Télécharger - Avignon

avignon.fr

Télécharger - Avignon

N°110 NOVEMBRE 2011LE MENSUEL D’INFORMATION DE LA VILLE D’AVIGNONAVIGNON ACTUALITÉLa ZFUse prolongeet se renforceUNE FUTURECRECHEA LA BARBIERELE BUDGETSUPPLEMENTAIRECONFORTELE NIVEAUD’EQUIPEMENTUNE UNIVERSITÉ ATTRACTIVEavignon.fr


2 - Novembre 2011AVIGNON ACTUALITÉDossierLa ZFU se prOutil de rénovation urbaine etmoteur de l’économie dans lesquartiers difficiles, la Zone FrancheUrbaine (ZFU) devrait êtreprolongée jusqu’au 31 décembre2014, dans le cadre du projet de loide finances. Cette probableprorogation – accompagnée d’unrenforcement de la claused’embauche locale – devraitpermettre de poursuivre les actionsen faveur du développementéconomique et de l’emploi surnotre territoire. En première lignesur ce dossier, Marie-Josée Roig, sielle se félicite de cette avancée,aurait souhaité une prorogationplus longue, jusqu’en 2016, afin depérenniser un dispositif efficacemais fragile. Depuis sa création en2006, la Zone Franche Urbaine, quiconcerne des territoiresdéfavorisés autour de la Rocade, apermis, sur Avignon, la création deshôtels d’entreprises de la Croix-Rouge et de la Barbière ainsi quel’avènement d’un village desmétiers dédié à l’artisanat. Troisréalisations de la Ville dont lesuccès est indéniable. Depuis 2006,657 emplois ont été créés, dont ¼concerne les habitants vivant àproximité.Un bilan très positifLe bilan de la ZFU, quelle que soit l’issue des décisions prises quant à sa prorogation,est largement positif sur Avignon. Ainsi, le nombre d’établissementsest en progression continue depuis le début du dispositif, avec 437 établissementssupplémentaire entre le 31 décembre 2006 et le 30 juin 2011 (+77%).« Au total, ce sont 1002 établissements qui sont implantés sur le périmètreau 30 juin 2011, soit encore 36 de plus en 6 mois » souligne Christian Bonnet,adjoint délégué à la ZFU. A noter que le nombre d’établissements augmenteplus vite dans la ZFU (+77%) que dans la commune (+28,8%) sur la mêmepériode, reflétant l’attractivité du dispositif. Les secteurs de la constructiond’une part, du commerce d’autre part, sont les plus représentés. A noter quele secteur santé humaine, qui regroupe essentiellement les infirmiers et lesmédecins généralistes, représente 80 établissements.On trouve une prédominance d’établissements comptant moins de 2 salariéset une progression marquée des PME de 3 à 20 salariés (+ 28 établissements).De nombreuses embauches dans les quartiersLe nombre de recrutements de salariés ouvrant droit à exonération augmente1002 ÉTABLISSEMENTS SONT IMPLANTÉS SUR LE PÉRIMÈTRE DE LA ZFU (EN BLEU SUR LA CARTE) AU 30 JUIN 2011.régulièrement, ce qui prouve que les avantages liés au dispositif incitent àl’embauche.Au 30 juin 2011, on comptait 657 embauches de salariés ouvrant droit à exonération.Les secteurs qui recrutent le plus ?Le nettoyage (129 embauches), la sécurité (50 embauches), la maçonneriegénérale (+ 43) et les activités de transports urbains de voyageurs (+ 35) tellela société Easy Take. Les activités juridiques, comptables, et de conseil pourles affaires sont aussi génératrices d’emplois (+43).Parmi ces embauches, 87 % sont des CDI et 154 concernent les habitants dela ZFU.Des entreprises très demandeusesDepuis 2006, les demandes d’implantation d’entreprises en ZFU sont constantes,à tel point qu’il devient difficile de leur trouver des locaux disponibles.718 personnes au total se sont adressées à la mairie depuis le début du dispositifen vue d’implanter leur activité en ZFU.


Novembre 2011 - 3AVIGNON ACTUALITÉlonge et se renforceLa mobilisation permanentede Marie-Josée RoigLa ZFU d’Avignon, créée en 2006, fait partie de la «3ème génération » dezones franches urbaines, certaines existant depuis 1997 ou 2004. Ellen’aura eu en tout et pour tout que cinq ans pour tirer parti du dispositif, sicelui-ci s’arrête au 31 décembre 2011 et n’est pas prorogé.Attachée au maintien d’un dispositif efficace pour améliorer la vie dans sesquartiers, la Ville d’Avignon s’est mobilisée activement afin de demanderune prorogation du dispositif des Zones Franches Urbaines après le 31décembre 2011 :- Le maire a interrogé le gouvernement sur le devenir des ZFU, par unequestion écrite (déc 2010).- Marie-Josée Roig a adressé une demande de prorogation du dispositifpar courrier au ministre de la Ville, M. Maurice Leroy, ainsi qu’au présidentdu groupe de travail chargé de remettre un rapport sur le développementéconomique et l’emploi dans les quartiers prioritaires, M. Eric Raoult.- La Ville d’Avignon adhère au Collectif de Défense des ZFU initié par laFNAE-ZUS, et participe activement à l’action de mobilisation nationale quiest menée. Elle a contribué notamment à la rédaction d’un argumentairenational commun rappelant les résultats obtenus par les ZFU, et justifiantde la nécessité de les proroger.- Marie-Josée ROIG a participé au Forum National qui s’est déroulé le 6 juindernier à Marseille, mobilisant plus de 300 personnalités - élus locaux etnationaux et acteurs du monde économique et social – qui ont plaidé d'unemême voix pour la prorogation du dispositif. Une déclaration commune aété signée.- Le rapport du groupe de travail national « ZFU, développementéconomique et emploi dans les quartiers », à partir duquel legouvernement va étudier la prorogation du dispositif ZFU, a été remis auministre de la Ville le 13 juillet. L’argumentaire commun élaboré par leCollectif y a été annexé. Dans la foulée, le ministre a annoncé qu’ildemanderait au premier ministre d'inscrire dans le projet de loi definances pour 2012 la prorogation du dispositif des ZFU jusqu'au 31décembre 2014.Tout en prenant acte de cette annonce positive, Marie-Josée Roig a indiqué« qu’elle poursuivrait ses interventions et ses travaux avec le Collectif pourla défense des droits ZFU, avec pour principaux objectifs de proroger les ZFUpour une durée minimale de 5 ans et de maintenir le dispositif existant ».Septembre 2011 : Le projet de loi de finances pour 2012 est rendu public.L'article 64 s'intitule: "Prorogation et amélioration du dispositifd'exonérations fiscales et sociales accordées aux employeurs situés enzone franche urbaine".Il prévoit de :- "prolonger le dispositif jusqu’au 31 décembre 2014 afin de poursuivre lesactions en faveur du développement économique et de l’emploi dans lesquartiers de la politique de la ville ;- renforcer la clause d’embauche et étendre son application au volet fiscalafin d’améliorer l’emploi dans ces quartiers. Désormais, pour bénéficierdes exonérations sociales et de certaines exonérations fiscales (impôt surles bénéfices), les entreprises devront employer au moins 50 % de salariésrésidant en ZFU ou en ZUS (contre un tiers auparavant pour lesexonérations sociales uniquement)".Qu’est ce quela zone franche ?Dans le cadre de la loi du 31 mars2006 pour l’égalité des chances, laVille d’Avignon a créé une ZoneFranche Urbaine.Ce dispositif s’applique à desquartiers de plus de 10000 habitantset il concerne des zones ditessensibles ou défavorisées.Le principe a été défini en fonction dedeux critères :● le premier tient compte du taux dechômage qui englobe la proportion depersonnes sorties du système scolairesans diplôme avec une majorité dejeunes de moins de 25 ansen tenant compte du potentiel fiscalpar habitant.● le second va en direction desentreprises implantées ou devants’implanter. Ces dernières bénéficientd’un dispositif complet d’exonérationsde charges fiscales et sociales durantcinq ans.Des entreprisesde tous horizonsQuel point commun entre l’entreprise GaujardTechnologies, implantée dans l’hôtel d’entreprises Croix-Rouge et spécialisée dans la construction de bâtimentsen bois, GWBS, société spécialisée dans le négoce de vins(export), implantée dans un premier temps à l’hôteld’entreprises de la Barbière avant de déménager dans lebâtiment Naïades à Saint-Chamand ou le RelaisProvence, entreprise d’insertion membre du mouvementEmmaüs, qui va créer un atelier de tri dans le village desmétiers ? Pas grand chose si ce n’est la volontéd’entreprendre en s’implantant en ZFU. Issues de tous lessecteurs d’activités ou presque, ces entreprises ont faitle choix de la création, du déménagement ou del’agrandissement afin de se développer tout encontribuant à dynamiser notre économie locale.Comme le soulignait Anaïs Ughetto, responsable de lacollecte du Relais Provence, en 2010, « l’implantation surla ZFU, dans le village des métiers, sur un terrain de10000 m2, va nous permettre la création d’un atelier detri et l’embauche d’une quarantaine de personnes ».TémoignageGWBS, de la ZFUaux confins de l’OuralGWBS, c’est l’abréviation de Global Wine BusinessServices (www.gwbs.fr), une société de négoce de vins àl’exportation créée par Christian Morenne, un ancien dechez Marie-Brizard. « J’ai monté cette société dans mongarage. Quand la ZFU s’est créée, j’ai vu cette opportunitéde m’installer et de recruter à coût moindre. Je suisarrivé en décembre 2009, dans des locaux du château dela Barbière que la Ville avait réaménagés. Ma société sedéveloppant assez vite, j’ai souhaité ensuite trouver unlocal à acheter, et j’ai eu une opportunité aux Naïades enmars 2011. L’installation en ZFU est un accélérateur,c’est évident, surtout pour une entreprise comme lamienne qui fait de l’exportation et qui ne reçoit doncaucune aide publique. Les avantages fiscaux et sociauxliés à la zone franche m’ont permis de compenser cetteabsence d’aide. Quand je me suis installé en ZFU, nousétions 2 salariés. Grâce aux dispositifs spécifiques, j’aipu recruter une deuxième personne et une comptable àmi-temps. Aujourd’hui, nous sommes toujours là et lesperspectives d’avenir sont bonnes. Nous exportons desvins français dans toute l’Europe au sens large, jusqu’auxconfins de l’Oural ».


