Lutter contre la faim dans le monde

home.wfp.org
  • No tags were found...

Lutter contre la faim dans le monde

Quatre mois plus tard, juste après l’aube, le28 octobre, les fonctionnaires internationaux enposte à Kaboul se sont empressés de se mettre enlieu sûr lorsqu’ils ont appris que des hommes armésde fusils d’assaut et d’explosifs assiégeaient unbâtiment privé utilisé par les fonctionnaires desNations Unies de passage. Au cours des prochainesheures, alors que l’on continuait d’entendre desexplosions et des coups de feu à proximité, lesnouvelles ont commencé à filtrer par messages detexte et par Internet et l’inquiétude a gagné lorsqu’ilest apparu que plusieurs sites étaient attaqués. Lesattaques ont fait 12 morts, dont 5 collègues desNations Unies appartenant à d’autres organisations.contrôleurs externalisés pour l’évaluation desbesoins, le suivi et les rapports.Selon cet arrangement, des employés recrutéslocalement auxquels ne s’appliquent pas les règlesde sécurité des Nations Unies évaluent les projetset suivent de très près la réalisation de programmesappuyés par le PAM. Les contrôleurs utilisent lesmêmes méthodes d’évaluation, de suivi et derapports que celles qu’appliquent les contrôleursdu PAM. Et, comme les fonctionnaires du PAM, lescontrôleurs de l’extérieur travaillent en étroiteassociation avec les communautés locales.En 2009, l’insécurité a conduit à interdire l’accèsdu personnel des Nations Unies à de plus en plusde régions du pays, ce qui n’a pas manqué decompliquer les livraisons de vivres et l’exécutiondes programmes. Malgré l’insécurité, le PAM anourri quelque 9 millions d’Afghans des34 provinces du pays.Grâce aux importants investissements qui ont étéfaits dans le renforcement de la sécurité des locauxdu PAM en 2009, le PAM a pu continuer detravailler à pleine capacité sans devoir, commed’autres organismes des Nations Unies, réduire leseffectifs faute de locaux pouvant héberger lepersonnel dans des conditions de sécuritéadéquates. Le PAM a également modifié certainesprocédures afin de protéger les camions detransporteurs commerciaux dans les zones dontl’accès était interdit au personnel des Nations Unies,en collaborant étroitement avec les communautéslocales dans certaines régions et en organisant desescortes de la police nationale afghane dans d’autreslorsque les transporteurs l’avaient demandé. Grâceà ces changements, le nombre d’attaques dirigéescontre des convois commerciaux du PAM a diminuéd’un tiers par rapport à l’année précédente, et lesquantités de produits alimentaires pillées ont reculéde 80 pour cent, et ce malgré l’augmentation dunombre d’incidents.Le bureau du PAM en Afghanistan a égalementadopté des mesures concrètes pour renforcer sonsuivi sur le terrain en 2009 et a élaboré unestratégie pour le renforcer encore plus au cours desannées à venir. Dans certaines des régions del’Afghanistan où l’insécurité est telle que lepersonnel des Nations Unies ne peut pas s’y rendre,le PAM a eu plus largement recours à desSOMALIEDepuis le début de guerre civile en Somalie, en 1991,l’insécurité n’a cessé de s’aggraver. Année aprèsannée, la situation a continué de se dégrader, aussibien pour la population déjà très éprouvée du paysque pour les organismes humanitaires qui essaientde lui apporter une assistance. L’année 2009 n’a pasfait exception.La nouvelle année a été marquée par l’assassinatde deux agents du PAM en trois jours, en janvier, àl’occasion des distributions de vivres dans le sud dela Somalie et, le 31 décembre, tout le personnel duPAM a dû quitter les régions méridionales contrôléespar le mouvement Al-Shabab. Entre-temps, il a étéenregistré certains progrès très réels dans ce qui estprobablement l’environnement le plus dangereuxet le plus fluide qui soit au monde pour lesorganismes humanitaires.À la suite des assassinats, le PAM a mobilisé lesoutien des communautés, des groupes armés et desadministrations presque partout dans le sud et a purecommencer à nourrir les populations. Grâce ausoutien des donateurs et au dévouement de soncourageux personnel, le PAM – le plus vaste desorganismes humanitaires qui opèrent en Somalie –a montré qu’il était possible de fournir uneassistance, même si cela était souvent difficile.En tout, le PAM a nourri en Somalie 3,3 millions depersonnes en 2009, auxquelles il a distribué440 000 tonnes de vivres.Dans les domaines de la santé et de la nutrition, lePAM a doublé sa capacité de secourir les personnessouffrant de malnutrition modérée et près de34

More magazines by this user
Similar magazines