s’était pas arrêté, on en aurait été au mêmestade car sur les essais qui ont été mis en place en2008 par quelques sociétés, une quinzaine d’essais autotal, seulement deux sont restés debout. Le reste a étédétruit. Je suis persuadé que, de la part de la « bande »qui détruit, c’était volontaire et calculé afin ne pasdonner aux sociétés l’occasion de dire « Voyez 100%ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


107 Le conflit OGM en Franced’essais détruits ». Médiatiquement, il ne faut pasminimiser leur savoir-faire là-dessus. Donc, en 2008,des essais qui sont tous détruits et, en 2008 encore,aucune autorisation délivrée, sachant que les essais2008 sont issus d’autorisations reçues en 2006 et2007. Cela veut tout simplement dire qu’il n’y aura pasd’essais autorisés pour 2009. On s’acheminerapidement vers un arrêt total des essais, ce qui signifieretard conséquent pour la France dans ce domaine.Face à cette situation, LIMAGRAIN-BIOGEMMA apour sa part décidé de faire ses essais aux Etats-Unis.Mais des essais aux champs qui sont faits à 6000 kmde distance, pour des questions de suivi, c’est loind’être l’idéal.De sorte qu’à un moment donné, il faut se poser desquestions : ou les laboratoires sont à côté des essais, oubien, là aussi, c’est une perte d’efficacité et de temps.Sur la question des essais, il est indéniable que lesautres sociétés vont plus vite et qu’elles auront plus defacilité quand les barrières de restriction sauteront.Parce qu’elles finiront par tomber car aujourd’hui, onimporte à tout va, de sorte que l’on ne pourra pasbloquer trop longtemps le développement des OGM auniveau européen. En tout cas, au niveau desimportations.L’hypocrisie que je mentionnais précédemment, on laretrouve à ce niveau.En effet, c’est de dire, « Moi, les OGM, je n’en veux paschez moi ». D’accord, pourquoi pas ? Sauf qu’on a misen place au niveau européen une réglementation enphase avec les règles de l’OMC, qui autorisentl’importation, soit une trentaine de millions de tonnesde soja OGM par an. Mais, surtout, on ne doit pas encultiver car, en même temps, on dit que c’estdangereux . Donc si c’est dangereux, on arrête tout eton prend l’initiative d’aller devant l’OMC. C’est unehypocrisie de dire en quelque sorte « A partir dumoment où ce n’est pas cultivé chez moi, je ne m’enpréoccupe pas ».Justement, quel est l’usage des semencesimportées ?Ce ne sont pas des semences en importation, c’est dugrain. Il y a un déficit structurel en protéines végétalesen Europe (autour de 20 millions de tonnes destinées àl’alimentation animale) qui est complété, en grandepartie, par du tourteau de soja qui, au niveau mondial,est aux 2/3 transgénique.Pour en revenir aux essais en plein champs, a-t-on à ce sujet des résultats probants – essaisconcluants et validés - en ce qui concerne lepassage d’une espèce à l’autre ?Il y a plusieurs choses. La première chose, c’est que letransfert de gène au travers du pollen est une réalitémais une réalité qui dépend de la biologie de l’espèce etnon pas de son caractère transgénique ou pas.Les plantes ont toujours échangé des informations auniveau du pollen et ,selon le type de plante, cet échanged’informations est plus ou moins poussé.En effet, il peut être excessivement réduit pour lesplantes autogames, dont la fécondation va se faireavant l’ouverture de la fleur, et il peut être un peu pluspoussé pour les plantes allogames, celles qui vontlibérer du pollen. Mais les échanges se limitent àl’espèce elle-même s’il n’y a pas d’espèces sauvagesapparentées. C’est le cas du maïs où tout reste auniveau du maïs car aucune espèce en Europe ne peut secroiser avec le maïs. Tout cela n’est lié qu’à la biologiede l’espèce et non au caractère transgénique.La question, alors, est « s’il y a transfert de gènes, oùvont-ils ? ». Mais, au dede tout cela, il est importantde dire que si une espèce est autorisée à la culture, celasignifie qu’elle ne constitue pas un danger sanitaire(culture, consommation).Ce qui veut dire que, finalement, la vraie question est« comment peut-on gérer la coexistence ?». C’est-àdire: « que faire, pour des raisons qui deviennentéconomiques si elles ne sont pas sanitaires, si on limiteces échanges ? Comment faut-il faire, quellesdistances, quelles façons de procéder ? ».Toutes les règles de coexistence, plus faciles sur le maïsque sur d’autres plantes, sont connues depuislongtemps car pour des productions spécialisées, etnon pas transgéniques, elles ont déjà été mises aupoint et éprouvées.Néanmoins, derrière cela, il est nécessaire d’avoir unerègle. Elle est définie aujourd’hui par le 0,9% qui est,selon le sens où on le lit, le seuil d’exemptiond’étiquetage ou le seuil d’étiquetage.C’est un seuil contesté alors qu’il est européen maisquelle que soit l’espèce, ce seuil de 0,9% est le seuillégal aujourd’hui. Cela veut dire que l’on est capable demettre en place des règles de coexistence quipermettent de mettre en culture cette plantetransgénique près d’une autre plante nontransgénique, de manière à ne pas récolter plus de0,9% de transgène chez la population non OGM et celaavec des contraintes très variables selon les espèces.Pour prendre l’exemple du maïs, les tests, réalisés parbon nombre d’Etats en Europe, ont donné des résultatstout à fait comparables. Ces résultats sont techniques(25 m entre deux cultures) mais sont devenus, par unphénomène d’amplification, des distances politiques(de 50 à 400 m).Par rapport à ce que vous venez de dire,pouvez-vous préciser le « ça ne pose pas deESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


108 Le conflit OGM en Franceproblème, ça a été validé » ? Par rapport àquoi ?C’est-à-dire que la première chose est de dire que nousne cultivons pas des plantes transgéniques quipourraient poser des problèmes pour la santé, pas deprotéines toxiques, ce genre de chose… Il faut bienreconnaître que le seuil de 0,9%, repéré en tantqu’ADN du transgène, est un seuil d’étiquetageinformatif et non pas d’étiquetage sanitaire. Ce que jeveux dire, c’est que cela ne signifie pas « Attention, sic’est à plus de 0,9%, vous risquez tel ou telsymptôme ». En réalité, il s’agit d’une questionéconomique, c’est-à-dire que moi, si je n’étiquette pasma récolte parce qu’elle est en dessous de 0,9%, est-ceque j’ai un préjudice si je dois l’étiqueter parce que jepourrais être à plus de 0,9% ? C’est cette question quise pose.Je reviens sur les essais : la notion de transfertde gène n’est donc pas liée à la nature dugène…Non, ce n’est pas lié à la nature du gène. Cependant,selon la nature du gène, on va pouvoir avoir, danscertains cas, après le transfert, une sélectionpréférentielle. Par exemple, si c’est un gène derésistance aux herbicides et donc, si je ne traite pasavec le même herbicide, il n’y a aucune raisond’amplifier la proportion de semences résistant àl’herbicide dans ma population. Si c’est une résistanceà la pyrale, qui est un insecte présent tous les ans, il estévident que quand je vais semer à nouveau, je ne vaispas semer les épis les plus pourris mais les épis lesbeaux, ceux qui auront le plus de chance d’avoir été« pollinisés » par le gène maïs BT. Cette situation peutconcerner très peu d’agriculteurs, ceux qui conserventleurs semences de maïs (1 pour 10000 en France).Justement, est-ce que ça n’apporte pas de laconfusion car ce seuil de 0,9% est jugé par lesconsommateurs comme un seuil de nocivité ?Les consommateurs ne peuvent-ils pas se poserla question de savoir ce qu’ils risquent au-dede 0,9% et comment ce taux est fixé ? Et,finalement, s’il y a un taux, cela signifie-t-ilqu’il y a un danger ?Effectivement, vous avez raison de le souligner, ce tauxest perçu comme un seuil sanitaire et non pas commeun seuil politique. Le seuil de 0,9% ne veut en fait riendire. Pourquoi 0,9% ? Certains voulaient 0 et d’autresvoulaient 3,5%. Ça s’est arrêté à 1% pendant 2 ans, sij’ai bonne mémoire, dans les années 2000 et 2002. Il ya eu une dernière réunion de négociation et, bien sûr, ilne fallait pas sortir de la salle avec le même chiffre.Donc, les gens sont rentrés dans la salle avec le chiffrede 1% et en sont ressortis avec le chiffre de 0,9%. C’estéminemment politique ! Autre exemple, pourquoi c’est5% dans l’agriculture biologique ? C’est la même chose,cela aurait pu être 1%, comme 0,9%, sachant que, danscertains cas, c’est 30% et pas 5% !Donc, si je devais rassembler des informationsconcernant le pourquoi de ce taux, je netrouverais rien de probant ?Non car c’est un historique de négociations qui ne vapas être détaillé. La seule chose que vous trouverez,c’est le raisonnement : tous les OGM doivent êtreétiquetés, mais « pour des traces techniquementinévitables, qu’on appelle présence fortuite, il sera fixéun seuil d’exemption ». De mémoire, c’est écrit commecela et cela a été défini définitivement en 2003 dans lerèglement 1829-2003 sur Novel Food. C’est là que l’onvoit apparaître 0,9% mais vous ne trouverez pasl’historique complet.Ce n’est donc pas utopique de se dire que ça neva pas se propager et qu’au final, ce gène ne vapas se retrouver chez les autres plantes ?Là, il faut que j’introduise la question de ce que sontaujourd’hui les semences porteuses de transgènes.Si je prends l’exemple du maïs, il y a à peu près 3millions d’hectares de maïs cultivés en France. Sur ces3 millions, mis à part 500 hectares à peu près(correspondant au 1 pour 10000 dont nous avons parléprécédemment), les agriculteurs vont acheter leurssemences. Pourquoi ? Parce qu’ils achètent finalementdeux choses : un potentiel de production, ce quicorrespond à du rendement et de la qualité, et unservice, c’est-à-dire des semences calibrées, traitées,dont le pourcentage de germination a été testé et donton sait qu’elles peuvent germer dans des conditionsplutôt fraîches, etc. Les agriculteurs achètent toutechose qu’ils ont du mal à réaliser : un potentiel et unservice.Ça, tous les agriculteurs le font et aucun ne remet encause cet acte d’achat. Ces semences sont produitesselon des cahiers des charges issus en gros des années1950. Ces cahiers des charges ont évolué avec le tempset, parmi ceux mis en place il y a une dizaine d’années,se rajoute cette notion de présente fortuite d’OGM. Çane veut pas dire que la présence fortuite d’OGM soit de0,000…, question de technique et d’échantillonnage,mais le niveau de cette présence fortuite est maintenutrès proche de 0. Quand je mentionnais précédemmentle taux de 0,9%, en fait, ce n’est pas à 0,9 que cela estmaintenu mais plus proche de 0. Quelle que soit laculture qui va être faite, ce taux sera proche de 0%. Unbémol, cependant : si, demain, 50% du maïs sont desmaïs transgéniques, le respect du seuil de 0,9% seraprobablement plus difficile.En tout cas, pour l’agriculteur, il ne va pas y avoir, aucours du temps, amplification de la quantité deESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


109 Le conflit OGM en Francetransgène reçue de l’extérieur. Chaque année, lapendule est remise à zéro par le rachat de semences.Voilà les raisons pour lesquelles on ne va pass’acheminer vers quelque chose qui va exploser.Cela est vrai pour le maïs, dans les conditions que jevous ai décrites. Il y a néanmoins des cultures pourlesquelles les agriculteurs rachètent moins leurssemences, pas systématiquement tous les ans, maisplutôt tous les 2 ans. Là, il faut faire des scénarii unpeu différents mais, dans tous les cas, le fait derepasser par l’achat de semences chez les distributeurset semenciers permet de bien gérer cela.Pourquoi, dans ce cas, trouve-t-on desconfédérations paysannes qui sont contre ?Il y a en fait deux à trois niveaux de réponse. Lepremier, je reviens toujours à ce que cette personne dela Confédération m’avait expliqué, est qu’ils ont choisice sujet car il est porteur. Quelquepart, il y a une partidéologique. Ils ne vont pas dire aujourd’hui « Au fait,nous nous sommes trompés…c’est très bien …etc. ». Ladeuxième chose, une résistance à la pyrale n’est pasquelque chose qui sera cultivé sur 3 millions d’hectarescar l’insecte fait des ravages dans des zonesparticulières. L’agriculteur qui choisit d’utiliser ce maïstransgénique sait, avant son semis, qu’il va avoir defortes attaques de pyrale et donc de fortes pertes. C’estd’ailleurs pour cela qu’il cherche une solution qu’iltrouve dans les OGM.Au niveau français, sur 3 millions d’hectares, çareprésente environ 1 million d’hectares. Les chiffresétant variables d’une année à l’autre, une année, ça vaêtre 800000, une autre année 1,5 hectares, selonl’infestation de l’insecte. Mais, en gros, cela signifie quelà-dessus vous n’intéressez pas tous les agriculteurs.Et pour illustrer cela, il y a l’exemple de la coopérativeTERENA qui a organisé un débat fin 2007. TERENAest une coopérative de l’ouest, basée à Angers, qui aorganisé un débat car ils étaient producteurs desemences pour un opérateur extérieur. Ils ne sont passemenciers mais prestataires. Ils ont eu desinstructions et beaucoup de soucis, de sorte qu’ils sesont dit qu’ils allaient faire un débat interne au niveaude leurs agriculteurs. Cela s’est traduit finalement parun manque d’intérêt de leurs agriculteurs et onretrouve le raisonnement de l’agriculteur « Moi, dansmon secteur, un maïs résistant à la pyrale, ça nem’intéresse pas car je n’ai pas réellement de problèmePyrale ». Je prends cet exemple pour vous expliquerque, finalement, derrière la pyrale, la conviction ou lechoix de tel ou tel agriculteur reste un choix techniqueet pas simplement un choix d’acceptation ou de refus,même si j’ai dit précédemment qu’il y avait un aspectidéologique.Est-ce que la notion de résistance à lasécheresse est liée à un OGM ?Cela fait partie des sujets particulièrement difficiles àaborder. Pourquoi ? Parce que l’on travaille là-dessusdepuis un certain nombre d’années. Il s’agit d’uncaractère hyper complexe, un caractère pour lequel ilne faut pas « surpromettre ». C’est quelque chose quiva déboucher, mais pas tout de suite car c’est beaucoupplus complexe que le type d’OGM existant aujourd’huisur le marché.Ce que vous me dites m’amène à penser qu’il ya une méconnaissance de la nature des OGMaujourd’hui. Quels sont les OGM présents surle marché ?Il y a 3 choses : résistance aux insectes - 2 lépidoptères,Pyrale et Sésamie, et un coléoptère - et résistance auxherbicides. Il y a deux ou trois caractères mineurs.Quand je dis « mineurs », je fais référence à desrésistances aux virus chez la papaye ou certaines« courgettes » aux Etats-Unis (squash) mais 99,9% desOGM sont des résistances aux insectes et auxherbicides. Les autres, comme la résistance à lasécheresse, par exemple, sont du matériel, aujourd’huià l’état expérimental, depuis d’ailleurs assez longtempsdans certains cas, avec des résultats intéressants, maisqui sont parfois difficiles à positionner par l’agriculteuren termes de produits finis.En fait, quand vous dites que les semences sontcalibrées ou choisies pour leurs qualités derésistance à certains milieux, par exemple secs,c’est de la sélection naturelle et ce n’est enaucun cas dû à la présence d’un transgène ausein de l’ADN de la plante ?C’est de la sélection conventionnelle, c’est-à-dire quin’utilise pas de transgénèse.Et de même, quand les consommateurs disenttrouver des OGM partout, il semble qu’il y aitconfusion. Très peu savent en fait ce quereprésente réellement un OGM. Par exemple,les nouvelles tomates…Vous avez raison et je reprends souvent l’exemple de latomate car le Français y est attaché.Les tomates que l’on trouve dans les supermarchés, du1 er janvier au 31 décembre, sont exactement les mêmes,mises à part les variétés récemment plébiscitées jaunesviolettes, qui sont là plus pour « amuser la galerie » etqui sont des outils marketing… 99% des tomatesvendues ont été développés par sélectionconventionnelle afin que la maturation soit stoppée, demanière à obtenir des tomates qui sont dures etrosâtres, qui ne pourrissent jamais. Cela a été fait enESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


110 Le conflit OGM en Francegrande partie à la demande des GMS (Grandes etMoyennes Surfaces) qui ne voulaient pas avoir à gérerdes tomates pourrissantes car ce sont des tomates quicorrespondent à leur circuit de distribution et à leurmode de vente. Mais ce ne sont, en aucun cas, desOGM.L’OGM est basé sur une technique qui est latransgénèse. On a utilisé les techniques de l’ADNrecombinant pour introduire un gène dans une plante,un organisme, par des moyens qui ne sont pas lafécondation, la recombinaison naturelle.Ainsi, l’OGM est défini par la technique d’obtention. Etnon par le produit fini.Donc, on ne mange pas d’OGM depuis 10 ans, malgréce que bon nombre de personnes semblent penser etaffirmer !Dans ce contexte, comment voyez-vousl’avenir ? Pensez-vous axer votre énergie dansla communication ?Dans la mesure où on ne pourra pas contenirlongtemps l’introduction des OGM sur le territoire, jepense que ça finira effectivement par se passer.J’ai participé à des débats pendant longtemps sur lesujet des OGM, bien avant que l’on ne se préoccupe dela question, d’ailleurs. De mémoire, le premier débatque j’ai fait sur le sujet des OGM date de 1994 et, àl’époque, le sujet n’attirait pas les foules.Je pense que l’on peut expliquer en termes simples àune grande majorité de la population ce que sont lesOGM, en tout cas les grandes lignes permettant auxgens de se faire l’opinion qu’ils veulent, sansnécessairement les faire basculer d’une neutralité, d’unquestionnement, à un avis favorable. Donc, je suistotalement pour qu’une information soit faite à ceniveau-là. Là encore, je vais à nouveau être un peucritique, en revenant vers le politique, en disant quec’est au niveau du gouvernement que cela doit être prisen charge. Le gouvernement doit être en mesured’expliquer ce qu’est l’agriculture, l’importancestratégique de cette agriculture en termes de questionséconomiques, sociales, stratégiques… Deuxième chosedevant être couplée à cela, le législateur et le politiquedoivent aussi faire en sorte que les choses se mettent àfonctionner, sans quoi ça ne vaut pas tellement la peinede faire des efforts de communication afin d’expliquerles choses. Parce qu’à ce sujet, tous bords politiquesconfondus, on a trouvé le meilleur comme le pire. Et jene suis pas en train de faire un clivage gauche -droite.A ce propos, que pensez-vous du site dugouvernement ogm.gouv.fr ? Informe-t-ilcorrectement ?Je dirais qu’il est « neutre », c'est-à-dire que ce n’estquand même pas là qu’on y trouve un maximumd’informations. C’est vraiment le minimum que l’onpuisse espérer en allant chercher des informations surle sujet.Mais encore, comme vous l’avez dit,l’information, c’est bien, mais quand elle estvéhiculée par des personnes fortementmédiatiques et médiatisées, elle a sans douteplus d’impact.Du côté pro biotechnologies, le premier qui a étéfortement médiatisé a été Axel Kahn. Il a ensuite étécomplètement désavoué par le gouvernement et a finipar démissionner, ce qui l’a beaucoup affecté. Il aensuite continué sur des sujets d’éthique comme leclônage mais il a été très marqué par ce qui s’étaitpassé au niveau des biotechnologies.Donc, oui, une « tête médiatique », c’est important. Onen a eu une de valeur qui s’est fait un peu couperl’herbe sous les pieds. D’autres ont essayé et, pourcertains, il ne faut quand même pas oublier lesmenaces de mort ! Roland Douce, le professeurBeaulieu…qui ne sont pas n’importe qui ! Etaujourd’hui, je ne vois pas vraiment qui peut prendrela relève.A ce sujet, les scientifiques médiatisés sontpour la plupart « contre », à l’image deChristian Vélot ou de Jacques Testart. Ilspensent, en particulier Christian Vélot, quel’avis des scientifiques au service desprofessionnels du secteur ne peut pas êtreobjectif, dans la mesure où « on ne peut pasêtre juge et partie » ? Qu’en pensez-vous ?Pour moi, c’est à tort. Car il y a quelque chose quis’appelle le conflit d’intérêts. Et celui-ci estmultifacettes. J’ai autant de conflit d’intérêtsintellectuels qu’un Testart, pas plus, pas moins. Lui estfarouchement « contre » et moi je suis plutôt « pour »,ce qui constitue un premier conflit d’intérêts.Le premier conflit d’intérêts est donc d’ordreintellectuel. Et puis, il y a des conflits d’intérêts quiprennent forme dans des relations particulières aveccertaines sociétés. Ainsi, si je travaille pour Monsantoet que je dois évaluer des produits, là ça ne fonctionneplus.En fait, le premier critère de conflit d’intérêts estd’ordre intellectuel et, partant de cela, on n’exclut pasquelqu’un comme cela quand on sait comment il sepositionne. On doit être capable de tempérer sonjugement, ses propos.Au final, tout se situe au niveau de l’évaluation et del’expertise. A ce stade, il y a plusieurs niveauxd’évaluation. La première évaluation est scientifiquepuis, quand un avis est donné, sachantqu’heureusement ce n’est pas la même instance quiESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