4 - Novembre 2011AVIGNON ACTUALITÉDossierZFU :trois projets,trois réussitesLe Château de la BarbièreChâteau de la Barbière : maison de maître bâtie au XVIIsiècle, située au cœur d’un quartier d’habitat social.Programme de réhabilitation engagé en 2001.2006 : bâtiment vétuste, pertes d’exploitation => projet de rénovation lié à la ZFU2008 : le Château abrite une pépinière d’entreprise, un restaurant, et accueille toutau long de la journée des clubs du 3ème âge et une clientèle extérieure.Aujourd’hui, 8 entreprises sont présentes sur le site : agence de publicité, économistede la construction, vente de matériel médical, entreprise spécialisée dans les découpes,programmation informatique, conseil et services, informatique, assistance à maîtrised’ouvrage. Coût de réalisation : 1 500 000 euros.Le dynamismedes partenairesprivésAutre signe de réussite de la ZFU : lespartenaires privés investissent égalementdans ces quartiers, réussissant à faire debelles opérations en des lieux quin’avaient connu aucun projet depuis desannées, et se dégradaient.26 millions d’euros d’investissementsprivés dans les 5 principaux projets (LeGiotto, le centre d’affaires Eisenhower, lesNaïades, Médipôle et Multiburos, MC2)Au lieu d’avoir à gérer des locaux vacantsdésaffectés et squattés, la Ville constateun investissement privé fort dans lepérimètre de la ZFU, qui témoigne dudynamisme économique.LE VILLAGE DES MÉTIERSLe Village des MétiersL’objectif de la Ville était de pouvoir accueillirdes activités artisanales dans des locauxadaptés et répondre ainsi à une forte demande.Le site a été conçu dans une démarcherespectueuse de l’environnement(photovoltaïque en toiture), avec une grandequalité architecturale.Aujourd’hui, les 7 terrains sont attribués, et 6 des entreprises, de la maçonneriegénérale à la restauration japonaise en passant par la téléphonie,ont obtenu leur permis de construire.Concernant les ateliers, les 15 premiers ont été livrés il y a quelquesmois, les 8 suivants sont sur le point de l’être. Les deux autres bâtiments(13 ateliers) seront livrés fin novembre. Au total, le village desmétiers regroupera 36 ateliers.La pose des panneaux photovoltaïques en toiture aura lieu courant décembre.Le chemin de Baigne-Pieds, qui longe le site, a été redimensionnéet entièrement refait. Coût de réalisation : 4 500 000 euros.LE CHATEAU DE LA BARBIÈRE (CI-DESSUS) ET L’HÔTEL D’ENTREPRISE DE LA CROIX ROUGE (CI-DESSOUS)L’hôtel d’entreprises de la Croix Rouge1995 – 1998 : opération de renouvellement urbain du quartierde la Croix des Oiseaux avec la démolition de 378 logementssociaux, la reconstruction de logements pavillonnaires, laréhabilitation des logements HLM, le réaménagement desespaces publics. Conséquence : diminution des habitants,fermeture progressive des écoles maternelle et primaire de laCroix Rouge.2006 : Zone Franche Urbaine => naissance du projet de transformer le bâtiment désaffecté(25 salles de classe) en hôtel d’entreprises.2011 : aujourd’hui, l’hôtel accueille 28 entreprises (soit 95% des locaux loués). Lerestaurant « Le Petit Creux », installé au rez-de-chaussée, anime le lieu et créé dulien entre les entreprises.Coût de réalisation : 3 400 000 euros.


6 - Novembre 2011AVIGNON ACTUALITÉActualités du moisTechnopôle PégaseLa première pierred’une filièreaéronautiqueL’AN PASSÉ, MARIE-JOSÉE ROIG AVAIT PLAIDÉ « L’EXCEPTION CULTURELLE AVIGNONNAISE »Forum d’AvignonLe 4ème Forumd’Avignoninvestit lacultureCréer une zone d’activité économique orientée vers la filière aéronautique, telle est lavolonté du futur technopôle Pégase, dont la première pierre a été posée par Marie-Josée Roig.La quatrième édition du Forum d’Avignon, ce rendezvousnational annuel qui ambitionne de jeter des pontsentre le monde de l’économie, le monde de la culture etle monde des médias, se déroulera du 17 au 19novembre au palais des Papes. Un concert gratuit offertpar la ville et le forum sera donné par Eric Serra le 18novembre (voir page agenda).Quatre débats, mais aussi des études et des points de vue, viendront enrichir le thèmede cette 4ème édition « Investir la culture » : « La propriété intellectuelle : valeur universelle» ; « Entreprendre et investir dans la culture : de l’intuition à la décision » ;« Référencement, prescription des contenus culturels sur Internet » ; « L’expérienceculturelle réinventée : créer du lien grâce aux terminaux et services connectés ».Comme l’an passé, ce Forum international de haut niveau sera l’occasion pour Marie-Josée Roig, de réaffirmer « l’exception culturelle avignonnaise ». La Ville d’Avignonconsacre en effet 18% de son budget annuel à la culture, soit environ 30,5 millionsd’euros. Il s’agit là d’un effort sans équivalent en France dans d’autres villes de lamême taille. Ville de 95 000 habitants, la cité des Papes soutient une activité culturelledigne d’une métropole de 300 000 habitants, avec deux piliers historiques : lespectacle vivant et le patrimoine. « Je tiens une fois de plus à affirmer très clairementque si la Ville maintient à la même hauteur son soutien financier dans beaucoup dedomaines, et notamment envers le Festival, elle a plus que jamais besoin que l’Etatreconnaisse son exception culturelle », avait déclaré le maire l’an passé.LE MAIRE ENTOURÉ DE FRANÇOIS MARIANI, FRANÇOIS BURDEYRON, PRÉFET DE VAUCLUSE ET MICHEL VAUZELLE.Positionnésur les filières hélicoptèreet satellite, Pégase a pour ambitiond’occuper un rôle de premierplan dans le domaine aéronautiqueet spatial avec comme objectif, à courtterme, de créer 200 emplois, puis 1000dans les 10 ans à venir. La première pierrede ce technopôle implanté sur le terrainde l’aéroport d’Avignon-Provence a étéposée, fin septembre, par Marie-JoséeRoig, présidente du Grand Avignon, enprésence du préfet de Vaucluse, FrançoisBurdeyron, du président de la région Paca,Michel Vauzelle, et du président de la CCI,François Mariani.1000 emplois sur dix ans« C’est un espoir fort pour notre économie,avec une vraie concrétisation au servicedes habitants en terme de créationd’emploi », a souligné Marie-Josée Roig.D’ici 2012, la pépinière d’entreprises dutechnopôle va accueillir 5 à 6 établissementsdans un bâtiment comprenant 500m2 de bureaux, des salles de réunion, unshow room et 6 ateliers dont 4 ouvrantsur la piste. Après le pôle de compétitivité« fruits et légumes » situé sur Agroparc,ce nouveau pôle labellisé PRIDES (pôlerégional d’innovation et de développementéconomique solidaire) devrait renforcerla filière aéronautique et donnerdes ailes à notre agglomération.


