les pays nordiques - Magazine Sports et Loisirs

sportsetloisirs.ch
  • No tags were found...

les pays nordiques - Magazine Sports et Loisirs

PAYSDésormais indissociable des fjords, la compagnie Hurtigruten (ici, son paquebot Fram)118


NORDIQUES:en pôle positionpour letourisme du futur.Nul besoin de consulter uneboule de cristal pour prédire unavenir touristique radieux à laScandinavie : avec leurs vastesespaces sylvestres, aquatiques ouchampêtres miraculeusementpréservés, Danemark, Norvègeet Suède - comme leur voisinefinlandaise - ont de quoi attirerune clientèle cosmopoliteexigeante en matièred’environnementet de sécurité.Bernard Pichon, texte et photos.sportsetloisirs.ch119


120Oslo et les capitales scandinavesà l’heure des croisières nordiques


Naturellement isolantes, les toitures végétaliséessont toujours appréciées.Oslo célèbre le mariagedu traditionnel etdu contemporain.Architecture typique des villes portuaires.L’essor de la navigation côtière a déjà plus d’un siècle.« Ici, nous vendons aussi bien desaurores boréales que le soleilde minuit », relève ce voyagistespécialisé dans les destinationsnordiques. Il suggère d’évoquer laseconde offre, quand bien mêmecela peut paraître décalé lorsque lecalendrier invite plutôt à retrouverla neige. Une incongruité que lesconnaisseurs du Cercle polaire onttoutefois parfaitement intégrée.Ceux-là savent bien que c’est en hiverqu’il faut concocter ses vacancesestivales - et vice versa - si l’on veuts’assurer la meilleure cabine de paquebotou la plus cosy des cabanesen rondins, là où les infrastructuresd’accueil restent limitées.Jouons donc le jeu des sages planifications,au risque de négligerles arguments de saison : chiens detraîneaux, peaux de phoques etautres hôtels-igloos. Evoquonscette période de l’année où l’astredu jour a bien du mal à se coucher,allant même jusqu’à s’y refuser autourdu parallèle 66° 33’ 39’’ !« C’est à quelle heure, le soleil deminuit ? » a demandé cette américaineà la terrasse du Cap Nord. Onsourirait bien de la question si ellene révélait une légitime inquiétude: celle de manquer l’un desspectacles les plus prisés par lesamateurs de photogénie, quels quesoient leurs objectifs. Cette périodede l’année forçant à obscurcir lachambre pour y trouver le sommeilest aussi celle où les autochtonesdéveloppent la plus joyeuseexubérance. Il faut les voir célébrerces interminables journées aux terrassesde Stockholm ou sur lesquais d’Oslo. Il faut les absoudre sila moindre éclaircie les pousse àsurexposer leurs pâles épidermes.Ils ne font que recharger leurs batteriesà l’énergie solaire, histoire demieux traverser leur long tunnelhivernal, quand la nuit tombe avantl’heure du goûter.sportsetloisirs.ch121


Chapeau,l’éclairagiste !A peine sorti de l’avion, unelumière violente et cristallinesaisit l’iris. Elle révèle les subtilesnuances de vert sur leschamps et collines, elle faitéclater le jaune des culturescéréalières, révélant en primele bleu profond des lacs etrivières. Par chance, la météoest au beau fixe, ce qui, dansles pays nordiques, n’est jamaisgaranti pour l’heure quisuit.Mais l’inverse se vérifieaussi: les connaisseurs de cescontrées vous diront qu’ilssont habitués à y affronter lesquatre saisons en une mêmejournée, comme en Ecosse ouL’été scandinave confère à la campagne un cachet de conte de fées.122