111 Le conflit OGM en Francevalide, on va ensuite passer à un niveau qui intègrebeaucoup plus du politique et du social.Je ne vois pas pourquoi, autour d’un thèmescientifique, il n’y aurait pas du « pour » et du« contre ». Cela me semble même plutôt sain.On aboutit à des situations absurdes comme celle duGrenelle de l’Environnement où, au sein del’intergroupe OGM, il n’y avait aucun acteur OGM !Donc on parle des OGM mais on exclut les gens qui enfont !A votre avis, quel sont les principaux enjeux dece conflit ? Économiques, politiques,idéologiques, comme vous l’avez mentionné endébut d’entretien ?Je pense qu’il y a un volet idéologique indéniable et jele positionne en premier. Est-ce qu’il y a aussi un voletéconomique, sachant que ça correspond à ce quecertains imaginent, à savoir qu’il y aurait des pays dontles intérêts sont de voir stopper le développement desentreprises françaises ? Pourquoi pas. Mais, pour moi,ça reste pour l’instant au stade de l’hypothèse, faute depreuve. Et ça pourrait être économique. Sachant quecertains se posent des questions sur les financementsde certains… mais je ne souhaite pas faire de paranoïaà ce sujet.G. Interview d’Yvette DATTEE, directrice derecherche honoraire de l’INRAYvette Dattée a été enseignant-chercheur en Génétiqueet Amélioration des Plantes pendant 20 ans dans lesUniversités de Paris VI et Paris XI puis a rejoint l’INRAen tant que chercheur en génétique et amélioration desplantes et directrice de groupes d’études et de contrôledes variétés et des semences qui proposent auministère de l’Agriculture le référencement denouvelles variétés végétales.Elle a été membre de la commission de géniemoléculaire pendant 20 ans, depuis sa création en1986 jusqu’en 2007. Elle a donc contribué à l’expertisede tous les dossiers de validation des essais horsconfinement.Quand le conflit entre les « pour » et les« contre » OGM a-t-il débuté ?Il ne faudrait pas trop le présenter comme cela parcequ’il n’y a pas de scientifiques honnêtes qui vous disentqu’ils sont contre ou pour tous les OGM.Le dossier des OGM est un dossier qui doit être étudiéau cas par cas.Les modes de reproduction du colza, du maïs, du soja,sont très différents. Par conséquent, leurs capacités àse disséminer dans la campagne sont très différentes.Ce sont des dossiers qui sont donc à traiter au cas parcas, espèce par espèce. Et, bien entendu, par caractèreintroduit. On ne peut pas, par conséquent, dire quel’on est pour tous les OGM ou contre tous les OGM.Vous trouverez, bien entendu, des gens qui vontl’affirmer mais, scientifiquement, on ne devrait pasdire cela.Vous m’avez classée dans le groupe des « pro OGM » etvous avez raison mais je ne suis pas pour toutes lescatégories d’OGM.On va d’abord regarder les incidences des OGMconsidérés, c'est-à-dire le couple « gène transféré » et «espèce dans laquelle il est introduit ».Les commissions qui ont étudié tous ces dossiers l’onttoujours fait au cas par cas. L’ensemble des OGM n’ajamais été traité globalement, de même que leursrésistances aux herbicides. On a toujours traité le colzarésistant à tel herbicide, la betterave résistante à telherbicide, etc.Mais le « grand public » ne fait pas cettedifférence. Il connaît le sigle OrganismeGénétiquement Modifié mais pas grand-chosed’autre et, pour lui, ce terme regroupebeaucoup de choses au final assez vagues.Pensez-vous que les médias aient joué un rôleESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


112 Le conflit OGM en Franceimportant dans cette mauvaise connaissancedes choses ?Oui, il est certain que les médias ont joué un rôle trèsimportant dans ce débat. Parce qu’effectivement, ilsaiment le sensationnel. A titre d’exemple, lorsquej’étais directrice du GEVES, j’ai dû faire plusieurs foisface à la destruction de mes essais. J’ai alors fait uncommuniqué de presse et, lorsque que la presse télé oupapier m’interrogeait en même temps que lesfaucheurs lors du passage du sujet à la télé, parexemple, ces derniers avaient trois fois plus de tempsde parole que moi. Il m’est même arrivé de ne pasfigurer dans le reportage.Donc, les gens qui faisaient ces essais n’ont pas eul’opportunité de s’exprimer au même titre que lesdestructeurs et c’était clairement dû au traitement parles médias.La raison en est simple : c’est plus sensationnel demontrer une personne qui détruit des essais que demontrer un chercheur qui a son essai détruit.Sans compter que les médias n’ont jamais fait la partdes choses en ce qui concerne les particularités dechaque espèce, comme je vous le disais précédemment,sauf les journaux spécialisés en agriculture.De plus, les associations écologistes, même celles quiconnaissent le sujet, se plaisent à tout noyer dans unemême masse.Quand on dit qu’on cultive des OGM, ça n’a aucunsens. On doit dire que l’on cultive des variétés. Il peutse trouver que les variétés soient génétiquementmodifiées mais ce n’est pas pour autant qu’on peut direque l’on cultive des OGM. C’est pour moi uneabsurdité.On a donc entretenu des idées avec un vocabulaireimprécis et je crois que, là, les scientifiques sontégalement en cause. Il y a 20 ans, sachant que laFrance était en avance en ce qui concerne l’étude deplantes GM et qu’alors les essais étaient autorisés, on aessayé de mettre en place un vocabulaire qui soitscientifiquement correct. On parlait ainsi de « plantesgénétiquement modifiées », de « variétésgénétiquement modifiées » mais cela n’est pas passédans le langage courant, au contraire du terme OGMqui a tout de suite eu du succès.A tel point que les gens pensent qu’ilsconsomment des OGM depuis des années. Maispensez-vous que les chercheurs aientsuffisamment soupesé l’importance des médiassur l’opinion publique et, en conséquence, surleur travail ?Probablement qu’à cette époque-là, on n’avait pas lamême habitude de communication que celle que nousavons aujourd’hui. Donc, il y a sûrement quelque chosequi a échappé aux chercheurs, au contraire d’autres quiont su brillament l’utiliser, comme ce fut le cas desassociations écologistes parce qu’elles avaient déjàl’habitude de communiquer et qu’ellescommuniquaient sur le sensationnel, la destruction despanels et tout ce qui s’ensuit.Après cela, il y a eu des chercheurs qui se sont mis àcommuniquer contre cette technologie de façon trèsviolente et en commettant beaucoup d’erreurs. C’estpeut-être là que les chercheurs raisonnables de lacommunauté scientifique n’ont pas su voirimmédiatement le danger et n’ont pas réagi en prenantle contre-pied tout de suite.Pour ma part, j’ai entendu Christian Vélot lors d’unprocès de José Bové. Il y racontait de telles absurditésqu’en tant que chercheur, je me suis fait la réflexionque personne ne pouvait le croire. Mais la réalité estqu’il entretient un large public!De plus, je crois qu’on n’a pas été aidé par lesenseignants du secondaire qui n’ont pas non plusmontré aux jeunes générations ce qu’était cettetechnique. Beaucoup d’enseignants du secondaire sontcontre, probablement à cause de certains réseaux quisont proches des mouvements écologistes.Mais ne pensez-vous pas que c’est un thèmedifficile à expliquer et que, pour l’expliquer àun maximum de personnes, il doit êtrevulgarisé à un point tel qu’il est difficile de nepas se montrer approximatif ?Encore une fois, ceux qui sont favorables ne vousdiront jamais « Oui, allez y, faites tout ». Il y a analyse,essais, expertise avant de savoir si l’on peut mettre desessais aux champs. Et alors, seulement, on le fait.Mais on ne va pas d’emblée, sans connaître le dossier,se prononcer « pour » tout.Je pense que l’on a été très prudent et que cetteprudence nous dessert. Je ne sais combien d’émissionssont passées où le chercheur dit « Oui, mais il fautcontinuer des études, etc. ». Et, immédiatement, c’estrepris par les associations qui affirment que rien n’estmaîtrisé et qu’il y a des risques.L’année dernière, quand il y a eu toutes ces discussionsautour de la clause de sauvegarde, de janvier à mars,au Sénat et au Parlement, il y avait toujours unjournaliste qui donnait un ton catastrophiste àl’émission.Et, bien entendu, comme le grand public écoute, celaaboutit à des choses comme toutes ces personnes quisont venues me dire que le reportage de Robin, LeMonde selon Monsanto, était très intéressant.Ce reportage a suscité de vives réactions, notammentdes réactions de peur vis-à-vis des OGM, et c’est dansce but qu’elle a été faite.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


113 Le conflit OGM en FranceJustement, selon vous, quels sont les réelsenjeux de ce conflit ? Économiques,idéologiques… ?En ce qui concerne les enjeux, il y a indéniablementune partie idéologique et c’est quelque chose de trèsdifficile à cerner. Il y a un certain nombre de personnesqui disent que « toucher comme cela au vivant, c’estquelque chose qui n’est pas permis».Et il y a aussi des gens qui pensent cela mais qui nel’expriment pas ainsi.Ensuite, et c’est cela qui est paradoxal, José Bové et uncertain nombre de scientifiques disent qu’il faut arrêtercette technologie parce qu’elle fait et fera la fortune deMonsanto et de quelques firmes semencières, audétriment de petites et moyennes entreprises. Et celaest complètement contradictoire car en fait les OGM sesont au départ développés à partir de l’Europe (Franceet Belgique à partir de 1986) et je peux vous affirmerque la Commission de Génie Biomoléculaire (CGB)recevait des dossiers de toutes les entreprisessemencières basées en France parce que ces dossiersétaient assez simples à construire et les frais associésétaient tout à fait accessibles à des entreprisessemencières de taille moyenne. Tout le monde pouvaitdonc en profiter et en bénéficier.La pression mise par les associations écologistes a eupour résultat une augmentation du coût du dépôt dedossier. Aujourd’hui, monter un dossier et lecommuniquer à l’Agence Européenne à Parme coûteune petite fortune. Au point que toutes les entreprisesde taille moyenne n’ont plus accès à ces technologiescar elles ne peuvent plus financer le coût d’une telleréglementation.Les seuls restant capables de présenter ces dossierssont Monsanto, Pioneer et Syngenta, qui sont les plusgros. De sorte que l’on aboutit à l’effet complètementinverse que celui souhaité par José Bové et sescompagnons. C'est-à-dire qu’on réduitconsidérablement le nombre d’entreprises semencièressusceptibles de présenter de telles nouveautés.Ils ont fait eux mêmes le jeu de Monsanto.Certains médias affirment que tout cela profiteau final à Monsanto qui continuerait à prendrede l’avance pendant que la France a ses essaisbloqués.C’est pour moi une évidence. La France et l’Europesont déjà complètement dépassées à ce sujet.Les laboratoires privés ont arrêté d’investir car ils nepouvaient plus attendre de retour sur investissements.Les laboratoires publics ont également très fortementlevé le pied sur la biologie moléculaire mais aussi sur larégénération des plantes. Cela a été longtemps unverrou mais, aujourd’hui, on a beaucoup avancé sur larégénération des plantes grâce, notamment, aux essaisréalisés aux Etats-Unis. Mais des régénérations restentencore à étudier et ces recherches sont très ralenties.Il ne faut pas oublier non plus la problématique de larelève, c'est-à-dire les thésards. Depuis que je suis à laretraite, j’encadre des étudiants en thèse à l’universitéd’Orsay pour les aider à trouver du travail ou une voieprofessionnelle. Je m’aperçois que les jeunes neveulent plus travailler sur les OGM car ils pensent quecela ne mènera à rien.On arrive presque à un arrêt des recherches et uneforte démotivation de la relève. Au final, on cumule leretard qui devient énorme. Je l’estime pour ma part àplus de 10 ans.Si on regarde ce qui se passe aux Etats-Unis, onconstate que ce ne sont plus des recherches surl’introduction de caractères simples, comme les gènesextraits de bactéries, qui se font là-bas aujourd’huimais des modifications de composition des réserves dugrain, par exemple. Ce sont des caractères beaucoupplus complexes que l’on ne maîtrise pas en Europe.Vous disiez que les protocoles étaient cadrés.Mais pensez-vous que ce soit le cas partout ?Pensez-vous que les risques soient bienanalysés partout et par tous ceux quipratiquent les biotechnologies?Je vous dirais que si vous me posez la question sur lemaïs BT 810, oui, il n’y a aucun risque, aucunproblème écologique ou de santé. Compte tenu dunombre d’expertises faites sur ce dossier et del’antériorité de la culture en Espagne, aux Etats-Unis…c’est un événement de transformation qui est sûr.Mais, encore une fois, c’est à étudier au cas par cas. Il ya beaucoup de produits aujourd’hui pour lesquels on aacquis une certaine expérience, un historique quipermet de dire qu’ils ne sont dangereux ni pour lasanté, ni pour l’environnement. Alors, vous trouvereztoujours des gens pour dire que quand vous modifiezun environnement, par exemple quand vous tuez unepopulation de pyrales, vous risquez de créer unerésistance ou des modifications de la faune auxiliaire.Mais quand on introduit une variété de tournesol, parexemple résistante à un champignon, cela aura uneaction sur la population de champignons parasites detoute façon. Toute nouvelle variété introduit forcémentune modification de l’environnement dans lequel elleest cultivée.En fait, ce qui gêne les gens, peut-être, c’est que cettemodification ne soit pas « naturelle » mais« artificielle », en ce sens qu’elle permet detransgresser les espèces, les genres, les règnes.Comme vous le disiez, les gens n’ont pas conscienceque les variétés cultivées aujourd’hui sont des variétésmodifiées depuis très longtemps.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


114 Le conflit OGM en FranceJ’ai lu des articles où les chefs cuisiniers disaient servirà leurs convives des tomates sauvages, qui peuvent êtreentre parenthèses très dangereuses à cause de lapossible présence d’un bon nombre de produitstoxiques. Et ils opposaient à cela, non des tomatesgénétiquement modifiées car ça n’existe pas, mais destomates génétiquement améliorées.Il y a donc une confusion dans l’esprit des gens, quivient aussi probablement du fait qu’on n’a passuffisamment communiqué sur la notion de variétés.Vous allez acheter des laitues, des batavias. La notionde variétés, la plupart des gens la connaissent chez lespommes de terre. Tout le monde connaît la charlotte,la bintje, l’amandine. Ou encore chez les fraises, tout lemonde connaît la gariguette. Mais pour d’autresproduits, comme les cerises par exemple, quand lesgens achètent des cerises, ils achètent des cerises.Probablement, il aurait fallu plus communiquer surcette notion de variété.Dans ce contexte, comment voyez-vousl’avenir ? Pensez-vous qu’il y ait une ou dessolutions à ces problèmes de communication etde compréhension ?Je n’ai pas de réponse à votre question. C’est unequestion qui m’embarrasse beaucoup. Je pense quandmême que ça se résoudra parce qu’on ne peut paspriver les agriculteurs du progrès et qu’on importebeaucoup de variétés génétiquement modifiées,sachant qu’il y a beaucoup d’autorisationsd’importations.Pour l’alimentation animale et humaine, je necomprendrais pas que l’on continue ces importationssans délivrer des autorisations de culture.Je pense qu’un jour, le bon sens va reprendre le dessus.Quand on cultive du maïs, on sait que celui-ci ne va passe croiser avec d’autres espèces et que ce maïs ne vapas persister sur le sol européen. Tout le monde sait etadmet cela.A la question de savoir comment on va se sortir de là,je dirais que je n’en sais rien.J’ai confiance. Je n’ai jamais vu que l’on arrête unprogrès scientifique à ce point là, de manièredéfinitive, mais je ne saurais dire comment on va s’ensortir.Il y a eu néanmoins un événement important cesdernières semaines.L’AESA, l’Agence Européenne de Sécurité Sanitaire, aémis un avis défavorable à la clause de sauvegardedemandée par la France, le dossier ayant été considérécomme « vide » d’arguments.C’est très important. Il y a eu des articles à ce sujetdans Le Figaro la semaine dernière, qui ont très bienrepris ces documents de l’AESA.Le site de l’AFIS (Association Française pourl’Information Scientifique), où les scientifiquescommuniquent leurs données, présente également lesrésultats d’un colloque organisé l’année dernière auSénat. Ce sont des initiatives prises par lesscientifiques, dont on espère qu’elles pourrontmodifier l’opinion publique.Nous faisons également des conférences grand publicdès qu’on nous le demande. Mais auprès des médias,nous n’avons pas, comme je vous l’ai déjà dit, la valeurd’un José Bové.L’INRA est un organisme connu. Lesdétracteurs rétorquent que vous êtes juges etparties, dans la mesure où vous faites de larecherche appliquée financée par les grandsgroupes industriels.Je répondrai que tout chercheur fait de la rechercheappliquée ou destinée un jour à des applications, sinonje ne vois pas le sens donné à la recherche.Entre les termes de recherche appliquée et derecherche fondamentale, c’est le terme qui change car,quelle que soit la recherche, il y a toujours à la fin uneapplication, qu’elle soit médicale, agroalimentaire ouautres. On ne fait pas de la recherche pour faire de larecherche.Ensuite, cette question du financement a déjà été poséeà l’INRA. Et je pense que depuis bien longtemps,l’INRA n’a pas eu de contrat avec une entreprise privéeà ce sujet.Il y a un bien un programme nommé GENOPLANTE,qui est un programme de recherche en biologiemoléculaire végétale et qui a pour objectif d’appliquerces connaissances un jour. Il associe l’INRA et desprivés. Sachant que tous les laboratoires de l’INRA nesont pas associés à ce programme.Mais l’INRA n’a jamais pris position au niveau desessais en champs, à aucun moment.Sachant que l’INRA a une notoriété certaineauprès du grand public, au même titre que leCNRS par exemple.En effet, oui, et vous ne verrez jamais l’INRA prendreposition au sujet des biotechnologies. Car l’INRA n’ajamais pris position. De mon point de vue, c’estregrettable et cela entretient la confusion.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


115 Le conflit OGM en FrancePour finir, vous avez dit que tout scientifiquequi se respecte ne peut être complètementpour ou contre les OGM. Comment expliquezvousdonc le positionnement de scientifiquescomme Christian Vélot ?Il faut déjà regarder le parcours de Christian Vélot et saspécialisation et, en particulier, regarder sespublications. Tout scientifique de bon niveau, bien quecela dépende du domaine, doit publier de 2 à 5 articlespar an. De surcroît, ses publications ne se situent pasdans les disciplines qui sont pertinentes dans le cadredes OGM.De plus, on sait que le CNRS lui a coupé ses créditssuite à laquelle il a fait une pétition. C’est étonnant quele CNRS en arrive à couper des crédits à un chercheur.J’ai connu le CNRS pendant 20 ans. C’est la premièrefois que je le vois faire cela.Christian Vélot, aux conférences duquel j’ai assistéplusieurs fois, s’exprime très bien mais son discourssur le thème des OGM est complètement faux.Dans les disciplines que je connais, tout ce que ditChristian Vélot, au même titre que ce qu’avanceSeralini, est faux.Ils sont animés par des raisons personnelles qui leurfont faire des choses… Malheureusement, aujourd’hui,il y a beaucoup de chercheurs qui se comportentcomme cela. Mais ce n’est pas habituel dans le mondescientifique de se jeter la pierre. Nous ne sommes pashabitués à des personnes comme cela. Face à eux, noussommes complètement désarmés.Si je comprends bien ce que vous dites, il estrare de trouver un scientifique qui vulgariseassez pour que ce soit pertinent. A l’image d’unAxel Kahn, par exemple.J’ai fait, comme de nombreux collègues, desformations auprès d’experts, des face-à-face avec despersonnes opposées aux OGM et je crois que leschercheurs ont toujours une réserve et une honnêtetéqui font que cela passe moins bien.Je vais vous donner un exemple. L’année dernière,quand il y a eu ces mouvements politiques pour leMON810, les députés se sont exprimés en disant qu’ilétait dommage que ce ne soit pas les aspectsscientifiques qui l’emportent par rapport aux aspectspolitiques. Et nous avons été 4 chercheurs à êtreinvités à l’Assemblée Nationale par son président quinous a demandé de faire un discours au sujet des OGMdevant tous les députés.Ils étaient 80. Nous avons fait notre discours en lerendant abordable et le plus compréhensible possible.Ils ont posé des questions très intéressantes et desquestions que nous avions déjà entendues dans la rue.Ils nous ont dit que nous avions été très clairs maisqu’à l’applaudimètre, un José Bové resterait meilleurque nous. Il faudrait que nous nous exprimions plussouvent.Pensez-vous que le gouvernement prenne sesdécisions en s’appuyant sur les chercheurs ? Ilsemblerait que l’opinion publique ait le dessus.Comment l’expliquez-vous ?C’est l’influence des associations d’écologistes.De plus, si on regarde ce qui s’est passé au Grenelle del’environnement, nous n’avons été ni entendus, niinvités et on ne nous a rien demandé, ni à nous, ni ànos collègues des autres commissions.En revanche, les gens qui participaient au Grenelle ontdit sur nous des calomnies et nous n’avons eu aucunmoyen de défense car nous n’avons pas eu la parolepour cela !Le gouvernement a malheureusement laissé faire.Est-ce que ça a été un choix politique, à cemoment-là, de ne pas aller contre l’opinionpublique ?Oui, je le crois. Lors du Grenelle, il y a eu comme unaccord sous-entendant « Vous nous laissez lenucléaire, on vous laisse les OGM ». Ça a été là lecontrat.Car d’un point de vue économique, bien que lesbiotechnologies aient une certaine importance, elles nefont pas le poids contre le nucléaire.Comment expliquez-vous, alors, que certainspaysans soient réfractaires ?Parce que ce sont les contre qu’on entend toujourss’exprimer. Les autres ne s’expriment pas mais ils sontmajoritaires. Ceux qui s’expriment sont, par exemple,des agriculteurs bio qui s’en sortent avec des produitspseudo bio très médiatisés. Parce qu’ils ont le vent enpoupe.A l’image du ministère de l’Agriculture qui demande àce qu’un repas par semaine à l’école soit bio !Alors que le bio est aujourd’hui une notion trèsvague.En effet, là encore, on joue sur la crédulité des gens. Etle problème, c’est que cette crédulité est utilisée dansbeaucoup d’autres domaines.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


