FGF rapport jeunes economie durable

fgf.be

FGF rapport jeunes economie durable

Economie durable :8 jeunes en parlentUne initiative de la Fondation pour les Générations Futures, avec le soutien de laRégion Wallonne.Animation et rapport : Christophe Vermonden, Formateur en éducation audéveloppement durable.1


Résumé :A l’approche du sommet Rio+20, ce projet visait à récolter les représentations de jeunes Wallons surl’économie durable et à communiquer leurs propositions, questions et attentes sous la forme d’une video,lors de divers événements, dont le sommet lui-même. Après un contact avec plus de cinquanteassociations, institutions et personnes-relais, huit jeunes ont pris part à une journée de réflexion surl’économie durable et les métiers verts. L’animation de la journée était organisée autour d’exemplesconcrets et de rencontres avec des personnes issues des secteurs de l’éco-construction, des filières bio, dela logistique et de l’animation de réseaux. Cette journée était articulée au second volet du projet : l’étudede faisabilité d’une «plate-forme jeunesse et économie durable».Pour les jeunes rencontrés dans le cadre de ce projet, le changement vers une économie durablecommence par soi, ses valeurs et ses habitudes de vie. Malgré leur intérêt et leurs parcours de formation,les jeunes se disent peu outillés en matière d’action concrète et de compréhension de terrain surl’économie durable, le fonctionnement d’une entreprise, son contexte et ses marges de manœuvre.Les principales voies concrètes qui émergent des interventions consistent à «relocaliser» l’économie et àfonder les productions et les échanges de biens et services sur des critères éthiques.1. Objectifs et balises du projetFaire participer les jeunes à la mise en place d’une économie durable en Wallonie ; entendre et relayerleurs préoccupations, les confronter à des actions existantes et à des personnes engagées dansl’entreprenariat durable, tels étaient les objectifs du projet.Plutôt qu’un message unique, représentatif d’une position des jeunes, une attention particulière portaitsur la diversité des messages, chacun ayant sa légitimité. Il s’agissait donc aussi de «recruter» un panel dejeunes issus de secteurs et milieux divers.Une autre balise du projet consistait à rester dans le concret de l’économie durable, de tester et de discuterdes propositions réelles, à partir de réalisations effectives dans des secteurs identifiés via le plan Marschall2.vert, ainsi que d’initiatives identifiées par la Fondation pour les Générations Futures.Enfin, il était nécessaire d’articuler les discussions au second volet de ce projet, à savoir la plate-forme«Jeunes et Economie durable».Ces balises ont orienté le recrutement des jeunes ainsi que les choix d’animation : exemples d’entreprises,questionnement, invitation des personnes ressources.Fondation pour les Générations Futures – Economie durable : 8 jeunes en parlent 2


2. Démarches2.1. Recrutement des jeunes.2.1.1. Supports de communicationAfin de coller aux préoccupations des jeunes et à leur image d’une économie durable, nous en avonssollicité quatre pour créer une invitation à la journée d’échanges (voir annexe 1) : une étudiante àl’ICHEC, une enseignante en sciences sociales et deux élèves du secondaire (général et professionnel).Ce travail a mis en évidence de premiers mots associés à l’économie durable.Parallèlement, un support de présentation à destination des personnes et institutions relais a été envoyéà chacune d’entre elles.2.1.2. Appel à participationAfin de recruter un panel de jeunes le plus diversifié possible, nous avons investigué sur les champssuivants : études (niveaux-types-secteurs), vie active (chômage/insertion/emploi - secteur d’activité),participation associative, sexe. Ensuite, nous avons présenté le projet à des personnes et institutionsrelais des divers champs identifiés et nous les avons incités à relayer l’invitation auprès des jeunesqu’elles côtoient. Signalons leur accueil positif et favorable.D’autre part, tous les jeunes ayant participé à Future Smile ont été contactés, à la fois comme participantpotentiel et comme relais. Le tableau ci-dessous répertorie les contacts et les nombreuses relanceseffectuées.critères contact direct relaisvie activeétudessecondairesCPAS de Namur, Jeunes CSC Namur-Dinant, Forem,Quelque Chose à Faire, GABS, Mirena Namur, InstitutEco-Conseil de NamurSainte-Marie Namur, IATA, Centre Scolaire Saint-Servais Asty Moulin, CEFA Asty Moulin, InstitutCardijn Lorraine, Collège de Chimay, Athénée Royald’EsneuxPhilippe Noël (président Bois etHabitat, vers entreprises etorganisations du secteur)Jean-Michel Lex, Coren asbl (vers lesécoles, directions et professeursimpliqués dans des agendas 21 et desgestions environnementales)3


