Rapport financier trimestriel T1 2013 - Exportation et ... - EDC

edc.ca
  • No tags were found...

Rapport financier trimestriel T1 2013 - Exportation et ... - EDC

S’adapter à lanouvelle réalitéRapport financier trimestriel au 31 mars 2013Non auditéAnnual Report 2012


RAPPORT DE GESTIONActivités facilitéesCette amélioration de la conjonctureéconomique se reflète dans le volumed’activités facilitées. Les activités definancement que nous avons facilitées aupremier trimestre ont fait un bond de 10 %,surtout grâce à plusieurs transactionsimportantes avec des exportateurs canadiensdes industries extractives et du secteur desressources. Les industries extractives ontaffiché de meilleurs résultats au premiertrimestre par rapport à la périodecorrespondante de 2012 en raison d’undécalage temporel car, normalement, nousprévoyons faciliter des transactions dans cesecteur au deuxième semestre de l’exercice.(en M$)20 00015 00010 0005 0000FinancementdirectAssurancecrédit2012 2013Activités facilitéesTrimestre clos le 31 marsAssuranced’institutionfinancièreAssurance etcautionnementde contratsAssurancerisquespolitiquesDans notre portefeuille d’assurances, les activités facilitées ont aussi augmenté de 10 % par rapport à lapériode correspondante de l’exercice précédent, bien qu’une grande part de l’augmentation soit davantage liéeà la période de facilitation des transactions d’assurance pour plusieurs clients importants de notre programmed’Assurance crédit.4 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


RAPPORT DE GESTIONFAITS SAILLANTS DU PREMIER TRIMESTRELe bénéfice net du premier trimestre de2013 se monte à 191 millions de dollars, cequi est un niveau de rentabilité plus normalcomparativement à celui de 481 millions duquatrième trimestre de 2012. Les chargesliées aux sinistres et la dotation au comptede correction de valeur et aux provisionspour pertes sur créances expliquent ce recul.Le bénéfice avant ces éléments pour lepremier trimestre de 2013 a diminué de60 millions de dollars à cause desfluctuations de la juste valeur de nosinstruments financiers.Trimestres clos les(en millions de dollars canadiens)31 mars201331 déc.2012Résultat avant la dotation au comptede correction de valeur et auxprovisions et avant les charges liéesaux sinistres 229 289Dotation au compte de correction devaleur et aux provisions pour pertessur créances (reprise) 26 (60)Charges liées (recouvrements liés) auxsinistres 12 (132)Bénéfice net 191 $ 481 $Les charges liées aux sinistres du premier trimestre ont grimpé de 144 millions de dollars, alors que pour lequatrième trimestre de 2012, EDC avait présenté des recouvrements de 132 millions. Pour le quatrièmetrimestre de 2012, nous avions enregistré des recouvrements liés aux sinistres par suite du réexamen continude nos indemnités recouvrables sur assurances.Pour le premier trimestre de 2013, la dotation au compte de correction de valeur et aux provisions pourpertes sur créances s’est accrue de 86 millions de dollars par rapport à celle de la période correspondante de2012, surtout en raison d’une baisse de valeur des garanties fournies pour notre portefeuille de l’aéronautique,valeur qui est utilisée dans le calcul des corrections de valeur et des provisions. La valeur des garanties estajustée pour tenir compte de l’âge des aéronefs et d’autres conditions du marché.RÉSULTATS FINANCIERS DEPUIS LE DÉBUT DE L’EXERCICEComparaison avec la période correspondante de l’exercice précédentLe bénéfice net du premier trimestre de 2013, qui a atteint 191 millions de dollars, représente une baisse de174 millions par rapport au bénéfice net de la période correspondante de 2012. La baisse s’explique surtoutpar les besoins en dotation additionnelle au compte de correction de valeur et aux provisions à couvrir pournotre portefeuille de prêts au premier trimestre de 2013.Pour le premier trimestre de 2013, une dotation au compte de correction de valeur et aux provisions pourpertes sur créances de 26 millions de dollars a été comptabilisée, contre une reprise de corrections de valeuret de provisions pour pertes sur créances de 172 millions pour la période correspondante de 2012. Dans cesdeux années, puisque la qualité de crédit de nos nouveaux prêts a été meilleure que celle des prêts en voie deremboursement, des reprises ont été inscrites. Toutefois, la mise à jour des variables indépendantes utiliséesdans les méthodes de correction de valeur et d’établissement des provisions a eu des effets différents danschaque année. En 2013, la révision de la valeur des biens donnés en garantie que nous avons déjà mentionnéea fait accroître les corrections de valeur et les provisions, tandis qu’en 2012, la révision des taux deprobabilité de défaillance avait entraîné des reprises. Voir la note 16 pour d’autres précisions.RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 7