116 Le conflit OGM en FranceH. Interview de Philippe JOUDRIER,président du comité d’experts spécialisés enbiotechnologies de l’AFSSA.Philippe Joudrier travaille sur les OGM depuis plus de20 ans. Il s’exprime ici en son nom propre et pas aunom de l’AFSSA car, si les avis de l’AFSSA sont publicset consultables, certains des éléments de l’interviewtouchant, par exemple, au rôle des médias et à lamanipulation de l’information, sont des points surlesquels l’agence réalise sa communication elle-même.Philippe Joudrier s’exprime donc en son nompersonnel, en tant que chercheur très impliqué dansl’évaluation des OGM.Comment se passe la mise sur le marché d’unOGM en France et en Europe et quel est le rôleprécis de l’AFSSA ?Précisons tout de suite que la procédure européenne demise sur le marché d’un OGM est très contraignante etque, depuis 2002/2003, l’EFSA, l’organe européend'évaluation des risques relatifs à la sécurité desaliments destinés à l’alimentation humaine et animale,est désormais en charge de cette évaluation.Avant, l’évaluation était réalisée par le pays quirecevait la demande de mise sur le marché et l’aviscorrespondant était communiqué aux autres étatsmembres. Avec l’EFSA, tout a été centralisé.Néanmoins, l’EFSA demande un avis à chacun desétats membres, avec un délai de réponse imposé. Si cedélai n’est pas respecté, la demande de mise sur lemarché suivra son cours sans son avis. Comme le sujetde la sécurité alimentaire est très sensible, dans lesfaits, aujourd’hui, c’est plutôt le conseil des ministresou la Commission qui tranche réellement sur laquestion d’une mise sur le marché.L’AFSSA formule des avis principalement dans le cadredu règlement 1829/2003 qui concerne les OGM àl’importation et/ou la culture et l’alimentation animaleet/ou humaine.Cela fait quelques possibilités mais, au final, pour laFrance et donc pour l’Europe, le seul OGM autorisé à laculture était le fameux Maïs Monsanto 810. Enrevanche, à l’importation, l’utilisation, latransformation et pour l’alimentation humaine et/ouanimale, il en existe plein d’autres !Justement, qu’est-ce qui est exactementautorisé pour l’alimentation humaine ?Un seuil de présence fortuite a été fixé pour lesproduits destinés à l’alimentation humaine. Au-dede0,9%, l’étiquetage est obligatoire. Cela veut dire qu’audede 0,9% de présence, le produit doit être étiqueté.Un produit transformé qui contient, par exemple, unefarine à base de maïs génétiquement modifié, necontient pas un OGM mais un produit issu d’un OGM.L’amidon est par exemple communément fabriqué àpartir de fécule de maïs, de blé ou de pomme de terre.Mais s’il a été fabriqué à partir d’un maïs GM, lecaractère OGM n’a plus rien à voir dans l’état mêmed’amidon. C’est pareil pour l’huile ou la lécithine. Lesingrédients obtenus à partir d’un OGM ne sont pasgénétiquement modifiés.On entend parfois dire, notamment de la partdes anti-OGM, que les évaluations soumisesdans les dossiers déposés à l’AFSSA sontréalisées par les entreprises qui créent lesOGM et que, par conséquent, elles sont biaiséeset non fiables. Qu’en pensez-vous ?On entend évidemment cet argument. Tout d’abord, ilfaut savoir qu’il y a une procédure très stricte à suivrepour pouvoir mettre sur le marché un OGM. L’AFSSA,l’EFSA ou toute autre agence chargée de l’évaluationdu risque, ont mis au point des lignes directricescomportant un certain nombre d’éléments qui doiventimpérativement figurer dans les dossiers. S’ils ne s’ytrouvent pas, l’AFSSA, par exemple, conclut à unmanque d’informations scientifiques sur la sécurité duproduit. Ce qui est rarement dit, c’est qu’environ 50%des dossiers soumis sont différés car ils ne contiennentpas l’ensemble des informations nécessaires. Lepétitionnaire (c’est le nom que l’on donne à celui quidépose une demande) doit alors présenter de nouveauson dossier avec les éléments manquants. Parfois, il atout simplement oublié de les mettre, parfois, il doit lesobtenir. L’autorisation de mise sur le marché est alorsdifférée. Ce qui est certain, c’est que la procédure estextrêmement rigoureuse. A l’AFSSA, nous signons unecharte de qualité de l’expertise mais également unedéclaration publique d’intérêt.Deuxième élément, dans les documents requis pourl’évaluation, il y a, entre autres, des résultats de testsde toxicologie. Les instances d’évaluation n’ont pasdans leurs missions de refaire tous les tests et toutesles analyses que l’on trouve dans les dossiers. Ellesn’en ont d’ailleurs ni les moyens, ni nécessairement lescompétences. Si les anti-OGM pouvaient voir undossier déposé par un pétitionnaire, ils s’apercevraientalors que, presque systématiquement, les tests sontsous-traités auprès d’entreprises spécialisées. C’estparticulièrement vrai pour les tests de toxicologie. Cestests sont conduits selon des normes internationales,notamment celles de l’OCDE. Aucune de cesentreprises spécialisées n’a d’intérêt particulier dans lerésultat. Leur métier, c’est de réaliser les tests. Elleslivrent les résultats au pétitionnaire qui les inclut dansle dossier.En plus, il faut savoir que nous, évaluateurs, avonsaccès aux données brutes, données qui ne peuvent êtredivulguées sur la place publique car elles relèvent dusecret économique.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


117 Le conflit OGM en FranceLes militants anti-OGM accusent les pétitionnaires defaire eux-mêmes les analyses. C’est donc faux ! Ce sontdes entreprises externes, des organismes indépendantsqui travaillent selon des normes de qualité reconnues àl’international. Cet argument est avancé, c’est vrai,mais il ne reflète pas la réalité de ce qu’on trouve dansles dossiers.Avez-vous déjà eu un dossier entre les mainsoù l’OGM présentait un risque pour la santéhumaine ou animale ?Jamais. On a eu des dossiers où il manquait deséléments mais aucun où on a perçu un véritable risque.C’est d’ailleurs logique. Un industriel n’a aucun intérêtà présenter un dossier qui présenterait des élémentsincertains ou pire de dangerosité toxicologique. Celafait plus de 24 ans qu’existent les premiers OGM et 14ans sur le marché mondial. 1994 est la date despremières arrivées des OGM sur le marché à grandeéchelle. En 2007, on a cultivé 114,3 millions d’hectaresd’OGM dans le monde. Ce sont des plantes qui ont uneexpansion relativement importante et quasi jamais vuedans l’histoire de l’agriculture. Jusqu’à présent, ellesn’ont jamais été responsables du moindre mal de têtepour les êtres humains ni d’un problème quelconquepour les animaux. Il n’y a pas de raison de penserqu’un OGM serait dangereux a priori. Mais, à ladifférence des nouvelles variétés obtenues par desméthodes conventionnelles, on le vérifie avant de lemettre sur le marché.Pourtant, aujourd’hui, en France, on ne peuttrès rarement réaliser un essai en pleinchamp…Franchement, il y a une telle paranoïa autour des OGMdepuis 10 ans ! Pour les essais aux champs, lepétitionnaire doit remplir un dossier répondant auxlignes directrices de la Commission du GénieBiomoléculaire (CGB) (dont les missions serontreprises par le Haut Conseil des Biotechnologiesprochainement), l’instance qui était chargée d’évaluerles risques éventuels d’une mise aux champs d’uneplante génétiquement modifiée sur l’environnement.Elle examinait le dossier, imposait des conditions deréalisation des essais. En général, face au problèmerécurrent de la dissémination, elle imposait unedistance d’isolement de 200 mètres autour descultures. Mais la CGB est (était) comme l’AFSSA, ellene donne que des avis. L’instance finale qui décide,c’est le ministère de l’Agriculture. C’est lui qui autorisesi oui ou non un essai en champs peut avoir lieu. Engénéral, l’Etat double les distances d’isolement. Si laCGB conseille 200 mètres, l’Etat donne son accordpour 400 mètres. A chaque niveau, chacun estprécautionneux ! C’est ça, la réalité ! Actuellement,l’Europe demande même un allègement desprocédures jugées très contraignantes. Car la rigueurde ces procédures exige un nombre de testsconsidérables, ce qui implique, forcément, un coût trèsélevé. De fait, cela exclut les petites entreprisessemencières qui souhaiteraient mettre un OGM sur lemarché.Mais l’AFSSA contrôle la sécurité sanitaire, Or,dans le cas de la dissémination, on est plus faceà un problème environnemental.Et alors ? C’est pareil du point de vueenvironnemental ! Depuis quand la dissémination estun nouveau problème ? C’est une loi de la natureconnue par les agriculteurs de tous les temps et ce n’estaucunement un risque ! Un dommage pécuniaireéventuellement, parce que l’agriculteur cultivant selonle cahier des charges de l’agriculture biologique nepourra plus vendre son produit avec le label AB maiscomme un produit normal. On s’inquiète, peut-être, dela perte d’un label mais cela ne constitue aucunementun risque ! Je vais même aller plus loin. Un maïsrésistant à un insecte qui confèrerait cette propriété àun autre maïs, serait-ce vraiment si catastrophique queça ? C’est quand même une qualité de la plante quiserait alors transférée !Mais si ce n’est pas dangereux pour la santéhumaine et animale, si la dissémination estune loi de la nature, pourquoi les aspectspositifs des OGM ne sont jamais présentés ?Vous avez totalement raison. Nous sommes quelquesscientifiques à tenter de nous battre contre ça.Curieusement, on n’est jamais invité par les médias. Cesont systématiquement les anti-OGM que l’on entend !Je suis sûr que vous pouvez me citer des noms descientifiques anti-OGM mais difficilement le nom descientifiques « pro-OGM ». Nous, d’ailleurs, on ne sequalifie pas de « pro », ce sont les « anti » qui nousmettent cette étiquette sur le dos. Personnellement, jene suis pas pro-OGM. Je combats simplement tous lesmensonges qui sont dits à leurs propos. Hier, j’aiencore reçu un document qui émane d’Info’GM. Cedocument est un tissu d’erreurs ! Tout comme lereportage de Marie-Monique Robin. C’est une évidenceque ce documentaire n’est qu’un travail journalistiqueà charge. L’affaire Arpad Putszaï, celle du papillonMonarque, ou du maïs mexicain, du maïs Starlink…Toutes ces affaires se sont terminées au bénéfice desOGM ! Tout ce qui avait été mis en avant était faux.Dans le livre, elle ne va pas jusqu’au bout. Elle nommeles affaires mais sans donner les publications etréférences afférentes qui contredisent ce qui avaitdéclenché ces affaires. Elle parle, par exemple, del’agriculteur Percy Schmeiser qui a cultivé du colzagénétiquement modifié (sans en acheter les semences),soi-disant malgré lui car il aurait subi unedissémination de la part de ses voisins. Mais elle oubliede dire qu’il a perdu les 19 chefs d’accusation de sonprocès. Il a finalement reconnu avoir récolté les grainesdes bordures des champs de ses voisins cultivant ducolza GM et a ainsi pu, en quelques années, avoir laquasi totalité de son colza génétiquement modifié.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


118 Le conflit OGM en FranceChose qui n’aurait jamais pu se produire avec unedissémination annuelle même importante. Il a étédémontré que le maïs Starlink n’a jamais causé lamoindre allergie grâce à des tests qui ont été faits endouble aveugle ! Bizarrement, tout ça, Marie-MoniqueRobin n’en fait jamais état. Elle ne s’arrête qu’à lapolémique. Nous, on n’arrête pas de ramer derrière desdocuments aussi malveillants en essayant de rétablir lavérité. Je mets au défi qui que ce soit de me trouver,dans le monde, un problème avéré et scientifiquementprouvé qui soit la conséquence d’OGM mis sur lemarché. Il n’y en a pas. On peut toujours raconter pleind’histoires mais il n’y a jamais aucune preuve derrièreou alors, si on va jusqu’au bout de l’affaire, on a lespreuves du contraire. Ce n’est pas facile de luttercontre ça. Quel intérêt aurait-on, nous, à l’AFSSA, oudans les différentes instances d’évaluation, à mentir ?La question intéressante, c’est pourquoi ces gens-làfont un barrage aussi fort aux OGM qui sont,finalement, très anodins. Sans doute la manière decréer une nouvelle variété constitue une révolutiondans l’histoire de l’amélioration des plantes en général.Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, onarrive à faire de nouvelles variétés avec des méthodesqui sont fiables, sûres, précises. Faire une nouvellevariété avec les méthodes conventionnelles, c’est long,compliqué et aléatoire. On n’est pas sûr du résultat etc.Bruno Rebelle, qui a été porte-parole de Greenpeace,l’a dit lui-même lors d’un congrès scientifique : iln’avait pas peur des OGM mais c’est un modèle desociété dont il ne voulait pas. D’accord. Il a le droit.Sauf que s’en prendre aux OGM est un mauvaiscombat. Il y a plein d’autres sujets sur lesquelstravailler pour « construire un nouveau modèle desociété ». D’ailleurs, qui sont les anti ? En général, desaltermondialistes, des anticapitalistes de tous horizonset aussi tous les mouvements écologistes. Queldommage, ces gens-là se sont trompés de combat enprenant pour cible les OGM. Si ces gens-làcomprenaient réellement ce qu’est l’écologie, alors toutle monde se tournerait justement vers les OGM. On adéjà calculé que les OGM ont un meilleur coefficientd’impact écologique. On utilise moins de pesticidesgrâce aux technologies OGM. Les anti-OGM disentexactement le contraire mais c’est totalement faux. Onvoit passer des chiffres où il est dit qu’avec un OGM, onutilise 15 fois plus de pesticides. Mais c’est totalementfaux. Allez chez n’importe quel agriculteur. Lequel semettrait à utiliser 15 fois plus d’herbicide alors cela luicoûte non seulement de l’argent mais aussi beaucoupde temps ? Si un herbicide ne marche plus, il en prendun autre. Mais il ne va sûrement pas augmenter lesdoses. Penser cela c’est vraiment prendre les paysanspour des demeurés finis alors qu’en réalité, ilstravaillent avec des ordinateurs embarqués sur leurstracteurs pour faire une gestion à la parcelle, ce quel’on appelle l’agriculture de précision. Ils travaillentmaintenant avec des GPS et des ordinateurs qui ont, enmémoire, la composition des sols et qui les aident àajuster le dosage d’engrais nécessaires à l’are près !Mais puisque les OGM ne présentent aucunrisque, même environnemental, et sont plutôtdes produits miracles, pourquoi ne peut-ontoujours pas les cultiver en France ?Le Grenelle de l’Environnement a tout simplement étéun marché passé avec les écologistes. Je crois bien queFrançois Fillon et Jean-Louis Borloo l’ont dit euxmêmes.Si vous regardez bien, lors du Grenelle, il n’ajamais été question du nucléaire et pourtant on saittous que c’est un problème que soulèvent enpermanence les écologistes. A mon avis, le marché àété du type « Vous acceptez qu’on ne parle pas dunucléaire au Grenelle de l’Environnement et on vousdonne les OGM ». Ils ont respecté leur parole jusqu’aubout. C’est tout. Le comité de préfiguration de la HauteAutorité, et je suis désolé de ce que je vais dire pour lescollègues qui ont fait partie du comité, mais l’avis qu’ilsont émis est un véritable brouillon, voire un torchon !Même un étudiant de DEA ne pourrait rendre untravail pareil : il n’y a aucune référence bibliographiquecitée correctement. Ils citent, par exemple, le nom d’unauteur qui a publié 4 fois la même année. On n’arrivedonc pas à savoir quelle est la publication qui a étéutilisée pour l’avis. Au bout du compte, on n’arrive pasà retrouver les études. Ce qui est surtout anormal, c’estce que dit le sénateur Le Grand lorsqu’il rend l’avis dupauvre travail du comité de préfiguration : « Il y a desdoutes sérieux ». Or, dans l’avis, il n’y a nulle part lemot doute et nulle part le mot sérieux. Le sénateur LeGrand a ensuite avoué avoir dit ce qu’on lui avaitordonné de dire. Il y a eu quand même 12 des 15scientifiques présents dans le comité qui se sontdésolidarisés de l’avis rendu par le sénateur Le Grandet qui l’ont fait savoir ! Cette affaire du fameuxMonsanto 810 est uniquement une affaire politique !Quand on sait qu’il est cultivé depuis 10 ans sansaucun problème, que, nous, à l’AFSSA, on l’aréexaminé en avril dernier car c’est obligatoire au boutde 10 ans, que tout était parfaitement normal, quenotre conclusion est qu’il ne présente aucun risque,qu’il n’y a aucun élément nouveau qui nous laissesupposer un risque depuis dix ans, on peutfranchement se demander pourquoi il n’est pas cultivé.Avec un telle politique vis-à-vis de latechnologie OGM, la France prend-elle duretard ?Il y a beaucoup d’OGM avec des caractéristiques trèsintéressantes qui se préparent partout dans le monde.La France et l’Europe sont bien évidemment à latraîne. Quelle a été la conséquence réelle de cette luttecontre les OGM ? Gérard Pascal a été interviewé cetteannée par Semences et Progrès. De mémoire, il y ditqu’il y a environ 15 ans, Guy Paillotin, alors présidentde l’INRA, c'est-à-dire du troisième plus grand institutagronomique du monde, aurait empêché ledéveloppement des biotechnologies à l’INRA.Monsieur Paillotin avait travaillé dans le secteurnucléaire et sa motivation était qu’il valait mieux éviterde refaire les mêmes erreurs et du coup, qu’il valaitESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


