L'examen de l'œil et de ses annexes - Safari Tanzanie

safari.tanzanie.com

L'examen de l'œil et de ses annexes - Safari Tanzanie

Les Dossiers Techniques - CENTRAVET MATERIEL – Reproduction même partielle interdite sans autorisation

lame et la coloration extemporanée durant la

consultation (coloration rapide RAL 555, coloration de

May-Grünwald et Giemsa), mais la cytobrosse (Figure 31)

est mieux adaptée à la récupération des cellules

conjonctivales, permet une meilleure conservation des

organites intracellulaires (chlamydophila, mycoplasmes,

herpès virus félin…) aux fins d’envoi dans un tube sec au

laboratoire pour diagnostic par PCR, peut être couplée à

un milieu de transport si besoin.

Pour notre part, nous avons complètement abandonné

la spatule métallique pour le prélèvement de cellules

conjonctivales.

Si l’on souhaite prélever des cellules épithéliales

cornéennes, un filtre circulaire en acétate de

cellulose Millipore GSWP1300 (souvent fourni sur simple demande par le laboratoire) est

nécessaire : appliqué par sa face rugueuse sur la surface cornéenne, il est attaché par 2 clips

métalliques à une lame porte-objet et fixé dans le formol à 10% pour examen cytologique, ou

adressé tel quel dans un tube sec pour diagnostic par PCR.

Références consommables (Figure 32) : Ecouvillon sec + tube stérile UU, Ecouvillon et tube

stérile Portagerm Amies UU, Cytobrosse stérile (bactériologie, PCR) et Cytobrosse non stérile

(étalement sur lame), colorants de May-Grünwald et Giemsa ou Kit RAL 555, Lame porteobjet

UU, Tube prélèvement UU sec 5 mL.

Une solution stérile de lavage oculaire :

Avant l’exécution de certains actes, le nettoyage cornéen et

conjonctival est nécessaire soit pour des raisons optiques

(ophtalmoscopie, cathétérisme des points lacrymaux,

biomicroscopie et gonioscopie dans le cadre d’un examen plus

spécialisé), soit pour des raisons de non contamination

du matériel d’examen (sondes lacrymales métalliques,

tonomètre, verre à gonioscopie dans le cadre d’examen

plus spécialisé).

Il est réalisé par rinçage des surfaces oculaires à

l’aide de la solution légèrement sous pression ;

Références médicaments : Ocryl®, Option®…

Des collyres de diagnostic :

Figure 31 – Recueil de cellules conjonctivales

à la cytobrosse chez un chat

Figure 32 – Cytobrosse ci-dessus

Ecouvillon à prélèvement ci-dessous.

des mydriatiques : pour l’examen du fond d’œil, plutôt que l’ atropine (collyre à 0,5

ou 1%), on utilise un parasympatholytique de courte durée d’action : le tropicamide

collyre à 0,5% (Mydriaticum 0,5%®) instillé trois fois à 5 mn d’intervalle 20 mn avant

l’examen.

� un collyre sympathomimétique (Néosynéphrine 10%®) et un collyre

parasympathomimérique (Pilocarpine 1%®) pour le diagnostic des affections du système

nerveux autonome oculaire.

� un collyre anesthésique pour pratiquer différents examens complémentaires

(tonométrie, cathétérisme des points lacrymaux…) : on utilise soit le collyre

oxybuprocaïne à 0,3% (Cebesine®), soit la Tetracaïne unidose, instillés quelques dizaines

de secondes avant l’examen.

Dossier technique ophtalmologie 29 septembre 2006

More magazines by this user
Similar magazines