RAPPORT DE GESTIONMESURES DE PERFORMANCE NON CONFORMES AUX IFRSTaux de sinistre – Programme d’Assurance créditLe taux de sinistre exprime les sinistres subis nets en pourcentage des primes souscrites nettes. Les sinistressubis nets représentent les indemnités versées, nettes des recouvrements estimés et de la variation desprovisions techniques. Ce taux ne représente que l’Assurance crédit à l’exportation.L’acceptation ou la cession en réassurance reflète les différents partenariats que nous avons conclus avec lesassureurs et les réassureurs privés pour offrir de l’assurance et en gérer la capacité.Trimestres clos les(en milliers de dollars canadiens)31 mars201331 mars2012Primes directes 26 570 28 500Acceptation en réassurance 1 678 1 083Cession en réassurance (2 418) (2 477)Primes souscrites nettes 25 830 $ 27 106 $Sinistres subis nets – assurance directe 3 896 4 197Sinistres subis nets – acceptation enréassurance 279 86Sinistres subis nets – cession enréassurance 1 7Sinistres subis nets 4 176 $ 4 290 $Taux de sinistre (en %) 16,2 % 15,8 %10 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Exportation et développement CanadaÉtats financiers consolidés résumésÉTAT CONSOLIDÉ RÉSUMÉ DE LA SITUATION FINANCIÈRE(en millions de dollars canadiens)31 mars 31 déc. 31 mars2013 2012 2012ActifsTrésorerie 159 80 125Titres négociables :À la juste valeur par le biais du résultat net 4 136 4 082 3 368Au coût amorti 76 74 75Instruments dérivés 1 160 1 352 1 591Prêts (notes 2 et 3) 31 240 30 131 29 050Compte de correction de valeur pour pertes sur prêts (note 4) (1 230) (1 182) (1 484)Placements à la juste valeur par le biais du résultat net 456 429 382Matériel disponible à la location (note 5) 517 525 52Investissement net dans des aéronefs faisant l'objet de contratsde location-financement 79 80 88Indemnités recouvrables sur assurances (note 6) 198 200 41Quote-part des réassureurs dans les passifs au titre des policeset des sinistres (note 7) 87 90 126Autres actifs 143 99 255Immobilisations corporelles 63 66 71Immobilisations incorporelles 38 38 40Immeuble détenu en vertu d'un contrat de location-financement 167 169 174Total des actifs 37 289 $ 36 233 $ 33 954 $Passifs et capitaux propresDettes fournisseurs et autres crédits 177 113 138Emprunts :Désignés comme étant à la juste valeur par le biais du résultat net 25 563 24 862 22 093Au coût amorti 1 050 1 018 2 047Instruments dérivés 197 120 142Obligation au titre d'un contrat de location-financement 173 173 176Obligations au titre des prestations de retraite265 270 33256 58 42Provision pour pertes sur engagements de prêts (note 4)Passifs au titre des polices et des sinistres (note 7) 587 583 859Garanties de prêts 155 161 26328 223 27 358 26 092Engagements de financement (note 2) et passifs éventuels (note 8)Capitaux propresCapital social (note 9) 1 333 1 333 1 333Résultats non distribués 7 733 7 542 6 5299 066 8 875 7 862Total des passifs et des capitaux propres 37 289 $ 36 233 $ 33 954 $Les notes ci-jointes font partie intégrante des états financiers consolidés.La publication de ces états financiers a été approuvée par le Conseil d’administration le 1 er mai 2013.Herbert M. ClarkeAdministrateurStephen PolozAdministrateur12 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)ÉTAT CONSOLIDÉ RÉSUMÉ DU RÉSULTAT GLOBAL(en millions de dollars canadiens)Trimestres clos les31 mars 31 déc. 31 mars2013 2012 2012Produits du financement et des placements :Prêts (note 13) 273 289 272Location-financement 1 1 2Location simple 9 7 3Titres négociables 8 8 9Placements 1 1 2Total des produits du financement et des placements 292 306 288Charges d'intérêts (note 14) 7 16 33Charges de location et de financement 13 12 6Produits du financement et des placements, montant net 272 278 249Commissions de garantie de prêt 8 12 8Primes d'assurance et commissions de garantie 52 45 55Acceptation en réassurance 2 3 3Cession en réassurance (6) (5) (5)Primes d'assurance et commissions de garantie,montant net (note 15) 48 43 53Autre produits (charges) (note 18) (24) 36 (31)Charges administratives (note 19) 75 80 75Résultat avant la dotation au compte de correction de valeuret aux provisions et avant les charges liées aux sinistres 229 289 204Dotation au compte de correction de valeur et aux provisionspour pertes sur créances (reprise) (note 16) 26 (60) (172)Charges liées (recouvrements liés) aux sinistres (note 17) 12 (132) 11Bénéfice net 191 481 365Autres éléments du résultat global :Gain actuariel sur les régimes de retraite - 51 -Résultat global 191 $ 532 $ 365 $Tous les éléments présentés dans les autres éléments du résultat global ne seront pas reclassés dans l'état consolidé résumédu résultat global des périodes ultérieures.RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 13


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)ÉTAT CONSOLIDÉ RÉSUMÉ DES VARIATIONS DES CAPITAUX PROPRES(en millions de dollars canadiens)Trimestres clos les31 mars 31 déc. 31 mars2013 2012 2012Capital social (note 9) 1 333 1 333 1 333Résultats non distribuésSolde à l'ouverture de la période 7 542 7 010 6 664Résultat global 191 532 365Dividende payé - - ( 500)Solde à la clôture de la période 7 733 7 542 6 529Total des capitaux propres à la clôture de la période 9 066 $ 8 875 $ 7 862 $14 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


TABLEAU CONSOLIDÉ RÉSUMÉ DES FLUX DE TRÉSORERIE(en millions de dollars canadiens)ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Trimestres clos les31 mars 31 déc. 31 mars2013 2012 2012Flux de trésorerie liés aux activités opérationnellesRésultat global 191 532 365Ajustements pour déterminer les flux de trésorerie nets liés aux activités opérationnellesDotation au compte de correction de valeur et aux provisions pour pertes sur créances(reprise) 26 (60) (172)Écart actuariel sur la provision pour sinistres sur assurances 4 (289) 3Dotation aux amortissements 16 17 11Variation des actifs et des passifs opérationnelsVariation des créances au titre des intérêts et des commissions (8) 25 (17)Variation de la juste valeur des titres négociables 22 19 25Variation de la juste valeur des emprunts (51) (107) (8)Variation de la créance résultant des instruments dérivés 91 132 (31)Variation de la dette résultant des instruments dérivés (209) (110) 131Autres 13 (214) (118)Déboursements sur les prêts (2 791) (3 128) (2 831)Remboursements sur les prêts 2 230 2 578 2 081Flux de trésorerie nets liés aux activités opérationnelles (466) (605) (561)Flux de trésorerie liés aux activités d'investissementDéboursements sur les placements (34) (44) (27)Encaissements sur les placements 9 22 20Remboursements sur les contrats de location-financement 3 3 2Achats de titres négociables inscrits à la juste valeur par le biais du résultat net (9 260) (9 455) (8 853)Ventes ou arrivées à échéance de titres négociables inscrits à la juste valeur par la biaisdu résultat net 9 265 9 603 9 121Flux de trésorerie nets liés aux activités d'investissement ( 17) 129 263Flux de trésorerie liés aux activités de financementÉmission d'instruments d'emprunt à long terme - désignés comme étant à la juste valeurpar le biais du résultat net 2 386 2 290 2 455Remboursement d'instruments d'emprunt à long terme - désignés comme étant à la justevaleur par le biais du résultat net (2 147) (1 121) (2 000)Remboursement d'emprunts à long terme - au coût amorti - ( 999) -Émission d'instruments d'emprunt à court terme - désignés comme étant à la juste valeurpar le biais du résultat net 5 052 5 866 7 096Remboursement d'instruments d'emprunt à court terme - désignés comme étant à la justevaleur par le biais du résultat net (4 873) (5 797) (6 671)Variation de la créance résultant des instruments dérivés 104 183 (19)Variation de la dette résultant des instruments dérivés 40 (6) (27)Dividende payé - - (500)Flux de trésorerie nets liés aux activités de financement 562 416 334Effet des fluctuations du cours du change sur la trésorerie - 1 (1)Augmentation (diminution) nette de la trésorerie 79 (59) 35TrésorerieÀ l'ouverture de la période 80 139 90À la clôture de la période 159 $ 80 $ 125 $Intérêts en trésorerie liés aux activités opérationnellesIntérêts payés en trésorerie sur les emprunts 22 $ 61 $ 34 $Intérêts reçus en trésorerie sur les swaps de devises liés au capital 18 $ 18 $ 16 $Intérêts reçus en trésorerie sur les prêts et les titres négociables 248 $ 310 $ 259 $RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 15