119 Le conflit OGM en Francemieux freiner ce secteur. Marion Guillou, l’actuelleprésidente directrice générale de l’INRA et Guy Riba,directeur général délégué, disent, presque comme s’ilss’en vantaient, qu’il n’y a plus un seul chercheur àl’INRA qui travaille sur des OGM à vocationalimentaire, que la France a perdu ses compétencesdans ce secteur. Voilà où l’on en est !Mais peut-être qu’ils communiquent ainsi carils souhaitent tirer la sonnette d’alarme ?J’ose l’espérer. Si vous interrogez Marc Fellous, ancienprésident de la CGB, actuellement en charge del’enveloppe OGM de l’ANR (Agence Nationale de laRecherche. Instance auprès de laquelle les chercheursfrançais trouvent maintenant des financements pourtravailler), il vous dira qu’on ne distribue pas chaqueannée la totalité de l’enveloppe financière, par manquede projet, et que l’on risque de la supprimer. Bienévidemment, il n’y a plus de projets, ceux-ci sontarrêtés et/ou non portés par la hiérarchie ! Ceux quiont eu le courage d’aller au bout, comme l’INRA avec lemagnifique exemple de la vigne transgénique àColmar, se sont arrêtés et sont partis travailler auxEtats-Unis.Ne pensez-vous pas que tout cela se fasse aunom de la défense d’un autre typed’agriculture, non industrielle et plus tournéevers la terre ?Tout le monde est à peu près d’accord pour dire qu’en2050, on sera environ 9 milliards d’habitants sur terre,soit près de 3 milliards de plus qu’aujourd’hui. Celaveut dire qu’avec moins de surface cultivable, il vafalloir nourrir plus de monde. Donc il faudra produireplus. Comment voulez-vous faire si vous n’arrivez pas àobtenir plus de rendements, c'est-à-dire plus deproductivité au mètre carré ? A moins qu’on accepte lathèse malthusienne de ne pas nourrir une partie de lapopulation pour réguler le nombre d’habitants sur laterre. Mais si on n’accepte pas cette idée, je ne vois pascomment on peut faire à moins de produire plus.La France a pendant longtemps été une grandepuissance agricole. Les exportations de blé et d’orgeont été des sources de devises très importantes. Cequ’aucun des anti-OGM ne veut comprendre, c’estqu’indépendamment de tous les problèmeséconomiques, il faut travailler avec la réalité du vivant.On aura toujours besoin, tant que l’homme existera, demettre sur le marché de nouvelles variétés. Lorsqu’unenouvelle semence est commercialisée, elle estrésistante à un certain nombre de ravageurs, elle eststable, elle a été rendue homogène pour qu’uneévolution éventuelle passe quasi inaperçue au boutd’une ou quelques années. Si l’agriculteur achètechaque année la même semence, c’est parce qu’il estsûr d’avoir dans son champ exactement la mêmevariété, avec les mêmes propriétés. Mais les ravageurs,eux, s’adaptent et contournent la résistance. Si on faitune analogie avec l’être humain, pourquoi croyez-vousque, chaque année, on fait un nouveau vaccin contre lagrippe ?Bien sûr, mais souvent, cet argument estprésenté par les anti-OGM comme uneconséquence de la modification systématiquedes propriétés d’une plante.Mais on y peut rien. C’est comme ça ! On ne peut pasempêcher les ravageurs d’évoluer, c’est impossible, àmoins de les détruire tous. On ne vaccine plus contre lavariole parce qu’on pense que le virus a été éradiqué dela surface de la terre. Mais il pourrait réapparaître unjour. C’est pareil pour les plantes ! Il y a un catalogueofficiel des espèces cultivées dans lequel on inscritchaque année environ 300 à 400 nouvelles variétés.L’agriculteur peut y trouver, par exemple, plus de 600variétés de maïs ou de blé et choisira celle qui seraadaptée à son type de sol, aux ravageurs les plusprésents dans sa région, au climat etc. On auratoujours besoin de créer de nouvelles variétés. Avec latransgénèse, le sélectionneur, qui avait auparavant untravail considérable pour tenter d’avoir la nouvellevariété à partir d’un croisement initial réalisé dix ansplus tôt, a maintenant la possibilité de prendre un gènequi confère à la plante un caractère donné, comme parexemple une résistance à un insecte donné et il estquasiment sûr du résultat. Ce qui va lui prendre le plusde temps, c’est de faire toutes les évaluationsnécessaires avant la mise sur le marché et qui vont luiprendre 3 ou 4 ans. Les analogies sont toujoursmauvaises mais c’est comme si vous demandiez à tousles gens qui utilisent un traitement de texteaujourd’hui de reprendre une machine à écriremécanique. Tous les sélectionneurs vont mettre, àterme, sur le marché, des plantes génétiquementmodifiées parce que, maintenant, c’est la méthode dechoix pour les obtenir. Qu’est-ce qu’on peut fairecontre ça ?C’est pour cette raison que les surfaces d’OGM cultivésdans le monde augmentent chaque année entre 10 et15%. Les Chinois mettent 3,5 milliards de dollars sur latable dans la recherche pour pouvoir mettre sur lemarché de nombreuses espèces de plantesgénétiquement modifiées.Les anti-OGM disent aussi que la manipulationgénétique est violente pour la plante et modifieles états.Je voudrais que des biologistes anti-OGM me prouventque faire une transgénèse est intrinsèquement plusdangereux que de faire un croisement conventionnel(technique qui se pratique de manière empiriquedepuis longtemps et de manière plus raisonnée depuisla découverte des lois de Mendel et la fin du XIXèmesiècle). Trouver de nouvelles variétés est un combatESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


120 Le conflit OGM en Francepermanent. En quoi faire une transgénèse est-il plusdangereux ? On va prendre l’exemple de l’homme. Lerésultat d’un croisement dit « naturel » ne conduit pasnécessairement à quelque chose de parfait à l’arrivée. Ilexiste 8000 maladies génétiques touchant 3 millionsde personnes (rien qu’en France). Vous voyez doncbien qu’un croisement naturel peut provoquer desdégâts ! L’énorme différence, dans le cas de latransgénèse, c’est que l’on contrôle tout derrière. Onvérifie que le gène inséré ne provoque pas de dégâts,on fait des tests de toxicité. Au bout du compte, il n’y arien de mieux contrôlé qu’une plante génétiquementmodifiée mise sur le marché.D’après vous, y a-t-il manipulation del’information au sein du conflit OGM ?Je pense que les médias portent une véritableresponsabilité dans le débat depuis 1997. En réalité, ilsne présentent que les arguments des anti-OGM. J’aiété invité en tout et pour tout une seule fois àm’exprimer, sur Direct 8, pendant le Grenelle del’Environnement. Ce n’est pas que je réclame de passerà la télévision. Il y a d’autres personnes ayant un avisdivergent de celui du consensus en place qui sont toutautant qualifiées. Pourtant, on ne les entend jamais. Enrevanche, on voit en permanence les mêmes anti (parexemple, Gilles-Eric Séralini, scientifique anti-OGM).Face à une seule de leurs phrases mensongères ounégatives, on doit rectifier par un nombre incalculablede démentis, pour tenter de semer le doute. Pour moi,les médias ne jouent pas leur rôle. Au lieu d’interrogerdes scientifiques spécialistes et compétents dudomaine, ils questionnent des scientifiquesautoproclamés experts et/ou représentants degroupements militants et partisans qui n’ont d’ailleurspas de légitimité démocratique. Une journaliste estvenue me voir à Montpellier. Elle cherchait à savoirpourquoi les OGM étaient dangereux. On a discutépendant 3 heures, elle est revenue ensuite à nouveau 3heures quelques jours plus tard et, à la fin de cettedeuxième rencontre, elle m’a annoncé qu’elle n’écriraitpas d’article car elle n’avait rien à dire ! Un autreexemple de manipulation de l’information orchestréepar les médias ? Mon laboratoire a été le premier àmettre au point une méthode de détection des OGM.On se fait interviewer par TF1, on passe au 20 heures,PPDA commence son journal télévisé par deuxproblèmes de santé publique : les grands cigarettiersdes Etats-Unis qui perdent leurs procès puis les boîtesde Coca-Cola contaminées en surface par du benzène.Puis, avec une transition « encore un problème desanté », il enchaîne sur son troisième sujet : ladétection des OGM. Or, l’étiquetage n’a nullementpour objectif de dire que quelque chose est dangereuxmais, du coup, ce troisième sujet devient forcément,dans l’esprit du public, « attention danger ». C’estpernicieux au possible ! Ce qu’ont formidablement faitles anti-OGM, c’est d’arriver à mettre dans la tête dechacun le postulat « OGM = danger ». Mais toute leurargumentation s’écroule dès que l’on démontre qu’unOGM n’est pas dangereux car il est plus contrôlé quen’importe quoi d’autre avant la mise sur le marché.Leurs arguments tombent car tout est basé sur le faitqu’ « a priori » c’est dangereux !.Mais là, vous parlez du grand public. Lesparlementaires devraient être mieuxinformés ?Heureusement qu’il y a certains sénateurs ou députés,tels Jean Bizet ou Yves Le Déaut, qui sont despersonnes remarquables et qui ont compris l’intérêtdes OGM en général mais aussi du point de vueéconomique et qui savent que la France est en train depasser à côté de quelque chose. Admettons qu’audépart, le combat ait été de faire barrage aux Etats-Unis pour que l’Europe possède ses propres semences.Alors, il s’agissait d’un combat louable mais on a, aufinal, abouti à exactement l’inverse. Aujourd’hui, on neva dépendre que de l’extérieur pour nos semences : desEtats-Unis, de la Chine ou de l’Inde. Comme on asystématiquement besoin de nouvelles variétés, quetoutes les nouvelles variétés du futur serontgénétiquement modifiées, les nôtres ne seront pasassez efficaces et performantes. Tout viendra del’extérieur. Peut-être que cela partait, au départ, d’unbon sentiment mais, finalement, on a tout raté.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


121 Le conflit OGM en FranceI. Interview de Christian VELOT, enseignantchercheuren génétique moléculaireChristian Vélot est enseignant-chercheur en génétiquemoléculaire à l’Université Paris-Sud, responsable d'uneéquipe de recherche à l’Institut de Génétique etMicrobiologie (Institut mixte CNRS-Université) aucentre scientifique d’Orsay.Pouvez-vous retracer les grandes lignes duconflit autour des OGM depuis le début ?Le point de départ, c’est l’introduction des OGM dansl’agroalimentaire, c'est-à-dire vers la fin des années1980, le début des années 1990. Je ne me souviens plusde la date exacte des premiers fauchages en Francemais je suis sûr que ça coïncide avec l’introduction desOGM dans l’agroalimentaire. Cela sous-entend qu’ilsétaient déjà présents ailleurs, comme dans leslaboratoires, où cela fait au moins trente ans qu’on lesutilise à des fins de recherche fondamentale,notamment dans mon domaine, la biologiemoléculaire. Comme n’importe quel généticienmoléculaire, je suis utilisateur de la technologie qui estpour moi, avant tout, un outil au service du chercheuret de la recherche et qui, comme tous les outils, a sesavantages et ses limites. La technologie OGM permetde tenter d’élucider des questions sur lacompréhension du vivant, le fonctionnement desgènes, des protéines, etc. Elle a ensuite été déclinéedans différents domaines d’application depuis le débutdes années 1980 comme, par exemple, le domainemédical et pharmaceutique, pour la production deprotéines de médicaments.Quel est votre point de vue, quelle est votreposition sur la question des OGM ?En tant que généticien moléculaire, donc en tantqu’utilisateur de cette technologie comme outil auservice de la recherche, je sais à quel point cettetechnologie n’est pas chirurgicale, comme on essaye denous le faire croire mais, au contraire, totalementaléatoire. C’est la raison pour laquelle je m’opposecatégoriquement à l’introduction des OGM dans leschamps et dans les assiettes. Je considère que, en l’étatactuel des connaissances et dans le contexte de carenced’évaluation dont font l’objet les OGMagroalimentaires, il est totalement irresponsable de lesmettre dans les champs et dans les assiettes.Qu’entendez-vous par chirurgical ?On entend souvent dire dans les médias, notammentpar les scientifiques qui défendent les OGM tousazimuts, que c’est une technologie chirurgicale, c'est-àdirequ’on la maîtrise entièrement. Je dis souvent quesi les chirurgiens maîtrisaient la chirurgie commenous, biologistes moléculaires, maîtrisons latechnologie OGM, je recommanderais à tous de nesurtout pas aller voir de chirurgien ! Ce n’est pas unetechnologie chirurgicale. La manière dont on introduitun gène d’un organisme A dans un organisme B, que cesoit une plante ou un autre type d’organisme,d’ailleurs, est très brutale. On ne maîtrise absolumentrien. On ne maîtrise pas le nombre de gènes qui vontrentrer dans les cellules de l’organisme receveur. On nemaîtrise pas, non plus, les endroits où ils vont allers’insérer. C’est vrai qu’on a des possibilités techniquesde le vérifier a posteriori mais elles ne permettent pasde savoir si on a inactivé des gènes naturels del’organisme que l’on cherche à modifier, ni si on asurexprimé des gènes de cet organisme. Elles nepermettent pas, non plus, de connaître lesconséquences métaboliques de ces modifications surl’organisme receveur, ni les conséquences sur soninteraction avec l’environnement. On travaille sur desorganismes génétiquement modifiés toutes lessemaines dans les laboratoires dans le cadre derecherches fondamentales et on a énormémentd’exemples d’effets collatéraux inattendus consécutifs àune modification génétique. C’est pour cette raison queles OGM, tels qu’on les utilise dans les champs et dansles assiettes, ne devraient pas échapper à uneévaluation sanitaire et environnementale extrêmementstricte et rigoureuse. Or, on est, au contraire, dans unetotale carence d’évaluation.Vous évoquez la carence d’évaluation commel’une des raisons de votre opposition aux OGM.Qu’en est-il du principe d’équivalence ensubstance ?L’évaluation d’un OGM agroalimentaire est faite sur unprincipe qui s’appelle le principe d’équivalence ensubstance, retenu par tous les gouvernements et partous les comités d’évaluation du monde. Il consiste àdire qu’un OGM est équivalent en substance àl’organisme initial à partir duquel il a été fabriqué,c’est-à-dire qu’il ne diffère de l’organisme de départque par les gènes qu’on a mis dedans.C’est une absurdité scientifique totale. Ce principerepose sur une conception périmée, obsolète etmécanistique du fonctionnement du vivant qui voit lesgènes comme des entités indépendantes et quiconsidère que, lorsqu’on rajoute un gène dans unorganisme, on ne fait rien d’autre que de rajouter ungène. Sur cette totale absurdité repose tout lefondement économique et légal de l’industrie de labiotechnologie.On ne peut pas considérer qu’un OGM, fabriqué àpartir d’un organisme initial non dangereux auquel ona rajouté des gènes provenant d’un organisme nondangereux, a une résultante forcément nondangereuse. C’est aussi absurde que de considérerqu’une voiture pilotée par un enfant de 10 ans neprésente pas de danger, au prétexte que la voiture aobtenu son contrôle technique et que l’enfant de 10 ansest équilibré, poli et travaille bien à l’école. C’est aussistupide que ça. Une somme d’éléments caractérisésESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


122 Le conflit OGM en Francenon dangereux ne va pas faire forcément une entiténon dangereuse ou sans risque environnemental ousanitaire.Pouvez-vous citer un exemple concret ?Bien entendu, par exemple, le maïs Monsanto 810, seulmaïs autorisé à la culture en Europe et qui vient d’êtresuspendu provisoirement en France.C’est un maïs que l’on appelle BT parce que le gèneétranger qu’on lui a introduit provient d’une bactériedu sol dont les initiales sont BT (Bacille de Turin).Cette bactérie a le secret de fabrication de protéines àeffet insecticide : lorsque des insectes les ingurgitent,ils meurent de trous dans le tube digestif. Dans lanature, il existe toute une panoplie de protéinesinsecticides qui ont chacune leur cible car, bienévidemment, toutes ne tuent pas les mêmes insectes.Parmi les protéines fabriquées naturellement par labactérie de Turin, il y a une protéine tueuse de pyrale,un papillon dont la chenille est l’un des principauxravageur de maïs. La pensée des chercheurs a été que,puisque le langage génétique est universel dans lemonde du vivant, en prenant le gène de la bactérie BT(celle qui détient le secret de fabrication de la toxineinsecticide) et en l’introduisant dans le maïs, le maïsprendra le gène à son propre compte, le décodera etfabriquera lui-même la toxine insecticide en question.Le résultat sera que ce maïs luttera seul contre lapyrale. Et ça marche ! Effectivement, le maïs fabriquesa propre toxine insecticide et lutte seul contre l’insecteravageur. Alors, on nous a dit « C’est formidable,l’agriculteur n’aura plus besoin de pulvériserd’insecticide » mais attention à ce discours ! Ça ne veutpas dire que l’insecticide n’est pas dansl’environnement puisque, au contraire, il est fabriquéen permanence par le maïs et ce, que la pyrale l’attaqueou pas.En réalité, le produit est présent en quantitéimportante dans le maïs sur d’énormes surfaces, parcequ’évidemment les personnes qui cultivent ce maïs GMpratiquent une culture intensive et ne le font pas surdes petites parcelles. Cette toxine, produite enpermanence, s’accumule dans les racines, passe dans lesol, etc. Les industriels des OGM affirment que,puisque c’est une toxine fabriquée naturellement parune bactérie du sol qui est d’ailleurs autorisée enagriculture biologique, il n’y a aucun problème. Saufqu’ils oublient de préciser que cette protéineinsecticide fabriquée par le maïs GM n’est pas la mêmeque celle fabriquée par la bactérie du sol. Pourquoi ?Parce que, même si le langage génétique est universelentre tous les organismes vivants, lorsque l’on met ungène d’un organisme A dans un organisme B, on estquand même obligé de le modifier. On ne peut pas secontenter de juste le prendre et de le mettre dans lemaïs, il faut le manipuler. Ce qu’on introduit au final,ce n’est pas le gène naturel de la bactérie, c’est ce qu’onappelle dans notre jargon de biologiste moléculaire,une construction génétique artificielle (CGA). C’est unesorte de chimère génétique constituée par lajuxtaposition de plusieurs morceaux de gènes, dont leprincipal constituant sera, bien entendu, le gène debactérie de départ mais pas exclusivement. Et,justement, le fait que ce ne soit pas le gène exclusif dedépart a des conséquences sur la protéine codée par cegène. Elle n’a plus les mêmes propriétés physicochimiques: lorsqu’elle est fabriquée par le maïs, elleest soluble. Fabriquée par la bactérie du sol, elle estsous forme de cristal. Soluble, elle est active contre lapyrale mais aussi contre la sésamie, un autre insecteravageur. Fabriquée par la bactérie du sol, elle n’aaucun effet dessus. En réalité, ce qu’on a fabriqué, c’estun nouvel insecticide avec de nouvelles propriétésphysico-chimiques et un spectre biologique différentpuisqu’il tue deux insectes au lieu d’un. Au prétexteque cette toxine serait la même que celle fabriquée parla bactérie du sol, aucune évaluation supplémentairen’est faite ! C’est une énorme supercherie, un énormescandale !Vous pensez donc que les évaluations desrisques réalisées par les industriels semencierspour les autorisations de mise sur le marchésont insuffisantes ?Les entreprises semencières savent très bien qu’ellesne maîtrisent rien et que les évaluations réalisées nesont pas sérieuses. Si elles faisaient des évaluationsplus rigoureuses, plus longues et plus coûteuses, uncertain nombre de problèmes seraient mis en évidence.L’évaluation des OGM comme un pesticide, c’estpourtant le minimum qu’on devrait exiger : 99% desplantes GM fabriquent un insecticide, soit parcequ’elles le produisent directement, soit parce qu’ellesont été modifiées de manière à pouvoir absorber unherbicide et l’accumulent à haute dose dans leurstissus, comme c’est le cas de la combinaisonOGM/Round-Up. L’homme est confronté au pesticide,soit directement parce qu’il absorbe la plante ellemême,soit indirectement parce qu’il se nourrit d’unanimal alimenté à la plante. La moindre des choses, àmon sens, serait d’imposer aux OGM les mêmes règlesqu’aux pesticides : trois mois d’évaluation sur troisespèces animales différentes puis deux ans sur les ratspour observer les effets au long de la vie. Aucuneplante GM n’a été évaluée plus de trois mois et aucunesur plus d’une espèce animale. Il y a donc carencetotale d’évaluation. Or, les industriels semenciers sontles premiers à dire que si les OGM devaient êtreévalués comme des pesticides, ce ne serait plusintéressant pour eux financièrement.Autoriser les OGM dans ce contexte de carenced’évaluation, c’est placer l’intérêt public à la remorquedes intérêts financiers des semenciers. Les semenciersne sont pas dupes, ils savent bien qu’il y a un problèmemais ils ne l’avoueront jamais. Leur bourse vaut pluscher que la santé du grand public.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


