Views
3 years ago

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

PAS DE DROGUE DE

PAS DE DROGUE DE SUBSTITUTION POUR LE CRACKQuelques participants souhaitaient qu’un programme de drogues de substitution soitélaboré pour les personnes qui utilisent le crack.« J’aimerais qu’il y ait quelques chose pour les dépendants du crack comme il y en a pour lespersonnes qui prennent de l’opium, la méthadone. Je crois qu’il y a un besoin réel pour ça. »DES MÉDICAMENTS SUR ORDONNANCE COMME SUBSTITUTION AUXDROGUESD’autres participants disaient recourir aux médicaments pour cesser d’utiliser des drogues de rue.« Et j’ai eu recours à beaucoup de médecins… comme des pilules pour lâcher les droguesplus dures. »« J’ai un docteur qui échange mon héroïne contre des opiacés [sur ordonnance]. »LE DÉSIR D’OPIUM SUR ORDONNANCEQuelques participants aimeraient que l’opium soit prescrit.Participant : « Ce serait bien mieux de prescrire l’opium. Il semble que vous autres vousdevriez aller dans les facultés de médecine et instruire les docteurs. »Participant : « Oh, absolument. Oui. Parce qu’ils ne comprennent pas. Les êtres humainssouffrent… tous les jours. »3. LA PARTICIPATION DES PAIRSLa participation des pairs désigne la participation des personnes qui ont l’expérience del’utilisation de drogues à la conceptualisation, à l’élaboration, à la mise en œuvre et à laprestation des services qui leur sont offerts, à elles et à leurs pairs. Nombre des participants auxgroupes de discussion étaient engagés dans la prestation de services à titre de bénévoles ou demembres de programmes ou d’organismes. Bien d’autres avaient démarré leurs propres initiativesdistinctes. Certains parlaient dans les écoles ou lors d’événements publics, partageant leurhistoire dans l’espoir d’empêcher d’autres personnes d’emprunter la même voie qu’eux.Ce qui fonctionne et des solutions originales pour la participationdes pairsLE LEADERSHIP DES PAIRS28Même si certains participants étaient membres de divers groupes ou organismes, d’autresdémontraient d’impressionnantes aptitudes au leadership et des niveaux d’engagementcommunautaire indépendant. Ils ont participé comme bénévoles au service d’approche, auxconseils d’administration, à des journaux d’utilisateurs, et à des groupes de soutien, des coalitions etdes groupes d’entraide. Certains étaient de grands défenseurs de leurs pairs et de leur communauté.Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

L’ALTRUISMEUn thème qui est ressorti de chaque groupe de discussion était l’altruisme qu’exprimaient lesparticipants. L’altruisme est le moteur d’une bonne partie du travail des pairs, et nombre departicipants affichaient un engagement authentique à aider les autres, car ils comprenaientce que c’est qu’avoir besoin d’aide. Ils voulaient aussi améliorer les choses pour la générationsuivante. L’altruisme est aussi un moyen de donner un sens à la vie de nombre d’entre eux.« Oui, j’étais vraiment intéressé à aider. Nous avons tous un intérêt sincère, c’estpourquoi nous sommes ici. »Pour redonner à leur collectivité, les pairs ont participé de maintes façons. Certains ontpatrouillé des parcs et des zones scolaires, ramassé les seringues et le matériel d’injectionsouillés pour en disposer adéquatement. D’autres ont participé à des groupes d’entraide, etd’autres encore aux efforts de représentation nécessaires à l’élaboration des programmes.Certains ont préparé des trousses d’hygiène et de matériel d’injection pour les véhicules deservice d’approche. D’autres ont distribué le matériel d’injection et les pipettes de crack aprèsles heures, ou en ont aidé d’autres à se sevrer des opiacés. Une personne a mentionné croire enla force du nombre, disant que plus les gens en aident d’autres, plus ils deviennent forts.« On essaye à quelque part de remettre ce qu’on a eu un peu. »« Moi je me dis que si on peut continuer comme ça je pense qu’on est dans la bonnedirection. Plus qu’on est à serrer les coudes et à s’aider, plus qu’on va devenir forts, plusqu’on a des chances de réussir. Plus qu’on met les chances de notre côté à nous autres.Puis j’espère de tout cœur que ça va continuer comme ça. »« Vous savez, aller dansces maisons, lesfumeries de crack oules piqueries decocaïne… Ils ont leursproblèmes et nousavons les nôtres. Je neles condamne pas pourleurs problèmes decrack ou de cocaïne. Jeles aide s’ils ont besoind’argent ou… s’ils ontbesoin de pipes je leuren donne ou autrechose, des cigarettes…parce que je sais ceque c’est. »LA DISTRIBUTION PAR LES PAIRSUn phénomène a lieu dans toutes les villes visitées, soit la distribution par les pairs, où lespersonnes qui utilisent des drogues prennent l’initiative de distribuer de nouvelles seringueset d’autre matériel à leurs pairs. Cette « distribution secondaire » est essentielle pour comblerles écarts des services, car elle offre le matériel après les heures, et pour joindre les gens qui neviennent pas aux services de distribution de seringues ou à d’autres programmes.L’HABILITATIONUne valeur et croyance fondamentale 15 de la SCS et du RCRM est d’habiliter les personnesqui utilisent des drogues, qui ont le droit de participer activement à toutes les décisionsqui les touchent et à toutes les activités des organismes qui les servent. Il est de notredevoir de nous assurer qu'elles ont accès aux ressources nécessaires pour le faire. Lesparticipants aux groupes de discussion ont exprimé l’importance de participer à chaqueaspect des programmes et services.15Pour les Valeurs et croyances fondamentales de la Société canadienne du sida, allez à l’adressehttp://www.cdnaids.ca/web/casmisc.nsf/cl/cas-gen-0050---Fre.29Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society
Rapport annuel 2004-2005 - The Children's Aid Society
SCAV2009 - Canadian Society of Value Analysis (CSVA)
CjMLS 2011. - Canadian Society for Medical Laboratory Science
Actualités bibliques - Canadian Bible Society
JIAS presentation for FIC - International AIDS Society
Manuel du formateur - Canadian Paediatric Society
Rapport annuel 2000-2001 - The Children's Aid Society
Frais d'inscription: - Canadian Society of Hand Therapists
Cuisiner avec du cannabis - Canadian AIDS Society
Force de renouveau.pdf - Canadian AIDS Society
homophobia report_fr_new.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
CBR Final Report French.qxd - Canadian AIDS Society
Trinite - Canadian Bible Society
PALIH 2 - International AIDS Society
les donateurs - The Children's Aid Society
2008 - Canadian Sleep Society
Benoît Collins - Canadian Mathematical Society
Canadian Journal of law & Society
Draft Budget - International AIDS Society
Vol Salè - Legal Aid Society