Entreprendre Octobre 08 - BECI

beci.be
  • No tags were found...

Entreprendre Octobre 08 - BECI

dossiertransport & mobilitéPAR LA VOIE DES AIRSQuel avenir pour le transport demarchandises par avion ?Le rôle de Bruxelles National est essentiel pour l’économie bruxelloise. D’autant que le fretaérien est en évolution constante. Même si, aujourd’hui, le prix du pétrole a ralenti cetteprogression. Au point de mettre certaines compagnies en danger. Toutefois, la globalisationdes marchés nécessite le transport par air.Interview de deux acteurs du secteur, Jean-Claude Delen, Managing Directorde DHL Belgium et Guy Hardy, Head of Cargo Sales Brussels Airlines.Jean-Claude Delen, Managing Director de DHL Belgium44N° 10 - OCTOBRE 2008 - ENTREPRENDRELe pland’élargissementdu ring, sujet àpolémique, peutilfaciliter l’accèsà l’aéroport deBruxelles et inciterles entreprises às’installer autour deBrucargo ?JEAN-CLAUDE DELEN : Cela ne vaguère faire de différence, car il s’agitd’une solution momentanée. Ce qu’ilfaut, c’est désenclaver en faisant lajonction entre la E19 et la E40. Unesorte de Francilienne. Il convientaussi de faire dévier certains transitspour éviter Bruxelles.Comment DHL gère-t-il laproblématique des vols de nuit ?JCD : Il existe une différence entrevols de nuit et vols silencieux. Lesavions de nuit doivent respecterl’environnement et les niveaux debruit. C’est cette option qu’a choisieDHL. Nous possédons les avions lesmoins bruyants actuellement sur lemarché. Et nous allons en acquérird’autres, plus performants encore. Ilest nécessaire de se rendre compteque les vols de nuit ne concernentpas uniquement les vols commerciauxmais aussi les vols militairesau matériel nettement plus assourdissant.Plus globalement, BruxellesNational n’est-il pas amené àdevoir diminuer ses activitésnocturnes par la pression desriverains ?JCD : Bruxelles National ne pourrapas redevenir un hub cargo de nuitimportant, mais on ne peut pas lesupprimer totalement. Car si on veutse profiler comme étant un pays (ouune région) spécialisé en distributionet logistique, on ne peut se permettrede brider les outils nécessaires à cesactivités.Plus généralement, comment seporte le transport aérien de freten Belgique et en Europe ?JCD : Le fret a connu une évolutionimportante. Maintenant, le prix dufuel a mis en difficulté de nombreusescompagnies. Le marché fret souffreénormément à cause du coût ducarburant car seule une partie est absorbée.Et quand on sait que 80 % desfrais de fonctionnement de certainescompagnies concernent le carburant,on imagine l’influence du cours dubaril sur leur santé financière. Deplus, on note un glissement vers lemaritime. Pourtant, il existe encoretrop de bateaux polluants, sans parlerdu problème du dégazage. ChezDHL, on essaie de trouver la meilleuresolution, peu importe le moyen detransport.Et le rail ?JCD : Le rail pose problème, notammentparce qu’il faut au moins 20wagons. Ce qui est énorme. On faitface à une certaine inertie des sociétésde chemin de fer. Hormis la DB (Allemagne)qui, depuis peu, commenceà commercialiser des unités de 1 wagon.DHL utilise le train entre Bologneet Rotterdam. Si on connaît toujoursl’heure de départ, on ne sait pas quandil va arriver. Il y a les attentes dues àla priorité du transport voyageur etles changements de locomotive auxfrontières italo-suisse et helvético-allemande.Heureusement que l’Allemagneet les Pays-Bas ont un accordpour éviter la même manœuvre entreces deux pays. Le rail manque de réflexecommercial, d’infrastructures etd’intermodalité de l’équipement. Sansoublier que les sociétés privées de cheminde fer délaissent certains sillonsjugés non rémunérateurs. La meilleuresolution à adopter serait de créer unréseau rail avec un système uniquereliant les grandes villes européennes.Et d’avoir une plus grande ouverturecommerciale.Tous ces déplacements sont liésau just-in-time. Fonctionnementque les sociétés comme DHL ontfavorisé.JCD : DHL et ses concurrents n’ontfait que répondre aux demandes du

More magazines by this user
Similar magazines