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Notes afférentes aux états financiers consolidés résumés1. Méthodes comptables significativesMode de présentationNos états financiers consolidés résumés sont conformes à la Norme sur les rapports financiers trimestrielsdes sociétés d’État prescrite par le Conseil du Trésor du Canada.Les présents états financiers consolidés intermédiaires résumés utilisent les mêmes méthodes comptables etméthodes de calcul qui ont été appliquées à nos états financiers consolidés audités de l’exercice clos le31 décembre 2012 et ils doivent être lus en parallèle avec les états financiers consolidés audités de l’exerciceclos le 31 décembre 2012, notes annexes comprises, qui figurent aux pages 84 à 135 de notre Rapportannuel 2012.Utilisation du jugement et d’estimationsLa préparation des états financiers nécessite du jugement et des estimations. Le jugement est nécessaire pourchoisir les méthodes comptables, et l’application de ces méthodes nécessite des estimations et des hypothèsesqui permettront d’obtenir la valeur comptable à présenter au titre des actifs et des passifs. Les éléments quifont appel aux estimations significatives sont notamment les suivants : le compte de correction de valeur pourpertes sur prêts et les provisions pour pertes sur engagements de prêts et sur garanties de prêts; le matérieldisponible à la location; les passifs au titre des polices et des sinistres; les indemnités recouvrables surassurances; les obligations au titre des prestations de retraite; les instruments financiers évalués à la justevaleur. Se reporter à la page 89 du Rapport annuel 2012 pour plus d’informations.Normes comptables nouvelles et modifiéesL’International Accounting Standards Board (IASB) a publié plusieurs nouveaux documents sous forme denormes, d’interprétations, de modifications et d’améliorations. Les normes qui s’appliquent à EDC sontindiquées ci-dessous. Sauf indication contraire, elles s’appliquent aux exercices ouverts à compter du1 er janvier 2013.Nouvelles normes► IFRS 10 – États financiers consolidés. Cette norme remplace les dispositions relatives au contrôle et àla consolidation d’IAS 27 - États financiers consolidés et individuels, et de SIC-12 - Consolidation -Entités ad hoc. IFRS 10 impose la consolidation d’une entité émettrice seulement si l’investisseurdétient le pouvoir sur celle-ci, qu’il est exposé à des rendements variables en raison de ses liens avecelle et qu’il a la capacité d’utiliser son pouvoir sur l’entité émettrice pour influer sur ses rendements.Des indications détaillées sont fournies en vue de l’application des critères définis du contrôle. Lesdispositions comptables en matière de consolidation n’ont pas beaucoup changé par rapport à cellesd’IAS 27. Le 1 er janvier 2013, EDC a examiné ses conclusions sur la consolidation et a déterminé quel’application d’IFRS 10 n’a entraîné aucun changement dans la méthode de consolidation de sa filiale etdes entités émettrices.► IFRS 11 – Partenariats. Cette norme remplace IAS 31- Participation dans des coentreprises, et classeles partenariats dans deux catégories, les entreprises communes et les coentreprises, en fonction desdroits et obligations contractuels de chaque investisseur qui contrôle l’entreprise conjointement. Dansle cas d’une entreprise commune, l’entité en comptabilise sa quote-part des actifs, des passifs, desproduits et des charges. La participation dans une coentreprise est, par contre, comptabilisée suivant laméthode de la mise en équivalence, telle qu’elle est prescrite dans IAS 28 Participations dans desentreprises associées et des coentreprises, dans sa version modifiée de 2011. Les autres modifications16 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)d’IAS 28 n’ont pas eu d’incidence sur EDC. EDC a classé ses partenariats et a conclu que l’applicationd’IFRS 11 n’a entraîné aucun changement dans la comptabilisation de ses partenariats.► IFRS 12 – Informations à fournir sur les intérêts détenus dans d’autres entités. Cette norme précise lesobligations d’information relatives à toutes les formes d’intérêts dans d’autres entités, que ces intérêtssoient comptabilisés dans l’état de la situation financière ou non. EDC a examiné ces obligationsd’information et a déterminé que l’application d’IFRS 12 n’imposait aucune information additionnelle àfournir dans ses états financiers intermédiaires.► IFRS 13 – Évaluation de la juste valeur. Cette norme offre un cadre unique pour l’évaluation de la justevaleur. L’évaluation de la juste valeur d’un actif ou d’un passif est fondée sur des hypothèses que lesintervenants du marché utiliseraient pour fixer le prix de l’actif ou du passif selon les conditionsactuelles du marché, y compris les hypothèses concernant le risque. EDC applique IFRS 13 depuis le1 er janvier 2013 de manière prospective. L’adoption d’IFRS 13 n’a nécessité aucun ajustement destechniques d’évaluation qu’EDC utilise pour évaluer la juste valeur et n’a entraîné aucun ajustementdes valeurs au 1 er janvier 2013.Normes modifiées► IAS 1 – Présentation des états financiers. Selon cette norme, EDC doit regrouper les autres éléments durésultat global selon qu’ils seront ou non reclassés ultérieurement en résultat net. En conséquence, nousavons modifié notre état consolidé résumé du résultat global.► IAS 19 – Avantages du personnel. Cette modification, que l’IASB a publiée en juin 2011, a étéappliquée le 1 er janvier 2013 de manière rétrospective. Elle enlève l’option d’utiliser la méthode ducorridor pour différer les profits et les pertes. La norme impose la comptabilisation de l’incidence d’uneréévaluation des actifs et des passifs des régimes de retraite dans les autres éléments du résultat globalet améliore les informations à fournir sur les régimes à prestations définies. L’ajustement transitoire aumoment de l’adoption de la norme modifiée a entraîné une réduction de 259 millions de dollars dusolde d’ouverture des résultats non distribués. Les autres éléments du résultat global ont augmenté de51 millions de dollars en raison de la réévaluation rétrospective des gains actuariels sur les obligationsrelatives à 2012. De plus, la charge de retraite de 2012 a été retraitée et correspond à 56 millions dedollars, par suite de l’application rétrospective de la norme, soit une baisse de 6 millions par rapport auchiffre présenté dans le Rapport annuel 2012.► IAS 27 – États financiers individuels. Cette norme a été renommée et modifiée en conservant lesdirectives comptables concernant la publication des états financiers individuels. La modification estsans conséquence pour EDC.► IAS 28 – Participations dans des entreprises associées et des coentreprises. La norme a été modifiée enraison de la nouvelle norme sur les partenariats. La modification est sans conséquence pour EDC.RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 17