123 Le conflit OGM en FranceComment se fait-il, alors, que des membres dela communauté scientifique soient en faveurdes OGM ?Il y a deux catégories de scientifiques qui défendent lesOGM en affirmant que les évaluations sont conduiteset satisfaisantes et que les citoyens peuvent dormirtranquilles. Il y a ceux qui sont sous la pression delobbies financiers parce qu’ils ont un lien direct avecles firmes.Ceux-là ont l’air d’être nombreux parce qu’ils occupentsouvent des positions stratégiques, notamment dansdes comités d’évaluation mais, en réalité, ils ne sontpas majoritaires.La grande majorité, je pense, sont des scientifiques quiles défendent en toute honnêteté car ils pensentsincèrement qu’il n’y a pas de problème. Bien sûr, dansle domaine de l’écologie, les scientifiques sont plutôtréticents. Mais dans mon domaine, la génétiquemoléculaire, c'est-à-dire là où se trouvent lesbidouilleurs d’ADN, la majorité des scientifiques vousdira, en toute honnêteté parce qu’ils le pensentsincèrement, qu’il n’y a pas de problème. Deux raisonsà cela. D’abord, parce qu’il y a une banalisation durisque car c’est aujourd’hui une technique routinièredans les laboratoires, notamment dans le contexte dela recherche fondamentale. Or, lorsque l’on fait unechose de manière routinière, on en banalise les risques.Lorsqu’on utilise pour la première fois une machinedangereuse, en général, toutes les précautions et lesprotections nécessaires sont prises.Plus on l’utilise, plus on prend confiance en soi, pluson maîtrise le geste et plus on finit par mettre de côtécertaines précautions. Mais attention, ce n’est pasparce que l’on maîtrise un geste que l’on en maîtrise lesconséquences !La deuxième raison de la défense des OGM parcertains scientifiques est liée à leur formation. Lesscientifiques font dix ans d’études pour êtrechercheurs. Pas une seule heure de ces années n’estconsacrée à la philosophie, la sociologie, l’éthique dessciences ou l’étude des rapports science-société. Lesscientifiques sont donc moulés à la louche avec unetendance à penser que tout ce qui sort d’un laboratoireest forcément bon pour l’humanité parce que c’est leproduit d’une activité de recherche.Personnellement, j’appelle ça le lobby scientiste et jene suis pas le seul. C’est une manière de voir les chosesqui conduit à penser que la science est forcémentsynonyme de progrès, qu’elle va tout résoudre. On aune croyance dans la science, elle devient une religion.Paradoxalement, ce sont ceux qui sont critiques quisont qualifiés d’obscurantistes. C’est, par exemple,typiquement la position de Claude Allègre. Je ne pensepas qu’il ait un lien direct avec les firmes semencières.Il défend les OGM par croyance, même s’il n’en ajamais vus de sa vie et sans savoir de quoi il parle.Lorsqu’il dit que « la science c’est formidable, c’est leprogrès », il est typiquement dans cette mouvance-là.On est dans une doctrine qu’on n’a pas le droit decritiquer. D’ailleurs, lorsqu’un scientifique critique lascience, ça lui coûte cher et ça, je suis bien placé pourle savoir !A votre avis, quel est le rôle et le degréd’importance de l’information dans ce conflit ?Je pense que, sur la question des OGM, lesscientifiques critiques dont je fais partie ont vu, depuisquelque temps, les portes médiatiques s’ouvrir alorsqu’il y a quelques années, on voyait beaucoup ClaudeAllègre ou Axel Kahn dans les grands médias. On nousa donné la parole à maintes reprises. Par exemple,pendant le projet de loi, j’ai été énormément sollicité.Vous savez bien, les grands médias fonctionnenttoujours avec les mêmes scientifiques : Axel Kahn pourla génétique, Hubert Reeves pour les étoiles, BernardWerber pour les fourmis (rires). Mais, récemment, entout cas sur la question des OGM, ça a bougé. C’est vraique le discours pro OGM classique se prête bien auxmédias, notamment à la télévision, parce que les tempsd’antennes sont courts et c’est plus simple de dire quemodifier génétiquement des organismes est sansproblème, qu’on le fait toutes les semaines dans leslabo., et qu’on ne fait rien d’autre que ce qu’a toujoursfait la nature. Le discours est simple et bref, 10 à 15secondes. En revanche, si on veut expliquer que lesOGM n’ont rien à voir avec ce qu’a toujours fait lanature, il faut 4 minutes. Et 4 minutes, sur un espacetélévisuel, c’est très difficile à trouver. C’est pour ça, jepense, qu’on n’était pas privilégié dans un certainnombre d’émissions. Mais ce que je dénonce n’est paspropre à la crise OGM. En tout cas, ça a été difficile audébut de nous faire entendre parce que ce n’est pas unsujet simple à expliquer et si on intervient en tant quescientifique, c’est sur des aspects techniques qui nepeuvent s’expliquer par des paroles à l’emporte-pièce.Si on est là pour expliquer, il faut expliquer. Et si ons’adresse à un public novice, il faut prendre le temps desimplifier les choses, d’utiliser les bons termes. C’estseulement dans des émissions avec suffisamment detemps de parole par intervenant que je peux vraimentm’expliquer. C’est pour cela que, personnellement,pendant longtemps, je boycottais les médias.Quel a été votre stratégie pour faire entendrevotre point de vue ?Je pense qu’on fait un travail beaucoup plus efficace enallant rencontrer les gens dans les salles, à l’initiatived’ONG, d’associations, de collectifs de citoyens ou decollectivités locales. Je continue à faire beaucoup deconférences grand public parce que c’est vraiment làque j’arrive à trouver le temps d’expliquer les choses,même si le débat est contradictoire. Pendant lesconférences, personne ne me dit que je dois rendreESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


124 Le conflit OGM en Francel’antenne parce qu’il y a la pub de McDo’ qui arrivederrière !N’est-ce pas aussi une forme de lobby dirigévers l’opinion publique ?Les rencontres avec le public ? Certainement. Maismaintenant, on pose nos conditions aux médias aussi.Je n’aime pas mettre tous les gens dans le mêmepanier : certains journalistes font bien leur travail,veulent comprendre et veulent que leur audiencecomprenne, d’autres rentrent dans le moule et ne seposent pas de questions. C’est vrai qu’aujourd’hui,nous, les scientifiques critiques sur les OGM, sommesplus sollicités par les médias. Mais on demande quel vaêtre notre temps de parole, comment sera organiséel’émission. Je ne veux plus être à cinq autour d’unplateau pendant quinze minutes, surtout quand lespersonnes présentes sont de différents points de vue.On se chamaille, on donne l’impression d’être dans unecour de récréation ! Alors on demande du temps pours’exprimer et même s’il y a quelque temps, on avait dumal à trouver ce type de créneau, aujourd’hui, c’estplus simple parce qu’un certain nombre de journalistesont décidé de permettre que l’on comprenne. Je penseque c’est lié à la persistance du combat. S’il n’y avaitpas eu d’actions médiatiques fortes, comme lesfauchages, le débat serait passé sous la moquette. Lecombat s’intensifiant avec les fauchages à répétition, ledébat a pris une énorme ampleur, il y a eu de plus enplus d’émissions consacrées aux OGM. Dès qu’il y amultiplicité d’émissions, on en trouve forcément avecdes temps de parole plus importants. Je doisreconnaître que, depuis un an, j’ai participé à desémissions que j’ai appréciées parce qu’on m’a laissé letemps de m’exprimer.Pouvez-vous citer un ou plusieurs exemples deméthode(s) et de réalisation(s) dulobbying organisé par les adversaires ?Je pense que le lobby agroalimentaire ne s’exprime pasauprès du grand public mais surtout auprès despolitiques. A Bruxelles, il y a un lobbying énorme, c’estbien connu. Jean-François Le Grand l’a d’ailleursdénoncé pendant la discussion du projet de loi enFrance, au Sénat et à l’Assemblée Nationale. C’est dulobbying extrêmement efficace parce qu’ils vont chezles décideurs avec des méthodes éprouvées et qu’ils ontl’habitude de ce genre de pratique.Auprès du grand public, ça passe à travers despublicités comme celle de Monsanto qui montre unchien qui déterre son os sur lequel on a mis du Round-Up et qui le mange. Par le biais de la pub, ils ont essayéde convaincre le grand public. C’est du lavage decerveau. D’ailleurs, c’était de la publicité mensongèreet cela a valu plusieurs procès à Monsanto qui les aperdus.Avez-vous personnellement subi despressions ?Je suis enseignant-chercheur et, comme toutenseignant chercheur, je fais 50% d’enseignement et50% de recherche, que j’effectue dans un institutCNRS-Université. Depuis fin 2006, ma hiérarchie, ladirection de l’institut dans lequel je travaille, me faitdes remontrances sur mes prises de position publiqueset me reproche d’avoir été à la télévision m’exprimer.On me reproche de ne pas l’avoir fait en mon nom maisau nom de l’Institut, parce qu’à la télévision, on meprésente comme étant de l’institut. Mais je n’ai pas lechoix. Pour démontrer ma compétence sur le sujet, jesuis obligé de donner ma filiation professionnelle ! Cesremontrances verbales, uniquement verbales, se sontfait récurrentes et parfois très blessantes puisqu’on estallé jusqu’à me dire que je donnais une sale image de lascience, à l’époque où il y avait peu d’étudiants quis’intéressaient aux matières scientifiques. Pourl’enseignant que je suis, qui s’investit énormément,c’est particulièrement blessant. Mais encore, si cela enétait resté là, cela n’aurait pas été trop grave. Leproblème, c’est que cela c’est suivi par tout un tas depressions matérielles, notamment une suppression dereliquat crédit. Un stagiaire que je devais accueillir aété affecté trois jours avant son arrivée à un laboratoirede la direction. J’ai reçu un courrier disant que « suiteaux discussions sur la politique scientifique del’institut… il n’est pas possible de vous garder dans lecadre du prochain contrat quadriennal ». Ça veut direqu’à partir de janvier 2010, je suis remercié de l’institutdans lequel je travaille avec mon équipe. Maintenant,je ne peux pas prouver que c’est lié à mes prises deposition publiques mais il faudra alors m’expliquer ceque j’ai fait pour justifier toutes ces pressions. Onpourrait dire, par exemple, que je n’ai pas beaucouppublié ces dernières années. Mais, dans la recherchefondamentale, on a tous des creux et des bosses et si jedois subir ce sort, alors que tous les gens dans la mêmesituation subissent le même sort. Mais alors là, je peuxvous dire qu’il ne resterait plus grand monde dans leslabo. ! Evidement, ma hiérarchie se réfugie derrièretout un tas d’arguments mais elle ne peut pas nier mesqualités d’enseignant, apparemment reconnuespuisque même mes étudiants ont fait une pétitionspontanée pour me soutenir.Quelles sont, à votre avis, les motivations despressions subies ?Ils sont opposés à l’idée qu’un chercheur puisse êtrecritique vis-à-vis de la science. Je vous disais plus tôtque nous sommes dans une science religion qui ne secritique pas. Lorsque vous avez des scientifiques quiprennent des positions en faveur de cette technologiequ’est la manipulation génétique des organismes, ilssont écoutés pour leur statut de scientifique. Maislorsque vous critiquez le « progrès » scientifique, vousêtes aujourd’hui considéré comme un militant. Saviezvousque des scientifiques ont signé une pétition à lafin du Grenelle de l’Environnement, contre leESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


125 Le conflit OGM en Francemoratoire, c’est-à-dire pour que l’on puisse cultiver dumais GM Monstanto 810 en France ? Ils n’ont passigné en tant que citoyens mais en tant que chercheurde l’INRA, de l’Inserm ou du CNRS. Les institutionsn’ont pas été dérangées par ça. En revanche, si on a despositions critiques, on dérange.D’autres scientifiques ont-ils subi despressions similaires ?Je ne suis pas le seul scientifique à critiquer les OGMet je ne suis pas le seul non plus à avoir des problèmes.Tous ceux qui ont montré des positions publiquescritiques, tous ceux que l’on connaît, ont subi despressions. Sans exception. Il y a d’ailleurs dans le livrede Mme. Robin plusieurs exemples concrets. EnFrance aussi. Par exemple, le cas de Pierre-HenriGouyon, l’un des témoins en faveur de José Bové lorsde son premier procès. A l’époque, il était directeurscientifique adjoint du département des sciences de lavie du CNRS et on lui a demandé gentiment dedémissionner. Jusqu’à présent, il n’en parlait pas maisrécemment, lors d’une émission sur France Culture àlaquelle j’étais présent, il l’a dit ouvertement. En avril2001, il y a eu une journée internationale d’oppositionaux OGM et José Bové était venu participer à uneceinture humaine autour du Génopole d’Evry. A cetteoccasion, le CNRS nous a envoyé un courrier, à tous leschercheurs et enseignants-chercheurs rattachés auCNRS, nous listant le type de questions que lesjournalistes pouvaient poser et nous proposant desréponses à ces questions ! Ce document, je l’ai et je legarde précieusement. Dans le courrier, il est d’ailleursprécisé que l’idéal serait que vous ne répondiez pas etque nous redirigions tous les journalistes vers leservice de communication qui les enverra vers desscientifiques sélectionnés. Rien de surprenant. Lefonctionnement du système est tel qu’à partir dumoment où l’on prend des positions tranchées, commepour défendre les faucheurs volontaires qui sont, pourmoi, des éveilleurs de conscience. Ça ne plaît pas dutout.des technologies comme les OGM en argumentant quece n’est pas seulement une avancée technologique maisun véritable choix de société, que les citoyens nedoivent pas être exclus du débat. Dans une sciencereligion,on considère que les citoyens ne doivent pass’en mêler. Je pense radicalement l’inverse. A monavis, redonner toute sa notoriété à la science, c’estjustement établir des passerelles avec les citoyens,autres que celle qui les invite à mettre la main à leurportefeuille pour remplir les caisses du Téléthon ! Entout cas, c’est ma conception.Suggérez-vous que le CNRS a des liens directsavec les industriels semenciers ?Non, pas du tout. Je ne pense pas que ma direction aitdes liens directs avec des industriels semenciers pourdes questions financières. On n’est pas dans le cas deconflits d’intérêts personnels. C’est plus complexe. Il ya eu une telle déresponsabilisation des gouvernementssuccessifs, depuis 25 ans, dans le financement de larecherche, qu’il n’est possible de fonctionner qu’avecdes passerelles, des contrats, avec le privé. Donc,évidemment, critiquer tout un système qui n’est plusde la science mais de la techno-science, c’est risquer decouper des ponts avec des financeurs potentiels et onne peut pas se permettre de se mettre à dos despartenaires. Ensuite, il ne faut pas oublier le côtéscience-religion. Ce qui dérange, c’est qu’on critiqueESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


126 Le conflit OGM en FranceJ. Interview de Gil RIVIERE-WEKSTEIN,éditeur de la lettre Agriculture &EnvironnementGil Rivière-Wekstein, vous êtes le créateur dela lettre Agriculture et Environnement, dont lepoint de vue est plutôt favorable aux OGM. Aqui est destinée cette lettre et comment est-ellefinancée ?La lettre est 100% financée par les abonnements et elleest lue essentiellement par des gens du mondeagricole, qu’ils soient agriculteurs ou professionnels dela filière agricole. Je touche à tout ce monde -à.Le coût d’un abonnement est de 75 euro. pour unelettre de 8 pages en noir et blanc, pour douze numérospar an. 150 euro. pour une société de plus de 20personnes. Avec 1000-1500 abonnés et des fraisminimum, je travaille seul avec mon épouse. J’ai dequoi faire fonctionner mon truc.J’ai l’impression qu’Agriculture etEnvironnement s’attaque au « lobby vert ».Comment vous est venu ce choix éditorial ?A travers un travail que j’ai fait par ailleurs, j’ai uneconnaissance approfondie de l’écologie politique. Jen’aime pas le terme lobby qui a une très mauvaiseconnotation alors qu’en réalité, je considère quel’existence des lobbies n’est rien d’autre qu’une preuvedu fonctionnement normal d’une démocratie.Un lobby, c’est l’expression de groupes qui veulentinfluencer en faveur de leur propre vision des choses.Les écologistes ont leur propre vision du monde etopèrent comme un lobby ; l’industrie aussi a sa proprevision des choses et opère aussi à la manière d’unlobby.Pour moi, le « lobby vert », cela n’a que peu designification alors que le terme « écologie politique »présente l’idée même que l’on utilise l’écologie à desfins politiques. On vous dit, en gros, qu’on est pour ladéfense de l’ours dans les Pyrénées, ça c’est la façadeécologique. En réalité, le souci des organisations quiveulent mettre un ours dans les Pyrénées, c’est d’ydiminuer la présence de l’homme. Il y a un objectifaffiché et un objectif politique. On le voit de manièregénérale dans beaucoup de choses qui touchent àl’écologie.Je suis ça depuis très longtemps et, depuis une dizained’année (ça a commencé avec la vache folle), lemouvement écologiste politique est en perte de vitesseen ce qui concerne les sujets à la mode à l’époque : lenucléaire, la couche d’ozone, le plastique, etc. Nepouvant plus trop fonctionner autour de ces sujets, il apris comme cibles la santé et l’alimentation.A partir de là, l’agriculture est devenue une des ciblesprivilégiée de l’écologie. Il est assez naturel quel’écologie politique soit incompatible avec l’agricultureet l’industrie. Le problème, c’est que la plupart desdirigeants agricoles ont pris cela à la légère.Jusqu’au Grenelle de l’Environnement, pas mal demonde dans le milieu agricole pensait que les écolo.n’étaient pas importants, qu’ils n’avaient pasd’influence, qu’ils étaient des marginaux. C’est vraiqu’ils sont marginaux mais ça ne veut pas dire qu’ilsn’ont pas d’influence.Donc, l’agriculture se faisait fortement attaquer sur lesquestions des nitrates ou de l’irrigation, etc. De la partdes revues agricoles, il y avait une telle naïveté que leterrain était libre. Cela correspondait à une volonté desinstances européennes de modifier les pratiquesagricoles et de se servir de l’écologie comme moyend’orienter l’agriculture. C’est la raison pour laquelle il ya de très forts financements de la part de la politiqueeuropéenne au mouvement écologique.D’ailleurs, sur cette question d’ours dans les Pyrénées,un rapport parlementaire a montré que le ministère del’Environnement fonctionnait en symbiose avec lesassociations écologistes. Les uns se servent des autres.Les écolo. se servent du pouvoir politique, le pouvoirpolitique se sert des écolo. pour faire passer un certainnombre d’orientations politiques.Cela a coïncidé avec l’idée que l’agriculture, ce n’est pastrès important, ce n’est que 2% de la population active,on a suffisamment de nourriture, ce n’est pas vraimentun point stratégique à défendre et toute la générationdes politiques qui ont réalisé que la souverainetéalimentaire, il fallait quand même s’en occuper, estentrée au pouvoir. Le domaine des OGM et despesticides, ce sont deux domaines dans lesquels lesécologistes se sont engouffrés. Cela aurait pu ne pasl’être. Si les OGM avaient été présentés différemment,les premiers à l’adopter auraient dû être lesagriculteurs bio !Quelque part, le cahier des charges de l’agriculture bioqui vous empêche d’utiliser un certain nombre deproduits phyto, de pesticides, justement les OGMpermettent de ne pas utiliser de produits phyto.Les écolo. intelligents, ceux qui font de l’agriculture bioet qui sont intelligents, devraient au contraire favoriserl’avènement de plantes génétiquement modifiées quipermettent d’utiliser moins de produits phyto, qui sontplus résistantes à la sécheresse, etc.Cela aurait pu être une arme des écolo. contre d’autresmais cela n’a pas été le cas. Moi, pour des raisonsfamiliales, parce que j’ai de la famille du côté de monépouse, qui est dans l’agriculture et produit du maïs,qui se sentait abandonnée et que personne n’était làpour faire un décryptage de ce qui se passait, j’ai lancéma lettre, il y a cinq ans. C’est venu de mon expériencede l’écologie politique, du fait que l’écologie politiques’est investie dans l’agriculture et que, face à cela,ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


