transfusion mythe ou realité - SMUR BMPM

smurbmpm.fr
  • No tags were found...

transfusion mythe ou realité - SMUR BMPM

TRANSFUSION en S.M.U.R.MYTHE ou REALITE?Dr. Marc. Fournier, Assistance Public Hôpitaux de Marseille. SAMU 13.


LA REALITET. ROUPIOZ1, SAMU-SMUR - CentreHospitalier de la Région d’Annecy (2003)Evaluation quantitative et qualitative a étéréalisée sur l’année 2003.20 transfusions en urgence vitale.La transfusion a été indiquée ou anticipée par leSMUR dans 65 % des cas(13) et n’a étéeffectuée que trois fois en pré-hospitalier.Dans 70 % des cas, la transfusion s’est dérouléeau Centre Hospitalier.


LA REALITEBruno Riou, Service d’Accueil des Urgences,CHU Pitié-Salpêtrière, Transfusionérythrocytaire en urgence (JNARMU 2004)• Les indications de transfusion sanguine enréanimation pré hospitalière sont rares. Moinsde 1 % des patients pris en charge par unSMUR sont transfusés et il s’agit presquetoujours de transports secondaires et nond’intervention primaire.


LA REALITEB.Barkana, forces médicales de défense IsraéliennePrehospital blood transfusion in prolonged evacuation.J Trauma 1999• Registre sur 30 mois.• 40 patients ayant bénéficiés de 60 U de CGR en phasepré hospitalière, 68% ayant reçu plus d’une unité.• Délai moyen de transfert hospitalier : 120mn.• 1 cas d’effet indésirable.• Conclusion: nécessite une logistique et respect desconditions de délivrance. Surtout indiqué pour desdurées prolongées de transfert.


DES REALITES• Le premier traitement du choc hémorragiqueest le contrôle de l’hémorragie.• Poser l’indication de transfusion.– Evaluation des pertes.– Monitorage : Ta, SPO2, Hémoglobine capillaire.– Délai de transfert vers le bloc. (extraction,distance)• Stay and Play / Scoop and Run.


DES REALITESObjectif prioritaire = assurer la survie jusqu’au contrôlede la lésion hémorragique– Pression de perfusion• Remplissage vasculaire (voies veineuses, solutés)• Catécholamines– TaO2/DO2 ≥ 1• Oxygénothérapie, ventilation mécanique, baisse de la DO2• Transfusion de CGRObjectifs « secondaires » = limiter les facteurs demajoration du saignement– Fixer un objectif de PAM (hypotension permissive)– Lutter contre l’hypothermie– Limiter les conséquences de l’hémodilution (PFC, CPA, fibrinogène)– Traiter une CIVD ou une fibrinolyse (PFC, ATIII, fibrinogène)Impératif éthique et économique = pas de perte de PSL


DES REALITESOrganisation de la distribution des PSLRecommandations AFSSAPS 2002• Urgence vitale immédiate– Délai de distribution < 15 min– Délivrance des PSL en l’absence de documentsimmuno-hématologiques (DIH) (groupe, RAI)• INDICATION:– hémorragies graves adultes et enfants (Hb7g.dL-1 avec signe clinique d’intolérance )


DES REALITESProcédure d’utilisation de PSL « AFSSAPS 2002 »Distribuer immédiatement (ou faire distribuer selon l'organisation locale) les PSL2 CGR O+ dépourvus d’hémolysine• prélever pour RAI + groupe sanguin avec phénotype RH-KELL• prélever dans une séquence différente pour la 2 ème détermination de groupe• poursuivre selon ces derniers résultats


DES REALITESPROCEDURE D’UTILISATION DE CGRLORS D’UN TRANSPORT PRIMAIRE REALISEPAR LE SMUR APHM1. Prélèvement sanguin2. Demande au régulateur qui faxe prescription3. EFS informe lieu de délivrance (délai mise àdisposition 15mn)4. Envoi personnel pour récupération colis5. Remise du colis à l’équipe SMUR6. Réchauffement produit


LA REALITEDélai entre la décision de transfusion et le début de celle-cid’au moins 40mn.Indications rares: saignement important et persistant et pourlesquels un délais important d’évacuation vers l’hôpital estEnvisagédésincarcération difficile, ensevelissement, etc...L’éloignement du centre hospitalier est souvent corrélé à des délaisimportants d’acheminement du sang.


LA REALITE• Evaluer rapidement l’importance du saignement et ledélai d’extraction.Mettre en place toutes les mesures possibles pour contrôlerl’hémorragie.1) la limitation des objectifs de pression artérielle dans la réanimation initialedes traumatisés sévères2) la reconnaissance des mécanismes de vasoplégie participant àl’hypotension en traumatologie et leur traitement par des vasoconstricteurs etnon par le remplissage vasculaire3) l’utilisation précoce de techniques efficaces d’hémostase.4) Utiliser l’autotransfusion sur les hémothorax.• Respecter les règles de sécurité transfusionnelle etd’hémovigilance.


Plutôt qu’un MYTHE,une difficulté réelledans des situationsexceptionnelles.UN ESPOIR?LE TRANSPOTEURD’OXYGENE(un mythe pour le SMUR?)Dr Marc FOURNIER SAMU13A.P.H.M

More magazines by this user
Similar magazines