Avance technologique garante de valeur ajoutée

imprimeriecavin

Avance technologique garante de valeur ajoutée

Avance technologique

garante de valeur ajoutée

Dans les imprimeries, la rentabilité dépend de plus en

plus de la vitesse, de la fiabilité de la production et de

la flexibilité. C‘est ce qui a incité Artgraphic Cavin SA

à Grandson à revoir ses équipements et à investir dans

une nouvelle Speedmaster XL 75-5+L. Philippe Evard

Votre imprimé de A à Z», tel est le slogan

d’Artgraphic Cavin SA implantée à

Grandson. Cette société est en effet en mesure

de fournir à ses clients un large éventail de services

en rapport avec l’impression: plus de 80%

des opérations de production sont réalisées

dans ses propres ateliers. Artgraphic Cavin est

aussi bien équipée pour la finition: en plus de

plieuses et d’encarteuses-piqueuses, l’atelier de

façonnage comprend une thermo-colleuse Eurobind

600 Heidelberg et une presse automatique

de découpe Kama ProCut 74 avec unité

de dorure à chaud et système à hologrammes.

«Ce sont cette richesse en équipements, inhabituelle

pour une imprimerie, et la capacité

de fournir une réelle valeur ajoutée, qui attirent

les clients chez Cavin», affirme Pascal Fantoli,

son directeur. Il mentionne un autre avan-

tage: «Le fait que nous produisions la chaîne

graphique complète, y compris l’ennoblissement

de qualité, confirme notre position

unique et compense la diminution du travail

de prépresse résultant du transfert direct des

données par le client.»

Les technologues en impression, de gauche

à droite: Alain Plantier, Vincent Plantier, Rifat Talovic,

Thierry Boand, Christian Meystre, Julien Zimmermann

(apprenti), manque Nirmal Dolci (apprenti).

Un destrier dans l’imprimerie

Le récent investissement pour l’atelier

d’impression a aussi été dicté par des motifs

d’accroissement de la valeur ajoutée. En septembre

2010, Artgraphic Cavin a remplacé

une machine offset à feuilles d’une autre

marque et âgée de quatre ans par une Speedmaster

XL 75-5+L, une cinq-couleurs avec

groupe vernis à chambre à racle et système

de séchage DryStar avec réception rallongée.

Etant donné que, parallèlement, une Speedmaster

SM 74-4 a été mise hors service, la

nouvelle XL 75 remplace donc dix groupes

d’impression et de vernissage au format 50 ×

70 cm. Pascal Fantoli qualifie cette machine

de «destrier» et il souligne combien il est im-

Nous nous sommes aperçus

que les machines d’occasion de

la marque Heidelberg étaient

encore bien cotées sur le marché.

26 Print viscom print & communication No 3, 8 février 2011 Papier: Furioso Rolle, matt,100 g/m 2 , von Sappi


La nouvelle machine à imprimer Heidelberg remplace dix anciens groupes d’impression et de vernissage au format 50 × 70 cm.

portant d’obtenir un maximum de temps

productif avec une presse: «Nous devons pouvoir

compter sur des équipements performants,

flexibles, garantissant des cadences

élevées et une régularité dans l’impression.

Le marché est imprévisible. L’exploitation des

capacités ne peut plus être planifiée à long

terme. Quand nous recevons une commande,

nous avons peu de temps jusqu’à la livraison.

Dans ces conditions, il est essentiel d’avoir

des outils qui nous assurent une rentabilité

élevée, même lorsque nos clients nous adressent

des demandes avec des délais de livraison

serrés.»

Parc de machines uniformisé

Pour Artgraphic Cavin, le fait d’avoir diminué

le nombre de groupes d’impression en

50 × 70 cm de 15 à 11 constitue un avantage.

L’espace libéré a permis de positionner la nouvelle

presse – qui est dotée de périphériques Star

économes en énergie pour l’alimentation en air,

en liquide de mouillage et en chaleur – à un

emplacement idéal et d’optimiser le flux dans

l’atelier. La réduction du nombre de groupes a

pu être compensée par l’extension du temps de

travail de 12 à 16 heures sur la Speedmaster XL

75 et par le gain de productivité obtenu.

L’objectif premier de

l’investissement est

d’améliorer la valeur ajoutée.

De gauche à droite:

Rémy Duvoisin, Willy

Cavin et Pascal Fantoli

(Artgraphic Cavin SA) avec

Carsten Heitkamp et

Steve Burnier (Heidelberg

Suisse SA).

Du fait que la nouvelle machine est une

Heidelberg, les travaux dans l’atelier d’impression

sont effectués sur des unités de la même

marque. En matière de conduite, l’hétérogénéité

des machines offset à feuilles n’était pas

pratique. Aux dires du responsable de l’atelier

d’impression, Alain Plantier, la nouvelle situation

rend l’entreprise beaucoup plus flexible

pour la répartition des technologues en impression

sur les différentes presses offset.

Réduction de moitié de la gâche

En plus des deux Speedmaster au format

quatre pages, Artgraphic Cavin a récemment

enrichi son parc petit format de deux Speedmaster

SM 52-5+L et SM 52-2. L’entreprise

était déjà bien parée pour les formats A2 et A3.

Les tirages faisant preuve d’une tendance générale

à la baisse, les travaux qui étaient réservés

aux presses 70 × 100 cm deviennent désormais

accessibles aux catégories inférieures.

C’est ce qu’illustre Pascal Fantoli en présentant

une série de brochures haut de gamme réalisées

pour les secteurs de la mode, de l’horlogerie

et de la joaillerie.

En raison de la diminution des tirages, la

réduction du temps de calage est primordiale.

Alain Plantier relève que, sur la Speedmaster

XL 75, le margeur Preset Plus (avec ses réglages

de l’air mémorisés et adaptés au support d’impression)

ainsi que le système de mesure et de

régulation Prinect Inpress Control sont deux

facteurs clés qui accélèrent sensiblement la mise

en route. «Grâce à Inpress Control, nous démarrons

la production beaucoup plus rapidement;

mais ce n’est pas tout: nous réduisons

en moyenne le nombre de feuilles de passe de

moitié. Sur une année, cela représente des économies

substantielles», souligne-t-il.

Une constellation favorable

En choisissant la technologie Heidelberg,

Artgraphic Cavin suit une politique qui s’est

avérée être la bonne. Les effectifs restent stables

depuis plusieurs années (48 collaborateurs,

dont 37 à plein temps) et Pascal Fantoli estime

que les «opportunités de croissance résident,

selon nous, dans le progrès technologique; c’est

dans cette optique que nous avons acheté la

nouvelle machine de Heidelberg. Si nous investissons

maintenant, c’est surtout grâce aux

conditions cadres et aux offres intéressantes

que nous avons obtenues sur le marché pour

nos anciennes machines.» Un autre critère de

poids a été le service Heidelberg. Selon Alain

Plantier, la filiale suisse a fourni du bon travail

pendant toutes les années de coopération. Et

Pascal Fantoli ajoute: «La proximité géographique,

tant de la maison-mère que de l’agence

de Berne, joue un rôle important pour notre

entreprise. Les avantages sont logistiques et, en

termes de respect de l’environnement, cette

constellation est vraiment favorable.» ■

Papier: Furioso Rolle, matt,100 g/m 2 , von Sappi viscom print & communication No 3, 8 février 2011 Print 27

More magazines by this user
Similar magazines