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)2. Prêts31 mars201331 déc.201231 mars2012(en millions de dollars canadiens)Prêts productifs :En souffrance 8 11 12Pour la période et par la suite 30 271 29 165 27 457Prêts productifs bruts 30 279 29 176 27 469Prêts dépréciés individuellement (note 3) 1 159 1 160 1 971Prêts bruts 31 438 30 336 29 440Créances au titre des intérêts et descommissions 166 157 167Produits différés tirés des prêts et autrescrédits (364) (362) (557)Total des prêts 31 240 $ 30 131 $ 29 050 $Le tableau suivant présente une ventilation de nos prêts bruts en fonction de la qualité du crédit.(en millions de dollars canadiens)31 mars201331 déc.201231 mars2012% du% du% du$ total $ total $ totalPremière qualité 15 144 48 14 480 48 12 455 42Qualité inférieure 15 135 48 14 696 48 15 014 51Prêts dépréciésindividuellement (note 3) 1 159 4 1 160 4 1 971 7Total des prêts bruts 31 483 $ 100 30 336 $ 100 29 440 $ 100Le tableau suivant présente les engagements de financement en cours, ventilés par catégorie.(en millions de dollars canadiens)31 mars201331 déc.201231 mars2012Engagements de prêts signés 13 468 13 382 9 616Lettres d’offre 3 654 3 909 2 126Lignes de crédit confirmées 111 111 134Total des engagements de financement 17 233 $ 17 402 $ 11 876 $18 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)3. Prêts dépréciés individuellement31 mars201331 déc.201231 mars2012(en millions de dollars canadiens)Prêts brutsPrêts souverains 79 78 245Prêts commerciaux 1 080 1 082 1 7261 159 1 160 1 971Moins : Produits différés tirés des prêts et autrescrédits 24 24 208Compte de correction de valeur individuelle 302 298 512Valeur comptable des prêts dépréciésindividuellement 833 $ 838 $ 1 251 $Le tableau suivant montre l’évolution du portefeuille des prêts bruts dépréciés individuellement au cours de lapériode.(en millions de dollars canadiens)31 mars201331 mars2012Solde au 1 er janvier 1 160 1 805Déboursements sur les appels de garantie de prêts 3 3Prêts classés comme dépréciés 1 212Remboursements de principal (19) (22)Prêts sortis (6) -Écart de change 20 (27)Solde au 31 mars 1 159 $ 1 971 $RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 19


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)4. Compte de correction de valeur pour pertes sur prêts et provisions pour pertes sur engagements deprêts et sur garanties de prêtsLe compte de correction de valeur pour pertes sur prêts et les provisions pour pertes sur engagements de prêtset sur garanties de prêts se ventilent comme suit :(en millions de dollars canadiens)31 mars201331 déc.201231 mars2012Compte de correction de valeur et provision de baseCrédit de première qualité 72 70 63Crédit de qualité inférieure 906 869 997Total du compte de correction de valeur et de laprovision de base 978 939 1 060Compte de correction de valeur et provision pourconcentration des contrepartiesCrédit de première qualité 3 4 1Crédit de qualité inférieure 89 93 63Total du compte de correction de valeur et de laprovision pour concentration des contreparties 92 97 64Total du compte de correction de valeur collective et dela provision collective 1 070 1 036 1 124Compte de correction de valeur pour prêts dépréciésindividuellement et provisions pour engagements deprêts et garanties de prêts dépréciés individuellement 320 314 608Total du compte de correction de valeur pour pertes surprêts et des provisions pour pertes sur engagementsde prêts et sur garanties de prêts 1 390 $ 1 350 $ 1 732 $Ventilation du compte de correction de valeur pour pertes sur prêts et des provisions pour pertes surengagements de prêts et sur garanties de prêts :31 mars201331 déc.201231 mars2012(en millions de dollars canadiens)Compte de correction de valeur pour pertes surprêts 1 230 1 182 1 484Provision pour pertes sur engagements de prêts 56 58 42Provision pour pertes sur garanties de prêts * 104 110 206Total 1 390 $ 1 350 $ 1 732 $* Incluse dans le passif au titre des garanties de prêts.20 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Au cours de la période, les changements suivants ont été apportés au compte de correction de valeur pourpertes sur prêts et aux provisions pour pertes sur engagements de prêts et sur garanties de prêts :Total au31 mars2013 Collectives IndividuellesTotal au31 mars2012(en millions de dollars canadiens)Collectives IndividuellesSolde à l’ouverture de l’exercice 1 036 314 1 350 1 418 509 1 927Dotation au compte de correction de valeur pourpertes sur prêts et aux provisions pour pertessur engagements de prêts et sur garanties deprêts (reprise) 21 5 26 (276) 104 (172)Sorties - (7) (7) - - -Recouvrement des montants sortis au coursd’exercices antérieurs - 1 1 - - -Écart de change 13 7 20 (18) (5) (23)Total 1 070 $ 320 $ 1 390 $ 1 124 $ 608 $ 1 732 $5. Matériel disponible à la locationLe matériel disponible à la location représente les aéronefs qui nous ont été retournés en raison de l’incapacitédes débiteurs connexes à respecter leurs engagements aux termes des prêts.Le tableau suivant fournit une ventilation de notre matériel disponible à la location.31 mars201331 déc.201231 mars2012(en millions de dollars canadiens)CoûtAéronefs 438 438 78Réacteurs 181 181 61Frais de révision majeure 16 16 12Coût total 635 635 151Cumul des amortissementsAéronefs (64) (58) (52)Réacteurs (42) (40) (38)Frais de révision majeure (12) (12) (10)Total du cumul des amortissements (118) (110) (100)Valeur comptable 517 525 51Frais de préparation de baux - - 1Total du matériel disponible à la location 517 $ 525 $ 52 $RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 21


Les passifs au titre des polices et des sinistres se décomposent comme suit :(en millions de dollars canadiens)31 mars201331 déc.201231 mars2012Primes d’assurance différées 94 100 86Provision pour sinistres sur assurances 493 483 773Total des passifs au titre des polices etdes sinistres 587 $ 583 $ 859 $ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)8. Passifs éventuelsComme il est indiqué à la page 88 du Rapport annuel 2012, la Loi sur le développement des exportations nousimpose un plafond à l’égard de nos passifs éventuels. Ce plafond s’établit actuellement à 45,0 milliards dedollars. Notre position par rapport à cette limite est présentée ci-dessous.(en millions de dollars canadiens)31 mars201331 déc.201231 mars2012Assurance crédit 8 092 7 750 7 892Assurance d’institution financière 4 337 4 118 6 834Assurance et cautionnement de contrats 8 203 8 161 8 638Assurance risques politiques 1 615 1 503 1 736Passifs éventuels – programme d’assurances 22 247 21 532 25 100Garanties de prêts 2 132 2 104 2 601Total 24 379 $ 23 636 $ 27 701 $9. Capital socialLe capital social autorisé d’EDC s’élève à 3,0 milliards de dollars, soit 30 millions d’actions d’une valeurnominale de 100 dollars chacune. Le nombre d’actions émises et entièrement libérées est de 13,3 millions(13,3 millions en 2012). En mars 2012, un dividende de 500 millions de dollars a été versé au gouvernementdu Canada.10. Gestion du capitalEDC a mis en place un processus de gestion du capital pour assurer une capitalisation adéquate et veiller à ceque la situation de notre capital soit connue, mesurée et régulièrement déclarée au Conseil d’administration.Nous ne sommes pas assujettis à des exigences externes en matière de capitalisation.Notre principal objectif en matière de gestion de capital est de veiller à ce qu’EDC ait le capital suffisant pourrépondre aux besoins changeants des exportateurs et des investisseurs canadiens tout en demeurantfinancièrement autonome.RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 23


