L'examen de l'œil et de ses annexes - Safari Tanzanie

safari.tanzanie.com

L'examen de l'œil et de ses annexes - Safari Tanzanie

Les Dossiers Techniques - CENTRAVET MATERIEL – Reproduction même partielle interdite sans autorisation

Lors d’hypertension oculaire importante (glaucome aigu, résultat entre 0 et 3), on utilise

d’emblée le poids de 10 g compte tenu de l’augmentation importante de la rigidité

cornéenne.

Les valeurs « moyennes » normales de PIO données par le fabricant vont de 15 à 20 mm Hg :

elles sont obtenues par des tables de conversion entre graduations et valeurs de la PIO selon

le poids utilisé (5,5 g, 7,5 g ou 10 g) valables pour l’homme ; les valeurs de PIO en mm Hg

correspondantes au repérage sur le quadrant gradué sont comprises entre 12 et 24 pour le

chien, 12 et 26 pour le chat, 14 et 22 pour le cheval si on utilise les tables de conversion

humaines fournies avec l’appareil (selon Severin).

Si on utilise des tables de conversion spécifiques pour chien et chat (Tableaux 3 et 4), on

obtient 15 à 28 mm Hg pour le chien, 16 à 30 pour le chat (selon Severin), 17 à 25 pour le

chien et 15 à 30 pour le chat selon notre expérience, voire entre 25 et 30 pour des chiens de

petite race à faible rayon de courbure cornéen.

Le tonomètre doit être testé avant usage sur son bloc convexe d’essai, l’aiguille-index doit

être alors à la graduation 0 sur le cadran, sinon l’étalonnage doit être ré-effectué.

On considère qu’une mesure est fiable si une même valeur (ou des valeurs très voisines) est

(sont) obtenue(s) en la répétant trois fois.

Les avantages de cet appareil sont :

- un faible coût d’achat,

- la facilité de stérilisation (dans sa boîte au Trioxyméthylène).

Ses inconvénients sont les suivants :

- un manque de précision souvent cité dans la littérature (inconvénient très relatif à notre

sens),

- des erreurs de mesure liées à la contention de l’animal (indocilité du patient, verticalité

imparfaite de la tête, traction exagérée sur les paupières),

- des erreurs de mesure liées à un nettoyage insuffisant de l’appareil (il doit être nettoyé

après chaque usage, faute de quoi les résidus après séchage du mucus ou des larmes qui

remontent par capillarité dans le cylindre exercent des forces de frottement sur le piston).

Référence matériel et

consommable : tonomètre

oculaire de Schiötz (Figure 23),

collyre Tétracaïne.

Figure 23– Tonomètre de Schiötz

Dossier technique ophtalmologie 20 septembre 2006

More magazines by this user
Similar magazines