critères contact direct relaisHELB (Ecologie Sociale), HEC Liège, FUCAM, AGENamur, Kots à projets de Namur et LLN, HENAM,FUNDP (groupe DD),étudessupérieuresparticipationassociativeGreen Belgium, Patro, Empreintes asbl, Conseil de laJeunesse de la CFWB, MJ des Balances, de Ciney,Plomcot 2000, MJ de Saint-Servais, de Champion,Associations des compagnons bâtisseurs, jeunesFutureSmile, OXYjeunes, Relais: Festival Esperanzah!(bénévoles), Etopia, JCI Namur, JCI Dinant, « Ça passepar Namur »Maison de Jeunes (mail à toutes les MJde la RW)Au total, 14 jeunes se sont inscrits et 8 ont effectivement participé à la journée. En voici le profil :Prénom- nom âge sexe origine occupationVerlaine Urbain 25 M BW Gérant ABioconstruction SprlMarie Brasseur 24 F Namur Attachée de presseMarion Delmon 21 F Hainaut Étudiante, histoireMarie-Julie Chaput 24 F BW Étudiante, économie et développementCéline Cleven 21 F Namur Etudiante, GRHFrédéric Skrzypczak 26 M Liège Étudiant, HEC LiègeAmal Hamich 24 F Liège Étudiante, HEC LiègeAlfred Lachapelle 24 M BW Sans emploiFondation pour les Générations Futures – Economie durable : 8 jeunes en parlent 4


2.2. Canevas d’animationConstruite sur base des premières informations issues de la «plate-forme jeunesse et économie durable»ainsi que des documents de «l’alliance emploi-environnement, l’animation a proposé quatre phasesd’échanges aux jeunes :1. Description de leur «métier de rêve dans une économie durable» et échanges autour de six facettes:o la valeur ajoutée de ce métiero les réseauxo les besoins pour s’y réalisero le financemento la question du temps et de la duréeo l’impact sur l’environnement2. Pistes pour durabiliser quatre entreprises des points de vue environnemental, social etéconomique :o une entreprise de constructiono une chambre de commerce et d’industrieo une entreprise de transports (colis, ...)o un réseau de commerce au détail3. Rencontre avec quatre personnes ressources, témoignages et confrontation des solutionsévoquéespersonneressourceMartine BarréentrepriseBIOCAP, commerce dedétailprofilfondatrice-gérante, impliquée dans les filières bio etcertifications, engagement et gestion de personnel peuqualifié, secteur à forte concurrenceEric BertrandDERBIGUM, construction ingénieur, recherche et innovation, transition vers desproduits recyclés et des produits écologiques, mobilisationdu personnel de l’entreprise dans la gestionenvironnementale.Jérôme Robertle coursier mosan,transport de colis à vélodémarrage d’une jeune entreprise, mobilité alternative,description des soutiens existants et manquants5


personneressourceThierryVandebroeckentreprisePOSECO, services etréseaux d’entreprisesprofilasbl, économie positive fondée sur des valeurs, chargé del’étude de faisabilité d’une plate-forme «jeunesse etéconomie durable»4. Propositions des jeunes à partir de cinq enjeux :o ce que nous voulons voir changer dans l’économie (= les problèmes)o pour changer, nous proposons de...o ce changement nous demande ...o nous sommes prêts à ...o les soutiens aux changementsChaque temps d’animation était ponctué par un moment d’enregistrement video par et avec les jeunes. Enoutre, un «videomaton» permettait à chacun de déposer des commentaires individuellement, à toutmoment. L’ensemble des prises de vues a été assuré par l’organisation de jeunesse «Action Ciné MédiaJeunes» basée à Namur.Les résultats de tous les échanges sont détaillés dans l’annexe 2.3. Principaux enseignementsQue nous apprennent les discours des jeunes sur leurs représentations d’une économie durable ?Premièrement, les participants accordent une grande importance à la relation. Ainsi, la création de liens, leréseau, la relation harmonieuse, la communication et la coopération constituent des clés de voûte pour undéveloppement durable ; l’environnement est d’ailleurs considéré dans sa double dimension de lien avec lanature et d’environnement social.Deuxièmement, le développement durable se traduit par des valeurs plus que dans des techniques degestion sociale, financière ou environnementale. Le respect et la tolérance, l’inclusion sociale et uneéthique de la cohérence au quotidien fondent une transformation de l’épanouissement par lequestionnement des besoins individuels.Troisièmement, cet épanouissement personnel est une dimension présente chez chacun. Il se traduit dansune gestion du temps souple et décidée personnellement, un salaire lié à des besoins de base dont l’assiseest constituée de nourriture saine, de logement décent et d’accès aux loisirs, ainsi que d’une sécuritéfinancière offerte le plus souvent par l’Etat, financeur des projets.Fondation pour les Générations Futures – Economie durable : 8 jeunes en parlent 6