Novembre 2011 - 7AVIGNON ACTUALITÉJumelageAvignon-Wetzlar, 50 ans d’amitiéC’est en présence de Wolfram Dette, Oberburgermeisterde la Ville de Wetzlar, que Marie-Françoise Rozenblit,premier adjoint au maire, et Michel Chirinian, adjointdélégué aux jumelages, ont ouvert, le 1er octobre, lacérémonie officielle de ce 50ème anniversaire.Au programme de cet événement qui marque une amitié de 50 ans entre la ville allemandeet la cité des Papes, la signature de la charte de l’amitié, mais aussi plusieursanimations musicales de grande qualité. Les deux élus ont mis en exergue lesgrands moments de ce jumelage et ont évoqué la mémoire d’Elsa Kuhn-Leitz, femmed’engagement et d’action qui contribua au rapprochement de nos deux pays et denos deux villes. Avignon s’est d’ailleurs vue décerner l’an passé le prix éponyme, quihonore des personnalités physiques ou morales pour leur engagement particulier enfaveur de l’entente franco-allemande. Michel Chirinian n’a pas manqué d’évoquer lamémoire d’Alain Emphoux, son prédécesseur à cette délégation, qui œuvra inlassablementà la fraternité entre les peuples.MiffelAvignon capitale des fruits et légumesLe salon Méditerranéen de la filière fruits et légumes (Miffel) s’est tenu du 18 au 20octobre au parc des expositions d’Avignon. Plus de 20 000 professionnels intéresséspar la production agricole, de la semence jusqu’au produit transformé, ont visité cesalon aujourd’hui reconnu comme le premier salon professionnel en France spécialisédans les fruits et légumes. Plus de 400 exposants y ont présentés leur savoirfaire,dans des activités aussi diverses que l’arboriculture, le maraîchage, la rechercheavec l’INRA, l’agriculture biologique etc.CommerceLa foireSaint-Andréanimele centre-villeRendez-vous traditionnel de l’automne,la foire Saint-André aura lieu les mercredi30 novembre et jeudi 1er décembre2011 de 8h à 19h30.Organisée par les syndicats des commerçantsnon sédentaires en partenariatavec la Ville d’Avignon, elle sedéploiera sur le cours Jean-Jaurès, leBd Raspail, la place des Corps Saints(avec des animations pour les enfants),le rempart Saint-Michel, l’avenue du7ème Génie et l’avenue de Lattre deTassigny. La foire aux chevaux et poneysse déroulera, comme chaqueannée, le 30 novembre, rue du rempartSaint-Michel.Trisomie 21Faites un gesteavec le GEIST 21Comme chaque année depuis 1999,l’association GEIST 21 Vaucluse (grouped’étude pour l’insertion sociale despersonnes trisomiques) organise sonopération « les petits déjeuners aulit ».Elle se déroulera le dimanche 20 novembreprochain. L’opération consisteà livrer des petits déjeuners au domiciledes Vauclusiens afin de faireconnaître les différentes actions duGEIST 21, de sensibiliser la populationà ce handicap, mais égalementde recueillir des fonds nécessairesà la poursuite des activités.L’association œuvre inlassablementpour donner à la personne porteusede la trisomie 21 une réelle placedans la société, en développant desoutils d’accompagnement innovants.Le petit-déjeuner est au prix de 6 €pour les adultes et de 4,5 €pour lesenfants.Chaque année, plusieurs milliers sontlivrés sur Avignon et dans le Vaucluse.Si vous êtes intéressés :GEIST Trisomie 21 Vaucluse2 allée Sully Prud’homme84 000 AvignonT. 04 90 86 11 45geist21vaucluse@wanadoo.frExpositionLe parcours de l’art au cœur de la citéPour cette 17ème édition, 36 artistes plasticiensont exposé durant trois semaines leurs travauxdans 24 lieux de la ville.Depuis 17 ans maintenant, le parcours de l’art favorise les rencontres entre le publicavignonnais, les artistes, et l’art contemporain. Et depuis 17 ans, la formule marche,perdure, se développe. Cette année, le parcours s’est déployé autour du travail del’artiste invité, le sculpteur et graveur Dominique-Pierre Limon. Conférences, rencontres,films, débats, visites accompagnées pour petits et grands, ont prolongé lesnombreux vernissages, permettant au public de mieux s’approprier le travail proposépar les artistes. De nouveaux lieux, comme la bibliothèque de l’université d’Avignon,mais aussi Agroparc ou le Grand Avignon, ont permis à ce parcours de se déployerdavantage encore et de rencontrer d’autres publics.SeniorsUne belle semaine bleue« A tout âge, acteurs proches et solidaires », tel était le thème de la semaine bleuequi s’est déroulée du 18 au 21 octobre dernier. Une manifestation qui concerne tousles seniors de notre cité – 19536 Avignonnais sont âgés de plus de 60 ans, soit21,4 % de la population – et qui permet, entre autre, de tisser des liens avec les autresgénérations. Spectacle de danse, pièce de théâtre, conférence, ateliers et rencontresconviviales ont ponctué cette semaine toujours très attendue. Le repas defête intergénérationnel, qui permet aux enfants et petits enfants de partager le couvertavec les anciens, fut un des moments forts de la manifestation. Lors de l’inauguration,Christiane Benoit-Gontard a rappelé l’importance des seniors dans notreville, notamment pour la place qu’ils tiennent dans la vie associative.


Novembre 2011 - 9AVIGNON ACTUALITÉCadre de vieLa rue des Teinturierspour les seuls piétonsMarie-Josée Roig s’yétait engagée !Après les travauxde réaménagementde la place Pie,la rue des Teinturiersest totalement piétonneau moyen d’un dispositifsimilaire à celui déjàen vigueur dansl’hyper-centre (1).C’est chose faite depuis le lundi10 octobre 2011, suite à unrappel des engagements prisentre la municipalité et les présidentsdes associations du quartier desTeinturiers et des Halles.La Ville ne souhaitait pas rajouter desdifficultés de circulation pour rejoindreles Halles et la place Pie, cœurnévralgique de la cité, à celles déjàsupportées par les riverains et clientsdurant les travaux de la place Pie.C’est pourquoi, d’un commun accordavec les deux associations, l’engagementavait été pris d’attendre la findu chantier.Ce dispositif concerne, par répercussion,les rues Guillaume Puy et BourgNeuf.ConcertationLa piétonisation totale de la rue desTeinturiers intervient après plusieursréunions de concertation menées depuis2006 avec les riverains et diversessais de dispositif (barrière amovible,potelets…) lesquels, même s’ilsrépondaient à l’attente des riverains,n’étaient malheureusement pas suffisammentdissuasifs.(1) Cette borne est équipée d’un boutonpoussoir qui permet la descentede la borne pour le passage exclusifdes livraisons (de 5 heures à 11 heures)et des riverains autorisés 24h/24.Risques majeursLa Ville rééditeson DICRIMLe DICRIM est un document recensant les risquesmajeurs, et notamment le risque spécifique lié auxinondations. Ce document déjà édité par la Ville et leGrand Avignon – suite aux inondations de 2003 - liste lesprincipaux gestes à effectuer pour se protéger,sensibilise sur la nécessité de suivre les conseils donnéspar les autorités et décrit l’action des services de lamairie, de la sécurité civile et des services météo.François Leleu, élu municipal délégué aux risques majeurs, a réuni dernièrementles membres de la réserve communale de sécurité civile (1). Objectif, amenderce document en vue de le rééditer à 3000 exemplaires et le distribuer àl’ensemble des habitants de la Barthelasse. Des Barthelassiens qui ont encore en mémoireles terribles inondations de décembre 2003. Grâce à ce nouveau document de20 pages, qui présente le risque inondation du Rhône, rappelle les crues historiques,informe sur l’alerte et le serveur Antibia et liste les conduites à tenir en cas de crue,les habitants disposent d’un outil de prévention et d’action indispensable.(1) elle a pour mission le soutien et l’assistance des populations ainsi que l’appui logistiqueet le rétablissement des activités en cas de crue.