127 Le conflit OGM en Francepersonne n’avait une compréhension réelle del’écologie politique et personne ne voyait venir lescoups.Quelles sont les grandes étapes du conflitOGM ?Pour moi, l’affaire gaucho est probablement en Francela grande victoire du mouvement écologique. Voussavez, l’idée que le gaucho est responsable de lamortalité des abeilles.Le gaucho, c’est l’équivalent de ce qui s’est passé avecle DTT et la publication du livre de Rachel Carlson,Silent Spring. Publié dans les années 1960, le livreaffirmait que le DDT était toxique pour certainsoiseaux, donc il n’y aurait plus d’oiseaux. Lemouvement engendré par la publication de ce livre aabouti à l’interdiction du DTT, en 1973 ou 1974. EnFrance, l’événement marqueur, c’est l’interdiction dugaucho parce que cela a ancré dans l’esprit des gensque les pesticides sont dangereux, capables de démolirles abeilles.Il y a eu une prise de conscience sur la dangerosité despesticides qui sont devenus une phobie. Mais il fauttout relativiser par rapport à la réalité. Il n’y aquasiment pas de morts par pesticide mais,aujourd’hui, les consommateurs cherchent lespesticides dans les légumes, se tournent vers l’alimentbio.Pour moi, tout cela est dû à l’affaire gaucho-régent. Jedis gaucho-régent parce que le régent est le deuxièmeproduit qui a été interdit. C’est quand même lapremière fois qu’il y a eu une instruction judiciaire àcet effet avec deux présidents de sociétés chimiquesmis en examen.La réaction politique a été complètementdisproportionnée et a entraîné l’utilisation du principede précaution.Lisez mon livre, vous verrez ! L’affaire gaucho-régent,c’est la consécration de l’idée que les écolo. ont raison,que les pesticides sont dangereux. Sans l’affairegaucho, cela aurait peut être été moins important. Ladeuxième étape, ce sont les OGM.Et, justement, comment cela s’est-il cristalliséautour des OGM ?Le débat sur les OGM va au-delà même de laproblématique agricole. Ce dont on parle, c’est de lamain mise des écologistes sur toute l’agriculture. LesOGM sont arrivés plus tard. Avant, il y a eu laproblématique des nitrates. Pour moi, tout cela prendson point de départ en France, avec l’affaire gauchorégent.Quand Nicolas Sarkozy a fait son discours le 25 octobre2007 lors de la fiesta du Grenelle de l’Environnement,à laquelle tout le gratin politique français était présent,Al Gore y était ainsi que les principaux mouvementsécologistes. C’est quand même extraordinaire, quandon réfléchit 30 secondes, on se demande vraiment quiutilise qui.Si on reprend les termes exacts de Nicolas Sarkozy, ildit : « On a des doutes sur les OGM pesticides ». Voilà,il utilise OGM pesticides et pas OGM ! Les mots ontune valeur. Ce n’est pas par hasard qu’il utilise le mot« pesticides ». Il est ainsi sûr de donner uneconnotation négative.Quelque part, la question des pesticides a créé l’idéereçue selon laquelle les OGM sont dangereux. Je penseque sans l’affaire gaucho-régent, les OGM auraient euune autre dimension. Pourquoi OGM pesticides ?Effectivement, il y a le Monsanto 810 qui est un maïsdans lequel on a introduit, par manipulation génétique,une protéine sous la forme de cristal dégageant unesubstance toxique uniquement pour un certain nombrede larves. Comme l’acidité dans les intestins desmammifères et des papillons est différente, elle n’estpas toxique pour eux. Ce BT provient d’une bactériequi est utilisée comme pesticide par l’agriculture bio.C’est l’un des principaux pesticides bio. S’il est utilisépar les bio, c’est bien que les bio considèrent qu’il n’y aaucun danger ! C’est celui-là qui a été introduit ! Onaurait introduit une autre molécule d’un pesticide, celaaurait aussi été sans danger sinon, il n’aurait jamais étéautorisé.Pourquoi Sarkozy n’a pas appelé cela un OGMpesticide bio ou un OGM bio puisqu’en réalité, on aintroduit un pesticide utilisé en agriculture bio. Le motest clair. En plus, le Monsanto 810 est un OGMpesticide mais il y a des OGM qui sont résistants auxpesticides. L’INRA, ou des firmes comme Limagraintravaillent sur des OGM résistants à la salinité, d’autresplus tolérants à la sécheresse. Ces OGM-là ne sont paspesticides.C’est pour cela que je crois qu’il fallait qu’il y ait uncontexte qui, pour moi, tournait autour des idéescomme « la chimie, c’est mauvais », « les pesticidessont dangereux », « développer l’intervention del’homme sur la nature, c’est n’importe quoi »,« l’homme n’est pas un apprenti sorcier ». Pourpreuve, l’amiante, le nucléaire, les farines animales, lavache folle, et hop, les OGM.L’idée que l’intervention de l’homme sur la nature doitêtre précautionneuse et qu’il faut de préférence l’éviter,donc évitons les OGM.Qu’ il n’y ait par ailleurs plus un seul fruit ou légumeque nous consommons aujourd’hui qui ne soit le fruitde mutations génétiques produites par l’homme, estcomplètement oublié. Le maïs et le blé que nousconsommons n’a plus rien à voir avec ce que cescéréales étaient initialement. Alors on dit que ce sontESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


128 Le conflit OGM en Francedes mutations naturelles tandis qu’insérer un gènedans un ADN n’est pas naturel…Si je comprends bien, les OGM sont lecatalyseur d’un projet politique basé sur unevision de la société partagée par des écologistesou des associations ?Les OGM cristallisent, comme l’a fait le nucléaire dansles années 1970, des projets politiques et des visions dumonde différentes.En se focalisant là-dessus, on oriente la société vers leprojet de société que les mouvements écologistes, lesmilitants et les associations souhaitent amener.Effectivement, ce n’est pas un débat scientifique, ni surla sécurité alimentaire, ni sur l’agronomie en tant quetelle, c’est un débat sur le type d’agriculture que noussouhaitons pour quel type de société demain.Là, l’intelligence économique devient intéressante surle sujet. Par exemple, vous avez bien vu ces dernierstemps qu’on a parlé beaucoup d’agriculture et quel’agriculture est une arme stratégique. Prenons parexemple l’Egypte qui reçoit tous les ans près de 3milliards de dollars d’aide des Etats-Unis. L’Egypte adépensé cette année, pour acheter du blé, l’équivalentde toute l’aide américaine. Donc, qui pourra donner dublé à l’Egypte et à quel prix, aura, bien entendu, uneinfluence sur le pays. Lorsque vous avez de l’influencesur l’Egypte, vous l’avez sur les frères musulmansparce que le noyau dur intellectuel des frèresmusulmans se trouve en Egypte et ceux qui lescontrôlent ont leurs mots à dire sur le contrôle duMoyen-Orient. Donc, le blé, les frères musulmans, lepétrole, tout cela est lié, quelque part.L’agriculture est une arme politique et les Américainsl’ont toujours considérée comme telle. L’Amérique n’apas nécessairement intérêt à ce que l’Europe soit unegrande puissance agricole dominante, qui puisse luifaire de l’ombre. Je ne dis pas par là que l’Amérique vas’opposer aux OGM en Europe mais les intérêtsstratégiques américains ne coïncident pasnécessairement avec les intérêts stratégiqueseuropéens en ce qui concerne l’agriculture.On l’a bien vu dans les discussions de l’OMC, quiconcernent la libération de tout le commerceinternational. Tout cela aurait capoté cette année surun petit point de détail agricole, sur le simple fait quel’Inde a refusé de déclencher des barrières tarifaires à40%, souhaitant qu’elles soient à 10% del’augmentation du prix des céréales. C’est vous dire sil’agriculture est fondamentale ! Et le président qui faitaujourd’hui le tour du monde pour relancer le cycle denégociations à l’OMC est Lula, le Président du Brésil, leprincipal exportateur agricole.L’agriculture est totalement stratégique. C’est pour celaqu’il y a des intérêts qui sont très différents et desvisions du monde très différentes. Certains dirigeantspolitiques, qui ne sont pas des écologistes ou desfarfelus d’extrême gauche, estiment que la vocation del’Europe n’est pas d’être une exportatrice agricole maisqu’elle doit développer sa spécificité agricole en faisantdes produits de qualité, uniquement à l’intérieur del’Europe, et dans ce cadre-là, les OGM n’ont aucunintérêt pour l’instant.Donc, il y a des alliances qui se créent entre despersonnes qui, pour X ou Y raison, ne sont pasintéressées par le développement des OGM parce qu’ilss’inscrivent au départ, même si cela a beaucoupchangé, dans une agriculture de production plus quede qualité.Justement, l’association des « Régionseuropéennes sans OGM » est proche dumouvement Slow Food qui a pris beaucoupd’ampleur et qui est un mouvement quisoutient les producteurs-artisans, encourage ledéveloppement d’une agriculture moinsintensive et nocive…Pour moi, il a de nouveau là une fraude. Leur discoursest « Pas la peine de cultiver des OGM puisqu’on vaproduire des produits de qualité ». Mais pourquoi unOGM ne peut pas être un produit de qualité ? Il y adéjà un choix.Nous sommes aujourd’hui dans un monde libéral danslequel il y a des gros mots. L’un d’entre eux est« protectionnisme », notamment à cause de l’OMC cartout le monde veut pouvoir exporter. On a remplacé lestarifs douaniers par des tarifs sanitaires qui permettentà la fois d’avoir un discours positif sur le librecommerce et le libre échange, tout en refusant certainsproduits pour des raisons sanitaires. Par exemple, laviande américaine, puisqu’elle est aux hormones et quela législation européenne ne permet pas laconsommation de viande à hormone.Aujourd’hui, on établit des sélections alimentairesbasées sur des critères sanitaires pour préserver desintérêts économiques.Les OGM ont ainsi été présentés comme des dangerssanitaires car c’était le seul motif qui permettait leurinterdiction en Europe ou du moins la mise en placed’un moratoire, pour gagner du temps.En réalité, le discours « Les OGM peuvent êtredangereux pour la santé » est prononcé par despersonnes qui souhaitent préserver leur modèleéconomique.Vous ne le savez peut-être pas mais, depuis dix ans, il ya une procédure juridique des Etats-Unis à l’encontrede l’Europe car l’Amérique n’accepte toujours pas quela viande à hormone y soit interdite parce qu’il n’y aaucune raison scientifique qui le permette. C’est uncontentieux juridique, à l’heure actuelle.Pensez-vous donc que certains groupusculesaméricains financent des associations et ainsiESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


129 Le conflit OGM en Franceinfluencent les mouvements écologisteseuropéens ?Le fait qu’il y ait des organisations écologiquesaméricaines qui financent des mouvements écologistesfrançais, ce n’est pas une hypothèse, c’est un fait avéré.Les écologistes vous diront que c’est tout à fait normalcar les écologistes sont anti-OGM aux USA. C’est vraimais il faut voir pourquoi ils le font. En réalité, c’estplus compliqué que ça.On ne peut pas réduire l’image au fait que José Bovéest un agent qui fonctionne en faveur des Etats-Unis.Sur mon site, j’ai fait une interview fictive avec leprésident de Monsanto, dans laquelle je lui fais direqu’il ne finance pas José Bové parce qu’il n’en a pasbesoin !José Bové fait déjà un excellent travail pour lui.Effectivement, si je suis président de Monsanto, lasituation européenne ne peut que me réjouir et jecontinuerai à faire ce que Monsanto fait en France etque certains appellent des provocations (ça fait de lapublicité, la valeur de l’action est en augmentation, lechiffre d’affaires augmente)…Evidemment, on ne peut pas dire que Monsantofinance des mouvements écologistes européens. Mais,un jour, j’ai parlé à un sénateur français UMP et je luiai demandé si José Bové, perçu comme un type degauche, voire d’extrême gauche, n’a pas au fondtoujours fait le jeu de Jacques Chirac. Il a démanteléun McDonald’s à l’époque où Jacques Chirac affirmaitque la France n’était pas les Etats-Unis, qu’elle n’étaitpas pour le système européen. Il est contre l’OMC etvous avez bien vu que les Français sont contre l’OMC.Il se bat contre les OGM et vous avez bien vu que legouvernement Sarkozy a interdit les OGM. Finalement,il n’est pas si subversif que ça.C’est vrai mais il est difficile de savoir ce quiprovoque quoi…Ecoutez, pensez-vous vraiment que c’est à cause desquelques fauchages que Sarkozy a interdit le Monsanto810 ? Est-ce que vous pensez vraiment quel’interdiction du Monsanto 810 au Grenelle del’Environnement était un grand sacrifice pour NicolasSarkozy ?Bien sûr que non. Il a tout gagné, de son point de vue, àcourt terme. Il a pu faire passer le nucléaire sans granddébat alors que tous les anti-OGM sont contre lenucléaire. Tous les mouvements écologistes ontapplaudi son merveilleux discours le 25 octobre àl’Elysée, dans lequel il n’y avait pas un mot sur lenucléaire.Sarkozy a interdit pendant un an, un an et demi, unOGM qui est celui d’une firme américaine qui sert àpeine à 2003 agriculteurs de maïs et qui, de toutemanière, ont un tiers de revenus supplémentairesgrâce à la hausse des cours de céréales.En le faisant, il montre qu’il a du caractère, qu’il est àl’écoute et qu’il pense à l’environnement… Finalement,il a tout gagné. Il va rester comme un politique qui,contrairement à Jospin ou Chirac, aura vraiment agidans le domaine de l’environnement. En l’occurrence,José Bové n’a même pas besoin d’être soutenu par lesAméricains, il suffit qu’il soit soutenu par Paris.Selon vous, qui a l’avantage, à l’heure actuelle,dans ce conflit ? Visiblement, il y a des bataillesau niveau européen. Les Français n’ont pasd’OGM dans leurs assiettes, les Françaisachètent de plus en plus bio… Il semblerait, àpremière vue, que l’avantage est aux « anti-OGM »Mais par rapport à qui ? Et vis-à-vis de quoi ? L’Europeest hostile aux OGM depuis longtemps. On vient àpeine de sortir du moratoire. En revanche, elle est pluspro OGM aujourd’hui qu’il y a trois ans puisque lemoratoire a été levé. Suspendu au moment même où laFrance a interdit le gaucho et le régent… Pour moi, cen’est pas par hasard.Donc, en fait, aujourd’hui, à l’échelle politique, il y a deplus on plus de dirigeants qui sont conscients qu’on nepourra pas faire sans les OGM.L’idée même d’une Europe sans OGM est, d’après moi,morte. D’où l’idée de ces « Régions européennes sansOGM» qui montrent bien que l’Europe sera avec OGM, doncon va essayer d’avoir des régions qui resteront desendroits protégés et qui permettront d’avoir unemarque « Je ne suis pas OGM ».Deuxième chose, vous dites qu’il n’y a pas d’OGM dansnos assiettes, rien n’est moins faux ! Il n’y a jamais euaussi peu d’OGM dans les champs mais il n’y en ajamais eus autant dans les assiettes. Il y en a de plus enplus via l’alimentation animale. Et, là-dessus, lesécologistes sont morts. Ça va être d’autant plus fort ence qui concerne le soja et le maïs. On va de moins enmoins trouver de soja et de maïs non GM, cela vacoûter de plus en plus cher. Donc il y en aura de plusen plus !Ensuite, c’est faux de dire qu’il y a de plus en plus degens qui se précipitent pour acheter du bio. C’est vraique le pourcentage augmente. Mais l’agriculture bio enFrance, c’est 2% depuis 5 ans et cela ne monte pas.C’est vrai qu’il y a des domaines dans lesquels ont a descourbes de 30% supplémentaires mais 30% de surfacesur 1000 hectares, ce n’est rien !!! Il y a moins de maïsbio en France qu’il n’y avait l’année dernière de maïsGM. C’est marginal, l’agriculture bio, et cela va ledevenir encore plus parce qu’avec le pouvoir d’achatqui devient la préoccupation principale des Français,les gens vont acheter là où c’est moins cher. Ce qui neveut pas dire qu’ils ne vont pas se précipiter àl’occasion pour acheter de la nourriture de qualité oudu bio. C’est vrai qu’il y a un marché bio qui est unESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


130 Le conflit OGM en Francemarché de plaisir pour les gens qui ont les moyensmais la grande majorité achètent les premiers prix. Ça,c’est la réalité mais ce n’est peut-être pas celle qui esttransmise par les médias.Regardez le prince Charles (d’Angleterre) qui a reçuune Austin Martin à 21 ans et qui roule 500 km par andedans. Il vient d’en changer le moteur pour qu’ellepuisse rouler à l’éthanol E100 produit avec les surplusde vin blanc britannique. Il est le porte-parole des anti-OGM qui, d’ailleurs, se félicitent de ses déclarations etde son action, alors que c’est un millionnaire qui gagnele plus en plus d’argent chaque année grâce à sesproduits bio.Je vais vous révéler une chose : il l’a fait parce que celalui a permis d’avoir des déductions fiscales. Mais quipeut se permettre de prendre son moteur et de letransformer comme ça ? Qui regarde aujourd’hui laqualité du pétrole qu’il met dans sa voiture ?Pour vous, si je comprends bien, le débat OGMest fini.C’est terminé. C’est une bataille passée. La seulequestion qui reste est pendant combien d’années, nous,Français, allons continuer à perdre.A ne pas développer les savoir-faire, à faire en sortequ’il y ait de moins en moins d’étudiants qui s’yintéressent parce que c’est synonyme de pacte avec lediable. Quel étudiant va aujourd’hui oser lever la mainpour dire qu’il veut être chercheur dans les OGM alorsque s’il dit qu’il veut être chercheur pour trouver dessolutions bio aux pesticides, il sera adulé ! Le tout estde savoir pendant combien de temps ça va durer.Et pourquoi, d’après vous, la société ne peutellepas se passer d’OGM ?Imaginez un mouvement où on vous dit que letéléphone portable, c’est dangereux parce qu’on neconnaît pas les effets des ondes électromagnétiques surle cerveau. Il n’y a aucune étude scientifique quigarantisse aujourd’hui qu’il y ait un risque. Imaginezque, sur cette base-là, le mouvement demande unmoratoire sur les téléphones portables. Pensez-vousqu’un mouvement comme ça pourrait arrêter lamondialisation des portables ?C’est la même chose avec les OGM. La seule différence,c’est que pour les portables, tout le monde voit tout desuite la différence, tout le monde en possède un et jugebien que les avantages sont de loin supérieurs auxrisques. Tout le discours apocalyptique ne marcherapas parce que les Français y voient un intérêtimmédiat.Pour les OGM, personne ne voit l’intérêt immédiat.Cela vous dépasse. Mais ce n’est pas parce que celavous dépasse, vous, que cela dépasse l’agriculture.Aujourd’hui, dans ce monde, sauf si on arrête peut-êtrel’industrialisation du monde et que l’on revient,comme le veut Yves Cochet, à deux milliardsd’habitants parce qu’on ne pourra pas être plus, alorsnon, on n’a pas besoin des OGM.Mais si, au contraire, vous pensez quel’industrialisation va continuer, que les besoins vontaugmenter, tous les moyens technologiques qui vontpermettre de subvenir à ces moyens sont simplementimpossibles à arrêter !Pendant un certain temps, on peut prendre du retard.Le Danemark, par exemple, est un pays qui n’a jamaiseu de centrale nucléaire. Mais l’hypocrisie, c’est que lamoitié de son courant vient d’une centrale nucléaire à30 km de Copenhague, en-dehors de ses frontières.Oui, l’Autriche pourrait ne jamais avoir d’OGM maiselle n’est pas une grande puissance agricole !Si la France décide de mettre une croix sur sonagriculture, on n’aura pas besoin des outils quipermettent d’avoir une agriculture moderne et doncdes OGM. Mais, à ce moment-là, on fait l’impasse surtout ce qui tourne autour de l’agriculture française.Pensez-vous que ce soit la même ignorance quia permis au discours écologiste d’êtrepopulaire et d’avoir du succès ?C’est un mélange d’ignorance et de nouveauté. Quandon discute avec des opposants aux OGM, ils savent trèsbien ce qu’ils veulent, c’est une autre société. Et c’estpour cela que le débat est politique, c’est pour ça qu’onrevient à l’écologie politique.Ces gens sont des marginaux. Lorsqu’ils se présententaux élections avec leurs propositions, ils ne font mêmepas 2% des voix et, comme leur projet politique n’estpas populaire, ils mettent en avant d’autres faits pourdevenir populaires : les OGM, les pesticides. C’est unemanière pour eux d’exister puisque leur discourspolitique est minoritaire.Mais là, je ne porte pas de jugement sur le discours,c’est un fait. Quand vous demandez aux Français cequ’ils veulent, c’est une télévision, une voiture, desnouveautés technologiques comme les écrans plats oule GPS. Attention, je ne porte pas de jugement, ce queje dis, c’est que, dans la réalité, les gens veulent de latechnologie, des nouveaux gadgets, ils veulentconsommer… Ils ne veulent pas le mode de vie queveut l’écologie politique. Et les écologistes le sachant,ce n’est pas cela qu’ils mettent en avant.Pour moi, José Bové est le militant anti-OGM parexcellence mais lisez son projet politique. Personnenen veut ! Yves Cochet explique que nous faisonspartie des ultra-riches et qu’il faudra admettre quevotre rayon de distance pendant toute votre vie ne doitpas être supérieur à 100 km ! Mais qui veut ça ? Vouspensez que c’est un projet politique ?ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


