Views
2 years ago

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

Les travailleurs des

Les travailleurs des programmes de réduction des méfaits (le personnel sur le terrain desprogrammes de réduction des méfaits comportant l’échange de seringues) se rencontrentaux trois mois pour déterminer les nouveaux enjeux pour le consortium, le comité dedirection et les groupes de travail, et pour partager ressources, information et stratégies, etpour mieux coordonner les méthodes de collecte de données.Le Opioid Dependency Treatment Coordinating Committee (le comité coordonnateur dutraitement de la dépendance aux opioïdes ou ODT) se rencontre environ quatre fois l’anpour offrir un leadership central à la prestation des services d’ODT de la province. Ce comitéfait en sorte que les principaux enjeux liés à la prestation des services d’ODT sont abordés etsurveillés. Ces enjeux relèvent de la disponibilité, de l’accessibilité et de l’acceptabilité desservices; de la qualité des soins; et du soutien au niveau du système. Le comité coordonnateurest co-présidé par le collège des médecins et chirurgiens de l’Alberta et l’Alberta Alcohol andDrug Abuse Commission (commission de l’abus d’alcool et de drogues de l’Alberta), et il faitrapport annuellement au consortium.Les participants du consortium chapeautent sept groupes de travail qui traitent des thèmesprioritaires, notamment : la toxicomanie; la prison; la sensibilisation du public; les peuplesautochtones; la surveillance; la santé mentale; et le développement communautaire etprofessionnel. Les groupes de travail et les travailleurs des programmes de réduction des méfaitsidentifient les enjeux du terrain ou de première ligne, proposent des stratégies pour en traiter,et présentent des recommandations à faire ratifier par le consortium. Les recommandationsdestinées aux ministères du gouvernement provincial sont soumises à l’examen des ministresconcernés par le ministère de la Santé et du Bien-être de l’Alberta. Les recommandations quiconcernent d’autres organismes, agences et associations sont acheminées par le président duconsortium NPNU. Un rapport d’étape sur l’issue des recommandations est rédigé par Santé etBien-être Alberta et est présenté au consortium lors de l’assemblée suivante. Ce processus sertde « fiche de rendement » afin d’assurer que les enjeux sont bien abordés.Le travail permanent des groupes de travail et des travailleurs des programmes de réductiondes méfaits est appuyé à longueur d’année par le comité de direction, un conseiller du NPNU,et un chargé de l’équipe du projet NPNU de Santé et Bien-être Alberta.Ce projet est responsable de nombreuses initiatives conjointes, notamment : l’Alberta HarmReduction Conference (congrès de la réduction des méfaits de l’Alberta); une vidéo didactiquesur la réduction des méfaits (Pieces to the Puzzle); une formation pour les pharmaciens(dont un cours agréé à distance), les travailleurs sociaux, les intervenants en toxicomanie, etle personnel affecté aux urgences; une vidéo sur les prisons; des services accrus pour latoxicomanie; plus de traitements de maintien à la méthadone; une étude de la trousse ducrack; et le réseau provincial des utilisateurs de drogues.Un commentaire sur le consortium NPNU :« La perspective et l’échange à l’échelle de la province apportent un énorme changement…Je regarde où nous sommes maintenant comparé à il y a dix ans, la différence est immenseet tant de choses ont changé. Le NPNU pourrait être un modèle à envisagerdans chaque province. »94– Marliss Taylor, directrice de programme, StreetworksPartager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

BOYLE STREET COMMUNITY SERVICES – UN CENTRE COMMUNAUTAIRE,PAS UN SERVICE SOCIALL’organisme Boyle Street Community Services (services communautairesBoyle Street) existe à Edmonton depuis quelque 35 ans. Au début,c’était une initiative de service d’approche et de liaison qui répondaitaux besoins de services des nouveaux arrivants dans la ville, enparticulier les peuples autochtones des collectivités rurales, et qui lesaidait à trouver les services requis.Sa vision s’énonce ainsi : « La croissance saine de tous les citoyens par la participation àdes collectivités fortes, accueillantes et respectueuses. » Sa mission consiste à organiseret à fournir un soutien communautaire aux personnes dans la pauvreté.Le principe directeur de la programmation qu’offre Boyle Street est celui-ci : « Toutcomportement est fonctionnel parce qu’il est destiné à répondre à un besoin. » Voilà cequi constitue le fondement de leurs projets de réduction des méfaits, et de leur fermeengagement envers leur communauté. « Nous sommes un centre communautaire, et nonun organisme de service social… Dans un centre communautaire, tous collaborent àfaire de [la communauté] un meilleur endroit pour tous », déclare Hope Hunter. Dans cecontexte, la réduction des méfaits repose sur une perspective se résumant à « Que vousfaut-il pour être en sécurité? ».Les programmes à Boyle Street Community Services comprennent : l’aide aux adultes,un registre du logement, des services de santé mentale, des services à la jeunesse, leconfort hivernal, le logement pour les jeunes, un foyer d'accueil d'urgence pour lesenfants retirés de leur milieu, et une école secondaire pour les jeunes de la rue.Streetworks, le centre d’apprentissage des adultes et les services à l’enfance sontabrités dans le même édifice.Les services à l’enfance dans le même édificeL’idée de loger les services à l’enfance dans le même édifice que l’organisme Boyle StreetCommunity Services découle des problèmes que connaissaient les employés de Boyle Streetquand ils travaillaient auprès de jeunes gens à qui les enfants étaient retirés par les servicesà l’enfance. Ce projet de colocation est tout nouveau. Une division des travailleurs del’agence de protection de l'enfance a emménagé l’an dernier, et ils collaborent étroitementavec les employés de Boyle Street. Ce partenariat poursuit un double objectif : inculquer lamentalité de la réduction des méfaits à l’agence de protection de l'enfance, et permettreaux employés de Boyle Street et de l’agence de protection de l'enfance de travaillerensemble au mieux des intérêts de leurs clients. Des défis se sont posés aux deux groupes,mais la proximité et la collaboration ont réussi à améliorer les services pour les enfantset les familles.« Quand nous avonsun enfant à risque,une des premièresquestions que posentles employésautochtones urbainsest “Qui est votretante?”. Alors ils vonttrouver par lagénéalogie où…habite l’enfant etde qui il est parent,et d’après cesrenseignements, quipourrait ramenerl’enfant chez lui. »– Hope Hunter, directrice,Boyle Street CommunityServices95Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society
Partager nos connaissances - Canadian Harm Reduction Network
Le partage de connaissances pour l'adaptation aux changements ...
Manuel du formateur - Canadian Paediatric Society
Actualités bibliques - Canadian Bible Society
Frais d'inscription: - Canadian Society of Hand Therapists
SCAV2009 - Canadian Society of Value Analysis (CSVA)
JIAS presentation for FIC - International AIDS Society
Rapport annuel 2004-2005 - The Children's Aid Society
Rapport annuel 2010 - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
CjMLS 2011. - Canadian Society for Medical Laboratory Science
Rapport annuel - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Télécharger le chapitre : « Partager la connaissance - Loire nature
Rapport annuel 2000-2001 - The Children's Aid Society
Cuisiner avec du cannabis - Canadian AIDS Society
Force de renouveau.pdf - Canadian AIDS Society
homophobia report_fr_new.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
CBR Final Report French.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
coûts économiques du VIH/sida au Canada - Canadian AIDS Society
Draft Budget - International AIDS Society
Vol Salè - Legal Aid Society
PALIH 2 - International AIDS Society
les donateurs - The Children's Aid Society
Ces règlements - Canadian Paediatric Society
Benoît Collins - Canadian Mathematical Society