10 - Novembre 2011AVIGNON ACTUALITÉVivre ensembleUniversitéAvignon, la ville...où il fait bon étudier !La Ville d’Avignon gagne 8 places dans le classement général des 42 plus grandesvilles de France. Ce classement du magazine l’Etudiant a été établi en fonction de 12critères : formation, logement, emploi, sorties, transports…Un sous classement desgrandes villes (250 000 à 400 000 habitants) fait apparaître la Ville d’Avignon à la7ème place devant Orléans, Saint Etienne ou encore Metz !Présente parmi les 21 premières placesdans les critères culture, rayonnementinternational, environnementet emploi, Avignon se place à la3ème place sur 42 pour le sport et obtientla première place dans le sous classementgrandes villes (250 000 à400 000 habitants). Le critère retenu estle nombre d’équipements sportifs rapportéspar habitant.Ce bon classement inscrit Avignon dansle « club » envié des grandes villes deFrance et traduit les efforts de la Ville. Lamunicipalité soutient ainsi la Fondationcréée par l’Université à hauteur de100 000 euros. « Cette participation entenddémontrer, dans un cadre budgétaireparticulièrement contraint, l’implicationde la Ville dans la volonté de construireun modèle d’université basé surune spécialisation marquée par des activitésscientifiques et pédagogiques »,précise le maire dans sa lettre au Présidentde l’Université. Cet engagement financierlancé en 2011 sera pérennisé sur 4 autresexercices budgétaires (lire ci-dessous).Pour mémoire, lancée en févrierdernier, cette fondation a pour objectifd’aider l’université à renforcer son ancragelocal de l’université, à amplifier sesactions à l’international et à développerses actions en matière culturelle.L’environnement culturel et associatifd’Avignon n’est pas étranger à l’engouementdes étudiants dont la moitié proviennentdu département en ce qui concerneles étudiants en licence, mais dont plusde 85% des effectifs de nombreux mastersviennent du reste de la France et del’étranger.Outre ce bon résultat, l’Université d’Avignon,collectionne d’autres classements élogieux:- « Top 5 des échanges internationauxERASMUS »,- Des formations de licence classées parmiles meilleures françaises,- 90% d’insertion professionnelle au niveauLicence pro et Master.- Le quotidien « Le Monde » a titré « Avignonparadis des étudiants » en janvier 2011.Une subvention de 100 000euros par an pendant 5 ansAfin d’asseoir le développement de l’université, la Villevient de conclure une convention de partenariat avecl’établissement.Une convention sous forme d’une subvention d’investissement d’un montant annuelde 100 000€, sur 5 ans. « Nous savons que le développement de notre pôle universitairecontribue au rayonnement de notre Ville et donne aux jeunes avignonnais lapossibilité de poursuivre leur cursus dans des établissements de proximité », a expliquéle maire lors du dernier conseil municipal.Ce financement doit contribuer aux divers investissements que l’établissement publicréalisera pour développer un pôle universitaire déjà très attractif, notamment auprèsdes étudiants étrangers.Un professeur primépar l’académie des SciencesMarie-Claude Arnaud, professeur en mathématiques à l’université d’Avignon, s’estvue remettre, le 11 octobre dernier, par la prestigieuse académie des Sciences, leprix thématique de mathématiques "Gabrielle Sand et M. Guido Triossi". Ce prix,remis à la lauréate sous la coupole de l'Institut de France, vient distinguer la grandequalité des recherches conduites à Avignon en mathématiques.


Novembre 2011 - 11AVIGNON ACTUALITÉL’universitécrée le patchcultureLe 1er octobre 2010,l’Université d’Avignonet des Pays de Vaucluselançait un nouvel outilau service de sacommunauté :le patch culture.Des générales dédiées à l’Opéra, desconcerts symphoniques sur le campus,du cinéma à 5€toute l’année, de la danse,du théâtre, des musiques actuelles et unecour d’honneur, voilà le programme dontles 300 adhérents de l’année 2010/2011ont déjà pu profiter. Après cette premièreannée riche d’expériences esthétiques,de collaborations culturelles et de momentsde vie, le Patch Culture a fait sarentrée le lundi 3 octobre avec de nouveauxpartenaires, de nouveaux moyensde communication et de nouvelles actions.Cette année universitaire s’ouvreavec 23 structures culturelles qui, ensemble,constituent le cercle des partenairesdu patch culture. 23 structures quiproposent à la communauté universitairede bénéficier d’un tarif à 5€une fois paran dans chaque structure. Les partenairesprésents poursuivent l’aventure auxcôtés de l’Univers, des théâtres du Balcon,du Chien qui fume, Golovine, le Paris maisaussi la Gare de Coustellet, le Festivald’Avignon, l’AJMI et les cinémas Capitolecentre et Capitole Studio qui rejoignentl’université cette année.De nouvelles actions sont aussi au programmeavec une page Facebook regroupantles offres des partenaires, desbilletteries directement sur le campuspour certains programmes, et surtout, unebelle initiative écologique et culturelle enpartenariat avec le CROUS et Alinéa,l’Ecomug de l’université.Cet Ecomug gravé à l’effigie de l’établissementest offert depuis le 3 octobre,dans la limite des pièces disponibles, auxadhérents du patch culture et leur permetde bénéficier d’un tarif préférentielsur le café à la cafétéria du CROUS : c’està la fois penser la culture dans sa dimensionde sociabilité, d’écologie et dedéveloppement.Plus d’informations sur les partenaireset les modalités de fonctionnementdu Patch Culture sur www.univ-avignon.frTramwayLa deuxièmephasede consultationsuscite l’adhésionLa deuxième phase de concertation, du 10 juin au 8juillet dernier, a suscité plus de 500 contributions, dontla majorité sur les options de tracés. Des avis qui serontbien entendu pris en compte dans la phase d’études etpour la suite du projet. 6 réunions publiques, 520participants, 10 000 brochures distribuées, 15 000connections sur Facebook, 8000 sur le site du GrandAvignon : le tram, on l’explique, on en parle, on en débat.La première phase de concertation engagéeen juin 2010, avait déjà suscitéune forte mobilisation et une forte adhésion.Cet été, une deuxième phase deconcertation – appuyée par une expositiondans le Péristyle de l’Hôtel de Villed’Avignon - a porté sur les différentes optionsde tracé des lignes. Le succès pourcette deuxième phase de concertation nes’est pas démenti avec 536 contributions,dont plus de 320 concernant le tracé.La ligne B a suscité davantage de commentairesen raison de la variante concernantson insertion dans l’intra-muros,sans pour autant qu’une position tranchées’en dégage, la moitié considérantcette variante comme « inutile », l’autrecomme « incontournable ».Concernant la ligne A (104 contributions),le tracé préférentiel est ressenti comme« cohérent » mais les différentes variantesreçoivent un avis favorable des populationsconcernées. Les autres contributionsde cette deuxième phase deconsultation ont porté sur l’organisationgénérale des déplacements (interfacestramway/vélo et tramway/parc relais, réseaude bus, place des piétons, baisse dunombre de voitures) et les modalités demise en œuvre du projet (impacts financiers,dispositif de concertation, gestiondes travaux).Plusieurs tracés possiblesRappelons que la ligne A relierait Le Pontet à l’Ile Piot (9,6 kms) via la route de Lyon(une variante passerait par Saint-Jean et Réalpanier (+22M€) et une deuxième parSaint-Jean, route de Lyon (+13M€)). Une extension est envisagée vers Villeneuvelès-Avignon.Concernant la ligne B, qui relierait la gare d’Avignon centre à Saint-Chamand via la Rocade Sud, deux options sont possibles : la première passeraitpar Saint-Ruf, la deuxième par Monclar (+11 M€). Enfin, rappelons la traversée ducentre-ville via les rues République/Carreterie/Thiers est une hypothèse totalementexclue en raison des contraintes physiques et techniques mais une variante estproposée par la rue de la République.Les seniorsen décembreService animation seniorsC.C.AS Avignon4 avenue de Saint JeanT. 04 32 74 31 00SORTIE A LA JOURNEEJournée au Perthus avec arrêt à la Jonquera.Transport aller/retour. Déjeuner libreTarif : 30€GALA DE NOELMardi 6 et mercredi 7 décembreà 14h45 à l’Opéra-Théâtre d’Avignonet des Pays de VaucluseA l’attention des retraités d’Avignon -MontfavetAu programme : PHI-PHIOpérette de Henri Christiné et AlbertWillemetz.Mise en scène : Nadine Duffaut.Chorégraphie : Eric BelaudAvec le Ballet de l’Opéra-Théâtre d’AvignonReprésentation du 6 décembre :inscriptions à partir du 2 novembre et jusqu’au6 décembre.Représentation du 7 décembre :inscriptions à partir du 14 novembre etjusqu’au 6 décembre.Spectacle offert.Retirez vos billets d’entrée auprès du serviceanimations seniors les après-midisseulement de 13h30 à 16h30.Se munir d’un justificatif de domicile obligatoire(quittance EDF, Télécom)REPAS DE FIN D’ANNEEDE LA LIVREE DE VIVIERSJeudi 8 décembreInscriptions jusqu’au 5 décembre, auprèsdu foyer restaurant 04 90 85 46 19Tarif : 11.70 €APRES-MIDISPECIAL NOELMardi 13 décembreSalle polyvalente de Montfavetrue Félicien Florent à 14h30.SPECTALE CABARETavec la compagnie des Sweety.Spectacle dansé et chanté de 2 heures,réalisé en deux parties1ère partie : « tour du monde »2ème partie : Cabaret.A la salle polyvalente de Montfavetrue Félicien Florent.Ouverture des portes à 14h.Tarif : 20,00 €(comprend l’entrée, la pâtisserie,la boisson et la tombola)Inscriptions avant le 5 décembre 2011Un bulletin PAR PERSONNE OU PAR COU-PLES’inscrire OBLIGATOIREMENT auprès duservice animations qui vous remettra votreticket d’entrée.