131 Le conflit OGM en FranceLes OGM sont parfaits parce que ce sont le verroutechnologique de l’agriculture et parce que l’agricultureest la maîtrise de l’évolution des plantes. Pour lesFrançais, la semence est une chose qu’on met dans laterre et personne ne sait qu’en réalité, c’est un paquettechnologique.Il y a des gens qui investissent des millions pourpouvoir avoir de bonnes semences, qui produisent dublé qui a 12% de protéines, et pas 14 ou 11 parce que,pour faire de la bonne farine, il faut 12%, qu’il y a unecertaine teneur à la sécheresse. Pour faire ce paquettechnologique qu’est une semence, il faut desinstruments. Soit on le fait comme on le faisait il y a 50ans, par croisement. Ou bien on peut utiliser le géniebiomoléculaire et avoir une semence en 6 mois.Ça fait 40 ans qu’on essaye d’obtenir des pommes deterre résistantes au mildiou par méthode traditionnellesans succès. Du coup, les pommes de terre, dont laperte a quand même engendré la famine en Irlande,subissent aujourd’hui entre 25 et 30 traitementschimiques pour les protéger du mildiou. Sachant qu’ilexiste une pomme de terre non comestible résistanteau mildiou, depuis 40 ans, on tente d’y arriver parcroisement. BASF a réussi à faire des pommes de terrerésistantes au mildiou par manipulation génétique etintégration de protéinase particulières ®. On va s’enpriver ?C’est un type d’OGM dont les mouvementsécologistes et les anti-OGM ne parlent jamais…Parce que, d’après eux, toute intervention de l’hommesur la nature est négative, à risque. Ça ne m’étonnepas. Cette pomme de terre a été proposée à l’essai enFrance et a été rejetée. Du coup, elle a été testée enSuède.Ces technologies, on va tenter de s’en passer pendantcombien de temps ? La première génération d’OGMqui a été mise sur le marché est à intérêt agronomique.Ce qu’ils proposent, c’est un choix de typed’agriculture. Tous les mouvements écologistesprennent pour exemple le Danemark qui, pour réduirel’usage des pesticides, a mis en place depuis 20 ans unplan qui réduit de 50% les produits phyto. Eh bien,bizarrement, il y a une explosion de l’utilisation duRound-Up au Danemark.Savez-vous pourquoi le Round-Up est utilisé ? C’estparce que c’est un herbicide total. Monsanto adéveloppé un produit miracle : un désherbant totalbiodégradable et très peu toxique par rapport auxautres désherbants. L’agriculteur met du Round-Uppour ne pas labourer.Dès sa mise sur le marché, Monsanto a décidé delancer un OGM résistant pour que l’agriculteur ait lepack complet : le phyto et la semence. C’est vrai que lafirme a gagné beaucoup d’argent là-dessus. Mais est-cevraiment plus mal ? N’est-ce pas normal de la partd’une société capitaliste dont le but est de générer desbénéfices ? Evidemment qu’ils ont d’abord investi làdedans.Et alors ? Développons-en d’autres ! Bienentendu que Monsanto a une longueur d’avance. Maispourquoi ? Parce que les anti-OGM ont saboté tous lesessais en France.Savez-vous que, pour trois essais que Monsanto fait enFrance, ils en font mille aux Etats-Unis ? Si on penseque le problème n’est pas les OGM mais le contrôle deMonsanto sur les OGM, très bien, mais lançons unprojet OGM européen. Que l’on investisse plus dansl’INRA pour créer un concurrent.Mais n’est-ce pas déjà le cas ? N’y a-t-il aucuneinstitution publique en France qui fasse de larecherche sur des applications OGM pourl’agriculture ?Si, quelques-unes. Valérie Pécresse avait proposé demettre 45 millions d’euro. sur la table pour des projetsOGM à l’INRA. On parlait de peupliers. Ça n’a rien àvoir avec l’alimentaire. Ce n’est pas un concurrent deMonsanto.On a laissé à Monsanto une longueur d’avance et jecrois d’ailleurs que c’est l’une des principales raisonsde la frilosité de l’Europe vis-à-vis des OGM : ce n’estplus une technologie européenne même si elle a été, audépart, développée par des Européens. Les premièresrecherches ont eu lieu en Europe et Monsanto en aimmédiatement saisi l’intérêt.Il y a maintenant très peu d’acteurs OGM : BASF,Bayer, Syngenta, Pioneer, Dupont de Nemours,Limagrain… Le gouvernement indien, aussi, investiténormément, main dans la main avec Monsanto. LesChinois ont aussi leur projet. Mais ce sont desrecherches qui coûtent très cher.Pour vous, le débat OGM se situe surtoutautour d’enjeux politico-économiques ?Oui. Et si vous faites un décryptage de la presse, vousverrez que ça cristallise des enjeux politiques etéconomiques et pas que de la part d’écolo. L’écologieradicale politique est l’un des éléments. Mais pas leseul.Il y a d’autres éléments, comme les élémentséconomiques, ainsi vous le disiez tout à l’heure, via, parexemple, une région qui va investir de l’argent dans ledéveloppement d’une spécificité non OGM parcequ’elle sait bien qu’elle ne pourra pas dominer lesecteur des OGM.Quelles ont été, à vos yeux, les meilleuresattaques informationnelles depuis le début dece conflit ? Et les mécanismes qui lesrégissent ?ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


132 Le conflit OGM en FranceÇa sort un peu de mon domaine. Moi, j’ai décrypté, enregardant les reportages, les émissions, en lisant lapresse, la façon dont les arguments sont utilisés les unspar rapport aux autres. Mais je n’ai pas de réseausuffisant pour pouvoir voir les mécanismes derrière.On arrive à analyser.Je ne veux pas aller dans la théorie du complot. Maisregardez le livre de Marie-Monique Robin. Celam’étonnerait qu’elle n’ait pas bénéficié d’appuis au seindu gouvernement français. Il est quand même sorti àun sacré bon moment. La presse l’a applaudiunanimement alors qu’en réalité, il est bourré demensonges. En creusant un peu, on trouve qu’elle avaitquand même de sacrées casseroles derrière elle.Il n’y a donc aucune raison qu’elle soit encenséecomme elle l’a été ! Moi, ce que je peux dire, c’est qu’ily a des instrumentalisations politiques de l’écologiemais comment ça fonctionne, qui fait quoi…La création de la Haute Autorité est-elle aussiune instrumentalisation politique ?Déjà, la Haute Autorité a été instrumentalisée, sesmembres le disent eux-mêmes. C’est pour cela qu’unequinzaine d’entre eux ont envoyé une lettre pour direqu’ils n’ont jamais émis de doute. D’ailleurs, vousverrez sur mon site mon interview du sénateur LeGrand. Il y dit qu’il a été voir Nathalie Kosciusko-Morizet et qu’elle lui a explicitement demandéd’utiliser le mot « doute ». Pourquoi ? Parce que le mot« doute » renvoyait au discours de Sarkozy et quec’était la condition nécessaire pour pouvoir déclencherla clause de sauvegarde.C’est une instrumentalisation politique. Regardez lerapport de la Haute Autorité, vous verrez, il n’y a rien.Il est tellement vide que la France, qui doit rendrecompte devant les autorités européennes de sa clausede sauvegarde, ne va même pas aux rendez-vous !La France joue à la politique de la chaise vide pendantque Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizetdénoncent la manière dont les OGM sont autorisés enEurope. C’est parce que le dossier n’a rien,scientifiquement parlant !Avez-vous personnellement été victimed’attaques informationnelles ? Parce que, si oncherche votre nom, on trouve un article duCanard Enchaîné dénonçant votrefinancement.En fait, ils me mélangeaient avec un autre site quis’appelle Alerte et Environnement et ils ont fait unamalgame de ces deux sites. Puisque j’avais fait del’intelligence économique, j’étais nécessairementfinancé par les semenciers.Mais indépendamment de cet article, si vous demandezà mes opposants de l’écologie politique, ils vont vousdire que, par définition, je ne peux être que financé pardes groupes industriels. Ils sont tous dans la logique ducomplot. Regardez et lisez ce qu’ils disent. Ils parlentd’un grand complot dans lequel on cache des études,on manipule les gens, les études ne sont pas sérieuses,les hommes politiques pro-OGM sont à la solde deslobbies…Personnellement, je n’ai jamais dit que j’étais pro-OGM ! Simplement, je dénonce les manipulationsfaites par les anti-OGM. Et le fait que j’ai fait un livrepour dire que la mortalité des abeilles n’était peut-êtrepas uniquement due au gaucho et au régent mais étaitprobablement due à une cause multisectorielle, çasuffit pour qu’ils me cataloguent comme étant leproduit d’un financement de multinationale. Je leur aitoujours répondu que je ne pouvais pas montrer desfactures que je n’ai pas ! Comment voulez-vous que jeleur montre les preuves d’un non-financement ?Si vous prenez des associations comme Info’GM ouFrançois Villerette, du MDRGF. Le budget du MGDRF,c’est 50000 euro., c’est très peu. Effectivement, ilreçoit un peu d’argent de fondations. Mais ce n’est paspour cela qu’il est le catalyseur de ces gens-là. Il estvraiment, à titre individuel, convaincu. Mais c’estsurtout par les écrits que l’influence s’opère plutôt quepar le financement. Ce n’est pas uniquement unequestion d’argent.Il est clair que ma vision de l’industrie et de l’économien’est pas une vision que partagent les adeptes del’écologie politique. Je ne crois pas que les grossesfirmes soient des « Satan » qu’il faut mettre devant destribunaux pour crimes commis contre l’humanité. Pourmoi, ce qu’on peut leur reprocher aujourd’hui plusqu’avant, c’est leur volonté de faire du profit. Mais iln’y a aucune loi qui dit que c’est un crime.Je ne crois pas qu’une seule firme puisse, aujourd’hui,mettre sur le marché un produit toxique pendant trèslongtemps. Une entreprise qui marche depuis 50 ans,si elle lançait un produit toxique maintenant, elle seraitmorte. Je ne crois pas cette idée que les grosses firmespuissent représenter un danger pour le public. Il nefaut pas oublier que les plus grands crimes commiscontre l’humanité dans l’histoire ont été commis pardes Etats, pas par des entreprises privées.Avez-vous un exemple d’attaqueinformationnelle orchestrée par les anti-OGM?En 2002, les OGM ont été accusés d’être la cause de ladisparition du papillon Monarque. Un scientifiqueaméricain a fait une expérience avec du pollen de maïset a eu des problèmes en laboratoire. Dès que l’étudeest sortie dans la presse américaine, cela a suscité uneénorme réaction. C’est ce qui a provoqué le moratoireOGM en Europe. Ce n’est pas rien. Une dizaineESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


133 Le conflit OGM en Franced’études ont été réalisées pour comprendre ce qui sepassait. Quatre ans plus tard, il s’est avéré que c’étaitune fausse alerte.Arnaud Apoteker, dans la retranscription des auditionsdu rapport parlementaire L’utilisation des OGM dansl’agriculture et dans l’alimentation réalisée par Jean-Yves Le Déaut en 1998, a évoqué les problèmes debiodiversité, les OGM détruisant les insectes eninvoquant le papillon Monarque. En face de lui, LeDéaut, qui connaissait très bien l’histoire, lui rappellequ’il y a eu, à la suite de l’étude américaine, d’autresétudes qui ont démontré que ce n’était pas le cas. Et là,paf, Apoteker passe à autre chose. Il a suivi l’affaire, ilsait qu’il n’y a rien dans le dossier mais il avance quandmême cet argument. Et ainsi de suite, il passed’argument en argument.Quand je me suis rendu compte de ça, j’ai commencé àme renseigner. La même chose s’est produite avecl’étude de Gilles-Eric Séralini sur le Monsanto 863.Gilles-Eric Séralini prétend qu’il y a des problèmes defoie chez les rats alimentés avec du Monsanto 863 etque ces anomalies sont suffisantes pour qu’on ait desdoutes. Or, il s’avère que l’affaire du foie de ces rats aété mise en évidence par Gérard Pascal, toxicologuefaisant partie de la CBG, tout comme Séralini.Lorsque le dossier du Monsanto 863 est arrivé enFrance pour être examiné, c’est Gérard Pascal qui ademandé des explications. Gérard Pascal a fait deuxans de travaux au bout desquels il s’est rendu comptequ’il n’y avait pas de problème et a donné son avispositif pour le Monsanto 863. C’est le toxicologue qui amis en évidence le problème, qui a réalisé les travaux,qui à la fin considère qu’il n’y a pas de problème. Etc’est après que Gilles-Eric Séralini intervient, alorsqu’il n’est pas toxicologue et qu’il ne connaît pas dedossier.Alors, quand j’entends des gens qui me disent « Jecrois en Séralini et pas en Pascal, parce que Séralini estcontre », je leur propose de téléphoner à GérardPascal. J’ai demandé à Didier Grosjean, le député UMPqui a voté contre la loi, ses références. Il m’a réponduCorinne Lepage et Gilles-Eric Séralini. Je lui ai donnéle numéro de téléphone de Gérard Pascal pour qu’ilpuisse avoir un avis des deux afin de se faire uneopinion. Eh bien, il n’a jamais appelé.Je ne peux en déduire qu’une chose. Didier Grosjeanne veut pas savoir si c’est dangereux ou pas. Il a sonidée, elle est confortée par Séralini, cela lui suffit.Comment j’en ai été convaincu ? En posant desquestions aux gens qui étaient pro-OGM et aux gensqui étaient anti-OGM. Et je me suis rendu compte queles pro-OGM ne mentaient pas, indépendamment deleur discours idéologique.Le dirigeant de Monsanto est ultra-libéral, moi je nesuis pas ultra-libéral et pourtant, au delà du débatidéologique, je sais que, sur les OGM, il ne m’a jamaismenti. Alors qu’Arnaud Apoteker, de Greenpeace,ment. Pas par omission, pas parce qu’il ne sait pas. Il lefait délibérément.Et un exemple de pression ou d’action ?Je peux vous donner un exemple souvent contesté parles anti-OGM. Pourtant, il est difficile à contester. Unmaïs attaqué par une pyrale pourrit dès que la tige estattaquée et produit des mycotoxines. C’est la raisonpour laquelle on a le droit à un taux de mycotoxinestrès faible. Un OGM BT, protégé, ne peut pas êtreattaqué par une pyrale et a une teneur en mycotoxinesinférieure à celle d’un maïs non GM.Dans le rapport de la Haute Autorité, celui qui est à labase de l’interdiction de ce maïs GM en France, il estclairement indiqué qu’un maïs GM 810 est, d’un pointde vue santé humaine, plus sûr qu’un maïs non GM, dupoint de vue des mycotoxines.Ça s’explique de façon très simple. Un maïs Monsanto810 n’a pas de mycotoxines puisqu’il n’est pas attaqué.Regardez le rapport au chapitre « Santé » ! Bienentendu, cela n’a jamais été repris par la presse. C’estun accord politique, c’est tout. Ils l’ont suspendu parceque cet OGM pourrait éventuellement développer unerésistance pour certains insectes qui n’existent pas enFrance. On a privilégié la survie d’insectes quin’existent pas en France plutôt que la santé humaine.Une fois qu’on voit ça, on comprend très vite que c’estpolitique. Nicolas Sarkozy avait promis une annéeblanche au mouvement écologiste, Jean-Louis Borlooet Nathalie Kosciusko-Morizet avaient besoin d’unargument pour la clause de sauvegarde et ont demandéla rédaction d’un argument qui permette de l’obtenir.Les scientifiques n’ont pas voulu le faire, donc ils ontdemandé la rédaction d’un document dans lequel lemot « doute » n’apparaît pas et, du coup, c’est lepoliticien de la bande qui l’a utilisé. Scientifiquement,à l’EFSA, le document ne tient pas la route ! Cela vousexplique la rébellion des membres de l’autorité qui ontaffirmé qu’on leur a fait dire des choses qu’ils n’avaientpas dites. Il ne faut pas être très futé pour voir que c’esttrès lié à la question politique. On ne peut pas discuterdu problème OGM sans discuter du problème politiquederrière.Et après avoir, vous, réalisé ce travail, quel estvotre point de vue sur la question des OGM ?Je pense que c’est un débat qui est dépassé. Etre enfaveur ou ne pas être en faveur n’a plus d’importance,c’est dépassé.En plus, au départ, j’avais des doutes sur lesméthodologies et maintenant, je suis plutôt rassuréqu’autre chose. Les OGM sont contrôlés comme rienESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


134 Le conflit OGM en Francen’a jamais été contrôlé jusqu’à présent. Si on me metune assiette d’aliments OGM, je le mange sans aucunproblème. Je crois même que, dans quelques années,un produit GM sera une marque de qualité. Ce sont desquestions compliquées, qui demandent du temps.Avant d’écrire mon premier article sur les OGM, j’aiétudié deux ans.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


135 Le conflit OGM en FranceK. Interview de Pascale LOGET, viceprésidentedu Conseil régional de BretagnePascale Loget est vice-présidente du Conseil régionalde Bretagne et conseillère municipale de Rennes.D’après-vous, quand a commencé la situationconflictuelle autour des OGM?Cette histoire-là traîne depuis à peu près 12 ans, depuis1996. Depuis 1996, je suis militante anti-OGM. En1996, j’étais conseillère municipale à Rennes et j’avaisfait adopter par le conseil municipal une résolutionpour éviter que les organismes génétiquementmodifiés n’arrivent dans les cantines scolaires.Selon vous, qui a l’avantage, à l’heure actuelle,dans ce conflit ?Les OGM, c’est une vieille histoire qui me donne unpeu d’optimisme parce que l'avantage est encore ducôté des écolo. et des « précautionneux » (au sens duprincipe de précaution).Au début, il y a douze ans, il était possible de lire despages et des pages de textes dans différentes revues. Depleines pages dans Le Monde, par exemple, payées parMonsanto, mais aussi dans des revues scientifiquespour nous expliquer que les OGM seraient partout,qu'on ne pouvait y échapper. La propagande étaiténorme et jouait sur le scientisme ambiant.Heureusement que des scientifiques se sont levés pourdire tout le mal qu'ils pensaient des OGM disséminés.Le premier, c'est Jean-Marie Pelt puis Gilles-EricSéralini. Même pour les écoles élémentaires, desorganismes de « protection des végétaux » et dessemences diffusaient quelques argumentaires pro-OGM dans les collections « Comment cultiver unjardin à l'école » !Or, effectivement, il y en a beaucoup aux Etats-Unismais, dans notre quotidien d’Européens, il y en aextrêmement peu dans nos assiettes et dans noschamps. En-dehors de l’Espagne qui, seule en Europe,s’est lancée dans l’aventure OGM.Pour moi, c’est la preuve d’une sacrée résistance pardes gens très motivés et disposant de très peu demoyens face à une armada monstrueuse constituée deslobbies pro-OGM à tous les niveaux. Tout n’est pasgagné, il faut continuer à être extrêmement vigilant etne surtout pas lever la garde.Si on compare le conflit OGM et le conflit autour dunucléaire, on constate que le nucléaire est passé enforce, malgré la rébellion des gens (en Bretagne, cela aété dur : Plogoff). Or, le combat anti-OGM dure depuisplus de dix ans et ils ne pénètrent pas tant que ça sur leterritoire malgré des lobbies extrêmement puissants àtous les niveaux. C’est une guerre d’usure.Avec les OGM, à chaque fois, on gagne 6 mois, un an…Pour l’instant, en tout cas en Europe, c’est à l’avantagedes anti-OGM même si on nous accuse maintenant devouloir affamer les Européens avec la cherté des coûtsen matières premières, le soja GM devenantindispensable à notre cheptel européen ! C'est del'ironie…Quels sont les éléments déterminants qui ontpu, selon vous, procurer l’avantage auxopposants aux OGM?En fait, je pense que les gens sont beaucoup moinsidiots que ce qu’on veut nous faire croire. Quelquechose du genre de l’esprit de 1968 a soufflé.Contrairement à ce qu’on nous dit, je pense que lapopulation a beaucoup plus de culture scientifiqueaujourd’hui qu’il y a 20 ou 30 ans et qu’elle est pluscurieuse. Or, plus les gens en savent sur les OGM,moins ils en veulent. D’autant plus que la question desOGM peut être abordée par de nombreuses entrées :démocratie, santé, environnement, syndicats.Ce qui m’a étonnée, en revanche, c’est que mescollègues communistes, plutôt scientistes, trouvaientau départ que les OGM étaient un progrès avec ungrand P et qu’il valait mieux laisser faire les chosesparce que « la Science sauvera l’Homme ».Puis il y a eu l’emprisonnement de José Bové. Le PC acompris qu’on emprisonnait des représentantssyndicaux (Confédération Paysanne). Les OGMremettaient en cause des acquis démocratiques etsyndicaux.Aujourd’hui, la quasi-totalité de la gauche est contreles OGM dans les assiettes et dans les champs. Lessocialistes sont rentrés dans le conflit un peu plustardivement mais, depuis qu’ils ont compris les enjeuxde toute nature (y compris électoraux), ils ne lâchentplus le morceau.Tout le monde a aussi pu constater les états d’âme d’uncertain nombre de sénateurs et de députés UMP. Lescitoyens et le monde politique sont tout simplementmieux informés aujourd’hui qu’il y a vingt ou trenteans.En plus, il ne faut pas nier l’importance des nouvellestechnologies, Internet et la capacité de se mettre enréseau beaucoup plus facilement. Même si nousn’étions pas très nombreux au départ à lutter contre lesOGM, les réseaux se sont montés et les choses se sontaccélérées.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


