Views
2 years ago

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

CE QU’ILS ONT DITCes

CE QU’ILS ONT DITCes données démographiques illustrent la diversité des gens qui ontparticipé aux groupes de discussion. Elles ne procurent cependant pasbeaucoup d’information sur la richesse des personnalités et des expériencesde vie qu’ils ont partagées durant les discussions. Les prochaines sectionsoffriront un aperçu de ce qui fonctionne bien dans les programmes etservices, de ce qui ne fonctionne pas, de l’effet qu’ont les programmes etservices sur leur vie, et des besoins qu’ils ont cernés.Les sections suivantes ont été disposées par ordre d’importance, selon la part desdiscussions qui a été consacrée à des sujets spécifiques. Les discussions sur le traitementet la consultation pour les drogues et sur les programmes de maintien à la méthadoneont été les plus fréquentes, suivies de : la participation des pairs aux programmes etservices de réduction des méfaits; la distribution de seringues, de matériel d’injection etde trousses d’utilisation sécuritaire du crack; les haltes-accueils et les refuges; lesprofessionnels de la santé et les prestataires de services; l’éducation, la sensibilisation etla diffusion de l’information; les services d’approche; et la réduction des méfaits et lespolitiques en matière de drogues. Les citations ne sont incluses que pour illustrer lessujets identifiés et ne représentent pas chaque discussion sur le sujet.1. TRAITEMENT ET CONSULTATIONLe traitement et la consultation pour utilisation de substances ont été abordés le plussouvent dans les groupes de discussion. Dans ce contexte, le traitement et la consultationdésignent les services de soutien visant à aider les gens à prendre en charge leurutilisation de substances problématique par l’intermédiaire de programmes et degroupes de soutien, et la consultation individuelle ou en groupe. Cela n’inclut pas lesprogrammes de substitution aux drogues, comme les programmes de maintien à laméthadone, dont nous discuterons plus loin.Ce qui fonctionne et des solutions originales pour le traitementet la consultationUNE CONSULTATION SANS PRÉJUGÉS ET RESPECTUEUSE, ET LESOUTIEN DES PAIRS16La consultation et le soutien étaient les méthodes le plus souvent mentionnées pouraider les gens à maîtriser leur utilisation de drogues, que ce soit pour réduire laquantité ou le nombre de drogues utilisées, ou pour devenir complètement abstinent.Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Les groupes d’entraide comme Narcotiques Anonymes ont été mentionnés dans cecontexte. Certains préféraient la consultation individuelle et d’autres cherchaient del’aide à diverses sources. Une seule personne des groupes de discussion a dit avoir lesmoyens de payer une consultation privée.Les participants ont aussi indiqué qu’ils trouvaient utile que les intervenants soientattentifs, prêts à écouter, et disponibles au besoin. Traiter les gens avec dignité et respectest nettement bénéfique, et la réputation d’un service ou d’un travailleur en particulierse répand par le bouche à oreille. Une approche de seuil bas, comme les foyers de groupepour le rétablissement ou le programme de maintien à la méthadone, qui tolèrel’utilisation de certaines substances comme le cannabis, aide aussi certaines personnes.Voici quelques extraits :« Je… parle aux intervenants ou à n’importe qui présent, et je trouve qu’ils sont trèsaidants. Ils cessent presque ce qu’ils font. Si quelque chose vous tracasse et que vousvoulez en parler, ils sont très bons, ils sont prêts à vous écouter. »« Je n’ai pas consommé aujourd’hui, et probablement pas depuis environ trois semaines.C’est un vrai miracle pour moi. J’ai fréquenté des groupes genre, NA… Et c’est pourquoije suis passé au travers… J’ai trouvé un intervenant individuel [avec] qui j’ai pum’asseoir et tout déballer, et dire : “Regarde, c’est ce que je fais depuis que j’ai 13 ans.Et j’en ai 40.” »DISPENSER DES SERVICES SUR DEMANDEMalheureusement, l’accès aux services de désintoxication et de traitement peutêtre difficile, et exiger souvent des tentatives répétées pour recevoir le service, àcause de la forte demande. Il semble parfois que l’aide ne s’obtient que lorsqu’ons’enrage. Certains ont partagé les mesures désespérées et innovatrices qu’ils ontutilisées pour obtenir l’aide dont ils avaient besoin, notamment menacer de seblesser eux-mêmes, se saouler pour pouvoir être admis à des programmes detraitement de l’alcoolisme, prétendre souffrir d’une maladie mentale, et mêmetrouver des bénévoles pour les aider à se sevrer des drogues. Ces histoiresprouvent le besoin d’un plus grand nombre de services de désintoxication et detraitement qui répondent aux besoins des utilisateurs de drogues de rue. En outre,puisque la disposition d’une personne à changer est souvent la clé de la réussited’un traitement, il faut que l’aide soit immédiatement disponible quand lespersonnes qui utilisent des drogues la demandent.« Vous savez ce que j’ai dû faire?… Je venais de perdre mon copain de quatre ans et monpère venait de mourir, et j’essayais d’arrêter de consommer toutes sortes de drogues.Et personne ne voulait m’aider. Nous sommes allés au [Centre de santé] et j’ai dit : “Je nesors pas d’ici tant que vous ne me donnerez pas de méthadone et que vous m’aidiez àlâcher la drogue, autrement je vais me trancher la gorge dans votre portique.” C’est laseule façon dont j’ai réussi à obtenir de l’aide. »« J’y suis allée quelquesfois. La désintox… j’aiété hospitalisée. J’aides intervenants.Différents programmes,NA, et tout ce quej’ai pu trouver pourm’aider. »17Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society
Partager nos connaissances - Canadian Harm Reduction Network
Le partage de connaissances pour l'adaptation aux changements ...
Manuel du formateur - Canadian Paediatric Society
Actualités bibliques - Canadian Bible Society
Frais d'inscription: - Canadian Society of Hand Therapists
JIAS presentation for FIC - International AIDS Society
SCAV2009 - Canadian Society of Value Analysis (CSVA)
Rapport annuel 2004-2005 - The Children's Aid Society
Rapport annuel 2010 - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Télécharger le chapitre : « Partager la connaissance - Loire nature
CjMLS 2011. - Canadian Society for Medical Laboratory Science
Rapport annuel - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Rapport annuel 2000-2001 - The Children's Aid Society
Cuisiner avec du cannabis - Canadian AIDS Society
Force de renouveau.pdf - Canadian AIDS Society
homophobia report_fr_new.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
CBR Final Report French.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
coûts économiques du VIH/sida au Canada - Canadian AIDS Society
Draft Budget - International AIDS Society
Vol Salè - Legal Aid Society
PALIH 2 - International AIDS Society
les donateurs - The Children's Aid Society
Ces règlements - Canadian Paediatric Society
Manuel pour le Partage des Connaissances sur le ... - Oxfam-Québec