12 - Novembre 2011AVIGNON ACTUALITÉConseil municipalFinancesLe budget supplémentaireconforte le niveaud’équipementDans un contextebancaire difficile, lebudget supplémentaire2011 conforte le niveauélevé d’investissement.La modération desdépenses defonctionnement et lapoursuite dudésendettementrestent des priorités.LES AXES PRIORITAIRES DE DÉPLACEMENTAprès le vote du compte administratif,le budget supplémentaireest l’acte par lequella Ville réintègre au budgetprincipal de l’année en cours les résultatsde l’exercice antérieur, ainsique ses restes à réaliser en investissement,en dépenses comme enrecettes. En outre, il permet l’inscriptionde recettes et de dépensesnouvelles qui n’étaient pas prévisibleslors du vote du budget primitif(BP).Concernant le fonctionnement, lemaire a dit sa satisfaction « que lesdépenses nouvelles ne sont inscritesque pour un montant contenu,de l’ordre de 800 K€, et qu’elles sontcouvertes aux deux tiers par des recettesnouvelles ». La Ville reste eneffet vigilante quant à la maîtrise deses charges courantes de fonctionnement,dans la perspective d’unbudget 2012 qui s’annonce aussicontraint que ses devanciers.Concernant l’investissement, cebudget supplémentaire complète ladotation initiale affectée aux travauxdu fait du bon avancement d’opérationstelles que le confortement desdigues de Durance. « Vous le savez,cette municipalité a fait de l’équipementde notre cité sa priorité, et ce,afin de conforter son attractivité », arappelé le maire. « Je rappelle à cetégard que nous réalisons depuis 6ans maintenant un volume d’équipementannuel supérieur à 30 M€,seuil qui n’avait jamais été franchiauparavant. Le budget d’équipementétait même de 33 M€ en 2010 et de35 M€ en 2011. Nous souhaitonspoursuivre cet effort sans rien sacrifierde nos objectifs de désendettementet de modération fiscale ».Marie-Josée Roig a tenu à préciserque la Ville, comme l’ensemble descollectivités locales, est confrontéeà un défaut de financement bancaire.Evoquant le démantèlement de Dexia,elle a joué la carte de la transparenceen communiquant des informationsprécises.« La part des emprunts Dexia dansl’encours de dette de la Ville est de47%, soit 87 M€, répartis sur 20 lignesd’emprunts. La structure de ladette restant à rembourser est à 53%à taux fixe et à 47% à taux variable.Le taux moyen est de 3,53% et ladurée résiduelle est de 12 ans et 11mois. Il n’y a aucun emprunt présentantun caractère de dangerosité.Cette dette sera, bien entendu, rembourséeà l’établissement repreneurde Dexia ».UrbanismeLe PLU adoptéAdopté dans sa forme définitive – quitient compte d’un diagnosticenvironnemental poussé – le Plan Locald’urbanisme (PLU) redessine lescontours de notre ville pour répondre ,de façon équilibrée et harmonieuse, audéveloppement démographique etéconomique.La mise en œuvre de ce projet de PLU correspond à la nécessitépour la Ville de réorganiser l’espace communal enfonction de l’augmentation de la population, du développementéconomique, de la mobilité toujours plus grande deshabitants et de la volonté de préserver et mettre en valeurnotre environnement. Il s’agit donc d’un projet ambitieuxqui va bien au delà d’une simple définition du droit des sols.Suite à une longue période de concertation menée danstous les quartiers de la Ville, le projet PLU a été soumis àenquête publique avant de subir quelques modificationsafin de tenir compte des avis des personnes concernées.C’est donc sa version définitive qui a été présentée en octobreau conseil municipal. S’inscrivant à l’échelle du bassinde vie, ce PLU est le fruit d’un subtil équilibre : répondreaux besoins croissants de logements (500 par an surquinze ans) et aux contraintes de déplacements tout en préservantnos espaces, notre cadre de vie et notre environnement.Ceci afin qu’Avignon conforte sa place privilégiéeentre Montpellier et Marseille. Une dimension environnementaleà laquelle le maire attache une importance particulière.« Je voudrais à l’occasion de la présentation de cePLU souligner la très forte volonté de préserver notre cadrede vie et notre environnement. Le PLU constitue à cet égardune rupture avec les documents d’Urbanisme conçus dansles années 1980 tel que le POS. L’élaboration du PLU a étéfondée sur une étude environnementale et une étude agricoledétaillée du territoire communal ». Alors que les POS,qui datent de 25-30 ans, étaient élaborés dans un soucid’équipement du territoire, de construction de bâtiments,de routes, de zones d’activités, le PLU, dont l’élaboration afait l’objet d’une très large concertation, marque la volontéde « privilégier un développement durable économe del’espace, soucieux de la transmission aux générations futures,attentif à la préservation de la biodiversité (1)».Ainsi, plus de la moitié du territoire communal est classéeen zone agricole et naturelle, les zones urbaines industrielleset commerciales représentant 42% du territoire et les zonesd’urbanisation future sont limitées à 277 hectares, soit uniquement4,35% du territoire communal. « Ce PLU est économeen espace, traduit la volonté de préserver notre cadrede vie, notre image de ville historique et de conserver notrepatrimoine naturel et urbain », a conclu le premier magistratde la Ville.(1) Ainsi les études supplémentaires entreprises lors de l’évaluationenvironnementale ont permis de cibler des corridorsécologiques à préserver en raison de la présence d’espècesprotégées : le Rollier d’Europe, que l’on trouve près duchâteau de Courtine ou l’Outarde canepetière, une espacetrès rare qui niche dans les hautes herbes situées près del’aéroport.