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Le tableau suivant présente les éléments constitutifs de l’offre de capital d’EDC.31 mars201331 déc.201231 mars2012(en millions de dollars canadiens)Compte de correction de valeur pour pertessur prêts 1 230 1 182 1 484Provisions pour pertes sur engagements deprêts 56 58 42Provisions pour pertes sur garanties de prêts 104 110 206Provision pour sinistres sur assurances 493 483 773Quote-part des réassureurs dans les passifs autitre des polices et des sinistres (87) (90) (126)Capital social 1 333 1 333 1 333Résultats non distribués 7 733 7 542 6 528Offre de capital 10 862 $ 10 618 $ 10 240 $24 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)11. Juste valeur des instruments financiersLa juste valeur représente notre estimation du montant pour lequel un actif pourrait être échangé, ou un passiféteint, entre parties bien informées, consentantes et agissant dans des conditions de concurrence normale.Comme pour toute estimation, l’impossibilité de prédire l’avenir entraîne un élément d’incertitude. Lorsqu’ils’agit d’estimer la juste valeur de nos instruments financiers, l’incertitude est amplifiée par le nombre élevéd’hypothèses utilisées et la vaste gamme des techniques d’évaluation acceptables. L’estimation de la justevaleur se fonde sur les conditions du marché à un moment donné et peut donc ne pas refléter les conditions dumarché à une date ultérieure. Par conséquent, la juste valeur estimée des instruments financiers décrits cidessousne correspondrait pas nécessairement à leur valeur réelle si les instruments étaient échangés sur lemarché.(en millions de dollars canadiens)Valeurcomptable31 mars2013JustevaleurActifsPrêts productifs à taux fixe 7 702 8 251Prêts productifs à taux variable 21 492 22 122Total des prêts productifs 29 194 30 373Prêts dépréciés 833 833Prêts et créances au titre des intérêts et descommissions 30 027 31 206Titres négociables :À la juste valeur par le biais du résultat net 4 136 4 136Au coût amorti 76 76Instruments dérivés 1 160 1 160Placements à la juste valeur par le biais durésultat net 456 456Indemnités recouvrables sur assurances 198 198Autres actifs 143 144PassifsDettes fournisseurs et autres crédits 177 185Emprunts :Désignés comme étant à la juste valeur par le biaisdu résultat net 25 563 25 563Au coût amorti 1 050 1 087Instruments dérivés 197 197Garanties de prêts 155 200Nous avons instauré des contrôles et politiques pour nous assurer que nos évaluations sont appropriées etréalistes. En général, c’est notre Équipe de gestion des risques du marché, qui ne participe pas au montage destransactions, qui décide des méthodes, des modèles et des hypothèses qui servent à mesurer la juste valeur denos actifs et passifs financiers. L’Équipe de gestion des risques du marché relève du vice-président, Gestiondes risques, qui lui relève du premier vice-président et chef de la gestion des risques. Les modèles, lesméthodes d’évaluation et les paramètres et données relatifs au marché sont soumis à un examen et à unevalidation périodiques, ainsi qu’à une comparaison avec les valeurs fournies par des tiers. Dans les rares casoù l’évaluation d’un instrument financier n’est pas indépendante du montage de la transaction, l’évaluationqui en résulte est examinée par un comité d’évaluation. Celui-ci se réunit périodiquement. Les instrumentssont examinés et classés dans la hiérarchie des justes valeurs par le comité d’évaluation avant d’êtreentièrement adoptés.RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 25


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Les hypothèses et les techniques d’évaluation que nous utilisons pour estimer la juste valeur sont décrites cidessous:PrêtsAfin d’estimer la juste valeur de nos prêts productifs (y compris la créance au titre des intérêts), nous lesséparons selon les catégories de risque qu’ils présentent, et nous calculons la valeur actualisée des flux detrésorerie du principal et des intérêts. Les taux d’actualisation sont obtenus à l’aide de courbes de tauxobservables pour chaque catégorie de risque et ils sont propres au risque de crédit et au terme jusqu’àl’échéance des flux de trésorerie du principal et des intérêts.La juste valeur des prêts dépréciés est considérée comme étant équivalente à la valeur comptable. Une foisque le prêt est jugé déprécié, sa valeur comptable est réduite pour rendre compte des flux de trésorerie futursestimés et actualisés au taux d’intérêt effectif initial du prêt.Titres négociablesNous estimons la juste valeur des titres négociables en utilisant les prix observables sur le marché. Si ces prixne sont pas disponibles, nous déterminons la juste valeur en actualisant les flux de trésorerie futurs à l’aided’une courbe de taux appropriée.PlacementsNotre approche relative à l’évaluation de la juste valeur s’inspire des directives d’évaluation contenues dansl’International Private Equity and Venture Capital Valuation Guideline (« IPEVC »). Suivant le type deplacement, nous estimons la juste valeur selon l’une des méthodes suivantes : i) l’approche marché,notamment en utilisant le prix coté d’une action ou le prix d’un titre récemment inclus dans le portefeuille deplacements; ii) l’approche multiple des résultats ou des flux de trésorerie actualisés; iii) l’approche liquidationou patrimoniale. Les évaluations sont établies par les gestionnaires de placements, sont examinées par ladirection et sont approuvées chaque trimestre par un comité d’évaluation indépendant qui comprend desreprésentants de notre Bureau de gestion des risques et de notre Groupe des finances. Les méthodesd’évaluation sont constamment validées et calibrées au moyen de discussions avec les coinvestisseurs et lesintervenants du marché, compte tenu de tous les événements connus sur le marché.Les modèles d’évaluation de la juste valeur de certains instruments de placement utilisent des estimationsdéterminées d’une manière compatible avec les pratiques de l’industrie, qui ne peuvent être observéesdirectement sur le marché. Les estimations non observables d’EDC sont présentées dans le tableau ci-dessous.(en millions de dollars canadiens)Technique d’évaluationDonnée nonobservableFourchette(moyenne pondérée)Juste valeur au31 mars 2013Multiple du BAIIA* Multiple du BAIIA 7,70 – 11,20 (9,50) 6,4Multiple des ventes Multiple des ventes 0,20 – 9,00(2,04) 0,2Flux de trésorerieactualisésTaux d’actualisation 2,50 % – 9,60 %(5,90 %)4,5* Bénéfice avant intérêts, impôt et dotation aux amortissements.Indemnités recouvrables sur assurancesAux fins de l’estimation de leur juste valeur, les indemnités recouvrables sur assurances sont réparties entreplusieurs groupes en fonction de leur durée estimée jusqu’au recouvrement. En général, cette durée estrelativement courte, et pour cette raison, la juste valeur est considérée comme équivalente à la valeurcomptable. Pour les sinistres dont le recouvrement est attendu dans un temps plus éloigné, EDC calcule lavaleur actualisée des flux de trésorerie attendus à l’aide d’un taux d’actualisation approprié pour le sinistre.26 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Autres actifs et dettes fournisseurs et autres créditsLa juste valeur des autres actifs courants et des dettes fournisseurs et autres crédits courants est présuméeégale à leur valeur comptable en raison de leur courte échéance. Nous estimons la juste valeur des autresactifs non courants et des dettes fournisseurs non courantes en actualisant les flux de trésorerie futurs à l’aided’une courbe de taux appropriée.EmpruntsLa juste valeur de nos emprunts moins complexes est établie à l’aide des flux de trésorerie actualisés. Lestaux à terme servent à déterminer les flux de trésorerie futurs à taux variable. Les flux de trésorerie sontactualisés au moyen de la courbe de taux de la devise concernée. Les données utilisées dans les calculs sontobservables sur le marché et peuvent inclure les courbes des taux d’intérêt et les taux de change.Pour nos emprunts plus complexes pouvant comporter une option, la juste valeur est établie au moyen demodèles d’évaluation si les cours d’un marché indépendant ne sont pas disponibles. Les données utiliséesdans ces modèles incluent, en plus des courbes des taux d’intérêt et des taux de change, la volatilité desoptions et les corrélations. Tous les trois ans, les modèles sont réexaminés, et chaque fois qu’un modèle estemployé pour évaluer une transaction, les modèles sont recalibrés automatiquement. Les variations de la justevaleur sont analysées chaque mois.EDC a retenu les services d’un consultant externe afin de valider les modèles utilisés pour la création etl’évaluation de ses instruments financiers. Le consultant a considéré ces modèles comme étant conformes àceux employés par les émetteurs qui effectuent une couverture économique des titres qu’ils émettent.EDC couvre ses billets structurés à l’aide de swaps de taux d’intérêt et de swaps croisés qui convertissent lesobligations d’EDC en billets à taux variable. La branche du swap sur laquelle EDC reçoit les intérêts reflèteparfaitement la structure des paiements à effectuer sur les billets structurés d’EDC, de telle sorte que lamoindre inexactitude dans la dérivation des paiements futurs attendus des billets structurés ou dans leurévaluation soit annulée par une évaluation ou une dérivation opposées des paiements futurs attendus et àrecevoir sur cette branche du swap.Instruments dérivésLes contrats de change à terme et les swaps de devises sont évalués en fonction des montants nominauxactualisés selon la courbe de taux des devises respectives, les valeurs actualisées étant converties au taux dechange au comptant du dollar canadien.Les swaps de taux d’intérêt et les swaps croisés sont évalués selon les flux de trésorerie actualisés. Les taux àterme servent à déterminer les flux de trésorerie futurs à taux variable. Les flux de trésorerie sont actualisésau moyen de la courbe de taux de la devise concernée. Les données utilisées dans les calculs sont observablessur le marché et peuvent inclure les courbes des taux d’intérêt et les taux de change.Pour les swaps plus complexes associés à nos emprunts, qui pouvent comporter une option, notamment lesswaps croisés, les swaps de taux d’intérêt et les contrats de change à terme non livrables, la juste valeur estétablie au moyen de modèles conçus à partir de techniques d’évaluation reconnues, et elle est validée et géréede la manière décrite ci-dessus pour nos emprunts plus complexes. Nous évaluons les swaps sur défaillancede crédit en incluant dans l’évaluation une variable additionnelle, soit les écarts sur valeurs nominales de cesswaps sur les marchés, ou en fonction des prix cotés fournis par les courtiers, le cas échéant.Les évaluations réalisées à l’aide des méthodes décrites ci-dessus sont ajustées en fonction du risque de créditde la contrepartie le cas échéant.RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 27