136 Le conflit OGM en FranceQuelle est votre tactique pour lutter contre lesOGM ?Par exemple, il y a cinq ans, le « Réseau européen desrégions sans OGM » était constitué de 4 ou 5 régions.Aujourd’hui, nous sommes 45. Bien entendu, sous leterme « région », il faut mettre une « région » ou une« autorité régionale » qui ont des compétences trèsdifférentes d'un état à un autre.Ce réseau s’est créé pour trouver toutes les bonnesidées et les bonnes façons de contrer les OGM etutiliser un certain nombre de flous dans les textesréglementaires européens afin d’obtenir desapplications réglementaires extrêmement restrictivesqui contrent les OGM.La Région Bretagne est vice-présidente du réseau. Onpartage l'information. Il y a certaines régions qui ont lapossibilité d’écrire leurs propres règlements, commeen Italie ou en Autriche. On se voit au moins quatrefois par an à travers un certain nombre de conférences,parfois on se greffe sur d’autres réseaux, comme SlowFood, le réseau des régions européennes de produits etproducteurs de qualité.On fait du lobbying à Bruxelles auprès du comité desrégions. Mais attention, ce n’est pas le côté partisanque l’on traite, on aborde les OGM sous l’angleéconomique parce qu’on pense qu’ils sont très mauvaispour les économies régionales, à la fois pour lesproductions agricoles régionales et pour les territoires.Ce n’est pas un hasard si la 2ème région viceprésidentedu réseau est la Toscane, une région quirépertorie et valorise toutes les productions de qualité.Quand on est une région comme la Bretagne, avec lesdeux poids lourds que sont la production agricole et letourisme, les OGM sont une catastrophe.Quand une région tente de réorienter ses produits versdavantage de qualité comme en Bretagne, avec plus delabels, plus d’AOC, plus de bio… l’arrivée des OGM estsynonyme de régression.En tant que militante, j’ai énormément d’arguments,depuis longtemps, pour dire que les OGM sont unecalamité. En tant que vice-présidente du Conseilrégional de Bretagne, je défends auprès de laCommission Européenne et des députés européens lefait que l'introduction des OGM serait une catastropheau niveau économique.Comment procédez-vous pour convaincre lesdéputés européens ?On fait du réseautage avec d’autres institutionsrégionales et avec des ONG.Nous organisons des conférences conjointes eninvitant des producteurs européens, américains etmême des traders. Notre responsabilité, en tant querégion, est la question du soja. L’année dernière, on aorganisé à Bruxelles une conférence autour du soja etréussi, du moins auprès des professionnels, à prouverqu’il y avait une demande extrêmement forte de sojatracé non GM et qu’il y avait également une offre ensoja non GM extrêmement forte. Nous avons doncdémontré qu’il y avait un marché pour du soja nonGM.Maintenant, nous devons mettre en évidence l’urgencede la question de l’alimentation animale et ce, auniveau régional / européen. Car s’il n’y a pas d’OGMdans les champs en Europe, à part en Espagne, de plusen plus le lait, la viande, les poissons d’élevage, lesœufs, le poulet, sont produits avec de la nourriture àbase de soja GM.A deux reprises, avec les régions, nous sommes allés auBrésil. L'Europe est le premier client du Brésil pourl'importation de soja et seulement 20% du sojadébarqué dans les ports de l’ouest sont tracés non GM.Tout le reste est contaminé. C’était le contraire il y aquelques années.C’est pour cela que nos actions se tournent maintenantvers le soja, parce que les OGM ne sont pas une fatalitémalgré tous les arguments productivistes autour dubesoin de nourrir la planète !Arrivez-vous à vous faire entendre ?Oui. Par exemple, sur la question des semences, tout àfait importante. A partir du moment où on comprendque ce qui est en train de s’organiser à travers lesOGM, c’est la rareté de la semence non GM, oncomprend qu’il va falloir avoir une certaine autonomieen termes de semences et les protéger absolument desOGM et des quelques firmes qui veulent faire mainbasse sur la semence GM mais aussi non GM.L’année dernière, nous avons déposé conjointementavec la Toscane, le Piémont et la région Aquitaine, undossier européen pour travailler sur les semencesrégionales. On est d’ailleurs en bonne voie de réussir.La bagarre politique qui s’annonce, c’est celle d’unconservatoire actif des semences régionales pourpréserver des semences locales très intéressantes. Carla façon d’organiser les cultures génétiquementmodifiées dans le monde va amener, un jour,l’agriculteur à ne plus être en mesure de sélectionnerce qu’il souhaite semer sur ses propres terres ! Et lesgrands laboratoires auront la jouissance exclusive dessemences.Les régions, les territoires, ont intérêt à s’organiserpour préserver le patrimoine.Menez-vous d’autres actions au niveaurégional ?Oui. Quand nous avons commencé il y a trois ans, àtravailler sur le soja, la question du soja étaitESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


137 Le conflit OGM en Franceméconnue des citoyens et taboue du côté du mondeéconomique.Certains pensaient que des OGM, il y en avait partout,dans tous les produits et partout dans les champs, cequi était totalement faux. Mais personne ne parlaitvraiment de la question de l'alimentation animale quiest la voie royale des OGM, c'est-à-dire que lesanimaux nourris aux OGM fournissaient de la viande,des œufs, du lait indirectement contaminés par le sojaGM mais cela n'était pas étiqueté.Même ceux qui avaient mis en place des filièressécurisées de viande de porcs nourris sans OGM,comme par exemple Carrefour, ne disaient rien.L'action de la Région Bretagne avec les ONG a permisde faire connaître cette question de l'alimentationanimale avec du soja GM. Maintenant, même lesindustriels bretons commencent à en parler. Le Conseilrégional de Bretagne a sorti un Guide de laconsommation sans OGM en Bretagne sur internet(www.consommersansogmenbretagne.org). La régionPays-de-Loire a fait la même chose. Nous essayons deresponsabiliser les professionnels, les agriculteurs, lestransformateurs, même les restaurateurs ou lescrêperies, toute la filière viande-œufs-lait.Comme il n’y a pas d’étiquetage indirect, seuls leséleveurs puis les transformateurs peuvent savoir s’ilsdonnent de la nourriture GM à leurs animaux ou s’ilsutilisent des œufs et du lait produits à partir d’animauxnourris aux OGM ! Avec les régions, nous travaillonsd’ailleurs sur cette question de l’étiquetage indirect.L’Allemagne est en train de le mettre en place sur laviande et le lait.La Bretagne a une compétence économique mais nepeut pas faire de lois, alors nous faisons ce que nouspouvons. Nous sommes sur le point de sortir unedeuxième édition de ce guide, en collaboration avec lesindustriels cette fois-ci !De mon côté, j’œuvre au maximum pour faireconnaître la philosophie Slow Food, mouvement italienné il y a une quinzaine d’années et devenu planétaireaujourd’hui. Slow Food parle de l’alimentation, de laculture, de la démocratie, avec beaucoup de poésie, dephilosophie et d’état d’âme. C’est une opération desurvie des produits et des savoir-faire dans toutes lesrégions. C’est très intéressant.L. Interview de Laurent LE GUYADER,faucheur volontaire (entre autres)Laurent Le Guyader est militant, faucheur volontaireproche - mais non membre - de la ConfédérationPaysanne. Consultant indépendant en développementdurable, c’est l’un des plus grands spécialistes françaissur l’économie d’énergie. Il est aujourd’hui membred’Utopia, un rassemblement de spécialistes (parmilesquels des membres du PS, des Verts, d’ATTAC et denon encartés) qui cherchent à introduire dans le partisocialiste un projet politique qui tienne compte desquestions de développement durable, économiques,sociales et environnementales. Il a été auparavantadministrateur d’Info’GM.Vous faites partie des militants anti-OGM.Pourriez-vous m’en dire un peu plus ?Je suis militant dans le monde associatif depuis à peuprès 16 ans et je travaille sur la question des OGMdepuis 1997-1998.A l’époque, j’en avais entendu parler commeDominique Voynet, c'est-à-dire comme d’une façon deréduire les pesticides. Je m’y suis intéressé et plus jecomprenais ce que c’était, plus j’étais contre. Je mesuis alors vraiment engagé, jusqu’à devenir faucheurvolontaire.Je suis proche de la Confédération Paysanne mais j’aiun point de désaccord avec José Bové. Il pense qu’ilfaut faire des concessions avec le système médiatiquepour arriver à faire passer ses idées alors que je penseradicalement l’inverse. Il a fait des choses que je trouvevraiment limite et est tellement connu que cela ne legêne plus d’aller en prison parce qu’il sait qu’il y serarelativement bien accueilli. Il n’hésite d’ailleurs pas àse mettre en situation de récidive, ce qui engendre degros procès. Ça fait de grands coups médiatiques mais,derrière, il faut des militants pour soutenir les procès,payer les avocats.Je ne nie pas le mérite qu’il peut avoir et je sais que lesystème journalistique a besoin d’événementiel pourfaire de l’information mais je pense qu’à un moment, ilaurait dû s’arrêter. Sa candidature aux électionsprésidentielles a coûté très cher à la ConfédérationPaysanne, financièrement, du fait de la perte desubvention liée à la perte de voix, aux élections deschambres de l’agriculture. Avec sa candidature, il aperdu les voix qu’il avait gagnées auparavant et sonimage trop politique rejaillit sur la Confédération.A mon sens, les choix de José Bové font perdre del’énergie pour pas grand-chose.Selon vous, qui a l’avantage à l’heure actuelledans le conflit?Pour ce qui est de l’opinion publique, pour l’instant,l’avantage va aux opposants. Mais sur une base trèsESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


138 Le conflit OGM en Francefaible parce qu’en réalité, les gens ont une opinion àl’emporte-pièce, qui n’est pas scientifiquement baséemais fondée sur l’affectif vis-à-vis de José Bové. A monavis, c’est une victoire très fragile. Pourtant, si le maïsMonsanto 810 n’est pas cultivé cette année, ce n’est pasgrâce à lui. Rien ne garantit, d’ailleurs, qu’il n’y en aitpas l’année prochaine car on a gagné sur la forme maispas encore sur le fond.Suite au Grenelle de l’Environnement, à la HauteAutorité sur les OGM et à Jean-Louis Borloo, on agagné au conseil d’Etat sur le fait qu’il n’y ait pas deculture du Monsanto 810. Mais, suite à cela, quatorzeplaignants - Monsanto mais aussi des gens commeLimagrain, qui fabriquent du Monsanto -, ont attaquéet demandé l’annulation de la décision au conseild’Etat. Grâce à un mec très intelligent, la décision a étéconfortée sur la forme. Un jugement sur le fond estprévu pour plus tard mais, au moins, on a réussi àgagner une année de non culture. Si le jugement étaitintervenu quelques jours plus tard, il n’est pasimpossible qu’ils aient pu gagner sur le fond.En effet, la décision de Borloo est appuyée sur un avisde la Haute Autorité qui n’est pas infaillible parce quele président de cette Haute Autorité a modifiélégèrement la formulation de l’avis pour le rendrecompréhensible pour tous. D’un point de vuescientifique, l’avis ne tient plus la route.Plus les OGM sont cultivés longtemps, plus on voitapparaître leurs défauts et plus les gens prennentconscience que c’est une solution de court terme, doncil suffit d’être patient. On joue avec le feu mais nous,on n’a pas les moyens d’accélérer cette prise deconscience. On fait ce qu’on peut.Mais, justement, le conflit sur les OGM dans leschamps et dans les assiettes se cristalliseautour d’informations et d’argumentsscientifiques. Il y a aussi des arguments enfaveur des OGM qui démontrent, notamment,leur innocuité. Quels sont les enjeux ?Pour moi, un scientifique, c’est quelqu’un dont lemétier est de comprendre la complexité de la vie parl’observation, l’analyse et l’expérience et qui permetaux autres de comprendre. Or, aujourd’hui, on va deplus en plus vers une techno-science qui ne chercheplus à comprendre mais cherche plutôt desapplications industrielles à des découvertes ou chercheà résoudre des problèmes techniques par desexpériences.Les laboratoires sont dans une course au dépôt debrevets sur des nouvelles techniques ou sur desapplications consécutives à des découvertes vouluespar une recherche spécifique. Pour moi, c’est déjà unedérive. A partir du moment où l’on demande auxscientifiques du rendement, un volume de brevetsannuellement déposés, où ils sont contraints de publierun volume d’articles dans des publicationsscientifiques avec comités de lecture, on les pousse àfaire du pratique et à ne plus tellement chercher àcomprendre les fondamentaux.C’est très grave parce que la nature est justementcomplexe. Il y a des interactions à tous les niveaux, auniveau des cellules, des molécules, des êtres vivants. Cesont ces interactions qui maintiennent la biodiversitéet l’équilibre dans le système vivant. Aller modifier ça,c’est prendre de gros risques sur cet équilibre. Tantqu’on n’a pas compris toute la complexité de cesinteractions multiples, commencer à les modifier nedevrait pas être autorisé.De plus, si le mélange de gènes au sein d’un organismepeut évidemment créer des problèmes qui dépassentnotre entendement actuel, il faut savoir aussi que latechnique utilisée pour faire cette nouvellecombinaison génétique est elle-même non maîtrisée.Bien entendu, on va vérifier un certain nombre deparamètres sur le produit final qui vont nous donnerl’impression qu’il est conforme à ce qui était attendu.Pour autant, il est impossible de vérifier à 100% toutesles implications de cette modification génétique parceque c’est un énorme travail. Aujourd’hui, on fait desexpériences sur des rats. Mais tout cela, c’est du courtterme ! Il faut savoir que, lorsqu’on manipulegénétiquement une tomate pour la rendre, parexemple, résistante à une maladie, on n’introduit pasun gène existant dans la nature, on le modifie, ce quicrée des problèmes de conformation de la chaîne ADN.Imaginons une chaîne ADN qui n’est pas une chaîne demaillons identiques mais de maillons particuliersrepliés sur eux-mêmes. Ce repliement n’est pasinnocent, il n’est pas le fait du hasard. Certainsmaillons sont en contact les uns avec les autres,d’autres sont à différents endroits de la chaîne. Enintroduisant un maillon supplémentaire, on force lachaîne à se replier différemment. Quand on fait del’analyse ADN aujourd’hui, on le fait sur une chaînedépliée.Vous voyez bien qu’il y a des tas de paramètres àprendre en compte que, malheureusement,aujourd’hui, on ne comprend pas encore. Il y a plein dechoses comme ça qu’on ne maîtrise pas et on veut nousfaire croire qu’avec les avancées de la science on yarriver. Peut-être, mais dans quelques années, alorsqu’aujourd’hui les OGM que l’on diffuse sont basés surles connaissances actuelles, donc on prend des risques.On a aussi l’impression que les scientifiquesanti-OGM sont moins nombreux parce qu’onles entend moins. Savez-vous pourquoi ?Parce que, malheureusement, les scientifiques quin’étaient pas d’accord avec la majorité en faveur desOGM ont été discrédités par leurs pairs et considéréscomme des idéologues, des politiciens, des militants.Alors que, pour moi, ceux qui font de la science sansréfléchir aux conséquences de cette science sont desidéologues et des paresseux, même s’ils n’en sont pasconscients.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


139 Le conflit OGM en FrancePierre Henry-Gouyon se faisait récemment traiterd’idéologue lors d’un débat avec le sénateur pro-OGMJean Bizet. Ceux qui accusent les anti-OGM d’idéologieont eux-mêmes une vision de la nature et du progrèsscientifique très restreinte et très particulière. Engénéral, ils parlent de « progrès », pas de progrèsscientifique.A mon avis, la complexité de la vie est telle qu’on nepeut pas faire de progrès de manière abstraite sans seposer des questions à tous les niveaux : social,économique, écologique.Et les avis émis par les politiques, viennent-ilsd’arguments scientifiques ?Il y a deux types de politiques. Il y a NathalieKosciusko-Morizet qui a un point de vue basé sur desarguments scientifiques et c’est justement l’une desrares anti-OGM à l’UMP !Et puis il y a des gens comme Jean Bizet, à l’UMP, ouJean-Yves Le Déaut, au PS, qui sont en relationrégulière avec des lobbies pro-OGM ou pro-scientisteset qui sont sous le coup d’arguments non scientifiquestels que « la France ne doit pas prendre de retard surles Etats-Unis en matière d’OGM », « l’agriculturedevient de plus en plus technique donc il faut avoiraccès à ses techniques sinon on va se faire doubler partout le monde ».Ils se font ainsi convaincre à force d’arguments nonscientifiques mais idéologiques. Et puis, il y a unepartie du monde politique qui n’a pas d’avis. Je saisaussi que certains politiques, que je ne peux pas citer,ont dit que s’ils ne gagnaient pas les prochainesélections, ils auraient du boulot chez Monsanto.Quels sont les arguments des pro-OGM ?Les arguments des pro-OGM ? Il n’y en a quasimentplus !L’un des premiers arguments avancés était que lesOGM allaient résoudre les problèmes de faim dans lemonde. Aujourd’hui, même la plupart des pro-OGMn’osent plus l’avancer.Un autre argument était la diminution des insecticidesdans les champs mais cette thèse n’a pas tenu trèslongtemps. Car s’il y a peut-être moins d’insecticidesrépandus volontairement dans les champs par lesagriculteurs, ils sont directement produits par la plantedans des quantités beaucoup plus élevées ! C’est vraiqu’on pourrait penser que les insecticides produits parles plantes sont plus dégradables que les insecticideschimiques puisque c’est le cas du BT naturel mais c’estloin d’être vrai parce qu’en réalité, ce n’est pas le mêmeBT que celui qui est introduit dans la plante parmanipulation génétique ! L’OGM BT fabriquel’insecticide dans chacune de ses cellules pendant toutesa durée de vie, soit entre 1500 et 8000 fois plus que cequ’on mettrait en pulvérisations. En plus, en réalité, onrépand aujourd’hui sur les cultures plus de Round-Upqu’avant puisque les cultures d’OGM sont capables dele supporter.C’est l’un des effets pervers des OGM : à partir dumoment où l’agriculteur ne réfléchit plus aux quantitésde Round-Up qu’il pulvérise parce que cela l’arranged’éliminer facilement les mauvaises herbes pouraugmenter la productivité de ses cultures, il enpulvérise beaucoup plus.De plus, plus on pulvérise du Round-Up, plus lesmauvaises herbes s’adaptent pour devenir résistantesou tolérantes. Et plus elles sont tolérantes, plus onpulvérise. On a vu récemment des champs de sojaRound-Up-Ready jaunir parce que l’OGM commence àne plus résister aux quantités répandues. Enjaunissant, il attire de nouveaux insectes.Vous voyez la complexité de la nature quand oncommence à en modifier certains paramètres ? Il y ades interactions sur tous les plans ! En plus d’avoir desmauvaises herbes qui résistent de mieux en mieux etdes plantes génétiquement modifiées qui le résistentmoins, on voit apparaître des mycotoxines danscertaines cultures. C’est le cas du maïs où se développeune mycotoxine issue de la fusariose, le fusarium,contre laquelle les industriels espèrent trouver un maïsmodifié génétiquement pour le rendre plus résistant.Voilà, je viens de vous résumer le progrès. On crée dessolutions qui créent de nouveaux problèmes pourlesquels on cherche de nouvelles solutions. C’est deplus en plus difficile à gérer parce qu’il y a desproblèmes que l’on ne maîtrise pas du tout et que celaa des implications à mi-distance ou à long terme. Parexemple, aujourd’hui, aux Etats-Unis, les taux demycotoxines qui apparaissaient dans le maïs GMdestiné à l’alimentation étaient tels qu’il est devenuimpropre à la consommation. Du coup, ils en font dumaïs éthanol.Les OGM sont synonymes de monoculture, l’inversed’une agriculture durable basée sur des rotationslongues de 5 ou 7 ans de maïs, soja, blé… etc. Cetterotation permet le maintien de la biodiversité des solset l’apport naturel d’azote. En monoculture, on épuiseles sols, on augmente le risque de maladies du sol etd’apparition d’insectes parasites.Les OGM, qui facilitent cette monoculture, créent denouveaux problèmes du fait des risques inhérents à lamonoculture. C’est la monoculture OGM qui a permisla multiplication des populations de pyrales, le papillonravageur du maïs. Or, la mycotoxine fusarium estproduite par le champignon éponyme qui infectejustement les plants de maïs envahis par desravageurs, aux USA où on utilise des OGM BT+RR,Round-Up-Ready. Certains de ces problèmes sont plusou moins contrecarrés par les OGM pendant lespremières années puis, au bout d’un certain temps, lesOGM n’arrivent même plus à solutionner.ESSEC, Mastère Spécialisé Marketing Management| Intelligence EconomiqueNancy L'Anthoën, Isabelle Massa, Valérie Lebon, Pauline Chazalviel, Hélène Sauthier


140 Le conflit OGM en FranceÇa veut donc dire que les OGM sont une solution decourt terme à des problèmes de culture sur de grandessuperficies.Il n’y a donc plus aucun argument en faveurdes OGM ?Le seul argument qui marche à court terme, c’estmoins de travail pour les paysans. Aux Etats-Unis,seuls douze jours de travail sont nécessaires àl’agriculteur annuellement pour cultiver une centained’hectares de maïs. Bien évidemment, ce ne sont pasdouze jours consécutifs. Un jour, il sème, un jour, ilpasse l’herbicide par avion…En apparence, les OGM ont l’air d’être plus productifs.Mais, encore une fois, ce n’est pas