SportsNovembre 2011 - 13AVIGNON ACTUALITÉCrée en 1916, le SOA XIIIest l’un des plus vieuxclub de la cité desPapes. Un club au passéprestigieux puisqu’ilpeut afficher à sontableau de chassequatre Coupes de France(1955-1956-1982-1989).Hockey :vive le HCA !Tout va bien pour le SOAAffichant 350 licenciés allant des pupilles aux vétérans (le plus vieuxjoueur a 69 ans !), les Bisons regardent la saison 2011/2012 avec unmoral d’acier. En trois matchs, l’équipe première compte trois victoiresqui lui permet d’occuper le haut du tableau en tant que co-leader.Un optimisme dû à un bon recrutement mais aussi au travail d’un entraineurd’exception, Renaud Guigue. Malgré tout Philippe Duclaux, l’un des deux présidents,garde la tête froide et avoue une ambition mesurée pour son club :une qualification pour le championnat et un bon parcours en coupe. « Il fautque le SOA retrouve l’esprit de la grande époque », ajoute-t-il.Des sponsors aussi bien privés que du domaine public ont répondu présentsainsi que des spectateurs de plus en plus nombreux. La Ville d’Avignon n’estpas en reste avec la rénovation du stade Pierre Baizet à Saint Ruf (1M€) et sapelouse synthétique qui fait beaucoup d’émules. La Ville croit en ses Bisonsen lui accordant un soutien financier important (231 000€pour la saison passée).Le maire reçoit l’équipe de Francede rugby à XIIIMarie-Josée Roig a reçu à l’hôtel de Brantes l’équipe de France derugby à XIII à la veille de son match contre l’équipe d’Angleterre, auparc des sports, le 21 octobre. Un match des International Series –l’antichambre de la coupe du monde de 2013 – qui s’est déroulédans d’excellentes conditions grâce à la mobilisation de la Ville. Lamunicipalité a en effet mis son stade gratuitement à disposition dela Fédération et a mis en place une logistique à la hauteur del’événement. Au moment où nous bouclions ce journal, le résultatde cette rencontre ne nous était pas connu. Après l’Angleterre, laFrance rencontrera l’Ecosse en novembre à Perpignan, puis lesEngland Knights en Angleterre et les Irlandais en Irlande.Jeu à XIII...ou rugby à XIII ?Avant la seconde guerre mondiale, lerugby à XIII était, avec le cyclisme, l’undes deux sports rois de l’hexagone. Ace moment là, on comptait 800 équipespour le XIII alors que le 15 n’encomptait que 300. En 1937, l’équipe deFrance de rugby à XIII pratiquait un jeuqui suscitait l’admiration de tous enremportant la coupe d’Europe.Le conflit mondial allait marquer uncoup d’arrêt à cet engouement. Par undécret en date du 19 décembre 1941, legouvernement de Vichy interdisait lapratique et la confiscation des biens dela fédération de rugby à XIII. La raisonde cet acharnement était l’origineprolétaire de ce sport et son amitiéavec l’Angleterre « représentant » àcette époque une menace pour lerégime en place. Après la guerre, lerugby à XIII renaît de ses cendres endevenant le jeu à XIII.Il faudra attendre 1993 et l’interventionde Marie Georges Buffet, alors ministredes sports, pour qu’un arrêt de la Coureuropéenne redevienne définitivementle rugby à XIII.Suite à la liquidation judiciaire de l’OHCA en juin dernier,on a craint la disparition du hockey dans le paysagesportif avignonnais. Il n’en est rien avec la création,soutenue par la Ville, de l’OHMA (Organisation de HockeyMineur d’Avignon) appelée à devenir très rapidement leHockey Club d’Avignon.Avec la volonté de ne pas pénaliserles jeunes et d’assurer la continuitéd’un sport prisé des avignonnais,Alain Joubert-Bompard, adjointdélégué aux sports et le service municipaldes sports se sont particulièrementinvestis pour que l’histoire du hockey perduredans la cité des Papes.La nouvelle entité, qui a pris ses quartiersà la patinoire d’Avignon depuis larentrée, a pour ambition de devenir unvrai club formateur comme le souhaiteLaurent Bonnet, le responsable de l’association.Tout a bien commencé pourcette nouvelle structure qui compte déjà120 licenciés et qui en espère 150 à lafin de la saison. Les succès sont déjà là: les moins de 11 ans et les moins de 13ans sont invaincus depuis le début duchampionnat. « Aller le plus haut possibleen prenant sont temps et en recréantdes fondations », telle est la volonté deLaurent Bonnet.Une philosophie et un esprit qui ont recueillil’aval de la Ville d’Avignon puisquele samedi 8 octobre une subvention de70 000€ a été votée en conseil municipal: 40 000€pour la location de la glaceet 30 000€de subvention directe.Le hockey à Avignon, de 4 à 18 ansPour tout renseignement :composer le : 06 09 89 01 61CLUB des PARTENAIRESDU SPORT AVIGNONNAIS“L’esprit gagnant !”CITÉOS GUERIPEL - INEO - KAEFER WAENER - GAUTHIER SECURITÉ PRÉVENTION - CARREFOUR - ODONTOS - QUICK - CITADISORANGE BLEUE - TCRA - ARNAUD VOYAGES - BOULANGERIE MARIE - CESP - CASTORAMA - DILILOG -CABINET CAUSSE ET ASSOCIÉS - CAVES CHANTECÔTES - LA MÉDICALE - MEDIACOAvignon Ville de sportavignon.fr


14 - Novembre 2011AVIGNON ACTUALITÉExpression politiqueExpression des groupes politiquesPour cette nouvelle formule d’Avignon Actualité, le maire a décidé d’octroyer davantage de place à l’expression politique.Chronique de l’indécenceDans un ouvrage paru en 1999, « La société décente », le philosophe AvishaiMargalit écrit : « Une société décente, est une société non humiliante. C’estune société où les institutions n’humilient pas les gens. Une société est décentesi le fonctionnement de ses institutions ne fournit pas à ses membresdes raisons valables de ressentir l’humiliation ».L’Union nationale des centres communaux d’action sociale nous fournit uneillustration de cette indécence institutionnelle en révélant, dans son baromètre2011, une détérioration brutale des conditions de vie de nos concitoyensles plus fragiles et les réponses qui y sont apportées.Quelques chiffres pour dire cette situation :83% des CCAS constatent une augmentation globale des demandesd’aides, 8% de plus qu’en 2009 et 4% de plus qu’en 2010.+ 88% de demandes d’aides financières (loyers, factures d’eau,et d’électricité)+ 62% de demandes liées au surendettement+ 56% de demandes d’aides pour des problèmes liés à l’emploi+ 70% de demandes d’aides alimentaires.Signe des temps, les demandes issues de familles monoparentales augmententde plus de 68 %.Tous les professionnels, les bénévoles associatifs appellent à la mobilisationet à l’inventivité pour prévenir la désaffiliation qui pourrait être fatale auxgrands équilibres de notre société. Dans ces mêmes colonnes, notre groupeavait appelé la municipalité à innover et engager avec la CAF, le département,la région et les services de l’état des discussions pour intervenir fortementen amont sur la petite enfance, les familles monoparentales, les jeunessortis du système scolaire sans qualification et les allocataires du RSAdans nos quartiers populaires.En guise de première réponse indécente, la mairie UMP ne nous répond pas,ne prend pas d’initiatives, à l’orée d’un hiver qui s’annonce très difficile.En guise de deuxième réponse indécente, au nom « de la simplification desnormes », le sénateur