Views
2 years ago

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society

D’AUTRES PROBLÈMES DE

D’AUTRES PROBLÈMES DE LA PARTICIPATION DES PAIRSParticiper ne veut pas nécessairement dire que le combat d’une personne avecl’utilisation de substances problématique disparaîtra. Et les gens qui désirent participer etfaire davantage pour leur collectivité ne seront pas nécessairement les bienvenus pour cefaire. Aider d’autres personnes qui utilisent des drogues peut être un déclencheur pourcertains et causer une rechute. La participation des pairs aux programmes et servicespeut être problématique si les pairs ne reçoivent pas l’encadrement, la formation ou lesoutien nécessaires. Un groupe de discussion a parlé de la détérioration de la qualité desservices dispensés par un organisme après que les pairs y ont participé.« J’ai fait mon cours secondaire… des études collégiales… et je donnais desconférences à Halifax, à Ottawa sur les drogues, l’hépatite C, le VIH, et quand même, çane me dissuadait pas [de consommer]. »Participant : « Quand on est arrivés là, il y avait une équipe d’intervenants qui était horspair. C’était peut-être un des organismes, les cinq organismes les mieux gérés au Canada.À cette heure, si tu vas les voir là, il faut que tu revires ta cane à l’envers parce que c’estrendu une des pires. Ils ont changé bout pour bout… »Participante : « … s’il y avait des travailleurs diplômés, ils sont plus là. C’est des clientsqui gèrent la place. »Participant : « Là si on parle de qualité, ils en ont perdu. »L’effet de la participation des pairs« …les gens commencentà m’écouter. Vous savez,avant, ça rentrait parune oreille et ça sortaitpar l’autre. Personne nedonnait beaucoup entant que toxicomane.Mais quelque chose achangé… et… leréseautage a étéphénoménal pour moi. »32ASSISTER À DES CONGRÈS PROCURE AUX UTILISATEURSDES OCCASIONS DE RÉSEAUTAGE, DE LEADERSHIP, UN SENTIMENTD’APPARTENANCE ET DE CONTRIBUTION, ET UNE EXPÉRIENCE DECONNAISSANCES PRATIQUESLes congrès provinciaux, canadiens et internationaux de la réduction des méfaitsprévoient habituellement du temps pour des réunions d’utilisateurs, et offrent le soutienlogistique et financier pour assurer leur participation. Les gens qui ont pris part à cesréunions parlent des occasions formidables de réseautage qu’ils ont eues, et de l’intensesentiment qu’ils avaient de faire partie d’une communauté. Nous avons rencontréplusieurs personnes qui avaient assisté à la réunion d’utilisateurs, lors du congrèsinternational de la réduction des méfaits qui a eu lieu à Vancouver, en 2006, dontcertaines avaient participé à l’organisation de cette rencontre. À la faveur de cetteréunion, et de celles tenues lors de congrès dans certaines provinces, les personnesqui utilisent des drogues parviennent à connaître leur valeur et comprennent plusnettement pourquoi le développement d’une voix unifiée pour les utilisateurs dépendde leur organisation locale. Ils reçoivent aussi des idées sur la formation de groupesd’utilisateurs dans leur collectivité. De toute évidence, la participation peut avoir desrépercussions importantes sur la vie des personnes qui utilisent des drogues.Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