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Garanties de prêtsLa juste valeur des garanties de prêts à court terme est présumée égale à leur valeur comptable en raison deleur courte échéance.Nous estimons la juste valeur des garanties de prêts à long terme comme étant la différence entre lespaiements que nous pourrions être appelés à faire, actualisés selon la courbe des taux pour le risque de créditapproprié et la courbe des taux pour le risque de crédit d’EDC, déduction faite des produits différés tirés desgaranties.Hiérarchie des justes valeursLe tableau ci-après donne la hiérarchie des justes valeurs des éléments comptabilisés à leur juste valeur dansnotre état de la situation financière. Cette hiérarchie constitue l’ordre de priorité des techniques d’évaluationqui servent à déterminer la juste valeur d’un instrument financier selon que les données retenues pourl’évaluation sont observables ou non.• Niveau 1 – La juste valeur est fondée sur les prix (non ajustés) cotés sur des marchés actifs pour desactifs ou passifs identiques.• Niveau 2 – La juste valeur est déterminée à l’aide de données autres que les prix cotés visés auniveau 1 et qui sont observables pour l’actif ou le passif concerné, directement (à savoir les prix) ouindirectement (à savoir les données dérivées du prix).• Niveau 3 – La juste valeur est déterminée à l’aide de données relatives à l’actif ou au passif qui nesont pas fondées sur des données de marché observables (données non observables).31 mars(en millions de dollars canadiens)2013Niveau 1 Niveau 2 Niveau 3 TotalActifsPrêts productifs à taux fixe - 8 251 - 8 251Prêts productifs à taux variable - 22 122 - 22 122Total des prêts productifs - 30 373 - 30 373Prêts dépréciés - 833 - 833Prêts et créances au titre des intérêts et descommissions - 31 206 - 31 206Titres négociables :À la juste valeur par le biais du résultat net 2 149 1 987 - 4 136Au coût amorti 76 - - 76Instruments dérivés - 1 109 51 1 160Placements à la juste valeur par le biais durésultat net - - 456 456Indemnités recouvrables sur assurances - - 198 198Autres actifs 92 52 - 144PassifsDettes fournisseurs et autres crédits 128 57 - 185Emprunts :Désignés comme étant à la juste valeur par lebiais du résultat net - 25 323 240 25 563Désignés comme étant au coût amorti - 1 087 - 1 087Instruments dérivés - 197 - 197Garanties de prêts - 200 - 20028 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Le tableau suivant présente un rapprochement des justes valeurs de niveau 3 entre la fin de 2012 et la fin dupremier trimestre de 2013 en ce qui concerne les placements à la juste valeur par le biais du résultat net, lesemprunts désignés comme étant à la juste valeur par le biais du résultat net et les instruments dérivés.(en millions de dollars canadiens)Placements à lajuste valeur parle biais durésultat netEmprunts désignéscomme étant à lajuste valeur par lebiais du résultatnet31 mars2013InstrumentsdérivésTotalSolde à l’ouverture de l’exercice 429 (320) 64 173Profits (pertes) latents comptabilisés enautres charges (4) 10 (7) (1)Achat d’actifs et émission d’instrumentsd’emprunt 34 - - 34Actifs ou passifs échus - 78 (8) 70Remise de capital (9) - - (9)Écart de change 6 (8) 2 -Solde à la clôture de l’exercice 456 $ (240) $ 51 $ 267 $Total des profits (pertes) du premier trimestrede 2013, porté au résultat global au titre desinstruments détenus à la clôture du trimestre (4) $ 3 $ (3) $ (4) $Un changement dans la méthode d’évaluation peut entraîner des transferts vers les niveaux 1, 2 et 3 ou depuisces niveaux. Au cours du premier trimestre de 2013, aucun transfert n’a eu lieu entre ces niveaux.Au cours du premier trimestre de 2013, une analyse de sensibilité a été réalisée à l’aide d’autres hypothèsespossibles en vue de recalculer la juste valeur de nos instruments financiers de niveau 3. La juste valeur desinstruments financiers de niveau 3 est fondée, en tout ou en partie, sur des données non observables. Lors dela préparation des états financiers, des niveaux appropriés sont retenus pour les paramètres des données nonobservables pour que celles-ci soient cohérentes avec les données de marché actuelles ou le jugement de ladirection.Pour pouvoir effectuer notre analyse de sensibilité, nous avons ajusté les hypothèses sur la courbe de taux etla volatilité retenues pour l’évaluation de nos emprunts et de nos actifs dérivés de niveau 3. Les résultats del’analyse de nos emprunts de niveau 3 se placent dans une fourchette allant d’un écart défavorable de15 millions de dollars à un écart favorable de 20 millions. Du côté de nos actifs dérivés de niveau 3, lesrésultats donnent une fourchette allant d’un écart défavorable de 19 millions de dollars à un écart favorable de14 millions.L’effet de retenir d’autres hypothèses possibles pour l’évaluation de nos placements classés au niveau 3 setraduirait par une fourchette allant d’une révision à la baisse de 3 millions de dollars à une révision à la haussede 14 millions de dollars de la juste valeur.12. Risques liés aux instruments financiersLes principaux risques que nous courons du fait de détenir des instruments financiers sont les risques decrédit, de marché et d’illiquidité.Risque de créditPar risque de crédit, on entend les risques de perte liés au non-respect d’obligations financières de la partd’une contrepartie. Nous nous exposons à des risques de crédit en raison des instruments financiers présentsdans notre programme de prêts et nos activités de trésorerie.RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 29