UMP, Eric Doligé, propose une loi visant à ...supprimerles CCAS... qui, au titre de la loi, assurent des missions de prévention,d’aides individuelles et de développement social.En guise de troisième réponse indécente, les libéraux aux commandes del’Union européenne décident de réduire de 76% l’aide directe aux associationsœuvrant dans le champ de l’aide alimentaire passant de 480 millionsd’€à 113 millions d’€.A tous les échelons, l’indécence semble inspirer les conduites institutionnelles.Les pauvres, les chômeurs n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes. De là àles rendre responsables de la crise, il n’y a qu’un pas que les libéraux del’UMP vont surement bientôt franchir.Groupe Radical-CitoyenJean Loup BERKO - Joël PEYRELes Fantômes de l'OpéraLors de notre dernière séance du conseil municipal le 8 Octobre 2011, nousavons eu droit à une à une « vocalise grinçante » , qui ressemblait au « grandair de la communication » venant de la part de Mme le Maire sur la questiondes finances de l’Opéra –Théâtre.Alors que la majorité de Mme ROIG venait de voter un habituel cadeau derallonge financière fait aux "nécessiteux très riches " de la collection Lambert,nouveau cadeau de 20.000€suite à une exposition « qui a très bien marché» cet été (comprends qui peut),quand après se présente la délibérationsur l’acceptation de la participation de Conseil Général de Vaucluse au financementde l’Opéra ,dont le budget total est de 8 millions d’euros environdont 5,642 millions d’euros pour la Ville . Le CG84 se proposant de verser230.000 €à ce budget .Qu’elle ne fut pas la surprise de voir sortir un « contre-ut » perçant de la bouchede Madame ROIG , ponctué par un coup sur la table « Je retire cette délibérationla ville est trop pauvre pour accepter l’aumône » et de se draperdans une dignité toute communicante.Il est vrai que l'Opéra est mal financé par les diverses collectivités territorialesconcernées, son rayonnement touche aussi bien ,le Grand AVIGNON,que le CG 13 ,le CG 30,la région Provence Alpes Côte d’Azur ,la régionLanguedoc Roussillon et bien sur l’État , il serait logique qu’une coopérations’établisse pour cet établissement culturel ,qui rappelons le est une PMEculturelle de 200 personnes et qui donc est utile non seulement culturellementmais aussi économiquement .Voilà le problème "les fantômes sont nombreux " à ne pas contribuer ou insuffisammentà l’Opéra ,mettre le CG 84 seul sur la sellette relève d'unmanque de cohérence ou d'un degré avancé de recherche du BUZZ communiquant.Mais pas d'une vraie recherche de justice et d'efficacité budgétaire poursoulager la ville du portage de cette charge financière qui sert un intérêtgénéral plus large que la seule commune d’AVIGNON .Groupe d’Opposition Municipale RGEARassemblement de la Gauche,des Ecologistes et Alter MondialistesA.CastelliM.ClavelZ.HaddaouiM.RieuxContacts :40 90 80 88 18/1906 84 65 10 00Blogs : http://www.avecmaxrieux.frhttp://www.andrecastelli.orgSous l’œil des caméras, rien de nouveau !Nous sommes souvent sollicités par les Avignonnais pour des questions desécurité qui ne trouvent pas de réponse actuelle.La Sécurité relève de l’autorité et de la compétence de l’État. Et l’État estdéfaillant. En ce qui concerne la prévention de proximité et la tranquillité publique,la Mairie doit avoir un rôle moteur. Et le moteur est grippé.Il faut déplorer l’indigence du soutien accordé aux associations et acteurssociaux dans ce domaine. En matière de tranquillité publique, la Mairie gesticulemais n’agit pas vraiment.Le tout vidéo n’est pas une solution puisqu’il ne fait que déplacer les problèmes.Même dans les communes sous totale vidéosurveillance, la délinquancene recule pas (augmentation de la violence, adaptation des délinquants,dégradation des matériels). A Avignon, les caméras sont installéesde manière incohérente. La plupart des demandes des riverains dont nousfaisons écho restent lettre morte au profit d’installations plus visibles maismoins efficaces.Si les caméras peuvent être un élément de surveillance pour des biens matériels(zones industrielles, parkings), rien ne remplace la présence de policiersnationaux (dont la Députée Maire continue de soutenir la réduction deseffectifs et des budgets) et de policiers municipaux qui doivent être mieuxformés, mieux rémunérés et plus considérés.La « municipale » ne se substitue à la « nationale ». Son rôle est de tisser unlien de confiance avec la population avignonnaise et de pratiquer un véritableilotage dans une approche préventive clairement assumée. Ne faire quede la répression, c’est se satisfaire qu’un délit soit commis pour avoir le seulplaisir d’essayer d’en punir les auteurs.Nous ne nions pas la difficulté de l’exercice mais nous regrettons l’inefficacitédu binôme Gouvernement/Ville qu’incarne la Député Maire UMP. Les problèmesconcrets des habitants ne sont pas résolus : trafics, rodéos de quaddangereux pour les jeunes et moins jeunes, violences, voitures brûlées.Lutter contre la violence exige une réponse globale. Nous avons de nombreusespropositions cohérentes mais qui n’entrent pas dans les quelqueslignes dont nous disposons ici.Sur Avignon, les choix du Maire UMP pour la sécurité relève de l’apparence,de ce qui se voit et non pas de l’efficacité réelle. Il est temps de dépasser lemanichéisme hémiplégique qui oppose prévention et répression. Il s’agit defaire de la sécurité, un des ferments de la cohésion de notre ville.Vos élus socialistesDavid FOURNIER, Michèle FOURNIER ARMAND,Paul HERMELIN, Christine LAGRANGE, Chantal LAMOUROUX04 90 80 88 18 / 04 90 80 88 19LA VILLE PRATIQUEALLO MAIRIE0810 084 184Répond à vos demandes pourdifférents types de préoccupations :voirie, circulation, collecte,encombrants, propreté, transport desseniors, démarches administrativesHOTEL DE VILLEPlace de l’Horloge84045 Avignon Cedex 9T.04 90 80 80 00www.avignon.frMAIRIES ANNEXESQUARTIER INTRA-MUROS :Maison Manon12, place des CarmesT. 04 90 86 42 55mairie.annexe.intramuros@mairie-avignon.comQUARTIER EST :7, rue Laurent FauchierT. 04 90 89 55 60mairie.annexe.est@mairie-avignon.comQUARTIER NORD :Avenue Jean BoccaceT. 04 90 85 81 05mairie.annexe.nord@mairie-avignon.comQUARTIER OUEST :30, avenue MonclarT. 04 90 86 44 67mairie.annexe.ouest@mairie-avignon.comQUARTIER NORD ROCADE :106, avenue de la TrilladeT. 04 90 89 64 11mairie.annexe.nordrocade@mairie-avignon.comQUARTIER SUD ROCADE :1, place A. Farnèse, immeuble GiottoT . 04 90 80 58 00mairie.annexe.sudrocade@mairie-avignon.comQUARTIER SAINT-CHAMAND :8, rue François MauriacT. 04 90 87 23 02mairie.annexe.stchamand@mairie-avignon.comILES BARTHELASSE ET PIOT :Villa AvenioT.04 90 85 49 76mairie.annexe.barthelasse-piot@mairie-avignon.comMONTFAVET :Square des CigalesT. 04 90 32 13 42mairie.annexe.montfavet@mairie-avignon.comPOLICE MUNICIPALET. 04 90 85 13 1313 ter, quai de Saint LazareOBJETS TROUVÉS :T. 04 32 76 01 73FOURRIÈRE :T.04 90 80 42 242, boulevard André DelormeCCASCENTRE COMMUNALD’ACTION SOCIALE4, avenue Saint-JeanT. 04 32 74 31 00