Quatrièmement, le changement vers une économie durable commence par soi, dans ses valeurs et dans leshabitudes de vie. Ainsi, les propositions concrètes des jeunes s’inscrivent plus dans la sphère individuelleet les gestes quotidiens que dans la transformation de mécanismes socio-économiques à large échelle.Enfin, malgré leur intérêt pour l’économie durable et leurs parcours de formation, les jeunes se disent peuoutillés en matière d’action concrète et de compréhension de l’économie durable, du fonctionnementd’une entreprise, de son contexte et de ses marges de manœuvre. Cela se vérifie dans leurs interventions.Les principales voies concrètes qui semblent émerger consistent à «relocaliser» l’économie, à valoriser lesressources locales matérielles, immatérielles (savoirs) et relationnelles et à fonder les productions et leséchanges de biens et services sur des critères éthiques, ceux-ci ne faisant pas l’objet d’une clarification.Les jeunes ont appris énormément par la rencontre des professionnels invités à témoigner de leur expérience etpar l’échange d’idées. A cet égard, moins qu’une confrontation, il s’agissait d’un apport indéniable de contenus.Les rencontres avec des acteurs engagés dans l’économie durable, la découverte d’expériences concrètes et lesoutien à l’expérimentation constituent sans doute des pistes de sensibilisation en vue de transformer lesreprésentations et de nourrir des projets.7


Annexes :1. Invitation C’est toi que nous invitons à :une plongée ludique dans une entreprise de 2020Une videoenvoyée à RIO,Sommet de laTerre avec lesoutien de lades tables de discussions entre jeunes et des rencontresavec des «experts» pour exprimer ton avis sur le mondedans lequel tu veux vivre et travaillerla création et l’enregistrement d’une séquence vidéoQuand : 15 avril de 10h à 17hOù : Namur, centre ville (adresse à l’inscription)Participation gratuite Tes déplacements sont remboursés, repas offertInscris-toi, seul(e) ou avec des ami(e)savant le 06/04Contact : Sarah Calicis s.calicis@fgf.be 081/22 60 62Fondation pour les Générations Futures – Economie durable : 8 jeunes en parlent 8


Annexe 2 : Production des jeunes lors de la journée dʼéchanges sur lʼéconomie durable et les métiers «verts»1/ Mon métier de rêve dans une économie durable et ses facettesje contribuerai àmes réseauxsociauxmes besoins pourmʼy réalisermon financementmon salairele temps, la duréemon impact surlʼenvironnementUn monde plus :- Heureux- Durable- Epanouissant- Magiquemettre les gens enlien, leur permettredʼexprimer leurpotentiel- Couple- Famille- Energies similairesdans ma région- tout âge:rencontrer lesanciens- Personnesressources- Mon positivisme,mes rêves- Le soutien de mesproches, de macommunauté- Encouragementfinancier- Décent- Couvrir logement,nourriture,déplacements,...- Etat: quellendemain- dons privés- sécurité financière- Full time- Formellement auboulot et puiscohérence auquotidien- IMPORTANCE deprendre du tempspour moi- Eviter la course- Respect etréparation- Observationécoute- neutre ou positifs- Harmonie- Symbioses,synergies- potagers partagés- Etre épanoui ausein de la société- Le créer avec monentourage proche- Ne pas êtrecontraintfinancièrement,effort pour lʼEtat,revenu universel- Soutenumoralement parson ou sa conjointe- Salaire minimumpour subvenir auxbesoins essentiels- Si besoinsponctuels: travailrébarbatif- 24/24 - Toujours sur unetransition basée surle respect- Veillez à ce quʼil yait un équilibreentre toutes lesdimensions delʼentrepriseExemple: équilibrefinancier, satisfactiondes travailleurs- Experts en lamatière pour chaquedépartement- soutien desproches et de lʼEtat- Lʼidéal: lʼEtatfinancerait le projet- Jusquʼà ce que «lamachine se metteen route»- Jusquʼà ce que leprojet fonctionne- Développer desproduits qui fontdu bien àlʼenvironnement