en Irlande. Expérimentés enmatière d’habillement, ils pratiquentdonc la politique de lapelure d’oignon, consistant àsoustraire ou rajouter unecouche en fonction des variationscapricieuses.Il n’en demeure pas moinsque les paysages de là-bas, parn’importe quel temps, paraissentexaltés par un éclairagistede génie. Voilés debrume, les pics des îles Lofoten(Norvège) gagnent en pudeurce qu’elles perdent enéclat. Et sous un ciel noir, lesfjords peuvent exprimer uneâpreté que ne saurait révélerun horizon sans nuage.Cette caractéristique n’a évidemmentpas échappé aux artistes,comme en témoignentles toiles de Munch (dont lefameux « Cri ») exposées àOslo. Ce qui frappe chez cepeintre, c’est justement lerendu de la lumière. Alorsqu’il s’était d’abord passionné- comme presque tous ses homologuesd’Europe - pour leséblouissements méridionaux,il retrouvera bientôt l’atmos -phère septentrionale, la clartépâle et les contrastes atténués.Et il excellera dans l’art de lescompenser par un trait ferme.En matière de littérature, siles traductions de romansscandinaves ne cessent deprogresser dans la foulée del’incontournable Millénium,c’est que la lumière du Nordse prête aussi particulièrementaux récits d’ambiance.Rien de tel qu’un soleil éclairantà l’horizontal pour nimberune intrigue de mystère.Le polar venu du froid, c’estavant tout des décors à couperle souffle, des jours trop courtspour s’amuser, aller à la plageou batifoler. Le climat estrude, il pleut un peu mais pastrop, il fait froid et on se déplaceà pas comptés.Nappées de brume,les îles Lofoten gagnenten mystère.sportsetloisirs.ch123


D’un autre tempsSi le cinéma de Bergman peut donner unavant-goût du tempo, c’est sur place que l’ons’imprègne vraiment du rythme nordique.Cela commence sur les routes où déclivitéset sinuosités découragent bien souvent toutevelléité de dépassement. Ce n’est pourtantpas la tentation qui manque, surtout derrièreces lambins - avec ou sans caravane - entretenantun régime systématiquement inférieuraux limitations. Sachant qu’enNorvège ces dernières oscillent le plus souvententre 60 et 80 km/h, les réalités duterrain imposent donc de réévaluer à lahausse la durée des trajets. La plupart desvoyageurs venus d’autres parties de l’Europe- mais aussi les touristes locaux -utilisent leurs véhicules privés commemode de déplacement. Par chance, l’étatdes chaussées s’avère généralement satisfaisant,et le réseau rural épargné par toute saturation.Que l’on s’arrête à une stationserviceou que l’on interpelle un passantpour une vérification d’itinéraire, on serafrappé par l’absence de toute précipitationdans un échange néanmoins cordial et souriant.Très généralement pratiqué, l’anglaisécarte toute angoisse d’avoir à chercher sesmots en langue finno-ougrienne. Un voyagedans les contrées, c’est une invitation à remettreles pendules au galetas, et l’hommeau cœur des éléments : « Pour vraimentépouser leur âme, l’idéal consiste à se trouverune cabane dans un coin de forêt qu’onexplorera en prenant tout son temps »,affirme le rédacteur d’un guide populaire.Et les forêts, ce n’est pas ce qui manque.Elles sont si vastes - en Finlande, surtout -, quecertaines étapes peuvent s’y révéler monotones...à moins qu’un renne ou un élan,sans prévenir, surgisse soudain d’un bosquetpour secouer votre torpeur.A louer : cabane en rondins au coeur de la vie sauvage.124


