Views
3 years ago

Vers une efficacité énergétique de niveau mondial en Belgique

Vers une efficacité énergétique de niveau mondial en Belgique

16Graphique 11Scénarios

16Graphique 11Scénarios possibles pour l’évolution de la demande énergétique dansl’industrie en BelgiqueConsommation d’énergie primaire, millions de bepPotentiel théoriqued’économie d’énergie1442016431Equivalent à 11,1 millionsde bep en énergie finale13315Equivalent à 10,1 millionsde bep en énergie finale14104-22%2005 Croissancesansmesuresd’économied’énergie2030Scénariodu geltechnologiqueMesuresd’économied’énergiedéjàprévues2030Scénarioderéférence(BAU)Economiesd’énergieliées à desinvestissementsEconomiesd’énergienon liées àdesinvestissements12030ScénarioefficacitéénergétiqueamélioréeExemplesdemesures▪Croissancedes volumesde production1 Inclut les changements de comportementsSOURCE: N TUA (prévisions PRIMES 2007); Analyse McKinsey▪Pénétrationplus importantedes mesuresd’efficacitéénergétique, ycompris cellesqui requièrentbeaucoup decapitaux▪Volumes produitsplus élevés▪TransformationLean▪Mentalitéd’optimisationénergétique▪Instauration desystèmes de gestionénergétiqueGraphique 12Potentiel théorique d’économie d’énergie dans les troissecteurs les plus énergivores en BelgiqueMesures liées à des investissements, 2030Seuil de rentabilité en fonction du prix du brut$ / baril150100Systèmes moteurs 1Intensificationprocessus 1Changements opérationnelsEntretien et contrôlede processusIntensification deprocessus2 et 3Optimisation de catalyseurs 3CogénérationInvestissementsau niveau unitairedu processusPackage efficacité énergétique 2Package efficacitéénergétique 1500Optimisation decatalyseurs 1CogénérationOptimisation decatalyseurs 2Systèmes moteurs 22 4 6 89 millions de bep 1Economies d’énergie primaireMillions de bepRéduction des émissions de gaz à effet de serre 2 : 3,4 MtCO2e1 Ces chiffres reflètent seulement le potentiel des trois secteurs qui consomment le plus d’énergie ; le potentiel total d’économie d’énergie lié à desinvestissements a été extrapolé à partir de là2 Inclut les mesures non liées à des investissementsSOURCE: Analyse McKinsey

Vers une efficacité énergétique de niveau mondial en Belgique 17lors d’une transformation complète ou d’uneaugmentation de production. Avec le prixdu pétrole à $62 le baril, 99 pour cent desmesures d’amélioration afficheraient unevaleur actualisée nette positive (NPV) dupoint de vue sociétal.Pour réaliser tout le potentiel d’économied’énergie identifié dans l’industrie, il faudraitrecourir à un large éventail de mesures: améliorer la récupération de chaleur,installer des équipements consommantmoins d’énergie, améliorer l’entretien del’outil pour le maintenir en état optimal,affiner le contrôle des processus, équilibrerla production et la consommation desressources, et adopter une série de levierssectoriels. Il faudrait par ailleurs mettre enœuvre une série de mesures non liées àdes investissements : accélérer les cycles,appliquer les pratiques « lean », changerles mentalités et les comportements deséquipes de management et des travailleurs.L’investissement total s’élèverait à €5milliards sur la période 2010-2030, avec undélai de rentabilité de 4 ans en moyenne.L’augmentation de l’efficacité énergétique del’industrie réduirait les émissions belges degaz à effet de serre d’environ 11 MtCO 2e en2030 par rapport au scénario de référence.Dans le cadre d’une approche intégrée,on pourrait prévoir la mise au point d’unnouveau plan d’action couvrant tout lepaysage industriel, partant des effortsdéjà consentis, avec l’ambition d’atteindreune performance de niveau mondial entermes d’efficacité énergétique dans uneperspective de long terme. Les acteurs tantpublics que privés devraient coordonner leuraction pour renforcer la structure d’appui auxPME, par exemple via le financement (partiel)d’audits et de missions de consultance. LesPME auraient aussi besoin d’incitants et depénalités appropriés, ainsi que d’un accèsplus facile aux capitaux. Pour intégrer dansles mentalités une sensibilité plus élevéeà l’amélioration de l’efficacité énergétiquedans l’ensemble du paysage industriel, ilfaudrait par ailleurs former les travailleurs etles dirigeants, et modifier les comportementsdans la société au sens large par la formationet la communication.LE ROLE DE L’EDUCATIONComme le montre l’expérience d’autrespays, réussir à identifier et à réaliser lepotentiel d’amélioration de l’efficacitéénergétique dépend de la capacité àsensibiliser profondément les particuliers, lesentreprises et les pouvoirs publics.À court terme, une importantesensibilisation « immédiate » est possiblevia des campagnes d’informationciblant les particuliers et les entreprises.Les gouvernements régionaux et legouvernement fédéral ont déjà lancé ce typede campagnes précédemment, notammentdans la construction.Cependant, si on veut parvenir à créer unementalité qui vise l’amélioration continue,il faudrait intégrer l’efficacité énergétique,ainsi que d’autres sujets liés à l’énergie,dans tous les programmes scolaires dansl’enseignement professionnel, technique,général ou supérieur, ou la formationcontinue. Les entreprises et les associationsà but non lucratif pourraient participer à lamise au point et à l’organisation de certainséléments du programme. Cela permettrait dedévelopper les compétences nécessaires ausein des générations futures de travailleurs.Dans l’enseignement professionnel, parexemple, les élèves pourraient participer entemps réel à la mise en place d’un systèmede gestion énergétique en entreprise.

L'efficacité énergétique dans la construction de la Chine ... - FFEM
Livre vert sur l'efficacité énergétique - Comment ... - Eurosfaire
Situation énergétique mondiale à l'aube du 3ème millénaire ...
vers un systeme energetique « 100% renouvelable - Institut négaWatt
Vers une mondialisation socialement durable
• Vers un objectif de 10% de biocarburants en Belgique - ValBiom
Accélérer la transition vers un développement durable