Production des jeunes lors de la journée dʼéchanges sur lʼéconomie durable et les métiers «verts»je contribuerai àmes réseauxsociauxmes besoins pourmʼy réalisermon financementmon salairele temps, la duréemon impact surlʼenvironnement- Permettre auxidées de fleurir- Innover- Inventer- Créer- Animateurs- Psychologues- Artistes (toutessortes)- Entrepreneurs- Inventeurs- Une structurecréative- Un moyenpratique,pédagogique- Des idées,personnes de toutâge- SOUTIEN etCONFIANCE- Couvrir mes loisirs- Logement- Foot et enfants- Half-time- 1/2 pour soi- 1/2 pour la société- Positif- Connexion avec laterre- Attentat botanique- Insertion dans lasociété depersonnes mises àlʼécart- Former un travail«qualifiant»- (Re)trouver uneplace dans lasociété-Fédérationdʼentreprises:partage expertise-Institution: forem- Famille, amis:support «moral»- Formation chiffre:compta- Cadre de valeurséthiques: croissancelente- Plaisir dans letravail: rêve- Subsides: RW, CF,Etat- Fondations:subsidiation- Entreprisescommerciales:partenariats- Bénévoles: travail- Entreprisespérennes- But: « ne plusexister»- Environnement:notre sociétéhumaine- Casser lespréjugés quienferment lespersonnes- Partage de savoir- Mélange descultures- TOLERANCE- Amis- Famille- Professionnels- Temps que jedécide dʼy accorderet le temps que lesautres décident deme donner- Un salaire quicouvrirait mescoûts- Besoinssubstantiels- Un métier quiaurait un impactsur la société, lescitoyens à LT- Le temps nʼexistepas !- Evolution de lasociété- Amélioration de lavie quotidienne- Resserrer les liensentre les locaux, lesgénérations- Communication parles communes- Soutien de mesproches (moral etfinancier)- Partenaires actifs- De quoi couvrirmes besoinspremiers- Temps organisableselon ses propresdisponibilités- Attention!: gestiondu temps- Mouvements auniveau local


Annexe 2 : Production des jeunes lors de la journée dʼéchanges sur lʼéconomie durable et les métiers «verts»je contribuerai àmes réseauxsociauxmes besoins pourmʼy réalisermon financementmon salairele temps, la duréemon impact surlʼenvironnement- Développer etcontribuer à lamise en valeur desressources locales- Education à lanature et àlʼalimentation desenfants delʼenseignementfondamental- Toutes personnesqui ont enviedʼaider et departager leurssavoirs- RW (territoire)- CE: éducation- Association- Partenariat avecles pouvoirspublics (écoles,associations,CPAS)- Mise à dispositiondʼespaces verts(rond-point, parcs,cours dʼécole,pleines,...)- Salaire public(fonctionnaire!)- Environ 1500€ netpour un tempsplein- 34h/semaine - nourrir la terre aveccompost- Meilleur «contact»avec la naturechez tout le monde


Production des jeunes lors de la journée dʼéchanges sur lʼéconomie durable et les métiers «verts»Ingrédients de la recette pour durabiliser une entreprise- Temps- Adhésion- Communauté- Coopération- Concret- Histoire de la boîte- Regard extérieur- Formation-Apprentissage- Bons sens commun- Citoyen- Lien- bien être


Annexe 2 : Production des jeunes lors de la journée dʼéchanges sur lʼéconomie durable et les métiers «verts»DURABILISER DES ENTREPRISESQuatre entreprises actuelles présentées aux jeunes, trois axes de discussion pour proposer des solutions concrètes.Remarque importante : lʼentreprise de construction nʼa jamais été choisie par les jeunes.entreprise de transports (colis, ...) commerce de détail services aux entreprises et réseauxéconomique- critique de lʼimmédiateté : tarifer selon ledegré dʼurgence- diversification des modes de transport :vélo, train, bateau (à tarifs variables)- réduction des trajets à plusieurs livraisonssur une même ville- réponse à des besoins essentiels : pain,eau...- prix raisonnables- tournante : pas plus de deux fermeturespar semaine- sécurité des employés : cours gratuits deself défense et de non-violence- primes à la fermeture hebdomadaire- variabilité des prix selon les horaires- dépannage : OK, mais pas de prix plusélevés pour les produits de base- révision de lʼoffre de produits et deservices vers plus de durable : éviter laloterie, par exemple.- mise en place de micro-crédit pour lesplus petits projets/emplois- ajouter un axe de travail «relance delʼindustrie par une reconversion vers ledurable»- intégration de lʼagriculture-social- augmentation du personnel- partage de camionnettes- élargir les «produits livrés» vers lespersonnes : partenariat de co-voiturage- tarif social- paiement via échange de services (carwash,promotion, peinture, ...)- comment durabiliser ? Un magasin 7j/7 et24h/24 entretient lʼomniprésence de laconsommation- limiter les horaires de travail- intégration de personnes à la retraitedésireuses de partager leur expérience,aux handicapés, aux jeunes, en difficultéssociales- intégrer le DD dans la formation, lesséminaires, ...- partenariat avec la société civile- création de RSE- listing localenvironnemental- utilisation de camionnettes plusécologiques, électriques par exemple- augmenter les taxes des transports parrapport aux produits transportés- augmenter le prix des produitsconventionnels- vente de produits locaux et/ou bio- les futurs membres sont soumis à descritères de respect de lʼenvironnement- informatisation- suppression du gaspillage


