RAPPORT ANNUEL 2010 - Distrijob.fr

groupegosport.com

RAPPORT ANNUEL 2010 - Distrijob.fr

06Pour changerde culture,nous avions besoinde compétencesnouvelles etde caractères forts.La gestion des ressources humaines n’est-elle paségalement un axe de changement important ?Avec par exemple une politique de recrutementet de formation des directeurs de magasinet des vendeurs qui apportent de nouvellescompétences à l’entreprise ?François Neukirch : Pour nous, c’est en effetle quatrième facteur de changement etde différenciation. Grâce à une nouvelle politiquede recrutement et de formation à nos produits etmétiers, nous changeons l’attitude de nos équipes.Nous devons mettre l’accent sur notre culturede service aux clients et renforcer une vraie relationde proximité, qui nous détache également des codesde l’hypermarché.Pierre Letzelter : Grâce à la qualité du service,les magasins deviennent peu à peu de vraismagasins de proximité. Les clients y vont comme s’ilsallaient chez un spécialiste ou un petit artisan…GO Run, par exemple, enregistre une progression de50 % à Montparnasse. Les clients savent qu’ils vont ytrouver des passionnés compétents à qui ils pourrontparler de leurs chaussures ou de leur course à pied…À la tête des catégories leaders, nous recherchonsde vrais spécialistes qui ont le sens de l’accueil etdu service. Avec de bons conseils, les clients achètentplus de produits ou des produits plus chers.L’enseigne Courir suit-elle les mêmes évolutionsque celle de GO Sport : différenciation de l’offre,partenariat avec les grandes marques ?Pierre Letzelter : Deux des grands changementsde l’enseigne Courir ont été l’introduction du textile etla féminisation de l’offre dans des boutiques quiétaient auparavant très masculines et spécialiséesdans les chaussures. Ce sont des évolutions quidonnent de très bons résultats et qui nous distinguenttrès clairement de nos concurrents.François Neukirch : Comme pour GO Sport,nous procédons au remodeling des magasins et àl’introduction d’un nouveau concept pour accueillirde nouvelles marques et de nouvelles lignesde produits.Pour vous, sur quelles priorités doivent porterles actions en 2011 ?Pierre Letzelter : En 2011, nous avons la volontéde pérenniser et d’agrandir une offredifférenciante avec de nouvelles lignes de produitset d’étendre celle-ci à un plus grand nombrede magasins. D’une façon générale, nous allonspoursuivre le déploiement des remodelings etdes nouveaux concepts, pour GO Sport commepour Courir. En 2011, cela concernera une dizainede magasins, tant chez GO Sport que chez Courir.Quel bilan peut-on faire par ailleurs des magasinsen franchise (pays du Moyen-Orient, DOM )?Prévoyez-vous de nouvelles ouvertures ?François Neukirch : La franchise est une activitéqui continue de se développer et nous permetde poursuivre notre expansion à l’international.En 2010, nous avons ouvert six GO Sport (Dubaï,Martinique, Guadeloupe, Syrie, Belgique et Jordanie)et nous avons d’autres projets pour l’avenir.Enfin, quatre femmes sont désormais au comitéde direction. Quels changements, quels apportspeut-on souligner ?François Neukirch : Pour changer de culture,nous avions besoin de compétences nouvelles etde caractères forts. Par ailleurs, il ne faut pas oublierque le nouveau positionnement de GO Sport estde faire passer les codes de la mode dans l’universsportif. Pour y parvenir, nous avions besoin d’équipesmixtes, d’une complémentarité entre hommes etfemmes.Pierre Letzelter : En plus de cet apport indiscutable,j’ajouterai que l’entreprise travaille désormaissur deux pieds : un pied à Paris et un à Grenoble.Il semble pertinent que les passionnés de montagnedéveloppent des gammes près des Alpes et quele textile et la chaussure mode soient développésdans nos bureaux parisiens, au cœur de la mode.Pour moi, cela deviendra également un élémentfondateur du succès du nouveau concept !

More magazines by this user
Similar magazines