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Le tableau suivant donne une ventilation, par pays où se situe le risque, du montant maximal brut de notreexposition au risque de crédit inhérent aux instruments financiers. L’exposition comprend les prêts bruts, lesgaranties de prêts, les placements à la juste valeur par le biais du résultat net, les titres négociables et les actifsdérivés.Expositionau 31 mars2013Expositionau 31 déc.2012Expositionau 31 mars2012(en millions de dollars canadiens)Pays $ % $ % $ %États-Unis 11 988 30 12 051 31 13 494 36Canada 6 958 18 6 568 17 6 633 18Brésil 2 486 6 2 317 6 1 553 4Mexique 2 034 5 2 020 5 1 905 5Australie 1 649 4 1 370 4 766 2Inde 1 535 4 1 557 4 1 379 4Royaume-Uni 1 075 3 1 179 3 1 048 3Chili 1 068 3 1 136 3 935 2Qatar 760 2 745 2 751 2Espagne 716 2 524 1 673 2Autres 9 288 23 8 990 24 8 445 22Total 39 557 $ 100 38 457 $ 100 37 582 $ 100Le tableau suivant indique la concentration du risque de crédit inhérent à nos instruments financiers parsecteur industriel.(en millions de dollars canadiens)Expositionau 31 mars2013Expositionau 31 déc.2012Expositionau 31 mars2012Secteur industriel $ % $ % $ %Comptes commerciaux :Aéronautique 9 912 25 9 573 25 9 997 27Industries extractives 9 304 24 8 764 23 7 065 19Transport de surface 4 117 10 4 066 11 4 822 13Institutions financières 3 371 9 3 336 9 3 451 9Technologies del’information et descommunications 2 953 7 2 797 7 2 715 7Infrastructure et2 894 7environnement3 069 8 3 175 8Autres 2 206 6 2 057 5 1 860 5Total des comptescommerciaux 34 757 88 33 662 88 33 085 88Comptes souverains 4 800 12 4 795 12 4 497 12Total 39 557 $ 100 38 457 $ 100 37 582 $ 100Risque de marchéPar risque de marché, on entend le risque que la juste valeur (ou les flux de trésorerie futurs) d’un instrumentfinancier fluctue en raison de la variation des cours du marché. Le risque de marché représente trois types derisque : le risque de change, le risque de taux d’intérêt et le risque dit « autre risque de prix ». Nous sommesexposés aux effets défavorables qu’une fluctuation défavorable des taux de change et d’intérêt aurait sur lavaleur des instruments financiers. Grâce à nos politiques et procédures, nous sommes sûrs de recenser, demesurer et de gérer les risques de taux d’intérêt et de change et d’en faire régulièrement rapport à la directionet au Conseil d’administration.30 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Risque d’illiquiditéPar risque d’illiquidité, on entend le risque d’insuffisance de liquidités pour couvrir les obligationsquotidiennes ou le risque auquel nous nous exposerons pour obtenir des fonds rapidement, moyennant peutêtreune prime excessivement élevée dans une conjoncture difficile du marché. Nous avons recours àplusieurs mécanismes pour obtenir des liquidités, notamment en détenant une trésorerie et des titresnégociables et en accédant aux marchés du papier commercial.Nos objectifs, politiques et procédés de gestion des risques liés aux instruments financiers, ainsi que laméthode servant à mesurer l’exposition à ces risques, sont expliqués dans notre Rapport annuel 2012, dans lesnotes portant sur nos instruments dérivés et nos instruments d’emprunt, ainsi que dans le texte et les tableauxprésentés en vert dans le rapport de gestion (pages 68 à 72).13. Produits tirés des prêts31 mars2013Trimestres clos les31 déc.201231 mars2012(en millions de dollars canadiens)Intérêts sur prêtsTaux variable 134 140 135Taux fixe 95 95 98Produits sous forme de commissions sur prêts 35 42 26Produits tirés des prêts dépréciés 7 9 10Autres 2 3 3Total des produits tirés des prêts 273 $ 289 $ 272 $14. Charges d’intérêts(en millions de dollars canadiens)31 mars2013Trimestres clos les31 déc.201231 mars2012Emprunts désignés comme étant à la juste valeur par lebiais du résultat net et dérivés connexesEmprunts à court terme 5 5 8Emprunts à long terme – à taux variable 19 22 27Emprunts à long terme – à taux fixe (8) (8) (8)Emprunts comptabilisés au coût amortiEmprunts à long terme – à taux fixe 8 11 20Total des charges d’intérêts sur les emprunts et lesdérivés connexes 24 30 47Produits d’intérêts sur les swaps de devises liés aucapital (18) (18) (15)Autres 1 4 1Total des charges d’intérêts 7 $ 16 $ 33 $Nos charges d’intérêts comprennent le coût des emprunts émis par EDC et des dérivés connexes et rendentcompte de l’incidence des swaps de devises servant à gérer le risque de change associé à notre capital. Cesswaps de devises servent à compenser des actifs et des passifs libellés en dollars américains. Par conséquent,ils comprennent une branche encaissable en dollars canadiens et une branche payable en dollars américains,chacune des branches étant à taux d’intérêt variable. L’écart positif entre les taux d’intérêt sur la brancheencaissable en dollars canadiens de ces swaps et les taux d’intérêt sur la branche payable en dollarsRAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 31