LA PARTICIPATION ENTRAÎNE L’ESTIME DE SOI, L’INITIATIVEPERSONNELLE, UN BUT, L’ALTRUISME, L’HABILITATION, LA CRÉDIBILITÉET L’APPRENTISSAGELa participation a donné à certaines personnes le sentiment d’être véritablemententendues, a amélioré leur estime de soi, leur a donné des buts à atteindre, et les aaidées à maîtriser leur utilisation de substances. En participant, elles ont cru qu’ellespouvaient en aider d’autres, et peut-être empêcher les jeunes de suivre la même voiequ’elles. Les participants ont dit qu’ils sont devenus très utiles et qu’ils pouvaientapporter davantage quand les gens leur faisaient confiance. Parler de leur situation estdevenu plus facile avec le temps et en a encouragé certains à participer encore plusactivement. Les gens croyaient apprendre énormément de leurs pairs, surtout de ceuxqui étaient aussi « passés par là ».« Alors c’est une façon d’élever l’estime de soi, vraiment, de faire partie de quelque chose. »« Vous allez gagner quelque chose à aider quelqu’un. »Les besoins concernant la participation des pairsÊTRE RÉMUNÉRÉS POUR LEUR TRAVAILEn ce qui concerne leur besoin de participer, les participants ont mentionné qu’unerémunération pour une partie du travail qu’ils font serait bénéfique.L’ACCÈS AUX ÉCOLES ET LES POSSIBILITÉS DE PARLER EN PUBLICPOUR PARTAGER LEURS HISTOIRES ET INFORMER LES JEUNESIls aimeraient aussi un plus grand nombre d’occasions d’aller dans les écoles parleraux jeunes de leurs expériences, et de sensibiliser le grand public aux enjeux liés àl’utilisation de drogues.UNE FORMATION EN PRÉVENTION DE SURDOSE D’OPIACÉS« Et c’a été vraimentprofitable. J’ai parlébeaucoup en publiccette année depuisque je me suisvraiment impliquédans les groupesd’utilisateurs et quej’en ai démarrés… etc’est vraiment bonpour l’estime de soi,et ça m’a donné unbut à viser. C’est laprincipale chose quim’a rendu abstinent,et je trouve çafantastique, et c’étaitque les gensm’écoutentmaintenant. Oui, si jepeux empêchermême un seul jeunede faire ce que j’aifait pendant 30 ans,alors je suis uneréussite, pas vrai? »À Edmonton, certains participants aux groupes de discussion avaient reçu uneformation pour administrer du Narcan afin de prévenir les décès par surdose. Ilsappuyaient fortement ce projet pilote et voulaient qu’il se poursuive. Quand lesparticipants aux groupes de discussion d’une autre ville en ont entendu parler, ilsvoulaient voir quelque chose de semblable dans leur ville.DE L’AIDE ET DE LA FORMATION À LA RÉDACTION DE DEMANDESUn participant a soulevé l’importance d’obtenir de l’aide et de la formation pourrédiger des demandes de subventions.33Partager nos connaissances : améliorer les programmes et pratiques de la réduction des méfaits au Canada

Partager nos connaissances - Canadian AIDS Society
Partager nos connaissances - Canadian Harm Reduction Network
Le partage de connaissances pour l'adaptation aux changements ...
Actualités bibliques - Canadian Bible Society
Manuel du formateur - Canadian Paediatric Society
JIAS presentation for FIC - International AIDS Society
Frais d'inscription: - Canadian Society of Hand Therapists
Rapport annuel 2000-2001 - The Children's Aid Society
SCAV2009 - Canadian Society of Value Analysis (CSVA)
Rapport annuel 2004-2005 - The Children's Aid Society
Rapport annuel 2010 - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
CjMLS 2011. - Canadian Society for Medical Laboratory Science
Rapport annuel - CSCE • Canadian Society for Civil Engineering
Télécharger le chapitre : « Partager la connaissance - Loire nature
Cuisiner avec du cannabis - Canadian AIDS Society
Force de renouveau.pdf - Canadian AIDS Society
homophobia report_fr_new.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
CBR Final Report French.qxd - Canadian AIDS Society
trousse de mobilisation communautaire - Canadian AIDS Society
coûts économiques du VIH/sida au Canada - Canadian AIDS Society
Draft Budget - International AIDS Society
Vol Salè - Legal Aid Society
PALIH 2 - International AIDS Society
les donateurs - The Children's Aid Society
Ces règlements - Canadian Paediatric Society
Manuel pour le Partage des Connaissances sur le ... - Oxfam-Québec