Views
3 years ago

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

« Mais comment peut-on

« Mais comment peut-on apprendre quelque chose sur la collectivité et sur tout le reste sion ne le demande pas aux personnes qui utilisent les services? »« Rien à notre sujet sans nous 16 . »« C’est vraiment bonpour rassembler lesgens… de différentsmilieux, de l’utilisationde solvants à celled’opiacés, destimulants. Et parfois ily a une tendance àdire “il y a nous, et il ya eux”. Donc vraiment,si on doit se réunir, ilfaut dépasser çanous-mêmes, et ainsion a une voix plusforte pour dire :“Regardez, c’est ça latoxicomanie. Et nousvoulons nous aider.” »LES GROUPES D’UTILISATEURSDans tout le pays, nombre de personnes qui utilisent des drogues se sont mobilisées pourformer des groupes d’utilisateurs. Les groupes d’utilisateurs permettent aux gens deconstituer des réseaux et des consensus à propos de leurs besoins, de leurs droits et de leursluttes, ce qui leur confère une voix plus forte, et les habilite à s’aider eux-mêmes et à enaider d’autres à combattre les stigmates que la société leur impose. Les groupes d’utilisateursrassemblent aussi des gens qui ont une expérience variée de l’utilisation de drogues et lesaident à surmonter les préjugés qu’ils peuvent avoir les uns envers les autres.« On ne changera rien sans prendre la parole. »FORMER LES PAIRS À EN ÉDUQUER D’AUTRESLes participants aux groupes de discussion ont dit qu’ils aimeraient recevoir une formationsur la façon d’éduquer les autres et de parler dans les écoles, pour faire de la préventionauprès des jeunes. Ils croyaient que l’éducation est une priorité et qu’elle devrait sedonner en partageant leurs expériences et expertise, et en parlant ouvertement desréalités de l’utilisation de drogues. Ils aimeraient aussi être rémunérés pour leurs efforts.LE SOUTIEN DES PAIRSL’importance du soutien des pairs a été exprimée dans plusieurs groupes de discussion,que ce soit par des groupes d’entraide, un réseau de copains, des visites à l’hôpital ou enprison, et durant une thérapie.3016En référence à la publication du Réseau juridique canadien VIH/sida : « Rien à notre sujet sans nous – L'implication accrue etsignificative des personnes qui utilisent des drogues illégales : un impératif sanitaire, éthique et des droits humains. En ligne àl’adresse http://www.aidslaw.ca/publications/publicationsdocEN.php?ref=86.Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

D’AUTRES MODES DE PARTICIPATIONPour certains, simplement prendre l’initiative de ramasser et de jeter adéquatementles seringues et le matériel d’injection usagés dans leur collectivité était une façon departiciper. Les pairs tendaient aussi la main aux personnes qui n’avaient pas accès auxservices offerts. Une personne développait un site Web pour les gens de la rue. Lesgens étaient très débrouillards pour faire ce qu’ils pouvaient sans financement.« Nous autres ça fait trois ans et demi qu’on a le groupe. On a jamais eu de subvention.On l’a tenu par bénévolat. Point de repères nous fournit la salle et c’est tout beau pouraccueillir le monde. Le reste c’est à nous autres les bénévoles. »Ce qui ne fonctionne pas dans la participation des pairsLES POLITIQUES EXISTANTES PEUVENT LIMITER LES ACTIVITÉS ETLA PARTICIPATION DES PAIRSDans certains cas, la participation des pairs était entravée par les politiques. Parexemple, des pairs voulaient distribuer du matériel d’injection avec leur voiture, maison leur a dit qu’ils ne pouvaient pas, parce qu’ils n’avaient pas les contenantsappropriés pour disposer des seringues en sécurité. Dans un autre cas, quelqu’unvoulait être bénévole, mais la période de formation était trop longue et exigeante,et la sélection était trop stricte.« J’aimerais en faire plus, mais certains organismes rendent la formation ou le soutien despairs inaccessibles… il faut suivre un an de formation avant même de pouvoir commencerà faire quoi que ce soit, tu sais, alors certains sont très stricts sur la sélection. On ne peutpas entrer et faire notre travail de bénévolat. J’en fais un petit peu, mais je sais que je peuxfaire plus. Je crois que j’ai quelque chose à offrir, mais la politique est stricte. »LES DIFFICULTÉS DE DÉMARRER UN GROUPE D’UTILISATEURSDans une ville, les gens ont voulu mettre sur pied un groupe d’utilisateurs et ontrencontré des difficultés. L’endroit où ils travaillaient était près d’un poste de police,ce qui faisait fuir les participants éventuels. Des problèmes personnels limitaient letemps qu’ils pouvaient consacrer à la mise sur pied du groupe. L’incapacité d’obtenirune subvention était un autre obstacle de taille.Participant : « Des endroits comme VANDU, eh bien, ils sont là depuis un bon bout… ilspeuvent se présenter à différents organismes et ils savent qui ils sont et on leur donnede l’argent pour assister à des congrès et quoi encore. [Ici], essayez d’aller voir lesgens et de dire : “C’est ce que nous sommes et voici ce que nous faisons”. Et ils vousdisent presque… “Allez-vous-en.” »Participant : « Ou ils pensent que c’est un genre d’arnaque que vous essayez juste pouravoir de l’argent pour vous, pour votre dope. »31Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society
Partager nos connaissances - Canadian Harm Reduction Network
SCAV2009 - Canadian Society of Value Analysis (CSVA)
Télécharger le chapitre : « Partager la connaissance - Loire nature
CjMLS 2011. - Canadian Society for Medical Laboratory Science
Rapport annuel - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Actualités bibliques - Canadian Bible Society
Le partage de connaissances pour l'adaptation aux changements ...
JIAS presentation for FIC - International AIDS Society
Manuel du formateur - Canadian Paediatric Society
Rapport annuel 2000-2001 - The Children's Aid Society
Frais d'inscription: - Canadian Society of Hand Therapists
Rapport annuel 2004-2005 - The Children's Aid Society
Rapport annuel 2010 - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Force de renouveau.pdf - Canadian AIDS Society
Cuisiner avec du cannabis - Canadian AIDS Society
homophobia report_fr_new.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
CBR Final Report French.qxd - Canadian AIDS Society
coûts économiques du VIH/sida au Canada - Canadian AIDS Society
Draft Budget - International AIDS Society
Vol Salè - Legal Aid Society
PALIH 2 - International AIDS Society
les donateurs - The Children's Aid Society
Ces règlements - Canadian Paediatric Society
Manuel pour le Partage des Connaissances sur le ... - Oxfam-Québec