Views
3 years ago

Those on Authion or Vendée fit to continuous flow meters - ENGEES

Those on Authion or Vendée fit to continuous flow meters - ENGEES

(celle du débit minimum

(celle du débit minimum biologique) au niveau de la dernière vanne complètementouverte• Construction d’un seuil sur l’Authion entre le Pont Bourguignon et la confluence avecla Loire constituant un contrôle aval pour un limnimètre placé en amont• Construction d’un seuil sur l’Authion entre le Pont Bourguignon et la confluence avecla Loire équipé d’un déversoir mobile ne laissant passer que le débit minimumbiologiqueAucune de ces solutions n’est très satisfaisante (coût, difficultés techniques, absencede mesure dans le cas des déversoirs mobiles). La débitmétrie en continu, notammentl’utilisation d’une solution par des ultrasons à différence de temps de transit est par contreparticulièrement adaptée à ce site.2) Débitmétrie en continuLe tronçon à l’amont des vannes du Pont Bourguignon (figure 38) est rectiligne, sasection constante et calibrée. La passerelle piétonne permet d’éviter une traversée des câblessous fluviale. La gestion des portes du Pont Bourguignon permet de maintenir un niveaud’eau suffisant en étiage pour le bon fonctionnement d’un débitmètre en continu. Le réseautéléphonique et d’électricité se trouve à proximité du site, au niveau des berges en rives droiteet gauche. L’implantation d’un débitmètre en aval immédiat de cette passerelle piétonnepermettrait donc la mesure du débit de l’Authion au niveau du Pont Bourguignon et donc lerespect du débit minimum biologique de 0,5 m 3 /s.Figure 38 : Site d’implantation possible d’un débitmètre en continu sur l’AuthionC. ConclusionsLa solution technique d’un débitmètre en continu à ultrasons à différence de temps detransit est particulièrement adaptée au site. Les conditions hydrauliques sont favorables et lesavantages de ce système par rapport à ceux envisagés par l’Entente Interdépartementale sont46

indéniables (coût, mise en œuvre, exploitation et mesures aussi bien en étiage qu’en crue). Larédaction du cahier des charges a suivi cette analyse technique.IV.Le LayA. Contexte1) SituationLe Lay est l’une des rivières qui alimente le marais Poitevin avec la Sèvre Niortaise etla Vendée. Détournée dans le marais, seule une partie de l’eau douce du Lay parvient dans labaie de l’Aiguillon où elle participe au maintien de l’équilibre avec l’eau de mer permettantune activité de conchyliculture importante.2) EnjeuxLe SDAGE Loire-Bretagne a placé un point nodal avec des objectifs quantitatifs(DOE : 0,4 m 3 /s, DSA : 0,12 m 3 /s et DCR : 0,08 m 3 /s) sur le Lay, au droit du pont de la D949à Port la Claye (figure 39). La détermination du débit en ce point servira également à laconnaissance du fonctionnement hydraulique du marais Poitevin, ce qui correspond à l’unedes orientations du SDAGE. Il demande en effet un renforcement du réseau hydrométriquedans les zones humides comme le marais Poitevin afin d’obtenir une meilleure connaissancegénérale de son fonctionnement hydraulique. La gestion complexe des barrages et lesnombreux prélèvements rendent la gestion des différents départs vers le marais très difficile.La Sèvre Niortaise a déjà été équipée et l’équipement de la Vendée est à l’étude.L’équipement du Lay à ce niveau est également une attente très forte de la part du SAGE duLay [6].1 kmFigure 39 : Localisation du point nodal sur le LayPont DésiréPoint nodal47

unabridged or complementary material to - Musée de la Gaspésie