L'examen de l'œil et de ses annexes - Safari Tanzanie

safari.tanzanie.com

L'examen de l'œil et de ses annexes - Safari Tanzanie

Les Dossiers Techniques - CENTRAVET MATERIEL – Reproduction même partielle interdite sans autorisation

� l’éclairage indirect : il focalise l’éclairage sur une structure postérieure (par exemple l’iris)

à celle que l’on veut observer (par exemple la cornée), ce qui permet de repérer de très

discrètes opacités (par exemple une lésion de dystrophie cornéenne stromale débutante, ou

une endothélite localisée (Figure 40)

Des filtres sont disponibles sur le biomicroscope (filtres Bleu Cobalt et parfois vert anérythre

(voir ophtalmoscope direct).

L’examen des structures antérieures s’effectue sans dilatation

pupillaire préalable, la dilatation pupillaire au Mydriaticum®

est de règle pour l’examen complet du cristallin et du vitré

antérieur.

Le biomicroscope, qui représente un investissement matériel

conséquent, est l’instrument idéal pour l’examen des structures

allant des paupières au vitré antérieur ; binoculaire (ce qui est

essentiel), il permet la vision stéréoscopique, donc

l’appréciation des distances et de la profondeur des lésions.

Références matériel et consommables : biomicroscope Kowa

SL15 (Figure 42), Mydriaticum®, Fluorescéine.

2.4.2.2 L’ophtalmoscope

indirect :

Figure 42 – Biomicroscope portable Kowa SL15 sur son

support

L’ophtalmoscope indirect se compose d’un

casque réglable avec bandeau frontal

muni d’une source lumineuse (ampoule et

prisme de focalisation) et de deux oculaires

dont l’écartement est adaptable à la

distance interpupillaire de l’examinateur

(Figure 43 A et B).

La source lumineuse envoie dans

l’œil examiné un faisceau d’intensité

réglable à l’aide d’un rhéostat incorporé

à la source d’énergie, cette dernière

pouvant être de deux types :

Figure 43A – Ophtalmoscope indirecte (d’après Severin)

1 : source lumineuse 4 : lentilleplano-convexe

2 : miroir réfléchissant 5 : examinateur

3 : pinces de réglage de 6 : patient

l’écartement oculaire

� batterie de poche rechargeable (Accubox) non reliée au secteur, extrêmement

pratique car elle assure une complète autonomie de déplacement à l’examinateur ;

elle présente l’inconvénient, en fin de charge, de diminuer l’intensité d’éclairement

par rapport au réglage effectué ;

� transformateur relié au secteur qui peut être de table ou mural : des rallonges

peuvent être ajoutées au cordon reliant le casque au transformateur, ce qui minore

considérablement voire annule les contraintes liées à une autonomie de

déplacement limitée, l’intensité d’éclairement restant constante pour un réglage

donné ; l’avantage du transformateur mural au cabinet de consultation est qu’il

possède un support faisant office d’interrupteur lorsque le casque y est posé, ce qui

permet de farder l’instrument « à poste » et de l’utiliser en permanence.

Dossier technique ophtalmologie 35 septembre 2006

More magazines by this user
Similar magazines