Le Danemark est le seul pays scandinave bénéficiantde liaisons terrestres efficaces avec l’Europe occidentale.Ailleurs, les transports par voie aérienne, parferries ou par bateau demeurent nécessaires. Maisn’est-ce pas un bonheur, lorsqu’il s’agit par exempledes trajets grandioses de la mythique compagnieHurtigruten ?A la fin du XIX e siècle, ses robustes navires sont enfinvenu briser l’isolement des Norvégiens les plusreculés. Ainsi, les villageois les utilisent-ils commeon prend ailleurs le train ou l’autocar. Aujourd’hui,34 ports sont reliés quotidiennement - jour et nuit, étécomme hiver - par 11 bateaux, chacun effectuant letrajet aller-retour en 11 jours. Dans les plus grandesvilles, ils s’arrêtent entre 30 minutes et 3h30, ce quilaisse - parfois - le temps de faire des emplettes ou devisiter un point d’intérêt, les excursions étant organiséesà bord. A sa mission de transport de marchandises,Hurtigruten associe donc une vocation touristique,attirant des croisiéristes fascinés par la beautédes fjords.Ces profondes entailles dans le territoire (certaines pénétrantjusqu’à 200 km à l’intérieur des terres) sontle résultat de la forte érosion exercée par d’énormesmasses de glace sur des vallées que la mer vint remplir.Vu du pont des paquebots, les fjords les plusétroits et les plus encaissés (Geiranger, par exemple)sont les plus spectaculaires, laissant au passager l’impressionde se faufiler dans une écluse.Circuler d’un fjord à l’autre par la route suppose latraversée d’innombrables ponts, tunnels (l’un d’eaucompte 24 km !) et là où il n’y en a pas, l’embarquementsur des ferries plutôt onéreux (compter environCHF 30.- pour un trajet de quelques minutes durantlequel vous ne quitterez même pas votre véhicule !)Une ligne mythiqueDes paysages propices à la méditation.sportsetloisirs.ch125


126A Trondheim, Hammerfest ou ailleurs : l’omniprésence des façades colorées.


Père Noël imaginaire...... et costumes folkloriques bien réels.Noël en étéUne tournée des pays nordiques nesaurait évidemment faire l’impassesur la Finlande, qui jouxte la Scandinavie.Outre ses nombreuxpoints d’intérêt (Helsinki, Porvoo,les parcs nationaux, etc.), ce paysa eu un coup de génie en décrétantque Rovaniemi - jusque-là quasiinconnue - était la demeure officiellede Santa Claus… ce quecontestent - entre autres - les Suédois,qui la situent chez eux àGesunda, et les Norvégiens àDroeback, proche d’Oslo.N’empêche : c’est bien par chartersentiers que les touristes se posentdésormais sur le Cercle polaire finlandaispour visiter l’autoproclamévillage du vieil homme barbu, 12mois par an. Le succès de ce quin’est finalement qu’un centre commercialthématique, cher et kitch,renforce au moins les nouveauxLapons nantis dans la convictionqu’on a toujours raison de croire auPère Noël !Le sublime environnement du Cercle polaire (Suède, aux confins de la Norvège)sportsetloisirs.ch127


L’ambiance du NordC’est à la fois la forêt, les grands espaces, des territoiresà peine domestiqués… mais aussi la modernité,Ie design, des boissons qui coulent à flot,le mélange d’une certaine tradition communautaire(les vikings, les trolls, le fantastique à portéed’objectif) et un nouveau modèle social passionnant(la drogue, la libre entreprise, le sexelibre, le chômage indemnisé). Pionnières, lespetites agglomérations se risquent à de timidesincursions dans une nature omniprésente.A table !Comme la plupart des biens de consommation,la restauration est hors de prix en Scandinavie(surtout en Norvège). Cela fait cher la patate, apprêtéeà toutes les sauces, mais son accompagnementest plutôt agréable avec l’incontournablesaumon ou de moelleux harengs. De nombreuxsupermarchés permettent de goûter auxdélicieuses crevettes, notamment, à des prixplus abordables. La gastronomie locale n’estpas très variée, comme on le constate aux petitsdéjeuners des hôtels, dont les buffets se ressemblenttous, jusqu’au choix des confitures.Y ALLEROrganiser son séjour en Suisse, le voyagiste Kontiki-Saga s’affirmecomme le spécialiste des voyages nordiques, été comme hiver.Avantages : vols directs jusqu’au cœur des différents pays, multiplescombinaisons possibles, excellents réceptifs sur place. www.kontiki.chSe renseignerNorvège, Suède et Danemark et/ou Finlande(Guide du Routard, Ed. Hachette).Bergen : le fameux Quai Bryggen (classé par l’Unesco).128

More magazines by this user
Similar magazines