16 - Novembre 2011AVIGNON ACTUALITÉSortirOPÉRATHEATREOPERA THEATRE D’AVIGNON ETDES PAYS DE VAUCLUSEPlace de l’HorlogeT. 04 90 82 81 40www.operatheatredavignon.fr● ORCHESTRE LYRIQUE DE REGIONAVIGNON PROVENCEDirection musicale : Yeruham ScharovskyVendredi 4 novembre à 20h30● DAVID KADOUCH - PianoMardi 8 octobre à 20h30● ORCHESTRE LYRIQUE DE REGIONAVIGNON PROVENCEDirection musicale et piano : Jean-François HeisserVendredi 11 novembre à 20h30● THAISOpéra de MassenetMise en scène Nadine DuffautMardi 29 novembre à 20h30● LE SOLDAT ROSEMusique Louis ChedidMise en scène Vincent FuchsJeudi 1er décembre à 20h30THEATREATP / AMIS DU THEATREPOPULAIRESalle Benoit XIIRue des TeinturiersT. 04 90 27 66 50● FRAGMENTS DU DESIRJeudi 24 novembre à 20h30THEATRE DES HALLES4, rue Noël BiretT. 04 32 76 24 51www.theatredeshalles.com● LA CHUTE DE TROIED’après Homère, Euripide, Sénèque etHanoch Levin18 et 19 novembre à 20h30Dimanche 20 novembre à 16hAvec les élèves du Conservatoire duGrand Avignon● EXPOSITION DE PHOTOGRAPHIESLes années 50 et 51 du Festival d’Avignonvues par Edmond VolponiVisible les jours de spectacleTHEATRE DES CARMES ANDREBENEDETTOPlace de Carmes38, rue Guillaume PuyT. 04 90 82 20 47● LA CIE IRINA BROOK AUX CARMESUne odysséeVendredi 18 novembre à 20h30TempêteSamedi 19 novembre à 20h30THEATRE DU CHENE NOIR8 bis, rue Sainte CatherineT. 04 90 82 40 57www.chenenoir.fr● L’ARRACHEUSE DE TEMPSSamedi 5 novembre à 20hDimanche 6 novembre à 16h● IDA PFEIFFERVendredi 18 novembre à 20h● NOTRE TERRE QUI ETES AUX CIEUXJeudi 24 novembre à 19hVendredi 25 novembre à 20hTHEATRE DU CHIEN QUI FUME75, rue des TeinturiersT. 04 90 85 25 87www.chienquifume.com● NOIR COMME MOIAvec Clémentine CélariéMardi 22, mercredi 23 et samedi 26 novembreà 20h30Dimanche 27 novembre à 17hTHEATRE DU BALCON38, rue Guillaume PuyT. 04 90 85 00 80http://theatredubalcon.org● TANGO NERUDAConçu et interprété par Serge Barbuscia18 et 19 novembre à 20h30● TERUELOu le rituel de la corrida25 et 26 novembre à 20h30THEATRE DES DOMS1 bis rue des escaliers Sainte-AnneT. 04 90 14 07 99www.lesdoms.eu● BACK TO THE ROOTSDanse Urbaine / Hip-Hop / AfroJeudi 3 novembre à 20h30Vendredi 4 novembre à 14h30● QUOI DIRE DE PLUS DU COQ ?De Xavier DurringerCie des OuvriersJeudi 17 novembre à 20h30FABRIK THEATRE1, rue du ThéâtreT. 04 90 86 47 81● UN VOYAGE MUSICAL DE L’OCCIDENTVERS L’ORIENTPar Farshad SoltaniMercredi 9 novembre à 14h30● LES VOYAGES DE GULLIVERMercredi 16 novembre à 10h et 14h30● BLANCHE NEIGEPar le Théâtre du KronopeMercredi 30 novembre à 14h30LE PARIS5, rue Henri FabreT. 08 99 70 60 51www.leparisavignon.com● EN COUP DE VAMPJeudi 3 novembre à 20h30● LE GANG DES POTICHESVendredi 4 novembre à 20h30Samedi 5 novembre à 20h30● PETITES MECHANCETES DANS LECOUPLEDu 4 au 12 novembreLes vendredis et samedis à 21hJeudi 10 novembre à 21h● LES CHEVALIERS DU FIEL CHANTENTNOELMardi 15 novembre à 20h30Mercredi 16 novembre à 20h30● LE CASSE DU SIECLEDu 18 au 26 novembreLes vendredis et samedis à 21h● UNE CHAMBRE POUR DEUXSamedi 26 novembre à 20h30MUSIQUEET DANSEAJMI4, rue des Escaliers Sainte-AnneT. 04 90 86 08 61www.jazzalajmi.com● SYLVAIN CATHALA TRIOVendredi 4 novembre à 20h30● SABBAGH / MONDER / HUMAIR TRIODimanche 13 novembre à 17h● JAZZ MIGRATION / METAL–O–PHONEVendredi 18 novembre à 20h30● INGRID LAUBROCK TRIO SLEEPTHIEFAKA MOONSamedi 26 novembre à 20h30LES PASSAGERS DU ZINC23, route de MontfavetT. 04 90 89 45 49www.passagersduzinc.com● SEBASTIEN STURM + GROUNDATIONSamedi 5 novembre à 20h, Salle polyvalentede Montfavet● REDEYE + THOMAS FERSEN9 novembre à 20h, Salle polyvalente deMontfavet● LES FATALS PICARDS10 novembre, ouverture à 21h● THE GLADIATORS21 novembre, ouverture à 21h● MILOW24 novembre, ouverture à 20h● L’ESPRIT DU CLAN + LOUDBLAST25 novembre, ouverture à 20hCDC LES HIVERNALES18, rue Guillaume PuyT. 04 90 82 33 12www.hivernales-avignon.com● DROLE(S) DE HIP HOPFestival de musiques urbaines3 novembre à 18h304 novembre à 20h30EXPOSITIONMUSEE CALVET65, rue Joseph VernetT. 04 90 86 33 84www.avignon-egypte.com● FASTUEUSE EGYPTEJusqu’au 2 janvier 2012MUSÉE DU MONT DE PIÉTÉ &MUSEE DE LA CONDITION DESSOIESArchives Municipales - 6, rue SalucesT. 04 90 86 53 12● CARTES ET PLANS D’AVIGNON XVIème– XXème SIECLEJusqu’au mois de décembreMUSEE ANGLADON5, rue Laboureur - T. 04 90 82 29 03● TRESORS D’UN COLLECTIONNEURLa bibliothèque littéraire de JacquesDoucet : de Baudelaire aux surréalistesMAISON JEAN VILARMontée Paul Puaux - 8, rue de MonsT. 04 90 86 59 64www.maisonjeanvilar.org● INSTALLATIONSPrésences de Jean Vilar : L’aventure deJean Vilar et du TNP. De Maurice (Béjart)à Boris (Charmatz) La danse au Festivald’Avignon de 1966 à 2011MUSEE REQUIEN67, rue Joseph-VernetT. 04 90 82 43 51● SUR LES TRACES DE LA PANTEREDES NEIGESJusqu’au 17 décembreCOLLECTION LAMBERT ENAVIGNON5, rue VioletteT. 04 90 16 56 20www.collectionlambert.com● LE TEMPS RETROUVEJusqu’au 20 novembreCONFERENCESET ANIMATIONSSALLE DES FETESDE L’HOTEL DE VILLEPlace de l’Horloge● LA CAMARGUE DE BARONCELLI, VUEET COMMENTEE PAR PIERRE AUBANELVidéo-conférence organisée par le Flourègeet l’association BaroncelliVendredi 18 novembre à 17hCENTENAIRE DE LA NAISSANCEDE JEHAN ALAIN (1911- 1940)Proposé par Orgue en Avignon et dansles Pays de Vaucluse● HÔTEL DE VILLEConférence : « Jehan Alain, la musiqueet les arts dans les années 20 et 30 »Samedi 5 novembre à 11hExpo : « Jehan Alain, musicien poète »Du 5 au 10 novembre. Animations pédagogiquespour les scolairesSur inscription au 04 90 82 21 75du 7 au 10 novembre, de 14h30 à 16h30● COLLÉGIALE SAINT-AGRICOLConcert-Lecture-SpectacleSamedi 19 novembre à 16h● OPÉRA THÉÂTRE D’AVIGNONConcert symphoniqueVendredi 9 décembre à 20h30Responsable de la publication :Fabien STRACKResponsable de la communication :Philippe DEBONDUEService Communication – Ville d’AvignonT. 04 90 80 80 55 – Fax : 04 90 80 81 32Rédacteur en chef :Philippe BRIDOUX-MARTINETT. 04 90 80 82 62philippe.bridoux-martinet@mairie-avignon.comRédaction :Philippe BRIDOUX-MARTINETJean-Michel CABANNESMarion WAYSENSONAgenda : Colette SIBILLEcolette.sibille@mairie-avignon.comMaquette : Gérard GUILLOTPhotographes :Christophe AUBRY - Grégory QUITTARDImpression : IPS ChâteaurenardRégie publicitaire : AECPPhilippe VIOLIER - 06 59 21 52 00Eric Serraen concert à AvignonEric Serra et son RXRA GROUP donneront un concert unique etgratuit à l'Opéra d'Avignon à l'occasion du Forum d'Avignon.Pourquoi faire un concert au Forumd’Avignon ?J'aime ce Forum. C'est un endroit incroyable,un regroupement de gens demilieux très différents, tous passionnéspar ce qu'ils font, et avec une motivationcommune : la culture.J'ai juste envie de faire un concert pourpartager ma passion avec eux. Et le faitde l’ouvrir aux Avignonnais est pourmoi un vrai plaisir. Composer de la musiquepour un film me passionne, maisla scène… est une émotion pure entemps réel, une transe : c'est ce queje ressens quand je joue.A l'image de Lyon et d'autresvilles, la Ville d'Avignon relance latraditionnelle "fête des lumières"et invite les habitants à mettre,dès 18h, des lampions sur leursfenêtres.A l'occasion de cette fête qui remonteau XVIIème siècle dans notre cité, lesComment est né votre groupe ?En vérité j'ai monté ce groupe par hasard,pour une occasion particulière :le mariage de Luc Besson en 2004.J'étais son témoin et ne savais pas quoilui offrir. Je me suis souvenu qu'à l'époquede nos 18 ans, la seule personne,mis à part les musiciens, qui aimait lesmêmes musiques que moi (WeatherReport, Mahavishnu Orchestra, HerbieHancock ...) était Luc Besson. J’ai doncdécidé de monter un concert avec les"tubes" de ces groupes.C’était une surprise totale. Le DJ CutKiller avait été convié pour animer lasoirée. Il a passé une intro de WeatherReport puis nous avons enchaîné enlive ! J'avais réuni les meilleurs musiciensdu pays ! Par la suite, le propriétairedu Sunset nous a demandé devenir jouer dans son club mais je souhaitaisque cela se fasse autour d’unconcept.Nous avons donc décidé de monter unrépertoire spécial pour ce concert, exclusivementdes compositions de WeatherReport et Jaco Pastorius. Pendant lesrépétitions, le clavier Thierry Eliez aproposé : « et pourquoi on ne monteraitpas tes morceaux ? ». Depuis on acontinué le groupe.Comment avez-vous choisi ce quevous allez jouer ?On a écouté tous mes albums et décidéde ce qui était intéressant à adaptersur scène, en particulier les musiquesles plus emblématiques : le GrandBleu, Nikita, Léon, le 5ème élément…Nous faisons en fait très peu de concertspour le moment : environ cinq par an,beaucoup trop peu à mon goût. Je m'apprêteà faire un album afin de générerplus de concerts, car même si j'adorecomposer de la musique de films, celane me satisfait pas pleinement. Celane s’oppose pas d’ailleurs, c’est commelire un bouquin et jouer au tennis, j’aimeles deux mais l'un ne peut pas remplacerl'autre ! Cet été, j’ai vécu uneexpérience magnifique au festival "UnViolon sur le Sable" à Royan. J'étaisinvité à diriger l'Orchestre Symphoniquede l'Opéra de Paris, interprétant unede mes compositions d'Arthur et lesMinimoys, devant 60.000 personnes !Pour moi qui n'avais dirigé qu'en studio,être chef d’orchestre sur scène aété une vraie révélation et une expérienceinoubliable !Petit à petit je vais créer des musiquespour le groupe, j'ai envie de cassercette image de « Eric Serra joue sesmusiques de films ». John Williams,Ennio Morricone ou Michel Legrand nesont pas des musiciens de scène. Moi,j’adore la scène et c'est de là que jeviens, je voudrais juste rétablir l'équilibre- et faire plus de concerts. Je suisplutôt timide tendance paranoïaque,mais quand je suis sur scène je saisqu'il se passe un truc magique entreles musiciens du groupe, et cette magieopère aussi entre le public et nous.Concert gratuit offert par la Ville et le Forum d'Avignon.Entrée libre sous réserve de places disponibles (pas de réservation).18 novembre à 22h à l'Opéra théâtreAVIGNON VILLE LUMIÈRE, le 8 décembreAvignonnais sont également invités àparticiper à une procession qui démarreraà partir de 18h des trois églisesdu centre-ville : Saint-Pierre, Saint-Agricol et Saint-Didier, pour remonterjusqu'à la Métropole Notre Dame desDoms en passant devant le palais desPapes illuminé de mille lampions.

More magazines by this user
Similar magazines