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)américains est resté stable au cours du première trimestre de 2013, ce qui a stabilisé les produits d’intérêts surces swaps entre les périodes.15. Primes d’assurance et commissions de garantie, montant netLes tableaux suivants présentent le montant net de nos primes d’assurance et de nos commissions de garantiecomptabilisées en produits au titre de nos programmes d’Assurance crédit (CI), d’Assurance d’institutionfinancière (FII), d’Assurance et cautionnement de contrats (CIB) et d’Assurance risques politiques (PRI).(en millions dedollars canadiens)31 mars2013Trimestres clos les31 déc.201231 mars2012CI FII CIB PRI Total CI FII CIB PRI Total CI FII CIB PRI TotalPrimes directes 27 6 11 8 52 25 (2) * 11 11 45 29 7 12 7 55Acceptation enréassurance 1 - 1 - 2 - - 3 - 3 1 - 2 - 3Cession enréassurance (2) - (1) (3) (6) (1) - - (4) (5) (2) - (1) (2) (5)Primes d’assuranceet commissions degarantie, montantnet 26 $ 6 $ 11 $ 5 $ 48 $ 24 $ (2) $ 14 $ 7 $ 43 $ 28 $ 7 $ 13 $ 5 $ 53 $* En raison d’un ajustement des primes d’assurance différées.16. Dotation au compte de correction de valeur et aux provisions pour pertes sur créances (reprise)Les tableaux suivants présentent une ventilation de la dotation au compte de correction de valeur et auxprovisions pour pertes sur créances (reprise), portée au résultat net.(en millions de dollars canadiens)31 mars2013Trimestres clos les31 déc.201231 mars2012Mises à jour des variables indépendantes :Variation de la valeur des nantissements 90 27 2Relèvement de la limite de concentration (8) - (4)Révision des probabilités de défaillance - - (156)Changement dans la composition du portefeuille* (53) (28) (38)Changement dans la qualité du crédit 1 (55) 24Autres (4) (4) -Dotation au compte de correction et aux provisionspour pertes sur créances (reprise) 26 $ (60) $ (172) $* Représente les besoins en dotation au compte de correction de valeur et aux provisions (reprise) par suite des déboursements,des nouveaux engagements de financement et des renboursements.32 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)31 mars2013Trimestres clos les31 déc.201231 mars2012(en millions de dollars canadiens)Dotation au compte de correction de valeur pour pertessur prêts (reprise) 35 (50) (174)Dotation à la provision pour pertes sur engagements deprêts (reprise) (2) 11 2Dotation à la provision pour pertes sur garanties deprêts (reprise) (7) (21) -Dotation au compte de correction et aux provisions pourpertes sur créances (reprise) 26 $ (60) $ (172) $17. Charges liées (recouvrements liés) aux sinistresTrimestres clos les(en millions de dollars canadiens)31 mars201331 déc.201231 mars2012Indemnités versées 7 308 11Indemnités versées – polices réassurées 1 3 -Indemnités recouvrées (3) (6) (6)Augmentation (diminution) actuarielle de la provisionnette pour sinistres sur assurances 4 (289) 3(Augmentation) diminution des indemnitésrecouvrables sur assurances 2 (161) 2Frais de gestion et de règlement des sinistres 1 13 1Total des charges liées (recouvrements liés) auxsinistres 12 $ (132) $ 11 $18. Autres produits (charges)31 mars2013Trimestres clos les31 déc.201231 mars2012(en millions de dollars canadiens)Profit net latent sur les emprunts désignés commeétant à la juste valeur par le biais du résultat net 54 78 20Perte nette latente sur les dérivés liés aux emprunts (70) (39) (25)Perte nette réalisée et latente sur les titres négociablesinscrits à la juste valeur par le biais du résultat net (2) (7) (14)Perte nette latente sur les swaps sur défaillance decrédit liés aux prêts (3) (11) (15)Profit (perte) net réalisé et latent sur les placementsinscrits à la juste valeur par le biais du résultat net (4) 8 1Gain (perte) de change 1 (1) 3Autres - 8 (1)Total des autres produits (charges) (24) $ 36 $ (31) $RAPPORT FINANCIER TRIMESTRIEL 33


ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS RÉSUMÉS (NON AUDITÉS)Nous avons désigné la plupart de nos emprunts à long terme comme étant à la juste valeur par le biais durésultat net afin de leur appliquer le même traitement comptable que nous appliquons aux dérivés connexes.En général, ces dérivés servent à gérer les risques de taux d’intérêt et de change auxquels les obligationsconnexes sont exposées. Pour le trimestre clos le 31 mars 2013, la perte nette latente sur nos emprunts àlong terme et les dérivés connexes totalise 16 millions de dollars, contre un profit de 39 millions pour letrimestre précédent. Conformément aux IFRS, notre dette est évaluée en fonction de notre propre cote decrédit (AAA), alors que les dérivés connexes le sont en fonction des courbes qui reflètent le risque de créditlié à l’exposition correspondante. Au cours du trimestre clos le 31 mars 2013, la plupart des taux pertinentspour l’évaluation de notre dette ont moins évolué que ne l’ont fait durant cette même période les tauxpertinents pour l’évaluation des dérivés connexes, ce qui a entraîné des pertes sur nos dérivés qui ontdépassé les profits sur nos obligations.19. Charges administrativesTrimestres clos les(en millions de dollars canadiens)31 mars201331 déc.201231 mars2012Salaires et avantages 41 33 40Prestations de retraite, autres avantages deretraite et avantages postérieurs à l’emploi 12 15 13Coût des locaux 7 6 7Dotation aux amortissements 6 8 7Autres 9 18 8Total des charges administratives 75 $ 80 $ 75 $Obligations au titre des prestations de retraite comprises dans les prestations de retraite, autres avantages deretraite et avantages postérieurs à l’emploi ci-dessus :31 mars2013Trimestres clos les31 déc.201231 mars2012(en millions de dollars canadiens)Prestations de retraite comptabilisées encharges 8 11 9Autres avantages postérieurs à l’emploi etindemnités de fin de contrat de travailcomptabilisés en charges 4 4 412 $ 15 $ 13 $20. Transactions entre parties liéesLe gouvernement du Canada est l’unique actionnaire d’Exportation et développement Canada. Dans le cadrede nos activités normales, nous concluons des transactions avec d’autres ministères, organismesgouvernementaux et sociétés d’État, ainsi qu’avec le régime de retraite, selon des conditions semblables àcelles qui s’appliquent aux parties non liées.34 EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA


Photos en couvertureCoin supérieur gauche : © kali9/iStockphotoCoin supérieur droit : © Martin LipmanBas de la page : © Dinodiaedc.caEDC est propriétaire de marques de commerce et de marques officielles. Toute utilisation d’une marque de commerce ou d’une marqueofficielle d’EDC sans sa permission écrite est strictement interdite. Toutes les autres marques de commerce figurant dans ce documentappartiennent à leurs propriétaires respectifs. Les renseignements présentés peuvent être modifiés sans préavis. EDC n’assume aucuneresponsabilité en cas d’inexactitudes dans le présent document. © Exportation et développement Canada, 2013. Tous droits réservés.

More magazines by this user
Similar magazines