Production des jeunes lors de la journée dʼéchanges sur lʼéconomie durable et les métiers «verts»Problème: ce que nous voulons voir changerLe temps de travail (pour les 30 h) La vision des entreprises actuelles Les mentalitésCommunautés Les stéréotypes IndividuLogique dʼentreprise Loi Intégration de tous (générations, catégoriessociales, milieux dʼorigine)Equilibre Egalité Santé mentaleEpanouissement personnel Préjugés «Lʼêtre humain idéal»Objectifs de rentabilité Conscience de notre pouvoir créatif MentalitéHabitude Monde La répartition des ressourcesRapports Nord-Sud la notion de besoin Moi


Annexe 2 : Production des jeunes lors de la journée dʼéchanges sur lʼéconomie durable et les métiers «verts»Quête: pour changer, nous proposons de ...Apprendre la communication Villes en transition (mouvement) Mise en place de tables de discussionsMoyen Investissement personnel Partenariats publics et privésSʼinvestir Conférence locale et interne Faire se rencontrer les gensValoriser les différences Voter en pleine conscience Commencer par soiInformatiser les informations Redéfinir la notion de travail Santé et éducation gratuitesDispenser une allocation universelle à tt personnedès 18 ansRe-localiserContrainte par lʼEtat: Quotas et amendesoser la coopération Etre un exemple = être un héros Travail localEchanges (pays, entreprises,...) oser lʼaction formation de terrain, concrète


Production des jeunes lors de la journée dʼéchanges sur lʼéconomie durable et les métiers «verts»OBJETS: Ce changement nous demandeVolonté Envie EffortsCourage Lʼargent Choisir-RenoncerPartenaires Du bon sens Nouvelle conscience collectiveOser entreprendre Sʼécouter (nous) Formations nécessairesSoutien (argent+moral) Mesurer les risques CréativitéAvoir un institut scientifique, des besoinsindépendantsGouvernance mondialeObjectivationMoyens humains redistribution 50% utopie et 50% réalismeEnergie Education-Information TempsClassification des notions Bonne communication Conscience de notre force/pouvoirNous ouvrir aux autres Confiance en nous changer les habitudes de viese mettre en réseau


Annexe 2 : Production des jeunes lors de la journée dʼéchanges sur lʼéconomie durable et les métiers «verts»Nos alliés dans ce changementLʼEtat Son réseau: famille, amie, connaissances Le réseau idéesAssociations POS-ECO Partenaires de projetsLʼépuisement des ressources naturelles Murielle Desclée CommuneValeurs sociétales, universelles Le milieu associatif Liège en transitionEnseignants Globalisation de la communication CitoyensPoliticiens: Nollet et Marcourt LʼEtat Les élusPersonnes-relais Les rêves Revenir à lʼessentiel: «Essentialisme»réseaux (SEL, ...)les personnes âgées, leurs savoirs


Production des jeunes lors de la journée dʼéchanges sur lʼéconomie durable et les métiers «verts»Nous sommes prêts à ... : épreuvesParler, communiquer Manger local Arrêter de manger des crassesParrainer une ruche Donner du temps, du talent et du coeur Temps: 12h/24hComprendre la psychologie du changement Organiser des évenements Rouler à véloUtiliser les transports en commun Porte à porte Mouiller sa chemiseIsoler ses bâtimentsNe plus dormir tranquille jusquʼà la réalisation duprojetFaire un potagerJardiner, avoir un poulailler Sʼengager dans une entreprise durable Acheter des paniers de légumes bio et locaux desaisonfaire du thé et café Ne boire que de lʼeau, du jus, lait et bière locale Me nourrir de mon potagerNe pas changer de garde-robes Payer un peu (ou plus...) Donner 3h par semaine pour lʼaide aux devoirs (bénévole )Voyager moins souvent et moins loin Aller en vacances en Belgique ou en vélo Manger des patates belges toute lʼannéedonner une journée par semainerejoindre un GAC, un GAS, un GASAP...

More magazines by this user
Similar magazines